Navigation – Plan du site
Le XVIIe siècle

Burlesque et interprétation

[1999]
Claudine Nédélec

Texte intégral

1Je voudrais mettre cette communication sous une triple égide (on n’est jamais trop bien protégé) :

2celle de Rabelais,

Et posé le cas qu’au sens literal vous trouvez matieres assez joyeuses et bien corrrespondentes au nom, toutesfois pas demourer là ne fault, comme au chant des Sirenes, ains à plus hault sens interpreter ce que par adventure cuidiez dict en gayeté de cueur. (Gargantua, prologue)

3celle de Montaigne,

Il y a plus affaire à interpreter les interpretations qu’à interpreter les choses, et plus de livres sur les livres que sur autre subject : nous ne faisons que nous entregloser. (Essais, III, xiii)

4et celle d’Agrippa d’Aubigné :

  • 1  Selon Littré, le mot turlupin désigne à l’origine des « sectes d’hérétiques » qui « soutenaient qu (...)

Je me fis aussi bientot connoitre entre les Courtisans & les Dames par mes bons mots & mes vives reparties : tels par exemple, qu’étant un jour assis sur un banc dans l’antichambre du Roi, trois Filles de la Reine-mére, Termes, Bourdeilles, & Beaulieu, qui faisoient bien à elles trois, cent quarante ans, voulant me turlupiner1 comme un nouveau débarqué sur mes habillemens, & une d’elles m’ayant demandé effrontément & d’un ton moqueur, que contemplez vous là, Monsieur ? Les Antiquitez de la Cour, Mesdames, respondis-je sur le même ton. De quoi restant toutes confuses, elles me demandérent mon amitié, & à faire ligue offensive & deffensive avec moi. Ce burlesque mot, suivi de plusieurs autres de même nature, me mit en grand commerce avec le beau Sexe […].

  • 1

5Cette dernière citation, extraite des Mémoires de la vie de Théordore Agrippa d’Aubigné parus en 17312, mentionnée par Littré comme une des premières occurrences de l’adjectif burlesque en français, nous introduit au cœur du sujet. L’épithète, qui engage une réflexion d’ordre métatextuel, interprète l’effet et l’enjeu de l’échange dialogique : il y a du ridicule là-dedans, donc il y a au moins un rieur, un complice et une victime – mais à rieur, rieur et demi. Le burlesque donc, ça fait rire – de certaines choses, et d’une certaine façon : il y a du « sous-entendu » là-dessous, du sous-entendu « bas », et même de l’équivoque « grossière » – et pourtant nous sommes entre gens du monde.

  • 3  Ce qui donne le texte suivant : « Il se rendit bientost connu parmis les dames par ses bons mots, (...)

6Interprétation érudite qui est cependant marquée par le burlesque d’une érudition qui s’est fait burler, ou tromper : Littré lui-même annonce dans la Liste des principaux auteurs cités que cette édition a été « remaniée », et qu’il faut préférer l’édition Lalanne (Paris, Charpentier, 1854) ; or, dans cette édition, si la plaisanterie subsiste, les mots turlupiner et burlesque ont malheureusement disparu3… La version de 1731 est le résultat d’une « fabrication textuelle » visant à « ragaillardir » le texte, brouillant ainsi les interprétations des pédants à venir…

  • 4  G. Ménage, Origines de la langue française [1650], Slatkine reprints, 1972, p. 158-159 : « Il n’y (...)
  • 5  Histoire de l’Académie française [1652], éd. C. Livet, 1858, t. I, p. 79.
  • 6  Première édition en 1641.

7Alors, recommençons, plus simplement : le mot est donné comme récent en 1650 par Ménage, qui en accorde la primauté d’emploi au poète Sarasin, mais reconnaît la supériorité de Scarron dans « ce genre d’écrire »4. Quant à Pellisson, il signale son apparition dans son Histoire de l’Académie5 parue en 1652, à propos de Saint-Amant, qui s’était selon lui chargé de la partie comique du futur dictionnaire de l’Académie, c’est-à- dire des termes grotesques, ou « comme nous parlerions aujourd’hui, burlesques ». Pellisson connaissait-il l’usage qu’en fait Saint-Amant dans la préface, parue en 1643, la même année que le premier Recueil de vers burlesques de Scarron, de la seconde édition du Passage de Gibraltar6 ?

  • 7  Entretien XXXVIII, « Du stile burlesque », dans Les Entretiens, éd. par B. Beugnot, STFM/Didier, 1 (...)

8Le mot ressortit alors à la critique littéraire. Mais dire qu’un texte est burlesque, ce n’est pas le définir, comme de dire que ce texte est un texte narratif, ou relève de la tragédie régulière, ou est rédigé en « style bas » – le burlesque n’est ni un type, ni un genre, ni vraiment un style ; il est de l’ordre, relatif, voire subjectif, du registre, ou de la tonalité. Ce qui implique à la fois une part laissée à « l’impression » subjective (je trouve cela burlesque), et un certain nombre de caractéristiques qui sont, par consensus, celles au nom desquelles nous pouvons tomber (relativement) d’accord sur cette interprétation : « ce texte est burlesque », même si l’auteur ne le désigne pas ainsi (par exemple Les Plaideurs de Racine) ; ou dire qu’il ressortit à une autre interprétation, malgré l’affirmation contraire : tel poème du Recueil de quelques vers burlesques de Scarron, ou Les Aventures de la souris (dont le titre exact est Galanterie à une Dame à qui on avait donné en raillant le nom de souris) de Jean-François Sarasin, donné par Guez de Balzac7 pour un modèle du « bon burlesque », mais que l’on s’accorde aujourd’hui à interpréter plutôt comme relevant du « badinage marotique ».

9Nous allons tenter d’abord de décrire ces caractéristiques, telles qu’elles résultent de la comparaison des définitions du terme dans les dictionnaires du français contemporain avec quelques définitions du xviiesiècle.

10Auparavant, il importe de préciser qu’il en est aujourd’hui du burlesque comme du baroque. Soit il s’agit d’un phénomène « d’époque », et même très circonscrit dans le temps et l’espace : en France, le burlesque est décrit, presque dès sa naissance, comme une mode littéraire qui fait fureur dans les années 1643-1653, puis qui « tombe », victime de ses excès, selon Scarron lui-même, pourtant réputé en être le « créateur », et Boileau, et bien d’autres qui ont dit leur mot à ce sujet – interprétation qui est en même temps un jugement, ou plutôt une condamnation, Scarron méritant seul l’accession au rang de grand auteur. Notion endogène donc, à la différence de baroque. Le mot – et la chose –apparaissent d’ailleurs de façon presque systématique dans les bilans critiques du siècle.

11Autre interprétation, aux antipodes : le burlesque est, à l’égal du baroque, ou plutôt peut-être comme une de ses modalités, un mode de perception et de représentation universel : et l’on désigne, en effet, comme burlesque aussi bien les Shadocks et leur voix, Claude Piéplu, un ballet de Cour, tel texte de Rabelais ou de Proust, tel film de Mack Senett ou telle musique de Lully… D’un côté, une définition restrictive, trop appréciative pour être tout à fait honnête et utile ; de l’autre, une nébuleuse de ressemblances qui ne signifie plus grand chose à force de trop embrasser… Faisons le point.

  • 8  Nous nous appuyons ici sur l’article de J.-C. Chabanne, « Le mot “burlesque” dans les dictionnaire (...)

12Dans les dictionnaires actuels de la langue française, le burlesque se définit d’abord par l’effet produit sur le lecteur, c’est-à-dire par l’interprétation que celui-ci est amené à faire des textes ainsi désignés, par leur « usage ». En effet, les schèmes principaux de sa définition contemporaine8 sont : /qui provoque le rire/ ; /qui est extravagant, outré, déraisonnable/, /qui est grossier, trivial/. Est « proprement burlesque » (expression que l’on trouve souvent) ce qui est reçu comme drôle, trivial et extravagant (à des dosages divers) ; drôle, parce que trivial et extravagant... aux yeux d’un lecteur virtuel distingué et raisonnable, ou qui le devient en comprenant que « ça », c’est trivial et extravagant, donc risible/ridicule.

13Interpréter un texte comme burlesque, c’est l’interpréter comme allant à l’encontre d’un (ou de plusieurs) code(s) de bienséances, esthétiques ou éthiques : le trivial est exclu par les lois de la politesse (au sens large), l’extravagant par les lois de la logique et de la vraisemblance (que ces lois soient celles du réel, ou celles de la littérature). Un certain effet de lecture s’est produit, du côté d’une transgression « pour rire » des limites autorisées. Reste à savoir si c’est « pour de rire », ou pour « en rire ». La « bonne » interprétation est donc fonction des normes de référence que le récepteur reconnaît, ou est en passe d’acquérir, ou encore d’abandonner comme ridicules ; mais elle est aussi fonction des limites à la transgression qu’il peut accepter. On sait bien qu’il est des cas où rire et faire rire de « cela », c’est forcément déjà aller trop loin. Un exemple : Pellisson rapporte dans son Histoire de l’Académie française qu’en 1649

  • 9  P. Pellisson, op. cit., p. 80.

[…] on imprima une pièce assez mauvaise, mais sérieuse pourtant, avec ce titre, qui fit justement horreur à tous ceux qui n'en lurent pas davantage : La Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ, en vers burlesques9.

14Désigner comme « burlesque » ce texte, c’était induire un mode d’interprétation, c’est-à-dire laisser supposer que ce texte « sérieux » devait être lu comme « comique » - sur un sujet où le « comique » précisément n’était pas admissible. Même si l’auteur avait voulu seulement désigner le mètre choisi (« vers burlesques » est ici synonyme d’octosyllabes), même s’il s’agissait en sus d’une opération commerciale (imprudente ! et même assez sotte), en pleine mode du burlesque, de la part de l’éditeur, Pellisson souligne que le scandale fut légitime (« fit justement horreur »), puisque le titre seul suffisait à laisser penser qu’il pourrait y avoir une lecture burlesque de la passion du Christ.

15D’autre part, le récepteur peut dire que « cela » (la trivialité, l’extravagance) ne le « fait pas rire », parce que de telles trivialités ne font rire que ceux qui sont triviaux : en rire, c’est se signaler comme trivial, et c’est alors le rieur qui devient, sans le vouloir, burlesque. Il faut en effet différencier deux niveaux de lecture, entre le burlesque comme sanction (par le rire) d’une « faute », et le burlesque comme résultat (réussi s’il fait rire) d’un choix esthétique : M. Jourdain est involontairement burlesque, croyant à tort bien suivre les normes aristocratiques, et les transgressant en réalité, tandis que le texte qui le décrit est, lui, volontairement burlesque : Molière nous donne à voir, pour que nous en riions, quelque chose qui est trivial et extravagant. Mais certains, selon Grimarest, ont trouvé qu’il n’y avait pas de quoi rire, et que le choix esthétique de Molière était trivial…

La définition au dix-septième siècle

16Ce sens contemporain est présent au xviiesiècle. Dans la préface de Saint-Amant au Passage de Gibraltar, le terme caractérise en effet les « bouffonneries », les fragments « comiques », « grotesques », d’un texte où ils se juxtaposent à d’autres fragments, « vifs, nobles et forts », « héroïques », « sérieux ». On peut comparer à ce que dit Pellisson de l’Arioste :

  • 10  Lettre à Donneville du 12 Juillet 1650, publiée dans F. L. Marcou, Etude sur la vie et les oeuvres (...)

17Il fait des coyonneries de temps en temps ; mais il le fait, ce me semble, parce qu’il lui plaît ainsi, pour venir à son but qui est toujours de délecter et d’être utile ; car, au bout du compte, il nous paye toujours de quelque chose de bon, ou fort sérieux, ou fort folâtre, avec une variété […] merveilleuse10.

18On peut comparer encore à ce qu’écrit Colletet, dans son Discours du Poëme Bucolique, à propos d’une autre œuvre de Saint-Amant, le Moïse sauvé, pour la défendre contre ses détracteurs :

  • 11  G. Colletet, Traitté de l’épigramme et Traitté du sonnet, texte établi et introduction par P.A. Ja (...)

Apres tout, ceux qui ont inventé la Tragicomedie, l’Heroïcomique, & mesme la Tragedie Pastorale, n’ont-ils pas marié des choses aussi éloignées, la fureur avec la raillerie, le serieux avecque le burlesque, la houlette avecque le Sceptre, & pour demeurer dans les termes de l’Art, le soc, ou le bas escarpin, avecque le haut Cothurne ?11

19Un exemple : ce dialogue de Molière, dans le Bourgeois gentilhomme (1670), où chacun reste dans son rôle, où la définition de chaque style est respectée, et où le comique naît de leur juxtaposition :

Cléonte – Peut-on voir rien d’égal, Covielle, à cette perfidie de l’ingrate Lucile ?
Covielle – Et à celle, Monsieur, de la pendarde de Nicole ?
Cléonte – Après tant de sacrifices ardents, de soupirs, et de vœux que j’ai faits à ses charmes !
Covielle – Après tant d’assidus hommages, de soins et de services que je lui ai rendus dans sa cuisine !

20Cependant, si Furetière définit toujours en 1680 burlesque par « plaisant, gaillard, tirant sur le ridicule », Charles Perrault donne un autre sens au mot dans le troisième dialogue de son Parallèle des anciens et des modernes.

  • 12  Ibidem, p. 272 [301].

Quand Achille et Agamemnon […] se querellent & s’appellent, yvrogne, impudent, teste de chien, sac à vin, n’est-ce pas du Burlesque de la premiere espece, où les grandes choses, comme les disputes qui interviennent entre des Rois & des Capitaines se traitent avec des expressions basses & triviales ? & quand il décrit en vers heroïques le combat d’Ulisse revêtu de haillons avec Yrus le plus vilain de tous les gueux, n’est-ce pas du Burlesque de la seconde espece, où le sujet qui est bas et rampant se traite d’une maniere sublime & relevée ?12

  • 13  La Deffense du poème héroïque, dialogues en vers et en prose [1674], Slatkine reprints, 1972, 6ème(...)
  • 14  N. Caussin, Eloquentiae sacrae et humanae parallela [1619], cité par M. Le Guern, « Le style dans (...)

21On voit qu’il y a eu déplacement d’accent, réinterpétation du terme : c’est l’assemblage « contre-nature », au sein d’un même texte, d’héroïque et de comique, « héroïque ridicule » ou « ridicule héroïque » selon les termes de Desmarets de Saint-Sorlin13, qui est désormais dénommé « burlesque » ; on ne parle plus de l’emploi alternatif de deux styles, l’un héroïque, l’autre burlesque, alliés dans une même œuvre, et gardant leurs caractéristiques propres, mais d’un assemblage stylistique appelé burlesque, construit de façon à mettre en évidence ses discordances internes. « Style » si on veut, mais nouveau, non prévu par la rhétorique, sauf comme erreur, vice (celui que N. Caussin dénomme miscellaneum14), style fait de morceaux incohérents et discordants.

  • 15  Ibidem, p. 271 [296-297].

22Le Burlesque qui est une espece de ridicule consiste dans la disconvenance de l’idée qu’on donne d’une chose avec son idée veritable, de mesme que le raisonnable consiste dans la convenance de ces deux idées. Or cette disconvenance se fait en deux manieres, l’une en parlant bassement des choses les plus relevées, & l’autre en parlant magnifiquement des choses les plus basses15.

  • 16  Voir l’article d’Aron Kibédi Varga, dans Critique et création littéraire au xviie siècle, pp. 325- (...)

23Or d’où peut venir « l’idée véritable » d’une chose (on notera l’écho platonicien de la formule, qui renvoie à une des définitions de la vraisemblance au xviie siècle16) ? « L’idée » d’une chose, ce sont des textes antérieurs (qu’ils soient théoriques ou fictionnels) qui la donnent ; l’interprétation de la discordance ne peut se construire qu’à partir d’un consensus sur l’idée, consensus fabriqué par des lectures, et des modes de lecture.

24Interpréter un texte comme burlesque postule ainsi la prise de conscience d’une double référence. Référence à la norme de la distinction rhétorique des trois styles (pas aussi périmée aujourd’hui qu’on pourrait le croire), et plus globalement à une exigence, plus ou moins explicite, fondée sur la vraisemblance, de cohérence entre énonciateur et énoncé, entre signe et référent : la reine Didon ne saurait être désignée comme une « grosse dondon » (c’est pourtant tentant), ni non plus parler comme une grosse dondon. Et référence (plus ou moins précise) à des textes « purs », réécrits en y introduisant des discordances, transposés, détournés, travestis, parodiés, au moyen de la trivialité et de l’extravagance. Si l’on cite toujours le travestissement de l’épopée, le travestissement atteint en réalité tout au long du xviie siècle toutes sortes de « textes de référence », littéraires (poésie lyrique, tragédie, opéra…) et non littéraires (textes judiciaires, code amoureux galant…). La seule condition est ici que le texte qui subit la transposition soit reconnu par les lecteurs, et reconnu comme texte-modèle, c’est-à-dire texte cohérent, et cohérent avec sa définition, bref comme texte conforme aux normes du genre. D’autre part, il faut que la discordance soit forte pour être clairement perçue ; ce sont donc les textes les plus proches des exigences normatives (les plus nobles pour les textes de fiction, les plus codifiés pour les textes non-fictionnels), où donc l’insertion du trivial et de l’extravagant est le plus facilement interprétée comme intrusion malséante, qui sont choisis prioritairement par les écrivains burlesques.

25Un texte burlesque montre donc des codes et normes (esthétiques, éthiques, politiques) « mises en question » par le rire, on pourrait dire « mises à la question », ce qui provoque le brouillage de l’interprétation du texte. Je voudrais évoquer maintenant quelques cas de ce brouillage.

  • 17  F. Bar, Le Genre burlesque en France au xviie siècle. étude de style, D’Artrey, 1960.

26Premier cas : qu’en est-il des résultats du jeu avec les lexiques auquel procède le burlesque ? Un ouvrage de référence (celui de Francis Bar) sur le « style burlesque »17 met bien en évidence le fait que la discordance ne fonctionne pas seulement entre énonciateur et énonciation, mais qu’elle est aussi interne à la chaîne syntagmatique : un texte burlesque tend à user d’une langue « artificielle » qui mêle archaïsmes et néologismes, mots à la mode de la Cour et provincialismes, mots savants, mots techniques et mots quotidiens, termes élégants et mots grossiers… La création de cette langue bigarrée est souvent décrite comme un jeu, voire une jouissance.

27Mais il importe de souligner deux choses, indispensables pour l’interprétation des enjeux de ce jeu.

28D’abord, en empruntant ainsi à tous les lexiques disponibles, l’auteur burlesque interprète la langue comme un « trésor », c’est-à-dire en termes de richesse, d’abondance, d’accumulation, trésor hétérogène, voire hétéroclite ; ce qui fait la valeur d’une langue, c’est la quantité variée des mots dont elle dispose, de par son histoire, de par la variété de ses locuteurs dans l’espace physique et dans l’espace social, de par ses capacités de création et de renouvellement. Or une telle interprétation de la langue n’est pas une évidence ; elle entre très nettement, au xviie siècle, en opposition idéologique avec une interprétation qui au contraire met la valeur d’une langue dans les restrictions par lesquelles elle se constitue un lexique homogène, restreint et étroitement contrôlé, « pur » de toutes influences néfastes (étrangères, jargonnesques, populacières, snobs…). Et c’est bien parce qu’un modèle de langue « pure » s’est constitué que le sentiment d’un mélange « burlesque » peut apparaître ; il n’y a conscience de la discordance (d’une discordance productrice d’« effet » sur l’auditeur) qu’à partir du moment où s’est forgée l’idée d’une concordance comme norme.

  • 18  Molière, Le Bourgeois gentilhomme, 1670, IV, 4.

29Or, cette pureté de la langue est liée aussi à une représentation de la langue comme véhicule clair de l’idée : un mot propre pour chaque chose, un mot clair et compris de tous… Mais l’auteur burlesque se moque d’être clair et précis : au contraire, vive l’à-peu-près, l’ambigu, le compliqué et l’obscur, l’allusif et l’implicite, l’équivoque. Les textes burlesques du xviie peuvent sembler réclamer, pour être pleinement goûtés, un lecteur compétent, très cultivé, voire à la culture encyclopédique. Cependant il ne faudrait pas oublier la procédure qui consiste, au théâtre en particulier, à programmer des niveaux de lecture différents suivant les différences culturelles du public. Le public ignorant peut rire de la présence, au milieu de termes qu’il connaît et reconnaît, de termes bizarres, cliquetis de sonorités vides de signification pour lui, mais qu’il est souvent capable, probablement, d’interpréter comme relevant de tel ou tel lexique de spécialistes ; le demi-habile, celui qui en sait un peu plus, en comprendra un peu davantage, et saisira le sel de certaines allusions ; quant au docte, habile à suivre jusqu’au bout tous les sous-entendus, il pourra non seulement rire du texte, mais aussi rire de ceux qui rient sans vraiment savoir… Un exemple : en entendant Covielle « traduire » bel-men par « il dit que vous alliez vite avec lui vous préparer pour la cérémonie, afin de voir ensuite votre fille, et de conclure le mariage »18, chacun peut rire du contraste ridicule entre la taille des deux textes (d’autant plus facilement que le personnage se charge de souligner l’effet) ; seuls quelques-uns saisiront tout le sel supplémentaire qu’apportent d’une part la référence littéraire (Molière imite Rotrou qui imite l’écrivain italien Della Porta), d’autre part le contraste de la « traduction » avec le « vrai » sens de bel-men que le vulgaire (et même encore quelques critiques contemporains…) prend pour du turc de fantaisie, mais que quelques érudits (ou quelques courtisans qui ont assisté aux leçons de turc de d’Arvieux) savent être du « vrai » turc, qui signifie… « je ne sais pas ». Question d’interprétation…

30On retrouve la même logique de jeu provocateur (et à double, voire triple, fond) dans l’usage que les auteurs burlesques font unanimement de l’équivoque ; en ce cas, il s’agit de jouer sur une expression dont l’interprétation « normale » (présente dans les dictionnaires) est transformée, pervertie. Sous une forme atténuée, il s’agit de mettre en scène une erreur d’interprétation qui aboutit à un effet comique par la distance entre les deux sens confondus : ainsi de poulet, petit billet doux, que le valet goinfre interprète régulièrement comme étant de la race des gallinacées – quitte à s’étonner ensuite du burlesque intrinsèque d’une langue qui désigne deux réalités si discordantes par le même terme. Mais la véritable équivoque est « grossière » : à peu près n’importe quelle expression peut ainsi prendre un sens scatologique ou érotique, par le contexte dans lequel elle est employée – le comique naissant ici de la présence masquée du bas corporel, souvent sous des termes qui en sont fort éloignés, ainsi que de l’appel à la complicité d’un lecteur qui accepte d’avoir « l’esprit mal tourné », et d’être tenu finalement pour responsable de son interprétation tendancieuse ; on connaît le système de défense de Molière : ceux qui y voient des « saletés » sont ceux qui ont l’imagination pervertie – mais aussi tant mieux pour eux (et tant pis pour les pisse-vinaigre) : ils ont bien ri !

31Pour bien interpréter la langue burlesque, il faut à la fois être savant et paillard – bref, de la pire espèce, de celle qui connaît les règles du jeu, et n’hésite pas à jouer gros – parce qu’elle est sûre d’elle, et de la légitimité des règles ? parce qu’elle goûte un plaisir particulier à dévaloriser (l’espace d’un instant) ce qu’on lui a appris à révérer ? ou parce qu’elle veut mettre en cause cette légitimité ? Le burlesque joue sur le rapport entre la lettre (qui tue – mais aussi qui révèle) et l’esprit – qui vivifie, à moins qu’il ne s’agisse de démontrer qu’on vous fait croire, bien à tort, à la présence de l’esprit derrière la lettre, alors qu’il ne s’agit que de masquer des réalités fort peu « spirituelles ». Dans un contexte culturel où l’on débat sur une interprétation de la Bible « à la lettre » ou selon « l’esprit », qu’est-ce que cela signifie de mettre en évidence les réalités prosaïques de la vie sous les métaphores – sinon de questionner de manière déceptive et sceptique le rapport entre les mots et les choses ?

32Deuxième cas : il arrive fréquemment à l’auteur burlesque de se moquer de la littérature elle-même – mais avec beaucoup d’ambiguïtés.

33Dans Jodelet ou le Maître valet de Scarron, Lucrèce, jeune fille « séduite et abandonnée » selon la formule consacrée, supplie Dom Fernand de lui venir en aide (II, 3) ; il réplique : « Ce style est de roman, et je vous en révère. ».

34Burlesque évident de ce commentaire littéraire dans une situation où les personnages ne devraient pas se distancier de leurs discours – burlesque de cette interprétation décalée de la situation, puisque Dom Fernand est prêt à aider la jeune fille, non parce qu’elle est malheureuse, mais parce qu’elle aime comme lui les romans. Cependant la scène est complexe : la jeune fille, réellement malheureuse, peut fort légitimement susciter la pitié du spectateur ; elle n’en « rajoute » pas, elle ne « fait pas exprès » de parler comme un livre – mais elle est inconsciemment imprégnée de rhétorique romanesque, et Dom Fernand le lui fait gentiment remarquer, sans supposer pour autant qu’elle ne soit pas sincère… tandis que Scarron fait remarquer à ses lecteurs qu’entre littérature et réalité les implications sont plus complexes qu’on ne pense… La jeune fille en ce cas interprète sa réalité à l’aide de la littérature, tandis que Dom Fernand interprète le discours de la jeune fille comme littérature, mais pas pour autant comme mensonge. De qui se moque-t-on ? des lecteurs de romans, probablement… ; des romans ? Et si Scarron se moquait de lui-même, amateur de romans, et capable de construire une telle situation que son intrigue va s’efforcer de dénouer – sérieusement ?

35Autre exemple : Desmarest de Saint-Sorlin a représenté, dans Les Visionnaires, un poète ridicule, émule de Ronsard, d’un burlesque (involontaire) en créateur de mots grotesquement érudit, en « poète mâche-laurier » ; or beaucoup des mots forgés qu’il fait utiliser à son poète burlesque, et beaucoup de ses « fureurs poétiques », se trouvent dans Les Folastries du même Ronsard – qui ne sont peut-être pas tout à fait à lire « sérieusement »… Et si Ronsard avait tenté (avant la lettre) une écriture volontairement burlesque ? Que l’émule soit ridicule, aucun doute – enfin, peut-être, à moins qu’on ne considère qu’il n’est pas lui-même tout à fait « sérieux » : une scène le montre fabriquant consciemment du texte incompréhensible pour se moquer d’un personnage encore plus ridicule que lui, un lecteur qui le prend au sérieux. S’agit-il de se moquer de Ronsard – ou de ses émules maladroits et assez bêtes pour prendre au sérieux ce que Ronsard faisait par plaisanterie ? Bien malin qui dira exactement de qui, ou de quoi, on se moque…

  • 19  G. Genette, Palimpsestes, Seuil, 1982, p. 69.

36Quant à la récriture (qui est une sorte de commentaire, de paraphrase) de l’épopée antique, qui en dira les intentions ultimes ? Selon Genette, il y aurait là comme une tentative de rapprocher le texte d’un lectorat élargi (celui des bourgeois) en le leur rendant plus « familier ». « Le travestissement est le contraire d’une distanciation : il naturalise et assimile […]19. » Mais ces textes ne réclamaient-ils pas justement une attitude de lecteur conscient de la distance envers un chef d’œuvre de la littérature universelle ? Les rendre familiers, proches, les apprivoiser, n’est-ce pas les rendre ordinaires, donc en détruire insidieusement la grandeur (construite par des siècles d’histoire et de sacralisation littéraires) ? De plus, la transposition n’en révélait-elle pas les faiblesses intrinsèques ? S’agissait-il alors d’une entreprise de démolition, certes, mais qui ne s’en prenait qu’aux grands de la littérature, êtres de papier tout de même beaucoup moins dangereux que les puissants réels ? Mais, en invitant le lecteur à mettre en doute des hiérarchies esthétiques, ne l’invite-t-on pas en mettre en doute aussi les hiérarchies sociales ?

  • 20  L’Autre monde, ou les états et Empires de la Lune, dans Œuvres complètes, éd. par J. Prévot, Belin (...)

37Que le burlesque ait servi, au xviie siècle, d’arme dans les entreprises de subversion de l’ordre politique et social, et en ait été accusé, aucun doute : il suffit de rappeler son rôle pendant la Fronde. C’est du burlesque dont se sert Cyrano de Bergerac pour dénoncer le pouvoir des pères sur les enfants, et celui des prêtres coupables de vouloir « embabouiner la conscience du peuple »20 ; et certaines retentissantes affaires de censure de la fin du siècle concernent des textes burlesques.

38Cependant, les victimes du burlesque sont bien plus souvent les petits, les faibles, les gens du peuple, ceux que les pouvoirs entendent contrôler : c’est des paysans, des valets, des gens vulgaires, des pédants, des mauvais poètes, des femmes, qu’on se moque en représentant leurs façons de parler et d’agir : voyez comme ils sont drôles, triviaux et extravagants, comme leur langage et leurs manières sont discordantes, surtout quand ils essaient d’imiter les grands, quand ils se prennent pour grands ! Le jeu de la confrontation des langages conduit finalement à confirmer les hiérarchies, linguistiques et sociales : il est réservé aux privilégiés – les autres ne peuvent, ni n’osent se permettre un tel jeu, et il n’est pleinement satisfaisant que pour celui qui dispose des codes dominants (ce qui le confirme dans sa supériorité). Mêler le haut et le bas aboutit ainsi à confirmer le haut comme haut (même si quelques-uns prétendent à tort à ce rang), et le bas comme bas.

39Un malaise demeure, malgré tout : et si représenter ces grotesques, emprunter à leur langage, n’était pas déjà leur faire trop d’honneur ? Est-il convenable de confirmer les convenances en usant de l’inconvenance ? Le burlesque a subi un très violent assaut de la critique à partir de 1652 environ ; et l’argument principal de cette critique, dont peut-être l’initiateur est Guez de Balzac (dans son entretien sur le « style burlesque ») et que reprennent à leur compte même les auteurs burlesques (en tout cas ceux d’entre eux qui avaient le plus d’intérêt à se sauver de ce guêpier), est que le style burlesque assure en quelque sorte la promotion du bas, donne la parole à la canaille, lui fournit une littérature à sa portée, nous oblige à laisser traîner notre pensée sur de sales idées et de vilains mots… Il faut au moins, selon le chevalier des Parallèles de C. Perrault, préférer le burlesque descendant (celui de Scarron) au burlesque ascendant (ou héroï-comique), n’en déplaise à Boileau :

  • 21  C. Perrault, op. cit., p. 271 [292].

[…] Comme une princesse est plus aimable avec un bavolet qu’une villageoise avec une couronne, de même les choses graves et sérieuses cachées sous des expressions communes et enjouées donnent plus de plaisir que ne peuvent en donner les choses triviales et populaires sous des expressions pompeuses et brillantes.Quand Didon parle comme une petite Bourgeoise, j’ay plus de joye à voir sa douleur, son desespoir & sa qualité de reine au travers des plaisanteries dont on se sert pour les exprimer, parce que l’attention se termine à quelque chose qui en est digne, que d’entendre une petite Bourgeoise qui parle comme Didon, parce que dans le fond cette Bourgeoise ne dit que des impertinences qui ne méritent pas l’attention qu’on leur donne, & qui laissent un deboire fade & desagreable21.

40Bref, les mêmes procédures – rhétoriques - d’encanaillement peuvent servir à démontrer que les (ou plutôt certains ?) aristocrates ne sont que de la canaille – déguisée, ou que le peuple n’est que canaille. Il l’est, d’ailleurs, puisque le tort des grands est d’être, en réalité, peuple…

  • 22  « A Mademoiselle Descars », Recueil de quelques vers burlesques [1644, Suite], dans Poésies divers (...)

41La carrière de Scarron en témoigne…Le Recueil de vers burlesques de Scarron illustre en réalité sa familiarité avec les Grands ; comme les poésies et les lettres de Voiture, ces poésies adressées, dédiées, consacrées à telle grande dame ou tel seigneur de la Cour mettent en scène un rapport privilégié de l’écrivain avec les privilégiés. Mais il y a aussi de l’insolence dans ces textes, à un degré parfois difficile à apprécier, dans la mesure où elle repose sur une connivence : Scarron va parfois très loin dans la dévalorisation du grand par le trivial, mais il sait probablement aussi jusqu’où il peut aller trop loin (il se valorise d’ailleurs de pouvoir aller trop loin), comme en témoigne le Voyage de la reine à la Barre22.

42De là à penser que sa Mazarinade est également une opération politico-littéraire soigneusement calculée, malgré sa violence, aux accents révolutionnaires pourtant…

  • 23  Œuvres de Scarron, Paris, Jean-François Bastien, 1786, t. 1, p. 283-296, p. 294.

Rejeton de feu Conchini,
Pour tout dire Mazarini,
Ta carcasse désentraillée
Par la canaille tiraillée
Ensanglantera le pavé :
Ton Priape haut élevé
A la perche sur une gaule,
Sera le jouet des laquais,
L'objet de mille sobriquets,
De mille peintures grotesques,
Et mille épitaphes burlesques23.

43Le même Scarron devint d’ailleurs peu après le « malade de la reine »... La conclusion est que Scarron – unanimement cité comme le grand auteur burlesque du siècle - use du burlesque comme d’une arme à toutes mains – une arme perverse, dont il use avec l’intention maligne de montrer aux puissants du jour qu’il est habile, donc dangereux, qu’il peut toujours se mettre de l’autre bord – donc qu’il vaut mieux le mettre du sien… A moins qu’on ne joue, comme Brébeuf, à ne démolir les Grands (les nobles factieux) que pour mieux se mettre au service des puissants (le parti du Roi)… Reste qu’il a écrit :

  • 24  L’Ænéide de Virgile en vers burlesques, 1650, p. 41-42.

Car s’il faut le dire entre nous,
Les Grands ont un cul comme vous
Quelquefois galeux comme un autre,
Et moins honneste que le vostre24.

44Peut-être est-il temps de rappeler que burlesque vient du vieux mot roman burle (burla en italien et en espagnol), qui évoque l’idée de ruse, de tromperie. Tout texte burlesque implique et nécessite une procédure de déchiffrement retorse, une attitude particulièrement attentive du lecteur, averti que le texte qu’on lui donne à interpréter est encore plus « piégé » que de coutume, d’autant plus qu’il est au premier abord propre à faire rire, sans qu’on sache trop bien de qui exactement…

Interpréter « à plus haut sens » ?

45La méfiance critique générale envers le burlesque à partir de 1652, les atténuations auxquelles on le soumet sous le régime louis-quatorzien, au point qu’on a pu parler de crypto-burlesque, prouveraient-elles cependant que, même s’il s’agit seulement d’une rhétorique, c’est une rhétorique dangereuse ? Cette rhétorique met en effet en danger parfois cela même qu’elle ne prétend pas attaquer : c’est fort probablement à la sotte superstition du peuple, à la sotte vanité de ceux qui, n’ayant qu’un vernis de culture, emploient de grands raisonnements auxquels ils ne comprennent rien, que s’en prend Molière avec le personnage de Sganarelle dans Dom Juan ; mais la parodie de l’argument téléologique n’atteint-elle que celui qui l’emploie mal, ou n’atteint-elle pas l’argument lui-même ?

  • 1

46Par ailleurs,faire raillerie de tout, et se peindre soi-même sous la figure du Satyre, comme le fait Scarron dans le frontispice du Recueil de quelques vers burlesques, n’est-ce pas la preuve d’une attitude sceptique fondamentale qui consiste à ne pas tout à fait croire – et laisser croire – aux valeurs établies, dont on se fait un objet de moquerie ? Pour pouvoir être un écrivain burlesque, ne faut-il pas avoir une conscience aiguë du dérisoire des différences entre le bas et le haut, le sublime et le grotesque ? Ne faut-il pas être capable de refuser de se laisser éblouir par les faux semblants de la grandeur ? En ce sens il me semble que le burlesque implique une façon d’interpréter le monde, un ethos sceptique. Et Marmontel n’a peut-être pas tort, même en ce qui concerne le xviie siècle, de dire que la fonction du burlesque est de « faire voir que tous les objets ont deux faces [pour] déconcerter la vanité humaine »25. Chez Cyrano de Bergerac comme chez Pascal, la bigarrure burlesque a pour fonction de « déniaiser », qu’il s’agisse de dégonfler la stupide vanité de l’homme, ou d’enseigner une lecture critique des fausses sciences, des fausses sagesses, voire de la religion comme fausse… Tous deux en usent dans la remise en cause déceptive des croyances sociales, de la croyance aux « évidences » sociales : pour tous les deux, le roi est nu.

47Qui fait l’ange fait la bête, qui veut se croire et se faire croire héroïque, exceptionnel, admirable, grand, beau et généreux, n’est qu’un homme de chair et de sang, non seulement parfois mesquin et menteur, mais aussi sale, puant, toussant, rotant, crachant tout comme un autre. Et c’est pourquoi la trivialité est intrinsèque au burlesque… Produire l’image d’un monde renversé, comme le fait Cyrano, c’est d’abord le mettre cul par dessus tête – et donc montrer qu’il a un cul. On peut, suivant les cas, l’interpréter, comme on l’a fait de Coluche,

  • comme rigolo, mais grossier, et finalement sans grand intérêt ;

  • comme écœurant, et finalement pas drôle ;

  • comme chargé d’une forte portée satirique, finalement réduite par son excès de trivialité et d’ambiguïté…

48La permanence jusqu’à aujourd’hui, envers le burlesque dans ses diverses incarnations historiques et génériques, d’attitudes critiques peu compatibles avec l’objectivité scientifique, me laissent en tout cas à penser qu’il n’est jamais très bon de laisser prise à une interprétation de soi comme subversif au point de jouer de façon ambiguë non seulement avec les valeurs établies, qui en ont vu d’autres, mais même avec la valeur « littérature » en choisissant d’être vulgaire...

Quelques (saines) lectures

Burlesque/héroïque

49M.-A. Girard, sieur de Saint-Amant, Le Passage de Gibraltar [1641], préface de l’édition de 1643 (Œuvres, éd. par J. Bailbé et J. Lagny, STFM/Didier, 1971-1979, 5 vol., vol. II)

Je veux bien qu’elle [« la simple Naïfveté »] y soit, mais il faut qu’elle soit entremeslée de quelque chose de vif, de noble et de fort qui la relève ; Il faut savoir mettre le sel, le poivre & l’ail à propos en cette Sauce, autrement au lieu de chatoüiller le goust & de faire espanoüyr la ratte de bonne grace aux Honnestes-gens, on ne touchera, ny on ne fera rire que les Crocheteurs. Aussi les plus habiles de cette Nation [l’Italie] ont bien changé de sentiment, depuis qu’ils ont veu la Secchia rapita du Tassone, où l’Heroïque brille de telle sorte, & est si admirablement confondu avec le Bourlesque, qu’il y en a quelques-uns qui par un excés de loüange osent bien la comparer à la divine Jerusalem du Tasse. Il est vray que ce genre d’escrire composé de deux Genies si differents, fait un effet merveilleux, mais il n’appartient pas à toutes sortes de Plumes de s’en mesler ; & si l’on n’est Maistre absolu de la Langue, si l’on n’en sçait toutes les galanteries, toutes les propriétez, toutes les finesses, voire mesme jusques aux moindres vetilles, je ne conseilleray jamais à personne de l’entreprendre. Je m’y suis pleû de tout temps, parce qu’aymant la liberté comme je fais, je veux mesme avoir mes coudées franches dans le langage. (p. 156-157) [« nostre Caprice heroïcomique », p. 158]

50Molière, Le Bourgeois gentilhomme [1670]

Cléonte – Peut-on voir rien d’égal, Covielle, à cette perfidie de l’ingrate Lucile ?

Covielle – Et à celle, Monsieur, de la pendarde de Nicole ?

Cléonte – Après tant de sacrifices ardents, de soupirs, et de vœux que j’ai faits à ses charmes !

Covielle – Après tant d’assidus hommages, de soins et de services que je lui ai rendus dans sa cuisine !

Cléonte – Tant de larmes que j’ai versées à ses genoux !

Covielle – Tant de seaux d’eau que j’ai tirés du puits pour elle !

Cléonte – Tant d’ardeur que j’ai fait paraître à la chérir plus que moi-même !

Covielle – Tant de chaleur que j’ai soufferte à tourner la broche à sa place ! (III, 9)

Burlesque : comique/héroïque

51C. Perrault, Parallèle des anciens et des modernes, 3ème dialogue (« en ce qui concerne la poésie ») [1692-1697 (2ème éd.)], Slatkine reprints, 1979.

Le president : Est-il possible, Monsieur l’Abbé, que vous vouliez faire honneur à nostre siecle de la honte du parnasse, d’une poësie qui parle comme les halles, qui ne se plaist que dans la bassesse & dans l’ordure, & qui toute salle & couverte de haillons qu’elle est, a osé, pendant un fort long-temps, se produire effrontement dans le beau monde ?

L’abbé : J’avoüe que le Burlesque tel que vous le depeignez est une tres mauvaise poësie, mais il y a un Burlesque qui n’est point effronté, qui ne parle point le langage des halles, quoy qu’il se serve quelquefois d’expressions un peu populaires, il y a un Burlesque qui a ses graces & ses beautez, tel que celuy de l’autheur du Virgile travesti. [...] Celuy là a tousjours senti le galant homme, & a tousjours eu l’air de la Cour & du beau monde. (p. 291-292)

L’abbé : Comme une princesse est plus aimable avec un bavolet qu’une villageoise avec une couronne, de même les choses graves et sérieuses cachées sous des expressions communes et enjouées donnent plus de plaisir que ne peuvent en donner les choses triviales et populaires sous des expressions pompeuses et brillantes.Quand Didon parle comme une petite Bourgeoise, j’ay plus de joye à voir sa douleur, son desespoir & sa qualité de reine au travers des plaisanteries dont on se sert pour les exprimer, parce que l’attention se termine à quelque chose qui en est digne, que d’entendre une petite Bourgeoise qui parle comme Didon, parce que dans le fond cette Bourgeoise ne dit que des impertinences qui ne méritent pas l’attention qu’on leur donne, & qui laissent un deboire fade & desagreable. (p. 292)

L’abbé : Le Burlesque qui est une espece de ridicule consiste dans la disconvenance de l’idée qu’on donne d’une chose avec son idée veritable, de mesme que le raisonnable consiste dans la convenance de ces deux idées. Or cette disconvenance se fait en deux manieres, l’une en parlant bassement des choses les plus relevées, & l’autre en parlant magnifiquement des choses les plus basses. Ce sont ces deux disconvenances qui ont formé les deux Burlesques dont nous parlons. L’autheur du Virgile travesti a revestu d’expressions communes & triviales les choses les plus grandes & les plus nobles, & l’autheur du Lutrin en prenant le contrepied, a parlé des choses les plus communes & les plus abjectes en des termes pompeux & magnifiques. Dans l’ancien Burlesque, le ridicule est en dehors & le serieux en dedans, dans le nouveau […] le ridicule est en dedans & le serieux en dehors. (p. 296-297)

Le chevalier : Quand Achille et Agamemnon […] se querellent & s’appellent, yvrogne, impudent, teste de chien, sac à vin, n’est-ce pas du Burlesque de la premiere espece, où les grandes choses, comme les disputes qui interviennent entre des Rois & des Capitaines se traitent avec des expressions basses & triviales ? & quand il décrit en vers heroïques le combat d’Ulisse revêtu de haillons avec Yrus le plus vilain de tous les gueux, n’est-ce pas du Burlesque de la seconde espece, où le sujet qui est bas et rampant se traite d’une maniere sublime & relevée ? (p. 301)

Le jeu avec et sur les mots

52Chevalier, Le Cartel de Guillot [1660], éd. dans Farces du Grand siècle, Le Livre de poche classique, 1992 (éd. établie par C. Mazouer).

Angélique – J’ai besoin de ton adresse
Pour porter ce petit poulet.
Guillot (le mettant à terre et l’appelant)
Petit, petit, petit follet !
Un poulet ! Souffrez que j’oppose
A cette drôlesque de chose,
Que qui vivrait de ce gibier
Ferait des repas de papier.
C’est avoir l’âme bien burlesque
Qu’appeler de ce nom grotesque
Un papier. Poulet vient d’un œuf.
Envoyez-lui plutôt un bœuf :
Etant une plus grosse bête,
Le présent sera plus honnête. (p. 435-436)

53Voiture, Œuvres. Lettres et poésies [éd. A. Ubicini, 2 vol., 1855], Slatkine, 1967 : « Pour Minerve en un ballet » [Voiture compare la jeune femme, qui a dansé le rôle de Minerve dans un ballet, à Circé]

[…]
Elle peut le monde troubler
Elle fait les astres trembler,
Et bride le cours de la lune ;
Mais vous, d’un pouvoir sans pareil,
Dans le milieu de la nuit brune,
Vous nous faites voir un soleil.
Mille rayons ensorcelés
Sortent de vos yeux étoilés,
Qui percent sans faire ouverture ;
Et redoutée en toutes parts,
Vous faites branler la nature,
Par le moyen de vos regards.

Aussi faudra-t-il désormais
Qu’elle vous cède pour jamais :
Car, plus docte magicienne,
Vous méritez le manîment
D’une autre verge que la sienne,
Et qui charme plus puissamment. (p. 296-297)

Se moquer de la littérature

54P. Scarron, Jodelet ou le maître valet [1643], éd. dans Théâtre du xviie siècle, Gallimard, « La Pléiade », t. 2, éd. établie par J. Scherer et J. Truchet, 1986.

Lucrèce – Et vous, mes foibles bras, embrassez ces genoux.
Vous ne me verrez point lever de devant vous
Que je n’aie obtenu le secours que j’espère.
Dom Fernand – Ce style est de roman, et je vous en révère.
Ma sotte d’Isabeau n’a jamais lu roman ;
Quant est de moi j’estime Amadis grandement.
Vous n’êtes pas personne à qui rien on refuse ;
De refuser aussi personne ne m’accuse ;
Croyez donc aisément, tout cela supposé,
Qu’il ne vous sera rien de ma part refusé.
Lucrèce – Il faut donc, ô Fernand, que je vous importune
Du récit de ma race et de mon infortune.
Pour ma race bientôt vous en serez savant,
Car mon père défunt m’a dit assez souvent
Qu’il avait avec vous fait amitié dans Rome,
Et qu’il vous connaissait pour brave gentilhomme.
Dom Fernand – Ces vers sont de Mairet, je les sais bien par cœur,
Ils sont très à propos et d’un très bon auteur ;
Toujours d’un bon auteur la lecture profite,
Et savoir bien des vers est chose de mérite. (II, 3)

55Desmarets de Saint-Sorlin, Les Visionnaires [1637], dans Théâtre du xviiesiècle, Gallimard, « La Pléiade », t. 2, éd. établie par J. Scherer et J. Truchet, 1986.

Amidor [seul] – Que de descriptions montent en mon cerveau,
Ainsi que les vapeurs d’un fumeux vin nouveau !
Sus donc, représentons une fête bachique,
Un orage, un beau temps, par un vers héroïque,
Plein de mots ampoulés, d’épithètes puissants,
Et surtout évitons les termes languissants.
Déjà de toutes parts j’entrevois les brigades
De ces Dieux chèvre-pieds, et des folles Ménades,
Qui s’en vont célébrer le mystère Orgien
En l’honneur immortel du père Bromien.
Je vois ce cuisse-né, suivi du bon Silène,
Qui du gosier exhale une vineuse haleine,
Et son âne fuyant parmi les Mimallons
Qui le bras enthyrsé courent par les vallons. […]
Filidan – Voici ce cher ami, cet esprit merveilleux.
Amidor – Mettons-nous à l’abri d’un rocher sourcilleux :
Evitons la tempête.
Filidan – Ah ! sans doute il compose,
Ou parle à quelque Dieu de la Métamorphose.
Amidor – Je vois l’adorateur de tous mes nobles vers
Mais dont les jugements vont toujours de travers.
Tout ce qu’il n’entend pas aussitôt il l’admire.
Je m’en vais l’éprouver, car j’en veux un peu rire.
Suivons. L’orage cesse, et tout l’air s’éclaircit ;
Des vents brise-vaisseaux l’haleine s’adoucit.
Le calme, qui revient aux ondes marinières,
Chasse le pâle effroi des faces nautonnières ;
Le nuage s’enfuit, le ciel se fait plus pur,
Et joyeux se revêt de sa robe d’azur.
Filidan – Oserait-on sans crime, au moins sans mille excuses,
Vous faire abandonner l’entretien de vos Muses ? (I, 3 et 4)

56P. Scarron, Suitte des Œuvres burlesques de M. Scarron [1644], éd. dans Poésies diverses, t. 1, STFM/Didier, 1947 (éd. par M. Cauchie).

« A Mademoiselle Descars. Le voyage de la reine à la Barre »

57P. Scarron, Mazarinade, dans Œuvres de Scarron, Paris, Jean-François Bastien, 1786, t. 1, pp. 283-296.

582 Amsterdam, J. F. Bernard, 1731, p. 41-42.

5925  éléments de littérature, dans Œuvres complètes, 1787, art. « burlesque ».

Haut de page

Notes

Muse, qui pinces, et fais rire,
Viens à moi, de grace, et m’inspire
L’esprit qui Catule inspira
Quand il entreprit Mamura.
J’en veux, aussi bien que Catule,
Au Tiran qui s’appelle Jule ;
Mais mon Jule n’est pas Cesar :
C’est un caprice du hazard,
Qui naquit garçon, et fut garce ; […] (p. 293)
Rejeton de feu Conchini,
Pour tout dire Mazarini,
Ta carcasse désentraillée
Par la canaille tiraillée
Ensanglantera le pavé :
Ton Priape haut élevé
A la perche sur une gaule,
Sera le jouet des laquais,
L'objet de mille sobriquets,
De mille peintures grotesques,
Et mille épitaphes burlesques. (p. 294)

1  Selon Littré, le mot turlupin désigne à l’origine des « sectes d’hérétiques » qui « soutenaient qu’on ne doit avoir honte de rien de ce qui est naturel ».

3  Ce qui donne le texte suivant : « Il se rendit bientost connu parmis les dames par ses bons mots, comme, un jour, estant seul assis sur un banc, Bourdeilles, Beaulieu et Termes, trois filles de la Royne, qui toutes trois faisoient cent quarante ans, le sentents au nouveau, le controloyent sur ses habillements ; et l’une des trois luy ayant effrontément demandé : « Que contemplez-vous là, monsieur ? » (cela en parlant nazard). Luy, respond de mesme : « Les antiquitez de la cour, Mesdames. » Ces filles plus honteuses luy allèrent demander son amitié et ligue offensive et deffensive. Ce mauvais mot suivy d’autres le mit en familiarité des dames. » (p. 31).

4  G. Ménage, Origines de la langue française [1650], Slatkine reprints, 1972, p. 158-159 : « Il n’y a pas longtemps que ce mot burlesque est en usage parmy nous ; & c’est M. Sarasin qui le premier s’en est servy. Mais c’est M. Scarron qui le premier a pratiqué avec reputation ce genre d’escrire. » L’« emploi » de Sarasin reste à repérer.

5  Histoire de l’Académie française [1652], éd. C. Livet, 1858, t. I, p. 79.

6  Première édition en 1641.

7  Entretien XXXVIII, « Du stile burlesque », dans Les Entretiens, éd. par B. Beugnot, STFM/Didier, 1972.

8  Nous nous appuyons ici sur l’article de J.-C. Chabanne, « Le mot “burlesque” dans les dictionnaires de langue contemporains », Poétiques du burlesque, Actes du colloque de l’université Blaise Pascal, éd. par D. Bertrand, Champion, 1998, p. 27-38.

9  P. Pellisson, op. cit., p. 80.

10  Lettre à Donneville du 12 Juillet 1650, publiée dans F. L. Marcou, Etude sur la vie et les oeuvres de Pellisson, suivie d’une correspondance inédite du même, Paris, Didier, 1859, Appendice I, lettre V, p. 448.

11  G. Colletet, Traitté de l’épigramme et Traitté du sonnet, texte établi et introduction par P.A. Jannini, Genève-Paris, Droz-Minard, 1965 - XXV-264 p. – p. 40.

12  Ibidem, p. 272 [301].

13  La Deffense du poème héroïque, dialogues en vers et en prose [1674], Slatkine reprints, 1972, 6ème dialogue, p. 106-107.

14  N. Caussin, Eloquentiae sacrae et humanae parallela [1619], cité par M. Le Guern, « Le style dans les Rhétoriques de Caussin et de Vossius », Littératures classiques, n° 28, automne 1996, pp. 61-68, p. 62-63.

15  Ibidem, p. 271 [296-297].

16  Voir l’article d’Aron Kibédi Varga, dans Critique et création littéraire au xviie siècle, pp. 325-333.

17  F. Bar, Le Genre burlesque en France au xviie siècle. étude de style, D’Artrey, 1960.

18  Molière, Le Bourgeois gentilhomme, 1670, IV, 4.

19  G. Genette, Palimpsestes, Seuil, 1982, p. 69.

20  L’Autre monde, ou les états et Empires de la Lune, dans Œuvres complètes, éd. par J. Prévot, Belin, 1977, p. 397. Je signale que l’édition « corrigée » par Lebret de 1657 remplace « prêtres » par « doctes », mais maintient la formule burlesque.

21  C. Perrault, op. cit., p. 271 [292].

22  « A Mademoiselle Descars », Recueil de quelques vers burlesques [1644, Suite], dans Poésies diverses, Paris, Marcel Didier, 1947, éd. par M. Cauchie, p. 196-203.

23  Œuvres de Scarron, Paris, Jean-François Bastien, 1786, t. 1, p. 283-296, p. 294.

24  L’Ænéide de Virgile en vers burlesques, 1650, p. 41-42.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudine Nédélec, « Burlesque et interprétation », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Claudine Nédélec, Le XVIIe siècle, mis en ligne le 14 novembre 2007, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/329

Haut de page

Auteur

Claudine Nédélec

Professeur des Universités (9e section, langue et littérature du xviie siècle), Université d'Artois, EA 4028 "Textes & Cultures" (co-responsable de l'axe "marges et frontières de la littérature") - directrice de la collection "études littéraires et linguistiques" à Artois Presse Université - travaux de sociocritique consacrés aux catégories esthétiques (notamment burlesque, grotesque, héroï-comique, comique...) et aux débats concernant l'usage que la littérature fait de la langue/des langues.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org