Navigation – Plan du site

Saint-Junien début de siècle, à travers trois récits distincts

Vincent Brousse

Résumés

À partir de trois récits distincts étalés sur 60 ans et tous relatifs à une période très brève de l’histoire, au début du xxe siècle, d’une ville industrielle du Limousin, Saint-Junien, il s’agit de confronter trois points de vue, celui d’un prêtre Simon Delort, celui d’un militant de l’Action française Georges Gaudy, et celui d’un militant anarchiste Jean Bourgoin.
Le propos vise à interroger la présentation historique de la ville, sa construction mémorielle, certains de ses acteurs de premier plan, et l’émergence d’une société nouvelle en construction où les libertaires semblent, un instant, jouer le premier rôle. Cela permet aussi de comprendre pourquoi aujourd’hui, toujours municipalité communiste, depuis 87 ans, Saint-Junien est demeurée « la ville rouge ».

Haut de page

Texte intégral

1Saint-Junien, bastion communiste presque ininterrompu du Limousin, – si ce n’est la parenthèse 1939-1944 – offre trois récits distincts qui retracent la situation de la cité entre la fin du xixe siècle et les années 1910. Trois acteurs locaux qui ne manquaient pas de se connaître, offrent ainsi au lecteur trois récits distincts sur un bastion anarchiste à l’aube du xxe siècle.

2Dressons tout d’abord la toile de fond de Saint-Junien. La ville, située dans la vallée de la Vienne, trente kilomètres en aval de Limoges, a vu sa population augmenter très rapidement à la fin du xixe siècle, passant de 5 900 habitants en 1851 à 11 400 en 1901, soit un quasi doublement en l’espace de cinquante ans. Cet accroissement est surtout sensible à l’extrême fin du xixe siècle, où des paysans pauvres des campagnes environnantes affluent vers cette ville pour s’embaucher principalement dans la mégisserie1. Cette population est jeune : 42 % a moins de 20 ans2. Deux modes de production se juxtaposent au sein de l’industrie des cuirs et peaux à Saint-Junien, artisanat pour la ganterie et industrie capitaliste pour la mégisserie. C’est dans ce secteur que les premières grèves, celles de la répétition générale avant l’affrontement, ont lieu dans la deuxième moitié de l’année 1901. Puis, c’est sur la question de la modernisation de l’appareil productif et de la hiérarchisation encore plus poussée des postes de travail, que se déclenche dans la mégisserie le 15 janvier 1902, le premier conflit dégénérant en affrontements violents. Violences qui vont perdurer jusqu’en mai 1906, date de la défaite définitive de la tentative libertaire3.

3Présentons sommairement, les trois témoins : un prêtre qui va officier près d’un quart de siècle, né en 1837 et qui décède au début de 1911. Un militant d’Action Française, devenu romancier, né en 1895 et décédé à l’âge de 93 ans et enfin un militant libertaire né en 1884 et mort vingt ans avant l’écrivain royaliste.

4Ces trois récits sont écrits à des moments différents, l’un au fil du temps, celui de l’abbé Simon Delort, jamais publié, donc de 1887 à 1911 inclus ; celui du monarchiste Georges Gaudy paraît en 1925, probablement rédigé après 1922 et son retour sur la scène politique locale, le dernier est très postérieur, rédigé lors de la retraite de l’auteur, Jean Bourgoin, publié en 1964. Notons au passage que nous pouvons affirmer de manière certaine que probablement seul le dernier témoin a pu lire un des autres écrits, l’ouvrage de Gaudy. Quant à savoir si Gaudy et Bourgoin ont pu lire les écrits du « for privé » de l’abbé, les conditions matérielles semblent impliquer une réponse négative. L’interaction entre les trois récits est donc a minima, mais elle nous semble agir néanmoins pour le dernier ouvrage publié.

5Quand il entreprend de rédiger ses mémoires, à la fin des années 1950, Jean Bourgoin est alors âgé de plus de 70 ans et il est devenu un tout autre homme que celui décrit dans cet ouvrage4. Retraité de l’armée, il est rentré au service des poudres en 1912, ayant donné des cours de comptabilité et d’administration aux élèves ingénieurs militaires des Poudres, c’est un catholique croyant sinon fervent. Il n’est pas insensible aux honneurs, nommé chevalier de la légion d’honneur en 1933 et officier le 17 février 1950.

6Retiré à Chabanais, il écrit lui-même ce récit d’une vie, dont seul le passage relatant les événements survenus à Saint-Junien au début de ce siècle, de 1901 à 1906, va intéresser l’éditeur. Ce sera Les Antitout, titre choisi par la maison d’édition, sorti en 1964, avec l’annonce d’une publication à venir de deux autres parties, Jeantounet5 et Le Pain et la Foi, qui resteront à l’état de manuscrits. Jean Bourgoin meurt à Chabanais à l’âge de 84 ans, le 25 mai 1968, durant les événements. Rallié à De Gaulle, il ne comprend pas l’aspect antigaulliste de cette contestation.

7Lorsque paraît Les Antitout, la seule autre publication relatant ce qui s’est tramé à Saint-Junien au début du xxe siècle, est le fait de Georges Gaudy, un militant d’Action Française de cette ville, monarchiste et catholique, qui en 1925 publie La Ville rouge, un ouvrage codé où les noms ont été modifiés, et empreint d’une « esthétique barrésienne […] où se mêle un sentiment de tristesse et de regret devant l’effacement des coutumes d’autrefois. »6 Cependant, si l’impression de Gaudy est teintée d’amertume et d’aigreur parfois, celle de Bourgoin est fraîche et plaisante. Son écriture est en effet différente, car il est loin de regretter le temps passé. Même si pointe la condamnation de ses propres agissements passés, comme dans cette ouverture du chapitre VI, intitulée Les Précurseurs de l’auberge triste, où il stigmatise les jeunes libertaires de son groupe :

[…] emmaillotés dans leur profession, munis des œillères résultant de leurs lectures à sens unique, tenus sous pression par l’atmosphère de leur milieu surchauffé, projetés hors d’eux-mêmes par leur jeunesse impétueuse et la nouveauté exaltante de leur foi.7

8Georges Gaudy, né en 1895, exprime lui, « une profonde méfiance face aux transformations apportées par la modernité. Un parfum de mélancolie imprègne tout le texte tant Gaudy semble vivre la fin d’un monde, ‘l’agonie d’une race finissante’»8. Il n’a pas vécu un rôle de premier plan durant les événements du début du siècle – il a alors entre 6 et 10 ans, et c’est davantage à travers le rôle de son père, à travers ce prisme paternel qu’il a une vision de ce qui se passe alors. Son récit écrit au début de la première mandature communiste (Joseph Lasvergnas, élu en 1919, réélu en 1925, puis 1929 et 1935), s’inscrit aussi dans la période d’après-guerre, où il rédige essentiellement des livres sur le premier conflit mondial, tels que L’Agonie du Mont Renaud et Les trous d’obus de Verdun, parus chez Plon en 1921. Ouvrages que Jean Norton Cru qualifia de « lecture intéressante.9»

9Il y a donc différences dans la temporalité, dans le mode d’écriture et de destination de l’écrit, dans le rapport aux événements, immédiateté pour l’abbé, vingt ans et cinquante ans après pour les deux livres, et enfin quant au temps historique de la rédaction elle-même. A contrario, la localisation géographique de la production semble bien être Saint-Junien ou sa périphérie très proche. De manière quasi certaine pour deux d’entre eux, et par déduction pour Gaudy, tant son action politique est intense autour de cette ville entre 1922 et 1924.10

10Comment apparaît cette ville dans les trois récits et quelle part de géographie intime y transparaît ?
Nous étudierons successivement la présentation historique et géographique de la ville, les lieux mis en évidence, la liste des acteurs politiques et sociaux présentés, et enfin l’interaction du local et du national. Annonçons dès à présent, pour ce dernier chapitre, la part très limitée des trois textes quant aux interférences de l’extra-local, et ayons en mémoire cette donnée pour mieux saisir l’aspect très autocentré, très localiste, très introspectif aussi de ces histoires.

11Chez Gaudy, la présentation historico-politique de Saint-Junien se taille une belle part, et d’une certaine manière c’est pour mieux faire ressortir la rupture représentée par les événements du début du xixe siècle. Il développe le mythe fondateur de la cité, par un prince franc, Junien, baptisé en même temps que Clovis et qui vient à la rencontre d’un anachorète chrétien, Amand.

Un soir d’hiver, dans les 1ères années du vie siècle, un adolescent cheminait dans la vallée de la Vienne. Il était mince et grand, vêtu d’une robe de bure. Des cheveux blonds tombaient sur ses épaules. Un bissac et une gourde, liés ensemble, lui battaient les flancs. Il s’appuyait sur un bâton taillé en forme de croix. Malgré le froid terrible, il marchait pieds nus. Ses pieds saignaient. Il marchait depuis des semaines. Tout en marchant il priait.11

12C’est donc une figure chrétienne, celle d’un Franc venu du Nord qui fraîchement baptisé par Rémi, vient à la rencontre d’un ermite. La description faite du Saint-Junien d’alors- qui n’existe pas- est celle d’une contrée hostile, inhospitalière.

Les populations clairsemées dans des taillis que la hache n’entamaient guère […] au sortir des plaines poitevines, il avait vu, à l’horizon, de hautes collines escalader un ciel mouvant.12

13Junien découvre alors des chaumières, « un abîme de ténèbres », des fourrés touffus et il entend le sourd grondement de la Vienne,. Le lieu de réclusion de l’ermite Amand, est une cabane encastrée dans le roc, à flanc de coteaux. Gaudy oppose à plusieurs reprises la platitude du nord, y compris du Poitou très proche et le caractère abrupt du relief dans cette vallée. Il dépeint le village de Glane, au site de confluence avec la Vienne qui jouxte encore le site de la ville.

Ses masures accrochées au roc dominent le joli cours d’eau qui lui donna son nom, à l’endroit où ce ruisseau torrentueux, fatigué d’un pénible voyage, dans un couloir hérissé de blocs de pierre, va s’engloutir dans la Vienne. Aujourd’hui, la ville superbe […] écrase comme une reine cette agglomération noirâtre, brunie, vernissée par les siècles et d’où, quand l’or crépusculaire inonde l’horizon, je regarde monter l’humble fumée du soir, comme pouvait la voir, en cette époque reculée Amand le solitaire.13

14L’ouverture du récit chez Jean Bourgoin, le libertaire, est différente, et la ville se dévoile peu à peu à notre regard, à travers le prisme intime, celui de sa petite enfance et plus particulièrement les veillées. Le récit débute aussi la nuit, celle d’octobre, autour de sa grand-mère maternelle. C’est d’emblée une description sociale qui révèle peu à peu, l’activité industrielle de la ville à la fin du xixe siècle. Avec en toile de fond sonore, le bruit des sabots.

Combien n’ai-je pas entendu, dans mon sommeil du matin, alors que la nuit était encore noire, résonner dans la rue, sous nos fenêtres, le piétinement sourd des sabots, qui s’éteignait brusquement vers six heures : les pelauds descendaient vers le fond de la vallée de la Vienne où se trouvaient toutes les mégisseries, pour gagner à la force du poignet et du couteau à revers leur journée de cinquante sous.14

15On observera au passage, la présence simultanée du cheminement dans ou vers la Vienne, élément majeur du décor de la cité. Cependant, si Gaudy l’inscrit dans un temps médiéval, immémorial, quelque peu mythique, Bourgoin, dépeignant une contextualité sociale des années 1890 ne retient que les hommes, les ouvriers et le bruit de leurs propres cheminements d’activité. Il enchaîne après coup, sur les bruits nocturnes des activités des gantières et des gantiers, milieu dont il est issu et où il va travailler, les premières années de son existence.

16Gaudy dépeint ensuite dans deux chapitres les origines de la ville et « le progrès catholique », avant de conter la résistance héroïque des habitants face aux tentatives retorses des protestants. Il inscrit sa description du lieu dans une temporalité longue, du viie siècle au xvie, date des assauts luthériens. On peut remarquer au passage que le protestantisme français n’est pas calviniste, mais d’origine allemande, héritage probable de sa germanophobie relevée par d’autres auteurs. Il écrit, après14-18, plusieurs ouvrages de guerre, Verdun, Le chemin des dames, entre autres. De même dans un autre chapitre, il décrit les luttes politiques sous la désignation des « guelfes et gibelins », transposant une nouvelle fois son récit à une autre époque. Celle de l’Italie médiévale, et des divisions intra citadines.

17Simon Delort est forcément dans un autre ton, car au sens strict, il tient un registre de la paroisse de Saint-Junien, dans un document qui outrepasse cependant largement le genre, tant par le volume – 360 pages – que par la teneur. Il ne dépeint pas au sens strict la ville, mais comme il entreprend de relever une paroisse défaillante, il est amené à décrire toutes les cérémonies chrétiennes de la ville, rogations, ostensions septennales15, processions de la Fête Dieu, Fêtes catholiques locales. Peu sensible à la religion populaire au sens où Louis Pérouas ou l’ethnologue Françoise Lautman16 l’entendent, il est surtout sensible au dogme, à la lettre de la foi catholique plutôt qu’à ses manifestations. Cependant il détaille par le menu l’ensemble des bâtiments religieux, chapelles, croix de carrefour, collégiale, cimetière, tombes, hôpital, couvents, presbytère, pour en relever l’état, et l’édification ou la modification. Ainsi suite à l’action de destruction de la croix de mission du champ de foire, en avril 1905, il raconte la procession de Saint Marc, où le peuple chrétien est invité lors des trois messes du dimanche 23 à faire « amende honorable. »

M. le curé a fait appel aux sentiments de Foi des fidèles leur demandant de venir, le 25, à la procession de Saint Marc faire amende honorable, c’était justement à ce calvaire qu’on s’arrêtait le 25 avril. Le mardi, l’église était comble, jamais pour cette procession, on n’avait vu une affluence aussi importante. Tout s’est passé dans l’ordre. Un silence des plus recueillis a présidé pendant tout le défilé.17

18C’est son action et non sa réflexion qui l’amène à entrer dans ce registre descriptif, or comme les manifestations anticléricales, anarchistes ou socialistes sont fort nombreuses à cette époque – 1901 à 1905 inclus – il est amené à le faire fréquemment.

19Retenons que les trois auteurs sont amenés incidemment à mentionner le train et la gare, tant l’arrivée d’événements et de personnages extérieurs se fait par ce moyen de locomotion. C’est ainsi que l’abbé Delort évoque le rapatriement du corps d’un soldat par ce biais, une manifestation socialiste ayant été l’attendre, drapeau rouge en tête. Gaudy l’évoque aussi pour souligner en 1903, au matin d’une procession de la Fête Dieu que « Le matin, le train de Limoges avait débarqué une cohorte de gredins sordides, porteurs de triques noueuses. »18 Si Gaudy réfute systématiquement cette modernité, et critique par exemple la voie de chemin de fer car elle enjambe la Vienne, face au site primitif de l’ermitage, Delort, lui, retient qu’après 1880 et l’interdiction des processions septennales à Limoges, le chemin de fer permet aux pèlerins catholiques de venir à Saint-Junien, où elles ne furent jamais menacées. Il mentionne aussi l’arrivée de l’évêque à la gare. Bourgoin, devenu catholique entre temps, valide les propos de Gaudy, soulignant que la ville attire ainsi « tous les conférenciers anti-quelque chose [qui] avaient un auditoire assuré dans la ville des peaux, une faune singulière [qui] se déversa sur le pays. 19» Il dépeint un conférencier socialiste révolutionnaire, émile Noël, repéré aussi par les deux autres écrivains, « remontant de la gare : son gros ventre, ses bajoues et sa petite valise contenant sa pâture d’Antéchrist vulgaire.20 »

20Autre élément de modernité relevé, l’usine, mégisserie et papeterie pour l’essentiel qui fait son apparition à la fin du xixe siècle à Saint-Junien.

21Le moins prolixe est Delort, et on ne s’étonnera pas de constater à quel point, le monde ouvrier dans ses conditions sociales nouvelles et difficiles lui est étranger. Il ne l’évoque que très peu, lorsque des ouvriers conspuent une procession et pour souligner qu’il essaie de susciter la création de syndicats jaunes, en s’appuyant sur les patrons. Son indifférence voire son hostilité vis à vis du mouvement Le Sillon de Marc Sangnier est complète, et il se réjouit ouvertement de son échec lors de sa venue, où il boycotte la conférence.

22Bourgoin dépeint immédiatement le monde de l’usine, même si lui-même est gantier et fréquente l’atelier. Son père étant ouvreur de peaux, il explique comment enfant il lui porte à midi sa gamelle, dévalant la pente jusqu’aux usines. Cet univers transparaît dans tous les conflits sociaux où Jean Bourgoin, en tant que leader du groupe Germinal, le groupe de jeunes libertaires, va jouer un rôle d’importance. Ainsi lors de l’assaut de la mégisserie du Goth, le mercredi des Cendres 1902, il brosse une scène saisissante de cet univers.

23Au Goth, dès le déclenchement de la grève et durant les jours qui suivent, les ouvriers armés de bâtons, munis d’instruments de musique, ou chantant « L’Internationale », tentent à plusieurs reprises d’empêcher les non-grévistes de travailler. Cependant jusqu’au 12 février, à savoir « le lendemain du Mardi-Gras, le jour des Cendres de 1902 »21, les grévistes brocardent, vilipendent plus qu’ils n’agressent physiquement les ouvriers non-grévistes, les suivant, les menaçant verbalement.22 Dans l’après-midi du 12, la foule descend à l’usine du Goth, et selon lui, ainsi que selon la presse de l’époque, « toute la ville semble être descendue vers la Vienne […] »23. La foule est là pour déloger ceux qui persistent à travailler depuis près d’un mois et qui sont retranchés et ravitaillés depuis peu. Cette soustraction volontaire à l’influence collective entraîne l’éclatement d’une violence aveugle. Il est alors assez singulier de constater que les assaillants de l’usine du Goth sont équipés de clairons, de vieux revolvers, d’un drapeau rouge de fortune tenu par Jacques Rougier et Debord aîné, tandis que certains jeunes gantiers, peu avant les événements se rendent d’auberge en auberge dissimulés sous des déguisements et des masques, dont une coule de moine pour Jean Bourgoin lui-même24. Il faut lire la description donnée par l’auteur de cet assaut, de cette geste héroïque, que corroborent les rapports du commissaire de police au procureur général.

Aussitôt entrés dans la cour, nous apercevons, à cheval, avec quelques autres jeunes sur la haute muraille qui clôt l’usine, un mégissier des Seilles surnommé « Bicobas-le-clairon ».C’est lui [...] qui, alors que la foule secouait vainement le portail sans pouvoir l’enfoncer, est parti en courant chercher son clairon puis, étant grimpé en haut du mur, s’est mis à sonner la charge, debout à souffle éperdu.25

24Certes, la reconstitution des faits survenus ce jour là est difficile, les différents témoignages sont contradictoires, il est clair cependant que les grévistes lancent des pierres, du ballast des voies de chemin de fer sur l’usine, brisant presque tous les carreaux de la verrière, et réussissent à forcer les portes du Goth. Les non-grévistes braquent la pompe à incendie sur les assaillants, enfin des coups de revolver sont tirés, des deux côtés semble-t-il, même si l’enquête de la justice ne relève que les armes exhibées ou utilisées par les assaillants. L’assaut final a lieu au son du clairon, et l’usine est fouillée dans ses moindres recoins afin de déloger les renégats, mot clé du vocabulaire des grévistes. à partir de ce jour, et afin de mieux souligner leur exclusion du champ social collectif, ils sont affublés du sobriquet de « Macchabées »26. Nous remarquons ici l’emprunt au vocabulaire biblique, plus précisément aux deux derniers livres historiques de l’Ancien Testament.

25Bourgoin décrit ainsi à plusieurs reprises les usines des sachetières, les ateliers de ganterie, les chevaux amenant les productions à la gare et le rapport très différent au temps et au travail des différentes catégories ouvrières. Gaudy pour sa part présente l’usine sous l’angle de la déshumanisation, et il introduit son chapitre « la guerre sociale » par la narration d’un tragique accident du travail survenu en 1900 dans une papeterie :

Les pilons écrasent sans répit la paille. Il faut sans cesse les alimenter. Des manœuvres chargent dans des wagonnets la paille hachée qu’ils transportent à proximité des meules. Un camarade recueille cette provision, et par instants donne quelques brassées en pâture au pilon. Il fait sombre dans la pièce basse. Des lumignons vacillent au plafond noir. Sous vos pieds gronde et tonne la rivière. Un ouvrier, cette nuit-là, s’occupait comme d’habitude à nourrir les meules. De temps en temps il sortait, regardant la nuit claire et disait : « Si j’avais mon épervier, je tirerais 2 ou 3 coups ! ce doit être bon ce matin ! » Puis il rejoignait son poste, prenait dans son cabas une bouteille et buvait. […] Lorsque la corvée, pour la 3ème fois, roula sa charge humide, elle le vit qui se tenait assis au bord de la cuve. Dangereuse position. L’énorme bloc de granit le frôlait, en tournant dans l’auge séculaire. Les camarades blâmèrent son imprudence. […] Quand ils revinrent au bout d’une heure, il n’était plus là. Ils le cherchèrent ; ils l’appelèrent. Les poulies grinçantes, le ronron des meules, le mugissement des eaux troublaient seuls le grand silence. Au petit jour, on s’aperçut que la pâte, dans la cuve, était toute rouge. On ne trouva ni un fragment d’os, ni un lambeau d’étoffe. Rien que cette bouillie sanglante.27

26Gaudy ne retient cet événement que pour mieux opposer l’inhumanité de ces bagnes nouveaux à une vie champêtre, idéalisée de l’ouvrier avant l’industrialisation. Il enchaîne aussitôt sur une dénonciation vigoureuse de l’exploitation politique de ce drame par « les meneurs socialistes». Quand il décrit la vie avant, il idéalise ainsi celle des gantiers :

Le gantier ne s’enferme pas dans une fabrique. Il façonne ses peaux chez lui, au milieu de ses gosses, à côté de sa femme qui fait ronfler la machine, qui coud, de l’aube au soir, les gants qu’il a taillés. S’il fait beau, et qu’un plaisir l’appelle, il plante là son établi, son couteau, ses ciseaux, et va pêcher dans la Vienne, chasser dans la forêt, dormir au bord de la Glane, jouer ou danser dans quelque guinguette.28

27Il y a là une vision édulcorée du travail des gantiers, et une partition très sexuée du travail au sein du couple gantier/couturière. Gaudy réfute la modernité et oublie le long travail d’apprentissage, l’extrême mobilité des jeunes gantiers qui avant de fonder un foyer – vertu chrétienne inhérente aux individus à ses yeux – va s’employer dans différentes villes, telles que Milhau, Grenoble, ou d’autres. Spécificité dépeinte par Bourgoin, qui, lui, a exercé ce métier de 1896 à 1912, entre sa douzième et sa vingt-huitième années, et qui relève le dur et long apprentissage, mais aussi la liberté de mouvement, pour ne pas dire plus, des jeunes gantiers qui fondent des foyers plus tardivement que d’autres.

28Un autre élément, l’auberge, se révèle comme un lieu de sociabilité masculine extrêmement important. Selon Gaudy, les gantiers auraient joué au billard tous les jeudis après-midi, s’habillant en redingote et haut de forme, mais cette tradition aurait disparu, ce qu’il regrette29. Il décrit également une fraternité par atelier autour du patron artisan, celui-ci « vidant avec les hommes quelques flacons de vin. » Gaudy oppose l’unanimisme d’avant le début du xxe siècle à la rupture de la lutte des classes. À l’inverse, Bourgoin qui a fréquenté plus que de raison les différentes auberges, donne un récit détaillé des différents usages de ce lieu, et des rites masculins : « c’est alors que je me mis à fumer et à aller au cabaret, pour ‘faire l’homme’, au prix de certains malaises […]30 ». Il narre le rite de passage du stade d’apprenti à celui d’ouvrier, sous la conduite de son père, qui consiste à écumer les auberges de la ville, dès le matin et jusqu’au soir, où le souper se fait avec « quelques-uns de [ses] futurs camarades d’atelier et [son] patron d’apprentissage »31. Il a alors moins de 15 ans, en février 1899. Son père quitte son travail dès le matin, et promène son fils d’auberge en auberge, ramenant fièrement son fils dans un état lamentable à la maison, ce tardivement. Autre usage de l’auberge, un rôle politique, d’apprentissage par la lecture, la chanson, le débat. Bourgoin se remémore les banquets du vendredi saint, où son père et d’autres militants socialistes, voire anarchistes se retrouvent pour faire bombance. Enfin c’est dans une auberge, celle de Mme Chambraud, qu’un dimanche de juin, sept jeunes libertaires se retrouvent pour fonder le groupe Germinal. Groupe qui va compter jusqu’à 60 adhérents certains. Les jeunes militants libertaires, alors âgés de 16 à 26 ans, sont plus instruits que leurs parents et souvent plus qualifiés. Gantiers pour les deux tiers, mais aussi instituteurs, ou encore normaliens, ils savent lire et écrire32. Ils sont jeunes, voire très jeunes, et leur énergie est insatiable. En tout cas le socialisme modéré, les faibles talents oratoires et surtout l’échec de leurs pères à la fois au conseil municipal, d’où ils finissent tous par démissionner en 1903, et lors de la grève du Goth, les portent vers l’anarchisme.

Une chose est certaine : c’est que nous ne pouvions plus nous contenter du socialisme pâle de Resquirol (Rebeyrol alors élu) et de mon père (élu lui aussi). Nous étions devenus trop forts pour cette tisane. […] je crois que nous avions en nous la certitude heureuse que nous pouvions faire mieux qu’eux, et peut-être la présomption non avouée qu’un grand rôle nous attendait33.

29Chez Delort, l’auberge est un lieu absent, et on mesure à quel point dans une ville où la pratique religieuse avait été forte, l’incapacité du clergé à s’intéresser à autre chose qu’aux salons mondains, aux lieux de sociabilité de la noblesse, va précipiter une déchristianisation rapide. Si l’abbé Delort ignore les usines, les syndicats existants et les cabarets, il fréquente la bourgeoisie et les notables, chez qui il essaie de trouver des points d’appui et de reconquête catholique.

30Au delà de ces trois premiers lieux, gare, usine, auberge, se pose alors la question de la géographie intime de chacun des trois saints juniauds. Le premier, l’abbé Delort nous dessine une cité catholique, dans laquelle il joue (ou entend jouer) un rôle de premier plan. Il se veut le pasteur d’un troupeau de brebis égarées, et traite d’égal à égal avec le maire, les notables, ignorant, réprimandant, tous les autres. Son âge est aussi ici déterminant, il a 50 ans quand il est nommé à cette cure, et plus de 65 ans lorsque les événements révolutionnaires arrivent. Sa narration d’une des nuits d’émeute, en avril 1905, où les jeunes libertaires descellent et brisent la croix de mission, puis lancent des pierres sur le presbytère, est somme toute pathétique.

[...] après cet exploit bien peu glorieux, la bande s’est dirigée vers le presbytère, le maître ayant été honoré, le serviteur devait avoir sa part. S’excitant les uns les autres, ces bandits ont fait pleuvoir sur la maison une grêle de pierres ; les vitres volaient en éclat, l’un des volets du salon a été brisé. M. le curé entendant les pesées qu’on opérait sur la porte d’entrée, constatant les dégâts commis, en redoutant de plus graves encore, a tiré deux coups de revolver en l’air, cela a suffi pour dissiper ces braves qui n’ont de courage que la nuit.34

31Ce fait est l’un des seuls qui soit mentionné par les trois écrivains, en voici la narration de Gaudy :

Dans cette nuit tragique, le geste absurde des trois ivrognes s’éclaire d’une étrange lueur. La servante affolée monte au grenier, s’y blottit dans une lessiveuse. […] Il [le curé] s’approche de la fenêtre, dédaigneux des silex qui le frôlent. – Voyons ! crie-t-il, que voulez-vous ? – à mort, le corbeau ! à mort l’affameur ! – J’ai un revolver, murmure amèrement le prêtre. Mais où est-il, ce revolver ? […] un volet vient de céder. Les cris de triomphe font une épouvantable tempête. Mais l’abbé Delort découvre l’arme, en décharge, en l’air, deux, trois coups. […] La horde s’échappe. 35

32Bourgoin, qui confesse avoir assisté, sans être passif, au descellage de la croix de mission, donne la même version des événements, trouvant juste le chanoine d’humeur batailleuse. Néanmoins il considère que le curé a tiré quelques coups de revolver à travers ses volets. On sent poindre cependant le remords dans ce texte là, écrit en fin de vie, avec cinquante ans de décalage.

33C’est donc Bourgoin qui tisse à travers son récit une géographie toute personnelle. On le voit ainsi braconner à l’épervier36, lire énormément37, avoir des aventures amoureuses, chanter, jouer en cachette aux billes, dont il a les poches pleines, se baigner dans la Vienne, épater ses copains par sa précocité amoureuse38 et fêter mardi-gras, y compris et surtout le premier jour du carême. Il continue à vivre chez ses parents, tout en gagnant sa vie, 65 francs pour un mois à cet âge, et il est donc disponible pour le militantisme, comme le sont ses compagnons du groupe Germinal qu’il fonde en juin 1902.

34Georges Gaudy, ne peut quant à lui que raconter ce qu’il a vécu ou vu via son père, ainsi lors des événements de la Fête Dieu 1903, où face à la manifestation socialiste, son père est un de ceux qui vont tenter de sauver le dais, l’hostie consacrée et l’ostensoir. Il le dépeint agitant sa canne, frappant les manifestants, la lèvre fendue lui-même par les coups qu’il reçoit. Là aussi, le récit de l’abbé est intéressant, ne serait-ce que parce qu’il valide le rôle d’importance du père de Gaudy. Ce dernier témoigne de l’importance des lettres anonymes qu’il reçut après cet affrontement. Les deux auteurs catholiques valident conjointement la mobilisation importante qui s’opéra après ce premier dimanche, pour que le dimanche suivant le cortège de la Fête Dieu soit un triomphe. Delort, en fin politique, s’arrange pour que le dais soit porté par des hommes du peuple, afin d’inscrire le cortège dans une dimension plus populaire. Gaudy, lui, replonge le lecteur dans une historicité passée, soulignant que les hommes et les femmes des campagnes, sortent de leur torpeur comme « quand on menaçait la patrie, quand les protestants, les brigands, approchaient des nobles murailles.39 » Une nouvelle fois, dans ce sursaut de catholicité, plus proche d’une religion populaire que d’une adhésion complète, Gaudy veut lire l’inscription éternelle d’une France catholique d’avant la révolution française.

Par les sentiers, le long des haies, à travers champs, par les routes, à pied, en voiture, isolés ou par bandes, hommes et femmes, jeunes gens, vieillards branlant le chef, remuant le menton et psalmodiant on ne sait quoi- des remembrances ou des prières - garçons et fillettes, ils viennent des métairies égarées dans les seigles, des masures qui somnolent sous les châtaigniers, des mas qui groupent, dans des vallons, leurs coiffes de tuiles brunes.40 

35Plus loin il décrit le cortège

Et tout un peuple déferlait, riches et pauvres, citadins et paysans mêlés. Des rues avoisinantes, un concours de gens empressés venait renforcer la colonne. On eût dit que cette cité de 10 000 âmes défilait devant nous toute entière. Ma parole ! Il y avait, dans le nombre, des radicaux et des socialistes. Tous marchaient, l’éclair aux yeux, la fierté au front. Tous montraient un sentiment de grandeur qui frappait. Des boutiquiers arrachés aux mornes songes du comptoir ; des ouvriers soustraits aux préoccupations brutales ; des bourgeois – ô prodige ! – transformés en paladins ; et, surtout, des campagnards, un régiment de laboureurs en blouse et en sabots,…41

36Avant d’inventorier les acteurs politiques et sociaux relevés par nos trois auteurs, nous pouvons noter que des trois, Bourgoin est celui qui a la palette la plus large pour les lieux. Constat tout aussi identique pour les personnages, tant en nombre, plusieurs dizaines chez Bourgoin, près de 200, moins du quart chez Gaudy, et un nombre intermédiaire chez Delort.

37Commençons par ce dernier ; il nomme uniquement les paroissiens, les notables du chapitre collégial, les deux maires qu’il a connus, un radical puis un conservateur et seul le leader socialiste saint juniaud existe par son identité exacte. Il fréquente la noblesse de la ville, le docteur, et quelques notabilités. Il est d’une sévérité certaine, d’une rigueur doctrinale absolue, et il ne laisse rien passer. Aussi nous suivons par le menu son combat pour empêcher la construction d’urinoirs près de l’église, pour faire cesser l’apposition d’affiches municipales sur la porte de cette même église, pour sermonner ses servants lorsqu’ils manquent de rigueur dans le traitement de certaines affaires diocésaines. Seulement, le peuple catholique, les obscurs et les humbles n’existent que très peu à ses yeux, et il reste quelque peu engoncé dans une doctrine stricte, romaine, et musclée. Ainsi il fait garder les portes de l’église la nuit de Noël par des hommes dont les autres auteurs nous disent qu’ils sont en arme, qui filtrant les fidèles, refoulant les plus jeunes, évitent ainsi toute dérive. Sa seule incursion dans le monde profane, dans le séculier est la mise sur pied d’un Cercle d’études pour jeunes gens afin d’organiser des conférences, mais cela nous semble plus destiné à contrer Le Sillon, qu’à la mise sur pied d’un groupe vraiment autonome. L’assistance à la première conférence est triée sur le volet, et on peut s’interroger sur la portée réelle de ce groupe créé peu de temps après la conférence de Marc Sangnier42.

38Gaudy quant à lui ne semble fréquenter que les notables chrétiens ou radicaux de la ville, qu’ils qualifient de guelfes et gibelins. Un seul personnage émerge de la masse des anonymes qu’il dépeint parfois, le chanoine Delort, le seul dont il ne maquille pas le nom. Ce pasteur à la tête du troupeau des brebis égarées est celui qui s’inscrit dans la longue tradition chrétienne de la ville, « une sorte de capitaine en soutane, indomptable, savant et pieux » 43. La culture historique, politique et littéraire de Georges Gaudy, relevée par Cyrille Bucquet, était telle qu’il avait étonné des Italiens du Nord, lors d’une soirée passée à la fin de la deuxième guerre mondiale, Gaudy ayant participé au débarquement des forces françaises libres dans la péninsule. En 1926, au moment de la condamnation de l’Action Française par le pape, il a dû mesurer « combien sa tâche exigeait ‘une patience indestructible, une foi chevillée au corps’ »44. Nous reprendrons l’analyse de Cyrille Bucquet pour relever que « Hanté par un imaginaire obsidional, Gaudy transfère dans un monde médiéval idéalisé la vision angoissée des multiples dangers qui menacent et assaillent de toutes parts les derniers pans d’une civilisation qu’il entend défendre coûte que coûte »45.

39Bourgoin lui, moins amer, moins aigri, avec plus de recul aussi – trente ans après le récit fait par Gaudy – détaille par le menu le petit peuple, hommes et femmes, familles et voisins, chrétiens et athées, ouvriers et patrons, radicaux et libertaires, socialistes et conservateurs. Il rend la cité très vivante dans sa diversité sociale, sociologique, décrivant les jours de foire, comme les jours de fêtes, les lieux du politique comme ceux de la tradition chrétienne. Il épouse son époque, même si après l’assaut raté de la mairie, on sent poindre le doute, et la tentation d’une autre vie. Bourgoin a eu plusieurs vies, leader libertaire ayant fait de la prison, et anticlérical absolu, il va par la mobilité géographique et sociale, intégrer le service des poudres de l’armée et devenir un catholique fervent. Son petit-fils nous a confié qu’il faisait des retraites chrétiennes à la fin de sa vie. Cependant par ce témoignage, où sous la vivacité du trait perce la nostalgie de l’innocence perdue, il livre une description rare de l’industrialisation brutale de cette ville. C’est dans le registre de l’interaction du national sur le local que sa démonstration est la plus complète.

40Là où Gaudy et Delort stigmatisent les leaders nationaux venant semer le trouble dans la ville, Bourgoin par sa curiosité intellectuelle, par son ouverture à l’altérité, à ce qui fait différence, dresse une galerie de portraits impressionnante et nous donne à lire, à entendre presque, la teneur de ces conférences. De Louise Michel, à Séraphine Pajaud, de Libertad à Sébastien Faure, de Cachin à Guesde, de Lorulot à Marc Sangnier, de l’abbé Desgranges à l’un des comparses de la bande à Bonnot, il est allé à toutes les conférences, il a participé à toutes les réunions, et a souvent porté la contradiction. Il relève et révèle en même temps l’efficacité des conférences malthusiennes, qui permettent ainsi la diffusion de méthodes contraceptives qu’il juge efficaces46. Il nous donne à revoir les brochures, les affiches, les moyens de diffusion des doctrines libertaires, socialistes ou révolutionnaires. Il donne même des détails sur les moyens empiriques utilisés par les libertaires pour saborder les conférences des adversaires de la cause anarchiste. Il donne enfin force détails sur la mise en application de la reprise individuelle appliquée par les plus forcenés d’entre eux.

41Ainsi contrairement à la vision quelque peu figée, immuable, éternelle des deux autres auteurs, le long apprentissage de Jean Bourgoin, celui de gantier comme celui de militant, est en fait un apprentissage de la vie d’un homme. Ce n’est qu’au lendemain du 1er Mai 1906, à l’issue d’une énième manifestation qui sonne le glas de « l’étau anarchiste » sur la cité gantière que Jean Bourgoin amer, empreint de ‘déception’47, pour reprendre son expression, change le cours de sa vie. L’instant où tout semble basculer, est celui où il refuse le produit de la collecte organisée par Théophile Beausoleil48, pour couvrir les frais de son procès. Mais au vu de ce récit généreux, épique, picaresque, il ne s’agissait alors pas d’un renoncement, mais de la fin d’un apprentissage49, celui du métier d’homme, auquel il a tenté de donner une éthique. Cela témoigne enfin que pour mieux raconter et comprendre sa propre histoire, aussi locale soit-elle, il faut savoir s’ouvrir et tenter d’agir sur le monde plutôt que de ressasser un passé révolu.

42Il n’en demeure pas moins que les trois auteurs s’accordent pour considérer que les principaux moteurs de l’action, durant cette orée du xxe siècle, ont été les libertaires. L’histoire de la cité inscrit aussi cette mémoire dans le « panthéon » des noms de ses rues50.

Haut de page

Notes

1 Dominique Danthieux, Le département rouge. République, socialisme et communisme en Haute-Vienne (1895-1940), Limoges, P.U.L.I.M., 2005. La population de St-Junien augmente de 3,63 % par an entre 1896 et 1901.
2 Archives départementales de la Haute-Vienne, 6.M.211. Recensements de population de 1901 et 1906.
3 Voir Christian Dupuy, Saint-Junien, un bastion anarchiste en Haute-Vienne (1893-1923), Limoges, P.U.L.I.M., 2003 ; Vincent Brousse et Christian Dupuy, « Saint-Junien, début de siècle, l’anarchisme au pouvoir ? », dans Violences en Limousin, Limoges, P.U.L.I.M., 1998 ; Vincent Brousse, « Le village de Glane, de la ‘Petite Suisse’ au ‘Petit Moscou’ », dans Le village des Limousins, Limoges, P.U.L.I.M., 2003.
4 Qu’il nous soit permis de remercier sa fille Jeanne Barrieu et son petit-fils Jean-Louis Barrieu.
5 Des extraits de Jeantounet sont parus dans L’Abeille de Saint-Junien.
6 Cyrille Bucquet, « Georges Gaudy ou la guerre intérieure », Cahiers du C.E.H.D., n°5,1997, p. 86.
7 Jean Bourgoin, Les Antitout, Paris, Nouvelles Editions Debresse, 1964, p. 134.
8 Cyrille Bucquet, art. cit., p. 86.
9 Ibid., p. 79.
10 Conférence à Saint-Junien en novembre 1922, venue de Georges Valois en 1923, campagne électorale pour les législatives de 1924, participation à la fondation en 1923 de L’Eicola dau Barbichet.
11 Georges Gaudy, La ville rouge, Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1925, p. 5.
12 Ibid., p. 6.
13 Ibid., p. 16.
14 Jean Bourgoin, Les Antitout, op. cit., p. 11.
15 Tous les sept ans, les reliques des saints fondateurs de la cité, sont sorties et montrées au public.
16 Françoise Lautman, « La Ste Estelle à St-Junien : fête emblématique et enjeu politique. », Ethnologie française, Tome 18, n°3, 1988, p. 298-301.
17 Simon Delort, Registre de la paroisse de Saint Junien, sacrilège et assaut du 19 au 20 avril [1905].
18 Georges Gaudy, La ville rouge, op. cit. p. 236.
19 Jean Bourgoin, Les Antitout, op. cit.,p. 220.
20 Id.
21 Ibid. p.125.
22 Archives départementales de la Haute-Vienne, 8.U.15, rapports du Lieutenant de police de janvier à février 1902, notamment.
23 Jean Bourgoin, Les Antitout, op. cit. p.126.
24 Id. p.125, ainsi que Archives départementales de la Haute-Vienne, 8.U.15, rapports du (s. d.) [après le 14 février 1902, vraisemblablement], « Liste des personnes compromises dans les délits du 12 et 13 février ». Ainsi que Le Réveil du Centre, 21 et 24 février 1902.
25 Jean Bourgoin, op. cit. p. 126.
26 Ibid. p. 127.
27 Georges Gaudy, La ville rouge, op. cit., p. 174-175.
28 Id.
29 Ibid., p. 55.
30 Jean Bourgoin, Les Antitout, op. cit., p. 79.
31 Ibid. p. 81.
32 Ibid. p. 213 : « Les adhérents étaient, à quelques exceptions près, de jeunes ouvriers entre seize et vingt ans et, en grande majorité des gantiers. Quelques instituteurs et un professeur du collège local nous avaient offert leur concours […] »
33 Ibid. p. 138. Voir Christian Dupuy, Saint-Junien, un bastion anarchiste en Hte-Vienne (1893-1923), op. cit., et Vincent Brousse et Christian Dupuy, « St-Junien, début de siècle, l’anarchisme au pouvoir ? », dans Violences en Limousin, Limoges, P.U.L.I.M., 1998.
34 Registre de la paroisse de St-Junien, à la date du 19 et 20 avril 1905.
35 Georges Gaudy, La ville rouge, op. cit., p. 220-221.
36 Jean Bourgoin, Les Antitouts, op. cit., p. 87.
37 Ibid. p. 91 « Je puis dire que dès l’âge de dix ans, je lisais beaucoup. La bibliothèque municipale alimentait ma fringale. »
38 Ibid. p. 106-107.
39 Georges Gaudy, La ville rouge, op. cit., p. 235.
40 Id.
41 Ibid., p. 237-238.
42 Onze pages (sur trois cent soixante) séparent dans le registre les deux faits.
43 Georges Gaudy, La ville rouge, op. cit., p. 149.
44 Cyrille Bucquet, op. cit. p. 87.
45 Id.
46 Jean Bourgoin, Les Antitouts, op. cit., p. 225.
47 Ibid. p. 270.
48 Secrétaire du syndicat des gantiers de Saint-Junien. Il anima la grève de 1903.
49 Jean Bourgoin, Les Antitouts, op. cit., p. 7. Il emploie ce mot dans l’avant propos, « un long et assez dur apprentissage. »
50 Nous signalerons, juste à titre indicatif que nous enseignons au collège Louise Michel… voir le Guide dictionnaire des noms de rues de Saint-Junien, Vincent Brousse et Sylvie Chabernaud (dir.), Saint-Junien, Aicarpa, 2005.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Brousse, « Saint-Junien début de siècle, à travers trois récits distincts », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2008-01 | 2008, mis en ligne le 02 novembre 2008, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/2203 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.2203

Haut de page

Auteur

Vincent Brousse

Professeur d’Histoire dans un collège et au service éducatif des Archives Départementales de la Haute-Vienne, Vincent Brousse travaille sur le militantisme politique et la sociabilité en Limousin au xixe et xxe siècles. Sa dernière publication porte sur la manufacture de porcelaine Ahrenfeldt (« La manufacture Ahrenfeldt », publiée en mars 2007, par le Conseil Général de la Haute-Vienne). Par ailleurs, il préside l’association « Mémoire ouvrière en Limousin », créée en 1998, et qui fédère chercheurs et militants pour travailler dans un esprit de pluralité sur l’histoire et les représentations de l’histoire ouvrière depuis 200 ans.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org