Navigation – Plan du site

Le « souverain remède » : esquisse d’une érotique libertine dans Le Gascon extravagant

Michèle Rosellini

Résumés

Le Gascon extravagant peut être défini comme roman libertin dans la mesure où il raconte l’éducation érotique de son héros. Ce récit d’éducation suit un mouvement négatif qui, de déception en déconvenue, conduit le personnage à renoncer à toute idéalisation de l’amour et à se borner à la recherche du plaisir. Il retrouve ainsi par son expérience la leçon épicurienne de Lucrèce qui invite à distinguer le pur désir, qui promet le plaisir, de l’amour, qui le plus souvent fait souffrir. Transposée dans le cadre idéologique du roman comique, de tradition gauloise, cette éthique paraît plus cynique que libératrice. Mais le roman n’est pas simple illustration de la philosophie. Par son dispositif narratif et son langage propre, il permet de mettre en débat la morale misogyne du héros-narrateur et de proposer, par-delà toute doctrine, l’exploration d’une expérience du corps encore inédite. C’est par là que le roman comique réalise son ambition, véritablement libertine, d’émanciper le lecteur des préjugés sexuels de son temps et de son milieu.

Haut de page

Texte intégral

1Si l’on entend étudier le Gascon extravagant comme un roman libertin, un motif s’impose à notre attention : c’est celui de l’éducation érotique du héros éponyme. Pourtant l’éditrice moderne de cette histoire comique, Felicità Robello, privilégie le critère du débat sur la croyance – ouvert par les aventures de Segna, la prétendue possédée – et ne s’engage qu’avec réticence sur cette voie. De fait, son commentaire minimise la portée subversive du motif. D’abord en le désignant par la formule euphémisante – et sensiblement anachronique – d’« éducation sentimentale1 », qui contribue à masquer ce dont il est question dans ce récit de formation paradoxal : une expérience du désir, une pratique du plaisir et finalement une éthique, qui mérite plus justement d’être qualifiée d’érotique. Ensuite en le rattachant à la tradition « gauloise » qui nourrit l’histoire comique :

On peut certes relever une composante gauloise, traditionnelle dans la littérature « comique » et du reste contrebalancée ici par les efficaces revendications féministes de Lyliante ; mais il apparaît évident que le discours de l’auteur dépasse ces positions pour exprimer une sorte de défiance philosophique vis-à-vis d’un sentiment par trop idéalisé.2

2Certes, la mention d’un dépassement de la tradition par une position singulière de l’auteur invite à s’intéresser aux sources (philosophiques) de cette « défiance ». Mais ce point ne reçoit aucun éclaircissement : la philosophie qui va ainsi de soi dans le discours commun semble ne pouvoir être que le scepticisme, conçu comme une attitude existentielle plutôt que comme une doctrine constituée.

3Or si l’on prend cette suggestion au sérieux, et non comme une simple clause de style, elle nous ouvre une voie d’approche du roman. Quels rapports, en effet, entretient le motif de l’éducation érotique avec la philosophie d’une part et avec le genre comique de l’autre ? Le traitement de ce motif dans le récit autobiographique du héros nous paraît en effet engager solidairement une forme littéraire, celle de l’histoire comique à la première personne, et une position philosophique, au sens plein du terme, c’est-à-dire doctrinale. L’histoire comique, qui se construit dans la première moitié du xviie siècle contre le roman sentimental, offre à l’auteur du Gascon extravagant un espace fictionnel dans lequel il puisse imaginer une expérience et une éthique du désir en rupture avec la doxa néo-platonicienne. Or quelle doctrine est susceptible à cette époque de fonder philosophiquement une telle entreprise sinon l’épicurisme ?

4En mettant en lumière la construction de l’expérience érotique du héros comme un parcours d’apprentissage, nous pouvons constater qu’elle obéit au schéma épicurien d’une libération du désir. Il ne s’agit pas pour autant de faire de la fiction romanesque l’illustration d’une doctrine. L’histoire comique offre la possibilité d’expérimenter des situations non conventionnelles. Certes, elle puise dans la réserve de scenarii des contes facétieux, mais avec une certaine souplesse. Il semble bien que l’auteur du Gascon extravagant utilise cette marge d’invention, mince mais réelle, pour expérimenter les propositions épicuriennes tout en les contestant comme normes, faisant surgir dans le récit de l’expérience de son héros une autre voie, discrètement esquissée, de l’émancipation.

L’enchaînement narratif ou le sens d’une éducation du désir

5Les aventures amoureuses du gascon font – avec l’histoire de ses escroqueries et de sa folie simulée – le principal sujet du récit autobiographique qu’il délivre par bribes au gentilhomme qui l’a recueilli en son château, lui-même narrateur du récit-cadre. C’est un récit discontinu, interrompu et renoué à plusieurs reprises, qui n’observe pas continûment l’ordre chronologique. Il semble plutôt répondre à un souci d’éclaircissement que d’exhaustivité, ce qui l’amène à remonter, de réminiscence en réminiscence, à la source de l’expérience amoureuse : les premiers émois éprouvés à la puberté dans l’intimité de deux jeunes voisines, Félicée et Clémante. Le récit du dernier épisode de cette éducation érotique échappe à celui qui en a été le sujet et la victime. Le gentilhomme anonyme a laissé le gascon quelques jours dans un château du voisinage pour divertir ses habitants, et c’est lui qui raconte, à la troisième personne, l’histoire de la séduction de la fille du châtelain, Dorphise, et sa séquelle de quiproquos et d’avanies. Le gascon reprend toutefois la parole pour en donner le dénouement, concluant ainsi par une déploration comique un itinéraire de formation déceptif, qui s’est soldé par de déplaisantes déconvenues quand il en attendait une maîtrise parfaite des plaisirs. Pourtant, en dépit de cet échec apparent, se dessine le mouvement d’une ascèse vers le bon usage du désir.

6Le récit des amours du gascon se découpe en huit séquences narratives, dont sept autodiégétiques. Leur succession obéit à une volonté démonstrative : il s’agit de justifier le choix d’une éthique érotique par le récit des vicissitudes qu’entraîne l’amour. Chacune de ces séquences s’achève sur une leçon, explicite ou implicite, que le héros s’efforce d’appliquer par la suite. Ainsi la narration organise l’expérience amoureuse du gascon comme un itinéraire de formation. Une formation paradoxale, comme l’exige (ou le permet) l’histoire comique, où il s’agit moins d’acquérir des valeurs positives que de se débarrasser de préjugés aliénants. Voyons-en le détail.

7Toutes ces séquences mettent l’accent sur la détermination sociale de l’expérience amoureuse. La première est vécue sur le mode aristocratique et courtois du service d’amour. Le gascon a dissimulé sa condition noble pour s’engager comme palefrenier chez le père de Floricée dont il est amoureux. Mais alors qu’elle a commencé par encourager son amour, celle-ci en use de façon perverse : « dissimulant le désir qu’elle avait de [le] perdre3 », elle lui fait avouer son amour, le dénonce à sa mère, et le fait « condamner aux estrevieres4 », le pire outrage qui soit à sa condition de gentilhomme. Il réussit à surmonter sa dégradation sociale et morale par une constance véritablement stoïque, qui force les autres à le reconnaître « généreux » et donc noble. Il trouve enfin dans les voyages le « souverain remède » à ses tourments5.

8La rencontre avec Marguerite lui permet de se détacher du modèle servile et aliénant de l’amour courtois. C’est une fille du peuple, suivante d’une bourgeoise dont il espère tirer un bon salaire en lui prédisant l’avenir. Pour mieux tromper sa maîtresse, il passe avec elle un contrat stipulant qu’elle lui dira tout et acceptera tout ce qu’il désirera d’elle. L’infériorité sociale de cette femme permet à l’apprenti séducteur de substituer au rapport de soumission amoureuse qui s’est imposé à lui dans sa première aventure la domination sexuelle violente : c’est par un quasi-viol qu’il s’empare de Marguerite. De cet « embrassement » forcé naît pourtant un amour réciproque6. On perçoit le bénéfice que tire le romancier de cette circonstance : non seulement elle efface la sombre violence de la scène et innocente son protagoniste, mais elle offre un nouveau terrain d’observation des paradoxes de l’amour. Le gascon, en effet, tirant les leçons de sa précédente déconvenue, avait d’abord formé le projet d’établir avec sa partenaire une association d’intérêts plutôt qu’une union amoureuse. Mais il est de nouveau saisi par l’amour, qui encore une fois ne lui apporte que souffrances. Ses escroqueries l’ayant conduit en prison, Marguerite, dans un geste de dévouement héroïque, prend sa place et lui permet de s’évader dissimulé sous ses propres vêtements ; il perd alors sa trace et ne cesse par la suite de la chercher, inconsolable. La douleur de cette perte s’associe aux souffrances de son premier amour bafoué pour composer une maladie qui résiste aux « remèdes » de l’oubli7.

9L’épisode suivant débute donc sur la résolution de renoncer désormais à l’amour pour n’en plus éprouver les « déplaisirs » inévitables8. Fuyant Paris, capitale de la séduction féminine, il entre au service d’un gentilhomme breton et prétend d’abord vivre dans sa maison avec « une retenue semblable à celle d’un jeune novice9 » en dépit des sollicitations de « trois jeunes Demoiselles d’une humeur gaillarde ». Mais sa résistance est de courte durée : « les attraits de la demoiselle suivante » lui font oublier ses mésaventures précédentes et « [l]’oblig[ent] derechef à aymer ». L’expérience se renouvelle à l’identique : violence du sentiment amoureux et intensité de la souffrance qui en résulte10. Il tire toutefois quelque parti de son expérience pour se protéger de l’asservissement en feignant l’indifférence, mais sa dissimulation ne résiste pas longtemps à la perspicacité de la dame, qui s’empresse d’établir son pouvoir sur lui11. C’est elle qui simule la passion, lui offrant l’occasion de vivre « une amour mutuelle et secrète l’espace de trois mois12 ». La souffrance lui arrive alors sous un visage inédit, celui de la jalousie. Mais un réflexe d’honneur aristocratique lui fait rejeter cette forme aggravée de l’aliénation. Il s’efforce de convertir sa passion idéalisante en un projet plus prosaïque de jouissance, et décide de parvenir à ses fins par une nouvelle dissimulation13. Chacun se trouve donc feindre la passion dans un assaut de ruses pour piéger l’autre. Il croit l’avoir emporté, car « hors le dernier point », il obtient d’elle toutes les satisfactions sensuelles qu’il souhaite14. Mais c’est faute d’avoir saisi le projet de la belle qui est de se faire épouser pour mener plus librement sa liaison avec son premier et véritable amant que sa condition ne rend pas épousable. Ce projet lui est révélé, alors qu’il s’est caché pour épier les amants15. Il tente de la confondre, mais c’est elle qui lui délivre une leçon de réalisme : de quoi se plaint-il ? n’a-t-il pas joui de ses caresses feintes aussi bien que si elles avaient été sincères ? Les sens ne font aucune différence et la jalousie est une « vieille erreur » sur laquelle les hommes ont fondé des « loix fantastiques »16. Et d’ailleurs comment reconnaître la sincérité en ce domaine ? Les femmes sont fort capables d’aimer plusieurs hommes à la fois sans amoindrir la part de chacun. Le gascon est de fait convaincu, puisqu’il « demeur[e] confus » et ne trouve « point de termes assez propre pour opposer à ses raisons »17 Loin de lui en vouloir, il continue donc son « commerce » avec elle, mais sur une tout autre base, qui est celle de la complicité, se mettant à l’école des ruses féminines pour achever de se débarrasser de ses illusions et chimères amoureuses. Cette connaissance lui donne une sorte de sagesse : celle de renoncer à tout attachement et tout particulièrement au mariage qui n’est que la consécration de l’asservissement à une femme18.

10Afin d’apporter d’autres preuves de la « subtilité et ruse des femmes », le gascon raconte alors au gentilhomme deux nouvelles histoires qui prouvent qu’il a mis par la suite ce programme en application. Il se garde désormais de ce qui cause la souffrance amoureuse – la jalousie et jusqu’à l’amour lui-même – pour ne poursuivre que le seul plaisir : il profite des femmes sans être leur dupe, se tire en maître de situations délicates, et saisit toutes les occasions de jouissance19. Il accepte ainsi de partager la femme du cabaretier avec deux autres amants, mais tire parti de leur frayeur, qui les a fait se jeter par la fenêtre pour échapper au mari, en prenant leur place dans le lit conjugal20. Prouesse plus extraordinaire encore : acceptant de tomber dans une embuscade que lui tend le juge dont il convoite la femme, il finit par la posséder sous les yeux du mari trop couard pour sortir de sa cachette21.

11à ce point de la narration, interviennent deux récits d’origine. Le premier, intitulé « Histoire de Léon », révèle les circonstances de la naissance du gascon, qui est le produit d’un marché passé par ce prince de roman nommé Léon avec une jeune fille de la bourgeoisie gasconne appâtée par le gain et acceptant complaisamment le mariage arrangé pour couvrir sa grossesse22. Le second, évoquant ses amours adolescentes avec Félicée et Clémante, livre à la fois l’origine de sa sensualité, éveillée par des jeux sans tabous avec deux fillettes complaisantes, et la source de sa défiance envers les femmes : la manipulation dont il a été victime de la part de la mère de Félicée, désireuse de le forcer à épouser sa fille. L’aventure se termine d’une manière tout à fait burlesque, les deux jeunes filles se battant en duel pour lui. Mais c’est l’occasion de souligner la passivité du personnage, davantage sollicité par les femmes que solliciteur23. C’est aussi le dénouement de son hésitation entre les deux femmes, expérience première de l’équivalence des corps comme objets de désir24. Cette expérience va se retrouver au cœur de la dernière aventure, celle qu’il vit au château de Mileran et que raconte le gentilhomme narrateur.

12Il s’installe au milieu de la petite société qui peuple cette maison des champs auréolé de sa gloire d’extravagant, c’est-à-dire de virtuose du « galimatias » et des « rencontres » plaisantes. Le seigneur du lieu le retient après le départ de son ami, et engage sa fille à lui faire bon visage pour tirer de lui un plaisir supplémentaire : le spectacle d’un amour extravagant. Le gascon saisit parfaitement le manège, mais n’en laisse rien voir. Instruit par son expérience passée, il sait le pouvoir de la dissimulation, et feint lui-même des sentiments passionnés dans l’espoir de les communiquer à la belle Dorphise et d’obtenir ainsi ses faveurs. Car ce qu’il recherche désormais dans l’amour ‑ autre fruit de l’expérience –, c’est le seul plaisir. Le plan réussit, et Dorphise devient « véritablement amoureuse25 ». Mais il réussit trop bien, et lui-même se trouve pris au jeu du désir. Heureusement elle lui accorde, sans trop se faire prier, « une faveur d’amour », qui est pour lui un « souverain remède » contre les effets pernicieux du désir insatisfait devenue passion aliénante26. Dès lors il pense maîtriser la situation, développe ruses et faux-semblants pour rencontrer à son gré Dorphise, alors même que son père l’a chassé du château, avec la complicité du curé ennemi du châtelain. Un quiproquo lui vaut de profiter des faveurs d’une femme « nue en chemise » qui est venue retrouver le valet de ferme Macé dans la galerie où lui-même attend Dorphise. Cette femme se révèle être la sœur de Dorphise, et le manège se répète deux soir de suite à la satisfaction mutuelle, jusqu’à ce qu’elle lui tende un piège avec la complicité de Macé, qui le bat, le dépouille de ses vêtements et le ramène dans la galerie, en danger d’être pris et ridiculisé. Il doit finalement rentrer au château de son ami, battu et mécontent, vêtu d’une vieille soutane du curé faute d’avoir pu récupérer ses propres vêtements. Ainsi cette ultime entreprise érotique, pourtant menée d’après les principes d’une pragmatique de la séduction, tourne à sa confusion, et ce sont encore les femmes qui triomphent. Quelle leçon en tirer ? C’est peut-être le narrateur qui l’énonce, par la « consolation » qu’il prétend apporter au gascon qui se plaint de sa mésaventure :

Je tasché de le consoler en luy representant, qu’il n’avoit point tant de sujet de se plaindre comme il faisoit paroistre : et que plusieurs voudroient avoir acheté un pareil contentement à celuy qu’il avoit reçu, encore plus cher et avec plus de mal.27

13Cette consolation contient une critique implicite : le cavalier serait un épicurien inconséquent. Pourquoi se plaindre en effet de ce que lui a coûté l’aventure ? Il en a retiré tout l’agrément qu’il pouvait en attendre, puisqu’il ne s’agissait pour lui ni d’épouser Dorphise, ni de passer le reste de ses jours au château. Mieux : en prenant une femme pour l’autre, il a éprouvé ce dont ses premiers émois entre Floricée et Clemante lui avait donné l’intuition, que les corps sont interchangeables dans la relation érotique. Cet érotisme ainsi limité à l’échange des corps est le résultat d’une désidéalisation progressive du sentiment et de l’objet d’amour, dont le dernier récit – autodiégétique et rétrospectif – fournit la clef.

14Engagé comme auteur et comédien par une troupe de théâtre sous le nom de Lysandre, il est devenu amoureux de la jeune première, Marotte. Dans l’espoir de la surprendre, il pénètre à son insu dans sa chambre. Mais ce qu’il y voit est tout le contraire de la beauté nue et sans défense qu’il espérait. Il découvre un visage d’une laideur repoussante, un corps usé et nauséabond, et comprend l’horrible secret de la beauté sublime de l’actrice : elle n’était que l’effet de l’art du maquillage et du vêtement. Le récit d’éducation érotique du héros se termine ainsi très significativement sur la dégradation de la beauté féminine, source idéalisée du sentiment amoureux. Le héros est allé voir dans la « coulisse » du théâtre de la séduction et y a découvert la supercherie artificieuse des femmes. Le mouvement de désidéalisation s’achève ici, ruinant définitivement le modèle platonicien de l’exaltation de l’âme par le sentiment amoureux : seul le corps est susceptible d’être exalté par « ravissements […] au-delà de l’imagination28 ». Cette découverte n’est pas, chronologiquement, la dernière étape de l’expérience amoureuse. Elle vient justifier après coup la position cynique adoptée par le gascon à la fin de son histoire et mise en œuvre dans les intrigues du château de Mileran. La poursuite de la dame n’a plus pour objet que la jouissance physique, qui est en amour la seule valeur tangible.

15La logique ainsi mise à jour dans ce récit d’éducation érotique nous invite à considérer qu’il ne s’agit pas seulement d’une parodie de l’amour courtois, revivifié en ce premier xviie siècle par la culture galante et la thématique romanesque qu’elle nourrit, mais d’une certaine expérimentation de la doctrine épicurienne du désir.

Entre amor et voluptas, le modèle épicurien de l’expérience amoureuse

16En effet, en matière de théorie du désir et d’éthique amoureuse, quelle alternative peut-on trouver en ce premier dix-septième siècle à la doctrine néo-platonicienne sinon l’épicurisme, tel qu’il est divulgué par le poème de Lucrèce ? Montaigne s’est fait le relais d’une éthique de la jouissance tirée de la lecture du De Rerum natura : c’est en la matière la base de la culture des libertins du xViie siècle. On peut en retrouver les traits – dotés même d’une certaine précision doctrinale –, dans l’itinéraire du gascon. Celui-ci, en effet, accomplit à son insu la redécouverte de la leçon de Lucrèce.

17C’est au livre IV du De Rerum natura que Lucrèce s’intéresse à la question du désir érotique, après avoir traité des opérations des sens et des illusions qu’elles produisent. Ce contexte est significatif. Une des tâches théoriques que se donne en effet le poète philosophe, c’est de fournir à l’humanité, qu’il prétend éclairer par la révélation d’épicure, les moyens d’accéder à ce qui est sa destination propre : la voluptas. Distinguer l’amour du désir est l’un de ces moyens. Car l’amour, quand il s’éloigne de son origine, le désir pur, pour se charger d’élaborations fantasmatiques, perturbe, voire inhibe l’accès au plaisir. Pour Lucrèce, le désir est, significativement, « muet ». Il est cupido mutus et non, comme dans la mythologique ovidienne, caecus, aveugle, sans discernement. C’est sa pente à se laisser leurrer par le discours, plutôt que l’absence de clairvoyance, qui met l’amoureux en danger. Le désir doit donc, pour rester vivant, se garder des phrases et des ornements imaginaires. Le cupido est un phénomène qui engage le corps seul, qui place l’homme dans la solidarité naturelle avec les autres vivants, sous l’empire de Vénus. Toute la doctrine lucrétienne se déduit de ce point d’ancrage fondamental. Elle a pour cible les discours générateurs de fantasmagories, qui ont insinué dans l’esprit des hommes des illusions aussi pernicieuses que les croyances religieuses : au premier chef la poésie, nourrie de mythologie, mais aussi les doctrines idéalisantes comme le platonisme.

18L’ordre de l’exposé est significatif. Lucrèce commence par évoquer l’événement fondateur de la puberté, le rêve érotique. C’est là un processus à la croisée de la physique atomistique et de la physiologie, puisque ce sont les simulacres de beaux visages et de beaux corps qui « excitent les régions gonflées par la semence », et provoquent son épanchement « dans l’illusion d’avoir consommé l’acte »29. Ainsi se trouve enclenché le mécanisme du désir, qui incite chaque être à étreindre son objet et à « jeter la liqueur (umor) de son corps dans le sien30 ». Et voilà, indique le poète, « ce que l’on nomme l’amour » : l’amor n’est pas autre chose que l’umor qui tourmente le corps à la recherche d’un autre corps où s’épancher.

19De ce constat se déduit la règle du bon usage de l’amor : le réduire à l’umor, au processus physiologique, au mutus cupido « qui prédit le plaisir31 ». Dans ce but, il faut fuir les images-simulacres que produit un corps particulier. Il convient au contraire

[…] de tourner ailleurs notre esprit et de jeter / en toute personne le liquide amassé, / au lieu de le garder, au même amour voué32.

20C’est par cette conduite, placée sous l’égide de Venus volgivaga (volage et vagabonde), que l’on trouve la voluptas, c’est-à-dire le plaisir sans mélange. S’attacher à un objet d’élection ne peut, au contraire, que « nous assurer la peine et la souffrance33 ». La démonstration s’achève donc sur une maxime :

Fuir l’amour n’est point se priver des joies de Vénus,
C’est au contraire en jouir sans payer de rançon.34

21L’étape suivante est très logiquement consacrée à la peinture dissuasive des souffrances de l’amour, conséquences du mauvais usage de Vénus.

22Le poète fait d’abord la peinture de l’insatisfaction perpétuelle de l’étreinte amoureuse ; à la différence de la nourriture qui pénètre dans le corps et apaise sa faim, rien ne peut apaiser le désir amoureux des amants affamés de simulacres35. D’où la violence des étreintes toujours déçues qui prennent l’allure de combats à mort. L’écueil de l’amour est donc l’aliénation à l’autre, qui épuise les forces et les biens de l’amant, l’éloigne de ses devoirs sociaux, le prive de ses amis, et finalement le soumet sans recours aux tortures de la jalousie.

23à la peinture du mal, succède l’exposé des remèdes : analyses démystifiantes, qui doivent conduire à repérer la part imaginaire de l’énamoration. Lucrèce évoque d’abord le spectacle de la comédie de l’amour : le désir est capable de métamorphoser en merveilles des laiderons36. Les femmes elles-mêmes collaborent à l’universelle tromperie par les artifices dont elles se parent, les fards et les accessoires. Un cas particulier illustre clairement le phénomène : celui de la femme malpropre et malodorante qui séduit son amant de loin, sur le théâtre des apparences, et qui le ferait fuir s’il pénétrait dans les coulisses37.

24Le poète rappelle enfin que « la volupté est mutuelle », que les femmes ne sont pas ces êtres impassibles et inaccessibles que peint la poésie élégiaque, mais qu’elles éprouvent les mêmes désirs que les hommes et sont engagées dans « la course d’amour », au même titre que les femelles des fauves ou les juments, soumises comme elles à l’universelle loi de la reproduction38.

25Ces échos lucrétiens affleurent dans le récit des aventures amoureuses du gascon. Ils se précisent encore si l’on s’attache aux résolutions qui le scandent.

26Dès sa première déconvenue, le jeune homme semble spontanément se ranger au conseil de Lucrèce : fuir l’objet aimé pour échapper aux souffrances de l’amour : « voyant bien que c’était une nécessité, et que l’absence en [sa] douleur serait un souverain remède », il part courir le monde. Mais il n’a pas renoncé à cette manière d’aimer, et ce n’est que son changement de condition, puisqu’il est alors réduit à toute sorte d’expédients pour gagner sa vie, donc une pression extérieure, qui le conduit à changer de mode de relation amoureuse en s’attachant à une femme du peuple. Toutefois l’expérience de la fidélité de Marguerite le détache de Floricée et lui fait prendre pour la première fois la résolution de renoncer à l’amour, au terme d’une véritable diatribe :

C’est un mal, depuis qu’on donne une fois l’entrée à l’amour il nous aveugle, nous ensorcele, nous oste le jugement, et finalement nous perd. Je ne veux plus aymer, et jamais les atrais d’une Dame ne captiveront ma liberté.39

27C’est l’occasion de stigmatiser la galanterie comme une hypocrisie, un subterfuge inventé par les femmes pour asseoir leur pouvoir et une couverture honorable de leur sensualité40. Ce qu’il regrette toutefois dans son renoncement, c’est le plaisir des « privautez » que la plupart des femmes accordent à leurs amants sous le couvert du code courtois41. Le problème est dès lors clairement posé : comment conserver les plaisirs de l’amour en se gardant de ses souffrances ?

28Le gascon semble approcher de la solution par la stratégie qu’il développe avec Lyliante, puisqu’il prétend faire d’elle, non plus son épouse, mais « une metresse commune42 ». Il ne lui demande alors que la satisfaction de son désir, « remede necessaire à [ses] playes43 ». Mais elle se montre supérieure à lui au jeu de la dissimulation, ce qui l’attache plus qu’il n’aurait voulu. Ce n’est qu’après avoir été humilié par Lyliande, et avoir, grâce à sa trahison, exploré les formes diverses que prend la perfidie des femmes, qu’il se résoud à « ne […] s’assujettir point sous les rigueurs d’une épouse44 ».

29Si l’on reconstitue l’ordre chronologique par-delà l’ordre de l’exposition, on constate que l’événement qui détermine la position finalement assumée par le héros est la déconvenue infligée par Marotte. Cet épisode est l’illustration littérale du cas détaillé par Lucrèce. Ce qui était métaphore dans le poème philosophique : l’antithèse entre le théâtre et la coulisse, s’incarne dans la fiction romanesque. Le nom même de la comédienne est porteur de sens : la marotte est l’emblème du fou ; en s’éloignant d’elle le gascon, détrompé, renonce à la folie que contient tout amour. Il est alors en mesure d’appliquer vraiment sa résolution de ne plus s’engager dans l’amour et de refuser le mariage, tout en conservant le fruit de la jouissance amoureuse, de « jouir [de Vénus] sans payer de rançon », selon la formule lucrétienne. Le « souverain remède », qui était d’abord recherché dans la fuite, désigne dès lors l’apaisement que procure Dorphise au « mal d’amour45 », c’est-à-dire la frustration sexuelle.

30Le gascon applique à la lettre la consigne épicurienne, quand il satisfait son désir avec le premier objet venu, la « femme nue en chemise » rencontrée dans le corridor alors que l’amante qu’il attend tarde à se présenter au rendez-vous. Dorphise et sa sœur sont des corps interchangeables, et la jouissance qu’il en tire est égale, dans une indifférence totale à la singularité subjective de l’autre. C’est bien un épicurisme radical qui est ici mis en œuvre.

31Le gascon trouve donc, à la fin de son itinéraire amoureux, la solution que le philosophe exposait a priori. Cette coïncidence justifie sans doute le titre de « philosophe moral46 » que le préfacier du roman accorde au protagoniste. Mais l’inversion de la démarche n’est pas sans importance. Le poème philosophique s’organisait selon l’ordre de la démonstration ; le roman mime l’ordre de l’expérience. Plus précisément, il construit un substitut d’expérience en organisant dans la temporalité les matériaux discursifs (analyses et prescriptions) de la philosophie. Mais peut-on pour autant considérer le roman de Claireville comme une défense et illustration de l’éthique épicurienne ?

Le cadre romanesque comme condition de possibilité d’une éthique du désir

32Même si elle adopte le point de vue d’un sujet masculin, la démonstration lucrétienne de l’emprise imaginaire de l’amour vaut en principe pour l’ensemble des humains. En revanche l’expérience amoureuse relatée par le roman de Claireville est strictement masculine. Si chez Lucrèce la simulation et la dissimulation féminines étaient des occasions de souffrance, pour le gascon c’en est la source exclusive. Aussi le parcours d’émancipation est-il jalonné par des variations sur le motif de la duplicité des femmes. Cette découverte est la finalité éducative du récit autobiographique. Le gascon entend de la transmettre à son auditeur en une longue transition, à l’articulation du récit de la double tromperie de la « demoiselle suivante » et de la nièce du seigneur :

Je me suis estendu sur ce discours un peu plus que je ne devois, mais vous excuserez si par l’authorité de tant d’exemples je vous veux persuader qu’un homme est sage qui peut éviter les charmes et les apas des femmes. Et de plus je croy que vous avez l’esprit assez bon, et de l’experience suffisamment pour vous accorder à mon dire, et confesser qu’entre toutes les creatures vivantes la femme en est la plus mauvaise, et celle dont nous devrions le moins nous aprocher : car outre les ruses qu’elles pratiquent dans l’amour elles se servent fort d’autres artifices quand elles se veulent venger, qui ne tombent pas quasi dessous les sens, et pour perdre un homme de qui elles ont receu du deplaisir, elles remuront le Ciel et la Terre, et contreferoient plustost les furieuses et les possedées que de laisser passer l’occasion de perdre celuy contre qui elles auront conceu de la haine, comme vous le verrez dans le recit du conte que je vous feray.47

33Cette leçon condense les représentations et les formules qui ont assuré depuis l’Antiquité la pérennité de la doxa misogyne. La misogynie s’impose par tradition dans une histoire comique. Elle fait partie de l’héritage des fabliaux du Moyen âge français et des nouvelles de la Renaissance italienne. Contraint par le genre et le registre qu’il adopte, Claireville travaille le récit de l’expérience érotique de son héros à partir, certes, d’éléments de la doctrine épicurienne, mais en les accommodant aux topoi de la tradition comique. Ainsi les diverses aventures et mésaventures érotico-amoureuses du gascon sont-elles tout autant des exempla de la méchanceté essentielle des femmes que les degrés d’une ascèse vers le détachement et le repos du sage. Ce n’est d’ailleurs pas la sagesse, source de tranquillité de l’âme, qu’il atteint, mais sa version dégradée, qui est une indifférence brutale à l’autre, et le terreau moral d’une conduite cynique. La leçon de Lucrèce est réduite à sa caricature. L’épicurisme se fait grimaçant et amer.

34Est-ce même encore une leçon, susceptible de s’imposer avec la force que lui donne le poème lucrétien ? Le cadre narratif du roman transforme la perception du contenu du discours éthique. Et cela est valable aussi bien pour les stéréotypes de la tradition comique, gauloise, que pour les philosophèmes épicuriens.

35Claireville emprunte le cadre de l’histoire comique à la première personne à de prestigieux prédécesseurs : Théophile de Viau dans la Première journée, Charles Sorel aux livres II à V de l’Histoire comique de Francion et dans le Berger extravagant, deux ouvrages qu’il mentionne comme ses modèles dans la Préface. Mais il adopte un dispositif énonciatif plus complexe que ses prédécesseurs, en emboîtant l’une dans l’autre deux narrations à la première personne : celle du récit cadre, assumée par un narrateur anonyme et celle, insérée, du gascon. Un tel dispositif est propice au débat. On pourrait même supposer que le romancier transpose le vieux genre du débat tel qu’il a eu cours à la Renaissance, et qui a également un important versant comique (on peut penser, s’agissant d’un montage d’exempla sur la question de l’amour, au Débat d’Amour et Folie de Louise Labé). Ce cadre du débat permet au traitement plus ou moins violent et humiliant imposé au corps dans les diverses narrations de devenir objet de discours, voire de dispute, en tout cas de trouver dans le dialogue un prolongement à l’expérience du héros-narrateur48. Les leçons que celui-ci en tire sont toujours susceptibles d’être relativisée par l’écoute du narrateur premier, ce qui se passe quand celui-ci met le gascon en contradiction avec ses propres principes49. Le discours sur le désir qui est tenu dans le cadre du roman est donc par son statut au plus loin du discours philosophique de Lucrèce : il est enfermé dans sa singularité ; il vaut pour le lecteur comme témoignage, porteur par ses paradoxes d’éléments de contestation de la doxa, mais n’a pas l’autorité suffisante pour imposer une nouvelle éthique érotique violemment hétérodoxe.

36Le bénéfice critique du dialogue est particulièrement sensible dans l’altercation entre le gascon et la « demoiselle suivante », Lyliante. Celle-ci vient d’être surprise par le gascon avec son amant ; elle reste d’abord « confuse », puis se lance dans l’apologie de sa conduite. Ce discours peut être lu – ce que fait Felicita Robello – comme un manifeste féministe, puisque la locutrice revendique pour les femmes non seulement le droit à la jouissance, mais même celui d’entretenir des liaisons multiples. Elle se place ainsi en position d’égalité avec les hommes, dont elle dénonce la liberté sans contrepartie, et virtuellement avec son interlocuteur, dont on apprendra qu’il a lui-même éprouvé sa disposition naturelle à aimer deux femmes à la fois. En fait, si le féminisme est bien un effet du texte, ce qui produit cet effet est un usage particulièrement subtil de la dialectique, qui consiste à retourner contre le héros-narrateur sûr de ses choix éthiques les arguments qu’il emprunte à l’épicurisme.

37La jeune femme tient en effet le discours de la nature, puisqu’elle parle « sans considérer la pudeur, qui doit ordinairement accompagner ce sexe50 ». C’est du point de vue de la nature, c’est-à-dire du corps et de ses appétits, qu’elle proteste contre les « loix fantastiques » qui obligent les femmes à la chasteté et à la fidélité, dévoilant au passage la motivation secrète de ces règles tyranniques : « la vaine gloire que les hommes prétendent tirer de la possession unique d’une Dame51 ». C’est de ce point de vue qu’elle affirme la capacité des femmes à aimer également plusieurs hommes « dans une même passion, sans qu’elle ait des mouvements traitres et pernicieux contre eux ». C’est de ce point de vue enfin qu’elle prétend accorder la même valeur aux « caresses feintes ou veritables » si elles apportent à l’amant qui en est l’objet « des plaisirs ravissants au delà de l’imagination » ; et qu’elle récuse la jalousie, une « vieille erreur » qui n’apporte que souffrance. L’oratrice trouve enfin son argument ultime dans la reprise de la métaphore lucrétienne du repas :

Quand tu es à une table bien garnie, où toutes les viandes sont assaisonnées de sauces fort exquises, tu rassasie ton appetit à la volupté, mais cela n’empêche pas que les autres ne soient pareillement repus de la delicatesse de semblables mets.52

38Mais, alors que Lucrèce s’en servait pour condamner l’amour voué à un objet exclusif et perpétuellement frustré, elle en fait l’image de la forme d’amour qu’elle voudrait promouvoir et qui serait échange érotique égalitaire.

39La double évidence du constat épicurien de l’universalité du désir et de l’expérience féminine assumée par un « je » porteur d’autorité réduit l’interlocuteur au silence. « Je ne trouvai point, déclare le gascon, de termes assez propres pour opposer à ses raisons ». C’est signaler la force persuasive de l’énonciation à la première personne et la valeur accordée au débat dans l’univers du roman.

40Le « je », en effet, n’est pas une instance neutre, mais un outil au service de l’exploration de la subjectivité. Comme l’a montré Filippo D’Angelo en analysant la narration autodiégétique chez Cyrano de Bergerac, l’emploi de la première personne

[…] peut être envisagé non seulement comme un arsenal de stratégies de dissimulation, mais aussi comme une tentative d’accéder par la fiction aux terrains les plus reculés du domaine de la subjectivité53.

41La fonction dissimulatrice de la première personne est présente aussi dans le Gascon extravagant. L’auteur du roman, qui se protège par l’anonymat, s’autorise aussi de l’extravagance du personnage-narrateur pour libérer son discours. Présenté comme celui d’un fou, le récit autobiographique peut aborder des sujets qui seraient tabous dans un autre cadre romanesque, tout particulièrement l’expérience érotique. Mais il joue surtout le rôle d’un « prisme de la subjectivité54 », au même titre que le « je » de Francion55. La première personne est un cadre énonciatif contraignant, qui infléchit la disposition et la réception du contenu narratif ou discursif. Même si celui-ci recycle des stéréotypes, il s’impose à l’auteur et au lecteur sous le régime de la confidence ; il est orienté vers la représentation d’un vécu authentique, en relation intime avec une voix singulière, et donc un corps. Ainsi le manège de séduction adolescente de Félicée – dont le lecteur apprendra qu’il est l’instrument d’une stratégie matrimoniale de la mère –, dans la mesure où il est perçu du point de vue de la victime naïve qu’est le gascon, est l’occasion de faire émerger un thème neuf dans le roman contemporain : celui de l’éveil de la sexualité. Certes, on pourrait considérer que ce n’est que l’adaptation d’un motif présent dans la littérature dès le roman grec (Daphnis et Chloé) ou l’idylle (Théocrite), mais on doit constater que la problématique éthique dans laquelle est engagé le « je », sujet de l’expérience amoureuse, dote ce motif d’un trait inédit : l’indétermination des premiers émois, qui sera par la suite le fondement de la « sagesse » paradoxale du gascon en matière de choix amoureux. Cette incertitude sur le choix de l’objet est solidaire d’une égale incertitude sur la nature des sensations. Le discours d’analyse de soi confié au gascon, et redoublé par celui de l’adolescent qu’il a été, débarrasse les assimilations paradoxales – du plaisir et de la douleur56, du désir et de la honte57, du feu et de la glace58, de la chair et de l’étoffe59 – de leur gangue rhétorique galante pour les rendre à la naïveté première du constat.  

42La première personne réfère à un corps, support de l’expérience narrée, qui devient pour le lecteur support d’identification. Dans l’univers fictionnel du roman, il s’oppose, selon une antithèse manifeste, au corps de la « possédée », objet de spectacle plutôt que de confidence, manipulé et privé d’autonomie. En dépit de ses vicissitudes, le corps érotique du gascon lui offre une voie d’accès à la liberté par la connaissance de soi, à travers l’expérience de la douleur et du plaisir. C’est là une voie totalement barrée à la prétendue « possédée ». Son corps, en effet, se trouve aliéné à l’entreprise apologétique catholique, bien plus clairement qu’il n’est investi par le diable, comme le souligne ironiquement le gascon quand il déclare : « j’admire la charité de ce démon qui presche pour me convertir, et non pas pour m’attirer à lui60 » L’aliénation du corps a pour corollaire l’aliénation de la parole : Segna n’a pas de voix propre, mais s’exprime dans le langage de la prédication  populaire que lui a communiqué le moine qui la gouverne61. En contrepoint, l’expérience individuelle de la liberté passe par la mise en question du langage dominant. Le discours du gascon perturbe donc la rhétorique galante dans sa fonction de voile euphémisant du corps érotique. La critique de l’idéalisation amoureuse consiste non seulement à consentir au plaisir, mais à le dire. Il y a dès lors nécessité d’inventer un langage, ce qui n’est pas la moindre des entreprises novatrices de Claireville dans cette histoire comique.

43Comme le laisse supposer son nom, qui n’est pas un nom propre mais un marqueur d’identité géographique, le gascon possède deux langues, qu’il utilise à des fins opposées. Alors que la langue gasconne fonctionne comme un masque pour composer le personnage qu’il donne à voir sur la place publique et protéger son être intime, il développe en français un discours de l’analyse de soi. Claireville crée à son usage un langage du corps et de ses émotions qui ne cède ni à l’euphémisation réductrice du discours galant, ni à la trivialité dénotative du langage cru, populaire ou délibérément obscène. Il use pour cela de la litote, qui parce qu’elle réfère au corps retrouve une efficacité que l’usage galant avait émoussée, et d’une forme subtile de déplacement sémantique qui reste en deçà de la métaphore. Ce déplacement opère le plus souvent sur le lexique de la spiritualité, pour en faire un usage inverse de celui qu’a imposé la rhétorique galante. Au lieu d’euphémiser le corps, il s’agit de le faire parler en redonnant aux vocables de la vie spirituelle leur implication charnelle latente : des expressions comme « rigueurs du martyre62 », « extaze63 », « ravissements64 », « ame pasmée65 » se chargent d’exprimer la force du désir et du plaisir, non sans une certaine duplicité de la part de l’auteur qui fait ainsi entendre la relation inconsciente du religieux au sexuel.

44La protestation libertine, telle qu’on peut supposer que la perçoivent les contemporains des romanciers comiques si l’on se réfère à la définition que Furetière donne du terme, c’est-à-dire comme rébellion contre des règles qui clôturent l’espace social et mental, passe par le corps66. Dans notre roman, le corps sexué et socialement marqué – notamment par l’habit, aussi important que la nourriture comme moyen de survie dans le monde précaire de l’aventurier gascon, et tout à fait déterminant au jeu de la séduction –, n’est pas seulement représenté : il est objet et sujet de discours, source de réflexion. Le dispositif narratif et discursif lui-même intègre le corps comme enjeu d’une expérience, vécue et pensée à la fois. Celle-ci semble être porteuse d’une éthique, ou du moins d’une contre-éthique, qui a ses références claires dans l’épicurisme lucrétien, mais que la fiction réélabore dans une démarche d’expérimentation qui est censée entrer en résonance avec l’expérience du lecteur. On pourrait peut-être avancer que la fiction comique ne construit pas seulement une contre-fiction galante, critique de la tradition pétrarquiste idéalisante, mais promeut une expérience et une réflexion sur le corps sexué, sur les relations entre les sexes, qui n’a pas à l’époque de lieu d’élaboration possible en dehors d’une topique inlassablement retravaillée : la topique dite « gauloise », offrant la seule alternative possible à la topique courtoise.

45Le texte de Claireville a cette particularité de puiser dans diverses traditions et d’accueillir différents courants de pensée tout en résistant à toute clôture doctrinale. Pas plus que son récit n’illustre clairement une position sceptique ou athée en matière de croyance religieuse, il n’adopte pas davantage la position épicurienne comme réponse ferme et définitive au dilemme que pose le désir. S’il y a bien expérimentation des propositions lucrétiennes en la matière, cette expérimentation débouche in fine, à travers l’expérience du héros de l’histoire comique, sur une véritable aporie qui ne permet pas au lecteur d’en tirer une leçon à son propre usage. C’est sur son versant critique que la fiction opère le plus clairement, en disqualifiant énergiquement l’idéalisation du désir, comme un leurre aliénant. En cela elle se situe bien dans la lignée des romans que la préface, sous le couvert hypocrite d’une caution morale, signale comme ses modèles : les romans picaresques et les histoires comiques de Sorel67.

Haut de page

Notes

1 « Comme le Francion de Sorel, notre héros accomplit un double apprentissage, social et amoureux. Son éducation sentimentale parcourt tous les degrés, de l’idylle enfantine avec Félicée et Clémente à l’amour spirituel pour Floricée, aux diverses rencontres, plus ou moins importantes, qu’il fait par la suite. » Introduction à l’édition du Gascon extravagant par Felicità Robello, Albano Terme, Università di Genova, Piovan Editore, 1984, p. 22.
2 Ibidem.
3 Ibid., p. 70.
4 Ibid., p. 71.
5 « Je passé plusieurs jours dans mes gemissemens, et lors que je pensois chercher quelque sujet de consolation, j’y trouvois aussi tost nouvelle matiere d’y redoubler mes plaintes : de façon que je ne me vis jamais en telle péne. Finalement voyant bien que c’étoit une nécessité, et que l’absence en ma douleur, seroit un souverain reméde, je consulté le vigneron qui m’avoit retiré, et luy ayant communiqué le dessein que j’avois de courir le monde pour tacher à faire quelque fortune, il me loua de cette généreuse entreprise » Ibid., p. 72.
6 « […] ma demande lui dis-je n’est que la courtoisie que vous avez faite à d’autres, elle me pria plusieurs fois de ne luy demander point cela, et fit son possible pour m’en empescher, mais enfin n’estant pas si forte que moy je la couché sur la forme où nous estions, et me payé de mon salaire. Dans cet embrassement elle me témoigna de l’amour » Ibid., p. 84.
7 « Ces deux passions me navroient le cœur et me sembloient inconsolables, et après avoir tenté tous les remedes que je pus imaginer pour les bannir de ma memoire, je vis enfin toutes mes peines estre inutiles, et connus bien qu’il falloit donner cours à cette affliction, jusques à ce que le temps m’en vînt guerir tout a fait. » Ibid., p. 112.
8 « Je n’avois plus dessein d’aller à Paris, parce qu’on m’avoit dit que c’est le lieu du monde où l’on void le plus de belles femmes, et les plus aisees à vaincre, et je craignois que ma valeur et ma bonne mine ne m’en aquissent quelques-unes, qui pourroient en suite me donner autant de déplaisirs que j’en avois receus de mes deux premieres Metresses. » Ibid., p. 112-113.
9 Ibidem.
10 « Cette nouvelle amitié fomentee par l’indulgence de celle qui la faisoit naistre se rendit si violente, que je la vis en peu de jours convertie en une grande amour, qui ne me donna pas moins de traverses que mes premieres affections. » Ibidem.
11 « L’experiance en amour que j’avois acquise à mes depens me fit resoudre à dissimuler la bonne volonté que j’avois pour ceste belle, et me contraignant à vivre dans l’indifference, je ne faisois pas semblant de la considerer avec un œil blessé. […] Mais comme il est bien difficile de couvrir long temps un grand feu sous sa cendre, mon industrie se trouva vaine, et mes inventions ne furent pas assez fortes pour abuser davantage la Demoiselle qui connoissoit bien que je l’aymois. Elle se rioit de ma simplicité, et prenoit plaisir de me voir soupirer sans m’oser plaindre. » Ibid., p. 114.
12 Ibid., p. 115.
13 « Car comme je vis qu’elle traittoit indifférement son premier serviteur et moy, je resolus de feindre, et perdant le dessein de la rechercher pour le mariage, j’en voulus faire ma maîtresse commune, et afin de jouer mieux mon personnage je continuois à luy dire que ma passion s’augmentoit tous les jours et que je ne pouvois plus souffrir le mal qu’elle me faisoit. » Ibid., p. 117.
14 « en un mot Cupidon ne jouist jamais d’un contentement pareil avec sa Psyché que je faisois pour lors », Ibid., p. 117.
15 « C’est pourquoi j’estime que tu me dois avoir double obligation : car je me prostitue à tes volontez, et m’assujetis sous le joug du mariage en resolution de prendre seulement un mary pour ma couverture, et te donner une plus libre entrée dans la maison. » Ibid., p. 121.
16 « car à le bien prendre que t’importe que mes caresses soient feintes ou veritables, pourveu qu’en mes embrassemens tu goustes des plaisirs ravissans au delà de l’imagination, et que je te flate par des apas qui charmeront tes sens. La jalousie est une vieille erreur, que les hommes tiennent par communication de nature, et je pense que celui qui l’a premierement establie, ne l’a jamais sceu bien definir. » Ibid., p. 123-124.
17 Ibid., p. 125.
18 « Tant d’expériences me rendirent enfin sage, et m’obligerent de confesser que ceux-là sont bien heureux qui se peuvent affranchir de l’empire des femmes, et pour mon regard je pris dés lors la resolution de ne m’assujettir point sous les rigueurs d’une epouse, qui trahit et souille la couche, qui luy devroit estre sainte et venerable. » Ibid., p. 127.
19 « Moi qui ne m’interressois point dans cette communauté, je vivois avec eux sans jalousie : je ne tendois pour lors qu’à mon profit, et pourveus que j’en retirasse mes pieces, le reste m’estoit indifferent. » Ibid., p. 127.
20 Ibid., p. 127-130.
21 « en parlant ainsi  je me jeté sur son lict, et l’embrassé par amour, et elle pour donner couleur à son afaire, apelloit son mary, le nommoit tyran, cruel, sans amitié, et par des reproches nompareils, protestoit de ne l’aymer jamais. Tout cela ne m’estonnoit point, et n’empecha pas que je ne prisse mon plaisir, et que je ne me payasse à mon ayse des penes que j’avois eues avant que de parvenir à une jouissance si souveraine. Dans les embrassements de cette Dame mon ame se pasmoit, et je ne songeois point au mary qui s’amusoit avec son secretaire à faire des complimens pour voir qui sortiroit le premier. » Ibid., p. 133-134.
22 « L’argent, qu’il avoit donné à ma mere, fit effacer la faute qu’elle avoit faite, et mon pere, qui n’estoit pas le plus accommodé homme du païs, l’épousa pour se mettre à son ayse. Ma Mere fut ravie de l’avoir rencontré si à propos », Ibid., p. 179.
23 « Félicée fit un apel à Clemante, et se porterent sur le pré pour disputer ma personne, elles se bastirent fort courageusement, et se blesserent toutes deux. Ce combat fit que je les quité, et me mist en telle reputation, que je n’osois plus sortir de crainte que les Dames m’enlevassent. Du depuis, les belles m’ont persecuté, et me sont venu faire la cour pour m’obliger d’avoir pitié d’elles. » Ibid., p. 194.
24 « Pendant que je vivois ainsi avec Felicée, Clemante qui mouroit d’amour pour moy, envioit sa bonne fortune, et prenant de la jalousie contre elle, tâchoit de m’attirer dans ses liens, par des apast qui ne me déplaisoient point, j’estois avec elle à cajoler, et quand elle me permetoit ce que Felicée ne me denioit pas, je sentois mon ame éprise d’une mesme passion, et n’estois pas moins amoureux qu’alors que je soupirois aupres de Felicée. » Ibid., p. 190.
25 Ibid., p. 245.
26 « et sans attendre davantage, des le soir comme ils s’en retournoient, elle luy accorda, et jura des lors de ne changer jamais, et qu’elle persevereroit jusques à la mort dans l’amour qu’elle luy portoit. Cette confirmation fut un souverain remede à Castor, qui commençoit à flechir sous les effets de sa passion : les marques s’en imprimoient déjà sur son visage, et ceux qui prenoient soin de l’observer, reconnoissoient dans son changement la verité d’un mal qu’il n’osoit pas declarer. » Ibid., p. 246.
27 Ibid., p. 265.
28 C’est par cette formule que le gascon évoque l’effet sur lui des faveurs accordées par Marotte (p. 302) ; on peut noter qu’il reprend là l’expression qu’employait Lyliante pour désigner le plaisir détaché de toute implication morale et même affective : « que t’importe que mes caresses soient feintes ou veritables, pourveu qu’en mes embrassemens tu goustes des plaisirs ravissans au delà de l’imagination » (p. 123).
29 De Rerum natura, L. IV, v. 1110-1111 ; trad. José Kany-Turpin, [Aubier, 1993], GF Flammarion, 1997, p. 299 ; c’est dans cette édition que nous citerons dorénavant le texte de Lucrèce.
30 Ibid., v. 1056, p. 301.
31 Ibid., v. 1057, p. 301.
32 Ibid., v. 1064-1066, p. 301.
33 Ibid., v. 1067.
34 Ibid., v. 1073-1074
35 « Cupides, leurs corps se fichent, ils joignent leurs salives, / Bouche contre bouche s’entrepressent des dents, s’aspirent, / en vain : ils ne peuvent rien arracher ici / ni pénétrer, ni entièrement dans le corps de l’autre passer. / Par moments on dirait que c’est le but de leur combat / Tant ils collent avidement aux attaches de Vénus ». Ibid., v. 1110-1113, p. 300-305.
36 « Ainsi font les hommes que le désir aveugle : / ils prête à celles qu’ils aiment des mérites irréels. / On voit donc des femmes laides et repoussantes / dorlotées et tenues dans le plus grand honneur », et sqq., v. 1153-1170 ; c’est là un passage souvent imité, notamment par Molière dans le Misanthrope, II, 4, v. 711-730 ; tirade d’éliante.
37 « La malheureuse exale une odeur repoussante, / ses servantes s’enfuient et se rient en cachette, / mais l’amant éconduit pleurant devant sa porte / souvent couvre le seuil de fleurs et de guirlandes, / parfume de marjolaine les montants implacables / et plante ses baisers, pauvre homme, au cœur du bois ! / Toutefois, s’il était reçu, dès le premier effluve / il chercherait pour fuir une excuse honorable. / Adieu, l’élégie profonde et longtemps méditée:// il maudirait sa sottise d’avoir à la belle prêté / plus qu’il ne convient d’accorder à une mortelle. / Et nos Vénus le savent bien, qui mettent tant de soin / à toujours dérober les coulisses [postscaenia] de leur vie / aux amants qu’elles veulent maintenir enchaînés. », Ibid, v. 1175-1187.
38 Ibid., v. 1192-1207.
39 Le Gascon extravagant, op. cit., p. 102.
40 « Le soin qu’elle prend à s’ajuster, le temps qu’elle passe à s’accommoder la garsette, les mouches qu’elle se met au visage et au sein, ses atours qu’elle dispose avec tant de delicatesse, ses parfums qui adoucissent son halene, les flateries où elle s’assujetit, et toutes les petites sotises qu’elle pratique, disent qu’elle est à vendre, et le premier qui la choque la renverse. » Ibid., p. 103.
41 « D’ailleurs il est bien doux d’estre dans les bonnes graces d’une belle Metresse, et d’avoir la permission de luy baiser les yeux, la bouche et le sein. Que l’entretien est charmant lors que celle que vous aymez soufre en cajolant que vous luy maniez le teton, vos levres contre les sienes, et que les autres privautez qu’elle vous donne augmentent la passion que vous avez pour elle. » Ibid.
42 Ibid., p. 117.
43 Ibidem.
44 Ibid., p. 127.
45 Ibid., p. 243.
46 « car à considérer ses discours et ses recits, et à penetrer dans ses intentions, on trouve qu’il est philosophe moral, que les Gascons extravagants de cette sorte, sont raisonnables et sçavans, et que si tous les foux leur ressembloient, il n’y auroient point de difference entre la folie et la sagesse. » Ibid., p. 53.
47 Ibid., p. 134.
48 Felicita Robello rapporte l’anonymat des personnages, qui est en soi une entorse au pacte romanesque, à cette affiliation du roman de Claireville au genre du débat : « le gentilhomme à l’esprit ouvert, l’extravagant libertin, le moine fanatique et sa victime vivent en fonction d’un débat, un peut comme il arrive dans les dialogues philosophiques où chaque interlocuteur, baptisé ou seulement désigné de façon significative et généralisante, incarne une position diversifiée devant le problème qu’on discute, une différente attitude mentale et existentielle ». Introd. au Gascon extravagant, op. cit., p. 32.
49 Voir supra note 27.
50 Le Gascon extravagant, op. cit., p. 125.
51 Ibid., p. 124.
52 Ibidem.
53 Filippo D’Angelo, « Le statut du narrateur dans les états et Empires de la Lune et du Soleil », dans Lectures de Cyrano, dir. Bérangère Parmentier, Presses Universitaires de Rennes, 2004, p. 144.
54 « Pour mieux comprendre cet emploi du récit autodiégétique, peut-être faudrait-il substituer à la métaphore du miroir, habituellement utilisée lorsqu’il s’agit du rapport entre l’instance auctoriale et l’instance narrative, celle du prisme. Tel un prisme de la subjectivité, la première personne narrative employée dans la Lune et dans le Soleil nous renvoie une image réfractée du moi de l’auteur, entité insaisissable qui se cherche, s’invente et se dévoile à nous à travers le spectre de l’écriture. » Ibid., p. 144-145.
55 On peut observer le phénomène dans les livres III à V de l’Histoire comique de Francion, qui constituent un ensemble inséré de récits à la première personne. Tout en condensant des motifs stéréotypés de l’histoire comique – des farces de collégiens aux histoires de revenants –, Sorel invente dans ce cadre énonciatif, et sans doute grâce à lui, le thème de l’enfance comme point de vue particulier sur le monde social.
56 « Elle me baisoit, et par des estreintes amoureuses me serroit quelquefois si fort contre elle, que j’estois contraint de luy dire ma sœur tu me fais mal. » (Gascon, p. 182) ; « Quand je suis en la presence de Mlle Félicée je me trouve d’abord tout transporté, le cœur me bat avec douleur, je ne puis parler en assurance. » (Ibid., p. 185)
57 « Je sentois dans mon cœur une certaine flamme, que les yeux de ces demoiselles allumoit, et la honte qui se glissoit au milieu de mes desirs, me faisoit plus de mal que l’amour qui peu à peu me rendoit passionné. » Ibid., p. 182.
58 « Dorphise qui n’avoit qu’un simple cotillon ne se plaignoit point de la frescheur, au contraire là où d’autres eussent trouvé des glaces, elle rencontrait des braziers qui la consommoient. » Ibid., p. 253-254.
59 « tout ce qui luy touche me plaist, et mesme ses habits me flatent en se froissant contre les miens. » Ibid., p. 185.
60 Ibid., p. 105.
61 Felicita Robello propose de confronter les formules qu’elle emploie dans sa diatribe contre « la perversion du siècle, le libertinage de la vie, l’irréligion du peuple » à celles que Geneviève Bollème a recueillies dans son anthologie de la Bibliothèque bleue (La Bible bleue. Anthologie d’une littérature « populaire », Paris, Flammarion, 1975, p. 67-87.
62 « L’âge, qui m’avoit rendu plus timide, me faisoit soufrir avec beaucoup plus de pene les rigueurs d’un martyre, que je n’avois jamais ressenty. » Le Gascon extravagant, op. cit., p. 182.
63 « tout soudain elle sembloit tomber sur mes bras immobile, et par un extaze d’amour demeuroit quasi evanouie sur mes genoux », Ibid., p. 118.
64 « Je n’ay pas si tost senty son halene que mes sens demeurent dans un ravissement amoureux ». Ibid.
65 « Si par une heureuse rencontre je luy touche les tetons, le visage ou la main, incontinent je sens mon ame pasmée, et mes esprits ravi d’ayse ne trouvent rien de plus doux. » Ibid., p. 185.
66 « LIBERTIN : qui ne veut s’assujettir aux lois, aux règles de bien vivre, à la discipline d’un monastère », Furetière, Dictionnaire universel.
67 « Et si les Guzmans, les Lazarilles, les Visions de Quevedo, les Bergers extravagants, les Francions, et tant d’autres aventures de ce même genre, ont servy d’entretien à des personnes assez serieuses ; ce Gascon rejouira sans doute les plus melancoliques, puis qu’il a trouvé l’art de joindre l’utile au délectable, et que sous pretexte de raconter un vice, il trouve occasion de le reprendre. » Ibid., p. 52.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Rosellini, « Le « souverain remède » : esquisse d’une érotique libertine dans Le Gascon extravagant », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2007-01 | 2007, mis en ligne le 09 juin 2007, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/201

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org