Navigation – Plan du site

« Quant à moy, [...] je demeurois confus » : Le Gascon extravagant, un roman sur l’exercice du jugement ?

Amélie Blanckaert

Résumés

Dans le Berger extravagant, les personnages principaux se lancent dans un débat sur la possession démoniaque, qui s’achève sur un coup de théâtre. Le narrateur, quant à lui, incarne le doute. Ce texte attribué à Onésime de Claireville peut donc être lu comme une fiction philosophique sur les fondements du jugement et ses conditions d’exercice. La question est de savoir comment juger, comment discerner le naturel du surnaturel, et le vrai du faux. Par extension, dans quelle mesure la fiction -plus complexe et plus libre que le discours philosophique- peut-elle traiter cette question ?

Haut de page

Texte intégral

JUGEMENT. s.m. Puissance de l’ame qui connoist, qui discerne le bon d’avec le mauvais, le vray d’avec le faux. Quand on a la memoire heureuse, on a d’ordinaire moins de jugement. Le temperament qui rend l’imagination vive est contraire à celuy qui fait le jugement ; il a le jugement solide, c’est a dire, de bon sens [...]. Furetière, Le Dictionnaire universel [...], 1690.
J’ay veu mesme des livres Comiques & Satyriques où le vulgaire croyoit qu’il n’y eust qu’une matiere de passetemps, & pourtant il y avoit en beaucoup d’endroits une leçon generalle pour tout le Monde.  Sorel, La Solitude et l’amour philosophique de Cléomède, 1640.

1Dans la préface signée par l’un des amis de l’auteur que Felicita Robello1 soupçonne d’être l’écrivain lui-même, l’écriture oblique qui caractérise Le Gascon extravagant, roman comique paru en 1637 et successivement attribué à Louis Moreau du Bail puis à Onésime de Claireville, est soulignée avec insistance. En effet, les palinodies et autres retouches correctives sont incessantes : l’œuvre est anonyme, mais le style ne laisserait pas de doute sur sa signature ; les vices rapportés par le héros sont critiqués, lors même qu’ils semblent au premier abord seulement racontés, et, contrairement à ce que laisse présager le titre du texte, la cible de la critique ne serait pas les gascons, mais ceux qui se plaisent à les railler en les imitant. Enfin, l’extravagance du personnage éponyme est présentée comme une antiphrase censée révéler sa vraie nature de « philosophe moral » :

Il l’a voulu nommer Gascon, pour se mocquer de tous ceux qui se meslent de contrefaire les Gascons, et qui pensent assez authoriser leurs sottises, quand ils font croire qu’elles viennent des gens de cette Province, qui d’ordinaire ne font que ce que le courage / inspire, et ce que la Vertu mesme des Stoiques permet. Il y a adjousté EXTRAVAGANT, pour soutenir ce que je viens de dire, et pour prouver qu’il ne l’est point : car à considérer ses discours et ses recits, et à penetrer dans ses intentions, on trouve qu’il est Philosophe moral, que les Gascons extravagans de cette sorte sont raisonnables et sçavans, et que si tous les foux leur ressembloient, il n’y auroit point de difference entre la folie et la sagesse2.

2Cette préface qui vise à révéler une vérité qui ne coïncide pas avec les apparences ne se limite pas à une captatio benevolentiae doublée d’une présentation du personnage éponyme : elle offre un véritable mode d’emploi pour une lecture attentive de l’oeuvre. Elle suggère, en effet, que le texte emprunterait la voie du détour, de la bifurcation pour énoncer des vérités sur un mode comique, voire ironique.

3De même que le héros porte un masque et se révèle très sensé « on doit croire qu’il y a beaucoup de raison dans cette folie »3  l’histoire comique affichée s’annonce plus sérieuse que ne le laisse suggérer son titre qui préfigure une « bouffonnerie »4.

4Comment dès lors ce récit facétieux prétend-il instruire ? Quels en sont les indices et que cherche-t-il à démontrer ? L’indication générique qui figure dans le sous-titre « histoire comique » nous met peut-être sur une première piste, si l’on veut bien croire avec Jacques Prévot qu’elle renvoie généralement à « des textes qui gênent, soit parce qu’ils n’appartiennent à aucun genre recensé et codé, soit par ce qu’ils manifestent une liberté d’écrire (et de penser) qui pourrait les rendre suspects »5. Dans cette perspective, cette œuvre chercherait peut-être à cacher des vérités tout en les énonçant entre les lignes, à forger un nouveau type de fiction philosophique qui ne ressortirait plus à l’allégorie6 autre mode de voilement de la vérité mais à une écriture de l’ambiguïté qui reflèterait une pensée trop subversive pour être énoncée clairement.

5Sans vouloir conclure trop vite à un roman libertin il est frappant de constater que dans son étude sur les stratégies de ce sous-genre littéraire au xviie siècle, Joan Dejean n’aborde ce texte qu’incidemment7 , il m’a semblé pertinent de m’interroger sur un trait structurant de ce texte : la mise en place d’un questionnement sur le jugement, sur la capacité à discerner le vrai du faux et le naturel du surnaturel, qui donne lieu au doute. Comment juger, c’est-à-dire selon quels critères fonder une connaissance objective ? Tel est, me semble-t-il, l’une des grandes interrogations posées par ce texte qui ne cesse de brouiller les frontières. La fiction, en effet, se fait ici exploration au sens fort du terme, questionnement. Si elle peut sembler offrir une connaissance par un tableau minutieux des travers de la société, elle propose un au-delà de la satire en ce qu’elle met avant tout en débat différentes approches du savoir. Dans quelle mesure la fiction peut-elle ainsi prétendre au vrai, a fortiori sur un cas aussi litigieux que la possession qui est au cœur de l’œuvre ?

6Après avoir examiné la manière dont le texte met en place un questionnement sur le jugement qu’il résout de manière, sinon insatisfaisante, à tout le moins problématique, je montrerai comment le narrateur oriente cependant le point de vue du lecteur par une éducation du jugement critique, pour enfin proposer trois hypothèses d’interprétation de cette mise en scène du jugement dans la fiction.

Les indices d’une fiction philosophique qui prend la forme d’une quête heuristique

L’appel à un questionnement présenté comme légitime

7Il ne faut guère attendre la fin du premier Livre pour que se mettent en place les indices d’une fiction philosophique qui prend la forme d’une quête heuristique.

8Dès les premières pages du récit-cadre, le spectacle de la folie auquel est confronté le narrateur il rencontre une femme qui hurle et se contorsionne puis un gascon armé qui fait le furibond et le menace en gascon est présenté comme une situation insolite que ne sauraient résoudre ni le savoir livresque, ni l’expérience connue8. À la peur font rapidement place la curiosité et le souci d’« appuier [s]on jugement avec plus de raison »9. C’est ainsi que le narrateur réfléchit devant nous, puis mène l’enquête, comme l’atteste le dialogue qu’il s’efforce de nouer avec Segna10, et ensuite avec l’extravagant. Or l’échec répété de cet échange, loin de tarir la curiosité du narrateur, le conduit, au contraire, à un questionnement plus poussé sur les fondements de cette folie inexpliquée qu’il ne parvient guère à interpréter. L’arrivée inattendue d’un nouveau personnage, un vieil ermite qui croit la femme et le gascon possédés, lui permet d’exprimer plus nettement son irrésolution :

Mon pére [...][j]e voudrois bien sçavoir si l’extravagance de ce personnage provient d’une maladie d’esprit, ou si comme vous pensez il y a du surnaturel, car je sçay bien que les medecins tiennent qu’il y a certaines maladies si violentes qu’elles font souvent commettre des excez et des choses prodigieuses à ceux qui en sont affligez : Et les theologiens d’autre part asseurent qu’il y a des mauvais esprits, qui prennent possession des corps des personnes que Dieu veut quelquefois visiter de ses verges, et que depuis qu’ils y ont l’entrée ils font faire des choses dont la moindre est soustenue par l’autorité des miracles : mais comme il faut avoir une grande cognoissance et un parfait jugement pour discerner l’un et l’autre sans se / tromper, je pense que je m’en dois plutost rapporter à vostre opinion, qu’à l’imagination que j’en pourrois avoir11.

9Dans ce passage, le narrateur expose de manière succincte deux types d’explication en vigueur sur la folie : l’une, défendue par les médecins, qui l’assimile à une pathologie ; l’autre, soutenue par les théologiens, qui pose l’hypothèse de la possession. Il met ainsi en lumière un débat, tout en soulignant la difficulté d’une étiologie du mal, d’une distinction assurée entre prodige et miracle qui interroge les frontières mêmes de la nature12. La question nécessitant une connaissance experte, le narrateur prétend s’en remettre à la compétence du théologien, faute de capacités intellectuelles suffisantes pour la résoudre par lui-même. Or cette décision qui consiste à déléguer son jugement à l’ermite est d’emblée quelque peu ébranlée par l’insatisfaction que lui cause la première « preuve » apportée par le vieillard. Par une sorte de pirouette, ce dernier feint d’avoir été mordu à la main par Segna puis interprète l’absence de marques de morsure comme l’indice d’un miracle :

Ce premier abord fut suffisant de faire croire au vieillard un miracle qu’il ne pensoit pas devoir estre contesté, et vouloit que j’appuiasse de mon approbation tout ce qu’il en pensoit. Alors je m’excusé sur l’incertitude d’une affaire si douteuse, et désirant des marques plus asseurés que celle-là, je le supplié de me faire voir quelque autre chose, et qui ne fut pas si problématique13.

10La circonspection manifeste du narrateur est encore accrue par l’intrusion du gascon dans le débat et par sa critique de l’avis de l’ermite auquel il oppose une explication médicale de la folie,  pour rendre compte de la pâmoison de la jeune fille :

[...] ce second prodige m’étonna plus que le premier, et ne sçavois si je devois publier un miracle ou bien attendre qu’une plus longue experiance m’en eust donné une certitude plus grande. Cependant le cavalier [...] soutenoit contre nous, que les actions de cette femme étoient fadezes, et nous disoit en un langage que nous n’entendions pas trop bien, qu’il avoit veu des choses bien plus extraordinaires en plusieurs personnes de tout âge et de tout sexe. [...] je goûtois les parolles de ce cavalier, et quoy qu’il eust la façon, et tout autre discours extravagant, je jugeois bien néantmoins qu’il ne falloit pas me laisser aller si aysément à un avis celui de l’ermite que je voyois dé-jà contesté [...]14

11Ce conflit d’interprétations entre le vieillard et le gascon, initié au Livre I, se poursuit jusqu’au terme de l’œuvre. Or, si le doute du narrateur sur la santé mentale du gascon est levé au Livre III, où il prend conscience que l’extravagance du cavalier n’est qu’une feinte destinée à plaire15, son incertitude sur la cause des accès de délire de Segna perdure en revanche jusqu’au Livre V et donne lieu à un véritable débat qui est reconduit à neuf reprises dans la fiction.

Un questionnement qui révèle trois postures intellectuelles

12Le débat sur la possession qui structure le récit n’est manifestement pas une simple source de divertissement : il est présenté de telle manière par le narrateur qu’il pose également la question philosophique du jugement et des moyens – preuves qui peuvent être employés pour distinguer avec certitude le naturel  de l’action démoniaque. En témoigne un passage du Livre I qui met en évidence les divergences de position des trois protagonistes masculins face à la folie supposée du personnage féminin. Interrogée sur sa vie passée, Segna ne peut expliquer ni comment elle est devenue vagabonde ni pourquoi elle sombre dans l’amnésie à certaines heures du jour. L’ermite en conclut aussitôt à une emprise diabolique, tandis que le gascon conteste violemment cette analyse. Quant au narrateur, il ne sait à quel point de vue se rallier :

Aussi tost le bon pere s’écria, et ne voulut plus d’autre témoignage pour le confirmer dans son opinion, que la confession libre de cette fille troublée. Mais nostre cavalier, qui ne vouloit point s’accorder à sa créance se fâchoit, et par des paroles un peu violentes contestoit toutes les raisons que le bon-homme pouvoit luy rapporter. Quant à moy, dont la profession ne fut jamais de connoistre les choses de la Nature, ny celles qui sont hors de la puissance de l’homme, je demeurois / confus, et ne sçavois à qui je me devois accorder : Le Pére me pressoit fort de luy donner mon approbation, et par une obeyssance aveugle qu’il desiroit de moy, tâchoit de me prouver que je ne pouvois pas légitimement me dispenser de luy donner mon consentement : et l’autre reformant le mauvais accent de son langage, usa de termes un peu plus doux, et me parlant en un François fort intelligible, me fit voir comment je ne devois point me laisser persuader par la rhétorique de l’hermite, et que jamais nous ne devons appuyer de jugement que dans une infaillible cognoissance de la chose qu’on nous propose : De maniere que pour me deffaire des importunitez de l’un et de l’autre, je les prié derechef de cesser le discours d’une affaire qui devoit estre un peu plus balancée16.

13Comme le suggère ce passage, ce n’est pas la folie qui oppose les devisants masculins mais le discours qu’ils tiennent sur elle17. Dans ce contexte, il me semble que trois attitudes se font jour qui bouleversent la frontière entre raison et déraison et peuvent apparaître comme trois postures intellectuelles face au problème posé : le dogmatisme incarné par le religieux qui cherche à imposer la croyance dans la possession diabolique au nom de l’autorité, le rationalisme représenté paradoxalement par l’extravagant qui fonde sa réfutation sur l’exigence de preuves incontestables, et le doute adopté par le narrateur.

14Si le gascon et le narrateur ont en partage de ne pas vouloir fonder leur jugement sur la foi, leur position me semble légèrement différente. Le premier m’apparaît, en effet, rationaliste par son incrédulité de principe, voire – dans un sens non étroit du terme – libertin, par les liens qui unissent sa liberté de mœurs et sa liberté de pensée, tandis que le second serait plutôt à rapprocher du sceptique, en ce qu’il n’entend pas soumettre entièrement son jugement à la raison et refuse d’adhérer au point de vue du gascon avant de l’avoir exploré par lui-même.

15Une telle interprétation n’est certes pas sans poser problème. Peut-on repérer dans le champ de la fiction – dont le pouvoir dénotatif ne va pas de soi – des identités telles que le libertin et le sceptique, figures construites par l’historiographie, qui peine elle-même à les cerner parfaitement18 ? Outre un nécessaire décalage entre la réalité des mœurs ou des idées libertines et la représentation d’une figure du libertin dans la fiction littéraire – ne fût-ce que parce que la fiction en propose une représentation indirecte, Laurence Giavarini montre que l’histoire du libertinage et la construction du libertin comme figure culturelle reposent également sur l’emploi et le réemploi fictionnels de cette figure dans des ouvrages non littéraires tels que la Doctrine curieuse du Père Garasse paru en 162319.

16C’est dire combien le repérage dans la fiction d’une figure de libertin mais aussi d’une figure de sceptique – les deux étant parfois confondus par ailleurs –, au sens philosophique et historique du terme, pose problème du point de vue méthodologique. C’est pourquoi je ne saurais parler d’identification des personnages à ces modes de pensée – ou y voir des représentants de ces postures philosophiques dans le sens d’une exactitude référentielle –, mais formule seulement l’hypothèse de rapprochements possibles – au sens d’un « effet de ressemblance »20 du point de vue de la démarche, avec toute la distance que peut imposer la fiction.

17Attachons-nous en particulier au point de vue du narrateur qui pose avec le plus d’acuité la question du jugement et dont la démarche me semble pouvoir être rapprochée de celle d’un sceptique et en particulier de Montaigne jusqu’à un certain point. En effet, le narrateur professe le droit de ne pas accorder son assentiment à l’un ou l’autre des partis qu’on lui propose, sans examen personnel approfondi. Qui plus est, alors que le gascon proclame une confiance absolue dans la raison et considère qu’elle conduit le jugement, le narrateur semble poser une condition supplémentaire au discernement de la vérité : la connaissance fondée sur la raison ne suffit pas, il faut s’assurer que la faculté de jugement n’est pas entravée21. En outre, son cheminement intellectuel, allant de l’étonnement au doute22 en passant par l’investigation, ne le rapproche-t-il pas  du moins jusqu’au Livre IV  du portrait du philosophe idéal tel que le dresse Montaigne dans son essai « Des Boiteux » : « L’admiration est fondement de toute philosophie, l’inquisition le progrez, l’ignorance le bout »23 ? En avouant ne pouvoir trancher une question qui dépasse ses capacités, le narrateur ne prend-il pas ainsi le parti de l’ignorance sceptique telle que l’entend et la recommande Montaigne  dans « L’Apologie de Raymond Sebond » : une intelligence consciente des limites de notre connaissance ?24 De même, alors que le gascon, à l’instar de Francion, rit ouvertement de l’occultisme qu’il qualifie de « fadézes »25 puis de « nyaiseries »26, le narrateur alterne entre le rire, le doute et l’inquiétude27. En outre, le narrateur soutient que l’opinion du prêtre doit être prise en considération et, lorsqu’il ne renonce pas à son projet de visite après la menace d’excommunication, il suggère que ce que dit le prêtre se tient, bien qu’il démontre par son attitude qu’il peut fort bien se passer d’un directeur de conscience28. Enfin et surtout, la mise en balance d'énoncés contradictoires conduit le narrateur au doute puis à une suspension volontaire du jugement qui rappelle l’épochè au terme du Livre I, lorsqu’il refuse, pour l’heure, de statuer sur le litige :

Moy qui n’avois point encore voulu parler de cette matiere je m’émancipé, et dis que je ne voudrais déterminer un jugement pour une chose combatue avec tant de raisons de part et d’autre [...]. De sorte que je leur conseillois de laisser ceste dispute puis qu’il n’y avoit personne presente capable d’accorder leur different29.

18Sans parler d’incarnation du scepticisme – expression qui n’aurait pas de sens –, le narrateur en rappelle, me semble-t-il, certains traits, même si – et c’est une différence essentielle avec la figure historique du sceptique – la question de l’authenticité de cette posture se pose.

Une résolution très problématique

19En effet, alors qu’on s’attendrait à une fin aporétique – dans une logique sceptique , l’interprétation de l’ermite fait soudain l’objet d’un étonnant consensus dans le dénouement :

Si le temps ne nous eust point pressez, et que nous n’eussions pas esté contraints de nous retirer, je pense que j’aurois eu le contentement d’ouïr encore quelques unes de ses aventures : mais l’hermite qu’estoit empesché apres sa possedee m’envoya suplier de prendre la pene d’aller voir la fille dans le fort et la violence de son mal. Je voulus luy donner ce contentement afin de ne l’aigrir pas tout à fait contre moy ; et certes je ne me repentis point d’avoir donné à sa priere ce qu’il desiroit de ma facilité ; car toutes les choses que je vis dans cette action me toucherent bien plus vivement que celles qu’elle nous avoit fait paraistre auparavant : apres avoir fait ce que l’imagination ne se peut representer, je la vis peu à peu eslevee de terre jusques à la hauteur du plast fonds de la chambre où elle estoit, et dans un instant tournant de la teste aux piez, nous la vismes marcher le visage en bas, et du depuis personne du chasteau ne douta qu’il n’y eust du miracle en ceste fille, que le cavalier Gascon confesssa luy mesme estre veritablement possedee.

L’hermite ravy d’avoir fait rendre un tesmoignage si celebre d’une chose qui luy avoit esté jusques là disputee, / embrassa nostre extravagant et le conjura de persister dans une verité qui pouvoit mettre sa conscience en repos, et d’autant que l’heure où nous avions accoustumé de nous retirer s’aprochoit, nous mimes fin à nostre entretien, et nous separames tous en tres bonne intelligence. L’hermite qui vint et demeura encore quelque temps avec moy, ne se pouvoit lasser d’admirer l’esprit de nostre cavalier Gascon, et disoit qu’il n’estoit extravagant qu’alors qu’il vouloit luy mesme se faire croire tel, mais que sa conversation faisoit bien connoistre qu’il estoit de ces esprits à la mode, qui se plient selon les rencontres et la necessité du temps30.

20à en juger par ces lignes, le point de vue du théologien triomphe, mais résout-il de manière convaincante la question de la possession ? Le moins qu’on puisse dire est que cette résolution précipitée provoque l’étonnement tant elle défie la logique31. Il semble tout d’abord qu’aucune relation connue sur la possession ne rapporte un cas semblable de possédée qui s’élève dans les airs et marche la tête en bas32. Qui plus est, le fait que la preuve de la possession dépasse l’imagination et soit qualifiée de « miracle »33 peut être lu comme une preuve suprême du surnaturel mais aussi comme une entorse au code de la vraisemblance mis en place dans l’œuvre, qui en suggère le caractère fallacieux. La surprise du lecteur tient également à la structure puisque ce dénouement invraisemblable est énoncé juste après l’histoire de Marotte qui met au grand jour l’artifice des femmes. On peut également à peine croire à l’idylle finale avec l’ermite qui apparaît ironique et ressemble à un pacte relativement hypocrite puisque le Gascon adhère à la thèse de la possession, le prêtre accepte de reconnaître que ce dernier n’est pas fou. Enfin, l’espoir d’une suite34 suggère que l’auteur n’a peut-être pas dit son dernier mot. Le lecteur hésite ainsi entre deux lectures de l’épilogue : une volonté très probablement ironique d’en mettre plein la vue aux incrédules pour les convaincre de la réalité de la possession puisque même un libertin s’y résout, ou bien une adhésion de façade du narrateur qui consiste à maintenir sauve l’orthodoxie. Il semblerait, en effet, qu’en faisant triompher le point de vue de l’ermite  sur celui du Gascon, le roman veuille laisser croire qu’il sanctionne l’intelligence qu’incarne exemplairement le cavalier dès lors qu’elle ne se met pas au service de la morale.

21Si le parcours de l’irrésolution à la résolution fait donc peser le soupçon d’une fausse sortie35, c’est peut-être pour inviter le lecteur à lire de plus près le texte et à se demander comment cette irrésolution est exploitée dans la fabrique même du récit. Fournit-elle, en effet, un modèle de comportement ou un écran à un énoncé libertin ?

De la suspension du jugement moral à l’éducation du jugement critique

22Bien que le narrateur prenne soin de ménager l’ambiguïté sur son jugement jusqu’au Livre V, comme en témoigne le fait qu’il se montre tour à tour critiqué par le Gascon et l’ermite36 ou ne consent à admettre comme recevables les arguments de l’un et de l’autre que sous une forme partielle ou équivoque37, cette neutralité de façade n’est-elle pas une mise en scène destinée à la fois à déjouer la censure et choisir son lecteur ? Derrière le doute affiché par celui qui conduit le récit, le texte construit obliquement son point de vue à travers le dispositif énonciatif d’une part, la divergence des modalités du discours critique tenu par le narrateur en fonction des personnages d’autre part. Ce faisant, la fiction cherche à favoriser chez le lecteur une suspension du jugement moral et une éducation du jugement critique.

Un dispositif énonciatif signifiant : le double « je(u) »

23Si le roman à la première personne propose, selon Jacques Prévot, « une vision critique ou sceptique du monde par laquelle, sans se confondre avec son personnage principal, le romancier affirme son indépendance en marge des usages et systèmes de pensée, ou contre eux »38, ce choix énonciatif est ici enrichi par un dédoublement du « je »39. Ce dispositif d’emboîtement est suffisamment rare pour qu’on s’y arrête quelques instants. S’agit-il, en effet, pour le narrateur premier de « corriger » ce que le discours du gascon peut avoir de délirant, comme le suggère Démoris,40 ou d’en offrir un « prolongement qui en détermine le sens »41 comme le défend Jean Serroy ? La première perspective induit une critique tandis que la seconde n’exclut pas une éventuelle adhésion.

24De fait, malgré une critique ouverte du libertinage, le narrateur extradiégétique laisse la libre pensée du gascon s’exprimer au travers de son récit qu’il provoque et relance, lui permettant ainsi de dresser le portrait d’un esprit extrêmement vif et malicieux qui en vient à occuper une place prépondérante dans l’œuvre. En outre, parler de soi à la première personne revient à relater une expérience qui donne une autre consistance au gascon. Un tel dispositif peut ainsi favoriser l’empathie du lecteur avec ce personnage qui dévoile les motifs de ses duperies comme de son inconstance et peut entraîner dès lors une suspension du jugement moral, en lieu et place d’une condamnation. En effet, le gascon cherche aussi bien à faire valoir son intelligence et divertir le narrateur qu’à provoquer sa compréhension voire sa compassion, comme en témoigne le fait que, chaque fois qu’il reprend le fil de son histoire, hormis au Livre III où il ouvre son récit par l’histoire de Léon, son prétendu père il commence toujours par se mettre en scène en position de victime avant d’énoncer ses roueries. Or, non seulement le narrateur premier autorise ce récit de justification qui fait que le gascon perd de son étrangeté absolue, mais il fournit également les indices d’une compréhension profonde du caractère du personnage éponyme dont il reconnaît l’intelligence sous le masque de la folie au Livre III. Enfin, il n’est peut-être pas innocent que la voix du narrateur et la destinée du cavalier en viennent parfois à se confondre dans les deux derniers livres, comme si leur point de vue tendaient à se rapprocher.

25Par contraste, on ignore tout de la vie de l’ermite qui n’a que très rarement droit au discours direct, fût-ce dans les passages dialogués, si bien qu’il semble toujours vu de l’extérieur.

26Ce net déséquilibre dans la répartition et la présentation de la parole des deux personnages en conflit laisse penser que le narrateur n’est pas l’arbitre impartial qu’il semblait être. Bien que le dénouement consacre en apparence le point de vue théologique qui se confond avec le fanatisme, la structure de l’œuvre indique, en effet, au lecteur attentif un hommage rendu à l’intelligence qui se confond avec la libre pensée et l’esprit critique.

Un discours critique qui emprunte le détour

27Outre cette différence dans le traitement de la parole des deux points de vue tranchés qui s’affrontent sur la possession, il convient d’être très attentif aux modalités de la critique.

28Dans le face à face établi par ce texte entre la croyance et la norme morale, le gascon pêche par son comportement moral, tandis que l’ermite semble davantage critiquable sur le plan de la connaissance et des moyens qu’il emploie pour asseoir son jugement.

29Or la critique morale du Gascon par le narrateur est comme différée. C’est ainsi que sa dénonciation de la tromperie au début du Livre II ne cerne pas précisément sa cible :

Le discours que notre cavalier m’avoit fait, et les personnages qu’il avoit jouez revenoient en ma memoire, et me faisoient confesser qu’en toutes conditions il y a de l’abus, et que le fort marche souvent du pair avec la foible, le riche avec le pauvre, et le courtisan avec le vigneron. Tout le monde est trompé, et quoy que la vanité nous donne ordinairement une bonne estime de nous mesme, si voit on quasi tous les jours déchoir de la véritable opinion ceux, qui sembloient par leur presomption deffier la medisance. La gloire est un aiguillon qui porte les esprits à se méconnoistre, et la flaterie où nous nous laissons insensiblement glisser, nous aveugle de sorte que nous ne pensons jamais à nostre cheute, qu’alors que nous ne nous pouvons plus relever. La prudence qui doit esclairer toutes nos actions preside rarement sur les esprits ambitieux, et le témoignage que nostre cavalier m’en rendoit, me confirmait davantage en ma creance. Je me representois tous les discours qu’il avoit tenus durant le jour, et je m’y trouvois si fort embarassé qu’a peie en pouvois-je tirer une bonne conclusion42.

30Le discours du gascon qui encadre ce passage semble davantage pris comme source que comme cible d’une condamnation, davantage reconnu comme instructif que fustigé comme subversif. Cette réflexion générale qui prend la forme d’un centon de maximes fait en effet ressortir l’un des points essentiels du récit du gascon : une dénonciation de l’étendue de la crédulité et de la vanité humaines. De même, la condamnation explicite du libertinage du gascon au début du Livre III ne vient qu’après le constat d’une manipulation du prêtre et de la vanité de son entreprise43.

31Si le personnage éponyme n’échappe donc pas aux attaques du narrateur, il n’en demeure pas moins rarement blâmé, si on le compare à l’ermite dont l’attitude et le discours sont fréquemment minés de l’intérieur par une critique du narrateur d’autant plus efficace qu’elle est oblique. En effet, le narrateur semble surtout chercher à exercer le jugement critique du lecteur, non par une dénonciation ouverte de l’ermite, mais par une récurrente mise à distance de son discours qui jette le soupçon d’une manipulation de ce dernier. Il s’agit ainsi de conduire le lecteur à douter de la pertinence de son point de vue et, ce faisant, peut-être, à faire vaciller les certitudes de celui qui aurait déjà tranché la question.

32Cette mise à distance s’observe tout d’abord dans l’art de suggérer la subjectivité et la relativité du point de vue du vieillard par les nombreuses modalisations qui introduisent son discours au Livre I44. De surcroît, le narrateur nous invite à douter du jugement de l’ermite en exhibant à quelques lignes d’intervalle la fluctuation de son jugement. Alors que l’ermite commence par décréter avec aplomb que le Gascon est sans aucun doute possible un démon, à peine rencontre-t-il la jeune femme échevelée, qu’il se rétracte subitement et considère le cavalier « Fol plustost que possédé45 ». Son jugement apparaît ainsi fondé sur la prévention, la précipitation mais aussi sur l’intimidation, comme l’atteste l’emploi fréquent du verbe « vouloir » et de l’argument d’autorité comme substitut d’une démonstration : « Le vieillard qui portoit l’habit de Religieux, et qui demeuroit dans un hermitage assez proche de là, vouloit que nous adjoustions foy à tout ce qu’il nous en disoit, et pensoit que sa robe nous deust estre en telle révérence que son opinion passât envers nous pour une approbation fort authentique. »46  Or cette méthode dogmatique qui consiste à vouloir imposer une croyance est tournée en dérision par l’exhibition d’une réaction bien souvent affective qui reflète un esprit fermé à toute objection. C’est ainsi qu’à défaut de répondre par des preuves argumentées aux contradictions du gascon, l’ermite se contente le plus souvent d’afficher sa colère, quand il ne recourt pas à l’injure47. Le soupçon de la mauvaise foi s’ajoute à cette faiblesse argumentative, si l’on en croit la confrontation entre le discours de l’ermite qui prétend avoir été mordu par la jeune fille et l’observation du narrateur qui en offre un évident démenti au Livre I :

D’abord il se mit de genoux, et voulant advancer sa main vers la fille, elle la prit, et feignant la vouloir mordre, me faisoit connoistre qu’elle n’avoit pas envie de faire mal à ce bon vieillard : mais luy, soit qu’il fut dé-ja prévenu, ou que l’appréhension offusquât son jugement faisoit des cris qui pouvoient bien estre entendus dans le voisinage, et me con- / juroit de le vouloir assister, et que dé-ja il sentoit les dents de cette jeune fille contre les os de sa main. Je me mis en devoir de le deffendre, et retirant cette furieuse, je vis la main du bon-homme aussi saine que l’autre et la marque des dents n’étoit pas seulement imprimée sur sa peau48.

33Ce sont donc, avant tout, les fondements du jugement de l’ermite que le narrateur interroge en creux et sape de l’intérieur49.

34Tous ces indices rassemblés m’inciteraient volontiers à lire cette oeuvre comme une variation attendue sur la stratégie libertine de double entente, notamment à cause de l’énonciation indirecte d’une position hétérodoxe qui est prise en charge par l’extravagant et non par le narrateur ou du caractère détourné et non frontal de la critique du point de vue religieux. Toutefois, la complexité du montage m’a conduite  à ne pas m’arrêter à cette première lecture, mais à déployer toutes les hypothèses que semble appeler la construction du texte.

Résolution ou ouverture des possibles ?

35Si une lecture du soupçon peut paraître entendue, la prise en compte du dispositif si savant de la fiction incite le lecteur à déployer plusieurs hypothèses de lecture concurrentes de la suspension du jugement du narrateur. Or ces hypothèses, qui ne sont pas nécessairement incompatibles, maintiennent ouverte la question de l’interprétation.

Un choix stratégique ?

36La suspension du jugement puis sa résolution apparente en faveur du dogmatisme s’expliquent peut-être en premier lieu par la répression de la pensée libertine qui, à l’époque où le Gascon extravagant est publié, ne peut survivre que dissimulée. Le procès de Théophile de Viau reste vivace dans les esprits50 et, contrairement au narrateur de la Première journée, celui que met en scène Onésime de Claireville se garde bien de conclure trop rapidement à l’imposture de la jeune femme qu’il rencontre51. De surcroît, la critique ouverte du libertinage tant par l’ermite et Segna que par le narrateur lui-même qui, le premier, l’associe au vice et à l’oubli de Dieu52 peut s’interpréter comme une autre expression de la prudence de l’auteur, ou, pour le dire autrement, comme une stratégie libertine visant à déjouer la censure53.

Un questionnement sur un cas authentiquement litigieux

37Mais si la matière du questionnement est désignée par le narrateur comme « bien chatouilleuse »54 au terme du Livre I, n’est-ce pas parce qu’elle pose la question du jugement sur un cas litigieux encore très sensible en 1637 ? Quand bien même la suspension du jugement du narrateur serait une feinte, elle coïncide avec une authentique interrogation du temps sur la possession.

38Onesime de Claireville, fils d’un pasteur protestant de Loudun, avait très certainement à l’esprit les multiples débats occasionnés par les possédés de Loudun lorsqu’il écrivit ce roman. On s’interroge, en effet, depuis 1632 pour savoir sur quelles preuves assurer la possession des Ursulines de Loudun. Loin d’être réglée par l’exécution du prêtre jugé coupable Urbain Grandier en 1634, l’affaire déchaîne la polémique jusqu’en 1638, dans la mesure où la possession touche des femmes de bonne maison, s’érige en véritable spectacle des hommes et des femmes de l’Europe entière viennent à Loudun voir des séances d’exorcisme public, ce qui a de quoi inquiéter sévèrement les rationalistes et donne lieu à des commentaires aussi nombreux que divergents.

39à cet égard, le personnage de Segna, issu de la noblesse, peut faire songer aux Ursulines de Loudun et plus particulièrement à la plus célèbre d’entre elles, Jeanne des Anges, prieure du couvent, comme le suggère son nom qui est une anagramme de « Anges »55.

40Mais surtout, les arguments avancés par le Gascon contre la possession font étrangement écho à ceux de certains détracteurs célèbres, si l’on en croit ce passage du Livre I :

La fille apres avoir fayt mille contorsions et des cris qui espouventoient tous ceux du chasteau, se mist à declamer contre nostre cavalier, et par infinitez d’injures le vouloit faire croire coupable d’un crime dont, à mon avis, il ne fut jamais atteint. Luy se moquoit de tout ce qu’elle disoit, et [...] soutenoit que mal à propos on le soupçonnoit, et que quand ainsi seroit que le diable l’accusât de pechez encore plus grands s’il en pouvoit imaginer, que ceux que la malade luy reprochoit, il ne devoit pas pour cela en estre recherché davantage, car c’est le pere des mensonges, et l’ennemy des hommes, et de plus disoit il, j’admire la charité de ce demon qui presche pour me convertir, et non pas pour m’attirer à luy. Comment se peut-il faire qu’estant diable il ne tende qu’à la gloire de Dieu ? Je voudrois bien sçavoir s’il a eu ses patentes du Ciel pour nous venir prescher la conversion et un amendement de vie ? C’est un secret bien misterieux [...]56.

41Outre un écho possible au chapitre sur la possession dans La Première journée de Théophile qui rapporte un cas semblable d’injures de la possédée adressées à l’incrédule57, ce passage reprend un argument invoqué par Urbain Grandier, mais aussi par certains prêtres comme le Père Samson de Birette dans un ouvrage de 1618 : comment croire le diable qui parle par la bouche des femmes, sachant que le diable est menteur ? De même, le jugement rationaliste jugé libertin du gascon consonne tout à fait avec celui de l’abbé d’Aubignac dans son rapport sur Loudun en 1637, qui dénonce en des termes très proches le paradoxe d’un discours diabolique qui emprunte le langage de la prédication. En témoignent exemplairement ses commentaires sur l’exorcisme de la veuve Marie Beaulieu puis sur celui de la sœur Marthe :

Cette femme estant ainsy couchée fit un long discours de la justice de Dieu envers les démons, de l’amour de Dieu envers les hommes, de l’orgueil, de la souffrance des démons, de la poenitence que les hommes doivent faire pour l’éviter et que leurs tourments s’estoient tellement redoublés par cette possession qu’à vray dire leur enfer n’avoit commencé que du moment où ils entrèrent dans ces corps ; mais qu’ils s’y étaient obligés envers leurs magiciens et que pour ne paraître point impuissants, ils aimaient mieux souffrir que leur manquer, et que Dieu se servoit de cette merveille à l’avantage des hommes pour ajouter la confession des démons aux paroles de J.C. et au sang des martyrs. Je trouvé bien étrange que les démons prissent tant de peine à nous instruire vu que je ne sçay point d’exemple dans l’escriture ny dans les pères de l’Eglise, si ce n’est quand les démons ont voulu nous faire recevoir quelque imposture à la faveur d’une vérité apparente58.
Le mesme jour, me trouvant à l’exorcisme de la sœur Marthe, et estant entré durant ses plus fortes contorsions, d’abord qu’elle m’eut aperceü, elle dit en ces termes : il y en a qui disent : pour moy si j’avois veu encor telle ou telle chose, je croirais la possession et je voudrais cela de particulier pour me satisfaire ; mais nous en avons assés faict pour les bons catholiques ; et pour les athées, nous n’en ferons jamais assés. Cela m’estonna de voir que les démons prennent tant de peine pour instruire les méchants et pour détruire l’athéisme et l’impiété59.

42Ces différents échos suggèrent que la polémique mise en scène dans la fiction de Claireville reflète les querelles de l’époque sur la possession, même si les termes du débat sont simplifiés, sachant que la possession de Loudun suscita non seulement des divergences d’interprétation entre les médecins et les théologiens, comme le souligne le narrateur au Livre I, mais aussi au sein de chacun de ces corps60. C’est ainsi par exemple que l’évêque de Poitiers se montra aussi convaincu de la possession des Ursulines de Loudun que l’abbé d’Aubignac s’opposa fermement à cette thèse en vertu d’arguments qui peuvent faire écho à ceux du gascon libertin. Le doute peut donc être du côté des théologiens comme des libertins, ce qui légitimerait l’hésitation du narrateur, quand bien même elle serait simulée.

La mise en scène d’un cas perplexe ?

43Enfin, le fait que le questionnement prenne la forme d’une dispute sans cesse reconduite qui oppose frontalement deux normes opposées ne pourrait-il pas s’inspirer du cas perplexe61 qui désigne en matière juridique « une affaire fort difficile à régler qui met aux prises deux solutions incompatibles »62 ? Pour régler ce différend insoluble qui repose sur un conflit de normes, le juge a notamment le choix, comme l’explique Stéphan Geonget, entre recourir aux dés63, s’en remettre au prince ou à l’opinion commune, favoriser en l’absence de toute justification l’un des deux partis64, improviser une solution fictive65, se démettre de l’affaire ou encore espérer de Dieu un miracle. Si le narrateur, qui invite à « balancer66 » l’affaire, c’est-à-dire à la peser en examinant le pour et le contre, peut être vu comme un juge, peut-être tranche-il en définitive ce débat au nom de ce qui est présenté justement comme un « miracle67 » ? Cette solution toutefois, n’exclurait nullement l’ironie comme en témoigne à titre de comparaison l’évocation distanciée qu’en fait Montaigne au sujet du cas de Martin Guerre par exemple68.

44Au croisement du roman comique, du roman libertin, du roman picaresque et du roman sentimental, cette fiction « troublée »69 qui joue avec des codes et des croyances distincts m’a semblé pouvoir être interrogée par le prisme du jugement, d’un point de vue essentiellement philosophique. Cette lecture n’invalide en rien d’autres interprétations de l’œuvre de type sociologique, juridique ou autre. En effet, le texte de Claireville a cette particularité de puiser dans diverses traditions et d’accueillir différents courants de pensée tout en résistant à toute clôture doctrinale, comme le montre fort bien Michèle Rosellini qui décèle une expérimentation de l’épicurisme sans conclure à une illustration ou une application stricte de la théorie lucrétienne de l’amour70.

45De fait, à un exposé théorique, l’auteur préfère une fiction qui présente un fonctionnement plus complexe et plus libre que le discours philosophique, ce dont le dénouement en particulier offre une illustration probante.

46Cette histoire, on l’a vu, reprend la forme du débat pour poser un questionnement sur la possession qui est au cœur de nombreuses querelles philosophiques de l’époque et à partir de laquelle est censée se dessiner « une ligne de partage entre les traditionalistes et les modernes, les intégristes et les esprits libres, les orthodoxes et les "libertins" prétendus. »71 Il s’agit ainsi de traiter d’une question controversée, d’autant  qu’elle soulève une interrogation sur les critères d’établissement de la vérité : repose-t-elle sur la croyance, l’auctoritas, la lecture de signes, l’expérience ou/et la logique rationnelle ? L’enjeu du débat n’est pas seulement épistémologique : il est à la fois social et politique, puisque le prêtre tire son pouvoir de la prétendue existence de la surnature qu’il combat. Sans elle, il n’a plus d’autorité auprès du vulgaire. Le statut de l’autorité est donc en question : qui peut dire qu’une femme est possédée ? Qui a le droit d’inclure ou d’exclure de la communauté des semblables un être et pour quel motif ? Le personnage éponyme suggère apparemment que le temps de l’arbitraire (appel aux signes, excommunication au nom de la possession…) doit laisser place à celui de la connaissance objective, de l’analyse et du remède : dire qu’une femme est malade, c’est suggérer qu’elle peut être soignée ; dire qu’elle est possédée par le Démon, c’est affirmer qu’elle est exclue de la communauté des hommes.

47Mais par delà ce questionnement d’actualité que reflète le récit, un enjeu plus spécifique du texte se dessine : la capacité de la fiction à offrir au lecteur l’occasion d’exercer son jugement. En effet, le dispositif fictionnel complexe qui est à l’œuvre contraint le lecteur à prendre part au débat, non pas seulement en le confrontant à un cas polémique, mais surtout en mettant au défi ses compétences de lecteur. Tout au long du récit, le lecteur est appelé à juger par lui-même, à peser le pour et le contre, faute d’être ouvertement guidé par le narrateur qui refuse de prendre ouvertement parti et ne joue pas même le rôle d’arbitre. Qui plus est, le dénouement, loin de dénouer la question, suggère, par son caractère précipité et ses allures de mascarade, que rien n’est résolu, que la vérité reste à construire ou à déceler au-delà d’une lecture littérale. En ce sens, c’est moins, dans cette œuvre, l’éducation – explicite et apparente – du gascon qui se joue – éducation sentimentale et sociale –, que celle – plus profonde – du lecteur, dans sa capacité à lire entre les lignes, à refuser ou cautionner la conclusion que lui impose le récit, à percevoir les rouages et dissimulations du discours… en un mot, à faire preuve de discernement et d’esprit critique. Ainsi la fiction narrative est-elle une expérimentation qui donne à penser. à une expérience de libération qui se retrouve dans d’autres fictions libertines où le narrateur n’est pas le double de l’auteur72, s’ajoute une grande responsabilité confiée au lecteur dans la construction du sens de l’oeuvre. C’est peut-être en ce sens que Le Gascon extravagant apparaît bien comme une fiction philosophique en acte, cultivant une « marge d’incertitude »73 qui plonge le lecteur dans l’étrangeté et dans la confusion pour mieux laisser ouverte l’interprétation et proposer, dans et par la fiction, une magistrale occasion d’exercer sa sagacité et son jugement.

Haut de page

Notes

1 Felicita Robello est l’auteur de l’unique édition moderne du texte de O. S. de Claireville, Le Gascon extravagant. Histoire comique, Pubblicazioni dell’Istituto di Lingue e letterature straniere moderne, Università di Genova, Piovan editore, Abano Terme, 1984, Livre I, p. 64-65. Je tiens à exprimer de très vifs remerciements à Michèle Rosellini - qui m’a fait découvrir ce texte et dont les précieuses remarques ont éclairé ma lecture de l’œuvre – ainsi qu’à Laurence Giavarini, Jean-Pierre Cavaillé et Camille Esmein pour leur attentive relecture.. Toutes les citations qui figurent dans cet article sont extraites de cette édition.
2 Le Gascon extravagant, op. cit., « Preface par un des amis de l’autheur », p. 52-53.
3 Ibid., p. 3.
4 Voir Gustave Reynier, Le Roman réaliste au xviie siècle 1914, Genève, Slatkine Reprints, 1971, chap. XI : « Le Gascon extravagant », p. 253.
5 Jacques Prévot éd., Libertins du xviie siècle, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1998, t. I, p. 1231.
6 Tandis que le récit allégorique repose sur le principe d’un emboîtement des sens et consiste à suggérer par-delà un sens littéral d’autres niveaux de signification (un signifiant renvoie à un premier signifié, bientôt jugé restrictif, qui renvoie lui-même à un second signifié susceptible de donner lieu à d’autres signifiés), la fiction de Claireville propose diverses interprétations concurrentes – explicites pour au moins deux d’entre elles d’un même phénomène, en brouillant à l’envie les frontières entre la raison et la déraison. Dans le cadre d’une réflexion qui se construit au fil du dialogue et de la narration, il met en scène un débat entre un fou sage (le Gascon) et une figure d’autorité fort peu raisonnable (l’ermite) qu’un narrateur dubitatif s’efforce d’orchestrer. Comme dans l’allégorie, la question du sens ultime se pose, mais selon des modalités très différentes qui posent des questionnements spécifiques : quel est le sens du dispositif textuel (débat, récit inséré à la première personne, dénouement expédié) ? Comment interpréter le choix d’un narrateur aux antipodes du narrateur omniscient ? Que signifie écrire un roman comique pour interroger la question de la possession en 1637 ? Sur l’allégorie, voir « L’allégorie au seuil de la modernité », in L’Allégorie de l’Antiquité à la Renaissance, études réunies par Brigitte Pérez-Jean et Patricia Eichel-Lojkine, Paris, Honoré Champion, 2004, p. 311-633.
7 Joan DeJean n’évoque le Gascon extravagant qu’à deux brèves reprises et semble hésiter à l’inclure dans la catégorie des romans libertins. Après avoir souligné des « liens thématiques » du texte avec la tradition libertine - le héros de Claireville et les auteurs libertins auraient en commun de théâtraliser leur existence -, elle distingue le fou baroque qu’incarne exemplairement le gascon et le fou libertin. Tandis que le premier s’apparente à un clown au langage incompréhensible qui a la capacité de faire voir aux autres leurs folies et se révèle ainsi une réincarnation du fou sage, le deuxième a une vision, un secret. Voir Joan DeJean, Libertine Strategies. Freedom and the Novel in Seventeenth-century France, Columbus, Ohio State University Press, 1981, p. 42 et 120.
8 Devant la « rage furieuse » (Le Gascon extravagant, op. cit., Livre I, p. 56) qui anime la jeune femme qu’il rencontre au début du Livre I, le premier réflexe du narrateur est de chercher dans sa mémoire un cas semblable qu’il aurait pu croiser au cours de ses lectures. Il en espère une explication de l’incompréhensible. Or, si le souvenir d’un texte (qui n’est pas nommé) lui permet de sortir de l’état de panique qui le saisit, il n’offre pas de réponse définitive au questionnement puisque le narrateur a le souci de vérifier son hypothèse (la mélancolie) en interrogeant le personnage féminin : « Elle tiroit du fons de son esthomac une langue noire, longue et grosse comme le bras, et par certains mots assez mal articulez, me tenoit en suspens, ne sçachant point la cause d’une si prodigieuse rencontre. Alors je rassemblés tous mes esprits et ma mémoire, consultant les histoires que j’avois autrefois leues, je me souvins enfin qu’en parcourant un jour les opuscules d’un certain personnage, j’avois veu dans ses écrits un trait pareil à celuy que l’occasion me présentoit. De manière que mes sens se remirent en leur premier état, et moy avec une hardiesse plus asseurée je m’approché, desirant sçavoir plus ouvertement la raison d’une si grande melancholie. » (Livre I, p. 56). Les limites du savoir livresque pour donner un sens à l’expérience éclatent de manière plus nette encore, suite à la seconde harangue du cavalier qui tient un discours furibond en dialecte gascon. Le narrateur confesse au prêtre qui est tout aussi surpris que lui : « Si votre âge ne vous a pas donné l’expérience de la chose que nous voyons, je pense que je ne dois point chercher dans ma memoire quelque histoire pareille à celle-cy ? » (Livre I, p. 60).
9 Ibid., Livre I, p. 58.
10 Segna est le nom donné au personnage féminin par l’une de ses anciennes compagnes dans sa vision imaginaire de l’Enfer au Livre II (Ibid., p. 145). Des quatre personnages principaux, elle est la seule à être ainsi dotée d’un nom. Mais, dans le cadre du récit principal, le narrateur, le Gascon et l’ermite la désignent parfois de manière neutre la ou cette « fille » (Livre I, p. 61, 64, 65, 99 ; Livre II, p. 150, p. 151, 152 ; Livre V, p. 263, 306), « cette femme » (Livre I, p. 63) , plus souvent comme une démente, une possédée ou une malade « une femme toute éperdue » (Livre I, p. 56), « cette furieuse » (Livre I, p. 57), « cette pauvre malade » (Livre I, p. 100), cette « pauvre fille » (Livre II, p. 150 ; Livre III, p. 160), « cette pauvre fille malade » (Livre III, p. 159), « cette pauvre creature » (Livre III, p. 160), « sa malade », « sa possedée » (Livre III, p. 194 ; livre V, p. 306), « la fille possedée » (Livre V, p. 257), « cette pauvre affligée » (Livre V, p. 258).
11 Ibid., Livre I, p. 60.
12 Ce questionnement s’inscrit dans le contexte plus large du vaste débat sur les prodiges à la fin de la Renaissance et au xviie siècle. Si les phénomènes démoniaques sont extraordinaires en ce qu’ils ne suivent pas l’ordre et la mesure de la nature, ils n’en sont pas moins perçus par beaucoup comme véritables. Ce statut ontologique paradoxal confère aux prodiges une ressemblance troublante, et dangereuse, avec les miracles divins. Dès lors, l’enjeu essentiel est de distinguer ce qui relève de Dieu et ce qui est l’œuvre des démons. De nombreux textes démonologiques opèrent ainsi un classement des phénomènes en deux ou trois catégories : le surnaturel (domaine de Dieu et des miracles), et le naturel qui se subdivise, le cas échéant en naturel et préternaturel (domaine des démons et de leurs tromperies souvent désignés comme prodiges). Dans le passage étudié, la distinction établie entre miracles et prodiges reprend ces catégories épistémologiques, même si les opérations démoniaques sont associées au « surnaturel ». Cette apparente confusion terminologique que l’on trouvait déjà sous la plume d’Ambroise Paré (ce dernier qualifiant l’action des démons de supernaturelle) met en évidence, sinon le caractère encore flottant de ces désignations (selon la thèse de Jean Céard), les frontières encore labiles de ces catégories et, en particulier, la difficulté pour certains à distinguer nettement les phénomènes démoniaques et divins. Voir Ambroise Paré, Des Monstres et prodiges, édition critique et commentée par Jean Céard, Genève, Droz, 1971.
13 Le Gascon extravagant, op. cit., Livre I, p. 62.
14 Ibid., Livre I, p. 63.
15 « Pour moy je trouvois ses saillies quelques-fois fort à propos, et rarement nous le voyons sortir de son discours sans dessein de nous donner à rire, et je pense qu’il le faisoit exprés pour me faire davantage desirer sa compagnie. », Ibid., Livre III, p. 180.
16 Ibid., Livre I, p. 64-65.
17 Jean Serroy l’a fort bien montré dans les pages lumineuses qu’il consacre au Gascon extravagant. Voir Jean Serroy, Roman et réalité. Les histoires comiques au xviie siècle, Paris, Minard, 1981, p. 338-361.
18 Dans le cadre d’une étude sur les usages libertins de la fiction à l’âge classique, Laurence Giavarini a nettement souligné la difficulté de l’histoire à saisir la réalité des mœurs libertines, bien souvent dissimulées du fait de la censure. Elle en donne notamment pour preuve les différences de corpus dans les travaux actuels sur le libertinage. Voir Laurence Giavarini, « Le libertin et la fiction-sorcière à l’âge classique : essai de mise au point », in Usages et théories de la fiction. Le débat contemporain à l’épreuve des textes anciens [xvie –xviiie siècles], sous la direction de Françoise Lavocat, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Interférences », 2004, p. 185-218.
19 Ibid., p. 188, 199-204 et passim.
20 Ibid., p. 191.
21 « [...] il faut avoir une grande cognoissance et un parfait jugement pour discerner l’un et l’autre la maladie de la possession sans se / tromper [...] », O. S. de Claireville, Le Gascon extravagant, op. cit., p. 60-61.
22 C’est ainsi qu’à l’aveu initial de l’étonnement qui conduit le narrateur à se croire abusé par ses sens (Livre I, p. 59), succèdent les termes « incertitude », « embarrassez », (Livre I, p. 62 ; Livre II, p. 110), « confus » (Livre I, p. 64, p. 103, p. 106), et « quasi confus » (Livre II, p. 110) face au spectacle de la folie.
23 Montaigne, Les Essais, éd. Pierre Villey, Paris, Presses Universitaires de France, « Quadrige », 1992 [1924], Livre III, chap. XI, p. 1030.
24 Son rejet antérieur de l’imagination dont Montaigne dit qu’elle se laisse aisément persuader par des impressions fausses (Livre III, chap. XI, p. 1034) irait également dans ce sens ainsi que son invitation à la modération des affects (Le Gascon extravagant, op. cit., Livre II, p. 141). Felicita Robello note aussi l’influence possible de Montaigne qui a souligné l’emprise de l’habitude sur l’esprit humain lorsque le narrateur déclare au Livre IV : « [...] les humeurs les plus revesches sont enfin adoucies par l’habitude. ». Ibid., Livre IV, p. 246.
25 Ibid., Livre I, p. 63.
26 Ibid., Livre III, p. 194.
27 Le narrateur ne masque pas son rire après l’exclamation de Segna « O Godinette je vous ayme tant » (Livre II, p. 150 ; voir pour le sens de cette allusion l’article de Sophie Houdard) et avoue à diverses reprises le plaisir qu’il prend à la dispute qui oppose l’ermite et le gascon. Toutefois, il professe avec non moins de force son inquiétude. Cette peur qui menace de troubler son jugement au début du Livre I, le saisit à nouveau après une nouvelle crise de Segna (Livre I, p. 56, p. 62), puis réapparaît au Livre V, suite à l’impossibilité d’expliquer rationnellement l’élévation de Segna dans les airs (p. 258).
28 Ibid., Livre IV, p. 227.
29 Ibid., Livre I, p. 107.
30 Ibid., Livre V, p. 306-307.
31 Elle semble, en effet, se heurter aussi bien à la logique rationnelle qu’à la cohérence de l’œuvre.
32 Comme le note l’abbé d’Aubignac à propos des possédées de Loudun, elles ne font rien qui ne soit naturellement faisable par un corps humain suffisamment assoupli. Voir Relation de M. Hédelin, abbé d’Aubignac, touchant les possédées de Loudun au mois de septembre 1637 in Robert Mandrou, Possession et sorcellerie au xviie siècle. Textes inédits, Paris, Fayard, 1979, p. 134-194.
33 Le Gascon extravagant, op. cit., Livre V, p. 306.
34 « On doit croire que les foux de cette nature ne sont pas logez aux Petites-Maisons : qu’il y a beaucoup de raison / dans cette folie, qui continuera dans d’autres volumes, si celuy-ci reçoit l’approbation que je luy donne, et qui ne peut estre refusée des honnestes gens. » (Ibid., « Preface par un des amis de l’autheur », p. 53-54).
35 L’épilogue, en définitive, laisse peu de place au doute. Sans remettre en cause cette lecture, on se demandera cependant si l’adhésion finale du narrateur au surnaturel ne pourrait pas s’expliquer en partie par le fait qu’il soit arrivé au terme de sa démarche sceptique, ce qui est une explication possible de ce renversement final. En effet, dans l’incipit du Livre V, le narrateur avoue s’en remettre à l’expérience pour « asseoir son jugement » et finit par reconnaître dans l’attitude de Segna un phénomène qui échappe à la Nature, faute de trouver des raisons à opposer à ce qu’il voit : « Les experiences que je voulois tirer d’elle [Segna] avant que d’asseoir mon jugement, m’obligerent de consentir à l’opinion de l’hermite, et soutenir avec luy, que la Nature n’estoit pas assez puissante pour produire d’elle mesme des choses tout à faite miraculeuses, et qui ne peuvent en aucune façon tomber sous le sens des hommes. [...] De manière que n’ayoint point de raisons pour opposer aux choses que je voyois, j’estois contraint de confesser que la puissance superieure est merveilleuse [...] », Livre V, p. 257-258. Ces quelques lignes précédant le dénouement suggèrent que le narrateur opte en définitive pour une reconnaissance du « surnaturel » et de l’inexplicable (plutôt que du dogmatisme) en raison du déficit de la raison à expliquer ce qu’il voit. Il s’oppose ainsi à la pensée sûre d’elle-même maintes fois critiquées dans l’œuvre sous la forme du pédantisme et du galimatias philosophique. Voir sur cette question du pédantisme l’article de Véronique Joucla : « Fonction du latin pédant au xviie siècle, dans Francion de Sorel, La Première journée de Théophile de Viau, Le Gascon extravagant de Claireville et Les Aventures de D’Assoucy », in Yves Giraud éd., Contacts culturels et échanges linguistiques au xviie siècle en France, Paris, France, Papers on French Seventeenth-Century Literature, 1997, p. 111-124.
36 Le Gascon et l’ermite l’accusent successivement de faire le mauvais choix : « Pour le Gascon qui n’aprouvoit point ces procedures, se moquoit de toutes ces nyaiseries, et ne prenoit pas plaisir que j’embrassasse le party de l’hermyte il soustenoit à cors et à cry qu’une personne de bon sens suivroit toujours son opinion, et n’approuveroit jamais les resveries du bon-homme qui se laissoit emporter à sa passion, contre la simplicité de l’Ordre.» Ibid., Livre III, p. 194. Et l’ermite de déclarer : « Permettez-moy donc je vous prie, de vous dire que je ne puis pas souffrir volontiers que vous embrassiez tant le party de cet extravagant.» Ibid., Livre III, p. 226.
37 « Moy qui n’avois point encore voulu parler de cette matiere je m’émancipé, et dis que je ne voudrais pas déterminer un jugement pour une chose combattue avec tant de raisons d’une part et d’autre : mais aussi que je me donnerois bien garde de m’opiniâtrer à soutenir que les conséquences de l’hermite fussent absolument fausses » (Ibid., Livre I, p. 107), déclare le narrateur, avant d’ajouter au livre suivant : « [...] il n’est pas impossible que l’opinion que l’hermite a des transports de cette fille, ne soit contestee par des défenses colorees de quelque raison. » Ibid., Livre II, p. 142. Si la position de l’ermite est présentée comme une erreur partielle plutôt que comme une vérité possible, la raison qui guide le jugement du Gascon n’est guère qu’un instrument de contestation éventuel qui ne garantit pas la certitude du jugement.
38 Jacques Prévot éd., Libertins du xviie siècle, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1998, t. I, p. 384.
39 Au récit du narrateur, s’ajoute la confession du Gascon. Il faudrait en réalité parler de triple « je » car Segna raconte également sa vision de l’Enfer à la première personne. Toutefois, cette narration est exceptionnelle et n’occupe que quelques pages à la différence des deux autres récits. Voir Le Gascon extravagant, op. cit., Livre II, p. 142-150. Voir également l’article de Sophie Houdard sur ce récit singulier.
40 Voir René Démoris, Le Roman à la première personne. Du Classicisme aux Lumières [1975], Droz, Genève, 2002, Première partie, chap. I, « Du picaro au fou », p. 34-36.
41 Jean Serroy, op. cit., p. 340.
42 Le Gascon extravagant, op. cit., Livre II, p. 109-110.
43 Ibid., Livre III, p. 159-161.
44 Voir Livre I, p. 59-60.
45 Ibid., Livre I, p. 61.
46 Ibid., Livre I, p. 63. Voir également Livre I, p. 104-105.
47 Après avoir trahi son désir de vengeance contre le gascon pour la seule raison qu’« il s’opposoit à l’opinion qu’il avoit » (Livre I, p. 67), l’ermite l’insulte en le qualifiant d’« incredule, opiniâtre heretique, et sans foy » (Livre I, p. 99). Il réitère les mêmes injures presque mot pour mot après s’être fâché quelques pages plus loin (Livre I, p. 104-105). Or le narrateur suggère au Livre II que cette réaction affective masque la faiblesse de son raisonnement. C’est ainsi qu’aux remarques du gascon sur l’incongruité du discours diabolique il ne parvient à opposer que le blâme puis le silence : « Le pere se courrouçant, le blasma de sa curiosité, et ne voulut plus répondre à ses demandes. » (Livre II, p. 151).
48 Ibid., Livre I, p. 62.
49 Cette dénonciation des méthodes de l’ermite participe d’une critique plus large des entraves au jugement que sont le préjugé et toutes sortes de passions telles que la peur (qui saisit également le narrateur), la colère ou encore l’amour qui ôte le jugement du gascon comme il le reconnaît au Livre I, p. 103.
50 Sur le procès de Théophile, voir Antoine Adam, Théophile de Viau et la libre pensée en 1620 [1936], Genève, Slatkine Reprints, 2000 et Frédéric Lachèvre, Le Procès du poète Théophile de Viau, 2 vol., Paris, Champion, 1909.
51 Voir Théophile de Viau, Première journée (1623), in Jacques Prévot, éd., Libertins du xviie siècle, op. cit., chap. III, p. 12-15.
52 Le Gascon extravagant, op. cit., p. 160, 26 et 258.
53 Voir sur cette question l’article de Filippo d’Angelo qui montre fort bien comment le masque du juge qui affiche la neutralité permet de déjouer la censure et souligne que la dimension transgressive de l’ouvrage tient moins dans le discours critique sur la possession que dans le dévoilement des mécanismes de la censure.
54 Le Gascon extravagant, op. cit., Livre I, p. 107.
55 Je dois cette remarque à Michèle Rosellini qui en a fait la découverte.
56 Le Gascon extravagant, op. cit., Livre I, p. 105.
57 Il faut noter cependant que les deux ouvrages divergent dans le traitement de la possession. La question n’est abordée que dans le chapitre III du texte de Théophile de Viau alors qu’elle court dans toute l’œuvre de Claireville. En outre, le narrateur de La Première journée conclut sans tergiverser à une feinte à laquelle se mêle quelque mélancolie de la part de la prétendue possédée, tandis que celui du Gascon extravagant parvient à une conclusion contraire (il tranche en faveur de la possession) après avoir fait montre d’une longue hésitation. Enfin, comme le souligne Sophie Houdard dans son article, le dispositif énonciatif diffère. À une anecdote qui vise à invalider la thèse de la possession, se substitue une scène expérimentale marquée par la théâtralité : le lecteur est comme convié à un spectacle pour y entendre conférer.
58 Relation de M. Hédelin, abbé d’Aubignac, touchant les possédées de Loudun au mois de septembre 1637, in Robert Mandrou, Possession et sorcellerie au xviie siècle. Textes inédits, op. cit., p. 149.
59 Ibid., p. 168.
60 Voir sur cette question Robert Mandrou, Magistrats et sorciers en France au xviie siècle. Une analyse de psychologie historique, Paris, Plon, 1968 et Michel de Certeau, La Possession de Loudun [1970], Paris, Gallimard-Foli Histoire, 1980.
61 Cette perspective qui renvoie à un sens technique précis de la perplexité s’inspire du fait que la fiction emprunte la configuration d’une mise en intrigue judiciaire, comme le montre Filippo d’Angelo dans son article. Cette lecture reste cependant une hypothèse, sachant que le terme de perplexité n’apparaît pas dans l’œuvre et que j’ai employé au préalable ce mot dans son sens psychologique moderne d’irrésolution. Au xviie siècle, en revanche, le sens technique est encore très largement représenté.
62 Stéphan Geonget, « Perplexité », in Philippe Desan éd., Dictionnaire de Michel de Montaigne, Paris, Honoré Champion éditeur, 2004, p. 778.
63 Comme le fait le juge Bridoye dans le Tiers Livre de Rabelais.
64 C’est la solution dite de quaestio pro amico à laquelle réfère Montaigne dans l’essai II, 12.
65 C’est une solution évoquée par Montaigne dans les essais I, 23 et II, 17.
66 Le Gascon extravagant, op. cit., Livre I, p. 65.
67 Ibid., Livre V, p. 307.
68 Voir Montaigne, Les Essais, op. cit., III, 11, p. 1030.
69 C’est ainsi que Terence Cave désigne des textes littéraires du xvie siècle qui présentent une ou des perturbation(s) troublante(s) liée(s) à un « phénomène mental inquiétant ». Ces « fêlure(s) » textuelles qui se manifestent par des inconséquences logiques ou grammaticales (changement brutal de thème ou de registre, interruption du récit, insertion inopinée d’un aparté ou d’une parenthèse, etc) traduisent une réaction complexe en rapport avec la croyance, qu’elles soient liées au pyrrhonisme, à la sorcellerie ou à l’affirmation du moi. Or l’irruption brutale et sonore des personnages principaux au seuil du Gascon extravagant, le choix d’un dialogue éristique qui interroge les frontières de la croyance, les interruptions souvent abruptes du récit autobiographique du gascon qui ne s’énonce que par fragments, ou encore le décalage entre la construction narrative de l’œuvre et son dénouement précipité sont autant d’indices d’un texte troublé, ou, pour le dire autrement, d’un trouble épistémologique structurant dans la fiction de Claireville. Voir Terence Cave, Pré-histoires. Textes troublés au seuil de la modernité, Genève, Droz, 1999, p. 15-17.
70 Voir l’article suivante dans ce recueil.
71 Jacques Prévot, éd., Libertins du xviie siècle, op. cit., p. 1237.
72 C’est le cas notamment dans la troisième version de Francion où le savoir du narrateur est limité.
73 Michel Jeanneret, Le Défi des signes, Rabelais et la crise de l’interprétation à la Renaissance, Orléans, Paradigme, 1994, p. 13.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Blanckaert, « « Quant à moy, [...] je demeurois confus » : Le Gascon extravagant, un roman sur l’exercice du jugement ? », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2007-01 | 2007, mis en ligne le 29 juin 2007, consulté le 26 mars 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/44 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.44

Haut de page

Auteur

Amélie Blanckaert

Normalienne, Agrégée de Lettres Modernes, Amélie Blanckaert est A.T.E.R à l'Université de Limoges où elle enseigne les cours d'Agrégation sur la littérature de la Renaissance. Doctorante à l'Université de Paris III, elle travaille sur les liens entre fiction romanesque et savoirs en France de la fin de la Renaissance au début du xviie siècle. Elle a écrit des articles sur la démonologie, l'allégorie ou encore la folie à la même période.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page