Navigation – Plan du site
Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie
IV. Discussions et disputes

Adrien de Monluc, dévot ou libertin ?

Jean-Pierre Cavaillé

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Texte intégral

Adrien de Monluc, dévot ou libertin ?

1De quoi fait-on l’histoire quand l’on choisit comme objet d’étude le libertinage et les libertins français du xviie siècle ? D’une dénomination insultante et polémique et de tout ce qu’elle vise ; c’est-à-dire des opinions, des comportements, des manières de parler, d’écrire, d’agir, d’individus et de groupes accusés, dénoncés, parce que relevant, selon le jugement de qui utilise l’un ou l’autre mot, d’un faux et mauvais usage de la liberté. Personne donc, sauf exception, ne revendique son libertinage, personne ne dit « je suis un libertin » ; et si l’adjectif prend parfois un sens moins négatif, voire positif, c’est au prix d’un déplacement sémantique et d’une distanciation ironique, que l’on ne saurait d’aucune façon confondre avec une assomption positive de ce que désigne le substantif. Lorsque François La Mothe Le Vayer par exemple parle de sa « main libertine », il désigne une fausse nonchalance, une certaine « sprezzatura » dans sa manière d’écrire ; il n’avoue pas pour autant qu’il est un libertin.

2Peut-on alors en conclure, comme on le fait parfois, que le libertinage est une chimère, un tigre de papier, qui n’existe pas en dehors des discours qui le dénoncent ? Je ne le pense pas, ne serait-ce que parce que les identités individuelles et collectives ne sont pas indépendantes de la manière dont elle se constituent à travers les réputations et plus généralement dans les jugements portés sur les pratiques, modes de vie, manières de parler et d’écrire, etc. Le libertinage n’est rien en lui-même, il n’est pas une idée platonicienne, il n’est pas une essence, il n’y a pas de libertin en soi. Pour autant, le libertinage n’est pas rien, ni le libertin personne ; il n’est pas un pur fantôme, mais le produit d’une relation violente, conflictuelle entre celui qui prononce le mot et celui qu’il vise, du reste toujours potentiellement réversible (libertin celui qui le dit !), de sorte que Émile Bréhier a pu affirmer que l’on est toujours le libertin de quelqu’un. Ces modes de désignation, de qualification, lourds de jugements de valeur ne sont pas l’écume négligeable des temps, car ils informent la réalité qu’ils jugent et qualifient, ils font partie de cette réalité même, car celle-ci est constituée des relations qui unissent et divisent les hommes d’une société donnée à une époque donnée. L’accusation de libertinage répond en effet, ou affecte au moins de répondre (car elle est évidemment disponible pour toutes les attaques de personnes, quels qu’en soient les motifs), à des comportements, des discours, des modes de sociabilité, des pratiques sexuelles, intellectuelles, etc. qui ne furent pas en effet qualifiés, sinon par ironie, dérision, ou bien sur le mode du repentir et de l’aveu, comme libertins par les sujets eux-mêmes, mais qui ont, de fait, donné lieu à cette qualification. Il est donc tout aussi absurde, à mon sens, de décréter qu’il n’y jamais eu de libertins que d’affirmer de certains individus et groupes qu’ils furent, purement et simplement, en leur être propre, des libertins, au sens établi par les textes de controverse et de dénonciation. Il est donc a fortiori absurde de pratiquer un travail de discrimination a posteriori et de travailler à discerner qui en était et qui n’en était pas. Furent libertins ceux dont la réputation de libertinage est attestée par la documentation, et il n’y aucun sens à s’acharner à démontrer que ces réputations étaient infondées. Cela revient, comme l’on dit, à « refaire l’histoire ». Car être libertin n’est pas une chose factuelle, objectivable, comme peut l’être un acte déterminé ; par exemple avoir proféré un blasphème, profané une église, attenté publiquement ou secrètement aux bonne mœurs, avoir écrit ou parlé devant témoins contre la religion… Aucun de ces actes du reste, en soi, n’est « libertin », comme le prouve le fait que personne ne songerait aujourd’hui à les désigner comme tels ; il se trouvent seulement qu’ils ont été qualifiés ainsi, avec beaucoup d’autres, par les contemporains. Et faire l’histoire du libertinage revient à travailler sur ces qualifications, ces jugements, ces réputations à travers lesquels se dit et, en fait, se façonne une réalité sociale.

  • 1 Adrien de Monluc (1571-1646). D’encre et de sang, Limoges, Pulim, 2006.
  • 2  Op. cit., p. 356 et 355.

3Ces réflexions m’ont été suggérées par la lecture d’un ouvrage récent de Véronique Garrigues, consacré à Adrien de Monluc, alias le Comte de Cramail (ou plus exactement de Caraman, 1571-1646)1. Je ne veux surtout pas me montrer injuste avec l’auteure : il s’agit sans nul doute de l’étude la plus complète publiée à ce jour sur ce personnage important et fort mal connu, conduite à partir d’un travail d’archive remarquable. Jamais la figure sociale de ce grand aristocrate ligueur, rallié à Henri IV et à Louis XIII, envoyé de longues années à la Bastille par Richelieu, n’a été cernée de plus près. Entre autres choses, Véronique Garrigues met en relief son intense activité militaire – Montluc fut un chef militaire catholique dont les huguenots ont particulièrement fait les frais –, ses accointances avec l’Espagne, son appartenance à diverses congrégations religieuses, sa défense des prérogatives de la grande noblesse menacée par la montée en puissance de l’absolutisme. Mais l’auteure fait de lui « un soldat de Dieu » (« une épée au service de Dieu »), profondément et sincèrement engagé dans sa foi, mû par des « aspirations spirituelles », n’obéissant « qu’à la raison de Dieu » : « un catholique engagé nullement libertin »2. Son libertinage serait donc une pure légende entretenue par ses ennemis politiques, et en particulier Richelieu lui-même.

4Cette révision radicale de la figure de Monluc ne me semble cependant nullement fondée. D’abord, on peut mettre largement en cause ce portrait du guerrier de Dieu fidèle avant toute chose à la cause catholique, car Monluc ne fut certes pas le dernier à rallier Henri de Navarre et sa conception de la raison politique, ou en tout cas de ses propres intérêts nobiliaires, semble avoir largement primée sur son prétendu engagement spirituel. Ensuite, l’historienne, selon nous, déduit de la figure sociale un profil psychologique que n’autorise aucune documentation. Que Monluc ait combattu pour le camp catholique, qu’il ait appartenu aux réseaux de la Ligue, et que cela impliquât évidemment, pour un aristocrate de son rang, des relations importantes et suivies avec des institutions et personnalités religieuses, ne nous renseigne nullement sur ses convictions intimes en la matière. L’appartenance à des confréries religieuses, comme celle des pénitents bleus à Toulouse, pouvait être purement honorifique : elle n’est en soi nullement une preuve de piété. Pas plus que l’affiliation à un syndicat de l’éducation nationale n’apporte la preuve de convictions idéologiques profondément encrées, si je puis me permettre cette comparaison déplacée.

  • 3 « Les premiers à créditer Adrien de Monluc de penchants libertins sont Pierre Brun et Frédéric Lach (...)
  • 4  Op. cit., p. 142.

5Mais surtout, à ma connaissance, les contemporains n’ont jamais présenté Cramail comme un dévot, ni même comme un chrétien fervent, pas même comme un homme plaçant sa foi et sa religion avant toute autre chose. Certains, comme Cottin ou Marolles, insistent sur sa « galanterie », son « bel esprit » et son « grand savoir », mais nullement sur sa piété, que quelques textes mettent par contre explicitement en cause – en relation, il faut le noter, avec l’épisode de sa protection accordée à Vanini, arrêté à Toulouse, alors que ce dernier occupait la fonction de précepteur d’un neveu du comte. Il n’est donc pas exact de dire que l’image du libertin est principalement issue de l’historiographie du libertinage3. Du reste, l’auteure elle-même écrit que « Richelieu est le premier à explicitement dénoncer Adrien de Monluc comme libertin »4.

  • 5 Voir cependant le texte du ms Patin de Vienne cité ci-dessous. Mais il ne dit pas directement que l (...)
  • 6  Soit, par exemple l’expression de Charron, dans les Trois Vérités, reprise par Garasse dans la Doc (...)
  • 7 « Il fut un des disciples de Lucilio Vannini. Il disoit une assez plaisante chose : Pour accorder l (...)

6Soyons précis, ces textes, que l’auteure cite d’ailleurs très honnêtement, n’emploient pas explicitement le terme de « libertin »5, mais d’une certaine façon ils font bien pire, puisqu’ils insinuent que Monluc fût peut-être athée (le sens du mot libertin est en effet généralement moins fort et moins précis que celui d’athée6). Il s’agit d’une part de l’historiette de Tallemant des Réaux, qui présente le comte comme « un des disciples de Lucilio Vannini » et lui attribue une proposition toute politique de la résolution des conflits confessionnaux7, et d’autre part d’une lettre de Richelieu à Louis XIII, datée du 23 octobre 1635, le jour même de son embastillement donc, qui contient des accusations extrêmement graves :

  • 8 Mémoire fait par Monsieur le Cardinal de Richelieu sur la détention du comte de Cramail, Bibliothèq (...)

Puis que cet homme a esté accusé de sattaquer a Dieu revoquant son estre en doubte il est clair que nulle puissance ne se doit tenir exempte de son audace, le premier president de Toulouse, Mazuyer, luy vouloit faire son procez comme compagnon de Lucile8.

7Les fins poursuivies par Richelieu ne sont que trop claires : il s’agit de justifier auprès du roi l’élimination politique et l’incarcération du comte, ce qui rend bien sûr ses propos fort suspects. Mais l’important pour nous est que Richelieu exploite une réputation précédemment acquise et établie, liée à l’affaire Vanini, et remontant donc aux années 1617-1620.

  • 9  Il est significatif que dans la plupart des autres textes, le nom de Monluc ne soit pas cité, comm (...)
  • 10 « Mais parmy ceux qui en faisoient de l’estat, Monsieur le Comte de Cremail admiroit le sçavoir de (...)
  • 11 « Il entretenoit bien souvent le Comte, qui est un esprit extremement curieux, et par ses artifices (...)
  • 12 « Tandis qu’il tasche de perdre les ames par sa detestable croyance, Monsieur le Comte de Cremail, (...)
  • 13  Cet épisode a pu servir de modèle à une scène des États et empires du Soleil de Cyrano : « je vis (...)
  • 14 Par contre l’affirmation selon laquelle le texte de Rosset contient une propagande dissimulées des (...)
  • 15 Op. cit. p. 145.
  • 16 Op. cit. p. 356.

8Le nom de Monluc apparaît d’ailleurs dans l’un des premiers récits publiés sur l’arrestation, le procès et le supplice de Vanini, dû à la plume de François de Rosset9. Or dans ce récit, paru dans la première édition des Histoires tragiques, le rôle de protecteur de Vanini est pleinement reconnu, alors que l’auteur s’emploie par ailleurs à innocenter le grand aristocrate du crime de son familier10. Mais, pour ce faire, il va très loin dans la reconnaissance de la proximité intellectuelle des deux hommes, allant même jusqu’à parler d’amitié11. En outre, il apparaît dans cette narration que Monluc n’est pour rien dans l’arrestation de Vanini : Rosset insiste beaucoup sur le scandale suscité chez le comte par la découverte de l’impiété, ses réactions pour tenter de ramener l’impie à de plus saines raisons, mais reconnaît qu’il ne l’a pas pour autant dénoncé et l’excuse seulement en disant qu’il était sur le point de lui retirer l’éducation de son neveu, lorsque le Parlement de Toulouse lui dépêcha deux de ses Conseillers pour s’enquérir s’il avouait ou désavouait le philosophe12. « Ils eurent pleine satisfaction de lui », s’empresse de dire Rosset13, ce qui revient à reconnaître que le comte n’était nullement intervenu jusque là, alors que le scandale autour de Vanini, selon lui, avait déjà pris un tour semi-public (c’est bien la raison qui oblige l’auteur des Histoires tragiques à dire que Monluc connaissait déjà les véritables opinions de son hôte)14. De plus, on sait aujourd’hui, que ce n’est qu’un mois après cette visite que Vanini fut arrêté, et il est probable qu’il a continué à bénéficier de la protection, ou en tout cas des informations de Monluc. Ce récit était donc, de fait, compromettant pour le comte et, ne serait-ce que pour cette raison, il n’est pas si étonnant qu’il disparaisse ensuite de toutes les rééditions de cet ouvrage à succès. Quoiqu’il en soit, même si l’on accepte de prendre ce texte pour argent comptant – ce qui vraiment est bien difficile – il ne me semble nullement cautionner la lecture que Véronique Garrigues propose de l’épisode : « Pourfendeur de protestants, [Monluc] ne peut pas tolérer que soit professée dans sa maison une pensée hérétique ». Hérétique, n’est certes pas le mot qui convient, mais elle ajoute surtout : « Monluc le catholique et son entourage contribuent à l’arrestation d’un athée »15 et s’avance même jusqu’à dire : « pendant les mortifications du Carême, Monluc le catholique dénonce les discours sacrilèges du philosophe athée »16.

9Enfin, il est un document à ne pas négliger, signalé par Didier Foucault et repris par Véronique Garrigues : il s’agit d’une notice très riche consacrée à Vanini dans le manuscrit Patin de Vienne, qui dit du philosophe, entre autres choses :

  • 17 Manuscrit de la Bibliothèque Nationale de Vienne, codex 7071 (Hohendorf 133), p. 336.

10Il fut depourveu de sens de quitter Paris ville pleine de libertins pour s’en aller a Toulouse ville toute bigotte pour y semer son Atheisme. Il est vray que ce fut à l’invitation du Baron de Montaud et du comte de Cramail, dont l’un est mort, et l’autre est aujourd’hui dans la Bastille17.

  • 18 Lettre du 26 décembre 1653, Bibliothèque de la Faculté de médecine de Paris, Ms 394, f°25. Je remer (...)

11Ce texte, par sa formulation, laisse entendre que les deux nobles toulousains étaient bien en effet des « libertins », rares dans une ville toute bigote. Étant donnée sa situation dans le recueil de Patin, cette notice est datable de 1641 environ ; il s’agit d’un document important car, comme le confirme une lettre du même à Adam Stevart (car l’attribution des propos exprimés à la première personne est toujours problématique dans les mémoires de Patin), le médecin parisien affirme avoir personnellement rencontré Vanini dans sa jeunesse18 : cela donne plus de poids à ces informations, même si, à la date de l’entretien, évidemment, la réputation du comte était déjà établie.

12L’ensemble du dossier fait en tout cas clairement apparaître que la protection accordée à Vanini fut compromettante pour le comte de Cramail, l’entachant du soupçon d’avoir été le disciple en athéisme du philosophe italien.

  • 19 Les Jeux de l’Inconnu [1630, 1637], augmenté de plusieurs pieces en cette derniere edition, Lyon, C (...)
  • 20 Introduction à Comédie [La] des proverbes, pièce comique, texte établi, annoté, glossaire, répertoi (...)
  • 21 Il cite cependant Guéret qui fait dire à Cyrano disputant avec Vaugelas : « Vraiment, vous estes bi (...)
  • 22 « Lorsque je le quittai, il me dit ces propres paroles : « Laissez-moi huit jours, je vous parlerai (...)

13Mais il est un autre volet de la réputation de libertinage de Monluc, liée à ses écrits, ou plutôt que ses contemporains lui attribuent. Il est vrai que ces attributions, dans la documentation conservée, ne s’accompagnent pas explicitement de l’accusation de libertinage ; cette explicitation est produite par l’historiographie, de façon d’ailleurs en général très superficielle et insatisfaisante. Ce qui complique singulièrement les choses est que Monluc, fidèle à la tradition du grand aristocrate se mêlant d’écrire, n’a jamais signé ses pièces de son propre nom, usant de pseudonymes, en particulier celui du mystérieux de Vaulx. De plus son nom est associé à des recueils de textes manifestement écrits à plusieurs mains, comme les Jeux de l’inconnu ou les Pensées du solitaire19. Du coup, un chercheur, Michael Kramer, a pu mettre en doute sa paternité pour la plupart d’entre eux, de manière à mon sens excessive. En particulier, il a choisi de publier la fameuse Comédie de proverbes sans y mettre le nom de Monluc, alors qu’elle lui est traditionnellement attribuée20. Il est vrai que l’on en a pas pour cet ouvrage d’autres témoignage que le texte de La Guerres des auteurs anciens et modernes de Guéret, assez tardif dans le siècle ; mais si un seul texte n’est pas suffisant pour acquérir une quelconque certitude, sa rareté n’autorise pas pour autant, me semble-t-il, une ferme désattribution21. Quant aux recueils, s’il est vrai qu’ils sont manifestement collectifs, le fait est qu’ils sont associés au nom de Monluc et que le comte ne semble pas les avoir désavoués. Aux dires du cardinal de Retz, Monluc fait encore allusion en 1640, comme étant bien de lui, aux Jeux de l’inconnu, que Richelieu aurait raillé en les considérant comme un mauvais livre22.

  • 23 Voir mon édition in L’Antre des Nymphes, transcription, présentation annotation de textes de Franço (...)
  • 24 Op. cit., p. 142. « Le comte de Cramail n’est pas un libertin patenté comme le suggère le ministre (...)

14On chercherait en tout cas en vain dans cette production des pièces édifiantes, mais on y trouve par contre des textes fort licencieux, comme la Plainte de Tirsis à Cloris, qui fut saisie en 163023, L’infortune des filles de joye, petit texte clandestin de 1624, ou bien encore les Noces, dans les Jeux de l’Inconnu. Véronique Garrigues écrit pourtant que « la lecture attentive de ses livres dément l’accusation de libertinage »24. On chercherait pourtant en vain dans son ouvrage une attention approfondie aux écrits attribués au comte ; ce que l’on peut d’ailleurs difficilement lui reprocher, car tel n’était pas l’objet de son étude.

15Pourtant, il est indéniable que ces textes contiennent de nombreux éléments de ce que l’historiographie retient communément comme des marqueurs du libertinage. Il est certes toujours difficile et risqué, en l’absence de documentation explicite, de tenir pour acquis que les lectures que nous faisons des textes du xviie siècle est conforme à la manière dont ils furent appréhendés par les contemporains. Du reste ces derniers étaient comme nous, ils ne faisaient certes pas tous la même lecture des mêmes livres. Mais il nous est pourtant permis de procéder par analogie et de considérer comme « libertins » certains énoncés, des arguments et des modes d’écriture dont des équivalents ont été effectivement dénoncés comme tels.

16Ainsi il est bien difficile d’éviter le soupçon de libertinage, lorsque on lit, dans les Noces, par exemple, la charge satirique suivante :

  • 25  Selon Sophie Houdard, que je remercie, il pourrait s’agir de la déformation de « pinzochere », dév (...)
  • 26  Ces particularités vestimentaires semblent indiquer qu’il s’agit des jésuites et des oratoriens.
  • 27 Le texte apparaît dans l’édition de 1637 Les Jeux de l’Inconnu, augmenté de plusieurs pieces en cet (...)

Nous marions […] Les bigots de France avec les pitschores25 d’Italie.
Les resignées, avecque leurs Directeurs, i’entends spirituellement & à condition qu’ils ne les toucheront ny des mains, ny des genoux, & ne s’approcheront pas de si prés, qu’ils puissent sentir leurs haleines ny se regarder si attentivement, que de la corruption de leurs regards s’engendrent mille vers, qui leur rongeassent le cœur, & la devotion ensemble.
Sçavoir faisons, que pour concilier les affections de deux Ordres de saints & sçavans personnages, nous marierons les petites valonnes des uns, avec les hauts colets des autres26 ; le tout sans user d’aucuns attouchemens illicites, afins qu’ils produisent spirituellement une troisième espece de rabats, qui tenans du pere & de la mere, les conserveront en bonne amitié, parce que, comme l’on dit, les enfans entretiennent la paix domestique27.

17Ce persiflage des dévots, des relations entre pénitentes et directeurs spirituels, des ordres ecclésiastiques est, chacun en conviendra, assez difficilement compatible avec des convictions tridentines extrémistes… L’introduction et la conclusion de ce texte pétulant et pétillant, véritable feu d’artifice d’équivoques et de sous-entendus, peuvent difficilement ne pas être considérés comme chargés d’une verdeur toute naturaliste, fort malaisée à concilier avec l’ascétisme chrétien :

  • 28 Op. cit. p. 188 et 201.

Voicy le temps de la production des choses, le mois des baudets, où la terre est en amour, & le Soleil en ruth. Les arbres & les herbes expliquent leurs desirs avec des langues muettes, faites de mille couleurs ; les animaux hanissent, hurlent, grondent, brayent, rayent, mugissent, rugissent leurs passions. Voicy la saison que la flesche du Cupidon perce les armes de la troupe écaillée, & que la flamme inevitable va mesme échauffer le sang gelé des enfans d’Amphitrite, iusques au plus profond du cristal de ses eaux.
[…]
Cà donc, qu’on tapisse, non la place Royale, non la Beauce, mais toute la terre, que la Chine nous envoye ses soyes, l’Arabie ses odeurs, le Potosi son or & argent : que toutes les cloches sonnent, que tous les canons tirent, que tous les amans soûpirent, que tous les instrumens soyent touchez delicatement, que toutes les voix crient Amour, Talasie, Hymen, Hymenée, Mariage, cocuage, generation, embrassemens, & que le ciel découle mille douces influences sur les mariez28.

18Une fois encore, la question de la paternité de chacun des textes est ici secondaire ; il suffit de savoir que le nom de Monluc, et cela est indiscutable, est associé à ces publications collectives et qu’il y a participé.

  • 29  Jeux de l’inconnu, op. cit.

19Il faudrait ici entrer dans une analyse plus poussée des textes, ce que je n’ai pas le loisir de faire ici, mais les positions morales qui s’en dégagent, là encore, sont fort éloignées de toute bigoterie et dévotion, et beaucoup plus approchantes, par contre, de ce qui ressort de l’historiette de Tallemant, sans que l’on puisse en aucune façon parler, d’athéisme formel. Soit, par exemple, dans le Philosophe Gascon29, la leçon de philosophie morale faite au gentilhomme de campagne de Roumech (c’est-à-dire de la Ronce) mécontent de son sort :

  • 30 Le philosophe gascon, op. cit. p. 57.

Maistre de tes volontez, et roy de tes affections, tu ne connois l’insolente tyrannie des grands que par ouyr dire, tu mesprises leur mespris et te mocques de ceux qui courent après le vent de leurs faveurs qui laissent le repos pour la peine, l’honneur pour la honte, le certain de leur condition pour l’incertitude de leurs espérances, la vérité pour le mensonge, la libre vertu pour la vicieuse servitude, les délices permises d’une vie civile et pacifique pour les douleurs violentes des folles et tumultueuses pensées d’un esprit despravé, le corps pour l’ombre, la vie pour la mort, et le Paradis pour l’enfer. Qu’as-tu donc a te plaindre ? Quoy ! Il m’est avis que je t’entends encores mumurer je ne sçay quelles imprécations. O pauvre d’esprit ! Ne sçait-pas que celuy-là est riche qui est content ? Que celuy augmente ses richesses qui appetisse la convoitise ? Que le bien estre ne consiste pas au plus, mais en ce qui suffit raisonnablement à chacun ? N’as-tu jamais ouy dire que tout n’est icy bas que vanité et fumée ? Qu’autant en emporte le laboureur que le Roy ? Que le cœur d’un Monarque dévalé dans la fosse n’est que le desjeuné de vers ? Que le souverain bien gist en la tranquillité de l’âme ? Et que la tranquilité se trouve en la mediocre possession des choses nécessaires à la vie plustost qu’en la surabondance des faveurs de la fortune ?30

20J’ai cité le passage en entier pour montrer que le thème de la vanité n’y conduit à aucune élévation chrétienne, mais vient au contraire justifier l’élection d’une vie philosophique, fortement imprégnée de stoïcisme et mâtinée d’une pointe d’épicurisme, en somme rigoureusement profane.

  • 31 Les pensées du solitaire. Seconde partie, Paris, Augustin, Courbet, 1630.

21Ce constat est corroboré par une pièce importante, jusqu’ici tout à fait méconnue de la critique, tirée de la seconde partie des Pensées du solitaire, intitulée De la Félicité de cette vie31. C’est un petit « traité » de philosophie morale en première personne, où l’auteur établi sa félicité dans « la tranquillité de l’esprit ». La démarche est habile et prudente, et pourtant fort audacieuse. L’auteur commence en effet par dire qu’il ne veut pas contrarier

[...] l’opinion des plus capables et des mieux sensez, qui ne cognoissent point de vraye felicité en cette vie, parce que les fins que nous nous proposons ne se faisans point desirer pour elles seulement, nous font cognoistre qu’il y en a quelqu’une qui est au dessus d’elles plus parfaite et plus excellente, que les sens ne peuvent pas comprendre, et que Dieu reserve à l’ame du Juste, lors qu’elle sera destachée de ces liens fragiles et perissables.

22Mais il ajoute :

[...] sans me departir donc de ceux qui logent la felicité dans le Ciel, j’ose dire que nous en pouvons gouster quelque image sur terre par la tranquillité de l’esprit.

23Or celle-ci est une transposition de l’ataraxie ou plutôt métriopathie des anciens que rien ne vient christianiser ;

[...] par cette tranquillité, je n’entens pas un loisir oisif, mais bien une vertueuse et douce agitation, qui bannisse absolument les passions de l’ame, ou qui du moins en amoindrisse l’effect et la violence.

24Elle se trouve en l’homme « dans l’usage de la raison ». En effet,

[...] dequoy servent à l’homme les sciences, les arts, les biens de la fortune et du corps, s’il est agité d’envie, de haine, d’amour, de convoitise, de colere, de crainte, ou de superstition ?

25Ce dernier mot surtout est à retenir. à travers une série d’exemples visant à montrer comment les passions viennent empêcher l’acquisition de la félicité en cette vie, les pratiques de la religion ne sont pas en reste. L’analyse se fonde sur tout ce que les apparences humaines peuvent avoir de trompeur, et combien la vertu apparente cache souvent des troubles passionnels dissimulés :

  • 32  La proximité du texte est ici frappante avec l’anonyme du fonds Conrart, ouvertement déiste, que n (...)

Dites à cet hypocrite, qui faict le contient parmy des Religieuses, qu’il vous die la verité, et je m’asseure qu’il vous advoüera qu’il brusle d’envie de les posseder. Considerez bien cest homme d’honneur, que la consideration du monde jette dans le peril, vous trouverez qu’il a le sang gelé de crainte. Tels estoient peut-estre les Scipions, et les Alexandres ; et plusieurs autres qui ont fait à n’en point mentir, des actions loüables. Mais qui nous peut asseurer que leur interieur respondit aux apparences du dehors ; et que sçavons-nous si ce n’estoit pas la vaine gloire qui poussoit les uns, et la honte, la satieté ou indisposition du corps, qui retenoit les autres ? Bref qui sera celuy qui jugera sainement de ces causes ensevelies dans le secret d’une ame pleine d’artifice, de vanité, ou de superstition ?32

  • 33 « Comme nous voyons en tous les grands, Alexandre, Scipion, Pompée, et tant d’autres qui ont courag (...)

26L’auteur de ces lignes quel qu’il soit (et rien n’interdit d’y voir la plume de Monluc) a lu et longuement médité la Sagesse de Charron, on peut en être sûr33, et il en fait une appropriation qui correspond bien à celle que les apologètes dénoncent comme « libertinage ». Cela devient particulièrement visible dans le passage suivant :

  • 34  Op. cit., p. 492.

Ces philosophes qui se brusloient volontairement ; ceux qui se foüettent encores, qui s’escorchent, et se mettent en pieces en Turquie, ou en la Chrestienté, sentent-ils les coups qu’ils se donnent ? Non : si cela est, ils n’ont point de merite ; et s’ils les sentent pouvons-nous dire que ce soit avecque contentement ?34.

27Ces « philosophes », « en la chrétienté », sont bien sûr les religieux qui pratiquent les macérations et les mortifications.

  • 35 « leur » et non « notre » maître. Je n’en tire aucune conclusion hâtive, mais le moins que l’on pui (...)

Je ne mets point en doute, poursuit l’auteur, que se chargeans volontairement de la Croix de leur35 maistre, et souffrans ainsi pour sa gloire, et pour gaigner le Paradis qu’il leur a promis, ils ne puissent estre appellez sages ; voire-mesme tres-sages, puis qu’ils cherchent leur felicité en Dieu, qui est la vraye sagesse. Mais tousjours ne la sçauroient-ils trouver en cette vie parfaictement, et il est bien à croire qu’ils ne pretendent pas de se rendre heureux en ce monde ; car s’ils l’esperoient ainsi, ils ne le mespriseroient pas.

  • 36 On notera le voisinage du ce texte avec tel passage de la Sagesse de Charron, dont on ne peut imagi (...)

28Ceux qui cherchent leur félicité en Dieu en méprisant ce monde ne sauraient la trouver qu’en l’autre monde… Il faut donc choisir : soit rechercher le bonheur en cette vie, ce qui ne peut se faire qu’en adoptant une conduite raisonnable visant à la tranquillité de l’esprit, soit le rechercher en l’autre. Les deux démarches sont absolument inconciliables. à y regarder de près, la seconde ne saurait d’ailleurs être supérieure à la première, parce que l’argumentation a souligné précédemment, comme on l’a vu, l’hypocrisie et les fausses apparences que se donnent les hommes confits en religion, travaillés par les troubles passionnels et les appels de la chair – tout le raisonnement conduisant en fait à considérer les conduites de macération et d’ascétisme comme mues en profondeur par des dérèglements passionnels plutôt que par un désir sincère de plaire à Dieu36. Mais surtout, l’auteur en appelle à l’impossibilité radicale de disjoindre l’âme du corps, ce qui rend la recherche de l’affliction corporelle incompatible avec l’acquisition de la félicité de l’esprit :

  • 37 Op. cit., p. 494.

Comme quoy pourroit-on aussi concevoir, que pour acquerir ce repos d’esprit, que nous desirons à celuy qui veut estre heureux en cette vie, il se fallut affliger la chair ? […) l’ame qui est joincte tres-estroitement avec le corps, participe en quelque façon aux maux et aux afflictions qu’il souffre37

29Celui qui opte pour une conduite d’ascétisme religieux

  • 38  Op. cit., p. 496.

[...] se prive volontairement de la tranquillité que nous cherchons, pour meriter un jour celle du Ciel38.

30L’auteur veut bien concéder que « certains » parviennent par cette voie à jouir de la tranquillité que « nous desirons icy bas » :

  • 39  Op. cit., p. 497.

[...] delaissant tout à fait le monde, ils se desfont des soings dont il nous va inquietant ; et affoiblissant leur chair par les jeusnes et par les auteritez, ils fortifient leur ame, qui se trouve enfin assez forte pour se rendre maistresse de l’insolence des sens39.

  • 40 Op. cit., p. 497.

31Mais cette concession rejoint le constat d’une inaccessibilité de la voie ascétique pour ceux « qui s’employent à la vie commune, ordinaire, et politique »40. Ceux-là ne peuvent atteindre la félicité que par deux chemins qui, l’un et l’autre, sont foncièrement étrangers aux exigences de la vie chrétienne et du service de la croix : soit la « stupidité » des pierres, des plantes et des animaux, laissée « aux rustiques » ; soit « l’estude de la philosophie », qui fonde la sagesse sur l’exercice de la raison. Cette philosophie est résolument éclectique, et l’auteur exploite l’image traditionnelle des abeilles faisant leur miel de toutes les fleurs, mais elle tourne substantiellement le dos à la spiritualité chrétienne. Non qu’elle s’y oppose, mais elle s’en exempte, associant et amalgamant les doctrines morales des anciens païens : celle des pyrrhoniens d’abord, « qui peut servir à destromper les hommes de certaines opinions grossieres et ridicules » ; mais aussi celles des « Stoïques, épicuriens, Pytagoriciens, et Cyniques ».

  • 41 Op. cit., p. 506.

32Le thème de la vertu récompense à elle même, d’ascendance stoïcienne, est cependant central ; de sorte que « celuy-là mesme qui semble tres-miserable, est peut-estre tres-heureux ; car que sçavons-nous si son ame ne iouyt pas par la force de sa vertu, de ce repos d’esprit, où reside l’humaine felicité ? »41 L’insistance sur cette question me semble d’ailleurs montrer que l’auteur est celui-là même du Philosophe gascon évoqué plus haut :

[...] tant s’en faut que je croye celuy-là bas de cœur, qui se contente de son petit sort

33dit-il, en des termes voisins à ceux du capitaine Guiraud faisant la leçon au cadet la Roumech.

34Mais nul dolorisme, nul ascétisme pour autant, et l’empreinte épicurienne est évidente :

  • 42  Op. cit., p. 510.

Que le sage donc jouysse des faveurs et des graces de la nature, qu’il fasse profit des saisons et des compagnies, et qu’il ne refuse point les plaisirs permis42.

35L’auteur demande seulement que cet épicurisme soit tempéré de pyrrhonisme

  • 43  Op. cit., p. 512

[...] n’attachant jamais son ame aux choses qu’elle considere, de peur que venant à les perdre, elles n’emportent avec elles cette tranquillité moderée, qui ne gist ny en melancolie, ny en solitude, ny en oisiveté et sommeil, ny aussi en un trop exact et ordinaire employ ; non plus qu’en voluptez et en occupations de peu d’importance, ou application d’esprit trop exquise et assiduë, soit-elle des arts liberaux ou mechaniques ; mais bien en un meslange proportionné de repos et d’honneste travail, tant de l’esprit que du corps. Ainsi celuy qui veut estre heureux, mesnagera doucement le temps, sans toutesfois se contraindre, reglant ses plaisirs et ses exercices à son humeur43.

36Ce sage mondain, tout à la fois, affiche un grand souci de conformisme social et religieux :

  • 44 Op. cit., p. 512-513.

Je ne veux point qu’il fasse rien d’extravagant ; j’entens qu’il s’assubjectisse aux loix divines et humaines ; qu’il ne donne point au monde les heurs qui sont consacrées à Dieu ; qu’il se soubmette franchement à ce que la Religion, le Prince et sa profession l’obligent44.

37La soumission à la religion, on le voit, est envisagée sur le même plan que celle due au prince et à la profession, et n’implique nullement une vie en elle-même guidée et guindée par le modèle de vie chrétienne, passablement mis à mal, comme on l’a vu.

  • 45  Op. cit., p. 514.

38Même si l’on fait une lecture a minima d’un tel texte, c’est-à-dire si on considère comme parfaitement sincère et sans arrière-pensées l’adhésion du philosophe à la religion de sa naissance, force est de contacter que le choix de vie qu’il promeut se détourne de la spiritualité chrétienne pour embrasser l’eudémonisme des anciens et l’appliquer, ou plutôt adapter aux exigence d’une vie toute mondaine. Ainsi est-il recommandé au sage de s’adonner « aux honnestes exercices du corps », à ceux, aussi de l’esprit, de remplir ses « fonctions » et « charges » sans négliger ses « affaires domestiques », mais encore lui faut-il ensuite s’élever à la « contemplation des choses de la nature » et revenir surtout à soi, « parler de soy-mesme avec soy-mesme », non pour se complaire dans la solitude, mais pour mieux revenir au autres, l’homme « estant naturellement sociable », dans la recherche de la « compagnie des gens vertueux et agréables »45. Si l’on ne veut nommer cela du libertinage – ce que ne manquerait de faire la théologie morale même la plus laxiste (disons celle des jésuites, d’un père Caussin par exemple – il faut bien reconnaître que l’on a affaire à une conception de l’honnêteté foncièrement profane qui délaisse explicitement et sciemment la voie de la dévotion.

  • 46  Sur les activités de cette académie que Monluc avait fondé et présidait, voir Christiane Faliu-Lac (...)

39Le frontispice de cette seconde partie est très intéressant et un peu mystérieux, puisqu’il arbore deux représentations du guerrier efféminé par le loisir et l’amour ; dans l’une, on le voit filer la laine, comme Hercule chez Omphale, et dans l’autre, délaissant ses armes et entièrement travesti en femme, se coiffant devant un miroir ; trois petites cartouches montrant au-dessous des scènes de séduction olympiennes avec le motto : « et nos cedamus amori » ; « même nous nous cédons à l’amour ». Le guerrier se livrant momentanément aux efféminations de l’amour et des lettres est fort probablement Monluc lui-même, et il est moins douteux encore qu’il est lui-même « le Solitaire » qui nous délivre ses « pensées ». Parmi d’autres textes, dont il est bien est difficile d’affirmer qu’ils sont tous d’un même auteur – l’ensemble du recueil étant signé de Vaulx –, ce « premier traité » De la félicité est suivi d’un « second » consacré à l’« éloquence » et dont il est précisé qu’il a été lu à l’ouverture de l’académie des Philarètes46, à Toulouse donc. Les deux textes sont très probablement du même auteur et nous pouvons être sûrs d’avoir affaire soit à Monluc, soit à l’un de ses proches. On peut noter, en particulier, la posture très aristocratique adoptée par son sage mondain, philosophiquement proche mais socialement assez éloigné des érudits de condition plus modeste comme La Mothe Le Vayer ou Naudé, qui font leurs premières armes dans les belles lettres au même moment.

40En aucun cas la figure qui se dégage de ce texte, comme des autres pièces que j’ai évoquées, ne correspond au portrait que Véronique Garrigues nous présente du très éminent comte de Cramail, du moins en ce qui concerne ses attitudes par rapport à la religion. Il m’apparaît surtout, à la lecture de ses quelques textes que j’ai à peine effleurés, que tout le travail ou presque d’analyse matérielle, philologique, littéraire, sociale et philosophique des productions textuelles attachées au nom de Monluc reste encore à faire.

Appendice : Guillaume de Vaux ou Le Herti : un écrivain impie enfermé aux Petites Maisons

  • 47  Entre autres ouvrages examinés en ce lieu, Marolles évoque en effet, « un traité du Chauve composé (...)

41Même si certains critiques continuent à mettre en doute l’existence même d’un auteur nommé Guillaume de Vaux, au motif que son nom apparaît dans des ouvrages attribués à Adrien de Monluc, celle-ci ne fait et n’a d’ailleurs jamais fait de doute. Il y eut bien un auteur de ce nom qui logea chez le comte de Cramail à Paris et participa vers 1619-1621, comme l’atteste Michel de Marolles dans ses Mémoires, à cette « espece de petite academie » préoccupée de « pureté de la langue », qui se réunissait dans la maison de Piat Maucors, rue Saint-Étienne-des-Grecs47. Si Charles Sorel, qui a servi chez Monluc, se fait l’écho de l’attribution Cramail des ouvrages signés De Vaux, il est lui aussi très clair ; octroyant, comme d’autres, la paternité à De Vaux d’un ouvrage contre Guez de Balzac :

  • 48  p. 170. Voir surtout M. Bombart, qui relève la signature « De Vaulx » dans les éditions des Pensée (...)

On doit considerer […] quantité de petites pieces particulieres, qui paroissent sous diverses formes, comme d'allegories, de voyages, de portraits, d’histoires feintes, et de plusieurs inventions agreables ; on en voit assez dans les deux volumes des pensées du solitaire, et dans celuy des jeux de l’inconnû, qui viennent d’un grand-seigneur de la vieille cour, lequel veritablement a donné un modelle de nostre galanterie moderne. On pretend que c'estoit le Comte De Cramail, et que le sieur De Vaux, qui a mis son nom à ces livres là, et qui est celuy qui avoit fait le tombeau de l’orateur François, avoit seulement eu le soin de l’impression »48.

  • 49 La Vie et les œuvres de Charles Sorel, Sieur de Souvigny (1602-1674), Paris, 1891 ; Genève, Slatkin (...)
  • 50  Tombeau de l’orateur françois, ou Discours de Tyrsis, pour servir de response à la lettre de Péria (...)
  • 51  L’ouvrage contient d’ailleurs un éloge du comte, qui avait déjà été le destinataire d’une autre pi (...)

42L’épître dédicataire de ce dernier ouvrage à l’archevêque de Bordeaux Sourdis est en effet signé « De Vaulx », et aucun document ne justifie, me semble-t-il, de favoriser plutôt une attribution à Sorel, comme le fait Émile Roy49, ou à Monluc, comme le l’affirme le catalogue de la Bibliothèque Nationale50. Il pourrait du reste s’agir d’une œuvre collective, provenant du cercle de Monluc, apparemment rompu aux formes d’écriture collectives51. Or, dans un passage de cet ouvrage visant à montrer la vaniteuse folie de Balzac, est évoquée une étrange « visite » aux Petites Maisons :

  • 52  Op. cit., p. 172.

Il n’y a pas long-temps, écrit l’auteur, que Damon & Tyrene, nos communs amis, cherchant à m’esloigner du souvenir de ma fièvre, me menerent insensiblement à l’Hospital des enfermez52.

  • 53  « Visites à « L’hopital des enfermez » : pratiques curieuses, religieuses et littéraires de l’hôpi (...)
  • 54 « Je ne croy pas que au prejudice de l’écrivain de Vaux, vous ne prétendiez à vous faire empereur d (...)
  • 55 Les Jeux de l’inconnu, op. cit., p. 186‑187.
  • 56 Historiettes, éd. Antoine Adam, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1960, t. I, p. 49 (...)
  • 57  « Je commencerai donc par vous dire que, hors le respect que je dois à l’honneur qu’il a d’être fr (...)

43Comme l’a montré Mathilde Bombart dans un article important, ces lignes semblent suggérer que le narrateur reconnaît souffrir ou avoir souffert lui-même de quelque trouble d’esprit53. Or M. Bombart relève d’une part que Malherbe désigne dans une lettre à Racan « l’écrivain de Vaux » comme fou enfermé sous le titre honorifique d’« empereur des Petites-Maisons »54, et d’autre part que la production de Monluc et de son cercle est associée au nom du « Herti » ou « Herty », fou célèbre de cet hôpital, qui recevait la visite de nombreux personnages de marque et dont les Jeux de l’inconnu utilisent le nom en tête d’un traité philosophique en effet fort délirant : Le Herti ou l'Universel, ou par des saisissements lumineux, il se traicte de toutes sortes de matières55. Tallemant des Réaux par exemple, raconte que « Voiture alloit entretenir le Herty aux Petites Maisons. Ce fou s’appelloit le grand presvost de la justice divine aux enfers »56. De même, une lettre du comte de Chalais emprisonné, de juillet 1626, évoque les visites « continuelles » que lui rendraient Gaston d’Orléans57.

  • 58  Art. cit., p. 32.
  • 59 Manuscrit de la Bibliothèque Nationale de Vienne, codex 7071 (Hohendorf 133), p. 170-171.
  • 60  Plus haut dans la page la marge porte un B, signe usuel dans le manuscrit pour désigner Nicolas Bo (...)

44Dans un article sur Adrien de Monluc et le comique, Terence J. D. Allot avance que de Vaux, comme écrivain enfermé, avait acquis la réputation d’être un rival du Herti58. En fait les papiers Patin de Vienne59 contiennent une notice décisive, datable de 1639 et dont la source est très probablement le mentor et ami de Patin, Nicolas Bourbon60, qui permet d’avancer que Guillaume de Vaux et Le Herty furent une seul et même personne et que ce fou n’était guère dévot. En voici le texte :

  • 61 Montaigne a traduit ce passage comme suit : « Tu sçais, dit-il escrivant à Lucilius, que Harpaste, (...)
  • 62  « Qui ne porte des oreilles d’âne ? ».

Je connois des gens de qualité qui prennent plaisir d’aller deux ou trois fois l’an aux petites maisons y voir des fous, leur grimace et leur desbauche pour s’esmouvoir de la compassion et de la commiseration de l’homme qui est sujet a ces miserables tournoyement d’esprit, et qui pour si peu de chose s’emporte a de si estranges foles et a des extravagances si fot esloignées de la raison qui est le principe consitutif et la difference essentielle de l’homme. Mais ces spectacles sont trop pitoyables. J’ayme mieux estre de l’humeur de Seneque qui n’aimoit point a voir des fous. Escoutez ce qu’il dit Espist. 50. harpasten, uxoris meae fatuam Harpasten, scis hereditarium onus in domo mea remansisse. Ipse enim auersissimus sum ab istis prodigiis. Si quando fatuo delectari uolo, non est mihi longé quaerendus, me rideo. Haec fatua subitò desiit uidere. Incredibilem tibi narro rem, sed ueram. Nescit esse se caecam. Subinde paedagogum suum rogat ut migret ; ait domum tenebosam esse. Hoc quod in illa ridemus omnibus nobis accidere, liqueat tibi. Nemo se auarum esse intellegit, nemo cupidum. Caeci tamen ducem quaerunt, nos sine duce erramus61. Un de mes Amis m’a dit qu’estant un jour en compagnie de trois autres, on le mena là se promener ou entre autres fous il virent un Prestre nommé M.e Gilbert qui avoit esté porte-Dieu a S. André des Arts 22 ans. Il disoit tousjours, S. Lupe, S. Lupe, S. Lupe et puis se tournant vers ceux qui le regardoient, il disoit, donnez moy pour boire, et s’en ala voir, comme c’estoit la coustume, un autre fou nommé le Prevost divin, l’Herty, autrement de Vaux l’Escrivain, lequel estoit un dangereux fou, qui parloit tousiours mal de Dieu et proferoit des impiétez. Des Vaux mangeoit alors des pastez de requeste et dez qu’il vit ce Prestre, il luy dit M.e Gilbert, tien, boy de ce vin qu’il luy presenta. Dés qu’il eut bû, de vaux commença a maugreer et jurer le nom de Dieu pro more. Gilbert luy repliqua qu’il devoit parler de Dieu plus reverement et qu’il ne falloit pas ainsi traiter nostre bon maistre. Tout a l’heure de Vaux prit M.e Gilbert par la main et luy respondit : vrayement c’est bien a toy a faire de parler de ton maistre. C’est un bon et Reverend seigneur apres que tu as pris la peine de le porter 22 ans il t’a pour recompense envoyé finir tes iours dans les petites maisons. Et bien, contez vous cet homme pour fou, ou pour un meschant ? Sane constat plures et varios esse gradus insaniae. Tel mesme se cuide estre bien sage qui fait le fou a toute heure : Auriculas asini quis non habet ? Pers. Sat. 162

  • 63  à noter également qu’à la date où écrit Patin, il semble être mort, puisqu’il en est parlé à l’imp (...)
  • 64  Voir ci-dessus, n. 47.

45Si ce texte, comme il semble, est fiable, il tendrait à montrer qu’il se trouvait dans l’entourage immédiat de Cramail un personnage au moins de religion fort douteuse, que les contemporains n’étaient guère disposés à excuser en invoquant sa folie. Il apparaîtrait également que c’est un fou enfermé qui signe les deux recueils attribués à Monluc, ainsi que l’épître du Tombeau de l’orateur, puisque le Herty est mentionné comme un fou célèbre des Petites Maisons déjà en 1626 (voir la lettre de Chalais, citée ci-dessus)63. Le sieur « aux deux visages » (Dos Caros)64 n’en devient que plus énigmatique…

Haut de page

Notes

1 Adrien de Monluc (1571-1646). D’encre et de sang, Limoges, Pulim, 2006.

2  Op. cit., p. 356 et 355.

3 « Les premiers à créditer Adrien de Monluc de penchants libertins sont Pierre Brun et Frédéric Lachèvre ». En fait Perrens renvoyait déjà à la notice de Tallemant des Réaux. Les libertins en France au xviie siècle, Paris, Léon Chaillez, 1896, p. 60.

4  Op. cit., p. 142.

5 Voir cependant le texte du ms Patin de Vienne cité ci-dessous. Mais il ne dit pas directement que les protecteurs toulousains de Vanini furent des « libertins ».

6  Soit, par exemple l’expression de Charron, dans les Trois Vérités, reprise par Garasse dans la Doctrine curieuse, qui fait des libertins non des athées accomplis, mais des « tiercelets d’athéistes ».

7 « Il fut un des disciples de Lucilio Vannini. Il disoit une assez plaisante chose : Pour accorder les deux religions, il ne faut, disoit-il, que mettre vis-à-vis les uns des autres les articles dont nous convenons, et s’en tenir là ; et je donneray caution bourgeoise à Paris que quiconque les observe bien sera sauvé », Historiette n° XLVIIII, Musée Condé, Chantilly, n° 1415. L’essentiel du manuscrit est daté de 1657. Cité par Didier Foucault, Un philosophe libertin dans l’Europe baroque. Giulio Cesare Vanini, Paris, Champion, 2003, p. 466. cf. édition d’A. Adam, t. I, p. 232.

8 Mémoire fait par Monsieur le Cardinal de Richelieu sur la détention du comte de Cramail, Bibliothèque Nationale, fonds ancien français, n° 15344, f° 590, cité par D. Foucault, op. cit., p. 466. Le texte est édité par M. Avenel in Richelieu, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État, t. V, p. 333. Le terme d’« esprit fort » ne figure pas dans ce mémoire, contrairement à ce que laisse entendre M. Kramer dans son édition de La Comédie de proverbes (Droz, 2003) : il s’agit d’une expression d’A. de la Cropte de Chantérac, dans son édition du Journal du maréchal de Bassompierre, Paris, Vve de J. Renouard, 1870-1877, t. IV, p. 193.

9  Il est significatif que dans la plupart des autres textes, le nom de Monluc ne soit pas cité, comme par exemple dans le canard publié en 1619, Histoire véritable de tout ce qui s’est faict et passé depuis le premier janvier 1619…, qui dit simplement de Vanini à Toulouse : « il s’estoit accosté de quelques ieunes Gentils-hommes folastres de Tholoze assez desbauchez qu’il n’est besoin de nommer, on le sçait dans la ville par noms et surnoms », document publié par D. Foucault, Lettre Clandestine, n° 5, 1996, p. 29. Il n’est ici nullement question de Monluc, même si ces « jeunes Gentilhommes » étaient de son entourage, aussi l’appréciation de Raimondi me semble excessive qui dit qu’il s’agit d’un « pamphlet che attaca, senza nominarlo, il conte di Cramail, reo di essersi circondato di intellettuali non del tutto eterodossi (sic) o come dice l’anonimo « dissoluti » », Giulio Cesare Vanini nell’Europa del Seicento. Con un appendice documentaria, Pisa-Roma, Istituti Editoriali e Poligrafici Internazionali, 2005, p. 313. Pour une reconstruction détaillée de l’affaire, et du rôle joué par Monluc, voir cet ouvrage ainsi que celui de Foucault, qui divergent sur plusieurs points.

10 « Mais parmy ceux qui en faisoient de l’estat, Monsieur le Comte de Cremail admiroit le sçavoir de cet homme, et le loüoit publiquement. Et ceste loüange n’estoit pas peu honorable à Lucilio, puis que ce brave Comte est sans flatter, l’honneur des lettres aussi bien que des armes […] Monsieur le Comte de Cremail, croyant cet Athe tout autre chose qu’il n’estoit pas, luy fit par quelque sien amy offrir le gouvernement de l’un de ses neveux, avec une honneste pension. Lucilio ayant ouvert l’oreille à ceste condition l’accepta, et commença d’instruire ce ieune Seigneur, au contentement de son oncle, en s’acquittant assez dignement de sa charge », François de Rosset, De l’execrable Docteur Vanini, éd. par D. Foucault, Lettre Clandestine n° 4, 1995 ; rééd. 1999, p. 502.

11 « Il entretenoit bien souvent le Comte, qui est un esprit extremement curieux, et par ses artifices acqueroit tous le suours de plus en plus son amitié. Comme il se vit aymé d’un tel Seigneur, et appuyé de beaucoup d’amis, le destestable recommença petit à petit à semer  sa doctrine diabolique », ibid.

12 « Tandis qu’il tasche de perdre les ames par sa detestable croyance, Monsieur le Comte de Cremail, de qui le clair iugement ne se trompe iamais, et à qui la nature, et le maniement des affaires ont donné la cognoissance de toutes choses. Ce prudent et sage Seigneur, dis ie, recognut bien tost l’intention de Luciolo, et apprit en peu de temps ce qu’il avoit dans l’ame. Neanmoins il dissimula quelques iours ce qu’il en pensoit, et sceut si bien tirer le ver du nez de ce meschant homme en devisant privement avec luy, qu’il s’esclaircist entierement de sa doute. Cet execrable luy confessa librement qu’il croyoit que tout ce qu’on nous dit de la Divinité, et qui est contenu dans les escrits de Moyse n’est que fable, et mensonge : Que le monde est eternel, et que les ames des hommes et celles des bestes n’ont rien de different, puis que les uns et les autres meurent avec le corps. Et pour nostre Seigneur Iesus-Christ, que tous ses faicts n’estoient qu’imposture. […] Monsieur le Comte fut fort scandalisé de ce discours, et ceste ame non moins religieuse que genereuse, s’efforça de reduire par de vives et pressantes raisons, que les bornes de ce recit ne peuvent contenir, ce mal-heureux Athee. Mais tout cela ne servit de rien, pui qu’il tractoit avec un esprit le plus impie que l’on ayt veu iamais parmy les hommes, et d’autant plus remply d’impieté, qu’il ne pechoit point par ignorance, ains resistoit ouvertement au sainct Esprit […] Ce que voyant ce Seigneur, et ialoux du nom de celuy, qui pour nous sauver prit nostre chair humaine, et nasquit d’une Vierge, il tesmoigna bien tost à Luciolo le desplaisir qu’il sentoit de sa perte, et le regret qu’il avoit de luy voir baillé la charge d’instruire son nepveu. Et comme il estoit prest de  le luy oster, de peur que ceste ieune plante abbreuve d’une si dangereuse doctrine, n’en retient quelques mauvaises odeur, la Court de Parlement de Tholose deputa deux de ses Conseillers vers le mesme Comte. Ce iuste et Religieux Senat ayant esté informé, que Luciolo non content de mesdire publiquement de l’Eternel fils de Dieu, avoit des sectateurs en ses execrables opinions, luy eust desia fait mettre la main sur le collet ; mais aupravant elle vouloit sçavoir du Sieur Comte s’il avoüoit un si meschant homme. Les deux Conseiller ayants exposé leur commission au Seigneur de Cremail, ils eurent telle satisfaction de luy, que le lendemain Luciolo fut saisi, et mené en la Conciergerie », ibid., p. 503-504.

13  Cet épisode a pu servir de modèle à une scène des États et empires du Soleil de Cyrano : « je vis entrer, dans la chambre de Colignac, neuf ou dix barbes longue robe, qui d’abord lui parlèrent ainsi : « Monsieur, vous savez qu’il n’y a pas un de nous en cette compagnie qui ne soit votre allié, votre parent ou votre ami, et que par conséquent il ne vous peut rien arriver de honteux qui ne nous rejaillisse sur le front. Cependant nous sommes informés de bonne part que vous retirez un sorcier dans votre château […] Voyez-vous, dit-il, notre parent, nous connaissons où vous tient l’enclouure : le magicien est une personne que vous aimez ; mais n’appréhendez rien ; à votre considération les choses iront à la douceur : vous n’avez seulement qu’à nous le mettre entre les mains ; et pour l’amour de vous, nous engageons notre honneur de le faire brûler sans scandale », Estats et Empires du soleil, in Cyrano de Bergerac, Œuvres complètes, tom. I, éd. Madeleine Alcover, Paris, Champion, 2000, p. 169-170.  La similitude est frappante, à cette différence près que, dans le texte de Rosset, Monluc désavoue son protégé et donne satisfaction aux magistrats, alors que Colignac (remarquons que les noms ne sont pas étrangers non plus l’un à l’autre par les caractéristiques géographiques qu’ils désignent) les envoie promener dans un éclat de rire. Mais on sait justement que Vanini, comme Dyrcona, ne fut pas en fait arrêté immédiatement, mais un long laps de temps après, au point que l’on peut se demander si Cyrano n’a pas lui-même bénéficié d’informations spécifiques sur l’affaire Vanini. Pour quelque allusion à ces ressemblances troublantes voir Isabelle Moreau, « Mises en scène de la censure : Vanini et Descartes à l’ouverture des états et Empires du Soleil », La Lettre clandestine, n° 10, 2001, p. 289-302 et MarcellaLeopizzi, Les Sources documentaires du courant libertin français. Giulio Cesare Vanini, préf. de G. Dotoli, Fasano-Parigi, Schena Editore-Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2004, p. 620-621.

14 Par contre l’affirmation selon laquelle le texte de Rosset contient une propagande dissimulées des idées de Vanini ne me semble pas étayée. Voir, M. Kramer, Introduction à son édition de La Comédie de proverbes, texte établi, annoté, glossaire, répertoire phraséologique et notice biographique par M. Kramer, Genève, Droz, 2003, p. 116.

15 Op. cit. p. 145.

16 Op. cit. p. 356.

17 Manuscrit de la Bibliothèque Nationale de Vienne, codex 7071 (Hohendorf 133), p. 336.

18 Lettre du 26 décembre 1653, Bibliothèque de la Faculté de médecine de Paris, Ms 394, f°25. Je remercie vivement Didier Foucault de m’avoir communiqué ce document.

19 Les Jeux de l’Inconnu [1630, 1637], augmenté de plusieurs pieces en cette derniere edition, Lyon, Claude la Riviere, 1648 ; Les pensées du solitaire, Paris, Sommanville, 1629 ; Les pensées du solitaire. Seconde partie, Paris, Augustin, Courbet, 1630.

20 Introduction à Comédie [La] des proverbes, pièce comique, texte établi, annoté, glossaire, répertoire phraséologique et notice biographique par M. Kramer, Genève, Droz, 2003.

21 Il cite cependant Guéret qui fait dire à Cyrano disputant avec Vaugelas : « Vraiment, vous estes bien délicats, vous autres messieurs. S’il faut vous en croire, Érasme a perdu son temps avec ses Adages ; Baïf s’est moqué du monde avec ses Mimes ; le comte de Cramail est un mauvais plaisant avec sa Comédie des proverbes, et Voiture, tout Voiture qu’il est, a de grands comptes à vous rendre de cent sortes de petits jeux qui sont si fréquents dans ses Lettres », La guerre des auteurs anciens et modernes, A La Haye, chez Arnout Leers, 1671, p. 199-200. Je m’en tiendrai pour ma part à la prudente position de Garrigues : « La tradition associée l’œuvre au nom de Monluc, mais aucun élément probant ne permet de l’affirmer ou de l’infirmer de façon certaine », p. 34.

22 « Lorsque je le quittai, il me dit ces propres paroles : « Laissez-moi huit jours, je vous parlerai après plus décisivement, et j’espère que je ferai voir au Cardinal que je suis bon à autre chose qu’à faire les Jeux de l’inconnu » Vous remarquerez, s’il vous plaît, que ces Jeux de l’inconnu étaient un livre à la vérité très mal fait, que le comte de Cramail avait mis au jour, et duquel M. le cardinal de Richelieu s’était fort moqué », Mémoires, éd. S. Bertière, Garnier, 1987, t. I, 245. Michel de Marolles, dans ses Mémoires, rappelle que Monluc se montra « si obligeant pour son livre des Jeux de l’Inconnu », voulant dire par là que le comte lui avait donné son livre, Mémoires, Paris, Antoine de Sommaville, 1656, t. III, p. 265. Voir également le passage formel et détaillé que consacre Sorel à l’ouvrage dans sa Science Universelle, Paris, Theodore Girard, 1668, p. 361-362, cit. par V. Garrigues, op. cit., p. 332.

23 Voir mon édition in L’Antre des Nymphes, transcription, présentation annotation de textes de François La Mothe Le Vayer, Adrien de Monluc, Claude Le Petit, Toulouse, Anacharsis, 2004.

24 Op. cit., p. 142. « Le comte de Cramail n’est pas un libertin patenté comme le suggère le ministre de Louis XIII. Ses écrits et son engagement religieux le montrent », op. cit., p. 356.

25  Selon Sophie Houdard, que je remercie, il pourrait s’agir de la déformation de « pinzochere », dévotes italiennes vivant dans des couvents ouverts.

26  Ces particularités vestimentaires semblent indiquer qu’il s’agit des jésuites et des oratoriens.

27 Le texte apparaît dans l’édition de 1637 Les Jeux de l’Inconnu, augmenté de plusieurs pieces en cette derniere edition, 1637 ; Lyon, Claude la Riviere, 1648, p. 199. Cf. aussi : « [nous marions] Le bourdon d’un Pelerin de sainct Iacques, avec la courge d’un autre de sainct Claude », p. 197.

28 Op. cit. p. 188 et 201.

29  Jeux de l’inconnu, op. cit.

30 Le philosophe gascon, op. cit. p. 57.

31 Les pensées du solitaire. Seconde partie, Paris, Augustin, Courbet, 1630.

32  La proximité du texte est ici frappante avec l’anonyme du fonds Conrart, ouvertement déiste, que nous avons publié sous le titre du Philosophe anti-chrétien, Paris, édition des amis de Paris-Zanzibar, 2001 et repris in Minora clandestina, I. Le Philosophe antichrétien et autres écrits iconoclastes de l’âge classique, sous la dir. d’A. Mothu et A. Sandrier, Paris, Honoré Champion, 2004, p. 19-76.

33 « Comme nous voyons en tous les grands, Alexandre, Scipion, Pompée, et tant d’autres qui ont courageusement refusé de toucher les plus belles dames qui estoient en leur puissance, bruslant au reste d’ambition, voire ceste victoire de l’amour servoit à leur ambition », De la sagesse, Bordeaux, 1601, p. 136. Voir surtout le passage citée ci-dessous n. 28.

34  Op. cit., p. 492.

35 « leur » et non « notre » maître. Je n’en tire aucune conclusion hâtive, mais le moins que l’on puisse dire est que l’auteur ne s’empresse pas de se mettre sous la bannière du Christ.

36 On notera le voisinage du ce texte avec tel passage de la Sagesse de Charron, dont on ne peut imaginer que l’auteur ne l’ait pas connu et qui en permet en partie le décodage : « Les superstitieux, injurieux à Dieu, et ennemis de la vraye religion, se couvrent de pieté, zele, et affection envers Dieu, jusques à s’y peiner et tourmenter plus que l’on ne leur commande, pensant meriter beaucoup, et que Dieu leur en sçait gré, voire leur doibt de reste ; que feriez-vous à cela ? Si vous leur dictes qu’ils excedent et prennent les choses à gauche, pour ne les entendre pas bien, ils n’en croiront rien, disant que leur intention est bonne (par où ils se pensent sauver) et que c’est par devotion. D’ailleurs ils ne veulent pas quitter leur gain, ny la satisfaction qu’ils en reçoivent, qui est d’obliger Dieu à eux. », édition de Bordeaux, p. 46.

37 Op. cit., p. 494.

38  Op. cit., p. 496.

39  Op. cit., p. 497.

40 Op. cit., p. 497.

41 Op. cit., p. 506.

42  Op. cit., p. 510.

43  Op. cit., p. 512

44 Op. cit., p. 512-513.

45  Op. cit., p. 514.

46  Sur les activités de cette académie que Monluc avait fondé et présidait, voir Christiane Faliu-Lacourt, « Lumières sur l’académie des Philarètes d’après le Ramilete de Flores d’Alejandro de Luna (1620) », Cahiers Maynard, n° 12, 1982, p. 53-61 et V. Garrigues, op. cit., p. 326 sq.

47  Entre autres ouvrages examinés en ce lieu, Marolles évoque en effet, « un traité du Chauve composé par un Gentil-homme appellé de Vaux, qui demeuroit aupres de M. le Comte de Cramail », Mémoires, Paris, Antoine de Sommaville, 1656, t. I, p. 41. Il s’agit sans doute d’une traduction, imitation  de L’Éloge de la calvitie de Synésius de Cyrène, parue en 1621 et dont la bibliothèque de l’Arsenal possède un exemplaire, Oraison, Sur les loüanges des Testes Chauves. Faicte Grecque par Synese, traduicte en latin par Phrée, et mise en François par L., A Paris, De l’Impr. de Claude Hulpeau, 1621. Comme le fait remarquer Terence J. D. Allott, la pièce est contenue dans un recueil où figuren deux pièces attribuées à Monluc,La Blanque et La Maigre, « Cramail and the comic », The Modern Language Review, vol. LXXII, 1977 (p. 22‑32), p. 32. A noter également que Les Délices satyriques, publiés en 1620 contiennent une pièce attribuée à Vaux. Voir Frédéric Lachèvre, Bibliographie des recueils collectifs de poésie satirique publiés depuis 1600 jusqu’à la mort de Théophile (1626), Paris, 1909‑1928 ; Genève, Slatkine Reprints, 1968, p. 365.

48  p. 170. Voir surtout M. Bombart, qui relève la signature « De Vaulx » dans les éditions des Pensées du solitaire, Paris, Antoine de Sommaville, 1629 et des Jeux de l’inconnu, Paris, T. de la Ruel, 1630, « Visites à « L’hopital des enfermez » : pratiques curieuses, religieuses et littéraires de l’hôpital des fous au tournant des xvieet xviiesiècles », « écriture et prison au début de l’âge moderne », Cahiers du CRH, n° 39, 2007, p. 161-182). Il est présenté dans les Jeux de l’Inconnu comme « sieur de dos Caros » et c’est aussi ce nom qui apparaît dans le contrat avec Rocolet, Bessin et Courbé pour les Jeux de l’inconnu signalé par Henri‑Jean Martin, Livre, pouvoir et société, p. 427 (M. Bombart, ibid) ainsi que dans le privilège, publié par V. Garrigues (« Guillaume de Vaulx escuier sieur doscarros demeurant a Paris rue Geoffroy paroisse Sainct Paul », A.N, m.c., ét. VIII-630 (19 mars 1630), cité in op. cit., p. 331). Cette nomination est étonnante, s’il est vrai que Dos Caros (« doas caras »selon la graphie classique et non pas du tout « dos caroz » comme l’écrit Kramer, auquel on doit cependant cette découverte) signifie dans l’occitan que connaissait Monluc (par contre rien n’indique que de Vaux soit originaire du sud de la France), « deux visages ». Il est évidemment tentant d’associer cette appellation avec le rôle de prête nom de Vaux dans cette publication. Voir Michael Kramer Introduction à Comédie [La] des proverbes, pièce comique, texte établi, annoté, glossaire, répertoire phraséologique et notice biographique par M. Kramer, Genève, Droz, 2003, p. 142. Il ne me semble pas exclu qu’il ait à voir avec le statut de fou/ sage et de sage/ fou assumé par l’écrivain de Vaux / Le Herty.

49 La Vie et les œuvres de Charles Sorel, Sieur de Souvigny (1602-1674), Paris, 1891 ; Genève, Slatkine Reprints, 1970, p. 417

50  Tombeau de l’orateur françois, ou Discours de Tyrsis, pour servir de response à la lettre de Périandre, touchant l'Apologie pour Monsieur de Balzac, à Paris, chez Adrian Taupinart, 1628. à noter que la mention « Par de Vaulx » figure à la main sous le titre sur l’exemplaire numérisé de la BNF.

51  L’ouvrage contient d’ailleurs un éloge du comte, qui avait déjà été le destinataire d’une autre pièce contre Balzac de Jean-Baptiste de Crosilles, lui aussi familier de Monluc et, comme de Vaux, membre de la petite académie dont parle Marolles. Voir V. Garrigues, op. cit., p. 340 sq.

52  Op. cit., p. 172.

53  « Visites à « L’hopital des enfermez » : pratiques curieuses, religieuses et littéraires de l’hôpital des fous au tournant des xvieet xviiesiècles », « écriture et prison au début de l’époque moderne », Les Cahiers du CRH, n° 39, 2007, p. 161-182.

54 « Je ne croy pas que au prejudice de l’écrivain de Vaux, vous ne prétendiez à vous faire empereur des petites maisons », lettre non datée, in Recueil de lettres nouvelles (dit recueil Faret), Paris, Toussaint Du Bray, 1627, I, p. 88 ; François de Malherbe, Œuvres, éd. Antoine Adam, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1971, p. 266.

55 Les Jeux de l’inconnu, op. cit., p. 186‑187.

56 Historiettes, éd. Antoine Adam, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1960, t. I, p. 493.

57  « Je commencerai donc par vous dire que, hors le respect que je dois à l’honneur qu’il a d’être frère de mon maître, je lui soupçonne peu ou point du tout de confiance, et qu’ajoutant à cette belle qualité ses inquiétudes et ses visites continuelles de petites maisons vers le Herty, vous croirez tenir tout que vous ne tiendrez rien, et sera capable de retourner son esprit à faire mal, comme il a tourné promptement à faire bien », Lettre datée approximativement du 30 juillet 1626, dans Pierre Grillon, Papiers du cardinal de Richelieu, Paris, A. Pedone, 1975, t. I, p. 408.

58  Art. cit., p. 32.

59 Manuscrit de la Bibliothèque Nationale de Vienne, codex 7071 (Hohendorf 133), p. 170-171.

60  Plus haut dans la page la marge porte un B, signe usuel dans le manuscrit pour désigner Nicolas Bourbon.

61 Montaigne a traduit ce passage comme suit : « Tu sçais, dit-il escrivant à Lucilius, que Harpaste, la folle de ma femme, est demeurée chez moy pour charge hereditaire, car, de mon goust, je suis ennemy de ces monstres, et si j'ay envie de rire d'un fol, il ne me le faut chercher guiere loing, je me ris de moy-mesme. Cette folle a subitement perdu la veue. Je te recite chose estrange, mais veritable: elle ne sent point qu'elle soit aveugle, et presse incessamment son gouverneur de l'en emmener par ce qu'elle dit que ma maison est obscure. Ce que nous rions en elle, je te prie croire qu'il advient à chacun de nous: nul ne connoit estre avare, nul convoiteux. Encore les aveugles demandent un guide, nous nous fourvoions de nous mesmes. », Essais, II, 25.

62  « Qui ne porte des oreilles d’âne ? ».

63  à noter également qu’à la date où écrit Patin, il semble être mort, puisqu’il en est parlé à l’imparfait.

64  Voir ci-dessus, n. 47.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Cavaillé, « Adrien de Monluc, dévot ou libertin ? », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie, mis en ligne le 10 novembre 2011, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/1362

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Cavaillé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org