Navigation – Plan du site

L’institution des Œuvres-complètes-de-Blaise-Pascal ; à propos des éditions de Léon Brunschvicg (1897-1914)

Alain Cantillon

Notes de l’auteur

Cet article est initialement paru, en 2004, dans une revue électronique, www.Forumkulturgeschichte.de, n° 2/04, Le texte - une métaphore dans les Sciences humaines, qui a depuis entièrement disparu du réseau internet.

Texte intégral

1Dans les pages qui suivent, nous voudrions donner un rapide aperçu des conditions historiques de l’institution des Œuvres complètes d’un auteur, et de la complexité d’une telle opération éditoriale en faisant quelques remarques sur l’édition des Œuvres-complètes-de-Blaise-Pascal en France dans les premières années du vingtième siècle.

  • 1  Ci-dessous « C.f. ».
  • 2  Ci-dessous « G.E.F. ».
  • 3  Ci-dessous « Phototype ».
  • 4  Bibliothèque Nationale de France, département des manuscrits, fonds français, n° 9202.
  • 5  Elles en formeront alors les trois derniers volumes (XII à XIV) ; voir ci-dessous.

2Le nom de Léon Brunschvicg est associé à la plus importante entreprise éditoriale pascalienne jamais, encore à ce jour, menée à son terme. Elle comporte trois ensembles publiés par la Librairie Hachette, distincts et fortement articulés les uns aux autres : tout d’abord, au commencement, en 1897, l’édition des Opuscules et Pensées, dans la petite collection des « Classiques français »1 ; puis, en 1904 les Pensées, dans la grande collection des Grands Écrivains de la France2; ensuite, en 1905, en complément explicite à l’édition des Pensées, grâce à la toute nouvelle technique du phototype, le premier fac-similé intégral3 du manuscrit nommé traditionnellement Recueil Original des Pensées4, et pour terminer, à partir de 1908, les Œuvres-complètes-de-Blaise-Pascal dans la collection G.E.F. dans laquelle les Pensées seront intégrées en 19145.

  • 6  En deux temps, d’abord Pensées de Pascal, nouvelle édition, corrigée et augmentée, Londres, 1776, (...)
  • 7  Œuvres de Blaise Pascal, [éd. par l'abbé Bossut], La Haye [Paris selon Albert Maire] Detune [Nyon (...)
  • 8  En deux temps également : d’abord un travail de critique philologique des éditions antérieures, pr (...)

3La tradition éditoriale des Pensées-de-Pascal, et, conjointement à partir de la fin du xviiie siècle, celle des Œuvres-complètes-de-Blaise-Pascal, font apparaître ici et là quelques moments particulièrement décisifs dans l’orientation de la série : entre 1776 et 1779, une nouvelle édition des Pensées6, et la première édition des Œuvres7; entre 1842 et 1844, la première édition des Pensées8 selon un principe de fidélité au manuscrit autographe globalement identique à celui sur lequel repose encore aujourd’hui le travail éditorial.

  • 9  Sur ce point, voir, outre la grande bibliographie d’Albert Maire (Bibliographie générale des oeuvr (...)
  • 10  Pendant plus d’un demi-siècle, jusqu’à ce que le principe des éditions de Louis Lafuma ne soit pro (...)
  • 11  Ainsi, par exemple, une édition parue en 2004 donne-t-elle trois références dans sa table de conco (...)
  • 12  L’édition Mesnard (Blaise Pascal, Œuvres complètes, Paris, Desclée de Brouwer, quatre volumes paru (...)
  • 13  Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, 1751-1767, s.v. « Monument ».

4Nous proposons d’inscrire les diverses éditions Brunschvicg dans la courte liste de ces opérations particulièrement déterminantes, en dépit d’une importante différence entre la situation de ces éditions et celles que connurent les illustres devancières que nous venons de mentionner. En 1897 en effet, contrairement à ce qui s’était produit en 1776 et en 1844, la nouvelle édition de la série Pensées-de-Pascal ne vient pas rompre un mouvement pluri-décennal de reprise et de reproduction d’une même édition ; elle prend place tout au contraire au sien d’une production abondante, depuis quelques décennies, de nouvelles éditions qui se distinguent les unes des autres en renouvelant l’annotation, ou certaines leçons, voire l’ordre des fragments9. Seules, donc, deux raisons d’ordre rétrospectif peuvent justifier l’octroi d’une place à part à cet ensemble d’éditions. En premier lieu, pour ce qui regarde les Pensées, l’édition Brunschvicg a imposé largement, et durablement10 son système d’organisation, et par conséquent sa numérotation des fragments, ce qui revêt une grande importance pour toute pratique, et toute communication de commentaire11. En second lieu, raison aujourd’hui plus forte que la précédente, l’édition Brunschvicg des Œuvres-complètes-de-Blaise-Pascal constitue à ce jour l’édition la plus complète de ces œuvres12. Elle mérite donc pleinement le qualificatif de « monumentale », à la fois par son ampleur imposante et parce qu’elle « conserve la mémoire d’un homme illustre », pour parler comme l’Encyclopédie13.

5Nous allons tenter de faire apparaître les conditions d’une telle entreprise éditoriale, en particulier par l’étude de l’articulation des Pensées d’une part et, de l’autre des Œuvres, par la description du lieu d’énonciation des Pensées et des Œuvres ordinairement désigné par le nom « Brunschvicg », et par une analyse des techniques de reproduction de l’écrit qui ont alors permis d’instituer une œuvre et un auteur.

  • 14  Voir ci-dessous.

6L’ensemble des éditions Brunschvicg se développe à partir d’un petit livre au titre trompeur d’Opuscules et Pensées. La première partie, celle des opuscules, constitue en fait comme un abrégé, ou un noyau, d’œuvres complètes. Ces « opuscules » y sont en effet classés en trois « parties » non pas selon des critères génériques, voire thématiques, mais chronologiquement, selon le principe organisateur de l’édition des Œuvres complètes en G.E.F.14. Entre chacun d’eux, les séparant et les reliant, une notice, qui peut associer quelques lignes de commentaire de l’opuscule qu’elle suit et prolonge, et des indications biographiques, voire historiographiques un peu plus générales, avec ici et là d’assez longues citations d’extraits de lettres. C’est le Port-Royal de Sainte-Beuve qui est constamment mis à contribution, et dont il est fait sans cesse mention avec déférence. Aussi ces opuscules prennent-ils la forme d’un œuvre (presque) complet unissant étroitement le bibliographique et le biographique, à un point tel que c’est une division de la vie qui sert de délimitation au trois temps de l’œuvre :

Première partie : Pascal jusqu’à la mort de son père.

Deuxième partie : La « période mondaine » et l’entrée à Port-Royal.

Troisième partie : Les dernières années de Pascal.

7Vient ensuite la partie la plus importante de l’ouvrage, ne serait-ce qu’en nombre de pages (pp. 255 à 803), celle des Pensées. Cette place accordée à cette partie de l’œuvre lui confère un statut tout à fait particulier, puisqu’elle apparaît comme le couronnement de l’œuvre et de la vie, ce qui correspond à la fois à sa place dans la vie de l’auteur, comme dernier écrit, laissé inachevé, et dans la constitution de son œuvre comme texte posthume : à la fois dans l’œuvre, et à la suite des « dernières années ».

  • 15  Ainsi, la « table de concordance pour les fragments des pensées » de l’édition G.E.F. ne diffère-t (...)
  • 16  Œuvres-complètes-de-Blaise-Pascal,édition G.E.F., première édition, 1914, T. XII, p. CIII-CXLII.
    E (...)
  • 17  Voir les références ci-dessus, notes 5 et 7.

8C’est à partir des Pensées que va pouvoir se prolonger, dans les deux décennies suivantes, le travail d’institution conjointe de l’œuvre et de la vie d’un grand écrivain de la France nommé Blaise Pascal, grâce à la nouvelle édition des Pensées, en G.E.F. cette fois. L’organisation générale du livre – ce qui est nommé « plan logique des Pensées » – est en effet conservée15, alors que tout l’ensemble fait l’objet d’approfondissements : proposition de nouvelles leçons grâce à un travail minutieux sur le manuscrit, et d’une interprétation globale liée à une certaine idée de la religion formulée via Pascal. Il faut dire ici quelques mots de la deuxième partie de l’introduction, présentée comme une description du « monde de Pascal »16. Cette longue dissertation en trois parties, « la vérité », « la justice », et enfin « l’église », construit l’auteur en empruntant le chemin ouvert par Condorcet et Voltaire et prolongé par Cousin et Faugère17 dans lequel Pascal apparaît inquiet, mélancolique, trouvant difficilement un repos, voire demeurant comme suspendu au dessus d’un abîme. Dans l’introduction de cette nouvelle édition l’angoisse ne porte plus sur la qualité de sa propre foi, ni même sur les capacités de la raison humaine à trouver la vérité, mais sur la possibilité de faire son salut, tout juste que l’on soit :

  • 18  Œuvres-complètes-de-Blaise-Pascal, G.E.F., T. XII, p. CXLI-CXLII.

[…] c’est l’angoisse d’un drame intérieur qui de l’auteur se communique aux lecteurs. La légende romantique veut qu’il lutte contre ses doutes, qu’il travaille inutilement à affirmer en lui la conviction qu’il voudrait imposer à autrui. En réalité Pascal est inquiet non de sa foi mais de son salut : « Toute condition, et même les martyrs, ont à craindre, par l’écriture. » (Fr. 518) Il n’est ni un théologien spéculatif, ni un docteur qui parle du haut de la chaire, en représentant d’une autorité « reconnue » ; il est à genoux, il prie, et il saigne sous les pointes de sa ceinture de fer. La croix qu’il trace en tête de ses fragments n’est pas une arme pour appeler au combat les fidèles, pour menacer les mécréants ou les hérétiques ; c’est la propre croix du Christ sous laquelle il a succombé au chemin du calvaire […]18

  • 19  Cette Introduction fait apparaître, dans les Pensées, une double mise en continuité du christianis (...)
  • 20  Débats conduisant à la loi de séparation des églises et de l’état en 1905. Léon Brunschvicg prend (...)
  • 21  Début de la partie intitulée « La justice », immédiatement donc après « La Vérité », Œuvres-complè (...)

9Quelle place reconnaître à une église, aux églises19, quelles relations proposer entre ceux qui déclarent appartenir à une religion, et tous les autres, ceux qui se réclament d’autres religions (parfois traités d’ »hérétiques »), ou d’aucune d’entre elles (les « mécréants »)? Cette introduction formule toutes ces questions – alors ardemment débattues en France20 – en termes de métaphysique et de morale21.

  • 22  Bulletin de la Société française de philosophie, séance du 23 février 1905 :
    M. Brunschvicg. --- Je (...)

10La place de la métaphysique dans l’enseignement fait à plusieurs reprises l’objet d’échanges dans les séances de la Société française de philosophie, en particulier, le 23 février 1905, au sujet de l’« Idée religieuse dans l’enseignement », où Léon Brunschvicg défend, contre Lanson, la nécessité d’un enseignement de cette partie de la philosophie22. Deux conceptions de l’enseignement secondaire, toutes deux pourtant favorables à un contrôle strict de cette activité par l’État, s’y opposent sur le rôle du professeur et sur la définition des programmes; selon l’une d’elles (celle de Gustave Lanson), il faudrait, on nom de la neutralité que l’état devrait garantir, exclure toute métaphysique de l’enseignement secondaire, tandis que, selon l’autre (celle de Brunschvicg), l’état devrait au contraire ne pas faire violence aux individus, mais leur donner les conditions d’exercice de leur liberté, de leur esprit critique : les questions métaphysiques les plus englobantes (comme celle de la causalité) ne pouvant pas être supprimées des programmes, il faut --- en droit comme en fait --- laisser chaque professeur les enseigner comme il juge devoir le faire.

11Dans les paragraphes précédentsnous avons tenté de montrer comment les éditions Brunschvicg de la série Pensées-de-Pascal s’inscrivent dans les débats politiques du temps par le biais précis d’interrogations sur la nature de la philosophie, et sur la conception de l’enseignement secondaire. Nous allons maintenant examiner la place des Pensées dans le travail d’édition des Œuvres-complètes-de-Blaise-Pascal.

  • 23  Il serait réducteur de donner à une seule circonstance, le début d’une guerre, une valeur explicat (...)
  • 24  Sur la façon dont la tradition éditoriale pascalienne établit, dès les premières éditions, une équ (...)

12Comme nous l’avons remarqué ci-dessus, le processus conduisant à cette si monumentale édition d’œuvres complètes a pris commencement dans un redoublement de l’édition des Pensées. Une particularité structurelle tenant au principe chronologique suivi par cette édition donne en outre aux Pensées la valeur d’un véritable fondement. Comme ces fragments ont été trouvés, inachevés, après la mort de Pascal, ils peuvent en effet assez plausiblement être pris pour la dernière œuvre de cet auteur, et leur rédaction comme sa dernière action. Ce sont donc, comme naturellement, les Pensées qui constituent les dernier volumes des Œuvres-complètes-de-Blaise-Pascal ; mais, pour une raison ou pour une autre23, c’est le travail publié une première fois en 1904 qui est repris, tel quel, ce qui produit un étrange effet de bégaiement éditorial, de répétition et de clôture tout à la fois, comme s’il était impossible de sortir des Pensées, d’en faire sortir Pascal, ou, pour le dire autrement, comme si tout Pascal était contenu, compris, dans ses Pensées, comme si l’on pouvait en faire sortir, puis y faire rentrer toute son œuvre complète, c'est-à-dire aussi, dans une édition chronologique, toute sa vie24. Le temps qui s’est écoulé, une décennie, entre l’édition des Pensées dans la collection G.E.F., et la reprise de cette édition, son intégration dans l’édition des Œuvres-complètes-de-Blaise-Pascal dans la même collection, cette durée se trouve inscrite dans le onzième volume – c'est-à-dire dans celui qui précède immédiatement le premier volume consacré aux Pensées – dans la partie intitulée « additions et corrections », qui comporte un nombre important d’additions et de corrections concernant les Pensées. Toutes ces remarques, ces variantes, ces nouvelles leçons reçoivent, du fait de leur position, proleptique, l’étrange aspect d’une prédiction des lacunes ou des erreurs à venir dans les trois derniers volumes.

  • 25  Nous nommons ainsi l’ensemble des circonstances qui, enveloppant une énonciation – par exemple, da (...)

13Le caractère tout à fait particulier des Pensées dans cette édition des Œuvres complètes se signale enfin par le fait que le travail de leur mise en œuvre ne se rattache qu’à un seul nom d’éditeur, alors que les autres volumes, ceux qui accueillent les autres œuvres de Pascal, associent chacun plusieurs noms. La « première série », c'est-à-dire les trois volumes qui sont publiés en 1908, porte les noms de Léon Brunschvicg et de Pierre Boutroux, alors que, à l’occasion de la série suivante, les huit volumes de 1914, apparaît un troisième nom, celui de Félix Gazier. C’est la composition de ce que l’on pourrait nommer un lieu d’énonciation25 éditoriale qui est ici en jeu. La comparaison de deux pièces liminaires – l’« Introduction » du premier volume (1908), et l’« Avertissement » du quatrième volume (1914) – va nous permettre de faire apparaître le problème particulier du lieu d’énonciation de cet ensemble éditorial :

Introduction du premier volume

Lorsque parut notre édition des Pensées de Pascal, la librairie Hachette a bien voulu nous demander d’entreprendre la publication des œuvres complètes de Blaise Pascal, en nous laissant toute liberté pour y adjoindre, non seulement les écrits de son père et de ses sœurs, mais aussi les documents qui nous paraîtraient nécessaires à l’éclaircissement de la vie et des travaux de Blaise Pascal.
[...] Dans l’exécution de l’édition, la partie mathématique a été réservée à M. Pierre Boutroux; il a publié et commenté [...].
M. Strowski, qui vient de publier pour la période que nous étudions une excellente monographie psychologique de Pascal, nous a multiplié sans compter ses remarques et ses conseils; […]. – M. Gazier, professeur à la Sorbonne, a bien voulu prendre communication des épreuves de notre édition: nous ne saurions dire assez ce que nous devons à l’inépuisable obligeance et à l’inépuisable érudition qu’il a tenu à mettre au service de l’édition de Pascal; nous ne saurions lui marquer assez notre reconnaissance.

Avertissement du quatrième volume

Avec les huit volumes que nous faisons paraître, se termine l’édition complète des Œuvres de Pascal. En 1904, M. Léon Brunschvicg a publié les Pensées en trois volumes ; […] En 1908, M. Brunschvicg, avec la collaboration de M. Pierre Boutroux pour les œuvres mathématiques, a édité, pour la période qui va jusqu’au Mémorial du 23 novembre 1654, l’ensemble des écrits qui nous sont parvenus de Blaise Pascal, en les disposant, autant qu’il a été possible, suivant l’ordre chronologique, -- en y joignant ceux de son père et de ses sœurs, dont la vie est inséparable de la sienne, -- en les entourant de tous les documents capables d’éclairer la signification et l’origine de ces écrits (tomes I, II, III). Ce plan […] a été conservé pour la série nouvelle (tomes IV à IX), […]. On a cherché à y obtenir l’ordre et la clarté en reconstituant, soit exactement, soit par conjecture, la succession historique des événements. M. Brunschvicg garde ainsi la responsabilité de l’édition ; mais, pour ces huit volumes, le travail et le mérite de l’exécution reviennent à peu près entièrement, d’une part à M. Pierre Boutroux qui a édité l’œuvre mathématique de cette période, d’autre part à M. Félix Gazier qui a eu, pour tout le reste des écrits et des documents, la charge de procurer le texte et le commentaire.

14L’analogie de propos fait, par contraste, vivement ressortir la discordance de la position d’énonciation : la première personne du pluriel, qui dans l’ « Introduction » désigne sans équivoque Léon Brunschvicg (« notre édition des Pensées de Pascal »), renvoie dans l’ « Avertissement » à une composante parfaitement indéterminée, et quasi indéterminable. Cet avertissement n’est en effet signé en aucune manière ; aussi ce « nous », qui fait paraître huit volumes, et qui devient fort probablement, quelques lignes plus bas, le « on » qui « a cherché » « l’ordre et la clarté » ne peut-il pas être identifié, en rigueur, avec la « librairie Hachette » ; il désigne un lieu d’énonciation vague dans lequel sont, et ne sont pas, compris les trois « éditeurs » dont le nom apparaît, à une ou à plusieurs reprises.

  • 26  En 1908 il devient professeur à la faculté de Poitiers et occupe la chaire de Mathématique de l’un (...)
  • 27  Voir le site internet de l’Académie Française. Ajoutons qu’il a, en particulier, publié une synthè (...)
  • 28  On peut imaginer qu’il aurait connu une carrière universitaire, qu’aurait pu en partie autoriser s (...)

15À la maison d’édition Hachette s’associe l’université française, et non pas seulement parce que la Sorbonne est nommément désignée dans l’Introduction de 1908. Cette institution nationale et publique se trouve en effet massivement, et fort largement, impliquée dans l’entreprise éditoriale telle que nous la trouvons représentée dans ces pièces liminaires. Pierre Boutroux et Félix Gazier sont liés, chacun, doublement à l’Université. Pierre Boutroux est à la fois un jeune et brillant mathématicien dont la notoriété est en passe de devenir internationale26, et le fils d’Emile Boutroux, professeur d’histoire de la philosophie moderne à la Sorbonne depuis 1888, membre de l’Académie des Sciences Morales et politiques depuis 189827, auteur en particulier, en 1900, d’un ouvrage intitulé Pascal, publié par la maison Hachette. Quant à Félix Gazier, après sa réussite à l’agrégation es lettres en 1904, il enseigne dans des lycées28 ; il est précisément le fils aîné d’Augustin Gazier, le professeur à la Sorbonne pour lequel l’Introduction du premier volume témoigne tant de gratitude.

16Ainsi cette édition réunit-elle les diverses spécialités universitaires que Pascal intéresse, lettres, sciences (sous les espèces, certes, de la seule mathématique) et philosophie ; cette dernière discipline occupant en outre, en la personne de celui qui « garde la responsabilité de l’édition », une position de surplomb.

  • 29  Vol. XI, p. 397 :
  • 30  Même volume, p. 396-397 par exemple.
  • 31  Par exemple, même volume p. 397 :
  • 32  Christophe Charle, Les Professeurs de la faculté des lettres de Paris : dictionnaire biographique (...)
  • 33  Sur cette société, qu’il ne faut pas confondre avec la Société des Amis de Port-Royal, aujourd’hui (...)

17Les remerciements à M. Strowski quant à eux, rendent immédiatement visible, dès l’introduction du premier volume, l’élargissement du lieu de cette énonciation éditoriale à un monde universitaire traversé de désaccords voire de dissensions. La partie du onzième volume nommée « additions et corrections » semble vouée à cet élargissement, en ouvrant un lieu interne de discussion, en inscrivant dans cette monumentale édition les noms d’autres éditeurs, les échos d’autres opérations éditoriales contemporaines. C’est ainsi que le nom de Gustave Michaut devient à certains moments quasi obsédant par sa récurrence et la mobilité de sa position dans le lieu d’énonciation de cette édition. Il intervient en tant que critique public29, comme un correspondant qui communique des variantes et des corrections30, voire en tant qu’éditeur dont les lectures sont préférées à celles de l’édition de 190431. Nous tenons à souligner la présence de Strowski et Michaut dans cette édition parce qu’elle indique, non pas certes une sorte d’unanimité universitaire qui se ferait entendre à l’occasion d’une édition des Œuvres-complètes-de-Blaise-Pascal, et dans cette édition, mais parce qu’elle montre plutôt, à notre sens, comment cette édition, l’érection d’un monument à ce grand homme du passé, permet un échange entre des professeurs fort éloignés dans leurs positions scientifiques et politiques. L’édition G.E.F. associe donc, d’une façon certes dissymétrique Léon Brunschvicg, dont nous avons dit quelles idées il soutenait alors sur les relations entre l’état et les églises, et sur la place de la métaphysique dans l’enseignement, et Fortunat Joseph Strowski de Robkowa, engagé entre 1898 et 1908 dans une Histoire du sentiment religieux en France au xviie siècle, principalement consacrée à François de Sales et à Pascal; alors que Brunschvicg fait partie des premiers membres de la Ligue de défense des Droits de l’Homme et du Citoyen, Strowski, si nous en croyons Christophe Charle et Antoine Compagnon32, est l’un des fondateurs de la Ligue de la Patrie Française, Brunschvicg dreyfusard donc, comme Strowski serait anti-dreyfusard au même titre que Gustave Michaud et Augustin Gazier. Augustin Gazier est aussi, et avant tout pour notre objet d’étude, membre de la Société de saint Augustin, qui deviendra plus tard la Société de Port-Royal33. Pour le dire en quelques mots, l’édition G.E.F. des Œuvres-complètes-de-Blaise-Pascal , c’est l’association de la Société Française de Philosophie et de la Société de Saint-Augustin

18Les pièces liminaires du Phototype étendent davantage encore le lieu de cette énonciation éditoriale. C’est l’État qui devient l’une des limites de ce lieu. L’auteur de l’Introduction, c'est-à-dire, cette fois, sans ambiguïté l’éditeur scientifique du Phototype met bien distinctement, et même assez ostensiblement en lumière l’implication de l’État, voire de la nation, dans cette entreprise de reproduction et de diffusion du manuscrit :

Au premier rang de ces souscripteurs, nous avons à mentionner le Ministre de l’Instruction publique, dont l’importante contribution a non seulement décidé du succès de notre entreprise, mais lui a donné le caractère que nous nous plaisons à relever ici. La reproduction de ce recueil qui est l’un des trésors de notre Bibliothèque Nationale, faite avec les conseils autorisés de M. Omont, conservateur des manuscrits, avec l’aide toujours obligeante de ses collaborateurs, devient ainsi comme un monument consacré par la France à la mémoire de Pascal, conservant fidèlement et prolongeant pour les siècles ce qui a été la forme vivante de son activité.

  • 34  Phototype, Introduction, p. IV :
    Enfin, en 1892, M. Clédat, professeur, aujourd’hui doyen, de la Fa (...)
  • 35  Ces « circonstances » ne peuvent en aucun cas être réduites à une simple question d’évolution des (...)
  • 36  Sur la solidité financière de la maison Hachette, et sur sa forme de capitalisme, voir l’ouvrage d (...)

19Seul le phototype, et non pas l’édition G.E.F. de la série Pensées-de-Pascal, est considéré comme un analogue d’un monument national à la mémoire de Pascal. La France y est engagée, non seulement par le travail d’un des professeurs de l’Instruction publique – ce qui n’est pas souligné dans cette introduction –, mais aussi par l’institution chargée de la conservation des manuscrits, impliquée sans réserve, et par la contribution financière décisive d’un ministre dans le succès de l’entreprise. Quelques lignes plus haut, cette introduction rend un hommage fort appuyé à un prédécesseur malheureux, monsieur Clédat, dont le projet n’a pas abouti à cause, est-il dit, de « la seule différence des circonstances matérielles »34. Il est fort difficile de dire quelles sont au juste les faits référentiels institués dans cette introduction par le récit des mésaventures de monsieur Clédat. Il est probable pourtant que la question financière fasse partie de ces « circonstances matérielles » qui expliquent l’échec ou le succès d’une entreprise35. C’est ce qu’indiquent l’appel à souscription36, les remerciements au Ministre pour son « importante contribution » et ce que peut mettre en lumière une rapide comparaison des prix de vente des divers ouvrages de la série éditoriale Brunschvicg: 3,50 ff. pour les Pensées en C.f., 22,50 ff. pour trois volumes en collection G.E.F., et 200 ff. (soit 27 volumes de G.E.F.) pour le seul phototype.

  • 37  C’est un fac-similé par demi-teintes, et non pas « au trait » comme celui qui a été édité par Loui (...)
  • 38  Voir Lucien Laynaud, La Phototypie pour tous et ses applications directes aux tirages lithographiq (...)
  • 39  Cet appel est reproduit à l’intérieur de l’Introduction. Voici les paragraphes (p. V) sur lesquels (...)
  • 40  Le Phototype est en effet jugé capable de montrer « comment le mot est écrit, et surtout s’il est (...)
  • 41  Pas tout à fait achéiropoïète en effet, puisque, si aucune main humaine ne porte de traits sur la (...)
  • 42  P. V et VI : « Le malade qui se soulève », « l’homme qui jette », « la forme vivante de son activi (...)

20C’est un beau livre, un fort beau livre, fruit d’une technique nouvelle permettant, pour la première fois, de reproduire des photographies par l’imprimerie. Le résultat demeure aujourd’hui impressionnant de précision et de nuance, tant pour le rendu des traits d’écriture que pour celui de l’aspect des feuilles de papier37. Comme son nom l’indique, cette technique permet de reproduire une empreinte par la lumière, ou l’empreinte de la lumière38 qui, traversant un cliché, modifie la gélatine imprégnée de bichromate de potasse de telle sorte que, grâce à l’emploi d’une encre grasse, toutes les nuances de teintes de ce cliché soient imprimables au moyen d’une presse. Aussi l’opération phototypique, qui répète celle de la photographie, permet-elle de produire enfin un fac-similé de l’ensemble de ce manuscrit ; les avantages de cette technique, tels qu’ils sont mis en avant dans le prospectus d’appel à souscription39, tiennent tous au rôle joué par la lumière, gage de légèreté et de fidélité. La reproduction par phototype est jugée fidèle à la fois par la précision de l’image donnée40, et par l’absence, dit-on, de possibilité d’une falsification par retouches ; elle est donc censée pouvoir intéresser fortement tout aussi bien ceux qui vouent une sorte de culte aux « reliques spirituelles » de Pascal, et ceux qui sont animés d’un souci d’ « exactitude scientifique ». Cette image quasi-achéiropoïète41 possède une puissante vertu transitive en ce qu’elle semble pouvoir donner accès, par-delà des traits d’écriture considérés comme des traces, à l’auteur de ces traces, et même à cet auteur vivant42.

21Il nous reste maintenant à souligner l’articulation fort étroite, dans ce moment éditorial (entre 1904 et 1905) des deux moyens de reproduction technique des Pensées-de-Pascal, d’une part l’impression phototypique, et de l’autre l’impression typographique. Une solution est alors trouvée à l’éternel problème de la publication des manuscrits par l’imprimerie : comment donner à lire, dans l’ordre qui est celui de la typographie, des traits d’écriture manuscrite qui n’appartiennent pas à cet ordre, voire, souvent, ne peuvent d’y plier sans subir une violence certaine. La mise en ordre typographique rend lisible mais fait disparaître la forme propre et singulière des pages manuscrites, tandis qu’à l’inverse le fac-similé donne à voir cette forme manuscrite mais sans aider à la lecture. L’articulation du fac-similé et de l’édition est ici tout à la foi chronologique et fonctionnelle. La souscription pour le phototype est lancée peu de temps avant l’édition G.E.F. des Pensées-de-Pascal et en référence à l’édition en C.f., et le phototype porte, en regard de chaque page en fac-similé le texte de l’édition G.E.F.

  • 43  Ce qui n’exclut pas que, par ailleurs, certains penseurs chrétiens comme Maurice Blondel, ou Lucie (...)

22Voilà donc comment, dans quel mouvement, avec quels moyens, s’est alors développée l’institution conjointe d’œuvres complètes d’un auteur et de l’auteur de ces œuvres complètes. Une telle opération, en tant qu’entreprise nationale, ambitieuse, coûteuse, ne peut se réduire à une action militante et partisane. Ce travail éditorial prend pour ainsi dire le contre-pied du Rapport de Victor Cousin, et des polémiques virulentes qui l’avaient suivi, entre l’Université et les Églises. Pour autant, rien ne fait apparaître une quelconque recherche de consensus, et le travail fondamental, celui de l’édition des Pensées, manifeste bien une orientation particulière. Si Pascal, dans la double reproduction, typographique et phototypique, du manuscrit de ses Pensées est de la sorte pris en charge par toute une nation, notamment par l’implication des institutions de l’État, ce n’est pas en tant que penseur catholique, mais comme philosophe, métaphysicien et moraliste, dont l’appartenance religieuse peut être, en 1904 et 1905, proposée en exemple, non pas seulement aux chrétiens43, mais à tout homme. Puis, la continuation du travail d’édition, avec les Œuvres complètes à partir de 1908, permet une mise en commun des savoirs, grâce à la collaboration de spécialistes -- des mathématiques, des lettres --, et à l’ouverture d’une partie qui recueille des variantes, d’autres lectures possibles, des commentaires reçus par les éditeurs entre 1904 et 1914.

Haut de page

Notes

1  Ci-dessous « C.f. ».

2  Ci-dessous « G.E.F. ».

3  Ci-dessous « Phototype ».

4  Bibliothèque Nationale de France, département des manuscrits, fonds français, n° 9202.

5  Elles en formeront alors les trois derniers volumes (XII à XIV) ; voir ci-dessous.

6  En deux temps, d’abord Pensées de Pascal, nouvelle édition, corrigée et augmentée, Londres, 1776, puis Éloge et Pensées de Pascal, nouvelle édition, commentée, corrigée et augmentée par Mr. de ***, Paris, 1778 : deux éditions, attribuées à Condorcet, et, partiellement pour la seconde, à Voltaire, qui se présentent comme fortement critiques de toutes celles qui les ont précédées, leur reprochant la suppression de certains fragments, et aussi l’édition de certains autres, l’ordre adopté, la représentation de l’auteur dans les pièces liminaires ; mais cette remise en question n’atteint pas la réécriture entreprise entre 1662 et 1670 par les prochez de Pascal.

7  Œuvres de Blaise Pascal, [éd. par l'abbé Bossut], La Haye [Paris selon Albert Maire] Detune [Nyon selon Albert Maire], 1779, 5 vol.

8  En deux temps également : d’abord un travail de critique philologique des éditions antérieures, principalement de la première d’entre elles (celle de 1669-1670, dite « de Port-Royal »), par le Rapport à l’Académie française sur la nécessité d’une nouvelle édition des Pensées de Pascal, lu par Victor Cousin pendant plusieurs séances de l’Académie Française en 1842 (première publication dans le Journal des Savants entre avril et novembre 1842 ; première édition, avec une préface, en 1843, chez De Lagrange) ; puis l’édition des Pensées fragments et lettres de Blaise Pascal publiées pour la première fois conformément aux manuscrits originaux en grande partie inédits, par M. Prosper Faugère (Paris, Andrieux, 1844).

9  Sur ce point, voir, outre la grande bibliographie d’Albert Maire (Bibliographie générale des oeuvres de Blaise Pascal, Paris, Librairie Henri Leclerc, 1926), de Louis Lafuma, Histoire des Pensées de Pascal (1656-1952), Paris, éd. du Luxembourg, 1969, et Raymond Francis, Les Pensées de Pascal en France de 1842 à 1942, essai d’étude historique et critique, Paris, A.G. Nizet, 1959.

10  Pendant plus d’un demi-siècle, jusqu’à ce que le principe des éditions de Louis Lafuma ne soit progressivement considéré comme meilleur par une large majorité des lecteurs les plus autorisés.

11  Ainsi, par exemple, une édition parue en 2004 donne-t-elle trois références dans sa table de concordance : Le Guern (actuellement dans la collection Pléiade), Lafuma (Luxembourg 1951), et Brunschvicg (1904). Pascal, Les Provinciales, Pensées, et opuscules divers, textes édités par Gérard Ferreyrolles et Philippe Sellier, Paris, Librairie Générale Française, coll. Le Livre de poche / la pochothèque, 2004.

12  L’édition Mesnard (Blaise Pascal, Œuvres complètes, Paris, Desclée de Brouwer, quatre volumes parus à ce jour, 1964-1992), sous de multiples aspects plus complète qu’elle – ajout d’inédits, et surtout d’une considérable masse de documents –,demeure inachevée puisque, plus de douze ans après la parution du dernier volume restent toujours en attente les Provinciales et les Pensées.

13  Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, 1751-1767, s.v. « Monument ».

14  Voir ci-dessous.

15  Ainsi, la « table de concordance pour les fragments des pensées » de l’édition G.E.F. ne diffère-t-elle de celle de l’édition C.f. que par la scission de certains fragments et le regroupement des fragments nouvellement crées à la fin de la dernière section « Section XIV : les divisions de l’Eglise » (voir p. 423, « table sommaire des Pensées »).

16  Œuvres-complètes-de-Blaise-Pascal,édition G.E.F., première édition, 1914, T. XII, p. CIII-CXLII.
En 1914, les trois volumes de l’édition G.E.F. des Pensées-de-Pascal, sont intégrés, tels quels, dans les Œuvres-complètes-de-Blaise-Pascal, édition G.E.F., dont ils forment alors les trois derniers volumes. Voir ci-dessous.

17  Voir les références ci-dessus, notes 5 et 7.

18  Œuvres-complètes-de-Blaise-Pascal, G.E.F., T. XII, p. CXLI-CXLII.

19  Cette Introduction fait apparaître, dans les Pensées, une double mise en continuité du christianisme et du judaïsme, non seulement parce que le christianisme ne serait pas, contrairement à ce qu’aurait affirmé Spinoza, la négation du judaïsme, mais sa « confirmation », son « prolongement prévu » (p. CXXXII), mais aussi parce que « le judaïsme a connu l’église », c'est-à-dire un type d’institution de la religion qui rend possible, et qui nécessite, la coexistence de faux croyants et de vrais croyants, de ce que les Pensées nomment les « charnels » d’une part, et les « spirituels » de l’autre (pp.CXXXIV-CXXXVIII).

20  Débats conduisant à la loi de séparation des églises et de l’état en 1905. Léon Brunschvicg prend part à ces discussions, d’une part au sein de l’Union pour la vérité, qui réunit en particulier divers membres de la « nouvelle sorbonne » (sur ces querelles autour de l’évolution de l’Université, on peut consulter Antoine Compagnon, La Troisième République des lettres, de Flaubert à Proust, Paris, éd. du Seuil, 1983, p. 114 sqq.), et Jean Jaurès pour examiner les projets de nouvelles lois (voir les comptes rendus des séances dans Libres entretiens 1904-1905), mais d’autre part aussi, et sur des points qui intéressent davantage notre propos, lors de séances de la Société Française de Philosophie (voir ci-dessous) et dans les pages de la Revue de Métaphysique et de Morale, société et revue toutes nouvelles alors, et dont il est un des membres fondateurs.

21  Début de la partie intitulée « La justice », immédiatement donc après « La Vérité », Œuvres-complètes-de-Blaise-Pascal, G.E.F., p. CXVIII :

Pascal a posé le problème religieux comme étant dans son essence un problème moral.

22  Bulletin de la Société française de philosophie, séance du 23 février 1905 :
M. Brunschvicg. --- Je tiens à faire une remarque, c’est que les programmes de philosophie ne tracent aucune orientation, n’imposent aucune doctrine. La métaphysique y est résumée en ces trois mots : la Matière, l’âme, et Dieu. Pour M. Lanson, il y en a au moins un de trop, c’est Dieu.
M. Lanson. --- Je ne dis pas Dieu plus que l’âme, plus que la métaphysique en général.
M. Brunschvicg. --- Je ne saurais partager cet avis. Nous concevons la philosophie comme une réflexion sur l’ensemble du savoir, sur les limites de l’horizon intellectuel. Or il nous paraît impossible que le professeur ne puisse discuter avec ses élèves les solutions qui font intervenir Dieu pour définir et constituer l’unité du savoir. Vous ne voulez pas que le professeur soit obligé de démontrer l’existence de Dieu ; soit, mais il n’y a pas, en philosophie, que les preuves de l’existence de Dieu, il y a les objections aux preuves […]. De l’un et de l’autre, il convient que l’élève soit instruit.
M. Lanson. --- Donc vous entendez seulement enseigner l’histoire de la métaphysique ? Si vous quittez le terrain de l’histoire, il n’y a plus de neutralité possible.M. Brunschvicg. --- Non pas l’histoire, mais la critique. Le droit de l’état n’enchaîne pas la liberté des individus, […]. Il appartient à l’état de reconnaître que Dieu est une matière de réflexion ; il appartient ensuite aux professeurs, dont l’état a reconnu la compétence, d’exposer le problème suivant la méthode qui leur est propre, historique, critique ou dogmatique. Nous ne pouvons pas avoir la prétention d’équarrir les esprits ; et rien ne serait plus arbitraire que de ramener tous les problèmes à de simples alternatives, comme si une fois qu’on a renoncé à une tradition métaphysique, que vous jugez surannée, on devait du même coup renoncer à tout jugement critique. […]
M. Lanson. --- Si cette question de Dieu, si celle de l’âme ne vous étaient pas indiquées par la tradition, je me demande si vous éprouveriez aujourd’hui le besoin de les inscrire dans vos programmes.
[…]
M. Brunschvicg. --- Je pose ici un simple fait. Vous avez enlevé Dieu du programme, mais vous y avez laissé, je suppose, la causalité, et vous croyez qu’il vous sera matériellement possible d’interdire au professeur de discuter celles des interprétations de la causalité qui sont en connexion avec l’existence de Dieu.

23  Il serait réducteur de donner à une seule circonstance, le début d’une guerre, une valeur explicative.

24  Sur la façon dont la tradition éditoriale pascalienne établit, dès les premières éditions, une équivalence entre la vie de l’auteur et le livre des Pensées, voir Louis Marin, «“Pascal” : du texte au livre », article de 1977, repris dans le recueil posthume Pascal et Port-Royal, Paris, P.U.F., 1997, p. 11-51. Nous nous permettons aussi de renvoyer à notre thèse, Le Pari-de-Pascal : une série d’énonciations entre 1660 et 1850, soutenue à Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales le 26 novembre 2003, en particulier la partie portant sur l’édition de 1779, p. 513-611.

25  Nous nommons ainsi l’ensemble des circonstances qui, enveloppant une énonciation – par exemple, dans le cas présent, telle ou telle édition –, entretenant avec elle d’étroites relations, peuvent fournir à un discours historiographique et critique des éléments de compréhension. Nous verrons ci-dessous qu’un tel lieu n’est pas réductible à une, voire à quelques personnes ; il engage des institutions qui prennent part à des mouvements sociaux, politiques, économiques nationaux et transnationaux.

26  En 1908 il devient professeur à la faculté de Poitiers et occupe la chaire de Mathématique de l’université de Princeton de 1913 à 1914. Voir le Dictionary of scientific biography Charles Coulston Gillispie, editor in chief, New York: C. Scribner's sons, 1970, p. 356 sqq.

27  Voir le site internet de l’Académie Française. Ajoutons qu’il a, en particulier, publié une synthèse sur Pascal, en 1900, aux éditions Hachette.

28  On peut imaginer qu’il aurait connu une carrière universitaire, qu’aurait pu en partie autoriser sa participation à cette monumentale édition, s’il n’était pas mort en tant que capitaine en 1916. Voir le Dictionnaire de biographie française sous la direction de M. Prévost et Roman d'Amat, , Paris, , Letouzey et Ané, 1932-1989.

29  Vol. XI, p. 397 :

Suivant M. Michaut il ne devrait pas y avoirde séparation entre nos fragments 82 et 83 (voir Bulletin critique, 15 décembre 1904, p. 684).

30  Même volume, p. 396-397 par exemple.

31  Par exemple, même volume p. 397 :

P. 63 : […] l. 8, lire : c’est qu’il recherche, au lieu de : c’est qu’il cherche (Michaut).

32  Christophe Charle, Les Professeurs de la faculté des lettres de Paris : dictionnaire biographique 1909-1939, Paris : Institut national de recherche pédagogique : Éd. du CNRS, 1986, p. 44-45, 90-91, 202-203, et Antoine Compagnon, Connaissez-vous Brunetière ? Enquête sur un anti-dreyfusard et ses amis, Paris, éd. du Seuil, 1997.

33  Sur cette société, qu’il ne faut pas confondre avec la Société des Amis de Port-Royal, aujourd’hui présidée par Bernard Gazier, et sur son rapport avec le Port-Royal du xviie siècle, voir, de Cécile Gazier (la nièce d’Augustin Gazier), Histoire de la société et de la bibliothèque de Port-Royal, Paris, s.e., 1934.

34  Phototype, Introduction, p. IV :
Enfin, en 1892, M. Clédat, professeur, aujourd’hui doyen, de la Faculté des Lettres de l’Université de Lyon, lançait une souscription pour la reproduction intégrale du fac-simile, et nous avons le devoir, particulièrement agréable, de lui reconnaître l’honneur d’avoir conçu et tenté d’une manière effective l’entreprise que la seule différence des circonstances matérielles nous permet de réaliser aujourd’hui.

35  Ces « circonstances » ne peuvent en aucun cas être réduites à une simple question d’évolution des techniques, puisque les catalogues des bibliothèques nationales (voir en particulier celui de la British Library) font apparaître une forte production de phototypes dès le début des années 80.

36  Sur la solidité financière de la maison Hachette, et sur sa forme de capitalisme, voir l’ouvrage de Mistler, Jean, La Librairie Hachette, de 1826 à nos jours, Paris, Hachette, ,1964.

37  C’est un fac-similé par demi-teintes, et non pas « au trait » comme celui qui a été édité par Louis Lafuma à l’occasion du tricentenaire de la naissance de Pascal.

38  Voir Lucien Laynaud, La Phototypie pour tous et ses applications directes aux tirages lithographiques et typographiques. Traité pratique de vulgarisation, Paris, Gauthier-Villars, 1900. La phototypie y est définie page 5 en ces termes :
L’action du bichromate sur la gélatine consiste à rendre cette dernière plus ou moins insoluble selon la durée du temps qu’on l’a exposée à la lumière. Par conséquent, si vous mettez un cliché photographique sur une surface gélatinée contenant du bichromate, et si vous laissez cette surface à la lumière du jour ou à l’action des rayons du soleil, les parties transparentes du cliché seront traversées par la lumière, qui agira sur la couche sensible, tandis que les parties opaques du cliché seront préservées.
La planche étant ensuite débarrassée du bichromate par un lavage à l’eau, nous obtenons une surface comparable à celle de la tache de graisse expliquée plus haut. En y passant un rouleau chargé d’encre grasse, l’encre se déposera seulement sur les parties de la gélatine qui ont vu la lumière ; les autres parties restées couvertes auront absorbé assez d’eau pour refuser l’encre. Entre ces deux extrêmes se place toute la gamme des demi-teintes graduellement impressionnées, qui retiendront l’encre en proportion exacte de la quantité de lumière reçue.

39  Cet appel est reproduit à l’intérieur de l’Introduction. Voici les paragraphes (p. V) sur lesquels s’appuie notre argumentation :
En se remettant sous les yeux, dans ce qu’elle a d’intime et de suggestif, la physionomie du manuscrit, ils apercevront, par delà les mots imprimés, par delà aussi les restaurations qu’on a tentées d’une Apologie en forme, Pascal lui-même, le malade qui se soulève de son lit pour fixer le souvenir d’une nuit d’insomnie ou qui appelle un domestique pour terminer le paragraphe, quelque fois même la ligne commencée, l’homme qui jette sur une feuille volante ses impressions de lecture ou ses projets de chapitres, qui fait la confidence de sa vie morale. Des notes de polémique contre les Jésuites et contre l’Inquisition ont gardé le geste d’indignation incrusté dans la forme ardente et inachevée de l’écriture. Des pages telles que l’Argument du Pari ou le Mystère de Jésus ont un aspect physique qui en redouble l’émotion.
Pour quelques-uns enfin qui aiment Pascal d’un amour particulier, ces papiers intimes, dans le désordre où la mort et le temps nous les ont livrés, sont des reliques spirituelles auxquelles ils ont voué un culte d’intelligence; ceux-là estimeront que seule la lumière est assez fidèle, assez légère, pour leur donner le Pascal qu’ils se rendront familier et dont ils feront leur Pascal.
Telles sont les raisons de notre dessein.
Pour l’exécuter dans des conditions qui offrent toute garantie d’exactitude scientifique, nous devions choisir un procédé photographique où la retouche est impossible, nous avons adopté la phototypie de la maison Berthaud frères à qui on doit la publication du manuscrit de Démosthène, du psautier de Saint-Louis, de l’Anthologie latine, etc.

40  Le Phototype est en effet jugé capable de montrer « comment le mot est écrit, et surtout s’il est réellement écrit » de mettre sous les yeux « la physionomie du manuscrit» (même lieu).

41  Pas tout à fait achéiropoïète en effet, puisque, si aucune main humaine ne porte de traits sur la plaque servant à l’impression, la précision du travail manuel n’en reste pas moins décisive dans l’impression doublement photographique productrice du fac-similé

42  P. V et VI : « Le malade qui se soulève », « l’homme qui jette », « la forme vivante de son activité ». Peut-être pouvons-nous, dans cette indication d’un lointain, et dans cette dimension cultuelle, reconnaître cette fameuse « aura » qui « nous fait signe une dernière fois » « dans l’expression fugitive d’un visage d’homme, sur les anciennes photographies […]». Voir Walter Benjamin, Œuvres III, « L’œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique (première version, 1935) », traduit de l’allemand par Maurice de Gandillac, Rainer Rochlitz et Pierre Rusch Gallimard, coll. Folio essais, 2000, en particulier les pages 75-76 et 81-82.

43  Ce qui n’exclut pas que, par ailleurs, certains penseurs chrétiens comme Maurice Blondel, ou Lucien Laberthonnière, ou Henri Bremond, ne puissent dans ces mêmes années le considérer comme un exemple privilégié du sentiment religieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Cantillon, « L’institution des Œuvres-complètes-de-Blaise-Pascal ; à propos des éditions de Léon Brunschvicg (1897-1914) », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers d'Alain Cantillon, mis en ligne le 02 novembre 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/3660

Haut de page

Auteur

Alain Cantillon

Alain Cantillon est Maître de conférence à l’Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle. Il est membre du Grihl, co-responsable du séminaire collectif du groupe de recherche. (voir sa fiche de présentation)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org