Navigation – Plan du site

Commentaire de Jean Eygun à la note critique de J.-P. Cavaillé

(juillet 2003)
Jean Eygun

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Roland Cros

Reclam a la nòta critica de J. P. Cavaillé

1Interrogacions en reclam a ua simpla nòta de la revista critica de J. P. Cavaillé : possibilitat o existéncia d’ua escritura libertina en occitan ?

2Aquera question qu’ei un talhèr qui demora de deishartigar e qui s’ameritaré d’estar analisat e estudiat, en partir plan solide deus tèxtes, de las òbras tant manescriutas com imprimidas.

3Tot prumèr, ua constatacion clara : nada escritura filosofica o politica en occitan, libertina o antilibertina, en sègles xvi e xvii.

4Çò qui ne dèu pas estonar dens la situacion sociolingüistica deus país d’Oc : la diglossia que hè puishèu a tota votz hauta, sabenta de l’occitan.

5L’occitan, estremat dens las « talvèras », que demora emplegat dens usatges mei comuns e qui pòden semblar mei populars.

6Tà l’eficacitat deu messatge politic e filosofic, qu’ei la causida deu francés o deu latin qui demora obligatòria dens tota la tempsada. Un messatge emetut en occitan ne seré pas briga audit e n’auré pas cap reclam dens la « République des lettres ».

7Taus libertins, com taus jesuitas d’aulhors, la lenga deu populàs ne pòt pas briga estar emplegada tà manejar idèas. Tau vulgum pecus, la lenga deu país, taus eleits lo francés e lo latin : qu’ei la representacion de l’ordi de las lengas qui mestreja en aqueth temps.

8A Tolosa, en sègle xvii, ne caleré pas tanpòc créder a un engatjament clar deus libertins tà har valer l’expression occitana. Se lo Ramelet moundi ei dedicat en 1617 per Godolin ad Adrian de Montluc, ne podem pas briga estar segurs d’un sosten concertat e contunh de Montluc a l’escritura occitana.

9En contra, quauquas annadas après, Monluc que’s trufa shens cap de pietat deus Gascons dens òbras com Le dom Quixote gascon, Le philosophe gascon o Le manteau d’escarlate. Que tornam trobar l’incompatibilitat entre filosofia e gasconitat (ei a díser occitanitat en lengatge deu temps).

10Medisha resèrva de cap a Guez de Balzac quan mentau las òbras occitanas pergudas deu medecin Ph. Le Goust de Confolens.

11En bèth estremar los escriuts filosofics o politics, que’ns cau donc virar de cap a la literatura tà cercar traç d’esperit libertin.

12Daubuns qu’an notat com ua evidéncia lo libertinatge deu tolosan Godolin : mes que cau totun resòlver la contradiccion intèrna de la publicacion de nadaus dens cada obratge publicat peu poèta tolosan. B’ei drin curiós un libertin qui publica cantics espirituaus a l’aunor de la naishença de Nòstre Sénher Jesus Crist… La complexitat de la cara de Godolin qu’arresista, a çò qui’ns sembla, a las lecturas esquematicas de la soa òbra, medish se Godolin ei mesclat shens cap de dobte a mitans libertins, a un moment dat. Ua question de tornar préner donc.

13Totun, dens un manescriut anonim de la BM de Bordèu, que s’i tròba ua satira de la vida de convent per ua mongeta, de ton pro libertin. Descubèrta qui seré urosa e contradictòria dab la hrèita declarada ací dessús. Mes lo tèxte que’s torna trobar dens un recuelh de las òbras d’un abat provençau, Fourjon, jos lo títol de « Lamentaciens moiniques » acompanhat d’ua retractacion (vertadèra o simulada ?) « La penitenssi fourjouno ».

14Faussa escritura femenina donc, medish se l’intencion satirica demora dens aquestes tèxtes de la seconda mitat deu sègle xvii.

15Au delà d’aqueste cas excepcionau, que caleré donc tornar léger las òbras de Bellaud de la Bellaudière e P. Paul (Marselha, 1595-1596), d’Isaac Despuech-Sage (Montpelhièr, 1636 e 1650), de J. Roudil (Montpelhièr, ms de la seconda mitat deu sègle xvii editat en 1982) tad analisar los tèxtes e destriar l’obscenitat joiosa de la critica deus ensenhaments deus poders ecclesiastics, tant catolics coma protestants.

16Entre sègles xvii e xviii, las òbras, encara ineditas tà la maja part, deu provençau J. de Cabanes que s’ameritarén eras tanben d’estar passadas au ventader deus grans corrents de pensada deu sègle.

17Entre òbras teatraus de moralista puntagut e herotge qui denóncia los faus devòts d’Ais de Provença (per exemple dens la soa comèdia Lei bigos inspirada deu Tartuffe) e contes gualhards qui poderén semblar aus contes de tonalitat libertina de La Fontaine, las escrituras occitanas de Cabanes que pausan question.

18Au delà d’aquestas caras d’escrivans, demora tanben la preséncia de l’obscenitat dens la literatura occitana de la tempsada, pas sonque e pas tant carnavalesca e naturau dens las letras occitanas que çò qui ei admetut dinc adara peus estudis occitans.

19Atau deu provençau Cl. Brueys d’Ais de Provença qui publica un recuelh de las soas òbras en 1628 on, au delà de l’espectacle burlesc de la fornicacion, se pòden trobar lo reclam de las hèitas anticas de Diogèn e d’Hostius, qui seràn presentas per exemple dens l’Hexaméron rustique de La Mothe Le Vayer.

20Atau, apareishen publicacion e escritura toleradas en occitan de causas qui serén censoradas en francés, pr’amor d’estar consideradas, un còp ditas en occitan, com ahars de pòc de consequéncia. La menorisacion de la lenga occitana dens la societat que liberaré atau un espaci tà ua paraula, ua escritura mensh conterotladas.

Écho à la note critique de J.-P. Cavaillé

21Interrogations en écho à une simple note en bas de page dans la revue critique de J.-P. Cavaillé : possibilité ou existence d’une écriture libertine en occitan ?

22Cette question est un terrain qui reste à débroussailler et qui mériterait d’être analysée et étudiée, à partir bien évidemment des textes, des œuvres tant manuscrites qu’imprimées.

23Tout d’abord, une claire constatation : aucune écriture philosophique ou politique en occitan, libertine ou antilibertine, aux xvie et xviie siècles.

24Cela ne doit nullement étonner étant donné la situation sociolinguistique des pays de langue d’oc : la diglossie qui fait obstacle à toute expression haute, savante de l’occitan.

25L’occitan, relégué dans les marges, est réservé à des usages plus communs et qui peuvent sembler plus populaires.

26Pour l’efficacité du message politique et philosophique, pendant toute la période, c’est le choix du français ou du latin qui s’impose de lui-même. Un message émis en occitan ne serait en effet guère entendu et n’aurait aucun écho dans la « République des lettres ».

27Pour les libertins, comme d’ailleurs pour les Jésuites, la langue du vulgaire ne peut guère être employée pour manier des idées. Pour le vulgum pecus, la langue du pays, pour les élites, le français et le latin : c’est la représentation dominante de l’ordre des langues en ce temps là.

28à Toulouse, au xviie siècle, il ne faudrait pas non plus croire à un clair engagement des libertins pour valoriser l’expression occitane. Si le Ramelet moundi est dédié par Goudouli en 1617 à Adrien de Montluc, nous ne pouvons pas pour autant être sûr d’un soutien concerté et continu de celui-ci à l’écriture occitane.

29Au contraire, quelques années après, Montluc se moque sans aucune pitié des Gascons en des textes comme Le dom Quixote gascon, Le philosophe gascon ou Le manteau d’escarlate. Ainsi nous retrouvons-nous confrontés à l’incompatibilité entre philosophie et gasconité (c’est-à-dire occitanité dans le langage du temps).

30Même réserve concernant Guez de Balzac quand il mentionne les œuvres occitanes perdues du médecin Ph. Le Goust de Confolens.

31Il nous faut donc renoncer aux écrits philosophiques ou politiques et nous retourner vers la littérature pour chercher trace d’un esprit libertin.

32Certains ont noté comme une évidence le libertinage du toulousain Goudouli : mais encore faut-il résoudre la contradiction interne de la présence de noëls dans chacun des ouvrages publiés par le poète toulousain. Il est tout de même curieux qu’un libertin publie des cantiques spirituels en l’honneur de la naissance de notre seigneur Jésus-Christ… La complexité de la figure de Goudouli résiste, semble-t-il, aux lectures schématiques de son œuvre, même si Goudouli est sans aucun doute impliqué dans des milieux libertins, à un moment donné. Une question à reprendre donc.

33De même, dans un manuscrit anonyme de la BM de Bordeaux, on trouve une satire de la vie conventuelle par une nonne, d’un ton très libertin. Heureuse découverte semble-t-il, et apparemment en contradiction avec l’absence déclarée ci-dessus. Mais on retrouve le texte dans le recueil des œuvres d’un abbé provençal, Fourjon, sous le titre de « Lamentaciens moiniques » accompagné d’une rétractation (véritable ou simulée) « La penitenssi fourjouno ».

34Fausse écriture féminine donc, même si l’intention satirique demeure dans ces textes de la seconde moitié du xviie.

35Au-delà de ce cas exceptionnel, il faudrait alors relire les œuvres de Bellaud de la Bellaudière et de P. Paul (Marseille, 1595-1596), d’Isaac Despuech-Sage (Montpellier, 1636 et 1650), de J. Roudil (Montpellier, ms de la seconde moitié du xviie siècle édité en 1982) pour analyser les textes et discerner l’obscénité joyeuse de la critique des enseignements des pouvoirs ecclésiastiques, tant catholiques que protestants.

36Entre xviie et xviiie siècle, les oeuvres, pour la majeure partie encore inédites, du  provençal J. de Cabanes mériteraient elles aussi d’être passées au tamis des grands courants de la pensée du siècle. Qu’il s’agisse des œuvres théâtrales, d’un moraliste piquant et féroce qui dénonce les faux dévots d’Aix en Provence (par exemple dans sa comédie Lei bigos [Les Bigots] inspirée de Tartuffe) ou des contes gaillards qui pourraient ressembler aux contes de tonalité libertine de La Fontaine, les textes  occitans de Cabanes posent question.

37Au-delà de ces figures d’écrivains, il reste aussi la présence de l’obscénité dans la littérature occitane de l’époque, pas seulement et pas autant carnavalesque et naturelle dans les lettres occitanes que ce que l’on a bien voulu admettre jusque là dans les études.

38Ainsi du provençal Cl. Brueys d’Aix en Provence qui publie un recueil de ses œuvres en 1628 où, au-delà du spectacle burlesque de la fornication, il est possible de trouver l’écho des aventures antiques de Diogène et d’Hostius, que l’on retrouvera par exemple dans l’Hexaméron rustique de La Mothe Le Vayer.

39Ainsi, publication et écriture de choses qui seraient censurées en français apparaissent tolérées en occitan, grâce au fait qu’elles sont considérées, une fois dites en occitan, comme choses de peu d’importance. La minoration de la langue occitane dans la société libèrerait ainsi un espace pour une parole et une écriture moins contrôlées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Eygun, « Commentaire de Jean Eygun à la note critique de J.-P. Cavaillé », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2007-02 | 2007, mis en ligne le 26 juin 2007, consulté le 28 avril 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/276 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.276

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page