Navigation – Plan du site

Une « muse de province » négocie sa centralité : Corneille et ses lieux

Déborah Blocker

Résumés

Cet article examine la carrière de Pierre Corneille sous l’angle de son appartenance à deux lieux – Rouen et Paris –, en s’interrogeant également sur les enjeux de la polyactivité qui caractérisa longtemps les pratiques professionnelles du dramaturge. Il examine plus largement, au travers de l’étude de ce cas, la manière dont le rapport dialectique entre Paris et ses provinces – qui commença à se mettre en place en France à partir du début du xviie siècle – se déploya alors dans le champ littéraire émergent. La réflexion souligne en particulier que Corneille, tout en ayant tenté pendant de longues années de jouer sur les deux tableaux – en s’efforçant par exemple de tirer parti de sa notoriété parisienne pour améliorer sa position sociale à Rouen –, finit par se rallier aux pouvoirs parisiens, notamment à celui de l’Académie Française. Ces pouvoirs étaient en effet seuls capables de valider la position centrale à laquelle lui-même prétendait dans la sphère des lettres. Par là, les littérateurs provinciaux apparaissent comme ayant activement travaillé à la domination réelle et figurée du centre, dont ils tirèrent en retour bénéfice en termes de réputation et de statut.

Haut de page

Texte intégral

1Nombre des dramaturges du premier xviie siècle français eurent plusieurs lieux de résidence et même plusieurs métiers1. Ces individus étaient en constant déplacement, gérant des allégeances multiples, aux pouvoirs monarchiques et à ceux qui les servent, mais aussi aux puissances locales, et même à leur(s) ville(s) et à leur(s) profession(s). Et Pierre Corneille constitue de ce point de vue un cas exemplaire. Or cette réalité complexe est souvent occultée, en France, par l’histoire littéraire, notamment parce que, depuis le xviie siècle même, l’histoire de la littérature, se pense, le plus souvent implicitement, à partir de Paris – lieu géographique tout autant que symbolique qu’habitaient, parfois physiquement mais parfois seulement en idée, les élites urbaines et lettrées qui commençaient alors à affirmer leur domination.

2A cette occultation de toute appartenance locale s’oppose pourtant un autre mouvement, propre à la période post-révolutionnaire et plus spécifiquement au moment de la fondation de la IIIe République. Cette posture de réaction à l’empire culturel de Paris se nourrit d’une pratique de l’érudition locale, où l’archive est mise au service de la reconstitution (mais aussi parfois de l’invention) de la splendeur passée d’un lieu. L’historien Alain Corbin, dans l’article qu’il a consacré à la constitution de l’opposition Paris/Province dans l’édifice des Lieux de Mémoire, a cependant souligné le « paradoxe fondamental » qui fragilise tous les discours qui, au xixe siècle, exaltèrent les provinces : « tout ce qui approfondit la spécificité provinciale – écrit-il – tout ce qui relève du régionalisme, du localisme […] creuse la différence et, par ignorance même du national, exalte implicitement Paris »2 . Il s’agit tout autant, bien évidemment, du Paris géographique, que de la représentation de la capitale comme centre de la nation.

3La gageure, dès lors qu’on s’intéresse aux formes particulières de pouvoirs et de contre-pouvoirs qui s’instituèrent, dans le champ des pratiques dites littéraires, à partir du moment où la dialectique Paris/Province commença à se mettre en place, est donc de parvenir à contourner tout à la fois la condescendance d’une histoire parisianiste et les revendications impuissantes des discours régionalistes3. De ce point de vue, l’une des hypothèses de travail d’Alain Corbin dans l’article précédemment cité paraît particulièrement précieuse. Elle est de tenir l’opposition Paris/province(s) non pour une réalité objective présente de toute éternité mais pour un « rapport »4, c’est-à-dire une relation dynamique et mobile, élaborée et constamment réélaborée, au cours du temps, par les actions et représentations des acteurs sociaux. C’est dans cette perspective que j’aimerais observer, à partir de l’exemple de Corneille – qui habita Rouen pendant les deux tiers de son existence – comment s’articulèrent, dans le premier xviie siècle, les rapports entre Paris et un littérateur d’une province proche5. Car si le rapport entre centre et périphérie qui commença à se mettre en place dans le « moment Richelieu »6 imprima sa marque sur les pratiques des littérateurs issus des provinces, contribuant à donner une forme spécifique au champ littéraire émergeant, les actions des gens de lettres – parisiens et provinciaux ensemble – participèrent, parallèlement, à l’invention de cette dynamique. Il s’instaura ainsi une dialectique qui vit les lettrés de province travailler activement, par leurs actions, à l’institutionnalisation d’une capitale capable d’accorder à leurs pratiques une reconnaissance qu’aucune autre ville ne pouvait offrir.

La province face au centre : émergences d’un rapport

4La province comme lieu idéel où s’assemble et se morfond tout ce qui ne participe ni de la cour ni de la ville, apparaît, dès la première moitié du xviie siècle, dans d’innombrables mises en discours – comme si tous ceux qui circulaient (ou aspiraient à circuler) entre ces lieux de distinction et de pouvoir que sont la cour et la ville et leurs provinces respectives avaient éprouvé le besoin de dire leur(s) différence(s). Or parmi eux, les littérateurs n’ont pas été les moins mobiles et leurs pratiques discursives ne contribuèrent sans doute pas peu à la mise en circulation de telles représentations. C’est du moins ce que laissent penser les actes d’un colloque consacré autrefois aux provinciaux sous Louis XIV, qui s’ouvrent sur une analyse comparée de la manière dont Bussy-Rabutin et sa cousine, Madame de Sévigné, vécurent et mirent en discours leurs exils respectifs, loin de la Cour et du monde7. Mais l’invention littéraire de la province remonte en réalité plus haut. Les débats sur la langue du premier tiers du xviie siècle sont, par exemple, l’un des espaces de cristallisation d’une nouvelle exaltation du centre. Chez Vaugelas, en particulier, prennent corps des représentations qui font de la cour, et de certains cénacles parisiens, le lieu de la norme8. Sous Richelieu, l’opposition apparaît de plus en plus fréquemment, notamment dans la désignation du provincial – homme présenté comme sans pouvoir et sans raffinement, c’est-à-dire défini par ses manques, qui en feraient en quelque sorte un être inférieur9.

5Mais la construction de ce rapport fut toutefois davantage qu’un simple fait de représentation. Dans le moment Richelieu, le développement de ce discours accompagna un ensemble de bouleversements politiques et économiques – ceux qui sont généralement associés, dans l’historiographie, avec la construction de l’État moderne10. Deux exemples peuvent permettre d’en prendre la mesure. L’entrée de la France dans la Guerre de Trente Ans exigea tout à la fois une augmentation des prélèvements fiscaux et un meilleur contrôle de l’opinion11. La première de ces nécessités renforça les pouvoirs, notamment fiscaux, des intendants de province, représentants du pouvoir royal dans une généralité12 – ce qui entraîna des révoltes, comme celle des Nu-Pieds en Normandie en 163913. Le contrôle accru de la circulation des imprimés est aussi un bon indicateur de la mise en place d’une nouvelle donne en matière politique et économique. Le désir de mieux contrôler le contenu et la diffusion de l’écrit conduisit le pouvoir royal à privilégier, dans la délivrance des permissions d’imprimer les éditeurs parisiens, en échange d’une docilité accrue de leur part14. Cette évolution fut lourde de conséquences pour une ville comme Rouen, centre de librairie important : selon Jean-Dominique Mellot, le « dynamisme provincial » de cette industrie se construisit en effet dans une négociation constante avec les privilèges de la capitale, les provinciaux cherchant leurs débouchés parmi les marchés négligés par les parisiens15. Dans l’ensemble du royaume, la domination politique de la cour et l’empire – culturel mais aussi économique – de Paris devinrent ainsi des réalités de plus en plus apparentes, imposant aux individus de formuler les modalités de leur inscription dans l’espace social et politique dans des termes nouveaux.

6Le cas des gens de lettres – et plus particulièrement de théâtre – est de ce point de vue extrêmement intéressant, car n’ayant pas, en tant que littérateurs, de statut social clairement défini dans la société de leur temps, ils se trouvaient aussi contraints, parfois, de naviguer entre plusieurs espaces16. Cette mobilité – géographique tout autant que sociale – n’avait pas échappé aux contemporains. En 1635, un jeune dramaturge angevin, Guérin de La Pinelière, expliquait dans l’avis « Au lecteur » de son Hippolyte qu’il espérait réussir en dépit du fait qu’il n’était pas Normand, comme la majorité des auteurs qui perçaient au même moment sur les théâtres parisiens.

 […] Pour estre estimé autrefois poly dans la Grece, écrivait-il, il ne falloit que se dire d’Athenes […] et maintenant pour se faire croire excellent Poete, il faut estre né dans la Normandie17.

7Et de citer les exemples de Boisrobert, Scudéry, Corneille, Rotrou, Saint-Amant et Benserade18. Les scènes parisiennes étaient en effet dominées par des hommes issus des provinces jouant la carte de la capitale, au nombre desquels il faudrait encore ajouter le dramaturge Jean Mairet, originaire de Besançon. Cette mobilité suggère que, pour des hommes désireux de parvenir, les théâtres parisiens, en plein développement dans les années 1630, étaient vus comme des lieux où il était possible d’acquérir rapidement une réputation. On en a parfois conclu un peu vite qu’en s’arrachant à leur milieu d’origine, en changeant d’espace et en choisissant pour véhicule une activité telle que la scène ces hommes espéraient court-circuiter les modes établis de progression dans l’espace social. La réalité est plus complexe, notamment parce que le lien avec la province d’origine – c’est-à-dire aussi avec le statut social originel – n’est en général pas coupé, même s’il est négocié de manière très différente.

8En témoignent trois portraits d’auteurs de théâtre19 dus au graveur Michel Lasne – lui aussi d’origine normande. Ces représentations permettent de prendre la mesure de la place variable qu’occupait, dans les constructions identitaires de trois de ces hommes, leur lieu d’origine. La première [gravure I] est insérée en médaillon dans le frontispice d’une pastorale – La Silvanire – que Jean Mairet dédia à la femme de son protecteur, la duchesse de Montmorency, en 163120. L’auteur y est présenté comme « I. MAIRET DE BESANÇON », mais cette appartenance est comme noyée dans les ornements du frontispice à l’italienne, qui souligne l’inspiration italianisante de la pièce et rend ainsi hommage à l’ascendance de la dédicataire. Mentionnée, l’origine géographique du dramaturge n’était pas revendiquée. Elle pouvait aussi être complètement gommée. Désigné comme Normand par La Pinelière, Scudéry se gardait généralement de rappeler qu’il était né à Caen. Dans le portrait [gravure II] qui orna les premières pages de la seconde édition de sa tragi-comédie Le Trompeur puni, parue en 1635, il revendiqua plutôt sa noblesse et son expérience du métier des armes. Lasne lui donna des traits aristocratiques, mettant en évidence sa perruque courte et les dentelles dont il se parait – signes d’aisance et de distinction – et faisant une large place à sa devise, qui mobilisait le lieu commun aristocratique de l’alliance des armes et des lettres21. En bas du cadre, les armoiries dont s’enorgueillissait l’auteur explicitaient discrètement sa noblesse. De la ville de Caen, il n’était pas question22.

9Le contraste est frappant, si l’on compare cette image au portrait gravé [gravure III] dont Corneille orna, en 1644, la première édition collective de ses œuvres, imprimée à Rouen23. L’homme y apparaissait comme ce qu’il était dans le cadre de ses activités rouennaises : il était vêtu sobrement, d’une robe sombre ornée d’un col soigneusement empesé, mais sans aucune dentelle. C’est-à-dire qu’il était représenté en officier dit moyen, titulaire de charges qui n’anoblissaient pas, mais conféraient un rang honorable dans la bourgeoisie de la ville24. La légende, en latin – la langue de l’humaniste comme de l’homme de loi – soulignait cet enracinement dans l’espace local : « PETRUS CORNELUS ROTHOMAGENSIS », c’est-à-dire « Pierre Corneille Rouennais ». Mais figurait, au cœur même de cette explicitation, une cotte d’armes représentant les armoiries qui avaient été enregistrées, lorsque, en pleine querelle du Cid, Corneille obtint de Richelieu l’anoblissement de sa lignée25. Au beau milieu du tableau de sa bourgeoisie provinciale, Corneille publiait une noblesse venue des plus hautes sphères de l’2tat et due bien davantage à ses prouesses sur les scènes parisiennes qu’à ses activités de juriste rouennais.

10Cet étrange échafaudage identitaire mérite qu’on s’y attarde. Non sans avoir auparavant remarqué, cependant, que la revendication d’une identité provinciale ou parisienne n’est pas, dans le cas des trois figures qui viennent d’être décrites, isolable d’autres découpages de l’espace social et politique. Pour chaque auteur, le sentiment d’appartenir à sa province se combinait diversement avec des manières de se positionner dans la société. Ce n’était pas seulement que les interactions sociales produisaient des représentations du lieu, c’était aussi que les lieux, et les activités qui les caractérisent, véhiculaient des représentations particulières du monde social. Le parcours de Corneille illustre ainsi comment des statuts s’articulaient à des espaces, mais aussi de quelle manière une variété d’actions de (re)localisation étaient susceptibles d’infléchir tout à la fois la condition d’un individu et les perceptions qu’on pouvait en avoir.  

Entre Rouen et Paris : l’officier et le dramaturge

11Il est tentant d’imaginer que Corneille aurait conduit deux carrières distinctes, l’une comme officier rouennais, l’autre comme dramaturge parisien. Mais ces deux activités furent en réalité associées pendant plus de vingt ans, ce qui conduit à nuancer l’idée d’un Corneille premier auteur professionnel, de même que celle du théâtre comme une des activités ayant très tôt conduit à des formes de spécialisation26. L’hypothèse d’une polyactivité des premiers dramaturges français paraît en effet plus fonctionnelle. Elle permet non seulement de rendre en compte d’une vie professionnelle conduite sur plusieurs espaces et dans plusieurs milieux, mais encore rend perceptibles les effets de légitimation croisée de chaque lieu et activité sur l’autre.

12L’enracinement de Corneille dans le milieu des offices rouennais est bien documenté. D’abord, dans les lieux eux-mêmes : ses aïeux possédaient, dans la ville et les environs, deux propriétés, la seconde étant entourée de seize hectares de terres que la famille faisait exploiter. Tout autant que son ancienneté depuis deux générations dans la basoche, puis parmi les offices de judicature, ce patrimoine immobilier asseyait l’honorabilité locale de la lignée. En 1628, Pierre Corneille le père assura à son fils un mode de vie pareil au sien en lui achetant deux offices d’avocat du Roi auprès de la Table de Marbre27, que Corneille exerça consciencieusement jusqu’en mars 1650.

13La répartition de ses revenus confirme cet enracinement local. Les estimations ne peuvent évidemment donner qu’un ordre de grandeur. Mais d’après les érudits locaux qui se sont penchés au xixe siècle sur la fortune du poète, les revenus de Pierre Corneille qui provenaient de ses charges oscillaient probablement entre 1200 et 1600 livres par an, l’essentiel de ces sommes ayant pour origine les épices. À la mort de son père, en 1639, l’aîné de la famille hérita aussi de l’essentiel de sa fortune28. À cela s’ajouta la dot de sa femme et l’argent issu de l’héritage qu’elle fit. En tout, François Bouquet estime la fortune mobilière de Corneille à environ 25 000 livres vers 1650, auxquelles s’ajoutaient quarante hectares de terres exploitables. Au milieu du siècle, Corneille tirait sans doute de l’ensemble ces biens mobiliers et immobiliers entre 1800 et 2200 livres de revenu annuel, auxquels s’ajoutaient les revenus de ses charges. Or la partie parisienne de ses revenus était beaucoup plus faible. Les documents du minutier central, récemment publiés par Alan Howe, n’apportent pas réponses quant aux accords que Corneille passait avec les troupes et les imprimeurs29. Mais au vu de quelques uns des contrats retrouvés pour d’autres auteurs, on peut supposer que les revenus que Corneille tirait de ses pièces ne dépassaient pas 1000 livres annuels. L’auteur reçut aussi une pension, qui fut de 1500 livres, au moins jusqu’à la mort de Richelieu30. Première conclusion : environ trois cinquièmes des revenus de Corneille vers 1640 étaient le fruit de propriétés et activités rouennaises. Deuxième remarque : grâce à ses attaches locales, Corneille vivait dans l’aisance, à la différence de nombre de ses rivaux sur les scènes parisiennes. Il s’ensuit que c’est en réalité l’implantation rouennaise de Corneille qui lui permit longtemps de tenter sa chance à Paris dans un univers relativement instable et malfamé. Il est aussi probable que cette relative indépendance financière ait rendu possible, dans son écriture dramatique, davantage d’expérimentations que chez ses concurrents.

14La polyactivité de Corneille le mettait néanmoins dans la constante nécessité d’avoir à naviguer entre deux lieux. À une époque où un voyage entre Rouen et Paris par la poste prenait une journée entière et coûtait cher, le dramaturge a pendant de longues années fait de fréquents va et vient entre sa ville natale et la capitale. Dans la correspondance de Jean Chapelain, Corneille apparaît parfois comme de passage dans la capitale. Ainsi cette notation, à la date du 15 janvier 1639 : « Corneille est ici depuis trois jours et d’abord m’est venu faire un éclaircissement sur le livre de l’Académie pour ou contre Le Cid, m’accusant non sans raison d’en être l’auteur. »31 Dans la première partie de sa carrière, le dramaturge venait à Paris jusqu’à plusieurs fois par an, pour négocier la vente d’une de ses pièces à une troupe, suivre les progrès d’une édition, rechercher des protections ou entretenir des relations avec les hommes de lettres les plus influents – comme Chapelain lui-même.

15Cependant ces déplacements pouvaient aussi être sources de difficultés. Les rapports de Corneille avec ses éditeurs parisiens en témoignent. Une récente étude de l’historien du livre Alain Riffaud32 montre que les premières éditions – exclusivement parisiennes – du théâtre de Corneille sont émaillées d’imprécisions et d’erreurs, comme si l’auteur n’avait pas toujours été en position de corriger les épreuves. Le confirme la dédicace de L’Illusion comique parue chez François Targa en 1639, où Corneille s’excusa auprès de la dédicataire de l’état final du texte, précisant que des « affaires » l’ont rappelé à Rouen alors que le texte était sous presse : « Je suis au désespoir de vous la [sa pièce] présenter en si mauvais état, qu’elle en est méconnaissable : la quantité de fautes que l’Imprimeur a ajoutées aux miennes la déguise, ou pour mieux dire, la change entièrement. C’est l’effet de mon absence de Paris, d’où mes affaires m’ont rappelé sur le point qu’il l’imprimait, et m’ont obligé d’abandonner les épreuves à sa discrétion. »33 Corneille trouva néanmoins, à partir de l’édition de Cinna en 1643, une série de solutions locales qui lui permirent de mieux contrôler l’impression de ses pièces tout en surveillant plus étroitement les imprimeurs libraires parisiens qui les écoulaient. Il se fit délivrer les privilèges d’imprimerie en son nom propre et donna ses textes à imprimer chez l’imprimeur rouennais Laurens Maurry. Là ses pièces étaient même parfois imprimés à ses dépens34 puis des accords étaient conclus avec des libraires parisiens pour la distribution et la vente. Corneille et son frère Thomas continuèrent de se faire imprimer à Rouen jusqu’à la mort de Laurent Maurry le second, en 1670, soit bien après qu’ils eurent quitté Rouen pour s’installer définitivement à Paris en 1662. Si, dans les débuts de sa carrière, se faire imprimer à Paris avait pu être pour Corneille une manière de gommer son origine régionale en faisant disparaître son appartenance locale du texte de ses livres, à partir de 1643 et jusqu’en 1670, Rouen fut au contraire constamment présent dans péritexte de ses ouvrages, comme si le livre « imprimé à Rouen chez Laurens Maurry » mais « se vend[ant] à Paris » chez tel ou tel, devenait aussi un moyen d’affirmer discrètement tout à fois la dignité d’une origine et l’adhésion au lieu de la centralité.

16Or publiant Rouen dans ses livres, Corneille afficha aussi Paris sur la scène de sa province. Les conditions dans lesquelles il fut anobli méritent de ce point de vue plus ample examen35. Car, au milieu des années 1630, la position de Corneille et de sa lignée dans l’espace social rouennais était respectable mais nullement étincelante36. Le dramaturge se servit donc du succès exceptionnel du Cid sur les scènes parisiennes pour obtenir localement une forme de promotion sociale dont sa famille n’aurait pu, en d’autres circonstances, que rêver. La noblesse l’égala en effet – du moins en droit – aux familles les mieux nées, en lui conférant des avantages fiscaux et judiciaires importants. Les lettres patentes anoblissaient le père de Corneille, pour loyaux services rendus à la couronne en tant que juriste, et assuraient la transmission de ce privilège à sa descendance. Cette procédure donnait occasion à Richelieu d’accorder à Corneille le fils une ancienneté dans la noblesse. Elle lui permettait aussi de ne pas paraître récompenser exclusivement un extraordinaire succès dramatique.

17Localement, le geste facilita, pour Corneille, un beau mariage et l’autorisa à élever ses fils en aristocrates. Certains textes de la querelle du Cid montrent que la lecture en termes de réemploi sur la scène locale d’une réputation venue du centre a été faite par les contemporains eux-mêmes. Dans l’un des plus violents pamphlets de la querelle, L’Anatomie du Cid37, l’auteur s’attaquait à l’anoblissement de Corneille en soulignant que cette noblesse mal acquise ne parvenait pas à assimiler le dramaturge aux honnêtes gens tout en faisant naître la défiance de « ses parents » et alliés dans la bourgeoisie rouennaise38. Il raillait ainsi le geste par lequel Corneille avait espéré transformer un succès littéraire parisien en capital social local : « L’histoire porte que d. Rodrigue qui est le Cid, fit une grande fortune et que de simple chevalier Il devint Vice Roy des Mores. Nostre Autheur a creu qu’il y alloit de l’Interest de sa traduction pour la rendre plus parfaite de rehausser aussy ses qualitez. C’est pourquoy il a poursuivy avec beaucoup d’Instance des Lettres de Noblesse que ses Importunitez luy ont fait accorder ; de sorte que s’Il n’est pas le premier Poete du siecle Il est au moins le premier gentilhomme de sa race. »39 La remarque suggère que les actions de Corneille furent effectivement comprises parfois comme un jeu sur plusieurs espaces et plusieurs activités, destiné à lui permettre de s’avancer en parallèle, en faisant rejaillir, avec plus ou moins de succès, sa réputation ou sa fortune d’un lieu et d’une profession sur l’autre.

18D’autres affaires, similaires dans certains de leurs enjeux, émaillèrent la carrière de Corneille, comme le moment où, durant la Fronde rouennaise, Mazarin le nomma temporairement procureur des États de Normandie, en remplacement d’un client du duc de Longueville40. Tous ces épisodes montrent un Corneille conscient du parti qu’il pouvait tirer d’une polyactivité conduite sur deux lieux différents. Mais chacun de ces épisodes indique aussi que pour Corneille, la promotion sociale ne pouvait réellement venir, non de son théâtre seul, mais bien de la cour, ce centre apparaissant de plus en plus nettement comme le seul lieu à partir duquel les frontières sociales généralement acceptées par les acteurs de la périphérie pouvaient se trouver transcendées. Se pose dès lors la question de comment le dramaturge articula, dans ses discours et ses attitudes, son rapport aux lieux de la capitale.

Entre centre et périphérie : la province comme posture

19La question des idées politiques de Corneille a beaucoup préoccupé les commentateurs41, mais il pourrait être utile de la reformuler en se demandant moins ce que disent les tragédies de Corneille que ce que ses actions et la manière dont il les présenta au public permettent d’inférer de ses positionnements effectifs. Or le problème de l’appartenance locale peut de ce point de vue être un bon marqueur d’une posture politique. Car la rigidification de la dynamique Paris/province est aussi contemporaine d’un réagencement des conceptions des rapports du centre à ses parties. Des visions hiérarchisées mais participatives de la monarchie – comme celles que véhiculaient traditionnellement des fables telles que les membres et de l’estomac – cédaient peu à peu la place à des représentations où la capitale était comprise (au sens étymologique) comme la tête du royaume, soit comme le seul lieu légitime de l’exercice de la souveraineté42. Dans une telle conjoncture, Corneille paraît avoir longtemps hésité entre une identité locale construite comme excentrique et l’adhésion aux institutions de la centralité. Ce fut le cas d’abord parce que la province se définissait moins, dans ses comportements, comme une situation objective – soit comme un lieu géographique – que comme un ensemble de postures, dont il fit en usage variable, se distanciant du centre tout en le courtisan.

20L’impression intempestive du Cid au mois de mars 1637 donna lieu à de violents pamphlets. Comme le soulignèrent les polémistes eux-mêmes, la querelle exposa les fragilités des positions sociales des dramaturges et poètes qui s’y affrontèrent43. Mais elle exposait, aussi, pour un œil averti, leur appartenance à plusieurs espaces : nombre des acteurs du débat se agissaient depuis leur(s) province(s) – à Rouen pour Corneille et à proximité du Mans pour ses adversaires, protégés par le comte de Belin –, n’agissant sur le pavé de la capitale que par l’imprimé. Les accusations mutuelles de provincialité qui affleurèrent dans les textes peuvent dès lors se lire comme les gestes tactiques de ceux qui ne participaient ni socialement ni politiquement du centre mais tentaient de s’y rattacher par leurs stigmatisations et grâce aux subterfuges que permettait la publication imprimée.

21En témoigne un échange entre Mairet et Corneille. Dans son Epistre familière, Mairet employait une curieuse image pour qualifier les pratiques de Corneille, auquel il s’adressait :

[…] vos Caravanes de Rouen à Paris, écrivait-il, me font souvenir de ces premiers marchands, qui passerent dans les Indes ; d’où par le bonheur du temps autant que par la simplicité de quelques peuples, ils apporterent de l’or, des pierreries, & d’autres solides richesses, pour des sonnettes, des miroirs, & de la quincaille qu’ils y laissèrent. Vous nous avez autrefois apporté la Melite, la Veusve, la Suivante, la Gallerie du Palais, & de fraiche mémoire le Cid, qui d’abord vous a valu l’argent & la Noblesse, qui vous restent en ce grand tintamarre de reputation qui vous bruiroit encore aux oreilles, sans vos vanitez, & le malheur de l’impression. […]44

22Corneille, le rouennais, devenait dans la métaphore filée par son concurrent un homme du centre apportant vers l’Orient une pacotille que les indigènes – soit le peuple de Paris – accueillaient sottement, le renvoyant chez lui avec toutes sortes de richesses véritables. L’étrange télescopage des lieux est frappant : Corneille, qui est d’abord décrit par son adversaire comme étranger au centre, se comporterait envers les populations et les autorités de ce même centre comme un Européen cherchant audacieusement fortune aux frontières de l’Empire, c’est-à-dire comme un homme faisant effectivement partie de ce lieu de pouvoir et de richesse dont il aurait concurremment anticipé, en extériorité, les récompenses. Ce que dénonçait Mairet, c’était une posture où Corneille était à la fois dedans et dehors, oscillant entre l’extériorité et l’adhésion. Dans l’Avertissement au besançonnais Mairet, Corneille répondit ou fit répondre en laissant entendre que Mairet n’avait pas les moyens financiers de se permettre les pratiques qui avaient fait sa fortune à lui, Corneille : « Quoique vous soyez de loin, écrit le pamphlétaire, on sçait fort bien que la fortune ne vous a pas plus avantagé que luy [Claveret, un autre participant à la querelle], & que les presents qu’elle vous a faits a vostre naissance, ne sont pas si grands qu’on ne les puisse cacher dans le creux d’un violon : Aussi vous n’estes point en peine de faire des caravannes de Besançon à Paris, & de Paris à Besançon, vos affaires ne nous rappellent point à vostre pays, & vous gouvernez aisement par Procureur le bien que vous y avez laissé. »45 Selon Corneille, Mairet n’aurait quitté Besançon que parce qu’il était désargenté : il ne pouvait mener le jeu de son adversaire parce qu’il n’était plus rien dans son lieu d’origine, ce qui le condamnait à n’être que peu de choses dans le monde des théâtres de la capitale. Or, si dans le cadre de la querelle du Cid, l’affirmation d’une valeur de l’excentricité resta essentiellement défensive, peu de temps après, Corneille fit explicitement de son attachement à son lieu d’origine une posture activement construite.

23Comme l’a montré Christian Jouhaud, l’épître dédicatoire d’Horace, que Corneille adressa à Richelieu en 1641, fut le lieu, pour Corneille, d’une démonstration d’adhésion aux pouvoirs du ministre, destinée à protéger et même à étendre son autonomie en tant que poète46. Dans cet éloge de son protecteur, Corneille a cependant aussi pris soin de définir sa propre position en tant qu’auteur géographiquement éloigné du centre. Le dramaturge commençait ainsi par s’excuser de tout ce qui, dans Horace, aurait pu choquer les conceptions poético-politiques du ministre, prétextant de son éloignement pour expliquer ce qu’il présentait comme son ignorance : « Le sujet était capable de plus de grâces, écrivait-il, s’il eût été traité d’une main plus savante, mais du moins il a reçu de la mienne toutes celles qu’elle était capable de lui donner, et qu’on pouvait raisonnablement attendre d’une Muse de Province, qui n’étant pas assez heureuse pour jouir souvent des regards de Votre Eminence n’a pas les mêmes lumières à se conduire qu’ont celles qui en sont continuellement éclairées. »47 Être une « Muse de Province » dans le cadre de cette dédicace, c’était être un poète trop éloigné du cœur du pouvoir pour pouvoir espérer s’en trouver inspiré48. La formule pouvait aussi exprimer entre les lignes que Corneille ne voulait pas servir de trop près ou même qu’il voulait parler « de loin » (comme le formula La Fontaine dans L’Homme et la Couleuvre), à l’abri d’une excentricité qui lui éviterait d’avoir à faire preuve de la plus complète adhésion aux valeurs du centre. La revendication de son appartenance locale deviendrait ainsi un lieu où développer des formes et des contenus hétérodoxes. Mais cette lecture opposerait trop nettement soumission et distanciation, construisant la dynamique du centre et de ses périphéries comme le reflet des positions objectives des intervenants et non comme le produit d’un rapport différemment construit par chacun d’eux. Or, si, pour Corneille affirmer son appartenance locale revient à instaurer une relation, le geste de prétexter de son ignorance, peut être pour lui tout à la fois une manière de prendre ses distances et un dispositif rhétorique lui permettant de se réclamer du centre. De fait, quelques lignes plus bas, dans la même dédicace, Corneille se plaçait au contraire parmi les poètes de cour, accédant au cabinet du prince et lisant même sur son visage toutes les règles du poème dramatique49. La « muse de province » se publiait donc simultanément comme la créature de Richelieu – et l’homme qui se présentait par ailleurs complaisamment comme un piètre courtisan50 démontrait ainsi par l’imprimé, depuis le lieu de sa province, son savoir faire d’homme de cour. Dans cette posture, le fait de pouvoir se penser dans un dehors géographique et social donnait donc au dramaturge une position à partir de laquelle adhérer au centre. Mais sa capacité à cultiver habilement la faveur de ce pouvoir lui donnait aussi les moyens de se poser sans risque en marginal. Elle lui conférait en effet la possibilité de se prévaloir dès que nécessaire de la protection des puissants dans le lieu même de sa province.

24Mais ce qui était possible vers 1640 devint plus difficile dans la seconde partie du siècle, qui vit Corneille se détacher peu à peu de ses attaches locales, en vendant ses charges et même ses maisons, pour venir s’installer à Paris. C’est sans doute notamment que les équilibres du monde des lettres avaient imperceptiblement changé, rendant moins envisageable la poursuite d’une polyactivité qui lui avait pourtant réussi jusqu’alors. Les relations de Pierre Corneille avec l’Académie française témoignent de ces évolutions.

25Car Corneille se vit deux fois refuser l’entrée dans la compagnie, au motif qu’il résidait à Rouen. Selon la Relation contenant l’histoire de l’Académie française de Paul Pellisson, parue 1653, Corneille candidata une première fois en août 1644, et fut battu par Salomon de Virelade, président à mortier au parlement de Bordeaux. Bien que l’adversaire de Corneille ait habité l’Aquitaine, Pellisson justifia l’attitude de cette institution en précisant que « M. Corneille faisant son séjour à la Province, ne pouvait presque jamais se trouver aux Assemblées, et faire la fonction d’Académicien »51. En novembre 1646, Corneille se représenta et le dramaturge et traducteur parisien Pierre Du Ryer fut élu contre lui. Pellisson rappela alors que l’Académie avait pris la résolution « de préférer toujours entre deux personnes, dont l’une et l’autre auraient les qualités nécessaires, celle qui ferait sa résidence à Paris »52. Quelques mois plus tard, Corneille se présenta à la succession du poète Mainard. Contre lui candidatait Jean Ballesdens, un érudit protégé par le Chancelier Séguier. Si l’on en croit Pellisson, l’Académie n’aurait élu Corneille que parce que celui-ci avait cette fois-ci promis « qu’il pourroit [à l’avenir] passer une partie de l’année à Paris »53.

26Ainsi la consécration au sein de cette institution littéraire en vint-elle très vite à exclure les hommes installés dans les provinces, fussent-ils de la stature de Corneille, ou à exiger leur complète adhésion – déménagement à l’appui – à la vision que ce centre développait, depuis Richelieu, des pratiques lettrées. Or, comme en témoigne le discours de réception de Corneille, ces déplacements furent souvent tacitement acceptés par les intéressés. Rien n’était en effet dit, dans ce texte, des tensions qui avaient précédé l’élection. Corneille soulignait seulement l’honneur que le corps lui avait fait, passant sous silence ce qu’il pouvait apporter à la compagnie. Il s’efforçait par exemple de montrer que ses aptitudes allaient maintenant s’exprimer différemment, en raison de ses interactions avec les membres du corps qu’il intégrait : « […] Il est impossible que de vos savantes Assemblées, où vous me faites l’honneur de vous recevoir, je ne remporte les belles teintures et les parfaites connaissances, qui donnant une meilleure forme à ces heureux talents, dont la nature m’a favorisé, mettront en plus haut degré ma réputation et feront remarquer aux plus grossiers même dans la continuation de mes petits travaux, combien il s’y sera coulé du vôtre, et quels nouveaux ornements le bonheur de votre communication y aura semés. »54 Toute posture d’extériorité se trouvait ainsi gommée, au profit d’une acceptation sans restrictions du lieu et des valeurs du centre. Certes Corneille ne s’installa définitivement à Paris que quinze années plus tard, en 1662. Mais, dès avant son emménagement dans la capitale, il poussa assez loin – en milieu académique – l’occultation de ses attaches rouennaises, sur lesquelles il s’était pourtant longtemps appuyé : peu satisfait, en 1653, des passages le concernant dans la Relation de Pellisson, il songea un temps, si l’on en croit Gui Patin55, à polémiquer avec l’auteur. Mais, dans l’édition de 1672, Pellisson supprima – sans doute en partie pour complaire à Corneille – les remarques qu’avaient suscitées dans la première édition les attaches locales du poète56. Les origines locales de Corneille commençaient ainsi à disparaître des discours de la centralité littéraire – vraisemblablement, de sa propre initiative.

27En cela, le littéraire, comme espace symbolique et institutionnel, tel qu’il s’est constitué en France à partir du moment Richelieu, apparaît aussi comme ce qui aspira à unifier les lieux – et les conditions qui pouvaient s’y rattacher – en disant toujours plus nettement, quoique le plus souvent implicitement, la primauté du centre. On comprend que le développement d’une centralité dans les lettres ait pu être tenu, par un homme tel que Richelieu, pour un élément relativement crucial dans l’élaboration de nouvelles formes de pouvoir, celles qui, précisément, privilégiaient, au moins dans leurs représentations, le rôle du centre (ou du chef) d’une nation sur les contributions de ses parties, géographiques ou organiques. Mais faire de cette évolution une usurpation serait présenter les hommes issus des provinces – et notamment ceux qui pratiquaient les lettres – comme ceux que le pouvoir assimila et/ou vida de leur substance. Ces hommes deviendraient  alorsou bien des serviteurs serviles de la cause du prince, ou bien des sujets de second rang, enfermés dans une marginalité sans issue. Or la réalité est infiniment plus complexe, d’abord et avant tout parce que les lettrés issus des provinces – et au premier chef Corneille – participèrent activement à la constitution de la domination réelle et figurée du centre, dont ils tirèrent bénéfice, que ce soit en se plaçant dans une position d’extériorité ou en s’assimilant à la centralité. Se positionner dans les marges du centre, c’était en effet aussi le reconnaître, fût-ce indirectement. D’autant qu’en produisant ce centre par leurs adhésions tout autant que par leurs prises de distances, les littérateurs parvenaient à affirmer leur propre centralité, dans le champ des lettres mais aussi dans l’économie générale du royaume, en se publiant comme ceux qui possédaient le pouvoir, par leur plume, de faire circuler des discours sur l’organisation (réelle ou imaginée) de l’espace littéraire aussi bien que de l’espace national. De la même manière, les centres – la cour, la ville, l’Académie – se définissaient notamment comme tels par des actions qui légitimaient les auteurs en les agrégeant à leurs lieux ou en les en excluant. Et lorsque l’histoire littéraire, depuis le xviie siècle même, s’écrit implicitement depuis le point de vue de la capitale, elle ne fait en réalité que reproduire et prolonger cette dynamique qui paraît avoir été, en France, constitutive de l’institutionnalisation des pratiques que nous appelons aujourd’hui littérature.

Haut de page

Notes

1 Ce texte fut originellement présenté lors d’une conférence intitulée « Corneille and the discourses of Empire », tenue dans le département de français de l’Université de Berkeley le 10 novembre 2006. Je remercie Mathilde Bombart pour ses remarques et suggestions.
2 Alain Corbin, « Paris – province », dans Pierre Nora (dir.) Les Lieux de Mémoire (1984-1992 pour l’éd. originale), Paris, Gallimard, coll. Quarto, 1997, 3 vol, t. 2, p. 2862.
3 Pour un discours qui réussit paradoxalement à rassembler, à propos de Corneille, tout à la fois le mépris des parisiens et l’ensemble des préjugés du régionalisme, voir Alain Niderst, « Rouen dans l’œuvre de Corneille », dans Études normandes, 1, 1981, p. 65-72.
4 Alain Corbin, « Paris – province », op. cit., p. 2851.
5 David Clarke a proposé, dans Pierre Corneille : Poetics and Political Drama under Louis XIII, Cambridge, Cambridge U.P., 1992, p. 9-37, une analyse de l’expérience normande de Corneille et de ses négociations avec le pouvoir central qui sert de fondement à une lecture de sa poétique. La présente enquête s’intéresse plutôt, au travers du cas du dramaturge, à la manière dont la mise en place de la dialectique de Paris/province a accompagné l’émergence de nouvelles formes d’établissement pour les individus dont l’un des savoir-faire est l’écriture.
6 J’emprunte l’expression à Robert Descimon, « Plusieurs histoires dans l’histoire littéraire », note critique sur l’ouvrage de Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature : histoire d’un paradoxe (Paris, Gallimard, 2000), dans Annales, HSS, sept-oct. 2000, p. 1109, qui définit le « moment Richelieu », comme « une époque décisive dans la constitution de la littérature comme monument imaginaire qui a modelé la conscience collective des Français (y compris ceux qui n’appartenaient pas aux « élites ») lors d’un autre moment, le moment républicain, entre les années 1880 et les années 1970 ».
7 Isabelle Landy-Houillon « Bussy-Rabutin et Madame de Sévigné provinciaux malgré eux », Les Provinciaux sous Louis XIV, 5e colloque de Marseille, Revue de Marseille, nº 101, 2e trimestre 1975.
8 Vaugelas, Remarques sur la langue françoise utiles à ceux qui veulent bien parler et bien escrire, Paris, Augustin Courbé, 1647, préface non paginée : « Car il ne faut pas s’imaginer que de faire de temps en temps quelque voyage à la Cour, & quelque connoissance avec ceux qui sont consommez dans la langue, puisse suffire à ce dessein [d’acquérir le beau langage]. Il faut estre assidu dans la Cour & dans la frequentation de ces sortes de personnes pour se prévaloir de l’un & de l’autre, & il ne faut pas insensiblement se laisser corrompre par la contagion des Provinces en y faisant un trop long sejour. »
9 La fin du siècle développe cette vision. Selon Furetière, le provincial « n’a pas l’air & les manières de vivre qu’on a à la Cour & dans la capitale ».
10 Pour une discussion de cette tradition historiographique Robert Descimon et Alain Guery, « Un état des temps modernes ? », dans André Burguière et Jacques Revel (sous la dir.), Histoire de la France. La longue durée de l’état, Paris, Le Seuil, « Points Histoire », 2000, p. 209-513. Pour une analyse de manifestations de la centralisation politique et culturelle au xviiie siècle, voir Daniel Roche, « Le royaume réglé : Paris et ses provinces », dans La France des Lumières, Paris, Fayard, 1993, ch. VII, p. 190-222.
11 Robert Descimon et Christian Jouhaud, La France du premier xviie siècle, 1594-1661, Paris, Belin, 1996, p. 93-147.
12 Michel Antoine, article « Intendants » dans Lucien Bély (sous la dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, P.U.F., 1996, p. 667-671.
13 Madeleine Foisil, La Révolte des Nu-Pieds et les révoltes normandes de 1639, Paris, P.U.F., 1970, p. 229-267 pour les événements rouennais.
14 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie, Genève, Droz, 1969, 2 vol., repris dans la coll. « Titre courant » en 1999, avec une préface de Roger Chartier.
15 Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600-1730) : dynamisme provincial et centralisme parisien, Paris, école des Chartes, 1998, p. 111 : « […] Paris était devenu un débouché sine qua non du livre rouennais, et Rouen s’était imposé dans la capitale comme l’indispensable approvisionneur bon marché ». Pour le xviiie siècle, Daniel Roche dans La France des Lumières, op. cit., p. 217, est nettement plus sévère concernant l’édition provinciale en général : « Le poids de Paris, la spécialisation de la province dans une production courante voir triviale ou – par la contrefaçon et le clandestin – porteuse autrement des messages parisiens, visant d’abord la cible parisienne, ont définitivement ratifié la conquête de la capitale, de ses valeurs et de sa langue. »
16 Rotrou, sous contrat avec l’Hôtel de Bourgogne pendant près de dix ans, était originaire d’une honorable famille d’officiers à Dreux. Il retrouva en 1639 ce statut social en achetant une charge de lieutenant-particulier au bailliage de Dreux. Mais, une fois officier, il ne cessa nullement de travailler pour le théâtre, publiant entre 1639 et sa mort en 1650, pas moins de dix pièces (voir Henri Chardon, La Vie de Rotrou mieux connue. Documents inédits sur la société polie de son temps et la querelle du Cid, Paris/Le Mans, 1884). Jean Mairet se servit du théâtre pour asseoir sa noblesse, développant dans la protection du duc de Montmorency puis du comte de Belin un réseau social qui lui fut utile lorsque, au service de sa province d’origine, la Franche-Comté, il s’engagea dans des activités diplomatiques (voir Henri Tivier, Jean de Mairet agent diplomatique et négociateur à Paris, Besançon, 1883).
17 Guérin de la Pinelière, avis « Au lecteur » d’Hippolyte, tragédie (Paris, Antoine de Sommaville, 1635), reproduit dans Le Mythe de Phèdre : les Hippolyte français du dix-septième siècle, textes des éditions originales de La Pinelière, de Gilbert et de Bidar, éditions critiques avec introduction et notes par Allen G. Wood, Paris, Champion, 1996, p. 64.
18 Parmi ces individus, seul Saint-Amant n’écrivit jamais de théâtre.
19 Pour une étude synthétique de ces portraits d’auteur dans le livre français ancien, voir Steven Rendall, « The Portrait of the Author », French Forum, 13, 2, 1988, p. 143-151.
20 La Silvanire ou la Morte-Vive, du Sieur Mairet, tragicomédie pastorale, dédiée à Madame la Duchesse de Montmorency, avec les figures de Michel Lasne, a Paris, chez François Targa, au premier pilier de la grand’Salle du Palais, Au Soleil Dor, avec privilège du Roi, 1631, in-4º. La gravure est reproduite dans Giovanni Dotoli, Bibliographie critique de Jean Mairet, Paris, Paris, Nizet, 1973, planche 7.
21 Georges de Scudéry, Le Trompeur puni ou l’Histoire septentrionale, seconde édition, a Paris, chez Antoine de Sommaville, 1635, in-8º (Portrait gravé signé M. pour Michel Lasne). La gravure est reproduite dans Evelyne Dutertre, Scudéry dramaturge, Paris, Droz, 1988, planche 1.
22 L’homme camouflait ainsi ce qui s’apparentait fortement à un déclassement. Son père avait embrassé la carrière militaire et fut capitaine dans les escadres de Villars lorsque celui devient grand amiral de France et gouverneur des ports de la Normandie et du pays de Caux. Après avoir épousé la fille d’un aristocrate normand, Madeleine de Goustimenil, il fut arrêté, incarcéré pour piraterie et dépouillé de l’essentiel de sa fortune. En 1613, lui et sa femme disparurent, laissant Georges et sa sœur Madeleine aux mains d’un oncle qui semble avoir pris soin lui-même de leur éducation. Caen représentait pour Georges et sa sœur Madeleine non un enracinement local, mais le lieu où leur famille s’était trouvée déshonorée.
23 Œuvres de Corneille, première partie, imprimé à Roüen & se vend à Paris chez Antoine de Sommaville en la Gallerie des Merciers, à l’Escu de France, et Augustin Courbé, en la mesme Gallerie, à la Palme, au Palais, 1644, in-12º. On lit à la fin de la dernière page : Imprimé à Roüen par Laurens Maurry.
24 Sur cette catégorie sociale, voir Jean Nagle, « L’Officier ‘moyen’ dans l’espace français de 1568 à 1665 » dans Jean-Philippe Genet (éd.), L’état moderne. Genèse, Paris, CNRS, 1990 ; Robert Descimon (sous la dir.), Officiers « moyens » (II), Officiers royaux et seigneuriaux, dans Cahiers du Centre de Recherches Historiques, nº 27, octobre 2001 et Michel Cassan (sous la dir.), Offices et officiers « moyens » en France à l’époque moderne : profession, culture, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2004.
25 Enregistré devant la chambre des comptes de Normandie le 27 mars 1637, le texte royal octroyant la noblesse à Pierre Corneille, le père, et à l’ensemble de ses descendants légitimes, est reproduit dans Corneille et son temps, étude littéraire par M. Guizot, nouvelle édition, Paris, Librairie académique Didier, Perrin et Cie, 1889, p. 286-288.
26 Ces hypothèses sont celles d’Alain Viala, voir « Corneille et les institutions littéraires de son temps », Pierre Corneille, actes du colloque tenu à Rouen du 2 au 6 octobre 1984, édités par Alain Niderst, Paris, P.U.F., 1985, p. 197-204 et Naissance de l’écrivain : sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, éditions de Minuit, 1985.
27 François Bouquet, Points obscurs et nouveaux dans la vie de Pierre Corneille : étude historique et critique avec pièces justificatives, Paris, Hachette, 1988, p. 1-30 et André Le Gall, Corneille en son temps et en son œuvre : enquête sur un poète de théâtre au xviie siècle, Paris, Fayard, 1997, p. 10-15.
28 Voir François Bouquet, Points obscurs […], op. cit., p. 92-95.
29 Pour quelques indications sur les troupes, voir Alan Howe, (éd.), Le Théâtre professionnel à Paris (1600-1649), Archives Nationales, Documents du Minutier Central, Paris, 2000 ; pour une poignée de documents relatifs aux privilèges de certaines des pièces de Corneille et aux négociations qu’ils suscitèrent entre ses imprimeurs, voir Alan Howe (éd.), écrivains de théâtre (1600-1649), Paris, Archives Nationales, Documents du Minutier Central, Paris, 2005, p. 36-52. Pour les éditions des œuvres de Corneille, voir émile Picot, Bibliographie cornélienne, Paris, Auguste Fontaine, 1876 et P. Le Verdier et E. Pelay, Additions à la Bibliographie cornélienne, Rouen et Paris, 1908.
30 Voir Antoine Aubéry, Histoire du Cardinal de Richelieu, Paris, 1660, p. 611 et les lettres de Corneille à Boisrobert citées dans L’Histoire de l’Académie française de Paul Pellisson, reprises dans Corneille, Œuvres, t. I, p. 803-809.
31 Jean Chapelain, Lettres de Jean Chapelain de l’Académie française, éd. par P. de Tamizey de Laroque, Collection des documents inédits sur l’histoire de France, nouvelle série, Paris, 1880, 2 vol., tome I, p. 367.
32 Alain Riffaud, « Corneille et l’impression de ses livres : de l’indifférence à l’innovation », dans Pratiques de Corneille, actes du colloque de Rouen (6-9 juin 2006), réunis par Myriam Maître, Rouen et Le Havre, P.U.R.H., à paraître en 2007. Je remercie l’auteur d’avoir eu la gentillesse de me communiquer son texte avant sa publication. Voir aussi d’Alain Riffaud, son Théâtre imprimé (1630-1650), Matière à dire, Le Mans, 2006. Ce cédérom présente et situe les ateliers des libraires sur le plan de Paris, liste les ouvrages passés sous leurs presses, et fournit le répertoire de tous leurs ornements (pour se procurer le cédérom : matiere@wanadoo.fr).
33 Corneille, Œuvres complètes, textes établis et annotés par Georges Couton, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1980-1987, 3. vol., tome I, p. 613.
34 C’est cas notamment pour Cinna ou la clémence d’Auguste (voir Bibliographie cornélienne, op. cit., nº 20, p. 25) et pour le Dessein de la Tragédie d’Andromède qui nécessita un lourd investissement en raison des gravures (voir Bibliographie cornélienne, op. cit., nº 54, p. 60). L’impression « aux dépens de l’auteur », quand elle eut lieu, constituait pour Corneille une utilisation particulièrement habile de ses capitaux locaux : geste de soutien vis-à-vis de l’imprimeur rouennais, elle permettait aussi au dramaturge de s’assurer que les libraires parisiens ne le frustreraient pas des fruits de son labeur.
35 Pour de plus amples analyses voir Déborah Blocker et Elie Haddad, « Patronage et statut d’auteurs : formes et enjeux des pratiques de protection dans la querelle du Cid (1637) », à paraître dans French Historical Studies au printemps 2008.
36 Les Corneille ne pouvaient nullement se comparer à l’aristocratie locale des parlementaires normands décrite par Jonathan Dewald dans The Formation of a Provincial Nobility : The Magistrates of the Parlement of Rouen, 1499-1610, Princeton, Princeton U. P., 1980.
37 Voir le texte dans Jean-Marc Civardi (dir.), La Querelle du Cid (1637-1638) : édition critique intégrale, Paris, Champion, 2004, p. 1133-1147. Le texte est resté inachevé et ne fut jamais imprimé.
38 L’Anatomie du Cid, ibid, p. p. 1145 : « D’autre costé ses parents, qui sont tous Villains le regardoient avec desdain et se deffioient autant de luy depuis sa nouvelle dignité, que les Marchands d’un homme de Justice qui s’est jeté dans leur alliance. Ce sont gens qui n’ont accoustumé de porter l’espéë que pour se deffandre des volleurs quand Ils vont a la Campagne, ou lors que la necessité publique les oblige d’entrer en garde pour aller a la porte de leur ville ; Mais comme Ilz ne sont pas si scrupuleux que d’en venir aux armes pour un dementy et que leurs mains leur font raison de toutes les Injures qui ne meritent pas d’implorer le secours de la Justice aussy n’ayment Ilz pas la conversation des Nobles a qui le doigts fretillent tousjours, & qui croyent que leur honneur n’est qu’au bout de leur Espéë ; de maniere que ce pauvre gentilhomme moderne, estoit a la veille d’estre deslaissé d’un chacun, et de se veoir presque en l’estat d’un Chartreux, sans avoir pris l’habit ny receu l’obedience des peres. »
39 L’Anatomie du Cid, op. cit., p. 1142.
40 Voir Amable Floquet, « Sur le rôle de politique de Corneille pendant la Fronde, document communiqué à l’Académie de Rouen par Amable Floquet dans la séance du 18 novembre 1836 », repris dans Guizot, Corneille et son temps, op. cit., p. 291-296. Plusieurs érudits du xixe siècle ont montré que Corneille fut nommé le 15 février 1650 procureur des États de Normandie, avant de vendre, un mois plus tard, l’ensemble de ses autres charges. Depuis janvier 1647, Corneille était membre de l’Académie française, qui, avant de l’élire, avait exigé de lui qu’il promette de résider à Paris. Il est donc possible que la vente de ses charges – le 18 mars 1650 – se soit effectuée dans le cadre d’une lente entreprise de relocalisation à destination de la capitale. Mais le problème est en réalité plus complexe. Car, lorsque Mazarin fit nommer Corneille dans cette charge, il cherchait probablement d’abord à destituer son précédent détenteur, Baudry. Cet homme était en effet une créature l’ancien gouverneur de Normandie, le duc de Longueville, l’un des chefs de parti de la Fronde aristocratique. Les lettres patentes portant nomination précisaient clairement qu’« estant necessaire de la [la charge] remplir de quelque personne capable et dont la fidélité et affection soit connue, Sa […] Majesté a fait le choix du Sieur de Corneille », explicitant ainsi que l’auteur de théâtre était perçu en haut lieu comme un partisan fidèle et sûr, à un moment où le jeune Roi, Reine régente, et le Mazarin, fuyant devant les entreprises des frondeurs, avaient dû trouver refuge à Rouen. Or cette charge de procureur était théoriquement une commission à la nomination des seuls États et elle était incompatible avec tout autre office de magistrature, ce qui explique vraisemblablement aussi pourquoi Corneille vendit ses charges à ce moment précis (voir Charles de Beaurepaire, Cahiers des États de Normandie sous Louis XIII et Louis XIV, introduction en tête du tome III, p. XXI). Il est cependant peu probable que Corneille ait pensé s’installer durablement dans cette charge prestigieuse et lucrative. Peut-être Mazarin même ne l’avait-t-il placé là que pour le faire bénéficier temporairement des gages de Baudry (1800 livres), à un moment où les pensions aux hommes de lettres étaient payées très irrégulièrement. Le dramaturge n’exerça en tout cas pas activement ses fonctions : puisque les États ne siégèrent pas entre 1643 et 1655 (François Bouquet, Points obscurs […], op. cit., p. 116-118), la fonction avait dû lui être présentée comme une sorte de sinécure, susceptible de lui rapporter provisoirement autant ou plus que ses charges à la Table de Marbre (épices comprises) sans exiger de lui de réel travail. La lettre de cachet qui l’institua dans son rôle de procureur stipulait d’ailleurs que la nomination était temporaire : Corneille devait exercer cette charge « jusques à la tenue des états prochains, et jusques à ce qu’il en soit autrement ordonné par Sadite Majesté ». De fait, en mars 1651, dès que le vent eut tourné de nouveau, le dramaturge fut lui-même remplacé par Baudry, mais non sans demander le paiement de ses gages – d’où il suivit une contestation.
41 Pour les lectures politiques les plus explicites, voir Georges Couton, La Vieillesse de Corneille (1658-1684), Paris, Maloine, 1949 et Corneille et la Fronde : théâtre et politique il y a trois siècles, Clermont-Ferrand, 1951, ainsi que Michel Prigent, Le Héros et l’Etat dans la tragédie de Pierre Corneille, Paris, P.U.F., 1986.
42 Le frontispice du Leviathan de Hobbes (1651) est un bon exemple des déplacements que subissent, au milieu du xviie siècle, les conceptions participatives de la monarchie : le tronc du souverain est composé d’une infinité de corps, mais sa tête et surtout sa couronne, toutes deux démesurées, sont pleinement siennes, figurant le siège de son pouvoir.
43 Voir par exemple, La Victoire du Sieur Corneille, Scudery et Claveret dans La Querelle du Cid, op. cit., p. 545-551.
44 Jean Mairet, Espistre familière du Sr Mairet au Sr Corneille sur la tragi-comedie du Cid, dans La Querelle du Cid, op. cit., p. 806.
45 [Corneille ?] Avertissement au besançonnois Mairet, dans La Querelle du Cid, op. cit., p. 854.
46 Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature, op. cit., p. 292-307.
47 Corneille, Œuvres, I, p. 833-834.
48 L’expression « muse de province » fut réemployée par Corneille dans des sens voisins, notamment dans une lettre à Constantin Huyghens. Corneille y désigne en effet le tome I de ses Œuvres parues en 1648 – et qui contient les comédies – en ces termes : « Ce sont les péchés de ma jeunesse et les coups d’essai d’une muse de province qui se laissait conduire aux lumières purement naturelles et n’avait pas encore fait réflexion qu’il y avait un art de la tragédie, et qu’Aristote en avait laissé les préceptes. » (Corneille, Œuvres, I, p. 625).
49 Corneille, Œuvres, I, p. 834 : « Vous nous en [des règles de la poétique] avez facilité les connaissances, écrivait-il au ministre, puisque nous n’avons plus besoin d’autre étude pour les acquérir, que d’attacher nos yeux sur Votre Eminence quand elle honore de sa présence et de son attention le récit de nos Poèmes. C’est là que lisant sur son visage ce qui lui plaît, et ce qui ne lui plaît pas, nous nous instruisons avec certitude de ce qui est bon, et de ce qui est mauvais, et tirons des règles infaillibles de ce qu’il faut suivre et éviter. C’est là que j’ai souvent appris en deux heures ce que mes livres n’eussent pu m’apprendre en dix ans ; c’est là que j’ai puisé ce qui m’a valu l’applaudissement du Public, et c’est là qu’avec votre faveur j’espère puiser un jour assez pour être une œuvre digne de vos mains. »
50 Corneille, Œuvres, t. II, avertissement des éditions collectives de 1644 et 1648, p. 187-188 : « Comme Dieu m’a fait naître mauvais courtisan, j’ai trouvé dans la cour plus de louanges que de bienfaits, et plus d’estime que d’établissement. Ainsi étant demeuré provincial, ce n’est pas merveille si mon élocution en conserve quelquefois le caractère. »
51P. Pellisson-Fontanier, Relation contenant l’histoire de l’Academie françoise, Paris, Augustin Courbé, 1653, p. 361.
52 Ibid. p. 362.
53 Ibid. p. 362-363 : « M. Corneille fut pourtant reçu, au lieu de Maynard, parce qu’il fit dire à la Compagnie qu’il avait disposé ses affaires de telle sorte qu’il pourroit passer une partie de l’année à Paris. » Voir la reconstitution que G. Couton propose de tout l’épisode dans la notice accompagnant le discours de réception de Corneille à l’Académie, voir Corneille, Œuvres, II, p. 1379-1380.
54 Corneille, Œuvres, II, p. 432.
55 Gui Patin, dans Lettres de Gui Patin, nouvelle édition augmentée de lettres inédites, précédée d’une notice biographique, accompagnée de remarques scientifiques, historiques par J.-H. Reveillé-Parise, Paris, J.-H. Baillière, 1846, III, p. 13-14 : « M. Pellisson, tout habile homme qu’il est, s’est fait bien des ennemis par son Histoire de l’Académie. M. Corneille, illustre faiseur de comédies, écrit contre lui, de même que Charles Sorel. Je n’y ai encore guère lu de choses, mais il s’est trompé en de certains éloges, entre autres ceux de M. de Bourbon et de M. de Méziriac, que j’ai connus particulièrement. » (cité par Georges Mongrédien, Recueil […], op. cit., p. 139)
56 P. Pellisson-Fontanier, Relation contenant l’histoire de l’Academie françoise, augmentée de plusieurs ouvrages du mesme auteur, Paris, Louis Billaine, 1672, p. 355-356.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Déborah Blocker, « Une « muse de province » négocie sa centralité : Corneille et ses lieux », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2008-01 | 2008, mis en ligne le 08 novembre 2008, consulté le 25 juin 2016. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/2133 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.2133

Haut de page

Auteur

Déborah Blocker

Ancienne élève de l’école Normale Supérieure de la rue d’Ulm, Déborah Blocker est agrégée de lettres modernes et docteur en littérature et civilisation françaises de l’Université de Paris-III. Elle est actuellement assistant professor dans le département de français de l’Université de Californie Berkeley. Son livre Instituer un « art » : politiques du théâtre dans la France du premier xviie siècle paraîtra chez Honoré Champion en 2008. Elle s’engage actuellement dans une enquête plus large, interrogeant l’émergence, la circulation et l’institutionnalisation des discours sur les arts dans l’Europe de l’époque moderne (1500-1800).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page