Navigation – Plan du site
L'Argot

Le lecteur du xviie siècle et l'argot. Problèmes de lisibilité et de pertinence

[1995]
Claudine Nédélec

Résumé

Nous nous proposons d'étudier ici quelquesdifficultés présentées par la mise en place du lecteur virtuel, et la substitution du lecteur réel au lecteur virtuel, dans des textes qui utilisent un langage "risqué", l'argot, parce qu'il pose à la fois des problèmes de compréhension (de façon réelle ou fantasmatique, il n'est argot que s'il est réputé secret) et de tolérabilité (comment un écrivain peut-il parler à ses lecteurs le langage du crime ?). Comme le lecteur réel est un être dans l'histoire, nous nous servirons comme base d'analyse de trois textes situés dans un contexte historique précis, le début du 17ème siècle : un extrait du roman intitulé la Vie généreuse des Mercelots, Gueux et Bohémiens (roman anonyme signé du pseudonyme de Péchon de Ruby, Lyon, 1596), un poème tiré des Premières Oeuvres poétiques du capitaine Lasphrise (par Marc Papillon, seigneur de Lasphrise, Paris, 1597) et une scène de la Comédie de proverbes (par Adrien de Montluc, comte de Cramail, Paris, 1634). Mais il est d'abord nécessaire de définir quelque peu ce qu'il faut entendre par argot.

Haut de page

Texte intégral

Définition

1L'argot n'est qu'un lexique utilisant la syntaxe commune, mais les auteurs parlent tous de langue ou de langage ; nous emploierons donc ces termes. Cette langue, donc,  est composite et difficile à dégager d'autres particularismes lexicaux. On y reconnaît des emprunts à des langues étrangères (voire anciennes), des termes de métier, des mots dialectaux, des archaïsmes. Nous proposons d'adopter une attitude de lecteur, et de reconnaître pour argot ce que le texte nous dit être tel,  soit en lui-même (le poème de Lasphrise est intitulé « sonnet en authentique langage soudardant »), soit par le lexique qu'il s'adjoint (comme c'est le cas dans la Vie généreuse). C'est l'argot dans les textes et par les textes littéraires que nous voulons étudier, et la façon dont ceux-ci « fabriquent » leur lecteur, non les rapports entre ceux-ci et la « réalité » sociale (étude qui serait d'ailleurs impossible à mener au xviie siècle, puisque l'argot n'est connu justement que par ces textes).

2Le mot « argot » est un mot d'argot qui apparaît en 1628 dans le titre d'un roman d'Olivier Chéreau, le Jargon ou langage de l'argot réformé, comme il est à présent en usage parmi les bons pauvres. Tiré et recueilli des plus fameux argotiers de ce temps. Composé par un pilier de Boutanche qui maquille en mollanche en la vergne de Tours (c'est-à-dire un maître de boutique qui travaille la laine dans la ville de Tours). Ce mot désigne un groupe social, ou plutôt asocial, composé chez Chéreau de trois sous-groupes : les mercelots (petits marchands ambulants, vivant d'expédients) ; les mendiants de toute espèce (vrais, ou plutôt faux, les "trucheurs", ceux qui ont un truc pour éveiller la pitié) ; les voleurs de toutes sortes, de la maraude au cambriolage en passant par les voleurs à la tire, et leurs femmes ! Comme le dit Chéreau : « pour être parfait argotier il faut savoir le jargon des blesches, ou merciers, la truche comme les gueux, et la subtilité des coupeurs de bourses. » Puis le sens s'entend au langage parlé par le groupe, et remplace progressivement le mot de jargon (trop polysémique) qui le désignait jusque-là. Le mot et son sens seront enregistrés par l'Académie en 1740, mais sont déjà présents chez Furetière (édition de 1701). Mais les argotiers sont aussi ceux qui « entervent et rouscaillent » le jobelin, le gourd, le blesquien, le narquin ou narquois, le bigorne...

3On reconnaît traditionnellement trois fonctions à l'argot. C'est un langage technique, désignant les activités particulières des mendiants et des coureurs de routes : les picoureurs « picorent » le linge que l'on laisse sécher sur les haies ou les prés ; bier sur la foigne, c'est mendier comme des soldats déserteurs ou revenus du service (les narquois ou drilles), bier sur le franc mitou, c'est mendier en montrant de vraies ou de fausses maladies, comme le font les malingreux, les sabouleux, les callots, les piètres...

4C'est un langage secret, destiné à protéger ceux qui le parlent de la curiosité des gens extérieurs au groupe, langage révélé au cours d'une véritable cérémonie d'initiation, que raconte la Vie généreuse.

5C'est enfin un signe de reconnaissance constitutif d'une idéologie de perversion et de provocation envers les normes sociales par la remise en cause des normes linguistiques (déformation des mots - langage du bas corporel) : il est signe d'intégration dans une communauté illégale, illégitime, d'autant plus dangereuse qu'elle singe les organisations sociales légitimes par des institutions parodiques (la Cour des miracles, les états-généraux des gueux).

Quelques questions

L'usage littéraire d'un tel langage pose un certain nombre de questions.

6Quel lecteur virtuel est-il postulé par des textes « en argot » (notons que l'expression est impropre : aucun texte ne peut être entièrement argotique, car l'argot est un lexique fragmentaire ; la quantité de mots d'argot présents est un des aspects de la question) ?

7Ce langage étant à la fois secret et criminel, le seul lecteur virtuel possible sans médiation est l'argotier, autrement dit le gueux, le truand ; mais y a-t-il un lecteur réel tel qu'il se substitue à ce lecteur-là ? L'écrivain court alors le risque de ne pas être lu du tout (le gueux ne sait pas lire) !

8Un lecteur argotier est-il par ailleurs un lecteur avouable, un lecteur que le texte puisse se désigner sans tomber sous le coup de la censure ? Il y a là le risque de ne pas être matériellement lisible !

9Est-il enfin un bon lecteur, c'est-à-dire un lecteur auquel le texte puisse se donner le mérite de s'adresser ? Le risque le plus grand n'est-il pas de ne pas être considéré comme lisible par les « honnêtes gens » qui (même s'ils comprennent en réalité l'argot) n'ont pas envie, ou craignent d'être pris pour des gueux, et que la fréquentation d'un auteur gueux (comment connaîtrait-il sinon ce langage ?) n'intéresse pas, voire indigne.

10Une solution consiste à produire du jargon en un de ses sens, un langage incompréhensible, un « galimatias » destiné à un-lecteur-qui-ne-comprend-pas, un pur bruit. Mais le bénéfice de l'opération est limité (il se réduit au xviie siècle à un effet comique) ainsi que son extension textuelle possible (on n'accepte pas longtemps de ne rien comprendre). Et surtout il est plus simple de fabriquer pour cela un  langage propre au texte, plutôt que d'en emprunter un existant, qui sera compris de certains (d'où la nécessité de prévoir deux effets différents du même texte) et qui en l'occurrence est fortement connoté socialement, ce qui en fait un instrument dangereux (comment se fait-il que l'auteur le connaisse ? a-t-on le droit de jouer avec le feu ?)

11Deux possiblités. Soit construire un lecteur virtuel ignorant et lui construire en même temps une compétence (nécessairement) posée comme absente au départ, pour parvenir à la lisibilité et à l'intelligibilité (que l'ignorance du lecteur réel soit réelle ou feinte). Mais à quelles conditions alors le lecteur réel pourra-t-il accepter d'être celui auquel s'adresse cette leçon ? celui qui veut bien admettre qu'acquérir une telle compétence peut lui être profitable (étant entendu qu'il n'est pas question qu'il souhaite devenir un gueux ou un truand !) ?

12Soit s'adresser à un lecteur virtuel disposant d'une compétence déjà constituée, mais donnée comme issue d'ailleurs que du réel, d'autres textes - ce qui repose la question : ces textes sont-ils des textes que l'on puisse reconnaître avoir lus ? comment justifier, légitimer, voire rendre valorisant ce recours à un corpus qui risque d'être considéré comme illégitime, donc d'être renié (même s'il est réellement connu des lecteurs réels) ?

Trois exemples

Roman : la Vie généreuse des Mercelots, Gueux et Bohémiens... parPéchon de Ruby, gentilhomme breton, Lyon, 1596

13Le narrateur explique et traduit au fil de son texte les mots qui font difficulté, par exemple :

  • 1  cité d'après Figures de la gueuserie, textes présentés par R. Chartier, Paris, Montalba, 1982 - p. (...)

Nostre vie estoit plaisante, car quand il faisoit froid, nous peaussions dans l'abbaye ruffante, cest dans le four chaud, ou l'on a tiré le pein de n'aguere, ou sur le pelard, cest sur le foing, sur fretille, sur la paille, sur la dure, la terre : ces quatre sortes de coucher ne nous manquoient selon le temps : car si nos hostes faisoient difficulté de nous loger, ou la nuict nous prenoit s'il pleuvoit nous logions dans l'abbaye ruffante, & au beau temps sur le pellardier : c'est à dire le pré. Et la espionnions les ornies, ce sont les poulles, & ornies ce sont les poullets & chappons qui perchent au villages dans les arbres prés des maisons aux pruniers fort souvent, & la attrimons l'ornie sans zerver [sans bruit] & la goussions ou fouquions pour de l'aubert, c'est à dire manger ou vendre [litt. donner pour de l'argent]1

14De plus, l'ouvrage se termine par un dictionnaire de deux pages :

  • 2 Ibid., p. 129.

cy commence le Dictionnaire Blesquin, dont le François est le premier2

15Le texte joue donc un peu avec les capacités interprétatives de son lecteur virtuel, à qui il est tout de même demandé quelques efforts : les mots sont parfois expliqués à leur seconde ou troisième apparition, et le dictionnaire (à la fois incomplet et citant certains mots absents du texte) n'est donné que dans un seul sens, pas le plus commode ; certains termes sont laissés à deviner selon le contexte, ou  comme dérivés de mots expliqués... Et la chanson de mariage qui clôt le texte (« le dauluage biant à l'anticle », le mariage allant à l'église) voile sous un certain hermétisme un sens nettement pornographique.

  • 3 Ibid., p. 128.

"  Hau rivage trutage,
Gourt à hiart à nos is :
Lime gourne rivage,
Son, yme foncera le bis.
   Ne le fouque au Coesmes,
Ny hurez Cagouz à tris :
Fouque aux gours coesres.
Qui le riveront fermis3.

16à cette exception près, le narrrateur se débrouille pour enseigner à un lecteur de bonne volonté un langage qu'il ignore.

17Mais à quoi bon ? selon la préface :

  • 4 Ibid., p. 108.

[…] si se trouvoit quelqu'un qui par mespris voudroit blasmer le Discours de ce livre, je luy respons que [je l'ai fait] pour laisser couler le temps, & pour mon plaisir.4

18Mais voici la dernière phrase du texte :

  • 5 Ibid., p. 128.

Ces folies meslees de cautelles, c'est afin que chacun s'en donne garde5.

19Autrement dit, il s'agit d'instruire : les ruses de ces gueux-là sont dangereuses pour votre bourse, pour l'ordre social et pour la charité due aux vrais pauvres - or leur langue secrète est la première de leurs ruses. Mais ils sont aussi plus drôles que vraiment dangereux : il faut à la fois s'en méfier et savoir en rire. Plaire et instruire : littérature tout à fait conformiste !

20Mais une telle leçon n'est crédible que si l'authenticité de l'information est garantie : d'où l'écriture à la première personne et la signature par un truand (qu'on suppose repenti) dont l'identité est doublement argotique : Péchon de Ruby veut dire « apprenti éveillé, fûté », et breton signifie en argot des Coquillards (tel qu'on le connaît par les documents de leur procès de 1455 et par les Ballades en jargon et jobelin de Villon)... voleur !

21Ajoutons quelques jalons pour situer les lecteur réels : la Vie généreuse est rééditée à Paris en 1603, 1612, 1618, 1622, et enfin à Troyes en 1627, par Nicolas Oudot, fondateur en cette ville des éditions dites de la Bibliothèque bleue (petits livrets bon marché vendus par les colporteurs) ; elle est remplacée ensuite par le Jargon de l'Argot réformé, paru pour la première fois en 1628, et qui sera constamment réédité tant que durera la littérature de colportage, c'est-à-dire jusqu'en 1850. Par son circuit éditorial,  cette littérature s'adresse aux plus humbles de ceux qui accèdent à la lecture, public socialement dévalué, public "bas" ; mais un pastiche comme la Réponse et complainte au Grand Coesre sur le Jargon de l'Argot réformé (par « un des plus chenastres argotiers de ce temps », anonyme, Paris, 1630) qui donne un texte très argotique sans aucun procédé de traduction, s'adresse forcément à un lecteur du Jargon. Or ce lecteur doit être aussi un lecteur cultivé qui puisse être sensible aux jeux de langage héroïcomiques et burlesques, et préoccupé de la « question sociale » puisqu'il y est (assez savamment) débattu du problème de la charité. En fait, c'est ce genre de lectures dont on ne se vante pas, mais qu'un certain nombre d'indices désignent comme des lectures réelles dans de nombreux milieux.

Poésie : Sonnet en authentique langage soudardant in les Premières oeuvres poétiques du apitaine Lasphrise par Marc Papillon, seigneur de Lasphrise, Paris, 1597

Accipant du marpaud la galiere pourrie,
Grivolant porte-flambe enfile le trimart ;
Mais en dépit de Gille, ô gueux, ton girouart,
A la mette on lura ta biotte conie.
 

Tu peux gourd-piailler me credant et morfie
De l'ornion, du morme : et de l'oygnan criart,
De l'arthois blanchemin que ton riflant chouart
Ne rive du courrier l'andrimelle gaudie.

Ne rouce point du sabre au mion du taudis,
Qui n'aille au Goulfarault, gergonant de tesis
Que son journal o flus n'empoupe ta fouillouse.

N'embiant ou rouillarde et de noir roupillant,
Sur la gourde fretille, et sur le gourd volant,
Ainsi tu ne luras l'accolante tortouse.

22Traduction :

Recevant de l'homme une mauvaise jument,
Grivolant (soldat libéré) porte-épée, prends la route ;
Mais en dépit de Gilles, ô gueux, ton (saint) patron (?),
à la fin (?) on verra ta bête morte.

Tu peux bien boire, crois-moi, et mange
Du chapon, du  mouton, et de l'oignon criard (?),
Du pain blanc ; que ton ardent braquemard
Ne baise la joyeuse fille de l'hôte.

Ne rosse (?) point du bâton le garçon de la maison,
Qu'il n'aille parler de toi au garde-champêtre ;
Que son salaire au jeu (de cartes) n'emplisse ta bourse.

En voyageant avec une bouteille, et en dormant la nuit
Sur la bonne paille, et sur le bon manteau,
Ainsi tu ne verras pas la corde qui serre le col.

23Ici, la procédure est tout autre : aucun moyen de traduction n'est donné et la proportion d'argot est telle que le texte est illisible au non-initié (la traduction est de moi). Le lecteur virtuel est un gueux, un soudard, auquel un auteur « dessalé » s'adresse pour lui donner des conseils assez peu moraux (c'est la procédure des Ballades en jargon de Villon) afin de sauver sa peau : « continue à mener la belle vie, mais sois prudent ». L'argot est garanti comme réel, puisque l'auteur a été effectivement capitaine et a pu réellement parler le jargon des soudards ; ses lecteurs désignés seraient-ils alors ses anciens soldats ?

24Le lecteur virtuel est en fait beaucoup plus complexe : le sonnet est une forme savante, et il est ici tout à fait régulier : l'auteur et son lecteur ont des lettres, et n'ignorent peut-être pas les ballades de Villon (mais Marot en a donné la dernière édition en 1533).

25à côté de l'argot qu'on peut trouver chez Villon (luer pour voir, gaudie -latinisme- pour joyeuse) et chez Péchon, on repère quelques jeux de langage : empouper est un emprunt au vocabulaire technique de la marine pour remplir ; il y a un jeu de mots sur le verbe accoler en parlant de la corde qui accole le pendu (qui le prend au col), et sur Gilles, qui évoque l'expression faire gille (s'enfuir) ; accipant et credant, à côté d'andrimelle formé sur le grec andr- (homme, par plaisanterie, du type « hommelette »), sont peut-être plus une référence lettrée (aux verbes latins accipere et credere) qu'un souvenir du provençal. L'auteur s'amuse aussi à des dérivations plaisantes à partir de mots d'argot : biotte (jument) à partir de bier (aller, voyager) ; piailler à partir de pier, boire ; grivolant composé de grive (guerre, service militaire) et volant (manteau, ou qui vole).

26Enfin, ce sonnet (unique dans les 612 p. du volume, jolie petite édition à tranche dorée) se trouve dans un ensemble intitulé « sonnets en galimatias », accompagné d'autres ensembles comme les « énigmes » (charades à sens érotique) ou les « Sonnets de Bacchus et Carême-prenant » ; mais le volume comporte aussi « le Cantique de la Vierge Marie, avec [...] des Oraisons chrétiennes », une « Nouvelle tragi-comique » et de nombreux poèmes d'amour où un critique trouve « quelques-uns des plus purs joyaux de l'Eros baroque » (Lestringant).

27Nous sommes donc en présence d'un jeu lettré avec les mots, d'un jeu aussi avec la transgression pour un lecteur distingué qui peut se permettre une certaine perversion ; qui peut reconnaître une compétence dévalorisée à condition de la compenser par d'autres compétences, valorisantes (la capacité de jouer avec tout le langage). Ce pastiche suppose en effet de savoir le décoder comme tel.

28Bref, nous sommes dans la stratégie de l'encanaillement : le lecteur réel joue à se prendre pour un soudard, tout en se substituant en fait à un lecteur virtuel distingué par sa capacité même à se dévaloriser tout en gardant conscience de sa valeur.

Théâtre : La Comédie de proverbes par Adrien de Montluc, comte de Cramail, Paris, 1634

29Au théâtre, le texte argotique en appelle soit à un spectateur réel qui comprend l'argot, et qui accepte de reconnaître publiquement qu'il le comprend ; soit à un spectateur qui apprend l'argot avec un personnage, en une sorte de scène didactique, justifiée par l'intrigue ; soit à un spectateur qui accepte (voire se valorise) de n'y rien comprendre (sauf que c'est de l'argot - sinon à quoi bon ?) : se posera alors le problème de la quantité de texte inintelligible supportable et de sa fonction dans l'intrigue.

30En voici un exemple : en 1634, paraît sous l'anonymat une pièce (qui ne fut pas jouée, semble-t-il) construite sur une gageure : tout le texte est fabriqué de « proverbes » (phrases toutes faites, expressions familières, quolibets) mis bout à bout ; l'intrigue est pourtant celle de la comédie moyenne : deux jeunes gens amoureux, Lidias et Florinde, se heurtent au refus du père de la jeune fille, qui veut la marier au capitaine Fierabras. Ils s'enfuient, puis, avec l'aide de deux habiles valets, Alaigre et Philippin, obtiennent leur pardon et leur mariage.

31Pendant leur fuite, ils se sont endormis sous un arbre et des « bohémiens » leur ont volé leurs habits ; à leur réveil, Alaigre leur suggère de se déguiser en « bohémiens » avec les habits que ceux-ci leur ont laissés, et d'aller voir le père pour le pousser à accepter leur mariage sous couleur de lui dire la bonne aventure. Mais pour faire vrai, encore faut-il savoir « rouscailler bigorne » : qu'à cela ne tienne, Alaigre parle ce langage qu'il a appris « à la cour du grand coesre, du temps [qu'il était] parmi les mattois, cagoux, pollissons, casseurs de hannes » (II, 4 - référence très précise au Jargon de l'argot).

Acte III, scène 1 (c'est moi qui souligne les mots d'argot)

Alaigre, Philipin, Lidias, et Florinde, Desguisez en Bœsmiens

Alaigre
Me voilà maintenant preparé comme un bourreau qui est de feste, je m'imagine qu'on ne nous prendroit pas tous quatre pour des enfans du bourlabé qui ne demandent qu'amour & simplesse : on nous prendroit bien plustost pour des carabins de la commette, & pour des esveillez qui ne cherchent que chappe chutte, un Tavernier nous regarderoit à deux fois avant que nous donner quelque chose, il auroit peur d'estre payé en monnoye de singe : Florinde a bien la mine de ces ficheuses, qui ressemblent les balances d'un Boucher, qui pesent toutes sortes de viande, car la voilà troussee comme une poire de chiot : mon Maistre a mieux la mine d'un guetteur de chemins, & d'un escornifleur de potence, que d'un moulin à vent, & Philipin pour une bourgeoise d'Aubarvillers, à qui les jouës passent le nez.

Philipin
Tu as raison, toy tu ressembles mieux à un parement de gibet, qu'à un quarteron de pommes, mais n'importe l'habit ne fait pas le Moine. Aga, queu si queu my, te rogamus audi nos.

Alaigre
Voicy le bout du jugement, les bestes parlent latin.

Lidias
Florinde au conte de ces garçons, tu passeras pour une bourgeoise du Nil, ou d'Alger.

Florinde
Et toy, Lidias, pour un pellerin de la Mecque, vrayement Alaigre a plus d'esprit qu'un Gerfault : il me fait esperer que nous ne demeurerons pas sur crouppe d'or.

Alaigre
Ouy, mais ce n'est pas tout que des choux, il faut sçavoir son rollet, je doute fort que Philipin ne sache que le trou de bougie : là, là, il faut commencer son dicton en faisant son chemin, Philipin diras-tu la bonnaventure sans rire ?

Philipin
Encor que je ne manque pas d'ignorance, je serois bon à vendre vache foireuse, je ne ris point si je ne veux, & si j'ay caquet bon becq, la poulle à ma tante.

Alaigre
Diras-tu bien ce que j'ay mis dans la truche, sçais-tu bien river le bis, ou rousquailler bigorne.

Philipin
Jaspin, je rive, fremy comme pere & mere, il ne me reste plus qu'à casser les hannes, pour me rendre plus fin que Maistre Gonin.

Lidias
Philipin est sçavant jusques aux dents, il a mangé son breviaire.

Alaigre
O diable, c'est un bon gars, il entend cela, son pere en vendoit.

Lidias
Florinde puis que nous sommes avecques les loups, il faut hurler, & dire nostre ratelee de ce jargon, ou ne s'en point mesler, & comme il nous viendra à la main, soit à tort ou à travers, à bis ou à blanc, n'importe, pourveu qu'on ne nous entende non plus que le haut Allemand.

Florinde
Je ne veux pas m'amuser à ces bricolles de discours. Je diray seulement ce qui me viendra à la bouche : il faut laisser faire ces garçons, ils entendent cela comme à faire un vieux coffre.

Philipin
Morgoine je sçay entraver sur le gourd, il ne m'en faut que monstrer, j'en dirois à cette heure autant qu'il en pourroit venir. Allons viste, il me tarde que je n'en devide une migouflée à ce malautru de Capitaine, qui sera tousjours flouquiere, & puis c'est tout une, il faut commencer à tourner vers la vergne, les pieds me fourmillent que je n'y sois tout chaussé & tout vestu.

Alaigre
Il faut embier le pelé juste la targue.

Florinde
Philipin a gaigné mon esprit : car il prend la matiere à cœur, & s'en acquitte mieux que de planter des choux. S'il estoit appris, il seroit vray : il y a pourtant esperance qu'avec du pain & du vin il fera quelque chose, ou il ne pourra.

Alaigre
Il a les genoux gros, il profitera […]

32Nous constatons que les deux maîtres ne se formalisent pas des compétences argotiques de leurs valets, mais Florinde se refuse à s'y essayer, dessinant une sorte d'attitude du spectateur : on veut bien rire de l'entendre chez les autres, voire admirer ironiquement leurs compétences, on ne prétend nullement pour autant faire partie de ceux qui le parlent.

33Ce langage est donné comme incompréhensible, et moyen de secret : le seul effet qu'en attende Lidias est « qu'on ne nous entende non plus que le haut allemand ». Le spectateur est-il censé comprendre ?

34Pour le terme de ficheuses, la suite de la phrase ne laisse guère de doutes ; pour le reste, on peut supposer deux possibilités. Le spectateur ne comprend pas : ce n'est pas grave, ces phrases n'ajoutent rien à la compréhension de la situation, leur côté étrange suffit à déclencher un effet (comique), surtout par contraste dans un texte qui joue sur le connu, voire le trivial. Le spectateur comprend : ces formules retrouvent alors leur statut de « proverbes », de phrases connues, de citations, car le vocabulaire et les expressions sont empruntés au livre de Chéreau. Plaisir de l'initié donc, mais aussi effet de sens : les deux expressions « river le bis, ou rouscailler bigorne » semblent deux synonymes pour « parler argot » (comme peut le deviner un spectateur ignorant) ; en fait, seule la seconde a ce sens, la première a quant à elle un sens érotique, et c'est elle que reprend Philippin : « Jaspin [oui], je rive fremy [beaucoup] comme père et mère »... Une des « grossières équivoques » dont s'indignera la génération suivante.

35Or Cramail était un grand seigneur cultivé, élégant, considéré comme un modèle d'honnête homme, qui savait « mille belles choses » et « nous a laissé en certaines pièces imprimées quelque idée de son beau naturel et de la gentillesse de son esprit » (selon l'abbé Marolles) ; et sa comédie semble bien avoir été écrite pour un public de cour... à lire ce passage, on se rend compte que Monsieur le Comte et ses lecteurs « s'encanaillent furieusement » comme dira Molière dans la Critique de l'Ecole des femmes (1663)...

Haro sur le galimatias

36C'est qu'à partir de 1650 il y a de plus en plus de lecteurs grincheux et pisse-vinaigre qui ne veulent plus s'encanailler ! Pour eux parler canaille, c'est en être, ou être de mauvais goût ; et de telles compétences, on ne saurait tirer aucun profit.

37Ainsi ces textes sont-ils rejetés soit comme incompréhensibles (l'incompréhension est le plus souvent feinte), soit, ce qui revient en fait au même, comme impertinents ; bref, illisibles : les lecteurs réels refusent désormais de se substituer au lecteur virtuel du texte argotique.

38Ce refus de lecture est bien exprimé déjà par Marot : préfaçant sa réédition des Œuvres de Villon (1533), il a cette réaction : « touchant le jargon, je le laisse à corriger et exposer aux successeurs de Villon dans l'art de la pince et du croc » - seuls « lecteurs » possibles : les argotiers, ce qui revient à dire pas de lecteur possible. Ces textes sont et doivent rester illisibles, comme le disait déjà Geoffroy Tory en 1529 : « je sais que maître François Villon en son temps en a été grandement ingénieux ; si toutefois eût-il mieux fait d'avoir entendu à faire plus bonne chose ... j'alléguerai quelque peu dudit jargon, mais pour en éviter la méchante connaissance, je passerai outre. » Et l'érudit Colletet qui prépare une Vie de Villon vers 1655 ajoutera : « ce sont des vers que je n'entends pas, et que tout honnête homme ne doit pas aussi tâcher d'entendre », car cela doit rester le « mystère des gueux de l'hostière, et des gens de sac et de corde ». L'auteur est ainsi assimilé au criminel qu'il jouait à être, et sa leçon est inutile, ou plutôt perverse. Et pourtant Colletet fait allusion à un « Livre de l'argot que j'ai vu autrefois » qui ne peut guère être que celui de Chéreau, dont il connaît manifestement le vocabulaire...

39L'hostilité au jargon, au galimatias, devient alors générale ; chacun renchérit sur le purisme et les exclusions (y compris parmi les auteurs burlesques, bientôt réduits au silence eux-mêmes), à tel point qu'on cesse de produire des textes argotiques (seul le Jargon de l'Argot réformé continue de paraître dans la Bibliothèque bleue) : l'argot est devenu illisible.

Pour conclure

40à titre de comparaison, et pour voir permanences et variations en fonction de l'histoire littéraire et de l'histoire, il serait intéressant d'étudier deux autres périodes de développement de la littérature argotique : les années 1720-1730, où l'arrestation et la mort du bandit argotier Cartouche, mais aussi de nouvelles configurations du monde littéraire, favorisent une mode de l'argot ; et surtout les années 1830-1860, où les ténors de la littérature du moment, Hugo, Balzac et Sue, exploitent les témoignages des Mémoires du bandit repenti Vidocq. En particulier, il faudrait s'interroger sur la fonction, vis-à-vis du lecteur virtuel, du métatexte sur l'argot qui prend alors un tel développement, et dont voici pour finir un exemple, tiré du Dernier jour d'un condamné :

Haut de page

Notes

C'est toute une langue entée sur la langue générale comme une espèce d'excroissance hideuse, comme une verrue. Quelquefois une énergie singulière, un pittoresque effrayant : il y a du raisiné sur le trimar (du sang sur le chemin), épouser la veuve (être pendu), comme si la corde du gibet était veuve de tous les pendus. La tête d'un voleur a deux noms : la sorbonne, quand elle médite, raisonne et conseille le crime ; la tronche, quand le bourreau la coupe. Quelquefois de l'esprit de vaudeville : un cachemire d'osier (une hotte de chiffonnier), la menteuse (la langue) ; et puis partout, à chaque instant, des mots bizarres, mystérieux, laids et sordides, venus on ne sait d'où : le taule (le bourreau), la cône (la mort), la placarde (la place des exécutions). On dirait des crapauds et des araignées. Quand on entend parler cette langue, cela fait l'effet de quelque chose de sale et de poudreux, d'une liasse de haillons que l'on secouerait devant nous.

1  cité d'après Figures de la gueuserie, textes présentés par R. Chartier, Paris, Montalba, 1982 - p. 110 - texte de l'édition de Paris, 1612.

2 Ibid., p. 129.

3 Ibid., p. 128.

4 Ibid., p. 108.

5 Ibid., p. 128.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudine Nédélec, « Le lecteur du xviie siècle et l'argot. Problèmes de lisibilité et de pertinence », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Claudine Nédélec, L'Argot, mis en ligne le 14 novembre 2007, consulté le 24 juin 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/319

Haut de page

Auteur

Claudine Nédélec

Professeur des Universités (9e section, langue et littérature du xviie siècle), Université d'Artois, EA 4028 "Textes & Cultures" (co-responsable de l'axe "marges et frontières de la littérature") - directrice de la collection "études littéraires et linguistiques" à Artois Presse Université - travaux de sociocritique consacrés aux catégories esthétiques (notamment burlesque, grotesque, héroï-comique, comique...) et aux débats concernant l'usage que la littérature fait de la langue/des langues.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org