Navigation – Plan du site
De la persécution

Persécution, une notion dans la longue durée

Jean-Pierre Cavaillé

Notes de la rédaction

Nous présentons ici les textes de trois communications présentées à l’occasion du workshop consacré à la notion de persécution (sous le titre On persecution / De la persécution) organisé par Francesco Francioni et Jean-Pierre Cavaillé à l’Institut Universitaire Européen de Florence le 17 octobre 2008.

Texte intégral

  • 1  La table ronde réunissait, outre les juristes Francesco Maiani et Ottavio Quirico et les deux orga (...)
  • 2  De Consolatione Philosophiae.
  • 3  Voir particulier Commentaire philosophique sur ces paroles de Jésus-Christ : « Contrains-les d’ent (...)
  • 4  Par exemple dans le Dictionnaire philosophique.
  • 5  Persecution and the Art of Writing, 1941 ; La persécution et l’art d’écrire, trad. E. Patard, in E (...)
  • 6  « Par persécutions collectives, j’entends les violences commises directement par des foules meurtr (...)

1Pourquoi entreprendre de réfléchir sur la notion de persécution en associant historiens et juristes ?1 Je voudrais exposer en deux mots comment est né le projet de cette rencontre. Dans un premier temps, je me proposais de préparer une rencontre interdisciplinaire surles relations de la persécution à la clandestinité où, ce qui me paraissait premier, était la question de la clandestinité, pratique par définition illégale, mais susceptible de recevoir une justification politique, éthique et même juridique, tout particulièrement dans les situations de persécution. Or, très vite, en lisant et en discutant autour de moi de ce projet, entre autres avec divers collègues de l’EHESS et de l’IUE, je me suis rendu compte que la notion de persécution elle-même, en elle-même, posait question, qu’elle était problématique pour diverses raisons ; le premier problème étant précisément qu’elle est toujours ou presque tenue pour claire et évidente, comme si elle s’imposait en quelque sorte d’elle-même et se passait de définition et d’élucidation ; voire même comme s’il y avait quelque indécence, quelque obscénité à en entreprendre l’examen. Même des penseurs aussi exigeants que Boèce2, Pierre Bayle3, Rousseau, Voltaire4, ou plus récemment Leo Strauss5, qui tous ont abondamment utilisé la notion, le firent sans aucune élucidation préalable. Or la notion de persécution n’exprime pas un invariant anthropologique ; je dis bien la notion et non la chose, la réalité nommée persécution. Si l’on considère en effet celle-ci, ainsi que le fait René Girard, comme cette violence meurtrière par laquelle un groupe dominant résout la crise qui l’affecte en s’en prenant à un groupe minoritaire – selon la logique du bouc expiatoire6 –, on trouvera peut-être que la persécution est inhérente aux sociétés humaines. Comme on le sait, en même temps qu’il nomme et décrit le mal, René Girard trouve avec le christianisme le remède, ce qui est merveilleux (j’allais dire miraculeux), mais nous ne sommes évidemment pas obligés de le suivre, car sa position présuppose la vérité fondamentale de ce que le christianisme nous dit de la violence humaine et de la manière dont les chrétiens pensent et nomment la persécution. Mais, si l’on veut bien mettre la chose même un instant de côté, pour autant que cela soit possible, il est au moins possible de constater que la notion possède sans aucun doute une histoire, que l’on peut qualifier de judéo-chrétienne, et il se pourrait, malgré les apparences, qu’elle ait changé considérablement de sens au cours de cette longue histoire, alors même que des Actes des apôtres aux textes les plus contemporains (par exemple ceux de René Girard ou ceux du droit pénal international), nous pourrions avoir l’impression que l’on parle exactement de la même chose.

2Sous un certain rapport, cela peut être soutenu ; mais il est nécessaire, si l’on ne veut pas tomber dans l’apologétique (ce que Girard ne parvient précisément pas à éviter), d’envisager une approche historique et contextualisée de la notion. L’un des buts de notre rencontre est précisément d’esquisser cette histoire, de poser quelques jalons, depuis le monde romain jusqu’à notre contemporanéité. Il y a en effet une actualité de la persécution ; pas seulement des phénomènes de persécution, mais de la notion, de ses usages et de ses effets pratiques. Or cette actualité est marquée par un événement remarquable, qui mérite je crois analyse et réflexion : la persécution est devenue une notion juridique, ce que, à ma connaissance, elle n’avait jamais été jusque là ; elle est désormais une notion du droit pénal international (la persécution comme « crime contre l’humanité »). D’où l’intérêt, et même la nécessité, de joindre aujourd’hui aux historiens des juristes travaillant sur les questions de droits de l’homme. S’il y a en effet une actualité aujourd’hui de la notion, elle est d’abord à rechercher dans le domaine du droit, ce qui ne l’empêche bien sûr pas de continuer à être mobilisée dans les discours les plus variés, des plus communs (celui du journalisme par exemple) aux plus spécialisés, car elle est toujours utilisée abondamment par exemple en théologie et en philosophie morale, mais aussi dans les sciences sociales, où le terme apparaît dans les titres de très nombreux travaux, sans presque jamais faire l’objet de la moindre analyse.

  • 7  Yann River fait une analyse très fine du concept de of diogmos, qui sera bientôt publier. Voir éga (...)
  • 8  Mathieu, V, 9.

3Je ne vais évidemment pas me lancer ici dans une histoire suivie de la notion, mais je voudrais seulement placer quelques jalons qui pourront être discutés, déplacés, contestés par les intervenants. Concernant la genèse de cette histoire, je ne dirai que ce qui me paraît l’essentiel, à savoir que les chrétiens et les juifs, semble-t-il dans des termes et en des temps proches, ont élaboré deux idées essentielles pour l’histoire de l’occident : d’abord l’idée qu’une violence parfaitement légale peut être injuste et scandaleuse, ce qui suppose évidemment l’affirmation de l’existence d’une justice supérieure et indépendante du droit positif, et surtout l’idée suivant laquelle cette violence subie pour la justice, loin d’être infamante est glorieuse pour les victimes. L’un des textes matriciels, à cet égard, est sans aucun doute le verset de l’évangile de Mathieu, dans le Sermon sur la montagne : « Heureux ceux qui sont persécutés [      ]7 pour la justice, car le royaume des cieux est à eux ! »8 Ce qui est essentiel est la condition imposée dans le renversement de l’infamie et du malheur terrestre de la persécution en la gloire du salut céleste : le fait d’être persécuté « pour la justice », ou pour la « la vérité ».

  • 9  « est persecutio iniusta, quam faciunt impii Ecclesiae Christi; et est iusta persecutio, quam faci (...)

4C’est en ce sens qu’Augustin, dans ses Confessions, reprend le célèbre mot de Térence : Veritas odium parit (« la vérité engendre la haine »). Cela veut dire en clair que la persécution ne justifie que les seuls chrétiens. Cette exclusive laisse évidemment la porte largement ouverte à l’idée qu’il peut exister une bonne persécution ; idée qu’Augustin développe, entre autres dans sa fameuse lettre 185 au préfet Boniface contre les Donatistes, où l’auteur s’oppose à l’affirmation selon laquelle la persécution en elle-même, comme telle, serait le critère de la vraie Église, l’instrument de sa justification : « Il y a une persécution par l’injustice, qui est celle que les impies infligent à l’Église du Christ ; et il y a une juste persécution, que l’Église du Christ inflige aux impies »9. Il y a donc une juste persécution, une persécution que les justes doivent exercer sur les impies et les méchants, répondant à l’injonction évangélique : « compelle intrare », « contrains-les d’entrer » (Luc, chap. XIV, vers. 23). Pascal, au xviie siècle, citera encore dans ses Provinciales un extrait de la lettre 91 d’Augustin : « Les méchants persécutent les bons en suivant l’aveuglement de la passion qui les anime ; au lieu que les bons persécutent les méchants avec une sage discrétion : de même que les chirurgiens considèrent ce qu’ils coupent, au lieu que les meurtriers ne regardent point où ils frappent ». Il y a une bonne et juste persécution, des Donatistes par exemple, comme il devrait y avoir, selon Pascal, une juste répression par les autorités civiles et ecclésiastiques de la Compagnie de Jésus qui persécute les jansénistes.

5Tel est le schéma sous-jacent de la manière dont est pensée la persécution tout au long de l’histoire du christianisme, au moins jusqu’à l’époque moderne. Je dis sous-jacent, parce que la « juste persécution », malgré Augustin, n’est que très rarement assumée comme telle. Le terme de persécution est réservé à la violence, sous toutes les formes possibles, exercée contre la vraie Église (de sorte que constamment, ceux que l’Église poursuit pour hérésie et impiété sont dit « persécuteurs », et non « persécutés »). De sorte que toute persécution véritable, toute persécution digne de ce nom, ne saurait être qu’injuste, et c’est bien ainsi que nous pensons la persécution encore aujourd’hui. Voilà me semble-t-il quelle est, ou du moins quelle fut l’approche chrétienne de la notion.

  • 10  Sylvie-Anne Goldberg a présenté une remarquable communication à ce sujet.

6Il faudrait évidemment être en mesure de pratiquer à cet égard des comparaisons avec la manière dont est dénoncée ou non la violence politique et légale injuste, avant le christianisme, chez les Grecs par exemple, à travers la notion de diogmos, ou en Chine, mais aussi dans le monde hébraïque10, et il faudrait sans doute s’interroger aussi sur l’Islam sunnite et chiite, et sur d’autres traditions culturelles encore (par exemple dans la culture rom et sinti confrontée à une expérience récurrente de la persécution).

  • 11  « Avez-vous pu penser, mon cher élève, me répondit-elle, que je vous abandonnerais dans vos malheu (...)

7Je voudrais seulement indiquer au passage que la conception chrétienne me semble avoir profondément influencé la manière dont la philosophie – chrétienne ou non – va penser sa propre histoire, comme une histoire où la persécution joue un rôle fondamental, au moins à partir de Boèce. Dans le dispositif dialogique du De Consolatione, la Philosophie en personne vient assister le philosophe persécuté dans sa prison et lui explique, entre autres choses, que les philosophes ne peuvent pas ne pas être persécutés, du fait même de leur sagesse : « la pureté de leurs mœurs condamnait la perversité des méchants ; voilà la seule cause de la persécution dont ils furent les victimes »11. Il s’agit d’une réinterprétation platonicienne de la persécution chrétienne et Boèce renvoie d’ailleurs explicitement au supplice de Socrate, mais là encore la cause attribuée à la persécution est la vérité et la justice ; non la vérité de la religion, mais celle de la philosophie ; non la justice des vrais chrétiens, mais la pureté morale des philosophes.

8à cet égard Leo Strauss, dans son essai Persecution and the art of writing, comme dans ses autres textes, est, apparemment à son insu, l’héritier de Boèce. La grande différence entre la tradition chrétienne et celle des philosophes est que, pour ceux-ci, la contrainte est absolument contradictoire avec l’adoption de la vérité. Il n’y a pas de place dans la tradition philosophique, de quelque obédience qu’elle puisse être, pour l’idée d’une bonne contrainte, d’une « juste persécution » au profit de la vérité. La contrainte extérieure ne saurait d’aucune façon être une voie d’accès à la vérité. Certes la philosophie pourra justifier, au nom de l’ordre juste de la cité par exemple, bien des formes de coercition et de violence politiques, mais on ne trouve rien par contre qui puisse ressembler au compelle intrare, au « contrains-les d’entrer » détourné de l’Évangile, c’est-à-dire à la violence de la conversion, dont la justice est encore défendue, au xviie siècle par les idéologues de Louis XIV, pour justifier la persécution des protestants après l’abrogation de l’édit de Nantes.

  • 12  Pierre Bayle, op. cit., titre du chapitre VIII, voir également chap. VIII passim.
  • 13  Robert Challes, Difficultés sur la religion proposées au père Malebranche…, 1711-1712, genève, Dro (...)
  • 14  Théologie Portative, ou Dictionnaire abrégé de la religion chrétienne [1768].
    http://classiques.uqa (...)
  • 15  Voir, par exemple, la polémique entre La Harpe et Chaumontquitry. Jean-François La Harpe, Du fanat (...)

9Il me semble en effet que la tradition philosophique associée à l’inspiration évangélique est un élément décisif dans la transformation radicale de l’appréhension de la persécution à l’époque moderne chez des auteurs comme Dirk Coornhert, Sébastien Castellion et, un peu plus tard, comme Grotius, John Locke et Pierre Bayle. Désormais, la persécution n’est plus conçue comme l’exercice d’une violence, légale ou non, à l’encontre de ceux qui sont dépositaires de la vérité et qui en portent le témoignage par leur souffrance même (selon le modèle du martyre), mais la persécution devient l’exercice de la violence en tant que telle pour des raisons de conscience, quel que puisse être le contenu de cette conscience. C’est à dire que la fausseté, l’erreur de cette conscience ne saurait aucunement être un motif légitime pour l’exercice de la violence et de la contrainte. De sorte que la persécution devient la violation de droits fondamentaux (en particulier de la conscience) à l’égard de citoyens respectant par ailleurs leurs devoirs politiques d’obéissance. Par ce biais, la notion cesse d’être seulement une notion appartenant au discours religieux et à celui de la philosophie morale, mais se charge d’un sens juridique. En effet, si la persécution est violation de droits fondamentaux, il ne saurait y avoir, par principe, ou disons en principe, de persécution légitime, y compris celle qui se donne une forme légale. C’est tout le propos du Commentaire philosophique de Pierre Bayle sur le « compelle intrare » fondé sur la notion « des droits de la conscience errante » (« la conscience qui est dans l’erreur a les mêmes droits que celle qui n’y est pas »12). Mais, de ce fait, jusqu’à l’époque des Lumières et au-delà, la notion reste strictement attachée et donc limitée aux violences subies au nom de l’imposition d’une vérité. Soit, comme l’écrit Robert Challes : « Les persécuteurs se targuent ordinairement du plus faux principe qu’il soit peut-être possible d’imaginer : que ceux qui ont la vérité de leur côté sont en droit de contraindre ceux qui sont dans l’erreur »13. D’où la définition ironique que donne le baron D’Holbach dans sa Théologie portative : « Persécutions : Moyens sûrs et charitables que l’Église met en usage pour rappeler ceux qui s’égarent, et pour se rendre plus aimable à leurs yeux. L’Église fut souvent elle-même persécutée, mais ce fut toujours à tort »14. Et c’est dans cette perspective que les « philosophes » au sens des Lumières dénoncent la persécution dont ils font l’objet, exactement comme les catholiques anti-révolutionnaires dénoncent les persécutions qu’ils subissent en effet15. Le lien au religieux, à l’hétérodoxie et à l’irréligion reste ainsi déterminant. Il faudra attendre que les idéologies politiques s’éloignent et se séparent des questions confessionnelles et que des droits spécifiquement politiques soient reconnus au citoyen (à commencer par la liberté d’expression), pour qu’il devienne possible de parler de « persécution » au sujet des minorités et dissidences proprement politiques.

  • 16  Florent Brayard a présenté un exposé sur la persécution des juifs sous le IIIe Reich.
  • 17  Victor Klemperer, LTI, la langue du Troisième Reich, traduit et annoté par Élisabeth Guillot, Pari (...)

10Quoi qu’il en soit, nous pouvons constater que l’idée selon laquelle il est possible d’être persécuté pour autre chose que pour ses convictions, par exemple pour le simple fait d’appartenir à un groupe déterminé, pour sa couleur de peau, pour son appartenance ethnique ou autre, est tout à fait absent des discussions. Le préalable à cette extension sémantique est sans aucun doute le développement des théories racistes tout au long du xixe siècle. Je ferai à ce propos un grand saut dans le temps pour dire deux mots sur la manière dont la persécution est envisagée dans Mein Kampf16. Ce qui est très étonnant et à mon sens parfaitement éclairant dans le livre d’Hitler, c’est qu’à la fois celui-ci exploite une rhétorique victimaire, selon laquelle son parti n’a que trop souffert la persécution (Verfolgung) et à la fois s’interroge, en dehors de toute considération morale, selon un modèle strictement stratégique de rapport à l’ennemi, sur les conditions d’une persécution efficace (c’est bien le même mot qui est utilisé : Verfolgung). Et une persécution efficace, pour Hitler, est l’anéantissement des persécutés. En particulier il réfléchit dans le chap. 5 à ce qu’aurait dû être et devra être une persécution efficace du marxisme et il la trouve dans l’association d’une violence impitoyable qui ne relâche à aucun moment son étreinte dans le temps et d’une représentation du monde (Weltanschaaung) alternative conquérante et, comme il le dit, « fanatique ». Victor Klemperer a longuement analysé cette inversion, du négatif au positif, du sens du mot « fanatique » dans la langue du IIIe Reich17 et c’est à peu près ce qui se passe aussi, dans Mein Kampf, pour le terme « persécution ». Klemperer remarque que le mot « fanatique » continue à être employé en un sens négatif, même dans Mein Kampf. C’est aussi le cas du mot « persécution », que Hitler utilise pour se plaindre des torts faits au parti national socialiste, mais aussi pour décrire les vexations subies dans le passé comme dans le présent par les Juifs, sauf qu’alors le sens change, car la persécution est dans ce cas pleinement justifiée et toujours insuffisante ; l’erreur qui, affirme-t-il, fut par le passé la sienne, étant de considérer que les juifs étaient persécutés pour leur religion, alors qu’ils le sont en fait et doivent l’être pour leur race, en tant que leur race même, comme telle, empoisonne les sociétés où elle prospère. Dans cette perspective, la persécution n’a plus pour but une quelconque conversion forcée, sur le modèle des persécutions religieuses, mais l’anéantissement, l’extermination pure et simple. Dans la persécution du marxisme aussi (qui d’ailleurs est appréhendée comme expression de la juiverie), ce que l’on doit viser est l’anéantissement, pas seulement de la Weltanschauung marxiste, mais des hommes, des marxistes eux-mêmes, d’ailleurs juifs pour la plupart. On voit bien par là comment Hitler et le National Socialisme ont imposé, dans les textes en même temps que dans les faits, une nouvelle manière de considérer la persécution, comme crime de masse, perpétré contre une communauté humaine visée en tant que telle, à travers mais aussi au-delà – ou en deçà – de ses croyances, de sa culture, de sa langue, etc.

  • 18  Faisant référence au xive siècle et au texte de Guillaume de Machaut qu’il a analysé, René Girard (...)
  • 19  « The manifest or flagrant denial, for reasons of discrimination, of a fundamental right consecrat (...)

11La manière dont René Girard par exemple définit la persécution dans le Bouc Émissaire, comme une violence meurtrière commise à l’encontre d’un groupe minoritaire, est nécessairement postérieure à l’expérience de l’extermination nazie18. Girard intègre la notion dans le cadre d’une anthropologie du sacré dominée par la notion de sacrifice expiatoire qui, à mon avis, ne permet pas de rendre compte de ce qu’opère le nazisme lorsqu’il revendique la persécution en la comprenant comme extermination méthodique, systématique et prolongée dans le temps de groupes humains entiers. Pourtant, c’est bien le retour sur l’expérience des persécutions génocidaires du IIIe Reich, qui permet d’appréhender la persécution comme rassemblant les phénomènes de violence légale ou illégale à l’encontre d’individus et de groupes considérés dans leurs multiplicité et leur globalité, c’est-à-dire excédant de très loin la question de la persécution des consciences, qui était au cœur de la notion chrétienne. J’en veux pour preuve la manière dont le Statut de Rome de la Cour pénale internationale réunie en 1998, utilise la notion de persécution, d’ailleurs sans la définir, comme l’un des 11 actes constitutifs du « crime contre l’humanité » : « Persécution de tout groupe ou de toute collectivité identifiable pour des motifs d’ordre politique, racial, national, ethnique, culturel, religieux ou sexiste, ou en fonction d’autres critères universellement reconnus comme inadmissibles en droit international » (art. VII). La liste des motifs reconnus du crime de persécution, conçu comme l’un des crimes contre l’humanité, est ainsi considérablement étendue et reste ouverte. à partir de là, une nouvelle définition de la persécution devient nécessaire : à la fois suffisamment large et précise pour permettre au droit pénal de s’exercer. Tant que l’on manie la « persécution » à des fins polémiques ou dans un discours de sanction morale, on peut avoir intérêt à lui conserver le maximum de latitude et de flou, ce que le discours juridique, dès lors qu’il a valeur normative, peut beaucoup plus difficilement se permettre. Le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie a proposé en 2002 la définition suivante : la persécution est « le déni manifeste ou flagrant, pour des raisons discriminatoires, d’un droit fondamental consacré par le droit international coutumier ou conventionnel »19Cette définition m’apparaît, foncièrement, comme la reformulation et surtout comme l’inscription proprement juridique de ce qui me semble être l’acquis majeur de la transformation de la notion à l’époque moderne – déni ou violation de droits fondamentaux des groupes et des individus. Il apparaît aussi comme un fait historique que seul l’établissement d’une justice pénale internationale pouvait réellement permettre cette inscription du crime de persécution dans le droit.

12Maintenant, je terminerai ce premier tour d’horizon, en disant que l’on aurait tort d’opposer l’usage normatif de la notion en droit à ses manipulations rhétoriques, à travers lesquelles, tout individu ou tout groupe, et même le Parti National Socialiste, peut tenter de bénéficier de l’indignation morale du public en se présentant comme persécuté. S’il en était ainsi, les chercheurs en sciences sociales, dans leur visée d’objectivité, auraient toutes les raisons d’abandonner la notion aux juristes de profession d’une part et aux rhéteurs de l’autre ; or chacun – historien, sociologue, politologue et bien sûr juriste – peut faire l’expérience, en travaillant sur les questions de violence, de vexations et d’injustices à l’encontre des individus et des groupes, de ce que peut avoir d’indispensable l’usage du terme et de la notion de persécution. Ce constat, compromet sans doute l’idéal de neutralité axiologique que certains visent dans la recherche, au sens où l’utilisation du concept de persécution engage, qu’ils le veuillent ou non, une position éthique à l’égard de leurs objets d’étude, et il me paraît important de le souligner, parce que c’est cette impureté même de nos sciences qui nous permet de participer, certes de manière bien indirecte, biaisée et fragile, à la transformation effective des règles de vie dans les sociétés humaines.

Haut de page

Notes

1  La table ronde réunissait, outre les juristes Francesco Maiani et Ottavio Quirico et les deux organisateurs, Florent Brayard (Centre Marc Bloch, Berlin), Martin Van Gelderen (IUE Forence), Sylvie-Anne Goldberg (EHESS Paris) et Yann Rivière (École Française de Rome).
Je tiens à remercier Gerhardt Haupt, Antony Molho, enseignants au département d’Histoire et Civilisation de l’IUE, Francesco Francioni, Pierre-Marie Dupuy et Bruno de Witte, au département de Droit de la même institution, et enfin Alessandro Pizzorno, pour les échanges et les conseils sur leur projet. Mes remerciements vont aussi aux départements d’histoire et de droit de l’IUE pour leur soutien financier, qui m’a permis d’organiser cette journée.

2  De Consolatione Philosophiae.

3  Voir particulier Commentaire philosophique sur ces paroles de Jésus-Christ : « Contrains-les d’entrer », 1688.

4  Par exemple dans le Dictionnaire philosophique.

5  Persecution and the Art of Writing, 1941 ; La persécution et l’art d’écrire, trad. E. Patard, in E. Cattin, B. Frydman, L. Jaffro, A. Petit, éd., Leo Strauss. Art d’écrire, politique, philosophie, texte de 1941 et études, Paris, Vrin, Tradition de la pensée classique, 2001.

6  « Par persécutions collectives, j’entends les violences commises directement par des foules meurtrières, comme le massacre des juifs pendant la peste noire. Par persécutions à résonances collectives, j’entends les violences du type chasse aux sorcières, légales dans leurs formes mais généralement encouragées par une opinion publique surexcitée », Le Bouc émissaire, Paris, Grasset, 1982, p. 2.

7  Yann River fait une analyse très fine du concept de of diogmos, qui sera bientôt publier. Voir également M F Baslez, Les persécutions dans l’Antiquité. Victimes, héros, martyres, Paris, Fayard, 2007.

8  Mathieu, V, 9.

9  « est persecutio iniusta, quam faciunt impii Ecclesiae Christi; et est iusta persecutio, quam faciunt impiis Ecclesiae Christi. Ista itaque beata est quae persecutionem patitur propter iustitiam », epistola 185 , II, 11. « Non omnis persecutio est culpabilis. 20. 53. De persecutione autem vestra querela sedabitur, si cogitetis et intellegatis prius non omnem persecutionem esse culpabilem; alioquin non laudabiliter diceretur: Detrahentem proximo suo occulte, hunc persequebar. Nam quotidie videmus et filium de patre tamquam de persecutore suo conqueri et coniugem de marito et servum de domino et colonum de possessore et reum de iudice et militem vel provincialem de duce vel rege, cum illi plerumque ordinatissima potestate sibi homines subditos per terrores levium poenarum a gravioribus malis prohibeant atque compescant, plerumque autem a bona vita et a bonis factis minando et saeviendo deterreant. Sed cum a malo et illicito prohibent, correctores et consultores sunt, cum autem a bono et licito, persecutores et oppressores sunt. Culpantur etiam qui prohibent a malo, si modum peccati modus cohercitionis excedat. Item iure culpandi sunt, qui turbide atque inordinate in eos cohercendos insiliunt, qui nulla sibi lege subiecti sunt. » Epistula ad Catholicos de secta Donatistarum. « Aut ergo persecutio non omnis iniusta est, aut non est persecutio dicenda cum iusta est. Quapropter, aut persecutionem pars Donati patitur iustam, aut persecutionem non patitur, quia patitur iuste. » Ad donatistas post collationem, 17, 23. (« Ainsi donc, ou bien toute persécution n’est injuste, ou bien, quand elle est juste, elle ne mérite plus d’être appelée persécution. Dès lors, ou bien les Donatistes souffrent une juste persécution, ou bien ils ne souffrent pas de persécution, parce qu’elle leur est justement infligée. », Avertissement aux Donatistes après la conférence, 17, XXIII, traduction de l’abbé Burleraux,œuvres complètes de saint Augustin traduites pour la première fois en français, sous la direction de M. Raulx, Bar-Le-Duc, L. Guérin & Cie, éditeurs, 1869, t. XIII).

10  Sylvie-Anne Goldberg a présenté une remarquable communication à ce sujet.

11  « Avez-vous pu penser, mon cher élève, me répondit-elle, que je vous abandonnerais dans vos malheurs, et que je refuserais de partager avec vous la persécution à laquelle vous n’êtes en butte que pour l’amour de moi ? Je croirais faire un crime si, dans de pareilles circonstances, je me séparais un instant d’un innocent faussement accusé, et dont la cause est la mienne. Pensez-vous que de pareilles accusations soient capables de m’intimider ? Rien de ce qui vous arrive ne peut m’inspirer ni surprise ni frayeur ; j’y suis accoutumée. Est-ce donc la première fois que les méchants ont fait courir à la sagesse les plus grands dangers ? Dès les premiers temps, avant la naissance de mon illustre élève Platon, j’ai eu de grands combats à soutenir contre la folle audace des hommes. Du vivant de Platon, Socrate son maître triompha par mon secours des horreurs d’un supplice injuste. […] Mes élèves ont été mille fois persécutés. Anaxagore fut exilé, Socrate fut empoisonné, Zénon souffrit la plus horrible torture. Si vous ignorez ces exemples de la cruauté des hommes, parce qu’ils sont étrangers à votre patrie, vous ne pouvez ignorer les malheurs d’un Canius, d’un Sénèque, d’un Soranus, dont la mémoire est aussi récente que célèbre. Instruits de mes maximes, ils les pratiquaient ; la pureté de leurs mœurs condamnait la perversité des méchants ; voilà la seule cause de la persécution dont ils furent les victimes. Faut-il donc s’étonner si notre vie est agitée par tant de tempêtes, puisque nous nous faisons gloire de déplaire aux méchants ? », traduction de Léon Colesse, 1771.

12  Pierre Bayle, op. cit., titre du chapitre VIII, voir également chap. VIII passim.

13  Robert Challes, Difficultés sur la religion proposées au père Malebranche…, 1711-1712, genève, Droz, 2000, p. 117.

14  Théologie Portative, ou Dictionnaire abrégé de la religion chrétienne [1768].
http://classiques.uqac.ca/classiques/holbach_baron_d/theologie_portative/dholbach_theologie_portative.doc

15  Voir, par exemple, la polémique entre La Harpe et Chaumontquitry. Jean-François La Harpe, Du fanatisme dans la langue révolutionnaire, ou de la persécution suscitée par les barbares du xviiie siècle contre la religion chrétienne et ses ministres, Paris, 1797 ; Guy Chaumontquitry, De la persécution suscitée par Jean-François Laharpe contre la philosophie et ses partisans, en réponse à son écrit intitulé : Du fanatisme dans la langue révolutionnaire… par Guy Chaumontquitry, républicain français, Paris, 1799.

16  Florent Brayard a présenté un exposé sur la persécution des juifs sous le IIIe Reich.

17  Victor Klemperer, LTI, la langue du Troisième Reich, traduit et annoté par Élisabeth Guillot, Paris, Agora Pocket, 1996, chap. 9.

18  Faisant référence au xive siècle et au texte de Guillaume de Machaut qu’il a analysé, René Girard écrit de manière révélatrice, qu’à cette époque, « personne ne déchiffrait la représentation persécutrice comme nous la déchiffrons aujourd’hui. « Bouc émissaire » n’avait pas encore le sens que nous lui donnons. L’idée que des foules, ou même des sociétés entières, peuvent s’enfermer dans la prison de leurs propres illusions victimaires restait inconcevable », Le Bouc Émissaire, Grasset, 1982, p. 62.

19  « The manifest or flagrant denial, for reasons of discrimination, of a fundamental right consecrated by customary or conventional international law. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Cavaillé, « Persécution, une notion dans la longue durée », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, De la persécution, mis en ligne le 28 février 2010, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/3892

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Cavaillé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org