Navigation – Plan du site

Commentaire de Marcella Leopizzi à la note critique de J.-P. Cavaillé

Pour une relecture de Vanini (Mai 2003)
Marcella Leopizzi

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Roland Cros

1La note critique intitulée « Libertinage, irréligion, incroyance, athéisme dans l’Europe de la première modernité (xvie-xviie siècles). Une approche critique des tendances actuelles de la recherches (1998-2002) » que Jean-Pierre Cavaillé vient de publier sur le site internet du GRIHL se révèle un point de repère indispensable pour tous ceux qui étudient la première modernité.

2Son analyse à la fois descriptive et critique apporte quelque chose de nouveau à la recherche de ces dernières années.

3L’auteur, spécialiste du xviie siècle, illustre avec rigueur et précision les contenus des travaux les plus récents consacrés au libertinage, à l’irréligion et à l’athéisme en soulignant qu’il ne faut pas faire de ces notions de vagues synonymes car il y a entre elles des analogies mais aussi des différences.

4En effet, par exemple, le xviie siècle a été caractérisé par une grande variété de libres penseurs qui avaient en commun le désir de juger sans contraintes et de faire prévaloir sur le consentement général les décisions d’une conscience individuelle. Cette diversité comprenait les érudits qui empruntaient aux fondements de la philosophie grecque : l’aristotélisme, l’épicurisme, le stoïcisme, le scepticisme, le matérialisme et le naturalisme, ainsi qu’aux enseignements de la Renaissance italienne - Pomponio Leto, Machiavelli, Pomponazzi, Cardano, Bruno, Campanella - et aux idées averroïstes de l’École de Padoue ; les déistes qui affirmaient, en dehors de toute révélation religieuse, l’existence d’un être suprême dont la nature et les propriétés étaient inconnaissables ; les théistes qui voulaient déterminer par la raison la nature de Dieu ; les catholiques sincèrement liés à l’Église qui retenaient cependant impossible l’acceptation totale des assises de cette doctrine ; et les protestants émancipés de toute préoccupation religieuse .

5De plus, en poursuivant l’analyse des concepts de simulation et de dissimulation, qu’il avait abordée dans son dernier livre, Dis/simulations (Paris, Champion, 2002), l’auteur démontre que ces stratégies d’expression, largement utilisées par Giulio Cesare Vanini, ont caractérisé les procédures rhétoriques et argumentatives de la plupart des écrivains du XVIIe siècle.

6Cette démonstration m’a beaucoup intéressée parce que je prépare une thèse de doctorat sur Vanini et, pendant mes recherches, j’ai moi-même constaté que la démarche intellectuelle et le style d’écriture du philosophe de Taurisano ont été ceux du libertinisme érudit. Ses deux ouvrages, l’Amphitheatrum et le De Admirandis, fortement ésotériques et dissimulateurs s’appuyaient sur une technique discursive qui nécessitait une « dialogicité substantielle », c’est-à-dire une interaction entre différents points de vue, afin de pouvoir présenter des positions hétérodoxes tout en prétendant être une apologie de l’orthodoxie. À travers les nombreux renvois aux ouvrages d’auteurs principalement hétérodoxes et par les références continuelles à ses livres non publiés, Vanini a certainement jeté les bases de la rhétorique subversive libertine consistant dans l’exposition d’idées transgressives voilées par la simulation du respect des principes jusqu’alors admis. Sa stratégie de composition, basée sur le « jeu des citations » envers les œuvres des auteurs athées (Morgante J., Il libertinismo dissimulato, Fasano, Schena, 1996) ainsi que sur le « jeu de massacre » notamment aux dépends des ouvrages orthodoxes (Raimondi F.P., I meravigliosi segreti della natura, Galatina, Congedo, 1990), lui a permis de répandre les idées libertines sous le manteau de l’apologétique religieuse. C’est pourquoi plus qu’un plagiat, ses œuvres sont le résultat d’une « stratégie de collage » apte à rendre son discours à double sens. Son écriture est une sorte de mosaïque constituée par les opinions des écrivains traités recollées de façon différente par rapport aux textes originaux. Vanini d’ailleurs a cité de nombreux auteurs exclusivement en fonction de ses buts ; sa glose, n’est donc qu’une re-interprétation des sujets analysés.

7Je partage l’opinion de l’auteur de la note selon laquelle, par le biais de ses livres, Vanini a transmis avec une audace inouïe les thèses les plus hétérodoxes du naturalisme italien qui, même si elles ne constituaient pas tout à fait une nouveauté pour la France de l’époque, suscitèrent tout de même le scandale.

8Vanini, en effet, fut l’un des premiers à aborder des questions sérieuses concernant l’orthodoxie religieuse d’une façon ironique, car, en simulant ses croyances orthodoxes, il a toujours opposé la raison à la doctrine ecclésiastique et a montré que la crédibilité rationnelle de certains sujets contraste avec la foi chrétienne. Il fut l’un des premiers a avoir eu le courage d’écrire dans une œuvre non anonyme, mais simplement dissimulatrice, les idées libertines qu’il professait.

9J’ai aussi apprécié la constatation que l’auteur fait à propos de la large méconnaissance qui existe encore de nos jours des textes et même de la biographie de Vanini. En effet, j’ai moi-même été confrontée à des traductions françaises qui trahissent parfois les originaux et je reste aussi perplexe devant l’utilisation erronée de son prénom et la fausse affirmation selon laquelle il aurait été condamné à cause de ses œuvres, alors qu’en réalité le Parlement de Toulouse ne connaissait pas son identité et par conséquent ses publications.

10La personnalité de Vanini a suscité l’intérêt de nombreux savants du xviie siècle ainsi que des siècles suivants. Toutefois, presque toujours, on s’est approché de lui de façon peu rigoureuse. Très peu de spécialistes ont reconnu la valeur de son influence à l’intérieur du courant libertin ainsi que l’importance de son rôle pour la lutte menée contre la Scolastique. 

11Trait d’union important entre la culture italienne et la culture européenne, Vanini a résumé et divulgué avec une vivacité aiguë ce à quoi la philosophie précédente était parvenue. Il n’a pas élaboré une doctrine personnelle à la manière de Descartes mais il a mis en question tous les acquis. Il a opté pour les solutions qui s’adaptaient le mieux à un idéal de pensée et à une rationalité plus moderne en préparant ainsi la voie à des lendemains plus constructifs. Ayant vécu à une époque charnière, il a incarné les caractéristiques principales de la culture du xvie siècle et celles typiques du premier xviie à tel point qu’il a incarné le nœud des contradictions culturelles du passage d’un siècle à l’autre, dues à la rencontre entre la tradition et la modernité, entre ce qui était déjà répandu et connu et ce qu’on allait expérimenter et diffuser. Fils de son temps, il était dominé par la curiosité, par la soif de connaissance et par l’infatigable esprit d’observation. Son tempérament actif, ardent et combatif l’obligeait à déclarer et à manifester toutes ses opinions, même les plus hardies. Il ne pouvait s’empêcher de s’impliquer dans tous les débats dont il était témoin, de semer le doute et la contestation et de provoquer souvent la dispute comme s’il avait une sorte de voix intérieure qui lui disait de répandre ses idées. Homme révolté qui a vécu un dialogue conflictuel avec son époque, en parcourant le chemin de la prudence, il s’est acharné contre les préjugés et l’ignorance ; il a méprisé l’intolérance religieuse ainsi que l’intransigeance politique et, au modèle du savoir scolastique, basé sur la lecture des textes, il a opposé une méthode basée sur l’expérience.

12Moi aussi, comme Jean-Pierre Cavaillé, je crois que Vanini a droit à une place importante dans l’histoire de la pensée philosophico-littéraire non seulement pour les intuitions novatrices qu’il a laissées en héritage à la pensée moderne, mais surtout parce qu’il a incarné le modèle philosophique présent en France au début du xviie siècle au moment du passage du climat culturel de la Renaissance aux instances de la pensée scientifique moderne.

13Cette entreprise de Jean-Pierre Cavaillé, grâce à son caractère à la fois descriptif et critique ainsi qu’aux perspectives de recherche proposées, offre un remarquable bilan et sera un point de départ sûr pour les spécialistes et pour leurs étudiants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcella Leopizzi, « Commentaire de Marcella Leopizzi à la note critique de J.-P. Cavaillé », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2007-02 | 2007, mis en ligne le 24 mai 2007, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/266

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org