Navigation – Plan du site

Masculinité et libertinage dans la figure et les écrits de Christine de Suède

Jean-Pierre Cavaillé

Résumés

Christine de Suède représente un case study exceptionnel pour aborder la question de la représentation de la masculinité associée à l’idée de force d’esprit en matière de religion. En effet la reine est invariablement présentée par les contemporains comme arborant de multiples signes de virilité, dans le port, le maintien, le vêtement, les occupations et le discours, jetant ainsi le plus grand trouble sur son identité de genre, plus encore que de sexe (même si la question de ses préférences sexuelles ne cesse elle-même d’être agitée). Or ce trouble ou cette indétermination du genre, dû à sa masculinité outrée, est mise en rapport, surtout dans les années de l’abdication, à son « libertinage » d’esprit, voire à son incrédulité pure et simple, nourrie de tous les motifs irréligieux circulant dans l’Europe du xviie siècle. Face à cette double image, colportée par les libelles, les mémoires, les correspondances, Christine n’est pas restée passive : elle s’est elle-même prononcée sur sa féminité et sa masculinité, en relation avec son statut de reine et sa décision d’abdication, de même que, alors qu’elle se trouvait engagée à Rome dans une nouvelle forme d’hétérodoxie – le quiétisme –, elle revint sans remord sur ses longues années d’incrédulité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Françoise de Motteville, Mémoires, Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France, Paris, (...)

Elle ne ressembloit en rien à une femme, elle n’en avoit pas même la modestie nécessaire : elle se faisoit servir par des hommes dans les heures les plus particulières ; elle affectoit de paroître homme en toutes ses actions ; elle rioit démesurément quand quelque chose la touchoit, et particulièrement à la Comédie italienne, lorsque par hasard les bouffonneries étoient bonnes : elle éclatoit de même en louanges et en soupirs […] quand les sérieuses lui plaisoient. Elle chantoit souvent en compagnie ; elle rêvoit, et sa rêverie alloit jusqu’à l’assoupissement : elle paroissoit inégale, brusque et libertine en toutes ses paroles, tant sur la religion que sur les choses à quoi la bienséance de son sexe l’obligeoit d’être retenue : elle juroit le nom de Dieu, et son libertinage s’étoit répandu de son esprit dans ses actions. En présence du Roi, de la Reine et de toute la Cour, elle appuyoit ses jambes sur des sièges aussi hauts que celui où elle étoit assise, et les laissoit voir trop librement : elle faisoit profession de mépriser toutes les femmes, à cause de leur ignorance, et prenoit plaisir de converser avec les hommes sur les mauvaises matières, de même que les bonnes : elle n’observoit nulle règle de toutes celles que les rois ont accoutumé de garder, à l’égard du respect qu’on leur porte.1

  • 2  Voir par exemple le « portrait » composé par l’ambassadeur Pierre Chanut le 1er février 1648 : « e (...)
  • 3  Verena von der Heyden-Rynsch, Christina von Schweden. Die rätselhafte Monarchin. Piper, München 20 (...)
  • 4  [Scipion Marin]Mémoires de Christine, Reine de Suède, Paris, Timothée Dehay, 1830.
  • 5  Voir surtout : Dr Elis Essen-Möller,... La Reine Christine, étude médicale et biologique..., Paris (...)
  • 6  BernardQuilliet, Christine de Suède : un roi exceptionnel, Paris, Presses de la Renaissance, 1982  (...)
  • 7  Sur un arbre généalogique de la dynastie Wasa qui l’a désignait comme « Christina Regina Svecorum  (...)
  • 8  « Elle devint amoureuse d’une Juifve, qu’elle menoit publiquement dans son carosse, & qu’elle fais (...)
  • 9  Sont en particulier cités les travaux de Curt Weibull (Drottning Christina, Stockholm, 1934 ; Drot (...)

1Voilà l’un des portraits que l’on a dressés de Christine de Suède, lors de sa visite en France en 1656, soit deux ans après son abdication et sa conversion spectaculaires à la religion catholique. Il n’est pas insignifiant que ce texte ait une femme pour auteur : Mme de Motteville, dans ses célèbres Mémoires. Je pourrais en citer d’autres, de femmes (celui par exemple de Mme Montpensier, la Grande Demoiselle) ou d’hommes, celui du Duc de Guise, entre autres, cité par Mme de Motteville. Ils sont tous extrêmement convergents, y compris, si l’on y regarde bien, ceux qui font le panégyrique de la reine et tendent donc à couvrir ou enjoliver tout ce qui pouvait choquer les contemporains2 : s’y trouvent associées d’une part la qualification masculine, non tant des traits physiques de la souveraine, que de son comportement, de ses attitudes, habitudes de vie, gestes, manières de parler, de se tenir, de marcher et, d’autre part, l’expression verbale réitérée d’un « libertinage » caractérisé dans le comportement et les discours, d’une impiété et d’une irréligion manifeste en même temps que d’une très grande licence verbale et comportementale (en particulier gestuelle). Libertinage etvirilité sont le plus souvent associés à la science, au savoir immense de la reine, jugé même stupéfiant par nombre de ceux qui l’ont fréquentée. De ce point de vue, Christine offre un cas particulièrement adapté à nos échanges sur « masculinité et esprit fort ». La littérature sur la reine de Suède est pléthorique, aussi bien celle qui fut produite de son vivant que celle composée après sa mort, de manière continue jusqu’à aujourd’hui. Pour donner un seul indice, j’ai compté au moins six biographies, en français, en allemand, en anglais et en italien, parues depuis 2000, sans que l’on puisse invoquer des célébrations particulières3. Cette vaste littérature est composée de formes d’écritures extrêmement diverses : pamphlets satiriques, mémoires, pièces de correspondance, qui pullulent de son vivant, puis d’innombrables biographies, plus ou moins romancées (dont une fausse autobiographie composée au xixe siècle, qui a eu beaucoup d’importance4), des pièces de théâtre, des films évidemment, mais aussi de la littérature scientifique ou prétendue telle, composée par des psychiatres, des médecins5 et bien sûr des historiens (au fond pas si nombreux que ça). Dans ce flot d’écrits, la question du sexe, y compris du sexe biologique, et la question du genre, évidemment souvent confondues, sont centrales, sinon premières. La fascination qu’exerce Christine de Suède, pour la postérité, mais déjà pour ses contemporains, est en grande partie due à ce qui a été perçu comme l’indétermination sexuelle et un trouble, une ambiguïté ou plutôt d’ailleurs une ambivalence sur le genre, non pas tant considérés comme des phénomènes intéressants en soi, mais dans leur relation au statut de reine, ou de « roi », s’il est vrai qu’un ouvrage récent présente encore Christine, dans son titre même, comme « un roi exceptionnel »6. Cela est certes choquant, mais pas sans raison d’être, puisque Christine, selon la tradition suédoise, fut bien proclamée « roi » et non « reine »7. Christine de Suède, « amazone suédoise », mais aussi reine androgyne, reine hermaphrodite (tous ces mots ont résonné à son propos), fascine parce qu’elle incarne une figure absolument anomale et anormale du pouvoir, non parce qu’elle est une femme (il y a eu dans l’histoire bien d’autres reines régnantes), mais parce qu’elle est une femme arborant une forte masculinité, et une femme néanmoins, parce qu’elle a pu incarner ainsi l’un et l’autre genre à la fois, et donc ni l’un ni l’autre entièrement. Cette indécision du genre dans la figure du pouvoir souverain qu’elle a incarnée dans l’imagination de ses contemporains, et qu’elle continue d’ailleurs de représenter, par la fascination qu’elle exerce, une fascination donc politico érotique, est inséparable du fait que Christine a refusé, de manière ostensible et répétée, le mariage, le statut de femme mariée et de mère. Il en a découlé une énorme littérature, contemporaine d’abord, sur les intrigues galantes de la reine, avec des hommes surtout au xviie et au xviiie siècle, puis, de plus en plus, au xixe et au xxe siècle, avec des femmes (le thème lesbien, présent dès le xviie siècle, mais pas sous ce terme8, y devient même prépondérant). Deux autres éléments constitutifs de sa figure ont joué un rôle essentiel à son époque, devenant ensuite au fil du temps de moins en moins prégnants. Il s’agit d’abord de son abdication par un acte volontaire, sans contrainte extérieure, qui fut appréhendé comme un acte paradigmatique et à la fois absolument paradoxal de souveraineté absolue (une souveraineté qui s’exerce en se défaisant d’elle-même). Il s’agit ensuite de sa conversion au catholicisme et de son installation à Rome, où la question du genre reste prépondérante, ne serait-ce que parce que Christine investit alors le monde exclusivement masculin de la curie romaine. à cela s’ajoute la question de la sincérité de cette conversion, dont la plupart des contemporains ont très largement douté, inséparable d’une interrogation sur l’irréligion, ou du moins sur la liberté d’esprit, le « fort esprit » de la reine, omniprésente dans les écrits de l’époque et jusqu’au xviiie siècle avancé, puis de moins en moins prise en considération. Car, à l’exception des travaux de René Pintard et de quelques autres, en particulier Susanna Cristina Åkerman, cette question ne semble plus en être une aujourd’hui : elle a été liquidée par une hagiographie suédoise9 reprise plus ou moins par tout le monde, au détriment des innombrables documents d’époque et surtout du témoignage de Christine elle-même.

  • 10  Voir par exemple V. von der Heyden-Rynsch : « Son affectation d’irréligion, manifeste à travers se (...)
  • 11  Par exemple, l’ouvrage très informé intitulé Histoire des intrigues galantes de la reine Christine (...)

2L’affirmation en effet, souvent reprise, selon laquelle tous les propos irréligieux qu’elle aurait tenus seraient le pur fruit de courtisans médisants, ne tient pas devant la masse de la documentation. Par ailleurs, il est courant de rencontrer une explication fortement improbable, qui a son origine dans certains écrits catholiques de l’époque, très embarrassés par les propos et les comportements de la nouvelle convertie : entre l’adhésion entière au luthéranisme et la conversion publique au catholicisme s’étendrait une période de transition lors de laquelle la reine aurait simulé l’irréligion pour couvrir le scandale de sa conversion secrète10. De toute façon l’hypothèse est détruite par le fait que les témoignages sur l’irréligiosité de la reine pour l’époque successive à sa conversion publique de 1654 sont innombrables. On peut aussi noter qu’ils décroissent dans le temps, mais sont alors remplacés par la dénonciation d’une adhésion ostentatoire au quiétisme11.

3Quoi qu’il sen soit, à travers tout ce que l’on vient de voir, le cas de Christine de Suède s’impose comme un case study pour les gender studies d’une richesse incomparable. Il reste cependant peu exploité. à cela s’ajoute une donnée essentielle. Christine est elle-même l’auteure de textes assez nombreux et très intéressants : une autobiographie de son enfance et de sa jeunesse, des recueils de maximes, d’autres petits écrits, et surtout une très ample correspondance. Or, dans ces écrits personnels, tous les thèmes que nous avons repérés ont une présence quasi obsessionnelle, à commencer par la question du masculin et du féminin telle que Christine l’appréhende en général, notamment dans ses maximes, mais d’abord à son propre sujet, en relation d’une part avec son statut de reine et de l’autre avec celui vigoureusement revendiqué de femme lettrée et savante, parfois de philosophe, puis avec celui, dans les dernières années de sa vie, de catholique sincère mais totalement hétérodoxe, adhérant au quiétisme de manière ostentatoire, pourfendant les dragonnades de Louis XIV, persiflant les bigots, etc.

  • 12  Voir infra.

4Je ne parlerai pas ici de l’évolution de la figure de Christine au long des siècles, qui demanderait une étude spécifique de grande ampleur, et me concentrerai plutôt ici sur le nœud constitué par le trouble sur l’identité du genre de la reine, qui comprend et excède de loin le trouble provoqué par la question de son identité sexuelle, et par l’association ou l’amalgame, dans la perception qu’ont pu en avoir les contemporains, mais aussi elle-même (en effet, les points de vue – le pluriel est de rigueur – qu’elle adopte sur elle-même sont extrêmement forts, et ne se confondent jamais exactement avec les images que l’on présente d’elle et qu’elle discute âprement12), d’une force d’esprit hors du commun, à la fois engagée dans ses fonctions de gouvernements et dans son appropriation de grandes connaissances, en même temps que de faiblesses considérables, de défauts ou vices du caractère et du tempérament (ses sautes d’humeur, sa nature versatile et capricieuse, ses élans passionnels non retenus, ses extravagances, etc.). Mais on ne peut pas dire, comme cela semblerait le plus simple, le plus évident étant donné le partage des genres au xviie siècle, que sa réputation sulfureuse en matière religieuse, les libertés considérables qu’elle prend avec les credo confessionnels et au-delà avec le christianisme lui-même,soient mises par les contemporains au seul compte d’une masculinité outrée. En effet, dans la forme que prend cette irréligion, les éléments féminins sont considérables, mais pour relever alors, comme on le verra, de la faiblesse du sexe, aisément abusé par des mentors masculins (c’est là un vieux topos de l’hérésiologie, exploité bien sûr par la littérature hostile à Christine).

« un je ne sais quoi moitié homme, moitié femme »

  • 13  Texte de 1653, cité par Arckenholtz, I, 428.
  • 14  Ibid. I, 432.
  • 15  Lettre du Duc de Guise, qui l’accompagne en 1656 jusqu’à Paris, cité par Motteville, p. 376-377. P (...)

5Voici d’abord un petit échantillon de ce que l’on peut lire sur sa masculinité : selon le père Mannerschied, confesseur de Pimentel, Ambassadeur d’Espagne à la Cour de Suède (dont la reine fut, dit-on, fort éprise) : « Elle n’a rien de feminin que le sexe. Sa voix & sa manière de parler, sa démarche, son air & ses manières n’ont rien que de mâle »13. Soit encore le portrait du Mercure Hollandois(1654), traduit du néerlandais : « Elle n’avoit de femme que le sexe ; sa prestance, ses manières, sa voix même étoit tout à fait mâle, Elle se tenoit à cheval aussi bien qu’aucun Cavalier, quoiqu’elle s’y assit de côté… »14. Selon le duc de Guise, « elle est chaussée comme un homme, dont elle a le ton de voix et quasi toutes les actions. Elle affecte fort de faire l’amazone »15.

  • 16  Voir l’ouvrage essentiel de S. Steinberg cité à la n. précédente.
  • 17  « ... Pour ses habits elle est tantost homme tantost femme. Je l’ay veüe en un habit où elle estoi (...)
  • 18  Voir en particulier Mme de Motteville : « En regardant cette princesse, tout ce qui dans cet insta (...)
  • 19  Voir ci-dessus n. 2, le portrait dressé par P. Chanut.
  • 20  Cité par B. Quillet, op. cit., p. 131.

6La question du vêtement est essentielle : les contemporains ne se lassent pas de détailler l’étrange façon dont elle s’habille16. Ainsi, par ce qui apparaît comme une mise en scène de son propre corps, le trouble sur le genre est rendu absolument manifeste17. En effet, Christine est habillée moitié en homme, moitié en femme : les descriptions sont souvent très précises, parce que le vêtement est une présentation de soi évidemment essentielle dans la société curiale du xviie siècle, et les contemporains ont tous exprimé leur surprise et parfois leur sidération devant les tenues de la reine18. Elles mériteraient sans aucun doute d’être étudiées du point de vue d’une histoire sociale du vêtement. On peut en avoir une idée par les tableaux de Wolfgang Heinbach, car dans la plupart des autres portraits que l’on possède de Christine ses vêtements sont féminisés. Les nombreuses descriptions de la garde robe de la reine, comme d’ailleurs de sa manière de parler et de poser sa voix19 ainsi que sa façon de se tenir, montrent que Christine n’est pas considérée seulement comme une femme qui se conduirait en homme, mais comme une femme (car l’élément féminin n’est jamais sérieusement nié) qui perturbe les codes de distinction entre le masculin et le féminin. « Je vis descendre de la litière un... je ne sais quoi, moitié homme, moitié femme, vêtu d’un justaucorps avec une cravate et une jupe qui ne passait pas la cheville », dit un témoin qui la voit arriver à Innsbruck le 31 octobre 1655.20

Amazone ou androgyne ?

7On peut distinguer deux attitudes face à l’ambiguïté de la reine, qui ne reviennent pas exactement au même : on déplore une ambivalence psychologique et éventuellement biologique structurelle ou bien, on la voit certes comme une femme, irrémédiablement femme, mais qui veut se faire passer pour un homme, ou du moins obsédée par le désir frustré de devenir un homme.

  • 21  Le Génie de la reyne Christine de Suède, [s. l.], 1655, souvent attribué à Urbain Chevreau, qui lu (...)

8Soit par exemple une rude page d’un pamphlet de 1655, intitulé le Génie de la reine Christine, qui donne une image plutôt négative mais en fait fortement contrastée, – ce qui empêche d’en faire un texte purement diffamatoire et confère à ce libelle un statut en réalité extrêmement ambigu –, de la souveraine dans les mois qui suivent son abdication21 :

  • 22  Ibid., p. 14-15.

L’habit d’homme qu’elle porte aujourd’huy, & qu’elle avoit auparavant imité en Suede, ou elle alloit presque vestue à la cavalliere, sont les marques de l’inclination qu’elle auroit de changer son sexe en un autre plus perfaict, & quoy qu’elle soit veritablement une femme, ainsi connuë de tout le monde, elle se fait pourtant voir en la posture d’homme, & releve la moustache, bien qu’elle n’en ait point ; comme voulant exprimer cette forte ambition qu’elle auroit de l’estre, & le desir que l’on crût qu’effectivement elle le fut : Bien que toutes ces pensées soient ridicules, elles ne laissent pas de representer les traces d’une belle ame, & d’un esprit fort genereux, qui affecteroit d’animer plustost le corps d’un homme que celluy d’une femme, par cette raison, que l’un sexe est bien plus relevé & plus propre pour les belles actions que l’autre, lequel la nature semble avoir destiné aux occupations les plus basses qui s’exercent dans la société humaine. Mais la Grande Christine, s’eslevant au dessus d’elle mesme, se met en posture d’imiter les actions qui semblent ne convenir qu’aux hommes ; elle chevauche à merveille, & pique un cheval avec autant d’adresse, que si elle avoit passé des années entieres dans une Academie. Elle voyage avec perruque d’homme, un chapeau garni de belles plumes, l’escharpe rouge à l’Espagnolle.22

9Christine voudrait « changer son sexe en un autre plus parfait », par le travestissement mais aussi l’imitation plutôt réussie des actions « qui semblent ne convenir qu’aux hommes » : cela est considéré comme « ridicule », mais en même temps comme ne laissant pas de montrer une certaine grandeur ; cet impossible et risible mimétisme du masculin révèle la marque d’une « belle âme » et d’un « esprit fort généreux ». Autrement dit, Christine aurait mérité d’être un homme !

10L’autre attitude, présente d’ailleurs parfois dans les même textes (c’est le cas du Génie de la Reine) consiste à insister sur la duplicité, l’équivocité du masculin et du féminin chez la reine, qui la conduisent, aux yeux de ses détracteurs, à cumuler les défauts et les vices de l’un et l’autre sexes.

Duplicité des genres et impiété

11Cette ambivalence ne manque pas d’être mise en relation avec ses ambiguïtés en matière de religion, au moment de sa conversion. Soit par exemple, dans le Génie de la reine Christine. Les Jésuites qui travaillent à sa conversion, dit l’auteur,

  • 23  Op. cit., p. 11.

[...] ont tant de peine à reconnoistre de quelle religion elle est, qu’eux qui se meslent de decider les points de la foy, ne scauroient connoistre la sienne : ils sont en suspens ce qu’ils doivent croire de son sexe, pource que tantost on la voit paroistre en habit d’homme, tantost en cellui de femme, & le plus souvent on la voit vestuë d’une façon qui participe de tous les deux, comme si elle estoit hermafrodite.23

12Hermaphrodite, le mot est lancé et aura un succès considérable dans l’historiographie médicale consacrée à Christine, mais il s’agit de dire ici que la reine serait à la fois hermaphrodite en matière sexuelle et religieuse, et qu’elle n’est donc véritablement ni d’une confession, ni de l’autre.

13En fait, la plupart des textes, comme c’est d’ailleurs le cas du Génie de la reine Christine, ne manquent pas de parler d’impiété pure et simple. Soit par exemple le Recit veritable du sejour de Christine reine de Suede à Rome :

  • 24  In Histoire de la vie de la reyne Christine de Suede, A Stocholm, chez Jean Pleyn de Courage, 1677 (...)

Son impieté a fait taire les plus Athées : ses juremens, qu’elle appelle la grace de son discours, ont fait faire des processions publiques, pour ôter de la main de Dieu le foudre vengeur, dont les lieux, qui la portoient, estoient menacez, & les extravagances qu’elle a fait à Bruxelles aux jeux d’une Cour, qui n’a rien de prophane, ont fait dire avec justice, qu’elle estoit composée de deux natures, ce ne peut est que de celle d’un homme & d’une femme, c’est à dire, de la malice & de la foiblesse.24

14Christine est un être double : homme et femme, malfaisante comme peut l’être un homme (car le mot de « malice » a ici un sens très fort) et faible comme une femme.

15Sont ainsi associées, amalgamées, plutôt que véritablement articulées, comme on l’a vu d’emblée avec le récit de Mme de Motteville, d’une part la tenue vestimentaire, le comportement, les gestes et attitudes et d’autre part l’impiété. Soit, dans une courte pièce intitulée Le portrait de la reine Christine :

  • 25  In Recueil de quelques pieces curieuses, servant à l’ esclaircissement de l’histoire de la vie de (...)

Pour ses habits elle est tantost homme tantost femme. Je l’ay veüe en un habits où elle estoit l’un & l’autre. Elle portoit un collet d’homme avec un mouchoir noüé au col à la soldate avec un ruban noir ; ayant des manchettes d’homme & des souliers d’homme, avec une petite cotte qui ne luy venoit que jusques à la moitié de la jambe, pour son Train elle n’a que des hommes aupres d’elle pour la servir & pas une femmes. Si bien que celuy [qui luy] donne la chemise est un jeune valet de chambre bien fait. Elle salüe & fait la reverence en homme & par contenance se releve la moustache quoy qu’elle n’ayt point de barbe au manton. Pour ce qui est de son entretien, il est tout a fait charmant, plein de points & de rencontres : mais ce qui gaste tout, est qu’elle jure à faire herisser les cheveux. Elle est libertine en parolle, & gaillarde au dela de ce que la bienseance & la pudeur permettent à une femme. Elle porte une perruque d’homme, & s’est fait couper les cheveux, & comme son valet de chambre luy representoit le tort qu’elle se faisoit, en se faisant tondre, elle luy dit couppe, couppe Jean, veux tu que j’aye regret à mes cheveux apres avoir quitté un Royaume ? Elle est tout a fait impie & parle de la Bible, comme d’une bagatelle ; a la reserve des Cantiques de Salamon, qui sont, dit elle, pleins de douceur. Voila qu’elle est cette femme qui a passée pour la lumiere de son siecle...25

16Ce que je retiens ici, dans le cadre de notre discussion, est le parallèle établi entre le fait qu’une partie (mais non le tout) de son habillement est masculin, qu’elle se comporte comme un homme (l’expression « relever la moustache », que l’on a trouvé deux fois, est le signe par excellence d’une virilité exacerbée), que sa conversation est d’une verdeur inconcevable chez une femme et qu’elle est d’une impiété achevée.

17Dans le Génie, cette impiété est présentée comme découlant de la licence de sa conversation. Cette licence et cette impiété sont décrites par le menu :

  • 26  Op. cit., p. 9.

Je lui ay ouï faire des contes, que je n’oserois descrire sans rougir, & je sçay qu’une personne fort spirituelle, avec laquelle j’avois contracté un amitié fort estroitte en Suede, l’a divertie cent fois, en lui racontant des choses que la plus dissoluë de toutes les femmes souffriroit avec peine; De cette haute galanterie, ou plutost dissolution, dont elle faisait une profession publique, elle a passé dans l’impieté, & ces belles lumières qu’elle s’estoit acquises par l’estude, qui lui servoient auparavant pour regler ses moeurs, luy ont fourni des raisons & des arguments pour combatre les sacrés misteres de la Religion Chrestienne.26

Irréligion philosophique de la reine Christine

  • 27  Difficile à distinguer du reste, à travers l’adhésion à la thèse de « l’esprit universel » (voir i (...)

18Suit, dans le même texte, le détail de son irréligion, où l’on retrouve grande partie des éléments constitutifs de la culture libertine, mais formulés sans outrance ni stéréotype, ce qui accrédite et à la fois rend l’auteur fortement suspect de participer de cette culture, voire de chercher à la diffuser : imposture politique des religions, de Moïse jusqu’à l’Église romaine, un déisme accompli27, un stoïcisme moral qui rejette les vertus chrétiennes, mais aussi – et, contradictoirement, une forme de pyrrhonisme ou/et d’épicurisme, pour lequel la vertu et l’honneur ne sont que mirages et vanités – une promotion de la raison critique contre la croyance, etc. Tous ces éléments, on s’en aperçoit vite, entretiennent une relation avec la relativisation philosophique du statut de souveraine et la justification a posteriori de l’abdication :

  • 28  Pour une expression plus acceptable du motif de l’imposture politique des religions, voir, de la m (...)
  • 29  Rappelons que la fameuse exécution de Monaldeschi, victime de l’inflexibilité de la reine, n’aura (...)
  • 30  Åkerman renvoie au texte manuscrit de l’ambassadeur vénitien en Russie, Alberto Vimina, de passage (...)
  • 31  Génie, Op. cit., p. 9-10.

On ne l’a pas veüe seulement doubter du mistere adorable de l’incarnation, mais encore l’a ton veüe s’en mocquer, & dire à l’imitation de Leon X de Medicis quella favola di Christo è molto utile alla Chiesa Romana28. Elle ne parloit de la providence divine, que soubs le terme de destin, à l’exemple des autheurs profanes. Les principales estoient :
1. Qu’il falloit aimer Dieu comme la source de tout bien, mais qu’il ne le falloit pas craindre, pource que c’est une chose ridicule de craindre un estre qui est essentiellement bon, & qui est incapable du mal : mais qu’il faut craindre les meschants hommes, qui peuvent nous nuire en mille façons, & qui sont les diables dont le commun peuple a une si ferme creance.
2. Qu’un esprit bien fait ne doit jamais ni se repentir ni pardonner, pource que la repentance & le pardon sont tousjours accompagnés de lascheté ; qu’à la verité une personne doit consulter sur ce qu’elle veut entreprendre ; mais qu’elle doit faire suivre une resolution irrevocable, & qui ne change jamais.29
3. Que les sentiments les plus particuliers sont les meilleurs & les plus sains, & que ce qu’on appelle aujourd’hui Religion, n’est qu’une pure illusion des hommes, dont la plus part se plaisent à estre trompés : car quelle apparance y a t’il, qu’une creance qui aveugle l’homme & qui lui interdit le raisonnement, soit veritable ? Quelle raison y a t’il, de croire ce que l’on ne peut comprendre, & imposer mesme une obligation à cella ? C’est exiger de l’homme qu’il se creve les yeux, pour y voir clair, & le mettre dans un estat à lui pouvoir persuader les plus grandes absurdités du monde; que tant de differentes sectes qui se trouvent respenduës sur la terre, ne sont que des pures resveries ou imaginations de certains hommes, qui se sont voulus rendre illustres en se declarant les chefs de quelque parti ; dequoy elle ne s’estonne pas, pource qu’il n’y a point de sentiment ni d’opinion si ridicule, qui n’ait ses partisans.
4. Que le dogme de Platon de l’ame universelle du monde, ne sçauroit estre combattu que par des fausses raisons, et qu’elle ne sçauroit se persuader l’immortalité de l’ame, qu’en la faisant rentrer dans son principe, qui est cet esprit universel dont elle fait une partie.30
5. Que Moïse a esté un aussi grand imposteur que bon esprit : car elle convainquera de fausseté le passage pretendu miraculeux des Israelites par la mer rouge, dautant que Numenius Prefect d’Anthiocus, faisant la guere contre les Perses, avoit obtenu une celebre victoire sur eux, au mesme endroit, au mesme temps, & de la mesme façon que Moïse fit sur Pharao par l’observation du flux & du reflux du sein Arabique. J’en pourrois dire davantage, si elle mesme ne publioit pas tous ses sentimens, qui sont aujourdhui connus de la plus part de l’Europe, & si je n’avois quelque horreur à les descrire.31

  • 32  Voir, entre autres, les Mémoires de Chanut édités par Linage de Vauciennes, pourtant fort retenus (...)
  • 33  Voir Balzac à Chapelain au sujet de l’athéisme discret de La Mothe Le Vayer opposé à l’athéisme dé (...)

19J’ai cité ce long passage parce qu’il est peu connu, mais aussi recoupe et complète de nombreuses sources tant imprimées que manuscrites32. On voit ainsi combien les thèmes et les motifs constitutifs de l’impiété prêtés à la reine participent pleinement de cette culture de l’incrédulité diffuse dans l’Europe du xviie siècle, que Pintard appelle le « libertinage érudit », affirmant d’ailleurs ainsi une séparation drastique entre érudition et comportement, qui dans le cas de Christine de Suède – je veux dire, bien sûr, dans la manière dont elle fut perçue par ses contemporains – n’a pas lieu d’être. Christine est « libertine » autant par ses propos grivois, son comportement en rupture avec les bienséances de son sexe et les conventions mondaines, autant par les multiples intrigues amoureuses qu’on lui prête, que par son irréligion ostentatoire et raisonnante. Car ce qui lui est reproché sur ce plan est non seulement d’avoir les sentiments qu’elle a sur la religion, mais de les publier, d’en faire étalage, autrement dit de ne pas les dissimuler. C’est là un trait commun des accusations de libertinage, surtout lorsqu’elles sont formulées dans les milieux « libertins » eux-mêmes, et il ne semble pas que son statut de femme entre ici outre mesure en ligne de compte, sinon que le scandale de son irréligion manifestée est d’autant plus grand et grave qu’elle est une reine, une souveraine qui se devrait d’être – au moins dans les apparences – un modèle de piété33.

Abdication et impiété

  • 34  Le « libertinage » de la reine put être ainsi considéré comme la raison même de sa conversion. Soi (...)

20Son impiété, par contre, est très généralement considérée comme une perversion de sa nature de femme. Parce que, tout d’abord, l’impiété est à l’époque le plus souvent conçue comme une artificieuse rébellion de l’esprit contre ses dispositions naturelles (une perversion de l’esprit consistant à étouffer les semences de vérités naturellement déposées en lui) et, en même temps, contre la révélation des Écritures et l’autorité de l’Église (luthérienne en l’occurrence, puis catholique). Mais pas seulement, car il était impossible que l’impiété de la reine ne fût pas mise en relation avec son statut de souveraine, et surtout de souveraine déchue, qui plus est déchue de sa propre initiative. Garante de l’autorité de l’Église d’État, la souveraine trahissait sa vocation, et bien sûr sa confession, en manifestant publiquement son impiété et par le choix d’une conversion spectaculaire que tous, ou du moins la plupart, jugeaient motivée par l’intérêt et la vanité34. Notons que Christine révélait ainsi et incarnait en quelque sorte certaines potentialités redoutées de l’absolutisme : le souverain absolu est, on le sait, délié des lois et donc « libre » de compromettre sa souveraineté et de la détruire (l’abdication injustifiées apparaissant comme une trahison possible de la souveraineté, tout comme la tyrannie, dont elle est en quelque sorte le négatif), de même qu’il est politiquement affranchi de l’Église dont il est le garant, et suspect désormais d’instrumentaliser la religion et d’en trahir l’esprit par des pensées et des pratiques irréligieuses, c’est-à-dire d’élire une conduite « machiavelliste » (tel est le discours antimachiavélique, dans les deux confessions, de stigmatisation chrétienne de la déraison d’État).

  • 35  Soit par exemple, dans les mots de La grande Demoiselle (Mlle de Montpensier) : « … à la comédie [ (...)

21Dans le cas de Christine, s’ajoutait à cela, pour rendre la situation en quelque sorte plus paroxystique encore, sa « nature » de femme, la rendant comme telle illégitime au gouvernement, du moins dans la tradition de la loi salique, dont Christine curieusement reconnut la pertinence pour justifier son abdication. Pendant la durée de son règne effectif, il est étonnant de voir que peu de documents font état d’insuffisances attribuées au sexe et à l’âge ; beaucoup, au contraire, la présentent comme capable de toute l’autorité – et « donc » de toute la virilité – requise par la fonction. Dans l’abdication, par contre, elle révélait sa faiblesse première de femme (dépouillée de son corps mystique de « roi », la reine n’était plus en effet qu’une simple femme), une femme qui cherchait à réaffirmer sa masculinité de manière dérisoire et histrionique35, par le vêtement, le comportement et surtout l’exercice de l’impiété.

22Soit, par exemple, les propos amers d’Urbain Chevreau, lui-même considéré par beaucoup comme un libertin, qui accusait la reine d’injustice pour ne pas avoir reçu une récompense promise :

  • 36  Urbain Chevreau, lettre à Jean Chapelain, Œuvres meslées, La Haye, chez Adrian Moetjens, 1697, par (...)

Qu’après lui avoir entendu louer Brutus mourant, pour s’être écrié, que la vertu n’étoit qu’un nom et qu’une chimère, il étoit à craindre qu’elle n’écoutât pas la Justice, qui est la première & la plus éclatante des vertus ; qui en est même le fondement & la règle :
Quanto cangiata, ohime, da quel che pria ! [« Combien elle est changée, hélas, par rapport à ce qu’elle était », Petrarque, Canzoniere, sonnet XXXIII]
Disons plutôt :
Hei mihi! Qualis erat ! Quantum mutatus, [« pauvre de moi, comment était-il, combien il avait changé », Enéide, liv. II. v. 274.]
puisque la Reine est devenuë homme, si l’on se rapporte aux gens de sa suite. Après son abdication, elle a pris l’épée au sortir de Suède, un chapeau couvert de plumes & un habit qui cache son sexe. Ceux qui trouvent aujourd’hui mauvais que les Héroïnes voïagent dans les Romans, ne peuvent souffrir que cette Princesse aille faire l’avanturière chez ses voisins : & l’on a de la peine à concevoir, qu’elle se trouve plus à son aise sur des chariots d’Allemagne, que sur le Trône du fameux Gustave.36

23« La reine est devenue homme » : Chevreau se réfère à l’épisode du voyage de Christine hors du royaume, effectivement déguisée en homme, mais pour rester incognito.

24Pour un contemporain, l’épisode est proprement romanesque, évoquant les héroïnes travesties des romans et des poèmes de chevalerie (la Clorinde du Tasse, etc.), qui déplaisent semble-t-il aux lecteurs sourcilleux, évidemment parce qu’ils y voient une image de désordre social et une incitation au « libertinage » des femmes. De ce point de vue l’exemple donné par la reine de Suède qui, à l’abandon de ses devoirs de souveraine et à sa tenue d’homme, ajoute des propos philosophiques niant la vertu et l’honneur, est jugé désastreux.

L’aventurière travestie : figure du libertinage au féminin

25Cet aspect romanesque, sa manière de voyager et de gyrovaguer à travers l’Europe avant de se fixer définitivement à Rome, est souvent noté, avec plus ou moins de bienveillance. Soit, par exemple, Mme de Motteville :

  • 37  Mémoires, op. cit., p. 386.

Je serois tentée, en faisant la description de cette princesse, de la comparer aux héroïnes des Amadis, dont les aventures étoient belles, dont le train étoit presque pareil au sien, et de qui la fierté avoir du rapport à celle qui paroissoit en elle. Je pense même, vu sont équipage et sa pauvreté, qu’elle ne faisoit pas plus de repas et ne dormoit pas mieux que Marfise ou Bradamante, et qu’à moins d’arriver par hasard chez quelque grand roi comme le nôtre, elle ne faisoit pas souvent bonne chère37.

  • 38  Voir les deux articles à paraître de Henriette Asséo, « La féminité frauduleuse. Les Bohémiennes e (...)

26Dans un autre passage, où elle donne sa première impression, la même écrit : « elle me parut d’abord comme une Egyptienne dévergondée qui, par hasard, ne seroit pas trop brune. ». L’association de la reine de Suède avec la figure de la bohémienne, qu’elle se plut elle-même à endosser lors d’un ballet de cour à Bruxelles, est évidemment intéressante, qui associe le nomadisme, l’irrégularité des mœurs et, n’oublions pas, l’image d’une aristocratie suspecte et maudite38.

27Ces images de l’aventurière de roman et de la bohémienne ramènent évidemment Christine à sa féminité première et, en vérité, perçue (et vécue) comme irréductible. Or la féminité de la reine a une incidence importante sur son irréligion : celle-ci est en effet essentiellement pensée moins comme un trait de son esprit et de sa personnalité propre que comme le résultat fâcheux, par mimétisme, de la fréquentation d’hommes, et en particulier de savants, notoirement licencieux et mécréants. Il est invariablement répété que ce sont ces hommes, en particulier le médecin Bourdelot (Pierre Michon), mais aussi d’autres parmi les intellectuels dont elle s’entoure en Suède (l’humaniste Isaac Vossius, etc.) qui furent les corrupteurs de l’esprit de la reine. Soit, comme il est dit dans un pamphlet de 1655, farouchement hostile au médecin français, La Brieve relation de la vie de Christine, Reine de Suède, jusques à la démission de sa couronne et son arrivement à Bruxelles :

  • 39  Brieve relation de la vie de Christine, Reine de Suède, jusques à la démission de sa couronne et s (...)

Cet homme sans religion et sans piete, imprima tous ses faux sentimens dans l’esprit de la Reyne, qu’il rendit en peu de temps fort semblable à luy. […] la Reyne s’est depuis monstrée telle qu’il l’avoit laissée; c’est-à-dire, sans Religion, sans pieté, sans vertu, sans loyauté, dissoluë, & libertine en ses discours, fourbe, trompeuse, medisante, mocqueuse... 39

28Qu’il me soit permis d’ailleurs de faire à ce sujet une hypothèse. On peut être surpris par l’impunité dont Christine a pu jouir en la matière, et l’invocation de son rang, à mon avis, ne suffit pas à expliquer la relative mansuétude, au fond, de ses contemporains à cet égard, l’absence de sérieuses menaces, là où Bourdelot est voué au bourreau par ses détracteurs. Il me semble en effet que son statut de femme contribue grandement à lui ôter une grande part de responsabilité et de culpabilité dans sa méconduite et ses mauvaises paroles envers la religion. Il est d’ailleurs frappant que l’Église catholique l’ait ainsi accueillie en son sein sans exiger d’elle, au moins publiquement, qu’elle abjure ses hérésies philosophiques et ne fasse amende honorable. On peut se demander si le choix de faire comme si la reine était simplement passée des erreurs du luthéranisme à la vérité du catholicisme, laissant aux satiristes le soin de brocarder sa conduite et ses propos irréligieux, aurait été concevable, si elle avait été un homme.

Christine racontée par elle-même : « l’âme n’a pas de sexe »

  • 40  C’est pourquoi, la concernant, le recours à un art de lire entre les lignes sur le modèle offert p (...)
  • 41  Ce texte commencé en 1681, date de ses dernières années, au moment donc de sa forte adhésion au qu (...)

29Or, à la lecture des textes autobiographiques de Christine, il est frappant de voir que d’une part elle ne nie ni ne renie son incrédulité – elle affirme seulement l’avoir dépassée dans l’adhésion à la foi catholique40 – et que d’autre part elle déclare haut et fort, et non sans fierté, avoir été elle-même, et fort jeune, par sa force d’esprit et ses propres raisonnements, seule responsable de sa mécréance. « J’étais incrédule et peu dévote », écrit-elle dans son autobiographie « dédiée à Dieu » (c’est à lui en effet qu’elle s’adresse, sur le modèle des Confessions41), et elle déclare en marge de sa main, dans les mêmes années, pour démentir ce qu’en écrit Chanut dans son portrait, qu’elle ne fut jamais « luthérienne », ce qui implique que, avant sa conversion, comme elle l’assume parfaitement, elle n’était d’aucune confession, ce à quoi elle ajoute, cette fois pour accréditer Chanut, qu’elle ne fut jamais atteinte par la « maladie » des scrupules de conscience. L’absence d’ailleurs de tout repentir sur ce passé incrédule est saisissant, considérant que son déisme philosophique était de toute façon supérieur à l’adhésion aveugle à la foi luthérienne.

30Elle en dit plus long encore dans ce qui semble une version plus étoffée du même texte autobiographique, rapportée par Arckenholtz :

  • 42  texte autographe de Christine cité par Galdenblad (qui ne cite pas la source), Arckenholtz,III, 20 (...)

Tout le respect, l’admiration, l’amour que j’ai eu toute ma vie pour vous, Seigneur, ne m’empêchoit pas d’être très incrédule & peu dévote ? Je ne croyois rien de la Religion dans laquelle je fus nourrie. Tout ce qu’on m’en disoit me sembloit peu digne de vous. Je crus que les hommes vous faisoient parler à leur mode, & qu’ils me vouloient tromper, & me faire peur pour me gouverner à la leur. Je haissois mortellement les longs & frequens Sermons des Luthériens ; mais je connus qu’il falloit les laisser dire & avoir patience, & qu’il falloit dissimuler ce que j’en pensois. Mais quand je me trouvois un peu aggrandie, je me formois une espèce de Religion à ma mode, en attendant celle que vous m’avez inspirée, à laquelle j’avoir naturellement une si forte inclination. Vous savez combien de fois, par un langage inconnu du commun, je vous ai demandé la grace d’être éclairée de vous, que je fis vœu de vous obéir au prix de ma vie & de ma fortune.42

  • 43  Historisch verhaal van saaken van staat en oorlogh in en omtrent de Vereenichde Nederlanden, t. I, (...)
  • 44  Ibidem.
  • 45  Lors de son passage à Dijon : Fortner à Bouilliau, 26 octobre 1656 à propos de la visite de Christ (...)

31Ce texte, dont l’original autographe semble perdu, est de la plus grande importance, où Christine, des années après sa conversion, revient sur son enfance et sa jeunesse et y décrit l’itinéraire d’une incrédulité profonde à l’égard du christianisme, au profit de l’élaboration d’une forme personnelle de déisme. Ces lignes confirment ainsi indirectement les textes assez nombreux qui présentent la religion de la reine comme un déisme radical, assumant d’ailleurs des formes apparemment incompatibles. Le Génie de la reine Christine, comme on l’a vu, crédite la reine d’un stoïcisme a-chrétien (la providence est « destin », etc.). Selon un témoignage de Aitzema, s’appuyant sur une confidence de Chanut, qui fut sans aucun doute l’un de ceux qui la connurent de plus près et durablement, elle aurait été jusqu’à déclarer : « S’il y a un Dieu, je serois bien attrappée »43. Selon la même source, telle que Arckenholtz en rend compte, « aux Jésuites de Louvain, qui par flatterie lui promettoient, que quand elle seroit catholique, on la placeroit à côté de S. Brigitte de Suède : à quoi Christine avoit répondu : j’aime mieux qu’on me mette entre les Sages : voulant faire entendre, que les dévotions Romaines n’étoient que dessottises. Qu’à tout cela, dit Aitzéma, le Sr Chanut lui avoit répondu : comment il faloit qu’elle fit son carême-prenant : faisant allusion à la coutume des Catholiques chez qui, quand quelqu’un doit prendre l’habit de Religion, il lui est permis la veille de faire toute sorte d’extravagances, comme au jour du Mardi gras »44. Une lettre de Fortner à Bouilliau (26 octobre 1656) rapporte une anecdote selon laquelle, de passage à Dijon, Christine se serait déclarée, non pas catholique, mais de « la religion des philosophes », telle qu’on la trouve dans le De Natura Rerum de Lucrèce...45 Elle n’en dit elle-même pas suffisamment pour que l’on se fasse une idée très claire, mais si l’on s’en remet aux témoignages, qui doivent certes être maniés avec la plus grande prudence, elle semble avoir exploité toute ou presque la panoplie des idées philosophiques hétérodoxes circulant dans l’espace européen (fatum et vertu des stoïques, âme du monde platonicienne, religion d’Épicure et rejet pyrrhonien de la vertu et de l’honneur, etc.). On ne peut douter que ces idées, d’ailleurs, ont participé à la maturation et à la justification de son abdication, sans doute même, au choix paradoxal d’une conversion, dans lequel il entra indiscutablement une part non négligeable de vénalité sinon de cynisme. Ce que cache en tout cas soigneusement la reine, dans ses écrits autobiographiques, c’est qu’elle a conservé ses sentiments particuliers en cette délicate matière bien au-delà de sa conversion officielle, des sentiments d’ailleurs qu’elle ne dissimulait guère, selon les nombreux témoignages dont nous disposons.

  • 46  Voir son récit sur ses doutes et même son incrédulité d’enfant, rapporté par Karl de Bildt, Christ (...)

32En tout cas, il n’est nullement question dans ses propos d’un quelconque remord, ou même regret d’avoir suivi les mauvais enseignements des « libertins » dont elle s’était entourée : elle s’y affirme comme le sujet raisonnant, d’une extrême précocité, de son irréligion46. Le fait qu’elle soit une femme, ou au contraire la masculinité de son tempérament, dans ce qu’elle en dit, n’entrent pas en ligne de compte ; du reste, si Christine semble avoir été convaincue d’une chose, c’est que, comme elle l’a répété en plusieurs de ses maximes, « l’âme n’a point de sexe » ; entendu par là, de manière somme toute très cartésienne, que l’usage de la raison, dans le domaine de la religion comme dans les autres, n’est pas sexué.

Christine misogyne ou féministe ?

33Il apparaît aussi, à travers ses écrits, que ce n’est pas le désir de passer en toutes ses actions pour un homme qui l’a conduite à l’abdication, mais, principalement, selon ce qu’elle en dit, le fait même d’être une femme. Christine en effet ne cesse d’affirmer que les femmes ne devraient jamais régner. Ce qui d’ailleurs ne l’empêchera pas de déployer de longs et vains efforts pour recouvrer son rang de souveraine : devenir reine de Naples, de Pologne et même surtout, récupérer la couronne de Suède.

34Ses propos à ce sujet semblent massivement en contradiction avec sa conception asexuée de l’âme :

L’ignorance des femmes, écrit-elle, la faiblesse de leur âme, de leur corps et de leur esprit, les rendent incapables de régner.

Les exemples du contraire, ajoute-t-elle,

  • 47  La vie…, in Apologies, op. cit., p. 135-136.

[...] sont si rares, qu’ils ne doivent tirer à aucune conséquence favorable au sexe, et le mien moins qu’aucun autre, parce que je fus nourrie exprès depuis le berceau à cet effet. Toutefois ma propre expérience m’a bien appris que le défaut du sexe est le plus grand de tous les défauts.47

  • 48  « La loi salique qui exclut les femmes du Throne est tres juste. Les femmes ne deveroient jamais r (...)

Aussi estime-t-elle que la loi salique est bonne et salutaire48.

  • 49 Vie, op. cit., p. 121.

35Christine développe sur les femmes des idées qui pourraient facilement passer pour misogynes. Ne confesse-t-elle pas, par exemple : « J’eus une aversion et une antipathie invincible pour tout ce que font et disent les femmes » ?49 Néanmoins, si misogynie il y a, elle est fort différente de ses expressions masculines.

36 La femme est certes pensée, en particulier par rapport à l’exercice du pouvoir politique, sous le signe du défaut et du manque :

  • 50 Les sentiments héroïques, éd. cit., p. 109. Première version rayée dans le manuscrit : « Le sexe fe (...)

Le sexe feminin est un terrible et incorrigible defaut, c’est un tres grand embarras dont on ne sauroit presque se tirer avec honneur.50

De sorte que,

  • 51  Op. cit. p. 109. Les mots entre crochets sont barrés par Christine dans le manuscrit. 

[Les vertus] les qualitez et talans des femmes sont incompatibles avec le Trosne ; il faut qu’elle ne renoncent pas moins a touttes leurs vertus et bonnes qualitez qu’a leurs foiblesses et defauts [si elle veuillent se rendre dignes de regner. Cela les expose a milles inconveniants, mais si elles ny renoncent pas elles rendent leurs personnes et gourvernement ridicules].51

37On commence alors à comprendre que Christine considère l’irrémédiable défaut des femmes en matière de gouvernement comme relevant certes de la complexion naturelle, du « tempérament » (qu’elle distingue de « l’âme ») féminin, mais parce que ce tempérament est déprécié et méprisé. Les hommes, en effet, exercent un gouvernement tyrannique sur les femmes, toutes les femmes, quelles que soient leurs conditions et leurs mérites.

38Les maximes de la reine Christine à ce sujet sont d’une fermeté et d’une clarté admirables, qui contiennent une critique articulée et conséquente de la domination masculine. Les femmes, dit-elle en effet, sont maintenues en esclavage par les hommes :

  • 52  Sentiments héroïques, éd. S. Stolpe, op. cit., p. 111. Voir également les deux maximes raturées da (...)

Quel crime a commis le sexe feminin pour estre condamné a la dure necessité detre enfermees toutte leur vie ou prisonieres ou esclaves ? J’appelle prisonieres les religieuses et esclaves les mariées52.

39Soumission au père, servitude du mariage et prison du couvent sont les trois états socialement et moralement légitimes de la femme. Dans ces conditions, on comprend bien que l’exercice du pouvoir souverain par une femme lui apparaisse comme suprêmement difficile et voué à l’échec. Du reste, Christine pense aussi, à partir de l’axiome selon lequel l’âme n’a pas de sexe, une égalité foncière, fondamentale des sexes qui sous-tend la dénonciation de l’esclavage des femmes :

  • 53  Éd. Bildt, op. cit., p. 111, n° 371. La maxime est barrée, mais en marge Christine a écrit de sa m (...)

La preoccupation du monde et l’education sont pour le merite des hommes touttes la difference que l’on suppose entre les deux sexes. Cependant tout ce qui est raisonnable est capable et du bien, et du mal, car l’Ame n’a point de sexe.53

  • 54  Ouvrage du loisir, éd. de Raymond, op. cit., p. 232, n° 638.

40Soit de manière plus concentrée et plus claire : « Le tempérament et l’éducation font toute la différence qui se remarque entre les sexes »54. Préjugé et éducation dans une version, tempérament et éducation dans une autre, font la différence des sexes, mais certes pas l’usage de la raison : on voit ici à quel point Christine est audacieuse.

Femmes-hommes et hommes-femmes

  • 55  éd. de Raymond, p. 232. n° 634.
  • 56  éd. de Raymond, p. 232. n° 635.
  • 57  « Le roi avait ordonné […] de me donner une éducation toute virile, et de m’apprendre tout ce qu’u (...)

41Mais elle l’est peut-être plus encore lorsqu’elle pense la relativité des caractéristiques du genre à partir de cette même égalité, qui est la nature asexuée de l’âme rationnelle. Elle n’hésite en effet pas à écrire : « Il y a des hommes qui sont aussi femmes que leurs mères, et des femmes qui sont autant hommes que leurs pères, car l’âme n’a point de sexe »55. Maxime immédiatement suivie par cette autre : « Il n’est pas rare de voir des hommes qui soient femmes, mais il est très rare de voir des femmes qui soient hommes »56. L’interprétation de ces maximes n’est pas aisée : certes Christine veut faire ressortir le caractère exceptionnel de son propre cas, s’il est vrai qu’elle est autant homme que son père, le grand et suprêmement viril Gustave Adolphe, comme beaucoup le lui ont déclaré, et qu’elle peut donc se dire, certainement, femme-homme, sans que la question sexuelle, la question de l’androgynie n’ait à être posée. Mais ici l’axiome de l’âme asexuée semble ouvrir véritablement la possibilité d’un devenir femme et d’un devenir homme, indépendant de la nature sexuelle, et au-delà même du tempérament et de l’éducation (elle a reconnu pour elle-même qu’elle avait été éduquée en garçon, et que cette éducation avait été favorisée par son tempérament57), un désir et une volonté.

  • 58  « Vous savez, quoi qu’en puisse dire la médisance, que je suis innocente de toutes les impostures (...)
  • 59  Voir la lettre qu’elle aurait écrite à la marquise de Ganges, citée entre autres par le faussaire (...)
  • 60  « Personne ne sauroit lui persuader de se donner à un Epoux, parce, dit-elle, qu’étant née libre, (...)
  • 61  « Quand Landini [l’une de ses femmes de chambres] étoit grosse, elle ne la pouvoit voir, que si el (...)
  • 62  Voir sur ce point son autobiographie : « Vous savez, quoi qu’en puisse dire la médisance, que je s (...)

42Il n’empêche que, tout en jouant et se jouant des codes de la féminité et de la masculinité, elle assume pleinement sa féminité. Elle ne regrette véritablement de ne pas être un homme que pour l’exercice du pouvoir et, de manière plus ambivalente, pour la liberté de mœurs à laquelle elle pourrait prétendre (ou aurait pu prétendre)58 et, à un niveau me semble-t-il distinct, dans les désirs qu’elle éprouve pour les femmes59, mais tous ces regrets mêmes la ramènent non pas seulement à ce qu’elle est, sexuellement, mais à ce qu’elle accepte d’être. Et ce qu’elle accepte d’être et qu’elle entend demeurer – une « fille » – est inséparable de ce qu’elle refuse : devenir une « femme ». Christine en effet associe étroitement, avec une remarquable lucidité, ce qu’elle appelle sa « liberté » à son statut de femme non mariée, de « fille », soustraite à l’autorité masculine60. Il faudrait s’arrêter ici plus longuement sur cette revendication du statut de « fille » (qui n’est pas identique à celui de « vierge »), s’accompagnant d’un mépris souverain à l’égard de celles qui deviennent « femmes », et associé à un profond dégoût pour la grossesse, qui lui apparaît comme le signe le plus violent de l’asservissement sexuel (aussi traite-t-elle de « vaches » les femmes enceintes de son entourage, selon des témoins61). Elle-même, plus d’une fois, a exprimé son refus du mariage, comme un renoncement, ou du moins une entrave considérable au plaisir de la chair, pour une femme désireuse comme elle de préserver son honneur, au nom de la liberté, érigée en valeur suprême62.

  • 63  « On n’est jamais plus libre que lorsqu’on dépend sans réserve de Dieu », Ouvrage du loisir, p. 28 (...)
  • 64  Cette rencontre et ce télescopage, sans véritable transition, du modèle d’une vie philosophique et (...)

43S’il est d’ailleurs une dimension foncièrement, radicalement, libertine de Christine de Suède, elle réside dans cette revendication d’une liberté qui refuse de s’aliéner aux rôles sociaux, y compris les plus célébrés (le trône, en l’occurrence, objet récurrent – mais non certes permanent ! – de mépris). Il semble d’ailleurs que son adhésion tardive au quiétisme, dont il est bien difficile de mettre en cause la sincérité (elle soutient Molinos au moment de sa condamnation, et ses écrits témoignent abondamment de cette adhésion pleine et entière), paradoxalement, lui est apparue non comme la négation, mais l’accomplissement de cette éthique de la liberté absolue, qu’elle avait d’abord pensé, avec les philosophes et, comme elle le raconte, en se fabriquant « une religion à sa mode » (Vie)63. Cette liberté, sans aucun doute est, pour elle, celle-là même de « l’âme qui n’a pas de sexe », envisagée cette fois dans ce qui l’élèverait au dessus de la raison, même si l’on sait combien le quiétisme est associé à une féminisation de la relation au divin. On pourrait à ce point relancer le jeu de l’équivoque du genre chez Christine, en remarquant combien sa façon même d’énoncer les principes du quiétisme, dans ses maximes, présente un je ne sais quoi de martial et de viril, en profonde continuité avec la manière dont sont énoncés, dans les mêmes pages manuscrites, les aphorismes de la vertu philosophique64. On pourrait aussi remarquer, plus pertinemment, que le quiétisme de Christine fait tout bonnement l’économie du Christ et donc de l’incarnation, ce qui évidemment pousse à le considérer comme une inflexion mystique du déisme qu’elle semble avoir professé avant. Je renonce à envisager cette absence du Christ, qui rend décidément Christine jusqu’au bout dissidente – et si l’on veut libertine – du point de vue des représentations genrées, sans prétendre pour autant que l’examen ne puisse ni ne doive en être tenté.

Christine et Ninon : deux hommes illustres ?

44En conclusion, je ne peux manquer d’évoquer la rencontre qui eut vraiment lieu de Christine de Suède avec Ninon de Lenclos, sous l’égide de laquelle cette journée est placée, avec la gravure tirée du tableau de Monsiau choisi pour illustrer notre rencontre. Je cite encore Mme de Motteville :

  • 65  p. 392.

[...] elle voulut voir une demoiselle qu’on appeloit Ninon, célèbre par son vice, par son libertinage et la beauté de son esprit. Ce fut à elle seule, de toutes les femmes qu’elle vit en France, à qui elle donna quelques marques d’estime. Le maréchal d’Albret et quelques autres en furent cause, par les louanges qu’ils donnèrent à cette courtisane de notre siècle.65

45En guise d’illustration de cette rencontre et de commentaire du tableau de Monsiau, je citerai moi aussi le quatrain, assez désespérant, qui courrait sur Ninon :

On ne reverra de cent lustresCe que montre aujourd’hui Ninon
Qui s’est mise en dépit du con
Au nombre des hommes illustres

  • 66  Cité par B. Quillet, op. cit., p. 241.

46Or, à la différence de l’image de Christine, comme l’a rappelé Sophie Houdard, il n’y a dans celle de Ninon aucun trouble de l’identité sexuelle, car elle est présentée comme la quintessence des courtisanes, mais elle se trouve entièrement virilisée, et élevée à la hauteur des « hommes illustres » du seul fait de cette force d’esprit qui en fait la destinataire idéale des audaces anti-dévotes du Tartuffe. Christine, d’ailleurs, elle-même appréciait fort la pièce de Molière, qu’elle tentera en vain de faire jouer en 1667. Ainsi, quand Christine demande à voir Ninon, alors en résidence surveillée chez religieuses de Lagny pour la punir de son « libertinage », c’est « comme si » deux hommes illustres se rencontraient. On ne peut imaginer expression plus violente de la domination masculine. Pourtant la rencontre eut lieu sous le signe du féminin, d’une féminité certes paradoxale et problématique, puisque Christine tout au moins semble avoir conçu l’entretien, dans l’exercice de la force d’esprit et de la liberté de pensée, comme séparé du reste de la société féminine aveuglée et asservie, donc sur le modèle du cénacle masculin « déniaisé », confirmant ainsi l’idée d’une hiérarchie à la fois sociale et naturelle des sexes, qu’elle ne cessait pourtant de mettre en cause, comme Ninon, mais d’une toute autre façon. Cependant les textes disent aussi tout autre choses sur cette rencontre : selon Claude Quillet, affirmant l’avoir appris de la bouche même de la célèbre courtisane, Christine, au bout de deux heures d’entretien aurait demandé à Ninon de se mettre nue devant elle ; et celle-ci se serait exécutée, « avec une grande lenteur et des gestes savants »66. Cette scène fantasmatique, où Ninon exhibe son con devant la reine de Suède, est assez loin, on a conviendra, de l’idée que l’on se peut faire de la rencontre de deux hommes illustres.

Haut de page

Notes

1  Françoise de Motteville, Mémoires, Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France, Paris, Foucault, 1824, t. IV, p. 390-391.

2  Voir par exemple le « portrait » composé par l’ambassadeur Pierre Chanut le 1er février 1648 : « elle avoit pour l’ordinaire le son de la voix fort doux, & que de quelque fermeté dont elle prononçât ses mots, on jugeoit bien clairement que c’étoit le langage d’une fille ; quelque fois néanmoins elle changeoit ce ton, mais sans affectation, ou cause apparente, pour en prendre un plus robuste, & plus fort que celui de son sexe, qui revenoit petit-à-petit & insensiblement à sa mesure ordinaire ». Chanut est beaucoup plus embarrassé par l’attitude de la reine envers la religion, au point de se contredire : « s’il est permis de juger de l’intérieur par les signes qui nous paroissent au dehors, elle avoit de grands sentimens de la Divinité & un attachement fidèle au Christianisme, elle n’approuvoit pas que dans les entretiens ordinaires de sçiences, on quittât la doctrine de la Grace pour philosopher à la païenne ; ce qui n’étoit pas conforme à l’Évangile passoit auprès d’elle pour réverie ». mais il ajoute aussitôt : « Elle n’avoit nulle aigreur parmi les disputes qu’elle faisoit sur les différends qui sont entre les Evangeliques & les Catholiques Romains, il sembloit qu’elle prit moins de soin de s’informer de ces difficultés que de celles que nous font en général les Philosophes, les Gentils & les Juifs. Sa devotion envers Dieu paroissoit en la confiance qu’elle témoignoit avoir en sa protection, plus qu’en toute autre chose, au reste elle n’est point scrupuleuse, & elle n’affecte point les demonstrations d’une dévotion cérémonieuse », cité in Johan Arckenholtz, Memoires concernant Christine reine de Suede,: pour servir d’eclaircissement a l’histoire de son regne et principalement de sa vie privée, et aux evenemens de l’histoire de son tems civile et litéraire: suivis de deux ouvrages de cette savante princesse, qui n’ont jamais été imprimés ..., Pierre Mortier, 1751-1760, 4 t., t. I, p. 414 et p. 424 (dorénavant, Arckenholtz, + n° du t. + n° de la page). Il est aisé de voir que Chanut cherche ici à prévenir des accusations, qui dès cette date couraient sans doute à l’égard de la reine.

3  Verena von der Heyden-Rynsch, Christina von Schweden. Die rätselhafte Monarchin. Piper, München 2000 [trad. française (fort déficiente) Christine de Suède. La Souveraine énigmatique, Paris, Gallimard, 2001]; Ivan Gobry, La reine Christine, Paris, Pygmalion, 2001 ; Daniela Pizzagalli, La regina di Roma : vita e misteri di Cristina di Svezia nell’Italia barocca, Milano, Rizzoli, 2002 ; BernardQuilliet, Christine de Suède, Paris, Fayard, 2003 [il s’agit en fait de la réédition revue et augmentée de Christine de Suède : un roi exceptionnel, Paris, Presses de la Renaissance, 1982] ; VeronicaBuckley, Christina; Queen of Sweden. London: Harper Perennial, 2005 ; DanielDes Brosses, Christine de Suède : la fascinante et scandaleuse reine du Nord,Paris, AkR, cop. 2006.

4  [Scipion Marin]Mémoires de Christine, Reine de Suède, Paris, Timothée Dehay, 1830.

5  Voir surtout : Dr Elis Essen-Möller,... La Reine Christine, étude médicale et biologique..., Paris, Éditions Hippocrate, 1937. Christine a bien sûr incarné la figure de la « virago ». Voir par exemple, Guglielmo Bilancioni, « Una viragine regina: il virilismo di Cristina di Svezia », in Rassegna di studi sessuali, anno IV, n. 5, settembre-ottobre 1924, p. 312-327. http://www.omofonie.it/maggio2007/bilancioni.pdf

6  BernardQuilliet, Christine de Suède : un roi exceptionnel, Paris, Presses de la Renaissance, 1982 (dans la nouvelle édition revue et augmentée – Paris, Fayard, 2003 – le sous-titre a disparu). Mais voir déjà la pièce de Paul de Musset, Christine, roi de Suède, comédie en 3 actes, Paris : Michel-Lévy frères, 1856.

7  Sur un arbre généalogique de la dynastie Wasa qui l’a désignait comme « Christina Regina Svecorum » Christine avait elle-même rayé « Regina » et inscrit « Rex Suece ». Signalé par de Raymond, in Christine de Suède, Apologies, éd. J.-F. Raymond, Paris, Cerf, 1994, p. 136, n. 16.

8  « Elle devint amoureuse d’une Juifve, qu’elle menoit publiquement dans son carosse, & qu’elle faisoit coucher quelques fois avec elle. Car elle est une des plus ribaudes triballes dont on ait jamais ouy parler. Et pendant qu’elle a fait icy son residence, on luy a veu mettre la main sous la juppe des femmes, & leur prendre les cas reservez ordinairement aux maris, de sorte que les dames avoient peine à se resoudre de mener leur filles chez elle : Madame de Cueva, dont je vous parleray dans la suitte de cette lettre, luy a souvent passé par les mains, & l’on tient pour certain, qu’elle luy a servi de succube », Copie d’une lettre escritte de Bruxelles à la Haye touchant la Reyne de Suède, in Recueil de quelques pièces curieuses , servant à l’ esclaircissement de l’histoire de la vie de la reyne Christine ensemble plusieurs voyages qu’elle à faites [sic], A Cologne, chez Pierre du Marteau, 1668, op. cit., p. 45. Sur son aventure avec la jeune fille juive Rachel Sylw, à Hambourg en 1654, voir Konrad Danelius, Christina von Schweden als Köningin, Cottbus, 1866-1868, qui cite un curieux document en bas allemand, sorte de procès verbal d’un conseil de famille, au cours duquel, Rachel Sylw se serait défendue en affirmant que « les actes pratiqués avec une des souveraines les plus glorieuses d’Europe laissent plus d’honneur que de honte ». Voir B. Quillet, Christine de Suède, op. cit., p. 113. La source toutefois est à vérifier. Une lettre du Prince-Électeur Édouard de Bavière est aussi très explicite : « Elle aime fort les belles femmes. Elle en trouva une à Lyon qui lui plut. Elle la baisoit partout : la gorge, les yeux, le front très amoureusement et même la vouloit baiser la langue à la bouche, et coucher avec elle, ce que la femme ne voulut pas », L’Intermédiaire des Chercheurs, novembre 1885, p. 667, cit. par B. Quillet, ibid., p. 112. Les anecdotes à ce sujet sont assez nombreuses (« amitié » pour Ebba Spare, qu’elle présenta comme sa « bed-fellow » à l’ambassadeur anglais, tentative de séduction de Mme de Thianges, sœur de la Montespan, texte mentionné au même endroit, etc.)

9  Sont en particulier cités les travaux de Curt Weibull (Drottning Christina, Stockholm, 1934 ; Drottning Christina och Monaldesco, Stockholm, 1936) et de son fils Martin Weibull (en particulier, « Drottning Kristinas tronsavsagelse och tronsskifte », Scandia 28, 1962, p. 196-326), résumés et critiqués par Susanna Kristina Åkerman, Queen Christina of Sweden and her circle : the transformation of a seventeenth-century philosophical libertine, Leiden, E. J. Brill, 1991, p. 20 sq. Quoi qu’il en soit cette position est aujourd’hui maintenue et renforcée dans le cadre de ce que j’appellerai une hagiographie genrée, par Kari Elisabeth Børresen, (voir notamment « concordia discors, La pensée de Christine de Suède sur Dieu et l’humanité », Augustinianum,1996, vol. 36, no1, p. 237-254).

10  Voir par exemple V. von der Heyden-Rynsch : « Son affectation d’irréligion, manifeste à travers ses critiques effrénées et ses moqueries sur les saints, avait sans doute pour but de camoufler ses projets de conversion », tr. fr. p. 101.

11  Par exemple, l’ouvrage très informé intitulé Histoire des intrigues galantes de la reine Christine de Suède et de sa cour, pendant son séjour à Rome, Amsterdam, J. Henri, 1697 (faussement attribué à C. G. Franckenstein, qui en est le traducteur allemand), qui insiste beaucoup sur son quiétisme et son soutien moral et matériel à Molinos durant son procès, connaît son passé mécréant au côtés des « libertins » comme Bourdelot (nommément cité), mais affirme aussi la sincérité de son adhésion au catholicisme. p. 188-189, 282-283 et passim.

12  Voir infra.

13  Texte de 1653, cité par Arckenholtz, I, 428.

14  Ibid. I, 432.

15  Lettre du Duc de Guise, qui l’accompagne en 1656 jusqu’à Paris, cité par Motteville, p. 376-377. Par contre Christine a écrit : « Je ne trouve rien de plus sot, ni de plus ridicule, que la république des Amazones. Cette fable est mal inventée », Ouvrage du Loisir, éd. de Raymond, p. 231. Sur les débats des contemporains autour du type de l’amazone, voir Sylvie Steinberg, La confusion des sexes : le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Paris, Fayard, 2001, p. 213 sq.

16  Voir l’ouvrage essentiel de S. Steinberg cité à la n. précédente.

17  « ... Pour ses habits elle est tantost homme tantost femme. Je l’ay veüe en un habit où elle estoit l’un & l’autre. Elle portoit un collet d’homme avec un mouchoir noüé au col à la soldate avec un ruban noir ; ayant des manchettes d’homme & des souliers d’homme, avec une petite cotte qui ne luy venoit que jusques à la moitié de la jambe… », Pourtrait de la reine Christine, Recueil de quelques pieces curieuses, servant à l’esclaircissement de l’histoire de la vie de la reyne Christine ensemble plusieurs voyages qu’elle à faites [sic], A Cologne, chez Pierre du Marteau, M.DC.LXVIII, p. 36. « La maniere dont elle est habillée, n’est pas moins extraordinaire, que celle de sa personne; Car pour se distinguer de celles de ce sexe, elle porte des juppes for courtes, avec un just au corps, un chapeau, un collet d’homme, ou un mouchoir qu’elle noüe comme un Cavalier qui va en party, & quand elle met une cravate, comme les Dames ont accoustumé de porter, elle ne laisse pas de fermer la chemise jusques au menton, & de porter un petit colet d’Homme avec des manchettes telles que nous les portons, en sorte que la voyant marcher avec sa perruque noire, sa juppe courte, sa gorge fermée, & son épaule elevé, on diroit que c’est un singe, que l’on c’est ainsi deguisé pour divertir la Compagnie », Copie d’une lettre escritte de Bruxelles à la Haye touchant la Reyne de Suède, in Recueil de quelques pièces curieuses, p. 40-41. à Rome, elle semble avoir même été à l’origine d’une mode, lancée par Olimpia Mancini, consistant dans le port d’un justaucorps et d’une jupe courte :« La nymphe Mancine/ Fort bien vêtue à la Christine,/ D’une amazone avait les traits ».Cité par Françoise Kermina, Christine de Suède, Paris : Perrin, 1995, p. 195. Sur le justaucorps « à la Christine », voir F. Boucher, Histoire du costume, Paris, Flammarion, 1965, p. 255.

18  Voir en particulier Mme de Motteville : « En regardant cette princesse, tout ce qui dans cet instant remplit mes yeux me parut extraordinairement étrange, et plus capable d’effrayer que de plaire. Son habit étoit composé d’un petit corps qui avoit à moitié la figure d’un pourpoint d’homme, et l’autre moitié celle d’une hongreline de femme, mais qui étoit si mal ajusté sur son corps qu’une de ses épaules sortoit tout d’un côté, qui étoit celle qu’elle avoit plus grosse que l’autre. Sa chemise étoit faite à la mode des hommes : elle avoit un collet qui étoit attaché sous sa gorge d’une épingle seulement, et lui laissoit tout le dos découvert ; et ce corps, qui étoit échancré sur la gorge beaucoup pus qu’un pourpoint, n’étoit point couvert de ce colelt. Cette même chemise sortoit par en bas de son demi pourpoint comme celles des hommes, et elle faisoit sortir, au bout de ses bras et sur ses mains, la même quantité de toile que les hommes en laissoient voir alors au défaut de leur pourpoint et de leurs manches. Sa jupe, qui étoit grise, chamarrée de petits passemens d’or et d’argent, de même que sa hongreline, étoit courte ; et au lieu que nos robes sont traînantes, la sienne lui faisoit voir les pieds découverts. Elle avoit des rubans noirs, renoués en manière de petite oie sur la ceinture de sa jupe. Sa chaussure étoit tout-à-fait semblable à celle des hommes, et n’étoit pas sans grâce », op. cit., p. 383-4.

19  Voir ci-dessus n. 2, le portrait dressé par P. Chanut.

20  Cité par B. Quillet, op. cit., p. 131.

21  Le Génie de la reyne Christine de Suède, [s. l.], 1655, souvent attribué à Urbain Chevreau, qui lui-même l’attribue dans les Chevreauana à Alcide de Bonnecase, sieur de Saint-Maurice, lequel avait conduit en Suède un des enfants de Saumaise. Barbier (Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes) accrédite cette version, qui semble étayée par la présence des initiales A H S M à la fin du texte imprimé.

22  Ibid., p. 14-15.

23  Op. cit., p. 11.

24  In Histoire de la vie de la reyne Christine de Suede, A Stocholm, chez Jean Pleyn de Courage, 1677, p. 108.

25  In Recueil de quelques pieces curieuses, servant à l’ esclaircissement de l’histoire de la vie de la reyne Christine ensemble plusieurs voyages qu’elle à faites [sic], A Cologne, chez Pierre du Marteau, 1668, p. 36-37. « Elle scait par coeur les plus sales passages de Petronius Arbiter, & les vers les plus dissolus de Martialis. Elle parle de la sodomie avec plus d’effronterie, que si elle en avoit fait leçon dans la Golisée à Rome : & tous les Italiens qui l’entendent sur ce chapitre là, disent qu’elle à eu raison de quitter la Couronne de Suede, où les habitants sont trop grossiers pour chercher & gouter toutes les delicatesses de la chair, & qu’il faut qu’elle aille se faire couronner dans sodome », Copie d’une lettre escritte de Bruxelles à la Haye touchant la Reyne de Suède, in Recueil de quelques pièces curieuses, op. cit., p. 42.

26  Op. cit., p. 9.

27  Difficile à distinguer du reste, à travers l’adhésion à la thèse de « l’esprit universel » (voir infra, n. 30), d’un véritable panthéisme. Selon certains témoignages, elle alla bien du reste jusqu’à nier l’existence de Dieu (voir infra) ; de sorte qu’il n’est pas étonnant que les contemporains parlent carrément de l’athéisme de la reine. Soit par exemple, ces mots d’un espion anglais qui écrit le 26 juin 1654, quelques jours après l’abdication, que « Those who have had a very personal and near relation unto her count her as a very atheist », Thurloe State Papers 1648-1667, vol. IV, june 26th 1654, p. 377. Cité par Åkerman, op. cit., p. 28. Ou bien encore dans le pamphlet, Copie d’une lettre escrite de Bruxelles à la Haye touchant la Reyne de Suede : « elle n’a point de religion, & l’Atheisme, dont elle faisoit profession publiquement en Suede, avoit donné à tous ses sujets tant d’aversion pour elle, qu’ils estoient sur le point de la chasser... », in L’histoire de la vie de la reyne..., op. cit.,p. 43.

28  Pour une expression plus acceptable du motif de l’imposture politique des religions, voir, de la main même de Christine,Drottning Kristina, Maximer, Les sentiments héroïques [ms de la Bibliothèque Royale de Stockholm], éd. Sven Stolpe, Stockholm, Bonniers, 1959, p. 123, n° 417.

On ne peut que noter l’absence de toute mention du Christ dans ses propres écrits. Voir aussi les propos blasphématoires qu’elle aurait tenus sur la Vierge et le Christ : « Un jour entre autres, voyant la jeune Comtesse de Grimberge, qui estoit grosse, par Dieu [dit elle] La bonne Vierge Marie nous eut bien embarassée, si elle eut autant fait d’enfans que cette Princesse, car elle n’en a fait qu’un, dont nous ne sçavons que faire. », Copie d’une lettre escritte de Bruxelles à la Haye touchant la Reyne de Suède, in Recueil de quelques pièces curieuses, op. cit., p. 49. Le texte continue en mentionnant ses propos désobligeants pour les Jésuites (dont on a d’ailleurs bien d’autres exemples) : « Peut on dire de Basphemes plus execrables que celuy la ? un autre fois estant dans un convent de Jesuite, en se promenant avec le Recteur, elle vit une Image de la Vierge fort bien faite, & elle dit en mesme temps au bon Pere : Quand vous voyez cette belle peinture, Pere, ne vous prend il pas envie de vous rejouir ? Cette honteuse demande fit rougir ce bon Religieux, qui luy respondit, Madame une telle image inspire de la devotion & nous fortifie contre le Sathan. La Reyne luy repliqua, j’en scay la raison, bon homme, pour quoy les Femmes n’ont point grand pouvoir sur ceux de vostre ordre, c’est que vous vous appliquez au derriere de vos jeunes Escoliers ? », ibid.

29  Rappelons que la fameuse exécution de Monaldeschi, victime de l’inflexibilité de la reine, n’aura lieu qu’en 1657 : la réputation de la reine, conforme à ses déclarations explicites, était donc sur ce point bien établie depuis longtemps.

30  Åkerman renvoie au texte manuscrit de l’ambassadeur vénitien en Russie, Alberto Vimina, de passage à Stockholm en novembre 1653, qui relate son audience avec Christine, au cours de laquelle la reine a nié l’immortalité de l’âme, arguant que si l’âme informe le corps, cette forme n’est pas différente de celles des animaux, et tout aussi corruptible qu’elle l’est chez ceux-ci, et critiquant âprement toute entreprise de séparation de l’âme et du corps. Elle révoqua au passage l’existence du paradis et de l’enfer. Historia della sollevazione di Cosacco contro il regno di Pologna, dto. Stoccolma 2 nov. 1653, Ms Ottob. Lat. 2485 ff. 246-273, f. 265r, cité et commenté par Åkerman, op. cit., p. 27. Voir aussi la lettre de Jean Chapelain confiant à Heinsius du 10 novembre 1654, que Christine « est convaincue que les âmes ne sont pas plus immortelles que le corps », Jean Chapelain. Soixante-dix-sept Lettres inédites à Nicolas Heinsius, 1649-1658, publiées d’après le manuscrit de Leyde avec une introduction et des notes... de Bernard Alain Bray, ’s-Gravenhage, M. Nijhoff, 1965, n° 42. Voir Åkerman, op. cit., p. 74. La chercheuse renvoie également à un texte de Leibniz, selon lequel Christine aurait eu une forte inclination pour la thèse d’un esprit universel ou âme du monde, éternelle, les âmes individuelles étant mortelles au même titre que les corps. Considérations sur la doctrine d’un esprit universel (1702), Die philosophischen Schriften, éd. Gerhardt, 1965, t. VI, p. 529-538. Selon le philosophe, cette opinion lui aurait été transmise par Naudé. Il note en outre qu’elle n’est pas si éloigné de Spinoza ni des néo-cartésiens, qui tiennent que seul Dieu agit, et surtout des quiétistes qui partagent l’opinion du Sabbat ou repos des âmes en Dieu et qui croient ainsi que la cessation des activités particulières est l’état de perfection le plus élevé. Åkerman note que l’on dispose de cette façon d’un indice permettant de comprendre l’évolution de Christine en direction du quiétisme, op. cit., p. 80. Notons à notre tour que cette doctrine de la dormition, voire de la mort des âmes individuelles était partagée par certains anabaptistes et d’autres spirituels radicaux dans le monde protestant, idées dont Christine a eu très certainement connaissance.

31  Génie, Op. cit., p. 9-10.

32  Voir, entre autres, les Mémoires de Chanut édités par Linage de Vauciennes, pourtant fort retenus sur la question. L’ambassadeur rapporte notamment une dispute de Christine avec sa mère, en 1653, où elle se serait exclamé : « Que diriez-vous donc si je vous disois, comme tant de gens le croyent, que tout le monde sera sauvé, la Payen aussi bien que le Chrestien ? », t. III, p. 363. Voir aussi, dans le même ouvrage, III, p. 125-126 et III, p. 188.

33  Voir Balzac à Chapelain au sujet de l’athéisme discret de La Mothe Le Vayer opposé à l’athéisme déclaré de François Guyet : « son athéisme a un peu plus de discrétion, et il se contente de siffler à l’oreille de ses disciples ce que l’autre voudrait faire savoir à son de trompe dans les places et les théâtres », 30 juin 1647, in Jean-Louis Guez de Balzac, Lettres inédites à Chapelain, éd. Tamisey de Larroque, Paris, 1873, p. 800. Voir surtout l’indignation de Heinsius à l’égard des blasphèmes éhontés de Bourdelot, le mentor de la reine Christine, à la cour de Suède : « Publici per Sueciam odii victima est, nec tutum illum a carnificis manu ausim praestare, si quadoque huc revertatur, cum alias multas ob causas, tu mob sermones blasphemos in Deum et in Sacram Scripturam passim habitos, dum argutus et facetus gestit videri. Si impietatem hac suam inter privatas coercuisset parietes, dissimularem hanc ego. Sed quae in ipso tot magnatum ac nobilitatis totius ore gesta sunt, non possunt premi… », A Dal Pozzo, prid. Eid. Dec. Greg. 1654, cité par Pintard, op. cit., p. 637.

34  Le « libertinage » de la reine put être ainsi considéré comme la raison même de sa conversion. Soit par exemple, dans une formulation extrêmement hostile, « L’amour du libertinage, l’apprehension d’estre renfermée, & l’espoir de l’authorité, dont on la flattoit, la firent resoudre à suivre le Conseil de Pimentel, au quel elle dit : au fait de Religion (par Dieu) il ne m’importe guere de croire ce que disent vos moines, où ce que disent nos Ministres, je bailleray tousjours le Choix à qui voudra, apres tout j’ay ouy dire, que les Cordeliers estoient bons compagnons, & que vos femmes s’en trouvent beaucoup mieux, que les nostres de leurs Ministres », Copie d’une lettre escritte de Bruxelles à la Haye touchant la Reyne de Suède, in Recueil de quelques pièces curieuses, op. cit., p. 53.

35  Soit par exemple, dans les mots de La grande Demoiselle (Mlle de Montpensier) : « … à la comédie […] pour louer les endroits qui lui plaisoient, elle jurait Dieu, se couchoit sur sa chaise, jettoit ses jambes d’un côté et de d’autre, et faisoit des postures que je n’ai jamais vu faire qu’à Trivelin et à Jodelet, qui sont deux bouffons »,

36  Urbain Chevreau, lettre à Jean Chapelain, Œuvres meslées, La Haye, chez Adrian Moetjens, 1697, part. I, p. 17.

37  Mémoires, op. cit., p. 386.

38  Voir les deux articles à paraître de Henriette Asséo, « La féminité frauduleuse. Les Bohémiennes en France sous l’Ancien Régime » et « La « nation errante » : « Comtes de petite Égypte » et « Capitaines de Bohémiens » dans l’Europe médiévale et moderne ».

39  Brieve relation de la vie de Christine, Reine de Suède, jusques à la démission de sa couronne et son arrivement à Bruxelles(s. l.), 1655, p. 4 et 6 (Åkerman signale une version anglaise et une version italienne du texte contenant toutes deux des ajouts et modifications, op. cit., p. 311. Bourdelot est présenté comme « un homme de bouë », « une ame lasche et basse » « un Athée [...] lequel mange aujourd’huy comme un gros mastin le pain des pouvres, & succe le sang du crucifix, ayant obtenu une Abbaye du Roy de France, par les instantes prieres de la Reyne Christine », p. 6. Les accusations formulées contre l’athéisme et le libertinage déclarés et militants de Bourdelot en Suède sont multiples (voir ci-dessus, n. 10). Chanut accuse lui-même Bourdelot d’avoir instillé l’athéisme et l’impiété dans l’esprit de la reine : « [1653 févr.] la reine faisoit une estime prodigieuse de lui, & le croyoit le plus sçavant, & le plus accomply de tous les hommes; mais ses ennemis l’accusoient d’avoir perverty l’esprit de la Reine, & toutes les bonnes dispositions qu’elle avoit pour la Religion Protestante Lutherienne, qu’il avoit des pensées trop particulieres sur le Christianisme, & estoit à apprehender que la Reine, qui sembloit n’approuver déja pas trop la Religion de Suede, ne tournast enfin en ridicule toutes ses maximes, & ses ceremonies, les Grands, & les petits en estoient dans une affliction sensible, & le Clergé, qui craignoit qu’il n’y arrivast quelque desordre dans leur creance resolut de luy en faire des remontrances secretes », Mémoires, op. cit., t. III, p. 125. Voir idem, p. 189. Vossius aussi dénonce son athéisme le 1er janvier 1653 à Heinsius : « Bourdelotius ne ipso quidem Jove sese minorem existimat. Solus omnia istic terrarum potest. Mensam habet instructiorem, quam habeat Comes Magnus, vel alius quispiam Magnatum in hoc Regno. Is vero Comes longe minori est in gratia quam nunc sic iatralei&pths  iste. Forsan ideo tabescit, nam etiamnum decumbit, opera Protomedici istius, cujus in re est, ne unquam convalescat. Bonus iste vir non tan clanculum, quin facile omnes animadvertant, docet & profitetur istic atheismum. Ait enim nullos esse Deos : Coelum inane, & mera esse verba Virtutem, lucum ligna. Haec sunt ejus mysteria, quibus initiatos esse oportet, qui ullam illi captare cupiunt gratiam », cit. Arckenholtz I, 240. Mais Vossius est attaqué pour les mêmes raisons par certains de ses contemporains. Voir par exemple Conring, cité toujours par Arckenholtz : « Malè ille homo (is : Vossius) meritus est de Christina idque multis modis, flexo scilicet incautae foeminae animo ad Atheismum & malos mores, surretis & libris & aliis nonnullis haud lvis pretii. Ego illum deprehendere mihi visus sum doctum equidem graecè & valentem ingenio, sed impium & plura jactitantem ; quam praestare possit suis quidem viribus, dissimulantemque quicquam sibi a Patre relicitum quo possit juvari. Oper. t. VI, p. 575 & plura pag 613. item Becman l. c. § VII, pag. 683 », I, 274.

Charpentier dit que c’est Bourdelot qui avoit appris à la reine à jurer, parce qu’il passait pour l’un des meilleurs jureurs de son temps. Carpenteriana, p. 51. C’est d’ailleurs à lui que fait sans doute allusion l’auteur du Génie de la reine Christine : « Je lui ay ouï faire des contes, que je n’oserois descrire sans rougir, & je sçay qu’une personne fort spirituelle, avec laquelle j’avois contracté un amitié fort estroitte en Suede, l’a divertie cent fois, en lui racontant des choses que la plus dissoluë de toutes les femmes souffriroit avec peine », op. cit., p. 10.

40  C’est pourquoi, la concernant, le recours à un art de lire entre les lignes sur le modèle offert par Leo Strauss, tel que le propose Åkerman me semble superflu. Voir Åkerman, op. cit., p. 21-22.

41  Ce texte commencé en 1681, date de ses dernières années, au moment donc de sa forte adhésion au quiétisme… et il est frappant de voir combien, si elle tait bien des choses, Christine ne se renie ni ne se repent. 

42  texte autographe de Christine cité par Galdenblad (qui ne cite pas la source), Arckenholtz,III, 209 et 210.

43  Historisch verhaal van saaken van staat en oorlogh in en omtrent de Vereenichde Nederlanden, t. I, p. 1218, cité par Arckenholtz, I, 476.

44  Ibidem.

45  Lors de son passage à Dijon : Fortner à Bouilliau, 26 octobre 1656 à propos de la visite de Christine à Claude-Barthélémy Morisot : « Christina Alexandra Divioni Moirisotum, Burdelotio suadente, qui Reginae ibi aderat, accersiit. Post varios sermones, Moirisoti religionem inquisivit, qui se Catholicam profiteri asseveravit, simulque adjunxit, si aliâ imbutus esset, se tantae Reginae exemplo illam amplexurum, quam Christina. Ad ista subridens, sciscitata est num sciret que sacra illa coleret. Respondit ille, palam esse eam Catholicam Religionem patriae superstitioni praetulisse. Illa Morisotum ignorantiae accusavit, seque Philosophorum religionem (verba Christinae sunt) omnibus aliis praeferre, testata est. Moirisotus haec sacra late patere innuens, explicationem dicti illius a Regina modeste efflagitavit, quam sic protulit : Philosophorum Religionem Lucretium optime depinxisse in libris de Natura Rerum, hancque se unice probare. Post exiguam moram eidem injunxit, cum spe praemii regii, ut poetam illum commentario illustraret ; quem ille, ut pro certo mihi relatum, nunc adornat », cité par Pintard, Le Libertinage érudit, op. cit., p. 638, voir la traduction approximative qu’en donne Pintard, op. cit., p. 399. sur sa lecture de Lucrèce dans l’édition de Michel de Marolles et sur l’influence de l’atomisme épicurien de Gassendi sur Christine, voir Åkerman, op. cit., p. 73 et sq.

46  Voir son récit sur ses doutes et même son incrédulité d’enfant, rapporté par Karl de Bildt, Christine de Suède et le cardinal Azzolino : lettres inédites (1666-1668) avec une introduction et des notes, par le baron de Bildt, Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1899, p. 13.

47  La vie…, in Apologies, op. cit., p. 135-136.

48  « La loi salique qui exclut les femmes du Throne est tres juste. Les femmes ne deveroient jamais regner, et s’il y a des exemples favorables au sexe il ne faut pas conter la dessus », Drottning Kristina, Maximer, Les sentiments héroïques, éd. Sven Stolpe, op. cit., p. 107 ; éd. de Raymond, Apologies…, op. cit., p. 357.

49 Vie, op. cit., p. 121.

50 Les sentiments héroïques, éd. cit., p. 109. Première version rayée dans le manuscrit : « Le sexe feminin est d’un grand embarras et d’un tres grand obstacle a la vertu et au merite. Ce defaut [de la nature] est le plus grand qu’on sauroit avoir, il est presque incorrigible et peu de personnes se sont tirées avec honneur de cet embarras », p. 109. Il est à noter que « de la nature » ait été barré dans le ms par Christine avant sa reprise en marge. Cf. éd. de Raymond, op. cit., p. 357, n° 357. Voir aussi L’ouvrage du loisir, éd. de Raymond, p. 231.

51  Op. cit. p. 109. Les mots entre crochets sont barrés par Christine dans le manuscrit. 

52  Sentiments héroïques, éd. S. Stolpe, op. cit., p. 111. Voir également les deux maximes raturées dans le ms de Stocholm (tout ce qui est raturé est mis entre crochets) : « [Les femmes ne se marient que pour se mettre en liberté, et ils [sic] ayment mieux d’avoir un vieux mary que de n’en avoir pas. Quelle estrange liberté.] », ibid. [Ce malheureux sexe est reduit a cette horrible extremité que d’estre forcé ou de se marier ou d’estre confinée entre murailles. Qu’elle foiblesse que de se laisser imposer une loy si dure et si tiranique.] », ibid. Sa condamnation de l’enfermement conventuel est étonnamment proche de celle formulée à la même époque par Arcangela Tarabotti, ou dans certains autres écrits issus du milieu des Incogniti (par ex. Il Divorzio celeste).

53  Éd. Bildt, op. cit., p. 111, n° 371. La maxime est barrée, mais en marge Christine a écrit de sa main, puis barré, « il faut mettre cet article avec les autres ou l’on parle de femmes », ibid. La formule et son contexte (voir infra) font évidemment irrésistiblement penser à celle de Poullain de la Barre : « L’esprit n’a point de sexe ». Rappelons que l’ouvrage de Poullain est paru en 1673 ; en l’absence d’une datation fiable des maximes et d’une attestation formelle de la connaissance de l’ouvrage par Christine, il est difficile de supposer une influence directe. Voir De l’Égalité des deux sexes, discours physique et moral où l’on voit l’importance de se défaire des préjugés, Paris, Fayard, 1984, p. 59.

54  Ouvrage du loisir, éd. de Raymond, op. cit., p. 232, n° 638.

55  éd. de Raymond, p. 232. n° 634.

56  éd. de Raymond, p. 232. n° 635.

57  « Le roi avait ordonné […] de me donner une éducation toute virile, et de m’apprendre tout ce qu’un jeune prince doit savoir. Il déclara positivement qu’il ne voulait pas qu’on m’inspirât aucun des sentiments de mon sexe, que les seuls de l’honnêteté. Il voulait que dans tout le reste je fusse prince et prince digne de régner. Ce fut en cela que mes inclinations secondèrent merveilleusement bien ses desseins, car j’eus une aversion et une antipathie invincible pour tout ce que font et disent les femmes », Vie, op. cit., p. 121.

58  « Vous savez, quoi qu’en puisse dire la médisance, que je suis innocente de toutes les impostures dont elle a voulu noircir ma vie. J’avoue que si je ne fusse née fille, le penchant de mon tempérament m’aurait entraîné peut-être en de terribles désordres », Vie (la suite de la citation, ci-dessous, n. 62).

59  Voir la lettre qu’elle aurait écrite à la marquise de Ganges, citée entre autres par le faussaire Scipion Marin, op. cit., p. 89..

60  « Personne ne sauroit lui persuader de se donner à un Epoux, parce, dit-elle, qu’étant née libre, elle veut mourir libre », Portrait du père Mannerschied cité par Arckenholtz, I, 429. « … en toute chose elle montroit qu’elle étoit véritablement femme, c’est-à-dire changeante, quoy qu’elle affectât de passer pour fille, & que ce mot de femme la choquât horriblement; ainsi il falloit dire de peur de la fâcher, par exemple, Vôtre Majesté a de très beaux cheveux de fille, & non de femme, & ainsi du reste », Histoire des intrigues galantes, op. cit., p. 282-283.

61  « Quand Landini [l’une de ses femmes de chambres] étoit grosse, elle ne la pouvoit voir, que si elle avoit besoin d’elle, elle disoit faites venir cette vache & la renvoyoit si-tôt qu’elle n’en avoit plus à faire. Quand elle fit le mariage de la Beauregard, elle dit à son mari, Dieu vous preserve des signes du Zodiaque, & vous la Beauregard, dit-elle à sa femme, vous avez la mine de devenir bien-tôt une vache, ne me venez point voir en cet État », Histoire des intrigues galantes, op. cit., p. 190-191.

62  Voir sur ce point son autobiographie : « Vous savez, quoi qu’en puisse dire la médisance, que je suis innocente de toutes les impostures dont elle a voulu noircir ma vie. J’avoue que si je ne fusse née fille, le penchant de mon tempérament m’aurait entraîné peut-être en de terribles désordres. Mais vous, qui m’avez fait aimer toute ma vie la gloire et l’honneur plus qu’aucun plaisir, vous m’avez préservée des malheurs où les occasions, la licence de ma condition et l’ardeur de mon tempérament m’auraient précipitée. Je me serais sans doute mariée, si je n’eusse reconnu en moi la force que vous m’avez donnée de me passer des plaisirs de l’amour. Je savais trop bien le monde pour ignorer qu’une fille, qui a dessein de se divertir, a besoin d’un mari : surtout une fille de ma qualité, qui n’épouse un mari que pour se faire un sujet, ou plutôt un esclave de ses volontés et de ses caprices », Vie, op. cit., p. 126. Il existe une version moins châtiée de telles déclarations, rapportée par le Comte de Brienne, qui affirme avoir été présent à « ce beau dialogue » : Christine aurait en effet répondu à la reine mère : « Je me serai mariée si j’avais trouvé du plaisir à foutre, Madame le maréchal de Créquy lui avait alors lancé : Votre Majesté en a donc tâté ? et elle répondit : Cela est autre chose ; tout ce que je vous puis dire, c’est que, si j’y trouvais du ragoût, je m’en donnerais sans scrupule à coeur joie », Henri-Auguste de Loménie, comte de Brienne, Mémoires..., Amsterdam, 1719.

63  « On n’est jamais plus libre que lorsqu’on dépend sans réserve de Dieu », Ouvrage du loisir, p. 282, n° 995.

64  Cette rencontre et ce télescopage, sans véritable transition, du modèle d’une vie philosophique et de l’affirmation quiétiste, est d’ailleurs très déroutante. Il me semble que le recours à la méthode straussienne d’écriture entre les lignes, ici encore, n’apporte guère de secours ; tout au plus permet-elle de tenir pour suspectes les maximes qui revendiquent une adhésion sans partage à l’orthodoxie romaine, démentie à chaque ligne. Le fait est que Christine associe dans ses manuscrits ses réflexions philosophiques anciennes et son nouveau mysticisme sans formuler véritablement la médiation qui permettrait de passer des premières au second, autrement que par le rejet de la philosophie (qui est du reste formulé, de manière tout à fait conventionnelle ! « La tranquillité dont se vantoient les Philosophes estoit fausse. Eux mesmes estoient des fanfarons et des trompeurs », Les Sentiments, ed. Stolpe, p. 37, n° 44 ; éd. de Raymond, p. 311, n° 40).

65  p. 392.

66  Cité par B. Quillet, op. cit., p. 241.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Cavaillé, « Masculinité et libertinage dans la figure et les écrits de Christine de Suède », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2010-01 | 2010, mis en ligne le 04 mars 2013, consulté le 17 août 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/3965 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.3965

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Cavaillé

http://www.ehess.fr/centres/grihl/CV_Fiches/CV_CavailleJP.htm
Jean-Pierre [point] Cavaille [at] ehess [point] fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org