Navigation – Plan du site

« Alli homini è prohibita una cosa, a prencipi è permessa, alle donne sono prohibite altre cose ». Imposture des religions, différences sociales et différences de genres à Venise au xviie et xviiie siècle

Federico Barbierato

Résumés

L'article examine les procès inquisitoriaux vénitiens des xviie et xviiie siècles en centrant l'attention sur la construction d'une identité de genre de la part des inquisiteurs. Dans ces procès on trouve de nombreux cas de femmes qui se sont constituées une identité propre d'hétérodoxie et de mécréance, souvent associée à un langage qui diffère au moins partiellement de celui des hommes. Plus que le contenu des croyances, c'est l'attitude des institutions répressives qui caractérise la déclinaison de l'hétérodoxie sur la base du genre. La parole féminine apparaît en fait comme moins dangereuse, moins indicative d'un lien avec la pensée ; la femme étant de toute évidence tenue pour étrangère ou du moins peu encline à celle-ci. Précisément pour cette raison, l'énonciation des mêmes proprositions assumaient un sens différent pour les inquisiteurs : la parole féminine, dans cette approche, tout à fait paternaliste, était considérée comme moins crédible, moins capable de persuasion et de ce fait jugée moins dangereuse. Un curieux court-circuit vient alors à se produire : d'une part le libertinage érudit utilise la femme comme un élément de comparaison négatif, en l'assimilant au vulgaire ignorant et crédule, de l'autre les inquisiteurs décident de ne pas poursuivre ou de poursuivre seulement de manière limitée les femmes qui se rendent coupables de tenir des discours relevant de la mécréance et de l'hétérodoxie.

Haut de page

Texte intégral

1Je voudrais dire avant tout que lorsque Jean-Pierre Cavaillé et Sophie Houdard m’ont proposé de participer à cette rencontre, j’ai accepté sans la moindre hésitation. Bien sûr, mon amitié pour Jean-Pierre et Sophie me ferait même accepter des propositions compromettantes ou à la limite de la légalité, mais j’ai surtout accepté le cœur léger parce que sur le moment, le sujet et la question me semblaient d’une clarté exemplaire.

Mais ni la question ni le sujet n’étaient aussi clairs qu’ils le paraissaient.

2Probablement influencé par mes lectures, il me semblait aller de soi que les considérations qui ont donné lieu à ce séminaire, à savoir l’impossibilité de penser à un « esprit fort » féminin et l’association implicite entre milieu féminin et faiblesse physique et intellectuelle, s’appliquaient aussi à Venise, durant la période et dans le contexte socioculturel dont je me suis occupé. Je me suis donc mis à regarder les sources, en cherchant ce que j’étais sûr de trouver. Cependant j’y ai trouvé autre chose.

3Cette surprise était intéressante parce qu’il ne s’agissait pas de sources – les procès de l’inquisition vénitienne – que je voyais pour la première fois. Cela fait au moins quinze ans que je travaille sur ces sources et j’étais convaincu de très bien les connaître. Mais je m’apercevais de plus en plus que, de toute évidence, je les avais regardées à travers le filtre déformant de ce que je croyais être une donnée acquise.

4La question à mon sens, et du point de vue vénitien, est au croisement d’une série d’éléments variés et souvent contradictoires. Je tenterai d’être le plus analytique possible.

5En premier lieu, les sources sont problématiques. Les procès de l’Inquisition constituent, on le sait, une source qui a connu un grand succès parmi les historiens des dernières décennies. Personne ne peut nier cependant les problèmes présentées par de telles sources. Il s’agit, dans notre cas en particulier, d’une source exclusivement masculine, c’est-à-dire produite par une magistrature exclusivement composée d’hommes, des religieux le plus souvent. Il s’agit en outre d’une source qui nous donne des rapports d’enquête et des jugements sur des cas de conscience, une source qui est ainsi sujette à des variations dans la perception du danger.

6Nous devons donc en premier lieu évaluer ce que les inquisiteurs considèrent comme un danger et décident alors de poursuivre. Dans les procès d’inquisition vénitiens, les femmes qui proposent des visions du monde caractérisées par une incrédulité, parfois extrême, allant jusqu’à l’athéisme, ne sont pas rares. Mais ce qu’il faut immédiatement remarquer, c’est le peu d’attention que les juges semblent accorder à ces manifestations de dissidence féminine. Comme si les femmes n’étaient pas capables de présenter un discours structuré et donc de représenter un danger.

7Il s’agit d’une identité féminine construite par les Inquisiteurs, et parfois exploitée dans un but défensif, de manière habile, par les femmes elles-mêmes. Les femmes, les enfants et les « idiots » constituent une triade qui est continuellement évoquée comme groupes de référence composés d’individus capables de se s’écarter uniquement de manière superficielle, (et encore..), du corpus des dogmes et des fausses croyances diffusées par les églises et les pouvoirs établis. Cela correspond de toute évidence à une projection masculine : comme je l’ai déjà dit – et j’en donnerai quelques exemples – les femmes qui se construisirent une identité incrédule, souvent dotée d’un langage au moins partiellement différent de celui des hommes, n’étaient pas rares. Le blasphème hérétique, largement diffusé chez les hommes, est par exemple remplacé chez les femmes par le « mépris des images », c’est-à-dire la profanation des images sacrées. Voici donc les crucifix piétinés et brisés, les images de madones et de saints déchirées, les objets sacrés souillés…

8La distinction, je crois, tient, d’un certain point de vue, à la tendance à considérer la parole féminine comme moins dangereuse, moins indicative d’un lien entre mot et pensée, à laquelle évidemment la femme est considérée comme étrangère et peu encline. C’est ce qui fait que la femme est moins dangereuse car alors elle est moins crédible, moins capable de persuasion. Elle est ainsi, de manière paternaliste, à considérer comme moins dangereuse.

9Nous avons donc d’un côté le libertinage érudit qui utilise la femme comme un élément de comparaison négatif, en l’assimilant au peuple ignorant et crédule ; de l’autre les inquisiteurs qui – louons leur bonté – décident de ne pas poursuivre, ou de ne le faire que dans une mesure limitée, les femmes qui tiennent des discours caractérisés par l’incroyance. Si cela, d’un certain côté, une chance pour ces femmes, il ne s’agit certes pas pour autant d’un élément culturel rassurant. Je voudrais cependant qu’il soit clair que l’usage de catégories de genre pour définir une inadaptation mentale est avant tout l’œuvre des institutions ecclésiastiques. Ceci apparaît clairement dans l’attitude des inquisiteurs sur la question de la sexualité féminine : le présupposé implicite de pareille attitude est que les femmes ne peuvent pas « choisir » rationnellement de suivre un instinct. C’est juste qu’elles sont trop faibles pour le réprimer. Mais elles s’en repentent : elles vont trouver le confesseur et se confessent. L’homme au contraire est capable de se modérer mais il sait qu’il va contre la loi naturelle en étant continent ; il choisit donc de ne pas l’être.

10L’incroyance féminine tend à être tout au plus perçue par les inquisiteurs comme le résultat d’une éducation, sciemment donnée par les hommes. Ainsi, et toujours avec paternalisme, la femme est-elle identifiée comme la victime d’une persuasion et elle est vue comme incapable d’élaborer elle-même ses idées. Cela explique pourquoi les inquisiteurs cherchaient toujours, quand ils décidaient de poursuivre le procès, au cours de leur enquête, à trouver les figures masculines qui auraient pu fournir des éléments d’incrédulité.

11Je ne veux pas dire là qu’ils avaient toujours tort : la tentative répétée d’éducation à l’incroyance par les hommes existe, et fut même assez répandue. Il est évident que la chose pouvait avoir lieu dans un but purement sexuel : je cherche à convaincre une femme que le péché n’existe pas ou que les rapports sexuels ne constituent pas un péché et ainsi je pourrai la convaincre de se donner à moi. Il s’agit là d’une technique assez répandue chez les confesseurs. Mais il existe de nombreux cas où cet élément ne semble pas présent – du moins n’apparaît-il pas significatif.

  • 1  ASV (Archivio di Stato di Venezia), Sant'Uffizio, b. 140, procès contre fra' Lodovico Molin, compa (...)
  • 2  Ibid.

12Je ne donnerai qu’un exemple : fra’ Lodovico Molin, franciscain, décida de devenir, dans les années 20 du xviiie siècle, le directeur de conscience de Margherita Marcuzzi, une jeune fille issue du peuple, âgée de 14 ans. Il lui enseigne qu’elle ne devait pas croire à la Trinité, « mais qu’il n’y avait qu’une seule personne, le Père et un seul Dieu, ajoutant que seul le Père avait créé le monde ».1 Cette idée n’avait pas choqué Margherita plus que cela : en effet un autre Frère du même ordre le lui avait déjà dit, en l’exhortant « à ne croire nullement en l’incarnation, car croire en ce mystère était une grande folie ». Elle n’y avait pas particulièrement attaché d’importance, mais après avoir entendu les mots de Lodovico et avoir combiné les éléments, elle se montra prête à adhérer aux enseignements successifs du Frère – lesquels enseignements constituent un cours complet d’hétérodoxie2. Pour commencer, selon le Frère, la jeune fille ne devait pas être trop soucieuse de sa virginité, étant donné que le mariage – et ce terme était évidemment assez « généreux » pour s’appliquer à tout type de commerce charnel – le mariage donc était beaucoup plus apprécié par Dieu que ne l’était la chasteté. Pour le prouver, il exposait devant Margherita une cosmologie personnelle, qui avait fortement marqué son imagination :

  • 3  Ibid.

Il me dit qu’il n’est pas vrai qu’il n’y ait qu’un seul paradis, mais qu’il existe sept paradis. Dans le premier d’entre eux, il n’y a que Dieu. Même si nous sommes justes, nous n’y allons pas. Les confesseurs vont dans les paradis suivants. Dans le septième, on trouve les personnes mariées, et tous ceux qui ne sont pas mariés et qui ont des enfants, et dans le dernier, c’est à dire le septième, on trouve les personnes restées vierges. Et il concluait ainsi que la virginité était moins agréable à Dieu que ne l’était le mariage3.

13La pensée du Frère n’était sans doute pas totalement désintéressée de la chair, même si Margherita au cours de ses nombreuses comparutions au tribunal ne fit jamais mention de quelque tentative de séduction que ce soit. Ce qu’il lui enseigna, ou mieux, ce que Margherita apprit, était étroitement lié aux formes de sa dévotion au cours de sa vie. En effet, il lui était désormais plus facile de traduire ses pensées en actes plutôt que de procéder par raisonnements abstraits : elle apprit ainsi que l’eucharistie est un rite vide, étant donné qu’il n’y a pas d’incarnation. Elle l’expérimenta, enjointe à cela par son directeur de conscience, communiant sans avoir jeuné et profanant l’hostie en la reposant dans un mouchoir après l’avoir reçue. Selon Molin, l’Église voulait que l’on communie à jeun et considérait qu’enfreindre cette règle était un grave péché. Il avait donc suggéré à la jeune fille de manger quelque chose avant de se rendre à la communion. Après, il aurait suffit d’attendre : si Dieu l’avait châtiée, cela aurait été le signe de la présence réelle du Christ dans l’eucharistie. Si tout se passait sans encombre, le Christ n’était pas là (il n’y avait pas de Christ) – et c’est ce dont il était certain. C’était l’église qui « enseignait ainsi alors que ce n’était pas vrai ». En outre, après avoir reçu l’hostie, elle allait devoir la cracher dans le mouchoir. Là aussi

Si Dieu m’avait châtiée tout de suite, c’était le signe qu’il y avait le corps et le sang du Christ notre seigneur dans l’hostie consacrée, s’il ne m’avait pas châtiée, c’était le signe qu’il n’y avait pas le corps et le sang du Christ notre seigneur dans l’hostie consacrée.

14Menant à bien l‘expérience et « s’apercevant que Dieu bénit ne l’avait pas châtiée, (elle eut) mauvaise créance [mala credulità] ».

  • 4  Ibid. L’usage consistant à cracher l’hostie et à la conserver comme amulette, agnus dei ou objet p (...)

15Tout lui paraissait une invention, une imposture. Même la généalogie du Christ, engendré par une Vierge, lui semblait invraisemblable4. La possibilité de douter, la maîtrise d’un vocabulaire et d’instruments – tout rudimentaires qu’ils soient – pour le faire, dut la remplir d’un certain orgueil– orgueil habilement cultivé par le Frère qui lui répétait que

  • 5 ASV, Sant'Uffizio, b. 140, procès contre fra' Lodovico Molin, comparution spontanée de Margherita l (...)

si (elle) avait vécu en suivant la manière et la forme dont il l’éduquait…, elle aurait été l’égale de Dieu, en grandeur, sagesse, félicité, et dans toutes les autres perfections divines de sorte, que lorsque l’homme est mort, il n’y a plus de différence entre Dieu et l’homme.5

16De son côté, comme tant d’autres, le Frère poursuivait son approche de Dieu, à travers la magie et l’abus de sacrements, autant d’activités pour lesquelles il demandait l’aide de la jeune fille et de nombreuses autres personnes.

17Margherita avait continué à croire aux enseignements de Lodovico pendant huit ans, au moins jusqu’à ce que le nouveau confesseur lui imposa de se présenter au Saint Office. Pendant huit ans, elle les avaient répétés à ses proches et aux plus jeunes des enfants avec qui elle avait l’occasion de parler, créant ainsi une chaîne de communication qui partait du Frère et s’étendait à un nombre toujours plus grand d’individus, dont les effets vraisemblablement faisaient tâche d’huile, avec des résultats complètement imprévisibles.

  • 6  ASV, Sant'Uffizio, b. 126 procès contre Maria Desmit, comparution spontanée de Lucrezia Palamon le (...)

18Cet exemple, je le vois bien, pourrait donner l’impression que l’incroyance féminine est un sous-produit de l’incroyance masculine. C’est là une impression erronée. Cet exemple signifie au contraire que nous avons affaire à une pluralité de canaux de construction de la dissidence religieuse. Le passage pouvait être exclusivement féminin : vers la fin du xviie siècle, l’aristocrate allemande Maria Desmit expliquait en effet à ses femmes de chambre que le peuple était pareil à un enfant à qui il fallait faire peur pour qu’il reste sage. Ce n’était donc que l’ignorance qui le maintenait dans un état d’asservissement : « nous autres les ignorants, nous nous laissons raconter ces choses ».6

  • 7  ASV, Sant'Uffizio, b. 103, fascicolo Salvatore Caravagio …, procès contre Faustina Cortesia, compa (...)

19En 1647 au contraire Faustina Cortesia fit tout toute seule : elle considérait que « tout est fait au hasard » et qu’elle se « serait même faite turque pour pouvoir guérir » de la maladie dont elle souffrait et à cause de laquelle elle s’était plusieurs fois adressée à Dieu. C’était un état d’âme qui l’avait en outre rendue « très perplexe vis à vis de l’immortalité de l’âme »7. Elle était malade, et avait donc fait appel à Dieu, à la Vierge, et aux saints. Elle l’avait même fait semble-t-il avec une certaine conviction. Toutefois, à la fin, je cite

  • 8  ASV, Sant'Uffizio, b. 103, fascicolo Salvatore Caravagio …, procès contre Faustina Cortesia, compa (...)

[...] n’étant pas exaucée, j’ai dit, tentée, que Dieu n’existe pas, pas plus que la Vierge et les Saints, qu’il n’y a rien de tout cela car il n’est pas possible que je n’ai été exaucée.8

En outre,

  • 9  ASV, Sant'Uffizio, b. 103, fascicolo Salvatore Caravagio …, procès contre Faustina Cortesia, compa (...)

[...] discourant [...] avec mes proches, en matière de foi, j’ai dit qu’il est interdit de débattre de la foi, sans doute pour des raisons inexistantes, sans doute parce qu’en discourant de tels sujets qui sait ce qu’on découvrirait.9

20Il est évident ici que la donnée empirique de la constatation de l’absence d’une divinité en raison de son indifférence à l’égard de ses problèmes allait de pair avec une réflexion d’un type différent : c’était la théorie de l’imposture politique des religions qui émergeait à nouveau. La conviction que « parler de quelque chose » puisse se transformer en une réflexion libre, à laquelle l’Église s’oppose.

21Selon le copiste Domenico Cavagnin, dans les années 1690, la religion était une invention des princes.

  • 10  ASV, Sant’Uffizio, b. 126, procès contre Domenico Cavagnin, comparution spontanée de Elena Cavagni (...)

Pour que les hommes soient obéissants, étant donné que les armes ne suffisaient pas […] Numa Pompilius fut le premier à trouver cette invention […] cependant aux autres hommes ordinaires une chose est interdite, alors qu’elle est permise aux princes ; et aux femmes d’autres choses sont interdites, et pour preuve de ceci on dit au roi de France qu’il était permis au Roi de France de tuer un grand nombre de gens, et si l’enfer était vrai, les confesseurs seraient les premiers à y aller, car ils plongent dans illusion avec la religion.10

  • 11  Ibid., comparution spontanée de Francesca Canciani le 13 mars 1692. L’égalité substantielle entre (...)

22En réalité le monde était gouverné par les rapports de force, et tout moyen était bon pour que ceux-ci restassent inchangés. L’homme lui-même, d’autre part, n’était finalement pas si différent des bêtes. Son unique différence avec les chapons, c’était que «nous mangeons les chapons et qu’eux, ils ne nous mangent pas.11

23Cavagnin exprimait une conception caractéristique d’un non conformisme religieux qui n’était pas uniquement vénitien. Cette conception toutefois se diffusa largement à Venise, pour différentes raisons, de façon capillaire.

  • 12  Sur l’anticléricalisme italien voir O. Niccoli, La vita religiosa nell’Italia moderna. Secoli xv-x (...)

24L’anticléricalisme séculaire, et déjà diffusé, alimenté au xvie siècle par la poussée de la Réforme et sous l’impulsion des nombreux groupes hétérodoxes qui avaient vu le jour, parfois brièvement, dans les territoires de la République, évolua au cours du xviie siècle vers une vision plus organique, et commença à être utilisé en vue d’une vaste attaque, structurée non plus uniquement contre l’institution ecclésiastique, mais souvent contre le christianisme dans son ensemble, et parfois, contre la religion en général12. Avec un retentissement toujours plus grand, surtout par rapport au siècle précédent, cet anticléricalisme en vint à considérer le clergé comme un groupe social qui, grâce au fantasme de la punition, ou de la récompense après la mort, bloquait la société sur des rails très contrôlés – contrôle qui s’exerçait sur la sphère sexuelle, sur celle des comportements en général et sur la pensée. Cette surveillance était largement acceptée, comme nécessaire pour éviter les transformations du tissu social, toutefois elle conduisait à considérer la religion avant tout comme un instrument de domination, un ensemble de dogmes, de normes et de prescriptions absolument étrangers aux hypothèses de l’au-delà.

25Que la religion représentât un instrument indispensable de contrôle social, c’était là une donnée presque universellement accueillie tant par les libertins que par les champions de la Contre-réforme et rares étaient ceux qui allaient jusqu’à conclure, de manière radicale, que l’ensemble de normes et de dogmes garantis par quelque autorité de l’au-delà avait engendré des institutions inutiles et nocives qu’il fallait donc supprimer. Mais l’acte d’identification de dispositifs de pouvoir, nécessaires ou non, dans les religions historiques constituait une prise de conscience implicite, qui allait conduire bien des esprits à vider la religion de quelques réalité dépassant l’expérience d’ici-bas, et dans le cas de la religion catholique, à dénier à l’église de Rome son rôle de dépositaire de quelque vérité transcendante que ce soit.

  • 13  ASV, Sant’Uffizio, b. 132, procès « del 5 marzo », déposition d’Antonio Partenio du 8 avril 1705, (...)

26C'est précisément le degré d'acceptation de l’idée que la religion ne soit réduite qu’à des questions de nature exclusivement mondaines et politique – comme le « manteau de la politique »13 – qui fut déterminant dans la diffusion de l'incroyance au xviie siècle, à Venise, tout au moins.

27C’est pourquoi certaines choses étaient interdites aux hommes, et d’autres aux femmes. Elles l’étaient par calcul politique. Selon Cavagnin, en somme c’était la théorie très diffuse de l’imposture politique des religions qui pouvait expliquer les différences entre les hommes et les femmes, des différences qui étaient fondées sur l’ordre social, sur la tromperie, et certainement pas sur la « loi de la nature ».

  • 14  Intéressantes considerations sur le manque de discipline des moeurs sexuelles dans l’Italie modern (...)
  • 15  ASV, Sant'Uffizio, b. 122, procès contre Matteo Roder, comparution spontanée de Giovan Carlo Malip (...)
  • 16  ASV, Sant'Uffizio, b. 123, procès contre Francesco Muselani, déposition de Vittoria Lusdafer le 23 (...)

28Un élément où l’on perçoit une sorte de terrain commun sur lesquels les hommes et les femmes pouvaient manifester, avec la même autorité, leur distance par rapport aux dogmes, était celui des comportements sexuels. C’était là l’une des principales retombées pratiques de l’incroyance et de la conception de la foi religieuse comme pure convention14. L’indifférence religieuse constituait en ce sens autant une application du principe selon lequel « usare carnalmente » ne constituait pas un péché et selon lequel les sens devaient être satisfaits, que l’un de ses présupposés. C’est pourquoi on pouvait utiliser cette indifférence comme une sorte de justification théorique, soit pour soi-même, soit pour ceux que l’on cherchait à convaincre. Matteo Roder, en 1681, était persuadé par exemple que « Dieu demandait d’aller trouver des femmes pour les aider »15, et l’opinion selon la quelle « le péché d’aller trouver des femmes est le plus petit des péchés mortels » était assez diffuse. Vittoria Lusdafer, en 1682, déclarait « l’avoir entendu dire plusieurs fois, et de différentes personnes16 ». Voici ce qu’enseignait, franchissant un pas de plus, la cuisinière d’un médecin de San Trovaso à Margherita Mezanelli en 1702 : « le péché de chair n’est pas un péché ». Et, interrogée par Margherita deux semaines plus tard, elle élargissait le raisonnement :

[...] lorsque vous êtes amoureuse de quelqu’un, si vous désirez cette personne, et vous trouvez satisfaction l’un de l’autre, […] alors ce n’est pas un péché.

  • 17  ASV, Sant'Uffizio, b. 130, fascicolo abate Menoncour …, comparution spontanée de Margherita Mezane (...)

Il ne s’agissait pas de concepts nouveaux pour Margherita, parce qu’ils confirmaient ce qu’elle avait entendu quelques années auparavant à Vérone, dans la bouche d’une jeune fille appelée Angelica Quinta dans un « lieu de femmes retirées ». Elles parlaient « d’actes impurs, et malhonnêtes entre des putains » et Angelica avait affirmé que même si le confesseur affirmait le contraire, il ne s’agissait pas à son avis de péchés « car elle ne les faisait pas par malice, mais seulement par bonne volonté ou bien par bienveillance ». Elle dut paraître convaincante puisque pendant un certain temps, Margherita aussi, avait embrassé l’idée de la bienveillance17.

29Ainsi toute la période vit-elle la diffusion relativement importante de la conviction selon la quelle la rencontre d’« un homme libre avec une femme libre » ne constituait pas un péché. Dans sa formulation la plus vaste et la moins affirmative, une pareille théorie prévoyait l’explication inévitablement politique des raisons des restrictions portant sur la sexualité, des raisons non fondées, bien sûr, sur l’écriture, et de fait introduites tardivement par une église qui, comme chaque institution, suit des logiques terrestres.

30La propagation de l’idée selon laquelle la religion est une imposture rencontrait un large consensus grâce à ce type de traduction sur le plan concret des prescriptions et des obligations : il s’agissait du plan de l’expérience, virtuellement ouvert donc aux femmes autant qu’aux hommes. Mais à ces hommes et à ces femmes qui seraient en mesure d’élaborer une pensée hétérodoxe et surtout de la transmettre publiquement.

31Il s’agit d’une dissimulation manquée : à Venise et dans les milieux dont je m’occupe, l’élitisme libertin était plus la revendication d’une spécificité pour soi qu’un fait social, une tentative de classer la société non en fonction d’un schéma de hiérarchie sociale, mais en fonction de la liberté de pensée. C’était une tentative qui, cependant, s’exprimait avec les instruments qui étaient à disposition, à savoir ceux de l’inégalité sociale et de l’identification de l’idée de peuple – et non du cadre féminin – avec celle d’ignorance. Et c’était les membres du peuple eux même qui cherchaient cette différenciation. Personne, en principe, ne mettait en question la thèse selon laquelle la politique, la connaissance, la culture, les lectures et l’incroyance étaient des questions qui ne concernaient que quelques élus et que l’on aurait couru à la ruine si tout un chacun s’y était consacré sans discrimination. Comme cela se produisait pour les secrets de la politique, on considérait généralement qu’il était juste qu’ils demeurassent des domaines séparés et protégés : le secret restait le présupposé tant pour les titulaires officiels du savoir « élevé » que pour les usagers des discours sur ce savoir. Le fait est qu’à partir de la moitié du xviie siècle, un nombre toujours plus grand d’individus se sentit en mesure de pouvoir faire partie de ce groupe restreint et de pouvoir intégrer le nombre de ceux qui se détachaient de la masse. L’accord implicite était qu’il y aurait des choses dont les autres ne devaient pas parler, des secteurs de la connaissance limités et cachés, réservés à quelques-uns ; malgré cela, le processus d’exclusion était diffusé mais toujours conditionné ou déterminé de l’extérieur. Arlette Farge à dit une chose qui, je crois, peut également s’appliquer à Venise :

  • 18  Farge, Dire et mal dire : l'opinion publique au 18e siècle, éditions du Seuil, Paris 1992, p. 265.

Chacun s’autorise de dire et de penser ; dans cette permission que chacun se donne à lui-même, ponctuée par une répression qui ne la fait jamais faiblir, s’invente non pas tant de nouvelles formes de subversion qu’un affinement des capacités cognitives et réflexives. L’originalité de cette période tient plus aux formes prises pas la discussion et la critique qu’au contenu même de la critique.18

  • 19  ASV, Sant'Uffizio, b. 103, fascicolo Ludovico Fugarola …, procès contre Orsola Ciuran, comparution (...)
  • 20  ASV, Sant'Uffizio, b. 127, procès contre Grando de Grandi, comparution spontanée de Zanetta de Gra (...)

32Des « personnes importantes et cultivées » avaient raconté à la fripière Orsola Ciuran dans les années 1640 que l’enfer n’existait pas, que les sacrements n’étaient pas efficaces, que l’âme était mortelle. Ils avaient tellement nombreux qu’Ossola utilise l’expression « presque tout le monde ». Elle avait fait part de ces vérités à la colocataire Maddalena, et « l’une comme l’autre, elles avaient décidé de refuser de recevoir les saints sacrements ».19 Il s’agissait d’imiter ces savants… « Il faut dire quelque chose pour ne pas ressembler à un babouin » : c’est en ces termes que Grando de Grandi se justifiait en 1692, après avoir été blâmé pour avoir proposé la mortalité de l’âme, l’inexistence de l’au-delà, ainsi qu’une variante personnelle de l’imposture des religions20. Ce ne sont que quelques exemples, pris plus ou moins au hasard. Mais une chose est claire : c’était la proposition de thèmes identifiés comme caractéristiques des « beaux esprits » qui pouvaient introduire un élément de discrimination, éloignant celui qui les proposait des « singes (babouins) » qui n’étaient pas capables de les comprendre.

33Les critères pour définir par opposition sa propre identité d’esprit fort peuvent donc être tour à tour « animaux » (babouins), sociaux (peuple), liés à l’âge (enfants), ou encore à un déficit intellectuel supposé (de type « couillon ») etc. Mais jamais elles ne sont liées aux femmes. Pourquoi ?

34C’est une donnée intéressante, car si nous décidons de lire au contraire l’ensemble des traités de théologie sur la faiblesse féminine, nous rencontrons un topos. Pensons par exemple la Bible en langue vulgaire, dont la lecture était interdite, par décret de l’Inquisition, aux enfants, aux femmes et aux idiots. Mais lorsqu’en 1754, Marco Dizziani blâma Marianna Fabris et le prêtre Giorgio Capuccio en affirmant que les livres interdits devaient être lus uniquement après en avoir obtenu la permission, tous deux, une homme et une femme, se mirent à rire.

  • 21  ASV, Sant’Uffizio, b. 145, procès contre don Giorgio Capuccio, comparution spontanée de Gaspare Di (...)

35Et ils lui expliquèrent que « l’on peut lire des livres interdits sans autorisation, et que l’église prétend émettre une autorisation uniquement pour soumettre les individus ».Hommes et femmes, peut importait. Et, je le répète, c’était un homme et une femme, tous deux incroyants qui le répétaient à l’unisson21.

36Il est clair que nous avons affaire à un écart plutôt évident entre le libertinage populaire et le libertinage érudit. Il suffit de penser à l’attitude condescendante à l’égard de ces « humeurs utérines », attribuées – toujours dans un cadre vénitien – à Acangela Tarabotti par bon nombre des membres de l’Accademia degli Incogniti. Des membres qui, concernant la pratique et la théorie du libertinage, avaient sans doute peu de chose à apprendre de la part de leurs collègues transalpins.

37Ceci ne signifie pas, bien sûr, que l’incroyance populaire vénitienne fut gender sensitive : en 1736, le médecin Andrea Pisani proposait à nouveau le stéréotype du vertueux appliqué à la liberté sexuelle, en termes différents de ceux que nous avons vus précédemment. Selon lui, « aller trouver les putains n’était pas un péché » et il enviait les Turcs qui pouvaient avoir une grande quantité de femmes. S’il avait été prince, il l’aurait fait lui aussi, mais il considérait de toute façon que le mariage

[...] était quelque chose pour les crétins, que seuls les ignorants et les idiots se marient, que les philosophes et les hommes savants, tout comme il était philosophe lui-même, ne se marient jamais, mais qu’ils ont plus de femmes pour leur plaisir, parce que ce n’était pas là un péché.

  • 22  ASV, Sant'Uffizio, b. 142, procès contre Antonio Pisani, comparution spontanée d’Angelo Mazzon le (...)

Après tout, « dans la loi de la nature », les hommes avaient plusieurs femmes, parce qu’elles avaient été créées par Dieu « pour la jouissance et le plaisir des hommes ».22

38Nous ne sommes pas du tout en train de parler d’une prétendue perception de l’égalité de la condition féminine à celle de l’homme. Je voudrais que cela soit clair.

39Je vois les choses d’un point de vue particulier, celui d’une ville comme Venise dont le tissu social et urbain est unique. Je ne veux donc pas tirer de conclusions générales, mais je crois que le libertinage populaire n’excluait pas a priori la possibilité d’une incroyance féminine. Il ne la prévoyait probablement pas comme l’hypothèse la plus plausible, mais il ne l’excluait pas.

40Sans doute sur le plan de la circulation commune, dans laquelle prévalait la dimension orale, et généralement non écrite des manifestations de la dissidence, s’agissait-il d’un comportement plus prévisible. Le problème de l’établissement d’inégalités était moins perçu par rapport au monde de l’élaboration cultivée de la pensée, caractéristique du libertinage érudit. La dimension académique et écrite, était souvent sinon interdite du moins limitée pour les femmes. Dans les relations quotidiennes, faites d’échanges verbaux, personnels, sexuels, cet élément de différenciation peut avoir été moins déterminant. Et dans la Venise du xviie et du xviiie siècle, les sources qui permettaient aux individus d’élaborer leur dissidence et leur incroyance n’étaient pas renfermées dans les académies. Les livres clandestins n’étaient pas les seules choses qui circulaient. Il y avait d’abord des discours, qui pénétraient partout : dans les maisons, dans les lieux publics, à travers les prédications... Partout. Dans les espaces masculins et dans les espaces féminins.

41Dans ces cas là, au fond, le spécialiste, l’esprit fort, était considéré et se considérait comme tel, moins pour ce qu’il disait que pour le fait de le dire. Qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme.

Haut de page

Notes

1  ASV (Archivio di Stato di Venezia), Sant'Uffizio, b. 140, procès contre fra' Lodovico Molin, comparution spontanée de Margerita Marcuzzi le 20 août 1726.

2  Ibid.

3  Ibid.

4  Ibid. L’usage consistant à cracher l’hostie et à la conserver comme amulette, agnus dei ou objet pour accomplir des rites magiques était assez commun. Outre qu’il s’agissait d’un élément fondamental du répertoire de magie domestique caractérisée – et un geste  qui comportait tout de même l’abus des sacrment –, il semble que ce fut ausi une coutume habituelle parmis les galériens et les soldats, selon le témoignage au Saint Office de trévise d’un Frère de Lendinara, de retour du Levant : ASV, Sant'Uffizio, b. 151, fascicolo Miscellanea processi, comparution spontanée de fra' Giovanni, le 27 avril 1681, au tribunal de Trévise, envoyé à Venise pour avis.

5 ASV, Sant'Uffizio, b. 140, procès contre fra' Lodovico Molin, comparution spontanée de Margherita le 5 septembre 1726.

6  ASV, Sant'Uffizio, b. 126 procès contre Maria Desmit, comparution spontanée de Lucrezia Palamon le 12 juin 1692.

7  ASV, Sant'Uffizio, b. 103, fascicolo Salvatore Caravagio …, procès contre Faustina Cortesia, comparution spontanée de Faustina le 28 avril 1647.

8  ASV, Sant'Uffizio, b. 103, fascicolo Salvatore Caravagio …, procès contre Faustina Cortesia, comparution spontanée de Faustina le 28 avril 1647.

9  ASV, Sant'Uffizio, b. 103, fascicolo Salvatore Caravagio …, procès contre Faustina Cortesia, comparution spontanée de Faustina le 28 avril 1647.

10  ASV, Sant’Uffizio, b. 126, procès contre Domenico Cavagnin, comparution spontanée de Elena Cavagnin le 11 septembre 1692.

11  Ibid., comparution spontanée de Francesca Canciani le 13 mars 1692. L’égalité substantielle entre l’homme et l’animal était un thème récurrent de la pensée antichrétienne et irréligieuse. Voir par exemple la position exprimée dans le chaptire II du traité VI du Theophrastus redivivus. A ce sujet, voir T. Gregory, Theophrastus redivivus. Erudizione e ateismo nel Seicento, Morano, Napoli 1979, p. 83-84 e 190-191.

12  Sur l’anticléricalisme italien voir O. Niccoli, La vita religiosa nell’Italia moderna. Secoli xv-xviii, Carocci, Roma 1998, en particulier p. 62 e 83-88 et surtout Ead., Rinascimento anticlericale, Infamia, propaganda e satira in Italia tra Quattro e Cinquecento, Laterza, Roma-Bari 2005, p. 129-130. Voir en outre P.A. Dykema, H.A. Oberman(eds.), Anticlericalism in Late Medieval and Early Modern Europe, Brill, Leiden 1993, surtout les contributions de H.A. Oberman, Anticlericalism as an Agent of Change, p. IX-XI et S. Seidel Menchi, Characteristics of Italian Anticlericalism, p. 271-281. Sont de grande importance les considérations de E. Brambilla, Alle origini del Sant’Uffizio. Penitenza, confessione e giustizia spirituale dal medioevo al xvi secolo, il Mulino, Bologna 2000, chap. XII, Verso la riforma, p. 321-343. L’anticléricalisme pris souvent la forme du topos littéraire qui présentait les moines et les religieux en général comme des parasites et des charlatans : voir E. Pasquini, Clero e pubblico parrocchiale nei testi letterari, in Pievi e parrocchie in Italia nel basso Medioevo (secoli xiii-xv), Herder, Roma 1984 e G. Greco, La Chiesa in Italia nell’età moderna, Laterza, Roma-Bari 1999, p. 95.

13  ASV, Sant’Uffizio, b. 132, procès « del 5 marzo », déposition d’Antonio Partenio du 8 avril 1705, cc. 8r bis

14  Intéressantes considerations sur le manque de discipline des moeurs sexuelles dans l’Italie moderne in N. Davidson, Theology, Nature and the Law: Sexual Sin and Sexual Crime in Italy from the Fourteenth to the Seventeenth Century, in T. Dean, K.J.P. Lowe (eds.), Crime, Society and the Law in Renaissance Italy, Cambridge University Press, Cambridge 1994, p. 74-98.

15  ASV, Sant'Uffizio, b. 122, procès contre Matteo Roder, comparution spontanée de Giovan Carlo Malipiero le 27 février 1681.

16  ASV, Sant'Uffizio, b. 123, procès contre Francesco Muselani, déposition de Vittoria Lusdafer le 23 juillet 1682, c. 4r.

17  ASV, Sant'Uffizio, b. 130, fascicolo abate Menoncour …, comparution spontanée de Margherita Mezanelli le 28 novembre 1702.

18  Farge, Dire et mal dire : l'opinion publique au 18e siècle, éditions du Seuil, Paris 1992, p. 265.

19  ASV, Sant'Uffizio, b. 103, fascicolo Ludovico Fugarola …, procès contre Orsola Ciuran, comparution spontanée de Antonia Sgambozza le 5 juin 1646.

20  ASV, Sant'Uffizio, b. 127, procès contre Grando de Grandi, comparution spontanée de Zanetta de Grandi le 3 septembre 1692.

21  ASV, Sant’Uffizio, b. 145, procès contre don Giorgio Capuccio, comparution spontanée de Gaspare Dizziani le 7 mars 1754.

22  ASV, Sant'Uffizio, b. 142, procès contre Antonio Pisani, comparution spontanée d’Angelo Mazzon le 21 août 1736. Les thèmes antimatrimoniaux étaient déjà présents dans les écrits des libertins comme Vanini et, par la suite, d’Antonio Rocco, surtout dans L'Alcibiade fanciullo a scola. Voir G. Spini, Ricerca dei libertini. La teoria dell’impostura delle religioni nel Seicento italiano, La Nuova Italia, Firenze 1983, p. 165.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Federico Barbierato, « « Alli homini è prohibita una cosa, a prencipi è permessa, alle donne sono prohibite altre cose ». Imposture des religions, différences sociales et différences de genres à Venise au xviie et xviiie siècle », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2010-01 | 2010, mis en ligne le 23 avril 2010, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/3989 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.3989

Haut de page

Auteur

Federico Barbierato

Federico Barbierato is a social and cultural historian who has studied, in particular, religious dissent, unbelief, censorship and the circulation of forbidden books in Venice between 16th and 18th century. Among his books:  «La rovina di Venetia in materia de' libri prohibiti». Il libraio Salvatore de' Negri e l'Inquisizione veneziana (1628-1661), Marsilio, Venice 2007; Politici e ateisti. Percorsi della miscredenza a Venezia fra Sei e Settecento, Edizioni Unicopli, Milan 2006; Nella stanza dei circoli. Clavicula Salomonis e libri di magia a Venezia. Secoli xviixviii, Edizioni Sylvestre Bonnard, Milan 2002. He is lecturer in early modern history at the University of Verona (Italy), a member of the editorial board of history periodicals (Società & Storia) and book series, as well as of the web portal www.stmoderna.it.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org