Navigation – Plan du site
L'Argot

Stratégies d’insertion d’une langue dans la langue : le cas de l’argot

[2000]
Claudine Nédélec

Texte intégral

1Ainsi que le rappelle Roger Chartier, même si l’œuvre qu’on lit est rédigée dans la langue qu’on parle, elle

[…] ne prend de sens qu’à travers les stratégies d’interprétation qui construisent ses significations1.

2Ces stratégies sont encore plus nécessaires et évidentes quand le sens se dérobe ; car « notre » langue n’est pas forcément une langue que nous comprenons dans toute son étendue, parce qu’elle est aussi constituée de lexiques particuliers, qu’ils soient techniques, scientifiques, archaïques, provinciaux – le texte risque alors de devenir incompréhensible, à moins que les stratégies interprétatives du destinataire ne trouvent d’appui dans les stratégies par lesquelles l’auteur (ainsi potentiellement en position de devenir « traducteur ») construit les dispositifs et les règles qui permettent et contraignent la production de sens.

3Ce sont ces deux faces des stratégies interprétatives que nous voudrions étudier, dans un cas particulier, celui de l’emploi par l’écrivain non vraiment d’une langue étrangère, mais de ce que nous pourrions appeler une langue « étrange » (au sens plein que ce terme a au xviie siècle), une langue qui est de la langue (du français, en l’occurrence) tout en étant une « autre » langue (plus précisément, un autre lexique), l’argot.

De La Vie généreuse au Jargon, ou langage de l’argot réformé

4En 1596, paraît à Lyon un livre intitulé La Vie généreuse des Mercelots, Gueux et Bohémiens contenant leur façon de vivre, subtilités et jargon : ce récit à la première personne raconte les tribulations d’un « gentilhomme breton » qui signe du pseudonyme de Péchon de Ruby (ce pseudonyme – qui signifie en argot « enfant éveillé » – cache un auteur resté anonyme) qui a « en ses jeunes ans exercé ce beau métier ». Or, devenir mercelot (c’est-à-dire petit marchand ambulant, colporteur), puis gueux, implique une véritable initiation, en particulier à la langue secrète de ces catégories marginales, à leur « jargon », c’est-à-dire, selon une des définitions de Furetière, cette

[…] langue factice dont les gens d’une même cabale conviennent, afin qu’on ne les entende pas, tandis qu’ils s’entendent bien entr’eux : tel est le jargon de l’Argot dont se servent les coupeurs de bourse, les Bohémiens […].

5« Tel est le jargon de l’Argot » : Furetière cite ici le titre d’un autre ouvrage, qui reprend, complète, réécrit le premier, ouvrage paru vers 1628-29, et intitulé Le Jargon, ou langage de l’Argot réformé, comme il est à présent en usage parmi les bons pauvres ; il est signé d’un obscur auteur provincial, Olivier Chéreau. Ce texte connut belle fortune dans la littérature populaire (ce qu’on appelle la Bibliothèque bleue) car il fut constamment réédité (en moyenne tous les 20 ans) jusqu’à la disparition de celle-ci, en 1850. Or les deux ouvrages ont ceci de commun qu’ils ne se contentent pas de parler de l’argot, ils le parlent.

6L’argot étant une langue à la fois secrète et criminelle, signe d’appartenance et de connivence, le seul lecteur virtuel possible sans médiation de ces textes serait donc l'argotier ; mais les argotiers, gens de sac et de corde, va-nus-pieds et vagabonds, sans feu ni lieu, sans foi ni loi, ont l’immense défaut de ne pas savoir lire ! Même si ce n’était pas le cas, d’ailleurs, un lecteur argotier n’est pas un lecteur avouable, un lecteur auquel le texte puisse s’adresser sans tomber sous le coup de la censure (signalons que ces textes circulent tout de même sans privilège pendant tout le xviie siècle). Les destinataires de ces récits ne peuvent donc être que des lecteurs « honnêtes », c’est-à-dire absolument (et heureusement) ignorants de ce langage qui leur est « étranger ». Seulement, un écrivain peut-il écrire « afin qu’on ne l’entende pas » ? comment prétendre alors, comme le fait le paratexte de ces deux ouvrages, chercher à garder le bon peuple de ces fauteurs de trouble en lui révélant le langage secret qui les protège et leur permet de machiner leurs coups ? Il faut donc donner au lecteur les moyens de comprendre cette autre langue, cet autre de la langue – sans pour autant rompre la fiction narrative, source de plaisir et de « récréation ».

Dictionnaires et traductions simultanées

7Chéreau se contente d’insérer, dès les premières pages de son ouvrage, un « Dictionnaire argotique dressé par ordre alphabétique » argot-français, accompagné d’une liste de mots qui ont été changés (d’où le titre, langage de l’argot réformé) par

les Archisuposts, qui sont des Escoliers débauchez, mouchaillans que trop de Marpaux entervoient (constatant que trop de gens comprenaient [l’argot])2.

8Ainsi,

Premierement, la teste on la nommoit calle, à present c'est la tronche. Un chapeau on le nommoit plan, à present on l'appelle un comble. Les pieds on les nommoit trottins, à present sont des paturons. Un manteau c'estoit un volant, à present c'est un tabar ou tabarin. Du potage s'appeloit de la jaffe, à present c'est de la menestre. Une chambriere se nommoit limogere, à present on l'appelle une cambrouse. Un chemin on l'appeloit pellé, à present c'est un trimard. Manger c'estoit briffer ou gouffer, à present c'est morfier. Une écuelle se nommoit crolle, à present c'est une saliverne. Une fressure se nommoit ditre, à present c'est encensoüer. Monnan c'estoit à dire moy, à present c'est meziere ou meringuand. Tonnan c'estoit à dire toy, à present faut dire teziere ou teringuand3.

9Il emploie ensuite le vocabulaire argotique en l’insérant naturellement dans la phrase, sans aucun système de distinction. Par exemple, cette description d’une catégorie de gueux, « les pollissons » :

Polissons sont ceux qui ont des frusquins qui ne valent que froutiere ; en Hyver, quand le gris boüesse, c'est lors que leur estat est le plus chenastre : les Rupines & Marcandiers leur fichent les unes un georget, les autres une lime ou haut de tire, qu'ils solissent au Barbaudier du Castu ou à d'autres qui les veulent abloquir. Ils trollent ordinairement un guellard à leur costé, avec une rouillarde pour mettre le pivoys. Ils entervent bravement attrimer l'ornie. Il s'en trouve grande quantité aux Estats, & fichent deux ragots au grand Coësre par an4.

10Mais on peut considérer, car Chéreau y fait allusion, qu’il compte que certains de ses lecteurs ont déjà lu Péchon de Ruby, et disposent donc d’une certaine habitude.

11Les procédures sont plus complexes chez Péchon de Ruby, qui s’adresse à un interlocuteur, désigné par la dernière phrase du récit : « Ces folies meslées de cautelles, c'est afin que chacun s'en prenne garde5 », qui ne connaît donc pas du tout cette langue, mais doit l’apprendre pour s’en protéger. Lui aussi accompagne le texte d’un « dictionnaire », situé en annexe à la fin du texte, mais dûment annoncé dans le titre :

Plus a été ajouté un dictionnaire en langage blesquien6, avec l’explication en vulgaire7.

12Mais, dans la première édition, en 1596, ce dictionnaire est argot-français et dans un ordre tout à fait aléatoire, vaguement thématique : il fonctionne ainsi plutôt comme une liste à la Rabelais que comme une véritable aide à la lecture [voir exemple dans le recueil de textes], d’autant qu’y figurent de nombreux mots qui ne se retrouvent pas dans le texte. Puis sa fonctionnalité s’améliore : dans une réédition de 1612, il devient français-argot, ce que souligne son annonce (« ci commence le dictionnaire blesquin, dont le français est le premier8 »), et adopte un ordre (approximativement !) alphabétique.

13Deuxième procédure, adoptée parallèlement chez Péchon : le narrateur explique et traduit au fil de son texte les mots qui font difficulté. Ainsi, Péchon raconte qu’il s’est enfui de chez ses parents avec un « petit mercier » de sa connaissance :

J'avois desrobé cinquante cinq sols à ma Mere, je dis à mon compagnon que nous ferions à moitié. Il me respond que sa balle valloit quatre livres tournois, & que j'avois part à la concurrence de mes deniers, & qu'eussions *affuré les Ripaux, Ripes & Milles & Pechons qui attrimoyent nostre Coesmelotrie pour de l'aubert huré. Quand nous eusmes esté trois ou quatre mois à la campagne, j'avois de butin deux *rusquins, & demie menee de ronds, deux herpes, un froc & un pied.
* C'est à dire qu'eussions trompé les Gentilshommes, damoiselles & garçons, femmes de village & paysans, leur donnant nostre marchandise9.
Rusquins sont escus, ovendes sont livres, ronds sont douzains, herpes liards, pieds deniers, froc un double.

Les façons de coucher
Nostre vie estoit plaisante, car quand il faisoit froid, nous peaussions dans l'abbaye ruffante, c'est dans le four chauld, où l'on a tiré le pain n'agueres, ou sur le pelard, c'est sur le foing, sur fretille, sur la paille, sur la dure, la terre : ces quatre sortes de coucher ne nous manquoient selon le temps ; car si nos hostes faisoient difficulté de nous loger où la nuict nous prenoit, s'il pleuvoit nous logions dans l'abbaye rufante, & au beau temps sur le pelardier, c'est à dire le pré. Et là espionnions les ornies, ce sont les poules, & ornions, ce sont poulets & chapons qui perchent aux villages dans les arbres pres des maisons, aux pruniers fort souvent ; & là attrimions l'ornie sans zerver & la gouffions ou fouquions pour de l'aubert, c'est à dire manger ou vendre10.

14On peut remarquer la coexistence de plusieurs systèmes : au début du passage, un astérisque annonce la traduction, placée à la fin du « chapitre » (et non renvoyée en note ou dans les marges) ; cette formule sera abandonnée dès la seconde édition, au profit de la seconde du passage : la traduction accompagne immédiatement le mot, fréquemment annoncée par « c’est ». Dans toutes les éditions, l’italique marque de façon assez systématique (l’impression n’est pas exempte de fautes diverses, sans être aussi fautive que certaines de celles de Chéreau) les termes argotiques.

15On peut remarquer que, malgré ces aides à la « traduction », les deux auteurs jouent aussi avec les capacités interprétatives de leur lecteur virtuel, à qui il est tout de même demandé quelques efforts : certains mots, peut-être suffisamment connus, comme aubert (argent, terme issu de l’argot des Coquillards, connu par Villon), ne sont traduits nulle part ; certaines traductions restent incomplètes (comme celle de la dernière phrase citée, « attrimions l'ornie sans zerver & la gouffions ou fouquions pour de l'aubert, c'est à dire manger ou vendre », qui signifie exactement en réalité « attrapions la poule sans bruit, et la mangions ou donnions pour de l’argent ») ; les mots ne sont parfois expliqués qu’à leur seconde ou troisième apparition ; certains sont laissés à deviner, en particulier les dérivés de mots expliqués... Quant à la chanson de mariage qui clôt le texte de Péchon de Ruby, on y voile sous un certain hermétisme un sens qu’on devine nettement pornographique.

Le Dauluage biant à l'Anticle, au rivage huré & violante la hurette, & pelant la mille au Coesre.
C'est le mariage des gueuz & gueuzes quand ils vont epouzer à la Messe ; & comme ils disent ceste chanson en ceremonie.
Hau rivage trutage,
Gourt à biart à nozis :
Lime gourne rivage,
Son yme foncera le bis.
  Ne le fouque aux Coesmes,
Ny hurez Cagouz à tris :
Fouque aux gours coesres,
Qui le riveront fermis11.

16Le texte obéit ainsi à une double logique : la logique « réaliste », selon laquelle l’argotier qui raconte sa vie (Péchon de Ruby), ou le « pilier de boutanche, qui maquille en mollanche en la vergne de Tours12 » (le maître de boutique qui travaille la laine dans la ville de Tours – cette périphrase désigne Olivier Chéreau, effectivement maître-sergetier à Tours), bon bourgeois, certes, mais qui a quelques raisons, semble-t-il, de bien connaître ce milieu dont il décrit les us et coutumes, ou encore les « deux Argotiers, l’un Polisson, l’autre Malingreux » (deux des catégories de gueux : nous avons vu la description des pollissons plus haut – les malingreux « sont ceux qui ont des maux ou playes dont la pluspart ne sont qu’en apparence13 ») dont il transcrit le dialogue, parlent « naturellement » leur langue. Et une logique du jeu verbal, où on joue de la discordance des deux « langues » mises en présence, de l’inventivité de ce lexique qui mêle archaïsmes, mots étrangers, provincialismes, dérivations parodiques, et surtout métaphores à la fois attendues et incongrues, comme cette « abbaye de Monte-à-regret » qui désigne la potence – où on joue aussi avec le goût des lecteurs pour l’énigme, la devinette, l’équivoque, l’allusion (à un texte antérieur), voire le mystère…

17Pour compléter le tableau, je vous propose d’observer par contraste deux textes qui jouent de la référence aux deux que nous venons d’observer.

à la limite de l’incompréhension

18Le premier, paru à Paris en 1630, s’intitule la Réponse et complainte au grand Coesre sur le Jargon de l’argot réformé ; avec un plaisant dialogue de deux Mions, par le Regnaudin Mollancheur, en la Vergne de Miséricorde ; composé par un des plus chenastres argotiers de ce temps14. Ce texte anonyme use abondamment de l’argot, sans aucune procédure de traduction : il est à peu près incompréhensible sans les dictionnaires de Péchon et de Chéreau à portée de la main, comme le signale la référence incluse dans le titre ; il semble même parfois se donner pour tâche d’en employer le plus de mots possible. Tout repose donc sur une connaissance supposée du lecteur du lexique argotique – connaissance qui relève ici, non d’une confrontation à la réalité, mais d’un savoir livresque. Parler l’argot n’est plus seulement l’apanage des gueux, il devient celui des « chercheurs curieux ». La forme et les problématiques, relativement complexes, de ce texte désignent un lecteur lettré – qui a, en l’occurrence, intérêt à avoir une culture encyclopédique, et sans exclusive hiérarchique.

19Le second est une pièce de théâtre, parue sous l'anonymat en 1634, et construite sur une gageure : tout le texte est fabriqué de « proverbes»  (phrases toutes faites, expressions familières, quolibets) mis bout à bout ; l'intrigue est pourtant celle de la comédie moyenne : deux jeunes gens amoureux, Lidias et Florinde, se heurtent au refus du père de la jeune fille, qui veut la marier au capitaine Fierabras. Ils s'enfuient, puis, avec l'aide de deux habiles valets, Alaigre (allègre) et Philippin, obtiennent leur pardon et leur mariage.

20Pendant leur fuite, ils se sont endormis sous un arbre et des bohémiens leur ont volé leurs habits, leur laissant les leurs ; à leur réveil, Alaigre leur suggère de profiter de la situation en se déguisant en bohémiens, et d'aller voir le père pour le pousser à accepter leur mariage sous couleur de lui dire la bonne aventure. Mais pour faire vrai, encore faut-il savoir parler comme les Bohémiens, c’est-à-dire parler argot, rouscailler bigorne : qu'à cela ne tienne, Alaigre parle ce langage qu'il a appris « à la cour du grand coesre, du temps [qu'il était] parmi les mattois, cagoux, pollissons, casseurs de hannes15 ». La référence au Jargon de l'argot, qui décrit sous ces noms différentes catégories de gueux ou de voleurs (les casseurs de hannes sont les voleurs de bourses) est très nette.

21Au début de l’acte suivant, nous retrouvons les deux amants, Lidias et Florinde, et leurs valets respectifs, Alaigre et Philippin, déguisés en Bohémiens, et voici leur dialogue.

Alaigre - Diras-tu bien ce que j'ay mis dans la truche, sçais-tu bien river le bis, ou rousquailler bigorne ?

Philipin - Jaspin, je rive, fremy comme pere & mere, il ne me reste plus qu'à casser les hannes, pour me rendre plus fin que Maistre Gonin.

Lidias - Philipin est sçavant jusques aux dents, il a mangé son breviaire.

Alaigre - O diable, c'est un bon gars, il entend cela, son pere en vendoit.

Lidias - Florinde puis que nous sommes avecques les loups, il faut hurler, & dire nostre ratelee de ce jargon, ou ne s'en point mesler, & comme il nous viendra à la main, soit à tort ou à travers, à bis ou à blanc, n'importe, pourveu qu'on ne nous entende non plus que le haut Allemand.

Florinde - Je ne veux pas m'amuser à ces bricolles de discours. Je diray seulement ce qui me viendra à la bouche : il faut laisser faire ces garçons, ils entendent cela comme à faire un vieux coffre.

Philipin - Morgoine je sçay entraver sur le gourd, il ne m'en faut que monstrer, j'en dirois à cette heure autant qu'il en pourroit venir. Allons viste, il me tarde que je n'en devide une migouflée à ce malautru de Capitaine, qui sera tousjours flouquiere, & puis c'est tout une, il faut commencer à tourner vers la vergne, les pieds me fourmillent que je n'y sois tout chaussé & tout vestu.

Alaigre - Il faut embier le pelé juste la targue.

Florinde - Philipin a gaigné mon esprit : car il prend la matiere à cœur, & s'en acquitte mieux que de planter des choux. S'il estoit appris, il seroit vray : il y a pourtant esperance qu'avec du pain & du vin il fera quelque chose, ou il ne pourra.

Alaigre - Il a les genoux gros, il profitera16.

22Nous constatons que les deux maîtres ne se formalisent pas des compétences argotiques de leurs valets, mais que Florinde se refuse à s'y essayer, dessinant une sorte d'attitude du spectateur : on veut bien rire de l'entendre chez les autres, voire admirer ironiquement leurs compétences, on ne prétend nullement pour autant faire partie de ceux qui rouscaillent bigorne. Ce langage est donné comme incompréhensible, et moyen de secret : le seul effet qu'en attende Lidias est « qu'on ne nous entende non plus que le haut allemand17 ». Alors, qu’est-ce que le spectateur est censé comprendre ?

23On peut supposer deux possibilités. Le spectateur ne comprend pas : ce n'est pas grave, les mots, voire les phrases, n'ajoutent rien à la compréhension de la situation, leur côté étrange suffit à déclencher un effet (comique), surtout par contraste dans un texte qui joue sur le connu, voire le trivial. Le spectateur comprend : ces formules retrouvent alors leur statut de « proverbes », de phrases connues, de citations, car le vocabulaire et les expressions sont empruntés au livre de Chéreau. Plaisir de l'initié donc, mais aussi effet de sens : les deux expressions river le bis, ou rouscailler bigorne semblent deux synonymes pour « parler argot », et même un spectateur ignorant peut le deviner ; en fait, seule la seconde a ce sens, la première a quant à elle un sens érotique, et c'est elle que reprend Philippin : « Jaspin [oui], je rive fremy [beaucoup] comme père et mère »... Une de ces « grossières équivoques » dont la génération suivante voudra « purger le théâtre ».

24Or l’auteur, Adrien de Montluc, comte de Cramail, était un grand seigneur cultivé, élégant, considéré comme un modèle d'honnête homme, qui savait « mille belles choses » et « nous a laissé en certaines pièces imprimées quelque idée de son beau naturel et de la gentillesse de son esprit », selon l'abbé de Marolles ; et sa comédie semble bien avoir été écrite pour un public de cour... A lire ce passage, on se rend compte que Monsieur le Comte et ses lecteurs « s'encanaillent furieusement », comme dira Molière dans La Critique de l'Ecole des femmes (1663)...

Conclusion

25Il s’agit donc soit de construire un lecteur virtuel ignorant (que cette ignorance soit, chez le lecteur réel, véritable ou non) et de lui construire en même temps une compétence nécessairement posée comme absente au départ, pour parvenir à la lisibilité et à l'intelligibilité, soit de s'adresser à un lecteur virtuel disposant d'une compétence déjà constituée, mais donnée comme issue d'ailleurs que du réel, i.e. d'autres textes.

26Dans le premier cas, toute une série d’aides à l’interprétation (à la traduction) sont nécessaires. Certes, les auteurs s’inspirent des techniques didactiques ; mais il leur faut en même temps divertir : aussi constate-t-on toutes sortes de failles, de manques, de « trous », qu’il ne faut pas forcément expliquer par l’incompétence, mais plutôt par la volonté de laisser au lecteur une part du « travail » de lecture à accomplir seul – pour son plus grand plaisir.

27Dans le second cas, il faut distinguer texte à lire et texte à entendre. Dans le texte narratif, il suffit d’indiquer la référence : tant pis pour le lecteur incurieux ou sectaire qui n’a pas l’ouvrage dans sa bibliothèque (le titre et le type d’édition ne visant de toutes façons qu’un certain public) ; au théâtre, il faut jouer sur la connivence avec cette part du public qui perçoit le sens, tout en ménageant un degré d’inintelligibilité supportable par ceux qui ne le percevraient pas.

28Ces textes nous offrent ainsi quelques exemples emblématiques des modes de fonctionnement de l’interprétation des langues étranges/étrangères en littérature.

29Annexe 1 : Argot/français, français/argot
La Vie généreuse des Mercelots, Gueux et Bohémiens, contenant leur façon de vivre, subtilité et jargon. Mis en lumière par Monsieur Péchon de Ruby, gentilhomme breton, ayant été avec eux en ses jeunes ans, où il a exercé ce beau métier. (1596)
[édition moderne : Les Enfants de la Truche. La vie et le langage des argotiers. Quatre textes argotiques (1596-1630), Toulouse, Société de Littératures Classiques, 1998, éd. par C. Nédélec.]

30 Extrait n° 1
Comme l'Autheur se meist au mestier.
Ayant l'aage de neuf à dix ans, craignant que mon pere me donnast le fouët pour quelque faute commise, comme advient à gens de cest aage, je prins resolution d'aller trouver un petit mercier qui venoit souvent à la maison de mon pere, & desirant faire quelque beau voyage, je resolus m'en aller avec luy. Il n'estoit Coesme [maître mercier], n'ayant parvenu à ce degré, ains estoit simple Blesche [petit mercier], & sortoit de Pechonnerie [apprentissage], toutesfois entervoit le gourd [comprenait l’argot] ; & deliberasmes d'aller en Poictou, faisant estat d'y estre jusqu'apres vendanges. Mon compagnon me disoit que j'eusse beaucoup gaigné à l'entree des vignes, pour mettre en escrit les charges des raisins : on appelle ce mestier escarter.

31Comme l'Autheur fit paction avec ce blesche.

32J'avois desrobé cinquante cinq sols à ma Mere, je dis à mon compagnon que nous ferions à moitié. Il me respond que sa balle [le ballot du colporteur] valloit quatre livres tournois, & que j'avois part à la concurrence de mes deniers, & qu'eussions *affuré les Ripaux, Ripes & Milles & Pechons qui attrimoyent nostre Coesmelotrie pour de l'aubert huré. Quand nous eusmes esté trois ou quatre mois à la campagne, j'avois de butin deux *rusquins, & demie menee de ronds, deux herpes, un froc & un pied.

33* C'est à dire qu'eussions trompé les Gentilshommes, damoiselles & garçons, femmes de village & paysans, leur donnant nostre marchandise [litt. Gentilshommes, damoiselles, et femmes et garçons qui prenaient notre marchandise pour bel argent].

34* Rusquins sont escus, ovendes sont livres, ronds sont douzains, herpes liards, pieds deniers, froc un double.

35Les façons de coucher.

36Nostre vie estoit plaisante, car quand il faisoit froid, nous peaussions [couchions] dans l'abbaye ruffante [de ruffer : brûler], c'est dans le four chauld, où l'on a tiré le pain n'agueres, ou sur le pelard, c'est sur le foing, sur fretille, sur la paille, sur la dure, la terre : ces quatre sortes de coucher ne nous manquoient selon le temps ; car si nos hostes faisoient difficulté de nous loger où la nuict nous prenoit, s'il pleuvoit nous logions dans l'abbaye rufante, & au beau temps sur le pelardier, c'est à dire le pré. Et là espionnions les ornies, ce sont les poules, & ornions, ce sont poulets & chapons qui perchent aux villages dans les arbres pres des maisons, aux pruniers fort souvent ; & là attrimions l'ornie sans zerver [volions la poule sans faire de bruit] & la gouffions ou fouquions pour de l'aubert, c'est à dire manger ou vendre [litt. vendre pour de l’argent]. Et en affurant [trompant] selon nostre vouloir & commodité, nous trouvions souvent à des festins où les Pechons [apprentis] passoient Blesches [petits merciers] & Coesmes [maîtres merciers], selon leur capacité, ainsi faisans bonne chere. Chacun apportoit son gain ou larcin, que je ne mente : j'use de ce mot de gain, parce que tous les Larrons en usent. (éd. citée, p. 3-4)

37 Extrait n°2
S'ENSUIVENT LES PLUS
Signalez mots de Blesche
PREMIEREMENT
Le Franc Mitou, Dieu.
Les Franches Volantes, les anges.
Franc Razis, Pape.
Franc Ripault
, Roy.
Ripois, prince.
Francs Ripois
, princes.
Ripaudier de la vironne, gouverneur de la province.
Franche ripe, Royne.
Franc Cagou, Lieutenant de Roy.
Guelier
, le Diable.
Ripaudier de la vergne, gouverneur d'une ville.
Ripault, gentil'homme.
Ripe, dame.
Rupiole, damoiselle.
Comblette, ou tronche
, la teste.
Louschant, yeux.
pantiere à miettes, la bouche.
piloches
, dents.
platuë, langue.
anses, oreilles.
lians, bras.
courbes
, espaules.
gratantes, mains.
soeurs
, cuisses.
proais
, cul.
chouard
, vit.
quilles
, jambes. (éd. citée, p. 23)

38Olivier Chéreau, Le Jargon, ou langage de l’argot réformé, comme il est à présent en usage parmi les bons pauvres. Tiré et recueilli des plus fameux argotiers de ce temps. Composé par un pilier de boutanche, qui maquille en mollanche en la vergne de Tours [un maître de boutique, qui travaille la laine dans la ville de Tours]. (1628-29) [édition moderne : Les Enfants de la Truche. La vie et le langage des argotiers. Quatre textes argotiques (1596-1630), Toulouse, Société de Littératures Classiques, 1998, éd. par C. Nédélec.]

39 Extrait n°1
Pour oster le scrupule que quelques-uns pourroient avoir de ce qu'on n'use plus de beaucoup de mots qui estoient en usage en l'ancien Jargon, c'est que les Archisuposts, qui sont des Escoliers débauchez, mouchaillans que trop de Marpaux entervoient [constatant que trop de gens comprenaient], retrancherent les mots suivans.

40Premierement, la teste on la nommoit calle, à present c'est la tronche. Un chapeau on le nommoit plan, à present on l'appelle un comble. Les pieds on les nommoit trottins, à present sont des paturons. Un manteau c'estoit un volant, à present c'est un tabar ou tabarin. Du potage s'appeloit de la jaffe, à present c'est de la menestre. Une chambriere se nommoit limogere, à present on l'appelle une cambrouse. Un chemin on l'appeloit pellé, à present c'est un trimard. Manger c'estoit briffer ou gouffer, à present c'est morfier. Une écuelle se nommoit crolle, à present c'est une saliverne. Une fressure se nommoit ditre, à present c'est encensoüer. Monnan c'estoit à dire moy, à present c'est meziere ou meringuand. Tonnan c'estoit à dire toy, à present faut dire teziere ou teringuand. (éd. citée, p. 84)

41 Extrait n° 2
Les Pollissons.
Polissons sont ceux qui ont des frusquins [des habits] qui ne valent que froutiere [qui ne valent rien] ; en Hyver, quand le gris boüesse [quand il gèle], c'est lors que leur estat est le plus chenastre [le meilleur] : les Rupines & Marcandiers [les nobles dames et les marchands] leur fichent [donnent] les unes un georget [un pourpoint], les autres une lime [une chemise] ou haut de tire [un haut de chausses], qu'ils solissent au Barbaudier du Castu [vendent au gardien de l’hôpital] ou à d'autres qui les veulent abloquir [acheter]. Ils trollent [portent] ordinairement un guellard [un bissac] à leur costé, avec une rouillarde [une bouteille] pour mettre le pivoys [le vin]. Ils entervent [savent] bravement attrimer l'ornie [voler la poule]. Il s'en trouve grande quantité aux Estats [les Etats généraux des gueux], & fichent deux ragots au grand Coësre [donnent deux quarts d’écu au grand Maître des gueux] par an. (éd. citée, p. 96)

42Annexe 2
Pour compléter, un exemple de ce que devient un tel type de texte en traduction. J’ai choisi un passage d’une Nouvelle exemplaire de Cervantès, Rinconet et Cortadillo, parce qu’il permet de comparer quatre traductions françaises des xviie et xviiie siècles à une traduction moderne, celle de Jean Cassou, qui se donne d’ailleurs pour une simple correction de la première que je cite, celle de François de Rosset.

43Cervantès (Miguel de), Rinconet et Cortadillo (Nouvelles exemplaires)
1 – Novelas ejemplares, Madrid, Catedra, « Letras hispanicas », 1992, pp. 189-240.
- ¡ Y cómo que es calificado [il s’agit de Monipodio, chef des voleurs de la ville], hábil y suficiente ! - respondió el mozo -. Eslo tanto, que en quatro años que ha que tiene el cargo de ser nuestro mayor y padre no han padecido sino cuatro en el finibusterrae, y obra de treinta envesados y de sesenta y dos en gurapas.
- En verdad, señor - dijo Rincón -, que así entendemos esos nombres como volar. […]
Y así, le fue diciendo y declarando otros nombres de los que ellos llaman germanescos o de la germanía [...].
[...el mozo :] los días pasados dieron tres ansias a un cuatrero que había murciado dos roznos, y con estar flaco y cuartanario, así las sufrió sin cantar come si fueran nada. Y esto atribuimos los del arte a su buena devoción, porque sus fuerzas nos eran bastantes para sufrir el primer desconcierto del verdugo. Y porque sé que me han de preguntar algunos vocablos de los que he dicho, quiero curarme en salud y decírselo antes que me lo pregunten. Sepan voacedes que cuatrero es ladrón de bestias ; ansia es el tormento ; roznos, los asnos, hablando con perdón ; primer desconcierto es las primeras vueltas de cordel que da el verdugo. (p. 207-208)

44[Notes en bas de page sur finibusterrae, envesados, gurapas, ansias, cuatrero, murciado, roznos, cantar, desconcierto del verdugo, comme argotiques.]

452 – Traduction de Jean Cassou, César Oudin et François Rosset, Paris, Gallimard, « La Pléiade », 1949, pp. 1181-1218.
- S’il est considérable et habile ? s’écria l’autre. à telle enseigne que depuis quatre ans qu’il a la charge d’être notre père et notre doyen, quatre seulement ont épousé la veuve, trente ont eu l’andosse caressée, et soixante-deux ont été envoyés aux bachasses.
- En vérité, monsieur, dit Rincon, tout ce langage est pour nous de l’hébreu. [...]
Et il alla leur expliquant les mots de ce langage qu’on appelle jargon ou argot. [...]
Ces jours derniers, on fit pier de lance à un mion de boule qui avait doublé deux galiers, et bien qu’il fût affaibli par une fièvre quarte, il souffrit cela sans chanter, comme si c’eût été floutière. Nous autres, gens du métier, nous attribuons cet effet à sa pieuse dévotion, car ses forces n’étaient pas suffisantes pour souffrir le premier tour de corde du brimart ; et puisque je sais que vous m’allez demander le sens de quelques-uns des mots que j’ai employés, je prendrai les devants et vous les dirai sur-le-champ : sachez donc qu’un mion de boule est un voleur de foire, un galier, un cheval, et que l’ami dont il s’agit supporta le supplice de l’eau sans que le brimart, qui est le bourreau, en pût rien tirer. (p. 1191-1192)

463 – Traduction de François de Rosset, Paris, Jean Richer, 1620 [dern. rééd. en 1665], pp. 257-311.
- Comment (repart le jeune garçon) noble, habile, & suffisant ? Il l’est tellement, que depuis quatre ans qu’il est nostre Gouverneur, & nostre pere, il n’y a que quatre qui ayent passé la capriole, & quelque trente qui ont eu les armes de Gascogne, & environ soixante deux à qui l’on a donné une morte paye sur les ondes. Par ma foy (dit Rincon) nous entendons peu ce que vous voulez dire, comme la maniere de voler.
[...] Il leur dit doncques & leur declara d’autres mots, que ces bonnes bestes nomment le hault Aleman [...].
Ces jours passez on donna trois tours de corde à un Picotin, qui avoit gasconé deux Bourricans : & bien qu’il fust fort debile, & qu’il eust la fievre quarte, neantmoins il les souffrit sans chanter, comme si cela n’eust esté rien. Nous qui sommes du mestier attribuons cela à sa bonne devotion. Ses forces n’estoient pas capables de supporter le premier bransle du Bourreau. Cependant parce que je sçay que vous desirez de sçavoir l’explication des vocables que je viens de dire, je veux vous les apprendre, avant que vous preniez la peine de me les demander. Sçachez donc que ceux que les larrons d’Espagne appellent quarteros, ceux de France les nomment Picotins ; c’est à dire Larrons de bestail. Et ce mot de Bourricans, ou bien tosnos en Espagnol, ce sont des Asnes, Messieurs (sauf correction). Le branle c’est le premier tour que donne l’Executeur de la Justice. (p. 273-274)

474 – Traduction de Charles Cotolendi, Paris, C. Barbin, 1678, t. II, pp. 157-273.
Comment habile ! reprit le jeune garçon, il l’est à un tel point, & les conseils qu’il donne, sont si utiles à ceux qui les prennent que depuis quatre ans qu’il a pris le soin de nous conduire, il n’y en a que quatre qui ayent passé le pas : Il est vray qu’il s’en est trouvé trente qui ont eu sur les epaules les Armes d’Espagne, & environ une soixantaine qu’on a envoyé travailler sur les Galeres. Ma foy, cher amy, respondit Rincon, je n’entends rien en ce que vous dites. […] Ce jeune garçon leur apprit tous les mots du mestier, qui composent un langage que les Filoux entr’eux appellent, Alemant. […] Ces jours passez un de nous ayant volé quelques moutons, fut pris ; & quoy qu’il fust extremement abatu d’une fiévre, il ne laissa pas de souffrir la question sans rien dire. A qui peut-on attribuer la force qu’il eut, qu’à la devotion qu’il avoit à cette Image ? car autrement il n’auroit jamais pû resister. (p. 188-192)

485 – Traduction de P. Hessein, Paris, Michel Clousier, 1707, pp. 1-105.
Comment habile et capable, répondit le jeune homme ! il l’est à un point que depuis quatre ans qu’il nous gouverne comme nôtre supérieur et nôtre père, il n’y en a eu de sa Communauté que quatre qui soient morts en l’air, environ une trentaine de retournez, & soixante-deux dans les Gurapes. En verité, Seigneur, dit Rincon, nous n’entendons pas mieux ces mots-là que le haut Allemand.
[...] Il le fit, & leur expliqua encore d’autres qu’ils appellent de jargon ou d’argot [...].
[...] on donna ces jours passez trois angoisses à un Quatrero, qui avoit bouliné deux Roznes, & quoique foible & attenué par la fievre quarte, il les souffrit sans chanter, comme si de rien n’eût été ; & nous autres de la profession nous attribuons cette fermeté à sa grande devotion, parce que ses forces n’auroient pas été suffisantes pour soûtenir seulement le premier renversement du Bourreau : & parce que je vois que vous m’allez demander la signification de quelques mots que je vous ai dit, je veux prévenir vôtre demande. Morts en l’air, c’est pendus ; Retournez, c’est fustigez ; Gurapes, sont les galeres ; Angoisses, c’est la gêne. Le premier renversement du Bourreau est le premier trait de corde qu’il donne en se renversant [note sur cette torture espagnole]. Quatrero, est un voleur de bêtes ; Bouliner des Roznes, c’est voler des ânes (parlant par reverence). (p. 30)

496 – Traduction de Martin de Chassonville, M.-M. Bousquet, Lausanne, 1759 [1ère éd. 1707-1709, rééd. jusqu’en 1775], t. I, pp. 235-305.
Comment s’il est qualifié, habile & Expert, répondit, le jeune Conducteur, il l’est tant que depuis quatre ans qu’il est notre Major et notre Pere, il n’y en a eu que quatre qui soient allés in funibustriae ; trente qui se soient promenés, & soixante-deux en compagnie. En vérité dit Rincon, nous entendons ce que vous voulez nous dire, comme nous savons voler en l’air [...].
Ce qu’il fit en leur donnant encore l’explication de plusieurs termes, qu’ils nomment Germanesques ou d’allemagne [...].
[...] ces jours passés on donna trois tours à un Quartenier, qui avoit devoyé deux Roussins, & quoi qu’il fut fort foible, & avec la fievre quarte, il souffrit le tout sans chanter, comme si c’eut été une bagatelle. Nous attribuons nous autres qui sommes ses Confreres, ce miracle à sa bonne dévotion, parce que ses forces ne lui permettoient pas de souffrir les prémieres tentatives du Boureau. Comme je vois que vous m’allez demander la signification des termes dont je viens de me servir, je veux vous donner le remede avant la maladie, et vous prévenir : Sachez donc que Quartenier est un Voleur de troupeaux. Tour est le tourment ; Roussin sont des ânes, sauf votre respect : Prémiere tentative est le prémier tour de corde que donne le Boureau. (p. 256-258)
Quelques mots de commentaire. La première traduction en date (celle de F. de Rosset, texte n° 3) s’efforce de « rendre » les mots d’argot, en particulier par des formules périphrastiques (« passer la capriole » = faire la cabriole = être pendu) – mais cela semble bien relever essentiellement de son imaginaire (les Picotins, à cause du picotin d’avoine ? Bourricans pour bourricots ?), ou des « proverbes » (les Gascons comme voleurs) ; à défaut de mieux, il cite le texte espagnol, et ne cherche pas à transposer les faits de « civilisation » (la métaphore de Rincon, le mode de torture). La seconde (texte n° 4) renonce complètement à « rendre » l’argot (on peut même se demander s’il le comprend, puisque les ânes deviennent des moutons…), ce qui rend la réponse de Rincon incompréhensible, et oblige le traducteur à effacer la « traduction » ; parallèlement, elle supprime la métaphore de Rincon, et efface toute référence « hispanisante » (souffrir la question)… La troisième (texte n° 5) mêle curieusement des emprunts purs et simples à l’espagnol (Gurapes, Quatrero, Roznes) à des mots d’argot français attestés (argot lui-même, bouliné), et à des inventions personnelles (retournez) ; l’auteur traduit habilement la métaphore de Rincon en empruntant à la suite du texte, qu’il « francise » par la référence au jargon, ou argot ; il s’efforce de garder la touche espagnole sur le mode de torture, mais se sent obligé d’en passer par une note explicative. La quatrième (texte n° 6) procède à peu près de même manière, mais bien moins habilement.
Quant à la traduction de Cassou (texte n° 1), on voit que c’est un des points où il « corrige » Rosset – à l’aide d’un bon dictionnaire d’argot français du xviie ; une seule petite erreur : bachasses pour galère n’apparaît qu’à la fin du xviiie siècle. Il en « rajoute » même un peu : floutière pour traduire nada ne s’imposait pas. Pour le reste, il transpose la métaphore de Rincon, et il transforme le mode de torture (le supplice de l’eau remplace celui de la corde, ce qui rend « le premier tour de corde du brimart » assez incompréhensible) – pour le rendre plus français ?

Haut de page

Notes

1 Au bord de la falaise, Albin-Michel, 1998, p. 55.
2 Les Enfants de la Truche. La vie et le langage des argotiers. Quatre textes argotiques (1596-1630), Toulouse, Société de Littératures Classiques, 1998, éd. par C. Nédélec, p. 84.
3 Ibidem.
4 Ibidem, p. 96.
5 Ibidem, p. 21.
6 Les « blesches » forment le premier degré dans la hiérarchie des colporteurs (les apprentis).
7 Ibidem, p. 1.
8 Ibidem, p. 29.
9 La traduction n'est pas très exacte : après les gentilshommes et damoiselles, il y a seulement « femmes et garçons » ; le reste devrait se traduire par : « qui prenaient notre mercerie pour bel argent ».
10 Ibidem, p. 3-4.
11 Ibidem, p. 22.
12 Ibidem, p. 66.
13 Ibidem, p. 92.
14 [Réponse et complainte au grand chef des gueux sur Le Jargon de l’argot réformé, avec un plaisant dialogue de deux jeunes, par le Râleur Lainier, en la ville de Miséricorde, composé par un des meilleurs argotiers de ce temps]. Ibidem, pp. 129-147.
15 Adrien de Montluc, comte de Cramail, La Comédie de proverbes, Paris, François Targa, 1634, II, 4.
16 Ibidem, III, 1. C’est moi qui souligne les mots d’argot (ceux qui sont présents dans les dictionnaires de Péchon et/ou de Chéreau).
17 Une des désignations de l’argot, qu’on trouve chez Cervantès (Nouvelles exemplaires, « Rinconet et Cortadillo »), probablement par référence au Liber vagatorum (Le Livre des gueux, en allemand Die rotwelsch Grammatik), fort répandu en Allemagne au cours du xvie siècle.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudine Nédélec, « Stratégies d’insertion d’une langue dans la langue : le cas de l’argot », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Claudine Nédélec, L'Argot, mis en ligne le 14 novembre 2007, consulté le 21 août 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/326

Haut de page

Auteur

Claudine Nédélec

Professeur des Universités (9e section, langue et littérature du xviie siècle), Université d'Artois, EA 4028 "Textes & Cultures" (co-responsable de l'axe "marges et frontières de la littérature") - directrice de la collection "études littéraires et linguistiques" à Artois Presse Université - travaux de sociocritique consacrés aux catégories esthétiques (notamment burlesque, grotesque, héroï-comique, comique...) et aux débats concernant l'usage que la littérature fait de la langue/des langues.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org