Navigation – Plan du site
Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie
V. Travaux d'archive et d'érudition

Le Bret, Cuigy, Casteljaloux, Bignon, Royer de Prade et Regnault des Boisclairs : du nouveau sur quelques bons amis de Cyrano et sur l’édition posthume des États et Empires de la Lune (1657)

Madeleine Alcover

Résumé

This article deals mainly with Henry Le Bret, Cyrano’s friend and editor. Only Le Bret’s Parisian years are concerned here, the ones which preceeded his clerical career in Montauban.
Till now very little was known of Le Bret’s Parisian period and nothing at all of his career as a « avocat au Conseil Privé du Roi ». Long investigations in Archives Nationales (Paris, CARAN), mainly in notarial deeds (Minutier Central) and in Conseil Privé’s archives (series V6), as well as in Archives départementales de Tarn-et-Garonne (Montauban), allowed me to revive many of his friends and clients : in the second category can be found Bishop of Albi, Gaspard de Daillon du Lude, related to the Roquelaures, and to Cyrano through the wealthy Feydeau family ; in the first category appear many people named in Le Bret’s posthumous preface of Cyrano’s Etats et Empires de la Lune (1657), like the Cuigys, the Durets, Captain Carbon de Casteljaloux, the engraver Bignon and the dramatist and historian Royer de Prade. They were all living in a delimited area of the « Marais » (Right Bank : rues de la Verrerie, des Billettes, Sainte-Croix de la Bretonnerie, Simon Lefranc and Sainte-Avoye) ; even Cyrano’s protectors were there, Regnault des Boisclairs at rue de la Verrerie, and Duke of Arpajon, whose residence partly burnt in January 1655, at Vieille rue du Temple.
A precious notarial deed reveals that Le Bret was a cleric before Cyrano died, situation which should bring a new light on the making of the posthumous edition, published with numerous cuts (« lacunes ») and variants ; another notarized document concerns the donation of Clamard « seigneurie » to Cuigy junior in 1656, donation which not only explains a variant of the posthumous edition but also provides an irrefutable evidence that Cyrano’s novel was altered after his death.
Among the addenda completing this article are the autograph last will of Casteljaloux, written in 1642 in Clamard where he died in 1654, the donation of Clamard to Cuigy junior (1656) and a substantial repayment to Le Bret by Royer de Prade (1657) just before the former went to Montauban.

Haut de page

Texte intégral

1La publication de l’édition posthume des états et Empires de la Lune de Cyrano, préfacée par Le Bret et dédicacée par lui au dernier protecteur de l’écrivain, Tanneguy Regnault des Boisclairs, constitue encore pour les cyraniens un objet de questionnement. Tout dans cette édition pose problème, de l’identité de l’éditeur de la préface à la véracité de la biographie qui y est esquissée et, surtout, à l’authenticité du texte du roman présenté comme celui de Cyrano.

2Depuis de nombreuses années, je me suis consacrée sinon à la résolution de ces difficultés, du moins à leur éclaircissement. Il m’a semblé, notamment, qu’une nouvelle investigation, approfondie, du côté de l’ami de Cyrano était devenue incontournable. Ces recherches ont été particulièrement ardues : à Paris, il fallait retrouver les traces d’un Le Bret avocat au Conseil privé ; à Montauban, il fallait s’assurer définitivement que le chanoine Le Bret était bien son alias et tenter d’y voir un peu plus clair dans ses activités des années 1656-1663, celles qui suivent la mort de Cyrano et qui précèdent son ascension dans le chapitre cathédral. Tandis que mes recherches aux Archives nationales redonnaient vie à l’avocat, mes visites répétées à Montauban me permettaient de confirmer que les « deux » Le Bret n’en faisaient bien qu’un. Ces deux lieux d’investigation se complétaient : les découvertes à Paris faisaient progresser celles à Montauban, lesquelles, à leur tour, ouvraient des pistes fructueuses aux Archives nationales.

3Les pages qui suivent exposent une partie des résultats auxquels je suis actuellement parvenue, à savoir : les minutes des notaires de Montauban et de Paris conduisent à affirmer, sans l’ombre d’un doute, que l’avocat et le chanoine ne forment bien qu’un seul et même individu, portant le prénom Henry, domicilié, en 1655, à Paris, rue St-Avoye, paroisse Saint-Mederic (Saint-Merry), et dont la signature est absolument identique dans tous les actes notariés du Quercy et de la capitale ; une lecture des œuvres publiées, à partir de 1668, sous le nom du prévôt Henry Le Bret et de celles non signées, mais revendiquées par lui, permet d’affirmer aussi que les lettres contenues dans les Lettres diverses (s.l.n.d.), attribuées au prévôt, sont bien de lui (il en a signé, d’ailleurs, plusieurs) et qu’elles ont bien été publiées au xviie siècle1 ; un bon nombre des destinataires de ces Lettres diverses se révèlent être non seulement des personnes dont les noms figurent dans la préface de Le Bret à l’édition posthume du Voyage à la Lune, mais aussi des relations personnelles, comme l’attestent de nombreuses minutes notariales concernant notamment les familles Cuigy et Duret, le capitaine des Gardes Carbon de Casteljaloux et l’historien, poète et dramaturge Jean Royer de Prade. Chemin faisant, grâce à une précieuse minute d’un notaire parisien, datée de 1656, il a été possible d’établir que la variante de l’édition de 1657 relative à Cuigy le fils, seigneur de Clamart, est une variante posthume, un ajout éditorial2 : nous disposons donc enfin d’une preuve indiscutable que le roman de Cyrano a bien été altéré après son décès et nous avons toutes les raisons de croire que les altérations ne furent probablement pas limitées à des variantes de type additif.

4Commençons par placer quelques nouveaux jalons dans la biographie du premier éditeur du Voyage à la Lune, puisque c’est à ce titre qu’Henry Le Bret nous intéresse ici. Aussi, dans la présente étude, les années 1647-1659 seront-elles surtout retenues.

5Le prévot Henry Le Bret, dans son Histoire de Montauban (1668), a révélé lui-même qu’il était né à Paris, information propagée largement par la Gallia Christiana3. Le Montalbanais Emerand Forestié, dans son article substantiel de 18904, ne manqua pas de faire référence à cette double source et à signaler que le chanoine était décédé à Montauban le 9 août 1710. Forestié avait incorporé dans son article les résultats des recherches de Husson, membre de la Société archéologiques des Charentes et maire du Mesnil-Saint-Denis (vallée de Chevreuse), à savoir qu’un Nicolas Le Bret, maître des cuisines de Louis Habert de Montmort (le grand-père de l’académicien), avait un fils prénommé Henry qui, en 1649, exerçait comme avocat au Parlement de Paris5 : Forestié, qui n’ignorait pas que le chanoine Henry Le Bret avait été chargé, en 1656, du procès contre Jean Labadie par son patron Pierre de Bertier, évêque de Montauban, conclut avec pertinence qu’il avait retrouvé l’avocat et ami d’enfance de Cyrano, celui qui préfaça et édita le Voyage à la Lune. Ce sont donc les documents d’archives découverts à la fin du xixe siècle dans la vallée de Chevreuse qui, en établissant une passerelle entre les deux Henry, permirent de conclure que le chanoine, dont Forestié avait retracé la carrière ecclésiastique à Montauban, était l’avocat au Parlement, dont Husson venait d’éclairer le contexte familial, ainsi que les relations avec les maîtres du Mesnil-Saint-Denis. Beaucoup plus tard, en 1956, René Toujas, archiviste du Tarn-et-Garonne, mit fin au scénario (imaginaire, mais comment le savoir ?) de Forestié, selon lequel Le Bret aurait été ordonné prêtre dès 1656. à l’aide des minutes notariales de Montauban, Toujas démontra qu’Henry Le Bret n’était encore que sous-diacre en juillet 1659 et mit fin à ce qui ressemblait fort, jusque-là, à une sorte de conversion fulgurante, postérieure au décès de Cyrano, conversion que Pierre Viguié n’avait pas hésité à qualifier de « crise mystique »6.

6Le passage de la magistrature à l’état clérical restait cependant très mal connu, si ce n’est que, dès 1656, comme Le Bret l’a lui-même rapporté et dans l’Histoire de Montauban et, beaucoup plus tard, dans son Récit de ce qu’a esté et de ce qu’est presentement Montauban, la majorité de ses fonctions dans le Quercy concernait la prise en charge des multiples procès de Pierre de Bertier avec les protestants de son diocèse et particulièrement, au tout début, avec Jean Labadie7. Il était donc clair que le chanoine, futur prévôt, avait toutes les compétences d’un homme de loi, ainsi que l’avaient pertinemment remarqué Forestié, et Toujas après lui8.

7Les minutes notariales parisiennes, une fois accompli le difficile repérage des notaires, aident à retracer un peu ce cheminement en comblant d’importantes lacunes. L’acte notarié le plus ancien concernant Le Bret remonte au 9 janvier 1647 et atteste son exercice de la magistrature à cette date : il avait en effet étudié le droit à l’université de Bourges où il avait reçu le grade de licencié « in utroque jure »9. L’acte, signé chez le notaire Le Roy, est un « transport » entre « Me Henry Lebret [sic] advocat en Parlement à Paris », et « Messire Alexandre Carbon de Biran de Castelgeloux, naguère capitaine d’une compagnie aux Gardes du Roy » ; les deux signataires habitent rue de la Verrerie, paroisse Saint-Jean-en-Grève10 ; le transport, de 537 livres, était constitué de quittances concernant le traitement médical et les frais de décès de Bernard de La Barthe, « vivant seigneur de Giscaro » et enseigne d’une compagnie aux Gardes du roi, dues à Castelgeloux par Anne de Biran, mère du défunt et veuve de Gaspard de Giscaro, « vivant capitaine auxdites gardes du roy ». Les Biran et les La Barthe étaient alliés (voir Pièces justicatives, Castelgeloux) et l’on se contentera ici de souligner que le premier prénom de l’immortel « Carbon de Casteljaloux », Alexandre, est le même que celui emprunté par Cyrano dans sa reconnaissance de dette relative aux soins qu’il reçut, en 1645, pour sa « maladie secrète » : je laisse à chacun le soin de lire dans cette similarité une coïncidence ou un indice à décoder11.

8On ne s’étonnera donc pas que Cyrano, en 1649, ait quitté la Rive Gauche pour venir s’installer précisément rue de la Verrerie : deux contrats d’apprentissage permettent d’affirmer avec une certitude absolue que Jacques Barat, le maître-patissier qui l’hébergea et le nourrit du 14 novembre 1649 au 27 juillet 1650, était domicilié rue de la Verrerie, paroisse Saint-Jean-en-Grève12. Les deux amis côtoient Royer de Prade qu’on repère en 1649 rue Simon Lefranc (paroisse Saint-Médéric) et en 1650 rue Sainte-Croix de la Bretonnerie (paroisse Saint-Paul). C’est l’époque où les bonnes relations du trio commencent à être attestées publiquement, notamment par leur contribution aux rares pièces liminaires des Portraits des Hommes Illustres (1650) de Heince et de Bignon (voir, dans les Pièces justificatives, Cyrano/Royer de Prade).

9Le 5 juin 1651, Le Bret, toujours avocat au Parlement, signe une minute en tant que procureur de Nicolas de Cuigy, écuyer, « sieur de Clamart », lequel est domicilié chez Jean de Cuigy et Marie de Caen, ses parents, qui vivaient encore rue de la Verrerie en 1649 mais qui avaient déménagé rue des Billettes, paroisse Saint-Jean-en-Grève13 ; un acte notarié antérieur atteste que Nicolas était un débiteur de Le Bret14. Les Cuigy étaient des notables ; Jean de Cuigy (Cuigy père) cumule les biens et les charges : il est non seulement « seigneur de Clamart », mais « conseiller secrétaire du roi, maison, couronne de France et de ses finances », charge annoblissante, et il continue à exercer comme avocat au Conseil privé15. Sa charge de secrétaire du roi l’autorise à signer les lettres patentes qui accordent les privilèges : c’est ce qui explique que son nom, déformé en Cuisy, ait pû figurer dans l’extrait du privilège de la Lune16. Les Cuigy et Castelgeloux (c’est ainsi que signe le Gascon) sont des amis de longue date : le 1er janvier 1642, Castelgeloux fait de Jean de Cuigy son exécuteur testamentaire et à Nicolas de Cuigy (Cuigy fils) il lègue ses livres ; le 9 avril 1644, « Messire Alexandre de Biran de Casteljaloux, cy-devant cappitaine des gardes du Roy », assiste à Paris aux épousailles de Françoise de Cuigy, fille de Jean, avec Louis de Chevry17 ; en 1655, Cuigy le père, malgré son grand âge, exécute comme convenu les dernières volontés de Castelgeloux, décédé à Clamart le 19 novembre 165418. L’inventaire après décès du ci-devant capitaine est surtout constitué de sa garde-robe ; parmi les meubles figure un tableau d’une Vénus nue : c’est le seul tableau répertorié et l’absence totale d’objets de piété (tableaux, statues ou crucifix) ne plaide pas en faveur d’une grande dévotion religieuse du défunt (le contenu du testament, ainsi que le legs au curé, exclut cependant l’appartenance de Castelgeloux à la religion réformée, ce qui n’eût pas étonné étant donné l’origine géographique de la famille : voir son testament olographe dans les Pièces justificatives).

10Il est certain qu’en 1652 Le Bret exerçait comme « avocat au Conseil privé », véritable promotion puisque tous les avocats au Conseil (il y en avait 200 en 1650) étaient avocats au Parlement, mais pas l’inverse. Plusieurs documents attestent cet avancement. J’ai eu le bonheur de mettre la main, dans les registres du Conseil privé, sur deux affaires traitées par Le Bret durant le second semestre de cette année-là, l’une concernant deux officiers, les frères Louis et Antoine Deschamps, dont le premier était qualifié « chevalier, seigneur de Marcilly, mareschal de Camp des armées de Sa Majesté et colonel d’un régiment de cavalerie estrangere » et le second « chevalier, mareschal de bataille et capitaine lieutenant de la compagnie des chevaux legers commandée par Monsieur le Mareschal de Schomberg »19 (nous retrouverons la famille Deschamps de Marcilly un peu plus loin) ; l’autre, relative au chapitre cathédral d’Albi20. Vu le temps infini que ces recherches exigent, mes incursions dans les archives du Conseil privé n’ont été que ponctuelles, mais ces documents ont bien survécu et ils n’ont pas été brûlés par la Commune en 1870, comme Forestié l’a étrangement affirmé21.

11Un autre document mentionne expressément cette promotion et vaut la peine qu’on s’y attarde. Le 28 août 1652, l’évêque d’Albi, Gaspard de Daillon du Lude, nomme son procureur, Henry Le Bret, « avocat au Parlement et au Conseil », demeurant rue des Billettes, paroisse Saint-Jean-en-Grève (notre avocat est donc redevenu le voisin des Cuigy)22. La procuration du prélat concerne des affaires de famille et non pas ses relations avec les habitants de son diocèse (l’évêque étant seigneur temporel d’Albi, les protestants dépendaient en partie de son autorité). Ces rapports professionnels avec Gaspard de Daillon ont duré au moins jusqu’au printemps 1655 car, durant l’hiver de cette année, deux affaires ont été portées au Conseil par Le Bret en faveur de cet évêque23 et, dans une transaction du 15 mars 1655 avec un certain Guillaume d’Espinay, Le Bret agit encore en tant que procureur du même prélat24 ; par contre les deux affaires portées au Conseil en août et septembre 1655 se sont faites avec un rapporteur mais sans avocat25. Il est certain en tous cas que, le 7 décembre de l’année suivante, l’évêque d’Albi fit le choix d’un nouveau procureur26. La relation de Le Bret avec Gaspard de Daillon du Lude est intéressante à plus d’un titre : on peut y voir un prélude à sa longue relation avec les évêques successifs de Montauban et, par ailleurs, l’évêque d’Albi était allié à Cyrano27 et allié également, et de beaucoup plus près, à Castelgeloux, par le mariage de Charlotte de Daillon avec Gaspard Jean-Baptiste de Roquelaure, dont une cousine germaine paternelle, Louise de Montagu, avait épousé Scipion de Biran, seigneur de Castelgeloux, frère de notre Alexandre (voir les Pièces justificatives concernant « Carbon de Casteljaloux »). Ces faits viennent étayer l’hypothèse de François de Graux selon lequel Cyrano était sûrement informé de la fameuse affaire du chevalier de Roquelaure et que les courses effrénées du héros des Etats et Empires du Soleil, dans l’épisode de Toulouse, pourraient avoir été influencées par les « circonstances tumultueuses » de la capture à Paris du chevalier28.

12Une minute du 15 décembre 1654 nous permet de repérer la nouvelle adresse de Le Bret, « escuyer, sr des Cornets, avocat au Parlement et au Conseil du roi », domicilié rue St-Avoye paroisse Saint-Mederic29. Deux semaines plus tard, notre avocat passe un contrat avec Michel Houdin, domicilié rue de la lingerie, paroisse Saint-Eustache, gendre d’un sieur Bignon, « ami dudit Le Bret », afin qu’il grave

[...] en eau forte les planches d’un livre in-folio manuscrit intitulé La discipline militaire divisé en cinq livres ou parties contenant sans y comprendre la table et plusieurs des plus grandes planches qui ne sont point chiffrées deux cent trente six feuilles d’escriture, ledit livre relié en maroquin rouge et couvert d’une fausse couverture de cuir vert, lesdites planches au nombre de cent trente autant grandes que petites [… ] ;

13à la suite de précisions sur les modalités du contrat, le graveur s’engage à fournir les planches « en estat d’estre imprimées dans la fête de Pâques prochaine » (c’est-à-dire le 28 mars 1655)30. Michel Houdin a probablement rempli son contrat puisqu’on trouve un privilège sollicité par Le Bret en novembre 1655 pour un ouvrage intitulé La science de la guerre avec des figures pour attaquer et defendre les places ; l’ouvrage portait un autre titre, barré dans le registre, La discipline militaire ou il est traicté de la guerre en général : on aura reconnu l’intitulé du volume décrit dans le contrat avec le graveur31.

14L’homogamie socio-professionnelle étant de règle au xviie siècle, on peut conclure sans risque que l’ami Bignon, le beau-père de Houdin, était lui-même graveur, et que nous avons sûrement affaire au graveur François Bignon, qui, en 1648, se porta garant de la dette impayée de Cyrano à l’égard du chirurgien Elie Pigou (1645)32, Bignon qui grava les portraits des Hommes illustres dont Cyrano devait initialement écrire la préface (1650), et qui grava aussi ceux de Royer de Prade (1650) et de Cyrano (1654)33.

15Le changement d’adresse de Le Bret a peut-être été contemporain d’un évènement mentionné dans les Lettres diverses, évènement qui serait survenu en 1654. En effet, une lettre adressée à un Mr. Martin, avocat au Conseil, explique les raisons d’un changement profond survenu dans la vie du destinateur, sa rupture définitive non seulement d’une relation galante, mais de tout commerce galant avec la gente féminine. Cette lettre curieuse, où l’auteur revient sur l’accusation de « mysoginisme » qui lui a été faite, fournit des informations très personnelles d’ordre physique et psychologique : « puis que trente-six hivers qui ont detruit le bel ordre de mes cheveux, des playes qui m’ont debilité, des soins qui m’ont decharné, des procés qui m’ont emporté le peu de belle humeur que j’avois, sonnent ma retraite également avec elle »34.

16Et en effet, Le Bret nous réserve une surprise : il devient homme d’église, à une date inconnue mais antérieure au 20 avril 1655, comme l’atteste une minute signée ce jour-là : « Noble Armand Deschamps de Marcilly » résigne en faveur de « noble Henry Le Bret clerc tonsuré du diocèse de Paris », toujours domicilié rue St-Avoye, le prieuré de Saint-Maurice de Bes[s]elue, dans le diocèse de La Rochelle, à la réserve de 300 livres de pension annuelle viagère35. L’avocat au Conseil est bien entré dans l’état ecclésiastique avant la mort de Cyrano. Les ordres mineurs, surtout la tonsure, n’engageaient pas beaucoup, il est vrai, ceux qui les recevaient, comme l’ont prouvé, parmi tant d’autres, les carrières de Nicolas Foucquet et de Nicolas de Cuigy, prieur de Saint-Pierre de Coulimer, puis marié en 1657 ; en outre, dans un pays où se pratiquaient non seulement la vénalité des charges mais aussi la vénalité des bénéfices, ce genre d’échanges était une pratique très courante, ainsi qu’il appert dans l’étude très ciblée d’Auguste Vidal, L’ancien diocèse d’Albi d’après les registres de notaires (1913)36. Ceci dit, le préfacier et éditeur de la Lune était déjà d’église lorsque l’état de santé de son ami commença à se dégrader irrémédiablement. Cette composante nous oblige à repenser, à sa lumière, les contraintes qui ont pesé sur la fabrication de l’édition posthume.

17Le ci-devant prieur Armand Deschamps de Marcilly est le frère des deux officiers clients de Le Bret en 165237. Les propriétés de ces Marcilly/Marsilly se situent au nord-est de Paris, en Champagne, dans l’actuel département de la Marne ; par contre, le grand-père maternel, David de Fouré, était seigneur de Beaulieu et de Dampierre, seigneuries situées en Saintonge, et son épouse, Hélène, était une Chasteignier de La Rocheposay. Ainsi Gaspard de Daillon du Lude, Charles de Schomberg (le maréchal mentionné plus haut) et les trois frères Deschamps de Marcilly appartenaient tous à la maison des Chasteignier de la Rocheposay. Il semble bien que Le Bret ait travaillé pour des clients alliés. Par ailleurs il faut rappeler qu’une minute du 6 février 1648, consécutive au décès du père de Cyrano, fait mention d’un bail de la demeure paternelle par les fils Cyrano à Anne de la Guiche, veuve du maréchal Henri de Schomberg, dont la sœur Françoise avait épousé François de Daillon du Lude, père de Gaspard38. Est-ce un hasard si les Schomberg, eux aussi, sont si souvent présents dans le dossier Cyrano/Le Bret ? Ne faut-il pas au contraire se rendre à l’évidence que la famille maternelle de Cyrano, par les Feydeau et leurs alliances, a soutenu les descendants de leur parente Espérance Bellanger ? Marie Feydeau, la généreuse marraine de Savinien, semble bien n’avoir été que la première à venir en aide à son filleul. Je souligne ces récurrences car, à ce jour, il n’y a pas de preuves que la famille paternelle de Cyrano ait joué un rôle quelconque dans son existence, à l’exception, mais elle est de taille j’en conviens, de son cousin de Sannois, le fils de Samuel Cyrano. Pourquoi aucun des enfants d’Abel Cyrano et d’Espérance Bellanger n’a-t-il eu pour parrain ce Samuel ? Quel soutien cet oncle, paroissien de St-Eustache, a-t-il apporté à son neveu Savinien pendant son écolage solitaire au collège de Beauvais (ou, plus vraisemblablement, de Lisieux) ?

18Avant d’en finir avec les Marcilly, soulignons que, selon la Généalogie de la maison des Champs marquis de Marcilly en Champagne et les dossiers de noblesse dits « preuves pour Malte », Antoine de Marcilly était chevalier de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Or le maître de l’inoubliable Gareau du Pédant joué porte le nom de Marcilly et l’expérience d’un chevalier de Malte rendrait assez bien compte des pérégrinations rocambolesques énumérées par le paysan Gareau39. Lacroix, le premier, a tenté d’identifier certains personnages de la comédie et il a vu dans Marcilly le « vicomte de Marcilly » (c’est-à-dire un des frères d’Antoine), sans donner de justifications. Je pense que les voyages en Méditerranée orientale de Marcilly/Gareau, peu commmentés jusqu’à ce jour, s’expliqueraient historiquement assez bien à la lumière de cette nouvelle identification40.

19Retournons à Le Bret qui, plus tard dans l’année 1655, règle une facture à un tailleur par transport de Jacques Le Bret, écuyer, sr du Monceau, son frère, et de Jean-Baptiste Zeddé, écuyer, sieur de Vaux, tous les deux capitaines au régiment de Conti : nous reconnaissons là le frère et Mr. de Zeddé mentionnés dans la préface du Voyage à la Lune41. Bien que les deux frères Le Bret aient vendu à leur sœur leur part de la ferme du Monceau en 1654, le cadet continue à porter le nom de cette terre, comme le faisaient les frères Cyrano après la vente par leur père des fiefs de Mauvières et de Bergerac en 1636. Les minutes notariales de 1655 font apparaître dans la famille Le Bret une nouvelle propriété foncière, la terre des « Cornets ».

20Ainsi, au cours de 1655, Henry Le Bret, toujours domicilié rue St-Avoye, se présente-t-il, selon la nature des actes, tous signés chez le même notaire, avec trois identités sociales différentes (les trois « ordres » de l’Ancien Régime y sont représentés !) : Noble homme Henry Le Bret […] avocat (15 mars), voilà pour le Tiers-état ; noble Henry Le Bret […] clerc tonsuré (20 avril), voilà pour le clergé ; Henry Le Bret, écuyer, sieur des Cornets (30 avril), voilà pour la noblesse. Le prénom, l’adresse et surtout l’identité de la signature constituent la preuve ultime qu’il s’agit bien du même individu, pour lequel l’année 1655 fut une année charnière.

21Cyrano mort (en juillet 1655), Le Bret s’empresse, en novembre, de solliciter un privilège pour la Lune (le même jour qu’il avait sollicité celui pour La Discipline militaire). On en vient à se demander si l’avocat, dans le cas de cet ouvrage technique, n’éditait pas également l’œuvre de quelqu’un d’autre, récemment décédé. Comment imaginer qu’un homme si occupé au barreau et qui n’avait passé que quelques années dans les Gardes françaises, ait acquis les compétences et trouvé le temps requis pour la composition d’un ouvrage in-folio de 236 « feuilles d’escriture » ? La bibliothèque qu’Alexandre de Biran de Castelgeloux légua à Nicolas de Cuigy aurait-elle contenu ce manuscrit inédit ? Celui-ci n’apparaît pas dans l’inventaire, mais aucun papier n’a été trouvé dans les effets du défunt, ce qui est tout à fait exceptionnel. On ne peut pas exclure que le gros volume remis à Michel Houdin en décembre 1654 (donc juste après la mort de Castelgeloux) ne soit un ouvrage du ci-devant capitaine, trouvé dans ses affaires avant l’inventaire ou, plus vraisemblablement, remis par l’ex-officier lui-même à Nicolas de Cuigy avant son décès : vu que ce livre n’a pas été publié et ne peut donc pas être analysé, je considère, pour ma part, la paternité de Le Bret comme incertaine.

22Quoiqu’il en soit, notre prieur poursuit sa carrière ecclésiastique. En juin 1656, on le trouve au service de l’évêque de Montauban, Pierre de Bertier, pour lequel il prend en main l’affaire Jean Labadie, dont il écrira lui-même dans son auto-apologie, Récit de ce qu’a esté et de ce qu’est présentement Montauban : « procédure criminelle […] par laquelle je commençay de rendre mes petits services à la religion »42. Bertier se trouvait alors à Paris pour l’Assemblée générale du clergé de France et un incident relatif à l’inhumation de l’« apostate » Jeanne Moisset, dont les protestants et les catholiques se disputaient le cadavre (ces revendications macabres n’étaient pas rares), est chaudement rapporté en pleine assemblée. Le Bret parlera de Jeanne Moisset et dans son Histoire de Montauban et dans son Récit43. L’été et l’automne 1656 sont des moments cruciaux pour Le Bret qui devient l’homme de loi de Bertier, comme il avait été celui de l’évêque d’Albi les années précédentes. Il n’y a aucune solution de continuité entre les activités de Le Bret antérieures et postérieures à sa prise d’habit. Il substitue à des clients multiples, qui ne furent semble-t-il pas nombreux, un client exclusif, le seigneur-évêque de Montauban44. Il devient une sorte de « domestique » attaché à un seul maître, comme le furent un Sarrasin pour le Prince de Conti ou un Baluze pour l’archevêque de Toulouse, Pierre de Marca. Afin de conserver son avocat à portée de main, Bertier lui donna, le 27 septembre 1656, un canonicat au chapitre collégial de Montauban, dont il prendra possession par procuration : la minute précise bien qu’il est « clerc au dioceze de Paris »45. On notera que la transition de Daillon du Lude à Bertier est retraçable grâce à ces minutes notariales : Le Bret passa bien d’un êvêque à l’autre. Les évêchés de ces deux prélats, bien qu’ils ne relevassent pas du même archevêché, n’étant pas très éloignés l’un de l’autre et Monsieur d’Albi et Monsieur de Montauban se rendant régulièrement aux états de Languedoc, il est certain qu’ils se connaissaient, mais je ne pense pas que ce soit par l’entremise de Daillon du Lude que Pierre de Bertier ait recruté Le Bret (voir le paragraphe suivant). Par contre il est très possible, voire très probable, que l’entremetteur ait été un magistrat, et l’on peut avancer avec beaucoup de vraisemblance que ce fut un membre de la grande famille des Bertier. En effet, Jean de Garibal et son beau-frère Jean-Philippe de Bertier de Montrabé étaient tous deux maîtres des requêtes au temps où Le Bret plaidait au Conseil du roi : une requête défendue par Le Bret porte la signature de Garibal qui en fut le rapporteur au Conseil privé. C’est dire que par leurs fonctions Garibal et Le Bret se côtoyaient régulièrement. Or Jean-Philippe de Bertier, fils de Jean de Bertier de Montrabé et de Marie Le Comte, était le frère de l’évêque de Rieux Antoine-François de Bertier et le cousin, issu de germain, de l’évêque de Montauban Pierre de Bertier : ceci pourrait expliquer pourquoi ce fut l’évêque de Rieux qui ordonna Le Bret, comme celui-ci l’a lui-même déclaré dans la préface de son Histoire de l’Ancien et du Nouveau Testament (Paris, Pralard, 1684)46.

23L’entremise de Daillon du Lude auprès de Pierre de Bertier me paraît d’autant moins probable qu’en 1656 Le Bret n’a pas pu honorer une dette qu’il avait contractée envers l’évêque d’Albi (ce sont les clients, d’ordinaire, qui sont débiteurs) et il devait constituer, presque quinze ans tard, une rente sur la somme impayée de 1050 livres47. Et pourtant, une minute nous apprend que, depuis 1650, un gros débiteur, « Le Royer escuyer sieur de Prade » (le prénom est en blanc), devait à Le Bret la somme très importante de 3842 livres dont il ne s’acquitta que le 15 mai 1657 : Le Bret se dit alors satisfait et content, mais, fait remarquable, pas un mot n’est dit sur le moyen utilisé pour l’indemniser (on payait, à l’époque, des sommes même énormes en louis d’or et d’argent, ainsi qu’en transports ou en constitutions de rentes, et les quittances précisaient généralement le mode de payement)48 ; par ailleurs les grosses qui détaillaient la dette n’ont pas été conservées. Pourquoi Le Bret n’a-t-il pas demandé à Royer de Prade de régler les 1050 livres qu’il devait à Gaspard de Daillon en 1655-1656 ? Royer de Prade aurait-il indemnisé Le Bret en lui vendant/échangeant quelque chose, comme un/des manuscrits ? Après tout, en 1706, l’ancien prévôt indemnisera le chapitre cathédral de Montauban, auquel il devait les 200 livres de droit d’entrée à l’archidiaconat, par le troc d’une partie de ses vêtements liturgiques...49

24Mais poursuivons. A la date du 15 mai 1657, Le Bret, qui se qualifiait faussement chanoine au chapitre cathédral de Montauban, demeurait au faubourg Saint-Germain, rue Neuve St-Benoît, paroisse Saint-Sulpice et, au mois d’août, il quittait Paris pour le Quercy, muni d’arrêts contre les protestants et contre le sieur Labadie. Mais le 25 juillet ce dernier avait quitté Montauban, les autorités à ses trousses50. Labadie tournait une page ; Le Bret aussi. Contrairement à l’affirmation de Forestié répétée par tous les critiques, y compris par moi-même, Le Bret n’était pas prêtre en 1656. On a vu plus haut qu’à la fin octobre de cette année-là il était encore clerc tonsuré et, bien qu’en janvier 1658 il eût tenté à deux reprises de vendre la cure du Plessis-Feu-Aussoux (diocèse de Meaux, dans l’actuelle Seine-et-Marne), dont il était bénéficiaire, ceci n’impliquait pas qu’il eût dès lors reçu l’ordre sacerdotal car il n’était pas requis d’être prêtre pour être curé d’une paroisse (le curé, dans ce cas, confiait à un prêtre le soin d’assurer le service paroissial) ; Le Bret fut, la même année 1658, et de la même manière, curé de Canals (diocèse de Montauban) ; en fait il n’était encore que « sous-diacre » le 16 juillet 1659, comme l’a établi l’archiviste René Toujas51. Quant à moi, j’ai pu repérer dans le Registre des délibérations du chapitre cathédral que Le Bret était qualifié « prêtre » le 4 juin 166052. L’obtention d’un canonicat au chapitre cathédral, le 9 avril 1659, aurait-elle accéléré par la suite son parcours dans les ordres ? Pierre de Bertier ne voulait pas dans son diocèse de bénéficiers indécis et le Registre contient plusieurs mises en garde contre les prébendiers qui différaient leur ordination sacerdotale. Par ailleurs l’ascension de Le Bret à la prévôté n’eût pu se faire sans son accession préalable à la prêtrise.

25La cure du Plessis-Feu-Aussoux, vendue à Montauban en janvier 1658, a probablement était obtenue durant la période parisienne de Le Bret grâce à l’aide du seigneur du lieu, Louis de Chevry, époux de Françoise de Cuigy et beau-frère de Nicolas53 : dans une lettre adressée à son frère, Le Bret mentionne qu’il est hors de Paris, chez Mr. de Chevry et, comme l’indique une autre lettre, il était le parrain d’un fils du couple54. On aura remarqué que la présence des Cuigy dans l’entourage de Le Bret est une constante, ce qui pourrait apporter quelque lumière au problème de la fabrication de l’édition posthume : Cuigy le fils est nommé dans le texte et Cuigy [le père] (dont le nom est déformé en Cuisy, comme il a été dit plus haut) figure dans l’extrait du privilège.

26À quoi il faut ajouter que le dernier protecteur de Cyrano, Tanneguy Regnault des Boisclairs, était un ami, un voisin et un coparoissien des Cuigy. La dernière adresse parisienne de Cyrano fut celle de ce bienfaiteur qui demeurait alors « rue de la Verrerie, paroisse St-Jean-en-Grève »55, à une courte distance du précédent protecteur de Cyrano, le duc d’Arpajon, dont la demeure était alors située Vieille rue du Temple, paroisse Saint-Gervais, comme nous l’apprend le contrat de marché établi à l’occasion des réparations des dégâts causés par l’incendie du 9 janvier 1655 qui endommagea « l’hôtel » du duc56. Non seulement Le Bret, Nicolas de Cuigy, Regnault des Boisclairs et Cyrano, en 1655, vivaient dans la même rue ou dans des rues adjacentes (rue des Billettes pour les Cuigy, rue St-Avoye pour Le Bret), mais les trois premiers recouraient aux services des mêmes notaires (Chaperon, étude CV et Le Roy, étude LXXXVII). Les protagonistes nommés dans le paratexte (dédicace et extrait du privilège) de l’édition posthume de la Lune (Cuigy père et Regnault des Boisclairs) se côtoyaient, se rendaient service et avaient même des relations anciennes plus profondes : la marraine du frère de Tanneguy, Charles Regnault, sieur du Petit Courson, baptisé le 2 mai 1630, n’était autre que Marie de Caen, femme de Cuigy père57. Les uns et les autres remplissaient des charges en Bourgogne58. Il est même probable que du côté des Bellanger (branche maternelle des parents de Cyrano), les Cuigy étaient des connaissances, car le registre de St-Gervais consigne, la même année (1612), les mariages Cyrano/Bellanger et Cuigy/de Caen59.

27Des Boisclairs restant encore un personnage peu connu, quelques additions aux remarques de mon édition 2000 permettront aux générations futures de progresser. Quand Cyrano fut rescapé par son dernier bienfaiteur, celui-ci, marié à René Daugnan (ou d’Augnan) était chef de famille60. Le partage du patrimoine successif au décès de son père, Pierre Regnault, vivant conseiller secrétaire du roi (comme Cuigy le père) et trésorier général des finances en Bourgogne et Bresse, lui avait permis, ainsi qu’à ses cinq frères et sœurs, de faire figure dans le monde61. Germain, sieur de Saint-Quentin, reçut la charge de « trésorier de France en la généralité de Bourgogne et Bresse » ; Adrien, sieur de Lochepierre, obtint l’office de « procureur général des Eaux et forêts au siège de la table de marbre du Palais » à Paris ; Françoise put se marier avec Charles des Essarts, marquis de Maigneux, et la jeune Charlotte était qualifiée, en janvier 1656, épouse de Rodolphe de Saconin [lire Saconnay ou Saconney ?], seigneur de Bressolles. L’ascension de cette famille originaire de Bourgogne, hissée, en trois générations, de la finance provinciale au marquisat, est une illustration de la mobilité sociale du monde de l’argent dans une société par ailleurs très cloisonnée.

28à la lumière de ces découvertes nouvelles, je pense aujourd’hui que c’est probablement par l’intermédiaire actif de Nicolas de Cuigy et de Le Bret que Tanneguy Regnault des Boisclairs est entré dans la vie de Cyrano62.

29Cyrano et Le Bret semblent bien avoir eu plusieurs amis en commun. Les deux cas les plus intéressants sont celui de Royer de Prade et celui, moins connu, du graveur Francois Bignon (voir supra, 15 décembre 1654). On peut penser qu’il en est de même de la famille Duret, et notamment des deux demi-frères Henry Duret de Chavanne et Jean Duret de Montchenin, comptés au nombre des amis dans la préface de la Lune et présents dans les minutes des mêmes notaires : cousins germains de Nicolas de Cuigy, ils assistent à ses noces, et, pour ce qui est de Chavanne, il lui sert de caution à plusieurs reprises avant d’épouser sa sœur Françoise devenue veuve en 166563 ; du côté des femmes, Mlle Duret figure en bonne place comme dédicataire d’une des Poésies de Le Bret publiée en 1656 dans un recueil de Sercy (voir infra), tandis que quasi toute la famille fait partie des destinataires des Lettres diverses de Le Bret64. Pour les amis dont la présence est moins évidente (à ce jour, tout au moins), on ne peut pas écarter l’hypothèse que Cyrano a pu rencontrer un Brienne, par exemple, chez un de ses protecteurs ou par l’intermédaire de Le Bret, qui, comme homme de loi, a dû croiser bien du monde, et que Le Bret ait pu juger bon d’en nommer certains pour le decorum, comme il a jugé bon d’ensevelir dans le silence les Chapelle et les Dassoucy, alors que lui-même a composé des pièces liminaires pour « l’empereur du burlesque » (le clerc tonsuré ne veut pas se reconnaître dans l’admirateur de l’Ovide en belle humeur !). La biographie de la préface n’a pas été composée pour être insérée dans un dictionnaire biographique : elle relève de la notice nécrologique, de l’éloge funèbre, de la publicité commerciale et, sans doute aussi, du certificat pro domo de bonne conduite. Le genre littéraire dans lequel est composée une œuvre fait partie intégrale de son code de lecture. Il convient donc aux lecteurs de faire la part de l’ivraie en passant toute cette littérature au tamis de la méthode historique et de la théorie de la réception, en évitant l’écueil fatal de la facilité, c’est-à-dire la tentation d’une récriture impressionniste, subjective et, inévitablement, partisane. Lorsque des minutes notariales confirment les déclarations d’une biographie, dans notre cas celle de Cyrano composée par Henry Le Bret en 1656-1657, il est d’usage de considérer alors ces déclarations comme avérées et, si on les conteste, il est d’usage aussi de montrer les documents qui les invalideraient.


Comme il n’est pas possible de suivre ici l’avocat/secrétaire de l’évêque de Montauban, finissons d’esquisser le portrait de l’ami de Cyrano par une rapide incursion dans sa vie d’homme de lettres parisien65. Si les œuvres qui ont illustré son nom datent toutes de l’époque montalbanaise, Le Bret n’en avait pas moins rimaillé dans la capitale, et Lachèvre a signalé sous son nom neuf pièces de vers qui ont paru dans des Recueils collectifs de poésies de 1653 à 165666. L’une d’entre elles retiendra notre attention car elle s’insère dans un débat salonnier fameux, celui des sonnets de Job et d’Uranie (1648-1650). Voici la contribution de l’avocat au Conseil à cette joute poétique historique :

Sonnet

Tandis que la Cour se partage,
Et que l’on y voit les plus fins,
Les uns faire des Jobelins
Le pitoyable personnage,

Les autres tirer avantage
Du vain titre des Uranins ;
Je cede à tant d’esprits divins
L’honneur de donner leur suffrage.

Mais lorsque je songe à ta sœur,
Et que je trouve sa rigueur
Ainsi que sa grâce infinie,

Cher amy, je ne vois que trop
Qu’elle est plus belle qu’Uranie,
Et moy plus malheureux que Job67.

30Le Bret s’est toujours intéressé à la poésie. Les Lettres diverses débutent par une longue pièce, signée Le Bret, intitulée Poétique, reprise dans le Recueil de diverses pièces de 1692, recueil où il mentionne qu’il a composé antérieurement deux écrits, l’un contre la critique de Castelvetro, l’autre au sujet de la Poétique du père Le Bossu68. Il témoigne une grande admiration pour Voiture et pour Sarrasin, qu’il a très probablement connu car Conty, dont Sarrasin était l’homme de confiance, résidait dans le même quartier que Le Bret et recourait de surcroît aux services du même notaire (Chaperon). Sa fréquentation de la société galante ne fait pas de doute et l’on peut identifier au moins l’un des salons où il se rendait. En effet, aussi fameuse que la querelle des sonnets, la foison de bouts-rimés auquelle donna lieu la mort du perroquet de Mme du Plessis-Bellière nous arrêtera quelques instants, puisque Le Bret y a participé également par la pièce suivante, datable par la mort de l’illustre volatile (fin novembre 165369). La pièce parut dans les Lettres diverses70 :

31Foucquet, parent de Mme du Plessis-Bellière, avait lui-même imposé les rimes du sonnet en en confectionnant un : pas moins de vingt-huit de ces sonnets furent publiés un peu plus tard dans un recueil de Sercy. Or Nicolas Foucquet, oh ! surprise, était cousin issu de germain de Nicolas de Cuigy et, accompagné de deux de ses frères (François, coadjuteur de l’évêque de Narbonne, et Basile, le fameux abbé), le surintendant assista en personne au mariage de son cousin Nicolas avec Marie de Mainthy, signé peu après le départ de Le Bret pour le Quercy71. Notre avocat au Conseil a donc probablement connu le salon de Mme du Plessis-Bellière où il a pu avoir l’occasion de rencontrer Nicolas Foucquet. Le goût de Le Bret pour les devises, qui reviennent comme un leit-motiv dans plusieurs de ses œuvres et reflètent un des engouements de la société salonnière du milieu du xviie siècle, pourrait dater de cette époque72.

32Ceci nous mène à la question soulevée jadis par Antoine Adam au sujet de l’identité de l’auteur de la Response à l’advis sur l’églogue intitulée Christine signée Le Bret, publiée par Charles de Sercy en 1655 : un Le Bret en effet était entré dans la joute, provoquée par une Eglogue de l’abbé Ménage intitulée Christine (1655), en attaquant Gilles Boileau, qui avait ridiculisé l’abbé d’une manière cinglante dans son Advis à Monsieur Ménage sur son églogue intitulée Christine (1655)73. Et Adam de se demander si ce Le Bret était l’ami de Cyrano. Rien ne s’oppose à cette attribution, ce me semble : Le Bret, comme l’auteur de la Response, était un grand admirateur de l’abbé Ménage et le style de la Response, assez empesé, est celui d’un homme de loi : on y remarque en particulier l’emploi répété du mot cadrer, qui n’est pas au xviie siècle un mot de grande fréquence dans les écrits littéraires, mais qu’on trouve (est-ce un hasard ?) et dans la préface de Le Bret à la Lune, contemporaine, et dans ses Lettres diverses74. A en croire Tallemant des Réaux, après que Ménage eut appris que Gilles Boileau était l’auteur de l’Advis à Monsieur Ménage, il voulut y répondre, mais

Chapelain luy conseilla de n’en rien faire. En effect, qu’y avoit-il à dire contre un garçon qu’on ne connoissoit point encore ? et pour la critique, c’eust esté une chose pitoyable et que personne n’eust leûe. Il y eut quelque miserable response d’un certain Le Bret (sic) qui alloit à son academie ; mais on conseilla à Menage de la faire supprimer : en effect, il en acheta tous les exemplaires (c’est moi qui souligne)75.

33à supposer que le témoignage de Tallemant soit digne de foi et que notre avocat soit bien celui qui aurait été l’objet de cette humiliation76, on imagine avec quelle amertume il dut quitter la capitale : serait-ce à cet épisode qu’il aurait fait mystérieusement allusion dans une lettre à son frère Jacques, datable de 1658 :

[…] aprés tout le mal que j’ay essuyé & le respit que mes disgraces m’ont donné, il me semble qu’à ton tour tu ne dois pas moins esperer de faveur des tiennes, car il y auroit trop d’injustice, la fortune nous ayant si mal traittés, que la nature ne nous fût pas plus favorable77.

34Des documents, un jour, nous révèleront peut-être les vraies raisons pour lesquelles cet homme de 38 ans décida d’abandonner les lieux de sa jeunesse et une charge des plus honorables pour s’exiler dans un désert, comme on eût dit au xviie siècle, où les fils de famille des dynasties locales n’ont pas dû voir d’un œil favorable l’arrivée de cet intrus qui allait leur faire concurrence sur le marché des bénéfices.

35Avant de quitter l’ami de Cyrano, apportons à ce dossier un petit joyau concernant l’édition posthume de l’Histoire comique des Estats et Empires de la Lune dans le paratexte de laquelle Le Bret s’est présenté comme l’éditeur officiel, désigné par l’auteur moribond. Le privilège qu’il avait sollicité dès novembre 1655 témoigne de la diligence de son exécution ; qu’il n’ait pas été le seul à jouer un rôle dans cette publication reste un point qu’il faudrait investiguer, d’autant que les usages du temps ne s’opposent pas à une collaboration de quelques amis.

36Si l’édition posthume ne présentait pas avec les versions manuscrites du roman les changements profonds que lui imposa une censure systématique, d’ordre surtout politico-religieux, les cyraniens ne s’intéresseraient probablement pas autant à Le Bret. Tout se ramène en effet à une question, cruciale à mes yeux : Cyrano a-t-il lui-même expurgé son œuvre au point de la rendre parfois inintelligible? Le Bret a affirmé qu’il n’avait pas voulu combler les lacunes du texte qu’il donnait au public, et n’a parlé ni de corrections, ni d’ajouts, ni de récritures partielles émanant de sa main. Et pourtant, bien que jusqu’à ce jour on n’ait pas pu prouver que Le Bret n’a pas publié un texte intactus, tout portait à croire qu’un texte avait été fabriqué post mortem78 . Cette hypothèse, que j’ai faite mienne sans défaillance depuis 1977, vient de trouver sa confirmation dans un document objectif : une minute de notaire !

37Il est extrêmement difficile de prouver qu’un auteur est responsable de suppressions textuelles ; par contre les additions, les plus innocentes à première vue, peuvent être bien traîtres. Et c’est l’une d’entre elles, en effet, qui va nous fournir la clé tant recherchée. La variante additive de l’édition de 1657, dans laquelle Cuigy le fils est déclaré seigneur de Clamart, fournit une information en principe vérifiable. Selon les documents connus, c’est Cuigy le père qui en était seigneur. Comment, dans ce cas, expliquer la variante ? Elle s’explique par un événement d’ordre privé postérieur à la mort de Cyrano de plus de six mois, consigné dans une minute notariale, datée du 15 février 1656, qui fait état de la donation entre vifs de Jean de Cuigy et de Marie de Caen à leur fils Nicolas de la seigneurie de Clamart ; cependant les parties consentirent mutuellement à résigner cette donation le 14 mars 1656, tout en déclarant qu’elles ne voulaient pas révéler les raisons de cette annulation et en précisant que la donation avait été insinuée au Châtelet dès le surlendemain de la signature du contrat79 . Quelques actes notariés signés chez Chaperon et chez Le Roy précisent spécifiquement cette nouvelle qualité du fils80. Ainsi s’expliquent à la fois la variante, qui est nécessairement postérieure à la mi-février 1656, et l’acte de vente de la seigneurie de Clamart à Abel Servien, datée du 4 juillet 1657, vente qui eut pour protagoniste Cuigy le père et non Cuigy le fils. Il n’est pas certain que cette variante date nécessairement de cette courte période de février-mars 1656 ; mais il est certain qu’elle n’est pas antérieure à février 1656 et que, par conséquent, le défunt Cyrano ne peut pas en être l’auteur.

38Cette donation n’a probablement été connue que d’un cercle restreint de personnes. On imagine aisément, vu les bonnes relations de Le Bret avec les Cuigy, que l’éditeur en chef de la Lune ait voulu singulariser son jeune ami par un hommage textuel et non plus seulement paratextuel (le nom de Cuigy le jeune apparaît aussi dans la préface). Quoi qu’il en soit, cette variante constitue la preuve tant désirée que Le Bret est responsable non seulement de la publication mais aussi de la fabrication de l’édition posthume de 1657 : en effet, la variante étant une addition, elle introduit dans le texte un corps étranger, qui nous rappelle les manières cavalières dont on traitait les œuvres d’autrui et qui rend suspectes toutes les additions de 1657 (et à plus forte raison les altérations profondes, comme celles de son inepte conclusion) ; elle démontre que les multiples variantes propres à l’édition princeps tombent toutes dans une même aire de soupçon ; elle devrait surtout mettre fin aux jugements appréciatifs de type impressionniste et subjectif portés par certains critiques pour évaluer l’authenticité probable de telle ou telle variante. En d’autres termes, cette variante, qui ne relève pas de la censure, c’est-à-dire d’une sorte de nécessité, discrédite totalement, à elle seule, cette prétendue Histoire comique et la marque définitivement et indubitablement du sceau de l’inauthenticité.

39Ici prend fin notre périple en compagnie de l’ami et éditeur de Cyrano. Si une biographie ne se réduit pas à une collection de minutes notariales, ces dernières n’en constituent pas moins la charpente qu’aucun biographe digne de ce nom ne devrait négliger. Je passe la torche à tous ceux qui s’intéressent sérieusement à Cyrano, à Le Bret ou à leurs amis. Je demeure convaincue que bien des trésors enfouis les attendent.

40Un chercheur bienveillant me dit un jour aux Archives nationales : « Attention, Madame, un notaire peut en cacher un autre ». Mieux, cher inconnu, une minute peut cacher une variante et résoudre un problème de critique textuelle !

Pièce justificatives

Henry Le Bret / Royer de Prade

Quittance du 15 mai 1657

41Fut present en sa personne Me Henry Lebret chanoine en l’eglise cathedrale de Montauban demeurant a Paris faux bourg St Germain rue Neufve St Benoist parsse Sainct Sulpice lequel a reconnu et confessé avoir eu et receu # este payé et satisfaict # de Le Royer escuyer sieur de Prade la somme de deux + trois + mil huit cens quarante deux livres tz qui luy estoit deue par led. sr de Prade contenue en cinq de ses promesses. La premiere du quinze janvier MVIC quarante huict de sept cens cinqte livres. La deuxe de neuf cens livres du dix huicte juillet aud. an MVIC quarante huict. La troisiesme du premier septembre en suivant de douze cens cinqte livres. La quatre de quatre cens quarante deux livres du premier janvier MVIC quarante neuf et la cinqe du quinze octobre aud. an MVIC quarante neuf de VC livres pour les causes portees esd. cinq promesses Reconnues pardevant Baudry et son compagnon notes le vingt septe avril MVIC cinquante, de laquelle somme de trois mil huict cens quarante deux livres led. sr Le Bret s’est tenu et tient pour contant en quitte led. sr de Prade et tous autres auquel sr de Prade led. sr Lebret a dict avoir rendu les grosses desd. cinq promesses sur lesquelles et sur les minutes d’icelles Iceluy sr Lebret consent mention estre faicte des presentes en vertu d’icelles par touz notes sur ce requis sans que sa presence y soit necessaire … faict et passé a Paris es estudes lan MVIC cinquante sept le quinze May apres midy et a signé
Le Bret
Symonnet                                                            Chaperon
(MC, ET/CV/632)

Cyrano / Royer de Prade

Les armes de Cyrano et le trophee de royer de prade

42L’édition originale des Etats et Empires du Soleil, publiée dans les Nouvelles Œuvres de Cyrano en 1662, était accompagnée en frontispice d’un portrait orné des armoiries de l’auteur. Déjà, en 1660, Pierre Palliot avait décrit, dans La vraye et parfaite science des armoiries, les pièces de l’écu : « azur au chevron d’or accompagné au chef de deux despouilles de lions de mesmes liées de gueules, et en pointe un lion la queue posée en sautoir aussi d’or armé et lampassé de gueules, au chef cousu du dernier »81. A ces trois lions s’ajoutaient, dans les armoiries de 1662, les deux lions des tenants qui supportaient l’écu, le heaume, de front, orné de pennaches et le cimier représentant un bras levé brandissant une épée82. Ces armoiries correspondent en tout point à la réputation de celui qui, selon Le Bret. avait mérité le surnom d’intrépide.

43Mais la description de l’écu par Pierre Palliot n’est pas originale et vient directement d’une œuvre de Royer de Prade, le Trophée d’armes héraldiques, publié dix ans plus tôt, du vivant donc de Cyrano83 : l’achevé d’imprimer du 25 mai 1650, comme celui des Œuvres poétiques de Royer, renvoie à la période dont nous avons parlé dans le corps de cet article, période où les trois amis vivaient dans le même quartier du Marais. Fait remarquable, la description du blason de Cyrano ne figure pas dans le corps du Trophée, mais dans la table des matières (rerum et nominum), à la lettre S : les armes y sont attribuées expressément à Savinian de Cyrano, sieur de Bergerac (Palliot, quant à lui, les indexera à la lettre C, Cyrano, Seigneur de Bergerac) ; la formulation du Trophée est légèrement différente :« Savinian de Cyrano sieur de Bergerac, porte d’azur, au chevron d’or, accompagné vers le haut de deux despoüilles de lyon (sic) aussi d’or liées de gueules, & en pointe un lyon, aussi d’or armé & lampassé de gueules, la queuë passée en sautoir au chef cousu de gueules »84. La relégation de ces armes dans la table, à la lettre S, est troublante : ce cas étant le seul, parmi la douzaine de noms ne figurant que dans la table, où un blason est indexé sous un prénom, il pourrait indiquer qu’on a laissé passer le patronyme Cyrano et que le rattrapage s’est fait in extremis. Dans la seconde édition du Trophée (1655), ces armes ne figurent plus ni dans la table ni dans le corps de l’ouvrage85 ; ont disparu également toute allusion aux frères Jean et Louis Royer, à Vulson de la Colombière, à Jésus-Christ et à Jeanne la Pucelle86.

44Peut-on imaginer que Cyrano lui-même, à qui l’on attribue l’adresse au lecteur des Œuvres poétiques de Royer de Prade, ait été responsable de cette insertion tardive et qu’il ait même inventé ce blason87 ? Cette hypothèse est étayée par l’existence d’un autre blason, différent et surtout plus modeste, attribué à la famille Cyrano par Paul Frédy de Coubertin, très lointain descendant de la famille : selon ce dernier, les Cyrano portaient « d’azur au chevron d’argent accompagné de deux glans pamprés ou feuillés d’or en chef, et d’un Lyon de même en pointe, au chef cousu de gueulle (sic) brisé de deux étoiles d’or »88. On aura noté les similitudes entre les deux blasons, celui du Trophée ayant été rehaussé par la multiplication des lions et par la noblesse des métaux (l’argent du chevron est remplacé par de l’or) ; le lion armé et lampassé pourrait provenir des armes des ducs de Lorraine, anciens suzerains des Cyrano, lion qu’on retrouve encore aujourd’hui dans les armoiries de Dampierre, résidence favorite des ducs de Lorraine, qui étaient à cette époque également ducs de Chevreuse.

45Ce petit retour aux sources permet d’affirmer que, dès 1650, le nom de Savinien de Cyrano de Bergerac était hyperboliquement associé au plus noble des animaux, vivant et occis (les dépouilles n’étant pas un ornement héraldique commun, elles portent témoignage du triomphe du lion armé et lampassé89). Les deux lions supplémentaires des tenants, ainsi que l’épée levée prête à frapper du cimier des armoiries de 1662, ne font que développer le thème de l’écu. Il ne manque qu’une devise et l’on pense à Edmond Rostand :

Je me bats, je me bats, je me bats.

46La biographie posthume de Le Bret et l’éloge des grands capitaines dans les romans de Cyrano ne devraient étonner personne. L’écu de 1650 le donne déjà à voir comme un lion triomphant : sa persona remonte au moins à cette date-là.

47Le Trophée contient un autre blason qui mérite de ne pas passer inaperçu. Il fournit un précieux renseignement sur les lectures de Royer de Prade et replace le scepticisme de Cyrano dans un milieu de jeunes gens déniaisés. Nous reproduisons en note le superbe éloge funèbre dont est honoré l’auteur des Essais 90.

Carbon de Casteljaloux

Alliances des Biran de Castelgeloux avec les Roquelaure

48D’après le Nobiliaire de Guienne et de Gascogne de Henri Gabriel O’Gilvy (Bordeaux, 1856, in Google Books) et les Dynasties célèbres, également dans Google Books, les La Barthe, les Biran de Castelgeloux et les Roquelaure ont contracté aux xvie et xviie siècles des alliances dont les suivantes nous intéressent :

49Le 17 janvier 1557, Marguerite de Roquelaure, sœur d’Antoine de Roquelaure, maréchal de France et grand ami d’Henri IV, épousa Jacques de Maignaut de Montagu* ; une de leurs filles, Louise, épousa Barthélémy Scipion de Biran de Castelgeloux, frère d’Alexandre Carbon de Biran de Castelgeloux. Ceux-ci marièrent une de leurs filles, Agnès de Biran, à Jean-Jacques de La Barthe de Giscaro, capitaine au régiment des Gardes françaises, et une autre, Marguerite-Renée de Biran, à Odet de La Barthe, chevalier, seigneur de Lasségan, le 2 avril 1636 (il était lui-même un Roquelaure par sa grand-mère paternelle).

50En bref, « Carbon de Casteljaloux » avait pour belle-sœur la nièce du maréchal de Roquelaure et cette même belle-sœur était la cousine germaine et du « chevalier de Roquelaure » et de Gaston Jean-Baptiste de Roquelaure, neveu de l’évêque d’Albi, Gaspard de Daillon du Lude.

51*Je suis Joël Le Droff-Gelas (L’Ami intime d’Henri IV, Biarritz, Atlantica, 2006, p. 23 et 47) et non le Nobiliaire de Guienne et de Gascogne, selon lequel Marguerite était une « tante d’Antoine, maréchal de France » (I, p. 259).

Les Biran de Castelgeloux et le régiment des Gardes françaises

52Sont reproduits ici quelques témoignages relatifs à la carrière militaire de Barthelemy Scipion et de son frère Alexandre Carbon de Biran de Castelgeloux.
Les Pièces Originales du Cabinet des titres de la BnF signalent un acte de juin 1612, passé à Paris, par Barthelemy, « capitaine d’une compagnie au régiment des gardes du roi » (PO, 556/7548, pièce 4) ; les 2 janvier et 6 mai 1627, les PO mentionnent « 2 rolles de la monstre et revue faite à Paris de ladite compagnie » : Barthelemy y est déclaré « capitaine d’une compagnie de 1 hommes de guerre à pied français » et Alexandre, lieutenant (id., pièce 14 : ceci ruine l’hypothèse de certains critiques, particulièrement Anne Germain, selon lesquels Cyrano aurait servi dans un régiment de cavalerie : non, le malheureux Cyrano fut fantassin et exposé à tous les coups).
Le Minutier Central détient une minute du 5 juillet 1631, laquelle rapporte une procuration de Jean de Biran de Castelgeloux à Dominique de la Fourquade ; Jean de Biran y est dit capitaine enseigne d’une compagnie du régiment des Gardes, demeurant « faubourg Saint-Martin les Paris », fils de Barthelemy Scipion, « capitaine de ladite compagnie [ ] et duquel il est seul héritier présomptif » (MC, ET/XII, 61).

53Enfin Jean-Bertrand de Luppé du Garrané mentionne la compagnie de Casteljaloux en 1603 et l’éditeur note que « Barthelemy Scipion de Carbon, sieur de Castejaloux », fut gratifié de la 13e compagnie de la Motte, en 1597 ; qu’il mourut en Guyenne et qu’Alexandre de Carbon, sieur de Casteljaloux, succéda à son frère et vendit sa compagnie en 1644, pour se retirer du service (le fait de considérer le prénom Carbon comme le nom de famille de Barthélémy et d’Alexandre et d’omettre le patronyme Biran devrait conduire à utiliser le document avec précaution : on remarquera cependant qu’en janvier 1644 Carbon de Casteljaloux est bien dit « ci-devant capitaine », mais par contre il est difficile de penser que lors de son testament, en 1642 (voir plus bas), il était encore en possesion de sa compagnie (Mémoires et caravanes de J.-B. de Luppé du Garrané, suivis des mémoires de son neveu, J.-B. de Larrocan d’Aiguebère, Paris, Auguste Aubry, 1865, p. 14 et 201 in Google Books).

Testament olographe d’Alexandre Carbon de Biran de Castelgeloux.

54Ce document étant olographe, nous le reproduisons fidèlement.

55Au nom du Pere du fis et du st esprit
Dieu mayant pas sa grace jusques apresant conservé apres tant de perils hasards et de dangers que je coureu servant le Roy en beaucoup de sieges combats et rancontres durant les guerres de son regne et me voyant fort avancé dans lage je estimé quapres avoir été si favorablement assisté de son infinie bonté je devois prevoir ma fin la mort etant à tous inevitable.
Etant donc sain dentendemant et de cors jay recomandé mon ame adieu mon createur et mon sauveur le supliant treshumblemant me pardoner mes fautes par sa sainte misericorde par lintercession de la glorieuse vierge et de tous les saints que jinvoque a mon ayde a ce quils massistent de leurs prieres pour obtenir la remission de mes offances presentement et a lheure que mon ame separera de mon cors laquelle je ne puis esperer que par la grace et la clemance de notre comun segneur et sauveur.
Je lesse aus executeurs cy apres nomes de cete miene derniere volonté de pourvoir a ma sepulture que je desire etre sans pompe quelconque ains sulemant de faire prier dieu pour moy et pour ce faire dire un annuel au lieu de ma sepulture a Clamar si jen suis pres en mourant ou autre tel lieu quon trouvera le plus comode.
Je done et legue a leglise de Clamar la some de Cent sinquante livres pour ayder a la reparasion dicelle a la charge de faire dire par les Marguilliers annuellement un service complet le jour de mon deces et pour fournir par lesdits Marguilliers se qui y sera necessaire.
Je veus quon done a douse pauvres gens des chams a chacun deus aunes et demye de Bure grise pour les habiller affin quils prient dieu pour mon salut.
Je done a Msr Serres mon confesseur se quil faut detoffe pour luy faire une robe.
Et come jay cy devant disposé de ce que javois des biens aquis en servant le Roy, selon et ainsi quil ma samblé bon, et quil ne me reste que des meubles.
Je done a Paquier Bonel mon laquays trois Cens livres pour se metre en metier sinon quil y fut deia de mon vivant auquel cas je luy done Cent livres affin quil prie dieu pour moy.
Je done mes livres au sr Nicolas de Cuigy fis de mr de Cuigy segnr de Clamar consr et secre[taire] du Roy priant ledit sr les recevoir de bone part et se souvenir de moy.
Sil reste quelque chose de mes meubles se que dessus fait et executé Je desire qu’il soit amployé pour faire prier dieu pour moy a la discresion de mr de Cuigy segnr de Clamar consr et secre[taire] du Roy ou a son defaut de mr Baudry avocat au Grand Conseil que je nome lun apres lautre et que je choisis pour executeurs de ce mien testamant et ordonance de derniere volonté les supliant come mes anciens et bons amys me randre ce dernier office apres ma mort a chacun desquels je done un diamant de trois Cens livres pour temognage de mon amitye lequel ils auront agreable sil leur plait.
Apres avoir releu et Consideré ce mien testamant Je veus et entand quil aye son plain et antier effait en foy de quoy Je le ecrit et signe de ma main a Paris ce premier Jour de janvier mille sis Cens quarante et deus cacheté de mes armes
Castelgeloux

Paraphé de [illisible] 19 nov. 1654
(Déposé chez Le Roy le 18 mars 1655 par Jean de Cuigy, afin de procéder à l’exécution testamentaire : le défunt est nommé « Alexandre de Biran Castelgeloux », ET/LXXXVII/562).

Nicolas de Cuigy

56En avril 1644, lors du mariage de sa sœur, Nicolas de Cuigy est qualifié seulement « sr de Clamart ». Par contre, le 5 novembre 1649, il est qualifié « conseiller du Roy et commissaire ordinaire des guerres à la conduitte et police du régiment de Piedmont », charge qu’il conservera au moins jusqu’au 4 mars 1655 (MC, ET/LXXXVII/539 et 562). Le 15 février 1656, il est déclaré « capitaine d’une compagnie de cavallerye entretenue pour le service du Roy » (MC, ET/XI/165) ; le 10 juillet 1657, le voilà « capitaine de chevaux legers au regiment de Tracy » (id., 569). Contrairement à Jacques Le Bret, Jean-Baptiste Zeddé et Jean Duret de Montchenin, tous officiers dans le régiment du Prince de Conti d’après les minutes notariales, Nicolas de Cuigy ne fut pas enrôlé sous cette bannière : toutes ces indications confirment la biographie de la préface de l’édition posthume de La Lune ainsi que de nombreuses informations des Lettres diverses. La présence de Henry Duret de Chevaigne (c’est ainsi qu’il signe) est constante dans les minutes notariales concernant Nicolas de Cuigy ou sa sœur Marie, veuve de la Tour : il se porte garant de ses cousins par alliance moins fortunés que lui. Il assiste au mariage de Nicolas, le 22 octobre 1657, ainsi que son frère, Jean Duret de Monchenin, « capitaine d’une compagnie de cavalerie et d’infanterie dans le régiment de monseigneur le Prince de Conti ». La présence des Duret se retrouve dans les Lettres diverses de Le Bret, ainsi que dans ses pièces de poésie.

57Donation et desistement de la seigneurie de Clamart
Donnation du xvie febvrier 1656
Pardevant les notaires gardenotes du roy nostre sire en son chastelet de Paris soubsignez, furent presents en leurs personnes Jean de Cuigy escuyer seigneur de Clamart Con er secretaire du roy maison couronne de France et de ses finances et damoiselle Marie de Caen son espouse qu’il a auctorizee pour l’effet des presentes demeurant à Paris rue des Billettes parroisse Sainct Jean en Greve Lesquels pour la bonne et naturelle amitié qu’ilz portent à Nicolas de Cuigy leur fils escuyer capitaine d’une compagnie de cavallerye entretenue pour le service du Roy, desirant le gratiffier et luy faire telle part en leurs biens qu’il puisse vivre avec honneur dans la condition qu’il a choisie et conserver leur nom, mesme trouver un mariage avantageux, volontairement et de leur bon gré ont par ces presentes donné ceddé quitté transporté et delaissé des maintenant à tousjours par donation pure, simple, et irrevocable faicte entre vifs sans espoir de jamais la revoquer ny rappeller en aulcune maniere, et pour plus grande suretté dud’ don ont lesdictz sieur et damoiselle de Cuigy promis et promettent sollidairement chacun d’eulx seul pour le tout sans division ni discution renonçant aux benefices de division ordre de droict et de discution garentir de tous troubles, evictions, et aultres empeschemens generallement quelconques aud’ sieur Nicolas de Cuigy leur filz demeurant en leur maison susd’ rue et parroisse à ce present et acceptant pour luy ses hoirs et ayans cause, ladicte seigneurye et terre de Clamart, ausdictz sieur et damlle donnateurs appartenant tant du propre dud’ sieur de Cuigy comme heritier du feu sieur son pere, que de leurs conquestz suivant les contratz d’acquisitions annexés à ladicte terre et seigneurye de Clamart, consistant tant en fief que roture, plus les maisons, jardins, pres closturés fermes terres labourables pres bois vignes cens rentes dixmes, droict de justice haucte moyenne et basse et generallement tout ce qui compose à present lad’ terre et seigneurie de Clamart + bien qu’il ne soit icy plus au long exprimé + sans aulcune chose en [deux mots illisibles] ne retenir par lesd’sieur et damlle donnateurs, ainsy qu’elle est affermée à Antoine de Reincy laboureur, et à Nicolas Boudin et en ce que lesd’ sieur et damlle donnateurs en tiennent par leurs mains faire de ladicte terre et seigneurye de Clamart et ses deppendances jouir par led’ sieur Nicolas de Cuigy et luy servir nature de propre et aux siens de son costé et ligne à tousjours soubz les changes et substitutions cy apres exprimés, pleinement et paisiblement apres le decez toutesfois desd’ sieur et damlle de Cuigy donnateurs qui s’en sont reservez et reservent usufruict leur vie durant seullement et apres icelle veullent et consentent led’ usufruict estre reuny et consolidé de plein droict à la proprietté desd’ choses données, desquelles lesdictz sieur et damlle de Cuigy donnateurs se sont constituez jouir et [un mot illisible] tenir et posseder [un mot illisible] et non [un mot illisible] pour et au proffict dud’ sieur Nicolas de Cuigy donnataire leur filz sesd’ hoirs et ayans cause, cestz presens don, cession et transport faictz pour l’amitié susd’, à la reservation dudict usufruict, et encore aux changes et substitutions cy apres enoncés. Sçavoir est que lesdictz sieur et damlle de Cuigy donnateurs ont substitué par cesd’ presentes lad’ seigneurye et terre de Clamart et ses deppendances aux enffans qui naistront dud’ sieur Nicolas de Cuigy donnataire en legitime mariage, plus est stipulé qu’arrivant le decez dudict sr Nicolas de Cuigy donnataire sans enffans, ou ses enffans sans enffans lesdictz sieur et damlle de Cuigy donnateurs ont substitué en la moictié de ladicte terre et seigneurye de Clamart et ses deppendances les enffans de feu noble homme Pierre de la Tour vivant conser secretaire du Roy et de damlle Marie de Cuigy a present sa vefve leur pere et mere à condition neantmoings que l’usufruict de ladicte moictié appartiendra à lad’ damlle Marie de Cuigy sa vie durant et en l’aultre moictié de lad’ terre et seigneurye de Clamart et ses deppendances lesd’ sieur et damlle de Cuigy donnateurs ont substitué dame Françoise de Cuigy leur fille puisnée espouse de Messire Louis de Chevry chevalier seigneur dud’ lieu, du Vaudoy et du Plessis en partie, et ou lad’ dame Françoise de Cuigy seroit deceddée à ses enffans lors vivans, pourvu neantmoings ledict sieur Nicolas de Cuigy donnataire en se mariant du consentement desd’ sieur et damlle donnateurs ses pere et mere charge affecte et ypoteque lad’ terre et seigneurye de Clamart substituée + comme dit est + aux douaire propre dot remplaceant de propre et conventions matrimonialles de la personne qu’il espousera, plus sera permis aud’ sieur Nicolas de Cuigy de vendre et allienner lad’ terre et seigneurye de Clamart et ses deppendances si s’en presente une occasion favorable et advantageuse du consentement desd’ sieur et damlle ses pere et mere s’ilz sont vivans pourveu que le prix soit remployé de leur advis en [un mot illisible] ou rentes subjectz ausdictes substitutions et l’usufruict reservé par lesd’ sieur et damlle de Cuigy donnateurs ses pere et mere comme dit est ; et par ces mesmes presentes lesd’ sieur et damlle de Cuigy donnateurs donnent par donnation irrevocable faicte entre vifs soubs la garentie sollidaire cy dessus aud’ sieur Nicolas de Cuigy donnataire pour les causes dusdictes ce acceptant pour luy ses hoirs et ayans cause la somme de douze mil livres tournois à prendre sur les plus clairs biens desd’ sieur et damlle de Cuigy donnateurs, apres neantmoings le + decez du + survivant d’entre d’eux à l’effet de quoy ilz ont des a present obligé et ypotecqué tous et chascun leurs biens meubles et immeubles presens et advenir, pour desd’ douze mil livres en faire et disposer par led’ sieur Nicolas de Cuigy comme bon luy semblera au moyen des presentes, desquelles choses ci dessus données aux susd’ conditions et substitutions lesd’ sieur et damlle de Cuigy donnateurs ont tranferé tous droicts de proprietté aud. Sieur Nicolas de Cuigy leur filz donataire voullant qu’il en soit saisy [trois mots illisibles] en bonne et suffisante possession, foy et homage [quatre mots illisibles], et ainsy qu’il appartiendra ; et à cest effet ont faict et constitué leur procureur le porteur des presentes ou l’un d’eux luy en donnant pouvoir, à en requerir tous actes necessaires, et pour faire insinuer ces presentes au greffe des insinuations du Chet de Paris, et par tout ailleurs où il appartiendra dans les quatre mois suivant la donnation lesd’ sieur et damlle donnateurs , et sieur donnataire ont etably leur procureur l’un d’eux ou le porteur desd’ presentes luy donnant pouvoir de faire et en demander tous actes promettans et obligeans et chascun en droict soy lesd’ sieur et damlle de Cuigy solidt renonceans comme dit sus Faict et passé à Paris en l’estude de Le Roy le jeune l’un des nores soubsignés l’an mil six cens cinquante six le quinziesme jour de febvrier apres midi et ont signé
De Cuigy, Marie de Caen
De Cuigy
Nonnet [notaire]    Le Roy [notaire]
(MC, XI/165, 15 février 1656)

Desistement de donnation du xiiiie mars 1656

58Aujourdhuy sont comparus par devant les notaires gardenottes du Roy nre sire en son Chlet de Paris soubzés Jean de Cuigy Escuyer seigneur de Clamard Conser secretaire du Roy, maison, Couronne de France et de ses finances, et Damoiselle Marie de Caen son espouse qu’il a auctorisée a l’effect des presentes demeurant a Paris rue des Billettes parroe saint Jean en Greve d’une part. Et Nicolas de Cuigy leur filz Escuyer Capne d’une Compagnie de Cavallerie Entretenue pour le service du Roy demeurant a Paris avec lesd. Sieur et damlle ses pere et mere d’autre part. Lesquelles partyes se sont volontairement desistés comme par ces presentes elles se desistent d’un contract de donnation passé pardevant Nonnet et Le Roy l’un des nores soubzés le quinziesme febvrier dernier et acte d’insinuation estant au pied d’icelluy du dixsepte desd’mois et an par lequel lesd’ sieur et damlle de Cuigy avoient donné aud’ sieur de Cuigy leur filz soubz les substitutions et changes y portés, lad’ terre et seigneurie de Clamard tant en fief que roture avec ses appartenances et dependances. Plus une somme de douze mil livres à prendre apres le deced lesdis sieur et damlle de Cuigy par led’ s’ de Cuigy leur filz sur leurs plus clairs biens, selon et ainsy qu’il est declaré par led’ contract de donnation qu’icelles parties ont respectivement consenty et accordé estre et demeurer nul comme non faict et advenu, ensemble lad’ insinuation d’icelluy faicte au greffe dud’ Chastellet sus dattée, sans que lesd’ parties ny leurs ayantz cause se puissent aulcunement ny en façon quelconque pour quelque cause pretexte et occasion que se soit ou puisse estre, ayder ny prevalloir dud’ contract de donation, Lequel icelles parties ont cassé et annullé par ces presentes ensemble l’insinuation d’icelluy de leur mutuel consentement pour certaines considerations qu’icelles parties n’ont desiré estre icy exprimées, et au moyen de la cassation dud’ contract de donation lesd’ sieur et damlle de Cuigy disposeront des choses par eulx données par icelluy tout ainsy qu’ilz auroient pu faire auparavant led’ contract ce qui a esté accepté par led’ sieur Nicolas de Cuigy tant pour luy que pour ses ayantz cause, Dont et desquelles presentes lesd’ parties ont requis et demandé acte ausd’ nores qui leur ont octroyé les presentes pour leur servir et valloir en temps et lieu ce que de raison, et par ces mesmes presentes icelles parties ont consenty et accordé que sur les minuttes et grosses dud’ contract de donation, ensemble sur le registre de l’insinuation d’icelluy mention sommaire estre faicte de la cassation d’icelle donation et contract en ces presentes par les nores soubzéz ou autres sur ce requis sans que leur presence y soit necessaire A la charge que le tout ne servira que d’un seul et mesme effect. Promettans et obligeans chascun en droict soy Renonceans etc. Faict et passé à Paris en l’estude de Le Roy le Jeune l’un des nores soubzés l’an mil six cens cinquante six le quatorziesme jour de Mars apres midy et ont signé
De Cuigy  Marie de Caen                                                                    De Cuigy
D’Orleans [notaire]                                                                             Le Roy [notaire]

59[Malgré le désir des contractants, la mention de l’annulation ne fut pas reportée sur la minute de la donation].

Haut de page

Notes

1 Voir mon étude intitulée « Sur les Lettres diverses d’Henry Le Bret » dans laquelle la question de leur datation est traitée et résolue, et une autre consacrée aux activités de Le Bret à Montauban, à paraître en 2010 dans le numéro de l’année 2009 du Bulletin de la Société archéologique et historique de Tarn-et-Garonne.
2 Il s’agit de la variante de 1657 ainsi formulée : « lorsque, revenant de Clamart, près Paris, (où M. de Cuigy le fils, qui en est seigneur, nous avait régalés, plusieurs de mes amis et moi) » : aucun des trois manuscrits connus ne précise le lieu exact du rendez-vous ni ne mentionne Cuigy (voir Les états et Empires de la Lune et du Soleil, Paris, Champion Classiques, 2004, p. 395). Voir plus loin la résolution de cette question.
3 Jean Lacroix, grâce à sa découverte de l’exemplaire des Lettres diverses de l’Arsenal, dont il était le conservateur, a été le premier critique, en 1858, à soutenir que le chanoine était bien l’ami de Cyrano. Comme il ne connaissait pas l’Histoire de Montauban et que le volume XIII de la Gallia n’avait pas encore été publié, il fit de Le Bret un autre gascon.
4 Voir Forestié, Emerand, « Biographie de Henri Le Bret, auteur de l'Histoire de Montauban, prévôt de la cathédrale de cette ville, et notes sur Cyrano de Bergerac », Bulletin archéologique et historique de la société archéologique de Tarn-et-Garonne, 1890, p. 89-128.
5 Husson publia sous son nom les résultats complets de son enquête dans « Henri Le Bret, ami de Cyrano de Bergerac au Mesnil-Saint-Denis », Mémoires de la société archéologique de Rambouillet, XXII, 1913, p. 7-15.
6 Viguié reprend la thèse de Forestié qui fait coincider la conversion, l’ordination à la prêtrise et la mort de Cyrano ; « il renonça soudain aux voluptés du monde » (« La vie et l’œuvre singulières d’Henry Le Bret (1618-1710) », Mercure de France, CCLIV, 15/ 8/1934, p. 77).
7 De l’affaire Labadie, il écrit en 1701 : « […] il [Labadie] gouverna le Consistoire despotiquement jusqu’au mois d’Aoust 1656, que Dieu, pour mettre fin à ses desordres, permit qu’il excitât une si grande sedition dans la Ville, que ceux qui jusqu’alors l’avoient appuyé, s’en separerent pour ne pas estre embarrassez dans la procedure criminelle qui s’en fit, & par laquelle je commençay de rendre mes petits services à la Religion » (Récit de ce qu’a esté et de ce qu’est presentement Montauban, Montauban, p. 13-14 : c’est moi qui souligne).
8 Forestié, et surtout Toujas, ont indiqué quelques-uns des procès dont s’occupa Le Bret. Le Récit de ce dernier est un récapitulatif de sa carrière juridique après son départ de Paris. Le passage qui suit montre bien que nous avons affaire à un professionnel : « Il y avoit eu de tout temps douze forges dans l’étendue de la jurisdiction de Montauban, dont six appartenoient au Roy, & les six autres à l’Evêque. Mais la Pretenduë Reforme s’estant saisie des six dernieres, il fallut pour les retirer essuyer un grand procez au Parlement de Bordeaux, où l’affaire avoit esté renvoyée à cause des parentez qu’avoit nostre Prélat en celuy de Toulouse. J’avois fait juger à Bordeaux ce different par un Arrest contradictoire en 1658. De sorte que comme la Reforme avoit pretendu que de trois cantons qui composoient la Seigneurie & Jurisdiction de Montauban, il y en avoit deux en franc-aleu, il fallut encore essuyer un grand procez au Conseil, où l’affaire avoit esté portée. C’estoit l’interest du Roy aussi bien que celuy de l’Evêque, parce qu’ils en sont Seigneurs par indivis. L’affaire fut fort discutée, & leurs chicanes aussi longues qu’importunes, mais enfin j’en vins à bout, les deux cantons ayant esté declarez asservis comme le troisiéme par Arrest contradictoire du [blanc] 1669. avec dépens » (Récit, p. 43). Le Bret a commis une erreur de date : il faut lire 1670, comme le prouve le factum, dont Le Bret est probablement l’auteur, intitulé Factum pour Messire Pierre de Bertier […] demandeur en requeste contenuë en l’Arrest du Conseil du 30 octobre 1670. Contre les Consuls et Habitans de ladite Ville Deffendeurs.
9 Voir le registre des délibérations du chapitre de la cathédrale de Montauban où on peut lire : « Henricus Lebret presbyter in utroque jure Licentiatus et praepositus ecclesiae Cathedralis Montis-albani nec non canonicus septimanarius capituli dictae ecclesiae » (A. D. de Tarn-et-Garonne, G 228, f. 242r-v, juin 1683).
10 Voir MC, ET/LXXXVII/527.
11 Depuis Frédéric Lachèvre, particulièrement malveillant envers Cyrano, la plupart des critiques associent cette « maladie secrète » à la syphilis ; comme nous ignorons les symptômes qui permettraient de diagnostiquer correctement de quoi souffrait Cyrano, je continue à rester dans le doute (voir la minute de Chaperon, MC, ET/CV/614, 1er avril 1645, reproduite intégralement par J. Prévot dans Cyrano de Bergerac Poète et Dramaturge, Paris, Belin, 1978, p. 266-267).
12 Voir les contrats d’apprentissage du 21/3/1646 et du 1/4/1648 du notaire Turmenyes où l’adresse du pâtissier est précisée, comme c’était l’usage (MC, ET/LIV/555 et 556). On trouve des Barat patissiers-oubliers domiciliés rue de la Verrerie dès les années 20. Rien ne permet de supposer que ces Barat soient apparentés aux Le Bret. La découverte de ces contrats apporte une solution finale à mon enquête sur les domiciles de Cyrano (voir « Héphémérides cyraniennes » in Cyrano de Bergerac, Cyrano de Sannois, Brepols, sous presse, et, infra, ses adresses chez Arpajon puis chez Regnault des Boisclairs).
13 L’acte se rapporte à la cession du prieuré simple de Saint-Pierre de Coulimer (Basse-Normandie) par Nicolas à son neveu Pierre de la Tour nonobstant 400 livres de pension annuelle : le trafic des bénéfices ecclésiastiques était très courant, les bénéficiaires n’étant très souvent que des clercs tonsurés (MC, ET/LXXXVII/546).
14 La minute est en déficit mais le répertoire mentionne en septembre 1650 une « promesse recognue » de Cuigy à Le Bret (MC, ET/CV/RE 12).
15 Les trois dignités de Jean de Cuigy apparaissent conjointement dans le Registre paroissial de Saint-Gervais en date du 28 avril 1616 (BnF, Ms. Fr. 32838, p. 166). Selon Abraham Tessereau, Jean de Cuigy serait devenu secrétaire le 28 mars 1612 (Histoire chronologique de la Grande Chancellerie de France [...], Paris, Pierre Emery, 1710, p. 312), ce qui est confirmé par le registre paroissial ci-dessus mentionné (p. 151, 12 novembre 1612) ; quant à l’abbé Lebeuf, il affirme que Cuigy était avocat en Parlement et au Conseil dès 1600 et seigneur en partie de Clamart dès 1611 (Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, Paris, Féchoz et Letouzey, 1883, vol. III, p. 248) ; la mention de la charge d’avocat au Conseil, inférieure à celle de conseiller secrétaire du roi, est généralement absente des minutes notariales qui le concernent, mais j’ai trouvé à quelques reprises le nom de Cuigy dans les registres du Conseil privé, à l’époque où Le Bret lui-même y exerçait. Cuigy a gardé ses deux charges jusqu’à la fin de ses jours (voir le dépôt de son testament, MC, ET/ XI/208, 30 janvier 1667).
16 Je remercie François Rey de m’avoir signalé que le nom de Cuigy apparaissait plusieurs fois dans un Registre des privilèges de la BnF et notamment à la date de 1656 au sujet de Cyrano (Ms. Fr. 16754, f. 38r.). L’extrait du privilège de l’édition de 1657 donne Cuisy, non Cuigy, mais la confusion Cuisy/Cuigy est fréquente à l’époque comme le montre le registre paroissial de Saint-Gervais, où Jean de Cuigy lui-même est appelé Jean de Cuisy. Seul le nom Cuigy apparaît dans la grande chancellerie à cette époque. La signature de ces lettres patentes était une des responsabilités des secrétaires du roi et Conrart, qui était lui aussi secrétaire, en a signé d’innombrables pour ses amis hommes de lettres.
17 Voir MC, ET/LXXXVII/514.
18 Castelgeloux fut inhumé à Clamart le 21 novembre 1654 et l’inventaire après décès de ses biens, ainsi que le dépôt de son testament, se trouvent dans les minutes du notaire Claude Le Roy (MC, ET/LXXXVII/562, 18 mars 1655). Dans l’inventaire après décès, le nom du défunt est Alexandre de Biran Castelgeloux.
19 Voir AN, V6/265, séance du 30 août 1652, affaire 21.
20 Ibid., 266, séance du 22 novembre 1652, affaire 5. En outre les archives départementales du Tarn possèdent une quittance de 220 livres, datée du 4 octobre 1653, délivrée par Le Bret « avocat au Conseil du Roy », à Mr Dassier, syndic d’Albi, pour les frais et l’obtention de l’arrêt au Conseil confirmatif de l’assiette dudit diocèse à Gaillac (A.D, Tarn, C 608 : je remercie Mr. Jean-Paul Capmau, archiviste du Tarn, de m’avoir communiqué cette information). Comme il ne s’agit pas de l’affaire plaidée en novembre 1652, il faut en conclure que le chapitre d’Albi a eu recours aux services de Le Bret à plusieurs reprises.
21 Ces registres constituent la série V6 des Archives nationales. Pour ces recherches un peu délicates, une consultation minutieuse du volume suivant est recommandée : Grande chancellerie et Conseil : répertoire numérique de la série V, tome premier (Paris, Centre Historique des Archives Nationales, 2000) par Emile Compardon, Jean-Pierre Brunterch, Françoise Hildesheimer et Gérard Jubert. Comme il n’y a pas de copies des « Lettres de provisions d’offices » pour les avocats du Roi avant 1675, seule la consultation directe de ce gigantesque fonds permet de retrouver Le Bret. J’ai dépouillé exhaustivement les cartons 264, 265 et 266 (mars 1652-13 décembre 1652), ainsi que ceux correspondant à février-mars 1655 (300 et 301), novembre-décembre 1655 (315-316) et début-18 janvier 1656 inclus (317). J’ai également consulté les registres (d’époque) où sont rapportées les séances : tous les cas du jour y sont mentionnés avec l’indication des noms des parties et celui du rapporteur, qui est généralement un maître des Requêtes (ont été consultés ceux de juillet-septembre 1654, de janvier-mars 1655, de juillet-septembre 1655 et de janvier-mars 1656). L’ouvrage d’Emile Bos n’a rien apporté de précis, mais il infirmait la thèse erronée de Forestié et c’est grâce à Bos que j’ai entrepris cette recherche fastidieuse, quoique fructueuse (voir Les Avocats au Conseil du roi : étude sur l’Ancien Régime judiciaire de la France, Paris, Marchal, Billard, 1881, p. 123-128). Bos ne fait que piller Lacroix (dont les travaux n’étaient pas encore dépassés) et ne justifie aucune de ses déclarations, notamment celle-ci : « Henri Le Bret paraît être resté une dizaine d’années dans la compagnie des avocat au Conseil ; sa retraite suivit de près la mort de Cyrano de Bergerac ». Or nous avons vu plus haut qu’en 1651 Le Bret n’était qu’avocat au Parlement. Je soupçonne Bos d’avoir avancé des approximations, comme le suggèrent et sa formulation et le manque total de références aux causes défendues par Le Bret.
22 Pour la procuration, voir MC, ET/XLV/196, à la date du 15 décembre 1654, qui fut celle du dépôt de la minute chez le notaire Le Vasseur.
23 Voir AN, V6/299, séance du 15 janvier 1655, affaire 3 et V6/301, séance du 19 mars 1655, affaire 1.
24 Voir MC, ET/CV/628.
25 Séance du 31 août 1655, affaire 33 et séance du 3 septembre 1655, affaire 20 (AN, V6/311) : on notera qu’elles suivent de très près la mort de Cyrano.
26 Gaspard Pays devint à cette date le secrétaire, muni d’une procuration générale, de Gaspard de Daillon (MC, ET/LXI/226).
27 Le tableau généalogique des Millet, famille maternelle de Cyrano, replace l’entrée de Thimoléon de Daillon, frère de Gaspard, dans cette famille, par son mariage avec une Feydeau (la marraine de Cyrano était elle-même une Feydeau ; voir Œuvres complètes de Cyrano, t. I, p. 475). Cette relation personnelle de Le Bret avec Gaspard de Daillon explique comment il a pu savoir que Thimoléon était mort d’une crise aiguë de goutte, alors que les historiens eux-mêmes ignorent généralement la date de sa mort (l’inventaire après décès de ses biens, daté du 5 avril 1651, me conduit à penser qu’il a dû quitter ce monde durant l’hiver 1651 : voir MC, ET/LXI/215).
28 Voir l’article de François de Graux, « En enfant perdu. Remarques sur la folie de Cyrano », Autour de Cyrano de Bergerac, Paris, Champion, 2006, p. 573-574. Je partage l’opinion de Jean-Pierre Cavaillé selon lequel « l’évocation de Toulouse reste fort évasive » (« Une pensée de l’évasion. Liberté et enfermement dans les romans cyraniens », Lectures de Cyrano de Bergerac, dirigée par Bérengère Charpentier, PUR, 2004, p. 90, n. 26). A part les mentions de la prison de la Grosse Tour et de son horloge, il n’y a absolument rien qui renvoie à la ville réelle de Toulouse au xviie siècle (cf. Jules Chalande, Histoire des rues de Toulouse, Monuments, institutions, habitants, Toulouse, 1919, 1927, 1929 / Marseille, Lafitte Reprints, 1982). Toulouse est chez Cyrano une métaphore de l’obscurantisme et il est assez piquant de constater que ce n’est pas Le Bret qui a édité le deuxième roman et que c’est de cette métropole archidiocésaine que, dès 1656, il était devenu « le fidèle serviteur ».
29 La minute rapporte un transport à Le Bret d’Augustin Budé, fils de Jacques Budé, sieur de Bagnaux, demeurant rue des Fontaines, paroisse Saint-Nicolas-des-Champs ; la somme s’élève à 1300 livres (MC, ET/CV/627). Augustin était un cousin issu de germain (4e génération) de Habert de Monmort (l’académicien).
30 MC, ET/CV/627, 30 décembre 1654. Le Bret s’engage à payer immédiatement 30 livres pour le cuivre et 50 supplémentaires à proportion du besoin, et de verser 175 livres à la livraison des planches.
31 Voir le registre des privilèges de la Bnf, Ms. Fr. 16754. f. 25r : je remercie François Rey de m’avoir fourni cette information, ainsi que celle concernant Les états et Empires de la Lune (voir infra).
32 Le prénom du Bignon qui paya la dette de Cyrano est François, et non Pierre, comme l’a erronément écrit Lachèvre (voir Les Œuvres libertines de Cyrano de Bergerac, Paris, Champion, 1921, I, p. LXVIII, LXIX et CXLIV).
33 François Bignon était le graveur attitré de Royer de Prade depuis 1649 (voir La Victime d’Estat et Annibal). Je complète une étude biographique spéciale consacrée à ce dernier. Peut-être est-il bon de rappeler que, parmi les pièces liminaires qui accompagnent les Portraits des hommes illustres, figure un sonnet signé « N. Houdin, prieur commendataire de Notre-Dame » (et non Loudin, comme l’a écrit Lachèvre, ibid., t. II, p. 229). Dans les Lettres diverses figure une lettre adressée à un Mr. Bignon, dans laquelle l’épistolier annonce la mort de son frère [Jacques Le Bret] : la formule de clôture, « vostre passionné serviteur », laisse entendre que ce Mr. Bignon était un ami très cher (Lettres diverses, p. 87).
34 Lettres diverses, p. 68.
35 MC, ET/CV/628.
36 Un paragraphe de son introduction résume ses découvertes : « Dans le chapitre II, intitulé LE CLERGE, [nos lecteurs] prendront sur le fait la mise en application des principes, parfois déconcertants, de la collation des bénéfices ecclésiastiques. D’autres faits s’en dégagent qui ne manquent pas d’intérêt, ainsi : la facilité des échanges de bénéfices ; la vente et le rachat du temporel de l’église pendant et après les guerres religieuses ; la protestation contre les ordonnances du roi relatives à l’incompatibilité des bénéfices ; l’entente établie entre le clergé et l’administration communale au sujet de la dîme des menus grains, etc., etc. Une chose surtout étonnera ceux qui ne sont pas familiers avec les institutions ecclésiastiques de l’ancien régime, c’est de voir de simples clercs tonsurés pourvus de bénéfices dont ils ne peuvent remplir les charges. Il ne faut pas perdre de vue que les bénéficiers avaient le droit de se faire remplacer par des délégués. Ils leur cédaient seulement une partie de leurs revenus ; le reste servait à couvrir, partiellement tout au moins, leurs frais d’études, soit à Toulouse, soit à Cahors […]. L’église venait ainsi en aide à ses futurs prêtres, sans s’appauvrir elle-même. La solution ne manque pas d’élégance » (op. cit., p. VI : c’est moi qui souligne). Pour une évaluation récente (et divergente) de la question, on pourra se reporter au livre de Philippe Simonnot, Les Papes, l’Eglise et l’argent, Histoire économique du christianisme des origines à nos jours, Paris, Bayard, 2005.
37 Deux documents d’archives permettent de l’affirmer. D’une part, un inventaire du 24 décembre 1669 dressé après le décès de Dame Marie de Fouré, veuve de Jean Deschamps, chevalier, seigneur de Marcilly, et mère de Louis Deschamps, seigneur de Marcilly, Lieutenant général des armées du roi, Messire Armand Deschamps, Vicomte Capitaine de la Varenne du Louvre, Messire Antoine Deschamps, Chevalier de Marcilly, ainsi que de Marie des Champs de Marcilly (Généalogie de la Maison des Champs Marquis de Marcilly en Champagne, fr.wikisource.org) ; d’autre part, le contrat de mariage, conservé aux Archives départementales de Seine-et-Marne, du 8 novembre 1673, entre « messire Antoine Deschamps de … (sic), chevalier, seigneur de Marsilly, Conflans et Guignicourt, en partie, » et « demoiselle Marie-Anne Dublé », en présence de « Messire Louis Deschamps, chevalier, marquis de Marsilly, lieutenant-général des armées du roi, son frère ; de Dame Elisabeth Indré, épouse de Messire Armand Deschamps de Marsilly, chevalier, seigneur en partie, dudit Marsilly et de Conflans, capitaine de la Varenne du Louvre et Bois de Boulogne […] » (M. Lemaire, Seine-et-Marne. Archives civiles. Complément des séries A et E. Tome Troisième, Fontainebleau, 1875, p. 158 in Google books).
38 C’est Alan Howe qui a découvert la minute, mais l’alliance entre les signataires lui a échappé (Ecrivains de théâtre 1600-1649, Paris, Centre historique des Archives nationales, 2005, p. 54).
39 Le fait qu’Antoine de Marcilly se soit marié plus tard ne constitue pas une objection soutenable : les chevaliers n’étaient définitivement liés à leur ordre que par la profession de leurs vœux.
40 Voir Lacroix (Œuvres complètes, Paris, Galic, 1962 [réédition de Delahays, 1858], II, p. 253, note 3) et André Blanc qui fait un rapide rappel de la question des clefs dans Le Pédant joué (Œuvres complètes de Cyrano, Paris, Champion, 2001, III, p. 17-19 et 25). Par contre je pense que l’identification que Lacroix a faite de Chasteaufort et… de l’immortel Carbon de Casteljaloux est gratuite : comme dans la pièce de Cyrano le fierabras est émasculé (voir le monorime en if), il me semble risqué de lancer de telles hypothèses sans les étayer.
41 MC, ET/CV/628, 30 avril 1655 ; Cyrano, Œuvres complètes, I, éd. cit., p. 488.
42 Récit, op.cit., p. 14.
43 Nous savons le rôle que Le Bret a joué dans cette affaire par sa déclaration : « un grand procez que je fis juger en la Chambre de l’Edit de Paris, ils [les protestants] furent obligez de le [le corps] deterrer […] » (Histoire de Montauban, Montauban, 1668, 371-372). Il faut corriger, dans mon édition 2000, une erreur de Forestié, que j’ai reproduite, selon lequel Le Bret aurait fait déterrer une femme de 104 ans (Alcover, XXIV et Forestié, 100) ; la narration confuse de Le Bret est, à mes yeux, responsable de l’erreur de Forestié (voir Récit, 13-20).
44 Mon évaluation de la clientèle de Le Bret se fonde sur les recherches de première main que j’ai mentionnées plus haut. Mes repérages exhaustifs à partir des liasses permettent de penser qu’au moment où Le Bret s’est attaché à Bertier, les clients ne se pressaient pas en foule à la porte de l’avocat au Conseil. Cependant il pouvait avoir d’autres affaires en tant qu’avocat au Parlement. Il y a là un point aveugle qui invite à la prudence et interdit toute conclusion catégorique.
45 Archives départementales de Tarn-et-Garonne, 5 E 427, f. 181, 25 octobre 1656.
46 Voir le volume XIII de la Gallia Christiana et le Cabinet des titres de la BnF-Richelieu (Bertier, Dossiers bleus, 90, 2105, pièce 13v. et Garibal, Pièces originales, 1282, 28849, pièce 137). Tous ces documents prouvent que l’évêque de Rieux et Jean de Garibal étaient beaux-frères et que les évêques de Rieux et de Montauban étaient cousins et non frères comme cela est si souvent affirmé. Je rappelle que Jean de Garibal, membre de la Compagnie du Saint-Sacrement, était le neveu de la Mère Marguerite, supérieure du couvent de la Croix où la sœur de Cyrano était religieuse.
47 A. D. de Tarn-et-Garonne, 5 E 76, f. 757, 19 octobre 1669. Ce contentieux avec l’évêque d’Albi, dont les archives de Tarn-et-Garonne ont conservé la trace, autorise à penser que la situation financière de Le Bret, au moment de sa réorientation, a pu être un facteur de ce changement. La minute de Montauban, dont les informations sont défectueuses, n’a pas permis de retrouver la transaction parisienne de Le Bret avec Gaspard de Daillon : en effet, elle renvoie à un notaire parisien, Auget, qui n’existe pas à cette époque, et fournit une date vague (« 1655 ou 1656 ») ; notre investigation dans l’étude d’Ogier et dans celle de Moufle (notaire des Daillon) n’a pas été fructueuse. Soulignons cette tendance, chez Le Bret, à l’imprécision, voire à l’inexactitude.
48 MC, ET/CV/632. Voir infra les Pièces justificatives où la minute est reproduite dans son intégralité. Celle-ci précise que Le Royer a signé à Le Bret 5 promesses en 1648 et 1649 et de nouveau une promesse récapitulative le 27 avril 1650 chez Baudry et son compagnon : hélas, la trace de la promesse récapitulative de 1650 est à ce jour restée introuvable, ainsi que celles des cinq qui l’avaient précédée.
49 Cette triste transaction a échappé à Forestié (voir le Registre des délibérations du chapitre cathédral, A. D. de Tarn-et-Garonne, G 228, f. 298v-299r).
50 Je corrige ici l’affirmation de René Toujas selon lequel Le Bret serait arrivé à Montauban au début de 1657. Mais Le Bret a indiqué qu’à son arrivée Labadie, contre lequel il portait un décret, venait de quitter Montauban (Récit, 19-20) : or ce dernier n’a quitté Montauban pour Orange que le 25 juillet 1657 (cette date est fournie par Jean Labadie lui-même : voir T. J. Saxby, The Quest for the New Jerusalem, Jean de Labadie and the Labadists, 1610-1744, Martinus Nijhoff, 1987, p. 85). Par ailleurs Toujas affirme que Le Bret n’apparaît pas dans les minutes notariales avant le 4 janvier 1658 : or Le Bret, le 14 septembre 1657, a signé une minute à Montauban comme témoin de Pierre de Bertier ; il y est qualifié chanoine au chapitre collégial (A. D. de Tarn-et-Garonne, 5 E 428, f. 301v-303r).Voir René Toujas, « Quelques précisions biographiques sur Henry Le Bret (1658-1662) », Bulletin de la Société archéologique de Tarn-et-Garonne, LXXXVI, 1960, p. 32.
51 C’est Toujas qui a retracé par le menu le début de la carrière de Le Bret à Montauban. Les déclarations de Forestié étaient de pures extrapolations qu’aucun document ne fondait.
52 A. D. de Tarn-et-Garonne, G 230, f. 250r.
53 Louis de Chevry est qualifié « seigneur du Plessis-Françou » et dans son contrat de mariage (voir MC, ET/LXXXVII/514, 9 avril 1644) et dans celui de Nicolas de Cuigy, le 22 juillet 1657 (id., liasse 569).
54 Lettres diverses, op. cit., p. 77 et 196.
55 Voir la vente de greffe du 24 mars 1655 (MC, ET/CV/628). En 1650, Tanneguy était domicilié rue de la Tissanderie, même paroisse (MC, ET/XXI/157, 23 mars 1650).
56 Pour l’incendie, voir La muze historique, éd. Ch.-L. Livet, Paris, Daffis, 1877, vol. II, p. 7 et pour les réparations, MC, ET/LXXXVII/562, 12 janvier 1655. Arpajon résidait régulièrement dans la capitale, mais il ne semble pas avoir été propriétaire d’une demeure à Paris : Pierre Lançon a mentionné quatre adresses connues du duc à Paris, toutes dans le Marais, de 1657 à 1677, dont la rue d’Orléans, paroisse Saint-Jean-en-Grève, en 1660 et 1661 ; il faudra désormais ajouter cette cinquième adresse qui précède toutes les autres (voir P. Lançon, « Le duc d’Arpajon, seigneur de Séverac, et les artistes au xviie siècle », Etudes aveyronnaises. Recueil des Travaux de la Société des Lettres, Sciences et Arts de l’Aveyron, année 2005, p. 19). Le marché mentionné ici réfute l’hypothèse de Huguette Lèquepyes selon laquelle, en février 1654, le duc aurait résidé « sans doute » rue d’Orléans (« Louis d’Arpajon (1590-1679), un grand seigneur du Rouergue protecteur des écrivains », Revue du Rouergue, no 85, printemps 2006, p. 62, note 18). Ainsi les cinq adresses de Cyrano actuellement connues, de la mi-novembre 1649 à sa mort (juillet 1655), sont toutes situées dans l’espace de quelques rues contenues dans les paroisses avoisinantes de Saint-Jean-en-Grève, Saint-Gervais et Saint-Nicolas des Champs.
57 Voir le registre de Saint-Jean-en-Grève ( BnF, Ms. Fr. 32588, p. 347).
58 En 1644, Nicolas de Cuigy d’Orgeval, frère de Jean de Cuigy, est qualifié « conseiller du Roy et Controleur general des bois en Bourgogne » (MC, ET/LXXXVII/514, 9 avril 1644), charge qu’il avait toujours en 1659 ; le père de Tanneguy, Pierre Regnault, était trésorier de France en Bourgogne et Bresse.
59 Voir le registre de Saint-Gervais (BnF, Ms. Fr. 32838, p. 641) : mariage Cuigy/Caen le 2 janvier 1612 et mariage Cyrano/Béranger le 3 septembre 1612.
60 Le registre de Saint-Jean-en-Grève mentionne le baptème d’un fils, Jacques-Honoré, le 7 décembre 1651 (BnF, Ms. Fr. 32588, p. 464).
61 Voir le notaire Le Roy (MC, ET/LXXXVII/555, 18 juillet 1653). Par la suite, les frères et sœurs ont fait toutes sortes d’échanges car beaucoup de biens étaient en indivis, y compris des charges (on trouve ces transactions dans les minutes de Le Roy).
62 En 2000, j’ai surtout insisté sur les liens familiaux qui pouvaient expliquer cette protection (éd. cit., p. LXVII). Ils ne sont pas exclus, mais les raisons proposées ici ont l’avantage d’être étayées par des faits nombreux et convergents. Lacroix a fait de Tanneguy un ami de Le Bret en reconnaissant de(s) Boisclairs dans le de(s) B. des Lettres diverses. Mais ces initiales sont très communes et devraient inviter à la prudence. Des Boisclairs et Cuigy sont restés amis bien au-delà de cette période : leurs relations sont attestées dans des minutes et des factums.
63 Henry Duret est issu du premier mariage de Philippe Duret, trésorier de France à Moulins, et de Marie Bolacre, tandis que Jean est issu du second mariage, avec Catherine de Caen (sœur de Marie de Caen, épouse Cuigy). En 1655-1656, Henry, qui demeurait rue Vieille du Temple, comme le duc d’Arpajon, cautionna son cousin Nicolas (ET/LXXXVII/ 562, 4 mars 1655, ibid./565, 27 février 1656 et ET/CV/630, 10 février 1656). Jean Duret de Montchenin est déclaré, le 22 octobre 1657, « capitaine d’une compagnie de cavalerie et infanterie dans le régiment de Monseigneur le Prince de Conty » : cette information confirme celle que fournit Le Bret dans ses Lettres diverses (voir ET/ LXXXVII/569 et Lettres diverses, p. 78-79 ; voir aussi préface de 1657, éd. cit., p. 488).
64 Parmi les destinataires des Lettres diverses, on compte Mr. Duret de Chevagne, Mr. Duret, « capitaine au régiment de cavalerie de Conti », Mme de Chevry [née Françoise de Cuigy], Mr. de Dammartin [Nicolas de Cuigy, sgr de]. Je soupçonne que la destinataire Mme Du Fay pourrait être Catherine Duret, qui épousa Charles de Cisternay du Fay en janvier 1658. On soulignera que le nom Cuigy n’apparaît nulle part dans les Lettres diverses, les personnes portant ce nom y étant identifiées autrement (par un époux ou par un fief) : il est donc impossible, à moins d’être bien informé sur cette famille, de reconnaître dans Dammartin le « protagoniste » de la variante de l’édition posthume de la Lune. Devons-nous y voir un brouillage des pistes (la lettre, en effet, est adressée à Dammartin à l’occasion de son prochain mariage qui eut lieu le 22 octobre 1657, alors que l’acquisition de cette seigneurie par Nicolas de Cuigy date du 22 mai 1658 (voir ET/LXXXVII/571) ? Je reviens sur ce point dans mon étude consacrée aux Lettres diverses de Le Bret.
65 Comme je l’ai dit dans la note 1, la période montalbanaise de Le Bret sera couverte dans un autre article à paraître dans le Tarn-et-Garonne.
66 Voir F. Lachèvre, Bibliographie des recueils collectifs de poésies publiés de 1597 à 1700, Slatkine Reprints, Genève, 1967, II, p. 330-331. On trouvera ces poésies dans les recueils ici mentionnés ; comme les catalogues informatisés ne sont pas toujours très fiables, j’ai jugé bon de préciser où j’ai localisé les recueils en question (toutes les informations données par Lachèvre sont exactes et m’ont été d’un grand secours). Poésies choisies […], 1ère partie, 2ème édition, Paris, Charles de Sercy, 1653 [Bnf, MCF YE 11500) ; Poésies choisies […], Seconde partie, Paris, Charles de Sercy, 1653 [Sainte-Geneviève, 8Y1031 INV 2322 RES] ; Poésies choisies […], 3ème partie, 3 vol., Paris, Charles de Sercy, 1654-1656 [BnF, MFC YE 11504]. C’est dans ce dernier recueil que se trouve le quatrain à Mlle Duret.
67 Reproduction d’après l’exemplaire de la BnF (MCF YE 11500) des Poésies choisies, Première partie, 2e édition, Paris, Sercy, 1653, p. 449. Le sonnet a été publié également par R. Picard dans La Poésie française de 1640 à 1680, Paris, Sedes, 1969, p. 209.
68 L’ouvrage de Castelvetro dont il s’agit est sa Poetica d’Aristotele vulgarizzata e sposta (1570) et celui de René Le Bossu est son Traité du poème épique (1675).
69 Cf. Loret, La muze historique, op. cit., livre IV, lettre du samedi 29 novembre, p. 435 : la mort du perroquet date de la semaine précédente.
70 Lettres diverses, op. cit., p. 60-61. En 1693, dans la Seconde promenade de Tempé, il composa également un quatrain sur la mort du perroquet :
Au défunt perroquet d’Iris
Perroquet dont la gentillesse
Le fit juger dans tout Paris
Digne des pleurs de sa maîtresse (p. 10).

Un exemplaire de cette Promenade est reliée in fine avec le Recueil de quelques traitez et lettres sur differens sujets, <Montauban>, 1695 : cet exemplaire, le seul connu, se trouve à la bibliothèque municipale de Montauban [F.L. 1422].

71 L’éventualité d’un mariage de Nicolas de Cuigy avait déjà été évoquée dans une donation entre vifs des parents Cuigy à leur fils unique, datée de février 1656 (voir supra). Dans le contrat de mariage du 22 octobre 1657, Nicolas Foucquet est qualifié « vicomte de Melun et de Vaux, ministre d’estat […] son [du roi] procureur general en ladite Cour du Parlement, surintendant de ses fimances » (MC, ET/LXXXVII/569). Déjà, le 12 septembre 1632, un Foucquet, « conseiller du Roi en son Grand Conseil », qualifié « cousin germain », avait assisté au mariage de Louise de Cuigy et de Pierre de la Tour (MC, ET/LXXXVII/469).
72 Il confie dans ses Lettres diverses : « encore que je me connaisse passablement en devises » (p. 92) et p. 115-116 et 211-212 ; voir aussi le Recueil de quelques discours et lettres écrites à des personnes studieuses sur differentes matieres, <Montauban>, 1692, p. 74-75 et le Recueil de quelques traitez, op. cit., p. 100-105.
73 Voir Response à l’advis sur l’églogue intitulée Christine par Monsieur Le Bret, Paris, Charles de Sercy, 1655, 24 pages.
74 Le mot cadrer est fréquent chez Descartes, homme de science mais aussi homme de loi.
75 Historiettes de Tallemant des Réaux, éd. Antoine Adam, Gallimard (Pléiade), Paris, 1961, vol. II, p. 334. Adam n’a pas connu la Response de Le Bret, mais j’ai pu consulter les deux exemplaires répertoriés par le Catalogue collectif de France, celui de Grenoble et celui d’Amiens.
76 Ce petit scénario est-il fiable ? Un des deux exemplaires de la Response conduit à émettre la possibilité d’un autre déroulement des faits : six pages consécutives du cahier B de l’exemplaire de Grenoble sont rendues illisibles par un brochage défectueux. Si la majorité des exemplaires a souffert de la même négligence, les exemplaires ont pu être supprimés ou repris pour cette raison-là. Le doute me paraît ici recommandé.
77 Lettres diverses, p. 84 (c’est moi qui souligne).
78 J’ai exposé toutes ces raisons dans mon édition des deux romans (éd. cit, p. CXL-CXLVII) et dans mon article de 2004 (« Statistique et critique d’attribution », Littératures classiques, Cyrano de Bergerac, no 53, Paris, Honoré Champion, 2004, p. 297-300) : dans ce dernier, j’ai en outre montré que des erreurs méthodologiques graves ruinaient complètement l’étude lexicométrique de Margaret Sankey dans laquelle elle contestait la thèse traditionnelle.
79 MC, ET/XI/165, donation du 15 février 1656 et désistement du 14 mars 1656.
80 Voir les deux actes du 10 février 1656 de l’étude CV/630, concernant des transactions de Nicolas avec sa sœur Marie de La Tour, et les deux actes du 27 février 1656 de l’étude LXXXVII/565. On notera que trois notaires sont impliqués dans ces actes et je m’interroge sur les vrais motifs de cette donation-éclair.
81 Lachèvre, dans le tome I de son édition, a reproduit et la description et le blason, qu’il a attribué à la famille Cyrano (éd. cit., p. XX et XXIII). J’ai utilisé pour ma part la reproduction en offset de La vraye et parfaite science de Palliot (Paris-Berger-Levrault, 1975, p. 662 : Lachèvre lui-même renvoie à Palliot).
82 J’ai reproduit ce portrait original et son immédiate contrefaçon dans Cyrano relu et corrigé (Genève, Droz, 1990, p. 70-71).
83 Palliot nomme le Trophée d’armes héraldiques parmi les œuvres dont il s’est inspiré ; par ailleurs il possédait dans sa bibliothèque un exemplaire de l’ouvrage de Royer de Prade et, pour les raisons qu’on a vu plus haut, ce ne pouvait être qu’un exemplaire de l’édition publiée par Targa à Paris en 1650.
84 L’écu de Cyrano accompagnant le portrait de 1662 contient deux anomalies : d’une part, la queue du lion n’est pas en sautoir et, d’autre part, c’est une queue de léopard (tournée vers l’extérieur). Comme il est difficile d’expliquer cette double anomalie, il est probable que la gravure a été endommagée au cours de l’impression : en effet, si la partie intérieure de la boucle du sautoir s’est détachée, ce qui reste de la queue, qui n’est plus alors en sautoir, est une simple queue léopardée (beaucoup de lions avait une queue léopardée, mais le fait est toujours indiqué dans la description de l’écu).
85 Par contre Abel de Sainte-Marthe figure et dans la table et dans le texte et Georges de Scudéry acquiert droit de cité, à l’extrème fin de l’ouvrage.
86 Voir, au sujet du Trophée, l’article d’Alain Mothu, « Le Christ blasonné », La Lettre clandestine, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 9, 2000, p. 330-336. Je reviens ailleurs sur la déclaration erronée de Kerviler, reprise notamment par Antoine Adam, selon lequel Royer de Prade aurait été le précepteur de l’abbé La Mothe Le Vayer.
87 Au dire du libraire Pierre Targa, Royer de Prade était absent de Paris pendant l’impression de ses deux pièces de théâtre, Annibal et La Victime d’Estat (achevé d’imprimer du 15 septembre 1649) : si la promesse signée par de Prade à Le Bret, le 15 octobre 1649, l’a été par procuration ou si De Prade s’est absenté de nouveau de Paris entre la fin octobre 1649 et la fin mai 1650, il se pourrait alors que cette absence ait coïncidé avec l’impression du Trophée et dans ce cas on peut imaginer que Cyrano lui-même ait été le responsable. Cyrano responsable également des armoiries de Jésus-Christ ? On notera que du point de vue typographique, le Trophée est difficilement lisible, défaut auquel l’édition « aérée » de 1655 remédiera (la deuxième édition est, en effet, entièrement recomposée, ce qui était onéreux).
88 Voir « La famille Cyrano », La Nouvelle revue, 1898, CXII, p. 431. La source de Coubertin était un « répertoire de famille » des Archives Coubertin. Il n’y a aucune raison de douter de son information vu que les deux blasons ont tant de points communs.
89 Les dépouilles des deux lions liées de l’écu de Savinian Cyrano évoquent de très près le mouton entier suspendu par le milieu du corps qui se trouve à l’extrémité du collier de l’ordre de la Toison d’or (cf. Palliot, op. cit., p. 500 et 632). Si la description de l’écu de Cyrano ne nous disait pas qu’il s’agit de lions, on prendrait ces deux animaux pour des moutons : moutons, berger, Bergerac !
90 « Michel de Montagne Seigneur du lieu, Chevalier de l’ordre de S. Michel, Maire de Bordeaux, & Citoien Romain, qui mourut âgé de 59 ans 6 mois & 11 jours, en l’an 1592 le 13 de Septembre, portoit d’azur semé de trefles d’or à une pate de lyon de mesme armée de gueules mise en face : c’est ce grand homme qui n’a paru dans ces derniers siecles que pour nous faire voir que nature encore feconde aprez ces grands acouchemans ne s’estoit point espuisée en la production de Plutarque & de Seneque, cette asme si fort esclairée qu’elle peut servir de lumiere à toutes les autres, ce Philosophe si detaché de toute Philosophie, si peu soüillé des opinions du vulgaire, ce juge si clairvoiant à conoistre de toutes choses, c’est ce Montagne enfin qui seroit admiré de touts les hommes esgallement, si son elevation si fort au dessus de l’homme ne le desroboit à la debile veüe de plusieurs » (Trophée d’armes héraldiques, op. cit., p. 67).
Haut de page

Table des illustrations

URL http://dossiersgrihl.revues.org/docannexe/image/3414/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madeleine Alcover, « Le Bret, Cuigy, Casteljaloux, Bignon, Royer de Prade et Regnault des Boisclairs : du nouveau sur quelques bons amis de Cyrano et sur l’édition posthume des États et Empires de la Lune (1657) », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie, mis en ligne le 24 février 2009, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/3414

Haut de page

Auteur

Madeleine Alcover

Madeleine Alcover, de Rice University, est une grande spécialiste de Cyrano de Bergerac. Parmi ses nombreuses publications, elle est l’auteur de l’édition critique, désormais de référence, des Estats et empire de la lune et du soleil, tome 1 des œuvres complètes de Cyrano de Bergerac, parues chez H. Champion en 2000.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org