Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Historien spécialisé dans l’analyse de l’écriture comme pratique politique au xviie siècle avec son livre sur les mazarinades (Mazarinades. La Fronde des mots, 1985) ou de l’interrelation entre littérature et pouvoir (Les pouvoirs de la littérature, 2000), Christian Jouhaud a toujours travaillé en marge des disciplines traditionnelles, transgressant les compartiments commodes dans lesquels historiens et littéraires ont coutume de ranger séparément les objets de leurs recherches. Son nouveau livre s’inscrit dans cette perspective transdisciplinaire en la prolongeant dans une dimension à la fois mémorielle et épistémologique. Ces deux axes de réflexion apparaissent déjà dans la présentation graphique de l’objet de sa réflexion, le « Grand-Siècle », où les majuscules convenues « soulignent la solennité d’un objet dont la désignation ne saurait être que solennelle », tandis que le trait d’union, insolite, renvoie à la mise en relation discontinue entre le savoir historique et l’urgence du présent proposé par Walter Benjamin, « à l’hypothèse, et a l’espoir, de la fêlure benjaminienne » (p. 8). Et l’entreprise de sauvetage du passé qu’annonce le titre, s’inspirant de la conviction qu’il est menacé « d’une mort par étouffement » (p. 7), renvoie à la conviction de Benjamin, citée en exergue, selon laquelle « la catastrophe » qui menace les phénomènes historiques serait « une certaine façon de les transmettre en les “célébrant” comme patrimoine »1. La référence au grand philosophe allemand fonde une perspective novatrice par laquelle le livre de Jouhaud devrait faire date dans la recherche sur le xviie siècle aussi bien que dans le débat actuel sur la production et la fonction des « lieux de mémoire ».

2Dans cette perspective, le xviie siècle, devenu « Grand-Siècle », ce « monument historiographique de l’identité française » (p. 8), apparaît comme figé dans les représentations qui l’ont construit et qui le transmettent comme patrimoine. Depuis quelque temps déjà, il est courant dans la critique de mettre en évidence les omissions, les simplifications ou les contradictions des discours scientifiques et institutionnels qui opèrent cette transmission officielle, ces opérations de réduction voire de mystification étant le préalable nécessaire de la conversion de phénomènes historiques et culturels hétérogènes en patrimoine2. Or, le propos de Christian Jouhaud ne se restreint pas à une telle entreprise de déconstruction du discours dominant, nécessaire mais insuffisante dans la mesure où cette entreprise ne rend pas a priori plus vivants les objets et les références historiques et culturels figés. Il paraît évident que le discours mémoriel construit un référent historique vide, dont le sens est constitué non pas par les significations qu’on pourrait lui attribuer, mais par sa fonction mémorielle. Une formule de Roland Barthes à propos de La Bruyère dégage de manière pertinente l’effet de sens produit par la codification institutionnelle du xviie siècle : « C’est une image familière qui ne nous concerne pas » (cité p. 14). En effet, ce passé, transmis comme un mythe, devenu lieu de mémoire, nous reste proche, mais il n’acquiert pas de présence réelle, emmuré dans sa signification mémorielle, restant identique à soi-même, comme « une entité transtemporelle présentifiée dans la permanence supposée d’une valeur patrimoniale » (p. 7). Quelle que soit la perspective d’appropriation qui le construit, on sait depuis toujours ce que représente ce passé, ses significations étant garanties par un discours mémoriel et institutionnel immuable.

3Cette problématique concerne l’appropriation individuelle aussi bien que la recherche. Celle-ci, aussi innovatrices que soient ses prétentions, reste déterminée par le statut mémoriel du xviie siècle. Elle peut élargir son champ, changer les relations entre les aspects pris en considération ou leurs contextualisations, mais elle ne peut pas ne pas les considérer comme des éléments d’un patrimoine à valeur nationale. Prenons un exemple qui pourrait entrer dans l’éventail des exemples que propose Christian Jouhaud. En 1940, Daniel Mornet publie une Histoire de la littérature française classique qui élargit le domaine de la littérature vers une histoire culturelle, avec l’intention déclarée de dépasser les stéréotypes nationaux et culturels dont pâtit le xviie siècle. Afin d’entrer dans son objet, Mornet se propose « de vivre la vie intellectuelle que j’aurais vécue, si j’avais été un honnête homme moyen entre 1660 et 1700 ». Mais s’il a l’intention – entreprise assez naïve d’un point de vue herméneutique – de se situer, par ce voyage imaginaire dans le temps, au delà des discours postérieurs qui ont forgé le « siècle classique », il constate dès le début que « dans ce long et minutieux voyage, je n’ai trouvé aucune raison de réhabiliter des oubliés et des dédaignés ». Ainsi, les « caractères véritables » aussi bien que les « aspects inconnus » de l’époque (annoncés par le sous-titre du livre de Mornet) confirment le discours dominant sur ce que Christian Jouhaud appelle une « citadelle historiographique française » (p. 28). Celle-ci paraît ainsi bien inexpugnable, soutenue même par la vision totalisante à laquelle prétend la reconstruction de la vie littéraire qu’il propose.

4Aussi bien, l’artifice de Mornet pourrait servir comme exemple illustre pour la métaphore qui forme le point de départ de la réflexion sur le xviie siècle qu’entreprend Christian Jouhaud, celle des « entrées ». La signification de cette métaphore est illustré – comme il se doit – par l’exemple de Louis XIV, entrant en 1660 dans la ville naguère rebelle de Marseille non pas par les portes décorées à cet effet, mais par une brèche qu’il fait faire dans les fortifications de la ville. L’historien qui veut entrer dans le passé devrait, selon Jouhaud, s’inspirer de cet exemple et « faire semblant de négliger les portes que le passé a construites » (p. 26). En ce sens, on pourrait considérer l’entreprise de Mornet comme un exemple pour les pièges que tend une tradition figée et dont le sens est immuablement codifié. Prétextant d’une volonté de renouvellement de l’imaginaire traditionnel du xviie siècle, il ne fait que rouvrir les portes majestueuses installées depuis longtemps à l’entrée de ce siècle: « On pense avec enthousiasme à ouvrir des brèches et puis on passe par les portes, l’œil aimanté par ce que l’on entrevoit de l’autre côté » (p. 27). Si la volonté d’innovation aboutit sur une affirmation de ce que l’on sait depuis toujours, cet exemple donne la mesure des écueils que doit affronter toute réflexion qui a l’intention de se libérer de la codification traditionnelle.

5Conscient de la force d’attraction du discours mémoriel dominant mais aussi du côté illusoire de toute reconstitution ‘alternative’ du passé, même si elle provenait de la volonté d’ouvrir une "brèche" toute nouvelle, Jouhaud s’en tient à une position pour ainsi dire métacritique, celle d’observer et d’analyser une série d’« entrées » tout différentes dans le siècle, mélangeant et croisant leurs façons de construire un champ historique et culturel: « Même si l’on a un peu honte de ne pas avoir inventé de brèche, il n’est pas inutile de faire halte pour regarder les portes au moment d’entrer » (p. 27). Cette série d’études de cas est structurée par deux décisions méthodologiques. L’une, explicite, consiste à « brouiller le statut de ces textes » (p. 23) en considérant d’un côté un texte traditionnellement considéré comme l’un des nombreux témoignages sur le siècle, les mémoires de Marie Du Bois, petit noble et valet de chambre du roi, comme un texte historiographique (plus précisément comme un « témoignage sur sa pratique d’écriture comme réalité historique, à la fois action vive et historiographique », p. 24). De l’autre côté, un florilège de textes historiographiques est examiné « comme des témoignages sur l’écriture et la fragilisation de l’histoire » (p. 24). La désignation de cette série de textes comme historiographiques est volontairement conçue dans un sens très large, leur éventail comprenant entre autres Le siècle de Louis XIV de Voltaire, la reconstruction du cas des Possédés de Loudun par Michel de Certeau, des textes commémorant le tricentenaire de la naissance de Pascal en 1923 aussi bien que des récits de la conversion de Rancé (Chateaubriand, Brémond…) ou la transmission orale et historiographique de la mémoire du Désert protestant des Cévennes. La deuxième décision méthodologique, plus implicite, consiste en un regroupement thématique de l’analyse de ces deux types de textes sous des sujets globaux, indiqués dans le titre des chapitres (« Voir ? », « Commémorations », « Envers » etc.) et parfois expliqués dans les premiers paragraphes du chapitre. Jouhaud justifie cet ordre des analyses par l’intention de « saisir ensemble, dans chaque chapitre, le témoin Du Bois comme un historiographe qui trace sa route dans son temps en le construisant comme horizon de son récit, et des historiographies en tant qu’elles portent témoignage sur ce que c’est qu’entrer dans le passé, dans un passé déterminé, à la fois visé et déjà là » (p. 28). Il construit ainsi une série d’études de cas qu’il ne prétend nullement systématiser par un discours explicatif et qui n’a de cohérence que dans les indications thématiques que fournissent les différents intitulés des chapitres.

6L’intention de lire les textes à rebours, renversant le statut qui leur est attribué traditionnellement, permet de les sortir des casiers traditionnels qui déterminent leur signification et de faire apparaître ce qui leur est commun, leurs stratégies très diverses si ce n’est contradictoires d’opérer une transmission du passé à leur présent. Cette lecture souligne la singularité des différentes configurations d’expériences du passé auxquelles l’on se voit confronté dans leur altérité et dans leur écart. Par ailleurs, elle fait ressortir tout particulièrement la force persuasive de celle de Du Bois, dont le pouvoir d’écriture aurait pour résultat « de nous laisser capter dans la temporalité d’une expérience au lieu de nous laisser l’interpréter » (p. 59). L’opération historiographique consiste en une fragmentation volontaire du champ textuel qui constitue la matière de cette réflexion. Le choix méthodologique de Jouhaud néglige par ailleurs volontairement les hiérarchies traditionnelles qui ordonnent le champ textuel du xviie siècle et veut mettre en évidence la « fêlure » dans la transmission du siècle (sur laquelle insiste la conclusion, p. 311 ss.) à travers la diversité contradictoire des textes pris en considération. Malgré le lien thématique qui les réunit, ceux-ci s’imposent par la singularité de leur volonté de remémoration et de transmission spécifique. De cette structure de l’analyse se dégage implicitement l’impossibilité de réunir le champ textuel sous le dénominateur commun d’un de ces ‘grands récits’ si chers à l’historiographie comme à l’histoire littéraire du xviie siècle.

7Cette structure ne provient pas d’un jeu déconstructiviste répandu, tendant à démontrer l’impossibilité d’attribuer des significations stables à des objets textuels. Elle se justifie par un scepticisme herméneutique inspiré, comme le montre l’introduction du livre, par Walter Benjamin. Jouhaud ne s’en explique pas de manière détaillé dans son livre, mais dans un débat sur celui-ci, il renvoie explicitement aux réflexions méthodologiques que contient le « Livre des passages » (Passagen-Werk), ce grand monument, fragmentaire et fragmenté, de la recherche historique et de la réflexion philosophique de Benjamin sur le xixe siècle. Dans ce débat, Jouhaud cite un passage ou Benjamin relie le procédé de montage surréaliste avec une conception marxiste de l’histoire (« découvrir dans l’analyse du petit moment singulier le cristal de l’événement total ») afin de légitimer la collection de fragments qui constitue son « Livre des passages »3. Il y aurait intérêt par ailleurs de prolonger cette référence par une autre métaphore méthodologique de Benjamin, celle du chiffonnier (très baudelairien en l’occurrence) qui collectionne et montre les déchets de l’histoire afin de les utiliser sans aucune prétention totalisante4. Cette figure apparaît dans différents fragments du "Livre des passages" ainsi que dans la première version des études sur Baudelaire. Elle a fasciné Benjamin comme fait sociologique aussi bien que comme construction épistémologique et renvoie sur le plan méthodologique à une autre posture chère à Benjamin, celle du collectionneur. Dans l’introduction à son essai sur le collectionneur Eduard Fuchs, Benjamin a caractérise l’attitude du collectionneur comme une réponse pratique aux apories auxquelles se voit confronté la théorie de l’histoire du matérialisme historique lorsqu’elle veut rendre présent le passé5. Dans ce sens, on pourrait dire que Jouhaud collectionne un matériau qui, bien que regroupé selon des critères thématiques, reste disparate, mais qui peut être utilisé afin de mettre en évidence, par l’hétérogénéité même de ses transmissions du passé, les différences fondamentales des appropriations du xviie siècle et fragilise ainsi un lieu de mémoire culturel et idéologique par excellence.

8Dans une réflexion théorique sur la question de la frontière entre passé et présent qui traverse les textes qu’il étudie, Jouhaud emploie pour une fois lui-même la notion de "fragment" pour décrire son champ textuel: « […] je me propose de mettre en perspective des fragments de passé saisis par ces historiographies et ces historiographies elles-mêmes saisis comme fragments du passé » (p. 209). Avec le caractère fragmentaire de son champ de recherche, il souligne aussi son ambivalence. Car si le travail historiographique comme la transmission du passé présuppose l’établissement d’une frontière entre présent et passé, cette frontière est en même temps traversée par le fait que, dans les discours qui le transmettent, le passé peut devenir présence. Au centre de l’interrogation se trouve la question de la relation entre passé et présent, la manière par laquelle, par des stratégies de transmission ou d’annexion, le passé acquiert une présence. Pour Jouhaud, c’est cet effet de présence rendu possible par une écriture – et non pas par l’accumulation d’un savoir ou l’affirmation plus ou moins stérile de sa valeur mémorielle – qui peut sauver le passé.

9Cet effet de présence est la qualité essentielle que Jouhaud attribue au texte de Du Bois. Destiné à ses descendants, ayant pour but la transmission d’un savoir-faire acquis dans sa pratique courtisane, la particularité de ce texte consiste en « sa capacité de faire voir » et de conférer, par là, une présence au passé (p. 34). Ainsi, l’effet visuel d’un geste avec lequel se décrit Du Bois priant devant le calvaire du Mont-Valérien produirait cette conséquence qu’il « nous place nous-mêmes, à plus de trois siècles de distance, dans la position de voir le tableau de sa prière » (p. 57). De même, la mise en scène narrative d’un geste de Du Bois compatissant avec la souffrance de son fils « semble fixer notre regard sur ce qui suscite le sentiment de partager une intimité », transformant la distance historique en la « proximité rassurante, facilement compréhensible, de la détresse d’un enfant » (p. 169 ss.). L’analyse d’une série d’événements transformés en scènes dans le récit qu’en donne ce texte veut montrer « la longue durée de l’effet de présence produit par une écriture » (p. 57), « l’effet de présence » faisant même « surgir une vérité du passé » (p. 170). Il est indéniable que ces évaluations trahissent une lecture pour le moins empathique du texte. Jouhaud n’emploie pas le terme d’authenticité, mais il n’est pas loin de créditer le texte de Du Bois d’une valeur persuasive qui crée un tel effet de sens. De toute façon, cette écriture qui fait surgir une figure inconnue de l’oubli a toutes les sympathies du critique et acquiert ainsi une valeur privilégié dans ses réflexions. Pour revenir à la métaphore méthodologique mentionnée, on pourrait dire que la lecture de Du Bois lui permet d’ouvrir cette « brèche » dans la forteresse du passé qu’il appelle de ses vœux.

10Il est vrai que Jouhaud souligne dès le début que le texte de Du Bois « exerce sur nous des effets dont on ne peut pas postuler qu’ils sont identiques à ceux qu’ont perçus leurs destinataires » (p. 33). Mais la généralisation qu’opère le sujet collectif employé fréquemment dans ces analyses souligne que, selon Jouhaud, l’écriture de Du Bois opère la transmission réussie d’une expérience historique au présent. Ainsi postule-t-il dans sa conclusion: « […] nous, ses destinataires par défaut, le regardons comme le témoin de la ressaisie d’une expérience dans une écriture » (p. 308). Et qui plus est, cette expérience transmettrait la « fêlure » du siècle. Si la scène au Mont-Valérien – comme maint autre passage – représenterait « la fusion vécue du temps subjectif de l’adhésion à un ordre désiré, en partie rêvé, et du temps politique du consentement de l’ordre politique qui s’impose à lui » (p. 61), l’analyse d’autres extraits permet à Jouhaud de souligner la dimension aléatoire si ce n’est illusoire de cet ordre de discours sous-jacent. Le sadisme pathologique du duc de Montausier, précepteur du dauphin, dans l’éducation de son pupille qui révolte Du Bois (son récit constitue, comme Jouhaud le souligne à juste titre, une « critique vivante du concept même d’honnête homme, hypostasiés par des générations d’historiens du xviie siècle et des critiques littéraires », p. 187), son échec dans un procès contre le curé de sa paroisse qui montre « le caractère soudain évanescent de ce qui assure le lustre de sa position sociale » (p. 299), l’attitude ambivalente et incalculable du roi face à ses sollicitations (p. 305 ss. et 309 ss.), ce sont autant de « discontinuités de l’expérience » qui montreraient, dans le fil du récit, que « ce rêve d’ordre parfait se ruine lui-même sous nos yeux dans l’épreuve de l’écriture qui voudrait l’attester » (p. 310 ss.).

11à ce Du Bois devenu, à travers la perspective qui le ressuscite, historiographe de l’expérience des « fêlures » de son temps pour le nôtre, s’oppose l’analyse d’une série de textes postérieurs qui visitent ce passé que Du Bois a vécu avant de le mettre en récit. Même si Jouhaud ne le dit pas de manière explicite, on pourrait les grouper autour d’une figure qui apparaît dans le prologue, celle de la ruine (d’ailleurs une autre métaphore chère à Walter Benjamin6). Il se réfère à deux textes qui évoquent la déchéance de la ville de Richelieu, une création qui était destinée à incarner le pouvoir du cardinal, mais qui a été délaissée par la suite. Aux « propos choquants » de Julien Gracq à qui la dégradation de la ville rappelle « l’Alger européenne repeuplé après 1962 par les natifs du gourbi » (p. 19 ss.) Jouhaud oppose son « évocation réparatrice » dans une œuvre du romancier Maurice Fourré qui la montrerait « comme une trace du passé en partie ruinée, mais vive » (p. 21 ss.). Cette opposition me paraît significative pour la perspective de Jouhaud, et ceci non seulement à cause des jugements valorisants qui indiquent sa position. En effet, il est tout à fait cohérent, dans sa perspective, d’opposer deux séries d’appropriations du xviie siècle. L’une, vivante, qui crée ou recrée des éléments du passé (et ne serait-ce que des ruines) à travers et pour les besoins ou les interrogations du présent, l’autre, mémorielle, qui n’invoque le passé que pour le célébrer, se détourne donc de ses ruines ou de ses « fêlures » et le fige dans ses significations convenues, comme patrimoine immuable.

12Ainsi s’explique le sous-titre du livre: la transmission à laquelle Jouhaud prétend et entend contribuer est une transmission qui crée une présence. Cette forme de transmission est mise en valeur dans l’étude de cas très divers, allant de l’histoire de la petite lingère inventée par le maréchal de Bassompierre et traversant le temps dans des réécritures fascinées par le trouble que crée son exotisme apparent jusqu’à l’appropriation de la notion de « baroque » par l’historien d’art Pierre Charpentrat. Les exemples les plus frappants présentés sont ceux ou la présence du passé répond même à une urgence (selon le concept préalablement évoqué de Benjamin). C’est déjà le sens qui est attribué au premier cas allégué dans le prologue, l’exemple de Marc Bloch évoquant l’élégance rustique d’une église, lieu du service funèbre des soldats morts, en fusionnant le temps de son construction avec l’horrible présent de la Grande Guerre. Jouhaud y dégage « le rapprochement spectaculaire d’un passé ‘civilisé’ et l’éloignement d’un présent ‘barbare’ » (p. 11). Tel est aussi le cas de Paul Bénichou, construisant, dans ses Morales du grand siècle, une vision humaniste du xviie siècle et l’inscrivant dans une conception du progrès de la civilisation au moment de la débâcle de 1940 et peu avant la menace que signifient pour lui les lois antijuives de Vichy (le livre porte en épigraphe « Bergerac, août 1940 »). L’analyse érudite de Bénichou devient ainsi une « navigation orientée par la présence toujours convoquée de la lutte entre l’humanité et la misère » (p. 126 ss.) et transmet une vision du passé dont le présent a besoin. Tel serait dans un tout autre contexte le cas de la mémoire des camisards, où la transmission orale et écrite assure la présence vive de ce passé dans la conscience identitaire des Cévennes. Jouhaud considère cette mémoire régionale comme une sorte de contre-mémoire qui s’oppose à la construction traditionnelle du xviie siècle, une contre mémoire qui, encore une fois, dégage la « fêlure » du siècle : « C’est par là – par la persécution et la violence – qu’on sort de ce siècle, et c’est par là qu’on y entre à reculons en remontant le temps » (p. 202).

13Malgré ces accents critiques, ce n’est pas le fameux « envers » du siècle en soi que Jouhaud entend valoriser, mais la valeur que peut acquérir la reconstruction de ce passé pour le présent. Il critique de manière pertinente le dualisme trompeur envers/endroit mis en valeur avec une ferveur républicaine et antimonarchiste évidente par le livre fameux de Félix Gaiffe (L’envers du grand siècle, 1924), un dualisme qui supposerait un sens caché du siècle ou bien une entreprise de mystification opérée par le discours dominant (p. 137 ss.). Le problème de celui-ci ne consiste pas en ce qu’il occulterait les « envers » de sa construction, mais bien plutôt dans la distance qu’il y établit avec un passé immuable et ainsi déréalisé malgré l’importance qu’il lui attribue. Ce dispositif discursif se manifeste déjà dans le Siècle de Louis XIV, ou Voltaire met en scène une instance de narration à la première personne qui, en jouant sur le caractère douteux de ses sources orales et écrites « nous sépare du passé qu’il restitue » (p. 54). Ainsi l’effet de sens produit par « la machine historiographique voltairienne » serait de produire à la fois présence et absence du passé: « […] elle nous sépare du siècle au seuil duquel elle se tient, tout en entreprenant avec art notre désir d’histoire, notre désir d’entrer par cette porte-là » (p. 70). Raconter, comme l’entreprend Voltaire, « les progrès de l’esprit humain », relie le xviie siècle à celui de Voltaire tout en l’en excluant. Dans la perspective de Jouhaud, Voltaire peut ainsi figurer comme exemple parfait d’une forme de transmission du passé qui, de par son savoir affiché même (et dans le cas de Voltaire: sa proximité), établit une frontière entre son objet commémoré et ses destinataires, un objet qui n’a plus de relation vivante avec le présent qui le constitue en patrimoine.

14Si l’on tient en compte l’importance qu’a eue la construction de Voltaire pour le discours traditionnel sur le xviie siècle, il est peu surprenant que cette manière distanciée de sa valorisation mémorielle se retrouve mutatis mutandis dans les discours du xxe siècle. Jouhaud le montre particulièrement dans une analyse de textes qui veulent commémorer et mettre en valeur Pascal et le jansénisme. Dans un numéro spécial de la Revue hebdomadaire consacré au tricentenaire de Pascal, il relève le contraste entre le discours convenu de sommités culturelles de l’époque comme Maurras ou l’abbé Brémond qui " »installent leur éloquence dans la reconstitution d’une fresque historique » (p. 105) et celui d’un écrivain peu connu, Charles-Gustave Amiot, qui cherche de saisir sa trace vivante dans une construction de l’étrangeté de la posture de Pascal, dans « ce qui, en lui, résiste aux appropriations rationnelles et didactiques » (p. 108). Construisant Pascal comme préfiguration du poète sacré, Amiot, comme « pour échapper à l’inertie des présupposés […] de l’histoire littéraire », utiliserait « la puissance effractive de l’anachronisme pour déplacer la question de l’historicité d’un objet du passé » (p. 109). Convaincante ou non, cette appropriation insolite de la figure de Pascal constitue, dans la perspective de Jouhaud, une tentative bien plus intéressante de rendre présent un élément du passé que les schémas habituels de la critique, magnifiant le jansénisme comme un lieu de mémoire culturel ou théologique. Ceux-ci, il les caractérise dans un commentaire mordant portant sur une construction décidément harmonieuse de l’évolution et de l’importance du jansénisme par Philippe Sellier : « Le passé sanctifié de Port-Royal se trouve comme enfermé dans une forteresse historiographique […] qui reste close sur elle-même, repliée sur la conservation de son trésor » (p. 118). Et il lui oppose la vision critique du jansénisme que développe Paul Bénichou qui, confrontant sa construction des progrès de l’humanisme au xviie siècle à la rigueur janséniste, « montre l’ampleur du champ de ruines janséniste » (p. 122).

15Cette évaluation des positions contraires de Sellier et de Bénichou par le contraste entre « forteresse » et « ruine » donne la mesure de la position critique qui sous-tend à la réflexion de ce livre stimulant et provocateur. Au risque de trop systématiser les lectures fragmentaires et les réflexions qu’il propose, on pourrait dire qu’en dernière instance, il n’y a pour Jouhaud de transmissions ‘salvatrices’ du xviie siècle que celles qui se détournent des portes majestueuses de ce lieu de mémoire et qui inventent des brèches (pour reprendre sa métaphore méthodologique citée au début). Les appropriations insolites, à contre-courant des sentiers battus et des hiérarchies traditionnelles de la critique seraient ainsi celles qui sont aptes à rendre vivants et présents un passé étouffé par son importance culturelle et identitaire. Malgré des réserves de détail, on ne peut que souscrire à la vigueur critique qui justifie cette perspective, tout en remarquant qu’elle procède d’une double ingénuité (probablement volontaire d’ailleurs). D’un côté, Jouhaud veut ignorer, malgré quelques remarques incisives, la force institutionnelle de cette forme dominante de la transmission du xviie siècle qu’il critique si vigoureusement. Le caractère métaphorique et assez général des explications méthodologiques qu’il propose, mais aussi la structure nécessairement fragmentaire de ses analyses et lectures, une structure qui fait elle-même partie de son parti pris méthodologique, ne facilitera pas la réception de son livre. Il y a fort à parier, malheureusement, que les institutions culturelles comme la recherche et l’enseignement le négligeront superbement. De l’autre côté, il se peut bien que la mise en valeur d’une transmission du passé qui réponde aux besoins, aux interrogations et, le cas échéant, à l’urgence de notre présent ne soit dépassée par une évolution ou toute référence au passé reste confinée à un exotisme, fascinant peut-être, mais sans importance réelle pour notre société médiatique et informatisée. Jouhaud cite ironiquement les lamentations de quelques dix-septiémistes éminents qui, en 1985 déjà, constataient la disparition de leurs valeurs culturelles de prédilection dans l’enseignement et – précédant en cela le président actuel de la France – en donnaient la faute à Mai 68 (p. 115 sv). Quoi qu’il en soit de ces visions quelque peu apocalyptiques, il est certain que la mutation profonde des valeurs culturelles qui s’est opérée dans les dernières décennies remettra encore moins en valeur leur xviie siècle que celui que propose Jouhaud.

Haut de page

Notes

1 « Wovor werden die Phänomene gerettet? Nicht nur, und nicht sowohl vor dem Verruf und der Missachtung, in die sie geraten sind als vor der Katastrophe wie eine bestimmte Art der Überlieferung, ihre ‘Würdigung als Erbe’ sie sehr oft darstellt. – Sie werden durch die Aufweisung des Sprungs in ihnen gerettet. Es gibt eine Überlieferung, die Katastrophe ist. » (Walter Benjamin, Gesammelte Schriften, t. V, 1, hrsg. von Rolf Tiedemann, Frankfurt 1982, 591). – Comme Jouhaud cite Benjamin dans sa traduction française, il est peut-être utile de préciser que le mot allemand « Sprung » signifie aussi bien « saut » que « fêlure ». Les deux sens pourraient être présents dans la formule de Benjamin, "saut" renvoyant au principe de montage ou les fragments historiques pris en considération acquièrent soudain une signification nouvelle. Par ailleurs, la sixième des thèses de Benjamin sur la notion de l’histoire paraît apte à mettre en relief encore plus clairement l’intention épistémologique de Jouhaud: « In jeder Epoche muß versucht werden, die Überlieferung von neuem dem Konformismus abzugewinnen, der im Begriff steht, sie zu überwältigen. » (Gesammelte Schriften, t. I, 2, p. 695).
2 Cf. mon analyse de ce problème dans « Le classicisme français et les autres cas européens », dans Jean-Charles Darmon et Michel Delon, éd., Histoire de la France littéraire, t. 2 ; Classicismes. xviie-xviiie siècles, PUF, 2006, p. 39-78.
3 Essentiellement ceci : « Die erste Etappe […] wird es sein, das Prinzip der Montage in die Geschichte zu übernehmen. Also die großen Konstruktionen aus kleinsten, scharf und schneidend konfektionierten Baugliedern zu errichten. Ja, in der Analyse des kleinen Einzelmoments den Kristall des Totalgeschehens zu entdecken" (éd. cit. t V, 1, p 575 ; en français sous le titre Paris, capitale du xixe siècle). – Le débat et la réponse de Jouhaud se trouvent sur H-France Forum, vol. 2, Issue 4 (Fall 2007), No. 2 (http://www.h-france.net/forum/JouhaudResponse1.pdf, consulté le 2 mai 2008).
4 "Methode dieser Arbeit: literarische Montage. Ich habe nichts zu sagen. Nur zu zeigen. Ich werde nichts Wertvolles entwenden und mir keine geistvollen Formulierungen aneignen. Aber die Lumpen, den Abfall : die will ich nicht inventarisieren sondern sie auf die einzig mögliche Weise zu ihrem Recht kommen lassen: sie verwenden. (ed. cit., t. V, 1, p. 574)
5 « Geschichtliches Verstehen fasst der historische Materialismus als ein Nachleben des Verstandenen auf, dessen Pulse bis in bis in die Gegenwart spürbar sind. Dieses Verstehen hat bei Fuchs seine Stelle; jedoch keine unangefochtene. […] Seine Sammlungen sind die Antwort des Praktikers auf die Aporien der Theorie » (éd. cit., t. II, 2, p. 468 ss.).
6 Voir son livre Ursprung des deutschen Trauerspiels (éd. cit., t. I, 1), ou cette figure de la tragédie baroque est prise comme métonymie pour le sens de l’histoire (surtout p. 354 ss.).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hartmut Stenzel, « Que faire de la mémoire du xviie siècle ? », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2009-01 | 2009, mis en ligne le 16 avril 2009, consulté le 26 mars 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/3493 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.3493

Haut de page

Auteur

Hartmut Stenzel

Prof. Dr. Hartmut Stenzel
Institut für Romanistik der Universität
Karl-Glöckner-Str. 21, Haus G
D-35394 Gießen
Hartmut.Stenzel@romanistik.uni-giessen.de

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page