Navigation – Plan du site

Localités et historiographie. Le débat sur l'histoire de Sanremo au xviiie siècle

Vittorio Tigrino

Résumés

Ce travail est centré sur un cas, celui qui oppose au xviiie siècle le gouvernement de la République de Gênes à une des communautés de son territoire, Sanremo. Le conflit commence en 1729 avec la résistance de Sanremo à l'extension des certaines lois générales pour le commerce, et après 1753 se développe sur le plan international, avec des très fortes répercussions dans les relations diplomatiques entre la République et les cours européennes. Le conflit met en pleine lumière les stratégies de revendication impériale avancées par une partie des représentants de la communauté de Sanremo, avec l’aide de certains fonctionnaires impériaux, depuis longtemps défenseurs de la supériorité impériale sur toute la République.
Ce cas est l’objet d'une intense production historico-juridique qui prend l’aspect d’un très grand nombre d'œuvres imprimées et manuscrites. Cette production offre une interprétation de l'histoire des rapports entre les deux villes où les éclaircissements juridictionnelles se mélangent à la revendication d'une identité historique et d'une légitimation politique locales.
De telles controverses sont, en effet, des lieux d’observations stratégiques pour mesurer de quelle façon l'initiative locale se rencontre et conditionne la redéfinition des catégories politiques, juridiques et économiques (ce qui souligne l'importance stratégique de la lecture et de l'interprétation d'un fait à l'échelle analytique locale). Le recours à la contextualisation, à l'archive, permet de mieux saisir le complexe rapport entre la formalisation des oeuvres d'imprimerie et l’« agir » concret des parties adverses, et montre les dynamiques du litige qui, si l’on en restait à un point de vue général, seraient difficilement perceptibles.
Ainsi, à partir de certaines données des archives, il est possible de comprendre clairement les moments et les façons par lesquels cette « imperialità » de Sanremo est inventée et construite, et comment, de la part des génois on s'oppose à cette lecture du passé, sans empêcher cependant la création d'une véritable chaîne de références et de légitimations (une « chaîne bibliographique ») qui a permis à des reconstructions déformées, sinon entièrement inventées, de trouver un terrain fertile dans l'historiographie à venir, jusqu'à aujourd'hui.

Haut de page

Notes de l’auteur

Notes sur les abbreviations: Archivio di Stato (Gênes)= ASG ; Sezione di Archivio, Sanremo= SASS ; Archivio di Stato (Milan)= ASM ; Haus-, Hof und Staatsarchiv (Vienne)= HHSW ; Archivio di Stato (Turin)= AST ; Biblioteca civica Berio (Gênes)= BCB

Texte intégral

1Cet essai sera consacré à quelques remarques sur les rapports entre reconstruction historiographique et revendications juridictionnelles dans l’Ancien Régime, et notamment à une forme particulière d'historiographie – les controverses historiographiques. Je souhaite porter aussi une attention particulière aux stratégies de légitimation employées par les différents acteurs concernés, et au contexte de leur formulation.

2En partant d’un cas particulier, je veux montrer comment une enquête analytique sur un cas spécifique de production historico-juridique peut permettre des observations particulières en ce qui concerne, pour reprendre certaines formulations du projet « Local et localisation » , « la ou les échelles d'analyse des textes et des livres, les contextes à construire pour comprendre leurs sens et actions, et les variations possibles de ces échelles et contextes » ; cela m’amènera aussi à m’interroger sur « ce en quoi consiste l'opération de localiser un écrit, d'établir des relations étroites entre un écrit, des actions et un lieu ».

  • 1  Cette littérature est souvent ignorée ou sous-estimée par l’histoire de l’historiographie, mais on (...)

3La production dont je vais m'occuper, peu souvent considérée par l'historiographie juridique, trouve rarement sa place dans les études sur la généalogie de l'historiographie du siècle des Lumières : l'importance de ces œuvres, cataloguées comme bellum diplomaticum, et reconnues seulement comme des œuvres partisanes, des plaidoyers pour l’une ou l’autre partie, est pourtant très riche et, du point de vue quantitatif, d'une importance extraordinaire1. Leur lien avec les sources documentaires, les archives proprement dites, est fort et complexe. Ce n’est pas par hasard que souvent les fonds d'archive reflètent la morphologie de ces litiges de juridiction. Les controverses, en effet, utilisent des sources documentaires, mais produisent aussi des matériaux et posent donc le problème de la découverte, puis de la conservation de ces sources.

  • 2  Un exemple daté mais très important d’étude sur une « bellum diplomaticum » du xviiie siècle, c’es (...)

4La reconstruction des dynamiques de revendication juridictionnelles de l'Ancien Régime permet justement de contextualiser ce type de production. A partir de ces œuvres polémiques émerge un débat sur la recherche historique et antiquaire (en plein développement ces années-là), et sur les doctrines du droit naturel, sur lesquelles se focalise la réflexion des parties2.

5Mon attention sera centrée particulièrement sur un cas, celui qui oppose au xviiie siècle le gouvernement de la République de Gênes à une communauté de son territoire, Sanremo. Le cas est le motif d'une intense production historico-juridique qui se donne lieu à un très grand nombre d’œuvres d'imprimerie et de manuscrits. De telles controverses se sont, en effet, des observateurs stratégiques pour mesurer l'initiative locale et la manière dont elle conditionne la redéfinition des catégories politiques, juridiques et économiques. J'ai analysé les dossiers qui nourrissent la compilation des œuvres pour expliquer de quelle façon est bâti un contentieux historico-juridique « formel », convaincu qu'une analyse « riche » (contextuelle) permettait d'obtenir des résultats complémentaires à ceux simplement visés par l'analyse textuelle.

  • 3  Dans cet essai je présente seulement les principaux points d’une recherche qui fait l’objet d’un l (...)

6La détermination du contexte de production n’a pas été du tout évident, et elle m’a obligé à réfléchir sur les nombreuses possibilités de « localiser » des textes analogues. Ces sont des choix auxquels chaque chercheur est contraint et qui dépendent, plus ou moins consciemment, non seulement de suggestions venant de la recherche, mais encore souvent d’indications d’importance extérieures aux sources. Voilà alors que le contexte de la production en question peut être reconstituée à partir d’un débat contemporain (local ou général) dans lequel ces écrits semblent s’intégrer (débat qui peut être de nature fiscale, juridique, politique), ou encore en privilégiant l’analyse des savoirs juridiques et de la culture historiographique des auteurs. Mon choix de chercher les raisons de cette production dans un contexte politique local m’a poussé à tenter de trouver la généalogie de ces oeuvres dans les archives, plutôt qu’en bibliothèque, et à tourner ma recherche plus sur les raisons de leur production que sur l’« école » d’appartenance des auteurs. L’analyse du matériau varié de cette longue controverse (mémoires d'imprimerie, livres d'histoire, avis manuscrits, commentaires, allégations) s’est ainsi faite en essayant de reconstruire ses contextes à travers un recours massif à la documentation d'archive (locale et génoise, mais aussi provenant d'autres archives : en particulier, de Turin, Milan et Vienne)3. Bien sûr, une telle analyse met en évidence le lien étroit entre écriture et action (un écrit représente une action, et toute référence faite à un écrit, ou encore sa « mise en activité » sont aussi de l’action), de même que l’importance du concept de local et de localisation (et de manière complémentaire de celui de généralisation), par rapport à la définition du fait et du droit.

7L'analyse de la longue controverse entre Gênes et Sanremo peut s’articuler en deux parties, lesquelles se rapportent aux deux moments de ce litige. Une première, qui a son point culminant dans les années 1730, et une deuxième à partir des années 1750. Il s'agit d'épisodes qui ont des issues très différentes.

8Dans le premier cas le litige reste, d’une certaine façon, à l'intérieur de l' » État » génois. Pour ce premier moment, j'ai analysé avec précision les pratiques locales avec lesquelles la communauté et le gouvernement de la République gèrent la discussion et la rédaction des oeuvres d'imprimerie. La deuxième phase – qui inclut au contraire l'occupation militaire de la ville – se développe par contre sur le plan international (donc sur un contexte plus ample), et a des très fortes répercussions sur les relations diplomatiques entre la République et les cours européennes, en mettant en pleine lumière les stratégies de revendication impériale avancées par une partie des représentants de la communauté de Sanremo, lesquels trouvent un appui chez certains fonctionnaires impériaux, depuis longtemps défenseurs des raisons de la supériorité impériale sur toute la République.

Une controverse juridique où l’histoire tient une place croissante

9Le conflit auquel je me réfère commence en 1729 (dans le cadre d'une protestation plus générale des communautés liguriennes) avec la résistance de Sanremo à l'extension des certaines lois générales sur le commerce, et contre la tentative d'imposer la taxation de quatre produits – poudre, tabac, eau-de-vie et savon –, alors que la communauté s'estime simplement bénéficier de conventions spécifiques, donc ne pas être directement soumise à la République de Gênes.

  • 4  Le Domaine génois correspond, au xviiie siècle, à une part de l’actuel Ligurie, et à certaines zon (...)

10Il s’agit d’un épisode généré par une intervention plus générale du gouvernement génois qui essaie (sans succès) d’éliminer plusieurs privilèges propres aux communautés qui font partie du domaine génois. Même la loi de port-franc de 1729, qui vise à annuler les franchises locales au profit d’une centralisation des trafics vers l’escale génoise, est violemment contestée par les communautés locales4.

  • 5  Sanremo est un centre qui augmente constamment son importance, sanctionnée en 1652 avec la créatio (...)
  • 6  La constante définition de ce rapport tout au long des siècles laisse des traces documentaires con (...)

11Sanremo est un des bourgs des plus riche de la Riviera du ponant, au sein de l’hétérogène domaine de la République de Gênes5. Il revendique, en raison du lien historique particulier avec Gênes, la qualité de « communauté en convention » [comunità convenzionata] avec la République : la reconstruction de l’histoire de ce rapport est donc d’une importance évidente ; on le discute constamment au cours des siècles, et on s’y réfère toujours explicitement dans les sources6.

  • 7  Les quatre représentants de Sanremo sont constamment en contact avec le conseil de la communauté, (...)

12Au début la controverse déboucha sur un soulèvement contre les troupes de la République envoyées pour rétablir le contrôle de l'ordre public, pour devenir ensuite un contentieux judiciaire, qui se prolonge plusieurs années, sans jamais parvenir à une solution définitive7.

13Devant le gouvernement génois, qui se fait garant et juge dans les rapports avec les communautés, les représentants de Sanremo sont engagés dans un long contentieux avec le représentant (Sindaco) de la Chambre fiscale de la République : selon un usage bien établi, les parties se confrontent en reconstruisant l’histoire de leur rapport, et en produisant la documentation historique en défense des leurs propres raisons. Mais ce qui est intéressant c'est qu'en même temps les parties engagent deux célèbres avocats et promeuvent la production et la publication de certaines oeuvres historico-juridiques (dont cinq publiées en quatre années seulement). Ceci se produit sans que ces œuvres soient officiellement produites en jugement, et au contraire selon des modalités absolument autonomes par rapport au contentieux officiel auprès de la Chambre fiscale génoise. Les oeuvres ont la forme d'avis juridico-historique, et prévoient l'allégation et l'édition de preuves historico-documentaires ; les auteurs ne reconstruisent pas seulement un recueil relatif aux droits fiscaux en question. Comme on verra, au cours du débat les argumentations changent, et d'une oeuvre à l'autre le ton, de juridique, devient historique.

  • 8  Sur Nicoli voir L. Mensi, Dizionario biografico piacentino, Plaisance, 1899 ; Nilo Calvini, « L’op (...)
  • 9  Ragioni della Magnifica Università di San Remo contro l’Eccellentissima Camera rappresentate alla (...)

14Après les premiers entretiens, confiés à un avocat du milieu génois, la communauté de Sanremo s’en remet à un célèbre juriste placentin, Francesco Nicoli8, qui publie en automne 1730 un pamphlet de 60 pages, Ragioni della Magnifica Università di San Remo contro l'Eccellentissima Camera rappresentate alla Serenissima Repubblica di Genova9. Sa sortie provoque l’étonnement et la préoccupation du gouvernement génois. L’écriture est à caractère généralement juridique ; à un usage commun des autorités du droit, s’opposent cependant des différences importantes dans leur interprétation. Les arguments juridiques sont utilisées pour permettre de lire et d’interpréter l’histoire des rapports entre les deux villes, et démontrer le manque de fondement des prétentions génoises. Voici les principales étapes de ce parcours : le compromis du 1199 entre la commune de Gênes et les hommes de Sanremo, pendant la juridiction contestée des Archevêques de Gênes ; les actes notariés de la vente des droits aux seigneurs Doria et de Mari en 1297, et ceux relatifs à l’acquisition de la part de la République dans la moitié du siècle suivant. On a ensuite le jugement arbitral du 1361 contemporain de cette dernière vente, pour en éclaircir les principaux points, et un jugement suivant du 1385. De cette reconstruction, Nicoli laisse au-dehors les siècles qui semblent trop lointains pour devenir l’objet d’un débat de cette sorte : « Ella è dunque verità irrefragabile, - affirme-t-il - che lo stato posseduto ora dalla Repubblica fu già dal Secolo undecimo in là del Sacro Romano Impero ».

  • 10  Memoriale del M. Sindico dell’Eccellentissima Camera. Nel quale inerendo à quanto è stato rapprese (...)
  • 11  Risposta della Magnifica Università di San Remo al Memoriale del Magnifico Sindaco dell’ Eccellent (...)

15Paradoxalement le résultat sera exactement l’inverse, et dans les discussions et dans les œuvres suivantes on note un évident élargissement de l’arc chronologique pris en considération, qui change profondément les principaux points du débat. Y contribue aussi la très brève réponse génoise. Le 16 mars de l'année suivante est présenté le Memoriale del Magnifico Sindico dell’Eccellentissima Camera, qui dans l’imprimé occupe à peine quatre pages10. La communauté de Sanremo s’adresse de nouveau à Nicoli, afin qu’il produise une réponse circonstanciée aux affirmations du Mémorial. Au mois d’octobre de cette même année 1731 est publiée Risposta della Magnifica Università di San Remo al memoriale del Magnifico Sindaco dell'Eccellentissima Camera : 164 pages et un riche dossier de documents11.

  • 12  Dans le Mémorial l’auteur fait des allusions évidentes à une prétendue sujétion de Sanremo à l’éga (...)

16L'opération de Nicoli consiste à démonter le Mémorial, en réfutant chaque affirmation de l’adversaire (le Sindico). C’est surtout dans la première partie que les différences par rapport à sa première œuvre sont évidentes. « Siccome il Magnifico Sindico ha voluto entrare qui di primo balzo nelle anticaglie », soutient Nicoli, « così noi pure siamo costretti, giusto l'accennato divisamento, ricorrere, ma sobriamente, alle anticaglie ». À une première argumentation de forme généralement juridique, succède donc une deuxième où semble évident le rôle croissant de la reconstruction historique, en particulier pour les exemples qui reprennent de toute évidence des argumentations incluses dans l’écrit du « Sindico » génois. Cela est dû au recul chronologique proposé dans l’écriture génoise, auquel Nicoli répond par une tentative de définir une limite temporelle à la remontée dans l’histoire, le xiie siècle, et en confirmant la validité « de facto » et « de jure » des jugements du xive siècle12.

  • 13 En ces années-là Gatti est déjà actif pour le gouvernement de la République dans le traitement de c (...)
  • 14  « E’ posto S.Remo nella suddetta Riviera occidentale di Genova, poco lungi da Vintimiglia [...] Ta (...)
  • 15  « Due erano negli antichissimi Secoli le Città principali della Riviera di Genova verso Ponente Al (...)
  • 16  Gatti accuse l’adversaire d’avoir soutenu que puisse « rivolgersi il Popolo di S.Remo contra il su (...)

17Vu le succès de publication que ces deux œuvres de Nicoli ont eu non seulement dans le territoire de la République, mais aussi dans autres villes italiennes, le gouvernement génois prépare une réponse analogue, et il en charge un célèbre avocat lombard, Antonio Gatti13. Le 10 juillet 1732 est publiée une Disertazione del signor Michele Anastasio circa il Sommo Impero, e Libertà di San Remo. In risposta ad una scrittura del signor avvocato Nicoli di Piacenza intitolata Ragioni della M. Università di San Remo, 59 pages sans indication de lieu, ni d’imprimerie. L’auteur propose un recul ultérieur de la chronologie prise en considération, en basant de façon décisive ses affirmations sur un prétendu ancien état de sujétion des « sanremaschi ». L’origine de la soumission est repérée dans des temps toujours plus lointains, au ixe-xe siècle14, avec encore des références aux « antichissimi Secoli » de la période romaine15. Cela traduit une différence essentielle par rapport aux œuvres précédentes, soit dans l'emploi des sources, soit dans la façon de mener les argumentations sur elles. Aux habituelles autorités du droit (par rapport auxquelles Gatti conteste son adversaire pour son interprétation « scandaleuse »)16, s’ajoute un recours massif à la documentation et aux sources historiques les plus disparates : vies des saints, chroniques du moyen-âge et oeuvres historiques du xvie et du xviie siècles. L’attention se concentre dans le débat autour de ces sources, et par conséquent sur la validité d’une certaine reconstruction historique.

  • 17  Confutazione della dissertazione del signor Michele Anastasio circa il sommo Impero, e libertà di (...)
  • 18  L’œuvre est interdite à l’intérieur du Domaine génois, mais circule quand même.
  • 19  Un « gravissimo errore commesso », dit l’introduction, « è quello d’eccitar quistioni de i titoli (...)

18La réponse « sanremasca » est du décembre 1733 : Confutazione della dissertazione del signor Michele Anastasio circa il sommo Impero e libertà di San Remo, un volumineux livre de 463 pages, auquel est joint un bref dossier de documents et une introduction qui contient quelques pages anonymes intitulées Giudizio d'un Professore sopra la presente Confutazione17. L'auteur de ces pages introductives est Alberto Scribani-Rossi, un jeune juriste élève de Nicoli18. Y sont seulement exposés tous les arguments que Gênes aurait voulu passer sous silence. Les problèmes sont tant d’ordre historique (la recherche dans le passé mène inévitablement à toucher l’épineux sujet de la supériorité impériale sur la ville de Gênes au cours des siècles) que juridique (le recours à un certain genre d’interprétation qui préserve les prérogatives juridictionnelles au cours des siècles). La lecture parallèle des écrits qui dans les mêmes années prétendent appuyer les prétentions impériales renouvelées, sur l’Italie en général, et sur Gênes en particulier, donne en ce sens l’impression de la singulière (et embarrassante) correspondance des argumentations employées19.

19Les termes du débat ont désormais décidément changé. Il suffit de penser qu’un tiers de l'œuvre est dédiée au débat sur une période, celle des siècles précédents le compromis du 1199, qui dans la première oeuvre n’avait même pas été prise en considération. En substance le résultat est un écrit où l’histoire assume un rôle fondamental, et avec elle une intense discussion sur les sources historiques, sur leur utilisation et sur leur valeur.

  • 20  Les mêmes renvois à la Confutazione du Nicoli sont tous rapportés à ces pages (de la 3 à la 209) c (...)
  • 21  Le débat à propos des droits de l’Empire en Italie n’est pas nouveau pour les auteurs. Gatti et Ni (...)

20Le gouvernement génois, qui n’avait déjà décidé de publier la première oeuvre du Gatti qu’avec beaucoup de perplexité, en la diffusant de manière anonyme et non officielle, décide de ne pas promouvoir d’autres publications, mais n’arrive pas à éviter que Gatti, pour se défendre des accusations de Nicoli, fasse publier en 1734 une deuxième œuvre. Les Osservazioni del sign. Pietro Filarco sopra la Confutazione del sign. Avvocato Nicoli stampata contro la Disertazione del sign. Michele Anastasio circa la Maestà, e Sommo Impero della M. Comunità di S.Remo, 84 pages, plus 12 d’introduction, comme la précédente sans indications d’imprimerie, se propose d’affronter ces problèmes de l'ancienne suprématie génoise sur les Rivières, et de son lien avec les droits impériaux controversés sur toute la Ligurie20. La transformation est nette : dans la forme (maintenant le débat est pour sa plus grande part historique, et concerne essentiellement les siècles médiévaux) et dans l’objet (Sanremo et les gabelles ne semblent qu’un aspect de la revendication de la liberté génoise)21.

  • 22  Parmi les nombreuses œuvres manuscrites qui concernent, et qui concerneront la question de Sanremo (...)

21Pendant ce temps, le débat semble être arrivée à une trêve, qui permettra à Sanremo de conserver substantiellement ses autonomies dans le domaine fiscal. Même le débat public s’arrête momentanément. Dorénavant le gouvernement de la République choisira la voix d’un silence opportun : un choix que caractérisera toute la seconde moitié du siècle22.

  • 23  Ici je me réfère aussi aux différents avis manuscrits sur la question, qui sont inclus dans les do (...)
  • 24  Des considérations semblables à celles-ci sur l’augmentation d’importance de l’histoire dans des œ (...)

22L'abondance relative des textes à disposition23 permet de saisir les sollicitations provoquées par le débat, les raisons du changement progressif des modes et de l'objet des digressions, et surtout l’importance croissante que la reconstruction historique assume dans les argumentations24.

  • 25  Dans ce sens, est revendiquée une grande importance de la pratique (« observation ») avec laquelle (...)

23L'utilisation toujours plus massive de sources historiques se concrétise par l'introduction de catégories argumentatives différentes, et touche aussi à la façon selon laquelle les auteurs mènent leurs raisonnements. Le recours à l'histoire a initialement un rôle complémentaire à celui de la discussion purement juridique, pour définir le contexte, les présuppositions et les développements historiques qui caractérisent un acte documenté, et permettre ainsi d'en interpréter le sens25. Ensuite, avec l'élargissement de la période historique examinée, la partie historiographique gagne un rôle fondamental, et avec elle on peut reconstruire, ou mieux, imaginer, des catégories juridiques qui autrement ne peuvent pas être documentées. On nous offre une interprétation de l'histoire des rapports entre les deux villes, où les éclaircissements juridictionnels se confondent avec la revendication d'une identité historique et d'une légitimation politique locales.

Une relecture à partir d’une contextualisation locale

24Pour mieux comprendre les motivations de ce changement dans la forme et les contenus des oeuvres, j'ai décidé de « compliquer » la lecture de cette production. Dans une première phase de la recherche ma reconstruction s'est en effet initialement limitée à une analyse détaillée, textuelle, des œuvres imprimées liées à la controverse, tandis que, pour reconstruire leur contexte de production, je me suis limité quasi exclusivement à la bibliographie relative à l'histoire de Sanremo (quelques articles, certaines histoires générales datées au sujet de la ville de Sanremo, et un livre sur « La révolution du 1753 à Sanremo » publié à l'occasion du bicentenaire de l'occupation armée génoise de la ville). La question de qui avait intérêt à promouvoir un litige de ce genre, de qui aurait dû s'occuper non seulement de la rédaction matérielle, mais surtout de l'inspiration de ces œuvres, et pour quelle raison, restait irrésolue.

25C’était une des lacunes que j'imputais aux analyses semblables à la mienne, coupables de liquider après une lecture superficielle les résultats des litiges analogues, et de se limiter à une analyse textuelle des œuvres. Le recours à la contextualisation, à l'archive, permet au contraire de mieux saisir le complexe rapport entre la formalisation des œuvres d'imprimerie et l'agir concret des parties adverses.

  • 26  Si reconnaître la valeur des communautés signifie simplement enquêter sur leurs rapports avec le p (...)

26La conscience de la complexité des dynamiques externes – dans les rapports avec le « pouvoir central » – et internes – l'importance limitée de la valeur heuristique du concept « communauté » – confirmaient l'urgence d'une fréquentation de l’archive, ou mieux des archives26.

  • 27  La documentation d’archives conserve énormément de matériel documentaire sur les discussions des a (...)

Cela m’a porté à croiser l’analyse interne des textes avec la très riche série des documents qui démontrent l’activité des protagonistes de cette querelle27. L'analyse des rapports de pouvoir entre capitale et villes du domaine démontre une négociation continuée des termes du rapport de sujétion, qui passe constamment à travers la réflexion historiographique et la presse-écrite. Par exemple, ce rapport change essentiellement avec l'impression des textes, et la rupture imposée par les argumentations proposées dans les oeuvres en faveur de Sanremo de l'avocat placentin Nicoli trouve aussi sa place dans la rhétorique qui vient de la documentation administrative. La discussion selon des formes déterminées crée une conscience plus directe de l’autonomie ou, plus prudemment, de l' » immunité ». Celle-ci est revendiquée dans les actes officiels avec des termes nouveaux, après que ces termes ont été approuvés par les oeuvres. Dans ce sens, le langage du droit naturel – les alliances inégales, la fiscalité non liée à sujétion – devient aussi un instrument de revendication. Ceci souligne une complexité qui peut difficilement se résoudre dans l'idée de « résistance » à une « forme-État » en expansion.

27La documentation fournit aussi des informations intéressantes sur la modalité de la négociation des formes du litige, et que met en évidence l'aspect du procès, et du choix. Elle illustre en outre les ruptures qui caractérisent la généalogie des représentations du rapport entre Sanremo et Gênes.

28Cet aspect, que l’on peut saisir avec précision à travers la lecture du processus de création des textes – en définitive dans l'action –, a permis de proposer des suggestions pour comprendre dans une optique différente de l’optique institutionnelle la communauté de Sanremo et ses rapports avec Gênes. Les informations que cette reconstruction offre compliquent en effet un tableau que la simple analyse textuelle des œuvres d'imprimerie laissait à l'arrière-plan, sinon tout à fait hors du domaine d’analyse. Les références à la gestion d'un litige et à sa construction sont aussi négociées au sein de la communauté. L’analyse de la documentation de la communauté (mais la même chose se passe pour la partie « génoise ») permet ainsi de percevoir chaque phase de la rédaction des œuvres : dans les séances du conseil et dans la correspondance des représentants de Sanremo avec leur avocat, on retrouve les conseils et les choix pour la compilation de chaque étape des mémoires. Ces sont des discussions qui reflètent aussi les problèmes internes des parties en cause. Par exemple, simultanément à la rupture avec Gênes on assistera à une contradiction interne sur les mécanismes de gestion de la communauté (divisée en partis et factions), qui se reflètera dans le langage des représentations utilisées. En 1731, juste quand Nicoli est occupé à la rédaction de sa deuxième œuvre, la faction plus fortement anti-génoise s’engage à fond au sein du Conseil pour que les écrits de l’avocat revendiquent avec force l’indépendance de la communauté de Gênes, et en même temps promeuvent un projet de reforme des magistratures, pour assigner un rôle plus important au Parlement de la communauté.

29De ce point de vue, la « description épaisse » propose une clef de lecture tout à fait stratégique, et met en évidence l'importance de certains interlocuteurs qui normalement restent en marge du débat politique et juridictionnel. La documentation d'archive montre les dynamiques du litige qui, d'un point de vue général, sont difficilement perceptibles. La langue savante du contentieux juridique provient d'une recherche réciproque de légitimation, qui passe à travers la définition d'une identité historique locale. Le processus est modelé sur une dynamique selon laquelle, plus la documentation s'enrichit (c'est-à-dire plus l’observateur s'approche) plus elle devient compliquée. Les rapports entre centre et périphérie indiquent ainsi des niveaux d'échelle non pas relatifs à la valeur, mais à l'observation ; ils montrent comment le sens du contentieux, la négociation sur le langage entre Gênes et Sanremo, peut être saisi exclusivement à un niveau documentaire locale.

  • 28  Il est presque inutile de confirmer le rôle essentiel que la caractérisation du passé a dans cette (...)

30Par conséquent le bilan de cette opération semble largement positif. Si la validité de certaines affirmations, émergeant de l'analyse simplement « formelle » des œuvres, reste valable, la contextualisation de la recherche a sans doute permis d'approfondir des intuitions simplement suggérées par des références textuelles, quand elle n'a pas complètement mis en évidence des aspects autrement peu appréciables. Pour l’exemplifier brièvement, je confirme l'importance absolue des indications sur les dynamiques internes à la communauté de Sanremo, comme élément original, qui émerge en rapport à l'analyse des œuvres. Ressort évidemment le lien étroit, presque la superposition, entre les intentions de qui décrit la communauté (l'avocat) et les actions de qui agit pour la définir (l'administrateur), et par conséquent l'idée de communauté en tant que institution « configurée », « réitérée »28.

31Pour répondre à ma question sur ce que furent les contextes d'un litige juridique-historique j'ai justement essayé de me déplacer à l'intérieur de ces archives qui conservent le matériel documentaire sur le quel se fondait la controverse – les pièces justificatives, les documents – et qui en aurait gardé les résultats – les dossiers des magistratures qui s'occupaient du litige, la correspondance des avocats, les réactions à la publication des œuvres. Pour cette raison j'ai reconstruit un bref tableau de la géographie et de la structure des sources, pour démontrer le lien direct entre pratique du litige et conservation documentaire.

  • 29  Le danger constant est celui d’assimiler inconsciemment la « rhétorique » des ordonnateurs d’archi (...)

32Même les vicissitudes de l'archive de Sanremo, sa consistance et sa commande, et la connexion entre la forme de certains fonds et les occasions, plus où moins traumatiques, de définition juridictionnelle avec Gênes, montrent combien le lieu archive est lui même une forme construite qui dépend du procès de représentation de la communauté (et invite de ce fait à un approche stratigraphique des ressources documentaires). L'observation générale est que autour des textes, des litiges et des revendications ont, d’une certaine manière, été construits les archives. L'optique de sélection du matériel documentaire qui transparaît de l'analyse de la procédure des écrivains des œuvres étudiées, mais aussi la constatation de la manière dont le litige même devient matériel d'archive et se transforme en un précédent – administratif, juridique et argumentatif – comme auparavant le sont devenus litiges, oppositions et discussion analogues, m'a permis de comprendre l'archive non pas comme un conteneur « aseptisé » ou neutre, mais comme un lieu qui donne un sens aux institutions, à travers des « sédimentations » qui sont des renouvellements et des relectures. Le lieu des archives se confirme être un conteneur de prérogatives : fascicules et liasses sont comme des pages d'un livre de litige. Tout ceci m'imposait de considérer un lien étroit entre pratique de la juridiction et conservation documentaire : le litige construit le matériel archivistique et l'organise ; mais en même temps la documentation est un instrument de revendication29.

33En citant un des aspects qui ont été corrigés ou ramenés à de justes proportions par la mise en contexte des œuvres, je pense à l’insistance que l’on trouve dans les œuvres sur les problèmes liés à la supériorité impériale sur la République, qui préoccupe beaucoup plus au niveau de la presse écrite que politique le gouvernement de la République dans la première phase du débat. Le néo-gibelinisme (neo-ghibellinismo), au moins dans les Années Trente génoises, semble être le patrimoine de très peu de sujets. Les œuvres de la même époque racontent, plus qu'une réalité, un projet qui prend sa vigueur plus tard, à partir de 1753, et qui entraînera aussi une invention du passé, récent et lointain, destinée à influencer toute l'historiographie suivante.

La seconde polémique et sa dynamique historiographique

  • 30  Les œuvres qui revendiquent le plus fortement la supériorité impériale sur Gênes sont Christian Go (...)

34Les échecs du gouvernement génois des années 30 sont aggravés par les mauvaises conditions économiques de la Chambre de la République et s’aggravèrent du fait de certains problèmes particuliers, le premier d’entre eux étant la crise de Finale et la rébellion de la Corse, qui obligera par la suite la République à la cession de l’île à la France. À cela s’ajoutent des embarras à niveau international, spécialement à la suite à l’engagement de Gênes dans la guerre de la Succession d’Autriche, qui auront aussi importantes conséquences « médiatiques » : je pense en particulier aux oeuvres philo-impériales qui revendiquent la suprématie impériale sur la ville, ainsi que sur toute la République, et sont produites après la capitulation de Gênes devant les troupes autrichiennes en 174630.

35Même à Sanremo, après la crise des quatre gabelles, malgré la trêve apparente, ne cessent pas les tentatives pour promouvoir contre les prétentions de la République un état de tension permanente, enregistré avec crainte croissante des gouvernants génois. Des membres de la famille Sardi, qui a des liens étroits avec la cour impériale, sont reconnus par des officiers génois comme les principaux promoteurs des protestations de la communauté.

  • 31  Sur les jours du soulèvement voir, outre Calvini, La rivoluzione del 1753 a Sanremo, op. cit., v, (...)

36En 1753 la désincorporation du territoire de Sanremo de la « villa » de la Colla, qui fait appel au Sénat de Gênes pour promouvoir sa propre autonomie, cause un soulèvement aux effets beaucoup plus violents que les précédents. Les conséquences en sont l'occupation génoise de la communauté et l'imposition de réformes administratives et politiques, mais aussi un long contentieux envers certains exilés, avec d’importants problèmes non seulement internes, mais aussi internationaux31.

  • 32  La cour française s’est occupée longuement de l’affaire de Sanremo, en appui à la République : voi (...)
  • 33  Le 22 avril 1754 l’Empereur adresse un ordre officiel (rescritto cesareo) à Gênes, pour qu’elle re (...)
  • 34  Sur la relation entre la République de Gênes et l’Empire à l’âge moderne voir Schnettger, Principe (...)

37Le nouveau contentieux verra impliquées non seulement Gênes et Sanremo, mais aussi les cours des principales puissances européennes32. Le Conseil Aulique impérial et plus tard la Diète même se rendent garants et protecteurs de la « libre ville impériale » de Sanremo33. L'attention de l'empereur même, la participation de quelques fonctionnaires et intellectuels de l'entourage impérial – et en réponse celle de certains historiens érudits et juristes génois – produira de nouvelles écritures, liées cette fois-ci à une plus forte politique générale de revendication de la supériorité impériale sur toute la République34.

  • 35  J’ai reconstitué cette opération avec toutes les questions qu’elle pose, et dont je donne ici seul (...)
  • 36  Selon un même dessein, on produit des avis où la querelle sur les gabelles des années 30 est relue (...)

38Les conséquences sont très importantes du point de vue historiographique. Cette nouvelle opposition entre Gênes et Sanremo sera l'occasion d'une autre production historique-juridique. Plus encore, dans cette deuxième situation, la reconstruction du contexte de production des oeuvres, a ajouté des éléments importants à l'analyse. Elle a fourni, par exemple, les éléments fondamentaux pour reconstruire les dynamiques à travers lesquelles le Consul impérial Gio Batta Sardi pousse, depuis sa résidence de Vienne, pour une relecture du passé de Sanremo, et de ses rapports avec Gênes, en faveur de l'Empire. À partir de certains références d'archive il est en effet possible de saisir clairement les moments et les façons par lesquels cette « imperialité » de Sanremo est inventée et construite, et comment du côté gênois on s'oppose à cette lecture du passé35. C’est justement Sardi qui se préoccupe du fait que l’appel signé par les insurgés dans les jours du soulèvement, qui formulait une « dévouement » à la maison Savoie, soit ensuite proposé déjà comme un premier recours à l’Empire, par son vicaire en Italie (les Savoie précisément). Et c’est encore le consul de Sanremo qui s’implique afin que la lecture des frictions précédents avec la République soit insérée dans un dessein précis d’autonomie lié à la présumée supériorité impériale sur la communauté. Les traces de la conséquence de cette intervention sont nombreuses : notons parmi celles-ci les interrogations qui, après 1753, partent du conseil d’Italie de Vienne pour repérer à Milan le matériel prouvant l’arbitrage des magistratures impériales dès 1729 – intervention qui n’a jamais eu lieu, et dont, bien sûr, on ne trouve nulle trace des problèmes qu’elle poserait36.

  • 37  Gazzetta di Cologna con privileggio di S. M. Imperiale del martedi 7. Agosto MDCCLIII, in Nizza ne (...)

39La première réponse médiatique à niveau international à l'occupation de la ville se trouve dans les mois suivants, dans différents articles de journaux qui rapportent la nouvelle du soulèvement, et qui semblent déjà informés et inspirés par ceux qui promouvront dans les années à suivre un nouveau et long contentieux juridique et médiatique avec Gênes. Dans la Gazzetta di Cologna du 7 août 1753 on affirme que Sanremo « si è sempre governata da lei stessa dopo sette secoli, quantunque la medesima abbi avuto delle convenzioni che sono state tollerate dalli Imperatori ». Dans ce passage et dans les articles similaires la tentative de construire, ou plutôt d’inventer, un passé avec un ton impérial et anti-génois est évidente. Ce sont des opérations qui suivent un dessein politique précis, celui de chercher dans l’Empire un référent qui appuie les revendications du groupe des insurgés en faisant référence au consul Sardi. Même la révolte précédente de 1729 est déjà située dans une généalogie qui l’introduit dans un parcours unitaire, celui de la liberté de Sanremo : en cette occasion, on soutient que « la Repubblica tentò di spogliare la Città della sua superiorità, e volle arrogarsi la sovranità, che non appartiene che all'Imperatore, ed all'Impero »37.

  • 38  Sur Senckenberg voir Barbara Dölemeyer, « Heinrich Christian Senckenberg - Frankfurter Jurist und (...)

40En complément à ces initiatives, on a une publication d’œuvres imprimées à l’appui de ces affirmations. La publication des écrits en faveur de Sanremo voit s’engager le conseiller aulique impérial Heinrich Christian von Senckenberg (Essais sur les demelez de la République de Gênes et de l’Etat impérial de S. Remo, à Basle en Suisse, aux depens de la Compagnie, 1755), l’avocat turinois Eliseo Cerruti (In difesa della Magnifica Università di San Remo, contro la sentenza del Serenissimo Senato di Genova, 1755) et le juriste, fonctionnaire du gouvernement savoyard Carlo Ignazio Montagnini (Mémoires touchant la supériorité impériale sur les villes de Gênes et de San Remo ainsi que sur toute la Ligurie, 1768) : le premier et le troisième sont des personnes avec lesquelles Sardi a des liens directs38.

  • 39  Le manuscrit Annali del castello di Sanremo, conservé en BCB, m.r. IV-4-18 est confié au Poch dès (...)
  • 40  L’affirmation est de Tommaso Casoni, qui en 1771 est chargé d’une nouvelle réponse aux œuvres en f (...)

41Le gouvernement génois, probablement conscient depuis le début que l'action violente de ses troupes aurait provoqué une nouvelle polémique médiatique, confie déjà à partir de la fin juin 1753 à l'abbé Bernardo Poch de Sarzana la rédaction d’un manuscrit sur l’histoire des rapports entre les deux villes39. Ce sera la première d’une très longue série de manuscrits : mais chaque fois on retrouvera des difficultés, et le gouvernement de la République, après avoir financé la rédaction dans certains cas sans regarder à la dépense, ne promouvra pas l’impression d’un de ces manuscrits, en estimant « più addattato alle Publiche Convenienze il non dare risposta alcuna a' detti libri »40.

42L'effet des nouveaux écrits anti-génois, comme on l’a déjà dit, est que les émeutes du 1729 deviennent le prélude idéal, dans les lectures historiographique immédiates, des émeutes suivantes. En plus, les résultats d'archive même ont idéalement lié ces deux étapes. La date de 1753, dans en certain sens, est devenue la clef de lecture de l'histoire politique de Sanremo, le symbole de son histoire.

43Le problème des droits impériaux ce n’est pas nouveau. La comparaison des œuvres d'imprimerie dans les Années Trente rend évidente l'impasse face à laquelle se trouvent les raisonnements génois – et c'est encore plus évident dans les papiers d'archive relatifs à l'instruction du procès, qui montrent des coïncidences gênantes entre les thèses qui prétendent démontrer la dépendance de Sanremo et celles analogues qui voudraient voir la République sujette de l'empire. Pour ce type de problème le gouvernement génois n’a presque jamais encouragé la publication d'œuvres relatives à l'histoire de ses droits sur les « rivières », et au contraire il était attentif à contrôler le silence forcé des publicistes génois qui caractérisera toute la seconde moitie du siècle.

44Finalement les résultats de cette historiographie, c’est-à-dire son accueil, démontrent à quel point ce type de reconstruction, fonctionnelle, du passé a caractérisé de manière plus ou moins directe l'historiographie successive. Suite à cette production s'est vérifiée une véritable chaîne de références et de légitimations (une « chaîne bibliographique ») qui a permis que des reconstructions déformées, sinon entièrement inventées, trouvent du terrain fertile dans l'historiographie locale. Le problème de la présumée « imperialité » de la ville de Sanremo, est ainsi devenu un point final des reconstructions du passé de Sanremo, à partir du xixe siècle jusqu'à aujourd'hui.

  • 41  Le livre de référence sur la histoire de la ville, au moins jusqu’à l’œuvre sur la « révolution » (...)

45Il suffit de penser que certaines chronologies et certaines interprétations canonisées de l'histoire des rapports entre les deux villes (par exemple la conduite anti-génoise, la relecture du passé dans le sens de l’autonomie, et une certaine division en périodes qui voit dans les soulèvements contre Gênes les scansions chronologiques capitales de l’histoire de la communauté), restent encore dans l’historiographie contemporaine celles là-mêmes proposés dans les œuvres polémiques du xviiie siècle, reprises et relues au siècle suivant par l’historiographie municipale du xixe siècle, et souvent utilisées encore de nos jours comme références « datées » mais « irremplaçables »41.

  • 42  Voir par exemple Karl Ottmar von Aretin, « L’ordinamento feudale in Italia nel xvi e xvii secolo e (...)
  • 43  Dans l’œuvre à laquelle encore aujourd’hui on fait le plus communément référence pour une synthèse (...)
  • 44  En 1815, suite au Congrès de Vienne, la ville de Sanremo, avec tout le territoire de la République (...)

46La question de Sanremo a aussi été traitée par l’historiographie plus récente sur l’Empire à l’âge moderne comme un cas emblématique de la nouvelle politique de la cour viennoise, souvent sans la conscience qu’il s’agissait d’une revendication complètement instrumentale (et substantiellement inventée), et au contraire avec la conviction que Sanremo a compté parmi les fiefs et les villes italiens historiquement liés à l’Empire42. À cela il faut ajouter que les livres produits pour la querelle – celle de Sanremo, et d’autres similaires – sont souvent amplement utilisés dans les résumés les plus connus de l’histoire de l’Empire en Italie, parce qu’ils contiennent l’édition de documents anciens, et que ce sont pratiquement les seules œuvres éditées relatives au rapport entre l’Italie et les institutions impériales43. En outre, la distorsion du passé a aussi trouvé un miroir fidèle dans la « pratique » des gouvernements successifs à la suite du litige avec Gênes. On en trouve un exemple dans des appels du conseil communal à des résolutions césariennes jamais appliquées, soutenues au xixe siècle, quand désormais la communauté fait partie du Royaume de Sardaigne44.

Conclusion

  • 45  Voir Anthony Grafton, Forgers and Critics. Creativity and Duplicity in Western Scolarship, Princet (...)

47Les cas comme celui de Sanremo sont très nombreux. Ils montrent que la redéfinition juridictionnelle passe à travers une œuvre de recherche, de critique historique et de discussion autour des principes juridiques. Cette production historiographique massive contemporaine et strictement reliée – dans le domaine d'étude, comme chez les personnes qui les ont fréquenté – à la naissance de l'érudition ecclésiastique, développe de façon systématique pendant ces années un nouveau modèle de documentation du passé, et présente une caractéristique particulière : une union entre l'histoire et le droit qui impose une attention décisive à la production des preuves45.

48Mais les textes produits ont reçu peu d'attention. L'historiographie idéaliste a par exemple cherché ailleurs la généalogie de l'histoire de l'historiographie, dans la séparation du droit et dans le développement de l’historiographie « civile » ou universelle. La même historiographie juridique a montré une attention majeure aux problèmes de la codification, ou dans le domaine local, à l'étude des législations statutaires. Pourtant, la controverse est une caractéristique pratiquement constante de la recherche historique, au-delà des domaines dans lesquels elle est explicitement développée.

49Un autre motif qui a déterminé le peu d'intérêt pour d’autres cas analogues à ceux-ci est que le paradigme de l'État, et la recherche des traces de sa formation ont longtemps laissé aux marges de la reconstruction historiographique des objets que n'entraient pas dans ce parcours. Parmi eux, on compte les raisons desdites « périphéries », et leurs revendications. Le statut incertain de ces réalités politiques (par exemples, de ces nombreux « vrais » fiefs impériaux italiens, souvent très petits, qui survécurent jusqu’à la chute de l’Ancien Régime) en a marqué longuement le destin, en contribuant à leur malchance académique. Aujourd’hui par contre l’intérêt envers de telles entités politiques semble augmenter, et même dans l’histoire du droit l’attention semble se mouvoir avec conviction envers l’étude de certaines pratiques et savoirs juridiques auparavant considérés comme résiduels.

  • 46  Voir les observations de S. Bertelli, Ribelli, libertini e ortodossi nella storiografia barocca, F (...)

50De ce fait, c’est peut-être aussi le moment pour l’histoire de l’historiographie de retrouver l’importance de ces formes de reconstruction historique locale, et surtout leurs implications dans la pratique de la politique et de la juridiction. Ce n’est pas un hasard que l’historiographie locale a fait longuement l’objet de débats tout au long de l’Ancien Régime46, et que à telle production a été souvent niée la dignité même d’œuvre historique – une délégitimation qu’on ne peut pas penser n’avoir pas eu des implications politiques et juridictionnelles.

  • 47  Voir S. Cerrutti et G. Pomata dir., Fatti : storia dell’evidenza empirica, Quaderni Storici, n° 10 (...)

51Ce sont justement les protagonistes mêmes de ces vicissitudes qui ont mis en évidence le lien étroit entre écriture, transcription et action, perceptible dans leurs mots, dans la hâte avec laquelle ils se préoccupent de répondre à tout acte et à chaque livre avec une action analogue et contraire (en reconnaissant par exemple à la publication d'une œuvre une valeur particulière, presque de preuve juridique). Le document, la source, ainsi que l'œuvre historique-juridique constituent autant d'actions, de « faits juridictionnels », et en tant que tels sont acceptés par les parties47.

  • 48  Sardi, dans les différentes rédactions de son testament, souhaite l’institution d’une bibliothèque (...)

52Les deux phases de ce conflit du xviiie siècle le démontrent. À titre d’exemple, la stratégie de Gio Batta Sardi, qui non seulement promeut la publication des œuvres, mais en même temps vise à obtenir des attestations officielles de la part des tribunaux et des magistratures impériales, toujours attentifs à faire insérer des références aux faits qui sont réinterprétés (sinon construits) de façon fonctionnelle pour servir de précises revendications politiques48.

53Ces considérations renvoient à l'importance de la définition des contextes de production des sources historiques. De mon côté, j'ai cherché à faire une opération d’hyper-contextualisation (ou hyper-localisation) de certaines œuvres historiographiques, avec la conviction que cela me permettrait de mieux comprendre les stratégies sous-tendant leur compilation. Comme je l’ai déjà dit, le choix a été arbitraire. Il n'y a pas de doute par exemple qu’une contextualisation complètement différente serait aussi utile (sinon plus), à travers une comparaison des textes analysés en rapport à d'autres textes analogues, mais de provenance géographique différente (une contextualisation typologique). Ce choix renvoie à la question, qui fait aussi partie des thèmes spécifiques du séminaire du G.R.I.H.L., de savoir quelles sont les façons de localiser (ou contextualiser) un écrit. Cela renvoie en même temps au problème de la généralisation, et de la dignité de la catégorie ou du concept (historique et juridique) de « local ».

Haut de page

Notes

1  Cette littérature est souvent ignorée ou sous-estimée par l’histoire de l’historiographie, mais on trouve de nombreuses et intéressantes références dans les essais qui reconstruisent quelques-uns de ces contentieux : à titre d’exemple, voir, outre les études citées plus loin, Mario Benvenuti, « L’erudizione al servizio della politica : la polemica per la successione in Toscana », Nuova Rivista Storica, XLII, 1958, III, p. 484-506 ; D. Frigo, « Impero, diritto feudale e ‘ragion di Stato’ : la fine del Ducato di Mantova (1701-1708) », Cheiron, 11, 1994, n° 21, p. 55-84 ; Gian Paolo Romagnani, « Sotto la bandiera dell’istoria ». Eruditi e uomini di lettere nell’Italia del Settecento : Maffei, Muratori, Tartarotti, Vérone, Cierre, 1999 ; Vittorio Tigrino, « Prescindendo dal diritto… con amichevole soddisfazione. Il contenzioso storico-giuridico sul lago di Garda tra Repubblica di Venezia e Impero nel xviii secolo », Studi Veneziani, n° 49, 2005, p. 171-190.

2  Un exemple daté mais très important d’étude sur une « bellum diplomaticum » du xviiie siècle, c’est celui relatif à l’engagement de Ludovico Antonio Muratori dans la cause de Comacchio : voir Sergio Bertelli, Erudizione e storia in Ludovico Antonio Muratori, Naples, Istituto Italiano per gli Studi Storici, 1960. Voir aussi les observations de Arnaldo Momigliano, Le radici classiche della storiografia moderna, Florence, Sansoni, 1992 et du même auteur Sui fondamenti della storia antica, Turin, Einaudi, 1984.

3  Dans cet essai je présente seulement les principaux points d’une recherche qui fait l’objet d’un livre en cours de rédaction. J’ai aussi traité ce sujet dans Vittorio Tigrino, « Castelli di carte. Giurisdizione e storia locale nel Settecento in una disputa fra Sanremo e Genova (1729-35) », Quaderni Storici, 101, 1999, p. 475-506.

4  Le Domaine génois correspond, au xviiie siècle, à une part de l’actuel Ligurie, et à certaines zones des Apennins qui font actuellement partie du Piémont. Il est contrôlé par le gouvernement génois de manière hétérogène : un levant lié aux vicissitudes de la capitale, et un ponant riche, discontinu au niveau territorial pour la présence des possessions étrangères, constellé de communautés « conventionnées » et diversement réglées dans leurs rapports avec le centre. Les prérogatives de Gênes sur le territoire concernent la justice criminelle (et donc la répression du banditisme, endémique en de nombreuses zones du Domaine), les garnisons militaires, et le recouvrement contesté de certaines gabelles. Le prélèvement est diversifié, et contracté localement : l’imposition se fait sur une base communautaire, et ce sont les organismes locaux qui s’occupent de la répartition des charges. Justement dans la gestion des impôts est fort le rôle de le « Banco di San Giorgio », banque privée génoise à l’histoire séculaire. Voir Storia di Genova. Mediterraneo, Europa, Atlantico, éd. D. Puncuh, Gênes, Società Ligure di Storia Patria, 2003 ; Edoardo Grendi, Il Cervo e la Repubblica. Il modello ligure di antico regime, Turin, Einaudi, 1993 ; Giovanni Assereto, « Dall’amministrazione patrizia all’amministrazione moderna : Genova », L’amministrazione nella storia moderna, Varèse, 1985 ; Edoardo Grendi, Introduzione allo studio della storia moderna della Repubblica di Genova, Gênes, Bozzi, 1976 ; Carlo Bitossi, « La Repubblica è vecchia ». Patriziato e governo a Genova nel secondo Settecento, Rome, Istituto per la storia moderna e contemporanea, 1995 ; Claudio Costantini, La Repubblica di Genova nell’età moderna, Turin, UTET, 1978. Sur la politique du Banco di San Giorgio par rapport au gouvernement génois voir aussi Luigi Bulferetti et Claudio Costantini, Industria e commercio in Liguria nell’età del Risorgimento, Milan, 1965. La nature des ces rapports entre capitale et domaine renvoie naturellement au débat plus général sur l’histoire de l’« État » et de ses articulations dans l’Ancien Régime européen, auquel on fait seulement ici quelques allusions (j’ai présenté quelques observations sur le cas de la République de Gênes au cours du congrès « Statebuilding from below : Europe 1300-1900 », Ascona (CH), 8-11 Septembre 2005 : Vittorio Tigrino, « Costruzione dello Stato dai margini. I rapporti tra la Repubblica di Genova ed il suo Dominio nel xviii secolo »).

5  Sanremo est un centre qui augmente constamment son importance, sanctionnée en 1652 avec la création d’un commissariat général avec son siège sur lieu. Le contrôle de la milice et des châteaux est local, comme la gestion économique et fiscale, qui comporte le contrôle du riche commerce des citrons, des cédrats et de l’huile et des eaux pour l’irrigation, en plus de la gestion des adjudications des gabelles. Par contre le Parlement a la compétence pour la réforme des statuts locaux d’origine médiévale, qui réglementent la justice, sur la quelle le commissaire génois a un rôle marginal, si on excepte le droit du sang pour les causes capitales. Ansaldo Grimaldi, commissaire spécial qui sera envoyé calmer la turbulence du 1729, commente : « è popolo che si governa da sé » Voir Tigrino « Castelli di carte », op. cit. ; Nilo Calvini, Pagine di storia sanremasca, Sanremo, Casabianca, 1978 ; Nilo Calvini, La Rivoluzione del 1753 a Sanremo, Bordighera, Istituto Internazionale di Studi Liguri, 1953, 2 ; Massimo Bartoletti et Nadia Pazzini Paglieri, Sanremo, Gênes, Sagep, 1995. Sur la période médiévale voir Romeo Pavoni, « Sanremo : da curtis a signoria feudale », Intemelion, 4, 1998, p. 7-59 ; Luca Tosin, Sanremo medievale : il periodo vescovile, Arma di Taggia, Tipolitografia San Giuseppe, 2001.

6  La constante définition de ce rapport tout au long des siècles laisse des traces documentaires consistantes. Les rapports avec Sanremo, par exemple, composent déjà une sorte de dossier (datable entre la fin du xve siècle et le début du siècle suivant) à l’intérieur des « Libri Iurium » de la Commune médiévale génoise. L’ancien Castrum Sancti Romuli, que seulement plus tard prendra l’actuel nom de Sanremo, c’est depuis la fin du xe siècle propriété des évêques de Gênes. En 1297, on en vient aux seigneurs génois Doria et Mari, qui acquièrent sur le sujet des droits une raison de controverse avec l’universitas de Sanremo. Il sera acquis par la Commune génoise au cours du xive siècle. La communauté revendique une substantielle autonomie fiscale, et en 1361 et en 1385 deux jugements sont rendus sur la question, qui deviennent la base des discussions des siècles suivants : Sanremo est jugé exonéré des nouveaux impôts des gabelles de la part de Gênes, mais reconnaît la souveraineté génoise et s’engage au paiement des frais militaires. À ces jugements font suite de nouveaux accords fiscaux (Convegni) qui garantissent un accès aux caisses de la République, et permettent à la communauté de conserver l’autonomie dans la gestion des gabelles. Au xviie siècle les rapports avec la capitale sont redéfinis par une série d’accords. Le bourg est riche des trafics avec les navires étrangers et à partir du 1637 est exonéré du devoir de faire escale à Gênes pour ses commerces.

7  Les quatre représentants de Sanremo sont constamment en contact avec le conseil de la communauté, qui suggère les principaux points de la discussion, et fournit la documentation archivistique et les textes légaux nécessaires pour soutenir le contentieux. Le maire de la Chambre aussi fait un travail analogue. Comme une note suivante le rappelle, il faisait « diligentissima perquisizione delle scritture antiche si nelli archivij tanto palesi, che segreti di VV. SS. Serenissime, che del capitolo di S.Lorenzo [siège de la cathédrale de Gênes], e aver anche dovuto correre diverse Librerie di Religiosi Claustrali, affine di rintracciare e riconoscere… quei libri, de’ quali egli non era provisto, né si ritrovavano nelle librerie legali de’ Particolari ». Des mots du Maire émerge constamment la difficulté de « potersi provvedere di quei libri che trattano del Gius Feudale, e del Gius Pubblico, e de quali manca la città » (ASG, Camera 418).

8  Sur Nicoli voir L. Mensi, Dizionario biografico piacentino, Plaisance, 1899 ; Nilo Calvini, « L’opera giuridica degli avvocati piacentini Nicoli e Scribani-Rossi a favore di Sanremo contro Genova », Bollettino storico piacentino, LIII, f. 1-2, 1958, p. 1-8.

9  Ragioni della Magnifica Università di San Remo contro l’Eccellentissima Camera rappresentate alla Ser. Repubblica di Genova, nella Stamperia nuova di Filippo Giuseppe Giacopazzi, Plaisance (Piacenza), 1730.

10  Memoriale del M. Sindico dell’Eccellentissima Camera. Nel quale inerendo à quanto è stato rappresentato in voce per parte della M. Communità di S.Remo, insta per la spedizione della Caosa. E questo Memoriale si è dato li 16. Marzo 1731. per motivo alla Communità per attenderne la risposta, s.i.

11  Risposta della Magnifica Università di San Remo al Memoriale del Magnifico Sindaco dell’ Eccellentissima Camera dato per motivo li 16 marzo 1731. Presentata al Serenissimo Senato della Serenissima Repubblica di Genova, nella Stamperia Capitolare di Filippo Giuseppe Giacopazzi, Plaisance (Piacenza), 1731. à l’œuvre suit une annexe de 61 pages, dans laquelle tous les documents pris en considération dans la controverse sont réunis, du compromis du 1199, jusque aux plus récents du xviiie siècle : Documenti concernenti la causa delle quattro gabelle vertente tra l’Eccellentissima Camera della Ser.ma Repubblica di Genova, e la Mag.ca Comunità di San Remo, dans la Stamperia di Filippo Giuseppe Giacopazzi, Plaisance (Piacenza), 1731.

12  Dans le Mémorial l’auteur fait des allusions évidentes à une prétendue sujétion de Sanremo à l’égard de la Commune de Gênes même avant l’acquisition de la juridiction sur le lieu, au xive siècle : « Anche quando le ragioni dell’Eccellentissima Camera dovessero considerarsi entro i limiti della compra, che la Repubblica Serenissima fece de’ dritti, che aveva l’Arcivescovo di Genova sopra S.Remo, chiamato Villa Matuziana prima, che i Saracini incendiassero, e saccheggiassero quella Riviera, fu circa il decimo Secolo fabbricato, e chiamato S.Romolo da’ Genovesi, e poi l’anno 1130. vi costrussero anche la Torre, & obbligorono quel Popolo, e que’ di Bajardo, e di Poipino, e li Conti di Vintimiglia a venir a giurar fedeltà a San Siro, & al Popolo genovese in perpetuo ; è bastevolmente chiaro il gius, & il possesso, che s’impugna da que’ di San Remo, mentre dall’Instrumento di vendita, che fece di detto Luogo, e dritti, che a lui competevano, il suddetto Arcivescovo, risulta il gius del Territorio, la plenaria giurisdizione, mero, e misto impero, con l’espressione di alcuni dritti, che con li mentovati nella concessione fatta a Certuni dall’Arcivescovo li 10. Giugno 1156, comprovano li altri contenuti nella clausola generale, competunt, & competere possunt ». Le morceau est rapporté aussi aux pages 4-5 de l’œuvre de Nicoli.

13 En ces années-là Gatti est déjà actif pour le gouvernement de la République dans le traitement de certaines importantes plaintes, parmi lesquelles celle qui concerne l’acquisition contestée du Marchesato de Finale ; il est aussi conseiller pour les Comités du gouvernement de la République. Sur sa formation juridique et sur sa carrière précédente voir Ettore Dezza, « Antonio Gatti e la riscoperta della dimensione umanistica della giurisprudenza all’inizio del secolo dei lumi », en cours d’impression dans un volume en honneur de Luigi Berlinguer ; Corrado Pecorella, Studi sul Settecento giuridico. I. L. A. Muratori e i difetti della giurisprudenza, Milan, Giuffrè, 1964.

14  « E’ posto S.Remo nella suddetta Riviera occidentale di Genova, poco lungi da Vintimiglia [...] Tale però non fu sempre, poichè in quel sito eravi una Villa detta Matuziana Eccles. Genuens. in Lect. Offic. S.Romuli [...], poscia distrutta da Saraceni [...], come con l’autorità d’una contemporanea relazione della Traslazione del Corpo di S.Romolo (cui massime in diffetto d’altro più autorevole testimonio si deve credere) racconta Ferdinando Ughelli […]. Laonde appare che fin d’allora il supremo Dominio di quel Territorio era de Genovesi. Altrimenti come potevano essi col loro Vescovo portarsi con tanta solennità alla Villa Matuziana, levare il Corpo del Santo, e trasferirlo à Genova » (p. 6-7).

15  « Due erano negli antichissimi Secoli le Città principali della Riviera di Genova verso Ponente Albenga,e Vintimiglia. Così leggiamo in Tolomeo [...] In Plinio [...] Et in Strabone [...] Non frammezzando dunque altri Popoli à queste due Città, deve dirsi necessariamente, che tutto il Territorio intermedio fosse di loro Dominio, e poi di chi lo ebbe da loro » (p. 6).

16  Gatti accuse l’adversaire d’avoir soutenu que puisse « rivolgersi il Popolo di S.Remo contra il suo legitimo Principe » en faisant référence à « notissimi Eretici, che sostenevano potere i Popoli aggravati dal Principe legitimo ribellarsi contro di Lui » (Disertazione, p. 52). Nicoli répondra ironiquement en précisant que parmi les hérétiques on devra donc énumérer aussi Grotius et Pufendorf, qui sont les auteurs les plus cités par les deux avocats.

17  Confutazione della dissertazione del signor Michele Anastasio circa il sommo Impero, e libertà di San Remo fatta dal signor avvocato Nicoli di Piacenza in difesa della di lui Scrittura intitolata Ragioni della M. Università di San Remo, nella Stamperia Vescovile di Filippo G. Giacopazzi, Plaisance (Piacenza), 1733. Les documents sont dans un dossier de 16 pages joint au volume, Documenti enunciati nella presente Confutazione di Michele Anastasio, non prodotti, nè stampati prima nella seconda Scrittura del signor avvocato Nicoli, avec indications d’imprimerie identiques à l’œuvre principale.

18  L’œuvre est interdite à l’intérieur du Domaine génois, mais circule quand même.

19  Un « gravissimo errore commesso », dit l’introduction, « è quello d’eccitar quistioni de i titoli del Sacro Romano-Germanico Imperio sopra di Genova, e dello Stato suo, ove non solamente presume di potere con ragione mostrare, che della sua Libertà nei più vicini tempi privilegiata non fosse, nè questa fosse alcuna volta mitigata, nè estinta, nè tolta via ; ma quel che più importa d’arrogervi presume, che questa medesima libertà sia per ogni modo, e in ogni tempo eziamdio antichissima stata sempre pura, e senza macchia di suggezione, o dipendenza dall’Imperial Giurisdizione ». L’autre « è di divertire nella Dissertazione senza necessità veruna, e senza decreto delle anfizioni a’ tempi remoti, e tenebrosi, non solamente, ma ancora a’ luoghi di Storia quando similmente oscuri, e intricati, e quando falsi, e ripugnanti », p. IX-X.

20  Les mêmes renvois à la Confutazione du Nicoli sont tous rapportés à ces pages (de la 3 à la 209) comprises dans la première partie, où l’analyse arrive jusqu’à la vente du 1297 ; une seule exception avec une référence aux pages suivantes, du reste relatives à la question des « mansi servili » au temps de la possession des archevêques, du xiie siècle.

21  Le débat à propos des droits de l’Empire en Italie n’est pas nouveau pour les auteurs. Gatti et Nicoli sont étés engagés pendant les années précédentes dans des disputes à propos de cet argument. La chose singulière est que à cette époque ils se trouvaient à défendre des raisons opposées à celles du cas de Sanremo (Gatti dans la question des Langhe, Nicoli pour la supériorité sur Parme et Plaisance).

22  Parmi les nombreuses œuvres manuscrites qui concernent, et qui concerneront la question de Sanremo, il en existe une sans titre (datable en 1731 et souvent signalée comme Confutazioni delle ragioni di Sanremo), diffusée en plusieurs copies dans les archives et les bibliothèques génoises. L’auteur, Gian Battista Richieri, dénonce avec clarté le caractère périlleux du recours aux argumentations qui mettent en discussion la forme et les limites de la souveraineté génoise, et son rapport avec les droits impériaux sur la péninsule. Il n’est donc guère étonnant que son avis reste manuscrit, si on considère que l’auteur compte parmi les plus fermes partisans de la nécessité d’éviter n’importe quelle proclamation en ce qui concerne des questions si périlleuses, même au risque de supporter les critiques de ces « Magnifici » (nobles) qui voient dans le silence affecté du gouvernement de la République une forme de faiblesse. Cette œuvre est la première d’une longue série d’écrits qui, bien qu’encouragés aux frais du gouvernement, ne seront jamais imprimés et divulgués. L’écriture révèle l’impasse en face de laquelle sont les raisonnements génois : en privilégiant une lecture des doctrines du droit naturel en le sens de garantir la liberté et l’indépendance, comme dans la partie où on refuse la reconnaissance de sujétion à l’Empire, les mécanismes adoptés révèlent une analogie indéniable avec ceux des défenseurs de l’autonomie de Sanremo contre Gênes ; au contraire, dans la partie où on revendique le droit d’ingérence dans les affaires de la ville de la côte, en favorisant une interprétation des catégories juridiques en un sens qui privilègie la préservation des droits de supériorité sur les sujets, l’analogie est manifeste avec les thèses des traités qui revendiquent l’imprescriptibilité des droits impériaux sur la Ligurie.

23  Ici je me réfère aussi aux différents avis manuscrits sur la question, qui sont inclus dans les dossiers d’archives concernant la dispute, et aux rédactions provisoires des œuvres d’imprimerie, discutées par les magistratures qui les promeuvent.

24  Des considérations semblables à celles-ci sur l’augmentation d’importance de l’histoire dans des œuvres analogues sont proposées à propos de cas analogues et pratiquement contemporains, par Sergio Bertelli au sujet du litige de Comacchio qui implique Leibnitz et Muratori, et par Angelo Torre à propos de l’affrontement entre les feudataires impériales des Langhe et l’état de Savoie : voir Bertelli, Erudizione e storia in Ludovico Antonio Muratori, op. cit., Angelo Torre, « Del Carretto, Gerolamo Maria », dans Dizionario Biografico degli Italiani, XXXVI, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1988.

25  Dans ce sens, est revendiquée une grande importance de la pratique (« observation ») avec laquelle au fil du temps on se conforme aux actes qui règlent le rapport entre les deux villes : « L’osservanza susseguita, la quale serve meravigliosamente per far conoscere, quale sia stata l’intenzione del Compratore, e del Venditore, ed a che sia l’un verso dell’altro tenuto » (Risposta, p. 29).

26  Si reconnaître la valeur des communautés signifie simplement enquêter sur leurs rapports avec le pouvoir central, ou le développement de leur valeur pour des dirigeants de l’administration territoriale des « antichi Stati », le problème du manque de la plupart des informations provenant des témoignages documentaires est fort, jusqu’au point de déformer complètement ce que par contre les acteurs locaux connaissent bien, distinguent, et nous transmettent.

27  La documentation d’archives conserve énormément de matériel documentaire sur les discussions des avocats, sur la correspondance des avoués (ou procureurs) et des magistrats préposés à la pratique, pour une période qui va à peu près du 1729 au 1735, et ouvre d’intéressantes perspectives sur les modalités de commendite et de négociation des formes de la querelle de l’une e l’autre partie. Parmi les fonds ( ?) les plus considérables par rapport à ces affaires. Je signale ASG, Archivio Segreto, 309 ; SASS, s. I, f. 41 et f. 26. En outre j’ai effectué une reconnaissance plus générale pour reconstruire le fonctionnement du conseil, du parlement et des autres bureaux où est organisée l’administration de la communauté, et pour quantifier la prééminence – qui est presque absolue – de l’assemblée restreinte (Conseil) au détriment de celle élargie (Parlement). Dans ce cas aussi, le point de vue est celui de la querelle pour la redéfinition de ces prérogatives. C’est pourquoi il me semble que la tactique de l’analyse d’une « institution » a été confirmée – soit celle de la communauté entendue dans son rapport avec la ville dominante, ou analysée en ses déroulements internes – à partir des moments de rupture et de redéfinition de sa valeur. Voir Vittorio Tigrino, Anatomia di una lite. Forme e contesti di un conflitto di giurisdizione fra Sanremo e Genova, thèse, Université des études de Gênes, 1998-1999, à laquelle je renvoie pour les références à toute la documentation utilisée.

28  Il est presque inutile de confirmer le rôle essentiel que la caractérisation du passé a dans cette opération.

29  Le danger constant est celui d’assimiler inconsciemment la « rhétorique » des ordonnateurs d’archives, anciens et modernes : en ayant pour objet le dialogue entre deux institutions qui tirent d’une permanente redéfinition de leur rapport et de ses problèmes archivistiques la définition de leur fond, les cartes risquaient d’être opaques à des niveaux de lecture qui ne soient pas le rapport communauté/centre. Les formes grâce auxquelles ce rapport était concrètement représenté et reconstitué, sont une partie importante de la documentation conservée.

30  Les œuvres qui revendiquent le plus fortement la supériorité impériale sur Gênes sont Christian Gottlob Reinhardt, Genuensium libertatis non supremae iuris gentium, sed Caesari atque Imperio subordinatae brevis adumbratio. Accedunt nonnulli in bellum genuense excursus, Ienae, John. Christ. Kroeker, 1746 ; Johann Jacob. Reinhard, Diatriba de Jure Imperatoris& Imperii in Rempublicam Genuensem, Francofurti ad Moenum, Franz Varrentrapp, 1747 ; [Heinrich Christian von Senckenberg] Imperii Germanici Ius ac Possessio in Genua Ligustica eiusque ditionibus. A primis originibus usque huc repetita ac vindicata fide monimentorum tum impressorum, tum anedoctorum praecipue, quorum codicillus adiectus est. Additis tabulis aeneis ac indice, Coronides vice iunximus 1. Petri Baptistae Burgi, de Dominio Reipublicae Genuensis in Mari Ligustico, Tractatum ; 2. Anonymi Dissertationem de rescindendo Contractu Finariensi, cum vindiciis Iurium Imperii ; 3. Andreae De Andreis ejusdem argumenti libellum, Hanoverae, Erben Nicolaus Förster ubd Sohn, 1751. Voir E. Garms-Cormides, « Reichsitalien in der hasburgischen Publizistik des 18. Jahrhunderts », dans L’Impero e l’Italia nella prima età moderna, / Das Reich und Italien in der Frühen Neuzeit, éd. Matthias Schnettger e Marcello Verga, Bologne - Berlin, Il Mulino - Duncker & Humblot, 2006, p. 461-497 ; M. Schnettger, Principe sovrano oder civitas imperialis ? Die Republik Genua und das Alte Reich in der Frühen Neuzeit (1556-1797), Mainz, 2006. Sur l’occupation autrichienne de Gênes en 1746 voir en particulier Genova 1746 : una città di Antico Regime tra guerra e rivolta, éd. Carlo Bitossi et Claudio Paolocci, Gênes, 1998.

31  Sur les jours du soulèvement voir, outre Calvini, La rivoluzione del 1753 a Sanremo, op. cit., v, I, le manuscrit publié par A. Lanteri, « Nuovi elementi sulla rivoluzione sanremasca del 1753 », La Berio. Bollettino d’informazioni bibliografiche, XXX, 1990, n2-3, p. 3-26. Les problèmes croissants dans le domaine international, conséquence de ces faits, font de Sanremo « une seconde Corse » (la définition, qui met en parallèle le cas de Sanremo avec celui très grave à niveau international de la Corse, est d’un aristocrate génois à l’intérieur du Minor Consiglio, en février 1767 : voir C. Costantini, La Repubblica di Genova, op. cit., p. 440.

32  La cour française s’est occupée longuement de l’affaire de Sanremo, en appui à la République : voir S. Caillieret, L’Affaire de San Remo, un épisode méconnu des relations diplomatiques entre la France et la cour de Vienne (1753-1772), Mémoire de maîtrise, Université d’Angers, 1999 (déjà Derek E. D. Beales, Joseph II, I, In the shadow of Maria Theresa 1741-1780, Cambridge – New York – Melbourne, 1987, signalait l’importance de la documentation française sur ce débat). Les diplomates français semblent initialement plutôt incrédules envers les raisons très reculées auxquelles font appel ceux qui soutiennent les thèses pro-impériales (voir comme exemple la lettre du 3 juin 1754 de l’envoyé génois à Paris, Agostino Sorba, qui rapporte un dialogue entre le ministre Saint Contest et l’ambassadeur autrichien Starembergh, où le français n’a pu s’empêcher de rire à la prétention de dériver l’« imperialité » de Sanremo d’une concession présumée en fief de ce territoire à la République de la part de Otton III. Saint Contest oppose que le gouvernement français reconnaît comme impériaux seulement les fiefs dont Gênes a demandé les investitures dans les deux derniers, très récentes, couronnements impériaux : voir Calvini, La rivoluzione del 1753 a Sanremo, op. cit.).

33  Le 22 avril 1754 l’Empereur adresse un ordre officiel (rescritto cesareo) à Gênes, pour qu’elle renonce à l’occupation de la ville ; ordre qui est repris douze années plus tard par le nouvel Empereur Giuseppe II ; encore en 1770, la Diète de Ratisbonne émet un vote qui invite l’Empereur à agir en faveur de Sanremo, et oblige la République à un constant recours aux appuis des autres cours étrangères, celle de la France en particulier.

34  Sur la relation entre la République de Gênes et l’Empire à l’âge moderne voir Schnettger, Principe sovrano oder civitas imperialis ?, op. cit. ; « Das Alte Reich und Italien in der Früen Neuzeit », Quellen und Forschungen aus Italienischen Archiven und Bibliotheken, 79, 1999, p. 344-420 ; « "De vasallo non statu Imperii". Les fiefs impériaux en Italie à l’époque moderne », dans L’espace du Saint-Empire du Moyen Age à l’époque moderne, éd. Christine Lebeau, Strasbourg 2004 ; « Le Saint-Empire et ses périphéries : l’exemple de l’Italie », Histoire, économie & Société, 23, 2004, n. 1, p. 7–23. Dans les publications qui contiennent ces deux dernières contributions, on trouve des réflexions intéressantes sur les rapports entre la France et les institutions impériales. Un nouvel intérêt pour l’étude de l’histoire de l’Empire à l’âge moderne est souligné par différents colloques récents. Pour l’Italie voir L’Impero e l’Italia nella prima età moderna, op. cit.

35  J’ai reconstitué cette opération avec toutes les questions qu’elle pose, et dont je donne ici seulement un bref aperçu, dans V. Tigrino, « Una invenzione settecentesca : la libera città imperiale di Sanremo », en cours de publication.

36  Selon un même dessein, on produit des avis où la querelle sur les gabelles des années 30 est relue de façon analogue : dans certains écrits on fait même allusion au fait que le soin de la cause aurait été député à un fonctionnaire impérial milanais Martino Colla, et qu’il aurait délégué à Nicoli la cause parce qu’il était occupé, en lui ordonnant officiellement, en tant que sujet de l’Empereur, de défendre les raisons de la communauté. La documentation sur cette opération, promue par Sardi, se trouve dans HHSW, Genua, 14, 17 et 33 ; ASM, Feudi Imperiali 307 et 614 ; ASM, famiglie 167, Sardi. Les préoccupations et les réponses génoises en particulier sur ces aspects se trouvent dans ASG, Archivio Segreto 302 et 305.

37  Gazzetta di Cologna con privileggio di S. M. Imperiale del martedi 7. Agosto MDCCLIII, in Nizza nella Stamperia di Giovambattista Romero Stampatore, e Libraio vicino al Gesù (j’ai consulté la traduction italienne du français qui dans la dernière partie continue comme Gazzetta seguente di Cologna del 31. Agosto 1753). Sur l’attitude hostile de beaucoup de gazettes européennes à l’égard de Gênes voir Onorato Pastine, La Repubblica di Genova e le Gazzette. Vita Politica ed attività giornalistica (sec. xvii-xviii), Gênes, F.lli Waser & C.o, 1923.

38  Sur Senckenberg voir Barbara Dölemeyer, « Heinrich Christian Senckenberg - Frankfurter Jurist und Reichshofrat (1704-1768) », dans Fürstenhof und Gelehrtenrepublik - Hessische Lebensläufe des 18. Jahrhunderts, Wiesbaden 1996, p. 103-111 (Kleine Schriftenreihe zur hessischen Landeskunde, 5) ; Garms-Cormides, « Reichsitalien in der habsburgischen Publizistik des 18. Jahrhunderts », op. cit. Sur la figure de Montagnini, voir en particulier Derek E. D. Beales, Tim J. Hochstrasser, « Un intellettuale piemontese a Vienna e un’inedita storia del pensiero politico (1766) », Bollettino storico-bibliografico subalpino, XCI, 1993, I, p. 247-309 ; Luigi Bulferetti,« Il principio della ‘superiorità territoriale’ nella memorialistica piemontese del secolo XVIII. Carlo Ignazio Montagnini di Mirabello », dans Studi in onore di Gioele Solari, Torino, Ramella, 1954, p. 153-218 ; V. Tigrino, « Istituzioni imperiali per lo stato sabaudo tra Antico Regime e Restaurazione », dans L’Impero e l’Italia nella prima età moderna, op. cit., p. 179-240 (auquel je renvoie pour la bibliographie). L’œuvre sur Sanremo, anonyme, et que Montagnini évite de s’attribuer, est publiée en français en 1768, avec la fausse indication de Ratisbonne, et consiste en un volume divisé en deux parties (la première, de plus de 300 pages, est suivie par une seconde, de la même longueur, qui contient les documents), auquel fait suite un plus bref essai en appendice, « Essai sur l’origine et les progrès de la prétendue indépendance génoise », daté de 1769. En 1769 est publiée une traduction italienne qui sera beaucoup plus diffusée : Memorie risguardanti la superiorita imperiale sopra le citta di Genova e di S. Remo come pure sopra tutta la Liguria. Tradotte dal francese, si vende in Firenze da Giuseppe Allegrini e Comp. Al canto al Diamante, 1769 (il en existe aussi une édition à Milan, Federico Agnelli, 1769). Dans certains dictionnaires d’œuvres anonymes, elle est attribuée à Francois Benno de Munsterer, qui dans certaines lettres à la cour des Savoie à Turin se définit comme « consigliere e agente di più principi e ville dell’impero a Ratisbona » ; il est engagé comme représentant de Sanremo et des Savoie auprès de la Diète pendant les années où Montagnini était à Vienne – le fonctionnaire da la maison de Savoie l’a rencontré probablement en 1769 lors de son passage à Ratisbonne, et reste en contact avec lui aussi pour avoir des informations sur l’évolution de la querelle de Sanremo (il n’est pas à exclure donc que le livre dérive d’une collaboration précédente entre les deux, avec Senckenberg : cf. AST, Lettere ministri, Ratisbona, m. 22).

39  Le manuscrit Annali del castello di Sanremo, conservé en BCB, m.r. IV-4-18 est confié au Poch dès juin 1753. Il s’agit d’une rédaction partielle (215 pages, qui ont pour sujet la période qui va de 1100 aux premières années du xvie siècle), où Poch critique le zèle insuffisant du gouvernement génois dans la défense la République : « i Ministri sospinsero la Repubblica in quell’impegno, e poscia l’abbandonarono all’insulti del Nicoli [...], il quale non s’appagò di sostenere le immunità di Sanremo, ma li volle dimostrare sovrani e confederati di Genova, e quindi e Sanremo e Genova inviluppò sotto gli artigli dell’Aquila » (p. 2v). Poch est aussi l’auteur d’autres manuscrits (huit volumes de Miscellanee di storia ligure, BCB m.r. IV-5-7,14), où il n’épargne pas les critiques aux historiens et annalistes génois, Gatti en tête, qui ont mal reconstitué le passé de Gênes : « l’istoria di questa R[epubblica sia] sconvolta enormemente dagli stessi antiquarii genovesi, che avendo salutato da longe appena, ed anche sbadigliando i più venerabili archivi, pretesero di porgere nuova luce, ma piuttosto sparsero nere caligini sull’antichità di Genova [...] ; e ciò sarebbe stato il menomo dei mali, se insiememente ancora non avessero inviluppato in una vergognosa Servitù l’antica Libertà » (Miscellanee, vol. 6, c. 27v). Déjà deux années auparavant Poch avait pris le parti d’un écrit qui répondrait aux accusations des juristes impériaux. Cependant ce n’est pas un projet qui est destiné à bien finir : en se voyant refusé la tâche de porter à terme et de publier son œuvre, le 21 mars 1755 Poch abandonne Gênes.

40  L’affirmation est de Tommaso Casoni, qui en 1771 est chargé d’une nouvelle réponse aux œuvres en faveur de Sanremo. Cette réponse devra être une œuvre imprimée qui interrompe le silence inauguré au niveau officiel, dans le cas de Sanremo, après la publication controversée de la première œuvre de Gatti, presque quarante années avant. Son avis aussi restera inédit : voir Tommaso Casoni, Note sopra vari passi storici in confutazione di due opere uscite alla luce negli anni 1768, e 1769 con i titoli ‘Memorie riguardanti la superiorità imperiale sopra le città di Genova, e di San Remo e sopra tutta la Liguria’ raccolte dal M. Tommaso Casoni nel 1771, BCB, m.r. IV-3-7, p. 8.

41  Le livre de référence sur la histoire de la ville, au moins jusqu’à l’œuvre sur la « révolution » de 1753 de Calvini est Gerolamo Rossi, Storia della città di Sanremo, Boulogne, Atesa, 1981 (éd. originale Sanremo, Giuliano Gandolfo, 1867). Ce livre fit l’objet d’âpres critiques : en particulier fut imputée à son auteur la volonté de lier trop solidement l’histoire de Sanremo à celle de la dynastie savoyarde (voir [Giuseppe Grossi] Osservazioni sulla storia della città di San Remo per Gerolamo Rossi, Sanremo, Tipografia Carlo Puppo, 1867). On tient ici à souligner, que dans cette œuvre sont reconstruites les vicissitudes des disputes du xviiie siècle avec Gênes à partir des oeuvres de controverses dont on a parlé. C’est de cette manière que certains épisodes, altérés ou complètement inventés ont ensuite été acceptés par l’historiographie successive (voir par exemple C. Costantini, La Repubblica di Genova nell’età moderna, op. cit., et les même observations de Calvini, La rivoluzione del 1753 a Sanremo, op. cit., et du même, Pagine di storia sanremasca, op. cit.).

42  Voir par exemple Karl Ottmar von Aretin, « L’ordinamento feudale in Italia nel xvi e xvii secolo e le sue ripercussioni sulla politica europea. Un contributo alla storia del tardo feudalesimo in Europa », Annali dell’Istituto storico italo-germanico in Trento, IV, 1978, p. 51-93 ; Beales, Joseph II, op. cit. ; W. Brauneder, « Impero e Stato a sud delle Alpi nel xviii secolo », dans Il Trentino nel Settecento fra Sacro Romano Impero e antichi stati italiani, éd. Cesare Mozzarelli et G. Olmi, Bologne, Il Mulino, 1985, p. 59-84.

43  Dans l’œuvre à laquelle encore aujourd’hui on fait le plus communément référence pour une synthèse sur l’histoire des rapports entre l’Empire et l’Italie – Salvatore Pugliese, Le prime strette dell’Austria in Italia, Milano-Roma, Treves, 1932 – l’œuvre du Montagnini est largement utilisée.

44  En 1815, suite au Congrès de Vienne, la ville de Sanremo, avec tout le territoire de la République de Gênes, sera annexée au Royaume de Sardaigne. À cette occasion le conseil municipal tentera de défendre les prérogatives particulières de la liberté de la ville en faisant allusion précisément aux jugements (jamais appliqués) des tribunaux impériaux de la deuxième moitié du xviiie siècle. Voir N. Calvini, « Gli ultimi tentativi di Genova per l’indipendenza della Repubblica (1814) », Rivista Ingauna ed Intemelia, 1951, n° 3-4, p. 52-59, et « Il Passaggio di Pio VII e le ripercussioni della caduta di Napoleone nella Liguria Occidentale », ivi, 1951, n° 1-2. En outre, dans la tentative de gagner les bonnes grâces du nouveau souverain, sera fait aussi allusion de façon instrumentale au dévouement à la monarchie savoyarde que l’assemblée des chefs de maison de la ville ont voté pendant les jour du soulèvement de juin 1753 (AST, Paesi per A e per B, S-, m. 15).

45  Voir Anthony Grafton, Forgers and Critics. Creativity and Duplicity in Western Scolarship, Princeton University Press, 1990 ; Roberto Bizzocchi, Genealogie incredibili. Scritti di storia nell’Europa moderna, Bologne, il Mulino, 1995 ; Filippo de Vivo, « Historical Justification of Venetian Power in the Adriatic », The Uses of Historical Evidence in Early Modern Europe, Journal of the History of Ideas, éd. J. Soll, 64, 2003, 2, p. 159-176 ; Erudizione e Fonti. Storiografie della rivendicazione, Quaderni Storici, éd. Enrico Artifoni et Angelo Torre, 93, 1996. Ces essais, même en proposant des cas et des conclusions très différents, me semblent s’accorder à cerner un problème commun dans les pratiques des argumentations (et de partage) du discours historiographique, et de ses critères de véridicité. Dans le cas ici analysé, comme dans ceux cités, on trouve au premier plan des problèmes de légitimité (et de revendication juridictionnelle) déterminant des reconstructions historiographiques. Ce sont des réflexions qui renvoient au débat sur le concept de preuve, dans le domaine historiographique (et juridique), sur lequel existe une littérature très vaste : je signale à seule titre d’exemple Carlo Ginzburg, Il giudice e lo storico. Considerazioni in margine al processo Sofri, Torino, Einaudi, 1991 ; et du même auteur, « Prove e possibilità. In margine a “Il ritorno di Martin Guerre” di Natalie Zemon Davis », dans Natalie Zemon Davis, Il ritorno di Martin Guerre. Un caso di doppia identità nella Francia del Cinquecento, Turin Einaudi, 1984, p. 131-154 ; Osvaldo Raggio, « Costruzione delle fonti e prova : testimoniali, possesso e giurisdizione », Quaderni Storici, 91, 1996, p. 135-156 ; Jordi. Ferrer Beltrán, Prova e verità nel diritto, Bologne, Il Mulino, 2004.

46  Voir les observations de S. Bertelli, Ribelli, libertini e ortodossi nella storiografia barocca, Firenze, la Nuova Italia, 1973.

47  Voir S. Cerrutti et G. Pomata dir., Fatti : storia dell’evidenza empirica, Quaderni Storici, n° 108, 2001 ; A. Torre, « Poteri locali e Impero tra xvi e xvii secolo : i feudi imperiali delle Langhe tra mito e storia », Acta Histriae, VII, 1999, p. 169-192 ; V. Tigrino, « Prescindendo dal diritto… con amichevole soddisfazione. Il contenzioso storico-giuridico sul lago di Garda tra Repubblica di Venezia e Impero nel xviii secolo », op. cit. La publication d’un livre, comme la production en jugement de ses raisons reflètent en un certain sens la pratique de la possession typique de la société de l’ancien régime, qui tend à certifier avec un fait la revendication d’un droit.

48  Sardi, dans les différentes rédactions de son testament, souhaite l’institution d’une bibliothèque dans sa ville d’origine, soulignant justement l’importance de la publication et de la connaissance des textes historiographiques comme moyen principal pour conserver la mémoire de ses propres libertés. Le testament de Sardi est publié en appendice à Calvini, La Rivoluzione del 1753 a Sanremo, op. cit., II.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vittorio Tigrino, « Localités et historiographie. Le débat sur l'histoire de Sanremo au xviiie siècle », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2008-01 | 2008, mis en ligne le 11 janvier 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/2613 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.2613

Haut de page

Auteur

Vittorio Tigrino

Vittorio Tigrino (né à Gênes en 1971) a un contrat de recherche à l’Université du Piémont Orientale « Amedeo Avogadro », Alessandria (département POLIS, Centro per la Storia Territoriale). Son travail porte sur l’histoire de la historiographie – en particulier ce qui touche aux conflits juridictionnels dans l’Ancien Régime ainsi que sur l’histoire de l’Empire et des fiefs impériaux de l’Italie nord-occidentale à l’âge moderne. Plus largement, il mène des recherches concernant l’histoire locale, l’histoire du terroir et du colportage, en collaboration avec le « Schedario Storico Territoriale dei Comuni Piemontesi » (Région du Piemont – Centre « G. Casalis ») et collabore depuis 2000 au « Seminario Permanente di Storia Locale » du Département d’Histoire Moderne et Contemporaine de l’Université de Gênes.
Vittorio Tigrino (Genova, 1971), is a contract researcher at the Piemonte Orientale University, Alessandria (POLIS Department, Centro per la Storia Territoriale). His works is on the History of Historiography - in particular of its connections with the jurisdictional conflicts in the Old Regime - and with the history of the Holy Roman Empire and the imperial feuds in the North-Western Italy in the Modern Age. More generally, he is involved in researches about history of territory and transits and local history, collaborating since 1995 to the redaction of the “Historical Territorial Archive of the Piedmont Municipalities” (Regione Piemonte – Centro “G. Casalis”) and since 2000 to the “Permanent Seminary of Local History” at the Modern and Contemporary History Department of University of Genova.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page