Navigation – Plan du site
Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie
III. Lectures intempestives

Campanella et l’Ateismo trionfato : du paradigme au texte original

Luca Addante

Notes de la rédaction

Le texte ici proposé est la transcription révisée de l’exposé présenté lors de la séance du 11 décembre 2006 du séminaire de Jean-Pierre Cavaillé Pour une histoire de l’incrédulité à l’époque moderne, EHESS, année 2006-2007. Merci à Jérémie Barthas pour la traduction de ce texte.

Texte intégral

Les deux Campanella

  • 1  Vito Angiuli, Ragione moderna e verità del cristianesimo. L’Atheismus triumphatus di Tommaso Campa (...)
  • 2  Angiuli « è stato in grado di scoprire a tal punto i contenuti teologici del pensiero campanellian (...)

1La majeure partie des interprètes considère aujourd’hui que Campanella était un bon catholique. Pour prendre un exemple, j’évoquerai le dernier livre paru sur l’Atheismus triumphatus. Il s’agit d’une thèse de doctorat soutenue à une des Universités Pontificales de Rome publiée en 2004. Le livre contient une postface du très influent Monseigneur Rino Fisichella, théologien attaché au Vatican. L’auteur en est Vito Angiuli1. Son but est d’insérer l’Atheismus triumphatus dans le droit filon de l’apologétique catholique. Tout en reconnaissant l’originalité de Campanella, l’auteur de la thèse n’hésite pas à le rapprocher du cardinal Bellarmin, du Père Garasse et même d’un Pierre Charron lui-même présenté comme une figure pieuse. Monseigneur Fisichella le présente en ces termes : « Angiuli est à un tel point parvenu à éclairer les contenus théologiques de la pensée campanellienne, qu’il oblige désormais la théologie fondamentale à réviser ses critères de jugement à l’égard de Campanella. Après un tel travail, il faudra nécessairement insérer Campanella dans l’histoire de l’apologétique »2 !

  • 3  Luigi Amabile, Fra’ Tommaso Campanella. La sua congiura, i suoi processi, la sua pazzia, vol. III, (...)

2De telles affirmations peuvent surprendre. Si l’on sort des études spécialisées, Campanella est d’abord connu pour la Città del Sole et pour les 27 années passées en prison suite à un double procès pour rébellion et pour hérésie. Les actes de ces procès3 nous montrent l’incroyance du philosophe italien. Par exemple on peut lire un extrait du témoignage de frère Giovan Battista Cortese da Pizzoni qui se trouve confirmé par plusieurs autres témoins. Selon ces témoignages, Campanella affirmait 

  • 4 Ibidem, vol. III, p. 200.

[...] che il sacramento della Chiesa era solo per raggion di stato [...] ; in quanto al sacramento dell’altare disse che è una bagatella et pazzia a crederlo, et quando disse haec quotiescumque feceritis in mei memoriam facietis non volse dire che si farà il pane el vino corpo et sangue di Cristo, ma quando mangiate ricordatevi di me. [...] Disse ancora che gli altri sacramenti non sono stati ordinati da Christo. Disse anche del crucifisso che è una follia di adorar, che Madalena et Martha lo ricevevano che erano sue innamorate, negava inoltre la virginità di Maria Vergine. Dicea che era lecito l’atto venereo et portava in questo esempio : che come l’homo po’ usar un bracio o un piede po’ usar il membro, et io reprendendolo et argumentandoli con authorità di scrittura in contrario esso mi dicea come sei asino tu credi ogni cosa che si scrive4.

  • 5  « Et proponendoli che Moise passò il mare rosso esso disse che non era vero per che non fu che il (...)
  • 6  Ibidem.

3Cortese ajoute que Campanella niait les miracles des saints et même ceux du Christ, et qu’il pensait que Lazare avait fait semblant d’être mort parce qu’il était ami de Jésus. Dans le même sens, il pensait que le Christ n’était pas ressuscité mais que l’on avait fait disparaître son corps, de la même façon que l’on avait procédé avec d’autres législateurs comme Moïse et Pythagore, sur leur propre requête. Comme Cortese interrogeait Campanella sur sa croyance dans les prophéties du Christ, Campanella répondait qu’il croyait dans la prophétie faite par le Christ concernant la venue de l’antéchrist et qu’il pensait que l’antéchrist était le pape de Rome. Il disait que la trinité est une chimère5. Face aux arguments d’autorité de Cortese, Campanella lui disait : « Và col diavolo che sei un asino ». « Va au diable car tu es un âne »6.

4Cet ample catalogue, et je n’ai pas tout rapporté, reposait sur un naturalisme radical. Cortese et d’autres témoins l’expriment très clairement : Campanella disait qu’il n’existe pas de Dieu mais seulement la Nature, à laquelle nous avons donné le nom de Dieu. Il disait qu’il n’y a pas de paradis ni d’enfer ; il s’agit de fictions pour faire peur au peuple afin de le dominer.

5Comment, maintenant, est-il possible de faire concorder un tel portait en incrédulité libertine avec ce qui est aujourd’hui soutenu par les spécialistes jusqu’au sommet de la hiérarchie vaticane ? hé bien, pour faire concorder une telle discordance, l’historiographie a développé des trésors d’ingéniosité en s’employant à distinguer deux moments dans la vie du philosophe italien. Nous aurions un premier Campanella, hérétique, rebelle et naturaliste, le jeune Campanella, auteur bien connu de la Città del Sole. Nous aurions ensuite un second Campanella, moins connu, qui est celui des oeuvres de la maturité, un Campanella repenti celui-là, bien catholique, contrit et pieux.

6Selon l’interprétation dominante, l’incroyance de Campanella a un terme : 1605. En 1603, d’après ce que Campanella raconte lui-même, il aurait eu une sorte de révélation : évoquant les esprits avec un compagnon de cellule, des démons leur seraient apparus. Les interprètes acceptent généralement ce propos de Campanella de façon presque littérale. Ainsi, cette révélation aurait signé chez le philosophe une crise profonde. Son maintien dans l’isolement absolu pendant des années de sa détention, aurait exacerbé cette crise. En 1605 au plus tard, cette crise serait résolue : de philosophe incrédule, Campanella se serait transformé en penseur catholique. Témoigneraient de cette conversion, des poésies comme la Canzone a Berillo et des livres comme l’Atheismus triumphatus. Dans le chapitre 8 de cet ouvrage, Campanella décrit ce qu’il appelle son « extase », l’apparition des démons, et commente lui-même son propre parcours de l’incroyance à la foi. C’est sur ce témoignage d’une conversion que repose la thèse des deux Campanella.

Généalogie critique du paradigme

  • 7  Voir Luigi Firpo, Bibliografia degli scritti di Tommaso Campanella, Torino, Tipografia Vincenzo Bo (...)
  • 8  Tommaso Campanella, Atheismus Triumphatus. Seu reductio ad religionem per scientiarum veritates. F (...)

7Pour comprendre maintenant le paradigme dans lequel se meuvent les interprètes, il faut considérer comment celui-ci s’est formé. Cela, je crois, nous aidera à en faire paraître la faiblesse intrinsèque. D’abord, on doit tenir compte de certains éléments biographiques et bibliographiques. Comme on le sait, Campanella écrivit une grande partie de son oeuvre en prison. étant un auteur mis à l’Index et condamné comme hérétique, il eut évidemment d’énormes difficultés pour faire imprimer ces écrits. à sa mort, n’avait été éditée qu’une petite partie de ses ouvrages7. Encore aujourd’hui, nous ne disposons pas de l’ensemble de ses œuvres. Concernant l’Atheismus trumphatus, il faut se souvenir que toutes les interprétations disponibles se réfèrent aux deux éditions latines, presque identiques entre elles, imprimées par Campanella lui-même. Il s’agit de l’édition romaine de 1631 et de l’édition parisienne de 16368.

  • 9  Tommaso Campanella, L’ateismo trionfato overo riconoscimento filosofico della religione universale (...)
  • 10  Cf. Tommaso Campanella, Preambulo alle risposte nella post-censura dell’« Ateismo triunfato », in (...)

8L’année 2004, la même année au cours de laquelle Monseigneur Fisichella a signé sa postface à la thèse de Angiuli, Germana Ernst publiait la version originale, en italien et avec fac-similé du manuscrit, de l’Ateismo trionfato9. Il s’agit d’une découverte qui change tout. On savait bien que le texte avait été touché par la censure : l’histoire de l’impression de l’Atheismus triumphatus est un cas exemplaire de l’histoire de la censure au Seicento10. Les différents documents qui portent des objections très dures concernant le contenu du manuscrit original, sont bien connus. Peu d’années avant de sortir de prison, Campanella avait subi un énième procès de la part de l’Inquisition, précisément à cause de ce livre. Grâce à la découverte de Germana Ernst, finalement, nous pouvons désormais lire le texte original qui donna lieu à des censures si lourdes.

9Il faut avoir ces éléments biobibliographiques bien présents à l’esprit pour comprendre comment s’est construit le paradigme de la conversion de Campanella. J’en retrace maintenant la généalogie.

  • 11  Il n’y a pas d’études organiques sur la fortuna de Campanella.Sur le Sei et Settecento, voir A. No (...)
  • 12  F. S. Salfi, Elogio di Antonio Serra primo scrittore di economia civile, Milano, Presso Nobile e T (...)

10Entre les xviie et xviiie siècles, l’image du philosophe calabrais a été celle, mythique, du moine révolutionnaire, rebelle à la domination espagnole et rebelle à l’Église. Une image si forte qu’elle suscitait la haine dans l’Europe d’Ancien régime. Mais aussi l’admiration. C’est ce dont témoignent les rose-croix et les libertins11. Jusqu’aux années trente du xixe siècle encore, à la considération positive d’un Francesco Salfi s’opposait le mépris d’un Carlo Botta12. Personne, cependant, ne doutait de son statut de rebelle au pouvoir et à la religion constitués.

  • 13  Opere di Tommaso Campanella scelte, ordinate ed annotate da Alessandro D’Ancona, II vol., Torino, (...)
  • 14  Cf. R. De Mattei,  « La « Monarchia di Spagna » di Campanella e la « Ragion di Stato » di Botero » (...)

11Après 1848, en connexion avec les développements modérés du Risorgimento, la situation va changer. En 1854, Alessandro D’Ancona, alors âgé de dix-huit ans seulement, faisait paraître la première édition moderne de diverses oeuvres de Campanella13. Une initiative bien nécessaire : à l’époque, la Città del Sole et une édition partiale et incorrecte des poésies étaient seules disponibles, les autres textes édités étant introuvables ou presque. Cependant, cette édition constitue une sorte de désastre sur le plan philologique. Le cas le plus célèbre est celui de la Monarchia di Spagna édité à partir d’un manuscrit totalement corrompu, notamment par l’inclusion de passages entiers tirés de l’ouvrage de Giovanni Botero, la Ragion di stato14. Le but d’Alessandro d’Ancona était de défendre Campanella contre les accusations concernant la conjuration de 1599 qui l’avait conduit en prison. Il s’agissait de l’introduire de force dans le camp modéré. D’Ancona plaçait ainsi Campanella entre Dante Alighieri et Vincenzo Gioberti, en l’incluant dans une tradition italienne catholique du Risorgimento, connue sous le nom de néo-guelfisme.

  • 15  Cf. Bertrando Spaventa, La filosofia italiana nelle sue relazioni con la filosofia europea, éd. pa (...)
  • 16  Cf. Francesco De Sanctis, Storia della letteratura italiana, a cura di Luigi Russo, Milano, Feltri (...)

12Avec l’Unité italienne, en 1860, ce processus de révision, de ruisseau est devenu un fleuve. Ceci surtout grâce aux efforts de deux des protagonistes majeurs de la culture italienne de l’époque. Bertrando Spaventa en 1862 renverse le mythe du philosophe rebelle et fait de Campanella le philosophe de la restauration catholique15. Francesco De Sanctis, en 1871, lui fait écho : il présente un Campanella favorable à la théocratie et champion du néo-guelfisme16.

  • 17   Amabile, Fra’ Tommaso Campanella, cit. Voir aussi Id., Fra’ Tommaso Campanella ne’ castelli di Na (...)
  • 18  Giuseppe Ferrari, Corso su gli scrittori politici italiani. Nuova edizione completa, Milano, Monan (...)
  • 19  Cf. Tommaso Campanella, La città del sole, éd. par Norberto Bobbio, Torino, Einaudi, 1941.
  • 20  Rosario Villari, Elogio della dissimulazione. La lotta politica nel Seicento, Roma-Bari, Laterza, (...)
  • 21  Cf. Luca Addante, « Campanella e Machiavelli: indagine su un caso di dissimulazione», in Studi sto (...)

13Cela dit, de telles révisions historiographiques proposées par des autorités intellectuelles de premier plan ont émergées dans un désert (ou presque) d’information. Ce n’est qu’avec les travaux d’un médecin napolitain aussi passionné que Luigi Amabile qu’ont été mis au jour une très grande quantité de documents qui ont permis de corriger une série d’erreurs retentissantes. Amabile a parcouru toutes les archives européennes. Il a notamment reconstitué entièrement les actes du procès pour hérésie et de grosses parties de celui pour rébellion qui avait entraîné le long enfermement de Campanella17. Il devenait impossible de nier l’implication de Campanella dans la conjuration de 1599. Il en était en effet l’un des chefs. Amabile dessinait un Campanella «simulatore continuo, perché cospiratore continuo» : « simulateur en permanence parce que conspirateur en permanence ». Un conspirateur dont l’idéologie était celle définie dans la Città del Sole. Giuseppe Ferrari avait bien suggéré des conclusions assez proches dans son Corso sugli scrittori politici italiani de 1862. Mais Amabile parvenait à appuyer ces hypothèses par une montagne d’érudition18. L’énigme de la contradiction entre une vie de révolutionnaire et une oeuvre plutôt modérée se trouvait en partie résolue par la thèse que Campanella avait simulé dans ses écrits. Cependant, Amabile a donné une forme un peu grossière à son argument que du reste il poussait de manière excessive. Il restait assez facile de mettre en doute l’idée que Campanella aurait été systématiquement simulateur et menteur, sauf comme conjurateur et comme auteur de la Città del Sole. De fait, la thèse de la simulation campanellienne n’a eu aucun succès. Sauf une très brève adhésion d’un jeune Norberto Bobbio19. Ce n’est qu’en 1987 que Rosario Villari a placé Campanella à l’intérieur du cadre novateur de son Elogio della dissimulazione20. C’est sur cette base que j’ai fondé mon article consacré au thème de la dissimulation chez Campanella, paru en 2004 dans la revue Studi Storici21. Mais quoiqu’il en soit, l’interprétation dominante continue de retenir que la catégorie de la dissimulation est insuffisante, voire tout bonnement erronée. Sauf dans un cas, celui de la folie que Campanella simula pour échapper à sa condamnation à mort.

  • 22  Giovanni Gentile, Il pensiero italiano del Rinascimento, Firenze, Sansoni, 1940, p. 383.
  • 23  Cf. Benedetto Croce, « Sulla storiografia socialistica. Il comunismo di Tommaso Campanella», in Id(...)

14Reste que la lecture des documents découverts par Amabile rendait vraiment difficile de superposer sur le Campanella qui identifiait Dieu à la Nature, le « philosophe de la restauration catholique ». Ainsi, au tournant du 19e et du 20e siècle, on trouvait des représentations radicales et des représentations modérées. Giovanni Gentile écrivait : « La nature : tel est l’absolu, tel est le Dieu de Campanella »22. Au contraire, sans aller jusqu’à faire de Campanella un protagoniste de la « restauration catholique », Benedetto Croce en faisait un protagoniste de la « réforme catholique »23.

  • 24  « A una sincera e completa adesione alla dogmatica ed all’autorità della Chiesa cattolica » Cf. Ro (...)

15C’est dans ce contexte que s’insère un chercheur catholique comme Romano Amerio qui se proposait de conduire une entreprise titanesque, en traduisant et en imprimant 24 des 30 livres inédits de la Theologia de Campanella. Dans un article de 1929, Amerio proposait une clef à l’énigme de la contradiction entre la vie et l’oeuvre. Celle de l’évolution de la pensée du philosophe marquée par la conversion sous l’effet de la révélation de 1603. De l’incroyance, Campanella serait passé « à une sincère et complète adhésion à la dogmatique et à l’autorité de l’église catholique »24. Ainsi, en se fondant sur l’Atheismus triumphatus, Amerio consolidait les bases bien faibles du révisionnisme d’un Spaventa et d’un De Sanctis. Le paradigme pouvait maintenant être édifié sur des bases plus sûres.

  • 25  « Lo Atheismus Triumphatus non è un espediente per liberarsi dalle persecuzioni mascherando sotto (...)

16En 1950, Giorgio Spini, qui était protestant mais laïque, a fourni un support exceptionnel à Amerio. Dans sa Ricerca dei libertini, Spini assumait la thèse de la conversion en se fondant aussi sur l’Atheismus triumphatus. Mais toujours, bien entendu, sur la version latine et censurée. Avec force habileté, Spini mettait en évidence les superpositions entre des affirmations contenues dans le texte et des témoignages du procès pour hérésie. Ceci le conduisait à la conclusion que ce texte avait une valeur autobiographique et que Campanella y réfutait ses propres erreurs de jeunesse. Spini définissait ainsi le texte comme « un enfant direct de la crise spirituelle de 1603, provoquée par l’expérience de la vision des esprits »25.

  • 26  Giovanni Di Napoli, Tommaso Campanella filosofo della restaurazione cattolica, Padova, Antenore, 1 (...)

17Sur cette concordance d’esprit entre laïques et catholiques s’insère la proposition extrême d’un Giovanni di Napoli. Ce dernier publie en 1947 Campanella filosofo della restaurazione cattolica. Di Napoli en revient à la négation de l’existence de la conjuration et parvient à retrouver dans les oeuvres de jeunesse de Campanella, quelque chose comme « l’apothéose du Catholicisme »26.

18Dans les mêmes années 1940, celui qui allait devenir une des autorités majeures concernant Campanella avait lancé ses études campanelliennes : Luigi Firpo. Celui-ci critiquait bien sûr Giovanni De Napoli en ce qu’il avait nié l’évidence de la conjuration, mais pour le reste il ne tarissait pas d’éloges. En somme, Firpo restait sur la même ligne qu’un Amerio et qu’un Spini, donna son adhésion à la thèse de la conversion. Il en résulta une sorte de division du travail ou de partage du territoire. Aux laïques revenait l’étude de la pensée politique, de la vie et des œuvres de jeunesse. Aux catholiques était réservée l’étude de la pensée religieuse et, excepté Firpo, des oeuvres successives à la prétendue conversion.

  • 27  Cf. Nicola Badaloni, Tommaso Campanella, Milano, Feltrinelli, 1965. Voir aussi Id., Giordano Bruno (...)

19Dans les années 1960, on trouve quand même, de la part d’une historiographie d’orientation gramscienne, un effort pour rompre avec cette sorte de partition territoriale. Nicola Badaloni parvint à reconstruire de façon magistrale le naturalisme de Campanella et il en retrouve les éléments mêmes dans la plus tardive Theologia. Certes, dans les œuvres de maturité, Badaloni entrevoit une sorte de rapprochement de Campanella avec le christianisme. Mais selon lui, ce christianisme restait teinté de motifs hérétiques et marqué par une appropriation très personnelle d’éléments des philosophies présocratiques, néo-platoniciennes et stoïciennes, assimilés dans une perspective naturaliste27. A part Badaloni, l’historiographie d’orientation gramscienne, par exemple Eugenio Garin, Giuliano Procacci ou même Rosario Villari, ne s’est pas intéressée au problème du Campanella penseur religieux. Et la ligne interprétative Amerio-Firpo s’est assurée une sorte de consécration triomphale avec le quatrième centenaire de la naissance de Campanella en 1969. Il faut dire en passant qu’en cette année-là l’historiographie d’orientation gramscienne a été davantage engagée dans la commémoration du cinquième centenaire de la naissance de Machiavel.

  • 28  Romano Amerio, Il sistema teologico di Tommaso Campanella, Milano-Napoli, Ricciardi, 1972.
  • 29  Cf. Luigi Firpo, Campanella, Tommaso, en Dizionario Biografico degli Italiani, vol. XVII, Roma, Is (...)

20En 1972, Amerio publiait son ouvrage intitulé Il sistema teologico di Tommaso Campanella28;et en 1974, paraissait dans le Dizionario biografico degli Italiani, le long article « Campanella » de Luigi Firpo29, qui cristallisait les opinions : la thèse de la « conversion » devenait dès lors LE paradigme.

  • 30  Voir Vittorio Frajese, Profezia e machiavellismo. Il giovane Campanella, Roma, Carocci, 2002.

21Il y a quelques années, Vittorio Frajese a apporté quelques légères nuances à ce paradigme30. Frajese propose d’insérer l’Atheismus triumphatus dans le genre romantique du « roman de formation ». Expression séduisante avec son anachronisme délibéré. Si dans l’introduction de son livre, Frajese met en doute la thèse de la conversion, en revanche, en proposant de lire l’Atheismus triumphatus comme un roman de formation, il finit par y adhérer. De fait, concernant l’Atheismus triumphatus, Frajese ne fait que reprendre sic et simpliciter les thèses d’un Spini qui avait interprété cet ouvragecomme le document autobiographique d’une authentique conversion. Mais Frajese, comme ses prédécesseurs, se fonde encore sur la vulgata latine de l’Atheismus triumphatus.

  • 31  Voir infra n. 10.
  • 32  Cf. Germana Ernst, Tommaso Campanella. Il libro e il corpo della natura, Roma-Bari, Laterza, 2002.
  • 33  Cf. Germana Ernst, « Sicut amator insaniens. Su Pucci e Campanella, en Faustus Socinus and His Her (...)

22Si aujourd’hui nous disposons de tous les instruments pour renverser le paradigme de la conversion, nous le devons aux travaux de Germana Ernst. Depuis le début de ses recherches, Ernst s’est consacrée aussi à la pensée religieuse du philosophe italien et en particulier à l’Atheismus triumphatus, insistant avec force sur la prégnance du naturalisme de Campanella. Elle a découvert de nombreux documents, dont le texte de la censure par lequel l’Inquisition a motivé ses arguments dans le procès contre l’Atheismus triumphatus31. Cela témoigne déjà du fait qu’à l’époque de Campanella, l’Église lisait le texte d’une manière bien différente que Monseigneur Fisichella. Tous les inquisiteurs concordent sur le caractère hérétique du texte ; ils reviennent avec insistance sur le parallèle entre l’Atheismus triumphatus et les thèses de Pélage. Malgré cela, Ernst n’a pas remis en cause la thèse de la conversion à laquelle elle a donné son adhésion même lorsqu’elle en repérait certaines faiblesses. De cela on peut trouver les traces dans la synthèse qu’elle a proposée chez Laterza en 2002. C’est aujourd’hui l’ouvrage de base sur Campanella32. Je tiens à signaler que dans son introduction à l’édition italienne de l’Atheismus triumphatus, Germana Ernst évite avec élégance d’entrer dans les problèmes interprétatifs, l’exigence de présenter son exceptionnelle découverte étant pour le moment plus essentielle. Mais il est difficile de ne pas voir combien le texte italien diffère de celui que nous connaissions jusqu’alors. Je ne pense pas que Ernst puisse le méconnaître. Un indicateur en ce sens me paraît d’ailleurs se trouver dans son article sur Campanella et Pucci qui est apparu en 2005, dans un recueil consacré à Fausto Sozzini33.

Le retour au texte original

23Entrons maintenant dans ce texte extraordinaire de Campanella qu’est l’Ateismo trionfato. En le lisant, nous pouvons apprécier une écriture baroque qui est en même temps savante et populaire. Elle est dotée d’une force et d’une radicalité subversive tout à fait exceptionnelles.

24Il est clair que l’on ne saurait ici considérer l’ouvrage en son entier. Pour présenter mon argument, je crois pouvoir me concentrer sur un cas en le tenant ici pour exemplaire. Je le tire du chapitre deux. Il s’agit d’un des chapitres qui suscita les plus dures oppositions dans le camp catholique mais aussi la plus grande sympathie dans la culture hétérodoxe.

25Pour donner une idée claire de ce que peut être la distance entre le texte originaire et la version latine, observons la citation qui suit :

26Primo, Christo promise che venirà, cito, presto presto al giuditio, et ancora non compare dopo 1600 anni.

272. La credenza del sacramento de l’altare pare impossibile, che ei sia in tante hostie insieme corporalmente e si faccia mangiare.

28Che la matre sia vergine in partu par troppo duro, non così inanti e dopo.

  • 34  « Le Christ a promis de venir très vite pour le jugement dernier, mais après 1600 ans, il n’a pas (...)

29Che dio sia trino et uno. Che si avvilisca a farsi huomo per salvare, e pur più si dannano che si salvano34.

30Dans le texte italien, on trouve un catalogue serré des doutes auxquels, selon Campanella, le christianisme donne lieu : le catalogue se présente en quelques lignes, très sèches. Après avoir démontré que toutes les religions revendiquent des miracles et des martyrs et qu’à l’égard de toutes, des doutes peuvent et doivent être avancés, Campanella insiste sur les arguments qui vont contre la religion chrétienne en particulier.

  • 35  Cfr. Atheismus triumphatus (1636), cit., p. 10-11.

31Je ne vois pas comment on peut émettre des doutes sur la radicalité subversive de ce catalogue. Dans la version imprimée, on peut lire le catalogue des doutes qui sont graphiquement entourés par un autre texte, toujours de Campanella, dans le quel il critique de façon orthodoxe ses propres doutes. Il s’agit clairement de l’un des stratagèmes auquel il fut contraint de recourir pour obtenir l’autorisation d’imprimer son livre. Les inquisiteurs avaient objecté qu’un catalogue si net des doutes concernant le christianisme ne pouvait pas être imprimé dans un livre qui n’y répondait qu’à la fin. Campanella avait en effet, dans un premier temps, ajouté un appendice orthodoxe aux deux premiers chapitres du livre. Cela ne fut pas retenu suffisant. C’est ainsi que quelques lignes brèves et frappantes du texte original devenaient deux pages remplies de critiques contre ces mêmes quelques lignes35. Il faut dire que même dans le catalogue des doutes, Campanella arrondissait le ton et s’autocensurait. C’est au prix de cet effort de dissimulation qu’il parvint quand même, à la fin, à faire imprimer son catalogue. Et en effet, la partie jouée par Campanella contre la censure durant tout son livre est remarquable. Considérons deux autres exemples de ce même chapitre. Campanella en vient à discuter du clergé chrétien. Les passages doivent être lus dans la langue même de Campanella.

  • 36  Ateismo trionfato, cit., p. 25.

Viddi che quelli che difendon la religione con lo martirio e miracoli dell’antichi fundatori, non son atti a far miracoli, e molti se ne trovano finti, e non son atti a pigliar martirio: ma son nemici della croce e [...] predicano il cielo e si afferrano alla terra come il zingaro: Guarda, compare, suso, e tu guardi, e ti piglia li danari dalla borsa. [...] Così paiono li clerici, che predicano contro li dinari, contro la libidine, contro le ricchezze, contro gl’honori, et essi se li pigliano, et a tempo di tribulatione fuggono li guai, e li lasciano alle pecore loro, e pur si fan tener per santi. Onde è nato proverbio che “li santi moderni fanno dubitar di vecchi”, e che l’istorie di santi sian fraude, almeno in gran parte36.

  • 37  Atheismus triumphatus, p. 17.

32Le clergé apparaît comme une bande de bohémiens qui font regarder le ciel au chaland pour lui faire les poches. Maintenant, si l’on confronte ce trait libertin avec ce qui a été publié, on ne peut pas ne pas noter les différences significatives. Dans le texte latin, Campanella commence ainsi : « Vidi praeterea eos (inquit, Politicus) qui defendunt religionem etc. »37. Campanella feint que celui qui pose la question de la corruption du clergé est « le politique », sous entendant Machiavel. Mais c’est de lui-même dont il s’agit. Comme vous pouvez l’observer, il écrit Vidi (« je vis ») et puis il introduit entre parenthèse un inquit Politicus, « affirme le politique ». Dans le texte italien, en revanche, il écrit simplement Viddi : les doutes sont bien les siens. Ce genre de stratagème se retrouve durant tout le chapitre mais aussi dans l’ensemble du livre. De plus, si dans le texte italien la critique est expressément référée aux clercs chrétiens, dans le texte latin la référence est masquée par les exemples, par les différents renvois au clergé des autres religions, notamment païennes. Comme pour le catalogue précédent, on ne peut pas ne pas admirer l’effort de Campanella pour faire passer, malgré la censure, ces concepts fondamentaux. Bien qu’il soit contraint à dissimuler en écrivant entre les lignes, même là Campanella arrive à passer, dans une certaine mesure, à travers les mailles de la censure. Ce n’est pas par hasard si les inquisiteurs, comme en témoignent les procès-verbaux, ont affirmé que Campanella échappait à la prise à la façon d’une anguille : « velut anguilla elabitur ». Cependant, en bien des cas, Campanella n’a pas réussi à en faire autant. Et l’on peut trouver dans le texte latin des cas d’élimination pure et simple par rapport au texte original.

33Le passage que je propose de considérer maintenant me paraît fort intéressant parce qu’il présente une forme d’autocensure qui ne dérive pas des objections formulées par les inquisiteurs. Après avoir montré combien le clergé chrétien est attaché aux biens matériels de ce monde, Campanella poursuit en disant que le clergé ne croit pas à ce qu’il raconte et qu’il nous trompe. Une fois trompé, nous sommes nous-même portés à tromper à notre tour, soit par habitude, soit par ignorance, soit par commodité. Et Campanella précise que nous sommes d’autant plus portés à le faire que « si on montre des doutes, on est tout de suite brûlé comme hérétique ».

  • 38  Ibidem, p. 26.

E tanto più che se mostri dubitare, subito sei brugiato come heretico; non ci è chi sappia provarti quel che dice, si non con parole fredde, insulse e minacciose; calde solo di spirito di superbia o di stoltitia, ma non di carità, di ragione viva [..]. Se poi ci è alcun veramente santo fra tanti falsi santi, non si può scorgere, perché si occulta da per sé, e perché siamo nelle tenebre, tutti paremo di un colore38.

34Dans ce cas, il apparaît clairement que le passage a été profondément altéré. Dans le texte latin il est omis par Campanella et substitué par une formulation bien plus modérée. Le passage autocensuré était le passage le plus radical, cité ci-dessus en italien. Mais pour finir, Campanella ne renonce pas à la belle image conclusive : « siamo nelle tenebre, tutti paremo di un colore ». Nous sommes dans les ténèbres et nous semblons tous d’une même couleur. Prudemment, Campanella attribuait à Augustin un propos aussi philosophiquement chargé.

  • 39  Cyrano de Bergerac, Les États et Empires du Soleil, éd. par Jacques Prévost, Paris, Gallimard, 200 (...)

35 J’ai proposé seulement quelques exemples. Comme j’ai dit, toutefois, des exemples comme ceux-ci, on en trouve tout au long de l’ouvrage. J’espère déjà que ce choix peut amener le lecteur à douter de l’idée selon laquelle, avec son Ateismo trionfato, Campanella aurait confessé sa conversion au catholicisme. Il y a lieu de penser que Amerio, Firpo... et même Monseigneur Fisichella ont tort, tandis que Cyrano, dans ses États et Empires du Soleil, touchait juste lorsqu’il en venait à choisir « le sage Campanella » comme son Virgile, pour être guidé jusqu’à la « province des philosophes ». En ce sens, comme l’a relevé Eugenio Garin, l’embrassade entre Campanella et Descartes, qui conclut le manuscrit, dévoile bien un important chapitre d’histoire de la culture qui reste, encore, à écrire.39

Haut de page

Notes

1  Vito Angiuli, Ragione moderna e verità del cristianesimo. L’Atheismus triumphatus di Tommaso Campanella, préface de Ada Lamacchia, postface de Rino Fisichella, Levante, Bari, 2004.

2  Angiuli « è stato in grado di scoprire a tal punto i contenuti teologici del pensiero campanelliano, da obbligare la storia della teologia fondamentale a rivedere i suoi parametri di giudizio sul Campanella. Questi, dopo il presente lavoro, dovrà necessariamente essere inserito nella storia dell’apologetica ». Fisichella, ibidem, p. 262.

3  Luigi Amabile, Fra’ Tommaso Campanella. La sua congiura, i suoi processi, la sua pazzia, vol. III, Napoli, A. Morano, 1882.

4 Ibidem, vol. III, p. 200.

5  « Et proponendoli che Moise passò il mare rosso esso disse che non era vero per che non fu che il mare si partì in due parti ma per che quel mare patisce flusso et reflusso et che allora patì reflusso et così passo Moise. Mi disse ancora che non credeva fussero gli Demonij ma che sono follie [...] disse anche che Christo fu robato et non resuscitò, et che questo era costume di legislatori di non lasciar trovar i loro corpi: come fece Mose et Pitagora et altri così fece Christo. Et interrogatolo io si credeva alle profetie di Christo esso disse che havea predeto la venuta dell’antichristo et che questo antichristo era il papa Romano. Dicea anco che la trinità è una chimera, et così si dipinge un corpo con tre teste et io portando molte raggioni in contrario esso mi dicea và col diavolo che sei un asino. Disseme anche che l’autorità del papa era authorità usurpata et tirannia et questo è quanto ho sentito di bocca propria». Ibidem, p. 201.

6  Ibidem.

7  Voir Luigi Firpo, Bibliografia degli scritti di Tommaso Campanella, Torino, Tipografia Vincenzo Bona, 1940.

8  Tommaso Campanella, Atheismus Triumphatus. Seu reductio ad religionem per scientiarum veritates. Fr. Thomae Campanellae, Stylensis Ordinis Praedicatorum. Contra Antrichristianismum Achitophellisticum, Romae, Apud Haeredem Bartholomaei Zannetti, 1631; Id.,Atheisums Triumphatus Seu reductio ad religionem per scientiarum et veritates. Fr. Thomae Campanellae, Stylensis Ordinis Praedicatorum. Contra Antrichristianismum Achitophellisticum, Parisiis, Apud Tussanum Dubray, 1636.

9  Tommaso Campanella, L’ateismo trionfato overo riconoscimento filosofico della religione universale contra l’antichristianesimo macchiavellesco, 2 voll., éd. par Germana Ernst, Pisa, Edizioni della Normale, 2004 (1615 ca).

10  Cf. Tommaso Campanella, Preambulo alle risposte nella post-censura dell’« Ateismo triunfato », in Id., Opuscoli inediti, éd. par Luigi Firpo, Firenze, Olschki, 1951, p. 9-54 ; Enrico Carusi, Nuovi documenti sui processi di Tommaso Campanella, en « Giornale critico della filosofia italiana », VIII, 5, 1927, p. 321-359 ; Luigi Firpo, Filosofia italiana e Controriforma, III. La proibizione delle opere del Campanella en « Rivista di filosofia », XLI, 4, 1950, p. 390-401 ; Id., Appunti Campanelliani, XXI, Le censure all’« Atheismus triumphatus », en « Giornale critico della filosofia italiana », XXX, 3a série, vol. V, fasc. 4, 1951, p. 509-524 ; Germana Ernst, L’edizione dell’« Atheismus triumphatus » di Tommaso Campanella. Varianti e censure, en Le edizioni dei testi filosofici e scientifici del ’500 e del ’600. Problemi di metodo e prospettive di ricerca, éd. par Guido Canziani et Gianni Paganini, Milano, FrancoAngeli, 1986, p. 113-122 ; Ead., « Cristianesimo e religione naturale. Le censure all’Atheismus triumphatus di Tommaso Campanella », Nouvelles de la République des lettres, 1-2, 1989, p. 137-200.

11  Il n’y a pas d’études organiques sur la fortuna de Campanella.Sur le Sei et Settecento, voir A. Nowicki, « Gli incontri tra Vanini e Campanella, en Tommaso Campanella (1568-1639) », Miscellanea di studi nel 4° centenario della sua nascita, Deputazione di Storia Patria per la Calabria, Napoli, Fausto Fiorentino, 1969, p. 473-485 ; F. Pająk, « La fortuna di Tommaso Campanella in Polonia », ibid., p. 489-501 ; E. Garin, « Da Campanella a Vico, en Campanella e Vico », Actes du colloque (Roma, 12-15 mai 1968), Roma, Accademia Nazionale dei Lincei, 1969, p. 11-34 ; L. Firpo, « Tobia Adami e la fortuna del Campanella in Germania », Storia e cultura del mezzogiorno. Studi in memoria di Umberto Caldora, Cosenza, Lerici, 1978, p. 77-118 ; et de Firpo cf. aussi l’essai bibliographique « Campanella nel Settecento», en Rinascimento, IV, 1, 1953, p. 105-154 ; G. Ernst, « Campanella libertino ? », Ricerche su letteratura libertina e letteratura clandestina nel Seicento, Actes du colloque (Genova, 30 octobre-1 novémbre 1980), éd. par T. Gregory, G. Paganini, G. Canziani, O. Pompeo Faracovi, D. Pastine, Firenze, La Nuova Italia, 1981, p. 231-241; M.P. Lerner, Tommaso Campanella en France au xviie siècle, Napoli, Bibliopolis, 1995 ; Id., « L’« incertaine et changeante fortune » posthume de Campanella entre Dominicains et Jésuites », Bruniana&Campanelliana, IV, 2, 1998, p. 369-399 ; C. Gilly, « Campanella fra i rosacroce, en Tommaso Campanella e l’attesa del secolo aureo », III journée Luigi Firpo (1 mars 1996), Firenze, Olschki, 1998, p. 107-155. D’importantes suggestionsin N. Badaloni, Introduzione a G. B. Vico, Feltrinelli, Milano, 1961 ;T. Gregory, Theoprastus redivivus. Erudizione e ateismo nel Seicento, Napoli, Morano, 1979 ; Galileo e Napoli, Actes du colloque(Napoli, 12-14 avril 1984), éd. par F. Lomonaco et M. Torrini, Napoli, Guida, 1987 ; L. De Franco, Filosofia e scienza in Calabria nei secoli xvi e xvii, Cosenza, Periferia, 1988 ; S. Ricci, La fortuna del pensiero di Giordano Bruno 1600-1750, préface de E. Garin, Firenze, Le Lettere, 1990 ; R. Villari, Il ribelle, en L’uomo barocco, éd. par R. Villari, Roma-Bari, Laterza, 1998, p. 109-137.

12  F. S. Salfi, Elogio di Antonio Serra primo scrittore di economia civile, Milano, Presso Nobile e Tosi, 1802 ; Id., Discorso Preliminare alle lezioni intorno la storia per l’anno 1804 ; Id., Dell’uso dell’istoria massime nelle cose politiche (1807) ; Id., Della influenza della storia (1815) ; en F. S. Salfi, Lezioni sulla filosofia della storia, éd. par F. Crispini, Napoli, Morano, 1990 ; Id., Histoire littéraire d’Italie, vol. XI-XIV, Paris, Michaud, 1834-35. De Carlo Botta cf. Storia d’Italia continuata da quella del Guicciardini, Paris, Baudry, 1832, vol. V.

13  Opere di Tommaso Campanella scelte, ordinate ed annotate da Alessandro D’Ancona, II vol., Torino, Pomba, 1854.

14  Cf. R. De Mattei,  « La « Monarchia di Spagna » di Campanella e la « Ragion di Stato » di Botero », Rendiconti della R. Accademia dei Lincei. Classe di scienze morali storiche e filosofiche, série IV, 3, 1927, p. 423-485. Voir maintenant Monarchie d’Espagne et Monarchie de France, éd. par Germana Ernst, Paris, P.UF. 1997.

15  Cf. Bertrando Spaventa, La filosofia italiana nelle sue relazioni con la filosofia europea, éd. par Giovanni Gentile, Bari, Laterza, 1908 (1862).

16  Cf. Francesco De Sanctis, Storia della letteratura italiana, a cura di Luigi Russo, Milano, Feltrinelli, 1956, vol. II (1871).

17   Amabile, Fra’ Tommaso Campanella, cit. Voir aussi Id., Fra’ Tommaso Campanella ne’ castelli di Napoli, in Roma e in Parigi, II voll., Napoli, Morano, 1887 ; Id., Il codice delle lettere del Campanella nella Biblioteca Nazionale e il libro delle poesie dello Squilla nella biblioteca de’ pp. Gerolamini in Napoli, Napoli, a spese dell’autore, 1881.

18  Giuseppe Ferrari, Corso su gli scrittori politici italiani. Nuova edizione completa, Milano, Monanni, 1929 (1862) ; voir aussi Id., De Religiosis Campanellae opinionibus, Paris, Typis Moquet, 1840.

19  Cf. Tommaso Campanella, La città del sole, éd. par Norberto Bobbio, Torino, Einaudi, 1941.

20  Rosario Villari, Elogio della dissimulazione. La lotta politica nel Seicento, Roma-Bari, Laterza, 1987.

21  Cf. Luca Addante, « Campanella e Machiavelli: indagine su un caso di dissimulazione», in Studi storici, XLV, 3, 2004, p. 727-750.

22  Giovanni Gentile, Il pensiero italiano del Rinascimento, Firenze, Sansoni, 1940, p. 383.

23  Cf. Benedetto Croce, « Sulla storiografia socialistica. Il comunismo di Tommaso Campanella», in Id., Materialismo storico ed economia marxistica, éd. par Maria Rascaglia et Silvia Zoppi Garampi, Napoli, Bibliopolis, 2001, p. 177-219 (1895). Voir aussi Id., Storia dell’età barocca in Italia. Pensiero - poesia e letteratura – vita morale, éd. par Giuseppe Galasso, Milano, Adelphi, 1993 (1929).

24  « A una sincera e completa adesione alla dogmatica ed all’autorità della Chiesa cattolica » Cf. Romano Amerio, « Ritrattazione dell’ortodossia campanelliana », en Rivista di filosofia neoscolastica, XXI,1929, p. 410-430. Cf. aussi Id., « Le dottrine religiose di Tommaso Campanella », Rivista di filosofia neoscolastica, XXII, 1930, p. 435-461 ; Id., « Di alcune aporie dell’interpretazione deistica della filosofia campanelliana al lume degli inediti », Rivista di filosofia neoscolastica, XXVI, 1934, p. 605-615 ; Id., « L’opera teologico-missonaria di Tommaso Campanella nei primordi di Propaganda Fide », Archivum Fratrum Praedicatorum, V, 1935, p. 175-193 ; Id., « Circa il significato delle variazioni redazionali nell’elaborazione del « Reminiscetur » di fra’ Tommaso Campanella », en Sophia, VII, 1939, p. 419-453.

25  « Lo Atheismus Triumphatus non è un espediente per liberarsi dalle persecuzioni mascherando sotto una professione esteriore di ortodossia un pensiero anticristiano, conservato scaltramente nel fondo dell’animo. Esso è figlio diretto della crisi spirituale del 1603, provocata dall’esperienza delle visioni spiritiche » : Giorgio Spini, Ricerca dei libertini. La teoria dell’impostura delle religioni nel Seicento italiano, Firenze, La Nuova Italia, 1983 (1950), p. 122.

26  Giovanni Di Napoli, Tommaso Campanella filosofo della restaurazione cattolica, Padova, Antenore, 1947, p. 158.

27  Cf. Nicola Badaloni, Tommaso Campanella, Milano, Feltrinelli, 1965. Voir aussi Id., Giordano Bruno e Tommaso Campanella, en Storia della Letteratura Italiana, dir. Emilio Cecchi et Natalino Sapegno, vol. 5, Il Seicento, Milano, Garzanti, 1967, p. 91-154 ; Id., « Libertinismo e scienza negli anni di Galilei e Campanella », in Ricerche su letteratura libertina e clandestina, cit., p. 213-229 ; Id., Inquietudini e fermenti di libertà nel Rinascimento italiano,  Pisa, Edizioni ETS, 2004.

28  Romano Amerio, Il sistema teologico di Tommaso Campanella, Milano-Napoli, Ricciardi, 1972.

29  Cf. Luigi Firpo, Campanella, Tommaso, en Dizionario Biografico degli Italiani, vol. XVII, Roma, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1974, p. 372-401.

30  Voir Vittorio Frajese, Profezia e machiavellismo. Il giovane Campanella, Roma, Carocci, 2002.

31  Voir infra n. 10.

32  Cf. Germana Ernst, Tommaso Campanella. Il libro e il corpo della natura, Roma-Bari, Laterza, 2002.

33  Cf. Germana Ernst, « Sicut amator insaniens. Su Pucci e Campanella, en Faustus Socinus and His Heritage », éd. par Lech Szczucki, Kraków, Polka Akademia Umiejętności, 2005, p. 91-112.

34  « Le Christ a promis de venir très vite pour le jugement dernier, mais après 1600 ans, il n’a pas reparu. La croyance dans la communion repose sur une chose impossible : comment le christ peut-il être à la fois et corporellement dans tant d’hosties et se faire manger ? Que la mère ait été vierge est difficilement concevable. Que Dieu est à la fois trois et un, ne l’est pas moins. Qu’un Dieu se soit avili en se faisant homme pour sauver les hommes est aussi douteux puisqu’on peut observer qu’il y a plus d’hommes qui ne parviennent pas à se sauver que le contraire » Tommaso Campanella, Ateismo trionfato, cit., p. 23 (c’est nous qui traduisons littéralement de l’italien).

35  Cfr. Atheismus triumphatus (1636), cit., p. 10-11.

36  Ateismo trionfato, cit., p. 25.

37  Atheismus triumphatus, p. 17.

38  Ibidem, p. 26.

39  Cyrano de Bergerac, Les États et Empires du Soleil, éd. par Jacques Prévost, Paris, Gallimard, 2004, p. 304-305, cf. la pénultième note, p. 422 : « et pourtant on imaginera difficilement philosophies plus incompatibles que celles de Campanella et de Descartes ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luca Addante, « Campanella et l’Ateismo trionfato : du paradigme au texte original », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie, mis en ligne le 21 août 2009, consulté le 26 juin 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/2112

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org