Navigation – Plan du site
Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie
V. Travaux d'archive et d'érudition

Quelques mots sur Geoffroy Vallée et ses proches

Alain Mothu

Historique

Article écrit en collaboration avec Patrick Graille, initialement paru dans La Lettre clandestine, n° 14, 2005-2006, p. 159-199, augmenté ici (mars 2007) de plusieurs détails et du dernier titre.

Texte intégral

1On ne peut pas dire que Geoffroy Vallée, auteur en 1573 de La Beatitude des chrestiens, ou le Fleo de la foy, pendu et brûlé en place de Grève l’année suivante, ait fait couler beaucoup d’encre depuis les recherches de Frédéric Lachèvre et les analyses de Henri Busson1. Si son libelle a donné lieu, ici ou là, à quelques commentaires et rééditions (à peine commentées2), l’homme lui-même n’a été gratifié d’aucune découverte concernant sa vie ou sa proche famille. À l’heure où nous écrivons, il inspire cependant une installation, Monument à Geoffroy Vallée, organisée par Philippe Gasnier à la Scène nationale du Théâtre d’Orléans (nov. 2005 - janv. 2006), qu’accompagne, en guise de livret d’exposition, la réédition en fac-similé de La Beatitude des chrestiens (avec introduction et essai de paraphrase) – une édition plus savante étant en préparation par une association locale qui emprunte son nom à une partie du titre de l’opuscule (Lerre geru)3. C’est peut-être l’occasion, pour nous, d’apporter quelques précisions nouvelles concernant l’homme et son milieu, tirées principalement de recherches effectuées dans des fonds d’archives jusqu’alors inexplorés.

L’âge de sa mort

2À quel âge mourut Geoffroy Vallée ? François-Tommy Perrens, dans ses Libertins en France au xviie siècle (1896), que suivra Georges Normandy dans la préface de ses Poètes libertins (1909), le fait mourir à 16 ou 17 ans ; Pierre Gustave Brunet, alias Philomneste Junior, opte pour « à peine » 20 ans dans ses Curiosités théologiques (1861) et la notice accompagnant sa réédition du Traité des trois imposteurs (1861), puis pour 24 ans dans son Avant-propos à la réédition en 1867, publiée par Auguste Poulet-Malassis, de La Beatitude des chrestiens – et c’est le même âge de 24 ans que retiendra Raoul Vaneigem dans sa Résistance au christianisme (1993) et dans sa réédition de poche de la Béatitude des chrétiens, du De tribus impostoribus et du Traité des trois imposteurs (2002). Enfin, Frédéric Lachèvre, qui rappelle en 1920 les estimations de ses prédécesseurs, estime que sa date de naissance « peut être fixée, sans trop de témérité, entre 1535 et 1540 », d’où il s’ensuit que Vallée serait mort entre 35 et 40 ans4.

3Or, sur la base de documents récemment retrouvés aux Archives départementales du Loiret (2 J 1547 ; microfilm 2 MI 2678), nous sommes en mesure d’avancer de plusieurs années, voire de plus de 15 ans, l’estimation fournie par Frédéric Lachèvre. Trois pièces datées respectivement de novembre 1539 ; mars et décembre 1540, font état de transports de rentes ou d’actions en justice intentés par le père de Geoffroy, prénommé lui aussi Geoffroy, « controlleur du doumaine d’Orléans », contre des débiteurs de « maistre Geoffroy Vallée le jeune, son filz, de luy émancippé, escollier, estudiant en l’université d’Orléans ». Voici ces trois documents, que nous jugeons bon de citer intégralement en modernisant légèrement leur ponctuation :

Pierre Stuart, notaire. Minutier de Me Linget.
Dudict tiers jour de Novembre, audict an Mil Vc trente neuf.

Noble homme, maistre Geoffroy Vallée, controlleur du doumaine d’Orléans, tant en son nom que comme soy faisant fort et prenant en main en ceste partie le faict de maistre Geoffroy Vallée le jeune, son filz, de luy émancippé, escollier, estudiant en l’université d’Orléans, – a luy, en la présence et par devant moy notaire, faict et constitué, ses procureurs maistre Mathurin Buan [ou Buau], commis à l’exercice du greffe du bailliage d’Orléans, et Janot Le Boutiller, sommelier de l’eschansonnerie de bouche du roy notre sire ; auxquelz à et chacun d’eulx porteur des présentes, il a donné et donne plain pouoir, puissance, auctorité et mandement espécial de recepvoir de Macé Papillon, marchant demeurant à Tours, ou d’autre pour luy qu’il appartiendra, la somme de deux cens dix livres dix solz tournois, en quoy il, Papillon, est tenu et reddevable audict constituant [= G. Vallée le père] par ceddulle en date du treziesme jour d’aoust Mil Vc trente six, pour les causes y contenues et dont icelluy constituant avoit faict don et transport audict estudiant son filz ; – pour raison duquel debt procès se seroit meu, tellement que par arrest de la cour de Parlement ledict Papil[l]on a esté condampné envers ledict estudiant au payement d’icelluy et ès despens, etc.

Pierre Stuart, notaire. Minutier de Me Linget.
Dudict jour (15 mars 1539 (v.s.) [= 1540 n.s.]).

Noble homme, messire maistre Geoffroy Vallée, contrôleur de la recepte ordinaire du dommaine d’Orléans5, confesse qu’il avoit et a, par ces présentes, donné et transporté à messire maistre Geoffroy Vallée, le jeune, son filz, de luy émancippé, escollier, estudiant en l’université d’Orleans à ce présent et acceptant, o [= avec] l’auctorite de me Pierre Breciers, son curateur et aux causes – la somme de douze sols parisis de rente que ledict donneur, au moyen de l’acquisition à titre d’eschange par luy faicte de Jéhan Guibourg et Jehanne Flatet, sa femme, auparavant femme de feu Thomas Gilles, avoit droict de prandre et avoir chacun an, paiable au terme de Toussains, sur une maison couverte de late et sur les vergers, oursches [= osches, terres cultivées] et appartenances de ladicte maison, le tout entretenant contenant ung tercier d’héritage, ou environ, assis aux Cloux [= Clôts] aux Brangers, parroisse de Bou ; qui furent et appartindrent à feu Jehan Gojon ; et sur tous les autres biens et hérittages d’icelluy Gojon, qui, icelle rente, dès le vingt-ungnième jour de décembre Mil Vc vingt et un vendit et constitua audict feu Thomas Gilles à prandre en especial ypothèque sur ladicte maison et autres ses dictz biens et héritaiges, etc., en présence de Laurens Berche, notaire à Jargueau, etc. – Cest don et transport faict pour la bonne amour et affection naturelle qu’il a dict avoir oudict donataire, son filz, luy subvenant à avoir ses necessitez audict estude et pour ce quel tel est son plaisir et voulloir. Promectant, etc. Presens Robert Thuisart et Francoys de Lullay tesmoings.

Pierre Stuart, notaire. Minutier de Me Linget.
1540. Du premier jour de Décembre oudict an.

Noble homme, Me Geoffroy Vallée, controlleur de la recepte ordinaire du donmaine d’Orléans, confesse qu’il avoit et a par ces présentes donné et transporté a maistre Geoffroy Vallée, le jeune, son filz, de luy émancippé, escollier, estudiant en l’université d’Orleans, à ce présent et acceptant, les rentes qui ensuivent, sçavoir : dixhuit solz parisis de rente par luy acquise et acheptée de Michel Duboys, notaire dudict Chastellet, le xxiie jour de fevrier Mil Vc vingt neuf ; à icelle avoir et prandre sur les biens et heritaiges qui furent et appartindrent à deffunct Mathieu Collée, qui icelle rente avoit vendue et constituée sur sesditz héritaiges et biens audit Le Botillier par lettres de ce faictes et passées en la présence de Guillaume Hurault, aussi notaire dudict Chastellet, le xxiie jour d’octobre Mil Vc vingt six ; – item, soixante sept solz six deniers tournois d’autre rente audict donneur vendue et constituée par ledict Mathieu Collée sur sesdiz heritaiges et biens en la presence dudict Michel Dubois, notaire, le xxvie jour de novembre, l’an Mil Vc et trente ; – et trente deux solz tournois d’autre rente audict donneur pareillement vendue et constituée de nouvelle rente et debt par ledit feu Mathieu Collée sur sesdiz héritaiges et biens, etc. Cest don et transport faictz pour la bonne amour et affection naturelle qu’il a à sondict filz pour luy subvenir à avoir ses livres, vivres et aultres des necessitez oudict estude, et pour ce que tel est son plaisir et voulloir, etc. Presens Robert Thuysart et Loys de Champreaux.

4Une précision s’impose : ces documents ne sont pas des originaux, mais des « copies de minutes du xvie siècle » effectuées à la fin du xixe siècle ou du début du xxe par les archivistes orléanais Alexandre, Louis et Eugène Jarry – donc antérieurement à l’anéantissement presque complet en 1940 des séries anciennes d’Orléans6. La fiabilité des datations de Jarry ne peut être contestée, mais un point au moins peut être sujet à caution : la mention de Geoffroy comme d’un « maître ». Dans le premier et le troisième document, Jarry écrit positivement « maistre », alors que dans le second, cette mention remplace « messire », qui a été biffé, ce qui laisse présumer que Jarry a dans les trois cas lu et développé « Me », l’abréviation de « Maître ». On ne peut toutefois exclure que la bonne leçon fût « M. » et qu’il y ait eu contamination, concernant notre Geoffroy, du titre précédemment accolé à son père (« maistre Geoffroy Vallée, controlleur du doumaine d’Orléans »).

5Si la mention de « maître » était avérée, cela signifierait que Vallée était déjà maistre ès arts (le plus haut grade de la Faculté inférieure) en 1539. Or, on ne pouvait atteindre le grade de Magister artium, à Paris (et vraisemblablement ailleurs), avant l’âge de vingt ans, comme le signale Hastings Rashdall dans The Universities of Europe in the Middle Age (rééd. 1936, I, p. 303, n. 1). Notre Geoffroy serait alors né au plus tôt en 1519, ce qui fixerait sa mort vers 55 ans, voire davantage… En outre, on devrait admettre que Geoffroy reçut une bien meilleure éducation que ne l’ont supposé certains, prompts à voir en lui un homme peu cultivé, voire un déficient mental – un « fol » que sa « légèreté » et sa « mobilité » d’esprit rendaient peu apte aux études7. Soupçon qu’infirme peut-être un autre document, suivant lequel Geoffroy Vallée fut « contrerolleur ordinaire du donmaine d’Orleans » en 1559 (cf. infra, Geoffroy « contrôleur du Domaine d’Orléans » et « sieur de Danjau »). Nous savions déjà, grâce à F. Lachèvre, qu’il avait été notaire-secrétaire du roi de 1563 à 1566, et pouvions imaginer que l’occupation de cette charge ne requérait à l’époque aucune formation ou compétence particulière; mais il n’est pas certain qu’il en allât de même de celle de contrôleur domanial (en outre, un âge minimum était certainement requis). Ces détails restent à vérifier.

6En attendant, la précision que Vallée était écolier à l’Université d’Orléans n’est guère indicative (on peut seulement en conclure qu’il avait au moins 6 à 10 ans en 1539). La mention de son émancipation ne l’est pas d’avantage, car l’émancipation de mineurs (avant 25 ans) – acte par lequel un père donnait à son fils le « pouvoir de jouïr du revenu de son bien, et agir en Justice sous la conduite d’un simple Curateur » (Furetière, 1690) – n’était point rare sous l’Ancien Régime, et elle a pu impliquer de jeunes enfants. Cependant, en général, elle concernait des adolescents approchant de la vingtaine d’années.

7L’âge des parents et des frères et sœurs de Vallée nous est également de peu de secours. Le père mourut en 1557 ; la mère, Girarde le Berruyer, était toujours vivante en octobre 1563, comme l’atteste une copie de minute notariale récemment retrouvée aux Archives départementales d’Orléans8. Si l’un des frères, Jacques (le grand-père du poète Des Barreaux), se maria seulement en 1568 et mourut en 16149, nous savons qu’une sœur, Loyse ou Louise (inconnue de F. Lachèvre) était déjà morte en 1566, après avoir épousé à une date indéterminée Jehan Arnault, procureur du roi au baillage de Bourges10. Une autre, prénommée Marie, mariée en 1556 à Robert Miron, mourut en 1615. Une troisième, Claude, épouse de Guillaume Brochet ou plutôt Brachet11, décéda veuve en 1624, et fut apparemment la dernière disparue de la fratrie. On ignore la date de décès de deux autres frères : Jean, sieur de La Corbinière (on sait seulement qu’il était plus jeune que Jacques et qu’il était toujours vivant en 1574)12 et Hector (« cappitaine enseigne du sieur du Vallainville » signalé en 1568 comme témoin au mariage de Jacques13). Toutes ces dates ne sont pas formellement inconciliables avec l’hypothèse d’un frère aîné, Geoffroy, né peu avant 1520, mais il faut alors supposer certains écarts ne naissance importants (par exemple, Claude serait décédée alors que Geoffroy, s’il avait survécu, aurait eu environ 105 ans ; de même, Jacques, sauf à s’être marié tard, serait de 15 à 20 ans le cadet de Geoffroy) et nous hésitons à la faire reposer sur la seule lecture, finalement incertaine, d’un « maître ».

8Il reste acquis que Geoffroy Vallée naquit vraisemblablement avant 1530 : constat qui repousse l’âge de son décès en 1574, bien au-delà de 40 ans. Bien sûr, les archives (celles, notamment, des notaires Stuart, père et fils, si nous en retrouvons un jour la trace) auront encore leur mot à dire sur cette question.

L’acquisition d’un domaine au « Port de Bou » en 1566

9La deuxième pièce citée ci-dessus faisait apparaître un transport de rente fait à Geoffroy Vallée par son père, sur une propriété nommée « les Clous-aux-Brangers » (en fait certainement le Clos Granger)14, située sur la petite commune de Bou, non loin d’Orléans, entre Saint-Denis-de-l’Hôtel et Châteauneuf-sur-Loire. Georgette Allard, dans un dactylogramme intitulé Bou autrefois, datable peut-être des années 1960, que nous a aimablement communiqué Philippe Gasnier, évoquait une autre propriété à Bou dont Geoffroy Vallée fait l’acquisition en 1566 :

Le « manoir du Port » de Bou apparaît en 1566 sur deux actes malheureusement disparus dont il ne reste que des extraits que nous devons au grand archiviste Jarry ; donc le 6 septembre 1566, selon une sentence du Bailly d’Orléans, Jehan de Chardon, écuyer, homme d’arme de la Compagnie de Monseigneur le Connétable, “cède, quitte, transporte et délaisse” à noble homme Messire Geoffroy Vallée, notaire et secrétaire du roi, à titre de retrait lignager “un lieu et manoir assis en la paroisse de Bou appelé le Port de Bou”, lequel lieu avait été acquis par un contrat de bail à rente fait au dit de Chardon par noble homme Miron au nom et comme procureur de dame Loyse Vallée sœur du dit Geoffroy Vallée, veuve de Jehan Arnault procureur du roi au baillage de Berry, à ce jour décédée15.

10Nous avons retrouvé ces deux copies aux Archives départementales. La première concerne donc le droit de retrait lignager16 que Geoffroy, via son avocat Jehan Barate, exerça sur une propriété ayant appartenu autrefois à sa sœur défunte, Loyse Vallée, et que leur beau-frère, Robert Miron, époux de Marie Vallée et procureur de Loyse17, avait récemment baillée à rente à un certain Jehan de Chardon, écuyer et – dit le deuxième acte – « homme d’armes de la compagnie de monseigneur le Connestable ». Le second acte notarié, émis quinze jours après le premier, atteste que Chardon s’était pourvu en justice pour obtenir le paiement de la propriété.

François Stuart, notaire, Minutier de Me Linguet
Le vendredi sixiesme septembre mil cinq cens soixante six.

Suivant la sentence ou appoinctement donné par monsieur le bailly d’Orléans ou son lieutenant particullier, ce jourd’huy, en la cause d’entre noble homme Me Geoffroy Vallée, notaire et secrétaire du roy, demandeur en action de retrait lignager à l’encontre de Jehan de Chardon, escuyer, deffendeur – sont ce jourd’huy comparuz et presentez en l’hostel et par devant moy, François Stuart, notaire royal au Chastellet d’Orléans, heure d’une attendant deux, ledict Vallée par honnorable homme et sage Me Jehan Barate, advocat au siége présidial d’Orléans, son conseil et procureur en ceste partie, etc. – et ledict de Chardon, en sa personne, garny de conseil satisfaisant – A laquelle sentence ledict de Chardon a ceddé, quicté transporté et délaissé, etc. audict Me Geoffroy Vallée, absent, etc. C’est assavoir : – ung lieu et manoir assiz en la paroisse de Bou appellé le Port de Bou, etc. qui est [?] à plain spéciffié et déclaré au contract de bail à rente faict audict de Chardon, par noble homme Me Robert Miron au nom et comme procureur de dame Loyse Vallée, sœur dudict Me Geoffroy Vallée, etc. Présens Euverte Grève, Jacques Tasoris, temoings.
[Signé :] Stuart
[Note au bas de feuillet :] Louize, alors décédée était veuve de Jehan Arnault procureur au baillage de Berry 18.

Fr. Stuart, notaire. Minutier de Me Linguet.
Le vingtiesme jour de septembre Mil cinq cens soixante six.

Noble homme, Jehan de Chardon, escuier, homme d’armes de la compagnie de monseigneur le Connestable, confesse avoir eu et reçu de noble homme, Me Geoffroy Vallée, notaire et secrétaire du roy, absens, par les mains de honnorable homme et sage, Me Jehan Barate, advocat au siége presidial d’Orléans, son conseil, à ce presens, et lequel des deniers dudict Vallée luy a bayé comptans en présence de moy notaire, – la somme de huict vingt dix sept livres dix huict solz tournois, à laquelle somme se montres et ont esté taxez par monseigneur le lieutenant particullier du bailliage d’Orléans, les loyaulz coustz esmises et depens que ledict Vallée estoit condempné payer oudict de Chardon, par sentence donnée par monseigneur le bailly d’Orléans ou son lieutenant, le sixiesme jour du présent moys de septembre, entre ledict Vallée demandeur en action de retraict lignager et ledict de Chardon. De tous lesquels despens, fraiz, loyaulz coutz et mises, ledict de Chardon est tenu et tient pour comptant et bien payé ; et partant, déclare qu’il n’empesche, ains consent que ledict Vallée entre en la propriété, possession et jouissance du lieu appellé le lieu du Port qu’il a délaissé a icelluy Vallée par ladicte action de retrait lygnager, présens ledict Stuart, notaire, ledict sixiesme jour du présent moys. Et présens honnorables hommes, Mes Jehan Alestas et Michel Pellerin, procureurs audict siége, tesmoings.
[Signé :] Stuart19

11Cette maison existe toujours : il en existe à vrai dire trois qui sont situées au lieu-dit du « Port de Bou », derrière la levée de la Loire, en zone inondable. Nous en avons visité une, appartenant à Philippe Gasnier (cité plus haut), dont la structure, les fondations et l’escalier en bois sont anciens ; une planchette rustique (xvie siècle ?) fixée au-dessus d’une fenêtre, représente un profil d’homme encadré par deux fleurs de lys. On ignore bien évidemment si cette maison, malgré tout modeste, était ou non celle que Vallée acquit en 1566, s’il l’occupa réellement avant de gagner Paris vers 1570-1571, ou si l’exploitation seule de ses terres et bois l’intéressait.

12Cependant les documents ci-dessus présentent un autre intérêt : nous savons grâce à F. Lachèvre que Geoffroy Vallée fut en grave conflit financier avec sa famille et notamment ses beaux-frères Robert Miron et Guillaume Brachet (lequel sera dit « sieur du Port » en 157420). L’acquisition de la maison du « Port de Bou », à supposer que Geoffroy, pour rembourser Chardon, empruntât à ses beaux-frères sans jamais les rembourser à leur tour, pourrait avoir été à l’origine de ce démêlé juridique et financier.

Le mariage de l’« obstiné héretique ou plustot attéiste » frère de Geoffroy, Jacques Vallée des Barreaux

13Les historiens ont depuis longtemps observé, que Jacques, frère cadet de Geoffroy, grand-père du poète Des Barreaux, n’était pas mort en odeur de sainteté (F. Lachèvre, cependant, l’ignorait encore). Son acte de sépulture fut retrouvé au début du siècle par Auguste Baillet dans les registres de la paroisse de Sainte-Colombe, à Orléans. Le curé Gabriel Fleury notait parmi les décès :

Le semdy viij jour de febvrier 1614 est mort Jacques Vallée des Barreaulx, obstiné héretique ou plustot attéiste. Il est enterré en ung jardin plein d’immondices, touchant aulx rempars [d’Orléans] vis à vis de la courtine ou il fait la sentinelle. En quinze jours apres le dict moys et an est mort ung nommé Ledagre, aussi héretique, qui au précédent a esté lieutenant particulier de Boisgency [Beaugency]21.

14Madame Luce Madeline nous a précisé que le « jardin plein d’immondices et touchant aux remparts », pouvait correspondre au cimetière protestant, situé rue de l’Aumône contre les remparts de la 4e enceinte de la ville22. Ce qui n’interdit pas de penser que les catholiques y jetaient leurs immondices, et suivaient la sainte coutume consistant à jeter aux ordures, dans des lieux « puants et infects », les dépouilles des « hérétiques »23.

15Une autre inscription du même registre (f° 15), citée par Baillet, indiquait que la femme de Jacques, Marie de Mareau ou Demareau24, était, quant à elle, bonne catholique : elle fut la même année 1614 marraine d’une cloche de sa paroisse25, le parrain étant « Me Hierosme Luyllier, docteur regent en l’Université d’Orléans » (les Mareau et les Luillier étaient parents26). Ce dernier, issu d’une riche famille de marchands établie depuis longtemps à Orléans, était-il le père de François Luillier, l’ami de Gassendi, le père de Chapelle, etc., reconnu de souche orléanaise et qui devint en décembre 1606 procureur général en la Chambre des Comptes ? Frédéric Lachèvre l’a cru, mais René Pintard fit valoir que « les carrières et dates de décès de l’érudit orléanais et du magistrat parisien étaient absolument inconciliables »27. Les généalogies manuscrites du chanoine Hubert confirment ce jugement : ils appartenaient à deux branches distinctes, celle des Villemorin pour le professeur orléanais, celle des Iterville pour le Jérôme parisien28. La morale est sauve : ce dernier, dont Lachèvre fait aussi un intime de Théophile dans son Procès du poète Théophile de Viau, n’était pas le parrain de la cloche de Ste Colombe29.

16Mais revenons-en à Jacques. Annick de Fombelle, ancienne propriétaire du château de Chenailles, nous a fait l’amitié de nous ouvrir ses archives et de nous communiquer des copies de plusieurs documents, dont l’un transcrit le contrat de mariage établi en 1568 entre Jacques et Marie de Mareau, Geoffroy Vallée étant alors témoin30.

17Ce document dans sa totalité est une insinuation faite le 5 août 1665 au Châtelet d’Orléans, de trois actes provenant du notaire François Stuart – sans doute le fils de Pierre, auquel Geoffroy I Vallée était attaché – respectivement datés du 26 avril 1568, du 27 juin 1568 et du 9 novembre 1570. Bien qu’ils concernent tous trois la même alliance, nous ne transcrirons ici que le premier, où sont cités les termes du contrat ainsi que les témoins31. Précisons que l’insinuation elle-même fut effectuée en 1665 à la demande de « Messire Claude Vallée, seigneur de Chenailles »32 : celui-ci, fils d’un Hector Vallée, était petit-fils de Jacques Vallée des Barreaux, donc petit-neveu de Geoffroy, et cousin-germain de l’« Illustre débauché » Jacques Vallée Des Barreaux. Nous retrouverons ce personnage, comploteur huguenot,dans la partie intitulée : « Les Vallée et la Réforme » de la présente contribution.

18Mme de Fombelle avait elle-même entamé la transcription de cette pièce, que nous n’avons fait que revoir et compléter, en modernisant une ponctuation quasi-inexistante :

[Contrat de mariage de Jacques Vallée des Barreaux avec Marie de Mareau]
26 Avril 1568.

A tous ceux qui ces presentes lettres verront, Jean Demareau, escuyer, sieur d’Epuilly, licencié ès loix, conseiller du roy nostre sire, garde de la prevosté d’Orleans, salut. Scavoir faisons qu’au traicté du mariage et par icelluy faisant, d’entre noble homme Jacques Vallée sieur des Barreaux, filz de sieur[s] nobles personnes Maistre Geoffroy Vallée, luy vivant sieur de Chenailles, controlleur du domaine du duché d’Orleans, et de dame Girarde Le Berruyer jadix sa femme : à la personne de Marie Demareau, fille de feux honnorables personnes Charles Demareau, luy vivant bourgeois et marchant d’Orléans, et de Catherine Pitau jadix sa femme, ont en la présence de moi, François Stuart, notaire royal au Chastelet d’Orléans à ce requis et appelé, et aussy en la presence par l’advis et conseil de nobles hommes Geoffroy Vallée, sieur du Danjau, Hector Vallée, sieur destas [d’État ? de Stas ?], cappitaine /2/ enseigne du sieur du Vallainville, freres ; et de nobles hommes Maistre Robert Miron, sieur de Chenailles, conseiller du roy nostre sire et Maistre de la chambre des comptes à Paris, Guillaume Brochet [Brachet], conseiller dudict seigneur et tresorier de l’extraordinaire des guerres, beau freres dudict Vallée ; d’honnorables personnes Claude Demareau marchant bourgeois d’Orléans, frere ; Anne Demareau, femme de honnorable homme Claude Martin, sœur ; dame Marie Demareau, veuve honnorable homme Guillaume Tassin, bourgeoise d’Orléans, tante ; Jacques Bourdineau lesné [l’aîné], sieur de Bucy, oncle ; et d’honnorable homme et sage Maistre Jean Barette [= Barate], advocat au siège presidial d’Orleans ; Marie Lenormant, cousin de ladicte Marie Demareau : a [= ont] esté faicts, passés et accordés, le traicté de mariage, douaire, promesses, convenances et /3/ choses qui ensuivent. C’est assavoir que lesdicts Jacques Vallée et Marie Demareau par les advis susdicts ont promis et promettent avoir et prendre l’ung l’autre par nom et loy de mariage, si Dieu leur en fait la grace et que son église sy accorde et consent, à telle part et portion de biens que les parties ont et pourront avoir pour en jouir. Scavoir est, des meubles et revenu des immeubles en communauté suivant la coustume des baillage et prevosté d’Orléans par lequel mariage faisant a esté dict et accordé ; que auparavant le jour des espouzailles desdicts futurs époux, sera fourny baillé et dellivré audict Vallée, futur espoux, des biens de ladicte Marie Demareau, future espouse, la somme de trois mille cinq cents livres tournois en deniers clairs, et ou il ne se trouvera tant de deniers clairs pourra ledict /4/ futur espoux vendre des biens et herittages dicelle future espouse tels que iceluy futur espoux advisera jusques à la concurance de ce qui deffaudra du payement de ladicte somme de trois mil cinq cents livres tournois. Et pour consommation dudict mariage, ledict Vallée futur espoux a doué et doue ladicte Marie Demareau sa future espouze, de la somme de dix sept cens cinquante livres tournois ; ou [= au] cas quelle survive et que dudict mariage ny aist aucuns enffans vivans, et ou il y aura enffant ou enffante, de la somme de neuf cens livres tournois, lequel douaire en chascuns desdicts cas sera et demeurera propre à ladicte future espouze /5/ et à ses herittiers sans estre subject à retour ; et a esté expres accordé qu’il sera en l’option de ladicte future espouze seullement, et non des herittiers delle, encas que ledict futur espoux deceddast le premier, de soy dire et porter commune ou renoncer à ladicte communauté d’entre sondict futur espoux et elle. Et ou [= au cas où] elle renoncera à ladicte communauté, elle aura neanmoings et reprendra sur tous les biens dudict futur espoux ladicte somme de trois mille cinq cents livres tournois qu’elle aura apportée en faveur et contemplation dudict present mariage, et outre aura et prendra son douaire tel que dessus avecq ses bagues habits et joyaux jusques à la somme /6/ de trois cents livres tournois. Et au cas que ladicte future espouze se porte commune en ce cas, auparavant aucun inventaire ni partage, ladicte future espouze aura et prendra ses bagues habits et joyaux jusques a la concurance de ladicte somme de trois cents livres tournois. Comme aussy en pareil, ledict futur espoux aura et prendra ses armes, habits et chevaulx jusques à pareille somme de trois cents livres tournois après le trespas de ladicte future espouze, sy lasurvint. Outre a esté par expres accordé que le survivant des futurs espoux jouira sa vie durant, au cas qu’il n’y ayt enffans du present mariage, de tout et chascuns /7/ les meubles et conquestes immeubles qui se trouveront apres le trespas du premier deceddé ; à la charge d’entretien lesdicts herittages comme ung bon père de famille ; payer et aquitter les charges qu’ils doibvent par le survivant.
Et ainsy a esté dict et accordé entre les partyes, promettant icelles partyes respectivement de part et d’autre par leur foy & serment pardevant ledict notaire, non jamais aller, ne tenir, ni faire aller ne tenir par eux ni par autres encontre les presens contract de mariage, promesses, convenances, douer dot douaire et choses contenues en icelles en aucune sorte et maniere que ce soict ou puisse estre, ains les avoir, entretenir, satisfaire, executer et /8/ accomplir de poinct en poinct sellon leur forme et teneur, sur peine de rendre et payer tous cousts, frais, mises, pertes, despens, dommages et interests qui faicts et soufferts seront par deffault de l’entretenement et entier acomplicement de tout le contenu en ces presentes ; et quand adce jour icelles partyes respectivement de part et autre obligé et obligent l’une envers l’autre, eux, leurs hoires et ayans cause et tous et chascuns, leurs biens presens et advenir, ou qu’ils soient, qu’ils ont, pour ? soubzmis et soubzmettent a la Justice, Juridiction et contraincte de ladicte prevosté d’Orleans et en touttes autres cours, justices et juridictions generallement quelzconques. Renoncent à touttes choses a ce contraires. Entesmoing /9/ de quoy, nous, aurillat dudict notaire, avons faict sceller ces presentes du sel royal estably aux contracts de ladicte prevosté, qui furent faictes et passées le lundy vingt sixiesme jour d’apvril mil cinq cens soixante huict en presence des desusdicttes pour tesmoinyer. La minutte des presentes, etc., signée dudict Stuart notaire.

19Ce document nous apprend, entre autres, que Geoffroy Vallée avait bien un frère militaire prénommé Hector, sieur de Stas ou d’État, « cappitaine enseigne du sieur du Vallainville ». Il confirme également que notre auteur n’avait pas récupéré, après la mort de son père en 1557, le titre de « sieur de Chenailles », soit qu’il ait cédé cette grande propriété, soit qu’il en ait été dépossédé par quelque action en justice intentée contre lui par ses proches parents. C’est son beau-frère « Maistre Robert Miron », époux de Marie Vallée que nous avons croisé plus haut, qualifié de « conseiller du roy » et Maistre de la chambre des comptes à Paris », qui détiendra en 1568 le titre de « sieur de Chenailles » ; il ne le possédait apparemment pas en février 156233.

20De l’union de Jacques et de Marie naîtront trois enfants : Jacques (II), François et Hector.

Geoffroy « contrôleur du Domaine d’Orléans » et « sieur de Danjau »

21Le document précédent nous rappelle que Geoffroy Vallée, à défaut d’être sieur de Chenailles, était « sieur de Danjau » (Dangeau)34. Deux copies d’actes notariés, conservées aux Archives départementales, nous donnent quelques indications sur cette modeste terre située à Melleray, en Beauce, hameau dépendant de la paroisse d’Outarville35.

22L’un de ces actes, passé toujours devant François Stuart, le 6 août 1571, présente seulement l’intérêt de montrer que Geoffroy, à cette date, se souciait de recouvrir le loyer de cette terre qu’il avait affermée à un certain Estienne Portehois ou Portelors, laboureur36.

23L’autre acte, du 6 mai 1559, est beaucoup plus intéressant. D’une part, il nous précise que la terre de Dangeau avait été cédée (ou continuée) en fief au père de Geoffroy par le duc de Chevreuse, Charles de Lorraine-Guise (1524-1574), pair de France, également archevêque-duc de Reims37. Un acte, non encore étudié par nous, est décrit dans l’Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 (Seine et Oise) : il s’agit d’un acte de « Foi et hommage par Geoffroy Vallée au cardinal de Lorraine, 1555 »38. Charles de Lorraine ayant acquis le duché de Chevreuse, dont dépendait Dangeau, cette même année 1555, on peut en déduire qu’il l’avait aussitôt cédée en fief à Geoffroy le père, ou du moins l’avait confirmé dans un privilège plus ancien. Et Geoffroy le fils, donc, peu après la mort de son père, confirme ce lien de vassalité, qui disparaîtra logiquement à sa mort (ce pourquoi plus aucun Vallée ne portera le titre de Dangeau).

24D’autre part, le document nous révèle que Geoffroy avait hérité, à la mort de son père en 1557, de la charge de « contrôleur du domaine d’Orléans » : or, une charge si importante pouvait-elle s’hériter sans conditions d’âge ni de compétences ? (cf. supra, « L’âge de sa mort »). Cette mention nous fournit une occasion supplémentaire de nous interroger sur la clairvoyance des historiens qui voulurent voir en Geoffroy Vallée un simple d’esprit39.

Fr. Stuart, notaire. Minutier de Me Linget.
Le sixiesme jour dudict mois (mai) oudict an [en haut à gauche : 1559].


Noble homme, Me Geoffroy Vallée, contrerolleur ordinaire du donmaine d’Orleans, filz ainsnel de deffunct noble homme, maistre Geoffroy Vallée, luy vivant aussi contrerolleur dudict donmaine ; lequel tant pour luy comme filz ainsnel susdict congnuz confesse qu’il tient et advout à tenir en fief à une foy et ung honmaige et rachapt de quincte denier, cheval de ferme et à tout tel autre droict, debvoir et profit et defict que le fief doibt et peult debvoir quant le cas y eschet, de illustrissime et réverendissime Charles cardinal de Lorrene [= Lorraine], archevesque-duc de Rains [= Reims], duc de Chareuze (sic) [= Chevreuse], à cause de ladicte duché de Chevreuze, les terres et héritaiges qui les tiens [?], advenu et escheu audict Vallée par le trespas et succession dudict deffunct Me Geoffroy Vallée, son père, c’est assavoir : ung lieu et mestairie appellé : Le Dangeau, situé et assis au village de Melleray, paroisse d’Oterville en Beausse, ainsi qu’il le comporte et poursuit en maison, manoir, granges, cours, puys à eau, jardin, osches [= terres cultivées] et aultres appartenances etc. – Item une pièce de terre contenant vingt mynes ou environ, etc. ; Item, neuf mynes de terre ou environ assizes en terroirs de Melleray etc. Item, une autre piece de terre contenant trois mynes ou environ etc. etc.

[Paraphe]40.

Les Vallée et la Réforme

25Vallée, selon Maldonat, était positivement calviniste ([…] quorum calvinistorum unus libellum quemdam his annis de arte nil credendi composuit)41 ; selon ce jésuite et d’autres controversistes catholiques ayant écrit à sa suite, aurait prétendu dans son « art de ne rien croire » que quiconque voulait être athée devait premièrement passer par le protestantisme, soit parce que celui-ci représentait en soi une première école du doute en matière de religion, soit parce que son affreuse doctrine de la Prédestination précipitait immanquablement les hommes dans la négation de Dieu. Cet aveu très autorisé, puisque provenant d’un « athée » supposé, allait connaître un succès certain chez les apologistes catholiques de tout poil. Ne mentionnons ici que le ligueur Louis d’Orléans, selon qui Vallée « dit à sa mort, & le confirma par un livre que plusieurs ont, que cestoit Calvin qui l’avoit fait Athee »42, et Marin Mersenne, qui prête au même l’idée « que qui voudrait espérer la maîtrise de son école, et parvenir sans difficulté au point de la liberté qu’il enseignait, il lui fallait lire les livres de Calvin, et que pour être bon Athée, il faut être versé en sa doctrine [de Calvin] »43. Renvoyons sur ce dossier, au sujet duquel il n’y a pas lieu de nous étendre davantage ici, à l’article « Vallée » de Bayle (Dictionnaire historique et critique, éd. 1740, IV, 423) et rappelons que Vallée, dans sa Beatitude des chrestiens, réputait effectivement les huguenots moins sots que les papistes, plus aptes qu’eux à se déprendre de l’imposture religieuse pour accéder à la science de Dieu44. Mais que savons-nous exactement du parcours « spirituel » de Geoffroy Vallée ? Il n’a déposé aucun mémoire à ce sujet. Il est seulement hautement probable que Vallée ait fréquenté, à Orléans même, dans ses années de jeunesse, ceux qu’il nommera dans son livre des « Huguenots », des « Anabaptistes », des « Libertins » et des « Athées », car ils y existaient assurément. Bornons-nous à deux brèves remarques.

26En premier lieu, il est certain que ce n’est pas à Paris que Vallée côtoya d’abord les religionnaires, comme le suppose Lachèvre (Mélanges, p. 7). Rappelons que l’Orléanais était à son époque une région de forte implantation protestante, et qu’entre 1557 – date où se constitua à Orléans une Église réformée, sous l’impulsion de Colombeau –, et le milieu des années 1560, la religion nouvelle n’avait cessé de gagner en influence. Au point de faire l’objet d’une répression particulièrement âpre, dont le professeur de droit civil Anne du Bourg (exécuté comme hérétique en Grève en 1559) est resté jusqu’à ce jour un symbole45. Au point surtout d’être regardée par beaucoup de partisans et adversaires – les armées de Condé et Coligny devant y aider, en 1562 notamment – comme une « seconde Genève », la capitale française du parti réformé46. Les ministres ne manquaient certainement pas de rappeler, alors, que Calvin et Théodore de Bèze en personne étaient d’anciens écoliers de la célèbre Université47.

27La pacification royale de 1568, que l’on peut aussi bien appeler la reconquête catholique de la ville, s’affirmera dans les années suivantes. En août 1572, les massacres de la Saint-Barthélemy gagnent Orléans, préparés largement par la prédication fanatique, trois mois durant (de mai à juillet), d’un personnage qui vaut d’être mentionné : « un certain predicateur du roy, nommé Arnaut Sorbin, et se surnommant Saincte-Foy, depuis evesque de Nevers, le plus ignorant et seditieux esprit que l’on eu sçu trouver lors »48 ; « ignorant et turbulent entre tous les docteurs de l’Eglise Romaine »49. On sait que le même intégriste, mentionné par Garasse comme « confesseur du roi », est supposé un an et demi plus tard avoir convaincu Charles IX d’expédier Geoffroy Vallée sur le bûcher…50 Se peut-il, en la circonstance, qu’une réputation de protestantisme affectant la famille Vallée, et connue de Sorbin, ait favorisé ce « beau sacrifice à Dieu », comme dira Garasse ? Il peut paraître aventureux de le supposer, a priori, car dans les trois relations assez circonstanciées que nous ont transmis des contemporains des massacres d’Orléans (lesquels firent près de 2000 victimes, ce qui place cette hécatombe juste après celle de Paris), nulle part apparaît le nom de Vallée ou d’une famille alliée51. Cependant ceux-ci possédaient diverses propriétés en dehors d’Orléans et n’étaient peut-être pas dans l’enceinte de la ville au moment des troubles ; et l’eussent-ils été, n’étant pas de modestes artisans ou commerçants, ils bénéficiaient à coup sûr de protections. En outre, plusieurs indices doivent nous retenir.

28Qu’en était-il exactement des rapports de la famille Vallée avec la Réforme ? Nous ignorons tout de l’attitude religieuse du père et de la mère de Geoffroy, mais il ne paraît pas anodin de préciser que les Stuart, notaires du père comme du fils, dont nous avons cité plus haut plusieurs actes, étaient des « huguenots notoires »52. En revanche, comment interpréter l’allusion que fait Geoffroy, dans son libelle, au fait que sa mère lui avait insinué ses premières conceptions, ou du moins partageait les mêmes idées53 ? Il n’est pas certain que la mère de Geoffroy partageât entièrement les conceptions de son époux.

29Quoi qu’il en soit, les idées calvinistes (probables) du père semble avoir été majoritaires dans la famille. Nous savons qu’un frère de Geoffroy, Jean, figurait sur une liste de Huguenots ayant dû prêter serment de fidélité au roi en août 1568 (cf. supra, n. 11), et nous nous souvenons que Jacques, autre frère de Geoffroy, grand-père du poète Des Barreaux, fut qualifié d’« obstiné héretique ou plustot attéiste » et inhumé en 1614 dans le cimetière protestant de la ville (cf. supra, Le mariage de Jacques Vallée des Barreaux). L’un des fils de ce Jacques, François, oncle du poète que nous venons d’évoquer (lui-même fils d’un Jacques à ne pas confondre avec le grand-père), sera également réputé huguenot. Les frères Haag ne le mentionnent pas plus que les précédents dans leur France protestante (Paris, 1846-1859), néanmoins la Bibliothèque de l’Église réformée de France possédait, au xviie siècle, une rare Bible publiée par ses soins54 ; et, surtout, Tallemant des Réaux évoque expressément sa confession protestante dans l’article des Historiettes consacré à Des Barreaux :

Il avoit un oncle paternel huguenot, nommé M. de Chenailles (c’est une terre), qui mourut garçon et fit beaucoup d’avantages à des nepveux de la religion qu’il avoit, de sorte que des Barreaux et ses sœurs n’eurent pas grand-chose. Il en fut fort en colère, et disoit à ses sœurs : « Encore, pour vous autres, vous aurez le plaisir de croire qu’il est damné ; mais moi, je ne le sçaurois croire »55.

30Les neveux favorisés, Claude et Anne, étaient certainement les enfants d’Hector Vallée, sieur de Mérouville, contrôleur général des guerres, marié à Suzanne Bigot : nous avons déjà croisé celui-ci plus jeune au mariage de Jacques en 1568, alors qu’il n’était que « cappitaine enseigne du sieur du Vallainville »56. On peut donc raisonnablement supposer que cette branche de la famille sympathisait avec les idées réformées. Nous en avons la confirmation par l’exemple de Claude, fils d’Hector, qui héritera de Chenailles à la mort de son oncle François en 1647 – ce qui rendra amer son cousin-germain Des Barreaux. En 1656, ce conseiller au Parlement (1651), marié à la nièce du conseiller des Finances Hervat, et protestant notoire, proche de Condé, se trouvera mêlé à un complot visant à livrer la ville de Saint-Quentin à ce prince. Trahi par un ami à qui il avait fait part de ses desseins, il sera arrêté le 8 décembre et embastillé. On instruira bien vite son procès et, le 27 mars 1657, la Cour du Parlement rendra son arrêt :

La Cour toutes les Chambres assemblées, bannit à perpétuité du Royaume le sieur Vallée ; luy enjoint de garder son ban sous peine de la vie ; ordonne que la Robe de Conseiller & les autres marques de Magistrature luy seront ôtées par les Huissiers de service ; les Chambres assemblées & les portes ouvertes ; déclare son Office de Conseiller, les fiefs qu’il tenoit & tous ses autres biens confisquez, à la reserve d’une somme de huit mille livres d’amende pour la pain des prisonniers de la Conciergerie et pour les nécessitez de la Cour57.

31Cependant, comme le note Basseville, « tout semble faire croire que l’arrêt du Parlement ne reçut point son exécution ou tout au moins que Vallée obtint sa grâce, puisque nous le voyons, par un acte daté du 12 mai 1693, faire donation de sa terre de Chenailles à Jacques Fête, commissaire ordinaire des guerres »58.

32Un dernier mot sur François, l’oncle célibataire qui ne favorisa pas Des Barreaux. Tallemant des Réaux consacre une historiette plaisante à ce neveu de Geoffroy Vallée qui fut conseiller du roi, trésorier général en sa généralité de Paris, intendant en 160559, et semble n’avoir pas manifesté la plus grande austérité dans sa pratique religieuse :

Ce Chenailles estoit un president des trezoriers de France de Paris. Cet homme faisoit le galant et le bel esprit ; il escrivoit une fois à Mme des Loges : « Ah ! qu’on est heureux quand on peut s’abbreuver des eaux qui s’escoulent de vous, Madame ! ». Il avoit parlé devant de ses torrens d’éloquence. Dans une declaration d’amour, il disoit : « Ma plume s’eschappe de moy, Madame, je ne la puis plus retenir ; elle veut vous escrire que, etc. ».
À l’âge de soixante-six ans, il menoit une jeune fille du carrosse au temple de Charenton, et Galant l’aisné, en voyant cela, dit : « Il faut que jeunesse se passe ».
Je fus une fois à Chenailles, où il recevoit assez bien les gens. Le soir, il affectoit de faire la priere sur-le-champ. Il disoit quelquefois les meilleurs galimatias du monde, et je ne riois jamais tant qu’en priant Dieu.
Un jour de presche, qu’il avoit cette fille dans son carrosse, il mena Daillé, le ministre. On chanta le seiziesme psaume, et à la fin, au lieu de dire, et en ta main, il dit, en luy mettant la main sur la gorge :

Et en ton sein est et sera sans cesse
Le comble vray de joye et de liesse

Le Ministre le chapitra d’une terrible façon60.

33Une partie de la famille Vallée fut donc conquise par les idées réformées. On n’oubliera pas, cependant, que l’irruption du protestantisme à Orléans s’accompagna de débordements sur son aile gauche. Henri Busson rappelait déjà, par exemple, que l’humaniste Gabriel Dupreau, de passage à Orléans (Aurelianum), y avait retrouvé un ami latiniste et helléniste qui lui raconta « très confidentiellement que des adeptes très nombreux de cette secte [les athées] en étaient arrivés à ce degré de folie, que non seulement avaient sur le Christ des sentiments mauvais, mais qu’ils doutaient de l’existence de Dieu et de sa providence »61. Certains orléanais, raconte-t-il plus loin,

[...] affirment que le Christ n’est pas le vrai Dieu, mais un homme apparu en imagination […] [ou qu’il] fut seulement un homme, né d’un homme et d’une femme […][ou encore] ils introduisent quelques crimes dans l’origine du Dieu créateur et ajoutent ensuite que le Christ n’a rien pris de corporel à la vierge, mais est passé à travers comme par un tuyau ou un tube […]. Ils n’adhèrent pas seulement à ces dogmes détestables, mais comme ces soldats impies criminellement conduits par un salaire, en vue de quoi ils avaient diffusé partout auprès du peuple indifférent que le Christ n’était pas vraiment ressuscité, mais avait été furtivement dérobé par ses disciples durant la nuit, [tout comme ces soldats impies] les uns rejettent et détestent le Christ de toutes les manières, tandis que les autres (ce qui n’est pas moins horrible) assurent qu’il a été le plus grand des imposteurs [summum impostorem], d’accord en cela avec ces fameux grands prêtres et avec les Pharisiens […].

34Et Dupreau de préciser :

Tout le monde sait que les faits se sont ainsi produits dans certaines villes de France il y a quelques années (je ne sais si c’est encore le cas) et que certaines personnes ont entre les mains des livres sur cette matière, livres qui sont parvenus jusqu’aux miennes62.

35Enquête à suivre…

Un prélude à la Saint-Barthélemy d’Orléans : l’incendie de l’hôtel des Quatre-Coins

36Dans le prolongement du point qui précède, il vaut la peine de s’intéresser à une demeure acquise en 1530 par le père de Geoffroy : l’hôtel dit « des Quatre-Coins »63, situé à proximité de la cathédrale Sainte Croix d’Orléans.

37Cet hôtel fut presque entièrement brûlé lors d’une nuit de persécutions dont la ville fut le théâtre, le dimanche 21 août 1569.Trois ans avant la Saint-Barthélemy, environ quatre-vingt protestants y périrent calcinés, défenestrés, ou saignés à blanc. Alors que depuis le 12 août 1569, Orléans était placée sous haute surveillance par les autorités locales, divisée qu’elle était en quatre quartiers étroitement contrôlés par des compagnies de volontaires – ces « milices bourgeoises » formées de 3600 catholiques, qui en avaient la garde et la police. On ignore si Geoffroy Vallée vécut ou non dans cette vaste demeure qui lui appartenait depuis la mort de son père en 155764, s’il était ou non à Orléans au moment de l’incendie, et avec quelle intensité cet événement pesa sur sa vie. D’autant que les rares textes à relater le massacre, souvent de seconde main, lacunaires et discordants, voire partisans, éludent l’état d’esprit des citadins et des dirigeants en place (toutes confessions confondues). Dans l’atmosphère de haines et de peurs, de déraison endurée par la ville et le royaume depuis plusieurs décennies, par-delà les édits, les périodes de guerre civile ou de paix, l’histoire cerne encore trop confusément les motifs et le cours de ces violences populaires éclairs.

38L’hôtel des Quatre-Coins était-il à cette époque une prison, un lieu de réunion et de culte, ou un refuge aux chasses à l’homme ?

39Selon Jacques-Auguste de Thou, historien et président au Parlement de Paris, les tensions entre les communautés risquaient de tant s’exacerber que le lieutenant général d’Orléans, « sous prétexte de pourvoir à la sureté de la ville », emprisonna préventivement de nombreux protestants « aussi bien femmes qu’hommes, une partie dans la maison qu’ils appellent aux quatre coins, et une partie dans la Tour de Martinville65 ». Une version plausible, qui sera ainsi développée et modifiée par Symphorien Guyon, prêtre de la paroisse orléanaise de Notre-Dame-des-Ormes-Saint-Victor :

Les catholiques se voyans forts dans Orleans, mais à cause des troubles qui recommençoient en divers endroits du roiaume, craignans quelque remuëment du costé des huguenots, voulurent pourvoir à leur seureté. Le Prevost d’Orleans ordonna pour empescher le desordre, que tous les huguenots eussent à se loger dans les prisons, et autres lieux de seureté, auquel mandement plusieurs d’entre eux se retirerent en la maison de la Damoiselle de Marte-ville, ou Martinville, et les autres aux quatre coins, ausquels lieux sous ce pretexte ils faisoint les exercices de leur maudite religion66.

40Tout se passe comme si, pour assurer la sécurité des catholiques, les huguenots s’étaient rendus – massivement et de leur plein gré – en des prisons transformées en lieux de culte… Dans ses grandes lignes, l’interprétation est reprise par un manuscrit du xviiie siècle ayant pour vocation de compléter et critiquer l’Histoire et Antiquitez de la ville et duché dOrleans (1645) de François Le Maire67. Après avoir amplement égrené les exactions et sacrilèges commis auparavant par les protestants orléanais68, l’auteur précise le nombre de reclus du lieu et nous renseigne sur leurs satisfaisantes conditions de détention :

Le gouverneur sur l’avis du président La Reynie intendant de la justice en cette ville et province, et du Conseil de la ville, fit enfermer dans la maison des Quatre-Coins et celle du cloître Saint-Pierre-Empont environ quatre-vingts des plus hargneux, leur baillant six hommes de garde qui tenant la porte les empêchaient de sortir, laissant aller et venir leurs femmes qui leur apportaient leurs nécessités et ouvrages de leur métier et y demeuraient la nuit quand elles voulaient, le soir les gardes fermaient la porte et s’en allaient chez eux et retournaient le matin vers les sept à huit heures69.

41Incarcérés pour leur bien, presque en pension, les intraitables huguenots des Quatre-Coins sont identifiés à d’incontrôlables fanatiques justement contenus en une liberté surveillée et tempérée.

42À l’opposé de ces lectures carcérales, dans son Histoire de la ville d’Orléans (1830) parue chez l’imprimeur de l’Évêché d’Orléans, Charles-François Vergnaud-Romagnési se fonde, sans les citer, sur des sources protestantes pour assurer que « la maison carrée », « après leur avoir servi de temple, devint leur prison »70. D’après une compilation de manuscrits71, l’historien et prêtre Denis Lottin, soutient également la thèse du lieu de réunion confessionnel :

21 août 1569. Dimanche à 8 heures du soir. Les catholiques d’Orléans, instruits que, depuis la journée des Grands-Chaperons, les protestans avaient abandonné leur prêche du château de l’Île Groslot, au levant de Saint Jean-Leblanc, et se réunissaient en partie dans une maison des Quatre-Coins […]72.

43Le fait semble partiellement confirmé par l’Allemand Botzheim, alors étudiant en droit, futur juge à Spire, puis conseiller impérial dans le Palatinat, qui témoigne en détail de la Saint-Barthélemy orléanaise73. Environ six mois après les tueries, ce rescapé se rappelle du danger pour les protestants de se regrouper en une même place :

[…] il y avait à craindre qu’il n’advînt malheur à tant d’Allemands, si l’on venait à découvrir qu’ils étaient tous réunis dans une même maison, où ils pouvaient paraître rassemblés pour conspirer, ce qui pouvait devenir un prétexte pour incendier cette maison (comme on l’avait d’ailleurs déjà fait une fois pour une autre maison dite des Quatre Coins, et où quatre-vingt huguenots, qui y étaient réunis, avaient été brûlés). Il fut donc résolu de nous séparer74.

44L’hôtel des Quatre-Coins comme lieu de refuge occasionnel aux persécutions paraît ne reposer sur aucune source d’époque connue. Au début du xxe siècle, l’historien Eugène Lepage accrédite pourtant cette thèse en situant presque sur le même plan oppressés et oppresseurs :

Sur cette place s’élevait un vaste immeuble appelé l’Hostel des Quatre-Coings. En 1569, à la suite de bagarres survenues entre catholiques et protestants, ces derniers s’étant réfugiés dans cet immeuble, furent massacrés sans pitié par leurs adversaires […]75.

45Les récits se distinguent également à propos du nombre de morts et des modalités des carnages. De Thou évoque un brasier suivi de défenestrations et d’un massacre aux armes blanches :

Ce iour-la le peuple ayant esté animé par les séditieux, l’on alla attaquer ces deux endroits, et l’on y coupa la gorge à tous ceux qu’on y rencontra. Mais parce que l’on ne pû entrer dans la maison aux quatre coings, l’on y mit le feu, dont plusieurs furent bruslez. Quelques-uns, qui se ietterent par les fenestres, ou furent tuez dans leur cheute, ou estant tombez entre les mains de la populace, furent cruellement tuez à coups de piques et de hallebardes. Il y en eut plus de cent de tuez, et l’on n’espargna pas plus les femmes que les hommes76.

46Lottin parle, lui, d’une marche à la destruction, incriminant un « grand nombre » de catholiques qui

[...] égorgent tout ce [sic] qu’ils rencontrent, et mettent le feu à la maison avec les bois de la charpente de l’alleu de Saint-Mesmin [en orthographe ancienne l’Esleu-Saint-Mesmin], église voisine qui était en réparation, dans l’intention de consumer les cadavres dont les restes furent enfouis sous les décombres. De là les catholiques, parmi lesquels se trouvaient beaucoup de mariniers, se portèrent dans le cloître Saint-Pierre-Empont, et y brûlèrent vifs plusieurs protestans […]. Ils finirent leur expédition meurtrière à la Tour Neuve, en massacrant avec des épées les religionnaires qui y étaient retenus, dont ils jetèrent les cadavres à la rivière […]. On évalua le nombre des protestans tués dans cette journée, le prélude du massacre qui eut lieu plus tard, à environ 28077.

47Enfin, le document le plus détaillé, le plus orienté aussi, peut-être le plus suspect quant aux raisons de la tragédie, détaille les événements en justifiant, d’une certaine façon, la combustion des hérétiques. Pour ce rapporteur, une poignée de fidèles allant la messe fut outrageusement provoquée, avant de se rassembler, puis se transformer en une « populace » déchaînée car excédée, n’obéissant plus qu’à ses vengeresses pulsions meurtrières78 :

Il arriva donc le jour de la fête de St Jacques un vendredi que plusieurs habitans catholiques allant faire leurs dévotions à l’accoutumée à Ste Croix entre lesquels étoient quelques mariniers passerent par la rue des 4 coins chemin à Ste Croix ou leur furent jetté des portées d’excrémens79 de laditte maison, de quoi se plaignant aux passans qui s’y arrêtoient aussi aisés à échauffer qu’eux ils entrerent dans la maison de l’abbé de St Mesmin, laquelle est proche des 4 coins, prirent du gros bois de la ruine de laditte maison et son église dont ils boucherent la porte de la maison des 4 coins puis jetterent une charretée de fagots trouvés en la même maison de l’abbé, déchargés la pour le boulanger qui demeuroit à l’opposite (duquel je tiens ceci) lequel ne put empescher la perte de son bois, allumerent le bois qui en un instant consuma la porte puis par l’escalier proche embrasa les planchers et tout l’edifice sans que les magistrats et gardes qui y accoururent y puissent apporter remède tant le feu étoit grand, joint que la populace irritée du passé les en empeschoit. Dela, la même populace en alla autant faire à la maison proche de St Pierre-Empont […]80.

48Vergnaud-Romagnési souscrit également à la version de la provocation en adaptant la chronologie de ce « fait horrible et précurseur de la Saint-Barthélemy ». D’après lui, des mots déplacés seraient à l’origine des violences, de l’emprisonnement, de l’hécatombe, puis de l’embrasement :

Des Catholiques priaient agenouillés sur les ruines de la cathédrale81, lorsque de jeunes Protestans les gaussèrent de propos. Bientôt des fanatiques outrant ce qui venait de se passer, parcoururent la ville en poussant des cris de vengeance. Le gouverneur, sous prétexte de rétablir la tranquillité, donna l’ordre d’arrêter tous les protestans. On en remplit la tour Juranville et la maison carrée […] ; le 15 juillet, les Catholiques se portèrent en grand nombre à la maison des quatre-coins, où ils égorgèrent tout ce [sic] qu’ils rencontrèrent, et mirent le feu pour consumer les cadavres dont les restes furent enfouis sur le lieu même82.

49Chaque partie se rejetant sans surprise la responsabilité de l’autodafé, l’hôtel des Quatre-Coins soulève davantage de questions qu’il n’apporte de réponses claires. Successivement et / ou simultanément, put-il être une place d’emprisonnement, de réunion et de culte ? Fut-il un édifice à la dévastation programmée par les autorités (en réaction à certaines sympathies huguenotes de la famille Vallée, voire dans le but de décimer les réformés orléanais), ou improvisée par le peuple (avec la complicité et bénédiction de ces autorités qui craignaient d’affronter de « nouveaux désordres ») ? Une demeure parmi d’autres, ou au contraire à forte charge symbolique, dont la ruine influença la pensée et le pamphlet de Geoffroy Vallée ? C’est ce que l’histoire croisée et tourmentée – d’une religion, d’une ville, d’une famille, d’un homme et d’une œuvre – continue d’éclipser.

À la recherche de l’athée de la Pléiade. Vallée, Mezence, Jodelle

50La série de témoignages de François Garasse relative à des « athées » contemporains de Vallée est bien connue.

51a) Aux pages 120 et suivantes de sa Doctrine curieuse, le jésuite souligne que « les meilleurs esprits françois, qui ayent esté dans Paris de nostre siecle se sont bandez contre les atheistes, et ont creu en Dieu par sentiment de religion : Ronsard, Rapin, Tournebu, Saincte Marthe, etc. ». Et d’alléguer, aux pages 124-126, ce qu’il prétend avoir recueilli à Poitiers, en décembre 1608, de la bouche de Nicolas Rapin, alors mourant. Ce dernier, « ayant vescu l’espace de soixante quatorze ans avec un assez grand libertinage, suivant la fougue du siecle », confessa tout de même à sa mort n’avoir jamais été huguenot et avoir commis une bonne action dans sa vie : celle « d’empescher que l’atheisme ne s’enseignast publiquement dans Paris ». Il en apporta pour preuve à ses confesseurs jésuites,

[...] que de son temps il se trouva un certain maraud dans Paris, homme incogneu, d’esprit soupple et remuant, lequel s’estant glissé dans la familiarité de ces sept braves esprits qui faisoient la brigade, ou la pleyade des poëtes, dont Ronsard estoit le coryphée, il commença de semer de tres-meschantes et abominables maximes contre la divinité, lesquelles avoient desja esbranslé quelques uns de la trouppe, d’autant que nos ames sont plus susceptibles du mal que du bien, de façon, dit-il, que m’appercevant que l’affaire flottoit, et la nouveauté de cette doctrine charmoit quelques uns d’entre nous, nous fusmes quatre qui nous opposasmes à cette furie, et qui ramenasmes l’esprit balançant des autres trois, et de plusieurs autres personnes de nostre cognoissance, que ce galand avoit halené et gasté par sa hantise. Ronsard fut le premier, dit-il, qui suivant l’ardeur de mon courage, cria au loup, et fit ce beau poëme contre les athées, qui commence : ô ciel, ô terre, ô mer, ô Dieu pere commun, etc. Tournebu fit une belle harangue contre luy. Saincte Marthe une excellente poësie en vers Iambiques, qui porte pour tiltre, in mezentium, sans le nommer autrement83, d’autant que c’estoit un vau-rien qui ne meritoit pas de souiller et profaner le papier de son nom : et nous ne desistames point, disoit Rapin, jusques à ce que nous eusmes faict condamner cet infame par arrest de la cour à perdre la vie, comm’il fit estant pendu et puis bruslé publiquement en la place de greve : sans nostre forte opposition je me craindrois, disoit il, que la France ne fust maintenant un esgoust d’atheisme, si principallement il eust trouvé du support dans nos esprits, pour authoriser ces maximes. Telles furent les dernieres parolles de Rapin (p. 125-126).

52b) Un peu plus loin, aux pages 141 et suivantes, Garasse soutient qu’« il n’y a quasi point eu de nostre temps pauvre sot d’atheiste, qui n’ait esté pendu ou bruslé par arrest de la cour », et il allègue consécutivement deux cas.

L’an Mdlxxiii soubs le regne de Charles Neufiesme, il y eut dans Paris un meschant homme vagabond, lequel ayant esté surpris sur le fait, dogmatisant en secret pour l’atheisme, fut deferé au parlement, et comme impie condamné à une estroitte prison, jusques à ce que plus pleinement on pût estre informé de ses deportemens et de sa vie : et comme l’affaire alloit un peu trop languissant, suivant la coustume des bonnes actions, lesquelles se ralantissent sur leur progrez : Sorbin evesque de Nevers et confesseur du roy estant informé de l’affaire, eut le courage de remonstrer à sa majesté le jeudy sainct, apres sa confession, qu’il ne pouvoit estre en bonne conscience, jusques à ce qu’il eust commandé que le procez fut faict à cét impie, lequel estoit criminel de leze majesté divine au premier chef. Le roy qui estoit pieux de sa nature, ordonna que sur l’heure on terminast cét affaire, et le mesme jour ce mal-heureux fut condamné d’estre bruslé en greve, pour ses meschantes propositions, desquelles il ne voulut jamais se desdire, quoy que plusieurs habiles docteurs, et entre autres le pere Charles Sager de nostre compagnie, fût appellé pour luy arracher cette maudite creance. Son erreur estoit entierement contraire à celle de nos nouveaux dogmatisans ; car il soustenoit qu’il n’y avoit autre dieu au monde, que de maintenir son corps sans souïlleure, et en effect à ce qu’on dit, il estoit vierge, de la mesme façon que les freres de la croix des roses, et les torlaquis de Turquie : il avoit autant de chemises qu’il y a de jours en l’année, lesquelles il envoyoit laver en Flandres à une certaine fontaine renommée pour la carté de ses eaux, et le blanchissement excellent qui s’y fait : il estoit ennemy de toutes les ordures, et de faict et de parole, mais encores plus de Dieu, et faisant semblant d’aymer la pureté, il hayssoit Purissimum Purissimorum : c’est ainsi que le grand Hippocrate definit la divinité au livre de Morbo Sacro. Il fut impossible à tous les Docteurs de r’appeller cét homme en son bon sens, il vomissoit d’estranges blasphemes, quoy qu’il les proferast d’une bouche toute succrée, et d’une mine doucette, mais non moins dangereuse en son extremité, que celles des beaux esprits pretendus parmy leurs yvrongneries : le feu qui purge tout, purifia par ses flammes les puretez pretenduës de cette impure creature : car par commandement du roy on en fit un beau sacrifice à Dieu en la place de Greve, le propre jour du jeudy sainct, et fut bruslé à demy vivant.
– soubs le regne de Henry III vint ce malheureux Mezentius duquel j’ay parlé cy-devant, lequel ayant eu de fortes parties en teste, se trouva condamné à perdre la vie, deferé par Nicolas Rapin et diffamé par les meilleures plumes de ce temps là : Scaevole De Saincte Marthe, pour ne profaner le papier de son nom, l’appelle Nebullonem nullius nominis : Ronsard eschauffant sa noble et genereuse veine, dit des merveilles contre luy, et touche tacitement les principaux articles de sa detestable doctrine, en ce Poëme dont cy-devant j’ay cité les commencemens (p. 142-144).

53Les historiens ont été quasi-unanimes à reconnaître Geoffroy Vallée dans le portrait du « vagabond » « dogmatisant en secret pour l’atheisme », pendu et brûlé en Grève sous Charles IX : l’identification n’étant pas douteuse, il sera inutile d’y revenir84. En revanche, qui était le Mezentius évoqué par Garasse, « homme incogneu, d’esprit soupple et remuant » qui aurait propagé l’athéisme parmi les poètes de La Pléiade et, dénoncé par Rapin et quelques autres, fut pendu et brûlé en Grève sous le règne de Henri III ? Notons, car cela n’a peut-être pas toujours été remarqué, que Garasse l’évoque à deux autres reprises dans sa Doctrine curieuse, d’abord pour préciser que « le maudit Mezentius […] gagna l’esprit de familiarité de Ronsard et de Rapin » (p. 1004), ensuite pour le décrire comme un « caméléon » qui dissimula soigneusement son identité sous des noms d’emprunt – ce pourquoi, justement, Sainte-Marthe et Rapin l’appelèrent Mézence (p. 1024)85. Dans les deux cas, il est comparé à Vanini, présenté comme un proto-Vanini.

54En dépit de ce profil d’habile dissimulateur qui ne semble guère correspondre à Geoffroy Vallée (souvenons-nous qu’il fut décrit comme plutôt excentrique et n’hésita pas à afficher son nom en tête de son libelle), Frédéric Lachèvre n’a « aucun doute » et propose de reconnaître également notre Vallée derrière le portrait de Mézence86. Ainsi, Garasse, partant de sources différentes, et au prix d’une petite erreur de calendrier (rappelons qu’Henri III succède à Charles IX en 1574, année où mourut Vallée ; il régna jusqu’en 1589), aurait distingué à tort deux personnages qui n’en faisaient qu’un. Henri Busson, plus circonspect, « n’adhère qu’en hésitant à la conclusion de M. Lachèvre » : « il reste dans les deux récits de Garasse quelques détails très précis qui demeurent inexpliqués et commandent quelques réserves dans l’assentiment » ; on lui apprendrait un jour « qu’il y a eu deux athées brûlés » à quelques mois ou années d’intervalle, qu’il n’en serait pas surpris87. Jean Brunel, enfin, estime que l’affaire de l’« athée de La Pléiade », qui pourrait remonter au début des années 1560 et viser Muret, doit être radicalement distinguée de celle touchant Geoffroy Vallée, affaires confondues par Rapin dans sa confession ultime ou, plus vraisemblablement, par Garasse88.

55De fait, le récit du jésuite comporte de nombreuses difficultés, touchant d’abord à la composition de La Pléiade, dont Rapin ne faisait assurément pas partie dans les années 1570, non plus que Sainte-Marthe et Turnèbe, et concernant ensuite les pièces de vers qu’il allègue : Adrien Turnèbe, dont la « belle harangue » nous est inconnue, mourut en 1565, neuf ans avant l’avènement d’Henri III (est-il question ici d’un fils de Turnèbe, Odet ?) ; le poème cité de Ronsard, mort pour sa part en 1585, est tiré de sa célèbre Remonstrance au peuple de France (1563), et ne vise aucun athée en particulier, mais principalement les protestants (Ronsard aurait-il « recyclé » quelques vers à l’occasion de la mort de notre athée ?) ; l’épigramme In Mezentium de Scévole de Sainte-Marthe ne fut publiée qu’en 1587 (or il n’était pas dans ses habitudes de garder longtemps une pièce inédite)…89 Pour ces raisons et d’autres, il nous paraît, comme à Jean Brunel, « absolument invraisemblable que Rapin, si diminué qu’il ait pu l’être par la maladie […] ait pu tenir le discours que lui prête Garasse dans les termes où celui-ci le rapporte »90.

Garasse a, sans nul doute, confondu plusieurs affaires d’« athéisme », mais lesquelles ? L’une touchait assurément Geoffroy Vallée, nous l’avons vu ; mais une autre, plus ancienne, a pu impliquer vers 1561-1562 d’authentiques membres de La Pléiade et des amis littéraires de Rapin ; et une troisième, pourquoi pas, plus tardive et sous Henri III, a pu survenir entre 1586 (Rapin est alors lieutenant criminel dans la capitale) et 1587 (date de publication du In Mezentium). La difficulté est de démêler, dans les deux récits de Garasse, ce qui concerne précisément Vallée ; la détermination est claire pour une partie de l’exposé, mais on ne peut exclure, par exemple, que Vallée inspirât effectivement le « Mezentius » de Sainte-Marthe91, voire qu’il approchât à un moment donné de son existence un ou plusieurs poètes parisiens.

56Quoi qu’il en soit, si Vallée ou « quelque autre vaurien » (pour parler comme Mersenne92) a pu approcher un jour un poète de La Pléiade et échanger avec lui quelques mauvais mots sur la religion, un nom vient à l’esprit : celui d’Étienne Jodelle (1532-1573), qui mourut en juillet 1573 dans le plus grand dénuement, accablé de dettes, abandonné de ses amis93. Pierre de L’Estoile commente :

Le proverbe qui dit : telle vie, telle fin, fut verifié dans Estienne Jodelle, poëte parisien, qui mourust ceste année, à Paris, comme il avoit vescu, duquel la vie ayant esté sans Dieu, la fin fut aussy sans luy, c’est-à-dire très-misérable et espouvantable, car il mourut sans donner aucun signe de recognoistre Dieu, et en sa maladie, comme il fut pressé de grandes douleurs, estant exhorté d’avoir recours à Dieu, il respondoit que c’estoit un chaux Dieu [un Dieu faux et menteur], et qu’il n’avoit garde de le prier ni recognoistre jamais tant qu’il luy feroit tant de mal, et mourust de ceste façon, despitant et maugreant son créateur avec blasphèmes et hurlemens espouvantables. A la Saint-Barthelemy, il fut corrompu par argent pour escrire contre le feu admiral [Coligny] et ceux de la religion : en quoy il se comporta en homme qui n’en avoit point, deschirant la mémoire de ces povres morts de toutes sortes d’injures et menteries94. Finablement, il fut employé par le feu roy Charles, comme le poëte le plus vilain et lascif de tous, à escrire l’arrière hilme que le feu Roy appeloit la Sodomie de son prévost de Nantouillet95, et mourut sur ce beau fait qu’il a laissé imparfait. Pour le regard de ses œuvres, Ronsard a dit souvent qu’il eut désiré, pour la mémoire de Jodelle, qu’elles eussent esté données au feu au lieu d’estre mises sur la presse, n’ayant rien de si bien fait en sa vie que ce qu’il a voulu supprimer, estant d’un esprit prompt et inventif, mais paillard, yvrongne et sans aucune crainte de Dieu, auquel il ne croyoit que par bénéfice d’inventaire96

57Pierre de L’Estoile, on le voit, ne fut pas tendre pour Jodelle. Cependant l’historien et théologien protestant Simon Goulart, dans ses Memoires de l’Estat de France sous Charles IX (1576), affirmait pareillement que le poète était un « homme sans religion, et qui n’eut onc autre Dieu que le ventre »97. Quant à l’avocat (lui aussi protestant) Innocent Gentillet, dans son Discours sur les moyens de bien gouverner et maintenir en bonne paix un royaume (1576), il voyait dans la mort du poète un exemple frappant des punitions divines :

L’on pourroit alleguer infinis exemples des jugemens et vengeances de Dieu exercées contre les athéistes, contempteurs de Dieu et de toute religion, voire mesme de nostre temps, comme du poëte tragique Jodelle, qui fit une fin vrayement tragique : car ayant gourmandé et mangé son patrimoine, comme un Epicurien, il mourut de faim miserablement98.

58Pierre Pithou (autre calviniste), pour sa part, accorda à Jodelle une fin moins tragique que les précédents, mais cependant bien païenne : il tenait de son oncle François que le poète, mourant, s’était écrié :

Qu’on ouvre ces fenêtres, que je voie encore une fois ce beau soleil !99.

59On prêtera à Goethe une attitude et des ultima verba assez semblables...

60Jodelle, l’ami très cher de Muret (souvent soupçonné d’athéisme) : finalement un beau candidat au rôle d’« athée de la Pléiade », à cela près qu’il n’était point un maraud totalement « incogneu » et qu’il échappa apparemment à la potence. Oui, mais si Garasse avait une nouvelle fois “mélangé ses pinceaux”? Car il se trouve que Jodelle fut apparemment condamné à mort au début de 1564, pour on ne sait quelles raisons, puis gracié par le roi : affaire « obscure », confessent ses biographes, auxquels manque l’Arrêt de condamnation et toutes autres pièces juridiques100. Condamnation pour faits de religion ou de droit commun ? Nous qui venons de lire Garasse, parlant d’un athée qui sema le doute au sein de la Pléiade, d’un athée qui fut sur dénonciation condamné à mort (cependant exécuté, selon Garasse), n’avons-nous pas quelques raisons de penser que notre tragédien, au moins, le fréquentât de fort près101 ?

Des curés délateurs ? Simon Vigor et René Benoist

61Qui fut à l’origine de la dénonciation de Geoffroy Vallée, condamné et brûlé en 1574 pour avoir publié La Beatitude des chrestiens ou le fleo de la foi ? Lui-même s’auto-dénonça, bien sûr, en commettant premièrement la folie presque suicidaire d’inscrire son nom en tête de l’ouvrage, avec précision du nom de ses ascendants. Cependant la plaquette imprimée « à compte d’auteur » à Paris avait en principe vocation à ne circuler que confidentiellement, suppose-t-on : il fallut bien qu’à un moment donné, quelqu’un attirât sur elle le regard des autorités. À ce stade, il est clair que l’indiscrétion put être commise par n’importe qui, Vallée lui-même ne s’étant pas montré spécialement précautionneux dans la communication de son libelle. Jettera-t-on en premier lieu le soupçon sur des membres de la belle-famille de Vallée, désireux de s’emparer de l’héritage, relayés et bientôt débordés par les intérêts dévots d’un fanatique comme l’« evesque de Nevers et confesseur du roy » Arnaud Sorbin ? (cf. Lachèvre, si nous l’interprétons correctement, la citation étant de Garasse). Peut-être. Cependant un détail qui échappa à Lachèvre, comme il nous échappa au moment de nos premières recherches sur Vallée, mérite l’attention. Dans son deuxième interrogatoire, Vallée dit avoir montré son libelle, alors très probablement manuscrit, « à monsieur Vigor et à monsieur le curé de St Eustache », leur disant que « s’il y avait quelque chose qui ne fut pas bon qu’ils en fissent ce qu’ils voudraient » (Lachèvre, p. 37). Quand eurent lieu ces rencontres et qu’est-ce que notre Geoffroy pouvait en attendre ? Est-ce bien d’ailleurs le même texte de La Béatitude que nous connaissons, qu’il leur présenta ? La dernière question n’aura sans doute jamais de réponse, mais s’il s’agit bien du même texte, la suite de notre propos n’en sera que plus éclairante. Pour la date, fixons-la prudemment entre 1570 et 1573. Quant aux raisons, elles sont très incertaines. Vallée, alors qu’on l’interrogeait sur un catéchisme qu’il avait annoté, avait déclaré au cours de son premier interrogatoire avoir été commissionné pour « refaire ledit catéchisme » (Lachèvre, p. 34) : l’un des deux curés mentionnés l’en avait-il chargé ? Avait-il eu l’ambition d’obtenir de ces deux docteurs une approbation pour la publication de son ouvrage, étant entendu qu’en dépit de l’obligation faite par Charles IX en 1563, et plusieurs fois renouvelée, de soumettre à la Chancellerie toute publication, l’usage se conserva durablement de soumettre directement un manuscrit traitant de religion à deux docteurs de la Faculté de Théologie, qui pouvaient l’approuver immédiatement ?102 N’excluons pas cette hypothèse, bien qu’une nouvelle fois, elle n’avantage pas l’image d’un Vallée très clairvoyant ni très prudent. Quoi qu’il en soit, rappelons qui étaient les deux curés dont il est question : les docteurs de Sorbonne Simon Vigor (1515-1575), et René Benoist (1521-1608) étaient loin d’être des personnalités négligeables.

62Le premier, curé de Saint-Paul à Paris depuis 1563 ou 1564 jusqu’à la fin de l’année 1572 (apparemment), où il reçut du pape l’archevêché de Narbonne, sans réellement pouvoir occuper immédiatement ce siège en raison de tractations qui eurent lieu toute l’année 1573 entre le Saint-Siège et la Cour de France, fut un ardent controversiste anti-protestant (d’où son surnom d’Haereticorum malleus). Il fut présent au Concile de Trente en 1562 comme représentant de la Sorbonne et s’illustra par diverses prédications un peu partout en France. Chanoine de Notre-Dame et Théologal de Paris de novembre 1564 à juin 1574, il fut nommé en 1569 prédicateur du roi et était lié au jésuite Maldonat : son profil intéressera donc un historien de Geoffroy Vallée103.

63Le second, nommé simplement « Monsieur le Curé de St. Eustache » par Vallée dans son interrogatoire, le fut en effet de 1568 jusqu’en 1607 : René Benoist fut l’un des plus fameux prédicateur de son temps (on l’appellera sous la Ligue le « Le Pape des Halles ») et l’auteur d’une myriade d’opuscules ; il eut des démêlés avec la Sorbonne vers la fin des années 1560 en raison d’une traduction de la Bible qui s’appuyait un peu trop sur celle de Genève, fut condamné en 1569, mais, estimé du roi comme de l’évêque de Paris, il resta extrêmement influent dans la Capitale. En 1572, Charles IX le nomma lecteur royal en théologie104. Cet autre virulent pourfendeur d’hérésies, quoique réputé plus ouvert ou modéré que Vigor, intéresse également l’histoire de Vallée – dont on peut décidément se demander « ce qu’il allait faire dans cette galère ».

Haut de page

Notes

1 F. Lachèvre, « L’ancêtre des libertins du xviie siècle. Geoffroy Vallée (brûlé le 9 février 1574) et La Béatitude des chrestiens », dans Mélanges, Paris, Champion, 1920, p. 5-59 ; H. Busson, Les Sources et le développement du rationalisme dans la littérature française de la Renaissance (1533-1601), Paris, 1922 ; éd. revue et augmentée : Le Rationalisme dans la littérature française de la Renaissance (1533-1601), Paris, Vrin, 1957 (puis 1971), p. 523-534.
2 Marie-Françoise Baverel-Croissant a réédité La Beatitude des chrestiens, l’accompagnant d’une transcription moderne, en appendice à La Vie et les œuvres complètes de Jacques Vallée Des Barreaux (1599-1673), Paris, Champion, 2001, p. 139-150 ; Raoul Vaneigem l’a inséré dans un petit recueil intitulé L’Art de ne croire en rien, suivi de Livre des trois imposteurs, Paris, Rivages poche / Petite Bibliothèque, 2002, p. 34-46.
3 Voir le Bulletin d’information du présent numéro de La Lettre clandestine, ad « Vallée (Geoffroy) ». Lerre Geru entend « ranimer, sous les cendres pies de Jeanne d’Arc, celles de toutes les victimes orléanaises de sa religion » (affiche).
4 Éd. cit., p. 6 (Pour Perrens, oublié par Lachèvre, cf. Les Libertins en France au xviie siècle, Paris, Chailley, [1896], p. 43 ; « nouvelle édition ». à Paris, Calmann Lévy, 1899, p. 47-48). Rappelons aussi que Marin Mersenne, dans L’Impiété des déistes (1624), qualifiait Vallée et Noël Journet de « jeunes éventés » (II, p. 279 ; p. 588-589 dans la rééd. de Dominique Descotes : Paris, Champion, 2005).
5 En marge, de la main du copiste : « Ce Geoffroy Vallée était oncle de maître Fr. de Laubespine, avocat à Orléans ». Un Claude de Laubespine, selon le chanoine Hubert, avait épousé Marie Le Berruyer, sœur de Girarde (les généalogies manuscrites de Hubert [ca. 1620-ca. 1696], désormais citées Généalogies, sont à la médiathèque d’Orléans : ms. 608-615, ici ms. 608, « Vallée », f° 276r).
6 Séries A à I. La collection Jarry couvre dans sa totalité, c’est-à-dire toutes époques confondues, 40 m linéaires. C’est peut-être à Eugène Jarry (1865-1940), plutôt qu’à son père Louis (1837-1898) ou à son oncle Alexandre (1837-1876), qu’il faut attribuer la copie des actes du xvie siècle. Quoiqu’il en soit, nous parlerons désormais de Jarry au singulier. Dans l’Index de Jarry, on lit : « Vallée (famille). Vallée, de 1540 à 1649 (1595-xixe siècle). Achats et ventes, transports de droits et de rentes, baux à ferme, partages, procurations, réceptions en foi et hommage concernant Geoffroy Vallée, contrôleur de la recette ordinaire du domaine d’Orléans, pour des terres et maisons situées en particulier à Orléans, Bazoches-les-Gallerandes, Outerville, Bou, Chécy, Semoy, Donnery, Olivet et concernant aussi en particulier les familles Guibourg, Flattet, Gilles, Goyon, Ruan, Duboys, Collée, Hurault, Le Berruyer, Mynier, L’Aubespine, Barate, Chardon, Petau et le monastère des Célestins d’Ambert de 1540 à 1571 (copies du xixe siècle) ; actes concernant Jacques Vallée, seigneur des Barreaux, pour le domaine des Pannes et des terres et maisons situées en particulier à Bazoches-les-Hautes et Le Mesnil, et concernant aussi en particulier les familles de Mareau, Desfriches, Miron, Beaulue, Montmorency, Lhoste, La Vau, Caillart, La Marsillère (1595-1620) ; reconnaissance par Claude Vallée, dame de Chenailles, veuve de Guillaume Brochier, seigneur de La Planchette, du paiement par le receveur du domaine d’Orléans et de Beaugency, de bois qu’elle a le droit de prendre en forêt d’Orléans (1623) ; contrat de mariage entre Elizée Vallée, seigneur du Fief Corbin, et Françoise Buisson (1649). P. parch. et pap. ms. ». Nous n’exploiterons, bien entendu, qu’une partie de ces documents.
7 F. Lachèvre, Mélanges, op. cit., p. 6 sq. ; voir aussi, par ex., Les Derniers libertins, Paris, Champion, 1924, p. 380-383.
8 « Ledict jour (samedi 23 oct. 1563 [date reportée par Jarry]), Honorable homme, Me Jean Barate, licensié en loix, advocat au siége présidial d’Orléans, confesse avoir vendu et par ces présentes vend […] à noble homme, Geoffroy Vallée, notaire et secrétaire du roy, absent ; dame Girarde Le Berruyer, veusve noble homme Geoffroy Vallée, sa mère, à ce présente […] la somme de dix-sept livres tournois de rente annuelle perpetuelle, payable chacun an de six moys en six moys qui sont les premiers jours de febvrier et aoust, par moictié, que ledict v[endeur] leur a, par chacun an, droict de prendre sur tous et chacuns les biens et héritages de Lorette Hachin [?], veusve Me Jacques Barate, mère dudict vendeur, etc. Cette vente faicte pour et moyennant la somme de deux cens quatre livres tournois payée et baillée par ladicte Le Berruyer [...] » (A.D. 2 J 1547).
9 Voir ci-après la partie « Le mariage de l’« obstiné héretique ou plustot attéiste » frère de Geoffroy, Jacques Vallée des Barreaux ».
10 Voir ci-après le titre « L’acquisition d’un domaine au « Port de Bou » en 1566 ». Notons l’erreur de F. Lachèvre qui prénomme Girarde la femme d’Arnault (Mélanges, p. 6). Il suit peut-être ici (indirectement) la même source erronée que Hubert (cf. supra, n. 5 ; ms. 608, fol. 276v), où une « Girarde », femme d’Arnault, est mentionnée à la place de Loyse.
11 Les Brachet constituaient une bonne famille d’Orléans : cf. Tallemant des Réaux, Historiettes, éd. A. Adam, Paris, La Pléiade, 1960-1961, t. II, p. 624 et note (historiette sur La Miletière).
12 Ce Jean, marié à Marie le Charroz, père d’un Jean nommé « commissaire de l’artillerie » et d’une fille, est considéré à tort par le chanoine Hubert (Généalogies, cf. supra, n. 5 ; ms. 608, f° 276), comme le « filz aisné » de Geoffroy I Vallée : erreur manifeste. Peut-être correspond-il au « Jean Vallée », appointé en juillet 1548 comme « garde-vaisselle de la bouche du roi », dont il est fait état dans un document des Archives nationales (Arch. nat., K 1722, f° 53). Nous retrouvons en tout cas son nom dans les Procès verbaux de la prestation du serment de fidélité au Roy Charles IX par les huguenots d’Orléans en 1568 rassemblés et annotés par Paul de Félice (Orléans, Herluison, 1882 ; ces prestations de serment avaient été réclamées par les catholiques de la ville) : « Jean Vallée, bourgeois » prête serment le 14 août 1568 (information aimablement communiquée à nous par Mme Luce Madeline, historienne du protestantisme en Orléanais, dont on lira avec profit l’article « Les huguenots à Orléans vers 1570 », Bulletin de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, n.s., t. XIV, n° 117, déc. 1997, p. 3-20).
13 Voir ci-après le titre « Le mariage de l’« obstiné héretique ou plustot attéiste » frère de Geoffroy, Jacques Vallée des Barreaux ».
14 Nous remercions Philippe Gasnier de nous avoir communiqué une carte de Bou. Jarry a peut-être lu à tort « Branger » où il fallait lire « Granger ». Philippe Gasnier nous précise que la petite voie qui traverse cette propriété s’appelle « la rue du clos Granger ».
15 Bou autrefois, s.l.n.d. [Bou, ca. 1960-1970, 63 p.], p. 33.
16 Selon le droit de retrait lignagier, le plus proche parent du vendeur d’un bien immeuble pouvait, dans le délai d’un an et un jour de la vente et réalisation de celle-ci, se retourner contre l’acheteur moyennant remboursement du prix de la vente et des frais engagés, et récupérer à son profit le bien vendu.
17 Miron est cité en avril 1568 (cf. infra, « Le mariage de l’« obstiné héretique ou plustot attéiste » frère de Geoffroy, Jacques Vallée des Barreaux ») comme « sieur de Chenailles, conseiller du roy et Maistre de la chambre des comptes à Paris ».
18 Archives départementales, 2 J 1547 (copie de Jarry).
19 Ibid.
20 Voir F. Lachèvre, Mélanges, p. 58 : « Donation de Claude Vallée… à Jacques 1er, sieur des Barreaux, son frère, des droits qu’elle a sur une portion des biens ayant appartenu à Geoffroy, son frère. 20 décembre 1574 ».
21 Orléans, Paroisse Ste Colombe, GG 175, f° 6, cité par Auguste Baillet, « La famille Vallée », Bulletins de la société archéologique et historique de l’Orléanais, t. XVI (1914), p. 107-108 (= Bulletin n° 201, 3e et 4e trim. 1911). M.-F. Baverel-Croissant transcrit également – avec des erreurs – ce document dans son livre déjà cité sur Des Barreaux, p. 11 et 319 (les deux transcriptions ne coïncident d’ailleurs pas entre elles).
22 « En 1599, après la promulgation de l’Édit de Nantes, les protestants de la ville avaient acheté rue de l’Aumône une maison avec jardin connue sous le nom de « la vieille réparée » (ou remparée ?) située justement contre les remparts de la 4e enceinte achevée en 1555 sous le règne de Henri II. Le jardin fut le cimetière des Huguenots jusqu’en 1699. Les inhumations y avaient lieu en général de nuit, voire clandestinement et les catholiques respectaient peu ce lieu hérétique. La rue de l’Aumône devint plus tard et est toujours « rue des Huguenots » donnant sur le boulevard Alexandre Martin, les boulevards ayant remplacé les remparts. Ainsi est perpétué le souvenir de ce cimetière qu’on peut situer au niveau de la maison n°19. – Si vous vous reportez au tracé de la 4e enceinte dans Orléans – une ville – une histoire de J. Debal tome I, page 143, la rue de l’Aumône commençait au point 26, à côté de la Tour St Michel » (Lettre de L. Madeline à A. Mothu, 24 juillet 2006).
23 Voir Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu, Seyssel, Champ Vallon, 1990, 1ère partie, chap. 4, spéc. p. 250, 255 sq.
24 Le nom de Mareau provient certainement du village de Mareau-aux-prés situé à une douzaine de kilomètres d’Orléans, dans le canton de Cléry-Saint-André. Marie était fille de Charles, marchand bourgeois d’Orléans, sieur de Mérouville, et de Claudine [Catherine, selon Hubert] Petau : « c’est sans doute ce bourgeois qui fut échevin en 1548 », précise Baillet (« La famille Vallée », art. cit., p. 108). Le même précise qu’un autre Charles Demareau, « demeurait rue de la Renardière, paroisse Saint-Sulpice, suivant un acte passé le 5 août 1645 en l’office du notaire Claude Gouet (minutier de Me Gaullier) ». Hubert le dit en effet « sieur de La Renardière » (ms. cit., f° 191r).
25 « Le 6. décembre 1614, a été bénite la cloche de Ste Colombe. Parrain : Me Hierosme Luyllier, docteur regent en l’Université d’Orléans. Marraine : damoyselle Marie Demarreau, veusve de Jacques Vallée, sgr Desbarreaux, touttefoys hérétique. Ladite cloche nommée Marie » (ibid., GG 175, f° 15 ; Baillet, ibid.).
26 C’est ce qui ressort du document que nous citons et publions partiellement ci-après. Voici le passage (non retranscrit dans notre extrait) : « Et le dimanche vingt septiesme jour de Jung ensuivant audict an [1568] comparurent par devant moy, notaire, lesdicts Jacques Vallée et damoiselle Marie Demareau, sa future espouze, lesquels ont confessé avoir reçu dudict Claude Demareau, ad ce present, qui leur a payé comptant en presence dudict notaire, et aussy d’honnorables hommes Jacques Decontes, sieur de Briou ; d’honnorable femme Marie Demareau, veusve honnorable homme Guillaume Tassin ; Charlotte Pitau, veusve honnorable homme Jacques Luillier, proches parants de ladicte damoiselle Marie Demareau, […] » (Archives de Mme Annick de Fombelle, Carton 1, Contrat de mariage de Jacques Vallée et Marie de Mareau, f° 9-10 ; nous soulignons).
27 R. Pintard, Le Libertinage érudit dans la première moitié du xviie siècle [1943], Genève, Slatkine, 1983, p. 603-604 (notes de la page 191).
28 Hubert, Généalogies, déjà cité [cf. supra, n. 5], ms. 608, f° 175v et 178v.
29 Paris, Champion, 1909, rééd. Genève, Slatkine Reprints, 1968, t. I, p. 21, 118 (n. 3), 531 (n. 2) ; R. Pintard, op. cit. Voir aussi Antoine Adam ad Tallemant des Réaux, Historiettes, Paris, Gallimard, La Pléiade, t. II, 1961, p. 991. Nous avons croisé le nom de Luillier dans diverses relations de la Saint-Barthélemy à Orléans.
30 Ce document est conservé dans un carton numéroté « 1 » et intitulé : « Titres. Généalogistes des anciens seigneurs de Chenailles ». Une copie tardive, hélas partielle, du contrat de mariage est également présente au Archives départementales (mêmes cote et microfilm que les documents précédemment cités).
31 Notons qu’une insinuation comparable, garantie par le même Jean de Mareau (garde de la prévôté d’Orléans et probable oncle ou cousin de Marie de Mareau), et qui fut enregistrée à Paris en 1581 après l’avoir été à Orléans en 1580, a été publiée par F. Lachèvre dans ses Mélanges (p. 55-57) : elle concernait le « Contrat de mariage de Robert Miron et Marie Vallée » qui eut lieu en 1556.
32 On lit en effet à la fin du document : « Ces presentes estant enregistre[es] dudict François Stuard, jadix notaire au Chastellet d’Orleans, de l’annee mil cinq cens soixante huict, ont esté par Claude Dumuys, notaire au Chastellet d’Orleans, soubzsigne, excpediééz et mises en ceste forme sur ledict registre estant en sa possession et delivrrééz a messire Claude Vallée seigneur de Chenailles, ce requerant pour luy servir ce que de raison, ce cinquiesme jour d’aout mil six cent soixante cinq. // Dumuy ».
33 Une pièce des Archives départementales du Loiret (toujours dans le même fonds Jarry 2 J 1547), du 26 février 1562, le cite ainsi : « Noble, maistre Robert Myron, secrétaire de la Chambre du Roi, receveur des décimes du diocèse de Limoges ». Notons que c’est Robert Miron qui fera bâtir sur le domaine de Chenailles le château toujours existant, où lui et sa femme accueilleront paraît-il en 1592 Henri IV et Gabrielle d’Estrées : voir M. Durandeau, « La grande famille des Vallée », Société d’agriculture, sciences, belles-lettres et arts d’Orléans, séance du 3 mars 1972, p. 95. Voir aussi Anatole Basseville, Notice historique sur le château de Chenailles et ses seigneurs, Orléans, Imprimerie de Georges Jacob, 1862. Basseville se trompe cependant quand il affirme que Chenailles n’échoit à Marie Vallée qu’à la mort de son frère Jacques en 1614 (p. 8) : Jacques semble n’avoir jamais été « sieur de Chenailles ».
34 F. Lachèvre ajoute qu’il fut aussi « sieur de La Planchette » (Mélanges, p. 6) : sur la foi de quel document ? La Généalogie manuscrite du chanoine Hubert (cf. supra, n. 5 ; ms. 608, f° 276v) ne confère ce titre qu’au beau-frère de Geoffroy, Guillaume Brochet [Brachet ?] (cf. aussi supra, n. 6 ; Lachèvre lui-même note d’ailleurs à la même page de son étude : « Guillaume Brochet, sieur du Port, puis de la Planchette »). La Planchette était le nom d’une terre située à Mignerette, entre Montargis et Beaune-la-Rolande.
35 Le village-hameau de Melleray est situé à environ 2 km à l’est d’Outarville : au nord-ouest du Loiret, entre Pithiviers et l’Eure-et-Loire, à environ 6 km de Bazoches et 37 km d’Orléans.
36 « Noble homme Geoffroy Vallée, sieur du Danjau, naguères notaire et secrétaire du roy, estant à present en ceste ville d’Orléans, d’une part ; et Estienne Portehois, laboureur demeurant audit lieu de Danjau, paroisse d’Outarville en Beausse, d’autre part : confessent qu’ils ont aujourd’huy faits compte et calcul, entre autres des moissons que ledict Portehois debvoit audict sieur Vallée, […] à louer de la terre, etc., dudict lieu de Danjau, etc. » (AD, 2 J 1547, copie de Jarry).
37 La terre dont il est question dans notre document dépendait effectivement du duché de Chevreuse : un fonds documentaire des Archives nationales concernant la « Terre et seigneurie de Chevreuse » (D 1452-1662), que nous n’avons pas encore consulté, comporte une série ainsi présentée dans l’Inventaire : « de Dangeau à Melleray (Loiret), 1427-1747 ». Le Duché de Chevreuse avait été érigé en 1545 à partir de la Baronnie de Chevreuse et des châtellenies, terres et seigneuries de Meudon, Angervilliers, Limours, Bures, Beynes, Grignon, Saint-Aubin et dépendances (d’autres terres et fiefs y seront ultérieurement réunis). Charles de Lorraine l’avait acheté en 1555.
38 Inventaire sommaire…, éd. Émile Louis Coüard et Henri Lemaire, Paris, Cerf, 1940, p. 170.
39 Voir A. Mothu, « Geoffroy Vallée, ou la science de Dieu à l’assaut de la foi », en présentation à la réédition orléanaise de Geoffroy Vallée, La Beatitude des chrestiens ou le fleo de la foy, Orléans, Demeter, 2005, p. 4-5.
40 Archives départementales, 2 J 1547 (copie d’Eugène Jarry).
41 J. Maldonat, Commentarii in quatuor Evangelistas, Mussiponti [Pont-à-Mousson], ex. Typ. Stephani Mercatoris, 1596, in Matth. cap. XXVI, p. 630. Fabricius (Hist. Biblioth. fabric., part. I, p. 266), substituera incredulorum à calvinistorum.
42 L. d’Orléans, Le Banquet et apres dinee du Comte d’Arete, où il se traicte de la dissimulation du Roy de Navarre, & des mœurs de ses partisans, Paris, Guillaume Bichon, 1594, p. 41-42.
43 M. Mersenne, L’Impiété des déistes, op. cit., II, 279 ; éd. Descotes p. 589. Mersenne suit ici Jean Boucher, Couronne mystique, Tournay, 1623-1624, l. 2, chap. 27.
44 La Béatitude des chrétiens ou le fléau de la foi, éd. cit. [n. 35], « Le Huguenot », p. 33-34, et aussi p. 35, section consacrée au « Libertin » : celui-ci, est-il dit, peut arriver « à plus heureux port que tous les autres qui croient (pourveu qu’il ay passé par la huguenotterie) ».
45 Sur ce Docteur régent de la chaire de droit civil d’Orléans entre 1549 et 1557, voir par ex. Jules Doinel, « Anne du Bourg à l’Université d’Orléans », Bull. Soc. Hist. Protest. franç., XXX, 1881, p. 365-373.
46 Voir Gustave Baguenault de Puchesse, « La Saint-Barthélemy à Orléans », Mémoires de la Société archéologique de l’Orléanais, XII, 1873, p. 509-539 ; Dom Guy-Marie Oury dans Histoire religieuse de l’Orléanais, Chambray-lès-Tours, C.L.D., coll. « Histoire religieuse des provinces de France », 1983, p. 179 sq. (avec la bibliographie ad loc.) ; Jacques Debal, Histoire d’Orléans et de son terroir, Roanne / Le Coteau, éd. Horvath, coll. « Histoire des villes de France », 1983, chap. IV, p. 501-525 (« La période des troubles »), avec la bibliographie (ajoutons-y Jules Doinel, « Liste des massacreurs de la Saint-Barthélemy à Orléans », Bull. Soc. Hist. Protest. franç., XXXI, 1882, p. 253-258) ; sans oublier L. Madeline, « Les Huguenots à Orléans vers 1570 », cité supra, n. 12. Au milieu des années 1560, on a parlé d’une ville plus qu’à moitié protestante. Rappelons que c’est devant Orléans, qu’il assiégeait, que le duc de Guise fut assassiné par Poltrot de Méré.
47 Calvin y avait fait au moins deux séjours, le premier de janvier 1528 à juillet 1529, le second de mai 1532 à octobre 1533, après être passé à Bourges et à Paris, et c’est sur les bancs de son Université qu’il aurait commencé son livre contre l’hérésie des « dormeurs » ou Psychopannichie. Voir, outre Busson (Rationalisme…, p. 321-322), Jules Doinel, « Jean Calvin à Orléans », Bull. de la Soc. de l’Hist. du Protestantisme français, XXVI (1877), p. 174-185 ; G. Bonet Maury, « Le protestantisme français au xvie siècle dans les universités d’Orléans, de Bourges et de Toulouse », 1ère partie [Orléans], dans ibid., XXXVIII (1889), p. 86-95, spéc. p. 91. On pourra voir encore Louis Bastide, « Les temples de l’Église réformée d’Orléans (1561-1685) », Bull. Soc. Hist. Protest. franç., XLVIII, 1899, p. 561-573 ; N. Weiss, « La Réforme à Orléans de 1571 à 1574. Trois lettres de Daniel Toussain », ibid., XXXII, 1883, p. 210-218; et les autres études citées infra.
48 Nous citons la relation de Jacques Damain, chanoine de Saint-Aignan, d’après Denis Lottin, Recherches historiques sur la ville d’Orléans, Orléans, imprimerie d’Alexandre Jacob, 1836-1837, t. II, p. 19. Sur la prédication de Sorbin à Orléans, bien plus durable que ne l’ont cru, par exemple Lottin (ibid.) et G. Baguenault de Puchesse (art. cit., p. 520 et 537), car il enflamma en fait les foules plusieurs mois durant, ne quittant la ville qu’un mois avant le massacre, on lira Jules Doinel, « La préméditation de la Saint-Barthélemy à Orléans », Bull. Soc. Hist. Protest. Franç., XXXI (1882), p. 31-36. On sait que Sorbin publiera après la Saint-Barthélemy un recueil d’hymnes et d’épîtres sur le sujet – celles-ci ne concernant pas spécialement les événements d’Orléans. On lui doit les oraisons funèbres de figures très catholiques telles que le roi (1574), Marguerite de France (1575), Claude de France (1575), Jacques de Lévis (1578), Paul de Caussade (1578) et le prince Charles (1595).
49 Simon Goulart, Memoires de l’Estat de France sous Charles IX, [1ère éd. : 1576-77 ; 2e éd. :] A Meidelbourg, par Henry Wolf, 1578, I, p. 343 (« Massacres de ceux de la religion à Orleans »).
50 Voir F. Lachèvre, Mélanges, p. 46 (également cité plus bas par nous, § 7 ; voir aussi notre note 85).
51 Voir G. Baguenault de Puchesse, cité ci-dessus n. 40, mais surtout D. Lottin, cité n. 41, t. II, p. 1-51 (narrations de Daniel Toussain et Jacques Damain) ; et, par ailleurs, Charles Read, « La Saint-Barthélemy à Orléans », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, n° 8, 1872, p. 345-392 (relation de l’étudiant allemand Joh.-Wilh. de Botzheim, citée infra, n. 73).
52 Nous remercions Madame Luce Madeline des précisions suivantes : « […] les Stuart dont vous rapportez cinq actes notariés concernant les Vallée étaient des Huguenots notoires. Trois Stuart avaient signé le serment des protestants à Charles IX en août 1568 : Stuart Pierre (Maistre) avocat le 8 août ; Stuart Gilles (Maistre) le 11 août ; Stuart François (Maistre) notaire le 23 août. Le 23 août était le dernier jour où l’on pouvait signer : François aurait-il prêté ce serment comme à regret ? Par ailleurs figure sur la liste des Huguenots (à abattre) de 1570 : « vers la Halle – Stuart-notaire » (sans prénom). Tous les actes notariés cités sont antérieurs à la St Barthélemy. Le nom de Stuart n’apparaît [cependant] pas sur les listes – très restreintes – des massacres de 1572 » (Lettre du 24 juillet 2006).
53 Voir la note à la petite réédition orléanaise de La Béatitude, déjà citée : « Hommage de Geoffroy à sa mère », p. 21.
54 Voir J. Pannier, « La Bibliothèque de l’Église réformée de Paris de 1626 à 1664 », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, t. 52, n° 1, 1903, p. 50 : « La Bible, avec la glose ordinaire et les apostilles de Nicolas de Lyra, par Messire François Vallée, sieur de Chenailles, conseiller du Roy en ses conseils d’estat et privé et président au bureau des thrésoriers généraux de France en la généralité de Paris ». Nous n’avons su localiser aucun exemplaire de cette Bible.
55 Tallemant des Réaux, Historiettes, éd. cit. (n. 26), p. 32.
56 Voir la note d’A. Adam à l’édition citée ci-dessus, p. 937, n. 4 : d’après une procuration de 1648, « François Vallée, ou, comme on disait couramment, Chenailles, avait constitué légataires universels son neveu Claude Vallée, seigneur de Chenailles, et sa nièce Anne Vallée, mariée [le 30 mars 1645] à Messire Anne de Chivray, marquis de La Barre, conseiller du roi et lieutenant général de la cavalerie de France. Il leur donnait les deux tiers de sa succession. Le dernier tiers était partagé entre Des Barreaux et ses deux sœurs ».Voir aussi, sur Hector Vallée et Suzanne Bigot, les notes 3 et 4 de la p. 1265 (ad p. 415) ; et la n. 2 de la p. 1545 (ad p. 820).
57 Cité par Antoine Aubery, L’Histoire du cardinal Mazarin. Par M. Aubery, Avocat au Parlement & aux Conseils du Roy, Paris, Denys Thierry, 1688, t. II, Livre 7, p. 465 ; voir sur cette affaire les p. 445-465. Voir aussi Basseville, Notice historique sur le château de Chenailles et ses seigneurs, op. cit., p. 11-12. Guy Patin évoque aussi l’embastillement en 1656 de « M. de Chenailles […] qui est de la prétendue réformée […] à cause de certaines lettres surprises, par lesquelles ils [Chenailles et le chevalier Desprez] sont accusés d’avoir quelque intelligence avec le prince de Condé pour lui faire livrer Saint-Quentin en Picardie » (éd. Réveillé-Parise, II, 268-269, 12 décembre 1656 ; cf. aussi II, 270, lettre du 26 décembre). C’est ce chevalier Robert Desprez ou Des Prez, capitaine d’une compagnie dans le Régiment de Lignières et ancien ami de Chenailles (il avaient jadis « fait ensemble le voyage d’Italie » : Aubery p. 446), qui avait vendu la mèche ; il dînait chez Chenailles quand la police les arrêta. Chenailles avait épousé Margueritte Hervart, nièce du financier et intendant des finances en 1650, Barthélemy Hervart (Hubert, Généalogie, op. cit.), lui aussi calviniste. Notons que Chenailles était bien connu de Mazarin comme un comploteur à la solde de Condé (Aubery, p. 448) et qu’il était apparemment très lié à Pomponne de Bellièvre, premier président du Parlement (ibid., p. 446-447).
58 Basseville, ibid., p. 12.
59 A. Adam, éd. cit. de Tallemant des Réaux, I, 1265, note.
60 Ibid., t. II, p. 33-34.
61 G. Dupréau, Nostrorum temporum calamitas et deploratio [BnF : H-11350], Paris, 1559, lib. V, fol. 210v, cité par H. Busson, « Les noms des incrédules au xvie siècle », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, XVI (1954), [p. 273-283], p. 274.
62 G. Dupréau, ibid., fol. 213r et v. Traduction J. Letrouit ; voir H. Busson, « Les noms des indrédules… », ibid., p. 280, et Le Rationalisme, op. cit., p. 190 et 248. À propos des soldats affirmant que le corps du Christ avait été dérobé par ses disciples, cf. Matthieu XXVIII, 12-15 (cf. auparavant XXVII, 62-66). Sur les grands prêtres et pharisiens qualifiant le Christ d’imposteur, cf. Matth. XXVII, 62-64. Sur l’hypothèse d’un Christ seulement ‟fantôme”, on pourra voir Busson, ibid., p. 311-312.
63 Cet hôtel construit au xiiie siècle et entouré de rues étroites était ainsi nommé en raison de sa forme carrée. Citons la transcription et les commentaires de Jules Doinel : « 1530. Maistre Geoffroy Vallée [en note : C’est le père de notre Geoffroy, brûlé en 1574, à Paris, comme athée], grenetier du grenier à sel estably […] à Gien […] et Girarde Le Berruyer, sa femme […] prennent à titre de rente annuelle […] de Notre-Dame-D’Ambert […] la maison des Quatre-Coings […] abutant par devant sur la rue de la Chévrerie [en note : aujourd’hui rue de la Vieille-Monnaie], par derrière sur la rue par laquelle l’en va de l’Esleu-Saint-Mesmin à la rue du Mouton ; d’un cousté sur la rue par laquelle l’en va du Mouton en la rue de la Chévrerie, et d’autre cousté sur une ruelle par laquelle l’en va de Saint-Mesmin au cloître Sainct-Sanxon.

1543. La maison où demeure Geoffroy Vallée, appelée : les Quatre-Coings.

Après la mort de Geoffroy, fils du Geoffroy susnommé, les Quatre-Coings échurent à Jacques Vallée, sieur des barreaux, autre célébrité [Doinel confond ici avec le fils de Jacques Vallée], qui les vendit à la ville. La ville fit abattre cette demeure historique, pour établir la place des Quatre-Coings. (Voir Actes de 1579, 1580, 1586 et 1682). Le puits de cette maison existe encore ; il est placé au lieu qui portait nom : place des Quatre-Coings, et appartient à la maison de la rue Jeanne d’Arc portant le n° 17, où se trouve la librairie Herluison » (Archives municipales d’Orléans, A. 362, papier de la Cherche de 1543, f° 88, verso, citées et annotées par Jules Doinel, Documents du xvie siècle tirés des archives orléanaises. Étienne la Boétie, Lambert Daneau, Geoffroy Vallée, François Daniel, Théodore de Bèze, Marie Touchet, Agrippa dAubigné, Orléans, H. Herluison, 1876, p. 11-12). Seules quelques poutres de cet hôtel, récemment découvertes, restent aujourd’hui visibles. Le puits semble avoir disparu.

64 Il pouvait aussi habiter l’une des résidences familiales de la paroisse Sainte-Colombe : la « Petite Jeanne », la « Porte jaune » ou le « Petit Chenailles ». Au sujet de ce dernier lieu, Charles-François Vergnaud-Romagnési note qu’il « offrait encore, il y peu de jours, des sculptures remarquables et des médaillons jadis dorés représentant des têtes d’empereurs, d’un beau travail : tout ce qui était extérieur vient de disparaître ; mais dans l’intérieur il reste encore aux portes et aux croisées des arabesques bien conservées », Histoire de la ville d’Orléans, de ses édifices, monumens, établissemens publics, etc. Deuxième édition de l’Indicateur orléanais, [1827], augmentée d’un Précis sur l’histoire de l’orléanais ; par Vergnaud-Romagnési, Orléans, Imprimerie de Rouzeau-Montaut aîné, 1830, t. I, p. 218-219.
65 Jacques-Auguste de Thou, Histoire de Monsieur de Thou, des choses arrivées de son temps. Mises en françois par P. du Ryer, Paris, Chez Augustin Courbé, 1659, livre 45, p. 266. Rappelons que de Thou fut sollicité par la famille Vallée afin de procéder à l’information sur « l’insapience et débilité d’esprit » de Geoffroy (mai 1572), avant d’occuper une fonction importante dans le procès contre son « libelle scandaleux » (décembre 1573). Cf. F. Lachèvre, Mélanges, op. cit., p. 13-14 et 30-31.
66 Symphorien Guyon, Histoire de l’eglise et diocese, ville et université d’Orleans. Par Symphorien Guyon Orleanois, Prestre, Docteur és Droicts, Curé de la paroisse de Sainct Victor d’Orleans, Orleans, chez Maria Paris, 1647 [éd. latine : 1637], p. 420. Nous soulignons.
67 Le Maire écrivait : « Les cruautés se sont continuées jusques au mois de juillet mil cinq cens soixante neuf qu’on mit le feu en deux maisons en plein iour (qui sont la maison des quatres coins, et de Madame de Boiblaudin) ou l’on avoit emprisonné plus de sept vingt personnes qui furent bruslez tous vifs » (Histoire et Antiquitez de la ville et duché d’Orleans, avec les vies des Roys, Ducs, Comtes, Vicomtes… augmentez des Antiquitez des villes dependantes du Chastelet et Bailliage d’Orléans, ensemble le tome ecclesiastique contenant la fondation et nombre des églises et monastères, histoires et vies des Evesques d’Orleans, par M. François Le Maire, conseiller au Presidial d’Orleans, Orleans, Maria Paris, 1645, p. 349).
68 Notamment les déportations, procès, pillages, saccages, destructions d’églises, de symboles cultuels, de monuments funéraires, mises à mort de prêtres, fuites de populations…, qui se déroulèrent en 1562 et 1567, lors des prises de la ville par le prince de Condé, Orléans étant alors devenue, comme nous l’avons déjà souligné, la place politique et militaire du parti protestant.
69 Récit de cette émeute que les protestants appelèrent dans la suite la petite Saint-Barthélemy. Remarques critiques sur l’Histoire de Lemaire [= titre du catalogue des manuscrits]. Remarques critiques sur l’Histoire d’Orléans de Mr Lemaire, édition de 1645 in 4°. Par Mr *** [= titre réel]. Médiathèque d’Orléans. Manuscrit 548, f° 39.
70 Vergnaud-Romagnési, Histoire de la ville d’Orléans, op. cit., t. I, p. 219.
71 Lottin se réfère sans plus de précisions à l’Histoire de Le Maire, à des manuscrits de l’abbé François-Noël Dubois écrits entre la fin du xviiie siècle et le début du xixe siècle, enfin à une nébuleuse section intitulée « tous les manuscrits orléanais ».
72 Lottin, Recherches historiques sur la ville d’Orléans, op. cit., 1836, t. I, p. 476. La journée des Grands Chaperons fut une journée de massacres mémorables. Depuis que leurs lieux de culte – notamment ceux de la place de l’Étape et de la rue d’Illiers – avaient été attaqués et incendiés le 14 avril 1568 (en violation des accords de Paix de Longjumeau du 23 mars de la même année), les protestants se réunissaient au château de l’Île Groslot, près d’Orléans (sur l’actuelle commune de Saint-Denis-en-Val), où résidait Jérôme Groslot, l’ancien bailli d’Orléans, qui périra à Paris lors de la Saint-Barthélemy. Le 12 juin 1569, des huguenots revenant de célébrer la fête de jeunes époux et épouses (aux visages couverts par des chaperons), furent insultés, humiliés, brutalisés, tués et jetés dans la Loire. À cette sanglante rixe participèrent le roi (accompagné de sa maîtresse orléanaise Marie Touchet qui venait d’abjurer sa foi) et de nombreux seigneurs de la Cour.
73 Sur le sujet, lire G. Baguenault de Puchesse, « La Saint-Barthélemy à Orléans », art. cit., p. 509-539.
74 Joh. -Wilh. von Botzheim, Le Massacre fait à Orléans au mois d’août 1572. Duquel fut témoin, et faillit lui-même être victime Joh. -Wilh. von Botzheim, auteur de la relation qu’on va lire, traduit et présenté par Charles Read, La Saint-Barthélemy à Orléans racontée par Joh. -Wilh. von Botzheim, étudiant allemand témoin oculaire. 1572, dans le Bulletin historique et littéraire de la Société de l’histoire du protestantisme français, Paris, Agence centrale de la société, deuxième série, septième année, n° 8, août 1872, p. 350.
75 Eugène Lepage, Les Rues d’Orléans. Recherches historiques sur les rues, places et monuments publics depuis leur origine jusqu’à nos jours, [Orléans, 1901], Marseille, Laffitte Reprints, 1983, p. 300-301.
76 De Thou, Histoire, op. cit., p. 266.
77 Lottin, Recherches historiques, op. cit., t. I, p. 476.
78 Guyon sera plus explicite dans sa justification du massacre : « […] furent en ces deux endroits tuez environ deux cens personnes, tant pour empescher leurs pernicieus desseins, qu’en punition de leurs desordres precedens. Dieu iuste Iuge voulant que comme ils avoient par deux diverses fois troublé et affligé la ville d’Orleans, aussi ils y reçeussent par deux fois le chatiment de leur impieté, à sçavoir dans la punition que nous venons de rapporter, et en celle qui arriva trois ans apres », Histoire, op. cit., p. 420.
79 Réel ou imaginaire, ce jet d’excrément pourrait implicitement se référer à la croyance catholique en la transsubstantiation ; les protestants, comme d’autres courants religieux ou libertins de l’époque, rejetant cette incarnation de Dieu en une pâte adorée, multipliée, mangée, digérée puis rendue à la selle.
80 Récit de cette émeute que les protestants appelèrent dans la suite la petite Saint-Barthélemy, op. cit., f° 39-40.
81 Au début du xvie siècle, la cathédrale, commencée deux siècles auparavant, était presque achevée. En 1512, une grosse boule dorée surmontée d’une croix fut hissée sur le clocher qui venait d’être élevé au-dessus de la croisée des nefs. Dans les années suivantes, le raccord avec le transept roman s’acheva ; quatre travées neuves permettaient à la nef d’atteindre le portail qui s’encastrait entre les deux vieilles tours. En 1567, lors de la seconde prise de la ville par Condé et Coligny, les portes de l’édifice furent murées pour éviter de nouveaux saccages. Malgré ces précautions, dans la nuit du 23 au 24 février 1568, des huguenots radicaux, déçus de voir Condé traiter avec les catholiques, firent exploser le bâtiment. Les piliers s’effondrèrent, entraînant le clocher, la sphère de cuivre le surmontant, les voûtes du choeur, et la nef. Un manuscrit se fait l’écho de la rumeur diffamatrice de l’époque qui accusait Théodore de Bèze (pourtant à Genève durant les faits) d’avoir participé à cette destruction. Lire Étienne Salle [voiturier d’eau à Orléans en 1710], Livre à l’usage d’Orléans. Récit de la Démolition de la Cathédrale Saint-Croix en février 1568. Manuscrit 1340 de la Médiathèque d’Orléans (p. 335-337).
82 Vergnaud-Romagnési, Histoire de la ville d’Orléans, op. cit., t. I, p. 218-219. L’auteur ajoute : « Depuis cette époque, ses débris, situés dans la censive des Célestins d’Ambert et abandonnés, servaient de refuge aux vagabonds. Le 26 octobre 1579, les maire [sic] et échevins réunirent les habitans pour les engager à acheter ce terrain aux Moines, qui le cédèrent moyennant trente livres de rente. Le 19 janvier 1581, on obtient du roi d’abattre ces masures pour en former une place, et les mêmes lettres patentes autorisèrent à contraindre les propriétaires voisins de contribuer à l’achat de ces maisons et à leur démolition, ce qui fut bientôt exécuté », ibid., p. 219.
83 Ce nom est pris à l’Énéide : Mézence, chef des Rutules et adversaire d’Énée y est qualifié de contemptor divum et soutient par exemple avant de mourir : nec mortem horremus nec divum parcimus ulli ; Garasse l’évoquait p. 119, traduisant contemptor divum par « le meschant qui mesprisoit la divinité ». Le pseudonyme, après saint Augustin, était apparemment courant pour qualifier les « athées » à la Renaissance : voir H. Busson, Le Rationalisme…, p. 106 ; idem, La Pensée religieuse française de Charron à Pascal, Paris, Vrin, 1933, p. 19-20. Voir encore La Mothe Le Vayer, De la divinité (ca. 1630), rééd. dans Dialogues faits à l’imitation des anciens, Paris, Fayard, 1988, p. 317. Le Vayer lui-même, dont l’athéisme était notoire, fut appelé Mezentius par Guez de Balzac (« et je voudrois bien savoir ce qu’en croit le docteur Mezantius autrement le redoutable grammairien… », lettre du 12 juin 1645citée par René Kerviler, François de La Mothe Le Vayer […]. Étude sur sa vie et sur ses écrits, Paris, Édouard Rouveyre, 1879, p. 125, n. 3). Sur le personnage lui-même, voir, par ex., Dolorès Pralon-Julia, « Mézence, le contemptor divum », dans Gilles Dorval et Didier Pralon (éd.), Nier les dieux, nier Dieu, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2002, p. 93-107 ; Leah Kronenberg, « Mezentius the Epicurean », Transactions of the American Philological Association, vol. 135, n° 2, 2005, p. 403-431 (article en ligne, disponible sur Project Muse). Voir aussi Louise Godard de Donville, Le Libertin des origines à 1665 : un produit des apologistes, Paris-Seattle-Tübingen, Papers on French Seventeenth Century Literature / Biblio 17, 1989, p. 355 sq.
84 Guy Patin propose déjà cette identification dans une lettre à Spon du 1er avril 1657 : « Voyez un livre intitulé : la Doctrine curieuse des beaux esprits de ce temps, du père Garasse, jésuite, in-quarto, en la page 142 ; vous y trouverez l’histoire d’un fou, qui fut pendu et brûlé à la Grève, un jeudi absolu, l’an 1573 ; il étoit proche parent de ce conseiller M. de Chenailles, et s’appellent tous deux de même nom, savoir, Vallée, qui est le nom de leur famille. Ce pendu-là a été son grand-père ou grand-oncle ; il étoit bien plus fou que méchant » (éd. réveillé-Parise, II, p. 292). En fait, Garasse lui-même garantit l’identification, quand il évoque l’exécution de Vallée – expressément nommé – dans son Récit au vrai des persécutions soulevées contre les pères de la Compagnie de Jésus dans la ville de Paris, l’an 1624-25-26… : « Desbarreaux, ce jeune débordé […] de très bon esprit, fils de M. de La Vallée-Desbarreaux, président aux enquêtes, et petit-neveu de ce malheureux de La Vallée que le père Séguiran assista en Grève, lorsqu’il fut brûlé, le propre jour du jeudi saint, sous Charles IX, pour le crime d’athéisme qu’il professait publiquement, […] » (dans Libertins du xviie siècle, éd. J. Prévot, Paris, Gallimard, La Pléiade, t. I, p. 133). Bien sûr, Vallée n’est pas mort le jeudi saint 1573 (qui était bien en 1574, en nouveau style, mais postérieur au 19 mars), mais le 9 février 1574 ; l’important est ici que Garasse fasse mourir l’athée anonyme de sa Doctrine curieuse le même jeudi saint. Par ailleurs, nous ne voyons pas comment le Père Gaspard de Séguiran, né en 1569 (cf. Henri Gougueray, Histoire de la Compagnie de Jésus en France des origines à la suppression (1528-1662), Paris, Bureaux des Études, III, 1872, p. 157), aurait pu assister Vallée en Grève…
85 « Nos atheistes […] comme brigans de peur d’estre recognus ont changé leurs noms propres, pour se cacher comme chameleons sous le reply d’un pempre, Ridebis gratiam nominis cum videris sub pompino totum : Ainsi ce miserable Mezentius qui tascha d’introduire l’atheisme soubs Charles IX cella si bien son nom, et en changea si souvent, que Saincte Marthe, et Rapin furent contraints de luy donner ce nom de Mezentius, ne sçachant à quel mot s’attacher pour escrire contre luy. Ainsi le miserable Lucilio changea de nom trois ou quatre fois […] » (La Doctrine curieuse…, op. cit., p. 1024).
86 F. Lachèvre, Mélanges, op. cit., p. 12 et passim. Identification déjà suggérée en 1720 dans une remarque additionnelle au Dictionnaire historique et critique de Bayle, article « Rapin » : voir l’éd. de 1740, t. IV, p. 34, rq. D., note (le « maraud », « homme incongneu, d’esprit souple & remuant » décrit par Garasse, serait « apparemment ce même Geoffroi Vallée d’Orléans, qui, pour Athéïsme, fut pendu & brûlé en Gréve, le 9 de Février 1573 »). Cette « Remarque critique » n’est pas de Bayle, comme le dit Busson (Le Rationalisme, op. cit., p. 535), mais probablement de Le Duchat (voir Ducatiana ou remarques de feu M. Le Duchat, sur divers sujets d’histoire et de littérature, Amsterdam, Pierre Humbert, 1738, II, 288-289). Elle ajoute ceci : « Touchant les trois Poëtes de la Pleïade, que Garasse veut que ce malheureux [Vallée] eût séduits, voiez les Mémoires de l’Etat de France &c. Tom. I. au feuillet 278 tourné de l’édition de 1579 ». Or dans ces Mémoires (déjà cités supra, n. 48), Goulart accuse seulement Dorat, Baïf et Jodelle d’avoir écrit contre les protestants. Sur la valeur de cette accusation globale d’athéisme touchant ces trois auteurs, voir Busson, ibid. ; voir aussi, ci-dessous, au sujet de Jodelle en particulier.
87 H. Busson, ibid., p. 527 et n. 3. Busson se demande si Sorbin fut confesseur du roi avant d’être évêque : nous savons qu’il était au moins « prédicateur du roi », puisqu’il est nommé ainsi dans des témoignages contemporains de la Saint-Barthélemy. Par ailleurs, Busson peine à reconnaître Vallée dans le portrait de « parasite famélique » que brosse Sainte-Marthe dans In Mezentium, sa famille étant fortunée ; or les archives et interrogatoires de Vallée au Parlement publiés par Lachèvre, laissent à penser qu’après 1570, sa situation financière et ses relations avec sa famille s’étaient sérieusement dégradées. Relevons incidemment un glissement logique dans l’exposé de Busson : il évoque un deuxième athée mort sous Henri III, donc au plus tôt en 1574, pour ensuite placer positivement cette mort en 1574.
88 J. Brunel, Nicolas Rapin (1539-1608) : un Poitevin poète, humaniste et soldat à l’époque des guerres de religion. La carrière, les milieux, l’œuvre, Paris, Champion, 2002, p. 256 ; cf. 167-170 et 256-259.
89 Voir, sur toutes les questions que soulève le témoignage de Garasse, H. Busson, Le Rationalisme, op. cit., p. 523 sq., et J. Brunel, Nicolas Rapin…, ibid., spéc. p. 167 sq. Muret, qu’il ait écrit ou non un De tribus impostoribus (comme Henri Ernstius le prétendait, citant Campanella, dans ses Obervationes variae de 1636 ; cf. ici La Monnoye, Marchand et plus récemment Berriot), était très suspect d’athéisme.
90 J. Brunel, ibid., p. 169.
91 J. Brunel a assurément tort de ne pas reconnaître en Vallée un candidat possible au In Mezentium de Sainte-Marthe, au prétexte qu’est raillé le manque de virilité du personnage (ibid., p. 257) : le « beau », le « fol » Vallée, demeuré célibataire, pouvait fort bien s’exposer à ce trait satirique.
92 Mersenne, Quaestiones celeberrimae in Genesim, Colophon de la première question, « Contre les Athées, où l’on apporte un moyen d’extirper l’athéisme », traduit par F. Lachèvre, Les Recueils collectifs de poésies libres et satiriques publiés depuis 1600 jusqu’à la mort de Théophile (1626), Paris, Champion, 1914, rééd. Slatkine Reprints, 1968, p. XII : « Est-il besoin de rappeler : le livre De tribus impostoribus ou Cur receptum sit Evangelium écrit par Vallée ou par quelque autre vaurien… ».
93 Ce nom est venu, avant nous, à l’esprit d’un annotateur de Bayle, avec ceux de Dorat et Baïf : voir supra, n. 86.
94 Jodelle avait autrefois défendu – sincèrement ou par opportunisme – les idées de la Réforme (il se serait même rendu à Genève, selon S. Goulart) : les protestants n’épargneront pas la mémoire de ce renégat.
95 Henri Chamard ne dit rien de cette singulière composition de Jodelle, quand il parle de ses relations avec Charles IX (Histoire de La Pléiade, Paris, Didier, 1939, puis 1961, t. III, p. 206-207). Antoine du Prat, baron de Thiers, sieur de Nantouillet, fut prévôt de Paris de 1553 jusqu’à sa mort en 1589 ; L’Estoile insinue clairement qu’il était homosexuel.
96 Pierre de L’Estoile, Mémoires relatifs aux événements d’avant mai 1574, publié sous le titre Mémoires pour servir à l’histoire de France depuis 1515 jusqu’en 1574, dans Mémoires-journaux, 1574-1611, éd. Jouaust et Lemerre [1875-1899], rééd. en fac-similé, Paris, Tallandier, 1982, t. XII, p. 386-387 (cf. aussi Registre-journal de Henri III dans la Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France de Michaud et Poujoulat, Paris, 1837, p. 29 ; texte également cité en note dans l’éd. L.-R. Lefèvre, Journal […] de Henri III, Paris, Gallimard, 1943, p. 680, n. 86). Ronsard et les autres survivants de La Pléiade (Remy Belleau, Dorat, Baïf) étaient brouillés depuis longtemps avec Jodelle : Henri Chamard évoque leur silence après sa disparition, et n’exclut pas que l’audace de ses opinions religieuses ait écarté de lui ceux qui restaient fidèles au credo catholique ; cependant il met davantage en avant la médiocrité générale des productions littéraires de Jodelle et les défauts de son caractère : présomptueux, peu avenant (Histoire de La Pléiade, op. cit., t. III, p. 210-212).
97 Éd. de 1579, I, f° 63v ; cité par H. Chamard, ibid., t. III, p. 209.
98 Cité par H. Chamard, ibid., qui mentionne encore un sonnet protestant anonyme ayant couru peu après la mort de Jodelle, où il est insinué, semble-t-il, qu’il n’avait pas de religion : « Jodelle, j’ay regret de quoy l’opinion / Te prist de soutenir les Rommains catholiques / Contre ceux que tu dis rebelles heretiques, / Mais qui sçavent ton zele et ta religion. […] ». Certes, « homme sans religion », « impie », « athée », étaient des injures communes pour les hommes du parti religieux adverse ; mais dans le cas de Jodelle, on remarquera que les accusations provenaient de tous les bords.
99 Pithœana, Troyes, 1616, p. 4, cité par H. Chamard, ibid., III, p. 208, n. 6. Écho de la réplique fameuse de Diogène à Alexandre (« Ôte-toi de mon soleil ») ? La Cléopâtre captive de Jodelle (1552), nous précise aimablement l’historien Pierre Bonniffet, comporte des déclarations fort peu chrétiennes au sujet de la mort (communication personnelle).
100 Enea Balmas, Un poeta del rinascimento francese : Étienne Jodelle, Florence, 1962, p. 70-72 ; Gabriel Spillebout, « Jodelle l’hétérodoxe », dans Aspects du libertinisme au xvie siècle [Actes du colloque de Sommières], Paris, Vrin, 1974, p. 137-151, ici p. 138-139.
101 Voir A. Mothu, « Jodelle, athée de la Pléiade ? », La Lettre clandestine, n° 15 (2007), p. 376-378.
102 Voir Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle (1598-1701), Genève, Droz, 1969, p. 441 : « Jusqu’en 1623, en effet, il semble bien que ceux qui désiraient obtenir une permission d’imprimer, aient eu le loisir de soumettre directement leurs œuvres traitant de la Religion à deux docteurs de la Faculté de théologie pris à leur choix – chacun de ces docteurs ayant qualité d’approbateur – et cela sans que, en théorie du moins, et sans doute en pratique, la Chancellerie procédât à quelque autre vérification ». Voir aussi Patrick J. Lambe, « Biblical Criticism and Censorship in Ancien Régime France : the case of Richard Simon », The Harvard Theological Review, 78, n° 1 / 2, janv.-avr. 1985, p. 149-177, ici p. 152 et passim.
103 Voir à son sujet Vladimir Angelo, Les Curés de Paris eu xvie siècle, Paris, Cerf, 2005, p. 834-837 et ailleurs (index). Nous avons également consulté E. Amann dans Dictionnaire de théologie catholique, t. XV / 2, Paris, 1950, p. 3009 (qui cependant se ressource essentiellement dans Moreri, éd. 1759, t. X, p. 617). On se gardera de confondre ce Vigor avec son neveu homonyme mieux connu (1556-1624), qu’il éduqua : conseiller du Grand Conseil pendant trente-neuf ans, controversiste vigoureux, ennemi des jésuites.
104 Voir Vladimir Angelo, Les Curés de Paris…, ibid., p. 642-644 (et à l’index). Cf. en outre le Dictionnaire de théologie catholique, s.n., et J. Denais, « Le Pape des Halles, René Benoist », Revue de l’Anjou, janv., mars et juin 1872. Marc Venard, en 1999, signalait une thèse en préparation sur Benoist par Y. Tatarenko (cf. « Catholicism and Resistance to the Reformation in France, 1555-1585 », dans Ph. Benedicti et al., éd., Reformation, Revolt and Cicvil War in France and the Netherlands, 1555-1585, Amsterdam, Koninklijke Nederlandse Akademie van Wetenschappen, 1999, [p. 133-148], ici p. 138).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Mothu, « Quelques mots sur Geoffroy Vallée et ses proches », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie, mis en ligne le 01 octobre 2007, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/1481

Haut de page

Auteur

Alain Mothu

Alain Mothu est ingénieur-chercheur à l'UMR 8599, Paris-Sorbonne / CNRS, chargé de conférences à l'EHESS (2006-2008) sur le thème : « Parcours de l'incroyance, 16e-18e siècles ». Il a publié divers travaux et documents concernant l'histoire de l'athéisme et de la littérature philosophique clandestine, ainsi que sur Cyrano de Bergerac et d'autres mal-pensants.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org