Navigation – Plan du site
Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie
V. Travaux d'archive et d'érudition

éphémérides ou biographie sommaire de Savinien de Cyrano de Bergerac

Madeleine Alcover
ENBaCH

Ce texte est mis à la disposition du projet européen ENBaCH (European Network for Baroque Cultural Heritage)

EACEAEuropean Commission - Education & TrainingEuropean Commission - Education & Training

Entrées d’index

Mots-clés :

Molière, Dassoucy (Charles Coypeau), Regnault des Boisclairs (Tanneguy), Garibal (Jean), protestantisme, Le Maire (Anne), Cardon (Etienne), vallée de Chevreuse, Cyrano de Mauvières (Abel), Cyrano (Samuel), Picou (Catherine), Secqueville (Marie), Sannois, Bellanger (Etienne), Millet (Catherine), Bellanger (Espérance), Mauroy (Séraphym), Feydeau (Denis), Daillon du Lude (Timoléon de), Feydeau (Marie), Perrot (Louis), Payot de Li(g)nières (François), Cyrano (Pierre), Le Camus (Marie), Le Bret (Henry), Habert de Montmor, Le Mesnil-Saint-Denis, Auget (Paul), Robineau (Roger, sieur de Saint-Pierre), Compagnie du Saint-Sacrement, Zamet (Jean et Sébastien), Robineau (Madeleine), Champagne (Christophe de, baron de Neuvillette), Biran de Castelgeloux/Casteljaloux (Alexandre Carbon), Renty (Gaston de), Cyrano (Jacqueline), Mère Marguerite, Garibal (Raymond), collège de Lisieux, Lhuillier (François, dit Chapelle), Gassendi (Pierre). Pigou (Elie), Guiche (Anne de la, veuve Henri de Schomberg), Fronde, Marcy (Michelle du), Barat (Jacques), rue de la Verrerie, Royer de Prade (Jean), Scarron, Descartes, Mothe Le Vayer (père et fils), Sorel, duc d’Arpajon, La Mort d’Agrippine (La), Le Pédant joué, Œuvres diverses, Cyrano (Pierre, sieur de Cassan), Histoire comique des Estats et Empires de la Lune, Nouvelles œuvres (Estats et Empires du Soleil, Fragment de physique, Entretiens pointus), manuscrits de L’Autre Monde, ENBaCH, Cyrano (Savinien I), Cyrano de Bergerac (Savinien II)
Haut de page

Notes de l’auteur

Ce résumé provient de mes travaux publiés depuis 2000, dans lesquels sont indiqués ceux de mes prédécesseurs : voir, in fine, la bibliographie chronologique de ces travaux. Les découvertes de Alan Howe ont été ici incorporées (Alan Howe, écrivains de théâtre 1600-1649, Paris, Centre historique des Archives nationales, 2005).

Texte intégral

Biographie

11551

9 avril : mariage, à Paris, des grands-parents paternels de l’écrivain, Savinien I de Cyrano et Anne Le Maire : celle-ci est la petite-fille d’Étienne Cardon, marchand parisien. À ce jour, l’origine du grand-père paternel n’est pas résolue (sarde ? descendant d’un marchand bourrelier de Sens ?).

21555

Le couple signe une donation entre vifs qui, en cas de décès, fait du survivant son légataire universel. Quatre enfants leur survivront : Abel, Samuel, Pierre et Anne.

31555-1560

Savinien I achète une petite charge : il est qualifié en novembre 1560 de « vendeur de poisson de mer pour le roi ».

41569

  • 1  Voir, aux Archives Nationales, les Ordonnances de Charles IX enregistrées au Parlement, X1a 8629, (...)

Mars : pour cause d’appartenance à « la Religion Pretendue Reformée », il est privé de son office de « vendeur de marée », déclaré vacant et attribué à un autre titulaire ; cependant il sera réintégré dans sa charge à la suite de l’Edit de pacification de 15701.

51571

9 mars : il est pourvu d’une charge, anoblissante, de notaire et secrétaire du roi à la Grande Chancellerie.

61574

  • 2 Voir infra l’Appendice, « Savinien I de Cyrano et le protestantisme ».

25 juin : il n’est pas reçu à la charge d’auditeur des comptes dont il avait pourtant été pourvu, la cause probable en étant de nouveau son appartenance à la religion réformée2.

71578

Il se livre à une opération immobilière à Sens par l’entremise du gendre d’une Sénonaise, Michèle Cirano.

81582

Acquisition, dans la vallée de Chevreuse, des deux fiefs de Mauvières et de Bergerac ; l’ancêtre porte dès lors le titre d’« écuyer ».

91586

11 juin : baptême, à Saint-Gervais, d’Espérance Bellanger, mère de l’écrivain.

101590

Juillet : décès de Savinien I Cyrano.

111599

28 janvier : baptême, à Saint-Jean-en-Grève, de Séraphym II Mauroy, cousin issu de germain de l’écrivain.

121609

24 août : naissance de Madeleine Robineau, fille de Guy Robineau, capitaine-concierge du château de Chevreuse, et de Marie de Maugarny, cousine de la mère de l’écrivain.

131612

7 février : mariage de Samuel de Cyrano, « trésorier des offrandes, aumônes et dévotions du roi », avec Catherine Picou, fille de Jean Picou et d’Anne Ladvocat ; un cousin par alliance de cette dernière, Etienne Parfait, assiste à la signature du contrat : il appartient à la grande bourgeoisie administrative de Paris.

3 septembre : mariage, à l’église Saint-Gervais de Paris, d’Abel I de Cyrano, sieur de Mauvières, et d’Espérance Bellanger, petite-fille d’un médecin ordinaire du roi : sa famille maternelle est installée de longue date à Paris. En 1612, Espérance est la seule survivante de Catherine Millet et d’Etienne Bellanger, trésorier général des finances à Paris. Parmi les témoins se trouvent ses cousins par alliance Guy Robineau, frère utérin de Jean et Sébastien Zamet par lesquels elle est alliée à l’une des familles les plus opulentes de Paris, et Denis Feydeau, dont le lignage compte, du vivant de Cyrano, des conseillers au Parlement de Paris et le comte Daillon du Lude ; du côté de l’époux, on relève la présence de Séraphym I Mauroy, cousin germain, père du futur intendant des finances.

141615

Sébastien Zamet est nommé évêque-duc de Langres : son évêché est l’un des plus étendus du royaume.

151616

  • 3  MC, ET/LIX/60.

20 avril : inventaire après décès d’Anne Le Maire3.

27 septembre : à Saint-Eustache, Samuel de Cyrano épouse en secondes noces Marie de Secqueville dont la famille possède des biens à Sannois (actuel Val d’Oise).

161619

  • 4  Le poète François Payot de Li(g)nières est apparenté à Cyrano de Bergerac par Antoine Feydeau, cou (...)

6 mars : à l’église Saint-Sauveur de Paris, baptême de Savinien II dont la marraine, Marie Feydeau, est une cousine d’Espérance Bellanger et l’épouse de Louis Perrot, notaire et secrétaire du roi, très probablement apparenté à Perrot d’Ablancourt4. Le registre paroissial de Saint-Eustache mentionne les baptêmes antérieurs de trois enfants mâles.

171621

11 juillet : Pierre de Cyrano épouse Marie Le Camus, fille de Jean Le Camus, notaire au Châtelet : ce mariage allie les Cyrano à de grandes familles de notaires parisiens (Le Camus, Le Semelier, Le Cat).

181622

Abel I s’installe à Mauvières avec sa famille ; en compagnie de Henry Le Bret (dont le père est employé au Mesnil-Saint-Denis par Louis Habert, grand-père du futur académicien Habert de Montmor), le jeune Savinien suit les leçons d’un curé de campagne.

191626

14 octobre : décès de Pierre de Cyrano.

201628

Par devant notaire, Marie Feydeau fait don à son filleul Savinien d’une somme de six cents livres, dont il ne semble pas avoir bénéficié.

211629

25 février : la veuve de Pierre de Cyrano, Marie Le Camus, épouse en secondes noces Paul Auget, « surintendant de la musique du roi et maître de la musique de la reine mère ».

221630

Le frère de Guy Robineau, Roger, sieur de Saint-Pierre, entre dans la Compagnie du Saint-Sacrement : il en devient le premier secrétaire et participe à la constitution de ses règlements.

231635

20 février : mariage de Madeleine Robineau, cousine maternelle de Savinien, et de Christophe de Champagne, baron de Neuvillette ; elle mène à Paris un très grand train de vie. Les époux seront métamorphosés et immortalisés par Edmond Rostand sous les noms de Christian et de Roxane.

241636

Abel de Cyrano vend les deux fiefs de Mauvières et de Bergerac et se réinstalle définitivement à Paris, où il retrouve son fils Savinien venu y faire ses études secondaires (au collège de Lisieux ou, moins vraisemblablement, au collège de Beauvais ?).

251639

Savinien, entré avec Henry Le Bret au Régiment des Gardes du roi, dans la compagnie de Carbon de Casteljaloux (Alexandre Carbon de Biran de Castelgeloux), est blessé au siège de Mouzon.

261640

Cyrano et Christophe de Neuvillette participent au siège d’Arras ; le premier y est de nouveau blessé et le second y trouve la mort : sa veuve, inconsolable, renonce à la vie mondaine et se consacre aux bonnes œuvres, sous la direction de Gaston de Renty, l’un des piliers de la Compagnie du Saint-Sacrement.

271641

15 avril : la sœur de Savinien, Jacqueline, entre au couvent des Filles de la Croix. La prieure et fondatrice du couvent, la Mère Marguerite, est l’ex-épouse du conseiller au Parlement de Toulouse, Raymond de Garibal.

Savinien, ayant renoncé à une carrière militaire, est inscrit en classe de rhétorique au collège de Lisieux. Une plainte, portée contre lui pour agression armée, est négociée par devant notaire le 18 juin 1641. En octobre, à l’instar de nombreux écoliers, il s’engage à suivre pendant deux ans les leçons d’un maître d’armes et d’un maître à danser. Aux côtés de Chapelle, fils de François Lhuillier, Cyrano fréquente probablement le cercle de jeunes gens réunis autour de Gassendi. Rencontre de Molière ?

281642

Séraphym II Mauroy assiste au mariage de la fille de Pierre de Cyrano en tant que « cousin issu de germain » : intendant des finances, il jouit de toute la confiance du cardinal Richelieu.

291645

  • 5  L’hypothèse de la syphilis remonte à Lacroix (1858) : elle repose sur l’attribution hasardée d’un (...)

Sous le nom d’Alexandre Cyrano de Bergerac, Savinien signe, le 1er avril, une reconnaissance de dette de quatre cents livres envers le barbier-chirurgien Elie Pigou, pour le traitement et la guérison d’une « maladie secrète » (maladie urinaire due à ses blessures militaires ? syphilis ?)5 : le chirurgien demeure, comme Jean Royer de Prade, rue Saint-Honoré, paroisse Saint-Roch.

Il travaille à sa comédie Le Pédant joué, à ses Lettres et peut-être aussi à sa tragédie La Mort d’Agrippine, ainsi qu’à son premier roman, Les Estats et Empires de la Lune.

301646

Décès de Samuel de Cyrano. Son fils Pierre II, sieur de Cassan, hérite de sa charge.

311648

18 janvier : mort d’Abel I, inhumé à Saint-Jacques-du-Haut-Pas, faubourg Saint-Jacques, aux côtés de son épouse Espérance Bellanger, dont on ignore la date de décès survenu entre avril 1641 et octobre 1647. Savinien et Abel II, son frère puiné, vivent d’avances d’hoirie jusqu’à la reddition des comptes.

  • 6  Minute notariale découverte par Alan Howe (op. cit., p. 54-55 et 58).

6 février : Savinien (qui se qualifie sieur de Mauvières et de Bergerac) et Abel II transportent pour un an, à compter de Pâques, les droits de sous-louage de la maison de la rue Saint-Jacques à Anne de la Guiche, veuve du maréchal Henri de Schomberg et pensionnaire du couvent de la Visitation (situé dans la même rue)6 : par sa mère, elle est la cousine germaine de Timoléon de Daillon du Lude, et donc apparentée à Espérance Bellanger par l’alliance de ce dernier avec Marie Feydeau. Le gendre de la maréchale, Roger Du Plessis de la Rocheguyon, marquis de Liancourt, est un membre actif de la Compagnie du Saint-Sacrement ; Charles de Schomberg, beau-fils de la maréchale, s’y distinguera également.

Mi-mars : les deux frères quittent la maison de la rue Saint-Jacques.

L’épître au lecteur du poème burlesque de Dassoucy intitulé Le Jugement de Paris est signée « de Bergerac ».

321649

Janvier : début de la Fronde dite « parlementaire ».

  • 7  Les résultats de mes tests sont exposés dans « Stylistique et critique d’attribution. Requiem pour (...)

Sept mazarinades, composées durant l’hiver 1649 et signées B.D. ou D.B., ont été attribuées à Cyrano par Lachèvre en 1921. Des tests de stylistique ont ruiné définitivement la thèse des attributions (thèse qu’aucun indice externe n’avait jamais confirmée)7.

  • 8  Minute notariale découverte par Alan Howe (op. cit., p. 55 et 59). Le dossier de la succession déc (...)

26 février : les deux frères signent une procuration à François Monier qu’il charge de la gestion de leurs biens ; ils déclarent être domiciliés rue de l’Hirondelle, paroisse Saint-André-des-Arts, sur la Rive Gauche8. Savinien se qualifie sieur de Bergerac.

2 mars : reddition des comptes de la succession paternelle.

1er juillet : Abel II épouse, à Saint-Jacques-du-Haut-Pas, Michelle (et non Marie) du Marcy. Le nom de Savinien ne figure pas parmi les témoins.

11 juillet : partage de l’héritage qui assure à chacun des deux frères une rente annuelle d’environ 1500 livres.

331649-1650

  • 9  L’adresse du pâtissier Barat figure dans les contrats d’apprentissage du 21/3/1646 et du 1/4/1648 (...)

Mi-novembre 1649-fin juillet 1650 : Cyrano signe une reconnaissance de dette à Jacques Barat, pâtissier, qui l’a logé et nourri, et qui habite sur la Rive droite, rue de la Verrerie, où demeurent également Henry Le Bret, la famille Cuigy et l’ex-capitaine Alexandre Carbon de Biran de Casteljaloux9 ; à quelques rues, on repère, à ces dates, Jean Royer de Prade et son frère Louis.

341650

Cyrano signe « de Bergerac » un madrigal pour l’Ovide en belle humeur de Dassoucy.

Dans Le Parasite Mormon, Le Pédant joué est présenté comme une comédie achevée et Agrippine comme une tragédie presque terminée.

Des armes lui sont attribuées dans le Trophée d’armes héraldiques de Royer de Prade : « Savinian de Cyrano sieur de Bergerac, porte d’azur, au chevron d’or, accompagné vers le haut de deux despoüilles de lyon aussi d’or liées de gueules, & en pointe un lyon, aussi d’or armé & lampassé de gueules, la queuë passée en sautoir au chef cousu de gueules ». On reconnaît là l’intrépide dépeint plus tard par Le Bret dans sa préface (1657).

15 mai : achevé d’imprimer des Œuvres poétiques de Jean Royer de Prade : la préface, signée S.B.D., est attribuée à Cyrano (Savinien Bergerac de ?). Les deux poèmes que De Prade adresse À l’Auteur des Etats et Empires de la Lune attestent la circulation, à cette date, d’une version manuscrite du premier roman. Parmi les signataires des pièces liminaires de ces œuvres de Dassoucy et de Royer de Prade, on rencontre Scarron, Du Pelletier, Chapelle, La Mothe Le Vayer père et fils, Tristan L’Hermite, Rotrou, de Ris Mareuil, Abel de Sainte-Marthe, Le Vayer de Boutigny et Le Bret : certains de ces noms (Le Bret, Royer de Prade, Chapelle, Dassoucy, Scarron, La Mothe Le Vayer et Tristan L’Hermite) apparaissent dans les écrits manuscrits ou imprimés de Cyrano.

Grand liseur et écho de son temps, Cyrano a tenu, dans ses œuvres, à singulariser également en les nommant Agrippa de Nettesheim, Campanella, Cardan, Copernic, Descartes, Gassendi, Gerzan, Godwin, Gomberville, Képler, La Calprenède, Naudé, Quevedo, Renaudot, Sorel et Tycho-Brahé.

351651

Rupture de Cyrano avec Chapelle et Dassoucy.

Un manuscrit du Pédant joué et d’une quarantaine de Lettres atteste l’existence, en 1651, d’une version de ces deux œuvres (cf. infra 1890).

361651-1653

Quelques actes notariés relatifs à des rentes ainsi que des reconnaissances de dettes permettent de repérer les domiciles successifs de Cyrano, tous dans la paroisse Saint-Nicolas-des-Champs, sur la Rive Droite.

371653

  • 10  Cette adresse figure dans le contrat de marché établi à l’occasion des réparations des dégâts caus (...)

Postérieurement au 31 mai, Cyrano entre au service du duc d’Arpajon, qui résidait sans doute déjà rue Vieille du Temple, paroisse Saint-Gervais10 ; en décembre, il sollicite des privilèges pour La Mort d’Agrippine et pour un recueil intitulé Œuvres diverses.

381653-1654

Le cousin Séraphym II Mauroy et Jean de Garibal, président au Grand Conseil et neveu de la Mère Marguerite, entrent dans la Compagnie du Saint-Sacrement.

391654

  • 11  Les textes des cartons ont été publiés dans Cyrano relu et corrigé, op. cit., p. 1-27.

Agrippine et les Œuvres diverses, composées des Lettres et du Pédant joué, paraissent en in-4o chez Charles de Sercy ; Agrippine et les Lettres sont dédicacées au duc d’Arpajon. Un portrait de Heince et Bignon accompagne les Lettres et atteste les bonnes relations du trio Cyrano / Le Bret / Royer de Prade ; les quatre premières lettres sont adressées à « Mr. Le Bret, avocat au Conseil ». Les Lettres sont censurées et subissent un « cartonnage » important : la censure concerne surtout des passages religieux ainsi que toutes les attaques contre Scarron ; un des « cartons » contient un long passage du deuxième roman, Les Etats et Empires du Soleil (1662) ; il n’est pas exclu que Cyrano ait lui-même collaboré à la composition des textes de remplacement (« cartons »)11. Quant à Agrippine, selon Tallemant des Reaux, elle aurait remporté un grand succès de librairie.

  • 12  Voir la vente de greffe du 24 mars 1655 (MC, ET/CV/628).

Au dire de Le Bret, son ami aurait été blessé d’un coup à la tête ; cependant son état de santé se serait amélioré grâce aux bons soins de Tanneguy Regnault des Boisclairs, grand prévôt de Bourgogne et de Bresse, qui l’aurait hébergé pendant quatorze mois : ce dernier demeurait alors rue de la Verrerie12 .

401655

13 juillet : Christian Huygens assiste à Rouen à la seule représentation attestée du vivant de Cyrano de sa tragédie d’Agrippine.

28 juillet : mort de Cyrano à Sannois, chez son cousin Pierre II, sieur de Cassan, « trésorier des offrandes, aumônes et dévotions du roi ». Le Bret a affirmé que Madeleine Robineau et la Mère Marguerite l’avaient ramené à Dieu. Quoi qu’il en soit, le curé du village a déclaré qu’il était « décédé en bon chrétien » et avait été inhumé dans l’église de Sannois ; le 30 juillet, Pierre II attestait par écrit que « le seul et unique héritier » du défunt était Abel II.

  • 13  Je remercie Mr. François Rey qui a eu l’obligeance de me fournir cette information.

6 novembre : Henry Le Bret sollicite un privilège pour un livre intitulé Les Estats et Empires de la Lune13.

411657

  • 14  Voir « Le Bret, Cuigy, Casteljaloux… », et, pour l’édition posthume de 1657, mon étude intitulée « (...)

Mars : achevé d’imprimer de l’Histoire comique des Estats et Empires de la Lune, dont l’extrait du privilège est signé Cuigy, ami et collègue de Le Bret au Conseil du roi (il s’agit de Jean de Cuigy). Le roman est dédicacé à Tanneguy Regnault des Boisclairs par Le Bret, auteur également d’une longue préface dans laquelle il affirme avoir reçu de Cyrano un manuscrit lacunaire qu’il n’a pas voulu compléter ; et la dédicace et la préface, très hostiles au frère de Cyrano (Abel II), ont été cartonnées. Une variante datable, relative à Cuigy (le fils) et à la seigneurie de Clamart, permet d’affirmer, avec une certitude absolue, que le texte, altéré post-mortem,n’est donc pas authentique: reste à élucider l’ampleur de la « fabrication » posthume (titre, coupures et nouvelle conclusion, notamment)14.

Morts de Madeleine Robineau et de la Mère Marguerite.

421662

Nouvelles Œuvres, chez Charles de Sercy, lequel dédicace l’ouvrage à « Monsieur de Cyrano de Mauvières » (i.e. Abel II). Le volume est composé de l’Histoire comique des Estats et Empires du Soleil, d’un Fragment de physique, de quelques lettres et des Entretiens pointus. L’Histoire comique contient quelques variantes/corrections sous presse. L’auteur des préfaces est à ce jour inconnu (très probablement ni Rohault ni Abel II de Cyrano ; serait-ce Marolles, abbé de Villeloin, qui a affirmé avoir reçu de Cyrano et Agrippine et son Voyage dans la Lune ?).

431890

Entrée à la Bibliothèque nationale de France de deux manuscrits, l’un contenant Le Pédant joué et les Lettres, l’autre, L’Autre Monde ou Les Estats et Empires de la Lune.

441910

Publication par Léo Jordan du manuscrit de L’Autre Monde ou Les Empires et Estatz de la Lune de la Bayerische Staatsbibliothek de Münich.

451921

Publication par Frédéric Lachèvre des œuvres de Cyrano d’après les manuscrits de la BnF.

461995

Publication par Margret Sankey du manuscrit de L’Autre Monde ou Les Empires et Estats de la Lune de l’Université de Sydney : c’est le manuscrit ayant appartenu à Frédéric Lachèvre et signalé par lui en 1921.

Appendice : Savinien I de Cyrano et le protestantisme

47Puisque le document X1a 8629, fol. 272ro-273ro, atteste que Savinien I fut un adepte de la religion réformée, ses déboires dans la magistrature pourraient-ils s’expliquer tous par les décisions de la politique royale à l’encontre du protestantisme ?

48Le 25 septembre 1568, Charles IX signa un « Édit qui exclut de l’université et des offices de judicature les membres de la religion réformée » (Isambert, Jourdan et Decrusy, Recueil général des anciennes lois françaises depuis l’an 420 jusqu’à la révolution de 1789, Paris, 1822-1883, XIV, 228) : c’est cet édit qui priva Savinien Ide son office de « vendeur de marée ». L’Édit de pacification de Saint-Germain-en-Lay (8 août 1570), qui établissait une « amnistie générale et restitution des biens confisqués », lui permit de réintégrer son office (Isambert, ibid., XIV, 229 ; les complications entraînées par le nombre des officiers « surnuméraires » ont été bien analysées par Hélène Michaud dans La Grande Chancellerie et les écritures royales au seizième siècle, 1515-1589, Paris, Presses Universitaires de France, 1967, p. 101-103). Tout se passa bien jusqu’en août 1572, période pendant laquelle Savinien I fut promu secrétaire du roi ; mais le massacre de la Saint-Barthélemy (23 août 1572), bien qu’il fût suivi, à l’issue du siège de La Rochelle, d’un nouvel édit de pacification qui maintenait les huguenots dans leurs offices (juillet 1573), provoqua un raidissement dans la politique royale concernant le recrutement de nouveaux officiers : H. Michaud a montré que des lettres patentes de mars 1573 avaient instauré, pour ce qui est du collège des secrétaires du roi, une sélection des candidats fondée sur leurs mœurs et leur profession religieuse, bref sur leur catholicité (op. cit., p. 104). Il n’est pas déraisonnable de penser que l’échec de Savinien I à la Cour des comptes ait pu résulter de la généralisation de cette pratique sélective aux officiers des cours souveraines.

49La mort de Charles IX (30 mai 1574) marqua la régence provisoire de Catherine de Médicis et l’accession au trône de Henri III, alors en Pologne. Ce « joyeux avènement » fut l’occasion de la création d’offices à la Chambre des comptes dont les nouveaux détenteurs furent confirmés par lettres royales du 1er septembre 1574 (Isambert, id., 268). C’est au cours de cette brève période de perturbation gouvernementale que Savinien I se vit refuser la charge d’auditeur qu’il avait postulée.

Bibliographie

50(articles de Madeleine Alcover, d’ordre biographique, publiés depuis 2000)

- Œuvres complètes de Cyrano de Bergerac, vol. I, Paris, Champion, 2000 et 2006 ; en format de poche dans la collection « Classiques Champion », 2004 (avec des corrections et un complément bibliographique qu’on retrouve dans 2006).

- « Cyrano et les dévots », Materia actuosa. Antiquité, Age classique, Lumières. Mélanges en l’honneur d’Olivier Bloch, éd. Miguel Benitez et al., Paris, Champion, 2000, p. 145-155.

- « Les paroissiens de Sannois et la profanation de 1649. Contribution à la biographie de Cyrano de Bergerac », La Lettre clandestine, 9, 2000, p. 307-313.

- « “Ah ! dîtes-moi, grand-mère” : l’ascension sociale des grands-parents paternels de Cyrano », La Lettre clandestine, 10, 2001, p. 327-337.

- « Glanes biographiques (I. A la recherche des Cyrano de Sens. II. Cyrano et Perrot d’Ablancourt) », La Lettre clandestine, 11, 2002, p. 215-228.

- « Sésame, ouvre-toi ! Les Trésors cachés du Minutier Central », La Lettre clandestine, 12, 2003, p. 297-309.

- « Le grand-père de Cyrano était-il sénonais ? », La Lettre clandestine, 13, 2004, p. 261-278.

- « Le Bret, Cuigy, Casteljaloux, Bignon, Royer de Prade et Regnault des Boisclairs : du nouveau sur quelques bons amis de Cyrano et sur l’édition posthume des Etats et Empires de la Lune (1657), http://dossiersgrihl.revues.org/​document3414.html,2009.

Arbre généalogique. Branche paternelle : famille Cyrano

Arbre généalogique. Branche maternelle : famille Millet

Haut de page

Notes

1  Voir, aux Archives Nationales, les Ordonnances de Charles IX enregistrées au Parlement, X1a 8629, fol. 272ro-273ro ; je remercie Mr Jacques Delaplace de m’avoir communiqué cette référence et Mme Hildesheimer de m’avoir autorisée à consulter le document.

2 Voir infra l’Appendice, « Savinien I de Cyrano et le protestantisme ».

3  MC, ET/LIX/60.

4  Le poète François Payot de Li(g)nières est apparenté à Cyrano de Bergerac par Antoine Feydeau, cousin d’Espérance Bellanger et frère de Marie Feydeay, épouse Perrot.

5  L’hypothèse de la syphilis remonte à Lacroix (1858) : elle repose sur l’attribution hasardée d’un poème publié en 1653, attribution reprise par Lachèvre qui inventa de surcroît un destinataire imaginaire (j’ai réfuté cette attribution tenace dans Cyrano relu et corrigé, Genève, Droz, 1990, p. 179-182).

6  Minute notariale découverte par Alan Howe (op. cit., p. 54-55 et 58).

7  Les résultats de mes tests sont exposés dans « Stylistique et critique d’attribution. Requiem pour les mazarinades putatives de Cyrano », La Lettre clandestine, 13, 2004, p. 233-259.

8  Minute notariale découverte par Alan Howe (op. cit., p. 55 et 59). Le dossier de la succession déclare à trois reprises que les deux frères se séparèrent : au lieu de lire se séparèrent l’un de l’autre, aurions-nous dû lire se séparèrent de leur famille, c’est-à-dire de leurs oncles Jean Desbois et Jacques Scoppart, exécuteurs testamentaires (voir Fr. Lachèvre, Œuvres libertines de Cyrano de Bergerac, I, p. CXLIII-CXLV, et Alcover, Les Etats et Empires, éd. 2004, p. XLI) ?

9  L’adresse du pâtissier Barat figure dans les contrats d’apprentissage du 21/3/1646 et du 1/4/1648 déposés chez le notaire Turmenyes, MC, ET/LIV/ 555 et 556 (voir, in fine, la référence électronique de mon étude sur « Le Bret, Cuigy, Casteljaloux… »).

10  Cette adresse figure dans le contrat de marché établi à l’occasion des réparations des dégâts causés par l’incendie du 9 janvier 1655 (MC, ET/LXXXVII/157, 12 janvier 1655).

11  Les textes des cartons ont été publiés dans Cyrano relu et corrigé, op. cit., p. 1-27.

12  Voir la vente de greffe du 24 mars 1655 (MC, ET/CV/628).

13  Je remercie Mr. François Rey qui a eu l’obligeance de me fournir cette information.

14  Voir « Le Bret, Cuigy, Casteljaloux… », et, pour l’édition posthume de 1657, mon étude intitulée « Statistique et critique d’attribution : l’édition posthume des Etats et Empires de la Lune », Littératures Classiques, 53, 2004 », p. 295-311.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madeleine Alcover, « éphémérides ou biographie sommaire de Savinien de Cyrano de Bergerac », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie, mis en ligne le 18 février 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/3817

Haut de page

Auteur

Madeleine Alcover

Madeleine Alcover, de Rice University, est une grande spécialiste de Cyrano de Bergerac. Parmi ses nombreuses publications, elle est l’auteur de l’édition critique, désormais de référence, des Estats et empire de la lune et du soleil, tome 1 des œuvres complètes de Cyrano de Bergerac, parues chez H. Champion en 2000.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page