Navigation – Plan du site

La localité du centre. Paris-Rome-Versailles-Villiers-le-Bel : les lieux de deux curés de la région parisienne au xviie siècle

Dinah Ribard et Nicolas Schapira

Résumé

Les lieux du pouvoir comme lieux sociaux sont pour l’historien nécessairement des lieux écrits – même le château de Versailles a bien changé depuis le xviie siècle et ce qui reste de la vie de cour gît dans des écrits tels que ceux que nous examinons dans cet article, ou encore dans ceux de Saint-Simon. Ces lieux ont été écrits : ce fait têtu doit diriger notre regard vers leurs producteurs, vers les enjeux et les modalités de leur production. Cela vaut pour les lieux du pouvoir, mais aussi pour toutes les appartenances qui apparaissent si vite et si naturellement comme des cadres du comportement des acteurs et des explications de leur choix d’écriture : paroisses, ordres religieux, église, institutions politiques. Faire apparaître l’action entre les lieux d’ancrage de l’écriture et l’écriture elle-même, c’est tout le sens du chemin fait ici avec le chanoine de Saint-Victor, curé de Villiers-le-Bel et, en 1655, conclaviste du cardinal Grimaldi Gourreau de la Proustière, et avec François Hébert, le curé de Versailles au temps de Fénelon. Dans leurs Mémoires, l’un et l’autre produisent les lieux vivants qu’ils traversent comme des lieux sociaux dans lesquels inscrire leur action, dans une tension permanente entre ceux qui sont posés comme centraux (Paris, Versailles, Rome) et ceux, à l’écart, où ils situent leur écriture. Mais ce faisant, ils participent à la constitution continue du pouvoir central, dont on saisit concrètement la fabrication par toutes sortes d’acteur, y compris certains de ceux qui ne sont pas en position de participer naturellement à ce pouvoir.

Haut de page

Texte intégral

1Qu’est-ce que des écrits qui localisent ? L’idée n’est pas ici de comprendre la dimension locale de l’écriture, le cadre local dans lequel elle prend sens et agit, mais de repérer et d’analyser des opérations faites avec des lieux. Certes, les historiens ont mis depuis longtemps en évidence l’importance de l’inscription locale des individus pour comprendre le fonctionnement de la société d’Ancien régime, et cela vaut aussi pour les écrits qui y ont été produits. Mais notre projet est ici, plus spécifiquement, d’interroger la manière dont des acteurs sociaux écrivaient la réalité sociale dans laquelle ils s’inscrivaient en y désignant des lieux, c'est-à-dire la manière dont ils produisaient des lieux sociaux pour s’en servir dans leurs actions. Avec de tels écrits, ils faisaient en quelque sorte à l’avance ce qui est aujourd’hui une démarche d’historien du social : contextualiser des comportements, des trajectoires, en les localisant. Analyser ces textes qui produisent des lieux vise alors, pour nous, à les replacer dans le passé où ils prenaient sens comme actions, et à ressaisir par là le mouvement qui mène du savoir qu’ils proposent vers notre savoir : des lieux désignés par les acteurs du passé aux lieux de l’historien.

  • 1  Mémoires de Philippe Gourreau de la Proustière, chanoine de Saint-Victor de Paris et curé de Villi (...)

2Nous partirons des Mémoires de Philippe Gourreau de la Proustière, qui fait exister dans son récit plusieurs lieux avec une grande intensité : l’abbaye de Saint-Victor à Paris dont il est chanoine, Villiers-le-Bel où il est curé, Rome où il va assister à un conclave1. Nous voudrions restituer le mouvement d’écriture et les effets des actions d’écriture qui ont été celles de Gourreau érigeant ces lieux bien réels, dans leur concrétude, en lieux sociaux, c'est-à-dire en lieux d’action. Il ne s’agit là ni de lieux origines (ou d’institutions), qui expliqueraient une trajectoire ou une pensée, ni de lieux théoriques mobilisables dans le discours et reconnaissables par nous comme appartenant à un mode de pensée, comme par exemple l’Eglise par opposition au monde. Ce sont des mises en œuvre écrites de lieux vivants.

  • 2  Cf. Christian Jouhaud, « Pouvoir, souveraineté, domination », Critique, 660, « Leçons de Foucault  (...)
  • 3  Cf. Jean-Baptiste Capit, « Le petit monde de Saint-Victor de Paris. Le recrutement des religieux ( (...)

3Ces mises en œuvre passent par la création d’oppositions ou de polarisations, c'est-à-dire par un discours sur le centre – le lieu du pouvoir, auquel ce discours oppose les lieux de l’écriture, posés par là comme périphériques2. Ainsi, chez Gourreau, Villiers-le-bel, le village, s’oppose à quelque chose qui serait le centre. Mais ce centre, sous sa plume, n’est pas seulement Saint-Victor, l’abbaye dont dépend le bénéfice local dont il est titulaire, vieille et prestigieuse abbaye parisienne où les fils de bonne famille comme lui mènent une vie d’étude3. Le centre peut être aussi le cardinal Grimaldi, qui vient en retraite à Villiers-le-bel, chez Gourreau, alors qu’il s’agit d’un personnage extrêmement important dans l’Eglise, ancien nonce, cardinal, bientôt archevêque d’Aix. Et c’est encore le pouvoir politique, représenté dans le récit par différentes figures qui surgissent à certains moments et sont alors très présentes (la reine Anne d’Autriche, Louis XIV, Séguier, Le Tellier, ou encore la duchesse d’Aiguillon). Nous allons voir que Villiers-le-Bel, tout excentré que Gourreau le présente, est pourtant avec lui bien plus proche qu’on ne le croirait de ces différentes instances de pouvoir.

4Notre objectif est donc aussi de saisir les moyens et les enjeux des rapports tissés par des écrivains entre les lieux d’où ils écrivent et qu’ils écrivent et le lieu du pouvoir (le lieu qu’ils écrivent comme le lieu du pouvoir). Nous n’allons pas considérer ce lieu du pouvoir comme un centre immobile d’où partent des injonctions et qui serait regardé par des témoins décrivant un fonctionnement. Nous allons le considérer comme le font nos auteurs, qui littéralement le mettent en œuvre dans leurs écrits, c'est-à-dire le produisent comme centre pour l’utiliser comme tel. Ce centre apparaît ainsi comme travaillé, saisi, utilisé par toute une série d’acteurs (dont certains inattendus), ce qui signifie qu’il est un lieu social. Il n’en est pas moins un lieu spécifique (non réductible aux appropriations dont il fait l’objet), mais il faut voir que cette spécificité elle-même, cette différence elle-même est le produit d’un travail des acteurs, notamment par l’écriture. Il ne s’agit donc pas de dire qu’il n’y a pas de pouvoir central, mais de voir comment ce pouvoir central est constitué continûment comme du centre, y compris par des acteurs qui ne sont pas en position de participer naturellement à ce pouvoir.

5Nous nous servirons aussi, mais simplement en contrepoint, des mémoires de François Hébert, qu’il écrivit alors qu’il était devenu évêque d’Agen, mais qui portent sur la période où il était curé de Versailles. Dans ce cas, la tension entre local et central passe entre Versailles comme paroisse et Versailles comme château, siège du pouvoir royal. Ce qui rassemble ces deux acteurs est bien sûr leur appartenance commune à l’église, et le fait qu’ils y occupent des places somme toute modestes : ce ne sont pas des prélats. Nous allons nous efforcer de ne pas penser, ni faire penser, que l’église étant par définition un lieu (une institution) spécifique et autonome, le jeu des écrits de ces deux hommes avec les lieux, et notamment avec le lieu du pouvoir politique, s’expliquerait par cette appartenance. Nous ne postulons pas que l’église est un lieu ; mais il sera bien sûr intéressant de voir si, quand, et comment l’église devient un lieu lorsqu’elle est mobilisée comme telle par l’écriture de nos prêtres.

La monarchie à Saint-Victor

  • 4  Joseph Bergin, Cardinal de La Rochefoucauld. Leadership and Reform in the French Church, New Haven (...)
  • 5  L’une d’elles est l’oraison funèbre du père de Gourreau, qui met en valeur son appartenance à la n (...)
  • 6  Vita et martyrium magistri Thomae, prioris regalis abbatiae S. Victoris parisiensis, Auctore F. Ph (...)

6Les mémoires de Philippe Gourreau de la Proustière sont un très long texte, rédigé entre 1653 et 1691, conservé à la Bibliothèque Nationale et inédit jusqu’à sa publication par Béatrix de Buffévent en 1990 (même s’il a été utilisé auparavant par des historiens). Ces mémoires ne sont pas, loin de là, le seul écrit de Gourreau, qui a énormément écrit et même publié. La liste de ses ouvrages comprend d’abord un ensemble de pamphlets pour défendre Saint-Victor contre Sainte-Geneviève. Cette autre grande abbaye parisienne avait en effet entrepris, dans les années 1630-1640, de réunir dans une congrégation unique toutes les abbayes de chanoines réguliers, ce qui était une partie d’une politique de réforme religieuse plus large dont l’acteur principal était le cardinal de La Rochefoucauld4. Les ouvrages de Gourrau comprennent aussi de nombreuses oraisons funèbres dont deux ont été imprimées5, une Vie de Saint Thomas – un saint de Saint-Victor6 – et bien d’autres écrits produits dans le cadre des diverses fonctions de Gourreau et qui se trouvent rassemblés dans ses mémoires. Maintes séquences du récit débouchent rapidement sur la reprise d’un discours prononcé dans une circonstance ou une autre. Gourreau a en effet été sous-prieur dans les années 1640, puis il est devenu curé de Villiers-le Bel et a laissé de nombreux sermons de cette période, puis il a été élu prieur de Saint-Victor (1663), avant de revenir en 1666 à Villiers-le-Bel – la charge de prieur était triennale. Tout cela pour dire qu’il a beaucoup écrit, même s’il ne fait sans doute pas figure d’auteur : il n’a pas laissé de grande œuvre savante, à la différence d’un certain nombre de ses confrères mais il a sans doute plus écrit que d’autres, du fait qu’il s’est beaucoup impliqué dans la vie de sa communauté.

7Saint-Victor était réputée pour ses savants, pour sa bibliothèque et pour les assises solides de ses chanoines, issus en très grande majorité du monde des notables de la capitale. Abbaye ancienne, prestigieuse, elle était bien visible dans le paysage parisien : elle en constituait  sans conteste l’un des lieux – un lieu de visite, par exemple, pour les étrangers de passage, et un lieu de séjour pour des hôtes de marque comme le cardinal Grimaldi qui y vécut un temps. Aussi la très forte présence de Saint-Victor dans les mémoires de Gourreau semble-t-elle très naturelle : a priori, l’abbaye est le lieu où s’inscrit son écriture, c’est toujours vers elle qu’il la tourne – notamment lorsqu’il envisage de rassembler ses sermons ou ses discours et de les léguer à ses confrères, ou qu’il fait le compte des travaux effectués dans son bénéfice de Villiers-le-Bel à l’intention de son successeur (forcément un victorin, puisque Villiers-le-Bel appartient à Saint-Victor). D’ailleurs le manuscrit de la Bibliothèque Nationale vient très probablement de Saint-Victor.

8Mais cette inscription est aussi travaillée par Gourreau : on en a un premier signe dans le fait qu’il explicite très fréquemment dans le texte de ses mémoires des manières de faire ou des réalités propres à Saint-Victor, comme s’il pensait à des lecteurs extérieurs au monde de l’abbaye. Il faut donc penser que ses mémoires sont aussi un discours sur Saint-Victor (et son histoire récente) adressé à d’autres, avec la vive conscience que Saint-Victor n’est pas un lieu commun. Or c’est dans cette démarche d’explicitation que surgissent des réalités locales, construites d’emblée – dès le début des mémoires – dans un rapport à un autre lieu : le lieu du pouvoir. On va le voir dans l’analyse de l’une des séquences où des discours anciens sont mis en récit par Gourreau, de manière ici particulièrement remarquable.

  • 7  Mémoires, op. cit., p. 77.

9En mai 1645, un Louis XIV âgé de sept ans, dans le cadre d’une sorte de programme de visite des lieux importants de Paris, vient à Saint-Victor où il est reçu par l’abbé, c'est-à-dire en fait par la chancelière Séguier, qui reçoit pour son petit-fils, l’abbé de Coaslin, encore enfant lui aussi. Gourreau de la Proustière, en tant que sous-prieur et à la place du prieur malade, harangue le roi. Il insiste dans son discours sur le caractère de fondation royale (par Louis VI) de Saint-Victor et sur la fonction guerrière de l’abbaye, qui prie, en accord avec le nom de son saint, pour la victoire contre les ennemis. Il ouvre sa péroraison par ces mots : « Venez donc, Sire, s’il vous plaît, entrez dans ce lieu qui est à vous »7.

  • 8  BNF Ms Fr 24080-24081. Le récit de la visite de Louis XIV se trouve dans le premier tome de ce Mem (...)

10Ainsi, dans le cadre de ses fonctions, Gourreau lie l’existence de l’abbaye à une nature et à une fonction monarchiques, c'est-à-dire légitime par là son autonomie (on est dans le contexte des conflits avec Sainte-Geneviève). Et on pourrait dire qu’il reproduit ce discours dans ses mémoires, vingt ans après, parce qu’il s’est agi là d’un grand moment de sa carrière qu’il veut mettre en valeur. D’ailleurs, on sait que ce discours a effectivement été considéré comme réussi : il est évoqué élogieusement dans le Mémorial du chanoine (contemporain de Gourreau) Jean de Toulouze, récit plus officiel de la vie de l’abbaye au xviie siècle qui est aussi à la Bibliothèque Nationale8. A priori, il n’y aurait là qu’une inscription discursive dans des réalités institutionnelles : Saint-Victor est effectivement une fondation royale où il y a des cérémonies, le roi fait normalement le tour des lieux de ce genre, et Gourreau parle dans le cadre d’une charge ecclésiastique.

11Mais la production de Saint-Victor en lieu royal et en lieu monarchique ne s’arrête pas à cette circonstance dans les Mémoires. Aussitôt à la suite de ce passage, Gourreau insère une série de discours sur le même thème qui ont la particularité de n’avoir pas été prononcés. L’un est un discours à Anne d’Autriche à l’occasion de sa Régence, préparé dans la perspective d’une visite protocolaire de la reine, mais cette fois c’est Gourreau qui ne se trouvait pas à l’abbaye le jour dit. Un autre avait été préparé dans l’éventualité d’une venue de la reine d’Angleterre réfugiée en France, mais il n’a pas été prononcé non plus. Enfin et surtout, Gourreau a rédigé un discours pour l’entrée de Louis XIV et Marie-Thérèse à Paris en 1660, alors même qu’il n’avait jamais été question d’une visite du couple royal à Saint-Victor dans le cadre de cette cérémonie. De fait, Gourreau appelle son discours un « jeu de mon esprit », il continue par « je me figure ce qui suit, m’imaginant les recevoir tous deux à Saint-Victor », et voici le début de son discours :

  • 9  Mémoires, op. cit., p. 80.

Je prendray la liberté, Sire, de représenter à V.M. qu’il estoit bien convenable qu’elle choisit ce lieu pour le centre et presque le premier, de ses dévotions publiques puisqu’il est consacré à l’honneur d’un saint capitaine […] dont le nom exprime les victoires et qui a fait triomfer vos ancestres de leurs ennemys.9

12Dans l’ensemble de cette séquence, Gourreau écrivain développe son propos en constituant une série de discours appuyés sur le premier d’entre eux, qui est le seul à avoir été réellement prononcé. Quel est ce propos ? L’invention pour Saint-Victor d’une place centrale dans la dévotion royale. Il joue pour cela la carte attendue de la tradition qui fortifie, comme on le voit dans la dernière citation. Mais Gourreau met aussi en évidence l’abbaye – la tradition qu’elle représente, les activités qui s’y déroulent, les chanoines savants qui la peuplent – comme propice à la production de discours adéquats à l’action du pouvoir politique. Un passage du discours à Anne d’Autriche est très significatif de ce point de vue :

  • 10  Mémoires, op. cit., p. 79.

Nous n’avons pas accoutumé de parler aux Roys ny aux Reines, mais je vous puis asseurer, Madame, que nous avons accoutumé de prier pour les uns et les aultres. C’est assez, Madame, que nous sachions que Votre Majesté jouit du repos pour asseurer le nostre, et ressemblant aux pieds de l’orloge nous tâchons de donner le mouvement par nos vœux continuels, aux resorts que nous ne voyons point.10

  • 11  Louis Marin, « Pour une théorie baroque de l’action politique. Les Considérations politiques sur l (...)

13L’ajustement de l’activité spécifique des moines – prier dans la retraite – au discours sur le secret nécessaire à l’exercice du pouvoir, si prégnant dans cette période, est ici  particulièrement réussi11.

14Avec cet ensemble de discours, Gourreau fait donc défiler les principales figures du pouvoir monarchique à Saint-Victor pour entendre qu’elles ont besoin de ce lieu, et besoin d’y aller pour y recevoir une parole sur leur nature. Ce faisant, il magnifie certes le pouvoir monarchique comme pouvoir central rayonnant, mais en même temps, il loge Saint-Victor dans ce centre : avec le chanoine, c’est de Saint-Victor que le pouvoir royal rayonne. Ce rayonnement, c'est-à-dire cette localisation, s’appuie certes sur des cérémonies, mais est bien organisé par une opération d’écriture. Décrire ce que fait Gourreau comme une opération de localisation, c’est donc se donner la possibilité de voir les moyens – de mise en forme par l’écriture, notamment – qu’exige la transformation permanente d’un lieu en lieu social. Cela se voit nettement avec Saint-Victor, mais ne voit-on pas là aussi comment le pouvoir central se trouve (re-)produit d’être saisi par des acteurs sociaux  dans leurs opérations ? Gourreau, bien sûr, ne parle pas lui-même de lieux sociaux : Saint-Victor et le pouvoir central sont saisis par son écriture comme lieux pour agir, comme lieux où loger une ou des actions. Voilà ce que nous appelons des lieux sociaux du passé.

15à regarder Gourreau manipuler, construire, faire des lieux sociaux (notamment, ici, en attrapant deux lieux ensemble dans son écriture), on voit apparaître le pouvoir central dans une lumière singulière. En tant qu’il est ici lui-même un lieu social, il se révèle comme accessible, touchable, atteignable par la parole par des acteurs secondaires – plus accessible qu’on n’aurait tendance à le croire. Au reste, le pouvoir est-il ailleurs que dans les multiples lieux où il va se faire constituer, et qui se trouvent eux-mêmes constitués par là comme des lieux de pouvoir ? Certains de ces lieux, continûment constitués comme tels, sont plus solides que d’autres, mais le mouvement qui porte les acteurs du pouvoir à en consolider certains est contrebalancé par un mouvement inverse de recherche de lieux toujours plus adéquats à sa fabrication. Quoi qu’il en soit, parmi ces lieux, il y a Saint-Victor. Or Saint-Victor, ce sont des chanoines, un sous-prieur, un abbé, et inévitablement de ce fait des discours de cérémonie, des demandes qu’il faut au moins un peu entendre, des images qui restent de ces rencontres, et que l’on peut mobiliser dans des actions d’écriture. Et c’est comme cela que le pouvoir – et jusqu’à ce pouvoir qui s’est tant voulu absolu – peut être mû par de « petits » acteurs sociaux.

16Inversement, parmi les lieux sociaux tels qu’on les observe ici, il y en a qui sont institutionnellement faibles, quasi non-marqués, et qui n’en sont pas moins en tant que tels constitués en lieux sociaux, donc en lieux d’où et où des actions peuvent être menées de manière déterminée. C’est ce que va nous montrer le travail d’écriture de Gourreau sur son bénéfice de Villiers-le-Bel.

Villiers-le-Bel et Rome : le centre de la chrétienté

  • 12  Jérôme-Luther Viret, Valeurs et pouvoir. La reproduction familiale et sociale en Ile-de-France. Ec (...)

17En 1648, Gourreau devient curé-prieur de Villiers-le-Bel, un bénéfice dépendant de Saint-Victor, situé dans le Nord de la région parisienne, et caractérisé par la présence d’une importante communauté protestante, liée à une industrie locale, la dentelle, fabriquée dans la région et destinée au marché parisien12. C’est un beau bénéfice, et l’exercice d’une charge de prieur fait partie des possibilités de carrière financièrement intéressantes offertes aux chanoines – cela dit pour relativiser et l’idée que Gourreau s’exilerait à la campagne, et celle qu’il aurait fait là un choix excentrique. Selon lui, l’installation à Villiers-le-Bel correspond pourtant à une lassitude face aux intrigues du cloître, auxquelles il semble du reste avoir beaucoup participé. En particulier, il a mené bataille contre l’instauration du triennat, c'est-à-dire l’élection d’un nouveau prieur de l’abbaye (le dirigeant effectif sous l’autorité du lointain abbé commendataire) tous les trois ans, et non plus à la mort du précédent. Combat perdu : le triennat est instauré en 1641. Entre 1642 et 1648, on l’a vu, il a été sous-prieur, c'est-à-dire adjoint de deux prieurs différents, mais dans un contexte de conflit entre factions qui le rendait à la fois indispensable aux prieurs et incapables de devenir lui-même prieur :

  • 13  Mémoires, op. cit., p. 91.

Jétais dégousté de la charge de sous-prieur. J’en désirai une sortie honnorable. Mon orgueil me faisait appréhender un degré inférieur. […] le triennat m’ôtait la pensée du priorat outre que plusieur se défiaient de moy, et les autres me craignaient. De quitter la charge sans bénéfice, je ne pouvois m’y résoudre.13

  • 14  Dans l’avant-propos, il lie l’écriture à sa condition campagnarde : « Le lieu dans lequel je suis (...)

18Ainsi, selon Gourreau le choix d’aller occuper une cure à la campagne correspond à un calcul de perdant dans un rapport de force interne et à une retraite. A priori, donc, Villiers-le-Bel ne devrait pas être un lieu, mais un espace d’attente et de faible intensité par rapport à Saint-Victor, à la rigueur le lieu de l’écriture par opposition aux lieux de l’action, d’autant plus que Gourreau ne cesse de dire qu’il y est devenu paysan et que son écriture n’est qu’une compensation de l’oisiveté14. De fait c’est bien là qu’il commence ses Mémoires – mais, puisque ce n’est pas là son premier écrit, on ne peut interpréter chez lui l’écriture comme une compensation. Surtout, on va voir que Gourreau fait de sa cure un lieu intensément travaillé, source de multiples opérations.

19La première d’entre elles repose sur un écrit envoyé de Rome à ses paroissiens : une lettre écrite alors qu’il était au conclave de 1655. Le cardinal Grimaldi l’avait en effet choisi pour être l’un des deux conclavistes auxquels il avait droit pour l’assister pendant la durée de l’élection du pape. Cette lettre, Gourreau l’avait écrite pour qu’elle soit lue en chaire par son remplaçant, et il la recompose dans ses mémoires, l’original, dit-il, s’étant perdu. Or il s’agit d’un texte extrêmement travaillé, notamment par rapport à d’autres passages reconstitués à partir d’écrits ou de discours produits dans le passé : Gourreau, ici, est très soigneux de reproduire ce morceau de bravoure.

20Le ton en est très particulier : le curé de Villiers-le-Bel a composé une lettre d’amour à ses paroissiens, dans laquelle il déplore être séparé d’eux et montre tout ce qu’il fait pour réduire cette séparation (« si je ne vous entretiens je prie pour vous. Si je ne prie je vous écris. Si je n’écris, je sacrifie afin qu’en quelque manière que ce soit, vous soyez l’objet de mes soins et de mes veilles […] nous ne faisons qu’un corps puisque je ne me sépare point de votre société dans l’exercice du sacrifice, des prières et de l’affection »). Il justifie quand même cet éloignement, c'est-à-dire sa présence à Rome, mais toujours par rapport à ses paroissiens. Il affirme ainsi que sa participation au conclave le fortifie dans une foi qu’il va pouvoir par là mieux transmettre à ses ouailles :

  • 15  Mémoires, op. cit., p. 193-194.

Il a plu à la divine providence de me conduire jusques au sépulcre des apostres, jusques aux lieux où il a destiné saint Pierre […] le centre de la religion […] C’est là, comme aussi du conclave où se traite devant mes yeux le mystère de l’élection d’un pape, où je contribue de tout ce que je peux à une si sainte action et si fort nécessaire pour l’Eglise […] c'est-à-dire où je me confirme dans la même foi d’où je puise des forces pour vous assister […] afin qu’à mon retour je vous serve plus solidement et plus utilement […] Je dois pratiquer la doctrine que j’y apprends afin qu’on sache qu’à Villiers-le-Bel, à Rome et ailleurs je ne travaille que pour vous. A Rome, pour mon instruction ; chez vous, à l’exécution.15

21Que fait ici Gourreau ? Alors même qu’il est à Rome, il se tourne et se transporte à Villiers-le-Bel, mis en mouvement comme lieu d’accomplissement d’une pastorale, et cela, afin de pouvoir se représenter comme conclaviste légitime, sans doute à ses propres yeux puisqu’il reproduit cette lettre dans ses mémoires, sans doute aussi aux yeux d’autres acteurs qui l’entouraient alors à Rome. Les Mémoires racontent peu avant ce passage que Gourreau avait en fait été choisi tardivement par Grimaldi : celui-ci lui avait d’abord simplement proposé d’être du voyage de Rome, et c’est en chemin que, leur amitié s’affermissant, le Cardinal aurait décidé de faire de lui l’un de ses conclavistes, non sans difficulté et négociations (il est régulier, donc en principe interdit de conclave, et par ailleurs en butte à l’hostilité d’un rival, neveu de Grimaldi). Dans ce cadre, il apparaît que la lettre de Gourreau servait à construire sa légitimité en l’appuyant sur son rapport intime avec son lieu propre, sa paroisse. En tout cas, c’est là l’opération réalisée en la réinscrivant dans ses mémoires, où elle précède immédiatement sa sortie volontaire de Rome et le montre libre de l’attraction qu’exercent le centre de la chrétienté et ses multiples possibilités de carrière.

  • 16  Histoire du conclave d’Alexandre VII, Bibl. Maz, Ms 1162. Il existe deux éditions (toutes deux ano (...)
  • 17  BNF Ms. fr. 24081 (Seconde partie du memorial du RP jean de Thoulouze…), fol. 93-94. Le passage co (...)

22Il est intéressant de noter que Gourreau choisit de reproduire dans ses Mémoires cet écrit-là, alors qu’il en a envoyé d’autres, et notamment un autre, de Rome en France, et que ces autres écrits ont sans doute sur le moment eux aussi servi à le constituer en conclaviste légitime, c'est-à-dire alors en homme d’intrigues avisé. Ces intrigues, il les a en effet racontées dans son Histoire du conclave, dont une copie est aujourd’hui conservée à la Bibliothèque Mazarine16. Il s’agissait là d’un manuscrit séparé, envoyé de Rome à Saint-Victor, et qui a largement circulé d’après lui. De cet écrit-là, il ne dit pourtant pas grand-chose dans ses Mémoires, de même qu’il ne raconte pas à nouveau les intrigues du conclave, car c’est avant tout comme curé qu’il choisit de s’y construire. A Rome, la lettre qu’on a vue le posait comme curé, mais elle lui permettait par là, à l’abri de cette légitimité, d’agir en chanoine politique comme compagnon du Cardinal Grimaldi. Réinscrite dans les Mémoires, elle le constitue en bon pasteur. L’action d’écriture romaine supposait déjà une formalisation et une localisation, mais elle est ici ressaisie et épurée : dans le passage qui vient d’être analysé, il n’y a que Rome et Villiers-le-Bel, deux centres d’action. Mais en 1655, c’était à Paris, à Saint-Victor, que les écrits du conclaviste Gourreau étaient d’abord destinés : on le voit par la reprise en abrégé de son récit du conclave dans le Mémorial de Jean de Toulouze, qui fait à cette occasion l’éloge de son confrère17.

La proximité du centre

  • 18  Sur l’importance de ce type d’interventions, voir Christian Jouhaud, Sauver le Grand-Siècle ? Prés (...)
  • 19  Cf. Béatrix de Buffévent, L’Economie dentellière en région parisienne au XVIIe siècle, op. cit.

23Au début de la Fronde, pendant le blocus de Paris de l’hiver 1649, alors que les troupes royales tenaient les abords de la capitale,  Gourreau est allé réclamer au ministre Le Tellier des lettres pour détourner les soldats de son village – il le raconte dans ses Mémoires, pour affirmer que son intervention a été efficace18. Ce type de mise en œuvre, en faveur de Villiers-le-Bel, d’une proximité au pouvoir politique – due sans doute à sa qualité de chanoine de Saint-Victor et, indissociablement puisqu’il est chanoine grâce à sa famille, à ses relations familiales – n’est pas unique dans le récit des Mémoires. Ainsi, on le voit quelques années plus tard solliciter efficacement de puissantes dames charitables (parmi lesquelles la duchesse d’Aiguillon, nièce du défunt cardinal de Richelieu, ainsi que la sœur du premier président au Parlement de Paris, Mademoiselle de Lamoignon) lorsqu’un édit de 1660 proscrivant les dentelles d’or et d’argent prive la population de Villiers-le-Bel de sa source principale de revenu. La région était en effet spécialisée dans la fabrication de ces dentelles19.

  • 20  Le récit de cette affaire occupe les chapitres 49 et 50 des Mémoires (p. 226-236)

24Selon Gourreau, les dames acceptent de secourir les pauvres, et décident en même temps d’envoyer dans la région une mission pour s’occuper des âmes. Mais il affirme qu’il s’agissait avant tout pour elles d’obtenir la tête du curé de Sarcelles, un voisin et très bon ami de Gourreau, qui vient juste de raconter comment cet ami avait été injustement compromis par les agissements d’une fausse sainte du nom de Louise. Ce curé l’avait en effet protégée, cautionnée, et la réputation de sainteté de la jeune femme était montée jusqu’à la reine mère, avant qu’elle ne soit démasquée par l’intervention de dévotes parisiennes. Louise finira enfermée, mais le curé de Sarcelles s’est trouvé fortement mis en cause dans cette affaire, que Gourreau raconte d’une manière défavorable aux dévotes qui s’en sont mêlées20.

25Les Mémoires nouent ensemble les deux affaires, dans une scène où Gourreau comprend que la mission proposée par la duchesse d’Aiguillon vise en réalité son ami le curé de Sarcelles. Il propose alors que la mission vienne d’abord à Villiers-le-bel :

  • 21  Mémoires, op. cit., p. 237

Je leur dis que la mission était avantageuse partout, mais que je croyais qu’elle l’était d’autant plus à Villiers-le-Bel, que ce lieu était fort nombreux et mêlé de beaucoup d’hérétiques et que pourvu qu’on y envoyât d’habiles gens, je ne désespérais pas d’un bon succès ; que je demandais qu’elle commençât par moi et qu’après cela, ayant essuyé le plus grand travail, ils pourraient se délasser à Sarcelles où ils trouveraient peu de travail, cette paroisse étant des mieux réglées du diocèse. Elles approuvèrent ma proposition et pas une ne répliqua rien sur le sujet de Sarcelles.21

  • 22  « Il est à souhaitter que ces bonnes gens ayent de la pietté et de l’expérience n’estant pas fort (...)

26Villiers-le-Bel devient donc ici le lieu de fixation d’un adversaire qu’il s’agit de détourner de sa cible. Pour ce faire, Gourreau mobilise ce qui est probablement alors le lieu le plus commun sur Villiers, et qui revient du reste sans cesse dans ses Mémoires : la présence dans le village de nombreux protestants. Ce qu’il faut tout particulièrement remarquer là, c’est la manière de se loger dans l’action du pouvoir – en l’occurrence les puissantes dames de charité – en utilisant Villiers-le-Bel pour détourner cette action, c'est-à-dire la manière dont Gourreau transforme en force son appartenance à un lieu pour lequel il était au départ venu demander de l’aide en employant ses propres forces, ses propres possibilités sociales. Ici, Villiers-le-Bel devient lui-même une source d’une de ses possibilités d’action, une source du pouvoir de Gourreau. Mais pour cela, il faut qu’il reste Villiers-le-Bel, et c’est ce que permet de formaliser (donc, pour nous, de comprendre) ce qui vient aussitôt après ce récit dans les Mémoires : la retranscription d’un sermon fait par Gourreau à ses paroissiens au moment (1661) où la mission (un groupe de prédicateurs venus de Saint-Lazare) est arrivée dans le village. Le Gourreau narrateur des Mémoires dit qu’il ne tient pas ces prédicateurs en haute estime22, mais le Gourreau de 1661, tel que son sermon reconstitué par lui-même dans les Mémoires le donne à voir, insiste au contraire, pour ceux qui l’écoutent, sur l’importance de leur venue. Et, ce faisant, il tient sur ce qu’est Villiers-le-Bel un discours qui, pour le lecteur des Mémoires, est en complète contradiction avec ce que Gourreau vient de lui donner à voir sur son efficacité auprès de la duchesse d’Aiguillon. Le chanoine-curé s’y déclare en effet totalement impuissant, tout comme ses paroissiens eux-mêmes, devant le malheur économique qui frappe le village :

  • 23  Mémoires, op. cit., p. 238.

Je sais et je vois votre peine, sans y pouvoir remédier […] Ce décri de dentelles vous arrache de mon sein et je voudrais bien vous y retenir […] et qui n’en serait touché de voir des enfants qui demandent du pain et de n’avoir personne qui leur en coupe. A qui s’en prendre ? que faire ? C’est une force supérieure, nous n’avons ni le pouvoir, ni la volonté d’y résister. Il se faut adresser à Dieu dont les autres sont les instruments de sa justice.23

27Voilà Gourreau dans son village, pliant devant les décisions incompréhensibles du pouvoir politique (l’édit contre les dentelles). Mais cela, c’est pour les gens de Villiers-le-Bel qu’il le dit (plus précisément : qu’il écrit qu’il l’a dit), et non pas pour le lecteur de ses Mémoires, qui peut à la fois admirer le sermon sur le malheur des temps et l’habileté tactique du chanoine qui lui sert d’introduction.

  • 24  Mémoires, op. cit., ch. 65, p. 274-278.
  • 25  Chantilly, Musée Condé, série P, tome 104, lettre de Philippe Gourreau de la Proustière du 22 nove (...)

28Le lieu social de la retraite – Villiers-le-Bel en tant que construit par une série d’actions en lieu social de la retraite – n’est d’ailleurs pas utilisé que par Gourreau, ce qui est un indice de la réussite de celui-ci dans la production d’un lieu social. En 1661-62, le cardinal Grimaldi, en conflit avec la cour, est empêché de retourner directement dans son archevêché d’Aix ; il doit attendre et solliciter pour pouvoir descendre en Provence. Au lieu de rester à Paris, il va alors à Villiers-le-Bel, chez Gourreau. Il ne vient pas là se cacher ; au contraire, il accomplit par ce séjour un geste ostensible de retraite, qui, pour être compris comme tel, s’accompagne d’une intense activité épistolaire. Précisons : ce qui nous intéresse ici, c’est le fait que Gourreau construit continûment Villiers comme lieu social de la retraite en montrant dans ses Mémoires comment Grimaldi utilise lui-même ainsi la cure du chanoine. Il nous montre aussi qu’il a profité de ce séjour du prélat chez lui pour renouer des liens étroits avec un puissant qui lui était désormais redevable de cette retraite. Leur complicité de lettrés et de fins politiques n’est pas à chercher ailleurs que dans de telles opérations menées en commun, en l’occurrence une opération de localisation. Du reste, on peut voir que Grimaldi a continué à contribuer à l’action de Gourreau dans les années qui ont suivi : il lui envoyait des copies de certaines de ses lettres politiques, que Gourreau pouvait lui-même faire circuler, et qui sont glissées dans ses Mémoires. L’une d’elles, raconte-t-il, fut envoyée à Le Tellier qui la lui avait demandée. Et Grimaldi lui demandait aussi des lettres, notamment une du cardinal de Retz. Lieu de retraite et en tant que lieu de retraite, Villiers-le-Bel était donc avec Gourreau le centre d’un commerce de lettres à visée politique24. Et vue sous cet angle, une lettre comme celle qui se trouve dans les Archives du Musée Condé, où Gourreau fait l’éloge de l’action des troupes de Condé à Villiers-le-Bel au moment de la Révocation de l’édit de Nantes – non reprise dans les Mémoires –, cesse de ne pouvoir être lue que comme un témoignage de l’adhésion du curé à la répression du protestantisme : il faudrait elle aussi l’analyser comme action25.

  • 26  Cardinal de Retz, Mémoires, troisième partie, éd. Simone Bertière, Paris, Livre de Poche / Classiq (...)

29Retz, qui vient d’être mentionné, est un personnage important des Mémoires de Gourreau. Il y apparaît à plusieurs reprises, il y est toujours favorablement traité, et Gourreau tient à montrer qu’il le connaissait, voire qu’il était un de ses partisans. Il s’était même offert, raconte-t-il, à partager sa prison après le suicide du prêtre à qui cette fonction avait été dévolue à Vincennes. Retz est en particulier intensément présent dans le passage organisé autour du conclave – qu’il a lui-même raconté, d’ailleurs, dans des pages célèbres de ses propres Mémoires26.

  • 27  Bibl. Maz, Ms 1162, p. 62-66 : « Il n’est pas hors de propos de toucher deux mots du cardinal de R (...)
  • 28 Cf. Richard M. Golden, The Godly Rebellion. Parisian Curés and the Religious Fronde, 1652-16662, Ch (...)

30Ce passage nous permet en fait de voir comment Rome, elle aussi, est produite comme lieu par Gourreau. Le récit manuscrit intitulé Histoire du conclave, que ses Mémoires ne reprennent pas, comme on l’a dit, représente en fait un éloge des capacités de Retz – opposées à la balourdise et à l’impuissance de plusieurs autres cardinaux du camp français – et de son amour de la France27. En envoyant ce récit à Saint-Victor, en 1655, Gourreau prenait position dans les affrontements politiques parisiens, alors dominés par l’action des partisans de Retz dans l’église. On se souvient qu’à la fin de la Fronde, Retz, devenu archevêque de Paris (1652), avait été arrêté, conduit à Vincennes puis dans les prisons de Nantes, dont il s’était évadé pour rejoindre Rome ; de là, il pouvait animer une agitation permanente, qu’on a appelée la « Fronde des curés », contre les tentatives du pouvoir royal de le faire renoncer à ses droit d’archevêque sur le clergé de la capitale28. On voit que l’Histoire du conclave de Gourreau ne pouvait que servir cette politique : il agissait ici en membre du clergé parisien. Rome, centre par excellence pour un ecclésiastique, n’est donc pas regardée par Gourreau auteur de l’Histoire du conclave dans sa puissance et son rayonnement. Elle est bel et bien utilisée, faite objet de localisation, devenue lieu social – en tant qu’elle permet d’agir à Paris.

31Reste que ce n’est pas cette action d’écriture romaine que Gourreau a choisi de favoriser dans le récit de ses Mémoires, mais celle, on l’a vue, qui était tournée vers Villiers-le-Bel – cela, alors même que son Histoire du conclave a eu suffisamment d’impact à Saint-Victor pour être reprise dans le Mémorial de Jean de Toulouze, cette presque histoire officielle de l’abbaye. Il y a là un choix, celui de se localiser avant tout, pour finir, dans sa cure de campagne. Mais ce choix-là ne recouvre pas, dans les Mémoires, les autres localisations qu’on a vu s’y déployer, pour la bonne raison que cette ultime contextualisation est réalisée avec la matière de toutes les autres, ainsi révélées à nos yeux. Gourreau de la Proustière n’est pas un simple témoin qui prend la plume au soir de sa vie.

Contre-épreuve : François Hébert, curé de Versailles

32Confronter ce qu’on a vu chez Gourreau à un autre écrit permettra de faire ressortir les points saillants de l’analyse. Cet écrit, ce sont les Mémoires de François Hébert, le curé de Versailles du temps de Madame de Maintenon. Le récit d’Hébert commence in medias res avec une opération de localisation aussi frappante que celles qu’on a tenté d’observer chez Gourreau. Il raconte comment la Dauphine a déchiré de ses mains une page du registre de mariage de la paroisse de Versailles, parce que sur cette page une de ses dames d’honneur avait usurpé (à ses yeux) un nom de famille qui la rattachait à la famille royale de Bavière. Hébert termine ce qui constitue l’ouverture de ses Mémoires par une réflexion :

  • 29  Mémoires du curé de Versailles François Hébert 1686-1704, publiés avec une introduction par George (...)

Le roi ayant su ce qui s’était passé en parla au sieur de Jouhé [le prédécesseur d’Hébert dans la cure de Versailles], ne désapprouvant pas ce qu’il avait fait en cette rencontre [donner aux mariés les qualités qu’ils voulaient] ; mais celui-ci ayant représenté à Sa Majesté qu’on ne pouvait pas toucher à des registres publics si précieux aux familles et desquels on tire souvent des preuves pour leur assurer leurs biens et leur repos, Elle ordonna au bailli de Versailles de dresser dans le même registre un acte par lequel il marquerait que ce feuillet en avait été tiré par ses ordres, ce qui fut exécuté sans qu’on y marquât la raison de cette aventure, dont il est bon de conserver la connaissance par ces mémoires.29

  • 30  Mémoires du curé de Versailles, op. cit., p. 4-7.

33Hébert fait ici de sa position institutionnelle un lieu social logé dans l’espace curial mais qui ne s’identifie pas à lui, et même s’oppose à une action royale, parce que ce lieu a sa logique propre. Au seuil de ses Mémoires, Hébert installe ainsi spectaculairement la légitimité de son récit, qui puise sa force dans cette localisation. Juste après, un autre épisode fonctionne de la même manière. Il s’agit du récit des événements qui ont précédé l’opération de la fistule de Louis XIV : Hébert raconte que Louvois, pour permettre au chirurgien de se faire la main, faisait venir de Paris des malades à opérer, qu’il fallait enterrer secrètement lorsqu’ils venaient à mourir. Hébert, curé de Versailles et donc chargé des enterrements, écrit ici ès qualités30. Comme chez Gourreau, on voit à l’œuvre la force d’une écriture qui localise, ici afin de produire comme lieu social une institution, la paroisse, qui pouvait sembler inexistante dans le voisinage du palais. Hébert entre dans l’écriture – dans l’écriture de ce texte, plus précisément – par ce lieu qui lui donne l’autorité nécessaire pour parler.

34Par la suite cependant, son écriture se transforme : il cesse d’enraciner son observation de Versailles dans un lieu propre. Il se met à raconter la politique du temps du point de vue d’un observateur certes ecclésiastique mais sans appartenance particulière : ses paroissiens, les courtisans, n’apparaissent presque jamais comme tels. Et plus encore : Hébert lui-même ne se loge jamais dans sa paroisse. Son récit, certes, est bien action – il prend sens dans le conflit janséniste du début du xviiie siècle, dans lequel Hébert, devenu évêque d’Agen, était fortement engagé comme adversaire des jansénistes, qu’il fait apparaître dans ses mémoires comme de dangereux manœuvriers – mais cette action ne passe pas par une localisation. De ce fait, aujourd’hui, ce texte n’est plus qu’une chronique parmi d’autres de la très riche vie politico-religieuse du royaume sous Louis XIV. Ainsi Hébert, dans l’écrit même où il essaie d’apparaître comme un acteur influent (notamment par ses conseils à Madame de Maintenon), choisit pourtant de ne plus être qu’un spectateur, c'est-à-dire de s’inscrire naturellement dans le lieu du pouvoir, sans plus chercher à consolider le sien propre : dans cette opération, le centre a absorbé son écriture. Pour nous, c’est à la fois un signe de la force d’attraction de ce centre et un rappel du fait que cette force d’attraction était aussi le produit de choix comme celui d’Hébert.

Conclusion

35Les lieux du pouvoir comme lieux sociaux sont pour l’historien nécessairement des lieux écrits – même le château de Versailles a bien changé depuis qu’Hébert s’y promenait et ce qui reste de la vie de cour gît dans des écrits tels que le sien (ou ceux de Saint-Simon …). Ces lieux ont été écrits : ce fait têtu doit diriger notre regard vers leurs producteurs, vers les enjeux et les modalités de leur production. Cela vaut pour les lieux du pouvoir, mais aussi pour toutes les appartenances qu’on considère si vite et si naturellement comme des cadres du comportement des acteurs et des explications de leur choix d’écriture : paroisses, ordres religieux, église, institutions politiques. Faire apparaître l’action entre les lieux d’ancrage de l’écriture et l’écriture elle-même, c’était tout le sens du chemin fait avec Gourreau de la Proustière et François Hébert.

36Ce chemin ne mène pas au relativisme, il ne se termine pas au tournant linguistique. à faire l’histoire non des acteurs mais avec eux – ceux qui écrivent, ce qui permet aussi de voir tous ceux qui n’écrivent pas mais sont écrits –, on se donne les moyens d’approcher les liens entre les lieux traditionnels du savoir historique en regardant comment les acteurs les ont peuplés, vécus, manipulés. Cette histoire des localisations célèbre-t-elle la toute-puissance de l’acteur individuel dans le monde social ? Certes non : les opérations d’un Gourreau et d’un Hébert sont aimantées par des forces dont ils ne sont pas la source. Dans leurs actions, c’est bien la puissance d’une abbaye comme Saint-Victor et la puissance bien plus grande de la cour de France qui apparaissent. Mais ce qui apparaît aussi, c’est comment ces puissances se nourrissaient de multiples tentatives pour les mobiliser – voire les détourner – dans des opérations singulières. Enfin, les actions de Gourreau et d’Hébert n’ont que la taille de leurs possibilités : les acteurs individuels sont aussi des acteurs inégaux.

37Nos acteurs ne sont-ils que des écrivains, et n’y a-t-il d’acteurs qu’écrivains ? Certes non, là encore : considérer les écrits comme des actions permet de faire voir tout ce qu’ils tissent d’actions qui ne sont pas d’écriture. La matière des Mémoires de Gourreau de la Proustière saisis comme action d’écriture, est l’ensemble des actions de sa vie, à nouveau remises en mouvement. Ainsi, ce que des écrivains nous permettent de voir, ce sont les mécanismes, les étapes, les retours en arrière, les reprises, les chemins de traverse de la fabrication des lieux sociaux par des actions, qui n’est perçue ailleurs que comme résultat. Agir par l’écriture signifie mettre ensemble plusieurs temps, produire des décalages et, pour nous, des indices du travail humain qui a constitué la réalité passée que nous cherchons à comprendre. Les scripteurs sont donc des acteurs précieux pour l’historien ; surtout, faits objets d’étude, ils permettent de ne pas oublier combien l’écrit, en réalité, pèse dans nos possibilités de saisir le passé.

Haut de page

Notes

1  Mémoires de Philippe Gourreau de la Proustière, chanoine de Saint-Victor de Paris et curé de Villiers-le-Bel (1611-1694), texte établi et annoté par Béatrix de Buffévent, Paris, Fédérations des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Île-de-France, 1990.

2  Cf. Christian Jouhaud, « Pouvoir, souveraineté, domination », Critique, 660, « Leçons de Foucault », mai 2002, p. 368-380.

3  Cf. Jean-Baptiste Capit, « Le petit monde de Saint-Victor de Paris. Le recrutement des religieux (1re moitié du xviie siècle) » dans Paris et ses campagnes sous l’Ancien Régime. Mélanges Jean Jacquart, textes réunis par Michel Balard, Jean-Claude Hervé, Nicole Lemaître, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 293-300.

4  Joseph Bergin, Cardinal de La Rochefoucauld. Leadership and Reform in the French Church, New Haven / London, Yale University Press, 1987 ; Isabelle Brian, Messieurs de Sainte-Geneviève. Religieux et curés, de la Contre-Réforme à la Révolution, Paris, Cerf, 2001, p. 17-85.

5  L’une d’elles est l’oraison funèbre du père de Gourreau, qui met en valeur son appartenance à la notabilité parisienne (Discours funèbre fait en l’honneur de Monsieur Gourreau, conseiller du Roy, & Général en sa Cour des Aydes, Seigneur de la Proustière, & des Paluau, décédé le 24. Decembre 1635,par son fils religieux de S. Victor, A Paris, chez Pierre Targa, imprimeur ordinaire de Mgr l’archevêque de Paris, 1635). La deuxième oraison funèbre publiée par lui est celle du duc d’Angoulême, seigneur de Villiers-le-Bel (Oraison funèbre en l’honneur de tres haut et puissant prince messire Louis de Valois Duc d’Angoulesme […] decedé à Paris le 3e novembre 1653 faite et prononcée le 15 decembre dans l’eglise de Villers le Bel, par F. Philippe Gourreau ; Chanoine regulier de l’Abbaye S. Victor & Prieur dudit Villers le bel, A Paris, chez Jacob Chevallier, s. d.).

6  Vita et martyrium magistri Thomae, prioris regalis abbatiae S. Victoris parisiensis, Auctore F. Philippo Gourreau, Parisiis, C. Savreux, 1665.

7  Mémoires, op. cit., p. 77.

8  BNF Ms Fr 24080-24081. Le récit de la visite de Louis XIV se trouve dans le premier tome de ce Memorial du RP. Jean de Thoulouze sixieme prieur vicaire a st victor de paris depuis le vingtcinquieme iour d’avril 1605 jour de sa reception a la clericature jusqu’au dernier jour de l‘an mil six cent cinquante deux, fol. 776-777. Ce premier tome a récemment été édité : Le Mémorial de Jean de Toulouze, édition établie par Jean-Baptiste Capit, Turnhout, Brepols, 2001.

9  Mémoires, op. cit., p. 80.

10  Mémoires, op. cit., p. 79.

11  Louis Marin, « Pour une théorie baroque de l’action politique. Les Considérations politiques sur les coups d’état », dans Politiques de la représentation, éd. établie par Alain Cantillon et al., Paris, Kimé, 2005, p. 191-232 ; voir aussi Grihl, Miroirs de la raison d’état, Cahiers du CRH n°20, avril 1998, consacrée à la discussion de l’article de Marcel Gauchet, « L’état au miroir de la raison d’état : la France et la chrétienté », dans Yves-Charles Zarka (éd.) Raisons et déraison d’Etat. Théoriciens et théories de la raison d’état aux xvie et xviie siècles, Paris, P.U.F., 1994, p. 193-244.

12  Jérôme-Luther Viret, Valeurs et pouvoir. La reproduction familiale et sociale en Ile-de-France. Ecouen et Villiers-le-Bel (1560-1685), Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2004 ; Béatrix de Buffévent, L’économie dentellière en région parisienne au xviie siècle, Pontoise, Société historique et archéologique de Pontoise, du Val d’Oise et du Vexin, 1984.

13  Mémoires, op. cit., p. 91.

14  Dans l’avant-propos, il lie l’écriture à sa condition campagnarde : « Le lieu dans lequel je suis retiré, Villiers-le-Bel, lieu de campagne, m’esloignant de la foule et de la grande société des villes, je pourrois mesme vaquer à des desseins de plus grande importance sy j’en estois capable, sans grande distraction, m’a engagé à cet exercice. » (Mémoires, op. cit., p. 31). Plus loin, voici comment il décrit sa vie de curé à Villiers : « On est désintéressé au commencement, on ayme Dieu, on parle de Dieu et puis on s’anime du jeu de leur conversation, puis du spirituel au bavardage. On se réduit dans le ménage d’une maison avec des serviteurs ; on entre dans leur intérest ; on se despouille de toutte aultre affection ; on devient enfin laïcque et paisant […] » (p. 101)

15  Mémoires, op. cit., p. 193-194.

16  Histoire du conclave d’Alexandre VII, Bibl. Maz, Ms 1162. Il existe deux éditions (toutes deux anonymes) de ce texte, ce qui confirme les affirmations de Gourreau sur sa circulation : Le Conclave d’Alexandre VII ou Relation véritable de tout ce qui s’est passé & négocié au Conclave tenu à Rome depuis le 17 Janvier jusqu’au 7 Avril 1655 au sujet de l’élection du Cardinal Fabio Chigi Siennois, depuis appelé Alexandre VII Pape, Avec les Articles qui furent alors concertés entre les Cardinaux, & arrêtés dans le Conclave auparavant l’élection, Le tout fidèlement décrit par un Conclaviste, présent au Conclave de cette élection, tiré de son Cabinet, & nouvellement mis au jour, s. l., 1666 et Le Conclave d’Alexandre VII ou Relation véritable de tout ce qui s’est passé & négocié au Conclave tenu à Rome depuis le 17 Janvier jusqu’au 7 Avril 1655 au sujet de l’élection du Cardinal Fabio Chigi Siennois, depuis appelé Alexandre VII Pape, Avec les Articles qui furent alors concertés entre les Cardinaux, & arrêtés dans le Conclave auparavant l’élection, Le tout fidèlement décrit par un Conclaviste, présent au Conclave de cette élection, tiré de son Cabinet, & nouvellement mis au jour, Cologne, 1667.

17  BNF Ms. fr. 24081 (Seconde partie du memorial du RP jean de Thoulouze…), fol. 93-94. Le passage commence ainsi : « Monsieur le Cardinal Grimaldi notre ancien hoste étoit arrivé à Rome le 9 janvier, & entrant dans le conclave il prit pour son principal conclaviste le père Philippe Gourreau notre Confrère prieur de Villiers-le-Bel [… nous reproduirons …] sa relation comme oculaire, & fort intelligente & exacte en cette matière. » Le récit qui suit, mais pas l’éloge de Gourreau, a été édité par Fourier Bonnard, « Le Conclave de 1655 d’après les mémoires d’un conclaviste parisien », Revue du monde catholique, janv. 1906, p. 180-193.

18  Sur l’importance de ce type d’interventions, voir Christian Jouhaud, Sauver le Grand-Siècle ? Présence et transmission du passé, Paris, Seuil, 2007, p. 257-266.

19  Cf. Béatrix de Buffévent, L’Economie dentellière en région parisienne au XVIIe siècle, op. cit.

20  Le récit de cette affaire occupe les chapitres 49 et 50 des Mémoires (p. 226-236)

21  Mémoires, op. cit., p. 237

22  « Il est à souhaitter que ces bonnes gens ayent de la pietté et de l’expérience n’estant pas fort bien fournis de connoissances. C’est leur profession : s’ils en avoient davantage, ils se desplairoient aux missions de la campagne […] Ils ne convertirent pas un de nos hérétiques », Mémoires, op. cit., p. 240-241.

23  Mémoires, op. cit., p. 238.

24  Mémoires, op. cit., ch. 65, p. 274-278.

25  Chantilly, Musée Condé, série P, tome 104, lettre de Philippe Gourreau de la Proustière du 22 novembre 1685.

26  Cardinal de Retz, Mémoires, troisième partie, éd. Simone Bertière, Paris, Livre de Poche / Classiques Garnier, 1998, p. 1157-1193.

27  Bibl. Maz, Ms 1162, p. 62-66 : « Il n’est pas hors de propos de toucher deux mots du cardinal de Rets puis qu’un accident de la providence la conduit dans le conclave […] Il s’est comporté dans ce lieu fort sagement, dans une modestie et retraitte continuelle d’estudiant y ayant composé de beaux ouvrages et particulierement une piece latine aux Evesques fort ample, et une en françois sur le subject de sa premiere lettre quy fut bruslée, qu’il avoit adressée au clergé. Il n’a point donné au jour ces deux ouvrages la patience ayant vaincu son ressentiment.

Les cardinaux françois ne luy parloient point, il leur fist néantmoins dire d’abord que s’ils vouloient luy communiquer leur dessein, qu’il y contribueroit comme un bon françois, jamais il ne démentiroit cette qualité ou qu’il tascheroit de le deviner à leur reffus sinon qu’il iroit toujours au meilleur. […] Ce pendant il estoit considéré comme l’oracle de la science que les cardinaux consultoient sur les difficultez qui se presentoient […] On envoya au conclave un livre grec en langue vulgaire composé en hollande pour attirer les grecs à l’heresie et à la conformité des opinions de ces heretiques. Il le leut en trois jours et il en rendit raison aux cardinaux ce quy fut estimé extraordinaire et ainsy de tout ce qu’on proposoit il en donnoit l’esclaircissement.

Un iour que l’ambassadeur d’Espagne fut trouver les cardinaux pour leur justiffier l’entrée de leur armée dans le modenois, il dit entre autre chose que le Roy son maistre estant le filz aisné de l’Eglise se garderoit bien de la troubler tandis qu’elle estoit recueillie pour luy donner un chef. Lors qu’on rapporta ce discours dans la congregation dans tous les Cardinaux, le Cardinal de Retz a la nouvelle de cette qualité pretenduë croiant que les Cardinaux d’este, Antoine et Ursin qui estoient presens releveroient cette injure faicte a la France, les deux autres Biequy et grimaldy estant malades dans leurs chambres, mais comme ils observoient le silence, il dit qu’il avoit attendu que les autres qui estoient obligez d’office eussent parlé mais a leur defaut qu’il s’estonnoit du procedé d’Espagne de ce qu’il prenoit une qualité qui appartenoit au Roy de France tant par les merites de ses ancestres que par les siens : qu’il s’y opposoit et qu’il demandoit que son opposition fut inserée a la marge et a l’endroit de cette pretention ; quelques cardinaux espagnols grommelerent un peu comme le Cardinal Colonna sans bruit toutefois, cela fut trouvé d’autant plus loüable qu’il fut dit par un Cardinal disgracié, mais comme le mal qu’il souffre vient d’autruy il n’a peu se dispenser de son devoir ny estouffer les bons sentimens que sa naissance et sa qualité luy prescrivent pour son pais et pour son Roy et comme on s’estonnoit que les autres n’eussent rien dit on adjousta qu’ils estoient estrangers mercenaires et que le bon sang ne pouvoit mentir le Cardinal Grimaldy fut fort marry de ne s’y estre pas trouvé pour signaler en cette occasion son zele pour la France et il en sceut fort bon gré au Cardinal de Retz, qu’au moins il eust humilié le faste espagnol, lors qu’on faisoit courir le bruit qu’il en avoit receu assistance cette rebuffade estoit une conviction de son integrité. »

28 Cf. Richard M. Golden, The Godly Rebellion. Parisian Curés and the Religious Fronde, 1652-16662, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 1981.

29  Mémoires du curé de Versailles François Hébert 1686-1704, publiés avec une introduction par Georges Girard, Paris, Les 2ditions de France, 1927, p. 4.

30  Mémoires du curé de Versailles, op. cit., p. 4-7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dinah Ribard et Nicolas Schapira, « La localité du centre. Paris-Rome-Versailles-Villiers-le-Bel : les lieux de deux curés de la région parisienne au xviie siècle », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2008-01 | 2008, mis en ligne le 24 novembre 2010, consulté le 22 août 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/2193 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.2193

Haut de page

Auteurs

Dinah Ribard

Maître de conférences au CRH-EHESS

Articles du même auteur

Nicolas Schapira

Maître de conférences à l’Université de Marne la Vallée

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org