Navigation – Plan du site

Les lieux de l’action : transcription documentaire et contexte historique

Angelo Torre

Résumés

L’article analyse un miracle qui s’est passé dans la chapelle d’une institution charitable dans la ville d’Asti au début du xviiie siècle. L’événement prodigieux - une hostie qui saigne après la consécration - est l’objet d’une série de témoignages donnés par les différents protagonistes : un jeune prêtre, un chanoine, un notaire et un fonctionnaire de l’état savoyard.
à partir d’un « texte » qui signale les négociations de sens qu’un événement prodigieux peut assumer, l’article montre qu’une direction d’interprétation féconde est constituée par la perspective juridictionnelle, qui situe les actions dans l’enchevêtrement des pouvoirs locaux. Cette perspective déplace notre représentation du sacré, puisque souligne constamment le lien étroit entre sacré et action. N’importe quel phénomène religieux existe et se développe à l’intérieur d’un enchevêtrement de juridictions et, en vertu de ses dynamiques intérieures, le modifie à son tour.
Cette pluralité de juridictions, de systèmes juridiques et d’ actions change notre représentation du local. Il s’agit d’observer les actions (et les textes qui en parlent) à une « échelle » (rapport) cartographique, topographique. C’est la dimension où l’on peut observer la présence simultanée des différentes prérogatives institutionnelles et de leurs tensions et compétitions. D’où la nécessité de l’analyse topographique pour dresser cette pluralité, et expliquer les possibles relations entre action, texte et lieu. La lecture « dense » des textes qu’on propose renvoie à des actions qui en constituent le contexte, ou qui constituent un contexte tout court. Il s’agit de contextes rhétoriques, bien sûr, mais qui font référence à des dimensions qui ne sont exclusivement, et peut être ne sont nullement, textuelles.

Haut de page

Texte intégral

11. La question (classique) de la relation entre texte et contexte a excité le champ de l’histoire sociale et de l’anthropologie historique dans les trente dernières années, avec des accents différents dans les différentes cultures historiographiques nationales. En France, la question a été exprimée surtout dans les termes du rapport entre pratiques sociales, normes et représentations1, en Italie c’est surtout la pratique micro-historienne qui a proposé un écart entre l’analyse des relations sociales et une analyse morphologique-culturelle2. Dans la culture anglo-saxonne, la dimension du texte et du discours semblent avoir absorbé l’analyse des « formes symboliques » qu’avait jadis proposée l’anthropologie historique.3 Dans la culture allemande, la question s’est peut-être posée à travers une forte différentiation entre l’étude de l’alltagsgeschichte et celle des formes de la communication symbolique4.

2Par rapport à ce champ de discussions, Christian Jouhaud a eu bien raison, il y a une dizaine d’années, de poser d’une façon explicite cette question capitale : la formule qu’il a adoptée est complexe et séduisante. Permettez-moi de la rappeler: « les contextes n’existent pas préalablement à l’opération qui les construit, ou bien alors il ne s’agit que de présupposés. Il n’y a pas de contextes, mais des opérations, des procédures, des expériences de contextualisation qui touchent de manière partielle spécifique et relative une part du réel historique »5.

3Dans cette perspective, le chercheur pose les règles de sa propre démarche à partir du problème qu’il envisage. La question devient plutôt celle de la limite à laquelle pousser cette expérience de contextualisation : c’est-à-dire, jusqu’à quel point les éléments qui sont nécessaires pour la compréhension et l’interprétation d’un texte sont-ils contenus dans le texte même ? N’y a-t-il pas des références à des situations – c’est-à-dire des sources - qui n’y sont pas présentes d’une façon quelconque, même implicite ? Dans ce dernier cas, seul le croisement des sources liées au contexte (local, culturel etc.) semble capable d’offrir des appuis à la compréhension d’un texte.

4Dans cette démarche, la notion de localité est tout à fait centrale en tant qu’expérience de contextualisation. Je voudrais montrer cependant que la notion même de localité est ambiguë : elle est en même temps une échelle possible d’analyse des textes et une perspective pour établir des relations entre un écrit et des actions. En tout cas, elle peut parvenir à changer la relation entre action et réalité, et changer, par conséquent, la nature des opérations de contextualisation.

5Mathilde Bombart et Alain Cantillon nous ont dit comment les opérations de construction de contextes se sont portées vers le local6, mais il est clair qu’on ne se trouve pas en face d’une interrogation spécifique de l’histoire littéraire7 : c’est un problème majeur des sciences sociales, qui a conduit quelques chercheurs à proposer le remplacement du couple classique « société/culture » par le couple « local/global »8.

6Le parcours à travers lequel on est parvenu à la découverte du « local » ne me semble cependant pas lié à ce contraste. C’est plutôt la découverte, à travers l’identification des « législations spatiales » qui président aux « pratiques d’espace », des processus de « construction », et enfin de « production » de localité.

7Pour les historiens, on peut bien dire qu’une pareille interrogation a commencé avec L’invention du quotidien de Michel De Certeau9, une œuvre unanimement reconnue comme fondatrice d’une nouvelle histoire culturelle : un chapitre entier y est dédié aux pratiques d’espace, où l’auteur découvre – apparemment à travers Merleau-Ponty10 - l’«espace existentiel » comme catégorie historiographique « produite par des opérations » qui s’oppose au lieu comme « indication de stabilité ».

8La difficulté, pour Certeau, a été d’identifier le domaine d’existence de ce type d’opérations. Avec un procédé implicite, il part du terrain des pratiques (« l’espace est un lieu pratiqué ») et ensuite identifie les opérations de spécification d’un espace dans des récits ; et encore il attribue aux récits – juridiques en particulier – un « rôle décisif » de législation spatiale qui se déploie à travers des « contrats narratifs » qui organisent des terrains ; enfin il parvient à attribuer aux récits des « fonctions d’autorisation ou, plus exactement, de fondation » : c’est-à-dire, le récit « ouvre un théâtre de légitimité à des actions effectives »11.

9Cette primauté des récits et des signes sur les actions a été mise en discussion de plusieurs points de vue. De la part des anthropologues culturels, Arjun Appadurai a par exemple reconnu une nature de processus à cette construction identitaire. Il y a dix ans, il a essayé de donner une nouvelle définition de la localité et des études de localité en identifiant une dimension de la vie sociale qu’il a définie comme « production de localité »12. Selon lui, la localité diffère du simple voisinage, qui est dans un certains sens défini objectivement par l’établissement, le domicile etc. La localité, au contraire, doit être produite. À ce propos il souligne qu’une grande partie du matériel étudié et décrit par les ethnographes et les ethnologues peut être conçue comme un dépôt de procédures et de techniques pour « produire » de la localité. En d’autres termes, la localité n’est pas seulement « générée par un contexte » mais elle est aussi « génératrice de contexte »13 : des rituels, des représentations etc. se développent à l’intérieur des localités et sont influencés par elles, mais à leur tour ils finissent par constituer la localité même. Dans les termes d’Appadurai, « la localité est une réalisation sociale intrinsèquement fragile […] [elle] doit être gardée avec soin contre toutes sortes de dangers il lui faut un entretien assidu qui puisse la protéger d’une série de dangers ». Dans ce sens, la production de la localité peut être comprise comme un processus qui génère de la citoyenneté. Il produit des « sujets locaux – soit des acteurs appartenant vraiment à une communauté identifiée de parenté, de voisins, d’amis et d’ennemis ». Les techniques rituelles sont des « techniques de production des “indigènes” ».

10La lecture d’Appadurai est très fine, et parvient à formuler un passionnant programme de recherche sur les techniques de construction de l’appartenance locale. On ne peut que lui reprocher un regard « du dehors » qui nécessiterait une comparaison avec des voix « du dedans » pour une lecture plus complexe de l’appartenance même. Il nous faudrait, en d’autres termes, une « ethnographie historique » qui au contraire essaye de décrire ces mêmes processus de production de natifs du lieu dans les termes mêmes qui seraient (ou étaient) utilisés par les protagonistes : une pareille réflexion semble se dérouler à travers une prise en compte des conditions de production de la documentation historique, des composantes justificatives de la communication humaine14, et des premiers jalons d’une pragmatique de la localité15.

11Si on prend en considération le processus de genèse de la documentation historique, on s’aperçoit que très souvent on assiste à un « usage pratique » des institutions soit de la part des détenteurs du pouvoir soit de la part des populations assujetties. Il s’agit d’un processus qui se déroule à travers la transcription de pratiques sociales qui donnent lieu à une sorte de « légitimation croisée »16. Comme Alain Cottereau l’a montré en étudiant les procédures de justices prud’homales dans la France du début du xixe siècle, on retrouve dans les disputes des séquences de « coups », à travers lesquelles les parties « constituent des précédents » pour conquérir de la légitimité et modifier leurs propres prérogatives17. à travers ces « coups » on donne à comprendre quelque chose qui est susceptible d’être reconnu et approuvé : très souvent, il s’agit d’actions qui sont « données à comprendre » comme des messages, et dont la réception définit la signification contextuelle. Ce cadre interprétatif peut nous faire analyser les sources d’une façon nouvelle, fondée sur « les fins pratiques des situations, à partir des fins pratiques de leurs transcriptions »18 : fins pratiques que partagent soit ceux qui sont décrits dans l’acte de dire ou faire quelque chose, soit ceux qui les décrivent. Il s’agit de dynamiques qui s’adaptent parfaitement à la culture juridictionnelle des sociétés d’Ancien Régime, qui était fondée sur le pluralisme juridique et institutionnel19. Beaucoup d’historiens du droit ont souligné dans les dernières années le fait que, dans cette culture, l’expression la plus visible du pouvoir était représentée par l’administration de la justice et la « diction » du droit. L’exercice du pouvoir était conçu comme un procès juridictionnel qui devait protéger les situations sociales, et que les protagonistes pouvaient revendiquer au nom de l’existence de « corps »20 : ceux-ci disposaient d’une autonomie de fonctionnement qui était justifiée par le rôle rempli et par une tradition juridique qui n’était pas produite de la part de l’État, mais d’une littérature issue de spécialistes. Dans ce cadre, le monde des pratiques a une double valeur de légitimation, dans le sens que les pratiques fondent soit la signification des actions, soit la légitimité des institutions que les enregistrent, et, ce faisant, les valident et essayent de les contrôler.

12Il faudra essayer de donner des contenus à ces procédures de légitimation, si on ne veut pas risquer d’utiliser ce concept comme un passe-partout dénué de spécificité. De la part des acteurs sociaux, on a observé que cet usage pratique des institutions a la fonction de « dire la singularité » des situations, dans l’effort de les rendre compréhensibles et de les communiquer : de les « qualifier » selon des ordres de grandeur qui permettent des évaluations adossées à des biens communs21.

13Cette reconnaissance peut être même invoquée de la part des acteurs à travers la construction de textes qui revendiquent et réclament des droits22. Il y a peut être une dernière conséquence de cette lecture des sources : à travers la perspective juridictionnelle, l’action crée des sources mais elle crée aussi des lieux, et elle le fait par le moyen de textes. J’ai proposé, avec Enrico Artifoni23, d’appeler ces textes « textes de revendication ». Toutes ces considérations ne sont pas nécessairement liées à une notion étroite de texte24 : Edoardo Grendi a par exemple montré comment, dans les sociétés d’Ancien Régime, une aiguë « conscience sociale de l’espace »25 se manifestait à l’articulation entre corps (territoriaux et sociaux) et institutions, et prenait une forme documentaire précise, celle du dessin, de la carte topographique et du plan. Ces « dessins » sont un « condensé » des « faits-divers » et sont utilisés, par exemple, comme des pièces justificatives dans les disputes. Dans le même temps ils expriment un rapport entre sujets et pouvoirs.

14Actes de transcriptions, régimes de mise en commun, sont des moments où on peut voir la société, et particulièrement la société d’Ancien Régime, comme ensemble dynamique d’une pluralité d’acteurs. Il faut donc privilégier des méthodes de lecture des sources qui offrent des chances de « dramatiser » les sources, d’observer des dialogues, d’y identifier des négociations, ou quand même d’y identifier des communications (des séquences de communications) entre des sujets différents. Ces dialogues nous parlent de la façon dont les sources ont été produites, et il s’agit d’un aperçu très important pour l’analyse historique. Il faut donc conclure que l’observation des actions dépend du choix, de notre part, d’une méthode de lecture (ou d’analyse). Pour mieux dire, nous pouvons choisir entre différentes approches, et ce choix n’est pas indifférent. Chaque approche identifie des traces différentes, et travaille à partir de ces différentes traces pour envisager des « lieux » tout à fait différents. Si l’on veut, cette formule amorce une possible réponse à la question qu’ont posée Mathilde Bombart et Alain Cantillon, sur la relation qui peut exister entre la conceptualisation du local comme échelle des opérations de contextualisation et comme construction de pertinence.

15J’essaierai ici de formuler, à partir de témoignages issus du xviiie siècle dans l’Italie du Nord, une possible relation entre des écrits, des actions et des lieux : une action qui crée un lieu à travers l’écrit. Pour voir cela, il faut à mon avis définir préalablement ce que sont les actions, ou mieux encore, quelles sont les conditions qui sont faites à l’observation des actions. Une fois définie cette problématique liée à la conceptualisation et à l’observation des actions, j’aborderai le problème de la relation entre action et localité.

162. L’épisode que je vais analyser a eu lieu à Asti, une petite ville de l’Italie du Nord appartenant au Royaume de Sardaigne au début du xviiie siècle. Il s’agit d’une période marquée par la lutte de la royauté savoyarde contre le Saint Siège, qui a déterminé la production et la conservation de la source, comme nous allons le voir.

17Une série de témoignages locaux porte sur un « prodige » ou un « miracle » qui vient de se produire dans une institution charitable de la ville, l’Œuvre de la Présentation de la Vierge au Temple. Il s’agit d’une jeune institution pieuse fondée par le feu évêque d’Asti, Mgr. Innocenzo Migliavacca, un moine cistercien issu du patriziato milanais qui avait été abbé de l’abbaye de Casanova, près de Turin26 : avant sa mort, en 1712, il avait destiné l’Œuvre à enfermer des jeunes filles issues de la bourgeoisie locale27. Mgr Migliavacca a eu connaissance de « la grande quantité de filles de n’importe quelle condition qui se retrouveraient dans la ville, qui, à cause de l’absence d’une dot adéquate, ne peuvent se marier ou prendre l’habit, et qui devraient souffrir dans leurs maisons avec péril de leur propre honnêteté ». Il s’agit d’un projet visant à respecter – ou à créer ? – une hiérarchie dans les statuts locaux, puisqu’il envisageait d’héberger dans la nouvelle institution les filles de « Gentilshommes, avocats, médecins, procureurs, notaires, chirurgiens “approuvés”, peintres, marchands, orfèvres, apothicaires »28.

18La nouvelle institution avait eu une naissance difficile, qui ne s’était achevée qu’en novembre 1717. Toutefois, ses débuts furent éclatants, puisqu’ils furent marqués par un prodige : le 10 mai 1718 un jeune prêtre, Dom Giovanni Francesco Scotto, s’était rendu dans la chapelle de l’œuvre de la Présentation de la Vierge au Temple (mieux connue localement comme l’Œuvre Migliavacca) pour y célébrer la messe. L’émotion lui joua un mauvais tour : pendant la consécration de l’hostie le jeune prêtre se trompa et consacra une hostie cassée. Il ne se serait pas aperçu de son erreur si l’un des fidèles qui assistaient au sacrifice, ne le lui eût fait remarquer. Il essaya alors de consacrer une deuxième hostie, mais la première commença à saigner. Le prêtre et les filles interprétèrent le sang comme un signe extraordinaire de la présence de Dieu : tous commencèrent à trembler, et à dire que ce sang représentait les péchés du monde. Quelqu’un, parmi les fidèles qui assistaient à la messe, courut appeler les théologiens de la ville pour les premières expertises de l’hostie.

19De cet épisode prodigieux nous possédons différentes narrations recueillies par le préfet de la ville et de la province d’Asti29 auprès du jeune prêtre, du notaire Scipione Ambrosio, un des patrons de la nouvelle institution, dont il était le trésorier, du Pro-vicaire du diocèse D.Urbano Isnardi, un chanoine et théologien de la Cathédrale, et enfin de Monsieur Granella, l’intendant de la ville et de la province d’Asti30. Chacun d’eux donna aux autorités politiques de la capitale du jeune royaume savoyard sa propre version des événements, et les inscrivit – pour revenir à la formulation de Christian Jouhaud de laquelle nous sommes partis – dans des contextes qu’il jugeait convenables. Dans la suite de ce travail j’essaierai de confronter les différents témoignages et les rhétoriques qu’ils utilisent, en visant à préciser les éléments du contexte qu’ils construisent. Par ce procédé je me propose de montrer la façon dont chaque texte construit son propre contexte à travers la référence à des actions intentionnelles, qui se justifient dans la réalité, et qui renvoient à quelque chose qui est étranger aux textes : ce rapport entre actions, réalité et texte pourrait, à mon avis, devenir un objet d’étude capable d’expliquer au moins une partie des textes qui constituent le point de départ de notre analyse31. En particulier, en essayant d’établir des proximités et des relations réciproques entre elles, je parviendrai à la conclusion selon laquelle des actions différentes sont envisagées et produites par des témoignages différents.

203. Le témoignage du jeune prêtre constitue le point de départ inévitable de notre analyse. Il s’agit d’un compte rendu exprimé à la première personne singulière, et il nous renvoie à des traits culturels très intéressants.

21Avant tout, Dom Scotto donne un titre à son témoignage32, qu’il appelle « Miracle de l’Hostie Sacrée qui s’est passé dans l’Eglise de l’Oeuvre Milliavacca ». Ensuite il dit

[qu’]il se rendit personnellement en compagnie d’un petit enfant de chœur âgé de neuf ans, qui était son parent, à l’église nommée de l’Œuvre de Monseigneur Milliavacca à quatorze heures. Là il demanda à une jeune fille renfermée dans cette Œuvre s’il pouvait dire la Sainte Messe, et elle alla tout de suite prendre la permission de la part de la directrice. Les jeunes filles lui donnèrent les ornements, mais lorsque Dom Scotto se fut habillé, le notaire Ambrosio, appartenant à l’ordre des notaires de la ville d’Asti, arriva dans la même église ayant le désir de servir la messe. Le prêtre, pour ne pas le déranger, lui répondit que le petit garçon qui était avec lui avait le plaisir de servir la messe. Ensuite il s’est rendu à l’autel pour dire la messe avec intention de prier pour sa sœur, une fille de la dite Œuvre, dont peu de jours auparavant il avait ouï dire qu’elle était malade, et ainsi, inspiré par Dieu, il se porta à célébrer la messe dans cette église. Lorsqu’il fit la consécration et l’élévation, le susdit notaire Ambrosio s’approcha de l’autel et dit au prêtre que l’hostie qu’il avait consacrée était cassée et que la consécration même n’avait pas de valeur ; le prêtre, étonné, toucha l’hostie et constata qu’elle était cassée très clairement en deux moitiés désormais séparées.Ensuite le notaire lui apporta une nouvelle hostie pour faire une nouvelle consécration, mais Dom Scotto lui répondit qu’il ne pouvait pas faire cette nouvelle consécration puisque l’autre hostie, même cassée, était vraiment consacrée. Comme il prononça le mot « consacrée » , il regarda la dite hostie et la vit pleine de sang tout au long de la cassure.
Dom Scotto dit tout de suite au notaire Ambrosio que l’hostie consacrée avait saigné. Celui-ci regarda attentivement la dite Hostie et découvrit la vérité, puis il alla appeler la directrice et les filles de la dite Œuvre et tous vinrent voir avec beaucoup d’admiration le sang de la dite Hostie et là tous ensemble avec beaucoup de larmes et d’actes de contrition, ils demandèrent miséricorde de leurs péchés. Ensuite le notaire Ambrosio alla appeler Messieurs les chanoines de la Cathédrale. Dans le même temps Dom Scotto découvrit, en présence de la Directrice et des filles susdites, des gouttes de sang pur sur le calice de la consécration du vin, et ça lui causa encore plus d’admiration, de crainte et de larmes copieuses. Les chanoines arrivèrent, avec le provicaire Isnardi et autres, qui firent éloigner le jeune prêtre pour qu’il allât se reposer. Il se leva et s’agenouilla ne pouvant retenir de se fondre en larmes, ensuite Messieurs les chanoines et provicaire visitèrent minutieusement, et firent visiter le dit sang de la susdite Hostie et le sang sur le dit calice, puis ils interrogèrent le dit monsieur Scipion Ambrosio et ensuite Dom Scotto, et après avoir leur imposé le serment sur l’évangile, ils produisirent les actes testimoniaux. Ensuite ils décidèrent entre eux de faire terminer la messe au jeune prêtre, ainsi qu’il fit en consacrant et en consommant une deuxième Hostie, comme aussi le vin déjà consacré, tandis que la première Hostie consacrée pleine de sang et le sang qui était sur le calice furent gardés. Ensuite, à la fin de la messe on a récité le Veni Creator Spiritus et on en a fait l’exposition sur l’autel à laquelle beaucoup de monde assista. Et ceci est ce que, selon mon sentiment pieux, Dieu notre Seigneur a fait pour la Paix et la concorde entre les Princes Chrétiens, l’extirpation des hérésies et l’exaltation de Sa Majesté Césarée ».

22Plusieurs éléments de ce remarquable témoignage sont à retenir. Avant tout il s’agit du langage du jeune prêtre : il exprime d’une façon métaphorique le contenu de ses propres actions. Par exemple, lorsqu’il dit qu’il demande permission de célébrer dans la chapelle, il veut signifier qu’il ne voulait pas le faire sur la base de droits de n’importe quelle nature. Cette impression est renforcée par la relation de parenté - nous ne savons pas s’il s’agit d’un neveu ou d’un petit cousin - entre dom Scotto et le petit enfant de chœur, qui semble renvoyer tout simplement à une dimension de dévotion privée33. En effet, la sœur de Dom Scotto est renfermée dans l’institution, et, de plus, on sait qu’elle a été malade. Et c’est en effet sous l’impulsion de cette maladie que son frère a cru reconnaître une « inspiration divine ». La messe qu’il va célébrer ne pourra pas constituer un acte de droit, mais demeurera un simple geste privé.

23Mais le prêtre, avec un remarquable changement d’échelle, dit qu’il est directement inspiré par la puissance divine. On pourrait même dire : « de la présence divine », puisque c’est bien le problème de cette présence que le témoignage vise à identifier. Dans les mots de Dom Scotto « l’hostie consacrée a “saigné” ». À ce propos, le témoignage du provicaire Isnardi, nous le verrons dans la suite, sera encore plus vif, et fera dire au prêtre les termes suivants : « je vois que l’hostie est consacrée puisqu’on voit le sang »34.

24Cette présence troublante génère des larmes, et une attitude de pénitence, que Dom Scotto exprime à travers la référence à la miséricorde divine en face de l’hostie. Mais il y a plus. Ce passage nous introduit au noyau le plus surprenant de la narration de Dom Scotto, c’est-à-dire le cadre prophétique dans lequel il place cette présence divine. En effet, les mots avec lesquels il termine son témoignage semblent se référer à une attitude, sinon à un « trait culturel » prophétique, qu’il exprime dans une tournure de phrase qui ne nous étonnerait pas dans un texte du seizième siècle : Dom Scotto affirme « le sentiment pieux » que « Dieu a fait ça (saigner l’hostie) pour la Paix et la concorde entre les Princes Chrétiens, (pour) l’extirpation des hérésies et l’exaltation de Sa Majesté Césarée (l’empereur) ».

25Un système symbolique, en tout cas, ne peut exister sans un medium, un milieu où il peut trouver expression35. On peut se demander, par exemple, utilisant la métaphore du texte36, si les actions de Dom Scotto et le sens qu’il leur donne, ne seraient pas structurés par des discours, des traditions rhétoriques préexistants. à ce propos, il est intéressant de souligner comment, cinquante années après l’épisode que nous sommes en train d’analyser, un érudit piémontais a transcrit une tradition locale de ce même « miracle » en parlant d’un épisode analogue arrivé à l’époque de l’empereur Charles V37. Suivant ces indications, on pourrait donc penser que le jeune prêtre, deux siècles plus tard, s’inscrit dans une tradition discursive et de représentation du sacré et fait revivre un discours sur la relation entre sang et crise politique locale38. En réalité, nous sommes en face d’une tradition locale très enracinée et qui était certainement connue par le jeune prêtre, puisqu’à la fin du xviiie siècle un érudit local, le chanoine Incisa39, dans une très connue mais peu étudiée chronique de la ville d’Asti, nous dit que le miracle était représenté dans un tableau qui était gardé dans l’église de San Secondo, l’église de la ville : de plus, Incisa nous dit que, le jour anniversaire du miracle, ce tableau était pendu aux parois extérieures de cette église et était exposé à la dévotion publique40. En tout cas, on connaît la forte signification anti-judaïque de l’image de l’Hostie saignante : et ce n’est peut-être pas par hasard qu’un rapport du miracle du xvie siècle est transcrit à l’intérieur du plus ancien registre de la Compagnie du Très-Saint-Sacrement dans la Cathédrale41.

264. Les témoignages des deux membres de l’élite locale qui furent impliqués dans l’affaire, le notaire Ambrosio et le chanoine Isnardi, provicaire épiscopal42, ont un ton très éloigné de l’attitude prophétique de Dom Scotto, mais ils sont aussi hermétiques que celui du jeune prêtre. Ils semblent produits dans des buts différents et associés seulement dans un deuxième moment : le notaire donne son témoignage « à la demande de monseigneur le Préfet », tandis que le provicaire semble avoir écrit une « exposition » du prodige adressée à Sa Majesté le roi de Sicile Victor Amédée II. Aucun d’eux, en tout cas, ne partage l’enthousiasme prophétique de Scotto, et ils se concentrent plutôt sur une description neutre du miracle, et en reconstruisent avec précision extrême les différentes phases et les différents aspects.

27Il est toutefois possible de saisir une différence dans les buts que chacun d’eux se propose en prêtant attention aux contextes que leurs textes prévoient. En fait le premier, le notaire Ambrosio, trahit la préoccupation de souligner le succès que le miracle représente pour la nouvelle institution charitable. Il affirme par exemple qu’il s’est rendu à l’Œuvre « pour service » et qu’il est entré dans la chapelle par hasard, ayant été informé par les filles de la présence du jeune prêtre. Dans sa version, c’est seulement involontairement qu’il est devenu un des actifs protagonistes du miracle : c’est lui qui s’est aperçu de la rupture de l’hostie, et c’est lui qui a communiqué au célébrant le fait que cela empêche une correcte consécration. Il s’agit d’un geste d’autorité, une sorte d’interférence avec le sacrifice de la messe, qui met dans le terrain un élément de « compétence » et qui pourrait cacher – on le verra dans quelques instants – une précise stratégie de légitimation.

28Mais le rôle du notaire Ambrosio ne se borne pas à cette interférence : c’est encore lui, tout de suite après, qui s’aperçut du « sang » lorsqu’il s’approcha de l’autel en apportant une nouvelle hostie au célébrant. Bien que la version de Scotto soit différente (d’après le jeune prêtre c’est lui-même qui s’en aperçut), le notaire Ambrosio affirme avoir vu que l’Hostie « tout au long da la rupture, qui paraissait coupée par un rasoir, et d’un bout à l’autre, du côté de l’Épître, était rouge, comme sang vif. Tout de suite il dit au prêtre de comprendre ce que c’était ce rouge qu’on voyait dans la rupture de l’Hostie ». Dès que le prêtre commença à pleurer et trembler, le notaire Ambrosio joua un rôle actif dans la communication du miracle. Il courut vers les filles et leur Directrice et les invita à sortir de leur « oratoire intérieur » pour voir l’Hostie, puis il se rendit à la Cathédrale pour appeler les chanoines afin d’examiner l’Hostie. Avec eux, il s’aperçut d’un autre aspect du prodige :

Nous tous vîmes les dites deux parties avec le sang qui semble de la vive chair, mais nous vîmes aussi une grande goutte de sang rouge sur le pied du calice du côté du célébrant, et trois ou quatre autres pareilles gouttes au dessus de la coupe du calice, et du côté du célébrant, et messieurs les chanoines virent à l’intérieur du calice une traînée de sang rouge, qui partait du sang consacré, lequel avait l’apparence (les accidents) du vin, et continuait jusqu’à la surface du calice du côté du célébrant, de laquelle traînée on a jugé que le dit sang ait pu couler et former les dites gouttes sur la coupe et à l’extérieur du pied du calice

29Il s’agit d’une précision dans laquelle s’exprime le vrai souci du notaire Ambrosio : établir d’une façon immédiate et persuasive la nature de l’événement. Pour cela, à côté de l’interférence autoritaire dont on a déjà parlé, un but juridique et procédural apparaît43 :

J’avertis messieurs les officiaux de la Curie du Chapitre en absence du très révérend monsieur le vicaire du Chapitre. Ils se rendirent là, dressèrent une déposition jurée du dit prêtre et de moi-même, les expertises de plusieurs messieurs médecins et chirurgiens, qui ont reconnu qu’il s’agissait de vrai sang, rédigèrent des procès-verbaux, scellèrent le calice, et les parties de l’Hostie dans une petite vitrine aux côtés dorés qui se trouvait à l’intérieur de l’œuvre et la déposèrent. Et tout cela se passa en la présence du provicaire du Saint Office et d’un grand nombre de peuple noble et roturier qui avait accouru à cause des bruits d’un tel miracle qui aussitôt se répandirent 

30Nous ne saurons jamais si la « vitrine » était là par hasard ou si elle avait été prévue en avance, mais il paraît certain que le concours de personnes de qualité et de science constitue, dans le témoignage du notaire Ambrosio, le décor d’une procédure ayant le but de faire « reconnaître » la nature de l’événement, ou mieux de ramener la nature de l’événement à l’intérieur d’un cadre juridique. En plus, la présence du provicaire du Saint Office, c’est-à-dire de l’inquisiteur de la ville, indique aussi une possible dimension idéologique de l’affaire. Mais l’accent du notaire Ambrosio a pour but de souligner le succès de l’institution pieuse qu’il représente : médecins, chirurgiens, nobles et peuple se pressent là où jusqu’avant la messe de Dom Scotto il n’y avait que quelques jeunes filles. C’est un succès qui, comme on le verra, constituait peut-être le vrai objectif du notaire.

31Je viens maintenant au deuxième témoignage, celui du provicaire Isnardi. Son témoignage renforce la relation, que nous avons notée dans les mots du notaire Ambrosio, entre un discours sur la compétence et la traduction de la signification du prodige dans la société politique locale à travers sa reconnaissance juridique. Le ton du provicaire Isnardi cache mal un effort de prudence, mais il soutient la vraisemblance de ce qui est arrivé dans la chapelle. Son discours probatoire semble en tout cas se concentrer sur le rôle joué par la hiérarchie ecclésiastique, qu’il représente, dans la réduction du phénomène à des dimensions tolérables du point de vue institutionnel. Lui aussi se borne à décrire avec beaucoup de précision les événements. Le contexte qu’il bâtit est caractérisé par une ambiguïté de la situation au départ, due à la présence de l’incertitude et de l’incompétence.

Mardi dernier 10 mai, entre le 14 et 15 heures, pendant la célébration de la messe, dans la petite chapelle de l’établissement c’est-à-dire conservatoire des filles célibataires qui a été fondé par la bonne mémoire du feu Mgr Migliavacca, dernièrement érigée le novembre passé sous le titre de la présentation de la Vierge Marie, de la part du prêtre François Antoine Scotto, chapelain bénéficié dans la Cathédrale de cette ville, qui était servi par un enfant d’environ neuf ans, à laquelle assistaient seuls le procureur Alexandre Scipion Ambrosio, Trésorier de la dite Œuvre, et les filles du conservatoire dans leur oratoire intérieur pendant l’élévation de l’hostie consacrée le Notaire Ambrosio vit qu’elle était cassée.

32Une petite chapelle, une institution très récente, quelques filles, un jeune prêtre, un enfant, le notaire et trésorier de la même institution. Le témoignage du notaire est confirmé, et surtout son rôle actif de la découverte du « sang » : mais il faut souligner à vrai dire que le provicaire dans le titre de son exposé se réfère prudemment à une « liqueur à la couleur sanguine » qui a été trouvée sur l’hostie et le calice. Le provicaire Isnardi ne manque nullement d’habileté descriptive, et sa référence à l’hostie est extrêmement astucieuse: il ne parle pas directement de sang, mais il insiste sur la couleur. D’après lui, « l’hostie dans toute la longueur de sa fracture était rouge et colorée, à sang vif, qu’elle ressemblait à la chair ». Le provicaire insiste ensuite sur la terreur éprouvée par le prêtre, et confirme le rôle majeur joué par le notaire Ambrosio dans la communication du prodige, insiste sur les larmes et les tremblements, la prostration et l’incertitude de Dom Scotto « puisqu’il disait qu’il ne savait que faire ». Il attribue au notaire Ambrosio un but soit pédagogique soit thérapeutique, bien que non en désaccord avec une fonction de contrôle : il se serait rendu à la cathédrale chercher les chanoines « pour renseigner le prêtre sur ce qu’il était tenu de faire ».

33Mais le vrai centre du discours du provicaire Isnardi est la compétence. La genèse même du prodige est liée à l’incompétence du jeune prêtre : puisqu’on ne peut pas nier la présence du sang, il lui faut au moins souligner que la présence des gouttes de sang dans le calice est due à une série d’actions erronées de la part du célébrant. Le sang se trouve sur le pied du calice, et surtout sur la coupe, mais il est bien séparé du restant du vin : on veut par ceci signifier que le sang est tombé d’en haut, il n’est pas le fruit de la transsubstantiation du vin. Au contraire, dans le discours du provicaire Isnardi il est essentiel que le vin soit resté vin, puisque le célébrant ne l’a pas consacré après l’intervention du notaire Ambrosio (ce qui est en partielle contradiction avec le témoignage de celui-ci). Le prodige, en somme, serait le fruit d’une erreur.

Pour une plus grande intelligence du fait, il faut noter que, bien que le susdit célébrant, après l’habituelle élévation de l’hostie ne l’ait pas soulevée au dessus du calice, et que par conséquent on ne puisse pas comprendre comment les dites gouttes ayant la couleur du sang sont descendues à l’intérieur et sous le même [calice], toutefois le célébrant, dans son interrogatoire, à la question qui lui demandait si, au temps de la dite élévation de l’hostie consacrée, le calice était couvert selon les règles, a répondu qu’il ne s’en souvenait pas ; mais il est d’autre part probable qu’il soit tombé dans l’erreur qu’il commettait d’habitude dans les répétitions qu’on faisait pour apprendre les rubriques de la messe : c’est-à-dire celle de découvrir le calice avant la consécration et l’élévation de l’hostie, et de le laisser dans cet état jusqu’après l’élévation du même calice.

34Il ne s’agit pas seulement, me semble-t-il, de l’impatience du supérieur pour les fautes d’un élève plus que médiocre, qu’on imagine maintes fois réprimandé à cause d’analogues distractions. Plutôt, il vaut la peine de conjuguer le discours sur l’attestation des faits – discours analogue à celui qu’est en train de tenir le même notaire Ambrosio – avec un discours sur la légitimité de la hiérarchie ecclésiastique : en d’autres termes, nous sommes confrontés à une tentative de construction, à travers l’incompétence de l’élève, de la légitimité probatoire des hommes de l’église d’Asti. Dans l’exposé du provicaire Isnardi il y a une constante opposition entre la capacité des ecclésiastiques d’observer les détails de ce qui s’est produit, en d’autres termes de contrôler le sacré, d’un côté, et le prêtre incompétent, épuisé et inutile véhicule de la troublante manifestation du sacré, de l’autre. Lorsque les chanoines arrivèrent dans la chapelle,

[...] eux aussi virent les dites deux parties d’Hostie dans l’état qu’on vient de décrire, et en plus ils virent une grande goutte sur le pied du calice du côté du célébrant, avec trois ou quatre gouttes de couleur sang vif et pareil au naturel sur la coupe du calice et dans la partie intérieure du même calice une autre goutte de dimension non ordinaire. Le tout fut observé de la part de dits chanoines et du confesseur des filles, qui en donnèrent immédiat avis aux officiers de la curie du chapitre en absence du vicaire du diocèse, qui se trouvait à Govone [un gros village du diocèse] pour y diriger dans les exercices spirituels nombre de curés et d’autres ecclésiastiques. Les quels officiers se sont portés sans délai à la dite chapelle où ils ont retrouvé le dit célébrant à l’autel, qui ne pouvait plus se tenir debout : ils lui ont fait l’ablution des doigts, l’ont fait asseoir à côté, puis ils ont visité diligemment la dite hostie sacrée et le calice. La première fut reconnue dans le même état qu’on vient de décrire, et dans la partie inférieure du calice on a vu une petite goutte de liqueur de couleur sanguine, laquelle du bord de la circonférence du même descendait en forme de larme auprès des espèces du vin consacré sans aucune altération de ces dernières, et dans la partie extérieure du même on a vu quatre gouttes de pareille couleur, dont une était de remarquable longueur en forme de larme au-dessus de l’argenture de la coupe du calice. Au bord de la coupe, et sur le pied du même calice il y avait quatre gouttes de la même couleur dont une était de remarquable longueur et aussi en forme de larme au dessus de l’argenture du dit calice, avec des minuscules traces de sang au dessus du rabat doré [?] vers l’extrémité de la même coupe, et sur le pied du même calice il y avait cinq autres gouttes de liqueur pareille, dont une de grandeur remarquable, à une petite distance l’une de l’autre, avec des petites taches de la même couleur sur le corporal, laquelle liqueur était presque coagulée, mais à leur extrémité les dites gouttes qui forment une figure de larme gardaient la consistance de la dite liqueur sanguine presque coagulée, de la dimension, figure et hauteur d’une lentille ou plus , et on voyait les deux parties de la dite sacrée hostie dans sa blancheur ordinaire. De tout cela on a rédigé des procès-verbaux à la présence d’un grand nombre de personnes de qualité, pour la plus grande partie des ecclésiastiques, et on a recherché le jugement des trois plus importants médecins et de beaucoup de chirurgiens de la dite ville, et presque tous ont déclaré sous la foi du serment que la liqueur plus haut décrite avait toutes les apparences de sang naturel, et qu’elle était par eux indubitablement jugée vrai sang 44

35Cet usage de la compétence en fonction de contrôle, et la dignité qui en découle, me semblent construire un contexte que j’aimerais appeler de « défense corporative »45 : on peut le voir, dans le texte, dans la référence à une « petite congrégation d’environ douze ecclésiastiques de distinction accourus là entre beaucoup d’autres, avec l’intervention du Père Vicaire de l’Inquisition de la dite ville, qu’on avait fait venir exprès », qui invoque le Saint Esprit avec l’Hymne Veni Creator Spiritus avant de donner des conseils au jeune prêtre ; la référence du notaire Ambrosio est analogue, bien qu’elle se réfère seulement à la nouvelle petite institution pieuse. Il s’agit d’ériger une borne entre la dignité des chanoines et le reste des fidèles à partir de la capacité des ecclésiastiques de distinguer la présence du sacré, de la rendre tolérable : « Entre temps on poursuivra l’acquisition d’informations et on les transmettra au Saint Siège pour en avoir le sentiment, et on a cru bon de la part du Vicaire, qui avait été averti tout de suite et qui était rentré en ville le soir même du miracle, d’ordonner au peuple trois jours de jeûne dans les trois derniers jours de cette semaine, une communion générale et une procession de pénitence dimanche prochain, et les effets de sa divine miséricorde dans les présentes publiques calamités ». C’est-à-dire, les chanoines se préoccupent de faire terminer la messe à Dom Scotto, puisque le sacrifice doit être célébré complètement – ou bien, en d’autres termes, le prodige doit être ramené à l’intérieur de la logique du sacrifice46. Ils commandent aussi de poser l’Hostie sacrée dans une custode « décente », c’est-à-dire dans la vitrine ; de séparer d’une façon claire vin et sang ; de sceller ces présences si troublantes ; de commencer la procédure de reconnaissance du miracle. Et enfin, ils essayent de bâtir un cadre rituel adapté à la nouvelle manifestation du sacré.

365. Les trois témoignages qu’on a examinés jusqu’ici montrent des choix rhétoriques et de contenu qui déploient une claire construction de contexte. Dans un cas, celui de Dom Scotto, le choix d’un langage prophétique semble ramener l’action qui aboutit au prodige de l’hostie à une présence divine concrète, plus visible que celle qu’évoque la liturgie47. En plus, il s’agit d’une présence capable de pousser à l’action pour résoudre des problèmes personnels : l’espace où l’action se déroule est délimité par une sœur malade, un petit neveu enfant de chœur et l’inspiration divine. Dans les deux autres témoignages, le langage doit être plus attentif aux implications juridiques du prodige, et construire un contexte corporatif défini par la compétence et par le contrôle qu’elle permet sur le comportement des individus. Un tel contexte semble capable de soutenir des buts diversifiés : le patronage d’une institution aussi récente et ambiguë que l’œuvre Migliavacca ; dans l’autre témoignage, la défense du clergé de la ville. Toutes les deux aboutissent au rituel comme un banc d’essai du contrôle exercé par le corps sur des notions éversives et pénétrantes (pervasives) du sacré. Ici aussi il s’agit d’acceptions diversifiées du rituel : pour le notaire Ambrosio, patron de l’institution, le prodige mesure le succès de celle-ci dans le champ des rituels civiques en proposant une présence publique de l’Œuvre ; pour le provicaire Isnardi le succès du corps ecclésiastique local dans le contrôle de l’efficace du sacré permet de renouveler le rituel civique même.

37Pour l’instant, je voudrais souligner combien tous les témoignages que nous avons examinés jusqu’ici manifestent une relation peu explicite du contexte local et des événements avec la dimension spatiale et topographique, comme s’il y avait un présupposé extérieur aux actions, qui les expliquerait tout entières. Qu’il s’agisse de la culture prophétique du jeune prêtre ou de la compétence probatoire et corporative du notaire et du provicaire, c’est quelque chose qui dépasse ce qui a lieu. On pourrait dire que toutes ces lectures présupposent le milieu local : la sœur de Dom Scotto vit dans l’Œuvre, le notaire Ambrosio dédie son existence à la même institution, le provicaire Isnardi48 est le jaloux défenseur des prérogatives du clergé de la ville en face de l’envahissant gouvernement laïc de Turin et du contrôle épiscopal.

38Au contraire, le seul témoignage qui explore d’une façon explicite le contexte local est celui du fonctionnaire turinois chargé de le contrôler. Il s’agit donc d’une lecture « extérieure », et certainement hostile d’un point de vue idéologique aux faits qu’il raconte. Le fait même qu’il fait une référence explicite au fait que « la ville est divisée » par le prodige place son exposé dans un contexte spatial précis. En plus, l’intendant Granella donne à son rapport une forte emphase biographique et prosopographique, puisqu’il attribue des mobiles et des stratégies aux autres protagonistes de l’événement. Examinons les aspects plus importants.

39Une partie consistante de son exposé est dédiée à Dom Scotto et au notaire Ambrosio, tandis que le provicaire Isnardi, qui, au moment du prodige, était la première dignité ecclésiastique locale, reste dans l’ombre, sauf sur un point extrêmement qualifiant, comme nous allons voir. La cible évidente de son exposé est représentée par le jeune prêtre, contre qui l’intendant déploie une rhétorique diffamatoire, qui se distancie nettement du langage de la compétence adopté par les efforts de contrôle local qu’on vient d’identifier.

40L’intendant Granella présente Dom Scotto comme un étudiant raté de la Faculté de Médecine, le définit « idiot », lui attribue des lettres anonymes envoyées à Rome où on parlait d’autres visions et prémonitions qu’un « ange » aurait révélé au jeune prêtre : dans ces lettres, Scotto aurait affirmé que « l’Ange lui avait parlé et lui avait dit que des graves calamités planaient ». Le témoignage de l’intendant confirme donc l’attitude prophétique de Dom Scotto, et l’exprime par une relation, classique, entre calamité et péché. D’après l’intendant, il ne s’agirait pas d’épisodes isolés : il est au courant que Scotto « aurait propagé beaucoup de visions de ce genre ». Il s’agit d’expressions très intéressantes, qui mériteraient une analyse ponctuelle, puisqu’elles renvoient à une culture prophétique locale qu’on a jusqu’ici largement ignorée49. En plus, elles renvoient aussi à une conception de la Charité comme action qui fonderait la vie des communautés dans la société, dont nous connaissons la grande diffusion dans l’Italie du Nord50.

41La stratégie diffamatoire de l’intendant s’adresse enfin au milieu familial de Dom Scotto : il parle d’une pauvreté présumée de la famille d’origine, qui me semble au moins contredite par le bénéfice dans la cathédrale d’Asti auquel le prêtre a été nommé. En plus, il confirme la présence de la sœur de Scotto dans l’institution pieuse, mais il ajoute qu’elle aurait une simple fonction de sacristaine dans l’Œuvre, ce qui semble faux51. L’intendant insiste aussi sur l’impréparation du jeune prêtre, en disant non seulement que l’épisode dont il est le protagoniste est arrivé « sept jours depuis sa première messe », mais en soutenant de surcroît que Dom Scotto « ayant continué pendant quelques temps à donner la bénédiction le soir dans la Cathédrale, […] avait de continuelles distractions dans l’acte même de l’exposition du Saint-Sacrement, se portant dans une telle fonction avec une notable indécence ». Enfin, et peut être surtout, il ramène ces traits culturels à l’intérieur de l’accusation de « mélancolie »52. Mais, typiquement, il ramène aussi cette accusation dans un réseau de relations sociales : en effet il dit que « le même prêtre maintenant ne fréquente habituellement personne, les prêtres de son église non plus, sauf quelquefois monsieur le prévôt Grondana et parfois un certain avocat Garrello, avec qui il dîne aussi, celui-ci étant aussi bien une personne très mélancolique ». Au contraire « il ne fréquente pas monsieur le Vicaire, je tiens pour certain qu’il va rarement le voir, et ce dernier le considère une personne trop naïve ». En somme, il s’agit d’une diffamation qui se développe à partir de l’incompétence, comme dans les cas qu’on vient d’analyser, mais qui représente ou pour mieux dire construit des contextes relationnels qui sont ambigus et dangereux53 – la mélancolie –, ou qui constituent des objets de stigmatisation – la naïveté. Il s’agit de traits qui, avec l’accusation de prophétisme, semblent opposer Scotto à la hiérarchie du clergé séculier de la ville. L’intendant semble manifester ici une consonance d’idées avec l’épiscopat piémontais, qui s’est révélée jusqu’ici à l’analyse comme une des caractéristiques plus marquantes de la consommation des dévotions dans le royaume savoyard54.

42Cette tendance à la construction de contextes ambigus et dangereux est d’autant plus évidente, et semble constituer un des objectifs de l’intendant, si on examine de plus près son analyse du prophétisme. Granella soutient qu’une culture prophétique existe dans la ville, mais il la ramène à un milieu social, ou mieux, à un contexte de sociabilité politique.

En le dit temps une certaine Dorotea nommée ‘la sainte’, provenant du bourg de San Damiano (gros village proche d’Asti), demeurait auprès de feu monsieur le comte Roero de Revigliasco, qui vient de mourir. Cette femme avait déjà demeuré chez le feu frère de monsieur le compte, et celui-ci la tenait en grande considération, surtout pour les continuelles révélations et visions qu’elle disait qu’elle avait de Dieu, bien que peu de personnes la crussent. Et une vision en particulier est bien connue, qu’elle eut peu avant la mort de monsieur le comte Carlo senior, c’est-à-dire que Dieu avait fait descendre du ciel une poule et lui avait révélé qu’en la cuisant et en donnant du bouillon au dit monsieur le comte il serait guéri. Et en effet ce bouillon lui fut donné, mais, de même qu’il n’était pas vrai que la poule était descendue du ciel, ainsi le dit monsieur le comte mourut peu de temps après.
L’esprit de cette femme était très fertile de telles révélations, que tout le monde condamnait, sauf un certain Père Giuseppe Antonio des Carmes déchaussés, son ancien directeur spirituel, et un certain Père Eugenio des Carmes déchaussés, qui la fréquentait lui aussi. Ils promouvaient à tel point la perfection de cette femme, qu’ils diffusaient telles révélations comme si elles étaient vraies, au point qu’ils induirent en telle crédulité le même provicaire Isnardi, qui était ami non moins des dits Pères que de Monsieur le comte de Revigliasco.
Toutefois il est ici à observer que cette femme, ayant eu comme directeur spirituel dans le lieu de san Damiano le prévôt de celle paroisse, personne de très bonnes coutumes, fut rejetée en considération du fait qu’il ne prêtait aucune foi à toutes les visions qu’elle dès lors vantait.
Après donc le dit Miracle, pendant que la dite femme demeurait chez le dit monsieur le feu comte de Revigliasco, qui avait une étroite amitié avec le notaire Ambrosio, la même femme confia au dit Père Giuseppe Antonio les révélations qu’elle avait eues concernant la vérité du miracle, et beaucoup d’autres davantage, au point que les dits Pères, aussi bien que monsieur le Provicaire (Isnardi) – avec qui aussi cette femme parlait – décidèrent d’accompagner la dite femme à Rome pour faire connaître sa sainteté d’esprit, et pour prouver la vérité du dit miracle, monsieur le comte Roero ayant pourvu à une bonne partie des dépenses. On ne sait pas certainement ce qui arriva là bas, mais on sait qu’ils furent tous renfermés dans la prison de l’Inquisition, et on sait positivement que dans la dite ville on n’a pas cru à un tel miracle, aussi bien que dans cette ville d’Asti, en considération aussi du fait que si Dieu avait voulu un si grand miracle, il l’aurait rendu plus manifeste.

43Nous ne savons pas, et peut être nous ne saurons jamais, si la prophétesse Dorotea existait vraiment, et si elle était vraiment hébergée dans le palais des Roero Sanseverino55. Mais nous savons que, si elle a existé, elle n’était pas la seule dans la ville. Un regard tout à fait récent et encore forcément partiel de l’archive de l’Œuvre Migliavacca, qui a été retrouvée depuis peu56, montre que d’autres figures avaient cette renommée et, en plus, pouvaient être tenues responsables tout à fait de la décision de l’évêque Migliavacca de fonder la nouvelle institution. La présence d’Angela Lomellina – tel était le nom de la troisième prophétesse d’Asti que j’ai retrouvé jusqu’ici57 – est destinée à renforcer le rôle des Carmes déchaussés comme des actifs soutiens de cette culture religieuse58. Il reste dans tous les cas à analyser la façon dans laquelle la noblesse locale utilisait la prophétie, et l’implication du clergé local, et notamment du provicaire Isnardi. Il est en tout cas certain que l’intendant Granella envisage une direction précise, peut être suspecte, mais non pas totalement invraisemblable : la culture prophétique, dans la société locale, constitue le noyau d’un contexte de factions qu’on peut accuser d’attitudes anti-turinoises. Il s’agit d’une éventualité qu’on ne peut pas mettre totalement de côté59, mais elle ne peut nullement suffire à la définition du contexte local.

44En effet la stratégie, ou du moins la stratégie rhétorique de l’intendant Granella ne vise pas cette direction seulement. Elle en envisage au moins une deuxième, qui apparaît clairement dans les parties de son exposé qui concernent le notaire Ambrosio. Ici il suit d’autres parcours, certainement diffamatoires, mais qui sont extrêmement intéressants pour nous : il souligne avant tout ses liens avec la curie épiscopale, et le qualifie de secrétaire. Il s’agit peut être d’une exagération. Deuxièmement, il stigmatise l’attitude du notaire face à l’erreur du célébrant : « Ambrosio, en tant que secrétaire de la curie, avait connaissance d’un procès instruit contre un prêtre qui, ayant vu une Hostie cassée après la consécration, en avait consacré une deuxième, et avait quitté la première ». Le notaire n’aurait pas dû induire le jeune prêtre à la répétition – peut être sacrilège ?60 – de la consécration. Il stigmatise aussi l’activisme du notaire par rapport aux filles et à la directrice, qui conduit aux excès de la prostration, des tremblements, des larmes etc. Surtout, l’intendant voit dans le notaire, « le seul qui était en tel temps dans la dite église au-delà de l’enfant du chœur », une intention stratégique : des témoins dont il ne fait pas les noms, soutiennent que le notaire Ambrosio disait souvent que « celle Œuvre là avait toujours été persécutée, et on ne lui permettait de garder le Saint-Sacrement dans la chapelle, et pour cela Dieu avait voulu manifester par un tel prodige sa propre volonté, ce qu’il dit à beaucoup de monde ». Il ajoute que « sur cela il faut savoir que le dit monsieur Ambrosio était le plus fort promoteur de la dite Œuvre, ou plutôt on dit que, malgré les refus qu’il avait eus de tenir le Saint-Sacrement dans la dite chapelle, il avait garanti aux dites filles qu’il l’aurait ensuite obtenu ».

45Pour comprendre la portée de cette affirmation, il est nécessaire de considérer non seulement la stratégie rhétorique de l’intendant, mais plutôt la séquence des actions qu’il représente. Dans les dernières années on a de plusieurs cotés souligné le caractère intentionnel de l’action61, et il me semble qu’il s’agit d’un point de vue qui peut rendre plus complexe l’analyse historique. Je propose par conséquent de revenir au compte-rendu de l’intendant pour y observer des séquences d’actions. En particulier, il y en a une, celle qui clôt le compte-rendu, qui est immédiatement susceptible de la nature intentionnelle des actions. L’épisode du miracle, en effet, se termine par le recours aux théologiens du diocèse (le palais épiscopal à vrai dire est situé à quelques dizaines de mètres de la chapelle de l’Œuvre) : ils arrivent dans la chapelle du « miracle » en apportant une lampe qui en représente le souvenir ou la garde. En effet l’intendant dit qu’une fois mise « dans un étui décent, l’hostie fut déposée sur l’autel proche de la grille ornée d’une décoration gardée par sept scellés de cire, par cinq sceaux, où on la garde maintenant avec une lampe allumée et, selon ce qu’on dit, on ne l’a plus ouvert ».

46Or, cette lampe a la fonction de signaler, selon la Réforme Catholique62, la présence tangible du divin. Mais elle a une fonction de communication complémentaire et cruciale : elle change l’état du lieu, ou bien elle attribue un statut juridique spécifique à ce lieu en le soustrayant à la juridiction laïque et le remet aux spécialistes religieux. C’est une communication qui, dans le cas d’Asti nous le savons d’une façon explicite, est intentionnelle. Par cette lampe, on change le statut du lieu : l’évêque même, en créant l’Œuvre charitable, avait établi que l’institution aurait pu avoir une chapelle, mais, pour ne pas heurter les prérogatives du pouvoir laïc, il avait ajouté qu’il « ne serait pas possible d’ouvrir un oratoire public, mais simplement un oratoire privé pour dire la messe, réciter les prières et célébrer les autres fonctions spirituelles prévues pour les filles qui seraient acceptées dans l’institution.. également, il ne serait pas possible de bâtir un clocher, ni même de garder des cloches, abstraction faite d’une petite clochette pour annoncer les fonctions à l’intérieur de l’Œuvre. Mais ces mêmes fonctions ne devraient jamais être publiques ni de telle sorte qu’elles puissent produire immunité ecclésiastique, aussi bien locale que personnelle »63. L’intendant de la province d’Asti, qui mentionne l’épisode et le testament, est tout à fait d’accord sur le fait que les signes de la présence divine puissent rendre public un lieu privé en lui conférant l’immunité ecclésiastique. Une pareille conviction s’inscrit totalement dans la conjoncture de la politique du royaume de Sardaigne, qui pendant cette période se confronta durement avec le Saint Siège autour du contrôle de la politique ecclésiastique : une confrontation axée autour de la notion d’action de juridiction et de pragmatique juridictionnelle64. Le futur de l’œuvre Migliavacca, que je suis en train d’analyser grâce à la disponibilité de son archive, qui vient d’être récupérée, se déroulera tout au long de cet axe. D’autres témoignages conduisent à croire que la vie de l’institution est caractérisée par un succès : avant tout, des images photographiques du xxe siècle montrent l’autel du « miracle de l’Hostie65 » ce qu’on peut entendre comme le signe d’une tradition locale très enracinée; mais surtout, un chroniqueur local de la fin du xviiie siècle enregistra, an par an, la présence de la chapelle dans les rituels civiques de la ville. Enfin, les dessins relatifs à la réfection du bâtiment de l’institution, pendant la deuxième moitié du xviiie siècle, montrent l’existence d’un accès à la chapelle de l’extérieur66, c’est-à-dire du côté de la rue : cet aspect peut être interprété comme un signe ultérieur du succès juridictionnel, aussi bien que dévotionnel, des événements qui ont impliqué Dom Scotto et le notaire Ambrosio.

476. Nous sommes partis d’un « texte » qui nous signale les négociations de sens qu’un événement prodigieux peut assumer. Nous avons montré qu’une direction d’interprétation féconde est constituée par la perspective juridictionnelle, qui situe les actions dans l’enchevêtrement des pouvoirs locaux. Cette perspective déplace notre représentation du sacré, puisqu’elle souligne constamment le lien étroit, inéliminable dirais-je, entre sacré et action. Il souligne l’existence d’une troisième dimension du fait religieux, au moins dans les sociétés de l’âge moderne : la dimension juridictionnelle. Cette interrelation entre sacré, action et juridiction – soit la miséricorde, soit la reprise du combat anti-hérétique de la part du Sacre Empire Romain, soit les traditions rituelles locales – nous permet de repenser les dispositifs de lecture de ces traits culturels qui nous ont été proposés dans les dernières années. Il s’agit de travaux qui font référence surtout aux croyances et aux systèmes symboliques. Des travaux comme celui de R.B. Kreiser sur les convulsionnaires parisiennes du début du xviiie siècle nous permettent, par exemple, de ramener les réactions au prodige - à partir des tremblements du jeune prêtre et de son caractère mélancolique jusqu’aux larmes des filles renfermées - dans un cadre culturel, celui du jansénisme populaire67. Même la rapidité avec laquelle Dom Scotto fut capable de lire l’événement comme un signe de la colère divine pour la présence contaminatrice du péché semble appartenir à une attitude répandue à exprimer dans le langage métaphorique de la prophétie des inquiétudes personnelles et collectives68. Il s’agit d’approches subtilement polémiques : jansénisme populaire et prophétisme sont considérés comme des aspects, des fragments de systèmes de pensée séparés de ceux de la culture « haute ». De plus, il s’agit de systèmes de pensée que cette culture a réprimés et marginalisés. Le cas du « miracle de l’hostie d’Asti » me semble compliquer énormément ces lectures, puisqu’il montre que la prophétie n’est nullement un trait de la culture populaire, et que son analyse exige qu’on repense notre approche au fait religieux à l’âge moderne.

48Une autre considération est liée au fait même de repenser la dimension religieuse non exclusivement en termes de mentalité ou de psychologie69, mais plutôt en termes pragmatiques : en particulier, dans cette perspective l’action ne peut être ramenée uniquement, et, on pourrait dire, unilatéralement, à une dimension stratégique, que dans les dernières années a été massivement utilisée pour caractériser les comportements sociaux en les opposant aux phénomènes culturels. L’action semble constituer un domaine d’analyse qui implique, ensemble et dans le même temps, les pratiques matérielles aussi bien que les pratiques discursives et les univers symboliques.

49Le spécifique des sociétés de l’âge moderne consisterait alors dans le fait que l’action, et le sacré, sont marqués par une dimension juridictionnelle. Mais ce terme aussi est à préciser.

50La notion de juridiction, qui est d’habitude représentée comme la prérogative d’une magistrature, ne peut être utilisée au singulier dans les sociétés d’Ancien Régime : celles-ci ne peuvent être conçues qu’à travers la présence simultanée de différentes institutions et traditions juridiques – telles que droit commun, droit canon, droit souverain, droit féodal. Cette présence donne lieu à de perpétuels conflits de compétences.

51Enfin, cette pluralité de juridictions avec toutes les tensions dont nous venons de parler, crée un type spécifique de relation entre action et institutions : c’est la relation qu’Alain Cottereau a appelée « transcription » 70: on transcrit des actes parce qu’ils montrent la jouissance de la juridiction et son exercice de la part de celui qui transcrit. Mais aussi de la part de celui qui est objet de la transcription il y a un avantage évident : la reconnaissance d’une situation de la part de l’institution. L’analyse du phénomène religieux ne peut pas faire abstraction de la dimension juridictionnelle. N’importe quel phénomène religieux existe et se développe à l’intérieur d’un enchevêtrement de juridictions et, en vertu de ses dynamiques intérieures, le modifie à son tour.

52Cette pluralité de juridictions, de systèmes juridiques et d’actions change notre représentation du local. Il s’agit d’observer les actions (et les textes) à une « échelle » topographique. C’est la dimension où l’on peut observer la présence simultanée des différentes prérogatives institutionnelles et de leurs tensions et compétitions. D’où la nécessité de l’analyse topographique pour reconstituer cette pluralité, et expliquer les possibles relations entre action, texte et lieu. Dans tous les cas, me semble-t-il, une lecture « dense » des textes renvoie à des actions qui en constituent le contexte, ou qui constituent un contexte tout court. Il s’agit de contextes rhétoriques, bien sûr, mais qui font référence à des dimensions qui ne sont pas exclusivement, et peut être ne sont nullement, textuelles. Mais une telle lecture jette une vive lumière sur les contextes que le tissu textuel construit avec sa mise en intrigue et son argumentation.

Haut de page

Notes

1 Michel De Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975 ; Roger Chartier, La rappresentazione del sociale. Saggi di storia culturale, Turin, Bollati Boringhieri, 1989, et, Au bord de la falaise : l'histoire entre certitudes et inquietude, Paris, A. Michel, 1998.
2 Alberto Mario Banti, « Storie e microstorie: l’histoire sociale contemporaine en Italie », Genèses, 3, Mars 1991, p. 134-146 ; Simona Cerutti, « Microhistory. Social Relations versus Cultural Models ? », Between Sociology and History. Essays on Microhistory, Collective Action, and Nation-Building, ed. Anna-Maija Castrén, Markku Lonkila and Matti Peltonen, Helsinki, SKS, 2004 ; Osvaldo Raggio - Angelo Torre, Introduzione a Edoardo Grendi, In altri termini.Etnografia e storia di una società di antico regime, Milano, Feltrinelli, 2004.
3 Sur le post-modernisme, voir Alun Munslow, Deconstructing History, London-New York, Routledge, 1997 ; Joyce Appleby, Lynn Hunt et Margaret Jacob, Telling the Truth about History, New York-London, Norton, 1994. Lawrence Stone – GabrielleM. Spiegel, « History and Post-Modernism », Past and Present, 135, may 1992.
4 Voir par exemple Barbara Stollberg-Rilinger, « The impact of communication theory on the analysis of the early modern statebuilding », in Empowering Interactions, Wim Blockmans, André Holenstein et Jon Mathieu éds., Aldershot, Ashgate, juillet 2009.
5 Christian Jouhaud, présentation du dossier « littérature et histoire », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1994, 2, p. 271-276.
6 Mathilde Bombart et Alain Cantillon, « Introduction » à ce même dossier, p. 5.
7 Parmi d’infinis exemples d’une approche thématique de la localité v. Leonard Lutwack, The Role of Place in Literature, Syracuse (N.Y.), Syracuse U. P., 1984; Geography and Literature. A Meeting of the Disciplines, William E. Mallory et Paul Simpson-Housley (eds), Syracuse (NY), Syracuse U.P., 1987. Pour une approche déconstructionniste v. Roberto M. Dainotto, Place in Literature: Regions, Cultures, Communities, Ithaca (N.Y.), Cornell U.P., 1999.
8 Richard Fardon, « Introduction », Counterworks. Managing the Diversity of Knowledge, ed. by Richard Fardon, London, New-York, Routledge, 1995, p. 2-5.
9 Michel De Certeau, L’invention du quotidien, I, Arts de faire, Paris, 10/18, 1980, p. 208-210 et 215-222. Sur Certeau, v. François Dosse, Michel De Certeau, le marcheur blessé, Paris, La Découverte, 2002.
10 Maurice Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1945. Sur la distinction, même en champ phénoménologique, entre lieux et espace, v. Edward S. Casey, The Fate of Place. A Philosophical History, Berkeley, London, University of California Press, 1997.
11 Michel De Certeau, L’invention du quotidien, op. cit., p. 208-209 et 216-219.
12 Arjun Appadurai, Après le colonialisme : les conséquences culturelles de la globalisation ; trad. de l'anglais (États-Unis) par Françoise Bouillot, Paris, Payot, 2001, chapitre VIII, « La Production de la localité » (éd. orig. dans Fardon, op. cit.).
13 Id. p. 257.
14 Luc Boltanski, L’amour et la justice comme compétences, Paris, Métaillé, 1990 ; Luc Boltanski et Laurent Thévenot, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991 ; Laurent Thévenot, « Une science de la vie ensemble dans le monde », dans Une théorie sociologique générale est-elle pensable ?, Revue du M.A.U.S.S., 2004, n° 24, p. 115-126 ; Laurent Thévenot, L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, éd. la Découverte, 2006.
15 Edoardo Grendi, « Il disegno e la coscienza sociale dello spazio: dalle carte archivistiche genovesi », Studi in memoria di Teofilo Ossian De Negri, Giovanna Rotondi Terminiello, Geo Pistarino et Massimo Quaini éds, Genova, Stringa, 1986, p. 14-33 (éd. abrégée dans Edoardo Grendi, Lettere orbe. Anonimato e poteri nel Seicento genovese, Palermo, Gelka 1989, p. 155-162).
16 Osvaldo Raggio, Faide e parentele. Lo stato genovese visto dalla Fontanabuona, Einaudi, Torino, 1990; Angelo Torre, Il consumo di devozioni. Religione e comunità nell’Antico Regime, Marsilio, Venezia, 1995. Luca Giana, « Pratica delle istituzioni: procedure e ambiti giurisdizionali a Spigno nella prima metà del xvii secolo », Quaderni storici, 103, 2000, p. 11-48.
17 Alain Cottereau, « Justice et injustice ordinaire sur les lieux de travail d'après les audiences prud'homales (1806-1866) », Mouvement social, 141, 1987, p. 25-59, en particulier p. 30-33 (citation p. 32, n. 12).
18 Il faut souligner la distance de cette formulation – qui envisage un processus de légitimation des acteurs à travers le document – de celle d’« inscription » dont parle Gabrielle M. Spiegel, « History, Historicism and the Social Logic of the Text in the Middle Ages », Speculum, vol. 65, n°1, janvier 1990, p. 59-85 : pour l’historienne américaine, le problème se réduit à la transparence du langage qui constitue les textes.
19 Pietro Costa, Iurisdictio, Semantica del potere politico nella pulicista, Milan, Giuffré, 1969 ; Antonio Manuel Hespanha, « Les magistratures populaires d'Ancien Régime », Diritto e potere nella storia europea. Atti in onore di B. Paradisi. Quarto Congresso Internazionale della Società Italiana di Storia del Diritto, Firenze, Olschki, 1982, p. 806-807. Sur la nouvelle historiographie du droit, voir Paolo Grossi, Il dominio e le cose, Milano, Giuffré, 1992, et L'ordine giuridico medievale, Bari, Laterza 1995. Jean-Frédéric Schaub, « c.r. de Clavero, Instituciòn historica del Derecho et de Hespanha, Poder e Instituçoes no Antigo Regime », Revue d'Histoire Moderne et Contemporaine, 1995, p. 367-370. Les implications pour l'interprétation de l'âge moderne sont explicitées par Antonio Manuel Hespanha, Visperas del Leviatan. Instituciones y Poder politico (Portugal, siglo xvii, Madrid, Taurus, 1989, Osvaldo Raggio, « Costruzione delle fonti e prova: testimoniali, possesso e giurisdizione », Quaderni storici, 91, 1996, p. 135-156, Angelo Torre, « Percorsi della pratica, 1966-1995 », Quaderni storici, 90, 1995, p. 799-829, Lois, justice, coutume. Amérique et Europe latines (16e-19e siècle), sous la dir. de Juan Carlos Garavaglia et Jean-Frédéric Schaub, Paris, EHESS, coll. Recherches d’histoire et de sciences sociales, 2005, et Martine Grinberg, Écrire les coutumes. Les droits seigneuriaux en France, Paris, PUF, 2006.
20 Je suis en train de m’interroger sur les possibilités d’une utilisation de la notion de corps en ethnographie historique : voir Angelo Torre, « Universitas (Losaeus) », Il lessico della Politica di Johannes Althusius, a c. di Francesco Ingravalle et Corrado Malandrino, Firenze, Olschki, 2005, p. 339-360 ; Simona Feci et Angelo Torre, « Premessa », Ordini regolari, a c. di Simona Feci e Angelo Torre, Quaderni storici, 119, 2005, p. 319-332.
21 Luc Boltanski et Laurent Thévenot, op. cit. A côté de ce régime de justification, par exemple, on peut noter qu’un autre régime « d’engagement » caractérise l’action vers la coordination, où la personne et ses entours sont engagés selon des attaches particulières, leur accommodement étant évalué comme une possibilité qui demeure primordiale au maintien d’une personnalité : Laurent Thévenot, op. cit., 2006.
22 Je renvoie à la contribution de Vittorio Tigrino, dans ce même recueil. Voir également Dinah Ribard et Nicholas Schapira, Les malheurs d’Etampes. Action politique, parcours sociaux et pratiques d’écriture au xviie siècle à paraître dans Quaderni storici.
23 Enrico Artifoni et Angelo Torre, « Premessa », Erudizione e fonti. Storiografia della rivendicazione, a c. di Enrico Artifoni et Angelo Torre, Quaderni storici, 93, 1996.
24 Jacques Le Goff, « Documento/monumento », Enciclopedia Einaudi,vol. V, Torino, Einaudi, 1978, p. 38-48 ; Diego Moreno parle de « sources observationnelles » : « Escaping from “landscape”: the historical and environmental identification of local land-management practices in the post-medieval Ligurian mountains », in Ligurian Landscapes. Studies in archaeology, geography &history, Ross Balzaretti, Mark Pearce, & Charles Watkins (eds.), London, Accordia, 2004, p. 130.
25 Edoardo Grendi, art. cit.
26 Diego Mondo, La pittura di decorazione ad Asti nel 18. secolo : gli affreschi della Cattedrale e la committenza di Monsignor Milliavacca, Università di Torino, Facoltà di Lettere, 1986-1987, tesi di laurea, rel. Andreina Griseri.
27 Il s’agit en effet de filles de marchands, médecins, procureurs, avocats etc.
28 Archivio di Stato di Torino (ASTO), Corte, Luoghi Pij di qua da’ Monti, m. 1, Asti, Opera Migliavacca, n. 1: « Testamento di Mons. Innocenzo Migliavacca, vescovo d’Asti, con fondazione e dotazione d’un ritiro di Figlie nubili sotto la direzione de’ Confratelli della Compagnia della Misericordia, quali figlie dovesser essere delle qualità ivi prescrite ».
29 Le rôle du préfet dans l’administration savoyarde n’a pas encore attiré l’attention qu’il mériterait. Cf. Geoffrey Symcox, Victor Amadeus II. Absolutism in the Savoyard State,London, Thames and Hudson 1983, p. 55 et C. Rosso, Una burocrazia di antico regime: I segretari di stato dei duchi di Savoia, Torino, deputazione Subalpina di storia Patria, 1992, p. 225. Sur les relations entre laïcs et ecclésiastiques dans le royaume de Sardaigne voir Maria Teresa Silvestrini, La politica della religione. Il governo ecclesiastico nello stato sabaudo del xviii secolo, Olschki, Firenze 1997.
30 Ils sont déposés dans ASTO, Corte, Luoghi Pij di qua da’ Monti, m. 1, Asti, Opera Migliavacca, n. 3.
31 Je veux remercier Dinah Ribard pour m’avoir suggéré l’analyse qui suit.
32 « Miracolo dell’Hostia Sacrata successo nella Chiesa dell’Opera Milliavacca. Io Sacerdote Giovanni Francesco Scotto della Città d’Asti hoggi alli dieci di Maggio in giorno di martedì mi sono portato personalmente accompagnato con un Figliuolo mio Parente d’Anni nove in circa alla Chiesa chiamata l’Opera di Monsignor Milliavacca defonto alle hore quatordeci in circa et ivi ho chiamato ad una Figlia di detta opera se potevo dire la Santa Messa, et essa subito andò a pigliar licensa dalla Matrona, e mi furono dati gli Paramenti sacerdotali, e subito che son stato vestito arrivò nella medesima Chiesa il Signor Scipione Ambrosio notaio collegiato della città d’Asti, quale voleva servirmi la Santa Messa. Ma io per non incomodarlo gli risposi che havevo quel picciol figliuolo sud. che haveva piacere di servirmi la d. messa ». « Doppo poi sono andato a cellebrar la d. Messa con intentione di preghar per mia sorella figliuola di d. opera quale pochi giorni avanti intesi che si trovava amallata, e così inspirato da Dio sono andato à cellebrar detta messa in detta chiesa et ivi fatta la consecratione, et ellevatione dell’Hostia e del Vino nel Calice che hebbi, ecco che il sudetto Signor Scipione Ambrosio si accostò all’altare e mi disse che l’Hostia che havevo consecrato era spessata, et che la consecrazione non valeva, et io stupitomi di ciò che mi disse, toccai l’hostia con le mani et subito si fecce in due parti. Indi detto Signor Scipione Ambrosio mi portò un’altra hostia per far nova consecratione perché quest’Hostia benché sij rotta, resta però ben consacrata, e mentre dissi quella parola. consecrata guardai la detta hostia e la viddi piena di sangue solamente però da una parte all’altra della rottura di dett’hostia. Subito dissi al detto Signor Scipione Ambrosio che l’hostia consecrata haveva fatto sangue, et esso subito guardò bene la detta Hostia e scoprì la verità, di poi esso andò subito a chiamar la Matrona e figlie della sudetta Opera di Monsignor Milliavacca e vensero tutti à veder con grande ammiratione il sangue della detta hostia et ivi tutti assieme con gran pianti et atti di contritione habbiamo chiamato Misericordia de nostri peccati. Et mentre che il detto Signor Scipione Ambrosio andò a chiamar gli Signori Canonici della Cattedrale Io in presenza delle sudette Figlie e Matrona ho scoperto goccie di sangue puro sopra il calice della consecratione del vino, et ciò mi ha provocato ogni volta più ammiratione, timore e copiosissimo pianto. Indi sono gionnnti gli sudetti signori canonici accompagnati col Signor Provicario Isnardi e Gorija, gli quali m’hanno fatto levare dall’altare accioche m’andassi a riposare. Et io mi sono di subito levato, e mi sono messo in ginochione non puotendomi trattener da gran pianto, di poi essi signori Canonici e Provicario hanno visitato bene, et fatto visitare detto sangue della sudetta Hostia et sangue sopra il sudetto Calice, indi hanno esaminato il sudetto Signor Scipione Ambroggio e poi m’hanno esaminato me, et ivi con nostro giuramento sopra l’Evangelio hanno prodotto l’atto di testimoniali. Indi hanno concluso tra luoro di farmi terminare la messa, come così ho fatto avendo di nuovo consacrato un’altr’hostia, et consumata, come anche il vino di già consacrato posto delicatamente in un altro calice, havendo riserbato la prima Hostia consecrata piena di sangue, et il sangue sopra al detto calice. Indi finita la messa si è detto il Veni Creator etc et fattone l’espositione all’altare dove vi è stato un mondo di persone. Et ciò è quanto il Signore Iddio ha fatto per la Pace e concordia fra Principi Cristiani, Estirpation dell’Heresie et esaltazione di Sua Maestà Cesarea conforme è il mio pio sentimento./ Asti come sopra gli 10 maggio 1718 / Giovanni Francesco Scotto Sacerdote. »
33 Sur les relations entre messe et droits, cf. Angelo Torre, Consumo di devozioni cit, p. 172-212 et G. Greco, I giuspatronati laicali nell’età moderna in La chiesa e il potere politico dal Medioevo all'età contemporanea, a c. di Giorgio Chittolini et Giovanni Miccoli, Torino, G. Einaudi, 1986, p. 534-72.
34 « vedo ch’è consacrata, mentre si vede il sangue »
35 La référence à l’empereur peut trouver une justification dans le grand nombre de fiefs de l’Empire qui existaient en Piémont. v. Giovanni Tabacco, Lo stato sabaudo nel sacro romano impero, Torino, G. B. Paravia e C., 1939 ; Vittorio Tigrino, « Istituzioni imperiali per lo stato sabaudo tra fine dell’antico regime e Restaurazione », L'impero e l'Italia nella prima età moderna, a c. di M. Schnettger - M. Verga (« Annali dell’Istituto storico italo-germanico in Trento », 17), Il Mulino - Duncker & Humblot, Bologna - Berlin, 2006, p. 179-240. Angelo Torre, « Feuding, Factions and Parties: The Redefinition of Politics in the Imperial Fiefs of Langhe in the Seventeenth and Eighteenth Centuries », History from crime, ed. by Edward Muir and Guido Ruggiero Muir, Baltimore and London, The Johns Hopkins University Press, 1994, p. 135-69.
36 Clifford Geertz, « Genres flous : la refiguration de la pensée sociale », Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir, Paris, PUF, 1986, p. 27-48.
37 Pier Giacinto Gallizia, Atti de’ santi, che fiorirono ne’ dominj della reale Casa di Savoja, Torino, Stamperia Reale, 1756-1757.
38 Il s’agirait de deux différents phénomènes : la crise de la ville au xvie siècle concerne les guerres d’Italie ; celle du xviiie porte sur la lutte entre Turin et Rome pour le contrôle de la juridiction ecclésiastique. V. Geoffrey Symcox, Victor Amadeus II, cit. p. 190-225. Dans la conjoncture que nous étudions ici il faut tenir compte du fait que le procès de “perequazione” se traduit dans une réforme du régime fiscal des citoyens d’Asti, qui jusqu’à ce moment ne payaient pas d’impôts dans les villages où ils possédaient des terres. V. Renato Bordone, « Asti capitale provinciale e il retaggio di uno “stato” medievale », Società e storia, 44, 1989, p. 283-302.
39 Il s’agit du journal manuscrit du chanoine Stefano Giuseppe Incisa pour les années 1776-1819, dont existe une reproduction digitale sponsorisée par le Rotary Club de Asti, 1999. Je tiens à remercier ici la directrice de l’archive de la ville d’Asti pour l’aide qu’elle m’a donné dans cette recherche.
40 Op. cit., 1776.
41 Miri Rubin, Corpus Christi : the Eucharist in late medieval culture, Cambridge, New York, Oakleigh (Australia), Cambridge University Press, 1991. Carlo Ginzburg, « Représentation: le mot, l’idée, la chose », Annales E.S.C., 46 (1991), n. 6, p. 1219-1234. Je tiens à remercier Germana Gandino pour m’avoir rappelé cet important article. Voir aussi Miri Rubin, Gentile Tales : The Narrative Assault on Late Medieval Jews, New Haven, 1999. Je n’ai pas pu consulter Joan Cruz, Eucharistic Miracles, Rockford, IL, 1987. V. aussi les matériaux rassemblés par Jean Louis Schefer, L’hostie profanée. Histoire d’une fiction théologique, Paris, P.O.L., 2007. Sur la présence juive à Asti v. Elliott S. Horowitz, « A Jewish Youth Confraternity in Seventeenth-Century Italy », Italia 5 (1985), p. 36-96.
42 À ce moment, donc, le provicaire est la première dignité du diocèse.
43 Selon Appadurai, loc. cit, la compétence est un discours de la localité.
44 « Sopra la comparsa del liquore color sanguigno su l’ostia consegrata e calice li 10 corrente magio, nel celebrarsi la santa messa nella capella dell’opera Migliavacca nella città di asti /esposizione/ fatta a SS.R.Maestà dal Priore di San Paolo D. Urbano Isnardi Provicario di quella curia capitolare, stato chiamato per la concessione delle opportune testimoniali di stato.
Nel martedì or scorso o dieci del corrente Maggio tra le hore 14 e 15, celebrandosi la santa messa dal sacerdote capellano benefficiato nella Cattedrale di detta città D. Francesco Antonio Scotto nella picciola chiesa della casa o sia conservatorio delle figlie nubili, opera istituita dalla bona memoria del fu Sig Vescovo Migliavacca, ultimamente eretta nell’or scorso mese di novembre sotto il titolo della presentazione di Maria Vergine, servitio detto sacerdote da un figliolo d’anni nove circa, e col solo intervento in essa del Procuratoe Alessandro Scipione Ambrosio tesoriere di d. opera, e le figlie d’esso conservatorio nella luoro chiesa interiore, nell’elevazione dell’ostia consacrata, fu quella veduta da detto Ambrosio rotta per mezzo; fatta poi l’elevazione del Calice esso Ambrosio s’accostò all’altare dal canto dell’epistola per riconoscere et assicurarsi, se quella veramente era rotta, a fine d’avertir detto sacerdote, celebrante di pochi giorni à doverne consecrar ’altra, atteso che aveva sentito a dire che non essendo l’ostia intiera, non puotessse quella consacrarsi; e però veduta, e riconosciuta detta ostia spaccata e divisa nella sua giusta metà in due parti egualissime da cima in fondo, avisò il celebrante a riflettere che detta ostia era rotta per mezzo. All’ora dicendo il sacerdote di non essersene accorto, toccò con le dita detta ostia, separando alquanto una parte dall’alt ra e chiamò li fosse portata un’altr’ostia per consacrarla, et esso Ambrosio avisando le sudette figlie del Conservatorio di portarle altr’ostia, e rispostole che la scatola dell’ostie si ritrovava nel tiretto da dove si somministrano le paramenta, andò colà a prendere detta scatola, e con quella portatosi a detto altare dal canto del vangelo, nel porgerla al celebrante, acciò si servisse d’altr’ostia, fissando esso Ambrosio di bel nuovo l’occhio sopra dette due parto d’ostia vidde la parte di quella esistene verso al canto dell’epistola,che in tutta la longhezzo o sia proogfilo della sua frattura era rubi9conda e colorita,à vivo sangue, che pareva carnem e subito disse al celebrante, che vedesse un poco, che cosa era quel rosso che si vedeva iun detta ostia; et esso sacerdote mirando attentamente sopra dette due parti d’ostia, rispose all’Ambrosio queste formali parole. veda ch’è consecrata mentre si vede il sangue; e però atterrito il sacerdote da tal meraviglia si mise a tremare da capo a piedi et a piangere dirottamente. Fratanto detto Ambrosio chiamò dal Communicatorio dette Figlie che venissero a vedere un Miracolo, et esse con la Matrona luoro direttrice accorsero alla Capella esteriore, dove gionte, e fatte accostare tutte all’altare, et osservare quelle due parti d’ostia nella luoro frattura rubiconda di color sangue come sovra, detta direttrice e figlie si prostrarono adorando quella sacrosanta ostia con piangere dirottamente , come pure continuava il celebrante a piangere e tremare come sopra, con dire che non sapeva cosa farsi, e però animato da detto Ambrosio a far coraggio perché fratanto se ne andava a trovar persona per istruirlo di quanto doveva fare, continuando sempre ivi detta matrona e figlie in detto atto d’adorazione, si portò l’Ambrosio alla vicina Chiesa Cattedrale e colà gionto chiamò il canonico e teologo Vaglio et il canonico e penitenziere Ferrero, col quale esso Ambrosio ritorno indilatamente a detta capella, e detto teologo Vaglio se ne andò intanto a ricercare il canonico Argenta Confessore ordinario di dette figlie, quali ambi d’ivi a poco giunsero a detta chiesa, et accostatisi tutti unitamente all’altare videro pur’essi dette due parti d’ostia nello stato sovra descritto, e di più videro una gran goccia sopra il piede del calice verso il celebrante, con tre o quattro goccie di color di sangue vivo e simile al naturale sopra la coppa del calice e enlla parte interiore del medesimo altra goccia di non ordinaria grandezza. Osservato il tutto da detti canonici e confessore, ne diedero immeriatamente avviso agli ufficiali della curia capitolare in absenza di quel Vicario, qual si ritrovava in covone a dirigere negli esercizi spirituali numero considerabile di parochi et altri ecclesiastici, quali officiali transfertisi senza indugio a detta chiesa e ritrovato detto celebrante all’al,tare, che non poteva più regersi in piedi, fatta prima l’abluzione delle ditta, fu fatto sedere a canto d’esso altare, indi visitato diligentamente detta sagra ostia e calice,quella fu riconosciuta nello stesso stato sovra descritto, e nella parte interiore del calice si vidde una picciola di detto liquore sanguigno, qual dalla circonferenza del medesimo discendeva in forma di lagrima in vicinanza delle specie del vino consacrato senz’alcuna alterazione di quelle, e nella parte esteriore del medesimo calice quattro goccie di colore consimile, una però di lunghezza distinta in forma pure di lagrima sopa l’argentatura della coppa d’esso calice, con alcuni minuti segni di cruentazione sopra del risvolto dorato di detta coppa verso l’estremità della medesima, e sul piede dell’istesso calice cinqe altre goccie di liquore consimile, una pur anche di grossezza distinta, e queste tra di luoro poco distanti, con alcune picciole macchie dello stesso colore sopra del corporale, qual liquore di color sanguigno era già quasi come coagulato, con esservi rimasto nel finimento di dette goccie, che formano come sovra figura di lagrima la consistenza di detto liquore sanguigno quasi coagulato come sovra della grossezza, elevazione e figura d’una lenntica, et alquanto di più, vedendosi però sempre le due parti di detta sagra ostia in tutta la sua bianchezza ordinaria sopra del che tutto se ne sono rogate le debite testimoniali alla presenza di gran numero di persone graduate per la maggior /[2v] ecclesiastiche, e ricercato pure il giudicio di tre de principali medici e molti chirurghi d’essa città, quasi tutti hanno deposto con luoro giuramento che il liquore sopra descritto aveva tutte le apparenze di sangue come naturale, e veniva da luoro indubitatamente stimato per vero e proprio sangue.
Indi invocato lume dallo Spirito santo con la recitazione dell’Hinno Veni Creator Spiritus s’è fatta ivi piccola congrega di dodici circa ecclesiastici di distinzione colà accorsi fra molti altri, con l’intervento del Padre Vicario della santa Inquisizione di detta Città fatto espressamente chiamare, e col consulto di quelli s’è stimato doversi consacrare (come s’è fatto) altr’ostia dal sudetto celebrante, e poi trasfuse le specie del vino sacrato in altro calice, per evitare il pericolo d’alterare il stato della gocciola di detto liquore color sanguigno esistente nella parte interiore sudetta, l’ostia nuovamente consacrata col sangue transfuso sono stati consumati dallo stesso celebrante con la continuazione e perfezione del sacrificio. E finalmente il tutto è stato riposto entro una decente custodia collocata sopra detto altare incontro alle grate del medesimo, circondata con friggio, e sopra d’esso sette impressioni di cinque sigilli diversi.
Per maggior intelligenza del fatto, devesi notare che quantunque il celebrante sudetto, doppo la solita elevazione dell’ostia non l’habbi più alzata sopra del calice, e per conseguenza non si possa capire come dette stille color di sangue siano discese entro e sopra del medesimo, come s’è detto, tuttavia interrogato il celebrante se al tempo di detta elevazione d’ostia consacrata, il calice fosse coperto secondo le regole, ha risposto non ricordarsene, ma per altro essere probabile sia incorso nell’errore ch’era solito a comettere nelle sue prove fatte per imparare le rubriche della santa messa cioe d’haver scoperto il calice prima della consacrazione ed elevazione dell’ostia, e d’haverlo così lasciato sino doppo l’elevaizone dello stesso calice.
In tanto proseguendosi la somptione delle Informazioni quelle tolte si trasmetteranno alla santa sede per haverne i suoi oracoli; sendosi stimato da detto vicario Capitolare subito avisato, e restituitosi alla Città la sera dello stesso giorno di martedì di ingiungere al popolo il digiuno ne tre ultimi giorni di questa settimana, con la comunione generale e processione di penitenza nella domenica prossime ventura, e gl’effetti della sua infinita misericordia nelle presenti pubbliche calamità. »
45 Sur les rapports entre corps et religion v. Quaderni storici, 119, 2005, Ordini regolari a c. di Simona Feci et Angelo Torre. Pour les rapports entre chanoines et évêques à Asti entre xviie et xviiie siècle v. Angelo Torre, « Il vescovo di antico regime: un approccio configurazionale » Quaderni storici, 91, 1996, p. 199-216.
46 Angelo Torre, « Sacrificio eucaristico e giurisdizione. Ipotesi di lettura di un miracolo nel settecento piemontese », dans Il sacrificio, a c. di Renata Ago, Roma, Biblink, 2004, p. 19-34.
47 Sur l’association entre doute à propos de la présence réelle et transsubstantiation, voir « Eucharistie : VIII. Du xvie au xxe siècle », « Eucharistiques (Accidents) », in Dictionnaire de Théologie Catholique, vol. V, Paris, Letouzay, 1913, coll. 1355 – 1368 et 1368 –1452 et « Messe : IV. A l’époque de la Réforme et du Concile de Trente », et « V. dans la théologie latine à partir de la Réforme », id., vol. X, Paris, 1928, coll. 1143 – 1218.
48 Et pourtant, quelques années plus tard, Isnardi créera une œuvre analogue: Guglielmo Visconti, Diocesi di Asti e istituti di vita religiosa : lineamenti per una storia, Asti, Gazzetta d'Asti, 2006, p. 270.
49 Pour un premier sondage, voir Elisabetta Lurgo, « Caterina da Racconigi (Racconigi 1486-Caramagna 1547) : per una storia delle fonti », Sanctorum, 4, 2007, p. 1-23.
50 A. Torre, « “Faire communauté”. Confrérie et localité dans une vallée du Piémont (xviie-xviiie siècle) », Annales H.S.S., 62, 1, 2007, p. 101-135 et, Consumo, op. cit., cap. II.
51 Cette donnée n’a pas encore trouvé confirmation dans l’archive de l’œuvre Migliavacca. La sœur de Dom Scotto, en tout cas, eut des problèmes dans le paiement de la dot à l’institution.
52 Sur la mélancholie voir Mauro Simonazzi, La malattia inglese : la melanconia nella tradizione filosofica e medica dell'Inghilterra moderna, Bologna, Il mulino, 2004. Pierangelo Schiera, Specchi della politica Disciplina, melanconia, socialità nell’Occidente moderno, Bologna, Il mulino, 1999, p. 107-49 et p. 275-314.
53 Une relation de l’intendant Corte di Montanaro, jointe à la documentation que nous sommes en train d’examiner, mais rédigée quelques années plus tard, affaiblit les considérations de son prédécesseur: « Eccellenza, ho veramente puoi compreso non poteva cadere salvo sovra il signor don Giovanni Francesco Scotto l’informazione chiamatami nell’antecedente ordinario dal Signor Avvocato Rasano per ordine di Sua Maestà quantunque sia stato per equivoco cognominato Sotto di qual cognome non v’è prete in questa città. Il sudetto dunque è figlio d’un certo fu signor Scotto Orefice nella presente città, inanti si facesse religioso ha studiato per qualch’anno la medicina, resosi indi prete, fu provisto d’una cappellania in questa Cattedrale e doppo ha sempre ateso a servir la sua Chiesa, il medemo è molto da sé, ne pratica dimesticamente con alcuno, quale però non meno proviene dal suo naturale che dall’esser anche pocho Cercato per la sua particolarità nel discorso anche qualche volta piccante e volubile; per altro puoi è comunemente tenuto in concetto di buon religioso, et alle feste ordinariamente si porta all’Hospedale a farvi la Dottrina Cristiana, quest’è quanto ho potuto ricavare di più certo circa tal sogetto…Firmato: Corte di Montanaro. Asti, 23 dicembre 1725. » Il s’agit d’une stigmatisation plus d’ordre culturel que dogmatique, que l’on peut considérer comme le signe d’une évolution politique, très bien connue, du royaume de Sardaigne. V. Franco Venturi, Settecento riformatore, II La chiesa e la repubblica dentro i loro limiti, Turin, G. Einaudi, 1976; Luciano Allegra. Identità in bilico : il ghetto ebraico di Torino nel Settecento, Torino, S. Zamorani, 1996.
54 Angelo Torre, Consumo, op. cit. part IV.
55 L’archive des Roero Sanseverino de Revigliasco, déposée dans l’Archive de l’Opera Pia Barolo, Torino, n’a pas encore fourni des informations utiles.
56 Je dois à Barbara Molina toute ma gratitude pour l’aide qu’elle m’a donnée dans la re-découverte et la consultation de cette archive.
57 Elle ne semble pas avoir des relations directes avec la princesse Violante Lomellini Doria qu’a étudiée Paolo Fontana, Patriziato e santità, Roma, Carocci, 2004.
58 Les Carmes sont payés en avril 1718 pour leurs prêches dans l’œuvre. A.O.P.M., Conti del tesoriere, vol. 1, 1718 ;
59 Angelo Torre, « Il vescovo ... » art. cit.
60 Dans le sens que celui qui administre ou reçoit un sacrement d’une façon non valable ou indigne commet un sacrilège : voir « Sacrilège. Espèces », Dictionnaire de Théologie Catholique, vol. XIV, Paris 1939, col. 696.
61 Voir La sémantique de l’action, dir. Dorian Tiffeneau, Paris, Ed. du C.N.R.S., 1977 ; Les formes de l’action. Sémantique et sociologie, dir. Patrick Pharo et Louis Quéré, Raisons pratiques, 1, 1990 ; Jean-Louis Petit, L’action dans la philosophie analytique, Paris, PUF, 1991 ; L’événement en perspective, dir. Jean-Louis Petit, Raisons pratiques, 2, 1991.
62 Paolo Prodi, Il cardinale Gabriele Paleotti , Roma, Ed. Storia e Letteratura, 1964.
63 ASTO, Corte, Luoghi Pij di qua da’ Monti, m. 1, Asti, Opera Migliavacca, n. 1 : « Testamento » cit.
64 Maria Teresa Silvestrini, La politica della religione op. cit. p. 52-53.
65 A.O.P.M., carte sparse.
66 Elena Caligara, Destinazione originaria e funzioni d’uso attuali : proposte di restauro per l’Opera Migliavacca di Asti, thèse 1998-99, Politecnico di Torino.
67 Robert B. Kreiser, Miracles, Convulsions, and Ecclesiastical Politics in Early Eighteenth-Century Paris, Princeton, N.J., Princeton U.P., 1978.
68 David Warren Sabean, Power in the Blood : Popular Culture and Village Discourse in Early Modern Germany, Oxford, Oxford U.P. : voir Angelo Torre, « Il discorso popolare: metafora o linguaggio ? », Quaderni storici, 64, 1987, p. 233-244;
69 Edoardo Grendi, Repenser la micro-histoire ? In Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, dir. Jacques Revel, Paris, Gallimard, Le Seuil, coll. Hautes études, 1996, p. 233-243.
70 Cottereau, art. cit.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Angelo Torre, « Les lieux de l’action : transcription documentaire et contexte historique », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2008-01 | 2008, mis en ligne le 02 novembre 2008, consulté le 28 avril 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/2842 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.2842

Haut de page

Auteur

Angelo Torre

Angelo Torre teaches Early Modern History at the Department POLIS of the University « Amedeo Avogadro » of Eastern Piedmont. His researches are devoted to micropolitics, to state formation in Europe and to the religion of the laity in early modern society. He is writing a book on local space, and is studying transit economies and cultural heritage between Old regime and Modern society. He is the author of  Il consumo di devozioni (1995) and co-editor of Uno spazio storico. Committenze, istituzioni e luoghi nel Piemonte meridionale (2007). Since 1990 he is a member of the Direction Board of Quaderni storici.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page