Navigation – Plan du site

L’extravagance gasconne dans Le Gascon extravagant : un déguisement « pour parler librement de tout »

Jean-Pierre Cavaillé

Résumés

L’extravagance gasconne dans le Gascon extravagant : un déguisement « pour parler librement de tout » : L’article présente une analyse de la figure du cavalier gascon et de son extravagance dans ce « roman comique », en la resituant par rapport à l’ethnotype préconstitué du gascon. D’abord il apparaît que cet ethnotype est loin d’être purement négatif et qu’il n’est pas uniquement synonyme de vantardise et de forfanterie : ses connotations positives sont en effet nombreuses et principalement liées à l’image toujours vénérée d’Henri de Navarre, environné de son aura politique et guerrière, et de la réputation d’intrépidité excédant d’ailleurs le seul domaine des armes et investissant tout aussi bien celui du langage et de la culture. De ce point de vue le roman de Claireville confirme la représentation typique du gascon, au sens où il en restitue et exploite l’ambivalence et la complexité structurelle, et n’en rejette que la version la plus monolithique et caricaturale. Cela n’enlève rien à l’originalité de la démarche, qui réside dans l’usage, revendiqué, de cette figure du gascon comme masque ou déguisement pour aborder des sujets soumis à une étroite censure : au premier chef la question, d’actualité au lendemain de l’affaire de Loudun, de la possession démoniaque.

Haut de page

Notes de la rédaction

Note de l’auteur : Ce texte est dédié à la mémoire de Bernard Manciet, immense poète gascon, disparu le 2 juin 2005 ainsi qu’au collègue de l’EHESS qui me disait, quelques jours plus tard, que si quelque chose d’« intéressant » s’écrivait en ces patois, « cela se saurait ».

Texte intégral

Ceux qui aiment trop la liberté, n’aiment-ils pas un peu le libertinage ? Pays voisin.1

1En conduisant cette enquête sur la figure du gascon dans le Gascon extravagant, j’étais parti de ce qui me semblait une évidence : l’existence, dans la culture d’expression française de la première moitié du xviie siècle, d’un ethnotype essentiellement caricatural et négatif, que l’histoire comique attribuée à Claireville exploiterait pour mieux le renverser. Mais il m’est bien vite apparu que la figure du cavalier gascon, marqué par sa langue et son accent, rivé à son appartenance sociale (petite noblesse désargentée) et le lieu de sa naissance (une Gascogne aux contours géographiques des plus imprécis), caractérisé par l’outrance verbale et comportementale et en effet une certaine extravagance, en particulier concernant les activités guerrières et le zèle amoureux, est en réalité une figure complexe, foncièrement ambiguë, qui comporte des connotations éminemment positives dans l’ordre symbolique et imaginaire, de sorte que l’opération du Gascon extravagant n’est pas celle d’un simple renversement. L’éloge que l’on y trouve d’un cavalier gascon et, à travers lui, des gascons en général contre leur dégradation satirique, n’est pas si isolée qu’il pourrait sembler, car la satire elle-même ménage un espace à l’éloge des gascons et même, d’une certaine façon, le présuppose. Ainsi se pourrait-il que le roman de Claireville confirme la représentation typique du gascon, au sens où il en restitue et exploite l’ambivalence et complexité structurelle, et n’en rejette que la version la plus monolithique et caricaturale. Ces constatations n’enlèvent d’ailleurs rien à l’originalité de la démarche, qui réside dans l’usage, revendiqué, de cette figure comme masque ou déguisement.

« L’écume de ces cerveaux bouillants »

2On doit en effet constater que la figure caricaturée du gascon dans la littérature satirique, y compris dans celle où la charge est la plus forte, s’accompagne souvent de considérations flatteuses sur la vertu et la bravoure de la « nation » gasconne. Agrippa d’Aubigné, avec ses Aventures du baron de Faeneste2, qui connurent un franc et long succès (la parution des cinq parties de l’ouvrage s’étendant de 1617 jusqu’à 1630), joua sans aucun doute un rôle non négligeable dans la cristallisation du type satirique, même s’il exploitait lui-même un cliché plus ancien (celui du gascon batailleur, querelleur et hâbleur, attesté dès le début du xvie siècle3). Avec Faeneste, à travers lui, d’Aubigné mobilisait l’histoire guerrière, politique et religieuse de la France, depuis les guerres de religion jusqu’à l’actualité la plus proche. On sait combien d’Aubigné est impitoyable pour son personnage, vantard, vaniteux et superficiel ; pourtant il prend bien soin de commencer par un vibrant éloge des gascons :

Je desire faire savoir au Lecteur que celui qui escrit ces choses, sur toutes les parties de la France, affectionne la Gascogne, et en ses discours communs n’estime et ne loue rien tant que les Gascons, autant qu’on peut distinguer les vices et les vertus par nations ; et mesme c’est par le conseil d’un des plus excellens gentils-hommes de ce pays là que ce personnage a esté choisi, comme l’escume de ces cerveaux bouillans, d’entre lesquels se tirent plus de capitaines et de mareschaux de France que d’aucun autre lieu.4

3Faeneste n’est que « l’écume », le déchet, d’une nation par ailleurs excellente pour ses qualités guerrières5 ; mais le syntagme de « cerveaux bouillants » tire, on le voit, d’emblée du côté de l’excès et de l’extravagance.

4Les recueils de « gasconnades », saillies d’abord fondées sur la « vanterie » et les « fanfaronnades » supposées des gascons, dont on trouve plusieurs exemples dans le roman qui nous occupe, s’entourent des mêmes précautions. Que ces précautions soient purement oratoires ou qu’elles expriment le désir sincère de ne pas blesser l’amour propre des gascons, importe ici assez peu : le fait est que l’on ne saurait collationner les gasconnades, sans insister simultanément sur la vaillance et la générosité des gascons. Antoine Le Metel, qui en remplit un gros chapitre de ces Contes aux heures perdues (1643), tout en soulignant qu’il n’est pas lui-même gascon, mais normand (l’autre grand ethnotype de l’époque, d’ailleurs plus mal traité, comme le montre le chapitre qui lui est dédié dans le même ouvrage), prévient tout procès d’intention :

Chacun cognoist la Nation Gasconne, et principalement la Noblesse pour tres-genereuse, & qui a bonne grace à exagerer un trait de vaillance, et quoy que le plus souvent quelques-uns d’eux en die beaucoup plus d’eux-mesme qu’il n’y en a, ce qui seroit extremement ridicule aux autres nations, leur sied si bien que ne n’ai point fait de difficulté d’intituler ce Chapitre du nom de Gasconnades. Avec protestation pourtant que ce n’est en façon quelconque par mespris de la Nation, que j’estime et honore bien fort…6

5Ce qui est ridicule chez les autres « nations » - l’exagération, la vantardise -, se trouve plaisant chez les gascons : la gasconnade est le produit non de la lâcheté et du mensonge, mais d’une fougue et impétuosité naturelles. Le cavalier gascon reste ainsi l’illustration d’une noblesse qui se définit à partir des valeurs guerrières, à une époque, précisément, où le statut de la noblesse est en train de se transformer radicalement en même temps que s’impose l’État moderne sous sa forme absolutiste. Mais précisément, cette refondation de l’autorité monarchique dans la paix imposée aux luttes confessionnelles et la conquête du royaume, par les armes et la négociation, est l’œuvre du gascon Henri IV. Et il apparaît en effet bien vite, qu’à travers le type du gascon, il y va toujours, tout au long du siècle, d’une façon ou d’une autre, de la mémoire encore vive de Henri de Navarre, monarque guerrier et pacificateur largement mythifié, mais non dénué d’aspects plus ambigus, aussi bien sur le plan des mœurs, de la culture (peu enclin aux lettres), de la religion (« la Simulée conversion »7) et de la politique (prince « par acquisition » plus que « par héritage ») ; autant de traits que le type gascon continuera longtemps à véhiculer. C’est dire aussi que le cavalier gascon, objet à la fois de respect et de dérision appartient à un monde passé ou en train de passer, suspect du fait des compromis politiques et confessionnaux du Béarnais, mais qui reste néanmoins nimbé d’une aura héroïque.

6Ainsi, à titre d’exemple, peut-on citer un pamphlet politique paru en 1625, anti-dévot et anti-protestant, qui s’intitule : Le bon gascon resuscité, qui represente toutes les affaires de la Cour, qui sçait tout, apprend tout, & descouvre tout. Les propos de ce « bon gascon ressuscité », dont il fait l’éloge posthume (le roi défunt est-il dit prenait plaisir à sa conversation)8, devisant avec « un vieux courtisan bien informé » (« bon gascon » sans doute en référence au parti des « bons français »), sont caractérisés par la rituelle inversion du v et du b, que l’on trouve aussi tout naturellement dans le Gascon extravagant9, des expressions proverbiales et interjections gasconne, le tout visiblement emprunté au modèle satirique exploité et en parti recréé par Le baron de Faeneste10. Et l’on voit, par là aussi, que ce type de satire, conformément aux intentions affichées de leurs auteurs, n’était pas, du moins d’abord, destiné à discréditer les gascons en général. Comme si un tel discrédit global et sans nuance était en quelque sorte exclu par principe, du fait de l’histoire guerrière et dynastique du royaume... Mais aussi de l’histoire littéraire et intellectuelle d’expression française : lorsqu’on rappelle que Montaigne, Pibrac, Charron, étaient « gascons », c’est plus souvent pour relever leur force d’esprit que leurs fautes de langues. Bayle, en 1677, dit son étonnement « de voir presque toute la France prevenue de cette fausse pensée, que les Gascons ont de l’esprit, et un genie propre aux sciences naturellement », tout en se reconnaissant lui-même parfaitement gascon11. Il y a bien un type de gascon ridicule, mais qui reste particulier, parce qu’il suppose, présuppose un type général de sens contraire, même et surtout lorsque la charge est poussée le plus loin. Ce paradoxe, sans doute, ne fait-il qu’un avec le fait que l’artisan décisif de la centralisation monarchique, entouré des siens, était issu des confins gascons du royaume. Ainsi les représentations du gascon oscillent-elles entre deux identifications extrêmes : d’une part la figure pure et simple du capitan de comédie, identifié au miles gloriosus de Plaute, matamore dont toute la témérité réside dans le verbe et le maintien et, de l’autre, la figure héroïsée du monarque béarnais, et en lui de tous les gentilshommes de Gascogne12.

7Il est d’ailleurs assez remarquable que les plus virulentes de ces satires comme Faeneste ou les textes des Jeux de l’inconnu, qui campent des personnages de gascon éminemment (mais non exclusivement) ridicules (Le Manteau d’escarlate ; Le Dom Quixote gascon, Le Philosophe gascon)13, sont des satires produites par des gascons ou, en tout cas, par des auteurs ayant longtemps évolué dans des milieux gasconnants, comme Agrippa d’Aubigné. Et l’on aurait tort, me semble-t-il, de voir dans cette autodérision une véritable expression de la haine de soi, parce que l’autosatisfaction n’est jamais loin.14

8Par contre, le gascon ridiculisé dans ces textes possède des caractéristiques sociales et économiques assez précises : il est soit un gentilhomme de la vieille cour ayant porté l’épée, soit un cadet cherchant fortune dans les armes, soit un hobereau de campagne désargenté. Sa religion est assez peu déterminée et en tout cas douteuse : catholique opportuniste chez d’Aubigné, on ne sait trop dans les Jeux de l’Inconnu… et cette indétermination elle-même fait sens, dans le cadre imposé de l’Édit de Nantes et des conversions intéressées à la foi catholique. Théophile de Viau, néo-converti accusé de « libertinage », dont la Première journée décrit, entre autres choses, la visite d’une soi-disant possédée près d’Agen, et où l’on peut voir la source de plus d’un trait du Gascon extravagant, est lui-même considéré comme un gascon… Le « gascon » Adrien de Monluc, dont le nom est associé aux Jeux de l’inconnu, eut une semblable réputation. Son Don Quichotte gascon, vieux seigneur retiré de la cour sur ses terres pour s’y construire une invraisemblable demeure grotesque, permet de préciser le lien intrinsèque du type du gascon ridicule, dont son personnage porte les traits à leur paroxysme à travers une description pointue digne des prouesses marinesques. Par la référence au personnage déjà fameux de Cervantes, c’est évidemment la folie, l’extravagance du gascon ridicule qui se trouve affirmée, son lien premier avec l’outrance : ses discours et ses comportements versent dans l’imprudence, l’insensé, le fantasque, l’exagération, l’arrogance, la présomption, l’outrecuidance, pour tout dire dans l’excès, mais aussi dans l’irrégularité, le désordre et le bizarre. La désignation du seigneur de campagne grotesque, obsédé par le souvenir tout fabuleux de prouesses guerrières15 et accessoirement amoureuses, par le nom de Don Quichotte, scelle l’identification de l’outrance gasconne, à l’extravagance comprise comme folie ridicule. Elle implique aussi une opposition, source elle-même de ridicule, entre les rêves de splendeur et une situation objective de ruine menaçante, sinon de misère économique effective (voir surtout Le Philosophe gascon et Le Manteau d’Escarlate)16. Le cavalier gascon, aristocrate déclassé, est en effet dans ces textes presque toujours enfant de la pénurie et de la lésine, aussi est-il amené souvent à vivre d’expédients. Les gasconnades mettent fréquemment en scène des gascons à Paris, escrocs ou voleurs17. De ce point de vue aussi sa rencontre avec la littérature picaresque était inévitable, ou plutôt faut-il dire que cette rencontre n’a pas peu contribué à faire de lui ce personnage fantasque et égaré que le narrateur rencontre au début de notre histoire comique.18

9Dans sa version don quichottesque, le gascon ridicule est une sorte de radicalisation de Faeneste (d’ailleurs cité dans le texte des Jeux), qui est surtout, comme son nom l’indique, littéralement, celui qui paraît, au sens où tout chez lui n’est qu’apparence vaine et faux-semblant et s’oppose à l’être (dans le dialogue le personnage d’Enay, porte parole de d’Aubigné19). Sa « folie » est celle de la vanité, vacuité du discours, des modes et des compromissions courtisanesques, des actions inconséquentes…

10Notons que, de ce point de vue aussi, le baron de Faeneste a pu inspirer l’auteur du Gascon extravagant, dans sa volonté d’en prendre le contre-pied, au sens où il fait de l’extravagance gasconne de son cavalier une simple apparence à laquelle le lecteur ne doit pas s’arrêter, de sorte qu’il inverse complètement le sens et la fonction satiriques du personnage typique.

11Faeneste, remarquable pour sa drôlerie, sa méchanceté et son invention linguistique, peut être considéré comme la satire gasconne d’un type gascon, parce que non seulement le français s’y trouve gasconnisé de manière très poussée, mais le texte est littéralement bourré de termes et de formules gasconnes, au point qu’il est très difficile de le lire sans aide, si l’on n’a une bonne connaissance de la langue, connaissance qu’avait donc acquise, sans nul doute, le saint-ongeois d’Aubigné dans ses pérégrinations guerrières en compagnie d’Henri de Navarre20. La langue est certes maltraitée dans la satire, puisqu’elle est le véhicule (et non pas d’ailleurs le foyer) du ridicule : de ce point de vue, il s’agit d’une « langue » – la notion de « patois » pour désigner le gascon est encore assez rare – dénigrée certes par ceux-là mêmes qui la connaissent et qui la parlent (« Nosauts medish nos trufam d’era »21), mais on aurait tort de penser que sa dévalorisation culturelle (au moins par rapport au français, au moment où Guez de Balzac salue l’entreprise du gascon Malherbe de « dégasconner la cour ») et la satire sociale de ceux qui farcissent leur français de gascon, comme Faeneste (mais qui sont attaqués pour bien autre chose que leur langage), recouvrirait un pure et simple dénigrement des gascons. C’est loin d’être le cas et même concernant la langue, l’attitude est loin d’être aussi agressive qu’elle le deviendra avec les abolitionnistes des patois au siècle suivant : elle est certes rejetée de la cour, et donc comme langue de culture savante, mais non comme langue en quelque sorte naturelle des rives de l’Adour et de la Garonne. Il est d’ailleurs révélateur que l’on tende à désigner par gascon, au xviie siècle, plus ou moins l’ensemble des parlers et surtout des textes de la zone occitane22. Certes par le ridicule porté sur la langue et sur l’accent, les auteurs, gascons en tête, affirment ou reconnaissent l’indignité ou du moins l’infériorité culturelle de leur idiome par rapport au Français, et il y a là sans nul doute, dans l’impératif malherbien d’épuration du français, l’affirmation selon laquelle le pouvoir légitime est désormais à Paris et nulle part ailleurs. Il ne s’agit pas de nier ici que cette violence symbolique apparaît de manière éclatante dans la figure du gascon ridicule.

12Si les gascons ont eux-mêmes beaucoup donné dans la satire du gascon ridicule, et se sont abondamment moqués de leur propre langue (ce qui impliquait bien sûr une pratique assurée du bilinguisme, structurée par le clivage intériorisé entre langue noble et langue basse), ils ont aussi – et d’abord – participé à la construction de cette figure héroïque du Béarnais, et de leur propre figure de gascons en majesté, dans le miroir de leur monarque23. Il faut d’ailleurs signaler que cette opération a donné lieu à l’une des plus belles réussites poétiques en langue gasconne : Lo Gentilòme gascon, le Gentilhomme gascon, de Guillaume Ader, publiée l’année de la mort du roi, dédiée au duc d’épernon24. Cette épopée retrace l’itinéraire éblouissant de Henri IV ; mais Ader met en avant non l’individu Henri de Bourbon, « le » gentilhomme gascon, comme type humain, le seigneur de campagne éclatant d’enthousiasme guerrier25. C’est, peut-on dire, à cette figure glorieuse du gascon que les textes cités des Jeux de l’inconnu font subir une impitoyable réduction grotesque26, quoique non dénuée d’éléments équivoques, où l’on peut entrevoir, dans les dispositifs même d’humiliation, les derniers éclats de cette gloire morte.

13Le traitement de la langue, dans ces textes satiriques qui la réduisent à n’être que le vecteur du ridicule, même – et en fait surtout – lorsqu’elle est fidèlement convoquée, est de ce point de vue tout à fait comparable au sort de celui qui la parle, et là encore la confrontation avec Ader et les autres poètes gascons est édifiante. Car il ne faut pas oublier qu’au cours de la deuxième moitié du xvie siècle et surtout avec la montée en puissance de Henri IV et son avènement au trône, le gascon, alors qu’il a disparu comme langue écrite officielle (des actes juridiques, etc. successivement à l’édit de Villers-Cotterêts), s’institue, contre son auto-dépréciation culturelle, en une langue littéraire (sont essentiellement concernés les genres poétiques) qui revendique ses qualités propres, sa noblesse historique (troubadours et civilisation courtoise27) et même sa supériorité, comme langue naturelle de la bravoure et franchise de la nation gasconne, face au français triomphant, accusé d’être une langue toute de fard et d’artifice28.

14évidemment, il faudrait serrer de plus près la chronologie, et voir plus précisément comment naît et se développe ce processus de dévalorisation ambiguë des gascons de Henri IV, et cerner les enjeux politiques et religieux qui le déterminent. En tout cas, il est clair que, si l’on veut y comprendre quelque chose, il faut travailler en deçà du gascon comme figure littéraire promise au brillant avenir que l’on sait, tout au long du xixe siècle, jusqu’à Edmond Rostand et au-delà (voir en particulier le genre prospère des gasconnades cinématographiques), qui raconte éternellement les mêmes prouesses d’honneur et d’amour des cadets de Gascogne à Paris dans un xviie siècle de fantaisie. Il suffira ici de constater l’existence d’une tradition de philogasconnisme, qui sert de toile de fond au type satirique, qui continue d’exploiter les caractéristiques positives de l’ethnotype des bons gascons de Henri IV jusqu’aux gascons des romans de cape et d’épée, en passant par les recueils de gasconnades, comme le très intéressant Gasconiana ou recueil des bons mots, des pensées les plus plaisantes et des rencontres les plus vives des Gascons, publié en 1708, à Amsterdam, presque tout entier consacré à la gloire de l’esprit et de la réussite sociale des gascons à Paris.

« Il l’a voulu nommer Gascon… et Extravagant »

15Il n’est certes pas inutile d’avoir tout cela à l’esprit quand on lit le Gascon extravagant et en particulier la « Préface d’un ami de l’auteur », où le livre est présenté en ces termes :

Il [l’auteur] l’a voulu nommer Gascon, pour se mocquer de tous ceux qui se meslent de contrefaire les Gascons, et qui pensent assez authoriser leurs sottises, quand ils font croire qu’elles viennent des gens de cette province, qui d’ordinaire ne font que ce que le courage inspire, et ce que la vertu mesme des Stoiques permet.

16Si le livre se nomme « Gascon » – cette homonymie du livre et du personnage est essentielle – c’est pour se moquer, contrefaire ceux qui contrefont les gascons, les prendre à leur propre piège, exactement comme le personnage du gascon tourne en ridicule les rieurs qui veulent se divertir à ses dépends.

17Contre le stéréotype négatif, il est donc fait ici l’éloge, comme dans le corps du roman lui-même, des gascons, caractérisés par leur courage et leur vertu stoïque, ce qui consiste d’abord à réinvestir, comme on l’a montré, le versant positif du type. Le renvoi au stoïcisme, surtout, n’est nullement fortuit, qui correspond effectivement à un trait revendiqué de la culture gasconne à l’époque de Henri IV et encore après sa mort, en français et en gascon. Il suffira de renvoyer ici aux très populaires Quatrains de Guy du Faur de Pibrac29, qui ont inspiré le Catounet gascoun (1607), Le Petit Caton (mais aussi le petit chat !) gascon, du même Guillaume Ader, lui aussi pétri de stoïcisme chrétien30. Le Philosophe gascon des Jeux de l’inconnu est, pour une bonne part, une parodie de ce stoïcisme à l’usage du gentilhomme gascon31. Mais, très certainement, Montaigne et Charron, le maire de Bordeaux et le chanoine de Condom ne sont-ils pas étrangers à cette évocation du stoïcisme gascon, même si leur nom est tout autant attaché aux progrès du scepticisme.

18Que l’auteur de la Préface ait donné très consciemment cette référence au stoïcisme est confirmé par la suite du texte :

Il y a adjousté EXTRAVAGANT, pour soutenir ce que je viens de dire, et pour prouver qu’il ne l’est point : car à considérer ses discours et ses recits, et à penetrer dans ses intentions, on trouve qu’il est philosophe moral, que les Gascons extavagans de cette sorte, sont raisonnables et sçavans, et que si tous les foux leur ressembloient, il n’y auroit point de différence entre la folie et la sagesse. Et de mesme que Hercule fit assez conoistre autrefois qu’il n’estoit point femme, quoy qu’il en eut pris l’habit, on verra que le Gascon ne sera point extravagant, quoy qu’il en ait pris le nom, et les plus grands censeurs confesseront que de toute l’extravagance il ne s’en retient que le titre. Ce que l’autheur a fait afin de luy donner advantage de parler librement de tout, pour ce qu’on dit que tout est permis aux foux, et de ne rien espargner en quelque lieu qu’il se rencontre. En ce cas, on donnera à son extravagance, ce qu’on ne doit qu’à son adresse, et on jugera aisément qu’il s’est déguisé, parce qu’il ne vouloit pas estre conneu, et s’il est vray que Stultitiam simulare loco prudentia summa est. 32

19« Simuler la sottise en temps et lieux est la plus grande prudence » : fameux distique, souvent cité au xviie siècle, que l’on attribuait à Caton le censeur33. On dispose évidemment ici d’un véritable protocole de lecture, qui mériterait d’être étudié en détail. Pour aller à l’essentiel, si le gascon, c’est-à-dire le personnage et à la fois le livre, est dit extravagant, c’est afin de pouvoir, sous le masque de la folie, « parler librement de tout, et ne rien espargner en quelque lieu qu’il se rencontre ». Sous la protection de l’extravagance, le personnage du gascon - et l’auteur à travers les propos de son personnage mais en fait partout dans son livre - raisonne, pour qui se montre capable de lire entre les lignes, en « philosophe moral ». Celui-ci reprend les vices, juge des comportements et des actions des hommes ; et c’est bien sûr là toute la vocation de satire morale et sociale de ses aventures racontées par le gascon34 ; mais le philosophe identifié au gascon est celui surtout et d’abord, qui analyse, critique et nie avec la plus grande fermeté, à chaque station narrative – à l’exception de la dernière page, à laquelle personne ne peut croire – la réalité du phénomène de possession diabolique qui est proprement la scène récurrente servant de cadre narratif à l’ensemble du roman. C’est à ce titre, me semble-t-il, que la revendication du statut de philosophe prend tout son sens, qui correspond en fait exactement à ce que l’ermite, la possédée prétendue et le narrateur, nomment, pour le dénoncer, « libertinage »35.

20La filiation déclarée du roman par rapport aux picaresques espagnols, aux Visions de Quevedo et surtout au Francion et au Berger extravagant de Sorel, qui tous, dit la préface, « ont servy d’entretien à des personnes assez sérieuses », aide beaucoup à éclairer la démarche de l’auteur du Gascon, quel qu’il soit, et d’abord à mieux comprendre ce choix du personnage principal comme figure d’un extravagant qui ne l’est pas toujours, et surtout d’un extravagant qui feint de l’être. La comparaison surtout avec le Berger extravagant est éclairante : l’extravagance du personnage Lysis est entretenue, utilisée et mise en scène comme le révélateur de l’extravagance des romans36. Et il faut sans aucun doute renvoyer dans une même perspective à l’extravagance de Don Quichotte, présente en filigrane tout au long du roman. Ici l’extravagance intermittente du gascon (le narrateur parle de « fièvre intermitante »), du seul fait d’ailleurs qu’elle est sans cesse contredite par la présence dans sa bouche de propos réfléchis et relevés, montre l’extravagance et l’inconséquence des écrits et des discours qui reconduisent la caricature outrée du type gascon, l’extravagance du type même du gascon extravagant. Celui-ci est en même temps parodié et dénoncé comme tel, mais aussi et d’abord exploité contre lui-même, mais il est aussi un moyen de faire jouer un pluralité de discours hétérogènes, parodiques ou non, et à travers ces discours – à travers leurs inconséquences quand ils sont parodiques, ou au contraire leurs grandes conséquences quand ils ne le sont pas –, pour conduire assez loin une critique des mœurs fort peu rigoriste, qui n’épargne aucun des milieux traversés, et surtout pour conduire l’analyse critique de la possession prétendue, que l’on peut considérer comme le sujet principal du livre.

21Le gascon prend en charge toutes les audaces critiques que le narrateur ne veut, ni ne peut assumer en première personne : mais les marques et mêmes les preuves de la complicité intellectuelle de ce narrateur avec le gascon, sont trop nombreuses pour qu’il ne se rende pas lui-même suspect des vices de libertinage dénoncés dans les discours du cavalier par l’ermite et par la possédée (et l’on peut remarquer que le narrateur ne les reprend pas, sinon du bout des lèvres). Une fois de plus on peut ainsi observer, par ce biais, l’absence d’évidence dans la distinction, qui nous semble aujourd’hui constitutive des genres de la fiction, entre le narrateur et l’auteur : on voir en effet ici que la prudence du narrateur est celle de l’auteur ; le narrateur redoutant de se voir attribuer, comme auteur du livre, les audaces du gascon. On peut donc faire l’hypothèse que le choix du personnage relève en partie de la possibilité offerte de mettre son libertinage sur le compte de son extravagance : en ce sens le gascon ne serait pas plus libertin, dans le fond, que foudre de guerre ou amoureux transi. Mais il n’est pas libertin au même titre qu’il est matamore ou amoureux, car dans la première situation il raisonne et dans les autres au contraire il déraisonne ou plutôt feint de déraisonner. Certes, la parade est toute trouvée, qui se lit dans la perplexité, elle-même feinte, du narrateur : la folie rejaillit sur les propos qui pourraient paraître sensés, et donc même les raisonnements les plus forts, les raisonnements d’esprit fort, peuvent être soupçonnés d’extravagance. Si « par avanture il disoit quelque chose à propos, il faisoit apres mille extravagances », de sorte qu’il « donnoit à connoistre que ce n’estoit pas grande chose »37. Mais le lecteur, lorsqu’il rencontre ces propos, est forcément prévenu par le protocole de lecture énoncé dans la préface. Ainsi la phrase citée introduit-elle en fait non pas quelque nouvelle saillie extravagante mais un discours sarcastique du cavalier sur la soi-disant possédée, incapable de faire quoi que ce soit de surnaturel (comme par exemple parler lorsqu’elle a la langue tirée, etc.). Reprenant sur le mode ironique l’un des arguments centraux de Johan Wier38, il déclare que l’on ne saurait ajouter foi aux déclarations de ce démon qui l’accuse de tous les maux (d’impiété, mais aussi, semble-t-il, à demi-mots, du péché contre nature39), car cela reviendrait à croire au père du mensonge. Pis encore, il se met à railler ce diable qui, par la possédée, ne cesse en fait de tenir un discours de stigmatisation du libertinage et d’appel à la conversion : « J’admire la charité de ce démon, qui presche pour me convertir, et non pas pour m’attirer à lui »40. Le narrateur en renouvelant ses doutes de façade se trahit alors, puisqu’il affirme, comme une chose allant de soi, que ces propos sarcastiques sont tout à fait raisonnables et non pas extravagants. Aussi, lorsqu’il écrit :

Quelle estrange metamorphose. Cet homme parle tantost dans une extravagance, et incontinent apres il a les meilleurs discours du monde : d’où peut proceder ce changement ? Quant à moy je demeure confus...41

22Il donne en fait l’antidote de ce doute protecteur, puisqu’il affirme bien que les saillies libertines du cavalier sont « les meilleurs discours du monde », alors que seuls sont extravagants des propos et un comportement de convention.

23De même, au début du livre II, lorsque le narrateur médite sur le « discours » du cavalier rapporté dans le premier livre, et sur « les personnages qu’il avoit jouez », il nous livre une enfilade de réflexions sentencieuses parfaitement convenues et passablement hors sujet, données comme une critique moralisante des audaces du gascon, rabattues sur ses défauts et manquements :

La gloire est un aiguillon qui porte les esprits à se méconnoistre, et la flaterie où nous nous laissons insensiblement glisser, nous aveugle de sorte que nous ne pensons jamais à notre cheute, qu’alors que nous ne nous pouvons plus relever. La prudence qui doit esclairer toutes nos actions preside rarement sur les esprits ambitieux, et le témoignage que nostre cavalier m’en rendoit, me confirmoit davantage en ma creance.42

24Mais ces sentences édifiantes portent à faux et leur fonction est de masquer l’enjeu de la feinte perplexité qu’elles introduisent :

Je luy avois veu produire des effets d’un esprit tout melancholique, et peu de temps apres je l’avois ouy parler en termes qui n’estoient pas communs. Il s’estoit essoré en quelques choses, en d’autres il avoit raisonné avec un jugement incomparable. Ses boutades avaient une suite bien contraire, et les agreables pieces qu’il nous avoit si bien debitées me rendoient si confus. Je m’entretenois seul sur cette varieté d’humeurs, et ne pouvois trouver de fondement à tant d’extravagance… 43

25Nous sommes enclins à déceler ici un dispositif essentiellement prudentiel, qui vise à faire douter le lecteur du sérieux et de l’authenticité de l’extravagance conventionnelle manifestée par le gascon, et par là de l’importance toute relative à accorder aux déclarations du narrateur-auteur, lorsqu’il se dit troublé, voire même stupéfait par le comportement incohérent du personnage. Car, ici encore, aucun doute réel n’est manifesté sur ce qui relève de l’extravagance du gascon (ses « essors », rodomontades, etc.) et sur ce qui, au contraire, dénote sa force d’esprit et de jugement : tout à la fois ses talents de conteurs et de satiriste et son rationalisme foncier dans l’affaire de possession.

26Si le gascon (personnage et livre), par intermittence, déraisonne, ou feint de déraisonner, s’il se charge du déguisement du gascon extravagant, c’est d’abord, comme nous en avertit la préface, pour exposer ses raisonnements en toute liberté et faire œuvre de « philosophe moral », en particulier sur la très épineuse question de la possession. Car la vraie extravagante du roman, est la fille « malade », la « pauvre fille malade », comme la désigne le narrateur, finalement fort imprudent, puisqu’il ne fait, disant cela, que l’exact diagnostic du gascon44. L’extravagance du gascon, parce qu’elle ne cesse d’être réinvestie et à la fois mise en doute et rejetée dans la feinte, sert à faire passer une critique rationaliste de la possession, aux accents cartésiens d’autant plus troublants que le livre est exactement contemporain du Discours de la méthode, et elle permet la formulation d’un discours médical sur la mélancolie de la fille. L’avantage du procédé est évidemment de désigner la folie comme une porte de sortie, puisque ces discours de la raison exacerbée sont toujours susceptibles d’être mis sur le compte de la fameuse extravagance gasconne45. Mais dans la hardiesse du raisonnement et la vigueur du jugement, il apparaît en fait que c’est l’autre versant, éminemment positif, de l’ethnotype qui se trouve réinvesti et instrumentalisé. Si l’on peut parler d’instrumentalisation de l’ambivalente figure gasconne, c’est que le propos dominant du roman, même si l’on y trouve des éloges des gascons et de la Gascogne dont la sincérité n’est pas à mettre en doute, et même si l’on y entend bel et bien du gascon, n’est certes pas la réhabilitation des gascons eux-mêmes (et encore moins, cela va sans dire, de la langue gasconne).

27C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, malgré l’étonnante exactitude linguistique des passages en gascon (soulignée par le narrateur : le cavalier parle « en bon gascon »), nous sommes tout à fait disposé à admettre que l’auteur n’est pas gascon et a donc choisi de travailler avec et contre l’ethnotype du gascon sans y être personnellement intéressé, ce que viendrait confirmer l’attribution à Claireville, ex-calviniste, originaire de Loudun, « la » ville de la possession46. Un indice important de cette absence d’implication identitaire, et donc de cette instrumentalisation de la figure ambivalente du gascon, est d’ailleurs le fait que le narrateur désigne toutes les qualités gasconnes de son personnage (son parler, son origine, etc.), comme lui étant étrangères, même si elles lui paraissent profondément sympathiques, et bien qu’il laisse apercevoir, de multiples façons, qu’il en partage les idées. Ce narrateur en première personne, si mal séparé de l’auteur, ne dit rien de précis sur son origine, mais l’économie de la narration exclut qu’il soit gascon. Enfin, évidemment, étant donnée l’image positive des gascons et de la Gascogne dans le roman, on ne comprendrait pas pourquoi la préface n’aurait pas présenté l’auteur comme un gascon, si cela avait été le cas.

Exploitation et déconstruction du stéréotype

28Le personnage du gascon, tel qu’il est présenté de prime abord, coïncide parfaitement au stéréotype du gascon, qui intègre les traits picaresques et don quichotesques : le narrateur le surprend d’abord en équipage guerrier, mais d’emblée ridiculisé par le fait qu’il s’adonne à des exercices de pique avec une simple « gaule ». On est, autrement dit, en présence d’une figure typique, caricaturée à outrance ; une sorte d’épure comique. Le narrateur s’efforce de donner à ce fantoche le semblant de crédibilité sociale exigé par la vraisemblance romanesque : remarquant le dénuement du personnage (« il étoit à pié, point suivy, et fort modestement vêtu »), il le prend d’abord pour un soldat « débandé des troupes », ou bien qui « avoit envie d’aller à la Cour, pour s’offrir au Roy, et demander peut estre recompense des grands services qu’il prétendoit luy avoir rendus »47. Lors du premier repas pris avec le narrateur, le personnage confirme par ses propos, le stéréotype gascon :

Le cavalier durant le diner nous entretint quasi tousjours de ses illustres Ancestres, des héroïques faits qui l’avoient signalé en plusieurs armées, et des grands voyages où il avoit admiré les effets de la Nature.48

29Cette autoprésentation est celle, peut-on dire, du gascon en extravagant : une extravagance consistant en quelque sorte à adhérer au stéréotype comique du gascon, la bouche pleine de généalogies et de hauts faits. Mais cette caricature n’est faite, on l’a vu, que pour être déconstruite, et le personnage ne cessera d’en sortir et d’y revenir au fil du récit cadre et de ses propres histoires. Cependant, il y a deux façons pour le gascon extravagant d’échapper au cliché qu’il incarne : soit dans la rupture, marquée par le passage brutal de la folie comique à la raison critique ; soit dans la manipulation narrative des éléments de l’extravagance gasconne stéréotypique. C’est ce à quoi s’emploie le personnage au début de son premier récit, lorsqu’il reprend et précise son identité gasconne en disant qu’il est « fils d’un capitaine, qui a pour parens les plus illustres Seigneurs de Gascogne »49. Il est important de préciser qu’à ce moment précis, comme à chaque fois que ses récits nous sont rapportés en première personne, le cavalier n’est pas sous l’emprise de la folie ; il n’est pas dans l’un des ses « essorts » (écarts) où il n’est plus que la pure expression du type. Pourtant il reste pris dans son personnage, ou plus exactement l’extravagance gasconne typique est-elle la matrice de sa propre critique et du récit satirique, d’où un certain effet de trouble concernant la position d’énonciation du gascon (est-ce l’extravagant ou le sage qui parle ?), dont seul le soupçon de la simulation permet de sortir : le cavalier joue et surjoue le gascon… qu’il est, et reste. Mais le gascon ne se laisse certainement pas enfermer dans son propre stéréotype, sans quoi on ne sortirait jamais de la farce. En effet, il parle d’abord de ce père capitaine, « qui dès l’enfance avoit l’esprit porté aux armes », et dont il rapporte le duel avec l’un de ses cousins. Or, c’est d’abord, mais provisoirement, le cliché théâtral qui est exploité, aux deux niveaux de l’histoire racontée et de la manière dont le gascon la raconte : en effet ce père « vaillant et subtil, de peur de tuer son ennemi », se blesse lui-même pour contenter son adversaire. Nulle modélisation ironique apparente dans le récit, le fils qui raconte partageant le caractère typique du père (fanfaron et couard), ou du moins c’est ce qu’il feint de faire. Car la suite est moins drôle et nous ramène à la réalité la plus brutale : le vaillant capitaine, profitant de ce que son adversaire est désarmé et a le dos tourné, le transperce de son épée. Sans nul doute serait-il passé pour le héros victorieux du duel auprès de son propre père, si « deux coquins de paysans » n’avaient vu et rapporté la scène. Cet événement, dont découle indirectement, dans le récit qu’il en fait, toutes les péripéties et errances du cavalier, exploite et brise à la fois le topos du gascon fanfaron, en mettant en scène un père assassin, chassé par son propre géniteur pour cet impardonnable forfait. Le gascon ne se livre pour autant à aucune considération morale, toute sa parole étant ici mobilisée par le récit de ses aventures, mais ses auditeurs ne peuvent douter un instant, rétrospectivement, que le portrait de la vaillance paternelle ne relevait pas de l’extravagance stéréotypique mais de l’ironie narrative, désormais mis en évidence et qui va pouvoir déployer librement sa verve satirique. Le gascon a déjà montré, de manière performative, qu’il n’est pas identifiable à son propre stéréotype, qu’il joue et se joue de l’extravagance codifiée du personnage.

Usages de la langue gasconne

30L’usage direct, ou rapporté de la langue gasconne par le personnage montre cette continuité entre le personnage typique, extravagant, dont l’une des plus fortes marques d’extravagance est l’usage du gascon devant des auditeurs francophones, et le narrateur-héros de ses propres aventures, le trickster gascon qui ne cesse de changer de code linguistique50 et de personnage, et dont le type gascon lui-même n’est qu’un masque, de sorte que le diglossie gascon/français, apparaît comme un biais pour produire une illusion (l’illusion de l’extravagance gasconne) et, à travers elle,  parvenir à des fins bien éloignées de la simple incarnation inoffensive du type farcesque. Et là encore, ce que l’on peut dire du personnage (et que le narrateur dit lui-même) doit s’entendre aussi du livre qui porte son nom.

31Avec ce roman, on est fort loin du Baron de Foeneste qui, chaque fois que s’exprime le personnage du gascon, mêle étroitement le français et le gascon. Dans le Gascon extravagant, la situation dyglossique est claire et parfaitement maîtrisée par le locuteur, capable de parler quand il le veut un français impeccable. Les passages en gascon, ici, ne sont guère nombreux, mais méritent que l’on s’y arrête, et d’autant plus si l’on fait l’hypothèse que l’auteur n’est pas lui-même gascon. Il faut les associer à ceux où il est signalé que le cavalier se met à parler gascon, et plus encore à ceux où est souligné le passage au français, dans lequel s’exprime le gascon au cours de tous les récits qu’il fait devant le narrateur (lequel, dans l’économie fictionnelle, résume parfois des propos tenus en gascon, mais ne les traduit jamais).

32Le gascon est d’abord ce que parle le gascon lorsqu’il est « en cervelle », dans ses « essorts », ses crises de folie ; il est la langue de l’extravagance. Ainsi lors de la première apparition du personnage qui s’adresse au narrateur ayant osé l’aborder, en « faisant le furibond », « dans une posture fanfaronne ». Dans son contenu, la longue tirade est parfaitement stéréotypique, mais dans sa forme, comme bloc de texte presque entièrement gascon dans un roman français, elle donne à voir, et presque à entendre, au lecteur non gasconnant, par la difficulté même de la lire, l’extravagance gasconne :

Praubé miseraulé com gauses tu aproucha d’un eicharuscle de guerro qui hé trembla lou Ceu, et tous lous autes elemens ? Connegues tu pas à ma mine que jou é l’autoritat sur toutes les criéatures, et que lous plus grands Monarques de la terro n’ombon pas souffry en sous Royaumes, de pou que ma coléro n’omme portesso un jour aux cassa de lous trones, d’un cop d’oueil jou aneantissi tous lous poudez, et toutes les forces du monde hen ommage à ma balour. Lous plus brabes guerriers s’ébanouisson au son de ma terriblo paroulo qu’en éré sort de ma bouquo per lous amiassa. Sors donc de daubant jou malheuroux de  pou qu’en t’espiant jou ne te hasse cagé de guens acquet precipice. Boutet agenouils et hem sacricify de toutes tes bolontas si bos esbita d’estre castigat perço que tu ne podez jamez escapa d’aute faiçon.51

33Paroles pleines de menaces hyperboliques, délire belliqueux, porté par une langue réputée la plus apte à l’expression de la virilité guerrière (Voir supra). Sauf que, évidemment, toute cette furie virile est engagée dans la seule parole – sans quoi le discours tenu par notre cavalier matamore, devrait être tenu pour celui d’un rebelle –, et n’a d’autre fin que de faire rire, comme au théâtre, Matamore. Ce dont on rit bien sûr, du même coup, c’est de cette langue elle-même, tonitruante et ébouriffée, qui ne présente rien, d’aucune façon, qui puisse la poser en rivale du français et moins encore en rebelle. De même qu’il suffit de voir les mimiques extravagantes du cavalier fanfaron pour se convaincre de son innocuité et pour rire, de même suffit-il de l’entendre parler en son langage pour savoir que cet idiome est privé de tout autre pouvoir que de communiquer le rire. Ce comique est celui du tréteau de foire, et l’on trouve d’ailleurs vers la fin du premier livre une véritable scène de farce, lorsque le cavalier extravague à la vue d’un tableau représentant des duellistes, non d’ailleurs en gascon, mais en français gasconnisé par inversion du v et du b :

Diou me sauve dit il en les regardant, boilà deux fermes ignorens, ils n’ont jamais apris à vatre le fer, et ce marault ne porte pas vien le pied, et ne sçait pas alonger.52

34Le gascon se saisit de bâtons et passe à un simulacre de démonstration technique au détriment du narrateur 

A bous me disoit il à toute heure o Diou me danne bous ne parerez pas cette vote53.

35Mais conformément au stéréotype farcesque, c’est l’adversaire qui assène réellement les coups :

Je le laissois porter et puis apres avoir paré je lui donnois si fort contre l’estomach, qu’il fut contraint de me dire que j’étois un rude joueur,

36jusqu’à ce qu’après une « rodomontade insupportable », le narrateur en vienne à le frapper sur les dents.

37Ainsi, à chaque fois que le cavalier réinvestit le personnage initial du foudre de guerre inoffensif, il revient au gascon, ou du moins à des expressions et inflexions gasconnes, qui sont alors comme le signe même d’un accès d’extravagance, plus ou moins fugace.54

38La seconde caractéristique de l’extravagance gasconne est le délire amoureux, toujours articulé d’ailleurs à l’imagination des prouesses guerrières. Soit, la deuxième crise du personnage, au début du roman, où, là encore, il se met à parler son langage gascon :

A péne étions nous arrivez au milieu de la première allée, quand nostre cavalier nous fit recognoistre la bizarerie de son esprit par une extravagance semblable à la première  [...] je vis qu’il marchoit devant moy d’un pas furibond et dans son langage Gascon qu’il proferoit souvent le nom de FLORICEE, frapant de sa main son estomach, et la terre du pié avec une grande violence, je jugé bien qu’il étoit en cervelle, et que s’il avoit vaincu tous ses ennemis, comme il me l’avoit voulu persuader, il n’avoit pas emporté la victoire sur un petit enfant aveugle.55

39Le narrateur associe aussitôt ce tempérament amoureux au « climat » de la Gascogne. Lorsque le cavalier, dans le Livre Quatrième, tient devant une dame, dans une compagnie, une invraisemblable « harangue » amoureuse, toute française, pastiche des compliments poétiques mâtiné de jargon philosophique, il met en avant son appartenance à la « nation gasconne ». La destinataire, après ce « galimatias », « doutoit si elle devoit juger qu’il fust veritablement amoureux, complaisant, ou extravagant ». Pour répondre aux questions que d’autres dames lui posent alors sur ce personnage au discours si surprenant, le narrateur se contente de dire qu’il est gascon : « sans m’expliquer davantage, elles jugerent puis apres du reste »56. C’est une affaire entendue, les gascons sont des amoureux extravagants. Sauf que, dans ce cas, il ne fait aucun doute que le cavalier se joue et cherche en fait à divertir son auditoire. Le registre étant celui de l’amour et des civilités, il parle alors un français châtié, sans ombre aucune de gascon. Il y a là d’ailleurs un paradoxe intéressant et très révélateur du déclassement de la langue, car le cavalier, dans la même compagnie va faire l’éloge de son « pays », fertile plus que tout autre en « bons esprits », terre de liberté, mais surtout règne de la civilité et en particulier de la courtoisie envers le beau sexe :

Nous y naissons libres de condition, et d’humeur : Mais nous sommes nourris avec certaines maximes que nous ne violons jamais, et quiconque auroit passé outre les Loix que la bien-seance nous y propose, il seroit censuré, et dans la reprobation de tout le peuple : principalement des Dames, qu’on nous commande dés l’enfance d’honorer ; Nous y vivons si respectueusement, qu’on nous façonne à leur rendre nos devoirs avec une humilité fort grande. Ce sexe est parmy nous en fort haute veneration, et je pense qu’on pourroit hardiment dire que c’est le Paradis temporel des Dames.57

40Cet éloge associe la liberté naturelle des gascons à l’affirmation d’une civilité toute tournée au respect et à l’amour des dames. La référence implicite est ici, sans nul doute, la civilisation courtoise méridionale et donc la littérature des troubadours. Mais il est très révélateur que la référence demeure implicite et surtout que la langue gasconne ne soit nulle part évoquée, dans cette revendication de civilité, tout en français. Notre roman comique montre bien que, désormais, sur le plan des représentations, malgré le succès contemporain du toulousain Godolin, l’occitan ne pouvait plus prétendre, d’aucune façon, au statut de langue de civilité, face au français, et subsidiairement à l’italien et à l’espagnol58.

41Ainsi le dialecte gascon est-il réduit, dans le roman, à connoter l’extravagance et à relever les récits du cavalier de facéties et saillies bien senties (surtout le récit cadre, mais on trouve aussi quelques traits dans le récit que le gascon fait de ses aventures)59. Cependant, il faut constater qu’il recourt aussi à sa langue à des moments où il n’extravague nullement, mais où il s’emploie par contre à tourner en dérision la prétendue possession de la « fille », et même à raisonner contre l’orthodoxie religieuse sur la question, énoncée par l’ermite. On n’a donc nullement affaire à une simple opposition entre une langue réservée à l’expression de l’extravagance et le français comme langue de la raison retrouvée. Mais on ne peut parler pour autant d’une revalorisation du gascon ; il est au contraire utilisé dans cette configuration, nous semble-t-il, pour rendre la critique moins nette et moins brutale, et pour donner à cette réfutation comme une apparence de bourde et de plaisanterie, un ton de gasconnade sans conséquence. Autrement dit, l’usage linguistique participe du détournement de la figure stéréotypée du gascon dans l’établissement d’une procédure d’atténuation et de brouillage de la portée foncièrement rationaliste du discours sur la possession. Soit la réaction du cavalier, lorsque la jeune femme visitée par les diables se met à chanter la chanson à la mode : « O Godinette je vous ayme tant, à ce chant nostre Gascon fit un éclat, et se pasmant de rire dist à l’hermite Diou me saube à quo es plan het »60. L’éclat, devant ce diable féru des succès du hit parade, vaut en effet toutes les réfutations. Il arrive que le gascon serve à énoncer, sous sa forme la plus tranchante, la thèse médicale ; ainsi lorsque « nostre cavalier Gascon » s’écrie : « O praube tu ne sabis pas qu’à quere gouyate es malaude »61, ce qui lui vaut d’être appelé par l’ermite « incredule, opiniâtre heretique, et sans foy ». On pourrait lire la scène comme la confrontation facétieuse de deux exagérations : l’outrance naturelle du gascon et l’excès de zèle de l’ermite, mais en fait le langage gascon sert bien plutôt à faire passer un message immanquablement transgressif, faut-il le rappeler, au lendemain de la possession de Loudun, qui s’était quand même achevée par le bûcher du « sorcier » présumé, le curé Grandier. Cet usage du recours au gascon est présenté de façon assez transparente au début du roman :

Le cavalier [...] soutenoit contre nous, que les actions de cette femme étoient fadézes, et nous disoit en un langage que nous n’entendions pas trop bien, qu’il avoit veu des choses bien plus extraordinaires en plusieurs personnes  de tout âge et de tout sexe.  [...] J’advoue que ma curiosité fut bien plus grande apres l’avoir ouy discourir de la sorte : car quoy qu’il parlât en fort bon Gascon, je ne laissois pas pourtant de l’entendre avec des raisons, qui me semblaient plus pertinentes, que ses premieres paroles ne m’avoient paru extravagantes.62

42Le cavalier gasconne et le narrateur ne comprend pas trop bien, mais enfin suffisamment… et en fait parfaitement ! Qui plus est, il juge que ces raisons contre la possession sont plus pertinentes que n’était extravagant son éclat stéréotypique initial. Autrement dit, alors que le cavalier n’a pas encore changé de langage, et reste donc, apparemment, dans son personnage, l’extravagance de façade est-elle déconsidérée au profit des excellentes raisons à travers lesquelles il démontre la réelle extravagance de la possédée, c’est-à-dire le fait qu’elle est affligée « d’une maladie fort aysée à guerir »63. Le gascon – langue, personnage, livre – est bien le biais par lequel cette opération d’exploitation d’un stéréotype inoffensif, pour l’exposition d’idées neuves et l’embrayage de récits satiriques inattendus, est accomplie et parfaitement réussie, tant sur le plan démonstratif que narratif.

43Mais dans cet usage ratiocinateur du gascon, on peut aussi entendre autre chose : non certes une quelconque affirmation de l’excellence philosophique de la langue gasconne, mais bien plutôt qu’un bon esprit n’a guère besoin d’étude, ni d’utiliser les langues généralement associées aux sciences et aux belles lettres, pour raisonner avec justesse et faire valoir efficacement ses raisons. La même année que paraît le Gascon extravagant, un nommé René Descartes publie son Discours de la méthode, où l’on peut lire :

Ceux qui ont le raisonnement le plus fort, et qui digèrent le mieux leurs pensées, afin de les rendre claires et intelligibles, peuvent toujours le mieux persuader ce qu'ils proposent, encore qu'ils ne parlassent que bas breton, et qu'ils n'eussent jamais appris de rhétorique64.

Haut de page

Notes

1 Gasconiana ou recueil des bons mots, des pensées les plus plaisantes et des rencontres les plus vives des Gascons, Amsterdam, François Honoré, 1708, p. 415.
2 Sorel, dans sa Bibliographie Françoise, met spontanément en relation le Gascon extravagant et l’ouvrage de D’Aubigné : « Le Sieur Du Bail fit un livre au mesme temps, appellé Le gascon extravagant, où l’on pourroit attendre non seulement des extravagances particulieres à plusieurs sortes de gens, mais sur tout à l’homme le plus bigearre de toute la Gascogne ; il ne faut pas que cela paroisse devant le livre du baron de feneste, qui est un dialogue d’entre un homme sage et un gascon evaporé, qui raconte agreablement toutes ses avantures. Si on en avoit retranché quelques discours qui sentent trop le huguenot, ce seroit un tres-bon livre en son genre. L’ouvrage est de M D’Aubigné qui a fait une histoire de France, et qui a pris plaisir de mettre là plusieurs contes de la vieille cour », éd. de 1664, p. 177-178.
3 Voir le personnage de Gratianauld de Saint-Sever chez Rabelais. On se reportera aussi, avant Faeneste, au pamphlet politique du catholique nimois Guillaume de Reboul, Actes du Synode de la Saincte Reformation tenu à Mompelier le quinziesme de may 1598, 1599. Sur ce texte, Christian Anatole, « Aux origines d’un type littéraire : le ‘Capitaine Gascon’ dans un pamphlet anti-huguenot de Guillaume de Reboul », Annales de l’Institut d’Études Occitanes, 4e série, n° 3, 1968, p. 363-396 et Robert Lafont, Le Sud et L'autre. La France et son midi, Aix-en-Provence, Edisud, 2004, p. 59 sq.
4 éd. Prosper Mérimée, p. 4. Sur ce texte voir, en particulier Robert Lafont, Le Sud et l’Autre, op. cit., p. 62-67.
5 Cette attributions de qualités guerrières aux gascons est ancienne et date probablement de la guerre de cent-ans. Voir Régine Collot, « Seigneurs et aventureiers gascons au XIVe siècle d’après les chroniqueurs contemporains : Froissart, Jehan-Cabaret-d’Orville », « L’image littéraire du gascon », Cahiers de l’Université, Pau,  n° 21, 1984, p. 7-34.
6 Ouville (Antoine Le Métel, Sieur d’), Les Contes aux heures perdues du sieur d'Ouville ou Le recueil de tous les bons mots, réparties, équivoques, brocards, naivetez, simplicitez, gasconnades…, Paris, T. Quinet, 1643.
7 Pour reprendre le titre fameux des Sermons de la Simulée conversion et nullité de la prétendue absolution de Henry de Bourbon, Prince de Béarn, due à la plume vindicative de Jean Boucher (1594).
8 Nous n’avons pu encore l’identifier.
9 Cette inversion, comme telle, est une fiction graphique, puisqu’en réalité, le v se prononce b, et non le contraire. Peut-être a-t-on voulu se gausser de l’erreur du gascon qui, s’efforçant d’introduire des v, le ferait systématiquement à contre emploi (là où l’on attendrait le b). Ce jeu facile de la substitution du v et du b connaîtra un succès énorme, s’il est vrai qu’on le retrouve jusqu’au xixe siècle, y compris dans des textes occitanisants (voir par exemple La vie d’un tonnelier, écrite par lui-même, Bordeaux, 1849), url :
http://perso.wanadoo.fr/cironsite/Bommes%20site/BommTonnelier.htm
10 Il faudrait voir, entre autres choses, si d’Aubigné n’est pas celui qui a introduit cette inversion du v et du b comme transposition graphique du français gasconnisé.
11 Lettre à son frère Joseph Bayle, du 28 mars 1677, et il ajoute : « je ne suis pas faché de vous apprendre qu’on est ainsi prevenu en faveur des Gascons, afin que ce vous soit un aiguillon puissant pour vous porter à soutenir cette reputation », Correspondance, éd. A. McKenna,Oxford, Voltaire Foundation, t. II, 2000, p. 403.
12 Voir Lo Gentilòme gascon de Guillaume Ader. Voir infra.
13 Comme Claudine Nédélec nous en a apporté la confirmation, les trois textes figurent dans l’édition de 1630, du moins dans les deux exemplaires consultés : BNF microfilm Rés Z 2823 et Arsenal 8 BL 19075. Ces textes avec quelques autres n’ont donc pas été rajoutés en 1637 comme on le lit parfois. Claudine Nédélec signale également l’existence d’une réédition séparée du Philosophe Gascon en 1637 (BnF Rés PV 77) avec le sous-titre très intéressant de Discours morale dans le gout de Montaigne.
14 Peut-être Fausta Garavini va-t-elle un peu trop loin dans cette voie dans un article qui est le plus important consacré à notre question : « Les Gascons contre eux-mêmes  ? », in Les provinciaux sous Louis XIV, 5e colloque de Marseille, Marseille, n° 101, 1975, p. 189-196. Voir également, Henri Giordan, Des images affectives des Gascons et des Provençaux au xviie siècle, Paris, CNRS, 1980, p. 103-117. Par contre, Lafaille, dans une pièce liminaire à l’édition des œuvres de Godolin, écrit que Monluc « se divertissoit souvent à relire les Vers de notre poète, et à les expliquer à Monsieur Bassompierre qui y prenoit beaucoup de plaisir », Lettre de Mr*** à un ami de ses amis de Paris, in Las Obros de Pierre Goudelin, Toulouse, Jean Pech, 1678. En outre Monluc a exercé une importante activité de patronage sur la littérature d’expression occitane, comme en témoignent de nombreuses dédicaces et pièces encomiastiques. Voir Véronique Garrigues, Adrien de Monluc (1571-1646). D’encre et de sang, Limoges, Pulim, 2006, p. 317 sq.
15 Et en effet, la galerie de peinture où le Don Quichotte gascon a fait historier ses faits d’armes est irrésistible : « Là monsieur redonnoit la clarté au soleil éclipsé en mettant la main à l’espée. Icy il querelloit le tonnerre et degainoit contre le bruit et le grondement des nues », éd. 1637, p. 39.
16 La pauvreté des gascons est un topos social, dont témoigne incidemment, entre tant d’autres exemples, le Dictionnaire de Furetière, à l’entrée Vaillant : « Cette fille a épousé un Gascon qui n'a pas un sol vaillant ».
17 Voir Ouville, op. cit. Mais déjà Montaigne, dans un passage des Essais où il écrit « Je suis gascon », évoque la lésine des pères et l’inclination à dérober des fils pour suppléer leur besoin, comme des défauts attribués ordinairement aux gascons (II, 8, éd. Villey, PUF, 1988, p. 388). Du reste, le xviie siècle connaît le verbe « gasconner », qui signifie voler.
18 Voir les articles d’Amélie Blanckaert, « De la folie à la sottise : réécriture du personnage de Don Quichotte dans le roman français de la première moitié du xviie siècle », in Littérales, 2004, n° 34-35, p.367-385, et de Michèle Rosellini, « Le sot lecteur et l’auteur facétieux. Élaboration d’une fiction critique dans les premières adaptations françaises du Don Quichotte », ibid., p. 87-407.
19 Sorel résume fort bien en disant qu’il s’agit d’un « dialogue d’entre un homme sage et un gascon evaporé, qui raconte agreablement toutes ses avantures » et il ajoute : « Si on en avoit retranché quelques discours qui sentent trop le huguenot, ce seroit un tres-bon livre en son genre. L’ouvrage est de M D’Aubigné qui a fait une histoire de France, et qui a pris plaisir de mettre là plusieurs contes de la vieille cour », Bibliothèque françoise, op. cit., p. 177-178.
20 Alors même que l’on a pu voir en Adrien de Monluc le modèle, ou du moins l’un des modèles vivants de Faeneste. Voir Fausta Garavini, art. cité, p. 191. Sur la relation de Monluc à la Gascogne et aux gascons, voir l’ouvrage de Véronique Garrigues, Adrien de Monluc (1571-1646), op. cit., p. 258 sq. Voir aussi, dans le Roman Comique de Scarron, le poète Roquebrune, « le plus incorrigible présomptueux qui soit jamais venu  des bords de la Garonne… fou d’alliances et d’armoiries, aussy bien que de beaucoup d’autres choses », éd. Antoine Adam, Romanciers du xviie siècle, Paris, Gallimard, 1968, p. 639-640.
21 « Nous autres mêmes nous nous moquons d’elle », Pey de Garros, 1567, cité in Premiers combats pour la langue occitane. Manifestes linguistiques occitans xvie-xviie siècles. Présentation et traduction par Jean-François Courouau, Anglet, Atlantica, 2001, p. 13. La dépréciation de la langue par ceux-là mêmes qui la parlent est un leit-motif des auteurs gascons entre xvie et xviie siècle. Voir, J.-F. Courouau, op. cit., passim.
22 Un exemple un peu tardif, mais extrêmement révélateur : le Recueil de poètes Gascons publié par Pain à Amsterdam en 1700 en deux tomes qui contient les œuvres de trois auteurs, dont aucun n’écrit, à proprement parler, en gascon (le toulousain Godolin, le montpelliérain Le Sage et le Nimois Jean Michel). Pierre Bayle issu du Carla dans l’actuelle Ariège se dit gascon, et désigne comme tels, grosso modo, tous les habitants du Sud-Ouest.
23 Une phrase de Guillaume Colletet, dans sa Vie des Poètes gascons…, en même temps qu’elle fixe des préjugés littéraires qui auront la vie dure (voir aujourd’hui encore, par exemple, Richard Millet : « Classique la sûre convergence du monde entier vers l’Île-de-France, des lisières incertaines jusqu’au jardin d’acclimatation », Le sentiment de la langue, p. 194), nous met sur la voie d’une littérature politique fort intéressante pour nous notre propos : « Ce n’est pas que ceste province si féconde en courages guerriers n’ait encores produit  d’excellents esprits capables des belles et hautes spéculations, mais pour l’éloquence j’ay peine à croire que les intelligences de nostre siècle l’aillent jamais chercher dans les periodes fougueuse du chevalier et du soldat françois, et pour ce qui est de la poésie j’ose dire que les Muses ne se plaisent guères ailleurs plus que sur les vertes campagnes de Seine et de Loire, et que si par hasard elles ont obligé quelque autre de leurs douces faveurs, c’est qu’ils s’en sont rendus dignes lorsqu’ils les ont visitées dans des lieux si doux et si fleuris, et qu’ils leur ont faict la cour aux yeux de toute la cour mesme », p. 32. Dans le passage que nous avons souligné, Colletet renvoie aux ouvrages de Pierre l’Hostal (ou Pierre de Lostal), Le Soldat françois, s.l. s.d. (1604) et de Julien Peleus, Le Chevalier François (1606). Ces deux pièces d’éloquence parlementaire, en effet d’une fougue et d’une amplification hors du commun, militaient pour une politique belliqueuse contre l’Espagne, et reprochaient au roi son pacifisme tardif. Or les textes, parus anonymement, étaient dus à deux béarnais, le premier vice-chancelier de Navarre et le second avocat au Parlement et facilement identifiables comme des pièces gasconnes, par les déclarations des auteurs (par exemple, quand Peleus, prend la liberté de reprocher au roi son manque d’entrain guerrier : « Une vérité m’eschappe, une humeur de Bearnois me prend », p. 95), et la présence, également, dans leurs œuvres de quelques proverbes gascons bien sonnants.
24 On considère souvent que le duc d’Épernon servit de modèle au Baron de Faeneste, et donc de cible privilégiée d’Agrippa. Sur les gasconismes souvent brocardés du duc, voir Véronique Larcade, « le premier duc d’Épernon et la Gascogne ou comment peut-on être Gascon ? », Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Gers, 1997 n° 3, p. 325.
25 Quelques extraits présentés et traduits par Robert Lafond, Anthologie des baroques occitans, 1974. Voir aussi, dans la même anthologie, les autres pièces de la section : Le héros flamboyant. Sur l’auteur du Gentilome gascoun, voir Alfred Jeanroy, « Une Henriade gasconne. Le Gentilhomme gascon de Guillaume Ader », Revue des Pyrénées, 1905, p. 271-291 ; Guilhem Ader (1567 ?- 1638). Actes du colloque de Lombez (21-22 septembre 1991), réunis par Philippe Gardy, Béziers, CIDO/CELO, 1992, Philippe Gardy, « Sur les traces de Du Bartas : la flamboyance gasconne de Guilhem Ader », in Idem, La leçon de Nérac, Du Bartas et les Poètes Occitans (1550-1650), Presses Universitaires de Bordeaux, 1998, chap. IV, Robert Lafont, Renaissance du Sud. Essai sur la littérature occitane au temps de Henri IV, Paris, Gallimard, 1970 ainsi que, du même auteur, Le Sud et L'autre. La France et son midi, Aix-en-Provence, Edisud, 2004, p. 56 sq.
26 Ader citait pourtant le nom de Monluc dans son poème, comme celui qui associait « sus la sue armadure,/ Las nau Muses é Mars en bére gravadure » (« sur son armure, les neuf Muses et Mars en belle gravure »), v. 2460.
27 Le Gascon Extravagant se fait l’écho de cette référence des gascons au modèle de la civilisation courtoise, p. 233 (cité infra).
28 Voir les textes réunis dans : Premiers combats pour la langue occitane. Manifestes linguistiques occitans xvie-xviie siècles. Présentation et traduction par Jean-François Courouau, Anglet, Atlantica, 2001. L’éloge du gascon, ou plutôt d’un certain gascon, spontanément associés aux valeurs viriles et guerrières est aussi établie par Montaigne, alors qu’il se montre plus que dédaigneux pour les autres « langages » dont il est entouré (Périgourdin, Poitevin, Xaintongeois, Angoumoisin, Lymosin, Auvergnat) : « Il y a bien au dessus de nous, vers les montaignes, un Gascon, que je treuve singulierement beau, sec, bref, signifiant, et à la verité un langage masle et militaire plus qu'autre que j'entende; autant nerveux, puissant et pertinant, comme le François est gratieus, delicat et abondant. », II, 17, éd. Villey, p. 639.
29 Quatrains, Les plaisirs de la vie rustique et autres poésies, Genève, Droz, 2004. Voir Jean-Yves Casanova, « Croisements d'écritures au xviie siècle : Guy du Faur de Pibrac, Guilhem Ader et Robert Ruffi », Guilhem Ader, actes du colloque de Lombez réunis par Philippe Gardy, CELO, CIDO, Béziers, 1992, p. 193-203.
30 Réédités en 1608, 1611, 1612, 1628. Voir Ismaël Girard, « Guilhèm Ader, moralista gascon : Lo Catonet gascon », Mélanges offerts à Charles Camproux, Montpellier, Centre d’études occitanes, 1978, II, p. 543-551.
31 « Dis donc, à l’imitation de Caton, que la cause de ceux qui sont advancez, et comme victorieux et triomphans dans la Cour, est véritablement agréable aux dieux de ce temps. Mais que celle de honnestes gens retirez et comme vaincus de la destinée est agréable à Caton. Ainsi soulageoit ses desplaisirs le Capitaine Guiraud, et taschoit d’adoucir ceux du cadet la Roumech, son confident », op. cit., p. 59.
32 Le Gascon extravagant, op. cit.p. 53.
33 Disticha Catonis. Cf. aussi le poème liminaire qui suit la préface et en résume parfaitement l’argumentation (il est sans aucun doute de la même main) : « Ceux qui goûtent tes raisons,/ T’estiment bien plutost un docteur de Sorbonne,/ Qu’un pauvre extravagant des Petites-Maisons./…/ Car l’homme le plus arrogant/ Confesse franchement qu’en matieres de feintes,/ Il est sage parfait qui fait l’extravagant. », p. 54.
34 Ce personnage de « philosophe moral » assumé par le gascon philosophe est à certains moments particulièrement évident, soit par exemple lorsqu’il fait usage du motif socratique de la connaissance de soi : « la connaissance de soy méme est un grand point, et celuy qui ne se laisse point aveugler par la prosperité demeure toujours dans une mesme égalité d’esprit, et ne se rend pas plus insolent pour avoir le vent de la Fortune à gré, que s’il eust vieilly dans la condition de ses Peres », p. 138.
35 Voir par exemple le discours de l’ermite au narrateur pour discréditer le gascon : « Le libertinage a des charmes attraians, et nos humeurs se laissent plutost emporter aux méchantes habitudes, qu’aux bonnes inspirations », p. 226. « Sa conversation est dangereuse, et quoy qu’il ayt l’esprit attaqué de mélancholie, il ne laisse pas toutesfois de l’avoir méchant et subtil : et bien souvent, la longue familiarité qu’on a avec des personnes de cette sorte, fait perdre le goust qu’on avoit aux bonnes choses. Ce que sans doute vous confesserez apres moy, si vous souffrez davantage que ce cavalier vive et continue dans ses libertez, qui vous donneront un jour matiere de repentir », p. 227. « A moins que d’estre heretique, impie ou reprouvé, il ne sçauroit nier une chose qui entre dans l’aprobation de toutes les personnes qui sentent bien de la Foy. Or donc n’estant pas de ce nombre, vous serez blasmé des gens de bien, si vous le recevez davantage aupres de vous. Monstrez-vous obeyssant, et témoignez doresnavant que la conversation des libertins vous est odieuse… » Ibid. De même, lorsque le narrateur  décrit les propos effrayants de « la pauvre affligée » (la pseudo-possédée) : « elle nous preschoit la perversion du siècle, le libertinage de la vie, l’irreligion du peuple, l’excès des personnes, et l’abus où tout le monde se laissoit indiferemment emporter », p. 258 (Nous soulignons).
36 « Que s’ils l’estiment foû de parler avec extravagance comme il fait, et de s’estre deguisé en fille, ou d’avoir crû estre metamorphosé en arbre, il faudra donc qu’ils avouent aussi que ceux qu’il imite en tout cela, ont esté encore moins sages, car ce sont eux qui en ont parlé les premiers, et ils ne devoient pas escrire des choses qui ne sçauroient estre, ny celles que l’on ne doit pas faire », Le Berger extravagant, Paris, T. Du Bray, 1627,  p. 16.
37 Le gascon extravagant, op. cit., p. 104.
38 De Praestigiis Daemonium (1563). Cf. Michaela Valente, Johann Wier. Agli albori della critica razionale dell'occulto e del demoniaco nell'Europa del Cinquecento, Firenze, Leo S. Olschki, 2003, p. 84 et passim.
39 La possédée « le vouloit faire croire coupable d’un crime dont, à mon avis, il ne fut jamais atteint », Le gascon extravagant, op. cit., p. 105.
40 Ibid., p. 105.
41 Ibid., p. 106.
42 Ibid., p. 109.
43 Ibid., p. 110.
44 Ibid., p. 106 et 159. Le cavalier dit aussi, en gascon « à quere gouyate es malaude ».
45 Nous rejoignons ici les analyses de Felicita Robello dans l’introduction de son édition : « La ‘gasconnade’ et la folie servent à Claireville pour découvrir et cacher à la fois la vérité, c’est-à-dire pour exprimer des idées hardies, non conformistes et se défendre en même temps – à l’instar de son cavalier – contre l’incompréhension d’une société où la déraison se déguise trop souvent en sagesse et où la vraie sagesse peut passer pour déraison », op. cit., p. 19.
46 Nous ne pensons pas en effet que « la défense ethnique » des gascons soit l’argument majeur du livre, comme l’avance R. Lafont, op . cit., p. 75. Quant à l’attribution du roman à Cramail, elle ne me semble pas non plus convaincante, dès lors qu’il n’est fait aucune référence à une quelconque identité gasconne de l’auteur.
47 Le Gascon extravagant, op. cit., p. 66-67.
48 Ibid., p. 64.
49 Ibid., p. 67.
50 On ne saurait dresser ici la liste exhaustive des registres discursifs exploités dans le roman par le cavalier, sur le mode parodique ou non : citons au moins, le parler Phoebus, le boniment de charlatans, la conversation à la mode, le jargon philosophique, le latin de cuisine...
51 Ibid., p. 58 Voir la traduction très exacte proposée en note par Felicità Robello sous l’autorité de Fausta Garavini : « Pauvre misérable, comment oses tu t’approcher d’un foudre guerre qui fait trembler le Ciel et tous les autres éléments ? Ne connais-tu pas à ma mine que j’exerce mon autorité sur tous les êtres et que les plus grands monarques de la terre ne veulent pas me souffrir dans leurs royaumes, de peur que ma colère ne me porte un jour à les chasser de leurs trônes ; d’un coup d’œil j’anéantis tous les pouvoirs et toutes les forces du monde rendent hommage à ma vaillance. Les guerriers les plus braves s’évanouissent au son de ma terrible parole quand elle sort de ma bouche pour les menacer. Sors donc de devant moi, malheureux, de peur qu’en te regardant je ne te fasse tomber dans ce précipice. Jette-toi à genoux et fais-moi sacrifice de toutes tes volontés si tu veux éviter d’être châtié parce que tu ne pourras jamais en réchapper d’une autre façon ».
52 Ibid., p. 100. En italiques dans le texte.
53 Ibid., p. 101.
54 Soit par exemple lorsqu’il vient à déclarer : « Je suis naturel Gascon, plus jaloux d’aquerir de l’honneur que tous les biens du monde. Obé jou certes », ibid., p. 99.  Cette façon de parler de « sa valeur », associée à une expression gasconne typique (sans doute empruntée au Baron de Faeneste), est aussitôt prise par le narrateur pour un « trait d’extravagance ».
55 Ibid., p. 66. Un ultérieur accès de mélancolie amoureuse, toujours motivé par le dédain de Floricée, est déclenché par la honte d’avoir eu le dessous dans son simulacre de duel avec le narrateur. Ce désespoir amoureux le conduit à dénigrer l’amour et les femmes et à réinvestir une fois encore le personnage du Gascon matamore : « J’ayme bien mieux m’en aller à la guerre, signaler mon courage par mille genereuses actions, et dépeupler le Royaume des ennemis de mon Prince. C’est à quoy je suis né, et si l’Espagnol attend que je passe la Sene, le Tage n’est pas capable de le mettre à couvert de mes coups », ibid., p. 103-104.
56 Ibid., p. 231.
57 Ibid., p. 233. Contrairement à ce que dit la note de Felicità Robello, il ne s’agit pas du tout d’attribuer aux gascons ce qui reviendrait aux provençaux, puisque les troubadours ont couvert l’ensemble de la zone occitane ; cette conscience de l’héritage courtois et poétique est très présent dans la poésie et la littérature d’expression occitane tous dialectes confondus. L’éditrice du texte est tout simplement victime d’un mythe historiographique et littéraire forgé par Jean de Nostredame (Vies des plus célèbres et anciens poètes provençaux, 1575), qui fait des troubadours des poètes exclusivement provençaux. Voir Jean-Yves Casanova, Historiographie et littérature au xvie siècle en Provence : l’œuvre de Jean de Nostredame, thèse de doctorat, Université Paul-Valéry, Montpellier III, 1990.
58 L’italien et l’espagnol sont par exemple systématiquement utilisés comme langue des devises dans les entrées, courses de bagues etc. organisées à Toulouse, mais non l’occitan.
59 Lorsque le gascon se régale d’une « frottée d’ail », il déclare « a quò es le bon boussi » [« Voilà le bon morceau], p. 161 ; dans la prison lors de son passage par la « morgue », le gascon rapporte ses paroles aux gardiens en ces termes : « Bous estes des maraux, je suis gentil-homme de von lieu, et bous abez tort de bous trufa de jou [moquer de moi] de la faiçon, si je bous tenois à cent pas d’icy, je bous vaillerois de l’espaze sur les oureilles », p. 215. Ou, encore, après s’être fait battre et dépouiller lors de sa mésaventure amoureuse avec Dorphyse, il s’écrie : « Diou me saube il faut que je bous aboue que jou ay estat plan estrillat [j’ai été bien étrillé] », p. 263.
60 Ibid., p. 150. « Dieu me sauve, cela est bien fait ! ». L’interjection renvoie peut-être, par opposition, à une formule quelque peu blasphématoire aujourd’hui encore très courante en zone occitane : « Deu me damne » (Dieu  me damne »). Sur la chanson, voir la contribution de Sophie Houdard dans ce volume.
61 Ibid., p. 99. « Mon pauvre, mais tu ne sais donc pas que cette fille est malade ? ».
62 Ibid., p. 63.
63 Ibid.
64 Première partie.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Cavaillé, « L’extravagance gasconne dans Le Gascon extravagant : un déguisement « pour parler librement de tout » », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2007-01 | 2007, mis en ligne le 31 juillet 2007, consulté le 25 juin 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/260 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.260

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Cavaillé

Jean-Pierre Cavaillé est membre de Centre de Recherches Historiques. Il enseigne l'histoire intellectuelle du début de l'époque moderne à l'EHESS.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org