Navigation – Plan du site

Travestissement et divertissement. Bohémiens et Égyptiens à l’époque moderne

Henriette Asséo

Résumés

Partagé par toute l’Europe à l’époque baroque, le thème de la Bohémienne dans les arts a eu une vogue durable. Or il existe très peu d’ouvrages traitant de cet aspect de l’histoire de l’art. La perspective habituelle consiste à opposer l’imaginaire de la « belle égyptienne » aux réalités vagabondes de la « nation errante ». Or cette interprétation repose sur la méconnaissance de l’inscription des bohémiens dans le patronage princier et nobiliaire. À travers l’exemple français et ses influences anglaise et italiennes, nous mettons en évidence un « moment égyptien » de la culture de cour. Nous cherchons à repérer les jeux de compromis qui ont assuré en diverses métamorphoses la pérennité d’une esthétique pratique de la Bohémienne à usage administratif et hédoniste.

Haut de page

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Photo Jean-Pierre Cavaillé

1Si la condition bohémienne est une condition déguisée, comment comprendre le traitement du thème dans la littérature et les arts de l’époque baroque ? Le but en est bien de transformer le travestissement en divertissement, la fourberie en illusion, par un jeu complexe d’élévation et de désaveu dont nous ne donnons ici qu’un aperçu.

  • 1  Jean-Marie Schaeffer, L’Art de l’âge moderne, l’esthétique et la philosophie de l’art du xviiie si (...)
  • 2  Carlo Ginzburg, « Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, novembre (...)

2Un repérage indiciaire dans la culture de la Renaissance et du Baroque atteste de l’appropriation esthétique. La dimension hédoniste de la réception est inséparable d’une attitude cognitive, et l’inconfort devient vertigineux lorsque l’on prétend interpréter des œuvres d’art d’après leur thématique annoncée1. Il n’est certainement pas de bonne méthode de chercher à déconnecter un élément d’une représentation pour en extraire une vérité anthropologique, mais il peut être suggestif de signaler les données d’une configuration morphologique de ce que j’ai appelé un « moment égyptien » de la culture de cour dans la perspective d’une sémiologie historique2.

3Contrairement à l’opinion acquise, les sources judiciaires montrent que les femmes arrêtées pour avoir  exercer « le mestier de Bohémienne » ne cherchaient pas systématiquement à dissimuler leur état. Car les magistrats prenaient quelque plaisir à forcer la procédure de dévoilement par un interrogatoire approfondi suivi d’un jugement  souvent moins sévère que la lettre des ordonnances royales et parlementaires. En amont de l’interception, une  double appréciation répressive et jubilatoire des manigances des Bohémiennes constituait donc une culture partagée. Pour repérer cette « intelligence du sensible », nous avons délibérément laissé en suspens la question de la complémentarité des identités sexuées et de l’identité féminine. En effet, nous ne pouvons aborder notre sujet sous l’angle des gender studies tant que nous n’avons pu situer un régime visuel aux effets pratiques diffractés dans des configurations socio-culturelles données.

Les ambivalences du paraître : bienveillances seigneuriales, ambiguïtés royales

  • 3  A. D. Hérault, fonds de l'intendance, C 175, Informations contre les habitants de Génolhac à cause (...)

4Au début de 1696, une information fut ouverte contre des habitants de Génolhac, en pays cévenol, à cause de leurs relations avec les Bohémiens3. Le curé et le prieur des Dominicains pestaient contre les Bohémiennes qui dansaient toute la nuit dans diverses maisons. Sous ce prétexte, il se pourrait faire pire encore. Pierre de Leyris, conseiller du Roi, maire et viguier en la baronnie de Génolhac pour l'évêque et comte d'Uzès, fut chargé de l’affaire. Le 20 janvier 1696, dès son arrivée en ville, il prend contact avec les autorités locales et découvre avec stupeur que le premier consul, Jean-Pierre André, notaire du lieu, n'avait pas osé expulser les indésirables car des gentilshommes les protégeaient. Et, au premier chef, le seigneur de Florensac, Jean-Baptiste de Narbonne. Il avait lui-même, disait-on, introduit ces gens dans la ville, leur avait procuré un logis et il faisait danser les femmes chez lui. Le juge fut conduit en un endroit où on faisait sécher les châtaignes. Il aperçut autour d'un feu plusieurs Bohémiennes et un garçon de bonne taille, couchés sur une paillasse. L'homme est un bohémien enrôlé par le Marquis de Morangiès. Le juge n'osa pas arrêter le soldat, mais il enjoignit aux femmes de quitter la ville sur-le-champ.

5Là-dessus, Florensac arrive ; il jure que les femmes ne partiront pas avant le lundi suivant, qu'il est le maître. il s'emporte, donne un soufflet au juge, le prend au collet de son justaucorps, jette son chapeau par terre et lui arrache sa perruque ; il court chercher son épée et ameuter ses amis.

6Les représentants de l'ordre demandent en vain le renfort de l'apothicaire et de son associé ; des artisans sollicités s'esquivent. Sans plus de succès, on s'adresse au sieur Roche, lieutenant de bourgeoisie, aux sieurs de Vernissac et de Fontgival. Ce dernier, Antoine-Hercule de Lévis, s'oppose vigoureusement à l'expulsion des bohémiennes, traite le juge de malhonnête homme et menace de lui donner du bâton.

  • 4  Daniel Roche, « Humeurs vagabondes », De la circulation des hommes et de l'utilité des voyages, Pa (...)

7Ces complicités seigneuriales sont assez répandues pour exclure une analyse du statut des bohémiens dans la France d’Ancien Régime en termes exclusifs de vagabondage structurel4. Sans développer cet aspect, il est nécessaire cependant d’accorder quelque attention à l’analyse de la législation royale et parlementaire édictée contre ceux qui s’appelaient eux-mêmes « Bohémiens ou égyptiens ».

  • 5  L’ouvrage fondamental demeure celui de François de Vaux de Foletier, Les Tsiganes dans l’Ancienne (...)
  • 6  H. Asséo,  « Mesnages d’Egyptiens en campagne. L’enracinement des Tsiganes dans la France Moderne  (...)

8La présence bohémienne fut renforcée en France à l’époque moderne entre le début du xvie siècle et la première moitié du xviie siècle par le service des armes et le patronage royal et seigneurial5. La structuration anthropologique du « mesnage égyptien ou bohémien » dans le royaume de France s’opéra sous un double registre militaire et généalogique. Le registre militaire entrait dans le cadre de « l’entreprise de guerre », le marché du mercenariat, à une époque où le roi de guerre, comme la noblesse, tentait par tous les moyens de recruter et de fixer ses armées. à partir du règne de François Ier jusqu’à celui de Henri IV, mais aussi pendant les troubles de la Fronde, les « compagnies de Bohesmes » furent agrégées aux armées par licences du roi ou d’autres autorités. Les documents notariés éclairent la structure interne de compagnies semblables. Ce patronage royal et nobiliaire a assuré une construction identitaire garante de la permanence collective6.

9Les contrôles renvoyaient à la volonté de pacification par réduction des justices nobiliaires et si l'on pouvait suspecter la compagnie de Bohémiens de dissidence guerrière, on ne pouvait la confondre avec les cohortes de miséreux que les crises démographiques et les troubles de guerre poussaient au loin. Ces compagnies pouvaient assurer directement le service du roi et Henri IV remercia le capitaine Charles d’avoir envoyé quatre cent Égyptiens au siège de Saint-Jean d’Angely. Mais elles étaient aussi recrutées par des seigneurs qui pour des raisons politiques ou fiscales frondaient ouvertement l’autorité royale. Dans ces derniers cas, la compagnie bohémienne n’était guère appréciée par le Roi.

10Les Bohémiens demeurèrent fidèles à leur protecteur noble ou au roi, et leurs réseaux familiaux étaient en quelque sorte calés sur les alliances lignagères de leur protecteur. De cela témoignent les patronages démontrés par François de Vaux de Foletier ; ceux des Condé, des Cossé-Brissac, des familles d’Anthenaise, de Levis, de Louis de Saint-Simon, bailli de Senlis et grand-père de l’auteur des Mémoires ou des du Bellay. La reconstitution des familles bohémiennes que permet l’enregistrement paroissial montre une consolidation lignagère dès l’époque moderne, et la démographie historique confirme un enracinement régional stable, et souvent étroitement local.

  • 7  Déclaration du Roy contre les Bohemiens ou Egyptiens, Versailles, 11 juillet 1682, enregistrée au (...)

11Il ne faut donc pas se méprendre sur la nature du désaveu royal de Louis XIV. Il s’adressait avant tout à la noblesse qui s’attachait les services des Bohémiens. En effet, par la Déclaration contre les Bohémiens et ceux qui leur donnent retraite, du 11 juillet 1682, Louis XIV retira définitivement aux « compagnies de Boesmes» la justification d’un patronage militaire qui perdurait en dépit des ordres. La dissolution définitive des compagnies serait obtenue en coupant les capitaines de Bohémiens de leurs attaches et le texte mentionnait par trois fois les complicités seigneuriales7. Le roi déplorait le refus d’obéissance de la noblesse provinciale qui avait rendu inefficaces les décisions de ces prédécesseurs :

Il a été impossible de chasser entièrement du royaume ces voleurs, par la protection qu’ils ont de tout temps trouvée, et qu’ils trouvent encore journellement auprès des gentilshommes et seigneurs justiciers, qui leur donnent retraite dans leurs châteaux et maisons, nonobstant les arrêts des parlemens, qui le leur défendent expressément à peine de privation de leurs justices, et d’amende arbitraire, ce désordre étant commun dans la plupart des provinces de notre royaume.

  • 8  Henriette Asséo, « Le traitement administratif des Bohémiens », in Henriette Asséo et Jean-Pierre (...)

12Le repos du royaume et la tranquillité publique nécessitaient l’arrestation de « tous ceux qui s’appellent Bohêmes ou Egyptiens, leurs femmes, enfans et autres de leur suite». Les hommes étaient condamnés en premier jugement aux galères à perpétuité et les femmes au bannissement ; si elles continuaient de « vaguer et de vivre en bohémiennes», elles pouvaient être conduites à l’hôpital. Les enfants y étaient conduits dès la première arrestation. Quant aux gentilshommes et seigneurs justiciers qui donneraient retraite aux compagnies, ils s'exposaient à la privation de leur justice, à ce que leurs fiefs fussent réunis au domaine royal et à une plus grande peine, le cas échéant. Le texte jetait ainsi la suspicion sur une certaine noblesse en suggérant une collusion scandaleuse avec leur garde bohémienne. La répression s’abattit sous des formes bien différentes sur les bohémiens et leur protecteur. Les Bohémiens français étaient, par le service des armes, des sujets à part entière du Roi de France. Ils en subirent les conséquences quand le roi entreprit de réduire les dissidences seigneuriales et d’interdire la guerre privée. Leurs compagnies furent brutalement dispersées au cours du xviiie siècle, ses membres furent contraints à la fragmentation en unités familiales plus discrètes8.

  • 9  Abbé Prévost,« Aventure intéressante ou les Bohémiens »,  Contes, Aventures et faits singuliers, L (...)

13Sur les berges du Rhône, l’abbé Prévost rencontre ainsi une troupe étendue au soleil9. Répondant à la curiosité, le chef explique :

  • 10  Abbé Prévost, op. cit., p. 208.

Vous voyez des gens qui ne font de mal à personne, et qui tâchent au contraire de rendre service à ceux qui veulent nous employer. Nous sommes connus sous le nom d’Egyptiens, ou de Bohémiens, car on ne s’accorde pas sur nos titres, et je vous assure que nous sommes là-dessus fort indifférens10.

Sa femme avait gagné deux mille francs dans son dernier tour de France, car les danses des Bohémiennes étaient très prisées dans certaines régions, en Gascogne, Languedoc et Provence « où l’on est passionné pour la danse à la ville comme à la campagne ». Elles pouvaient en remontrer aux maîtres de ville.

14Une phrase requiert une attention particulière :

Une partie de mes compagnons sont Egyptiens de père en fils, et cet avantage est si considéré parmi nous, que cette bande est toujours obligé d’avoir un naturel pour Chef.

Ici encore le passage de l’abbé Prévost présente une véritable valeur ethnographique car il recoupe terme pour terme les interrogatoires de justice de ces années 1730/1770. En effet, la menace des galères et la justice expéditive des présidiaux et des prévôts des maréchaux avaient contraint les femmes à occuper le devant de la scène et l’essentiel des nombreuses arrestations repérables dans les archives de la maréchaussée concernent des groupes de femmes chargées d’enfants.

  • 11  Les Capitouls de Toulouse et les juges et consuls des autres villes devaient les bannir de leur re (...)

15La témérité des hommes met en cause la tranquillité publique ; l’insolence des femmes gruge un peuple crédule et superstitieux. Ces manifestations générales de l’expressivité seraient un miroir grossissant de l’âme populaire soumise à la tentation du mensonge. Pourtant les magistrats prenaient un plaisir évident à interroger les Bohémiennes et les conclusions de certaines de ces affaires suggèrent une autre approche des modalités relationnelles. Même si elles furent pourchassées sans relâche, les Bohémiennes ont exercé leur art de divination jusqu’à la fin de l’Ancien Régime11. Elles ont assuré durablement les séductions de leurs « parolles enchantées» auprès d’un public sensible à leur « commerce chimérique» tout en demeurant reconnaissables sous les formes les plus vulgaires qui pouvaient s'offrir au regard de chacun.

La jubilation et le divertissement : Le « moment égyptien » de la culture de cour 

  • 12  Alain Viala, La France galante, Essai historique sur une catégorie culturelle, de ses origines jus (...)
  • 13  André Chéruel la met au nombre des sociétés burlesques, Curiosités littéraires, par Ludovic Lalann (...)
  • 14  L’Abbé Antoine Arnauld, Mémoires contenant ce qui s’est passé en France de plus considérable (1634 (...)
  • 15  Ce nom grec d’Epicharis signifie gracieuse. La mort de la jeune Epicharis, torturée sur les ordres (...)
  • 16  Lettre de Voiture au Cardinal de la Valette cité dans l’Anti-Baillet ou Critique du livre de Mr Ba (...)

16« L’air galant » est un aspect important du rayonnement de la civilité12. Vers 1635, à Metz, il vint donc à l’esprit de Mademoiselle de Pré, nièce du marquis de Feuquières alors lieutenant du roi à Metz, de fonder une société qui connut un grand succès13. Elle l’appela l’Ordre des Égyptiens, « parce qu’on n’y pouvait être admis qu’on eût fait quelque larcin galant»14 selon son cousin l’abbé Antoine Arnauld, fils d’Arnauld d’Andilly ; elle s’en fit reine sous le nom d’Epicharis : « Mademoiselle de Pré se disait la Reine Epicharis, dont la beauté et le sort final pouvait être associé à Cléopâtre »15. Tous ses chevaliers servants portaient, avec un ruban gris et vert, une griffe d’or avec ces mots : Rien ne m’échappe. Il fallait faire preuve d’esprit pour y être admis, et nombre d’officiers de l’armée et du Parlement avaient tourné leur requête en vers sur le thème imposé. Son cousin Arnauld se plia aussi au rite de cette société mi littéraire, mi badine : « J’étois jeune et de bonne humeur, et je faisois des vers passablement ». Antoine Adamjuge la société des Égyptiens représentative de la galanterie littéraire. Voiture use de la même comparaison dans le portrait qu’il fait de Mademoiselle de Bourbon, la future Madame de Longueville. Sa beauté ne ressemble pas à celle de la reine Epicharis : « mais si elle n’est si Egyptienne qu’elle, elle ne laisse pas d’être pour le moins aussi voleuse», car elle a volé la blancheur à la neige et prit la beauté à la lumière des astres16. Voici donc posé le contraste esthétique entre la blondeur et le piquant.

  • 17  Henriette Asséo, « « La Belle Egyptienne » : Esthétique de la Bohémienne en France à l’époque mode (...)

17Le portrait de la bohémienne Léance ou Liance – dont nous avons pu après François de Vaux de Foletier, reconstituer l’existence – laissé par Tallemant des Réaux reprend le thème : « Liance est la preciosa de France. Après la belle Égyptienne de Cervantes, je ne pense pas qu’on en est vu une plus aimable » ; « c'est une grande personne, qui n'est ni trop grasse ni trop maigre, qui a le visage beau et l'esprit vif; elle danse admirablement. Si elle ne se barbouilloit point, elle seroit claire-brune »17. La Roque, capitaine des gardes de M. le Prince, devint furieusement amoureux d'elle ; il la fit peindre par les Beaubrun.

Gombauld fit ce quatrain pendant qu'on travaillait à son portrait :

Une beauté non commune
Veut un peintre non commun,
Il n’appartient qu’à Beaubrun
De peindre la belle brune

  • 18  Recherches sur les théâtres de France… par M. de Beauchamps, A Paris, Chez Prault, MDCCXXXV, 3 vol (...)
  • 19  François Moureau, « Egyptiens et Egyptiennes à la cour et à la ville : la trace gitane sous Louis  (...)

18Ces Bohémiennes véritables ou d’illusion diffusaient à nouveaux frais l’esthétique de la « Belle Égyptienne » imitée de la Gitanilla de Cervantès qui marqua la culture de cour française et anglaise de l’époque baroque. Ainsi, à la cour des Valois comme à l’âge baroque, la faveur princière multipliait les « masques » mêlés de la présence de véritables Égyptiens ; ceci ne plut guère au jeune Louis XIII, mais inspira Benserade et Molière, disposant les « entrées d’Égyptiens » dans pièces et ballets de cour. L’esthétique festive visait à rassasier tous les sens, favorisant le nouveau genre de la fête galante de Cour qui combine les arts du verbe, de la danse et de la musique et qui consacra Isaac de Benserade et Lulli comme auteurs et musiciens attitrés. L’héritage des Valois se prolongea sous le premier Bourbon. En 1610, fut présenté le Ballet des Bohémiens18, « Fait par M. de Rohan, & le marquis de Resnel, le mardi gras 22. Février ». La présence bohémienne se confirma dans les ballets de cour ultérieurs19.

  • 20  Recension effectuée à partir de Paul Lacroix, Ballets et mascarades de cour de Henri III à Louis X (...)
  • 21  Les Beaubrun, (Henri 1603-1677, et Charles 1604-1692) firent le portrait de Léance suscitant ce qu (...)
  • 22  Philippe Hourcade, Mascarades et ballets au Grand Siècle (1643-1725), Paris, Desjonquières, Centre (...)
  • 23  Ibidem, p. 92.
  • 24  Il ne serait pas interdit, au terme du travail d’enquête, de reconnaître de véritables bohémiens d (...)

19Nous avons pu recenser 30 ballets de cour produits de 1610 à 1720, comprenant des Bohémiens ou Égyptiens20. Des membres de la cour participaient à ses ballets en amateurs éclairés comme Henri Beaubrun21, ou en chorégraphes et exécutants permanents comme Beauchamp. En s’affirmant après 1663, la présence féminine modifia le principe du déguisement masculin pour tous les rôles. La souplesse d’adaptation de l’opéra-ballet comme du ballet à entrées conduisit à négliger la notion de dessein, tandis que le costume se muait d’accessoire de divertissement en ouvrage d’art. L’iconographie du décor est donc centrée sur le costume ou, le cas échéant, sur le masque. Les pages des livrets permettent de reconnaître mentalement des personnages ainsi cités : Egyptien/Bohémien ou Sylvain/Aegypan ou encore Matelot/Marinier22. L’examen de la mode vestimentaire confirme la différence esthétique entre l’opéra et la mascarade privée : « Une Égyptienne du Mariage forcé de 1664 n’offrait probablement pas la même silhouette – lignes de robe, coupe, montage, affiquets, coiffure – qu’une Égyptienne de la Mascarade de 1675 ou de Vissé de 1697 : le public veut du nouveau »23. L’analyse est complexe quand nous avons affaire comme dans le second intermède du Malade imaginaire à un jeu multiple. Le frère d’Argan lui amène, pour le divertir, « plusieurs Égyptiens et Égyptiennes, Vêtus en Mores qui font des danses entremêlées de chansons », et qui font sauter des singes qu’ils ont amenés avec eux24. Le glissement permanent entre la fiction artistique et la vision réelle de l’attroupement bohémien laissent supposer que de véritables égyptiens étaient sollicités dans ses divertissements comme la famille de Léance ou celle de la petite bohémienne qui dansa au château des Roches. La marquise de Sévigné émue par la grâce de la fillette et sa ressemblance frappante avec sa propre fille, accepta d’écrire à de Vivonne pour faire élargir l’oncle, un capitaine d’un « mérite singulier » condamné aux galères. Elle appelait la chambre qui comprenait un tableau de Madame de Grignan peinte en bohémienne « la chambre de la bohémienne ».

20Nous pouvons avoir une idée plus précise des codes vestimentaires des costumes de ballets grâce au recueil de dessins. Le manuscrit du Ballet royal de la nuict dans le recueil de Papillon de la Ferté comprend deux dessins d’aquarelles. L’Égyptien joue d’un tambour de basque ; mais son costume est celui d’un gentilhomme. Par contre l’Égyptienne dessinée de profil danse dans une robe rouge, sans taille, coiffée d’une sorte de mouchoir à deux queues pendantes et tenant entre ses doigts des œufs qu’elle escamote.

  • 25  Bibliothèque de l’Institut, Ms 1004, recueil Papillon de la Ferté, Intendant des Menus-Plaisirs du (...)
  • 26  Claude-François Ménestrier (1631-1705), Des Ballets anciens et modernes selon les règles du théâtr (...)

21Ce ballet25 ordonné par le sieur Clément intendant du duc de Nemours fut dansé à la cour le 23 février 1653 dans la salle du Petit-Bourbon. Il est dit dans l’avant-propos : « Le sujet est vaste et dans toutte son Etendue assez digne d’exercer les pas de notre jeune Monarque, sans le detourner du dessein qu’il a de n’aller à rien que du grand et de noble». « Les vers qui ont été faits par mon commandement y sont assez propres pour chaque personnage, et brillent partout d’une liberté innocente et gaye, qui se réjouit, et ne blesse personne, mais qui découvre seulement que l’autheur n’est pas tout à fait aux gages de ceux pourquoi il a travaillé». Ménestrier érigeait ce ballet en modèle du genre. « Ces Ballets qui sont composez avec art, ont une admirable variété de tous les mouvements, & de toutes les passions. C’est en quoy celui de la Nuict me paroît inimitable, on y voit les caractères de toutes sortes de personnes ». Il fait suivre la liste où figurent en bonne place « les Egyptiens et les Egyptiennes »26.

22Si l’on s’en tient d’abord à ce ballet et que l’on élargit l’observation à l’ensemble du corpus, l’analyse confirme la place originale des Égyptiens.

  • 27  Bibliothèque de l’Institut, Ms 1004, à partir du manuscrit. Autre édition, Isaac de Benserade, Bal (...)

23Contrairement à ce qui est communément admis, un examen minutieux de la place qui leur est attribuée dans l’économie de ballets montre que les Égyptiens ne sont pas associés aux figures exotiques, pas plus qu’à la cour des miracles. Leur compétence divinatoire s’accorde à la prédiction galante comme à la prophétie politique, même si elle est prétexte à d’ingénieuses tromperies. Ainsi dans le Ballet royal de la Nuict, la présentation de l’ordre des entrées sépare nettement les entrées des quatre Égyptiens et des deux Égyptiennes, des filous, brigands, de la Cour des miracles avec ses soldats estropiés, goujats, etc. tout autant que des démons, sorcières et loups garous. Ce classement qui se reproduit dans tous les ballets à entrée d’Égyptiens ne les associa pas non plus à l’exotisme oriental. Si l’on observe à présent le contenu placé dans la bouche du Duc de Joyeuse représentant un Égyptien dans la 8ème entrée27 :

Notre Science est asséz peu commune
Et nous en cachons plus que nous en témoignons
Pour moy je crois m’entendre à la bonne fortune
Aussi bien que mes compagnons
Qui la voudra sçavoir qu’il vienne
Mais je mourrois plutôt que de dire la mienne.

24Le couple naturel que forme l’Égyptien avec l’Égyptienne est évoqué sous une forme qui autorise une jubilation à double sens. Le duc de Damville, François Christophe de Lévis Ventadour, représentant un Égyptien, s’exprime ainsi :

[…] Je prens ce qu’on peut prendre.
Quand j’Epousay ma femmes, aussi n’étoi-ce pas
Pour son teint, sa jeunesse ou ces autres appas,
En vouléz vous Sçavoir la raison ? Ce fut pour ce
Qu’elle avoit une bourse.
Je la coupay fort bien, puis j’en demeuray là,
Et Je ne pû jamais lui faire que celà ;
Elle ne sçut aussi reparer sur la mienne
La perte de la SienneQuoique je sois d’Egypte à ne vous rien celer,
Dans le sombre avenir je ne vois pas trop clair ;
Mais pour le temps passé (sans vanité) les belles,
J’en sçai quelques nouvelles.

  • 28  La XIIIe et dernière entrée. Les Noces de village sont une mascarade ridicule dansée le 3 octobre (...)

25Une tonalité politique insoupçonnée est suggérée par l’usage de la divination. Dans Les Noces de village28, des Bohémiens se mêlent à la compagnie sous le prétexte de dire la bonne aventure et « coupent la bourçe d’un des Bourgeois». Le sergent « habile en son mestier » les surprend sur le fait et veut les conduire en prisons. Il s’ensuit une mêlée générale et Benserade écrit ses vers pour le roi :

  • 29  Isaac de Benserade, Ballets pour Louis XIV, présentés et annotés par Marie-Claude Canova-Green, To (...)

Vous qui voulez sans imposture
Sçavoir vostre bonne avanture,
Vous addressant à moy vous ferez un bon chois :
Je la scays dire ; & la faire à la fois,
J’en scay plus que mile Bohesmiennes :
Et tout autre que moi vous la diroit en vain,
Vostre heureux sort n’est pas dans vostre main
Il faut qu’il parte de la mienne.29.

26Par ces mots, le Roi ne perd rien de la Majesté en acte. Confisquant l’art de la devineresse, il ne fait pas que lire l’avenir ; il lui appartiendra de faire advenir le futur. Le père Ménestrier aurait eu bien tort de s’inquiéter, Louis XIV se défiait de l’astrologie, et ce retour sur investissement dans le spectacle n’est pas le fruit d’un calcul vulgaire pour une machinerie idéologique.

  • 30  Françoise Siguret, L’œil surpris, Perception et représentation dans la première moitié du xviie si (...)
  • 31  Jean-Marie Schaeffer, op. cit., p. 44.

27Le Roi est un Acteur éclaté en un sujet multiple, circulant entre les apparences, et le spectateur est convié à participer à un monde multiple et fragmenté. L’observateur, prenant l’artifice pour vrai dans l’instant représenté, se voit placé au cœur de la contradiction de ce qui se proposait à sa vue : « l’objet qui l’assujettit, le transporte et lui ment une vérité en vue de certains effets, de telle sorte que la représentation toujours là et toujours reportée, capte et piège indéfiniment le lecteur. Et dans cet abîme, le roi pouvait trouver son plaisir »30. Car « il ne faut pas se méprendre sur ce qui est en cause : Il ne s’agit pas tant de faire l’apologie du plaisir que de reconnaître la logique spécifique des conduites esthétiques – logiques qu’on méconnaît dès lors qu’on prétend la sevrer de sa dimension hédonique »31.

  • 32  « Jonson, the antimasque and the « rules of flattery » in David M. Bevington, Peter Holbrook, (eds (...)
  • 33  Dale B. J. Randall, Jonson’s Gypsies Unmasked : background and them of the gypsies metamorphos’d, (...)
  • 34  Ibidem, p. 161.

28 Déjà le couteux spectacle privé de 1621, proposé par Ben Jonson, avait amené avec Buckingham des habitudes de la cour de France. Dans The Gypsies Metamorphosed, Buckingham, en Égyptien lisant dans l’avenir du roi, complimente le souverain sur son mons Veneris allusion risquée à la sexualité du prince32. La décision de Buckingham de laisser Jonson le représenter lui et sa famille comme une bande d’Égyptiens jouant sur le raffinement et la « laideur » invente un substitut littéraire au Fou. Les intentions politiques de Ben Jonson ont fait l’objet d’un vif débat. Pour Randall le fait de représenter le duc de Buckingham en gypsy signe l’intention satirique33. C’est ignorer que les masques eux-mêmes jouent sur la différenciation interne : nobles « Princes d’Egypte », descendants de Cléopâtre et les vulgaires gypsies, larrons se prétendant tels. Ainsi la pièce opère une mise en abyme de l’identité des bohémiens qui se retrouve dans l’« Egyptian » de Antoine et Cléopâtre34.

  • 35  Alexandre Hardy, La belle Egyptienne, tragi-comédie, dans Le Théâtre d’Alexandre Hardy, tome cinqu (...)

29La figure malicieuse de la Bohémienne ne se contente pas de circuler dans les pièces et les représentations théâtrales, elle peut en être l’argument, deus ex machina malgré elle. Qu’elle soit un « vraie » ou une « fausse » Égyptienne, elle empruntera à plusieurs sources entrecroisées : l’héritage de la cour des Valois, les masques de Ben Jonson et le patronage de Buckingham, la mise au goût français de la Gitanilla de Cervantès par les tragi-comédies d’Alexandre Hardy et de Sallebray toutes deux intitulées « La Belle Égyptienne »35, et enfin l’imitation des zingaresce italiennes.

  • 36  La vogue française de Cervantes a été analysé par George Hainsworth, Les « Novelas exemplares » de (...)
  • 37  F. de Rosset, Les Nouvelles de Miguel de Cervantes Saavedraa…, A Paris, chez Jean Richer, MDCXV. D (...)
  • 38  George Hainsworth, op. cit., p. 77.

30Pourtant chaque auteur a eu à cœur de proclamer l’originalité de sa création. Ainsi Cervantès, voulant renouveler la novella, déclara que La Gitanilla, pour la première fois écrite en castillancomme La Illustre Fregona, n’était pas imitée d’un modèle étranger, en particulier italien36. L’argument joue sur le dévoilement de l’identité sociale par la nationalisation du thème. La pièce met en effet en scène une jeune et vertueuse Bohémienne, Preciosa. Pour l’amour d’elle, Don Juan rejoint la compagnie et subit toutes sortes d’adversités. Il est même entrainé en prison par la dénonciation d’une femme jalouse. L’heureux dénouement ne rétablit pas un ordre renversé comme dans les mondes à l’envers ; il organise un nouvel ordre social et politique, En 1614, Rosset a donné la traduction de la nouvelle sous le titre de la Belle Égyptienne37. Alexandre Hardy a tiré ses trois tragi-comédies, Cornélie, La Force du Sang et La Belle Égyptienne des Novelas exemplares. La Gitanella, « ce beau sujet », est parmi les nouvelles les « plus dignes de remarque et d’admiration »38 que permet l’intrigue touffue et romanesque. Le Ballet des Romans de 1644 est un témoignage de la vogue des romans espagnols, La Belle Égyptienne et le seignor Andrez récitent chacun une stance de neuf vers qui fut représentée au carnaval de 1644. Andres déclare :

Hélas ! Qu’Amour a de puissance !
Je sers une errante beauté

L’entrée de l’Égyptienne semble avoir suscité un enthousiasme particulier que relate Loret :

  • 39  Le Libraire du Pont-Neuf, ou les Romans, ballet, (1644), dans Victor Fournel, Les Contemporains de (...)

Mais pour la belle Egyptienne
Vous sçavez que toute la cour
Pour elle s’embrasa d’amour
39.

  • 40 La Bohémienne, comédie en deux actes en vers meslée d'ariettes, traduite de la Zingara, intermède i (...)
  • 41  La Bohémienne, pièce en 2 actes et en vers, mêlées d'ariettes, parodiée de la Zingara, intermède i (...)
  • 42  La Bohemienne, comédie en deux actes en vers, mêlée d’ariettes, traduite de la Zingara, Intermede (...)

31La représentation formelle de la bohémienne a évolué et le succès des variations de la bohémienne de spectacle place dans le prolongement de la Querelle des Bouffons une comédie imitée par Charles Favart (1753) de la Zingara de Rinaldo da Capua, créée et promise à de nombreuses variantes et qui d’ailleurs fut longtemps attribuée à Pergolèse40. La pièce était un intermezzo en deux actes crée à l’Académie royale de musique sous le nom de La Bohémienne ou la Zingara le 19 juin 1753 par la troupe des Bouffons d’Eustacchio Bambini. Cette comédie en deux actes, en vers, mêlée d’ariettes fut représentée pour la première fois le 14 juillet 1755 au théâtre de l’Opéra-Comique de la foire Saint Laurent41 puis le 28 juillet à la Comédie-italienne42. « Cette Bagatelle est une Traduction de l’Intermede Italien donné sur le Théâtre de l’Opéra » mentionne l’avertissement, car il ne faudrait pas y voir un simple plagiat.

32La brillante saison des Bouffons à l’Opéra qui fut l’occasion de la grande Querelle entre partisans de la musique italienne et défenseurs de la musique française provoqua une floraison de parodies non moins brillantes à la Comédie-Italienne. En 1757, Favart obtint l’occasion de chanter, des airs dont la musique était originale. Musique et danse étaient sur le même pied et de ce jour-là est né véritablement l’opéra-comique moderne selon Bernardin.

  • 43  Jacques Berchtold, « Rousseau et la Bohémienne à marier dans el théâtre comique au xviiie siècle, (...)

33La défaite des vaudevilles par l’introduction des ariettes, des airs gais, vifs, courts. Les opéras bouffons italiens étaient remplis d’ariettes qu’imitent les opéras comiques après 1752. Ils évoluèrent vers l’extension du chant et l’ariette ne signifia plus que le couplet et l’air d’opéra-comique. Le directeur de l’Opéra fait appel à une troupe italienne de Bambrini avec comme principaux chanteurs P. Monelli et Anna Tonnelli qui représenta la Zingara de Rinaldo de Capua et Favart traduisit la pièce43.

  • 44  Charles-Simon Favart, Mémoires et Correspondances littéraires, dramatiques et anecdotiques, de C. (...)

Il y a une dame de ma connoissance qui a toutes les envies du monde de vous voir dans la Bohémienne ; je lui ai dit que vous étiez la plus charmante magicienne du monde, que personne ne tenoit contre vos charmes, que vous rendiez amoureux un vieux avare, faisiez danser un ours et des démons, tourniez la tête au public, et mettiez toutes les femmes de votre parti44.

  • 45  Jean-Baptiste Le Prince, Les Jeux russiens.
  • 46  Acte 1, scène 3 : « Cherchons pendans ce tems la gentille personne/ Dont la taille, les yeux, & la (...)

34Une gravure de Boucher a immortalisé la gracieuse Madame Favart en une sorte de bergère vaguement « bohémianisée » tenant au bout d’un ruban un ours soumis. Or, alors même que le costume et la mine de la Bohémienne de théâtre évoluent vers une représentation de style pastoral éloigné la réalité45, la pièce met en scène dans le rôle principal une « véritable » bohémienne, qui n’est pas la fille perdue d’un grand seigneur. Nise est donc une charmante Bohémienne dont le vieux marchand Calcante est amoureux46 ; elle a pour frère Brigani, au nom suggestif. Les deux compères vont jouer de l’aveuglement du barbon qui cherche à l’épouser.

Elévation et désaveu baroque : La diffraction esthétique 

35Les historiens de l’art se sont interrogés sur le rapport à l’observation empirique de portraits si récurrents dans de nombreux tableaux baroques.

36Certaines de ces figures sont élevées au rang de mythes, comme la Zingara du Caravage ou la diseuse de bonne aventure de la Tour.

Mais la Madonna Zingara du Corrège, la Prédication de Jean-Baptiste placent aussi au premier plan des personnages enveloppés du costume attesté des Bohémiens ou des Zingari. Par une circulation indiciaire, certains éléments culturels attestent aussi d’une culture de contact et d’appropriation esthétique.

37En effet, le costume, toujours identifiable dans certaines de ses pièces, sinon dans sa totalité, sépare la « Bohémienne de profession » du lot commun des devineresses qui se mêlent de dire l'avenir. La coiffure est tantôt un turban de couleur claire sur un visage ovale d'où s'échappent des mèches noires, tantôt une surprenante roue cerclée enveloppée de bandeaux d'un tissu léger et blanc. L'érudit Scaliger établissant son vocabulaire tsigane latin à partir des réponses données par un informateur bohémien donne le terme de bern qui signifie « coiffure » en langue romani.

38La Cingara du Caravage (La Diseuse de bonne aventure) reprend de façon nouvelle le traitement pictural d'un thème classique. La peinture romaine de la fin du xvie siècle était essentiellement à fresque comme s'il était devenu impossible de se libérer de l’ombre tutélaire de Michel-Ange et de Raphael que personne n'osait vraiment défier. Selon Bellori, le Caravage avait voulu prouver qu'il suffisait de « consulter la nature » et il avait engagé dans la rue une Égyptienne de rencontre pour lui servir de modèle. Lorsqu’il put commencer à peindre selon son génie propre, le peintre qui n’avait guère de goût pour les marbres des antiques et les peintures si célèbres de Raphaël – il les méprisait même –, se proposa la nature seule pour objet de son pinceau :

  • 47  Giovan Pietro Bellori, Vie du Caravage, traduit de l’italien par Brigitte Pérol, Paris, Gallimard, (...)

Ainsi un jour qu’on lui montrait les statues les plus fameuses de Phidias et de Glycon, afin qu’il tourna avers elle son étude, pour toute réponse il étendit la main vers la foule des hommes ; il signifiait par ce geste que la nature l’avait suffisamment pourvu de maîtres. Et pour donner plus d’autorité à ses propos, il appela une (gitane) zingara qui passait par hasard dans la rue, la fit monter dans son auberge et la peignit prédisant l’avenir, comme font ces femmes de race égyptienne ; il mit près d’elle un jeune homme, qui pose sa main gantée sur son épée et tend l’autre à la bohémienne, laquelle la tient et la regarde ; et dans ses deux demi-figures, Michele traduisit le vrai avec tant de pureté qu’il en confirma ses dires47.

39Cette toile fut donnée à Louis XIV en 1665 par le prince Dom Camillo Pamphili, à l'occasion d'un voyage du Bernin à Paris, ce qui lui valut cette appréciation fort peu flatteuse de Chantelou, le protecteur de Poussin : « La Cingara du Carravaggio, un pauvre tableau sans esprit et sans invention », mais le tableau était parvenu dans un mauvais état, dans une caisse qui avait pris l’eau. Ce fut vers 1595 que le tableau fut achevé. Il fut acquis par Alessandro Vittrice, noble romain et collectionneur d'œuvres d'art. L'œuvre avait frappé les biographes du Caravage ou les observateurs du tableau. Lépicié en donne une description plus avenante :

  • 48  « Description du tableau de Michel-Ange de Caravage, école de Lombardie se trouvant dans le cabine (...)

La Bohémienne a pour habillement une espèce de robe verte doublée de rouge ; elle dit la bonne aventure à un jeune homme, qu’elle regarde avec un air de finesse qui fait connoître la fourberie de son métier. Le jeune homme est vêtu d’un pourpoint jaune et d’un manteau noir. Ce tableau est d’un grand mérite pour la couleur et la vérité de l’expression. C’est celui dont Bellori fait la description, en nous disant que le Caravage le fit pour prouver qu’il n’avoit pas besoin d’étudier la Sculpture antique ni les ouvrages de Raphaël, mais qu’il lui suffisait de consulter la Nature : dans ce dessein, il engagea une Egyptienne, qu’il avoit trouvée dans les rues, a lui servir de modèle, en regardant la main d’un jeune homme qui étoit dans son auberge48.

Mancini s’en tient à une interprétation triviale :

  • 49  Cité par José Frèches, Le Caravage, peintre et assassin, Gallimard-Découvertes, 1995, p. 25. Guili (...)

La bohémienne démontre son outrecuidance en esquissant un sourire alors même qu'elle enlève sa bague de la main du jeune homme pendant que ce dernier tout à sa libidineuse attention, ne quitte pas des yeux la belle bohémienne qui lui prédit l'avenir en lui ôtant sa bague49.

  • 50  Estimé pour la somme de 1200 livres, Inventaire dressé après le décès de Cardinal Mazarin, transcr (...)

40Les élèves du Caravage, et parmi eux Manfredi, Nicolas Regnier et Jean Valentin, ont exploité le thème. Ils rappellent que le client de la devineresse cherche vainement son destin amoureux ici-bas. à la différence du contraste classique des regards croisés en haut chez Nicolas Regnier, nul pittoresque dans les regards qui convergent vers la Bohémienne de Valentin de Bologne. En effet, la Réunion musicale de Valentin comprend quatre instrumentistes parmi lesquels figure une Bohémienne jouant du tambour de basque, tandis que dans Musiciens et soldats apparaît en pleine lumière une Bohémienne effleurant son tambourin. De lui, Bellori dit qu’il se montra fort soucieux de plaire, néanmoins il goutait fort lui aussi la bizarrerie des joueurs, des musiciens ou des bohémiennes. Dans la rubrique Tableaux originaux, L’inventaire dressé après le décès en 1661 du cardinal de Richelieu donne : « 1261 - Un autre faict par Manfredy sur toille représentant des soldats qui jouent aux dames et une egyptienne qui dict l’aventure,… ».50

41Il y a cependant une autre voie d’analyse de la floraison du thème qui s’accorde mieux avec la tradition ésotérique de la Renaissance, telle que Bellori qui vivait dans l’entourage du Cardinal del Monte pouvait la refléter. Si l’on suit de près ces textes, le projet du Caravage n’était pas d’illustrer une scène de genre que l’on qualifiera ultérieurement de « caravagesque ». La Zingara de rencontre présentait la possibilité d’associer l’antique au contemporain par le style vestimentaire des Bohémiens d’Italie. Le drapé à la manière égyptienne rappelait la toge antique.

42L’élection de la bohémienne serait peut-être à étudier de plus près dans ses correspondances avec un acte fondateur d’une manière picturale. Elle n’est pas le fruit du hasard. La bohémienne du Caravage est une zingara voulue pour telle, de la « race égyptienne » selon la formulation habituelle de l’époque. Son habillement a la singularité discrète des bohémiennes italiennes demeurées plus proches de leurs attaches adriatiques. Cette Sybille des temps modernes peut soutenir les regards masculins à force égale et ne se réduit pas au faire-valoir d’une scène de genre. L’argument fondateur de la vérité esthétique est représenté par l’incarnation de la duperie.

  • 51  Abbé Jean-Pierre Richard, Description historique de l’Italie, Dijon, Paris, 1766, 6 vols., tome VI (...)
  • 52  Francis Haskell et Nicolas Penny, Pour l’Amour de l’antique. La statuaire gréco-romaine et le goût (...)

43La description que l’abbé Jérôme Richard donne de la Zingara de la Villa Borghese témoigne aussi d’un amusement tolérant51 : « … Une Zingara, ou diseuse de bonne aventure… Sa figure doit être brune, mais elle est charmante ; on voit le feu sortir de ses yeux avec la malice attachée à cet état, qui ne cherche que des dupes». La bohémienne de Nicolas Cordier52 a été exécutée spécialement pour les Borghese.

  • 53  Albâtre, argent, bronze.

Depuis le milieu du xviie siècle, les guides de la Villa Borghèse du Pincio la signalent sous le titre de Zingarella. C’était une œuvre assez appréciée pour donner son nom à la pièce où elle se trouvait (stanza della Zingarella), car elle fut dans les années 1780 intégrée au décor de la fameuse Salle égyptienne aménagée par Asprucci. En maître du réemploi, Nicolas Cordier mit tout son talent à fabriquer ces statues polychromes53. Le faste décoratif s’accompagne dans cette statue d’une charge allégorique particulière puisque les aigles et les dragons héraldiques de la famille alternent sur le parement supérieur du manteau de la Zingara. Le Franciosino était considéré comme un virtuose du remploi. Mais le statut du réemploi des matériaux antiques est loin d’être épuisé, car le degré d'intervention du sculpteur n’est pas subordonné au souci archéologique, mais à l'effet symbolique ou ornemental.

  • 54  Louis Marin, De la Représentation, recueil établi par Daniel Arasse et alii, Paris, Gallimard, le (...)
  • 55 Ibidem, p. 198.
  • 56  Paul Holberton, « Giorgione’s tempest or « little Landscape with storm with the gypsy » : more on (...)
  • 57  Simon Schama, Le Paysage et la mémoire, traduit de l’anglais par Josée Kamoun, Paris, éd. du Seuil (...)
  • 58  Ibidem, p. 590.

44Pour conclure, la contemplation du landscape ou l’ésotérisme réconcilié en Arcadie nous conduit avec précaution jusqu’à la symbolique mystérieuse du tableau de Giorgone54, La Tempête, un tableau secret qui défie et provoque l’interprétation, auquel Louis Marin a consacré de belles pages55. Ici la famille bohémienne, – si elle est telle –, permet de concilier la force du désir et la représentation étrange de cette femme presque nue dans sa niche de verdure qui allaite son enfant avec l’homme et son bâton dressé qui traverse l’espace56. Élégie à l’âge d’or ou oraison funèbre, Simon Schama dit : « Il y a toujours eu deux Arcadies : l’hirsute et la lisse, la sombre et la claire, le séjour des loisirs bucoliques, le domaine de la panique primitive »57 ; il évoque l’aristocratie locale qui n’étant pas autorisé par les juges locaux à organiser des courses de chevaux se rabattait sur les ânes et parmi les tribus d’Acadiens, les Gypsies anglo-romani58. Avant la tyrannie normande, l’Angleterre était recouverte d’un grand manteau de greenwood où l’on vivait en bonne intelligence de réciprocité pré-féodale. Les Gypsies de la New Forest célébrés par les poètes, Keats et bien d’autres, et par George Borrow, se disaient Romnichal (le peuple tsigane) et le romanes était le nom de leur langue. Ces Bohémiens de jadis pouvaient camper librement dans les profondeurs boisées des combes de la New Forest et s’y perpétuèrent jusqu’à nos jours.

xviiexviiie
Haut de page

Notes

1  Jean-Marie Schaeffer, L’Art de l’âge moderne, l’esthétique et la philosophie de l’art du xviiie siècle à nos jours, Paris, Gallimard, 1992.

2  Carlo Ginzburg, « Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, novembre 1980, n° 6, p. 3-44 ; repris sous le même titre, Gallimard, 1980.

3  A. D. Hérault, fonds de l'intendance, C 175, Informations contre les habitants de Génolhac à cause de leurs relations avec des Bohémiens de passage, dossier, 34 pièces.

4  Daniel Roche, « Humeurs vagabondes », De la circulation des hommes et de l'utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003, p. 947-957.

5  L’ouvrage fondamental demeure celui de François de Vaux de Foletier, Les Tsiganes dans l’Ancienne France, Paris, Connaissance du Monde, 1961.

6  H. Asséo,  « Mesnages d’Egyptiens en campagne. L’enracinement des Tsiganes dans la France Moderne », in Felice Gambin, (dir.), Alle radici dell'Europa. Mori, giudei e zingari nei paesi del Mediterraneo occidentale. Volume 1 ; (secoli xv-xvii), Florence, Seid, 2008, p. 29-44.

7  Déclaration du Roy contre les Bohemiens ou Egyptiens, Versailles, 11 juillet 1682, enregistrée au Parlement le 4 août 1682, dans Isambert et alii, Recueil général des anciennes lois françaises, Paris, Belin-Leprieur, 29 vol. Tome 19, Paris, 1825, n° 1019, p. 393-394.

8  Henriette Asséo, « Le traitement administratif des Bohémiens », in Henriette Asséo et Jean-Pierre Vittu, Problèmes socio-culturels en France au xviie siècle, Paris, Klincksieck, Université de Paris X-Nanterre, série « thèses et travaux », 1974, p. 9-88 ; Henriette Asséo, « Le Roi, la marginalité et les marginaux », in Henri Mechoulan et Joël Cornette (éds.), L'État classique, Paris, Vrin, 1996, p. 355-371.

9  Abbé Prévost,« Aventure intéressante ou les Bohémiens »,  Contes, Aventures et faits singuliers, Londres, Veuve Duchesne, 1767, 2 vol, tome II, p. 207-219 ; Henriette Asséo, « Les Bohémiens et la Forêt au xviiie siècle », in Andrée Corvol (éd.), Forêt, Villageois et marginaux, C.N.R.S.-I.H.M.C. Cahiers d'Etudes, 1990, p.30-35.

10  Abbé Prévost, op. cit., p. 208.

11  Les Capitouls de Toulouse et les juges et consuls des autres villes devaient les bannir de leur ressort à peine « des suspensions de leurs charges ». En cas de capture après la rupture de ban, ils se devaient « de leur raser les cheveux et les despouilher des habits qu'elles portent à leur mode » sur l’injonction du parlement de Toulouse, A. D. Haute-Garonne, B 614, Fol 20 à 22.

12  Alain Viala, La France galante, Essai historique sur une catégorie culturelle, de ses origines jusqu’à la Révolution, Paris, PUF, 2008, p. 142 ; p. 87-88 ; p. 97 et 104.

13  André Chéruel la met au nombre des sociétés burlesques, Curiosités littéraires, par Ludovic Lalanne, Paris, Paulin, 1845, p. 372.

14  L’Abbé Antoine Arnauld, Mémoires contenant ce qui s’est passé en France de plus considérable (1634-1675), dans Nouvelle collection de Mémoires relatifs à l’Histoire de France… Par MM. Michaud et Poujoulat, Paris, Didier, 1854, p. 137.

15  Ce nom grec d’Epicharis signifie gracieuse. La mort de la jeune Epicharis, torturée sur les ordres de Néron, après l’échec de la conspiration de Pison est traitée plus dramatiquement par les vers de Desmarets dans Ariane, où se voit les Avantures de Mélinte, de Palamède, d’Epicharis, d’Aetelephe, d’Amyntae, d’Erycine et de Pisistrate, Paris, Cie des Marchants, 1666, 2 vol. (Arsenal 8_BL. 17511)

16  Lettre de Voiture au Cardinal de la Valette cité dans l’Anti-Baillet ou Critique du livre de Mr Baillet intitulé jugemens des savans par Mr. Menage, tome premier, A la Haye, chez Louïs et Henry van Dole, MDCXC, p. 177. Les fictions ingénieuses de Voiture entrent dans les modèles du « style galant ». Baillet blâme les auteurs de semblables jeux. Le poème de de Senecé sur une « beauté Bohémienne » est imité de Voiture.

17  Henriette Asséo, « « La Belle Egyptienne » : Esthétique de la Bohémienne en France à l’époque moderne », in Felice Gambin, (dir.), Alle radici dell'Europa. Mori, giudei e zingari nei paesi del Mediterraneo occidentale. Volume 2 ; (secoli XVII-XIX), Florence, Seid, 2009, p. 23-41.

18  Recherches sur les théâtres de France… par M. de Beauchamps, A Paris, Chez Prault, MDCCXXXV, 3 vol., tome troisième, 1610, Ballet des Bohémiens, Fait par M. de Rohan, & le marquis de Resnel, le mardi gras 22. Février, p. 58. Voir aussi la réédition Slatkine en 1 vol., 1968.

19  François Moureau, « Egyptiens et Egyptiennes à la cour et à la ville : la trace gitane sous Louis XIV », Le Théâtre des voyages, une scénographie de l’Age classique, Paris, presses de L’Université Paris-Sorbonne, 2005, p. 445-452.

20  Recension effectuée à partir de Paul Lacroix, Ballets et mascarades de cour de Henri III à Louis XIV (1581-1652) recueillis et publiés d’après les éditions originales, Genève, J. Gay, 1868-1870, 6 vol., Henry Prunières, Le ballet de cour en France avant Benserade et Lully: suivi du Ballet de la délivrance de Renaud, Paris, H. Laurens, 1914 ; Marcel Paquot, Les étrangers dans les divertissements de cour, de Beaujoyeulz à Molière (1581-1673), contribution à l’étude de l’opinion publique et du théâtre en France, Bruxelles, Palais des Académies, 1932 ; Margaret McGowan, L'Art du ballet de cour en France (1581-1643), Paris, CNRS, 1963 et Marie-Françoise Christout, Le Ballet de cour de Louis XIV (1643-1672), Paris, Picard, 1967 et l’iconographie thématique dans Le Ballet de cour au xviie siècle, Genève, Minkoff, 1987.

21  Les Beaubrun, (Henri 1603-1677, et Charles 1604-1692) firent le portrait de Léance suscitant ce quatrain de Gombauld : « Une beauté peu commune/Veut un peintre non commun/Il n’appartient qu’à Beaubrun/De peindre la belle brune ».

22  Philippe Hourcade, Mascarades et ballets au Grand Siècle (1643-1725), Paris, Desjonquières, Centre national de la danse, 2002, p. 80, p. 90-91.

23  Ibidem, p. 92.

24  Il ne serait pas interdit, au terme du travail d’enquête, de reconnaître de véritables bohémiens dans la troupe.

25  Bibliothèque de l’Institut, Ms 1004, recueil Papillon de la Ferté, Intendant des Menus-Plaisirs du Roy, Ballet Royal de la Nuit, divisée en quatre parties ou quatre Veilles. Et dansé par Sa Majesté le 23 janvier 1653, A Paris, Robert Basllard, Seul éditeur du Roy pour la musique, MDCLIII. Au verso du titre, mention : « Ce recueil a été mis en ordre et dessiné par Mr de La Ferté... qui en a fait don à la Bibliothèque des Menus le 13 avril 1777 ». Dessins en couleurs représentant les costumes des personnages du ballet.

26  Claude-François Ménestrier (1631-1705), Des Ballets anciens et modernes selon les règles du théâtre, Paris, R. Guignard, 1682, reprint Genève, Minkoff, 1985, p. 176.

27  Bibliothèque de l’Institut, Ms 1004, à partir du manuscrit. Autre édition, Isaac de Benserade, Ballets pour Louis XIV, présentés et annotés par Marie-Claude Canova-Green, Toulouse, Société de littérature classique, 1997, 2 vol., Tome 1, p. 110-111 : Dans la VIIIe Entrée de la 1e partie du ballet royal de la Nuict, divisé en quatre Parties ou quatre Veilles « Quatre egyptiens et deux Egyptiennes, prennent l’occasion de la Nuict pour faire leur mestier ; & vont de boutique en boutique disans la bonne advanture, & emportant de chacune quelque chose ».

28  La XIIIe et dernière entrée. Les Noces de village sont une mascarade ridicule dansée le 3 octobre 1663 au château de Vincennes en un impromptu organisé à la hâte, sans machinerie.

29  Isaac de Benserade, Ballets pour Louis XIV, présentés et annotés par Marie-Claude Canova-Green, Toulouse, Société de littérature classique, Klincksieck, 1997, 2 vol., tome 1, p. 637.

30  Françoise Siguret, L’œil surpris, Perception et représentation dans la première moitié du xviie siècle, Paris Klincksieck, 1993, à propos de l’essai de Louis Marin, Le Récit est un piège, Paris, Ed. de Minuit, 1978, p. 61-62.

31  Jean-Marie Schaeffer, op. cit., p. 44.

32  « Jonson, the antimasque and the « rules of flattery » in David M. Bevington, Peter Holbrook, (eds), The Politics of Stuart court masque, Cambridge University Press, 1998, p. 187.

33  Dale B. J. Randall, Jonson’s Gypsies Unmasked : background and them of the gypsies metamorphos’d, Duke University Press, 1975 et la critique de Randall par Richard elgerson, Self-Crowned Laureate : Spenser, Jonson, Milton, and the literary System, University of California Press, 1983.

34  Ibidem, p. 161.

35  Alexandre Hardy, La belle Egyptienne, tragi-comédie, dans Le Théâtre d’Alexandre Hardy, tome cinquième, Paris, François Targa, 1628, in-8, p. 197-290 ;  La Belle Egiptienne, tragi-comédie de M. Sallebray, A Paris, chez Antoine de Somaville et Augustin Courbé, 1642, in-4 ; Georges Forestier, Esthétique de l’identité dans le théâtre français (1550-1680), le déguisement et ses avatars, Genève, Droz, 1988.

36  La vogue française de Cervantes a été analysé par George Hainsworth, Les « Novelas exemplares » de Cervantes en France au xviie siècle, Paris, H. Champion, 1933 et Maurice BARDON, « Don Quichotte » en France au xviie et au xviiie siècle 1605-1815, Paris Honoré Champion, 1931, 2 vol.

37  F. de Rosset, Les Nouvelles de Miguel de Cervantes Saavedraa…, A Paris, chez Jean Richer, MDCXV. Dédiée à la princesse de Conti.

38  George Hainsworth, op. cit., p. 77.

39  Le Libraire du Pont-Neuf, ou les Romans, ballet, (1644), dans Victor Fournel, Les Contemporains de Molière, tome deuxième, Paris, Firmin Didot, 1866, 17e entrée, p. 258-259 ;  Le Ballet des Romans, à Monsieur Scarron, cité par George Hainsworth, op. cit., p. 90.

40 La Bohémienne, comédie en deux actes en vers meslée d'ariettes, traduite de la Zingara, intermède italien par M. F[avart], représentée pour la 1re fois par les comédiens italiens ordinaires du Roi le 28 juillet 1755 et à la cour devant leurs Majestés le Xbre de la mesme année et le 11 février 1756, Paris, Vve Delormel & fils, Prault fils, [1757], II-95 p.

41  La Bohémienne, pièce en 2 actes et en vers, mêlées d'ariettes, parodiée de la Zingara, intermède italien, représentée, pour la 1re fois, sur le théâtre de l'Opéra-Comique de la foire St Laurent, le lundi 14 juillet 1755, Paris, Duchesne, 1755.

42  La Bohemienne, comédie en deux actes en vers, mêlée d’ariettes, traduite de la Zingara, Intermede italien, Représentée pour la première fois par les Comédiens Italiens ordinaires du Roi, le 28 juillet 1755, A paris, La Veuve Delormel, & fils et Prault, fils, MDCCLV.

43  Jacques Berchtold, « Rousseau et la Bohémienne à marier dans el théâtre comique au xviiie siècle, in Sarga Moussa, Le Mythe des Bohémiens dans la littérature et les arts, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 61-75.

44  Charles-Simon Favart, Mémoires et Correspondances littéraires, dramatiques et anecdotiques, de C. S. Favart, publiés par A. P. C. Favart, son Petit Fils, et précédés d'une notice historique... par H. F. Dumolard, Paris, Léopold Collin, 3 vol., « LETTRE de M. Rochon de Chabanne à madame Favart », tome second, 1808, p. 85.

45  Jean-Baptiste Le Prince, Les Jeux russiens.

46  Acte 1, scène 3 : « Cherchons pendans ce tems la gentille personne/ Dont la taille, les yeux, & la mine friponne ».

47  Giovan Pietro Bellori, Vie du Caravage, traduit de l’italien par Brigitte Pérol, Paris, Gallimard, Le Promeneur, 1991. Le texte est établi à partir de l’édition définitive de Vies de peintres, sculpteurs et architectes modernes de Bellori par Evelina Borea et Giovanni Previtali, Turin, Einaudi, 1976, p. 12-13. L’histoire est reprise par Stendhal.

48  « Description du tableau de Michel-Ange de Caravage, école de Lombardie se trouvant dans le cabinet du Roi », Catalogue raisonné des tableaux du Roy, avec un abrégé de la vie des peintres et une description historique de chaque tableau, fait par ordre de sa Majesté par M. Lépicié…, Paris, Imprimerie royale, 1752-1754, 2 vol, Tome 1, p. 194-195.

49  Cité par José Frèches, Le Caravage, peintre et assassin, Gallimard-Découvertes, 1995, p. 25. Guilio Mancini (1558-1630), biographe et collectionneur du peintre et médecin personnel du pape Clément VIII Albobrandini, successeur de Sixte Quint en 1592.

50  Estimé pour la somme de 1200 livres, Inventaire dressé après le décès de Cardinal Mazarin, transcrit par Yoshida-takead, établi par Claudine Lebrun-Jouve, Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, tome XXX, Paris, De Boccard, 2004, p. 218.

51  Abbé Jean-Pierre Richard, Description historique de l’Italie, Dijon, Paris, 1766, 6 vols., tome VI, p. 196, cité par Sylvia Pressoyre, Nicolas cordier, Recherches sur la sculpture à Rome autour de 1600, école Française de Rome, 1984, 2 vol., tome 1, p. 27, note 133 ; tome 2, p. 415-417.

52  Francis Haskell et Nicolas Penny, Pour l’Amour de l’antique. La statuaire gréco-romaine et le goût européen, 1500-1900, (trad. François Lissarrague), Paris, Hachette, 1988, p. 184-185.

53  Albâtre, argent, bronze.

54  Louis Marin, De la Représentation, recueil établi par Daniel Arasse et alii, Paris, Gallimard, le Seuil, Hautes études, chapitre 11, les fins de l’interprétation, ou les traversées du regard dans le sublime d’une tempête, p. 179-203.

55 Ibidem, p. 198.

56  Paul Holberton, « Giorgione’s tempest or « little Landscape with storm with the gypsy » : more on gypy, and a reassessment », Art History, 1995, 18, 3, p. 383-403.

57  Simon Schama, Le Paysage et la mémoire, traduit de l’anglais par Josée Kamoun, Paris, éd. du Seuil, 1995, p. 585-652.

58  Ibidem, p. 590.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henriette Asséo, « Travestissement et divertissement. Bohémiens et Égyptiens à l’époque moderne », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2009-02 | 2009, mis en ligne le 15 janvier 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/3680 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.3680

Haut de page

Auteur

Henriette Asséo

Après avoir été professeur de khâgne, Henriette Asséo est professeur agrégé à l’école des Hautes études en Sciences Sociales et membre du Centre de Recherches Historiques (UMR 8558). Elle anime un séminaire de recherches sur l’histoire des minorités migrantes en Europe. De 1991 à 2004, elle a été aussi responsable devant le Conseil de l’Europe et les Communautés Européennes d’une collection historique Interface publiée en plusieurs langues dans le cadre de l'action communautaire pour les minorités tsiganes en Europe. Ses travaux portent sur l’histoire des Tsiganes dont elle est une des rares spécialistes et sur l’imaginaire de la mobilité par la mise en lumière d’un « principe de circulation européen ». Les Tsiganes. Une destinée européenne, Paris, Gallimard, Découvertes, nouvelle édition 2006. Direction de Circulation et Cosmopolitisme en Europe, Revue de Synthèse, Tome 123, 5e série, année 2002, (paru en 2004) n° 2-4. à paraître La «nation errante » Une histoire des Tsiganes d’Europe, Armand Colin.
asseo@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page