Navigation – Plan du site

Marcelle Delpastre (1925-1998). Relégation au local et aspiration à l’universel

Jean-Pierre Cavaillé

Résumés

Marcelle Delpastre (1925-1998) a passé toute sa vie dans une ferme de Corrèze. Tout en exerçant la profession d’agricultrice, elle est l’auteur d’une œuvre de grande envergure et très diversifiée (poésie, nouvelles, travaux d’ethnographie, mémoires...), en français et en occitan limousin, qui reste aujourd’hui encore très méconnue. Dans une première approche, on est en droit de considérer que l’écriture de Delpastre est on ne peut plus « localisé », par les genres abordés, les sujets traités, et aussi bien sûr par le choix de la langue limousine. Mais cette localisation factuelle n’est jamais séparable d’une visée universelle constamment affirmée, qui s’insurge contre toutes les assignations au local ou au régional. Delpastre en effet n’a cessé tout au long de sa carrière d’auteur, d’être en butte à l’humiliation constante d’assignations successives à des stéréotypes localistes : pastourelle limousine, écrivaine en sabot, etc. contre lesquelles elle s’est obstinée à revendiquer l’universalité du lieu singulier. à travers son oeuvre et son itinéraire, il est possible de décrire une forme de conflit spécifique, par lequel une culture minorée, réduite au local, au régional, par opposition au national et à l’universel, revendique sa propre universalité et s’affirme à travers le refus de se reconnaître dans les stéréotypes dégradés que lui impose la culture dominante.

Haut de page

Texte intégral

Allons, Marcelle, allons… Parle-leur de tes vaches, du feu qui pisse à l’âtre et de ces longues veillées d’hiver qui leur font courir dans le dos de si délicieux frissons… Non ! Qu’ils aillent se faire foutre. Je parlerai, moi, de mes vaches si je veux. De mes cochons si ça me chante. De la bêtise universelle s’il me plaît.1

Allons ! Je le savais bien. Les vieilles dames qui ont reçu Les chemins creux pour leur anniversaire sont plus capables sur leur lancée d’apprécier les Proses [pour l’après-midi] que la plupart de ceux qui ont mission de les leur présenter. Ces braves gens ne sauraient d’ailleurs se compromettre – présenter pour ce qu’elles sont les Proses, abstraction du bla-bla sur ma ruralité. Mais moi ? Pourquoi m’écarter de ce genre – ce genre littéraire – qui collait si bien à mon personnage ? Je le savais bien ! Qu’on allait me clouer au front l’étiquette fatidique de la paysanne-en-sabots-qui-raconte-sa-vie ! Je le savais bien, qu’on ne peut déroger […]. L’autre presse, la parisienne, celle qui compte, ne s’y est pas trompée. Elle aussi, elle m’a limogée. Certes je le savais bien ?2

1Marcelle Delpastre reste aujourd’hui très peu connue, y compris parmi les spécialistes de littérature contemporaine, à l’exception du milieu précis des études occitanes3 ; tout au plus son nom dit-il quelque chose à ceux qui travaillent dans le champ de l’ethnographie rurale et, à la fois proches, et tout à fait ailleurs dans le monde de la réception des choses écrites, aux très nombreux amateurs de mémoires et autobiographies composées par les derniers acteurs des cultures populaires déclinantes, ce genre qui a acquis ses lettres de noblesse culturelle avec le Cheval d’orgueil, de Pierre-Jacquez Heliaz, grâce à la collection Terre Humaine. Or l’existence de ces poches de notoriété, tout comme cette méconnaissance ou ce défaut de reconnaissance générale, ont à voir, étroitement, avec la question du local ; avec la manière dont une culture considérée comme locale ou localiste, à tort ou à raison, est perçue, appréciée ou puissamment rejetée dans le contexte idéologique pluriséculaire du centralisme à la française, tel qu’il s’impose peut-être d’abord par la taxinomie et les hiérarchies dans tous les domaines, à commencer par celui du livre. Par exemple, très concrètement, ce qui conduit les distributeurs et les libraires à classer automatiquement certains livres qui n’ont pourtant rien à y faire dans le rayon « régionalisme » ; et d’ailleurs le fait même qu’il existe en France des rayons portant ce titre, chose tout à fait impensable en d’autres lieux du monde.

Germont, Chamberet, Corrèze

2Marcelle Delpastre, pour la présenter en deux mots, c’est avant tout une œuvre écrite multiforme et d’une extrême abondance : de la poésie, d’abord, en français et en occitan limousin – et parfois dans les deux langues mêlées – un grand nombre de recueils, et beaucoup de choses encore inédites4 ; des poèmes dramatiques ; des nouvelles ; un travail ethnographique et ethnologique énorme : collectage de contes, analyses ethnologique du matériel conté, recueil commenté de proverbes limousins, études multiples sur les rites ordinaires, les pratiques cultuelles et culturelles en Limousin, sur la sorcellerie et la magie en limousin, etc.5 ; sept tomes de mémoires de cinq cent pages chacun, écrits en quelques années, le premier tome en limousin traduit par ses soins6, puis tous les autres en français, le dernier, rédigé entre 1995 et 1997, n’étant plus à proprement parler un recueil de mémoire, mais une sorte de journal des dernières années, assombries par la maladie. Et il faut encore mentionner des chroniques dans des journaux locaux7, une correspondance considérable, mais dispersée et presque complètement inédite à ce jour. Citons encore et enfin ses Chansons pour décharger le fumier, qui nous introduisent au métier qu’elle exerçait8.

3Il se trouve en effet que Delpastre, après son bac philo-lettres et une année passée à l’École des Arts Décoratifs de Limoges, est retournée à la ferme parentale, en 1945, dans le hameau de Germont, commune de Chamberet en Corrèze, et qu’elle y a exercé le métier de paysan, d’abord avec ses parents, puis seule, jusqu’à sa retraite. De ce point de vue, on ne peut pas imaginer un écrivain plus ancré dans le local : Delpastre n’a presque pas voyagé ; c’est seulement à l’âge de 60 ans qu’elle sort du Limousin (pour se rendre à… Rodez !) et à près de 70 ans, qu’elle accomplit de brefs séjours à Paris, motivés par des passages à la télévision9. Elle fait elle-même le compte dans le dernier de ses ouvrages : moins de trois semaines de son existence hors du Limousin... Marcelle Delpastre a vécu, écrit, est née et morte dans le même lieu, le même environnement, le même village, la même maison, à l’exception des années décisives de sa formation scolaire. Cet itinéraire n’a bien sûr absolument rien d’extraordinaire pour une paysanne née en 1925. Ce qui, par contre, laisse pantois, est la réalisation obstinée, en ce lieu là, loin des lieux consacrés de la culture et de la reconnaissance littéraires, d’une œuvre de grande envergure, dans tous les sens du terme. Et le « phénomène » Delpastre, pour les rares critiques qui se sont intéressés à elle, est d’abord cela : « cinq mille, six mille, dix mille pages en n’ayant jamais ou presque jamais quitté le hameau de Germont, Chamberet (Corrèze) »10. De ce point de vue, strictement géographique, il est clair que le travail d’écriture de Marcelle Delpastre est on ne peut plus « localisé » ; il l’est aussi par les genres abordés, les sujets traités dans son œuvre, et aussi bien sûr par le choix de la langue limousine. Cette localisation factuelle et effective n’est cependant jamais séparable, comme nous allons voir, d’une visée universelle sans cesse réaffirmée, qui s’insurge contre toutes les assignations au local ou au régional. Dans l’optique d’une réflexion sur la question du local, nous pouvons sans doute parler d’une extrême localisation de Marcelle Delpastre. Elle est un écrivain qui occupe un lieu géographique unique, rivée à sa terre du fait même des impératifs de son travail de paysanne. Cette localisation est assumée et revendiquée, au point d’une identification, d’une incorporation au lieu, dans toutes ses dimensions : lieu de travail, lieu de vie, de relations et de parole, lieu de la mémoire également. Il s’agit en tout cas d’un lieu précis, déterminé géographiquement. Souvent, dans ses livres, figure une carte des environs de Germont, nommée aussi, dans les ouvrages d’ethnographie, « carte mythique du mont Gargan », la carte d’un petit coin du Limousin, conçu à partir de Germont, qui en occupe le centre. Cette carte, où figure parfois les lignes de lever et du coucher du soleil, est dessinée à partir de ce centre même, le lieu de vie, à partir duquel se déplace le regard, le corps et la mémoire de l’écrivain. Cette incorporation au lieu, centrée sur la maison familiale, est matière à écriture, mais le lieu de l’écriture est immédiatement perçu comme à côté de, ou par-dessus la « petite bonne femme » en train de récurer son étable, selon les propres mots de Delpastre11. Cette pratique d’écriture, bien souvent occupée par le lieu, vouée au lieu, est dissociée du lieu proprement dit et de la petite bonne femme qui en fait partie intégrante, en tant qu’elle possède une vocation universelle. La localisation elle-même, l’ancrage local de l’écriture, est foncièrement conçu comme un moyen pour exprimer ce que l’écrivain appelle « l’universel », dans tous les genres d’écriture qu’elle a pratiqué.

Assignations localistes

4Or cette revendication de l’universalité du local est, me semble-t-il, à comprendre en interaction avec une assignation au local, à un localisme stéréotypique auquel la critique a condamné très tôt Marcelle Delpastre, dès ses premières publications, et en réaction aux différentes procédures d’identification et de relégation au local et à une localisation dégradée et humiliante, tout à la fois géographique, culturelle, sexuelle et sociale, que l’écrivain a dû subir toute sa vie durant. Delpastre en effet n’a cessé tout au long de sa carrière d’auteur, d’être en butte à une humiliation constante d’assignation aux stéréotypes du local, d’une localisation paysanne, « bucolique », folklorique, etc. par laquelle elle ne s’est jamais laissée briser, où elle a même peut-être puisé une partie de sa force d’écriture, dans l’adhésion affirmative à l’universalité du lieu singulier, qui n’était certes pas donné d’avance, mais qu’elle s’est appropriée dans le refus de l’humiliation et le défi relevé contre l’assignation localiste.

5Je prendrai alors ici la notion de localisation en un sens très large, comprenant toutes les assignations sociales, en ce qu’elles trouvent leur unité dans la représentation stéréotypée d’un lieu : ici le lieu provincial, rural, patoisant, opposé au lieu de la capitale, au lieu urbain, où l’on pratique la belle langue et la grande littérature. Les localisations stéréotypiques subies par Delpastre sont en effet nombreuses. On la « localise » d’abord, dans les années 1950, comme « pastourelle limousine » et à la fois, immanquablement, comme douce voix féminine, « poétesse-bergère »12. « Poétesse de mes fesses » rétorque-t-elle, et elle choisit, contre cela, l’écriture au masculin13. On l’assigne aussi, cruellement, et dès sa jeunesse, au statut de « vieille fille » et de « bigote », parce qu’en effet, pour arranger les choses, Marcelle ne s’est pas mariée, va à la messe à Chamberet tous les dimanches et chante à la chorale de l’église. Il lui arrive d’ailleurs de revendiquer ce statut de manière provocatoire14, mais elle est alors une vieille fille qui parle de sexe et une bigote qui chante le paganisme ; autrement dit, là encore, elle subvertit les stéréotypes.

6Elle est aussi, dans la même veine stéréotypique, localisée comme une artiste de la belle langue, française bien sûr, en un milieu rustre et patoisant. C’est ce topos éprouvé que contient également, en filigrane, l’appellation de « poétesse-bergère » et lui vaut la curiosité passagère de la presse. Mais, voilà qu’elle se met, à l’âge de 40 ans, alors qu’elle a déjà derrière elle une œuvre considérable, à écrire et à publier en occitan, avec une force et une efficacité jugée prodigieuse par tous ceux qui connaissent la langue15. Cela, fatalement, aura pour effet sa relocalisation comme écrivain patoisant et régionaliste. Elle est repérée aussi et localisée comme source d’enquête ethnographique, c’est-à-dire, comprend-elle aussitôt, comme objet et non sujet de la pratique ethnographique et ethnologique. Contactée par la Société d’Ethnologie du Limousin et de la Basse Marche, elle sort très vite de la position passive d’informateur, pour revendiquer celle d’ethnographe et même d’ethnologue à plein titre16.

7La boucle se boucle, non sans amertume, par sa localisation, vers la fin de sa vie, au moment où elle commence enfin à être un peu connue avec les premiers tomes de ses Mémoires – la télévision aidant –, comme « paysanne-au-cul-des-vaches », selon l’expression d’un critique justement exaspéré17 ; limousine authentique racontant d’authentiques souvenirs d’autrefois, de la « littérature pour grand mère », dit un autre critique, critiquant lui aussi la critique. Mais il faut aussi critiquer cette critique de la critique, et Delpastre est la première à le faire, qui sait que la majorité des lecteurs de ses Mémoires sont avancés en âge, d’origine rurale et y retrouvent ce qu’ils ont vécu eux-mêmes pourtant, forcément, en d’autres lieux. C’est là une chose qui l’étonne beaucoup et qui l’émeut. Je citerai un peu longuement un passage de son dernier ouvrage, où elle prend acte de ce lectorat et de cette lecture, alors qu’elle constate combien, de plus en plus, la réflexion prend le pas sur le récit. Ce passage est aussi, me semble-t-il la meilleure entrée en matière pour aborder cette question de l’assignation, ici à un certain type d’écriture – le récit d’une vie « d’avant guerre » en un lieu rural – car elle y met en avant la dimension universelle de sa démarche, par la « méditation », et revendique la dignité de son lectorat méprisé (assigné lui-même au local, et rabaissé à la seule consommation de l’anecdotique) en même temps que la sienne propre :

J’ai quelque tendance à négliger l’anecdote pour la méditation. C’est vrai. Ce qui me rassure, c’est d’une part qu’il me serait facile, le temps venu, le cas échéant, de supprimer ces pages qui pourront apparaître oiseuses à tous ceux qui persistent à dire, sinon à croire, que j’écris pour les vieilles, les campagnardes, ces gens d’avant-guerre, c’est-à-dire d’avant le déluge, qui ont vécu semblable vie. Et certes ! Je suis très fière, et très heureuse, d’écrire pour ces gens là. De témoigner pour ces gens-là. Et ne fut-ce pas un de mes choix, dès la prime jeunesse, que de vivre comme eux, parmi eux, et d’une manière tout à fait intime ? De telle façon qu’aujourd’hui mon témoignage est vrai. C’est ainsi qu’ils le reconnaissent, qu’ils se reconnaissent dans le récit qui n’est que mien, à la fois tout autre, et tellement comparable à celui qu’ils auraient pu faire.

8Mais d’autre part, n’ai-je point jeté sur cette vie qui fut la mienne, et par conséquent la leur, ce regard extérieur qui voit – qui regarde – qui comprend – qui analyse – qui raconte mais ne fait pas que raconter… ? Qui sans disséquer, montre et explique. Et parce qu’il n’est pas seulement extérieur, mais aussi intérieur, fait comprendre. Or justement, ces gens-là – ces campagnards, ces vieilles, ces gens d’avant la guerre et d’après tant de guerres, ne sont-ils pas capables, en mesure et peut-être en goût, de comprendre au-delà de l’anecdote quelle qu’elle soit, tout ce qu’elle contient de profond, ces longues fibres qui, comme les harmoniques d’un son, lui donnent sa richesse et son épaisseur ? Vraiment, ils le peuvent. Vraiment. Ou bien ils n’ouvriront pas ce livre, ou, l’ayant ouvert, ils le jetteront. Sinon, ils le peuvent.18

9Parce qu’en effet, ces Mémoires ne se contentent pas de raconter, mais réfléchissent sans cesse sur ce qui est raconté et surtout sur la source vive du récit, c’est-à-dire la mémoire elle-même comme mémoire des lieux, mémoire de tous ceux, tout autour, de proche en proche, de la maison aux villages voisins, qui ont animé les lieux, transmis la langue, les gestes, des contenus de culture, et sont désormais, tous ou presque, défunts, laissant derrière eux le silence d’une campagne vidée de ses paysans19.

10J’ai cité Delpastre, je la citerai encore, parce que ma démarche est ici très modeste : elle consiste essentiellement à décrire très rapidement l’itinéraire de l’écrivain, en lui donnant le plus possible la parole, puisqu’elle s’est très souvent expliquée sur ses rapports à son lieu de vie, de travail et d’écriture. Ses réactions en effet, à la fois d’humeur et argumentées, à la série des assignations localistes que j’ai passées en revue, sont fort nombreuses.

La pastourelle limousine

11L’entrée non pas du tout en littérature, mais en publication de Delpastre date de 1956. Cela fait plus de dix ans qu’elle est revenue à la ferme, et pendant tout ce temps elle a accumulé une masse considérable de travaux d’écriture, dans la plus grande solitude20. Cette année là, elle envoie une nouvelle, le Rosier Pourpre, à René Rougerie, qui vient de créer une revue « ultra littéraire » selon l’expression de Delpastre : Réalités secrètes. Rougerie la publie immédiatement et ses textes voisinent alors ceux de Paulhan, de Gracq, de Queneau, de Ponge, de Mandiargues, de Margerit, etc. Rougerie vit et travaille à Limoges, et c’est pourquoi elle lui envoie ses textes. Rougerie est tout sauf un éditeur régionaliste, il est surtout, dans ces années et pour longtemps, le premier éditeur de poésie en France : « deux fois Gallimard aussi bien pour le nombre de titres publiés à l’année que pour l’étendue de leur diffusion », dit l’un de ses auteurs21. Cette publication apporte une heure de gloire à son auteur, ce qui est d’ailleurs un peu étonnant, car Réalités secrètes, quelle que soit sa qualité (et de ce fait même !) est sans doute restée une revue relativement confidentielle : « Interviewes, articles élogieux, le Courrier du Centre, le Parisien Libéré, Radio-Limoges… que sais-je ! […] J’y gagnais ce surnom de Pastourelle qui m’est resté »22.

12Dans la foulée, le Courrier du Centre, à l’instigation de René Rougerie, lui offre une chronique, en lui imposant le titre « grotesque et dévalorisant » de Revenons à nos moutons23. L’événement est annoncé en première page du journal, le samedi 16 mars 1957 : « Marcelle Delpastre, ‘la pastourelle limousine’ vous dévoilera lundi ses ‘Réalités secrètes’ », avec une photo de ladite pastourelle, sous laquelle on peut lire : « Marcelle Delpastre, la jeune bergère-poète corrézienne taquine la muse, mais joue avec les chats en attendant de vous révéler ses ‘réalités secrètes’ ». Elle fera seulement cinq chroniques, très étonnantes par le style et le contenu, tellement que, très rapidement, on ne veut plus d’elle. Rougerie non plus, qui pour de tout autres raisons, cesse de publier les textes en prose et en vers libres qu’elle lui envoie : « je cessai de plaire et l’on en resta là »24. Dans un texte daté du 31 décembre 1957, resté dans ses tiroirs, où elle revient sur l’une de ses chroniques, elle fait preuve d’une belle lucidité : « C’est comique, une paysanne – ‘pastourelle’ comme ils disent, gardeuse de vache ou gardeuse d’oies – une fille à Jules Bouzeut (dixit Pellos25) qui se mêle de poésie. Et voilà l’élite intellectuelle qui dresse de côté une oreille pointue, rajuste ses sentencieuses lunettes et de très haut laisse tomber un regard sur le phénomène, comme l’aigle royal lâche une crotte. Puis se détourne vers de vastes spéculations où n’entrent ni les vaches ni les oies »26. Elle comprend très bien qu’on s’est intéressé un instant à elle, comme à ce phénomène de la pastourelle corrézienne et néanmoins poète, indépendamment de ce qu’elle pouvait réellement écrire ; or à cette époque, ce qu’elle écrit, en tout cas ce qu’elle publie chez Rougerie, n’a rien à voir, ou si peu, avec la vie aux champs à Chamberet de Corrèze27.

13Cependant, elle continue à écrire, plus que jamais, et commence précisément à faire du lieu où elle vit, directement, immédiatement, la matière de son œuvre, et cela au moment où elle entame une collaboration avec deux revues dont on peut dire qu’elles ont une vocation locale, ce qui ne veut évidemment pas du tout dire qu’elles sont des revues de seconde zone, ni que leur intérêt est seulement local : le bulletin de la Société d’Ethnographie du Limousin et de la Marche (S.E.L.M.) et ensuite Lemouzi, qui est une revue félibréenne, littéraire mais aussi savante, consacrée à la culture limousine. Chacune de ces revues va jouer une rôle décisif dans l’orientation de son œuvre : la participation à Lemouzi va la conduire en effet à écrire aussi en occitan limousin, sans qu’elle ne devienne pour autant membre du Félibrige ; l’autre publication lui ouvre la voie de la production ethnographique et ethnologique.

Travaux d’ethnologie domestique

14À la S.E.L.M., Delpastre a d’abord joué le rôle d’informatrice, sollicitée par un chercheur professionnel, Maurice Robert, pour remplir des fiches d’enquête sur les coutumes de Noël, puis pour du collectage de chansons. Mais, très vite, elle prend la place de l’ethnographe et de l’ethnologue, devenant, comme on a pu l’écrire, l’« ethnologue de sa propre culture »28. Cette rencontre avec le monde de la recherche ne s’est pas faite sans difficulté, au moins pour deux raisons : une question de registre de langue et une question de méthode de collectage. Mais implicitement, dans les deux cas, il est d’abord reproché à Delpastre de sortir de sa fonction et du lieu social qui lui est dévolu dans la production savante. La question du registre de langue, d’abord :

Mes premières études, raconte-t-elle, que je voulais écrites en un langage si clair que toute personne sachant lire les comprît, m’avaient valu quelques coups de pied au cul de personnes compétentes. Je m’initiai donc au jargon de ces messieurs, et si ardemment qu’en rien de temps je vous parlai cosmogonie, hiérogamie et tout le toutim comme docteur en Sorbonne.29

15En 1970 elle publie un recueil de contes en limousin (Contes du mont Gargan), et on lui reproche, cette fois, d’avoir écrit et donc réécrit les contes, autrement dit d’avoir trahi l’authenticité du témoignage30, c’est-à-dire en fait l’authenticité de son propre témoignage, puisqu’elle est en quelque sorte sa propre source :

Ah, monsieur, m’étais-je tout de même permis de dire, si vous étiez venu chez moi, avec votre petite machine, et qu’au lieu de les écrire, je vous les aie racontés, ces contes qui alors seraient devenus vos contes, comme ils auraient gagné en authenticité !31

16Ces contes sont en effet les contes du lieu, comme elle l’explique dans sa préface, où la revendication d’une appartenance au lieu, d’une relation consubstantielle au lieu ne saurait être plus forte :

Les contes que j’ai voulu réunir ici, je les ai recueillis chez nous en langue limousine, soit tels que je les ai entendus conter, quand j’étais petite sur les genoux de mon défunt grand-père, de la Marraine ou de quelque parente, soit tels que j’ai pu les imaginer d’après ce que j’ai entendu dire de plus d’un côté et de plus d’une façon, mais toujours entre mes quatre murs et sans guère sortir de la famille. On peut les tourner comme l’on veut, ce sont des contes de la cheminée, je n’ai pas fait un pas pour les chercher.32

17C’est aussi ce qu’elle affirme dans son introduction au Tombeau des ancêtres, où elle a recueilli et analysé les coutumes et les rituels quotidiens :

Les faits que je voudrais étudier, d’une manière moins étendue et que je souhaiterais plus profonde, ne sont pas les résultats d’une enquête générale et ne tiennent dans aucun fichier. On a pu les observer, et souvent ils vivent encore, sur un point extrêmement étroit du Limousin, à savoir mon village, Germont […] un village qui, comme tant d’autres meurt étouffé par les ronciers et la forêt jeune montant à la place des champs. Je peux même dire que je ne rapporte presque aucun élément qui ne m’ait été fourni dans ma propre famille, et qui ne soit pour moi d’expérience vécue, soit que je l’aie pratiqué moi-même, que je l’aie vu faire, ou qu’on me l’ait directement rapporté. De cette façon, je pense en avoir une connaissance mentale authentique, véritablement personnelle et vivante, ce qui peut compenser toutes sortes de lacunes dans l’information…33

18Dans sa « Présentation » de Sorcellerie et magie en Limousin, le lieu, le terrain d’enquête est encore plus restreint, puisqu’il se limite à la seule mémoire de celle qui écrit :

Je crois bon […] de souligner une fois de plus que tous les petits récits, toutes les notes que l’on trouvera ici ont été recueillis tels quels en un point très précis du Limousin, très limité, très étroit, pas même mon village de Germont, pas même ma famille, pas même ma maison, où sont toutes mes sources, seulement ma propre mémoire.34

19Cette restriction du terrain d’enquête à un seul lieu, qui au départ consiste à faire de nécessité vertu (« Je n’avais pas d’autre terrain d’enquête », dit-elle dans le film de Patrick Cazals35), cette focalisation sur le lieu même où l’ethnographe a vécu, pratiqué, conté cela même qu’elle ressaisit par l’écriture, est la condition de la portée universelle de sa connaissance. Elle l’exprime de la manière la plus saisissante au sujet des contes :

Les contes, dit-elle, sont universels, non pas avant que d’être spécifiques et localisés, mais en même temps. Ils n’existent en tant qu’universels que parce qu’ils sont racontés ici, aujourd’hui, d’une façon particulière...36

Cette langue pouvait tout dire

20C’est cette même dialectique du singulier/universel ou du local/universel qui l’a conduite à écrire en limousin, et à revendiquer un égal statut d’universalité pour l’occitan limousin et pour le français, contre la partition, toujours dominante, entre le « patois », terme qu’elle n’utilise évidemment pas, comme idiome du local, et le français, langue à vocation universelle. Elle raconte comment, il lui est apparu, tout d’un coup, qu’il lui fallait écrire dans la langue de sa mère et du village (son père lui, né à Paris, ne parlait que le français), en entendant, lors d’une réunion de la revue Lemouzi, l’universitaire et poète Jean Mouzat parler du limousin en limousin. Ce fut pour elle, raconte-t-elle, une révélation :

J’en appris davantage sur ma langue, celle que je parlais tous les jours, en une petite heure qu’en trente-huit ans de vie. […] J’étais émerveillée que l’on pût parler si clairement, si longtemps, dans une chose aussi décriée que la nôtre, pour exprimer tant de choses plus passionnantes les unes que les autres. […] je savais maintenant que cette langue pouvait tout dire, les finesses les plus subtiles des sentiments les plus passionnés comme les plus extravagants, décrire les lieux les plus charmants, raconter les aventures les plus banales ou les plus fantastiques. Même l’abstraction mathématique. Et je me fichais pas mal des mathématiques moi, et il y avait cela et tout le reste37.

21Elle en tira sur la conséquence le champ : « à partir d’aujourd’hui, j’écrirais en limousin, du Limousin et sur le Limousin »38.

22Ce qui est évidemment fondamental et je crois assez paradigmatique, c’est que cette appropriation du « patois » du lieu, cette « chose tant décriée », comme langue à part entière, capable de tout exprimer, aurait été sinon inconcevable, en tout cas très difficile, sans la médiation d’une société savante et de son conférencier universitaire, tant l’opprobre culturel et social pèse lourd sur l’esprit des locuteurs. On peut faire des remarques similaires concernant les contenus de culture que Delpastre recueille et analyse au sein de la Société d’Ethnographie : les instruments de ses analyses, et d’abord le recours à l’écriture pour fixer l’oralité, ne sont bien sûr pas tirés de cette culture elle-même, mais de la littérature ethnologique et anthropologique assimilée39.

23Je ne veux pas du tout dire que ces contenus de culture seraient pour l’essentiel une invention de ceux qui prétendent les recueillir au moment où ils sont déjà morts40, mais simplement constater qu’un lieu de langue et de culture socialement déconsidéré – ce lieu ici, au fond, c’est Delpastre elle-même, agricultrice patoisante de Germont en Corrèze – ne peut accéder à sa propre dignité et la revendiquer, qu’au contact d’une culture déjà reconnue comme savante, une culture dont les lieux institutionnels, même s’ils peuvent être proches géographiquement (l’Université de Limoges, par exemple) sont, de fait, on ne peut plus éloignés socialement, d’où la difficulté, l’extrême difficulté, mais non bien sûr l’impossibilité (Delpastre en est la preuve), d’une telle rencontre.

24En outre, se mettre à écrire le Limousin quand on le parle, passer de l’oral à l’écrit, cela a l’air simple, mais ne l’est pas du tout. Delpastre a souvent raconté que c’est un autre universitaire lié à Lemouzi, Joseph Migot, « professeur de russe itinérant », comme aimait à se désigner lui-même, et philologue hors pair (il étudiait, entre autres langues, l’occitan, le piémontais, le ladin, le gaélique…), qui lui apprit à écrire le limousin dans la graphie classique41, ce qui est bien sûr d’une importance capitale, parce que cela la rendait lisible dans l’ensemble pan-occitan, alors que si elle l’avait écrit, comme tant d’autres, en adoptant une graphie imitant le français, elle se serait condamnée, pour des raisons phonétiques qui sont évidentes lorsqu’on en a l’expérience, à une réception strictement locale. Le contre coup de ce choix, son effet inévitable et pervers, étant que les locaux, parce qu’ils ne sont éduqués qu’à la seule lecture du français, ont la plus grande difficulté à lire un texte en graphie ainsi normalisée (dite encore classique). Et de fait, il s’ensuit une production occitane intense qui culmine en 1974 avec les Saumes Pagans (les Psaumes Païens), publiés à Périgueux, qui atteignent, avec leur réédition en 1999, une diffusion unique et presque inespérée (2000 exemplaires), dans une langue où l’édition poétique doit le plus souvent se contenter de quelques dizaines d’exemplaires. Beaucoup, dont je suis, estiment que cette œuvre est en effet un sommet de la lyrique occitane42.

25Je ne peux m’arrêter ici sur les caractéristiques formelles de cette poésie à dire, ou plutôt à scander à haute voix, tout à la fois lyrique et réaliste, élevée et crue, sinon pour insister sur son rapport au lieu, appréhendé dans sa matérialité, comme voie directe, accès immédiat à l’universel, c’est-à-dire d’une part à l’universalité humaine de la misère et des joies, et d’autre part à l’universalité cosmique des éléments, dans leur terrible et sublime indifférence à l’humain43. L’attention au lieu, au sens où il est considéré dans les travaux de collectage ethnographique, est constante, même s’il n’est jamais désigné par son nom propre et ses particularités singulières. Delpastre elle-même, dit de Sega de segre per un paísan (Suite à suivre pour un paysan), qui accompagne en vers, avec une force et une précision remarquables, les travaux et les jours du paysan, du berceau au tombeau, qu’il est « un document d’ethnographie » autant qu’un poème44. Dans les Saumes pagans éclate le motif, qui sous-tend d’ailleurs tout le travail ethnographique, de l’engourdissement, sommeil et mort du lieu de langue, de mémoire et de civilisation, spécifié par la seule désignation de « queu país » (« ce pays »)45. Celui qui parle et chante dans sa langue est alors devenu étranger en son propre lieu, et surtout, comme dépositaire d’une culture méprisée et folklorisée, il est voué, pour ses propres enfants, au ridicule et à l’humiliation. Soit ce dialogue amer :

Sais-tu quelque chose pour rire, sais-tu danser ? Chante-nous les chansons d’autrefois !/ Je chantai : ils se tordaient de rire. Je parlai la langue de leur mère : ils se tordaient de rire./ Écoute ! Sais-tu danser ? Ne sais-tu pas quelque bonne niorle ? Quand je pense que mon père ne parlait que patois !/ Ils se tordaient de rire. – Dis, ne sais-tu pas sauter un peu, comme les bohémiens ? Ne sais-tu pas comment autrefois on faisait l’amour ?46

26Cette malédiction est celle du lieu auquel s’est substitué, dans l’esprit même de ceux qui l’habitent, la représentation stéréotypée de ce qu’il n’a jamais été : délices des fêtes champêtres, du patois pittoresque et des mœurs simples et lestes des pastourelles limousines. Autrement dit, la litanie des équivoques et des malentendus qui ont condamné Delpastre elle-même, comme poète du local, à la bouffonnerie folklorisante, là où elle s’efforçait de rendre le lieu à lui-même, ou du moins d’en sauver des bribes de mémoire par le témoignage.

27Cette poésie rencontre les préoccupations culturelles et finalement politiques (même si rien n’est plus éloigné du militantisme politique que la démarche poétique de Delpastre) des nouvelles générations d’occitanistes, et lui apporte sans nul doute, au moins en des cercles restreints, une certaine notoriété. Notoriété à vrai dire fort modeste, qui comme elle le constate dans ses mémoires, ne change rien à sa vie quotidienne, au travail à la ferme47. Sinon peut-être, et ce n’est pas sans importance, que certains de ceux qui viennent lui rendre visite, de la génération renouvelée d’occitanistes des années soixante-dix, avec lesquels elle entretiendra une relation durable et de grande proximité, mettent parfois la main à la pâte pour l’aider dans ses travaux48.

Jusqu’à la lie…

28Car si Delpastre se déplace très peu, elle reçoit par contre volontiers chez elle la visite d’intellectuels, écrivains, etc. venus de la région ou non49. C’est chez elle, en son lieu, dans sa ferme, que se font d’assez nombreuses rencontres, dont elle se nourrit aussi, bien sûr. Dans un très beau passage des Mémoires, elle raconte comment elle tenait salon, comme Madame Récamier, mais les pieds dans la cendre, la boue et le fumier50. Quoiqu’il en soit, cela ne fit jamais qu’un petit cercle de connaissances et de reconnaissance, sur plusieurs générations, autour de publications très confidentielles. Son visiteur le plus fidèle est un éditeur « local », l’écrivain Jan Dau Melhau qui dirige Lo Chamin de Sent Jaume, à Meuzac (Haute-Vienne), écrivain paysan comme elle, chanteur et conteur, qui continue à réaliser un remarquable travail de publication de l’œuvre delpastrienne. Mais hors de la modeste distribution de ses œuvres, elle doit de se contenter de quelques mises en onde de ses poèmes dramatiques à Radio Limoges51, d’une chronique, cette fois prolongée plusieurs années, dans le Populaire du centre52, d’invitations un peu partout dans le limousin, pour dire sa poésie et (en fait surtout) pour conter. Mais enfin, il suffit de lire ses Mémoires pour constater qu’on la sollicite surtout pour animer des soirées contées dans une colonie de vacances et dans une maison de retraite, quand ce n’est pas pour assurer la partie intellectuelle des jeux Intervillages53. Lors d’une représentation folklorique, dans les années soixante-dix, on lui demande même de tourner le rouet, qu’elle n’a évidemment jamais connu : « c’est dire, se rappelle-t-elle, si l’on tenait à me ridiculiser. À m’humilier »54.

29Mais le pire est encore à venir. Elle est accueillie aux éditions Payot, par l’entremise de Dominique Missika, pour sa traduction en français du premier des tomes de ses Mémoires, écrit d’abord en limousin (Las vias priondas de la memòria)55. Cette publication parisienne, suivie de plusieurs autres (la série des Mémoires), dans une collection intitulée « récits de vie » (donc non « littéraire ») rencontre un succès de librairie considérable (le premier tome sera republié en poche l’année de sa disparition). Les journalistes affluent à Germont, L’Express titre « Mes souvenirs en sabots »56, et le reste est à l’avenant… Ce qui suscite chez elle une légitime amertume et d’abord de l’absence de reconnaissance littéraire à proprement parler:

Il s’agissait là de magazines, de la version magazine des journaux, pas du tout, lorsqu’elle existait, de l’édition sérieuse et littéraire. Faut pas rêver ! Est-ce que je fais de la littérature ? Est-ce que, du fond de la Galilée, je veux dire du dernier hameau de mon village, je peux faire de la littérature ? Non. Faut pas rêver.57

30Cela lui vaut en tout cas d’être invitée à la télévision par Bernard Pivot. Voici ce qu’elle raconte :

Avec Pivot, tout avait si bien commencé ! Oh certes, ils furent contents, les Corréziens, de l’entendre me demander si les indigènes possédaient la télévision, si d’aventure quelques-uns regardaient les émissions littéraires de la capitale. Bonne fille, je répondais que oui […] sans seulement demander si Apostrophes était une émission littéraire.58

31Puis survient un incident, où Pivot la reprend pour avoir dit qu’elle était « chrétienne » et « catholique », en lui expliquant qu’il s’agit là d’un pléonasme :

Le comble fut lorsque Pivot, comme un os à un chien me jeta ce machin sur la lecture en milieu rural qui me revenait du droit de tout son mépris. La lecture en milieu rural ! Qu’est-ce que j’en avais à foutre, moi !59

32Furieuse, elle va lui demander, à la fin de l’émission, hors antenne : « Dites, monsieur Pivot, si je suis là, c’est à cause de la littérature, ou parce que je suis une paysanne et que je fais des fautes d’orthographe ? »60. Son sort d’écrivain pour grand-mères et de « paysanne-au-cul-des-vaches » est scellé. Mais à la fois, elle doit bien en convenir :

Ils ont raison les bougres ! Cela m’agace bien évidemment. D’une certaine façon, cela peut m’être insupportable, et pourtant ils ne s’y trompent pas : je suis d’ici et non d’ailleurs. C’est ici que je niche, sur l’aire terrestre qui m’est dévolue – quelques hectares – quelques ares…61

33Cet « ici », c’est le lieu, le lieu de la mémoire, et une mémoire dont il faut bien voir qu’elle n’est pas seulement ni d’abord celle qui contient des souvenirs d’enfance, de jeunesse, d’âge mûr etc. (les Mémoires publiées par Delpastre sont globalement chronologiques) ; c’est une mémoire témoignage, et le témoignage d’un individu sur sa propre vie saisie dans ce qu’elle a d’indissociable avec la vie d’un groupe en un lieu : un groupe familial, villageois et au-delà, de sorte que cette mémoire témoigne pour ce qu’elle appelle une « civilisation », qui a fait du lieu ce qu’il est. Certes le lieu est muable, il n’a jamais cessé de changer, dans son aspect extérieur comme dans sa forme humaine, mais avec ceci, que, désormais, la ruine et la disparition est inéluctable, que le lieu comme lieu civilisationnel disparaît inexorablement. Il est impossible de s’en remettre ici à une quelconque explication par la psychologie – le pessimisme oratoire du vieux qui regrette sa jeunesse – ou par l’idéologie – la nostalgie fatalement suspecte de crypto-maurassisme pour les valeurs de la paysannerie – car, le fait est, le village est vraiment mort et que les champs retournent à la forêt62. Ce lieu, rural, patoisant, est en effet saturé par son passé ; il n’est d’ailleurs plus que son passé, parce que comme lieu humain, tout simplement, il meurt avec Marcelle, dernière habitante du village, dernière dépositaire de sa mémoire, de sa langue, de tout. Or ce lieu, qui se dit Germont, ne peut être perçu, fatalement, y compris au moment tout de même le plus grave, le plus solennel, au moment même où il meurt, et cette fatalité est bien pire que la mort, que comme un lieu prédécoupé et préconstitué selon des stéréotypes, imposés par un discours, une topographie, imposée dans une relation de domination, qui décide non seulement de l’agencement administratif et de la hiérarchisation des lieux, mais aussi, a priori, de ce qu’un lieu peut être ou ne pas être, et d’abord qu’il puisse être un lieu sujet et non pas seulement objet, producteur et non pas seulement récepteur, de culture, de littérature, de pensée, d’idéologie, etc. C’est pourquoi la littérature, aussi belle et recherchée soit-elle, qui se distingue avec hauteur de la littérature localiste folklorisante (l’école de Brive) pour faire du lieu rural (la Creuse profonde, le Plateau des Milles-Vaches, etc.) le théâtre sublime du dénuement absolu, de la misère ontologique, le théâtre d’ombre de vies minuscules et de désastres humains, cette littérature n’est que la chambre d’écho des stéréotypes, dont le sens est tout au plus inversé. Car, évidemment, l’inversion est un mode de reconduction du stéréotype, et du rapport de domination qu’il a charge de signifier et de justifier.

Conclusion

34Le mérite de Delpastre, pour conclure brièvement, est le refus de se plier au stéréotype dégradant du local, tel qu’il est imposé depuis un lieu érigé, et auto-désigné en lieu capital, central et universel, et surtout qui se fait accepter comme tel, localement, par le relais des institutions du savoir (école) et de l’information (journaux, etc.) ; les « locaux » reconnaissant l’infériorité et l’indignité relatives de leur lieu propre, géographique, social, linguistique et culturel. Car s’ils revendiquent une identité, ce sera, bien souvent celle du stéréotype lui-même, dans le simulacre duquel ils deviennent alors leurs propres bouffons : ainsi de la culture folklorique, que Marcelle Delpastre n’aimait pas. Par contre, elle montre que le refus du local dégradé en stéréotype est possible et qu’il est dicté par le lieu lui-même, doté de sa mémoire propre, foncièrement irréductible au stéréotype imposé par le vainqueur ; il revient alors à l’écriture de témoigner du lieu et d’attester qu’il n’en est aucun, aussi dégradé, minoré, dénigré soit-il, qui ne puisse prétendre, au même titre que n’importe quel autre, à l’universel. Rien ne serait plus insuffisant que de concevoir cette invocation de l’universel comme une injonction rhétorique désormais obligée, car elle est, plus profondément, la condition de possibilité d’une reconnaissance de l’égale dignité des « lieux » singuliers de l’humain. Elle est, de fait, un postulat auquel la culture démocratique moderne ne saurait renoncer sans se renier elle-même.

35On voit ainsi, qu’à travers Delpastre, j’essaie de décrire une forme de conflit spécifique, par lequel une culture minorisée, réduite au local, au régional, par opposition au national et à l’universel, revendique sa propre universalité (indépendamment du reste de toute revendication régionaliste ou nationaliste) et s’affirme à travers le refus de se reconnaître dans les stéréotypes dégradés que lui impose la culture dominante, par lesquels s’impose et se maintient symboliquement une relation de domination territoriale et politique effective.

Haut de page

Notes

1 Marcelle Delpastre, La fin de la fable, Mémoires, t. VII, Meuzac/Bassac, Lo Chamin de Sent Jaume/Plein Chant, 2004, p. 648.
2 Ibid., p. 755-756.
3 Delpastre fut l’auteur retenu pour le C.A.P.E.S. d’occitan en 2003-2004. Consécration institutionnelle si l’on veut, l’institution en question n’ayant elle-même qu’une existence des plus précaires, proposant des postes à l’unité et gratifiée exactement du même mépris qui pèse sur l’œuvre de Delpastre et bien sûr des autres auteurs d’expression occitane.
4 Six cents pages de poésie, sur un ensemble de deux mille pages en limousin, affirme-t-elle dans La fin de la fable, Mémoires, op. cit., p. 646. Voir au moins Saumes Pagans, Périgueux, Novelum, 1974 (2e édition avec trad. fr., Meuzac, Lo Chamin de Sent Jaume, 1999 ; les mentions ultérieures de ce texte renverront à cette réédition) ; Paraulas per questa terra, 5 volumes, avec trad. fr., Meuzac, Lo Chamin de Sent Jaume, 1997-1998. En français, Requiem pour un pendu, Bergerac, Les amis de la Poésie, 1995 ; Ballades, Bassac, Plein Chant, 2000, etc.
5 Le Bourgeois et le paysan. Les contes du feu [1965-1970], Paris, Payot, 2000 ; Los contes de Pueg Gerjan, Tulles, Lemouzi, 1970 (2e éd., 1987) ; Setz-vos sortier ? Sorcellerie et magie en Limousin, Tulles, Lemouzi, 1982 (rééd. dans la revue du même nom, Lemouzi, n° 129bis, mars 1994 ; les mentions ultérieures de ce livre renverront à cette réédition) ; Le tombeau des ancêtres, coutumes et croyances autour des fêtes chrétiennes et des cultes locaux, Paris, Payot, 1997 ; Bestiari Lemosin, Meuzac, Lo Chamin de Sent Jaume, 2003 ; Des trois passages en Limousin. Naissance – épousailles – funérailles, Meuzac, Lo Chamin de Sent Jaume, 2005, etc.
6 Las vias priondas de la memoria, Aurillac, Ostal del libre, 1996 ; Les chemins creux, une enfance limousine, Paris, Payot, 1993 (rééd. 1998). Il est à noter que ce dernier titre, qui fait passer la mémoire à la trappe au profit d’une mise en relief du récit d’enfance localisé, ne plut pas à l’auteur (voir La fin de la fable, Mémoires, op. cit., p. 646).
7 « Petites chroniques de Germont », Populaire du centre, 1982-1988. Je reviendrai plus bas sur le bref épisode du Courrier du centre en 1957.
8 Voir Plein Chant, n° 71-72, « Marcelle Delpastre », dossier (remarquablement) rassemblé et présenté par Jan dau Melhau, 2000, p. 251-265.
9 Aux émissions de Bernard Pivot, Apostrophe, et de Jean-Marie Cavada, La Marche du siècle. Voir La fin de la fable, Mémoires, op. cit., p. 601 sq. Il est très significatif qu’une fois Delpastre disparue, c’est-à-dire dans l’incapacité de participer à la promotion télévisée et journalistique de sa production, la maison Payot s’empressa de refuser la publication des trois derniers tomes des Mémoires, publiée en un volume par le Chamin de Sent Jaume et Plein Chant, sans quasiment aucun espèce d’écho critique (pas même en Limousin), du moins à ce jour…
10 Alain Galan, « La dernière des Mohicans », La Montagne, 7 novembre 1997, repris dans « Tombeau de Marcelle Delpastre », Revue des Lettres Sciences et Arts de la Corrèze, t. 102, 1999, p. 242. Voir dans le même recueil Yves Lavalade : « Elle était intarissable ; et son œuvre paraît immense jusqu’à la confusion ; tant elle semblait pouvoir se poursuivre à jamais », p. 281. Voici comment elle se présente elle-même dans une autobiographie de deux pages rédigée en 1986 à la manière d’un Curriculum : « Cultive principalement la ferme familiale et la poésie, accessoirement le dessin, la broderie, le chant traditionnel, l’ethnographie et la littérature française autant qu’occitane », cité dans Plein Chant, n° 71-72, 2000, p. 11. Ces autres activités, hors de l’écriture et de l’agriculture, ont leur importance à divers titres dans sa vie. Voir, dans le même ouvrage, Les arts d’agrément ou les travaux de jeune fille.
11 « Il se trouve que c’était le giron familial. Que c’était la terre. Que j’étais bien obligée d’en prendre ce qu’il y avait. Que lai era pas estachada, que je n’y étais pas liée par des lien extérieurs ni artificiels, des rêves ni quelque idéologie. Que c’était ma vie, que c’était moi. Que moi je n’étais pas moi-même petite bonne femme à récurer l’étable qui n’avait aucune importance et pas plus de valeur que la fourche ou le seau que je transportais. Que moi j’étais – j’étais quoi ? – cette chose en train de se faire par moi qui commençait peut-être à se dire une œuvre, que certains maintenant reconnaissaient pour telle », Les lourdes chaînes de la liberté, Mémoires, t. V, Meuzac/Bassac, Lo Chamin de Sent Jaume/Plein Chant, p. 223.
12 Voir infra.
13 Ce point, que l’on ne pourra traiter ici, est très important. On citera cependant l’extrait suivant des Mémoires : « […] n’ayant pas trouvé d’autre genre pour parler, pour écrire, qui respectât cette dualité de l’être, j’avais choisi le masculin. Eût-il existé un genre neutre, il n’aurait pas convenu. Quant au féminin, entaché de tant d’opprobre séculaire, restrictif à tout point de vue, je ne pouvais non plus m’en satisfaire./ On m’a parfois traitée de « poétesse ». Poétesse de mes fesses ! On m’a demandé, et avec quelle surprise, pourquoi j’écrivais au masculin.  Eh ! parce que c’est que c’est plus facile pour l’accord des participes./ L’accord des participes ! Tu parles ! », Le temps des noces, Mémoires, t. III, Paris, Payot, 1994, p. 388.
14 Elle avait écrit le mot « cul » dans un article destiné au Courrier du Centre, le 21 mars 1957. Dans un texte encadrant celui-ci, daté du 31 décembre 1957 elle raconte qu’un ami auquel elle l’avait donné à lire, lui avait dit : « Vous écrivez le mot cul, c-u-l, en toutes lettres ! Toutes les vieilles filles bigotes vont lever la bannière contre vous ! ». Ce à quoi, écrit-elle, elle répondit courroucée : « Moi aussi je suis vieille fille, et bigote », Plein Chant, n 71-72, 2000, p. 192.
15 Voir infra.
16 Voir infra.
17 Bernard Lesfargues.
18 La fin de la fable, Mémoires, op. cit., p. 612.
19 « Maintenant qu’il dépose l’outil, qu’il se lave les mains, qu’il s’assied pour mourir ou se chauffer les doigts, je lui dis sa mémoire. Et nous savons que de ma part ce n’est pas forfanterie, non : sa mémoire c’est la mienne », Le tombeau des ancêtres, op. cit., p. 537.
20 De 1945 jusqu’en 1956, elle écrit de plus en plus : « les cahiers s’entassaient, se superposaient, avec ou sans rime, avec ou sans ponctuation, et je pense qu’ils ressemblaient à des quantités d’autres, que leurs auteurs ‘publiaient’ dans des revues qu’ils étaient seuls à lire », « Autobiographie » datant de 1987, publiée dans Plein Chant, n° 71-72, 2000, p. 18. La plupart de ces textes, dont certains de grande ambition (des pièces de théâtre : un Mariage de Don Juan et un Faust en cinq actes) n’ont jamais été publiés. Les archives sont maintenant déposées à la Bibliothèque Francophone Multimédias de Limoges et en cours de catalogage.
21 Jean l’Anselme, dans René Rougerie, dossier rassemblé et présenté par Georges Drano et Nicole Drano Stramberg, Plein chant, n° 53-54, 1994, p. 70.
22 « Marcelle Delpastre : et la poésie ? », texte de 1987, Plein Chant, n° 71-72, 2000, p. 19.
23 Jan dau Melhau, ibid., p. 185.
24 « Marcelle Deslpastre : et la poésie ? », ibid., p. 18-19. Sur ses déconvenues avec Rougerie, voir ibid., p. 124-125 et Le passage du désert, Mémoires, t. VI, Meuzac/Bassac, Lo Chamin de Sent Jaume/Plein Chant, p. 287-288.
25 Humoriste auteur de bandes dessinées et de dessins de presse.
26 Texte cité dans Plein Chant, n° 71-72, 2000, p. 190.
27 Voir en particulier « La nouvelliste », ibid., p. 169-183 et la publication récente du Testament de l’eau douce, Gardonne, Fédérop, 2001. Très significative de la condition de tout écrivain « provincial », la manière dont s’exerce le tropisme parisien, comme seul lieu de reconnaissance littéraire possible ; que le mouvement envisagé soit centripète ou centrifuge : « […] dans les premiers commencements, quand je venais d’avoir trente ans et que Rougerie m’avait publié quelques nouvelles, j’avais rencontré Germaine :

-Tu ne vas pas rester ici ? Si tu veux réussir, il te faut monter à Paris.

-Moi, aller à Paris ? C’est Paris qui viendra à moi.

Les années passèrent. Paris ne vint pas. Je n’y allai pas non plus. », La fin de la fable, Mémoires, op. cit., p. 759.

28 « Chose rarissime et délicate, en 1963 » ajoute très justement Jan dau Melhau, Plein Chant, n° 71-72, 2000, p. 203.
29 « Marcelle Delpastre : et la poésie ? », art. cit., p. 21. « Qu’il se trouvât de doctes universitaires pour rire de mes recherches et railler mes élucubrations me parut à la fois normal et insupportable. Je ne me dis pas, mais pas du tout, que j’aurais dû être espèce trop méprisable pour attirer ne fût-ce qu’un regard de ces personnages autorisés, oui, trop misérable pour leurs attaques, trop insignifiante pour leur réaction, même condescendante. Pas du tout ! Je fus indignée. Car je savais de quoi je parlais, moi, je le connaissais bien. Je le vivais du dedans, qui mieux que moi pouvait savoir précisément ce que cela voulait dire ? Que si j’employais un vocabulaire si simple, je le faisais volontairement, je voulais que chacun, quiconque saurait lire, quiconque serait, par exemple, du niveau du certificat d’études primaires, tout le monde, quoi, pût comprendre ce que j’écrivais », Le jeu de patience, Mémoires, t. IV, Paris, Payot, 1998, p. 66.
30 « […] nous croyons devoir dire que cette langue limousine nous paraît assez consciencieusement élaborée, et qu’il s’agit plus d’un texte littéraire que d’un texte populaire. Il ne pouvait en être autrement, ces contes étant enregistrés non par un appareil mais par une mémoire que nous savons, disons-le aussi, très fidèle », Maurice Robert, compte rendu paru dans Études Limousines. Bulletin de la S.E.L.M., 1970, p. 118. Jan dau Melhau, qui pas encore rencontrée Delpastre à cette date, intervient dans la revue Ad òc pour défendre sa position.
31 Et elle ajoute : « J’étais impuissante, mais pas aveugle », Les lourdes chaînes de la liberté, Mémoires, op. cit., p. 183.
32 Présentation aux Contes dau Pueg Gerjan, op. cit.
33 Introduction au Tombeau des ancêtres, citée dans Plein Chant, n° 71-72, 2000, p. 205. On pourrait ici, mais ce n’est pas le sujet, émettre des réserves épistémologiques sur les procédures de généralisation fondée sur l’empathie : je peux parler de « la » mentalité (au singulier) limousine, dit-elle en substance, parce que j’en ai une connaissance immédiate et intérieure. Mais voir, par ailleurs, ce qu’elle écrit au début de Setz-vos sortier ? Sorcellerie et Magie en Limousin (op. cit.), où la question de la croyance est individualisée et surtout considérée dans toute son ambiguïté, ce qui exclut une approche monolithique de la question de la mentalité (voir note suivante).
34 Sètz-vos sortier, op. cit., p. 9. La suite dit ceci : « Ma mère vous en conterait plus. Mon voisin vous en conterait d’autre. Chaque limousin en sait bien davantage. C’est dire qu’une enquête « authentique », au sens où l’entendent certains, comporterait autant de livres qu’il y a de limousins, avec autant de vies pour acquérir ces connaissances et les mettre par écrit – et il vous resterait à trouver assez de vies en vous pour les lire », ibid. Au delà de la polémique contre ceux qui l’accusent de ne pas avoir fait un véritable travail d’enquête et de terrain, en cumulant et croisant les témoignages, il y a là l’affirmation de la singularité essentielle de ce savoir, selon les locuteurs, et ceci y compris en un même lieu, dans le même village, voire dans le même foyer. Cette singularité, en tant que savoir vécu, acquis lentement au fil d’une vie (savoir non inné, mais acquis, c’est-à-dire transmis, mais les modes de transmissions sont multiples et singuliers eux aussi) est la condition même de la valeur universelle de ce savoir.
35 Marcelle Delpastre. À Fleur de vie, Les Films de la Horla, 2005.
36 « Et voilà que le Mémé, debout prêt à partir, devant la cheminée sans feu, tout à coup s’arrête et se met à conter. Dire ces contes qui venaient de loin, de si loin ! Tellement localisés que, à moins de douze cents mètres je ne les connaissais pas. Tellement universels qu’on les racontait chez les Grecs il y deux mille ans et de nos jours chez les Amérindiens », Le passage du désert, Mémoires, op. cit., p. 310.
37 Le jeu de patience, op. cit., p. 55.
38 « Marcelle Delpastre : et la poésie ? », art. cit., p. 21.
39 Delpastre a par exemple beaucoup lu Claude Lévi-Strauss. On trouve, peut-être plus souvent encore, l’influence de Mircéa Eliade.
40 C’est là, plus ou moins, la thèse défendue dans un article fameux de 1970 de Michel de Certeau, Dominique Julia et Jacques Revel, « La beauté du mort : le concept de ‘culture populaire’, paru dans Politique aujourd’hui, décembre 1970, p. 3-23. Voir la juste exaspération de Carlo Ginzburg, dans Le Fromage et les vers : l’univers d’un meunier au xvie siècle [1976], traduit de l’italien par Monique Aymard, Paris, Aubier, « Histoires », 1993, p. 12. Ceci dit, tout n’est pas à rejeter dans cet article ; en particulier, on y trouve posée la question à la fois épistémologique et politique « d’où parle-t-on ? », « d’où parlons-nous » ? Qui gagne à mon avis à être prise à la fois au sens de la position sociale et au sens de la position géographique : et cette question est évidemment celle du local, telle qu’elle se pose pour Delpastre.
41 « Avec l’aide de Joseph Migot, apprend à écrire cette langue dans les normes rétablies de l’I.E.O. [Institut d’Études Occitanes] selon la tradition, l’étymologie et les particularismes de son dialecte local », autobiographie de 1986, Plein Chant, n° 71-72, 2000, p. 11.
42 Voir, par exemple, Yves Rouquette : « ma conviction la plus profonde est qu’entre Mistral et elle, je regrette mais il n’y avait rien eu », ibid., p. 68-69.
43 « Se’n fot be mau, la terra !/ Se’n fot be mau d’aqueu qui semna, et d’aqueu qui culhis. D’aqueu qui n’empòrta la grana coma dau meissonier » (« Elle s’en fout, la terre !/ Elle s’en fout de celui qui sème, et de celui qui cueille. De celui qui emporte le grain comme du moissonneur »), Paraulas per questa terra, op. cit., t. III, p. 36-37.
44 Mémoires, Le passage du désert, op. cit., p. 427. Sega de sègre per un paisan ; Suite à suivre pour un paysan, dans Le paysan, l’arbre et la vigne, Lemouzi, n° 106, avril 1988, p. 9-56.
45 « Desvelha-te ! país de mòrts que se fait tuar d’enguera » : « Réveille-toi, pays de mort qui te fais tuer encore », Queu país, dans Saumes Pagans, op. cit., p. 15.
46 « Sabes-tu quauqua res per rire ? Sabes-tu dansçar ?/ Chanta-nos las chançons d’en quauqu’un temps !/ Chantei : se crebavan de rire. Parlei la lenga de lor mair : se crebavan de rire./ Au ! sabes-tu dançar ? Saubriàs pas quauqua bona nhòrla ? Quand pense que mon pair parlava mas patés !/ Se crebavan de rire. – Dija, fas pas un pauc los sauts, coma los barraquians ?/ Saubriàs pas dins lo temps coma fasiàn l’amor ? », ibid.
47 « […] tout cela, non tout cela ne changeait pas grand-chose à la vie quotidienne. Les vaches et les veaux nécessitaient les mêmes soins […] », Les lourdes chaînes de la liberté, Mémoires, op. cit., p. 160.
48 Ibid., p. 181 et 184.
49 « Beaucoup de gens venaient chez moi. Non pas une foule quotidienne, certes, mais au fil des années, cela finit par faire du monde, surtout que ces gens-là, chacun, n’étaient pas n’importe qui. Il y avait eu Maurice Robert, pour ses enquêtes ethnographiques, Robert Joudoux, avec Henri Boudrie son compère, pour Lemouzi », ibid., p. 32. Suivent les noms d’André Chatenet, Jean Dupuis, Claude Seignolle, Gisèle Chrétien, etc.
50 « J’en riais le disant, j’en peux encore rire, et c’était vrai, pourtant : les pieds dans les cendres de cette cuisine enfumée où nous traînions sabots parmi les détritus, les chiens et les poulets […] les pieds dans le foin de la grange ou le fumier de l’étable – les pieds dans la terre du jardin ou dans ce champ du Pissechien avant même qu’on le cultivât en prairie – c’était vrai : nous tenions salon. Aussi bien que sur quelque confortable causeuse, ou que Mme Récamier sur son lit à l’antique toute vêtue de soie et de lin, nous causions », ibid., p. 38. La rudesse de sa condition de vie, les déambulations liées au travail en compagnie de ses visiteurs, ont souvent été attestées par ces derniers et le film de Patrick Cazals en montre quelque chose. On a pu percevoir dans cette comparaison avec Madame Récamier et d’autres propos de ce genre, où le travail et les discussions littéraires sont saisies dans les lieux les moins nobles (la cuisine, l’étable, etc.), le trait d’une afféterie, voire d’un snobisme d’auteur. Rien n’est plus éloigné de la réalité, telle qu’elle est attestée par ses visiteurs. Delpastre aime certes à exploiter ces violents contrastes, le salon dans la boue, la littérature dans le fumier, etc. Mais c’est qu’elle entend revendiquer son statut d’écrivain (sa « position d’auteur » si l’on veut), sans rien renier de sa situation sociale et plus généralement locale, avec fierté, c’est-à-dire sans aucune plainte, ni regret. Il n’est pas douteux qu’il y ait là de la provocation, mais il suffit souvent de dire le réel pour être accusé de « jouer » la provocation. Il ne faut pas, me semble-t-il, céder à la tentation de considérer le témoignage d’une condition sociale précaire, difficile, voire jugée insupportable par un auteur pour une pose d’écrivain ; même si pose il y a, celle-ci n’invalide en rien le témoignage, surtout lorsque, comme c’est le cas pour Delpastre, les témoins du témoignage ne manquent pas (Jan Dau Melhau, Jean-Marc Siméonin, Jean-Claude Roulet, etc.).
51 Limoges a longtemps eu une radio, qui avait sa propre troupe de théâtre radiophonique dirigée par Serge Solon. C’est par ce canal que certains, comme Jan dau Melhau, ont rencontré l’œuvre de Delpastre. Sur les relations de l’auteure avec cette équipe, voir Les lourdes chaînes de la liberté, op. cit., p. 132-133, et p. 158-159.
52 Sous le titre de « Petite Chronique de Germont » où l’inscription dans le local joue à plein. Il y eut aussi un hommage à Aubusson, en 1988, organisé par Patrick Cazals, auteur de plusieurs films sur Delpastre. Le souvenir de sa réaction à l’annonce de cet hommage, est fort éloquent : « Vous êtes là dans vos cendres, votre bouse, votre boue – à trimer obscurément dans la ténèbre depuis toujours – depuis longtemps, car vous avez de l’âge – et voilà qu’un inconnu [Patrick Cazals] prétend vous rendre hommage ! », Le passage du désert, Mémoires, op. cit. p. 363. Cet hommage a donné lieu à la publication d’un petit livret : Hommage à Marcelle Delpastre. Omenatge a Marcelle Delpastre, éd. Jan Dau Melhau, Centre Jean Lurçat - Aubusson, 1985.
53 Les lourdes chaînes de la liberté, op. cit., p. 139, et p. 144 sq.
54 Et d’ajouter : « Mais, disait la Marraine, on n’est jamais sali que par de la merde. La merde, on se lave, on se brosse, et il n’y paraît plus. Et la merde retourne à la merde, d’où elle est sortie », Les lourdes chaînes de la liberté, Mémoires, op. cit., p. 152-153.
55 La fin de la fable, Mémoires, op. cit., p. 638. Dominique Missika réalisa avec Jean Couturier une émission de France Culture consacrée à Delpastre, « Poète et paysanne » et diffusée la première fois le 4 avril 1996. Son jugement sur cette émission est négatif et dénonce toujours le même malentendu (« Moi, qui m’attendais, si peu que ce fût à ce que l’on parlât de littérature, imaginez ma déconvenue », ibid., p. 656). Selon une information de Jean-Marc Siméonin, illustrateur des certains ouvrages de Jan dau Melhau et de Delpastre, Marie Rouannet, auteure occitanophone de la maison Payot et compagne de Yves Rouquette (voir n. suivante), ne fut pas pour rien dans cet accueil chez Payot.
56 « Marcelle n’est pas une paysanne, Marcelle n’a jamais eu de sabots, elle avait des bottes évidemment en caoudechouc [sic], Marcelle était sur un tracteur quand elle ne pouvait pas faire autrement, elle soignait ses vaches parce qu’il faut bien manger, elle a certainement été très contente le jour où elle n’a plus eu à le faire… », Yves Rouquette, Plein chant, n° 71-72, 2000, p. 66. « La porte était ouverte. […] Ils étaient tous pleins d’amitié, de curiosité gentille, de questions passionnées. Moi, je jouais le jeu, qui était de répondre au plus près, de conter, d’expliquer les choses […] Et puis, quelque temps plus tard, j’apprenais avec la France entière que j’avais élevé des cochons, les pieds dans la bouse et les mains dans la boue, avec la photo à l’appui d’une expression interrompue qui, d’être ainsi figée, devenait grimace », La fin de la fable, Mémoires, op. cit., p. 684-685.
57 Le passage du désert, Mémoires, op. cit. p. 509.
58 La fin de la fable, Mémoires, op. cit., p. 601.
59 Ibid., p. 602.
60 Ibid.
61 Ibid., p. 600.
62 « Ce n’était pas que je n’eusse moi-même, déjà, recueilli, écrit, analysé, expliqué, quantité de contes, de chants, de pratiques, de croyances, de coutumes propres à notre civilisation. Parce que, dès longtemps, je la voyais finir, cette civilisation, je les savais mortels, ceux qui la respiraient encore. Ce savoir, j’avais compris qu’il se perdait de soi-même, comme s’éteignent les choses, et les êtres résolus. Révolus. Réalisés jusqu’à la décomposition. J’avais en quelque sorte témoigné, en le fixant par l’écriture, à la fois de ce savoir et de sa décomposition », Le passage du désert, Mémoires, op. cit., p. 310.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Cavaillé, « Marcelle Delpastre (1925-1998). Relégation au local et aspiration à l’universel », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2008-01 | 2008, mis en ligne le 20 novembre 2008, consulté le 28 avril 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/2403 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.2403

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Cavaillé

Jean-Pierre Cavaillé est membre de Centre de Recherches Historiques. Il enseigne l'histoire intellectuelle du début de l'époque moderne à l'EHESS.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page