Navigation – Plan du site

Roman et censure : le cas du Gascon extravagant

Filippo D’Angelo

Résumés

Le Gascon extravagant permet d’envisager sous un angle inattendu le rapport entre roman et censure au xviie siècle. Les stratégies discursives et narratives mises en œuvre par Claireville visent moins à contourner qu’à dénoncer le principe de la répression institutionnelle. À l’instar de L’Autre Monde de Cyrano ou des Aventures de Dassoucy, Le Gascon extravagant confirme ainsi la thèse de Louis Marin selon laquelle le véritable pouvoir du récit résiderait, au xviie siècle, dans sa capacité à tendre un piège au pouvoir lui-même.

Haut de page

Texte intégral

Il serait grandement à souhaiter pour l’honneur de nos démonographes et la manutention et l’éclaircissement de la vérité du sujet qu’ils traitent, qu’ils fussent dorénavant plus religieux à n’avancer aucune histoire ni autorité qu’après en avoir soigneusement examiné toutes les circonstances, et qu’ils voulussent balancer toutes choses à leur juste prix et valeur, pour ne se laisser induire à faire un jugement sinistre de quelqu’un sans grande occasion, et à forger ces accusations frivoles sans raison, pleines de vents et de mensonges, puisque quand on vient les examiner de près et en sonder la vérité, l’on trouve ordinairement que ce ne sont rien que pures calomnies, que soupçons mal fondés, et que paroles vaines, légères et étourdies, que le Diable fait insensiblement glisser sur la bonne renommée des innocents, afin qu’elles soient causes quelque jour que l’on ne puisse reconnaître ni punir les coupables.1

1Gabriel Naudé terminait ainsi, en 1625, son Apologie pour tous les grands personnages qui ont été faussement soupçonnés de magie. Neuf ans plus tard, Urbain Grandier était condamné au bûcher pour avoir été « atteint et convaincu du crime de magie, maléfice et possession », comme le précise le titre d’une chronique anonyme de l’époque2. Peu de temps après, le thème de la fausse possession, déjà exploité à des fins comiques et désacralisantes dans la Première journée de Théophile de Viau, inspirait un autre texte d’orientation libertine : Le Gascon extravagant d’Onésime de Claireville3. Aborder cette œuvre relativement méconnue signifie avant tout se poser la question de la possibilité même de son existence, c’est-à-dire comprendre par quelles stratégies d’écriture son auteur put traiter avec une surprenante liberté d’esprit l’un des sujets les plus controversés de son temps.

2Pour ce faire, il est d’abord indispensable d’analyser certains aspects du dispositif narratif mis en place par Claireville. Le Gascon extravagant est un roman à la première personne écrit à une époque où cette forme narrative reste encore assez peu pratiquée en France. Qui plus est, l’ouvrage de Claireville présente des traits tout à fait inhabituels par rapport aux modèles du genre, qu’il s’agisse des prototypes anciens (le Satyricon de Pétrone et Les Métamorphoses d’Apulée) ou de certains exemples modernes (Les Angoysses douloureuses d’Helisenne de Crenne, les romans picaresques, Euphormion de John Barclay, etc.). Contrairement à ses prédécesseurs, l’auteur du Gascon construit son récit sur un système de double narration homodiégétique. Nous avons d’abord le récit à la première personne du narrateur, à l’intérieur duquel se situe le long récit autobiographique du gascon, véritable héros du roman. En d’autres termes, le narrateur du Gascon raconte une histoire dans laquelle il est présent en tant que personnage, mais dont il n’est pas le protagoniste, procédé devenu assez courant à partir du xixe siècle, mais, que je sache, encore inexploré à l’époque de Claireville4. Autre spécificité narrative de l’ouvrage : la dépersonnalisation de la figure du narrateur. L’histoire du Gascon extravagant est racontée à la première personne par une voix narrative totalement dénuée de traits référentiels. Tout au long du roman, le personnage du narrateur reste entouré de mystère ; on ne connaît rien ni de son identité, ni de son passé ; on ne sait pas non plus pourquoi il se trouve dans le château où se déroulent les événements racontés. a ce sujet, il ne fournit au lecteur que la précision suivante : « Pour lors le Seigneur à qui appartenoit le chasteau n’y étoit pas, et j’étois seul qui en son absence pouvois commander dans la maison »5. Au début du roman, cette caractérisation impersonnelle du narrateur engendre une forme de récit plutôt dépaysante. Les données narratives sont réduites à l’essentiel. Un beau matin de printemps, le narrateur se réveille, ouvre la fenêtre de sa chambre à coucher et entend des cris provenant de l’extérieur. Poussé par la curiosité, il sort du château et découvre une jeune femme en proie à des convulsions. Il est ensuite rejoint par le gascon et un vieux prêtre. Les crises convulsives de la jeune femme suscitent un débat entre les trois hommes qui, bien qu’entrecoupé par les digressions autobiographiques du gascon, se prolonge jusqu’à la fin du roman. Le narrateur de l’histoire cadre joue donc un rôle tout à fait singulier : d’un côté, renonçant à toute sorte d’aveu personnel, il finit par se caractériser en tant que pur sujet énonciatif ; d’un autre côté, sa fonction énonciative ne se réduit pas à l’énonciation narrative, mais revêt une importance fondamentale à l’intérieur même de l’histoire, grâce à sa participation aux dialogues rapportés ; importance fondamentale, il faut le souligner, sur le plan idéologique. On se trouve ainsi confronté à un « je » narrant qui, de façon apparemment paradoxale, peut être défini comme un actant sans pour autant être envisageable comme un véritable personnage6.

3Pour apprécier pleinement cette utilisation insolite du « je » narrant, il est indispensable de la mettre en perspective avec le sujet principal de l’ouvrage. C’est uniquement en considérant qu’il s’agit du récit d’un cas controversé de possession que l’on peut saisir la véritable signification de la figure du narrateur : une signification « neutre » au sens que Louis Marin attribue à ce terme lorsqu’il parle du « neutre » comme de « l’écart des contradictoires », de « la contradiction même maintenue entre le vrai et le faux »7. Pour être plus précis, on peut affirmer que, dans le Gascon extravagant, la figure du narrateur exemplifie une forme de neutralité au sens judiciaire du mot, à savoir, une posture intellectuelle capable d’effectuer l’examen impartial d’une controverse. Il s’agit de l’un des aspects les plus révélateurs mais aussi les plus originaux du roman : sa configuration narrative sous forme de mise en intrigue judiciaire. Les relations entre les quatre personnages principaux – le narrateur, le gascon, le prêtre et la jeune femme – renvoient à une situation similaire à celle du procès d’Urbain Grandier8. La jeune femme joue le rôle de la victime d’une possession dont il faut déterminer l’authenticité (on remarquera que son prénom, Segna, est l’anagramme des noms des deux plus célèbres possédées de Loudun : Jeanne des Anges, dénommée à l’époque « sœur des Anges », et Anne de Sainte-Agnès, connue comme « sœur Agnès ») ; le personnage du prêtre incarne la position fidéiste soutenue par les institutions ecclésiastiques ; le narrateur remplit la fonction de juge lucide et équitable ; quant au gascon, il affiche un point de vue sceptique proche de celui de certains médecins appelés à témoigner sur l’affaire. Le grand absent sur la scène du « théâtre des possédées 9» est le héros du drame qui s’y était joué quelques années auparavant, le « sorcier » Urbain Grandier. Étant donné les enjeux polémiques du roman,  cette absence est facilement compréhensible : quelle meilleure façon, en effet, d’atténuer l’impact d’une réécriture critique de la fameuse affaire, que d’effacer toute trace de celui qui paya de sa vie l’aveuglement, ou la mauvaise foi, des juges ?

4Or, si les personnages de la possédée et du prêtre sont immédiatement assimilables à leurs homologues dans la réalité, la comparaison du narrateur et du gascon avec les figures du juge et du médecin nécessite en revanche d’être argumentée. En ce qui concerne le premier, nombreux sont les passages qui révèlent son souci de compréhension et d’évaluation objective du cas observé. Je me limiterai ici à citer le plus représentatif d’entre eux. Il s’agit d’un extrait situé au début du roman, lorsque le gascon est lui aussi supposé être victime d’une possession démoniaque. Le narrateur s’adresse avec respect au religieux et, fort de l’attention consciencieuse qu’il porte aux arguments des différentes parties en cause, lui demande son avis en tant que membre du clergé :

Je voudrois bien sçavoir si l’extravagance de ce personnage provient d’une maladie d’esprit, ou si comme vous pensez il y a du surnaturel, car je sçay bien que les médecins tiennent qu’il y a certaines maladies si violentes qu’elles font souvent commettre des excez et des choses prodigieuses à ceux qui en sont affligez : Et les theologiens d’autre part asseurent qu’il y a des mauvais esprits, qui prennent possession des corps des personnes que Dieu veut quelquefois visiter de ses verges, et que depuis qu’ils y ont l’entrée ils font faire des choses dont la moindre est soutenue par l’autorité des miracles : mais comme il faut avoir une grande connoissance et un parfait jugement pour discerner l’un et l’autre sans se tromper, je pense que je m’en dois plutost rapporter à vostre opinion, qu’à l’imagination que j’en pourrois avoir10.

5Bien qu’il se réfère au héros du roman, ce passage ne prend tout son sens qu’en relation au triste état de la jeune femme, vis-à-vis duquel le narrateur gardera la même attitude, soucieux de se maintenir à une distance égale du prêtre et du gascon, respectivement pour et contre la thèse de la possession11. Rien d’étonnant, dès lors, si le champ lexical du verbe « juger » est exploité à plusieurs reprises dans son récit, toujours avec la même préoccupation d’équité, pour ainsi dire, procédurale : « Jamais nous ne devons appuyer des jugements que dans une infaillible connaissance de la chose qu’on nous propose »12 ; « je jugeois […] qu’il ne falloit pas me laisser aller si aysément à un avis que je voyois dé-ja contesté »13 ; « Moy qui n’avois point encore voulu parler de cette matiere je m’emancipé, et dis que je ne voudrois pas determiner un jugement pour une chose combatue avec tant de raisons d’une part et d’autre »14, etc. Contrairement au narrateur, qui endosse tout naturellement le rôle d’arbitre du différend, le personnage du Gascon obéit à une logique narrative plus complexe, fondée sur un goût baroque du paradoxe. Par un renversement  propre au topos de la folie du sage, celui qui au début du roman se présentait en tant qu’extravagant se conforme ensuite au profil de l’homme de science rationnel, et suscite par ses propos l’admiration étonnée du narrateur : « Comme j’entendois parler ce cavalier ainsi, je demeurois quasi en extase et disois, quelle estrange metamorphose. Cet homme parle tantost dans une extravagance, et incontinent apres il a les meilleurs discours du monde »15. L’adoption d’un parti pris rationaliste conduit le personnage du gascon à tirer les mêmes conclusions que celles des médecins de l’époque. Ainsi, pour ne citer qu’une occurrence parmi les plus significatives de cette approche “clinique” du phénomène de la possession, le gascon n’hésite pas à proposer de guérir la jeune femme par un remède naturel dont Claude Quillet, l’un des médecins présents à Loudun, avait déjà prôné l’efficacité :

Bon pere le vray moyen de chasser de ce corps le malin esprit est de me le donner à gouverner, et quoy que ma barbe soit plus jeune que la vostre et que je ne doive si bien entendre les rubriques si me fay-je fort que je la guerirois, et la remetrois dans son bon sens avant qu’il fust trois lunes. Moy qui d’autrefois ay pris plaisir aux secrets de la Nature, et qui ay consulté les medecins pour de semblables maladies, j’en ay retenu le remede bien asseuré, et gagerois au peril de la vie que si elle avoit esté seulement un mois en ma puissance, elle ne seroit pas troublee ny emeue de la sorte qu’elle est. Et si vous en voulez voir le plaisir faites que je l’enferme dans une chambre et que personne ne la visite que moy. Alors vous verrez que vous avez tort de donner un nom qui ne convient pas à la chose, et confesserez que j’ay raison de dire que ce n’est qu’une maladie bien aysée à guerir, pourveu qu’on y puisse appliquer le remede16.

6Le gascon reste fidèle à cette approche médicale tout au long du récit. Sa recherche constante de preuves irréfutables ainsi que la contestation systématique du dogmatisme affiché par le religieux sont une transposition de la conduite tenue par les médecins les plus sceptiques appelés à s’exprimer sur l’affaire des possédées. De même que ceux-ci avaient essayé d’obtenir que la prétendue possession des Ursulines soit passée au crible de vérifications empiriques scrupuleuses, le gascon précise les conditions auxquelles il serait prêt à admettre la thèse surnaturelle défendue par le prêtre :

[...] elle tournoit les bras, rouloit les yeux dans la teste, et tiroit la langue begayant oui et non seulement. L’hermite qui vouloit en tirer un miracle pensa se fascher tout à bon contre notre cavalier, lors qu’il luy dist que ce n’estoit qu’une imposture estudiee et que s’il luy plasoit commander qu’elle parlast distinctement pendant qu’elle auroit la langue tiree de la sorte, il confesseroit qu’il y avoit de l’extraordinaire et quelque chose contre la Nature17.

7Ce type de contre-arguments sceptiques avaient déjà été largement développés par un autre médecin appelé à témoigner à Loudun, Marc Duncan, auteur d’un écrit polémique qui eut un certain retentissement dans la période postérieure à l’exécution d’Urbain Grandier18. Claireville les exploite dans une direction comique, démasquant par l’intermédiaire du gascon le caractère factice et grotesque de certains gestes physiques prétendument surnaturels. L’approche naturaliste du mystère des miracles devient ainsi, grâce au héros du roman, l’occasion de variations narratives satiriques sur les superstitions entretenues par l’église.

8En résumé, l’histoire cadre du Gascon extravagant tourne autour de quatre personnages dont les positions et les comportements reproduisent sous une forme simplifiée l’affaire de Loudun. Il faut inscrire cette option narrative dans la droite lignée des écrits polémiques que l’on commence à diffuser pendant le procès, lorsque plusieurs voix s’élèvent pour contester le respect des procédures et l’équité des juges19. Comme on l’a vu à propos des écrits de Marc Duncan déjà cités en note, il s’agit pour la plupart de publications anonymes et clandestines, leurs auteurs essayant d’échapper aux désagréments que dut supporter, entre autres, Claude Quillet, contraint de quitter la France pour avoir divulgué une Relation qui «  passa longtemps pour une des pièces les plus hardies qu’ait inspirées le procès de Loudun20 ». La question se pose alors de savoir par quels moyens Claireville a pu contourner la censure, d’autant qu’il ne se limite pas à exprimer à travers le personnage du gascon un point de vue foncièrement incrédule, mais propose aussi, par la voix du narrateur, un portrait assez venimeux du vieux prêtre, présenté comme l’emblème des abus d’autorité de l’église : « Ce premier abord fut suffisant de faire croire au vieillard un miracle qu’il ne pensoit pas devoir estre contesté, et vouloit que j’appuiasse de mon approbation tout ce qu’il en pensoit »21 ; « Le vieillard qui portoit l’habit de Religieux, et qui demeuroit dans un hermitage assez proche de là, vouloit que nous ajoutassions foy à tout ce qu’il nous en disoit, et pensoit que sa robe nous deust estre en telle révérence, que son opinion passât envers nous pour une approbation fort authentique »22 ; « Le Pére me pressoit fort de luy donner mon approbation, et par une obéyssance aveugle qu’il désiroit de moy, tâchoit de me prouver que je ne pouvois pas légitimement me dispenser de luy donner mon consentement »23, etc.

9De toute évidence, une première stratégie prudentielle consiste dans l’utilisation d’un mode d’écriture fictionnel et, qui plus est, d’un style bas. Il est évident que l’impact d’un roman comique pouvait difficilement être le même que celui des textes écrits par les médecins qui avaient été mêlés au procès. On peut voir ensuite une deuxième forme de dissimulation dans le dispositif narratif que j’ai déjà décrit : le narrateur garde une position de relative neutralité, et laisse au gascon le soin d’argumenter contre l’hypothèse de la possession démoniaque. En d’autres termes, l’instance narrative, qui risquerait d’être confondue avec l’instance auctoriale, évite judicieusement de se compromettre, alors que le personnage du gascon se charge des critiques malaisées contre la position défendue par le religieux. Il faut en outre ajouter que, de par son statut de personnage extravagant, le gascon jouit d’une certaine immunité, conformément au topos littéraire qui, octroyant aux fous le droit de dire ce que les autres ne peuvent exprimer, fait de la folie une forme paradoxale de sagesse24. Enfin, le récit de Claireville se termine par un démenti éclatant, bien que manifestement ironique, de l’incrédulité du gascon : dans la dernière scène du roman, la jeune femme opère plusieurs miracles qui, pris au sérieux, ne laisseraient plus aucun doute sur l’authenticité de sa possession.

10Selon toute apparence, cet ensemble de dénégations génériques, énonciatives et rhétoriques était à même de contrebalancer l’audace des choix idéologiques de l’auteur. L’éventail de solutions narratives déployées dans le texte était suffisamment complexe pour détourner l’attention des censeurs de certains enjeux polémiques. Il faut cependant se méfier du raccourci interprétatif qui consisterait à ne voir dans la dimension littéraire de l’ouvrage que le moyen d’une critique biaisée des croyances religieuses. D’une part, on peut difficilement réduire Le Gascon extravagant à une simple histoire de possession démoniaque. Les digressions autobiographiques du héros, qui occupent à peu près les deux tiers de l’ouvrage, touchent une très grande variété de thèmes et de registres narratifs, s’inspirant alternativement des genres picaresque, héroïque et sentimental. Avant d’être un récit démonologique, l’ouvrage de Claireville peut être considéré comme un abrégé des modes romanesques de l’époque, un efficace divertissement narratif construit à partir de plusieurs codes génériques. Mais même en ce qui concerne la question de la possession, les éléments fictionnels du texte ne sont pas réductibles à une simple stratégie de dissimulation idéologique. Grâce à la fiction, l’auteur du Gascon peut adopter le point de vue d’un narrateur-juge qui ne cède pas aux intimidations du pouvoir religieux et qui s’acharne à creuser les aspects obscurs de la possession. Le prisme de l’invention romanesque lui permet ainsi de construire un récit qui, loin de recouper la position des auteurs pamphlétaires de l’époque, se distingue par un contenu de vérité spécifique. Cette entreprise de reconfiguration fictionnelle d’un épisode historique aboutit à une critique de l’appareil théâtral monté autour de la possession des Ursulines. En superposant à la mise en scène démonologique une mise en intrigue judiciaire, Claireville s’attaque au principe même de la « spectacularisation » des croyances superstitieuses ; il sape les fondements du théâtre des possédées. Ce dernier aspect prend une importance particulière dans les dernières pages du roman, lorsque la prétendue possédée commence à accomplir toutes sortes de prodiges : elle parle avec les lèvres fermées, reste suspendue en apesanteur et dévoile des secrets qui n’étaient connus que du narrateur. L’explosion de surnaturel culmine dans un miracle face auquel le gascon lui-même finit par s’incliner :

Toutes les choses que je vis dans cette action me toucherent bien plus vivement que celles qu’elle nous avait fait paroistre auparavant : apres avoir fait ce que l’imagination ne se peut representer, je la vis peu à peu eslevee de terre jusques à la hauteur du plast fonds de la chambre où elle estoit, et dans un instant tournant de la teste aux piez, nous la vismes marcher le visage en bas, et du depuis personne du chasteau ne douta qu’il n’y eust de miracle en cette fille, que le cavalier Gascon confessa luy mesme estre veritablement possedee25

11La dimension ironique de cet extrait cache une pluralité de significations. Une première piste de lecture, la plus superficielle sans doute, consiste à y voir l’ultime forme de dénégation du discours hétérodoxe développé tout au long de l’ouvrage. C’est l’auteur lui-même qui nous suggère cette interprétation, puisqu’il termine son récit en déclarant que le Gascon « estoit de ces esprits à la mode, qui se plient selon les rencontres et la necessité du temps »26. On peut toutefois estimer que, contrairement au héros de son roman, Claireville ne se limite pas à une concession stratégique vis-à-vis des censeurs, mais s’approprie aussi leurs moyens pour les soumettre à un procédé de renversement axiologique et idéologique. L’image finale de la jeune femme qui pivote sur elle-même et marche la tête en bas semble être non seulement une version parodique du théâtre des possédées, mais aussi une acceptation ironique du contrôle exercé par les autorités religieuses sur les consciences. Après avoir montré la façon dont un phénomène prétendu surnaturel devrait être examiné et jugé, Claireville tourne en dérision la volonté d’imposer un point de vue fidéiste par le biais de la censure. En présentant comme un fait avéré ce que même « l’imagination ne se peut représenter », l’auteur du Gascon démasque la logique du consensus religieux, et fait en sorte que le pouvoir mystificateur du récit démonologique soit pris à son propre piège. Pour ironique qu’elle soit, la soumission à la censure est par définition irréprochable. Le censeur ne peut rien prétendre quant à la sincérité des actes d’obéissance qui lui sont rendus. S’assujettir ironiquement à son autorité revient ainsi à en dévoiler l’injustice sans encourir les conséquences du geste critique accompli. Comme l’a remarqué Louis Marin à propos du pouvoir du récit au xviie siècle, le narrateur rusé « ne contredit pas la force : c’est impossible. Il ne l’accuse pas : c’est inutile. Il ne demande pas que ce qui est juste soit fort : c’est utopique […]. Il fait en sorte – habileté artisane, art des moyens et des brèves machinations – que le pouvoir, par sa force même, se contredise, s’accuse, se déclare injuste, de façon très reconnaissable et sans dispute27 ».

12La conclusion du Gascon extravagant me paraît donc devoir s’interpréter moins comme une concession à la censure que comme un renversement burlesque du mécanisme et des finalités qui lui sont propres. Claireville utilise le récit de fiction non pas, ou non seulement, pour contourner la censure, mais pour faire de la censure elle-même l’objet d’une représentation satirique. Cette démarche revêt un double intérêt, historiographique et théorique. D’un côté, on peut y voir l’antécédent d’une pratique narrative que l’on retrouvera chez d’autres auteurs libertins de l’époque. Je pense notamment à la fin des États et Empires de la Lune de Cyrano de Bergerac, apologue burlesque qui nous montre le personnage du jeune athée se transformer en démon et être emporté en Enfer par le Diable après avoir nié l’immortalité de l’âme et l’existence de Dieu. Mais je pense également à la façon ambiguë, voire contradictoire, dont Charles Dassoucy nie dans ses Aventures les accusations de pédérastie et d’impiété qui lui étaient adressées, laissant ainsi l’impression de vouloir se moquer de ses censeurs28. Le démontage de la logique de la censure se caractériserait donc comme une constante de la production littéraire libertine, indépendamment, pourrait-on dire, des contenus spécifiques véhiculés par les textes. D’un autre côté, la démarche de Claireville a des implications qui dépassent l’horizon historique du libertinage pour investir, sur un plan général, le rapport entre roman et censure. Ce rapport est habituellement envisagé selon le modèle freudien de la censure psychique à l’œuvre dans les rêves. De même que les déformations oniriques des pulsions refoulées auraient la fonction de permettre leur accès à la conscience, les précautions rhétoriques et les stratégies de dissimulation d’un texte hétérodoxe rendraient possible sa publication dans un contexte répressif :

Là où l’accomplissement de souhait est méconnaissable, déguisé, une tendance à la défense contre ce souhait devrait forcément être présente et, par suite de cette défense, le souhait ne pourrait parvenir à l’expression autrement que déformé. Je vais chercher pour ce fait pris dans la vie intérieure psychique son pendant pris dans la vie sociale. Où trouve-t-on dans la vie sociale une déformation d’un acte psychique ? Seulement là où il s’agit de deux personnes dont l’une possède un certain pouvoir, la seconde devant, à cause de ce pouvoir, être pleine d’égards. […] C’est dans une situation analogue que se trouve l’écrivain politique qui a des vérités désagréables à dire à ceux qui ont le pouvoir. S’il les dit sans déguisement, le détenteur du pouvoir va réprimer sa déclaration, après coup s’il s’agit d’une déclaration orale, préventivement si elle doit être rendue publique par la voie de l’impression. L’écrivain doit redouter la censure, c’est pourquoi il modère et déforme l’expression de son opinion. […] La concordance qu’on peut suivre jusque dans le détail entre les phénomènes de la censure et ceux de la déformation du rêve nous autorise à présupposer des conditions analogues pour les deux. Nous pouvons donc admettre que chez l’individu les auteurs de la mise en forme du rêve sont deux puissances psychiques (courants, systèmes), dont l’une constitue le souhait amené à l’expression par le rêve, tandis que l’autre exerce une censure sur ce souhait de rêve et, par la contrainte de cette censure, aboutit à une déformation de la manifestation de ce souhait.29

13Sans remettre en cause la pertinence de cette analogie de structure entre censure psychique et censure politique, l’exemple du Gascon extravagant révèle les limites et les inconvénients de son application au champ littéraire. En montrant la façon dont, grâce à la ruse d’un auteur avisé, la censure finit par se retourner contre elle-même, cet ouvrage mineur du xviie siècle nous apprend que, contrairement à ce qui se produit dans le modèle d’interprétation freudien, où les tensions entre le Ça et le Surmoi trouvent un point d’équilibre nécessaire dans les formations de compromis élaborées par le Moi, le conflit entre répression institutionnelle et subversion littéraire se joue sur un terrain où l’instance qui exerce la force peut être prise à son propre piège et par là-même être privée du fondement de sa domination, la formation de compromis n’étant alors que le simulacre d’un pouvoir vidé de sa véritable signification. Dans cette perspective de lecture, le Gascon extravagant démontrerait que l’obéissance ouvertement simulée à l’égard de la censure s’avère parfois plus efficace que la transgression dissimulée de ses interdits. C’est peut-être là que réside l’authentique sagesse dont nous parle le soi-disant « ami de l’auteur » à la fin de sa préface :

Mais ton dessein est reconneu,
Ton ame s’est fait voir à nu,
Il est temps de banir le sujet de tes craintes :
Car l’homme le plus arrogant
Confesse franchement qu’en matieres de feintes
Il est sage parfait qui fait l’extravagant30

Haut de page

Notes

1 Gabriel Naudé, Apologie pour tous les grands personnages qui ont été faussement soupçonnés de magie, in Libertins du xviie siècle, éd. Jacques Prévot, t. I, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade, 1998, p. 380.
2 Arrest de condemnation de mort, contre Maistre Urbain Grandier, Prestre, Curé de L’Eglise de Sainct Pierre du Marché de Loudun, & Chanoine de l’Eglise saincte-Croix dudit lieu : atteint & convaincu du crime de magie, & autres cas mentionnés au procès, Paris, Estienne Hebert, & Jacques Poullard, 1634.
3 O. S. de Claireville, Le Gascon extravagant. Histoire comique, éd. Felicita Robello, Albano Terme, Piovan, 1984. C’est cette édition qui sera désormais citée.
4 Sur la configuration narrative du Gascon, voir Jean Serroy, Roman et réalité. Les histoires comiques au xviie siècle, Paris, Minard, 1981, p. 338-361 ; et Felicita Robello, Introduction à Claireville, Le Gascon extravagant, op. cit, p. 25-33. Selon la terminologie de Gérard Genette, l’ouvrage de Claireville correspondrait à la catégorie du récit homodiégétique à narrateur-témoin. Voir Figures III, Paris, Éd. du Seuil, 1972, p. 253.
5 Le Gascon extravagant, op. cit., p. 63.
6 Cet aspect du roman permet de nuancer, sans pour autant les invalider, les considérations de Genette à propos du statut diégétique du narrateur-témoin : « La distinction secondaire entre l’homodiégétique à narrateur-protagoniste (« héros ») et à narrateur-témoin est ancienne […]. Je n’y ai ajouté que le terme d’autodiégétique pour désigner le premier cas, et l’idée, un peu rapide, que le narrateur n’a le choix qu’entre ces deux rôles extrêmes. Je reconnais que cette hypothèse n’a aucun fondement théorique, et qu’a priori rien n’interdirait qu’un récit fût assumé par un personnage secondaire, mais actif de l’histoire. Je constate seulement que je n’en connais pas d’exemples, ou plus exactement que la question ne se pose pas en ces termes : après tout, Watson, Carraway ou Zeitblom sont biens des espèces de deutéragonistes, ou tritagonistes, dans l’histoire qu’ils racontent et où ils ne passent pas tout leur temps derrière un trou de serrure. Mais tout se passe comme si leur rôle de narrateur, et leur fonction, comme narrateurs, de mise en relief du héros, contribuait à effacer leur propre conduite, ou plus exactement à la rendre transparente, et avec elle leur personnage : si important que puisse être leur rôle à tel ou tel moment de l’histoire, leur fonction narrative oblitère leur fonction diégétique », Nouveau discours du récit, Éd. du Seuil, Paris, 1983, p. 69.
7 Louis Marin, Utopiques : jeux d’espaces, Paris, Éd. de Minuit, 1973, p. 21.
8 L’intérêt de Claireville pour le procès de Grandier pourrait aussi s’expliquer par le fait qu’il était le fils d’un pasteur calviniste de Loudun. Comme le montre le début d’un pamphlet « possessioniste » publié par le Père Tranquille de Saint-Rémi, l’affaire des possédées évoquait dans l’imaginaire dévot de l’époque la résurgence des troubles provoqués par les guerres de religion : « L’histoire des filles possedees de Loudun, est la plus memorable, et la plus celebre en ce genre qui se soit passée en plusieurs siècles ; l’Enfer se voyant en ce lieu-là reduit au desespoir par la cheute de l’Heresie, et ne pouvant empescher que la Vérité Catholique ne triomphe de l’erreur a voulu faire un second effort pour mettre la magie en credit ; afin de vomir sa rage avec plus de liberté contre le Ciel, et contre les Innocens », Véritable Relation des justes procédures observées au fait de la possession des Ursulines de Loudun et au procès d’Urbain Grandier, Paris, Jean Martin, 1634.
9 L’expression est de Michel de Certeau, qui a consacré un chapitre entier de son ouvrage sur l’affaire de Loudun à la théâtralisation de la possession des Ursulines : La possession de Loudun [1970], Paris, Gallimard-Julliard, 2005, p. 165-207.
10 Le Gascon extravagant, op. cit., p. 60-61.
11 Certes, étant donné les nombreux passages où le narrateur suggère sa proximité avec la position critique du Gascon, son impartialité peut apparaître comme un pur faux-semblant. Cependant, il s’agit de marques de solidarité qui succèdent aux premières “séances d’observation” de la jeune femme, et non pas d’une orientation idéologique préconçue. Le respect des bonnes procédures judiciaires est sauvegardé.
12 Le Gascon extravagant, op. cit., p. 65. Comme souligné par Jean Serroy, op. cit., p. 342-343, n. 57, cette affirmation rejoint la règle de l’évidence, le premier des quatre préceptes cartésiens : « Le premier était de ne recevoir jamais aucune chose pour vraie que je ne la connusse évidemment être telle », Descartes, Œuvres et lettres, éd. André Bridoux, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1953, p. 137. On remarquera que le roman de Claireville et Le Discours de la méthode sont de la même année, 1637.
13 Ibid., p. 63.
14 Ibid., p. 107.
15 Ibid., p. 105-106.
16 Le point de vue de Quillet fut rapporté oralement par son ami Gabriel Naudé à Guy Patin, qui le transcrit en ces termes dans un texte resté manuscrit : « Mr Quillet est un Medecin de Chinon qui a quitté le pays pour avoir trop hardiment mais veritablement parlé contre la pretenduë Demonomanie des Religieuses de Loudun. Il vaudroit mieux dire Hysteromanie ou bien Erotomanie. Ce sont les maux de mere qui renversent l'esprit de ces pauvres filles d'ou vient qu'elles s'imaginent qu'elles ont le Diable au corps. Ces pauvres Diablesses de Religieuses, se voyant enfermées entre quatre murailles, raffollent, incidunt in delirium melancholicum, sentientes aculeum carnis, et reverâ carneo remedio indigent ad perfectam curationem », Bibliothèque d’État de Vienne, ms. 7071, p. 34-35.
17 Le Gascon extravagant, op. cit., p. 104.
18 Marc Duncan avait publié anonymement en 1634 un Discours de la possession des Religieuses Ursulines de Loudun (sans lieu ni nom de l’imprimeur) où il attribuait le comportement des possédées à la mélancolie. Dans son Traitté de la mélancholie, sçavoir si elle est la cause des effets que l’on remarque dans les possédées de Loudun. Tiré des réflexions de M. sur le Discours de M. D. (La Flèche, M Guyot et G. Laboe, 1635), Hyppolite Jules Pilet de La Mesnardière avait contesté la thèse de Duncan, l’accusant d’impiété. Duncan avait répondu par une autre publication anonyme, l’Apologie pour Monsieur Duncan Docteur en Médecine. Contre le Traitté de la mélancholie. Tiré des Reflexions du Sieur de la Mesnardière (sans lieu, ni date ni nom de l’imprimeur). En abordant la question des raisons naturelles qui s’opposent à la croyance dans les phénomènes de possession, Duncan avait traité d’un cas proche de celui envisagé par le Gascon, faisant preuve d’un scepticisme encore plus radical : « Quand donc nous voyons en quelcun quelque chose d’extraordinaire, et qui nous semble estrange, nous ne la devons pas incontinent juger surnaturelle. Car ce pas cy est fort glissant, et les plus sçavants craignent le plus d’y tomber : au contraire l’ignorance est accompagnee de temerité. Il n’y a pas douze ans que si quelcun eust dit qu’un homme peut parler sans langue, il eust esté sifflé de tout le monde. Mais depuis nous avons appris que la langue n’est pas absolument necessaire à former la parole. Car il y a en notre voisinage un garçon qui ayant perdu la langue, par la malignité et virulence de la petite verole, ne laisse pas de parler intelligiblement, et prononcer toutes les lettres de l’Alphabet. Il est vrai que quelques fibres des muscles de la langue lui sont demeurees, mais elles sont collees et unies par continuité à la maschoire inférieure, et privees de leur ancien mouvement, de sorte que la merveille n’est pas moindre que s’il ne luy en estoit resté rien du tout », Discours de la possession des Religieuses Ursulines de Loudun, op. cit., p. 35-36. Lors de son séjour à Loudun, Duncan avait essayé de mettre en pratique les précautions expérimentales qu’il théorisera plus tard. Ainsi avait-il demandé que la possédée Jeanne des Anges fût attachée pour vérifier si elle ne s’infligeait pas elle-même les blessures que l’on présumait être l’œuvre du diable. Sa requête ne fut pas satisfaite (voir René Pintard, Le libertinage érudit dans la première moitié du xviie siècle [1943], nouv. éd, Genève-Paris, Slatkine, 1983, p. 222).
19 Parmi ces libelles, on peut citer le Factum pour Maistre Urbain Grandier, Prestre curé de l’Eglise de S. Pierre du Marché de Loudun, et l’un des chanoines en l’Eglise saincte Croix dudit lieu, et les Remarques et Considerations servant à la Justification du Curé de Loudun, autres que celles contenuës en son Factum.
20 Pintard, Le Libertinage érudit, op. cit., p. 222-223.
21 Le Gascon extravagant, op. cit., p. 62.
22 Ibid., p. 63.
23 Ibid., p. 65.
24 L’exploitation de ce topos ne peut cependant pas constituer une véritable stratégie de dissimulation, elle est même revendiquée ouvertement dans la Préface signée par un soi-disant « ami de l’auteur » : « Il l’a voulu nommer Gascon, pour se mocquer de tous ceux qui se meslent de contrefaire les Gascons, et qui pensent assez authoriser leurs sottises, quand ils font croire qu’elles viennent des gens de cette province, qui d’ordinaire ne font que ce que le courage inspire, et ce que la vertu mesme des Stoiques permet. Il y a adjousté EXTRAVAGANT, pour soutenir ce que je viens de dire, et pour prouver qu’il ne l’est point : car à considérer ses discours et ses recits, et a penetrer dans ses intentions, on trouve qu’il est philosophe moral, que les Gascons extravagants de cette sorte, sont raisonnables et sçavans, et que si tous les foux leur ressembloient, il n’y aurait point de différence entre la folie et la sagesse. Et de mesme que Hercule fit assez connoistre autrefois qu’il n’estoit point femme, quoy qu’il en eut pris l’habit, on verra que le Gascon ne sera point extravagant, quoy qu’il en ait pris le nom, et les plus grand censeurs confesseront que de toute l’extravagance il ne s’en retient que le titre. Ce que l’autheur a fait afin de luy donner advantage de parler librement de tout, pour ce qu’on dit que tout est permis aux foux, et de ne rien espargner en quelque lieu qu’il se rencontre. En ce cas on donnera à son extravagance, ce qu’on ne doit qu’à son adresse, et on jugera aisément qu’il s’est déguisé, parce qu’il ne vouloit pas estre conneu, et s’il est vray que Stultitiam simulare loco prudentia est » (p. 52-53).
25 Le Gascon extravagant, op. cit., p. 306.
26 Ibid., p. 307.
27 Louis Marin, Le Récit est un piège, Paris, Éd. de Minuit, 1978, p. 10. Il convient de citer aussi les remarques suivantes : « La force ne peut être ni contredite ni accusée, sinon par une parole qui sera toujours dite par le pouvoir, fausse et injuste. Dire la parole de ruse, c’est bien prendre le pouvoir à sa propre force ou détourner et retourner la force du pouvoir contre elle-même par le discours » (ibid., p. 121)  
28 À ce propos, voir Guy Catusse, « D’un bon usage de l’équivoque : Les Aventures de Dassoucy », Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 33 (2004) : « Stratégies de l’équivoque », p. 55-68. En ce qui concerne le renversement ironique des principes qui régissent la censure, on peut mentionner un autre pamphlet sur le procès de Grandier où les codes narratifs du récit démonologique sont habilement tournés en ridicule : L’ombre d’Urbain Grandier de Loudun. Sa rencontre et conférence avec Gaufridy en l’autre monde, s. l., 1634.
29 Sigmund Freud, L’interprétation du rêve, Œuvres complètes, t. IV, Paris, PUF, 2004, p. 177-179. Pour une application conséquente de cette approche freudienne, lire Maurice Couturier, Roman et censure ou la mauvaise foi d’Eros, Seyssel, Champ Vallon, 1996.
30 Le Gascon extravagant, op. cit., p. 54.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Filippo D’Angelo, « Roman et censure : le cas du Gascon extravagant », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2007-01 | 2007, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 30 mars 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/39 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.39

Haut de page

Auteur

Filippo D’Angelo

Filippo D'Angelo est ATER à l'Université Stendhal de Grenoble. Il termine une thèse sur le roman à la première personne au xviie siècle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page