Navigation – Plan du site

Ce que Christian Jouhaud « fait avec les mots » : une lecture de Sauver le Grand-Siècle ?

Eric Méchoulan

Texte intégral

1Une des singularités de cet ouvrage tient au caractère expérimental de son propos : plutôt qu’une micro-histoire d’un valet de chambre de Louis XIV ou l’historiographie des domestiques de la cour des rois de France au xviie siècle ou encore l’examen critique de la fabrication du « Grand Siècle », il entend déplacer systématiquement ces manières d’entrer dans le passé, en commençant déjà par observer justement de multiples façons d’y entrer et d’en redessiner le paysage. La référence à Walter Benjamin, par laquelle se fait l’entrée même du livre, n’est, en ce sens, pas négligeable, car Benjamin a lui-même plutôt proposé aux historiens ce caractère nécessairement expérimental du rapport à l’Autrefois.

2Je voudrais donc commencer par noter rapidement ce qui inscrit cet ouvrage dans la « transmission » d’un héritage benjaminien1 : préférer la fêlure à la monumentalisation, la fragilité du vivant à l’embaumement des morts, telle est l’évidence dès la première page ; provoquer des rencontres inattendues entre éléments hétérogènes (par exemple, les mémoires d’un petit valet de Louis XIV, Marie Du Bois, et le grand Voltaire momifiant le siècle du Grand Roi, ou, plus généralement, rencontre du passé et du présent dans le creuset de textes divers), tel est l’enjeu de l’ouvrage. Il y a plus encore : le souci du détail révélateur plutôt que de la vue d’ensemble qui homogénéise ou harmonise trop ; le travail de montage ou de collage qui permet d’organiser ces rencontres, jusqu’à la pratique de la citation « brute » sans commentaire (faite justement pour « brutaliser » quelque peu le lecteur, l’amener à devenir actif, lui réserver en fait une place dans la transmission). Enfin, l’intérêt pour l’image : faire voir, montrer, sont les opérations à la fois que Christian Jouhaud fait apparaître chez Marie Du Bois et qui constituent sa pratique même — cependant, il s’agit d’une « image dialectique » au sens de Benjamin (comme l’indique en passant la citation de la note 15, page 218), autrement dit non seulement une image qui ne se résorbe pas dans le rapport d’un passé éclairant le présent ni d’un présent éclairant le passé, mais une image qui est produite dans la rencontre d’un Autrefois et d’un Maintenant formant une « constellation » ou une « dialectique à l’arrêt », or, ces images dialectiques, « l’endroit où on les rencontre est le langage », c’est bien pourquoi tout le travail de l’ouvrage consiste à « voir ce que Du Bois fait avec les mots » (p. 36, mes italiques). En effet, ce sont les énonciations mêmes qui prennent un relief saisissant grâce à l’attention soutenue de l’historien et permettent de saisir, dans l’éclat de tel ou tel moment de discours, un tableau, une scène, une posture sociale, un effet politique qui viennent nous toucher2.

3À partir de là, je voudrais simplement noter quelques effets de ces figures langagières, à commencer par des usages qui viennent scander l’écriture même de l’ouvrage. Je m’attarderai ainsi sur le « brouillage » (ou le « trouble »), sur la « continuité » et sur la « capture ». Ces termes soit sous forme verbale (souvent), soit sous forme nominale, n’occupent pas seulement des positions réifiées dans une valeur supposée, au contraire, ils forment les arêtes fragiles d’où l’on voit dévaler usages positifs et usages négatifs.

Les brouillages

4Ainsi, « la rencontre du passé dans sa vérité matérielle et monumentale et du passé travaillé par un imaginaire dont les figures vivantes traversent le temps » (p. 21), cette rencontre essentielle inverse en fait les ordres habituels de la référence historique et suppose une positivité du brouillage qu’elle suscite. Cela nous conduit,

[...] par le trouble qu’il provoque, à regarder, dans le texte d’histoire, s’entrelacer le passé et l’écriture qui le restitue (l’histoire et l’historiographie) comme l’événement d’une rencontre. (p. 21-22)

5Ce qui permet alors d’établir le mouvement recherché par l’historien dans le laboratoire de l’ouvrage :

L’expérience a d’abord consisté à brouiller le statut de ces textes en renversant le regard porté sur la position d’énonciation qu’ils étaient censés tenir à l’égard du référent historique. (p. 22)

6Le témoignage devient ainsi acte historiographique et les histoires écrites témoignent de la fragilisation du passé qu’elles représentent pourtant.

7Ce brouillage des limites classiques du rapport entre passé et présent suppose alors que soit rendu paradoxalement visible et le caractère nécessaire de ces limites et leur caractère nécessairement poreux : « dans chaque transmission d’un savoir sur le passé, ce trouble est transmis » (p. 208).

8Cependant, il s’agit de voir opérer également des usages inadéquats du brouillage. J’en discerne deux exemples. Le premier lorsque, face aux déplorations de certains historiens ou de littéraires sur la perte des éminentes qualités allouées au « Grand-Siècle » dans un présent marqué par l’oubli, Christian Jouhaud souligne que ces « positions brouillent les chemins d’accès au passé qu’elles invoquent » (p. 117). Le second, à propos des Camisards, dont les versions opposées des catholiques et des protestants s’ordonnent pourtant à partir d’une même construction de la légende, jugée utile pour les luttes du présent, avec pour effet d’effacer ou de brouiller les discontinuités,

[...] alors même qu’il n’y a de continuité historique, existentiellement et intellectuellement assumée (prouvable), que dans le dépassement de discontinuités que l’on réussit à situer. (p. 202)

9La juste traversée des frontières ne doit donc pas postuler une continuité aveuglément impeccable ou désespérément manquante (pesanteur idéologique d’un illusoire enchaînement des temps) ; elle doit, au contraire, positionner les discontinuités pour mieux appréhender les trajectoires mouvantes dont la saisie rétrospective peut, seule, établir la continuité sans escamoter les formations hétérogènes. Il ne s’agit pas de troubler les différences pour ne plus en percevoir que les retours identiques, mais bien de se sentir troublé par ces surgissements hétérogènes pour mieux sentir le fil tortueux, emmêlé, qui nous ramène à eux.

Les continuités

10Cela nous conduit au problème du continu. Après ces notations sur les Camisards, le chapitre suivant traite justement des « Frontières ». Son point de départ se trouve dans une clause d’un des testaments de Marie Du Bois où celui-ci demande d’abord à être enterré sous la tombe de ses parents, puis il ajoute :

[...] en cas que le corps de ma défunte chère mère ne fût pas du tout consumé [..] je veux que l’on ôte mon corps de mon cercueil et que l’on le pose dans celui de ma chère mère, pour reprendre ma première place dans son giron.

11Singularité qui relève d’« une sorte de folie, ou, pour le moins, le symptôme d’un délire œdipien », mais ce sentiment de l’historien, bien sûr anachronique,

[...] manifeste pourtant une rencontre directe, et même brutale, avec un passé qui revient malgré son extravagance, ou à cause d’elle [...] escarbille d’un présent ancien qui aurait réussi à trouer le temps et s’y perdre intact. (p. 206)

12Ce désir singulier, stérile pour l’interprétation de l’histoire dans son caractère de hapax, n’en constitue pas moins une rencontre avec l’événement du passé rendu ainsi encore plus présent. Dans le montage opéré par Christian Jouhaud, ce n’est sans doute pas un hasard si apparaît alors un texte de Michel de Certeau, à la fois en ce qu’il porte sur le problème du continu et du discontinu en histoire, mais aussi parce qu’il traite des rapports (ou des non-rapports) entre psychanalyse et histoire3.

13Christian Jouhaud reprend deux distinctions que propose Michel de Certeau. La première touche les stratégies temporelles opposées de l’historiographie et de la psychanalyse : pour celle-ci le passé revient dans le présent et l’explique, pour celle-là le passé est radicalement séparé du présent qui a pour tâche de l’expliquer.

L’une est à la recherche du « mort qui hante le vif », alors que l’autre établit une frontière qui « traverse, d’une part, la pratique, où l’appareil de la recherche se distingue du matériau traité et, d’autre part, la mise en scène scripturaire, où le discours du savoir interprétatif domine le passé représenté, cité, su » [...] si la séparation de l’appareil de la recherche et du matériau passé est bien une condition sine qua non pour la production d’un savoir historique, la domination du passé représenté par le savoir interprétatif, jouée dans la « mise en scène scripturaire », laisse pénétrer, dans la citation du passé, des présences insues [mes italiques, e.m.] traversant dans l’écriture les opérations intellectuelles qui devaient leur faire barrage. (p. 207, avec les citations de Psychanalyse et histoire, p. 85-87).

14Il y a bien, pour Michel de Certeau, deux niveaux hétérogènes : le premier, plutôt neutre (le verbe utilisé est « distinguer »), différencie simplement un appareil de recherche et un matériau ; le second, plus marqué idéologiquement (le verbe est « dominer »), oppose le discours de savoir présent et la représentation du passé su. On confond souvent les deux et il est d’usage de considérer avant tout la production du savoir historique « scientifique », non seulement dans sa séparation d’avec le passé devenu radicalement étranger, mais aussi dans l’incapacité pour ce passé à se dire lui-même au moment où il surgit. Rappelons peut-être un texte exemplaire, même s’il est déjà ancien :

Il faut sans doute qu’une époque se soit suffisamment détachée de nous et de tous les liens d’actualité vivante, qu’elle ait basculé et séjourné le temps voulu dans le pourrissoir, tout comme certaines préparations anatomiques, pour révéler sa structure profonde4.

15Malgré la reconnaissance d’une césure indispensable entre l’appareil objectivant le la recherche et le matériau étudié, Christian Jouhaud n’en souligne pas moins que l’actualité vivante du passé peut encore nous toucher, que l’écriture du passé elle-même est susceptible de produire des actions dans notre présent et que, au moins sous la figure d’un « insu », ce passé que l’on croyait resté dans le pourrissoir du temps s’avère brouiller les frontières historiques de notre « Maintenant ». À l’appareil de médiation se conjoint ainsi la pointe troublante de l’immédiat. Si le rapport aux morts et à leur présence apparaît si soigneusement thématisé dans ce début de chapitre, jusque dans le trouble qui touche la frontière du passé et du présent, c’est peut-être que, sous cette référence à de Certeau, l’insu est à l’historiographie ce que l’inconscient est à la psychanalyse : une production de présence5.

16Il est donc important de bien mesurer les formes de continuité et de discontinuité impliquées par le travail de l’historien et ne pas cacher les éclats de discontinu sous l’appareil de la recherche ou ne pas oublier la continuité des affects et des présences sous l’étrangeté radicale du passé par rapport à notre présent. C’est en quoi je discerne dans cet ouvrage un caractère atypique dans la production de savoir habituelle parmi les historiens.

Les captures

17Il ne faudrait pas, néanmoins, ramener ces usages à une histoire uniquement occupée par ces éclats de temps. C’est aussi une façon de « capter » d’autres procédures d’écritures d’actions socialement engagées. On voit comment des récits d’action deviennent la forme de transmission nécessaire pour livrer à d’autres (ses enfants) à la fois des compétences et des « dignités » acquises en quelque sorte sur le terrain, gagnant ainsi un statut « quasi juridique6 ». En ce sens, l’attention tournée vers la forme plutôt « littéraire » du récit n’éloigne pas de l’histoire sociale des actions. On y trouve plutôt une autre manière de nouer le dialogue toujours compliqué entre histoire du littéraire et histoire culturelle et sociale.

18La force du texte de Du Bois tient justement à sa capacité à capturer quelque chose de ce qu’il voit, entend ou fait et de parvenir à le transmettre. Loin de l’opération monumentale des historiographies ordinaires, il transmet un « Grand-Siècle » dans ses fragilités et ses troubles justement parce qu’il parvient ici ou là à faire voir des éclats de temps. C’est ce que Christian Jouhaud, à sa manière, capte en dissociant une capture passive d’une captation active  :

Retrouver au sein d’une écriture, et de près, la trace de ses pratiques, inséparablement scripturaires et sociales, ne conduit pas, me semble-t-il, à regarder le texte qui nous reste comme vestige d’un passé passivement capturé dans les mots, mais bien plutôt comme vestige d’une production qui a survécu jusqu’à nous, d’une action de produire le passé — d’une historiographie donc7 — en partie ruinée et pourtant active. (p. 37)

19Cette production active, l’historien doit aussi la faire apparaître, au besoin par une certaine violence (sur laquelle je reviendrai pour finir) :

Repérer et découper ainsi les politiques de Marie Du Bois dans les visions que son écriture induit revient certainement à faire violence à son texte et à ses intentions [...]. Le geste, toutefois, n’est pas très différent de celui de photographier le détail d’un monument ou d’une ruine, de capturer une image qu’une vue d’ensemble, ou la reconstitution des usages passés, ne pouvait laisser voir. (p. 38)

20Au passé passivement capturé dans les mots s’oppose cette image activement capturée dans un détail. La vue d’ensemble homogénéise le paysage en mettant à distance l’historien, le détail le plonge au contraire dans l’hétérogène et le vif en le collant au passé. La capture est double : celle qui provient du geste de l’historien qui fait, en quelque sorte, un zoom avant pour projeter un détail en gros plan et celle qui — en retour ou par avance ? — surgit du texte de Du Bois dans sa capacité à « faire image » et à saisir sur le vif un instantané inattendu.

21On peut en prendre un exemple. Marie Du Bois, montant vers l’église du Mont-Valérien, découvre le spectacle d’un calvaire avec les croix :

La narration, confondant le temps de la représentation (le calvaire installé par les Pères) et celui du représenté (la Passion), rejoue une captation qui manifeste cette confusion des temps [...]. La temporalité fugitive d’une prière faite “tenant les resnes de la bride de mon cheval dans mon bras gauche” se dilate dans le temps évangélique de la Passion8. (p. 57)

22Il est intéressant que cette capture d’un moment soit caractérisée par un dédoublement, ou plus précisément, une « dilatation9 » des temps où ce qui est actuel prend une figure particulièrement troublée et troublante :

Au moment où nous quêtons une présence historique [...], où nous travaillons à reconstituer et à comprendre un ethos perdu, nous sommes saisis par un pathos actuel. Et ce pathos s’impose sous l’action d’un détail qui est un effet de vérité de l’ethos recherché : une manière de tenir son cheval [...]. Le résultat produit est alors de nous capter  dans la temporalité d’une expérience au lieu de nous laisser l’interpréter, de nous laisser capter dans notre propre discours de connaissance l’expérience racontée. (p. 58-59)

23Il ne faudrait, pourtant, pas croire que nous nous situerions ici en deçà de l’interprétation, dans une sorte d’immédiateté pathétique, où l’historien malgré son savoir et l’appareil de sa recherche se trouverait happé par l’image du passé. Il est évident que ces détails demandent justement tout un savoir : la plupart de ceux qui sont ainsi disposés sous notre regard ont bénéficié du microscope de l’historien qui en a senti la pertinence. Il faudrait parler de processus d’immédiation plutôt que d’immédiateté.

24Ce regard tout à coup arrêté et insistant est justement celui qui permet une traversée des âges et une dilatation temporelle, rejouant à sa manière l’image dialectique benjaminienne, une « dialectique à l’arrêt ». Cela demande peut-être aussi une certaine violence, comme on le retrouve avec une référence à Pierre Charpentrat, un historien de l’art important dans le propos de l’ouvrage : « Charpentrat utilise frontalement la littérature comme instrument d’analyse, apte à brutaliser le passé de manière à mieux le capter dans le disparate d’une présence désordonnée et donc vivante » (p. 229). Il ne semble pas exister de capture pacifique et douce, même si ce qui est capté peut apparaître parfois d’une grande douceur (ainsi des rapports entre Marie Du Bois et son fils au hasard de quelques brèves notations). En tous les cas, le passé ainsi brusqué offre un mode de présence dont la vie semble tenir justement à son caractère désordonné (« présence désordonnée et donc vivante »), comme si à l’opposé des tranquilles entrées monumentales que proposent maintes historiographies du Grand-Siècle, le désordre permettait de retrouver à la fois la fragilité de l’existence et la présence vivante du passé.

Violence et fragilité

25Pour finir, il faut revenir sur cette double dimension de fragilité et de violence. La citation de Pierre Charpentrat en a déjà fait mesurer l’usage, mais l’ouverture même de l’ouvrage l’avait explicitement thématisée avec l’image de la brèche.

26En effet, pour caractériser les façons d’entrer dans le « Grand-Siècle », Christian Jouhaud utilise élégamment la figure des portes d’une ville, tantôt monumentales et ouvragées par le pouvoir (pouvoir du passé organisant ainsi sa réception dans la postérité ou pouvoir des savants configurant un passé grandiose), tantôt poternes obscures et subreptices que dénichent les historiens ou que laissent entrouvertes les hommes du passé — mais il ajoute qu’une autre façon consiste, comme Louis XIV en 1660 avec Marseille rebelle, à forcer les remparts et passer par une brèche à la façon dont on envahit une ville ennemie. Or,

[...] on pense avec enthousiasme à ouvrir des brèches, et puis on passe par les portes, l’œil aimanté par ce que l’on entrevoit de l’autre côté. Même si l’on a un peu honte de ne pas avoir inventé de brèche, il n’est pas inutile de faire halte pour regarder les portes au moment d’entrer. (p. 27)

27Jusqu’alors l’auteur n’avait pas hésité à dire « je », voici qu’il se glisse ici sous un « on » dont on ne sait plus s’il désigne l’historien en général, celui qui est plus curieux que les autres, ou simplement l’auteur rêvant de faire son Louis XIV avec un passé décidément rebelle, puisqu’il oppose les barricades chaotiques de ses ruines au désir d’explication du savant. Faut-il vraiment avoir « honte » de ne pas avoir créé sa propre brèche ? Devrait-on rechercher avec « enthousiasme » cette violence militaire pour mater le passé ennemi ?

28Cependant, l’auteur n’a pas fait de brèche ; il s’est contenté d’une de ces poternes obscures — les Mémoires de Marie Du Bois — pour entrer à son tour et déambuler dans le « Grand-Siècle10 ». Il n’en demeure pas moins que la violence demeure bien présente, même s’il s’agit de mesurer la fragilité du passé et d’être attentif aux petites singularités de ce qui nous a été transmis, aux manières par où ce texte parvient à nous faire voir ce qui s’est passé.

29L’ouvrage de Christian Jouhaud cherche en effet à faire voir à son tour ces bribes du passé même lorsque ce que décrit Marie Du Bois dépasse peut-être exactement ce qu’il pouvait clairement dire. Ainsi, de la violence subie par le jeune dauphin et sur laquelle le roi demeure aveugle, ou de l’injustice subie par Du Bois lui-même, accusé d’avoir volé son souverain, ou enfin de cet ultime rire de son maître, ce sont autant de microscopiques fêlures dans la relation intime et forte de service. Cette impression de « rupture intime » (p. 307) que lit Christian Jouhaud dans les détails de ce qui est mis en récit par Du Bois, est-ce une violence inutile faite aux intentions des Mémoires ou à l’inverse la force d’un affect qui vient troubler légèrement la trame prudente du discours savant ? Autre type de capture : « Le témoin de son temps qui nous captait dans l’expérience d’une temporalité par une puissante capacité à faire voir devient témoin de lui-même, non plus dans l’éclat de telle séquence (comme celle du Mont-Valérien), mais par l’évocation indirecte de la dissonance éprouvée et ressaisie par l’évocation indirecte de la dissonance éprouvée et ressaisie par l’écriture (qui, probablement, l’euphémise en la formalisant) » (p. 307).

30C’est donc bien ce qui se transmet à l’insu de celui qui, pourtant, écrivait en témoin de son temps, que réside peut-être la fêlure la plus violente — cet insu senti, cette expérience sociopolitique exprimés indirectement11 dans des récits d’expérience, encore faut-il que l’historien puisse s’y rendre sensible, loin des statistiques monumentales, des hautes théories de l’action politique, des grands événements de la nation, toutes ces portes aux gonds bien huilés et à la patine du temps soigneusement mise en valeur. Telle est sans doute une des grandes réussites de cet ouvrage : les chocs et les rencontres à la violence calculée permettent aussi de nous rendre plus sensibles aux minuscules fêlures par où le passé revient et nous touche, plus fort justement de sa fragilité.

Haut de page

Notes

1 Héritage réinvesti avec finesse et non lourde reprise ou application de thématiques à la mode (sur la mémoire et l’oubli par exemple). Cela me semble typique, depuis le premier livre sur les Mazarinades, du travail de Christian Jouhaud de ne pas faire d’ouvrages ouvertement épistémologiques, mais dans le mouvement même de sa marche effective dans le passé de tourner aussi notre attention, avec discrétion et obstination, vers sa démarche d’historien.
2 On pourrait trouver aussi une réappropriation des travaux de Michel de Certeau à qui il est également fait référence, que ce soit du côté de l’expérimentation ou du détail, par exemple : « L’histoire [...] intervient sur le mode d’une expérimentation critique des modèles sociologiques, économiques, psychologiques ou culturels » et « chaque véritable historien reste un poète du détail et joue sans cesse, comme l’esthéticien, sur les mille harmoniques qu’une pièce rare éveille dans un réseau de connaissances » (L’Écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, p. 93), mais aussi du côté de l’examen des frontières et des limites (« L’historien s’installe sur la frontière où la loi d’une intelligibilité rencontre sa limite comme ce qu’elle ne cesse d’avoir à surmonter en se déplaçant », p. 99), ainsi que des formes d’énonciation elles-mêmes (« le discours historique est la représentation privilégiée d’une “science du sujet” [...] — mais avec une mise en scène des relations qu’un corps social entretient avec son langage », p. 120).
3 Je me permets de coller, sans commentaire, ce passage d’un autre chapitre de ce même ouvrage sur psychanalyse et mystique : « Pour esquisser une articulation entre ces deux expériences et la relation qu’elles entretiennent avec l’institution, il me semble trouver une entrée par la révélation schrebérienne, à tant d’égards voisine de la mystique. Pendant cette “unique nuit” en l’an 1894 sonnait [...] une “puissante voix de basse” disant au président : Luder, c’est-à-dire “carogne”, “charogne”, “salope”, ou plutôt, car il y a quelque chose de familier dans l’injure : “pourriture !”. Ce mot, je propose de le méditer, ce qui veut dire, selon Madame Guyon, l’avaler. Il s’est imposé, advenu dans l’entre-deux de la mystique et de la psychanalyse, sans qu’il soit justifiable autrement que par ce qu’il peut produire ici et là : une “formule” entendue, un “petit morceau de vérité” — un éclat de quoi ? », Michel de Certeau, Histoire et psychanalyse entre science et fiction, Paris, 2002, Gallimard, « Folio », p. 221.
4 Fernand Braudel, « L’histoire, mesure du monde », conférences de 1943-44 reprises dans Les ambitions de l’histoire, Paris, Éditions de Fallois, Le livre de proche, 1997, p. 48-49 (mes italiques).
5 Peut-être n’est-il pas indifférent non plus de voir la différence importante que fait Christian Jouhaud entre sujet de l’énonciation et sujet de l’énoncé, où intervient l’intentionnalité de la transmission, provenir d’une conférence de Jacques Lacan (p. 39).
6 « Le récit est seul à même de montrer comment tenir ensemble les éléments volatils d’un savoir-faire particulièrement délicat » (p. 64). « Mais cette impalpable et incodifiable autorité ne peut se formaliser et se transmettre comme modèle que dans des récits d’action qui la mettent en scène. [...] Il dispose d’une force reconnue dans le danger par ses pairs et ses supérieurs, mais qu’aucun statut ne reconnaît ni ne codifie. C’est qu’il transpose dans un territoire une force gagée sur un ailleurs. La production de cette force dans un récit prend ainsi une valeur quasi juridique [...]. Le récit transmet une expérience et conserve la trace d’une reconnaissance qu’aucun acte juridique ne décrit. Cette opération passe par la mise en représentation dans un récit des effets de la mise en action de cette force spécifique » (p. 264).
7 Notons au passage une définition de l’historiographie : « action de produire le passé ».
8 À noter aussi le fait que cette présence singulière se joue dans un rapport à la théologie de la Présence.
9 Vocabulaire où l’on entend soudain Bergson qui permet justement de penser temps et mémoire comme durée plutôt que comme découpage d’un temps spatialisé.
10 Si le titre dénonce ce qu’il semble annoncer (par le point d’interrogation et le trait d’union qui sont autant de ce que Rousseau appelait des « points d’ironie »), il y a bien néanmoins un désir apparent de salut, non celui du « Grand-Siècle » patrimonialisé de façon aujourd’hui lourdement idéologique pour construire des identités inventées, mais celui d’expériences sociopolitiques vécues par des sujets dans un passé qui peut encore venir nous toucher par son hétérogénéité même.
11 Indirectement, ce livre nous propose ainsi une conception de la communication indirecte et une façon d’en lire les formulations sur les limites brouillées de ce qui est clairement énoncé. On pourrait ici penser à la réflexion d’un étrange philosophe qui a beaucoup compté pour Benjamin, Søren Kierkegaard, qui, concevant que « l’existence n’est pas sans pensée, mais dans l’existence la pensée se trouve dans un medium étranger » (Post-Scriptum aux miettes philosophiques, trad. Paul Petit, Paris, Gallimard, 1949, p. 222-223), saisit alors que « la forme de la communication est quelque chose d’autre que son expression. Quand la pensée a trouvé, dans le mot, son expression verbale correcte, résultat qui est atteint par la première réflexion, alors vient la seconde réflexion. » (p. 50) Celle-ci porte sur le rapport même de la communication à l’émetteur et elle restitue le propre rapport de l’émetteur existant à l’idée. L’énonciation n’est plus cet étiquetage des sentiments, des choses ou des concepts, mais l’élément même du rapport que chaque sujet entretient avec ce qu’il dit et ce qu’il est. De la même façon que la lumière, pour rendre visible, a besoin de tout un étagement d’ombres, il y a comme une nécessité de cette ombre portée de la singularité sur l’écriture du vrai. L’énonciation n’est plus ce qui doit disparaître, ce qu’il faudrait oublier pour que la communication du message ait lieu, mais au contraire c’est le lieu par où la pensée apparaît dans le medium étranger de l’existence. L’énonciation fait alors effet de communication indirecte car, pour Kierkegaard, une illusion ne peut être détruite directement.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Méchoulan, « Ce que Christian Jouhaud « fait avec les mots » : une lecture de Sauver le Grand-Siècle ? », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2009-01 | 2009, mis en ligne le 16 avril 2009, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/3491 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.3491

Haut de page

Auteur

Eric Méchoulan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org