Navigation – Plan du site
Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie
V. Travaux d'archive et d'érudition

Sur les Lettres diverses d’Henry Le Bret, éditeur de Cyrano et prévôt de l’Église de Montauban

Madeleine Alcover

Résumé

The Lettres diverses attributed to Henry Le Bret were published anonymously, without any date nor place of publication. This article deals with three problems : authorship, datation and Le Bret’s direct involvement in its publication.
Le Bret’s paternity of Lettres diverses, included the only letter addressed to himself, is proven mainly by his signature found in many of them and by his attested private relationships with the majority of addressees.
The publication date is resolved after a meticulous comparison of Lettres diverses and Recueil de quelques discours et lettres écrites à des personnes studieuses sur differentes matieres (1692), in which 15 letters (out of the 64 of Lettres diverses) are present with some variations. From an omission in the Recueil I theorized that a great number of pages from a published copy of Lettres diverses were detached/untied and reused as a material hypotext for the Recueil ; this theory is substantiated and confirmed by a lot of informations related to events, books, and people, especially to Bossuet, Queen Marie-Thérèse and the Clergy Assembly of 1665. All these data lead to the conclusion that Lettres diverses were published between 1678 and May 1681, which invalidates all previous datations proposed by Lacroix, Forestié, Cioranescu, and myself in 2004.
And finally there is no historical evidence nor objective argument for believing that Le Bret did not want his readers to know that he was responsible for the publication of these letters : the book was obviously destined to a private and chosen group of friends, which was not uncommon in xviith century. In 1692, given his geographic and not so private new public, Le Bret withdrew from Lettres diverses all the ones addressed to his Parisian friends as well as some destined to Toulousan ladies in which good taste was questionable (like his Eloge de la petite vérole, i. e. small-pox).
We can now reformulate the bibliographical description of this book : Lettres diverses par Henry Le Bret, prévôt de l’église cathédrale de Montauban, Montauban (?), ca 1678-1681.
Among the addenda completing this article are a brief account of the controversy between Le Bret and the minister Pierre Isarn, a restitution of one of his remarks concerning Boileau’s Satire IX, and his quasi unknown éloge de la petite vérole.

Haut de page

Texte intégral

Cette étude repose sur les conclusions biographiques de mon article intitulé « Le Bret, Cuigy, Casteljaloux, Bignon, Royer de Prade et Renault des Boisclairs : du nouveau sur quelques bons amis de Cyrano et sur l’édition posthume des états et Empires de la Lune (1657) ». Il y est établi notamment que Henry Le Bret, avocat au Conseil privé et ami de Cyrano, et le chanoine Henry Le Bret, prévôt de l’église cathédrale de Montauban, sont bien une seule et même personne.

nota bene : En 2000, dans mon édition des états et Empires de la Lune et du Soleil, j’ai exprimé ma perplexité frustrée à l’égard de l’ami-éditeur de Cyrano : « Une recherche approfondie sur Le Bret mériterait d’être entreprise, car elle pourrait jeter quelque lumière sur la “fabrication” de la version imprimée du premier roman »1. J’apporte ici, et dans mon article mentionné ci-dessus, une contribution aux problèmes relatifs au rôle de Le Bret dans la vie et les œuvres de Cyrano.

1En guise d’ouverture, retraçons à grands traits l’histoire d’une résurrection. Personne n’avait rapproché Le Bret, éditeur du voyage à la Lune de Cyrano, et Henry Le Bret, prévôt de la cathédrale de Montauban, jusqu’à la découverte par Jean Lacroix, au milieu du xixe siècle, d’un volume intitulé Lettres diverses (s. l. n. d.) : celles-ci contiennent 64 lettres (13 signées Le Bret), dont deux sont consacrées à Cyrano ou à son roman, et plusieurs d’entre elles adressées à des personnes nommées dans la préface de l’Histoire comique des Estats et Empires de la Lune de Le Bret, l’ami de Cyrano. Les dictionnaires biographiques du milieu du xixe siècle (Michaud et Hoefer) consacrent une entrée au prévôt Henry Lebret (sic), mais dans aucun ne figure, parmi ses œuvres, les Lettres diverses, et pour cause : parues anonymes, sans lieu ni date, celles-ci reposaient ensevelies dans l’abîme des ana. L’exemplaire des Lettres de l’Arsenal, seul exemplaire parisien, et la curiosité inlassable de son conservateur Lacroix, allaient redonner vie au mystérieux ami d’enfance de Cyrano. D’emblée Lacroix, dans son édition des œuvres de Cyrano, unifia les « deux » Le Bret/Lebret et ce au prix d’extrapolations inouïes2 : l’origine parisienne de Cyrano étant encore ignorée en 1858, Lacroix imagina de toute pièce un Le Bret lui aussi gascon, bien que ce dernier eût lui-même déclaré, dans son Histoire de Montauban (1668), qu’il était né à Paris. C’est dire que les notes de Lacroix sont sur ce point totalement inutilisables ; mais, grâce à lui, un document important refaisait surface et venait s’ajouter au dossier de Cyrano, car l’édition de Lacroix devint vite une référence incontournable : elle fut celle, notamment, des deux grands biographes de Le Bret que furent Emerand Forestié dans son article de 1890, « Biographie de Henri Le Bret, auteur de l’Histoire de Montaubam, prévôt de la cathédrale de cette ville, et notes sur Cyrano de Bergerac »3, puis Husson, en 1913, dans « Henri Le Bret, ami de Cyrano de Bergerac au Mesnil-Saint-Denis »4 ; ces deux derniers, informés notamment des travaux de Jal, n’ignoraient pas la fausseté de la prétendue origine gasconne de Cyrano.

2Mon propos n’est pas de faire ici une analyse complète de ces Lettres diverses. Elles ont retenu mon attention et mon intérêt dans la mesure où, par elles, le monde si peu connu de Cyrano pourrait bénéficier de quelque lumière, où, par elles, on pourrait peut-être mieux comprendre comment ces deux hommes, dont les carrières ont été si divergentes, avaient publiquement fait connaître, notamment en 1654 et en 1657, leur relation amicale5.

3Dans son article substantiel, Forestié a maintes fois parlé des Lettres diverses de Le Bret. Il a notamment signalé que plusieurs de ces lettres (quinze en fait et non 13 comme il l’a dit) figuraient également dans le Recueil de quelques discours et lettres écrites à des personnes studieuses sur differentes matieres, ouvrage anonyme daté de 16926. On devine que notre ignorance de la date de publication des Lettres diverses pourrait être en partie résolue à l’issue d’un collationnement attentif des deux éditions, l’une d’entre elles fonctionnant comme l’hypotexte (direct ou indirect) de l’autre. Le Recueil étant heureusement daté, le collationnement devait permettre de situer les Lettres avant ou après lui et d’apporter éventuellement une réponse à la question de la responsabilité de Le Bret dans leur publication. C’est avec cette espérance qu’à la suite de Forestié, qui considérait les Lettres comme antérieures au Recueil, j’ai repris ce dossier. On trouvera ici le résultat de cette enquête génétique, dans laquelle la bibliographie matérielle a joué un rôle de premier plan. Sans le Recueil de 1692, nombre de questions soulevés par les Lettres diverses seraient restées probablement sans réponse.

4On se bornera donc ici à répondre à trois questions primordiales :
1) Qui a écrit ces lettres et à qui ont-elles été adressées ?
2) Quand leur publication a-t-elle eu lieu ?
3) Qui les a rassemblées et fait publier ?

5Les Lettres diverses sont composées de 64 lettres, divisibles en deux catégories7 : l’une relève de la vie privée du scripteur et présente un intérêt surtout biographique, l’autre aborde des questions d’intérêt général, très variées et souvent très érudites, dans le genre de celles que l’on discutait dans les salons ou les assemblées de « beaux-esprits » tant de la capitale que de la province8. D’une part, la sphère privée, d’autre part la sphère publique. Les 15 lettres qui se trouvent dans les deux volumes (avec quelques variantes), relèvent toutes de la deuxième catégorie. La table des matières du Recueil, qui énumère les lettres selon leur sujet, permet d’évaluer leur contenu (ne sont retenues ci-après que celles qui figurent dans les deux œuvres : l’ordre est celui de la table du Recueil) :

Lettre touchant la manière dont les Anciens estoient à table.
Poétique.
Le Voyage de Rieux
9.
Lettre sur la conversion de S. Augustin.
Avis sur la conduite d’un jeune Gentilhomme.
Petit traité des Devises [3 pages].
Petit traité de la science Héraldique [2 pages].
Lettre contenant quelques Remarques touchant la croix & le vin de componction.
Lettre touchant la préférence que nous devons à notre langue.
Lettre touchant la Carte du Tendre.
Lettre touchant les Auteurs qui en ont imité d’autres.
Discours touchant l’étimologie du mot d’étreines.
Lettre au sujet de l’Histoire d’Iphis & d’Anaxarette.
Visite renduë à une Dame de Campagne.

6Le lecteur trouvera en note les correspondances des lettres dans les Lettres diverses et dans le Recueil de 1692 : l’ordre des références repose sur l’hypothèse de Forestié, que je vais confirmer au cours de ce travail en la remaniant (voir infra la partie consacrée à la datation)10.

7à la question « qui écrit ? », la signature fréquente de Le Bret fournit une première réponse. Il a en effet explicitement revendiqué 13 lettres, de manières diverses, soit en faisant figurer son nom dans l’intitulé, Lettre de Monsieur Lebret à, qu’on trouve à trois reprises, soit en ajoutant ses initiales L. B. à la fin d’une lettre, dont il y a cinq occurrences, soit par la formule mixte Lettre de Monsieur LB., répétée trois fois, soit enfin, dans les deux cas qui traitent de controverse, en fournissant de surcroît sa qualité sociale, Lettre de Monsieur Lebret prevost de l’Eglise de Montauban. Ainsi, sur les 303 pages des Lettres diverses (31 + 272), 163 sont-elles à coup sûr de Le Bret, soit un peu plus de 53,8%11.

8On notera que le volume s’ouvre par une longue dissertation ou petit traité sur la poétique dont la paternité est revendiquée dans le titre, Lettre de Monsieur Lebret en forme de Poëtique. A Monsieur le baron de Bertier de Saint Geniez (Lettres, (1)-(27)), revendication initiale qu’on trouve également dans le Recueil de 1692, qui débute par le Discours sur l’abrégé de l’histoire des quatre grandes Monarchies des Assyriens, des Perses, des Grecs & des Romains, par Monsieur Lebret […], longue dissertation de 16 pages in-4. Cette pratique, dans le Recueil, fonctionne comme une revendication inaugurale de paternité de l’ensemble de l’ouvrage : en effet, non seulement la quasi totalité des lettres signées des Lettres diverses (ainsi que quelques autres non signées), se trouvent également dans le Recueil, mais le pourcentage de pièces présentes dans le Recueil et dans d’autres ouvrages de Le Bret, où elles sont explicitement revendiquées, représente en tout 73,5%. Comme nous n’avons aucune raison de penser que le quart restant du Recueil ne soit pas également du prévôt, puisque rien dans l’ouvrage n’est attribué à un autre auteur, la revendication inaugurale a valeur de revendication intégrale12. On peut, semble-t-il, en dire autant des Lettres diverses, où la revendication de la longue pièce d’ouverture (la « Poétique ») constitue, à mes yeux, un aveu de paternité de l’ensemble du volume.

9Comme on l’a vu plus haut, près de 54% des Lettres diverses sont signées. Mais les autres, demandera-t-on ? Cette fois, c’est l’identité des destinataires, précisée dans deux-tiers des lettres, qui va nous fournir une réponse. Il faut souligner, en premier lieu, qu’aucune des lettres à caractère anodin ou très personnel n’est signée. C’est le cas, notamment, des cinq lettres adressées à Monsieur Lebret capitaine au régiment de Conty auquel le destinateur déclare : « Je suis ton aîné […] »13. Cette précision permet d’affirmer que c’est également Le Bret qui a écrit les lettres à Monsieur de Bourgogne, auquel il est fait mention dans une lettre à Le Bret frère, et qu’il est aussi le destinateur des lettres adressées aux amis communs nommés dans la lettre à Bourgogne, etc.

10La conclusion de cette analyse textuelle est confirmée par une enquête minutieuse que j’ai menée aux Archives nationales (Minutier Central) et qui m’a permis de retracer une partie du milieu que fréquentait l’avocat au Conseil Henry Le Bret : certains destinataires des lettres, comme Le Bret frère, les Duret, Chavagne, Dammartin, Chevry et Bignon, apparaissent dans des actes notariés parisiens concernant Le Bret ; quant aux Bertier figurant dans les intitulés des Lettres, ils n’étonneront personne, puisque Le Bret était au service de Pierre de Bertier, évêque de Montauban, et qu’il avait des liens personnels avec plusieurs membres de la famille de son patron.

11La liste des destinataires, reportée en note, permet de se faire une idée de leur milieu social, presque toujours précisé14. A Paris, ce sont des hommes de loi et, surtout, des officiers au régiment de Conti ; en Guyenne, ils appartiennent également à la magistrature, y compris à la plus haute de la région, le Parlement de Toulouse, et au clergé : ce dernier cependant est peu représenté.

12Reste le problème que j’ai souligné en 1977, dans mon édition de L’Autre Monde (Paris, Champion). Une lettre, une seule, est adressée A Monsieur Le Bret Prevost de l’Eglise de Montauban (p. 97-103)15. De destinateur Le Bret devient destinataire.

13Pour les cyraniens, c’est bien là le nœud gordien, car cette lettre est presque identique à une portion importante de la préface de la Lune de Le Bret, à savoir plusieurs lignes du début et de la fin, ainsi que tout ce qui concerne l’exposé didactique de la préface, où sont données en références les autorités savantes susceptibles de servir de caution au roman. Mais Le Bret ne peut pas avoir été le locuteur et l’allocutaire d’un même énoncé au discours direct :

Je te confesserai toutefois, lecteur, que ce changement m’est indifférent, parce que je ne professe point ces sciences, qui sont trop abstraites pour moi ; et je te proteste que tout ce que j’en sais ne consiste qu’en quelques termes que me fournit la mémoire de quelque lecture des ouvrages qui en traitent (préface, p. 492).
Je/moi = Le Bret

Je vous confesseray toutefois que ce changement […] moy, & que tout ce que j’en sçais […] fournit le souvenir de ce que j’en ay leu dans les livres qui […] (Lettres diverses, p. 102-103).
Vous = Le Bret

14à cette difficulté d’ordre linguistique s’ajoute le contenu problématique de la lettre, lequel nous dépeint un Le Bret qui ne connaîtrait pas très bien Cyrano, alors que la dédicace, la préface et la conclusion de la Lune proclament que Le Bret était son ami le plus ancien et le plus inviolable et qu’il avait reçu de lui la charge de publier son voyage à la Lune16. La lettre en effet débute et se termine par une double déclaration en absolue contradiction avec le paratexte du roman :

J’ay fait mettre au net l’ouvrage du mort pour qui vous avez tant témoigné d’inclination, & je vous en envoye une copie, afin qu’il ne soit plus redevable de vostre estime au raport d’autruy, & que vous le connoissiés par luy-mesme, pour ce qu’il est […] tout ce que je vous viens de dire n’estant que pour vous donner l’éclaircissement que vous m’avez demandé sur cét ouvrage & son Autheur(p. 97 et 103 : c’est moi qui souligne).

15Une relecture attentive de cette déclaration, accompagnée d’une analyse minutieuse du contexte immédiat de cette lettre dans le volume et d’une connaissance plus approfondie et des Lettres diverses et de quelques autres œuvres de Le Bret me conduisent aujourd’hui à émettre des conclusions qui divergent de celles que j’ai proposées dans le passé17. Premièrement, la fin de la lettre prouve qu’elle est une réponse à une lettre de demande émanant de quelqu’un qui avait besoin d’informations concernant Cyrano, l’homme et l’œuvre. Il n’est pas déraisonnable de conjecturer que la lettre des Lettres diverses pourrait être une version de la réponse à cette demande ; la réponse originelle devait être plus longue et devait contenir les informations demandées sur l’auteur Cyrano : en d’autres termes, la version des Lettres diverses aurait été tronquée de sa partie biographique, ce serait un « remake », une récriture de la lettre-réponse originelle, laquelle devait être très proche de la version définitive qui parut plus tard dans la préface de 1657. Bref, entre la mort de Cyrano et la publication de l’édition posthume (juillet 1655-mars 1657), « on » aurait demandé à Le Bret des informations et, beaucoup plus tard, dans les Lettres diverses, Le Bret aurait décidé de ne reproduire que la partie didactique de sa lettre-réponse initiale. Au cours de cet échange épistolaire et de ces récritures un qui pro quo aurait eu lieu au terme duquel le destinateur (Le Bret) serait devenu le destinataire, car, ne l’oublions pas, une des deux lettres a été effectivement adressée à Le Bret. Deuxièmement, nous avons la preuve que l’intitulé de la lettre a été en partie altéré puisque Le Bret n’est devenu prévôt qu’en 1663 (dans les intitulés, Le Bret actualisait la situation sociale de ses correspondants en fonction de la date de publication18) : or il est totalement inimaginable que la version originelle de cette lettre soit postérieure à mars 1657, date de l’achevé d’imprimer de l’édition posthume. L’hypothèse d’un qui pro quo dans l’intitulé explique l’anomalie que constitue la présence unique d’une lettre adressée à Le Bret dans ce volume. Non seulement le texte de la lettre elle-même, si on le compare à celui de la préface de 1657, mais le volume tout entier nous conduisent à cette hypothèse : en effet Le Bret a confié, dans les Lettres diverses précisément, qu’il avait commis une « méprise » en adressant à une de ses correspondantes une lettre destinée à une autre19 ; en outre une comparaison entre les Lettres diverses et le Recueil fait apparaître deux cas où la même lettre a deux destinataires différents, ce qui montre bien que les intitulés manquent de stabilité20. A qui s’étonnera que Le Bret n’ait pas corrigé une telle « méprise », je répondrai qu’il n’a pas remarqué le bourdon de la page 62 du Recueil de 1692 qui laisse une lettre sans conclusion, coupée au milieu d’une phrase, alors qu’elle est complète dans les Lettres diverses (voir, plus loin, l’analyse de ce cas pour la résolution de la datation).

16Cette hypothèse non seulement supprime l‘incohérence de la lettre quand elle est confrontée à la préface de la Lune, mais elle s’accorde parfaitement avec l’éloge dithyrambique de « Mr. de Bergerac » qui figure dans la lettre qui la suit. De plus ces deux lettres recèlent un indice qui, à mes yeux, a valeur de signature. Une citation identique de deux vers de Corneille apparaît au début de la préface de la Lune et au début de la Lettre prétendûment adressée à Le Bret :

Puis qu’il n’est point couvert de ces tristes lambeaux
Qu’une ombre desolée emporte des tombeaux21.

17La citation, tirée de la scène 3 de l’acte I de Polyeucte, renvoie à Pauline relatant à sa confidente le rêve terrifiant qui vient de la bouleverser : Sévère, son amant supposé défunt, lui est apparu « ardent de colère » et couvert de gloire. Or, dans la lettre qui précède, les personnages de Pauline et de Sévère sont déjà évoqués dans un autre distique :

Vous n’estes point percé de ces coups pleins de gloire
Qui retranchant la vie, assurent la memoire22.

18Fait curieux, ces deux vers, dans Polyeucte, suivent immédiatement ceux cités précédemment. Et, ce qui est encore plus étonnant, le même contexte textuel apparaît une troisième fois immédiatement après ; tandis que Pauline décrit ainsi le retour de Sévère dans Polyeucte :

Il semblait triomphant, et tel que sur son char,
Victorieux dans Rome entre notre César23,

19Le Bret, décrivant une observation imaginaire de la lune faite à partir du « Puech de Midi » (près de Saint-Bertrand), décrit ainsi sa vision de Cyrano :

[...] je l’y [Monsieur de Bergerac] vis luy-mesme sur un grand char tiré par six Hypogriphes […]. Il passa au milieu d’une multitude incroyable de peuple, & entra dans une grande ville qui étoit au bout du chemin que ses Hypogriphes avoient enfilé, & au devant de laquelle il y avoit une espece d’Arc Triomphal remply de plusieurs inscriptions à sa loüange, d’où je conjecture que c’estoit une entrée solemnelle qu’on luy faisait en cette ville-là, & je me réjouis de voir que tost ou tard les grands hommes sont recompensez, & que le Ciel permet, quand leur propre païs leur témoigne de l’ingratitude, que les estrangers leur rendent les honneurs qui leur sont deus24.

20Ces trois lettres consécutives, qui reproduisent six vers consécutifs de Polyeucte (223-228), associent explicitement deux fois Cyrano et Sévère, héros malheureux mais finalement vainqueur. Il est difficile de voir dans ces récurrences le fruit du hasard, d’autant plus que l’éloge funèbre de la troisième lettre est dans la même veine que le panégyrique que constitue la préface de la Lune, y compris le reproche d’ingratitude exprimé, dans cette dernière, par Le Bret à l’encontre du duc d’Arpajon, le premier protecteur de Cyrano. Cet éloge témoigne non seulement que le chanoine a conservé toute entière son admiration pour son ami mais qu’il a voulu l’exprimer clairement une seconde fois.

21Avant d’en finir avec cette lettre problématique, tentons d’identifier son vrai destinataire. Qui a bien pu avoir besoin d’un « éclaircissement […] sur cét ouvrage & son Autheur » et pour qui a-t-on pu avoir « fait mettre au net l’ouvrage du mort » ? Vu le contenu de la lettre, elle a dû être originellement adressée soit au dédicataire du roman, Tanneguy Re(g)nault des Boisclairs, grand prévôt de Bourgogne et de Bresse et dernier protecteur de Cyrano, soit au libraire Charles de Sercy. Le grand prévôt a pu vouloir connaître l’œuvre qui allait paraître sous sa houlette, surtout s’il avait entendu parler de la censure qui avait frappé les Œuvres diverses de Cyrano, publiées en 1654 et dédicacées au duc d’Arpajon. Mais Re(g)nault des Boisclairs a dû connaître Cyrano plus que ne le laisse entendre la lettre. Par contre le libraire Charles de Sercy, à qui Cyrano, en 1654, avait fait faire de bonnes affaires, a pu vouloir faire connaître à ses lecteurs, dans une préface, la biographie de l’auteur défunt dont il s’apprêtait à publier le roman. Je penche donc plutôt en faveur du libraire : ce serait à Charles de Sercy que la lettre qui accompagnait la copie au net aurait été initialement envoyée et ce serait bien Le Bret qui s’en serait chargé25.

22La question de l’identité des destinataires ne vise pas seulement à savoir qui ils étaient ; elle permet de tenter, à partir des qualités qui leur sont attribuées, de dater la formule de l’adresse. Lorsque Bertier, baron de Saint-Geniés, est qualifié « avocat général », la date à laquelle il a obtenu cette charge constitue un terminus a quo de l’intitulé : je ne dis pas de la lettre, mais de son intitulé et donc du livre dans lequel apparaît cet intitulé ; dans quelques cas même, il y a une tension entre l’énoncé de la lettre et l’intitulé de l’adresse : ils ne renvoient pas à la même période. Le cas le plus intéressant est celui de la lettre à Nicolas de Cuigy, ou Cuigy le fils : la missive, adressée à « Monsieur de Dammartin », concerne son futur mariage ; or le mariage date du 22 octobre 1657 et l’acquisition de la seigneurie de Dammartin par Cuigy fils est du 22 mai 165826. Autrement dit les intitulés des Lettres fournissent des informations exploitables pour la datation de la publication tout autant que pour la datation de la composition originale d’une lettre. Nous allons voir le parti qu’on peut en tirer pour établir la date de la publication des Lettres diverses.

23Forestié, qui avait la certitude que le Recueil de 1692 était postérieur aux Lettres diverses, a daté ces dernières après 1683 en s’appuyant sur une des dernières lettres du volume où il est question de « l’Assemblée generale [du clergé] qui se tient presentement »27 ; ce ne pouvait être, selon lui, que celle de 1681-1682 car l’auteur citait, écrit-il, les discussions soulevées dans l’assemblée de 1682 ; plus tard, il les data « après 1684 », sans explication28. Jean Lacroix, en 1858, les avait datées de « vers 1666 », sans raison particulière, et Cioranescu, en 1966, les data, dubitativement, de 1661 ; enfin, en 2004, alléguant la présence dans le texte du syntagme « pénultième siècle » en référence à Copernic, j’ai proposé 17 ? ?29. Comme l’Art poétique (1674) de Boileau est très présent dans la première pièce du volume, Lacroix et Cioranescu sont d’emblée éliminés. Quant à mon hypothèse et à celle de Forestié, je me propose de montrer qu’elles sont toutes les deux erronées et je tenterai de redater les Lettres à l’issue d’une relecture très attentive et d’un collationnement minutieux du Recueil de 1692 dont j’ai parlé tout au long de ce travail.

24Forestié a vu juste en ce qui concerne l’antériorité des Lettres par rapport au Recueil. J’ai en effet repéré une erreur typographique qui confirme son hypothèse : la lettre relatant le voyage à Rieux (dont le cousin de Pierre de Bertier était évêque) s’arrête brusquement, dans le Recueil, au milieu d’une phrase (p. 62) ; cependant, dans les Lettres diverses, la suite de la phrase ainsi que la formule de politesse sont bien présentes mais placées au début d’une nouvelle page (p. 127) (voir les illustrations de la « Bibliothèque municipale de Montauban »). Ainsi la comparaison des deux versions imprimées montre que la lettre publiée dans les Lettres diverses (p. 117-127) constitue l’hypotexte matériel du Recueil (57-62) : on a dépecé un exemplaire des Lettres afin de remettre à l’imprimeur, en 1692, les pages déjà publiées dans celles-ci, après leur avoir fait subir quelques retouches. Comme les lettres qui ont été reemployées n’ont pas été placées dans le même ordre dans les deux œuvres, la transposition était délicate puisqu’on avait affaire à des feuilles imprimées recto/verso. J’explique ici en note les aléas de ces manipulations difficiles tel qu’un examen des « cahiers » et des rectos/versos la donne à voir30. La bibliographie matérielle nous fournit donc un terminus ante quem certain des Lettres diverses : 1692 (juillet 1692, plus précisément).

Lettres divers, (Bibliothèque municipale de Montauban, fonds ancien)

Recueil de 1692 (Bibliothèque municipale de Montauban, fonds ancien)

25Comment expliquer, dans ce scénario qui rétrograde la publication des Lettres à une date antérieure à 1692, la présence du mot « pénultième » dans la lettre adressée à Le Bret ? Le texte remis au prote de Montauban contenait quelques variantes/corrections par rapport au texte dont la version finale devait devenir la préface de 1657 (cette dernière étant considérée dans ce qui suit comme point de repère). Dans un passage de la fin de la préface, Copernic est considéré du « dernier siècle » ; dans les Lettres diverses, le même Copernic est considéré du « pénultième siècle ». Or, en 1684, dans Diverses lettres de controverses […], œuvre signée, Le Bret écrit, à la même page et à huit lignes d’intervalle, « dernier siècle » et « siècle dernier » : c’est dire qu’il utilisait les deux formes31. Il suffit alors d’imaginer que Le Bret ait voulu remplacer, pour l’édition des Lettres diverses, « dernier siècle » par « siècle dernier ». Reconstituons une démarche explicative : il aurait donné une indication au prote, comme « mettez siècle avant dernier » (sans distinguer calligraphiquement les mots du texte des mots des ordres qu’il donnait, ce qu’on remarque dans les errata 32) ; le prote aurait lu l’information et aurait été victime d’une substitution mentale : « siècle avant dernier » devient pour lui « pénultième siècle » (je signale que le mot avant-dernier n’existant pas au xviie siècle, le prote aurait substitué des concepts et non des mots ; on peut rapprocher ce genre de confusion de celui, comique, de l’introduction des didascalies dans le discours des personnages).

26Cette hypothèse a l’avantage de supprimer, dans la même lettre, un non-sens concernant L’Homme dans la Lune de Godwin (1648) qui, est-il déclaré, « parut icy il y a vingt ou vingt-cinq ans », ce qui ramène l’énonciation au dix-septième siècle, et non au dix-huitième siècle comme l’exigerait le mot « pénultième »33. Une erreur du prote, tout à fait plausible dans ce contexte, neutraliserait l’obstacle que représenterait la présence du mot « pénultième » : ainsi l’indice matériel du bourdon de la lettre du Voyage à Rieux, exposé plus haut, acquiert-il le statut de preuve non contestable de l’antériorité des Lettres diverses par rapport au Recueil de 1692.

27éliminons maintenant les dates de 1683 ou 1684 proposées successivement par Forestié comme terminus a quo de la publication des Lettres.

28Le clergé de France se réunissait en assemblée tous les cinq ans et, dans la seconde moitié du xviie siècle, la question de l’autorité de l’église et de celle de la monarchie y a été débattue à plusieurs reprises. La lettre où il est question d’une assemblée est adressée A Monseigneur…, ce qui présuppose l’abence de l’évêque à l’assemblée en question ; elle est de surcroît très précise et elle fournit, sur les événements qu’elle relate, un grand nombre d’indices dont certains, temporels, permettent d’affirmer avec une certitude absolue que cette assemblée n’est pas celle de 1681-1682.

29L’épistolier affirme, en effet, que le plaidoyer du « douziéme Decembre de l’année derniere », dont l’auteur a « déjà du nom », avait pour motif « la contestation pour la place que doit occuper le Clergé sur les autres Compagnies du Royaume » et que l’Assemblée, sur l’ordre du roi auquel elle s’est plainte, a été chargée par ce dernier de l’instruire :

Elle [l’Assemblée] a dressé un savant memoire en trois chapitres qui contiennent en plusieurs articles les propres paroles du plaidoyé, où celuy qui l’a fait pretend établir pour maxime, que les Princes temporels peuvent connoître & juger de la Foy & de la Discipline de l’Eglise ; il allegue pour cela l’Onction des Rois, les Conciles & l’exemple de ce qu’ont fait les Rois & les Empereurs, debitant tout ce que son imagination luy a fourny comme des veritez les plus authentiques : De sorte que l’on raporte dans ce memoire les paroles & les pages du plaidoyé, & puis l’on y répond article par article, mais avec tant de solidité, que l’on y fait voir non seulement que les citations de l’Autheur n’ont pas le sens qu’il leur donne, mais que dans celuy que l’on ne leur sçauroit oster, elles prouvent le contraire de la maxime qu’il a voulu establir.

30à la suite d’une comparaison de l’auteur du plaidoyer avec l’apostat Marc-Antoine de Dominis, il est déclaré que le premier « souffre presentement la confusion de s’être veu declarer par le Clergé de France assemblé, Schismatique & Heretique, soit dans son dessein, soit dans ses paroles, soit dans ses raisons, soit dans les inductions qu’il en tire pour l’apuy de son plaidoyé ». Après avoir loué l’action forte du clergé et dénoncé

31« la liberté que les Laïques se donnent de faire les Theologiens, meritant bien que l’Eglise leur ait fait cette correction », l’épistolier s’engage à se procurer une copie du mémoire à l’intention du prélat34.

32à quel plaidoyer d’un 12 décembre et quel « savant mémoire » au roi d’une Assemblée du Clergé est-il fait allusion ? Pierre Blet va nous permettre de le découvrir : dans sa colossale thèse consacrée aux assemblées du clergé au xviie siècle, le savant jésuite a analysé par le menu leur déroulement, y compris les travaux des « commissions »35. Le 12 décembre 1664, Denis Talon, avocat général au Parlement de Paris, lançait son réquisitoire contre la lettre au roi de Nicolas Pavillon, évêque d’Alet, et c’est bien de cette réponse qu’il s’agit dans la lettre A Monseigneur…, lettre qui s’inscrit donc dans la longue querelle concernant la signature du Formulaire. Le roi demanda aux commissaires de l’Assemblée, le 29 novembre 1665, « un mémoire des propositions qu’elle estimait hérétiques ». Blet enchaîne :

Les deux mémoires furent présentés à l’assemblée le 19 décembre [1665]. La maxime pour laquelle le clergé demandait réparation, était-il précisé dans le premier, était la suivante : « Les princes temporels ont le droit et le pouvoir de décider des dogmes de la foi et de la discipline ecclésiastique. » Cette maxime, déclarait-on à Louis XIV, le clergé de France « ne peut pas s’abstenir de vous déclarer qu’elle est schismatique et hérétique et qu’il la condamne comme telle » [...]. Le roi était trop éclairé pour ne pas discerner qu’elles pouvaient être les suites funestes d’une telle doctrine, dont les principes sont « à l’origine du schisme d’Angleterre »36.

33On voit pourquoi l’épistolier avait rapproché l’auteur du plaidoyer du 12 décembre de Marc-Antoine de Dominis, ancien jésuite réfugié en Grande-Bretagne, converti à l’anglicanisme et ardent défenseur des prérogatives des souverains anglais : la lettre A Monseigneur est un rapport fidèle des plaintes du clergé assemblé contre l’avocat général du roi, Denis Talon.

34De tout ce qui précède on peut dater avec une grande précision cette lettre du dernier tiers de décembre 1665. A cette époque, l’évêque de Montauban était Pierre de Bertier : or celui-ci n’assista pas à cette assemblée du Clergé et quitta Montauban le 25 novembre 1665 pour se rendre aux Etats Généraux de Languedoc37 ; par contre en 1682 (hypothèse de Forestié), l’évêque de Montaubam était Jean-Baptiste Michel Colbert de Saint-Pouange, lequel, ayant été élu délégué de sa province à l’Assemblée générale extraordinaire convoquée par le roi en personne (c’est cette assemblée qui enfanta la fameuse Déclaration des quatre articles), se trouvait lui-même à l’assemblée à Paris. Il n’y a donc qu’un destinataire possible de la lettre, Bertier, décédé en 1674. Pour ce qui est du destinateur, nous n’avons aucune raison de douter que ce ne soit Le Bret : le Registre des délibérations du chapitre cathédral de Montauban, ainsi que les répertoires, voire les liasses, du notaire épiscopal Barthe (Tarn-et-Garonne), ne contiennent pour 1664-1665 aucune mention du prévot à Montauban. Il est clair que l’évêque Bertier, en 1665, a dépêché son avocat/secrétaire à Paris pour être tenu informé38.

35Le terminus a quo de la publication des Lettres ne peut donc pas être déterminé à partir de cette lettre-là.

36Une datation relativement précise des Lettres est cependant possible compte tenu de l’ensemble massif d’informations qu’elles véhiculent, notamment celles concernant les nombreuses œuvres modernes citées et, surtout, celles relatives aux personnes.

37Aucune œuvre mentionnée par Le Bret n’est postérieure à 167739. Sa longue dissertation sur Augustin et Tertullien (p. 214-261) n’est autre que la Troisième réplique de sa « dispute » avec le pasteur Isarn dont celui-ci a fourni la date, dans la seule de ses réponses à Le Bret qui nous soit parvenue : l’échange de réponses (Isarn) et de répliques (Le Bret) est déclaré se dérouler « septante et six ans » après la conférence contradictoire de Fontainebleau qui opposa Du Plessis et Du Perron40. Cet événement fameux ayant eu lieu le 4 mai 1600 (et non en 1602 comme l’affirme erronément Le Bret), l’échange épistolaire date de 1676. Cette datation interne est du reste corroborée par la Correspondance de Pierre Bayle dans laquelle la dispute Isarn/Le Bret est mentionnée à plusieurs reprises. Je montre plus loin, dans un des appendices de cette étude, les circonstances de cette controverse, le déroulement des échanges épistolaires et les divers ouvrages de Le Bret où il en a parlé. Mentionnons dès ici ma conclusion : le texte présenté dans les Lettres est antérieur à la synthèse de Le Bret publiée dans Diverses lettres de controverses […] (1684).

38Bien entendu les lettres qui réapparaissent dans le Recueil de 1692 sont mises à jour : c’est ainsi que sont mentionnés la correspondance de « Mr. Libnis » et de Mr. Pellisson ainsi que l’ouvrage sur les femmes philosophes de l’abbé Ménage dont il est parlé au passé. Inversement la mention de la reine pour encourager l’apprentissage de la langue espagnole est absente du Recueil : la reine Marie-Thérèse est en effet décédée en juillet 168341.

39Les informations relatives aux personnes sont parfois plus difficiles à élucider. Le Bret n’utilise pas de façon cohérente le terme de Monsieur pour distinguer un homme vivant d’un homme décédé, mais l’indication des temps passés permet quasi toujours d’y remédier. L’information la plus précieuse pour la question qui nous intéresse se rapporte à Bossuet, « ancien évêque de Condom ». Le Bret ne manque jamais d’indiquer avec précision les rangs et les charges des personnes influentes dont il parle : or Bossuet fut nommé évêque de Meaux à la mi-mai 1681, événement qui rendait obsolète la remarque sur Condom et que Le Bret n’eût pas manqué de supprimer ou de compléter. De même, dans l’intitulé de la lettre à Bertier, baron de Saint-Geniés, aucune fonction de ce dernier au Parlement de Toulouse n’est mentionnée ; or François de Bertier est devenu conseiller en 1681 et dans le Recueil de 1692 Le Bret n’omet pas d’indiquer que Bertier est « présentement » avocat-général, charge qu’il venait d’acquérir en 169042. Ces informations relatives aux personnes mènent à considérer l’année 1681 comme le terminus ad quem des Lettres diverses.

401678-1681 : ce sont les dates très probables entre lesquelles ont été publiées les Lettres de Le Bret.

41Venons-en, avant de terminer cette étude, à la question de la responsabilité de Le Bret dans la publication de ses Lettres diverses, puisqu’elles ont paru de son vivant. Cette question n’a pas manqué d’intriguer Forestié et il y a répondu en proposant le scénario qui suit :

Les autres 273 pages43 comprennent 63 lettres, écrites à diverses époques, et dont plusieurs sont pleines d’érudition : mais la moitié au moins, œuvre de l’ancien mousquetaire, n’auraient pas dû sortir de son portefeuille ; d’autant plus qu’au moment où elles furent imprimées, leur auteur était prévôt du Chapitre et avait déjà atteint l’âge de 65 ans. Craignant que ce recueil ne fût pas reçu favorablement, et afin de paraître étranger à cette publication, il fit placer, en tête des Errata, les lignes ci-après : « Ces lettres m’étant tombées en main de divers endroits et de différentes écritures, il s’en est trouvé de si difficiles à lire, que c’est ce qui a esté cause que les fautes cy-aprez remarquées sont survenues dans l’impression » (Forestié, art. cit., p. 116 : c’est moi qui souligne).

42Avons-nous besoin, pour comprendre que Le Bret ait pu lui-même vouloir faire publier ces lettres, d’une mise en scène purement spéculative et subjective comme l’est celle de Forestié ? Je ne le pense pas et je vais tenter de montrer que la déclaration figurant dans les Errata des Lettres peut s’expliquer par des arguments historiques et objectifs. Le texte de l’Errata peut ne pas être de Le Bret, mais de l’imprimeur, quoique cet Errata soit bien dans le ton de celui de l’Histoire de Montauban (voir infra) ; cela d’ailleurs ne change rien à la question fondamentale du responsable de la décision de la publication.

43Examinons, dans un premier temps, la question de la réception des lecteurs. Vu le contenu intimiste d’une très grande partie du volume, celui-ci ne pouvait offrir d’intérêt que pour un nombre restreint de personnes. N’est-il pas raisonnable, dans ce cas, de supposer que les lecteurs auxquels était destinée cette publication relevait de la « sphère privéee », ce qui ruine les prétendus états d’âme que Forestiée prête à Le Bret ? On sait que les auteurs faisaient imprimer et tirer à un nombre d’exemplaires très limité certaines de leurs œuvres : tout porte à croire que ce livre introuvable entre dans cette catégorie d’ouvrages.

44Comme on l’a vu plus haut, l’Ile-de-France et la région toulousaine sont les lieux géographiques de cette « correspondance ». Les « divers endroits » d’où venaient ces lettres sont bien inscrits dans les lettres elles-mêmes.

45Soumettons donc la déclaration des Errata à une lecture littérale. Les lettres remises à l’imprimeur n’étaient certainement pas les originaux : quoique nous ayons la preuve que certains correspondants utilisaient le verso d’une lettre reçue pour écrire leur réponse44, seul un petit nombre de lettres de Le Bret pourrait être tombé dans cette catégorie et, même dans ce cas, il est douteux que l’auteur eût remis à l’imprimeur sa propre lettre accompagnée d’une réponse au verso45 : par discrétion pour ses correspondants, seule la lettre de Le Bret, recopiée, a dû être confiée au prote. Dans la majorité des cas, les lettres ont probablement été recopiées avant même leur envoi à leur destinataire : toutes celles qui contiennent des vers composés par Le Bret (soit 11 lettres)46, toutes celles qui font preuve d’un travail érudit, toutes celles enfin qui présentent un intérêt quelque peu général ont dû tomber dans cette catégorie47 ; quant aux cinq lettres écrites à son frère, en supposant qu’elles n’aient pas été copiées avant leur envoi, elles ont pu être remises à Le Bret après le décès de son cadet et recopiées plus tard pour l’imprimeur. Le Bret a-t-il été le scripteur de toutes ces copies ? Certainement pas, compte tenu de ses occupations d’avocat au Conseil puis d’historien, de propagandiste et de controversiste prolifique. Nous savons qu’il a toujours eu à ses côtés des « employés » pour faire cette fastidieuse besogne : à Paris, c’étaient des « clercs » (et peut-être aussi de jeunes garçons en apprentissage ?) et à Montauban, des « écoliers »48. Cette main-d’œuvre hétéroclyte expliquerait aisément l’allusion à des écritures différentes et des endroits divers. Bref, nous n’avons qu’à recourir aux usages du temps pour proposer un scénario historiquement probable de ce qui a dû se passer.

46Reste la question des fautes. Les Lettres, aussi bien que le Recueil de 1692, contiennent une quantité de fautes, dont certaines sont énormes ; la ponctuation est souvent aberrante et l’utilisation de l’apostrophe totalement anarchique : les formes l’a (pour la), m’a (pour ma) et d’ont (pour dont !), sont communément employées dans les deux ouvrages. Le dégât est tel que le correcteur a dû se limiter à signaler les fautes dont la gravité nuit à l’intelligence du texte. L’incompétence orthographique des protes du Bas-Quercy justifie pleinement les lamentations de Le Bret insérées dans l’Errata de l’Histoire de Montauban (1668) :

[...] à cause de la difficulté qu’il y a de trouver en ce pays icy des Garçons Imprimeurs adroits, & mesme des correcteurs exacts, il a fallu se servir sans choix de ceux qui se sont presentés, & qui ont fait beaucoup de fautes, que le lecteur prendra la peine de corriger suivant les remarques que l’on en a faites icy49.

47Cependant le nombre et la répartition des fautes étant très inégales, on peut sans risque supposer que lorsqu’un prote recevait un texte déjà imprimé par un prote relativement compétent, bref un texte orthographiquement correct et dont les fautes éventuelles avaient été corrigées manuscritement, le texte qu’il produisait à son tour était d’assez bonne qualité : ainsi la longue dissertation de 47 pages sur Tertullien et Saint-Augustin, déjà publiée comme on l’a vu plus haut, ne contient que très peu de fautes, et, dans le Recueil, le Contrains-les d’entrer50, qui reproduit une œuvre signée Le Bret publiée en 1687, n’en contient presque pas. En d’autres termes, si l’on remettait au prote quercinois un texte imprimé de médiocre qualité ou, pire, un texte manuscrit plus ou moins correct et/ou difficile à lire, il était tributaire et des limites de ses devanciers et des siennes propres. Par ailleurs les signatures typographiques des Lettres n’étant pas régulières, on est induit à penser que trois, voire quatre protes ont successivement composé des « formes ».

48En conclusion, la déclaration de Le Bret concernant les fautes, les écritures différentes et les divers endroits ne peut être comprise qu’en tenant compte des conditions de production propres et à cette époque et à cette région de France. Rien ne s’oppose à ce qu’on la lise littéralement, sans sous-entendu.

49Résumons-nous très succinctement. Les Lettres diverses conservées à l’Arsenal et à Montauban, anonymes, sans lieu ni date, ont perdu un peu de leur opacité. écrites par Henry Le Bret, avocat au Conseil privé, ami et éditeur de Cyrano, puis chanoine et enfin prévôt du chapitre cathédral de Montauban, elles ont été publiées avec son consentement entre 1678 et mai 1681. Destinées à un cercle d’amis de Paris et du Bas-Quercy, elles ont dû bénéficier d’une bonne réception puisque l’auteur n’a pas hésité, une douzaine d’années plus tard, à en republier quinze, après les avoir mises à jour et remaniées en fonction du public différent auquel il les destinait, public géographiquement plus ciblé et probablement plus large51.

50La partie intimiste de ces lettres nous fournit des renseignements sur quelques-uns des amis parisiens de Cyrano et constitue un complément précieux à la préface de 1657.

51Dans l’ensemble, les Lettres diverses (et le Recueil) nous aident à comprendre un peu mieux comment Cyrano a pu avoir pour ami Henry Le Bret. Pour le lecteur d’aujourd’hui, la réputation de ce dernier reste marquée par son action inlassable, tant comme magistrat que comme controversiste, contre le parti protestant. Cyrano n’a pas connu cette face-là de Le Bret, sa face d’avocat de la défense du catholicisme. Ses écrits, mises à part ses œuvres théologiques et de controverse, laissent souvent apparaître le versant moins sévère du personnage. Viscéralement anti-stoïcien, cet ancien soldat ne supportait pas la douleur et, à partir de 1664, il assommait, par l’opium, les tourments de sa goutte52 ; bon vivant, il ne dédaignait ni la bonne chère (le fromage de Roquefort, le jambon de Bayonne, les truffes du Quercy, qui l’en blâmerait ?), ni le bon cidre. Les récits décontractés de ses visites chez « Mr. de Rieux » et de ses promenades réitérées au domaine de « Tempé », dont le maître, Darassus, était un avocat protestant converti, rappellent les séjours de Dyrcona chez Colignac et Cussan où les jours s’écoulaient dans la jouissance de la bonne chère, des entretiens d’une bonne compagnie et de la lecture (Soleil, p. 171). Convive agréable et cultivé, Le Bret sut s’attirer la bienveillance d’Antoine-François de Bertier (l’évêque de Rieux)53, et mériter l’éloge de Jean de Plantavit de la Pause qui le rencontra lors de son passage de 1672 à Montauban :

M. Le Bret, un ecclésiastique qui était auprès de lui [Pierre de Bertier], homme d’érudition et de beaucoup d’esprit, m’occupait souvent très agréablement et utilement, car il y avait à apprendre avec lui54.

52On l’a accusé d’être « fort débauché »55. Rien n’autorise à le penser et, personnellement, je ne le crois pas ; un brin gaillard, peut-être, si l’on pense qu’il n’hésita pas à présenter dans la même œuvre une dissertation de 47 pages sur Tertulien et saint Augustin et un « éloge de la petite vérole » qu’il supplie d’aller ravager le teint d’une jolie femme (c’est le premier éloge de cette petite peste !)56 : ce manque de discernement trahit un conflit chez cet ecclésiastique qui ne fut jamais un ascète, chez ce chrétien qui ne fut pas consumé par le feu de la charité. Il conserva presque jusqu’à la fin de ses jours son côté « bel esprit » et son goût pour les poésies un peu osées57. Sa vanité sociale était telle que dans deux codicilles, datés de 1704 et de 1705, il s’identifiait non pas comme « prêtre » (c’était la seule qualité qui lui restait), mais comme « ancien prévot de la cathédrale de Montauban ».

53Humain, trop humain : Le Bret, c’est cela aussi et l’on ne devrait pas s’étonner, par une sorte d’illusion rétrospective dont j’ai été la victime en compagnie de bien d’autres, que Cyrano ait pu l’avoir pour ami. Car quand Cyrano quitta ce monde en 1655, Le Bret était un des fondés de pouvoir et l’avocat au Conseil privé de l’évêque d’Albi, Gaspard Daillon du Lude, lointainement allié à Cyrano par les Feydeau. Qui pouvait prévoir le « cycle » de Montauban (dont le roi et l’évêque étaient co-seigneurs), Montauban surnommée la Genève française, ce bastion rebelle vainqueur du siège royal de 1621, où les intérêts religieux, économiques et politiques se vivaient dans une tension exacerbée ?

54Restons-en donc à l’image traditionnelle de cette amitié fidèle. Imaginons deux enfants à peu près du même âge (Cyrano est le plus jeune), qui vivent à quelques kilomètres l’un de l’autre dans la vallée de Chevreuse et qui fréquentent la même école. Ce sont des copains d’enfance que les circonstances ont rapprochés. Ils sont séparés par l’écollage de Cyrano à Paris (où Le Bret a-t-il fait ses études secondaires ?), se retrouvent dans la compagnie de Carbon de Castelgeloux (où Le Bret l’a obligé, prétend-il, à venir le suivre : obligé ?), séparés de nouveau par leur orientation différente, puisque Le Bret fera à Bourges ses études de droit au milieu des années 164058, et enfin, de 1649 à 1655, de nouveau à deux pas l’un de l’autre dans le Marais59. Le Bret avait probablement un ascendant assez fort sur Cyrano, par son âge, sa position sociale, son savoir : jusqu’où cet ascendant alla-t-il après la disgrâce que le duc d’Arpajon infligea à Cyrano et durant les souffrances de ses derniers jours ? Hélas ! lui seul aurait pu nous le dire, lui qui n’avait plus la parole, accaparée par l’avocat de la défense.

Appendices

La controverse avec Isarn dans les Lettres diverses

55Dans une lettre des Lettres diverses adressée au neveu de l’évêque de Montauban, l’abbé de Bertier, abbé de Belleperche, Le Bret avait informé ce dernier d’une dispute qui avait opposé à Montauban quelques protestants à Le Bret et à son évêque, au sujet d’un passage de La Communion à Jésus-Christ du ministre Mestrezat : ce dernier aurait fait allusion dans son livre à la conférence contradictoire de Fontainebleau de 1600 où s’affrontèrent Du Plessis et Du Perron et aurait affirmé que l’église catholique dissimulait à ses fidèles deux passages de Tertullien et d’Augustin cités dans La Communion à Jésus-Christ dans l’Eucharistie du réformé Du Plessis, passages qui, de l’avis de ce dernier, donnaient une interprétation de l’Eucharistie conforme à celle que soutenaient les protestants. La réunion au cours de laquelle avait été débattue cette question remontait au temps de l’intendance de Claude Pellot (1663-1670) et son épouse avait joué un rôle important dans l’organisation du débat.

56Il appert vite que la longue dissertation de 47 pages insérée dans les Lettres diverses (p. 214-261) et intitulée Lettre de M. Le Bret prevost de l’église de Montauban, touchant deux passages de Tertullien contre Marcion & de S. Augustin contre Adimantus reprend et développe le sujet de la lettre à l’abbé de Bertier et qu’elle s’insère au milieu d’une controverse épistolaire, que Le Bret ne prend pas la peine de nous expliquer, et qu’il appelle « cette troisiême Replique ». Par bonheur pour les chercheurs, la Bibliothèque du patrimoine de Toulouse a conservé, comme on l’a vu plus haut, toutes les lettres de Le Bret, c’est-à-dire ses quatre répliques, ainsi qu’une des réponses de son adversaire, la deuxième. Un collationnement des deux versions de la « troisième réplique » (celle du quarto60 et celle des Lettres diverses) permet de constater que la version des Lettres diverses contient un passage qui ne se trouve pas dans l’in-quarto : « Aussi sont-ils ce genre de Chrestiens que Saint Jerôme dit étre mancipatum divino officio & deditum contemplationi & orationi, cui convenit ab omni strepitu temporalium cessare, & entendant par l’autre genre de Chrestiens, Laïcos quibus licet temporalia possidere, uxorem ducere, terram colere, &. » (L. D., p. 217 ; in-quarto, p. 3) ; par ailleurs les fautes de la version in-quarto ont été corrigées dans les Lettres diverses61. Il est donc évident que ces dernières sont postérieures à la version in-quarto, c’est-à-dire postérieures à 1676. La correspondance de Bayle nous a laissé un très bref aperçu de la réception de cette controverse : « Mr Basnage m’a ecrit qu’il a veu un recueil de diverses pieces parmi lesquelles se trouvent des lettres de controverse de Mr Le Bret archidiacre [sic] de Montauban où il y a de l’adresse et de la subtilité »62. La relecture de Le Bret en vue d’insérer la troisième réplique dans les Lettres diverses semble avoir été rapide et superficielle63 .

57Le Bret est revenu une troisième fois sur ce différent dans ses Diverses lettres de controverses de 168464. La lettre à l’abbé de Bertier y constitue, avec quelques menues retouches, la quatrième lettre65 ; la suivante contient un relevé de plusieurs citations des pères de l’église se rapportant à l’Eucharistie que Le Bret déclarait avoir exposées à l’intendante Pellot peu de temps avant le débat ; puis une troisième lettre (c’est la sixième lettre des Diverses lettres de controverses) résume l’échange épistolaire qui opposa, plus tard, le ministre Isarn au prévôt de Montauban au sujet de la lettre adressée à l’abbé de Bertier et, notamment, au sujet de la conférence contradictoire entre Du Plessis et Du Perron : grâce à cette sixième lettre, le lecteur comprend qu’on avait répondu à Le Bret à quatre reprises et que l’adversaire avait reçu en retour quatre « répliques ». La synthèse présentée dans la sixième lettre est très rapide mais elle a l’avantage de nous fournir enfin le nom de l’adversaire anonyme de Le Bret, Isarn : il s’agit, en fait, de Pierre Isarn (ou Ysarn) de Capdeville, ministre à Montauban66.

58Cette sixième lettre, qui reprend les dernières pages de la troisième réplique, nous permet de comparer le ton et les stratégies de persuasion des versions selon le public à qui elles étaient destinées : la version de 1684 est beaucoup moins aggressive que les deux précédentes, ce qui constitue un argument en faveur de l’antériorité des Lettres diverses par rapport aux Diverses lettres de controverses.

Restitution du texte de la Poétique manquant dans l’exemplaire des Lettres diverses de l’Arsenal

59Les pages (13) et (14) des Lettres diverses manquent dans l’exemplaire de l’Arsenal et une partie de la page (14) a été partiellement effacée dans l’exemplaire de Montauban : je restitue les pages manquantes de l’Arsenal d’après l’exemplaire de Montauban et le passage effacé de Montauban d’après le Recueil de 1692, p. 37-38 (ce dernier étant ici reproduit entre crochets et en italiques).

[(13)] D’Alaric, de la Pucelle & de Clovis, mais vous me permettrez de vous dire que ces ouvrages, sans offencer la memoire de leurs Autheurs, n’auront jamais parmi nous la consideration que l’Iliade, l’Eneide, la Jerusalem delivrée & méme Roland ont euë parmi les Grecs, les Latins & les Italiens.
Je m’aperçoy cependant qu’il y a déja bien plus de temps que j’écris, que vous n’avez accoûtumé d’en employer à la lecture. De sorte que si vôtre curiosité ne vous rend un peu moins impatient, je cours risque de tirer ma poudre aux Moineaux. J’ay toutefois assez bonne opinion de Vous, pour croire que cét heureux changement s’est fait en ma faveur, & que vous acheverez de lire attentivement ce que j’ay à vous dire touchant nos autres plus petites pieces de poësie, comme l’Elogue [sic], l’Elegie, les Stances, le Sonnet, le Madrigal, l’Ode & l’Epigramme, qui ont aussi bien leurs regles que ces autres grands ouvrages. Car l’Elogue qui est une image de la vie des Bergers, ne demande pas les mémes efforts du langage et de l’imagination, que le Poëme Dramatique ni l’Epique : parce qu’elle ne se propose que de representer les jeux, les animositez, les jalousies & les intrigues des personnes de la Campagne. Turnebe & Scaliger ont parlé de l’e [(14)] timologie de l’Elogue que M. l’Abbé de Villeloin dit ne signifier autre chose qu’un discours de la nature & des Chevres, si ce mot est écrit par un ae, au lieu qu’il signifie un discours elegant, s’il est écrit par un e simple : de quoy je vous laisse le choix, sans pourtant me dispenser de vous dire que nous n’avons point en nôtre langue de plus belles Eglogues que celles de M. de Segrais, [Ce n’est pas qu’il ne se trouve des gens qui insultent à ce genre de poësie, car j’ay veu des vers faits par un homme d’esprit, où il en parle fort injurieusement :

Viendray-je en une Eglogue entouré de troupeaux
Au milieu de Paris enfler mes chalumeaux,
Et dans mon cabinet assis au pié des hestres
Faire dire aux echos des sotises champetres.

Mais je puis d’autant plus aisément repousser cette injure, qu’avec l’approbation publique, j’ay le témoignage de M. Despreaux qui fait au commencement du second chant de son Art poëtique l’eloge de l’Eglogue, dont il nous donne les regles, & même pour modeles Theocrite et Virgile] :

Seuls dans leurs doctes Vers, ils pouront vous aprendre
Par quel Art, sans bassesse, un Autheur peut descendre,

60Les quatre vers en italiques, pour lesquels Le Bret n’a pa pas indiqué d’auteur, constituent les vers 257-260 de la satire IX de Boileau qui fut publiée en 1668. Le Verrier, dans ses commentaires sur les satires, n’a pas fait de remarque à leur sujet et Brossette non plus, contrairement à ce qu’a affirmé Ch.-H. Boudhors, qui englobe ces quatre vers dans la remarque de Le Verrier concernant le quatrain suivant et qui viserait, au dire de Le Verrier, l’Elégie à Iris de Charles Perrault (1664)67.

61Mais qui donc alors Boileau avait-il en vue et pourquoi Le Bret a-t-il pu trouver ces vers fort injurieux et s’est-il abstenu de nommer leur auteur ? Je soupçonne que l’Eglogue à Christine de Ménage est ici visée, dans laquelle se trouve d’ailleurs aussi la rime chalumeaux/ troupeaux 68. Gilles Boileau avait critiqué l’églogue dans son Advis à Monsieur Ménage sur son églogue intitulée Christine (1655) et un certain Le Bret avait riposté par une Response à l’advis sur l’églogue intitulée Christine (1655) : à en croire Tallemant des Réaux, la Response de Le Bret avait été retirée du marché par l’achat de tous les exemplaires … par Ménage ! J’ai dit ailleurs pourquoi je pensais que la Response de ce Le Bret pouvait être attribuée à notre avocat au Conseil et les avatars des quatre vers de la satire IX de Boileau dans la Poétique de ce dernier viennent étayer mon hypothèse69.

éloge de la petite vérole

Courage, petite verole
Entrés, allés sur ma parole
Rompre la glace de ce tein,
Gravés-le de si bonne sorte
Qu’il soit cent-fois plus laid que celuy de Catin,
Pour la venger de celle qui le porte.

Allés, dis-je, en faucher les Lys.
Faites les voir ensevelis
Dessous une crouste de gale,
N’en respectés point la blancheur.
Et faites que Philis qui se croit sans égale,
Ne puisse l’estre qu’en laideur.

Au lieu de ce feu precieux
Que l’on void briller dans ses yeux
D’où l’amour fait tant de ravage,
Faites jouër tous vos ressorts,
Employés vos plus grands efforts
Pour les remplir de feu sauvage.

Enfin faites-y tout le mal
Que selon vostre estre fatal
Vous estes capable de faire,
Pour second dans ce grand dessein
Je vous promets son Medecin,
Et même son Apoticaire.

Ces gens-là… (sic) (Lettres diverses, p. 109-110).

Sonnet en bouts-rimés

Deuxième promenade de Tempe (1693)

Deuxième promenade de Tempe (1693)

[Le Bret a affirmé que ces bouts-rimés étaient très anciens, mais il n’a pas révélé le nom de leur auteur].

Haut de page

Notes

1 Œuvres complètes de Cyrano de Bergerac, Paris, Champion, 2000/2004/2006, I, p. LXXIX, n. 136.
2 Cyrano de Bergerac, Savinien. Œuvres comiques, galantes et littéraires de Cyrano de Bergerac, éd. Jean Lacroix, Delahays, Paris, 1858/ Paris, éditions Galic, 1962.
3 Em. Forestié, Bulletin archéologique et historique de la société archéologique de Tarn-et-Garonne, 1890, pp. 89-128.
4 Husson, Mémoires de la société archéologique de Rambouillet, XXII, 1913, p. 7-15.
5 Cyrano dédicaça les quatre premières lettres de ses Œuvres diverses de 1654 (Paris, Sercy) à « Monsieur Le Bret Advocat au Conseil » ; en outre, Le Bret et de Prade sont qualifiés « amicos ipsius antiquissimos » dans le cartouche qui accompagne le portrait de l’auteur publié dans la même œuvre. On notera que ces quatre dédicaces à Le Bret, supprimées dans l’état cartonné des Lettres de 1654, n’ont jamais réapparu : l’hommage de Cyrano à l’avocat au conseil est donc resté quasiment inconnu jusqu’au milieu du xixe siècle. Or l’indication par Cyrano de la profession de son ami constitue l’indice fondamental de l’identification réelle de Le Bret. Quant à ce dernier, il atteste à son tour ce lien d’amitié dans la conclusion, dans la dédicace et dans la préface de l’édition posthume de la Lune.
6 La bibliothèque municipale de Montauban (bibliothèque Antonin Perbosc) possède un exemplaire de chacune de ces œuvres.
7 Du point de vue de la bibliographie matérielle, l’ouvrage est composé de deux groupes : le premier, de 31 pages, a les caractéristiques des pages constituant à l’époque le paratexte, notamment des signatures en voyelles minuscules surmontées d’un tilde et une pagination propre (ici les pages sont entre parenthèses) ; le deuxième contient 273 pages. Les titres courants du premier groupe sont Lettre et ceux du deuxième, Lettres diverses.
8 Pour la province, on pourra se rapporter au chapitre 1, consacré aux parlementaires de Castres, de l’ouvrage d’Alain Niderst, Madeleine de Scudéry, Paul Pellisson et leur monde, Paris, P.U.F., 1976, p. 15 sq.
9 L’évêque de Rieux était alors Antoine-François de Bertier, fils de Jean de Bertier de Montrabé et de Marie Le Comte. Il était le cousin issu de germain (et non le frère) de Pierre de Bertier, évêque de Montauban (voir, pour ces deux évêques, le volume 13 de la Gallia Christiana) et le beau-frère de Jean de Garibal (voir Bertier, BnF-Richelieu, Dossiers bleus, 90, 2105, pièce 13v. et Garibal, Pièces originales, 1282, 28849, pièce 137). C’est très probablement par l’entremise de Jean de Garibal et de son autre beau-frère, Jean-Philippe de Bertier de Montrabé, tous les deux maîtres des requêtes au temps où Le Bret plaidait au Conseil du roi, que ce dernier entra en contact avec Pierre de Bertier : une requête défendue par Le Bret porte la signature de Garibal qui en était le rapporteur. Ceci pourrait expliquer pourquoi ce fut l’évêque de Rieux qui ordonna Le Bret, comme celui-ci l’a lui-même affirmé dans la préface de son Histoire de l’Ancien et du Nouveau Testament […], Paris, Pralard, 1684.
10 Correspondance des lettres dans les Lettres diverses et le Recueil de 1692 (les pièces sont citées dans l’ordre où elles apparaissent dans les Lettres diverses avec leur correspondance dans le Recueil ; pour rendre la lecture plus facile, je les ai numérotées ; les lettres omises par Forestié sont précédées d’un astérisque). 1) (1)-(27)/31-46 ; 2) *20-22/91-93 ; 3) 25-26/93 ; 4) 29-32/94-95 ; 5) 117-127/57-62 ; 6) 127-152/17-30 ; 7) 153-156/81-83 ; 8) 158-160/84-85 ; 9) 160-163/85-86 ; 10) 167-172/89-91 ; 11) 176-181/63-65 ; 12) 194-208/66-73 ; 13) 208-213/73-75 ; 14) 265-269/76-78 ; 15) *270-273/78-80.
11 Il y a une page blanche dans le volume (p. 264), dont j’ai tenu compte dans mes calculs. Par ailleurs Forestié n’a pas compté la lettre qui figure dans la première partie, à la suite de l’Art poétique.
12 Le quart restant contient quatre pièces religieuses et une lettre à l’archevêque de [Toulouse] concernant le projet d’établissement d’une académie des Belles-Lettres dans cette ville. Qui d’autre que Le Bret aurait-t-il pu, à propos du Jardin d’épicure, faire à l’archevêque de Toulouse l’éloge suivant : « Car tout ce que l’on a reproché aux Epicuriens, n’a esté qu’un effet de jalousie, leur Auteur ayant esté tres-vertueux, selon l’illustre Gassendy, qui a écrit sa vie en latin, & sa Philosophie en six volumes in folio, abbregée en françois par un excellent Philosophe nommé Bernier » (Recueil, op. cit., p. 98). Je rappelle que les Le Bret ont été propriétaires d’une ferme aux environs du Mesnil-Saint-Denis pendant tout le XVIIe siècle et que deux membres de la famille ont été employés par les Habert au Mesnil : le « divin Gassendi » de la préface de la Lune de Le Bret a bien pu être rencontré chez Habert de Monmort soit à Paris soit dans la vallée de Chevreuse.
13 Lettres diverses, p. 83.
14 Dans cette liste sont fournies, entre crochets, quelques informations essentielles que j’ai jugé utiles de communiquer aux lecteurs. Je rappelle que dans mon étude consacrée à Le Bret et à son entourage sont précisés, complétés et référenciés les renseignements qui suivent :
Alterac, Mr. d’ [lire le sieur d’Alteyrac, nommé par l’intendant Foucault, en 1678, au poste de commissaire de l’Edit, mais non accrédité par le chancelier ? Le nom est courant dans cette région] (Lettres diverses, 39-42 ; 172-175).
B., Mr. des [lire des Boisclairs, comme le propose Lacroix ? Si cette attribution était avérée, le choix du deuxième protecteur de Cyrano pourrait être dû en partie à Le Bret] (Lettres diverses, 35-37).
B. , Mme des [voir note précédente] (Lettres diverses, 1-3, 49-50).
B. Mr. du (Lettres diverses, 47-49).
Bertier, abbé de Belleperche [David de Bertier, fils de Jean-François de Bertier de Saint-Geniés et d’Antoinette de Fleury, neveu de l’évêque de Montauban, Pierre de Bertier de Saint-Geniés, qui l’éleva ; il devint en 1693 le premier évêque de Blois] (Lettres diverses, 153-158, 187-194).
Bertier, baron de Bertier de Saint-Geniés [François, frère aîné du précédent, conseiller, avocat-général, puis premier président (1710) au Parlement de Toulouse ; je n’ai pas pu trouver de source attestant que Saint-Geniés était une baronnie à cette époque] (Lettres diverses, (1)-(27), 127-152, 160-163).
Bignon, Mr. [très probablement le graveur François Bignon] (Lettres diverses, 85-87).
Bourgogne, maître de camp du régiment de Conti [sieur de Mautour] (Lettres diverses, 5-6; 6-9; 37-38).
Chevagne Duret, Mr. de [Henry Duret, sieur de Chevagne ou Chavagne] (Lettres diverses, 26-29, 38).
Chevry, Mme de [épouse de Louis de Chevry, née Françoise de Cuigy] (Lettres diverses, 63-65).
Chevry, chevalier de [fils de Louis de Chevry et de Françoise de Cuigy] (Lettres diverses, 194-208).
Dammartin, Mr. de, capitaine de cavalerie [au régiment] de Trassi [alias Nicolas de Cuigy] (Lettres diverses, 22-24).
Dufay, Mr., capitaine des Gardes du Prince de Conti [probablement Charles de Cisternay du Fay] (Lettres diverses, 32-35; 92-94).
Du Fay, Mme [probablement Catherine Duret, épouse de Charles de Cisternay du Fay] (Lettres diverses, 9-11; 42-45; 52-55).
Duret, Mr., capitaine au régiment de cavalerie de Conti [Jean Duret de Monchenin, demi-frère de Henry Duret de Chevagne ou Chevagne-Duret] (Lettres diverses, 78-79).
Espagne, Mr. d’ [ou Pierre-Louis d‘Espagne, chanoine au chapitre cathédral de Montauban ou, plus probablement, Guillaume, son frère, habitant de Castelsarasin] (Lettres diverses, 176-181).
Feydeau de Brou, Mme [épouse de Denis Feydeau de Brou, intendant de Montauban en 1673-1674] (Lettres diverses, 265-269).
Fouré, Mr., docteur en médecine [lire Fauré, médecin à Toulouse ?] (Lettres diverses, 87-91).
La Parre, Mr. de (Lettres diverses, 117-127).
La P., Mr. de [ecclésiastique] (Lettres diverses, 183-186).
La Serre Vassart, Mlle de (Lettres diverses, 3-4) [très probablement une parente des Cuigy).
Le Bret, Mr., capitaine & Major au régiment de Conti [Jacques, frère puiné d’Henry Le Bret] (Lettres diverses, 57-58, 76-78, 79-80, 80-81, 83-85).
Le Franc, Mr., président à la Cour des Aides de Montauban [Géraud Le Franc (1642-1693), selon Forestié] (Lettres diverses, 167-172).
Martin, Mr., avocat au Conseil (Lettres diverses, 65-69).
Montauban, Mr. l’évêque de [Pierre de Bertier de Saint-Geniés, fils de Jean de Bertier de Saint-Geniés et d’Eléonore d’Esplats de Gran(i)ague : la généalogie des Bertier figurant dans le Dictionnaire de La Chesnaye-Dubois est totalement fausse ; voir supra, n. 9]. (Lettres diverses, 261-263).
Montesquieu, Mr. le baron de [Jean-Baptiste-Gaston de Secondat, le grand-père du philosophe] (Lettres diverses, 61-62). La lettre étant datée de 1670 (Le Bret déclare avoir 52 ans), il n’y a aucune ambiguité possible sur l’identité du baron. Le Bret a pu le connaître quand il a plaidé au Parlement de Bordeaux pour l’évêque Pierre de Bertier, comme il l’a affirmé lui-même : « J’avois fait juger à Bordeaux ce different par un Arrest contradictoire en 1658 » (Récit, p. 43).
Nibbio, Mr. (Lettres diverses, 20-22).
Saint-Gilles, Mr. de, capitaine au régiment de Conti (Lettres diverses, 24-25).
Viney, père minime [de Toulouse ?] (Lettres diverses, 158-160).
15 J’ai reproduit intégralement cette lettre dans l’annexe de « Statistique et critique d’attribution : l’édition posthume des Etats et Empires de la Lune », Littératures classiques, Cyrano de Bergerac, 53, 2004, p. 313-315.
16 La préface de la Lune n’est pas signée. Cependant la dédicace est signée « Le Bret » et, dans la conclusion posthume du roman, Le Bret est nommé explicitement. Dans la préface, la mission évoquée dans la dédicace et dans la conclusion concernant la demande de Cyrano à Le Bret de faire publier son roman est réitérée. Dans les trois textes donc l’ami/Le Bret renvoie à une seule et même personne. Par ailleurs l’on sait que, dès novembre 1655, Le Bret a sollicité un privilège pour les Estats et Empires de la Lune. Je remercie François Rey de m’avoir signalé l’existence de ce privilège.
17 La présence de cette lettre dans les Lettres diverses, repérée par Lacroix, ne l’a pourtant pas intrigué : bien qu’en 1858 la genèse du roman fût totalement ignorée, la contradiction de la lettre avec la préface de 1657 n’aurait pas dû lui échapper (ou peut-être l’a-t-il négligée ?). Cette contradiction m’a intriguée depuis 1970 (voir La pensée philosophique et scientifique de Cyrano de Bergerac, Genève, Droz, p. 16-17 ; mon édition de L’Autre Monde ou les Estats et Empires de la Lune, Paris, Champion, 1977, p. XX-XXI, n. 1 et celle des deux romans dans les Œuvres complètes de Cyrano de Bergerac, Paris, Champion, 2000, I, p. XXIV-XXV et LXXIX). Au cours de ces travaux successifs, j’ai eu tendance à admettre de plus en plus que Le Bret était vraiment le destinataire de la lettre et qu’au moins deux personnes avaient « fabriqué » le roman. Ce faisant, je me résignais à laisser de côté le problème de l’incohérence de cette lettre dans le cadre du paratexte de l’édition posthume. C’est cette résignation contrainte qui m’a fait souhaiter que l’on s’occupât sérieusement de Le Bret.
18 Voir, infra, le cas typique de « Dammartin ».
19 Lettres diverses, p. 1.
20 Il s’agit des lettres suivantes : « A Monsieur l’Abbé de Bertier, Abbé de Belleperche » (Lettres diverses, p. 153) readressée à « Monsieur le baron de Bertier de St-Geniés, presentement Avocat General au Parlement de Toulouse » (Recueil, p. 81) et « Lettre de Monsieur Le Bret à Monsieur de la Parre » (Lettres diverses, p. 117) qui devient « Le voyage de Rieux, à Monsieur Le Vayer de Boutigny, Conseiller du Roy en ses Conseils, & Maître des Requêtes » (Recueil, p. 57). Dans ces deux cas, les intitulés fournissent soit le nom d’un destinataire, soit, en cas de récriture ou de nouvelle publication, celui d’un dédicataire.
21 Lettres diverses, p. 97. Le texte de Corneille a été légèrement altéré à cause de la recontextualisation (cf. vers 223-224).
22 Lettres diverses, p. 95 et Polyeucte, v. 225-226 (avec de légères altérations).
23 Polyeucte, v. 227-228.
24 Lettres diverses, p. 107.
25 J’incline à penser que la version qui apparaît dans les Lettres diverses a été privée de la partie biographique figurant dans la préface de 1657 parce qu’elle n’a pas le caractère didactique de l’autre partie et qu’elle fournit des informations sur Le Bret dont certaines pouvaient être embarrassantes : par exemple l’allusion à son entrée dans la compagnie de Carbon de Casteljaloux aurait rappelé une partie de sa vie sur laquelle il a gardé une discrétion quasi absolue et ses remarques peu amènes à l’encontre du duc d’Arpajon pouvaient le faire soupçonner d’insolence à l’égard des Grands, insolence devenue compromettante puisque les Arpajon représentaient une des grandes familles du Languedoc.
26 Voir, pour ces deux actes, MC, ET/LXXXVII/569 et 571.
27 Lettres diverses, p. 262.
28 L’explication pour 1683 est donnée dans son son article (p. 115) et la date de 1684 est proposée dans son Histoire de l’imprimerie et de la librairie à Montauban (Montauban, Edouard Forestié, 1898, p. 219 : cet ouvrage est accessible sur Internet, Google Books). Je suppose que Forestié a remarqué qu’une lettre des Lettres diverses était partiellement présente dans Diverses lettres de controverses (1684) et que son interprétation (fautive, comme on va le voir) de la déclaration concernant l’Assemblée du clergé l’a conduit à conclure que la version de 1684 avait servi d’hypotexte aux Lettres diverses.
29 Lacroix, éd. cit., vol. I, p. 62 ; Alexandre Cioranescu, Bibliographie de la littérature française du dix-septième siècle, Paris, CNRS, 1966, II, p. 1221 ; Alcover, art. cit., 2004, p. 313.
30 Sur les quinze cas de doublets, il n’y a que deux lettres qui demandaient une attention particulière. Dans les treize autres cas, qui n’utilisent pas une lettre qui les précède ou une qui les suit, il n’y avait aucun risque de chevauchement (voir (1)-(27), 20-22, 25-26, 29-32, 153-163 (3 lettres consécutives), 167-172, 176-181, 194-213 (2 lettres consécutives), 265-273 (2 lettres consécutives formant le « cahier » Z). Restent les deux cas problématiques des lettres paginées 117-127 et 127-152. Tandis que dans les Lettres diverses les deux lettres sont consécutives, dans le Recueil elles ne le sont pas et, même, les pages 127-172 ont été utilisées avant les pages 117-127 : si l’on n’a pas recopié les six lignes qui finissent la lettre 117-127 ou si on les a recopiées et qu’elles aient été égarées, le prote n’avait plus le texte ou n’a pas su le relocaliser ; je ne suis même pas sûre que le prote se soit aperçu que le texte était incomplet… Le beau fleuron dont il a orné la page 62 est-il seulement ornementatif ou a-t-il pour fonction première de camoufler le bourdon ? La présence de motifs décoratifs à la fin d’autres lettres (p. 86, 88, 95, 102 et 116) interdit de répondre catégoriquement à cette question , mais il est sûr que le fleuron sauvait l’esthétique à défaut du sens.
31 Dans la Xe lettre (relative à Jurieu), Le Bret écrit « cela n’est que du dernier siècle », puis « qui n’est aussi que du siècle dernier » (Diverses lettres de controverses par Henry Le Bret Prevost de l’Eglise de Montauban. Dans lesquelles la Mission & la Doctrine des Auteurs de la Religion pretenduë Reformée, est examinée succinctement, & literalement condamnée par la sainte Ecriture, par les Conciles & par les peres des premiers Siecles de l’Eglise (Montauban, Samuel Dubois, 1684, p. 174).
32 Les errata des Lettres diverses fournissent 3 exemples de cette pratique : « p. 123, l. 16, ôtez la virgule aprez Minutius. », « p. 155, l. 20, mettez ne aprez nous. », et « p. 208, l. 22, mettez ipsi à la fin de la ligne precedente. ». Voir aussi la dernière correction de l’Errata de Diverses Lettres de controverses (1684) où on lit « p. 144. l. 10 : effacez, quoy qu’Eveque de Jerusalem ». Par contre, lorsque le mot lire/lisez est utilisé, il est en italiques, ainsi que les mots appartenant à une langue étrangère, sauf exception (voir plus haut ipsi).
33 Lettres diverses, p. 99 : je ne parle pas de la lettre originelle mais de la version qui en est donnée dans les Lettres diverses. Dans la préface de la Lune, le livre de Godwin est dit avoir paru « il y a douze ou quinze ans » (Etats et Empires de la Lune, Alcover 2000, p. 481). Cependant il est difficile d’établir avec une certitude absolue le temps de l’énonciation d’un texte de Le Bret à partir seulement des durées qu’il indique : dans le Recueil de 1692, la Carte du Tendre est dite n’avoir « pas moins de cinquante ans » ! (p. 84 ; dans les Lettres diverses, c’était vingt ans) : rappelons que la fameuse carte se trouve dans le premier volume de Clélie publié en 1654…
34 Lettres, p. 261-263.
35 Pierre Blet, Le Clergé de France et la Monarchie. Etude sur les assemblées générales du clergé de 1615 à 1666, 2 volumes, Rome, Presses de l’université grégorienne, 1959.
36 Pierre Blet, Le Clergé du Grand Siècle en ses assemblées (1615-1715), Paris, éditions du Cerf, 1995, p. 254 : cet ouvrage est un abrégé de la thèse citée dans la note précédente (voir aussi Le Clergé de France, op. cit., vol. II, p. 326-332 ; voir également le Procez verbal de l’Assemblée generale du Clergé de France […] es années 1665-1666 […] de Faget et Longuet, secrétaires, Paris, Vitré, 1666, p. 352-478.
37 Voir Camille Daux, Histoire de l’Eglise de Montauban, Paris, Bray et Retaux, 1881, t.  II, p. 76.
38 L’anathème du clergé n’impressionna ni le roi ni son avocat général. Quelques mois plus tard se tenaient les Grands Jours d’Auvergne où Denis Talon plaida avec son ardeur accoutumée contre le pouvoir de l’église : les curieux sont invités à lire le rapport si étonnamment modéré pour l’époque et si artistiquement formulé que nous a laissé, de ces assises extraordinaires, le futur évêque de Nice, Esprit Fléchier.
39 Dans sa lettre consacrée à la Poétique, Le Bret fait allusion à « Claudien qui vient d’estre si doctement commenté par M. l’Abbé Huet » (p. 13). Or la traduction de Claudien date de 1677 (dans l’exemplaire des Lettres de l’Arsenal, Huet est corrigé manuscritement en Pyron (la subordonnée relative ne figure pas dans le Recueil). Quant au « Sommaire de Prade, l’un de mes plus chers amis » (p. 204), il s’agit soit de l’édition de L’histoire de France depuis Pharamond jusqu’à Louis XIIII […] reduitte en sommaire, Paris Antoine Sommaville, 1651, soit de L’Abrégé de l’histoire de France, Paris, Antoine Sommaville, 1658 (cette dernière est une édition augmentée et corrigée de la précédente).
40 Lettre à Monsieur**** servant de Reponce à la Replique de Monsieur Lebret, touchant un passage de Tertullien contre Marcion, & un autre de Saint Augustin contre Adimantus Manicheen, s.l.n.d., p. 3) : toutes les répliques de Le Bret à Isarn, ainsi que la deuxième réponse de ce dernier, se trouvent dans un petit recueil à la Bibliothèque du Patrimoine de Toulouse [Br Fac (193)]. Il faut donc corriger et compléter la déclaration d’Elisabeth Labrousse selon laquelle « on ne connaît plus d’exemplaire » des échanges Isarn/Le Bret (Correspondance de Pierre Bayle, II, éd. Elisabeth Labrousse et al., Voltaire Foundation, Oxford, 2001, p. 398).
41 Voir Lettres diverses, p. 207.
42 Jules Chalande fournit les dates des différentes promotions de François Bertier dans son Histoire des rues de Toulouse, Monuments, institutions, habitants, Toulouse, 1919, 1927, 1929 / Marseille, Lafitte Reprints, 1982 (p. 452, n. 2) : ce faisant, il complète le Nobiliaire toulousain d’Alphonse Brémond (Toulouse, 1863, p. 99).
43 Entendre la partie qui n’est pas paginée entre parenthèses (voir supra, note 7).
44 Lettre de Le Bret à un avocat de Saint-Antonin au sujet d’un bénéfice ecclésiastique (Archives de Tarn-et-Garonne, G 915).
45 On imagine assez bien, par exemple, qu’une lettre concernant une invitation, proposée ou refusée, ait été retournée à l’envoyeur avec une réponse au verso.
46 Toutes les lettres qui contiennent des vers sont localisées dans les 110 premières pages du volume : aucune de ces lettres n’a été reprise dans le Recueil (voir p. 42-45, 49-50, 52-55, 55-56, 58-60, 60-61, 63-65, 71-74, 78-79, 87-91, 104-110).
47 Comme toutes celles qui se trouvent également dans le Recueil de 1692 (voir les sujets de ces lettres précisés plus haut).
48 Un de ses clers de Paris, courtier et probablement homme à tout faire, se nommait Jacques Besançon ; à Montauban, on retrouve dans des minutes signées par Le Bret la signature d’un écolier servant de témoin, Jacques Peleprat.
49 Il était d’usage de corriger à la plume, avant la lecture, les fautes les plus notables, celles qui apparaissaient dans les errata. C’est un conseil que donne explicitement, au lecteur, le libraire Pierre Targa dans les paratextes de La Victime d’estat (1649) et du Trophée d’armes héraldiques (1650) de De Prade.
50 Ce que j’appelle le « Contrains-les d’entrer » a pour titre Réflexions sur l’autorité qu’ont les rois, les princes et les magistrats chrétiens de contraindre à l’Unité de la Foi, leurs sujets rebelles & opiniâtres, du propre aveu de Calvin (Montauban, Raymond Bro, 1687 : exemplaire à la Bibliothèque municipale Antonin Perbosc de Montauban).
51 A titre d’exemple d’autocensure, citons les deux cas suivants : Le Bret a jugé bon de supprimer les deux lettres où il est question de Mr. de Bergerac, dont l’une contenait de surcroît un poème intitulé « éloge de la petite vérole », et il s’est bien gardé d’indiquer dans le Recueil de 1692 le revenu annuel de l’évêque de Rieux (cinquante mille livres de rentes) qu’il avait indiscrètement dévoilé dans les Lettres (p. 117). Pour ce qui est du public ciblé, non seulement les Parisiens ont totalement quitté la scène mais Le Bret précise les noms de certains notables du Languedoc présents à des évènements déjà mentionnés dans les Lettres : c’est ainsi que nous apprenons que les évêques Bernard de Marmiesse et Gilbert Choiseul Du Plessis-Praslin étaient les hôtes de l’évêque de Rieux en même temps que Le Bret.
52 Voir ma conférence de 2006 « A propos d’opium, de Le Bret et de Cyrano » à paraître dans Biblio 17.
53 Le Bret attribue sa visite à l’évêque de Rieux à l’honneur que ce dernier lui faisait de l’aimer et il ajoute : « Car je ne crois pas qu’il y ait personne dont l’accueil soit plus tendre, ny fasse meilleure chere à ses hostes & les contraigne moins que luy » (Lettres diverses, p. 118).
54 Mémoires de Messire Jean de Plantavit de la Pause […] I, 320, cité dans le Bulletin archéologique [  ] Tarn-et-Garonne, XXVI, 1898, p. 329.
55 L’accusateur, Robert Garrisson, justifie sa déclaration de la manière suivante : « Ainsi qu’en témoignent les Lettres curieuses, Montauban, 1683 ou 84 qui firent scandale et dont il se hâta de faire disparaître tous les exemplaires qu’il put arrêter. Voir E. Forestié, op. cit. », in Essai sur l’histoire du protestantisme dans la Généralité de Montauban sous l’intendance de N.-J. Foucault 1674-1684 (Publication du Musée du Désert en Cévennes, 1935, p. 110). On aura remarqué que le titre Lettres curieuses est erroné et qu’aucune référence précise n’est fournie : Garrisson n’a peut-être même pas lu l’ouvrage de Le Bret et il démonise ce dernier en extrapolant les remarques de Forestié. Il est regrettable qu’Elisabeth Labrousse ait pris pour argent comptant l’accusation de dénonciateur, gratuite, malveillante et partisane, lancée par Garrisson contre Le Bret (voir E. Labrousse, Pierre Bayle, 2e édition, Martinus Nijhoff, 1985, I, p. 198, n. 108).
56 Voir le texte de cet éloge dans les Appendices. En 2000, je me suis demandé si Le Bret pouvait avoir été syphilitique en lisant erronément « cette Deesse avec qui j’ai eu étant jeune des habitudes fort étroites » (éd. cit., p. XXV ; Lettres diverses, p. 108). Comme on l’aura compris, il s’agissait de la petite vérole et non de l’autre ; j’ai corrigé cette inexactitude dans les Errata du tirage de l’édition de 2006. Ma méprise a une explication : la description que Le Bret nous donne de son état physique dans une lettre précédente (« puis que trente-six hivers qui ont detruit le bel ordre de mes cheveux, des playes qui m’ont debilité, des soins qui m’ont decharné, des procés qui m’ont emporté le peu de belle humeur que j’avois, sonnent ma retraite également avec elle » [Lettres diverses, p. 68, datable de 1653-1654], m’a rappelé par association le poème intitulé Le pauvre malade, attribué faussement à Cyrano et qui dépeindrait l’état d’un syphilitique (voir ma réfutation ainsi que le texte de 1653 dans Cyrano relu et corrigé, Genève, Droz, 1990, p. 179-182, surtout p. 180).
57 Je reproduis dans les Appendices un sonnet en bouts-rimés publié en 1693 : Le Bret alors avait 75 ans.
58 Des actes notariés de Tarn-et-Garonne et les minutes des délibérations du chapitre de Montauban attestent qu’il était « docteur en droit », mais d’autres ne lui accordent que le titre de « licencié en l’un et l’autre droit », quoique tous les documents s’entendent sur l’université de Bourges. Quant à l’enrôlement de Le Bret à l’armée, rien n’autorise à présumer qu’il a cessé quand a cessé celui de Cyrano. Au contraire, une remarque spécifique de Le Bret sur le carême qui suivit la bataille d’Honnecourt [Honnecourt-sur-Escaut] (26 mai 1642) permet de conjecturer qu’il était encore en campagne sur les lieux en 1643 (Lettres diverses, p. 70-71).
59 Toutes ces informations sont développées dans mon étude citée en tête de ce travail. Quant à la période montalbanaise de Le Bret, elle est traitée dans un article séparé qui paraîtra en 2010 dans le Bulletin archéologique de Tarn-et-Garonne.
60 Troisième replique de Monsieur Le Bret prevost de l’Eglise de Montauban, à la troisième réponse qu’on luy a faite touchant un passage du quatriéme livre de Tertullien contre Marcion ; & un autre de S. Augustin contre Adimantus Manicheen.
61 La plus importante est un contresens du quarto concernant l’usage de la langue vulgaire : « pour la satisfaction de ceux qui ont plus de devotion à prier en Latin qu’en Français » (Latin et Français sont corrigés manuscritement en Français et Latin, p. 4 ) ; la version des Lettres diverses tient compte de la correction manuscrite (p. 220).
62 Bayle, Correspondance, op. cit., III, p. 58 (lettre de Pierre Bayle à Jacob Bayle datée du 28 août 1678).
63 Par exemple la demi-page consacrée à l’âge de Justin et de Tertulien est un pur galimatias et dans l’in-quarto (p. 13) et dans les L. D. (p. 237).
64 A titre d’information complète, je mentionne ici que Le Bret a brièvement mentionné en 1701 l’origine de la controverse dans son Récit : « jusque là qu’une question de controverse s’étant müe chez M. Pellot alors Intendant, le Ministre Claude eut défenses de s’y trouver pour en conférer avec ce Prelat [Pierre de Bertier] » (op. cit., p. 16). On notera que ces « défenses » ne sont pas mentionnées en 1684 dans Diverses lettres, ouvrage dont le ton est beaucoup moins aggressif que celui du Récit.
65 Lettres diverses, p. 187-194, et Diverses lettres de controverses, p. 49-56. La disparition, en 1684, du syntagme « si je ne me trompe », étaie l’hypothèse de l’antériorité de la lettre à l’abbé de Bertier publiée dans les Lettres diverses. On notera la désinvolture de Le Bret qui répéta à deux reprises une date fausse, 1602, une fois en exprimant une réserve, une autre fois catégoriquement. Les Œconomies royales de Sully, communément appelées Mémoires de Sully, auxquelles Le Bret renvoie, placent bien l’événement en 1600.
66 E. Labrousse a fait quelques remarques sur ces Diverses lettres dans la note 24, p. 398 du tome II de la Correspondance de Bayle, op. cit. ; je rappelle qu’elle ignorait l’existence des exemplaires in-4o (1676) de la bibliothèque de Toulouse.
67 Voir Les Satires de Boileau commentées par lui-même et publiées avec des notes par Frédéric Lachèvre. Reproduction du commentaire inédit de Pierre Le Verrier avec les corrections autographes de Despréaux (Le Vésinet/Courmenil, 1906, p. 102-103, Google Books) et Nicolas Boileau-Despréaux, Satires, éd. Charles-H. Boudhors, Société Les Belles Lettres, Paris, 1952, p. 275-276. Le nom de Perrault, associé à celui de Boileau, apparaît plus tard dans La deuxième promenade de Tempé (1693), où Le Bret désapprouve « qu’il [Boileau] ait affecté dans ses premières Satyres de nommer en mauvaise part tant de personnes qui meritent que l’on en parle avantageusement » et qu’il ait continué à le faire dans sa Xe satire. Le Bret ajoute qu’il approuve la réponse de « Perraut » : vu les dates, il s’agit là de la période de la fameuse Querelle des Anciens et des Modernes (p. 9 : un exemplaire de cette Promenade est reliée in fine avec le Recueil de quelques traitez et lettres sur differens sujets, <Montauban>, 1695 ; cet exemplaire, le seul connu, se trouve à la bibliothèque municipale de Montauban [F.L. 1422]).
68 Voici les vers 151 et 152 de Ménage :
Christine veut ouïr mes fresles chalumeaux
Et veut qu’en ses Vallons je garde ses Troupeaux.
69 Voir mon étude citée en tête de ce travail.
Haut de page

Table des illustrations

Légende Lettres divers, (Bibliothèque municipale de Montauban, fonds ancien)
URL http://dossiersgrihl.revues.org/docannexe/image/3450/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Recueil de 1692 (Bibliothèque municipale de Montauban, fonds ancien)
URL http://dossiersgrihl.revues.org/docannexe/image/3450/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Deuxième promenade de Tempe (1693)
Légende [Le Bret a affirmé que ces bouts-rimés étaient très anciens, mais il n’a pas révélé le nom de leur auteur].
URL http://dossiersgrihl.revues.org/docannexe/image/3450/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madeleine Alcover, « Sur les Lettres diverses d’Henry Le Bret, éditeur de Cyrano et prévôt de l’Église de Montauban », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie, mis en ligne le 02 mars 2009, consulté le 26 mai 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/3450

Haut de page

Auteur

Madeleine Alcover

Madeleine Alcover, de Rice University, est une grande spécialiste de Cyrano de Bergerac. Parmi ses nombreuses publications, elle est l’auteur de l’édition critique, désormais de référence, des Estats et empire de la lune et du soleil, tome 1 des œuvres complètes de Cyrano de Bergerac, parues chez H. Champion en 2000.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org