Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le dossier ici présenté au lecteur se veut une occasion d’ouvrir et d’élargir la discussion autour de « Sauver le Grand-Siècle ». Il ne s’agit pas d’une étude de réception ou pire, d’un « méta-compte rendu » qui aurait présomptueusement la prétention de conclure le débat en tranchant entre les divers points de vue. Au contraire, le fait de regrouper une partie des comptes rendus édités dans des publications très diverses permet de faire émerger des questions, des suggestions et des manières de penser avec, pour ou contre Jouhaud.

2Livre-laboratoire, stimulant et provocateur, ce texte apparaît pour bien des auteurs comme l'expérimentation d'une méthode dont le but serait de rendre « palpable le temps » en restaurant la capacité d'un passé à faire voir, à transmettre et ainsi à se rendre présent. Les auteurs des comptes-rendus lui reconnaissent une double dimension originale, à la fois « mémorielle et épistémologique ». Tous soulignent l'audace de l'ouvrage et saluent la prise de risque alliée, selon eux, à une très grande exigence d'érudition comme de questionnement intellectuel.

3Dès le titre de son ouvrage, Christian Jouhaud invite le lecteur à s’interroger : « Sauver le Grand-Siècle ? ». Le point d’interrogation conduit le lecteur à un élément plus explicatif du titre, « Présence et transmission du passé », mais lui rappelle aussi que rien dans cette présence ou cette transmission ne va de soi. Christian Jouhaud interroge les fondements de notre rapport au passé, tels les rapports entre histoire et mémoire, le pouvoir de l’écriture dans un instant donné d’agir sur l’image que les générations suivantes donnent à cet instant, ou les traits de l’écriture historique dans son propre présent.

4Jouhaud nous propose ce questionnement non en tant que philosophe ou « penseur », mais en tant qu’historien, dont le travail est fondé sur une connaissance intime de la société et de la politique à l’époque moderne. Il peut prendre les mémoires de Marie du Bois, un valet de chambre de Louis XIII, de Louis XIV et du Dauphin, et les utiliser comme fil conducteur qui mène l’enquête à travers le « Grand-Siècle » puis, ultérieurement, lorsque cette période est devenue objet d’étude, évoquée, ou utilisée. Ces analyses minutieuses sont juxtaposées avec des actes historiographiques, tels les travaux des Voltaire ou Paul Bénichou, des anecdotes sur Rancé ou Bassompierre qui reviennent dans l’écriture historique ou la mémoire des Camisards dans les Cévennes, dans le cadre d’une discussion plus élargie de l’écriture de l’histoire.

5Comment exactement peut-on décrire et étudier le rapport entre l’histoire et ses mémoires dans l’écriture historique ? Si un des aspects les plus originaux dans ce livre est le fait que, pour Jouhaud, l’étude montre des cas où le passé « invente parfois un droit de reprise par anticipation sur sa future histoire », en construisant des « portes » qui posent des contraintes devant des analyses ultérieures, certains auteurs soulignent l’importance du moment de l’écriture ou réécriture des matériaux historiques. Cette tension reste très fructueuse pour Jouhaud, qui met en contexte des moments spécifiques d’écriture historique, mais il serait aussi possible de se demander quelles sont les modalités possibles de ce rapport passé–présent, et dans quelles conditions le passé « prend la main », et s’il n’est pas alors nécessaire de penser de nouveau  nos définitions de passé et de mémoire.

6La démarche de Jouhaud cherche à mettre en distance l’étude des « traditions historiques » et de se concentrer sur des actions très spécifiques. En fait, deux types d’actions sont étudiés : les actions de Marie du Bois, et une gamme d’actions historiographiques qui datent du XVIIe siècle au XXe siècle. Pour certains auteurs, la juxtaposition de Marie du Bois et d’historiens tel Voltaire ou Chateaubriand n’est pas toujours aussi fructueuse ou évidente que possible. Ce qui renvoie, peut-être, à trois questions : les actions de Du Bois, sont-elles du même ordre ou de la même échelle des autres actions ? Comment peut-on saisir ce qui sépare les actions d’écriture des autres types d’action ? Cette question renvoie par ailleurs à la base documentaire de Christian Jouhaud : un corpus hétérogène, composé des mémoires de Marie du Bois, de travaux littéraires et historiques. Plusieurs auteurs font remarquer la difficulté qu'il y a à qualifier le livre de Jouhaud, dans la mesure où celui-ci brouille (ou transgresse) les frontières traditionnelles entre les disciplines. La difficulté de lecture est plusieurs fois relevée, qu'elle tienne à la construction fragmentaire et éclatée de l'ouvrage et du choix des sources, aussi bien qu'au caractère « atypique » de la production de ce savoir historique qui bouleverse les catégories habituelles de réflexion.

7De l’idée d’approfondir l’étude par une analyse des idéologies de genre, à travers des répercussions possibles pour la restauration des œuvres d’art, le travail de Jouhaud suscite des réactions multiples chez des auteurs qui ne sont pas tous historiens et qui proposent parfois des lectures très personnelles. Espérons que ce dossier permette une prolongation des médiations autour de ce travail, et qu’il aide les lecteurs à enrichir leur propre approche du travail de Christian Jouhaud, en la confrontant à d’autres.

8Dans le même ordre d’idées, nous renvoyons le lecteur à des comptes-rendus de trois chercheurs américains, disponibles sur le site de h-France.net, Volume 2, Issue 4 (Fall 2007) :
http://www.h-france.net/​forum/​h-franceforumvol2.html
http://www.h-france.net/​forum/​CrawfordOnJouhaud1.pdf
http://www.h-france.net/​forum/​StefanovskaOnJouhaud1.pdf
http://www.h-france.net/​forum/​RanumOnJouhaud1.pdf
ainsi que la réponse de Christian Jouhaud: http://www.h-france.net/​forum/​JouhaudResponse1.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Oded Rabinovitch, « Introduction », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2009-01 | 2009, mis en ligne le 01 juillet 2009, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/3498

Haut de page

Auteur

Oded Rabinovitch

Oded Rabinovitch prépare une thèse d'histoire sous le titre « Anatomie d'une famille des lettres : les Perrault, 1640-1705 » à Brown University. Dans le cadre de sa thèse, il s'intéresse à l'importance des stratégies familiales dans les investissements lettrés, ainsi qu'à la transformation de la famille suivant les activités littéraires de ses membres. Ses recherches portent sur les rapports entre les institutions sociales, le monde de lettres et la science à l'époque moderne.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org