Navigation – Plan du site
Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie
I. Athées, spirituels, fidéistes

Les ultima verba de Monsieur du Mans, évêque incrédule

Alain Mothu

Notes de l’auteur

Article paru dans Poétique de la pensée. Études sur l’âge classique et le siècle philosophique. En hommage à Jean Dagen, Paris, Honoré Champion, 2006, p. 593-603.

Texte intégral

  • 1  Voir Armand Jean, Évêques et archevêques de France, Paris et Mamers, 1891, p. 429, qui renvoie à D (...)
  • 2  Sans toutefois dissimuler que Lavardin « était un voluptueux qui riait de tout ; au lieu que le cu (...)
  • 3  Sur cet « ordre » informel de gourmets (plutôt que d’ivrognes), composé initialement de Saint-Évre (...)
  • 4  Questions sur l’Encyclopédie, VIII, 1771, art. « Ordination » (= Dictionnaire philosophique, éd. M (...)

1Philibert-Emmanuel de Beaumanoir de Lavardin, né en 1617 d’une illustre famille du Maine, évêque du Mans de 1648 jusqu’à sa mort en 1671, est apparemment demeuré de sinistre mémoire dans la chronique de l’Église de France1. Voltaire, qui a certainement contribué à ternir sa réputation, l’a présenté à l’article « Ordination » de ses Questions sur l’Encyclopédie (1771) comme l’« un des plus violents esprits forts du siècle de Louis XIV » et une sorte de proto-Meslier2. Il rapporte que Lavardin, après avoir mené une vie d’épicurien, et notamment après avoir fondé un ordre de francs buveurs, celui des « Coteaux »3, se serait, à l’article de la mort, avisé « d’une espièglerie peu commune » : il aurait confessé son mépris de la religion chrétienne et prétendu « qu’il n’avait jamais eu l’intention de donner aucun sacrement », en conséquence de quoi « aucun de ceux qu’il avait ordonnés n’était prêtre en effet, [et] tous leurs actes de prêtres étaient nuls »4.

  • 5  Lettres à S.A. Monsgr le prince de ***, éd. Moland, XXVI, p. 512.

2À l’article « Meslier » de ses Lettres à S.A. Monsgr le prince de ***, publié quelques années auparavant (1767), l’écrivain avait brossé un tableau à la fois plus précis et plus violent des derniers moments du Prélat : l’« espièglerie » de Lavardin y prenait les franches couleurs de la bravade satanique. Ainsi, notre évêque aurait non seulement repoussé les derniers sacrements, mais il aurait de plus déclaré qu’il détestait la religion chrétienne et qu’il « n’avait jamais consacré le pain et le vin en disant la messe, ni eu aucune intention de baptiser les enfants et de donner les ordres, quand il avait baptisé des chrétiens et ordonné des diacres et des prêtres ». Cet évêque, concluait Voltaire, s’était offert l’ultime et « malin » plaisir « d’embarrasser » après sa mort « tous ceux qui auraient reçu de lui les sacrements de l’Église : il riait en mourant des scrupules qu’ils auraient, et il jouissait de leurs inquiétudes »5.

  • 6  Cité par R. Duchêne en note à son éd. de Madame de Sévigné, Correspondance, Paris, Gallimard, La P (...)
  • 7  A. Adam, éd. de Tallemant des Réaux, Historiettes, Paris, La Pléiade, 1960-1961, t. 2, [historiett (...)

3Ce portrait de Lavardin en Lucifer nous éloigne sensiblement de la notice nécrologique que la Gazette de France lui consacrait le 1er août 1671, soit cinq jours après sa mort. On y lisait que le Prélat était décédé après vingt-quatre ans de bons et loyaux services auprès de ses diocésains et qu’il avait « reç(u) les sacrements avec une piété exemplaire, une résignation merveilleuse, et des témoignages d’une singulière humilité »6. Un troisième témoignage, provenant d’une note d’une édition ancienne de Saint-Évremond, nous brosse un portrait certes moins édifiant du personnage, mais convient que « Philibert-Emmanuel de Lavardin se reconnut à la mort et détesta sa vie et ses impiétés passées. Ce fut même sur la déposition qu’il fit alors que plusieurs prêtres qui avoient reçu les ordres de lui se firent réordonner. »7

  • 8  D’où les réactions indignées qui accueillirent l’ouvrage provocateur d’André-François Deslandes, R (...)

4Ce dernier détail au moins – que rapporte également Voltaire – est parfaitement exact : après la mort de Lavardin, plusieurs prêtres qu’il avait ordonnés exigèrent en effet de se faire réordonner ; l’affaire fit du bruit, nous y reviendrons plus en détail. Bornons-nous ici à noter combien il est tentant de croire que Voltaire – sous l’influence probable du cas de Meslier et de son Mémoire testamentaire – ait inféré à tort de ces réordinations tardives que Lavardin avait lui aussi commis un aveu énorme avant de rendre l’âme. À moins qu’il ait très sciemment rebâti l’événement à des fins idéologiques – ce qui était bien dans ses manières. Un haut dignitaire de l’Église confessant son incrédulité persistante le jour de sa mort – soit « le maistre jour, le jour de tous les autres », celui où se décide pour le chrétien, un bonheur ou un malheur éternels8 , quelle belle image à opposer à la vieille icône chrétienne du libertin repentant, et quel emblème aussi de l’hypocrisie de beaucoup de ministres du culte !

  • 9  Les éditeurs des Œuvres de messire Antoine Arnauld, t. X, Paris et Lausanne, Sigismond d’Arnay & C (...)

5Nous ne pouvons bien sûr exclure qu’un auteur plus ancien que Voltaire lui avait légué cette interprétation de la mort de Lavardin9. Toutefois cet « indicateur » n’a pas été identifié à ce jour, et à supposer qu’il ait existé, nous devons considérer du moins que Voltaire adhéra délibérément à une thèse dont il avait, nous le verrons, quelques raisons de douter. Bref, sa responsabilité dans la lecture de l’événement nous paraît dans tous les cas réelle. Efforçons-nous alors d’en mieux cerner les causes, les limites et le sens.

  • 10  Il était abbé commendataire de Beaulieu, près du Mans, et de Saint-Liguaire dans le Poitou, en out (...)
  • 11  Cf. D. Aris, « Le milieu intellectuel… », art. cit., p. 174. Les raisons de Caussin ne sont pas ex (...)
  • 12  Voir Tallemant des Réaux, Historiettes, éd. Adam, t. 2, p. 297 (historiette « Costar »). De 1638 à (...)

6Rappelons donc, en premier lieu, que le soupçon de mécréance pesant sur Lavardin avait précédé de longtemps ses derniers soupirs. Il avait déjà justifié la résistance du parti dévot quand, en 1648, l’abbé de Beaulieu et de Saint-Liguaire qu’il était alors se présenta pour succéder à Émeric de La Ferté, décédé cette même année, à l’évêché du Mans10. Lavardin y prétendait « quasy par droit de succession », comme dit Tallemant, puisque l’un de ses plus illustres ancêtres, Hildebert de Lavardin (1056-1133), était déjà évêque du Mans, et puisque son oncle et éducateur, Charles de Beaumanoir (1586-1637), l’avait été de 1610 à sa mort et l’avait choisi pour lui succéder. Cet « héritage » que Lavardin avait malheureusement manqué en 1637 (le Père Nicolas Caussin, tout récemment nommé confesseur de Louis XIII, y avait fait obstacle)11, il n’avait cessé ensuite de s’y préparer. Non à vrai dire par l’exemple d’une vie pieuse, mais en entreprenant en marge de ses fines débauches parisiennes quelques « études sérieuses » dans son abbaye de Saint-Liguaire en Poitou, sous la conduite de l’érudit Pierre Costar (1603-1660), et en se ménageant certainement aussi quelques judicieuses alliances politiques12.

  • 13  Voir Tallemant des Réaux, Historiettes, éd. Adam, II, p. 297.
  • 14  Voir la Lettre d’un ecclésiastique [réponse au libelle Les Sept douleurs de la Cour de Rome], cité (...)
  • 15  Tallemant, Historiettes, éd. Adam, II, p. 297.
  • 16  C’est ce qui ressort, du moins, du témoignage de Tallemant cité ci-après.

7Enfin l’occasion tant attendue se présenta, en 1648. Seulement voilà : l’oncle de Lavardin avait vécu dans son évêché « avec toute sorte de libertinage » et le neveu traînait de même une fâcheuse réputation : sa vie « n’estoit pas dans l’ordre » et il s’était même attaché comme précepteur et mentor, en la personne de Costar, un « sodomite et qui faisoit profession d’impiété et d’atheisme. »13 Un archevêque, nous dit-on, vraisemblablement celui de Sens (Louis Henri de Pardaillan de Gondrin, ami de Port-Royal) ainsi qu’un « chef d’Ordre » qui devait être Vincent de Paul, chef du conseil de conscience de la Reine, accusèrent positivement Lavardin « d’impieté et d’irréligion. »14 Celui-ci ne renonça pas pour autant : six mois durant, de mai jusqu’à novembre 1648, il s’efforça en vain de courtiser « M. Vincent »15 ; en même temps, il sonna le rappel de ses alliés, dont le puissant cardinal de Retz16.

  • 17  Voir la Lettre d’un ecclésiastique citée supra, n. 14, d’après les Œuvres de messire Antoine Arnau (...)

8Il fut finalement décrété qu’une commission ecclésiastique exceptionnelle examinerait « la conduite & la foi » de Lavardin. Celle-ci, constituée selon une note anonyme « de 18 Evêques, & de 4 Docteurs de Sorbonne », se réunit le 11 novembre en présence de Mazarin17. Tallemant ne donne pas ces dernières précisions, il suggère même une composition différente de l’assemblée ; mais il nous relate au moins l’issue des débats :

  • 18  Tallemant, Historiettes, éd. Adam, p. 297-298. Nous ne savons rien, ni de l’« homme de condition » (...)

[…] à la Saint-Martin, […] M. le Coadjuteur [= Retz], Martineau, chantre de Nostre-Dame nommé evesque de Bazas, feu M. de Senlis (mais il ne s’y trouva pas) et le pénitencier de Nostre-Dame, qui estoient du Conseil de conscience, eurent ordre d’examiner si l’abbé de Lavardin n’estoit point athée, et si on pouvoit en conscience lui donner un evesché. Martineau et le Pénitencier furent d’avis que, pour le scandale que cela avoit causé, on ne le fist point evesque cette fois, et qu’il seroit ridicule de faire evesque un homme dont on a douté qu’il fust chrestien. Mais le Coadjuteur l’emporta, et gronda fort le pere Vincent de ce que, par le rapport qu’il fit dans l’Assemblée, il ne se fondoit que sur ce qu’un homme de condition, qui ne vouloit pas estre nommé, avoit dit à un evesque qui ne vouloit pas estre nommé non plus, que l’abbé de Lavardin estoit indigne de l’episcopat. En effect, il ne faudroit à ce compte-là qu’un ennemy pour perdre un homme de reputation18.

  • 19  Nommé le 13 novembre 1648, il avait prêté serment le 14 avril suivant dans la chapelle de Saint-Ge (...)
  • 20  D. Aris, « Le milieu intellectuel… », art. cit., p. 175 ; Adam, éd. cit. de Tallemant, II, p. 1159 (...)
  • 21  À Paris, « il fréquentait plus les beaux esprits que les docteurs de Sorbonne, et s’occupait moins (...)
  • 22  Tallemant note : « Ce Monsieur du Mans, pour imiter, dit-il, ses ancestres, s’est mis à tenir tabl (...)

9Parvenu au siège épiscopal du Mans19, Lavardin s’empressera de pourvoir son maître à penser et commensal Costar d’importants bénéfices et d’un somptueux appartement dans le palais épiscopal20. Lui-même apparaîtra bientôt plus souvent à Paris, où sa table sera fort recherchée21, que dans son diocèse. Dans la capitale, il se constituera une solide réputation d’épicurien mondain, volontiers pédant et ridicule, et comme tel objet de railleries diverses22 ; cependant personne n’osera dénoncer ni même évoquer son incrédulité religieuse, qu’apparemment pourtant il ne prenait guère le soin de dissimuler : ces choses-là, la connivence, la délicatesse ou bien la crainte interdisent de le dire des Grands.

  • 23  Arnauld évoque le témoignage d’un « ami » de Lavardin, à qui celui-ci avait confié « qu’il ne pouv (...)

10Ce n’est en réalité qu’après la mort du Prélat, en 1671, que quelques langues probablement cléricales se délieront, pour déclarer que l’évêque du Mans avait toujours douté de la vérité du christianisme et n’avait jamais voulu en conscience recevoir la prêtrise ni administrer les sacrements23. Le témoignage de Des Maizeaux, dans sa Vie de Saint-Évremond, est à cet égard très explicite :

  • 24  C’est en 1657 que l’oratorien Jules Mascaron (1634-1703), qui enseignait alors la rhétorique au co (...)
  • 25  Nicolas Pavillon (1597-1677), évêque d’Alet (province de Narbonne) de 1639 à sa mort. Sévère ami d (...)
  • 26  La Vie de M. de Saint-Evremond..., op. cit., t. I, p. lxxxv-lxxxvi. Voir aussi l’éd. des Lettres d (...)

La raison pourquoi il [Lavardin] a été si décrié, c’est qu’il avoit témoigné assez ouvertement qu’il n’étoit pas bien convaincu des vérités de la réligion. Il prenoit trés-peu de soin de cacher ses sentimens ; en sorte qu’on disoit de lui publiquement qu’il n’avoit de religieux que l’habit, & que du reste c’étoit un franc Epicurien. Le crédit qu’il avoit empêcha qu’on ne lui en fît des affaires pendant sa vie : mais peu de temps aprés sa mort, sur le témoignage de plusieurs personnes, qui l’avoient oüi dogmatiser, on réordonna quelques Prêtres qui avoient reçû les Ordres de lui ; & entre autres, le Pere Mascaron, celebre Prédicateur24. On avoit dessein de pousser plus loin cette affaire & on consulta là-dessus le femeux M. Pavillon, Evêque d’Alet25, lequel répondit qu’il falloit premierement assembler un Synode Provincial, & que sur la déposition de ces mêmes personnes qui l’avoient déféré, on procederoit contre sa memoire ; qu’ensuite on en écriroit au Pape, afin qu’il autorisât les procedures qu’on auroit faites. Mais comme cela eût fait trop d’éclat, et qu’il y avoit des personnes d’un grand merite qui appartenoient à la maison de cet Evêque, on prit le parti d’en demeurer là. [Des Maizeaux précise en note : « Je tiens ces particularités d’un très-honnête homme, qui a été Confrère du Pere Mascaron avant qu’il fût évêque »]26.

  • 27  Voir Bibliothèque de Voltaire. Catalogue des livres, Moscou-Léningrad, Éditions de l’Académie des (...)
  • 28  Sur la lecture de Saint-Évremond par Voltaire, voir J.-M. Moureaux, « Voltaire et Saint-Évremond » (...)

11Notons bien que ce témoignage était vraisemblablement connu de Voltaire : celui-ci possédait dans sa bibliothèque l’édition de 1740 des Œuvres de monsieur de Saint Évremond27. Certes, il avait lu déjà les Œuvres meslées de 1689, également dans sa bibliothèque et copieusement annotées. Cependant une allusion qu’il fait, à propos de Lavardin justement, au « médiocre et célèbre prédicateur » Mascaron, qui persuada aux autres prêtres « par ses discours et par son exemple de réitérer la cérémonie » d’ordination (Questions sur l’Encyclopédie, art. cit.), suggère une lecture de la Vie de Saint-Évremond par Des Maizeaux, présente dans l’autre édition28. Néanmoins nous constatons qu’il n’est question chez Des Maizeaux d’aucune déclaration retentissante faite in articulo mortis et ayant valeur d’acte d’apostasie, ce qui accrédite l’idée que Voltaire, dans son dessein d’élever le personnage de Lavardin à la hauteur d’un mythe pré-Mesliéen, a – c’est le moins que l’on puisse dire – extrapolé.

12Toutefois, si Lavardin n’a pas renié la foi chrétienne sur son lit de mort, est-il certain pour autant qu’il « reçut les sacrements avec une piété exemplaire » et « se reconnut à la mort et détesta sa vie et ses impiétés passées », comme le veulent d’autre témoignages ?

13La mort de notre évêque fut en réalité subite et il semble bien qu’il n’ait eu, ni l’esprit, ni le temps de se repentir de ses erreurs passées. Le seul témoignage que nous possédons à ce sujet provient de Mme de Sévigné, qui dînait chez lui presque tous les vendredis, avec La Rochefoucauld, Mme de Brissac et Benserade. Elle n’était pas présente le jour du décès, qui eut lieu un lundi, mais son témoignage est de proximité. Elle écrit ledimanche 2 août 1671 à Mme de Grignan – qui se trouvait être la belle-sœur de Lavardin :

  • 29  Madame de Sévigné, Correspondance, éd. cit., I, p. 311 (Lettre n° 188).

La mort de Monsieur du Mans m’a assommée. Je n’y avais jamais pensé, non plus que lui, et de la manière dont je le voyais vivre, il ne me tombait pas dans l’imagination qu’il pût mourir. Cependant le voilà mort d’une petite fièvre en trois heures, sans avoir eu le temps de songer au ciel, ni à la terre ; il a passé ce temps-là à s’étonner [= s’effrayer]. Il est mort subitement de la fièvre tierce. La Providence fait quelquefois des coups d’autorité qui me plaisent assez ; mais il en faudrait profiter29.

  • 30  P. Renouard, Essais historiques et littéraires sur la ci-devant province du Maine, divisés par épo (...)

14Lavardin serait donc mort assez soudainement – la rumeur d’un empoisonnement par la Brinvilliers courut d’ailleurs dans la capitale30 – « sans avoir eu le temps de songer au ciel, ni à la terre » : déclaration équivoque, certes, mais qui au moins ne désigne aucune « résignation merveilleuse », comme disait la Gazette, ni aucune détestation repentante des « impiétés passées », comme disait la note anonyme à Saint-Évremond. En réalité, contrairement à ce que prétendra la chronique pieuse, il n’est nullement certain que l’évêque du Mans ait eu le temps de recevoir un prêtre et l’extrême-onction…

  • 31  Il avait dans sa bibliothèque un Recueil des lettres de madame la marquise de Sévigné, à madame la (...)

15Voltaire, qui connaissait vraisemblablement aussi ce témoignage de Sévigné31, qui savait par ailleurs que Lavardin ne s’était pas illustré par une grande piété et que sa mort avait été suivie de beaucoup de remous, comprit peut-être que ne pas « songer au ciel » était chez l’épistolière un euphémisme pudique pour signifier « renier le ciel ». Aussi n’est-il nullement avéré qu’il ait sciemment travesti l’épisode de la mort de Lavardin, même si, pour les raisons idéologiques et non moins esthétiques que nous avons dites, il est simultanément clair qu’il voulut croire à une bravade testamentaire de la part du Prélat. On serait en revanche mieux fondé à considérer que l’institution ecclésiastique procéda, elle, en toute connaissance de cause, au maquillage dévot d’un trépas jugé un peu trop muet...

16Quoi qu’il en soit, ce qui intéressait Voltaire quand il mettait en exergue l’exemple de Lavardin était bien d’embarrasser le christianisme. Il le mettait face à un vieux et douloureux dilemme touchant l’intention nécessaire pour administrer les sacrements. Une fois “éventés” l’incrédulité de Lavardin et, surtout, ses indiscrets aveux selon lesquels son intention de recevoir et donner les sacrements avaient toujours fait défaut, la question s’était en effet posée de savoir ce que valaient au juste tous les sacrements (baptêmes, mariages, extrême-onctions, ordinations de prêtres) qu’il avait administrés durant son ministère.

  • 32  Voir la Septième session sur « Les Canons des Sacrements en général » (Le Saint œcuménique et gene (...)
  • 33  C’est ce qu’écrit le préfacier des Œuvres de messire Antoine Arnauld, t. X (op. cit.), « Écrits de (...)

17La question, en principe, était théologiquement résolue depuis longtemps et le Concile de Trente avait récemment réédité cette réponse32. Cependant celle-ci concluait à la suffisance d’une intention consistant à faire ce que fait l’Église selon ses rites, car les sacrements opèrent ex opere operato (en vertu du rite accompli), et non en vertu de la foi du ministre, et elle impliquait que même un infidèle, un meurtrier ou un athée pouvait administrer validement les sacrements. Conclusion certes bien nécessaire pour l’Église, car subordonner la validité des sacrements aux intentions à jamais cachées du ministre reviendrait à « rendre tout incertain dans l’Église »33. Mais conclusion bien digne, en même temps, de révolter le « bon-sens » chrétien.

  • 34  Voir l’article de L. Godefroy, « Ministre des sacrements », dans le Dictionnaire de théologie cath (...)
  • 35  Voir Œuvres de Messire Antoine Arnauld, op. cit., t. X, 1777, p. 696-702.
  • 36  Sainte-Geneviève E 4° 2216 inv. 1396 Rés., pièce 51 bis, voir fol. 2r, en marge. Ce manuscrit [com (...)

18Une preuve historique de cet embarras, est que cette question en principe « théologiquement résolue » depuis Augustin, Thomas, etc., n’avait en réalité cessé d’animer et perturber la scène théologique depuis le Moyen Âge jusqu’aux temps modernes34. Or, l’affaire Lavardin réanima fortement ce débat : le grand Arnauld  lui-même, évoquant une question « fort agitée en notre temps », s’attacha longuement vers 1672 à résoudre le « Cas d’un Evêque qui s’étoit fait ordonner Prêtre & Evêque, ne croyant rien, & qui avoit ordonné dans la même disposition »35. Arnauld, qui concluait de manière très orthodoxe à la validité des sacrements, avait apparemment été interrogé à ce sujet, ainsi que d’autres de ses amis, par l’archevêque de Sens, désireux de savoir « s’il devoit donner de l’employ à ceux qui avoient esté ordonnez par ce Prelat » : c’est ce que nous apprend un petit manuscrit conservé à la bibliothèque Sainte-Geneviève intitulé « Cas de conscience touchant un homme qui s’étoit fait ordonner prestre et Evesque ne croyant rien »36. Nous y apprenons également que « M. Boileau, docteur de Sorbonne, doyen de l’église et chapitre de Sens étant d’un avis contraire » à celui exprimé par Arnauld et l’auteur de notre manuscrit, « on résolut dans le conseil de M. l’archevêque de Sens de ne donner aucun employ dans le Dioceze à ceux qui avoient esté ordonnez par led. Sieur Evesque du Mans » (fol. 3r, en marge).

  • 37  Après tout, l’affaire Lavardin ne fut peut-être étrangère à ce retard…

19D’où les réordinations évoquées, lesquelles, de toute évidence, ne s’étendirent pas seulement au diocèse de Sens : Mascaron lui-même, nous l’avons vu, qui venait d’obtenir l’évêché de Tulle six mois avant que Lavardin ne meure mais n’avait pas encore été sacré (il le sera en mai 1672 seulement)37, se fit prudemment, lui aussi, réordonner prêtre.

  • 38  C’est le curé Labrosse qui nous en informe dans une « Note » manuscrite de 1822 publiée dans les Œ (...)

20En somme, Voltaire, en exhibant le cas Lavardin, plongeait l’épingle sur un point qu’il savait éternellement sensible au christianisme. Sensible à tel point que ce curé Meslier, en qui Voltaire voulut voir justement une sorte d’héritier spirituel de Lavardin, mais que tout oppose en la circonstance, jugea bon de rassurer en ces termes ses paroissiens et ses collègues : « Que les Christicoles sachent, pour se tranquilliser, que j’ai toujours eu l’intention de faire ce qui se fait dans notre prétendue Église »38.

Haut de page

Notes

1  Voir Armand Jean, Évêques et archevêques de France, Paris et Mamers, 1891, p. 429, qui renvoie à Dom Paul Piolin, Histoire de l’Église du Mans, 6 vol., Le Mans, 1851. Des Maizeaux, cité plus bas, parle lui aussi d’un évêque très « décrié ». Non moins significativement, Pierre Renouard occulte entièrement notre personnage dans ses Essais historiques et littéraires sur la ci-devant province du Maine (Le Mans, Fleuriot, 1811). Sur la famille de l’évêque du Mans, on pourra voir Daniel Aris, « Le milieu intellectuel de la famille de Beaumanoir », dans les Actes du colloque 1588-1988. Quatrième centenaire de la naissance de Marin Mersenne, Le Mans, Université du Maine, 1994, p. 169-181 ; nous remercions Jean Lesaulnier pour cette référence. Sur notre évêque en particulier, voir aussi Barthélémy Hauréau, Histoire littéraire du Maine, Paris, Dumoulin, 1870-1877 [1ère éd. 1843-1852], 10 t. en 5 vol., t. IX, p. 325-373.

2  Sans toutefois dissimuler que Lavardin « était un voluptueux qui riait de tout ; au lieu que le curé Meslier était un homme sombre et enthousiaste, d’une vertu rigide il est vrai, mais plus dangereux par cette vertu même » (Lettres à S.A. Monsgr le prince de *** [Brunswick], 1767, éd. Moland, t. XXVI, p. 512).

3  Sur cet « ordre » informel de gourmets (plutôt que d’ivrognes), composé initialement de Saint-Évremond, du comte d’Olonne et du marquis de Boisdauphin, et que Lavardin “institua” sans le vouloir, voir en particulier Des Maizeaux, La Vie de M. de Saint-Evremond, à Monsieur Bayle (1706), dans Œuvres de Monsieur de Saint-Evremond. Publiées sur les manuscrits de l’auteur. Nouvelle edition revue, corrigée & augmentée de la vie de l’Auteur, Londres, Jacob Tonson, 1725, p. lxxxiii-lxxxv. Bouhours, dans sa Manière de bien penser dans les ouvrages d’esprit (1687), évoque une « société de fins débauchés » (p. 342).

4  Questions sur l’Encyclopédie, VIII, 1771, art. « Ordination » (= Dictionnaire philosophique, éd. Moland, Œuvres complètes de Voltaire t. XX, p. 150).

5  Lettres à S.A. Monsgr le prince de ***, éd. Moland, XXVI, p. 512.

6  Cité par R. Duchêne en note à son éd. de Madame de Sévigné, Correspondance, Paris, Gallimard, La Pléiade, t. I, 1972, p. 1136 (n. 5). Lavardin ne fut en réalité évêque que pendant 22 ans.

7  A. Adam, éd. de Tallemant des Réaux, Historiettes, Paris, La Pléiade, 1960-1961, t. 2, [historiette « Costar »], p. 1155, n. 5. Adam ne donne pas sa source ; peut-être désigne-t-il une note à la lettre de Saint-Évremond au comte d’Olonne de 1656, où il est question de Lavardin (cette lettre fut éditée pour la première fois par Barbin en 1692 dans la Seconde partie des Œuvres meslées de Saint-Évremond, puis par Des Maizeaux, etc.R. Ternois en a donné une éd. critique récente dans les Lettres de S.-É., Paris, Didier / STFM, t. I, 1967, p. 59-72).

8  D’où les réactions indignées qui accueillirent l’ouvrage provocateur d’André-François Deslandes, Réflexions sur les grands hommes qui sont morts en plaisantant (1712 ; rééd. par F. Salaün, Paris, Champion, 2000 : voir la présentation et les pièces annexes, notamment le compte rendu du Journal de Trévoux, p. 149 sq.). Nous avons cité Montaigne, I, xix.

9  Les éditeurs des Œuvres de messire Antoine Arnauld, t. X, Paris et Lausanne, Sigismond d’Arnay & Compagnie, 1777, présentant deux décisions d’Arnauld relatives à « l’intention du Ministre dans l’administration des Sacrements », et évoquant bien sûr le cas Lavardin, disent, comme Voltaire : « étant au lit de mort, [il] déclara qu’il n’avoit jamais cru aucun de nos mysteres » (p. xxxvii). Voir de même ibid., t. III (1775), p. 402, note a : « Cet Evêque du Mans déclara en mourant qu’il n’avoit jamais cru en Dieu, & qu’il n’avoit jamais eu l’intention de consacrer des Prêtres » (note à la lettre 833 à Dodart, 1er nov. 1691, où Arnauld, jugeant la Concordia rationis & fidei de Huet (1690) digne de La Mothe Le Vayer – dont les « discours sceptiques, sous le nom d’Horatius Tubero, ainsi que son livre, de la Vertu des Payens, font assez voir qu’il n’étoit pas chrétien » –, redoute de voir « à Avranches, ce que l’on vit au Mans du tems du Cardinal Mazarin »). Ces éditeurs avaient-ils été contaminés par les récits voltairiens, ou tenaient-ils plutôt cette compréhension de l’affaire d’un prédécesseur ?

10  Il était abbé commendataire de Beaulieu, près du Mans, et de Saint-Liguaire dans le Poitou, en outre chanoine de la cathédrale du Mans. Il possédait encore le prieuré de Saint-Célestin.

11  Cf. D. Aris, « Le milieu intellectuel… », art. cit., p. 174. Les raisons de Caussin ne sont pas explicitées : l’abbé Lavardin fut peut-être jugé trop jeune, théologiquement mal préparé ; mais les raisons qui seront invoquées en 1648 (voir infra) le furent peut-être déjà en 1637.

12  Voir Tallemant des Réaux, Historiettes, éd. Adam, t. 2, p. 297 (historiette « Costar »). De 1638 à 1644, Costar vécut avec son protecteur au prieuré de Saint-Lignières, près de Niort. Pendant cette période, Lavardin se prépara « méthodiquement à l’épiscopat, sous la direction de Costar », explique A. Adam (ibid., p. 1151, n. 6), qui cite la Vie de Costar : « M. Costar luy fit lire d’abord les meilleurs auteurs de la langue latine, afin que cette lecture lui servist d’un solide fondement pour l’intelligence des Pères de l’Église […]. M. l’abbé de Lavardin s’occupa encore, soubs ses avis et la conduite de son guide, à composer plusieurs sermons. » Voir aussi D. Aris, « Le milieu intellectuel... », art. cit., p. 174-175.

13  Voir Tallemant des Réaux, Historiettes, éd. Adam, II, p. 297.

14  Voir la Lettre d’un ecclésiastique [réponse au libelle Les Sept douleurs de la Cour de Rome], citée dans les Œuvres de messire Antoine Arnauld, op. cit., t. X, p. XXXVII, note : Lavardin, « fut accusé publiquement, étant encore Abbé, par un Archevêque & par un Chef d’Ordre, d’impiété & d’irréligion, & dont on éxamina la conduite & la foi, en présence du Card. Mazarin, de 18 Evêques, & de 4 Docteurs de Sorbonne. » Pour l’identification de l’« archevêque » à Louis Henri de Pardaillan de Gondrin, voir infra. Le « Chef d’Ordre » ne peut être à notre avis que « M. Vincent », dont parle Tallemant.

15  Tallemant, Historiettes, éd. Adam, II, p. 297.

16  C’est ce qui ressort, du moins, du témoignage de Tallemant cité ci-après.

17  Voir la Lettre d’un ecclésiastique citée supra, n. 14, d’après les Œuvres de messire Antoine Arnauld.

18  Tallemant, Historiettes, éd. Adam, p. 297-298. Nous ne savons rien, ni de l’« homme de condition », ni de l’évêque qui voulaient conserver l’anonymat.

19  Nommé le 13 novembre 1648, il avait prêté serment le 14 avril suivant dans la chapelle de Saint-Germain en Laye et avait été sacré à Paris, dans l’église des Feuillants, le 25 avril. Il s’était installé au Mans le 2 mai 1649.

20  D. Aris, « Le milieu intellectuel… », art. cit., p. 175 ; Adam, éd. cit. de Tallemant, II, p. 1159, n. 3. En 1652, ce « saint personnage » – ainsi que l’appelle ironiquement Adam – qui n’était en 1648 que sous-diacre du diocèse de Paris et bachelier en théologie, apparaîtra même, dans un acte, avec les qualités de prêtre et de docteur en théologie.

21  À Paris, « il fréquentait plus les beaux esprits que les docteurs de Sorbonne, et s’occupait moins d’étudier la matière des cas réservés que de goûter les pontes de Voiture et de Saint-Évremond. Il tenait table et bureau d’esprit » (Hauréau, Hist. litt. du Maine, op. cit., p. 356)

22  Tallemant note : « Ce Monsieur du Mans, pour imiter, dit-il, ses ancestres, s’est mis à tenir table ; mais à sa propre table les gens se mocquent de luy. L’abbé d’Effiat un jour avoit des tablettes et escrivoit : Premiere plaisanterie de Monsieur du Mans. Seconde plaisanterie de Monsieur du Mans. Luy en rit, car il ne voit pas qu’on le raille. Chez le Roy quelqu’un demanda d’où venoit le mot de prelat ; Monsieur du Mans donne dans le panneau et estalle ses eruditions. Nogent, quoyque mechant bouffon, les mena battant d’un façon pitoyable. » (Historiettes, op. cit., II, p. 298). La lettre déjà citée de Saint-Évremond au comte d’Olonne (voir supra, n. 7), récit plaisant d’une dispute entre Bautru et son frère que Lavardin veut arbitrer en cuistre, ne défigure pas ce portrait. Mme de Sévigné, quant à elle, quoique dînant régulièrement chez le Prélat, ne trouvera jamais l’occasion de signaler l’éclat de son esprit : « Connaissant le goût de la marquise pour les plaisirs des “bavardages” – note Daniel Aris –, on mesure pleinement le poids de son silence à propos de M. du Mans » (« Le milieu intellectuel... », art. cit., p. 175).

23  Arnauld évoque le témoignage d’un « ami » de Lavardin, à qui celui-ci avait confié « qu’il ne pouvoit avoir aucune intention de recevoir la Prétrise » (Œuvres de Messure Antoine Arnauld, op. cit., t. X, p. 696). Selon Hauréau, cet ami serait « M. de Gondrin, archevêque de Sens, qui avait été dans sa confidence, et qui fit contre lui des déclarations accablantes » (Hist. litt. du Maine, op. cit., IX, p. 371).

24  C’est en 1657 que l’oratorien Jules Mascaron (1634-1703), qui enseignait alors la rhétorique au collège du Mans et allait devenir l’un des plus fameux prédicateurs de son temps, avait reçu la prêtrise des mains de Lavardin ; celui-ci désirait d’ailleurs l’attacher à son clergé.

25  Nicolas Pavillon (1597-1677), évêque d’Alet (province de Narbonne) de 1639 à sa mort. Sévère ami de Port-Royal, il « fut l’un des quatre évêques français qui tinrent en échec l’autorité du pape et celle du roi pour soutenir Jansénius » (A. Jean, Les Évêques..., op. cit., p. 264).

26  La Vie de M. de Saint-Evremond..., op. cit., t. I, p. lxxxv-lxxxvi. Voir aussi l’éd. des Lettres de Saint-Évremond par R. Ternois, Paris, Didier, 1967, t. I, p. 65 (avec deux variantes : « Il prenoit très peu de soin de cacher ses sentimens impies » ; « Je tiens ces particularités d’un très-galant homme »). Mascaron (cf. ci-dessus, n. 24) sera nommé évêque de Tulle peu de temps avant la mort de Lavardin, en janvier 1671 (il ne sera sacré que l’année suivante). Il sera nommé évêque d’Agen en 1679.

27  Voir Bibliothèque de Voltaire. Catalogue des livres, Moscou-Léningrad, Éditions de l’Académie des Sciences de l’U.R.S.S., 1961, n° 3061 : Œuvres de monsieur de Saint Évremond. Avec la vie de l’auteur, par monsieur Des Maizeaux, membre de la Société royale. Nouv. éd., Paris, 1740 (10 t.).

28  Sur la lecture de Saint-Évremond par Voltaire, voir J.-M. Moureaux, « Voltaire et Saint-Évremond », dans M. Delon et C. Seth (dir.), Voltaire en Europe : hommage à Christiane Mervaud, Oxford, Voltaire Foundation. 2000, 331-343.

29  Madame de Sévigné, Correspondance, éd. cit., I, p. 311 (Lettre n° 188).

30  P. Renouard, Essais historiques et littéraires sur la ci-devant province du Maine, divisés par époques, Le Mans, Fleuriot, 1811, t. I, p. 320 ; Hauréau, Hist. litt. du Maine, op. cit., IX, p. 370.

31  Il avait dans sa bibliothèque un Recueil des lettres de madame la marquise de Sévigné, à madame la comtesse de Grignan, sa fille (Paris, Rollin fils, 1754) et les Lettres nouvelles de madame la marquise de Sévigné, à madame la comtesse de Grignan, sa fille (Paris, Desaint et Saillant, 1754). Voir Bibliothèque de Voltaire, op. cit., n° 3155 et 3156.

32  Voir la Septième session sur « Les Canons des Sacrements en général » (Le Saint œcuménique et general Concile de Trente…, trad. Gentien Hervet, Lyon, Jean Certe, 1680, p. 120 sq.).

33  C’est ce qu’écrit le préfacier des Œuvres de messire Antoine Arnauld, t. X (op. cit.), « Écrits de Monsieur Arnauld sur les sacrements », p. xxxvii. Rappelons que l’hérésie dite « donatiste », du nom de Donatus (évêque de Cellae Nigrae, en Numidie), qui fut condamnée à Rome en 313 mais qui ne cessa de tourmenter l’Église tout au long de son histoire, faisait dépendre la validité des sacrements de la sainteté de celui qui les confère.

34  Voir l’article de L. Godefroy, « Ministre des sacrements », dans le Dictionnaire de théologie catholique [dir. A. Vacant, E. Mangenot, É. Amann], t. X / 2, p. 1776-1793 ; B. Hauréau, Histoire littéraire du Maine, op. cit., p. 372-373. Question toujours débattue au XVIIIe siècle : « On dispute beaucoup dans les écoles sur la nature de cette intention, savoir si elle doit être intérieure & actuelle, ou si une intention habituelle, ou virtuelle, ou extérieure, est suffisante pour la validité du sacrement» (Encyclopédie de Diderot et D’Alembert, art. « Sacrement »)

35  Voir Œuvres de Messire Antoine Arnauld, op. cit., t. X, 1777, p. 696-702.

36  Sainte-Geneviève E 4° 2216 inv. 1396 Rés., pièce 51 bis, voir fol. 2r, en marge. Ce manuscrit [compris dans un recueil de Diverses pièces de l’année 1690, relié aux armes de Charles-Maurice Le Tellier, avec ex-dono de 1710 à l’abbaye de Sainte-Geneviève], signale que Lavardin s’est révélé « ne croyant point en J.C. », « assez malheureux pour s’imaginer que tout ce qu’il entendoit dire de la Grace et du caractere conferez par les Sacremens estoient des chimeres », et n’avoir jamais eu « aucune intention de recevoir la Prestrise » (fol 2r) — et même, il est « touiours demeuré impie comme il y a bien de l’apparence » (fol. 3r — la formule est déjà chez Arnauld). Il prétend le cas « résolu par M. Arnauld » (11v). Nous avons analysé ce manuscrit dans « Lavardin, évêque incrédule », La Lettre clandestine, 8 (1999), p. 246-249.

37  Après tout, l’affaire Lavardin ne fut peut-être étrangère à ce retard…

38  C’est le curé Labrosse qui nous en informe dans une « Note » manuscrite de 1822 publiée dans les Œuvres de Jean Meslier, Paris, Éditions Anthropos, 1970-1972, t. III, p. 400. Voir le savant commentaire de Jean Deprun, « Un scrupule du curé Meslier », dans Maurice Dommanget (1888-1976), citoyen, pédagogue, historien [Actes du colloque de Beauvais, 1994], Compiègne, Archives Départementales de l’Oise, 1996, p. 179-181.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Mothu, « Les ultima verba de Monsieur du Mans, évêque incrédule », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie, mis en ligne le 06 novembre 2009, consulté le 23 août 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/3663

Haut de page

Auteur

Alain Mothu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org