Navigation – Plan du site
Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie
V. Travaux d'archive et d'érudition

Cyrano et les hydropotes

Alain Mothu

Historique

Article initialement paru dans La Lettre clandestine n° 9, 2000, p. 336-339, substantiellement augmenté pour la présente édition (2007). Nous tenons à remercier Madeleine Alcover et Jean Letrouit de leurs  judicieuses remarques. – Hydropote est dans Furetière : « Terme de Medecine, qui se dit de ceux qui ne boivent que de l’eau. On a disputé en Medecine, si les hydropotes vivoient plus long-temps que les autres. Ce mot vient du grec hydropotis, de hydor, et de potis, potor, beuveur ». Voir aussi le Dictionnaire des arts de Thomas Corneille (1695).

Texte intégral

« Car il sera grand devant le Seigneur. Il ne boira ni vin, ni liqueur enivrante, et il sera rempli de l’Esprit-Saint dès le sein de sa mère »
(Luc, I, 15)

1Cyrano dédie sa lettre à la gloire de l’aqueduc d’Arcueil et des fontaines parisiennes qu’il alimentait, à « (s)es amis les buveurs d’eau »1. Cette dédicace abrite peut-être une fine allusion au fait que la construction de l’« acqueduc Médicis », entamée en 1612, fut financée en partie par un droit d’entrée à Paris imposé sur les vins, comme le rapporte Dulaure dans son Histoire de Paris2. Elle paraît aussi auto-référentielle, s’il est vrai que Cyrano ne buvait pratiquement que de l’eau ; c’est du moins ce que voudrait nous faire croire Henri Le Bret, le biographe de Cyrano, dans sa préface à l’Histoire comique des états et empires de la lune : Cyrano, écrit-il, était un homme fort tempérant, qui toujours avait su soumettre ses sens,

[...] de sorte qu’il ne but du vin que rarement, à cause, disoit-il, que son excès abrutit, et qu’il falloit être autant sur la précaution à son égard que de l’arsenic (c’était à quoi il le comparoit), parce qu’on doit tout appréhender de ce poison, quelque préparation qu’on y apporte ; quand même il n’y auroit à en craindre que ce que  le vulgaire nomme qui pro quo, qui le rend toujours dangereux […]3.

2Déclaration que les biographes de Cyrano ont généralement prise au sérieux4, mais qui pourtant nous paraît un peu suspecte, car visiblement inspirée de la lettre très littéraire de Cyrano Contre l’automne, justement dédiée à « Monsieur Le Bret, Avocat au Conseil » dans la version imprimée5. Dans cette lettre, notre écrivain exprimait en termes plaisants sa « haine » envers le vin, qualifié de « poison » furieux, « tonnerre liquide », « courroux potable » ; la funeste boisson irait même jusqu’à nous faire contredire le grand Aristote et nous rendre coperniciens :

C’est un tonnerre liquide, un courroux potable, et un trépas qui fait mourir les ivrognes de santé. Il est cause, le furieux, que la définition qu’Aristote a donnée pour l’homme, d’animal raisonnable, soit fausse au moins pour ceux qui en boivent trop ; mais ne vous semble-t-il pas qu’on peut dire du cabaret, que c’est un lieu où l’on vend la folie par bouteilles ? Et je doute même s’il n’est point allé jusques dans les cieux faire sentir ses fumées au Soleil, voyant comme il se couche tous les jours de si bonne heure. Quelques philosophes de ce siècle en ont tant avalé, qu’ils en ont fait pirouetter la Terre dessous eux ; et si véritablement elle se meut, je pense que ce sont des SS que l’ivrognerie lui fait faire. Pour moi, je porte tant de haine à ce poison, qu’encore que l’eau-de-vie soit un venin beaucoup plus furieux, je ne laisse pas de lui pardonner, à cause que ce m’est un témoignage qu’elle lui a fait rendre l’esprit6.

3Par ailleurs, il y a peut-être lieu de douter de l’objectivité d’un biographe qui serait devenu si bien-pensant dans les années 1650 (après avoir été avocat, Le Bret aurait reçu la prêtrise en 1656…)7, chargé de narrer la vie d’un camarade si mal-pensant que Cyrano – mais dont il importait sans doute de sauver la réputation, ne serait-ce que par égard envers une famille qui comptait de nombreux dévots8. On notera enfin que les relations des deux hommes, anciens camarades d’enfance et compagnon d’armes entre 1638 et 1640, n’étaient peut-être plus si intimes dans les années 1645-1655 qu’elles l’avaient été auparavant. Nous possédons certes ces témoignages d’amitié que constituent les dédicaces de plusieurs lettres cyraniennes à « Monsieur Le Bret », ainsi que la mention de Le Bret et De Prade comme les plus chers amis de Cyrano dans l’édition de 1654 des Lettres, encadrant le portrait de Cyrano, et encore des pièces de vers de l’un et de l’autre accompagnant des éditions de Dassoucy et de Le Royer de Prade entre 1648 et 1652. Mais, d’un autre côté, Madeleine Alcover a mis en lumière une lettre (anonyme) qui fut adressée à Le Bret vers 1656-1657, imprimée dans des Lettres diverses qui lui sont attribuées, concernant l’édition à paraître de la Lune : lettre qui suggère que ce Le Bret n’avait, au fond, qu’une connaissance assez superficielle du Cyrano des dernières années9. Cet Henri Le Bret était-il bien le même que l’ancien avocat, ou avait-on à faire, dans le cas de ces Lettres diverses, à une forme de canular satirique émanant de milieux protestants visant à ridiculiser un homonyme ultra-catholique de l’éditeur de Cyrano, comme l’a récemment suggéré Jean Letrouit ?10

4Si nous supposons cette lettre authentique, nous noterons qu’à la différence de Michel de Marolles et de quelques autres11, cet ami supposé « très cher » par les biographes n’aurait même pas eu l’honneur de recevoir de son vieux camarade une copie manuscrite des États et Empires de la Lune dans les années 1648 et suivantes, et qu’il ne savait même strictement rien du contenu de cet écrit qu’il allait pourtant publier en 1657 : constat pour le moins surprenant.

5Et si nous supposons, a contrario, que cette lettre est inauthentique (visant satiriquement un autre Le Bret, que certains plaisantins éventuellement protestants voudraient faire passer pour l’éditeur de Cyrano), notre perplexité n’est guère diminuée. En effet, la biographie de Cyrano écrite par le “premier” Le Bret, publiée en ouverture de la Lune, paraît singulièrement convenue, inspirée par les Lettres ou les ragots, et peu cohérente avec ce que la documentation positive nous apporte sur le personnage (notamment à propos des carrières scolaire et militaire de l’écrivain).

6Les mœurs alimentaires de Cyrano, par conséquent, et notamment son rapport au « boire », n’étaient peut-être pas si bien connus de son biographe que celui-ci le laisse entendre. De fait, il achetait du vin12. Mais aussi, le héros de Cyrano ne transporte-t-il pas avec lui dans l’un et l’autre de ses voyages, un curieux flacon « d’essence cordiale », qu’il ingurgite afin de se fortifier le cœur avant ou au cours de son vol13 ? Et, en contrepoint, n’est ce pas à l’eau que sont condamnés les athées sur la Lune14 ?

7Quoi qu’il en soit, les « buveurs d’eau » de Cyrano ont pu désigner des personnages bien précis. La dédicace de Cyrano nous inspire alors quelques timides et approximatifs rapprochements – rapprochements qui, notons-le bien, ne s’excluent pas nécessairement l’un l’autre chez un amoureux de la polysémie et de l’équivoque tel que Cyrano. C’est même à cette démonstration que s’achemine modestement ce petit article.

81) La discussion concernant les avantages respectifs du vin et de l’eau, sur le plan médical, mais aussi social et philosophique, n’est certes pas nouvelle à l’époque de Cyrano, comme le rappelle par exemple La Mothe Le Vayer dans son Banquet sceptique (ca. 1630) :

Or desja le débat n’est pas petit entre ceux qui sont pour l’element pur de l’eau, comme estant une boisson plus naturelle, et ceux qui luy preferent le vin »15.

9Cependant, dans les années 1630 et 1640, les « buveurs d’eau » – expression par laquelle on désignait ceux qui n’appréciaient pas le vin, mais aussi, semble-t-il, les curistes asservis par régime à la consommation d’eau minérale16 –, et le poète Vincent Voiture (1597-1648) en particulier, hôte et animateur célèbre de l’hôtel de Rambouillet, firent l’objet d’agressions diverses de la part des « buveurs de vins ». Quoique fils de négociants en vins, Voiture était réputé pour avoir ce liquide en aversion. On sait que Guillaume Colletet le railla dans un sonnet A un poete beuveur d’eau, publié pour la première fois en 163117 ; et  nous savons aussi qu’un peu plus tard, le baron de Blot, gentilhomme et ami du duc d’Orléans et fameux « buveur, fouteur, incrédule et sodomite »18, lui décocha des vers sur le même sujet où sa virilité était en cause :

Quoy, Voiture, tu degenere !
Sors d’icy ; maugrébieu de toy !
Tu ne vaudras jamais ton père,
Tu ne vends du vin ny n’en boy.

Nous rions de ta politesse
Car tout homme qui ne boit ni ne…
Et qui n’a ny argent ny noblesse
Mérite qu’on le berne partout19

10Deux rondeaux de l’abstème Voiture sont connus, publiés en réplique aux agressions dont il fit l’objet de la part des buveurs de vin : le poète défend l’idée que loin d’avoir le sang glacé, les buveurs d’eau ont au contraire « l’estoc bien ferme et bien pointu » – qu’ils sont plus que d’autres « chauds en amour, et plus chauds en colère »... :

D’un beuveur d’eau, comme avez debatu,
le sang n’est pas de glace revestu,
mais si boüillant et si chaud au contraire ;
que chaque veine en eux est une artere
pleine de sang, de force et de vertu.
Le feu par l’eau foiblement combattu,
croissant sa force, au lieu d’ estre abbattu,
va redoublant la chaleur ordinaire
d’un beuveur d’eau.
Tousjours de preux le renom ils ont eu,
ils ont l’estoc bien ferme et bien pointu,
chauds en amour, et plus chauds en colere.
Si que ferez fort bien de vous en taire,
qu’un de ces jours vous ne soyez battu
d’un beuveur d’eau.

Autre.
Un beuveur d’eau, pour aux dames complaire
suivant l’amour dont le seul feu l’éclaire,
se voit tousjours sobre, courtois et doux ;
et ne sçauriez si tost boire dix coups
qu’encor plustost il ne le puisse faire.
Venus d’amour la gracieuse mere
nasquit de l’eau sur les bords de Cythere,
aussi son fils favorise sur tous,
un beuveur d’eau.
Il entend mieux ses loix et son mystere,
il sçait jouïr, et discret sçait se taire,
a le rein ferme, et fermes les genoux.
Et trente six yvrognes comme vous,
ne valent pas en l’amoureuse affaire,
un beuveur d’eau20.

11Voiture a fréquenté la société de Gaston d’Orléans, à laquelle Blot était attaché ; on ignore entièrement si Cyrano, quant à lui, fréquenta ou non cette société à un moment quelconque de sa vie. Frédéric Lachèvre, dans son édition des Chansons libertines de Blot (1919), rangeait Cyrano parmi les « amis de Blot »21, mais sans justification aucune, et nulle recherche n’est venue depuis étayer l’hypothèse d’un contact historique entre les deux hommes – si ce n’est que François de Graux, dans un article fameux, a rapproché de manière fort intéressante les impostures d’un certain Sauvage, rattaché à Gaston, à la politique “libertine” de Cyrano22. Le seul indice, factuel mais très précaire, d’une connivence reste donc cette chanson à boire écrite vers 1649 et attribuée généralement au baron de Blot, que l’on trouve attribuée à Cyrano dans un recueil manuscrit :

La troupe des bons catholiques
Va boire à ses chers hérétiques.
Sus, compagnons, prenons du vin ;
Que nul plaisir ne nous échappe !
Vous direz : Foutre de Calvin,
Et je diray : Foutre du Pape !23

12Il reste seulement probable que Cyrano connut certains proches de « Monsieur ». Notons à cet égard, d’une part, que Voiture connaissait François Luillier, père de ce Chapelle dont Cyrano fut un camarade apparemment très intime dans les années 164024 ; et notons d’autre part que Dassoucy, autre intime bien connu de notre écrivain dans ces mêmes années – au point que Madeleine Alcover a perçu la relation Cyrano-Chapelle-Dassoucy comme un « gay trio »25 – passe pour avoir été le professeur de prosodie de Blot, à une époque hélas indéterminée26. Ces indices restent maigres.

13Cependant, au-delà de la “querelle” particulière opposant Blot au buveur d’eau Voiture, il est un autre témoignage d’époque digne de nous retenir, d’autant mieux que Voiture fut l’un des premiers membres de l’Académie Française : dans sa Comédie des académistes, composée vers 1637-1638 et imprimée clandestinement (à ce qu’il semble) en 1650, avant sa révision et publication dans les Œuvre mêlées de 1705, Saint-Évremond oppose la majorité des académiciens, réformateurs forcenés et pointilleux de la langue française, à d’autres qui paraissent plutôt hostiles à cette réforme et lui sont personnellement plus sympathiques, comme Saint-Amant, Tristan et Faret. Eux se réunissent plutôt au cabaret que sur les bancs de l’Académie. Une réunion bachique de ces derniers, « qui font bonne chère et chantent des vaudevilles », met justement en exergue leur opposition à leurs confrères qui censés ne boire que de l’eau (Acte IV, sc. 2) :

[Saint-Amant] :
Que je sens un plaisir extrême
De me voir dans le cabaret
Avec des personnes que j’aime
Autant que Tristan et Faret
[…]
J’aimerais mieux prendre un breuvage [scil. un poison],
Et dussé-je aller au tombeau,
Contre la peste ou bien la rage
Que d’avaler un verre d’eau.
[…]
La sentence plus inhumaine
Qu’exécute un fatal bourreau
N’a rien de pareil à la peine
Que j’aurais à boire de l’eau.

Avalons un jus délectable,
Buvons ce vin délicieux ;
Certes le plaisir de la table
Est celui qu’on prend dans les Cieux.

Le paradis des bons ivrognes
Est de boire du vin nouveau ;
Et l’enfer de ces mêmes trognes
N’est sans doute rien que de l’eau27.

[…]
[Faret :]
Que ton entretien est charmant
Quand tu caresses la bouteille !
[…]
Un  buveur te peut adorer
Sans commettre l’idolâtrie.
[…]

[Tristan :]
Il est vrai que mon jugement
Abhorre ces humeurs sauvages
Qui chérissent pour leur breuvage
Le goût de ce fade élément.
Craignant que le bon jus ne les prenne à la tête
Et trouble leur cerveau,
Ils prennent à peu près la nature des bêtes,
Ne beuvant que de l’eau !
[…]
Nous jurons seulement par le nom de la vigne,
Et le mot de divin
Ne pourrait seulement exprimer rien de digne
S’il ne rimait à vin.
[…]
Adieu fontaine, adieu vallon !
Vos petits partisans ont perdu leur escrime ;
Les buveurs d’eau, punis,
Sont contraints de céder ce qu’ils avaient d’estime
Aux enfants de Denis [= Dionysos]28

14Il nous aurait fallu citer la scène entière ! Retenons au moins ne notre citation tronquée que le boire (sous entendu : le boire du vin, de l’alcool) était dès le milieu du xviie siècle français impliqué dans une sorte de dilemme idéologique opposant, avant la lettre nietzschéenne, dionysiens et apolliniens. Dionysien et apolliniens, est-ce à dire « libertins » et « traditionnalistes » ou, pour commettre un plus grave anachronisme, « gauche » et « droite » ? Nous nous garderons bien de l’affirmer, mais ce clivage diététique d’époque mériterait au moins d’être approfondi29.

15La révérence cyranienne envers les « buveurs d’eau » pourrait alors être comprise comme une révérence ironique envers ces “pincés du cul” que la prose baroque rebutait.

162) Les « buveurs d’eau » nous font aussi penser à ce célèbre prestidigitateur Maltais ou Italien qui se faisait appeler Blaise Manfredé30 et qui commença, semble-t-il, à exercer ses talents à la foire Saint-Germain au tournant des années 1639 et 1640 (la foire annuelle de Saint-Germain ouvrant traditionnellement en hiver), et poursuivit sa carrière au moins jusqu’en 164231. Une longue conférence du Bureau d’adresse de Théophraste Renaudot (qui donnera lieu au plus long compte rendu des Conférences, selon Simone Mazauric), lui est consacrée en mars 1640 : Du Beuveur d’eau de la foire Saint Germain32. Pas moins de huit orateurs se succèdent pour tenter d’expliquer de manière plus ou moins rationnelle les « merveilleux » ou « prodigieux » tours de « ce cêlebre beuveur d’eau qui s’est fait admirer de grands & petits presque par toute la Chrestienté, & n’aguères en nostre Cour & durant tout le cours de la foire Saint Germain »33, mais qui a cependant « esté quelquefois en peine » du soupçon de recourir à « quelque chose de l’enchantement »34. Le bateleur et son peu ragoûtant numéro étant bien oubliés aujourd’hui, que l’on nous permette de citer cette description empruntée au premier interlocuteur des Conférences :

Ce personnage, de médiocre stature, ayant la poitrine fort large, comme aussi le visage, & particulierement le front, les yeux fort grands, se dit estre aagé de soixante ans, bien qu’il n’en paroisse avoir qu’environ quarante : natif de la ville de Note, au territoire de Malthe ; & se fait nommer Blaise Manfredé. Ceux qui l’ont observé dans les maisons particulieres, & sur le theatre ont remarqué qu’il fait son experience, non seulement tous les iours, mais souvent deux fois en vne apresdinée. Aussi vomissant si librement comme il fait, il est tousjours àjeun quand il veut. Sa pratique est fort éloignée de ses affichez ; par lesquelles il promet de boire cents pintes d’eau & il n’en boit pas quatre sans la rendre : ce qu’il fait en cette sorte. Il se fait aporter vn seau presque plein d’eau tiéde, & quinze ou vingt petits verres ou fioles ayans l’ouverture fort large & en forme de ventouses aplanies en sorte qu’elles se peuvent tenir renversées. Il boit ordinairement d’abord deux ou trois de ces verres pleins d’eau, qu’il puize dans ce seau, s’estant lavé la bouche pour montrer qu’il n’a rien entre les dents : puis se met à discourir en Italien quelque demi quart d’heure : lequel temps passé, il boit vingt trois ou vingt-quatre de ces verres, qu’il puize encore dans le même sceau. Apres quoi il reiette impetueusement vne eau rouge, & qui semble du vin, mais n’en a que la couleur. Cette eau paroist rouge au sortir de sa bouche, & neantmoins la soufflant en deux de ses bouteilles, elle se trouve rouge en vne & rousse en l’autre : & changeant la sitüation de ses bouteilles du costé gauche de sa bouche au droit, & du droit au gauche, ces couleurs paroissent tousiours differentes dans la bouteille ; & sçavoir, l’vne rouge & l’autre citrine ou rousse. Il s’en trouve aussi à couleur de vin paillé & d’œil de perdrix ; & plus il vomit, plus aussi l’eau qu’il reiette se trouve claire & moins colorée. Il a promis plusieurs fois de rendre de l’huile & du lait ; mais ie n’ay rien veu de pareil, ni entendu dire à aucun qu’il l’eust veu. Il met ensuite sur vn banc ses bouteilles exposées à la veuë d’vn chacun, au nombre de 15. ou 16. Ce fait, il plonge d’autres bouteilles dans son seau, en boit quelques-vns & les rend en eau claire, en eau de fleur d’orange, eau roze, & enfin, en eau de vie ; qui se manifestent par leurs odeurs & par le feu que l’eau de vie, conçoit apres en avoir moüillé un mouchoir : ayant esté remarqué avoir tousiours gardé cet ordre dans l’effuzion de ses liqueurs que l’eau rouge sort la premiere, & l’eau de vie la derniere. Il ferme cette action par trente ou quarante demi-verres d’eau qu’il puize dans le mesme seau, & qui ne peuvent revenir qu’à trois ou quatre pintes au plus : puis, ayant fait entendre au peuple que son estomac, bien que ce ne soit pas vn muscle qui est l’instrument du mouvement volontaire, lui obéït, iette cette eau en l’air avec sa couleur naturelle, de telle impetuosité, qu’il imite le iect d’eau des fontaines qui saillent contre haut ; Ce qui ravit encor en plus grande admiration que tout le reste, le peuple lequel y est accouru en telle foule qu’il ne s’est passé iour depuis six semaines qu’il ne s’y soit trouvé plus de quatre cens personnes […]35.

17C’est sans doute ce personnage et ses étonnantes prouesses, que Mersenne mentionne à Théodore Haack le 31 décembre 163936, et qu’il signalera peu après à Descartes pour obtenir de lui ses éclaircissements37 ; le même que Guy Patin évoque en mai 164238 et que la Logique de Port-Royal évoquera à son tour en 1662 avec un recul de « vingt ans »39, et dont il est encore question dans une plaquette parisienne datée de 1642, que nous n’avons pas retrouvée, intitulée Bouffonnerie d’un bûveur d’eau, et de plusieurs qui vont le voir40. À moins que certains de ces derniers témoignages évoquent déjà un émule dudit Manfredé ; car le métier était lucratif (10 pistoles, dit Mersenne) et il semble y avoir eu d’autres « buveurs d’eau » dans les années 164041 : par exemple un certain « Boise », français celui-ci, qui aurait été interrogé et menacé d’emprisonnement par Mazarin s’il ne lui révélait les secrets de son art – à quoi Boise consentit, à la condition que le secret partagé soit bien gardé42. Ou Floram (Florent ?) Marchand, élève du précédent, qui aurait exercé ses talents quelque temps en France avant de se rendre célèbre en Angleterre vers 165043. Quoi qu’il en soit, il est bien certain, comme le disait Simone Mazauric (qui rappelle aussi, après Adam et Tannery, l’existence d’une copie manuscrite de la Conférence de Renaudot dans le fonds Dupuy de la Bibliothèque nationale de France), que le phénomène « n’a pas uniquement captivé l’intérêt des membres de l’Académie de Renaudot. C’est le tout-Paris des doctes et des érudits qui s’est interrogé à son propos »44. En conséquence de quoi, il serait bien surprenant que le parisien Cyrano n’en ait pas eu vent et qu’il n’y ait pas songé au moment de rédiger sa dédicace à ses « amis les buveurs d’eau ». Rappelons à cet égard que la Description II, de l’aqueduc ou la fontaine d’Arcueil est présentée en 1653 par l’éditeur des Lettres comme ayant été écrite il y a « longtemps », perdue puis retrouvée45. Sa rédaction pourrait donc bien remonter au début des années 1640, quand Manfredé ou quelque disciple émerveillait les foules (Cyrano compris ?) par « cette tant prodigieuse mutation de couleurs, odeurs & substances, qu’elle semble nous avoir transportez au païs & au siecle des métamorphoses » et quand – nous l’avons dit – il passait aux yeux de beaucoup pour un magicien46.

183) Les « buveurs d’eau » nous inspirent un troisième rapprochement, plus intéressant peut-être, s’il s’avère pertinent, pour la biographie concrète et intellectuelle de Cyrano : il concerne les « illutres favoris de la Nymphe Sophie » de Guillaume Colletet47, soit la prétendue « tétrade » Gassendi, Le Vayer, Naudé, Diodati, qui se rendaient quelquefois à Arcueil, à Gentilly (ici chez Naudé) ou bien à Rungis (chez Colletet)48, trois communes du sud parisien que traverse l’aqueduc Médicis ou qui en sont du moins très proches49. C’est à Gentilly, rapporte Pintard dans son Libertinage érudit (p. 326), qu’eut lieu, le 30 août 1648, « la seule rencontre dont le souvenir nous ait été, grâce à Guy Patin, conservé avec précision » :

M. Naudé, bibliothéquaire de M. le cardinal Mazarin, intime ami de M. Gassendy, comme il est le mien, nous a engagez pour dimanche prochain, à aller souper et coucher, nous trois en sa maison de Gentilly, à la charge que nous ne serons que nous trois, et que nous y ferons la débauche ; mais Dieu sçait quelle débauche ! M. Naudé ne boit naturellement  que de l’eau, et n’a jamais goûté vin50. M. Gassendy est si délicat qu’il n’en oseroit boire, et s’imagine que son corps brûleroit, s’il en avoit bu ; c’est pourquoi je puis dire de l’un et de l’autre ce vers d’Ovide :
Vina fugit, guadetque meris abstemius undis
[Il fuit les vins et, abstinent, se délecte de l’eau pure]51
Pour moi, je ne puis que jeter de la poudre sur l’écriture de ces deux grands hommes ; j’en bois fort peu, et néanmoins ce sera une débauche, mais philosophique, et peut-être quelque chose davantage ; pour être52 tous trois, guéris du loup-garou et délivrés du mal des scrupules, qui est le tyran des consciences, nous irons peut-être jusque fort près du sanctuaire. Je fis l’an passé ce voyage de Gentilly avec M. Naudé, moi seul avec lui, tête à tête ; il n’y avoit point de témoins, aussi n’y en faloit-il point : nous y parlames fort librement de tout, sans que personne en ait été scandalisé »53.

19La dédicace de Cyrano à « (s)ses amis les buveurs d’eau » pourrait-elle donc être une forme d’hommage rendu à la génération « libertine érudite » (selon Pintard) qui l’a précédé ? N’allons pas trop vite en besogne. Cyrano savait sans doute l’aversion de plusieurs d’entre eux pour le vin (Naudé et Gassendi notamment), mais il ne leur ressemblait pas et le peu que nous savons des relations directes qu’il entretint avec eux ne fait pas forcément conclure à des relations sympathiques – même si son érudition leur doit sans doute beaucoup. Il y a, par exemple, cette lettre « Contre un pilleur de pensées », qui aurait bien pu être initialement écrite contre La Mothe Le Vayer (le père) – le même qui qualifiera plus tard Cyrano de « visionnaire », c’est-à-dire d’extravagant et mauvais raisonneur, autrement dit de fou54 ; il y a aussi ce témoignage fameux de Grimarest, le biographe de Molière, qui nous montre un Cyrano intempestif et apparemment fort malvenu dans la petite société bourgeoise et feutrée de ces « déniaizés » prudents jusqu’à la pusillanimité qui gravitait autour de Gassendi et de son hôte parisien, François Luillier, le père de Chapelle (camarade avéré de Cyrano et, rappelons-le au passage, le contraire d’un buveur d’eau) :

Cyrano de Bergerac, que son père avoit envoyé à Paris sur sa propre conduite, pour achever ses études, qu’il avoit assez mal commencées en Gascogne55, se glissa dans la société des disciples de Gassendi, aïant remarqué l’avantage considérable qu’il en tireroit. Il y fut admis cependant avec répugnance ; l’esprit turbulent de Cyrano ne convenoit point avec de jeunes gens, qui avoient déjà toute la justesse d’esprit que l’on peut souhaiter dans des personnes toutes formées. Mais le moyen de se débarrasser d’un jeune homme aussi insinuant, aussi vif, aussi gascon que Cyrano ? Il fut donc reçu aux études et aux conversations que Gassendi conduisoit avec les personnes que je viens de nommer [Chapelle, Bernier, Molière]. Et comme ce même Cyrano étoit très-avide de sçavoir, et qu’il avoit une mémoire fort heureuse, il profitoit de tout ; et il se fit un fond de bonnes choses, dont il tira avantage dans la suite […]56.

20Enfin, Didier Kahn a récemment montré que les éloges qui paraissent décernés à Gassendi et à La Mothe le Vayer dans la Lune, à ce dernier et Naudé dans la lettre Contre les frondeurs, ont toutes les chances de dissimuler de cinglantes railleries57.

21Bref, si Cyrano fait – ou fait aussi, selon la méthode des grands “équivoqueurs” comme selon celle, plus philosophique, d’Épicure lui-même58 – allusion à ces « buveurs d’eau » dans sa dédicace, il se pourrait bien que l’hommage ne soit pas à prendre au pied de la lettre mais soit trempé d’une subtile ironie envers ces trop raisonnables et circonspects (voire aussi, politiquement trop dociles et hypocrites) “libertins” de la génération Gassendi / Le Vayer.

Nous avons privilégié trois référents possibles aux « buveurs d’eau » cyraniens, cependant il en est d’autres. Ainsi François de Graux nous signale-t-il une référence à Cassius, co-assassin de César et « beuveur d’eauë », chez Montaigne (« De l’yvrongnerie », Essais, II, 2, éd. Villey, p. 341 ; d’après Sénèque) : référence d’autant moins négligeable, peut-être, par ce grand lecteur de Montaigne que fut Cyrano, qu’elle concernait un épicurien républicain59. Quoi qu’il en soit, ces référents ne s’excluent pas l’un l’autre ; une interprétation univoque serait même, au contraire, déplacée à propos de Cyrano, dont toute l’esthétique ludique se ressource dans, et cultive la polysémie.

22Une dernière référence au moins, non individualisée mais symbolique, mérite alors de n’être pas négligée – tant il est vrai que les « buveurs de vin » ne hantent pas seulement les cabarets, mais aussi les lieux les plus sacrés, au moment de la consécration eucharistique. En conséquence de quoi, un « buveur d’eau » cyranien pourrait bien être aussi, en dernière instance, et pourquoi pas en première instance, un allergique au sang du Christ… Jésus n’a-t-il pas déclaré, en effet : « Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron » ? (Jean, 15. 1), et Saint-Amant, par exemple :

Que diras-tu, beuveur insigne,
Si tu viens à lire en ce lieu
Qu’à Rome le jus de la vigne
S’honore au prix du sang de Dieu60.

23Aussi Béroalde de Verville nous permet-il, peut-être, de déceler dans la dédicace de Cyrano un ultime codage référentiel, plus subtil et venimeux que les précédents, lorsqu’il écrit dans son Moyen de parvenir [1616] :

Ne changez point vos coutumes à celles du Turc, qui ne boit que de l’eau. Boire du vin, c’est être bon catholique ; y mettre trop d’eau est se sentir de l’hérésie. Ne boire que de l’eau, et avoir le vin en haine est pure hérésie noyable, approchant de l’athéisme61.

Haut de page

Notes

1 Plutôt que sa lettre, nous devrions peut-être écrire ses lettres, car Cyrano consacre deux lettres au même sujet (Œuvres diverses, 1654 ; dans Lettres satiriques et amoureuses, Paris, Desjonquères, 1999, p. 59-60 et 61-64), et si la dédicace n’apparaît que dans l’édition de la première, intitulée « Description II de l’aqueduc ou la fontaine d’Arcueil. À mes amis les buveurs d’eau » (cette lettre n’a pas d’équivalent manuscrit), elle apparaît dans le manuscrit de la seconde (« Description de l’acqueduc, ou la Fontaine d’Arcueil, à mes amis les buveurs d’eau »), qui sera cependant imprimée sous le simple titre : « Autre sur le même sujet ». La permutation de la dédicace s’explique sans doute par le fait que la première lettre, comme nous le précise l’éditeur (p. 59), avait été perdue et fut retrouvée peu de temps avant l’édition de 1654 : Cyrano n’a logiquement pas souhaité dupliquer l’hommage (reste à savoir pourquoi la première lettre, placée avant dans l’édition et décrite par l’éditeur comme plus ancienne, s’intitule « Description II »…).
2 Jacques Antoine Dulaure, Histoire de Paris [1823], 4e éd., 1829, t. VI, p. 22, note 2.
3 Cyrano n’était pas moins modéré dans son manger : « il bannissait les ragoûts tant qu’il pouvoit, dans la croyance que le plus simple vivre, et le moins mixtionné, étoit le meilleur : ce qu’il confirmoit par l’exemple des hommes modernes, qui vivent si peu ; au contraire de ceux des premiers siècles, qui semblent n’avoir vécu si longtemps qu’à cause de la simplicité de leurs repas. Quippe aliter tunc orbe novo coeloque recenti. Vivebant homines » (Juvénal, Sat. VI). Enfin, Cyrano joignait à ces « deux qualités » « une si grande retenue envers le beau sexe, qu’on peut dire qu’il n’est jamais sorti du respect que le nôtre lui doit ». C’était en outre un homme fort généreux pour ses amis. Cyrano, on l’aura compris, était presque un saint.
4 Ce n’est pas le cas de Madeleine Alcover, qui se garde à bon escient de tout commentaire dans sa Biographie (en introduction à son édition des États et Empires de la Lune et du Soleil, Paris, Champion, 2000 ; rééd. 2004) ; quant à René Pintard, il veut que Cyrano, au moment où il rencontre Chapelle au début des années 1640, « hante surtout cabarets et tripots » (Le Libertinage érudit dans la première moitié du xviie siècle, 1943, rééd. Genève, Slatkine, 1983, p. 329).
5 De même que les trois lettres Contre l’hiver, Pour le printemps, Pour l’été. Le manuscrit ne comportait pas cette dédicace. Une comparaison attentive des éléments biographiques de la Préface de Le Bret avec plusieurs lettres de Cyrano (à propos des larcins littéraires ou du duel, par exemple) mériterait assurément d’être entreprise.
6 Lettres satiriques et amoureuses, éd. cit., p. 55-56. Lettre écrite entre 1645 et 1650. Le dernier mot fait allusion à l’esprit de vin, soit à l’eau de vie.
7 D’après Émile Forestié, que cite M. Alcover, éd. cit., p. xxiv-xxv, n. 19. Dans cette note, M. Alcover rappelle que Le Bret (1617-1710) devint en 1663 grand prévôt de l’Église de Montauban et, semble-t-il, un sévère défenseur de la foi catholique. Jean Letrouit a récemment émis des doutes très raisonnables au sujet de cette identification de l’ancien ami de Cyrano au futur prévôt de Montauban (« Pédant joué et traumatisme scolaire », dans Cyrano de Bergerac, Cyrano de Sannois, éd. H. Bargy et A. Mothu, Turnhout, Brepols, 2008, à paraître), mais notre sentiment demeure, selon lequel Cyrano et son vieux camarade devaient avoir “coupé les ponts” depuis longtemps au moment où ce dernier entreprit de publier chez de Sercy en 1657 l’Histoire comique de Monsieur de Cyrano de Bergerac, constenant les Estats et Empires de la Lune.
8 Sur les parents (et alliés) dévots de Cyrano, voir la Biographie de M. Alcover et en outre « Cyrano et les dévots », dans Materia actuosa. Antiquité, Âge classique, Lumières. Mélanges offerts en l’honneur d’Olivier Bloch,  Paris, Champion, 2000, p. 145-155.
9 Voir la lettre « À Monsieur Le Bret, prévôt de l’Église de Montauban », dans Lettres diverses (s.l.n.d., p. 97-103), signalée naguère par Lacroix et récemment rééditée par M. Alcover en annexe à son article « Statistique et critique d’attribution : l’édition posthume des États et Empires de la Lune », Littératures classiques, n° 53 (Cyrano de Bergerac, Les États et Empires de la Lune et du Soleil), 2004, p. 295-315, ici p. 313-315 : le correspondant de Le Bret lui explique avoir mis au net l’ouvrage de ce « mort qui n’est pas du commun », pour qui Le Bret a « tant témoigné d’inclination », et il laisse entrevoir que Le Bret, à ce moment, ignore encore tout du contenu de la Lune. Voir en particulier p. 315 : « Tout ce que je viens de dire n’étant que pour vous donner l’éclaircissement que vous m’avez demandé sur cet ouvrage et son auteur ». Peu de choses concernent en fait l’auteur dans cette lettre (mais ses commentaires philosophiques et scientifiques seront insérés dans la Préface dite de Le Bret).
10 « Pédant joué et traumatisme scolaire », art. cit., à paraître.
11 Cf. M. Alcover, éd. cit., p. lxxxii, n. 145.
12 Voir la longue quittance publiée par Jacques Prévot dans Cyrano de Bergerac, poète et dramaturge, Paris, Belin, 1978, p. 268-269 : le « grossoyement » du 3 août 1650 du patissier Barat indique « ung demy septier de vin » (4 sols), « une chopine de vin » (6 sols), « une painte de vin » (6 sols), « une chopine de vin » (12 sols), « un pain et chopine de vin » (6 sols), « eschaudes, chopine de vin » (8 sols), « chopine de vin, une livre de serise » (6 sols), « une painte de vin » (8 sols). ½ setier = ½ chopine = ¼ de pinte ; la pinte équivalait à presque 1 litre (0,93 l.).
13 Lune, éd. cit., p. 28, l. 333 ; Soleil, ibid., p. 208, l. 1012. Les effets physiologiques décrits ensuite dans ce dernier passage évoquent ceux de l’alcool : « je sentais mon visage un peu chaud et plus gai qu’à l’ordinaire ; mes mains paraissaient colorées d’un vermeil agréable, et je ne sais quelle joie coulait parmi mon sang qui me faisait être au-delà de moi » (l. 1017-1020).
14 Le héros, qui a osé soutenir que cette Lune était une lune, n’est pas loin d’être « condamn(é) à l’eau », ce qui « était la façon d’exterminer les athées » (Alcover, éd. cit., p. 98, l. 1843-1844). Condamné à être « noyé », sans doute, comme il sera précisé plus loin (l. 1902) ; mais une lecture moins innocente permet peut-être d’y voir une référence au refus libertin de la tempérance ou de l’ascétisme chrétien, attesté par tant de documents concernant les amis de Théophile ou le baron de Blot, et positivement mis en équation par Garasse : libertin / athée = moucheron de taverne, ivrogne,etc.
15 La Mothe Le Vayer, Le Banquet sceptique, dans Quatre dialogues faits à l’imitation des anciens, ca. 1630, rééd. Paris, Fayard, 1988, p. 91. Voir aussi Furetière, cité supra, note liminaire. Voir surtout Antonio Escohotado, Historia general de las droguas [1989], 7e éd. Madrid, Alianza Editorial, 1998, vol. I, p. 150-153 (« Los bebedores de agua y los bebedores de vino »), résumé dans Histoire élémentaire des drogues, Paris, Éditions du Lézard, 1995, p. 28-30, sur le substrat antique de cette opposition, qui a mis notamment en vis-à-vis des poètes « virils » et « authentiques » souvent ivres comme Archiloque, Alcéon, Anacréon, Épicharme et Eschyle (qui ralliaient à eux Homère) et d’autres sobres, « cultivés et travailleurs », comme Callimaque et Théocrite.
16 Voir par ex. François Scarron, La Seconde legende de Bourbon, de l’année 1642, publié dans (ou à la suite du) Recueil de quelques vers burlesques de Mr Scarron, Paris, Toussaint Quinet, 1645, p. 154 : Scarron évoque le perroquet que Mme Hautefort avait emmené en cure avec elle, le décrivant comme une « fort bonne personne » qui « a l’ame bonne » et « ne passe point pour beste » : Tous ceux qui l’auront peu cognoistre / Confesseront qu’il d’euoit estre,/ Encore qu’il ne soit qu’oyseau,/ Placé parmy nos beuveurs d’eau. (Cet exemple nous a été signalé par F. de Graux). Le Grand dictionnaire Larousse du xixe siècle enregistre aussi ce sens : le buveur est une « personne qui prend les eaux, qui boit des eaux minérales » ; et de citer Mme de Sévigné : Tous les buveurs sont contents de leur santé » (voir de même Littré, « buveur », 1).
17 En vain, pauvre Tircis, tu te romps le cerveau/ Pour parvenir au point des choses plus parfaites/ Tu n’auras point de rang parmy les bons Poëtes,/ Si comme les oysons tu ne bois que de l’eau  [...]. (Divertissements, cité par H. Lafay, éd. de V. Voiture, Poésies, Paris, Marcel Didier / STFM, 1971, II, p. 127, note).
18 Voir F. Lachèvre, Les Chansons libertines de Claude de Chouvigny, baron de Blot l’Église, Paris, 1919, rééd. Genève, Slatkine, 1968, p. xxix. Entré au service de Monsieur dans les années 1630, Blot n’aurait plus été compté de ses « gentilshommes » avant 1644, mais serait resté un familier jusqu’à sa mort.
19 Tallemant des Réaux, Historiettes, éd. A. Adam, La Pléiade, I, p. 497 ; et H. Lafay, éd. de Voiture, op. cit.., II, p. 127, note. A. Gottschalk pense que les vers suivants visaient également Voiture : Pour bien gouster les delices,/ Il faut, Saint-Phal, Blot et Romain,/ Passer la nuit entre deux cuisses,/ Et tout le jour entre deux vins. (« Un poète buveur d’eau, Vincent Voiture (1597-1648) », Grandgousier, n° 6-7, juin-août 1948, p. 9), mais Lachèvre ne le voit pas de cet œil (op. cit., p. 54). Ce dernier (p. xviii), brodant sur Tallemant, a imaginé que Voiture, entré dans une salle où Gaston d’Orléans festoyait avec ses officiers, s’était vu proposer un verre de vin par Blot ;  sur son refus, Blot lui aurait jeté son verre à la tête.
20 Les Œuvres  de Monsieur de Voiture, Paris, A. Courbé, 1654, t. II, p. 13-104 ; ou dans Poésies, éd. Lafay, II, p. 127-129. Le premier rondeau fut publié dès 1639 dans le Recueil de divers rondeaux (p. 7), le second dans les Œuvres de 1650 (p. 99), et tous deux furent réédités dans le Nouveau recueil de rondeaux de 1650 (II, p. 7-8 : cf. Lafay, p. 127, 128, et au tome I, p. xlvi-xlvii). Ces vers ont bien sûr aussi circulé en manuscrit : Lafay signale leur présence dans le recueil Conrart de la Bibliothèque de l’Arsenal (ibid., I, p. xxxix et xl).
21 Lachèvre, Les Chansons libertines…, op. cit., p. 69 ; cf. aussi p. 49. Blot mourut la même année que Cyrano (1655).
22 « Chronique du libertinage », La Lettre clandestine, n° 8, 1999, p. 151-152.
23 Voir F. Lachèvre, ibid., p. 69 (voir pour les variantes), au chapitre des « Chansons des amis de Blot ».
24 Cf. Tallemant éd. cit., I, p. 485 : à son retour de Flandres, Voiture renoua sa galanterie avec Mme Saintot : « Il alloit changer de linge chez Luillier, voisin de la Santot, et cela afin qu’on ne sçeust, car il estoit vain en amourettes ». Nous avons évoqué sommairement la relation Luillier-Cyrano dans « Affaires de famille », La Lettre clandestine n° 8, p. 204 sq.
25 M. Alcover, « Un gay trio : Cyrano, Chapelle, Dassoucy », Actes du 4e colloque du Centre International de Rencontres sur le 17e siècle (Miami), Biblio 17 (n° 117), Tübingen, 1999, p. 265-275.
26 Lachèvre, Les Chansons libertines,…, op. cit., p. xv, alléguant à cet égard Lefebvre de Saint-Marc.
27 La Comédie des académistes, éd. Jacques Truchet dans Théâtre du xviie siècle, II, éd. J. Scherer et Truchet, Paris, Gallimard, éd. de La Pléiade, 1986, p. 518-519. Nous remercions Jean Letrouit d’avoir attiré notre attention sur cette comédie.
28 Ibid., p. 517-521.
29 Inutile de rappeler qu’avant la controverse “d’époque” dont nous avons parlé, le vin et l’ivresse avaient leurs lettres de noblesse satiriques. Rabelais, au premier chef, n’avait-il pas fait du boire « le propre de l’homme » ? (ayant pouvoir « d’emplir l’âme de toute vérité, tout savoir et philosophie » : Cinquième livre [1564], chap. 45, éd. Guy Demerson, Paris, Seuil, 1973, p. 908-909). Nous citons aussi plus bas le « neveu de Rabelais » Béroalde de Verville – comme l’appelait Alfred Jarry).
30 Peut-être se nommait-il donc en réalité Manfredi, le témoignage du Bureau d’Adresse cité ci-dessous précise qu’il savait l’Italien et Descartes, cité plus bas note 32, le déclare positivement Italien (d’après Mersenne). Patin, pour sa part, comme la Conférence du Bureau d’Adresse, le dit Maltais (cf. infra, n. 33).
31 Voir la lettre de Guy Patin citée plus bas, note 33.
32 Voir Recueil général des questions traictées es conférences du Bureau d’adresses, sur toutes sortes de matières, par les plus beaux esprits de ce temps, Paris, L. Chamboury, 1656, t. IV, p. 377-400 (229e conférence, du lundi 5 mars 1640). Simone Mazauric évoque cette conférence en renvoyant à la 1ère édition, soit à la 4e Centurie (Paris, Au Bureau d’Adresse, 1641), p. 194-195  : voir Savoirs et philosophie dans la première moitié du xviie siècle. Les Conférences du Bureau d’Adresse de Théophraste Renaudot, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, p. 238. Elle signale aussi une réédition faite à l’occasion du tricentenaire de la première Gazette : Le Beuveur d’Eau de la Foire Saint-Germain, par Théophraste Renaudot, qui escrit la Gazette, vend medecines, préte sur hardes, « A Paris, au Bureau d’adresse, rue de la Calandre, au Grand coq, MDCXL » : Anger, Mme Mauret, 1931.
33 Ibid., p. 377.
34 Ibid., p. 381. Le deuxième conférencier, probablement un médecin au vu de ses références et citations, s’attache à disculper le « Buveur d’eau » de ce soupçon : « Si le Malthois estoit magicien comme le peuple s’imagine… » (p. 383 et sq.). Assurément, le bateleur à ses yeux « ne doit passer pour grand sorcier ni pour avoir fort rafiné la Magie » (p. 384)
35 Ibid., p. 377-380 ; on lira d’autres particularités concernant la prestation de l’artiste dans la suite de la Conférence. Harry Houdini lui a consacré quelques lignes dans un ouvrage que nous n’avons pu consulter : The Unmasking of Robert Houdin and Handcuff secrets, London, George Routledge and Sons, 1909 (référence trouvée sur Internet, cf. infra, n. 27).
36 « Je ne sçay si je vous ay escrit que nous avons icy un homme qui vient de Provence et, je crois, d’Italie, qui après avoir avalé 10 ou 12 pots d’eau, fait une fontaine de sa bouche, qu’il darde fort longtemps, 3 ou 4 toises de haut ; & que bien qu’on ne luy voye prendre que de l’eau simple commune, neantmoins il nous rend du vin, de l’huyle, de l’eau de vie, de naphte, [et] toutes pures ; l’on n’y peut descouvrir aucune tromperie, et neantmoins il faut qu’il y en ait. Il demande 10 pistoles à chaque fois, pour faire ce beau mesnage » (Mersenne, Correspondance, éd. Cornelis de Waard, Paris, C.N.R.S., t. VIII, 1963, p. 724-725 ; l’éditeur renvoie en note, p. 726, à la Conférence du Bureau d’Adresse, mais en datant celle-ci à tort du 5 mars 1639 – d’ailleurs, le 5 mars était un samedi, non un lundi, jour ordinaire de réunion).
37 La lettre de Mersenne est perdue mais Descartes lui répond le 11 mars : « Pour le beuveur Italien, il faudroit voir la chose pour en bien juger ; mais sur le raport que vous en faites, je dirois qu’il doit avoir un trou sous le menton, qui luy est resté de quelque blessure, & que c’est par là qu’il fait passer ces liqueurs » (Œuvres, éd. Adam-Tannery [A .T.], III, p. 42). Cité par Simone Mazauric, Savoirs et philosophie…, op. cit., p. 238, n. 4.
38 « Je suis si peu curieux que je n’ay pas veu le beuveur d’eau tant qu’il a esté icy ; plusieurs l’ont veu qui l’ont admiré, mais, il ne fait pas tout ce qu’il dit. Il y a bien quelque chose d’estrange et d’extraordinaire en son estomac ; mais M. Guillemeau, qui a eu la curiosité de le voir, m’a dit que c’estoit un imposteur, qui promettoit tout autrement qu’il ne faisoit. Je ne vous en saurois dire autre particularité. Senèque, le philosophe, en ses épistres, raconte qu’il ne pouvoit regarder des fous […]. Je suis naturellement de l’humeur de ce grand homme. Excusez-moi si je ne vous dis davantage de ce maltois » (Patin, Lettre à Belin du 24 mai 1642, dans Lettres, éd. Triaire, Paris, Champion, t. I , 1907, p. 222 ; éd. Révéillé-Parise, Paris, J.-B. Baillière, 1846, t. I, p. 88-89)
39 Antoine Arnauld et Pierre Nicole, La Logique ou l’art de penser, 5e éd., Paris, 1683, rééd. par Pierre Clair et François Girbal, Paris, P.U.F., 1965, p. 302 : « On demande encore, quel pouvoit être le secret de ce beuveur d’eau, qui se fit voir à Paris, il y a vingt ans, & comment il se pouvoit faire, qu’en jettant de l’eau de sa bouche, il remplît en même temps cinq ou six verres differens, d’eaux de diverses couleurs : si on s’imagine que ces eaux de diverses couleurs étoient dans son estomach, & qu’il les séparoit en les jettant, l’une dans un verre, & l’autre dans l’autre, on cherchera un secret que l’on ne trouvera jamais ; parcequ’il n’est pas possible : au-lieu qu’on n’a qu’à chercher, pourquoi l’eau sortie en même-temps de la même bouche, paroissoit de diverses couleurs dans chacun de ces verres ; & il y a grande apparence que cela venoit de quelque teinture, qu’il avoit mise au fond de ces verres ». Cette référence est donnée par les éditeurs de Descartes (A.-T. X, p. 474, note a) et reprise par S. Mazauric, Savoirs et philosophie…, op. cit., p. 238, n. 4, qui renvoie à la deuxième édition de 1664. Clair et Girbal renvoient (n. 394) à Malebranche, Recherche de la vérité, VI, 2e partie, chap. 7 : référence que nous n’avons pas retrouvée.
40 Voir Beauchamps, Recherches sur les théâtres de France, depuis l’année onze cens soixante et un ; jusques à present, Paris, Prault, 1735, t. III, p. 119-120 : cette plaquette in-4° de 4 pages est décrite comme existant dans la « Bibl. de Monsieur le duc d’Orléans » – encore lui.
41 Ce n’est pas dire que le “métier” était entièrement nouveau : on lit déjà dans Athénée, Banquet I, 20a, que « Diopeithès de Locres, à ce que raconte Phanodémos (fr. 19 M. I 369), étant allé à Thèbes, se mettait une ceinture d’outres remplies de vin et de lait et, en les pressant, prétendait faire remonter le liquide de son estomac. De pareils artifices faisaient aussi la réputation de Noémon le caractériste » (éd. A.M. Desrousseaux et Ch. Astruc, Paris, Les Belles Lettres, 1956, p. 44 ; nous remercions l’hydropathe Jean Letrouit de cette référence). Nous devons cependant supposer, en considérant l’émerveillement dont il fit l’objet vers 1640, que ce vieil exercice de foire était tombé en désuétude depuis plusieurs décennies.
42 Voir Henry Wilson, The Book of Wonderful Characters, Londres, 1869, p. 126, cité par Harry Houdini, Miracle Mongers and Their Methods, reproduit sur www.blackmask.com/olbooks/mmong.htm.
43 Voir Garry Houdini, ibid., avec beaucoup de détails sur ses prestations. Un peu plus tard apparaîtra Philippes « Jouilliani » – plus certainement Giuliani –, alias Scotto ou Le grand Scot romain, dit également « le Buveur d’eau ». Celui-ci, parti d’Italie après y avoir, dit-on, été soupçonné de magie, apparut sur diverses foires parisiennes entre la fin des années 1670 et le début des années 1680 : comme les précédents, il avalait de l’eau et la recrachait convertie en vin, en bière, voire en lait. Une permission royale du 30 mars 1681 accordant à Scotto le droit « d’avoir des gardes à son théatre » pour « empescher qu’il n’arrive aucun desordre dans le lieu » où il exerce, caractérise peut-être son originalité : « Philippes Jouilliani Scooto qui a trouvé l’invention d’avaller une grande quantité d’Eau et de la rejetter en mesme temps » (nous soulignons). Cet acte est reproduit sur le site-web de Barry Russell (www.theatrales.uqam.ca/foires/ Voir « Biographies », ad « Scotto »), où l’on trouvera le peu d’informations subsistantes au sujet du personnage. Hervé Bargy a récemment brossé une jolie rencontre imaginaire entre ce personnage et Cyrano, en prenant justement pour motif la dédicace aux « buveurs d’eau » qui nous intéresse ici : « Cyrano et le buveur d’eau » (sur le présent site).
44 S. Mazauric, Savoirs et philosophie…, op. cit., p. 238, n. 4 ; et A.-T. X, p. 474, note a : Ms. fr., Collection Dupuy, 550, p. 213 sq. Selon S. Mazauric, aucune autre conférence du Bureau d’Adresse ne figure dans la collection Dupuy.
45 Lettres satiriques et amoureuses, éd. cit., p. 59.
46 Conférences, op. cit., IV, 381 ; voir supra, notre note 22. Selon Hervé Bargy (cité ci-dessus), le soupçon ou l’accusation de magie expliqueraient la sympathie de Cyrano envers les « buveurs d’eau »
47 Cf. G. Colletet, Epigrammes du sieur Colletet, avec un discours de l’épigramme..., Paris, Louis Chamhoudry [R. Pintard, Le Libertinage érudit, op. cit., donne : J.-B. Loyson], 1653, p. 25 : « Aux doctes amis, MM. Gassendi, de la Mothe Le Vayer, Deodati et Naudé, estant au village d’Arcueil, 1644 ». Voir Pintard, ibid., p. 325, et auparavant R. Kerviler, François de La Mothe Le Vayer, Paris, Édouard Rouveyre, 1879, p. 98 : Épigramme / Illustres favoris de la nymphe Sophie,/ Esprits dont le savoir tous les siècle deffie, / Vous dont la docte prose est l’amour de mes vers ;/ Si je fuy pour vous voir le tumulte des villes,/ C’est que pour avoir part à vos plaisirs tranquilles,/ Je cherche la Vertu jusques dans les déserts.
48 Colletet, rapporte Pintard (ibid., p. 325), recevait parfois ses amis dans sa propriété de Rungis, près de la fontaine du Valjoyeux.
49 La vallée de la Bièvre était très prisée des parisiens ; au xvie siècle déjà, les poètes de la Brigade puis de la Pléiade y faisaient pèlerinage (mais pas pour boire de l’eau !) et, avant Cyrano, ils ont maintes fois célébré la « fontaine d’Hercueil ». Voir A. Desguigne, Arcueil et les poètes du xvie siècle. La vigne, le vin et la tradition bachique à Arcueil-Cachan, Paris, Champion, s.d.
50 Détail corroboré par le Patiniana, dans Naudæana et patiniana, ou singularitez remarquables, prises des conversations de Mess. Naudé & Patin, 2e éd., Amsterdam, CHez François vander Plaats, 1703, [2e partie], p. 39 : « M. Naudé étoit un homme fort sage, fort prudent & fort reglé, bon ami, qui ne se fioit qu’à moi & à M. Moreau. Il ne bûvoit que de l’eau […] » (cf. p. 24 dans la 1ère éd. de Paris, Florentin et Pierre Delaulne, 1701, et encore dans L’Esprit de Guy Patin, Amsterdam, Henry Schelten, 1709, p. 260). Rappelons que Naudé avait acquis une petite maison de campagne à Gentilly : « c’est là qu’il aime, plus que nulle part ailleurs, converser avec ses amis. [...] Huet, Nicolas Heinsius, Colletet surtout et Guy Patin se rendent souvent dans la petite bourgade pour retrouver l’érudit et participer avec lui à de philosophiques et joyeuses agapes » (Pintard, Libertinage érudit, p. 326 ; voir les références). Le Vayer aussi s’y rendait.
51 Ovide, Metamorphoses, XV, 323.
52 peut-être selon l’édition Réveillé-Parise (Paris, J.-B. Baillière, 1846, t. II, p. 508), que suit Pintard – leçon fautive.
53 Lettre à Falconet, de Paris, le 27 août 1648 : Lettres de Gui Patin, éd. P. Triaire, t. I, Paris : Champion, 1907, n° CLXII, p. 616-617.
54 Voir, d’une part, notre article « Affaires de famille », La Lettre clandestine, n° 8, 1999, p. 204-216 ; d’autre part, La Mothe Le Vayer, La Promenade, cité par G. Paganini, « “Pyrrhonisme tout pur” ou “circoncis” », Libertinage et philosophie au xviie siècle, n° 2, 1997, p. 14 (et M. Alcover dans son éd. des États et Empires…, p. 59, note) : il est question d’un « visionnaire de ce temps » qui a conçu « l’Isle Solaire » ou des « Oiseaux ». Or, un « visionnaire », à l’époque, est un homme « sujet à des visions, à des extravagances, à de mauvais raisonnements » (Furetière), « qui a de fausses ou de folles visions, qui a des imaginations extravagantes » (Dictionnaire de l’Académie). L’équivalence avec la folie est signalée par Malebranche pour les « visionnaires des sens » (Rech. vér., II, 3, 1, p. 248 dans l’éd. G. Rodis-Lewis de La Pléiade, t. I, 1979). Nous remercions François de Graux d’avoir attiré notre attention sur ce point.
55 Détail que chacun sait fictif ; mais il est bien possible que Cyrano ait lui-même fabriqué puis entretenu cette légende.
56 La Vie de Mr de Molière, par J.-L. le Gallois, sieur de Grimarest. Réimpression de l’édition originale (Paris, 1705) et des pièces annexes…, Paris, Isidore Liseux, 1877, p. 7-8 (suit cette phrase célèbre : « Molière aussi ne s’est il pas fait un scrupule de placer dans ses Ouvrages plusieurs pensées, que Cyrano avoit employées auparavant dans les siens ? Il m’est permis, disoit Molière, de reprendre mon bien où je le trouve »). L’amour du « desbauché » chapelle pour la bouteille est bien connu de tous les historiens du libertinage.
57 D. Kahn, « Les apparitions du Démon de Socrate parmi les hommes au début des États et Empires de la Lune », dans Marginalités classiques, Mélanges offertes à Madeleine Alcover (éd. P. Harry, J. DeJean, A. Mothu, Ph. Sellier), Paris, Champion, à paraître en 2005.
58 Voir en particulier sa justification du pluralisme explicatif à visée morale dans la Lettre à Ménécée.
59 Didier Kahn, dans l’article cité ci-dessus, a bien montré l’affection “républicaine” que Cyrano portait aux régicides.
60 B.n.F., ms. fr. 19145, f° 113, cité par A. Adam, Théophile de Viau et la libre pensée française en 1620, Paris, Droz, 1935, p. 125.
61 Le Moyen de parvenir, éd. Paul L. Jacob, Paris, Librairie de Charles Gosselin, 1841, XV (« Dessein »), p. 38 ; éd. Michel Renaud, Paris, Gallimard, « Folio », 2006, p. 83. L’ouvrage comporte bien d’autres tirades contre l’eau et en faveur des ivrognes. Aucune enquête, à notre connaissance, n’a été menée pour savoir si Cyrano avait lu Béroalde de Verville.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Mothu, « Cyrano et les hydropotes », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie, mis en ligne le 01 octobre 2007, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/1501

Haut de page

Auteur

Alain Mothu

Alain Mothu est ingénieur-chercheur à l'UMR 8599, Paris-Sorbonne / CNRS, chargé de conférences à l'EHESS (2006-2008) sur le thème : « Parcours de l'incroyance, 16e-18e siècles ». Il a publié divers travaux et documents concernant l'histoire de l'athéisme et de la littérature philosophique clandestine, ainsi que sur Cyrano de Bergerac et d'autres mal-pensants.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org