Navigation – Plan du site
Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie
III. Lectures intempestives

Bartole, le Diable et le Tibre. Un cas de libertinage juridique

Jérémie Barthas

Résumés

Dans une fantaisie juridique, le grand juriste médiéval Bartole de Sassoferrato met en scène le procès du Diable revendiquant, devant le Christ, la possession du genre humain. Le Diable fonde cette revendication sur la Genèse. Cet essai propose d’inscrire cette fantaisie juridique à tonalité irréligieuse à l’intérieur des traités formant le livre De Tyberiadis et de le resituer dans le contexte géo-politique de la défense contre la reconstruction de l’hégémonie pontificale en Italie centrale.

Haut de page

Texte intégral

1Voici une fantaisie juridique, un procès imaginaire. L’acte se joue entre trois personnages. Le tribunal est présidé par Jésus-Christ. Le Diable, en position de demandeur, réclame par l’intermédiaire de son procureur la propriété du genre humain. Suite à une tentative du demandeur de faire le procès par contumace, sans la partie adverse, la Vierge Marie se propose d’assurer la défense afin de sauver les hommes du joug auquel le Diable veut les soumettre. Après des arguments de procédure que le procureur du Diable avance pour empêcher la défense de Marie (Une femme peut-elle plaider ? Jésus, n’est-il pas, devant Marie, juge et parti ?), et les répliques de la partie adverse, la controverse passe au fond, sur le thème de la restitution, de la prescription et de l’aliénation. Le Diable demande avant toute chose la restitution du bien dont il considère avoir été spolié. La Vierge Marie rétorque qu’il ne peut demander la restitution d’un bien dont il n’a pas le juste titre ; qu’il ne peut en revendiquer la possession de bonne foi n’ayant jamais été que simple gardien dans le domaine qui lui a été réservé, et non pas propriétaire ; que n’agissant pas de bonne foi, il ne peut opposer la prescription comme moyen d’acquisition ; qu’enfin l’homme, créature de Dieu, ne peut pas être aliéné en faveur du Diable. Jusqu’ici les arguments des deux parties ont été fondés sur le Corpus des deux droits, romain et canon. Mais à ce point, le procureur du Diable perd patience et présente ce qu’il considère son titre principal : tirant la Bible d’une poche, il lit à voix haute les pages de la Genèse où il est question du péché originel de l’humanité, la désobéissance d’Adam et Ève. Il s’agirait maintenant que le Christ valide ce titre par une décision juridique. Marie invite alors son fils à se défier des paraboles diaboliques, proposant une autre interprétation de la Bible : c’est le Diable qui, par suggestion, a poussé Adam et Ève à pécher. Le procureur du Diable rétorque que la responsabilité d’Adam et Ève reste entière, puisqu’ils ont péché en connaissance de cause. Mais la Vierge mentionne le pardon et la rédemption. Alors, le juge cite la loi du Digeste qui proscrit une nouvelle condamnation pour des faits identiques, et l’argumentation de la Vierge l’emporte. Le genre humain est absous et le Diable débouté de ses revendications.

2Tel est, en résumé, l’argument du Tractatus questionis ventilatae coram dominio nostro Jesu Christo inter Virginem Mariam ex una parte et Diabolum ex alia parte. On trouve celui-ci bien caché au sein du volume des Consilia, quaestiones et tractatus1, du grand juriste de Pérouse, fait citoyen de la ville en 1348, Bartolo da Sassoferrato (1313-1357). Son éditeur du début du xvie siècle, Tommaso Diplovataccio, exprima le doute que le procès entre la Vierge et le Diable fut bien de Bartole, déclarant n’en reconnaître « ni le style ni l’ordre ». La publication séparée du « procès » au début du xviie siècle lui valut peu après d’être inséré dans l’Index librorum prohibitorum pour les royaumes d’Espagne, de Sicile et des Indes2. Le xviiie siècle s’amusa sans doute de sa surprenante tournure irréligieuse que ne parvenait pas à justifier la didactique de la procédure à laquelle on s’efforçait déjà de réduire l’intérêt du texte3. Au siècle suivant, Gabriele Rossetti, extravagant spécialiste de Dante, suggéra de lire ce procès imaginaire à la lumière d’une certaine littérature populaire et polémique du temps, où la figure du diable représente le pape4. Au xxe siècle, l’effort soutenu pour revendiquer l’orthodoxie religieuse de Bartole a fait tomber dans l’oubli cette intéressante suggestion en vue d’une approche contextuelle.5 Certains problèmes concernant l’établissement du texte ont été indiqués, sans être définitivement résolus6, et l’on ne dispose pas encore d’une édition critique de ce texte. Mais l’attribution paraît acquise : la correspondance de traitement de la question de l’admissibilité d’une femme à la fonction d’avocate dans des commentaires de Bartole sur des textes du Corpus juris civilis et dans la première partie de son « procès » semble clairement établie7. C’est un peu plus avant dans le « procès » qu’apparaît son passage le plus scandaleux :

Alors le Démon en grinçant des dents mit la main à sa poche, en sortit un livre et commença à lire le passage de Genèse où le Seigneur dit à Adam et Ève : « Mangez les fruits de tous les arbres sauf de celui-ci, parce que dès que vous en goûterez vous deviendrez mortels ».8

3En dépit des incertitudes philologiques, en particulier concernant l’authenticité de la date de la sentence à la fin du texte,9 une hypothèse de datation peut être formulée. Comme la Vierge demande que le procureur du Diable montre sa procuration, celui-ci présente un acte notarié datant de 1354, soit au plus tard du 24 mars 1355 suivant le calendrier en vigueur. De plus, l’action se déroule pendant la semaine de Pâques et la sentence est rendue le 6 avril. Le dimanche de Pâques de l’année 1355 tombait le 5 avril.

4Une telle date est pleine de signification puisqu’elle correspond au jour du sacrement de l’Empereur Charles IV à Rome. Dans cette fiction, Bartole présente donc une correspondance entre le sacrement de l’empereur, la libération du genre humain et le rejet des revendications du Diable en matière de pouvoir temporel. En outre, il est remarquable que la Vierge, concernant la question de la restitution, de la prescription et de l’aliénation, a peu ou prou repris, sans originalité particulière, les arguments que les légistes, à partir du xiie siècle, ont opposé à la validité de la Donation de Constantin, par laquelle la monarchie pontificale revendiquait désormais ses possessions territoriales et son pouvoir temporel.10 Dans un cadre fictionnel, et sans mentionner explicitement la Donation, Bartole s’est ainsi permis d’exprimer des positions non-conformes à celle de l’Église. Jusqu’à lors, dans ses leçons et commentaires sur le Digeste, il s’en était tenu à une position officielle de prudence largement dépendante de la position particulière de Pérouse à l’égard de l’Église :

Voyez, nous sommes en des terres amies de l’Église : je dis donc que cette donation est valable […] Mais voulant favoriser l’Église, je dis que cette donation fut valable.11

5L’hypothèse du Professeur Rossetti, selon laquelle Bartole aurait écrit cette fantaisie juridique à l’intention de Charles IV, avec une intention politique précise et sérieuse, ne paraît pas dénuée de fondement et de pertinence. Bartole a vraisemblablement rédigé le « procès » entre la Vierge et le Diable en vue de l’ambassade qu’il accomplit auprès de l’empereur à Pise, à la mi-mai 1355. Celle-ci visait à obtenir des garanties concernant l’indépendance de Pérouse, alors sérieusement menacée par le mouvement de reconquête des territoires de l’Église initié, à la fin de l’année 1353 par le légat pontifical, Egidio Albornoz12.

6Cet écrit de Bartole gagne donc à être situé dans son contexte géopolitique. Nous avons proposé dans le premier volume de l’Atlante della letteratura italiana (Einaudi) une carte marquant les limites du contado de Pérouse au sein des territoires de l’Église du début du xive siècle (correspondant grosso modo à l’actuel Latium, à l’Ombrie, aux Marches et à la Romagne), puis traçant les contours de l’expansion de Pérouse et de sa zone d’influence à la moitié du xive siècle, au moment de la reconquête d’Albornoz13.

Bartole et la lutte pour l'hégémonie dans l'Italie centrale, in Atlante della letteratura italiana, éd. S. Luzzatto et G. Pedullà, Vol. I : Dalle origini al Rinascimento, éd. A. De Vincentiis, Turin 2010, p. 104.
Cette carte est reproduite ici avec l'aimable autorisation de l'éditeur

7Cette carte indique enfin le mouvement général de cette reconquête autour de 1355. Celle-ci ramena progressivement Pérouse aux bornes de son contado avant d’en soumettre le peuple, en 1370, « ad ius et proprietatem » de la monarchie pontificale. Toutefois, en arrêter le commentaire aux années qui précédent la mort de Bartole permet de mettre en évidence ce que l’élaboration géopolitique et institutionnelle originale du grand juriste médiéval doit à sa conscience de la dynamique tragique alors initiée, et à la faiblesse des garanties offertes par l’Empereur pour que Pérouse puisse affronter la nouvelle instabilité provoquée par le légat pontifical. Cette conscience bartolienne de l’enjeu historique nous paraît s’exprimer déjà dans le procès imaginé entre la Vierge et le Diable. Sa solution spéculative se développe quant à elle dans une série de traités qui, d’après les travaux récents d’Osvaldo Cavallar14, devaient être rassemblés en un livre que la mort précoce de son auteur ne permit pas d’achever et dont le titre devait être Tyberiadis (Des Tibériades, entendez du fleuve Tibre).

8En 1355, Bartole, et avec lui le studium generale de Pérouse, est au sommet de sa gloire d’enseignant et de juriste, mais Pérouse, après un demi-siècle de rayonnement, se trouve à son tournant critique. Au début du xive siècle, les limites de son contado suivent le bassin hydrographique du Tibre depuis Montone au Nord, jusqu’à Marsciano au Sud. Au Nord-Ouest, elles bordent la Niccone jusqu’au Lac Trasimène ; atteignent les marais de la Chiana à l’Ouest ; au sud, elles dépassent par endroits la Nestore suivant à peu près la longitude de Castiglione del Lago et la latitude de Marsciano, puis bordent une bonne partie de la rivière Chiascio à l’Est jusqu’à Casacastalda et, de là, suivent au Nord-Ouest la dorsale occidentale des Apennins jusqu’à Montone. Profitant de l’affaiblissement de la papauté et de son installation en Avignon (1305), Pérouse étend alors considérablement sa zone d’influence immédiate. Ville guelfe, la plus peuplée et la plus puissante de la région, elle profite du rôle de médiateur que lui fait jouer la papauté avignonnaise pour défendre ses propres intérêts régionaux et asseoir son hégémonie sur la partie centrale de ce qu’étaient à la fin du xiiie siècle les territoires mêmes de l’Église. Dans cette tendance duplice réside un élément de contradiction majeur de l’époque, qui se reflète dans la vie politique comme dans la vie culturelle, notamment à travers le succès local, populaire et précoce, de l’œuvre hérétique de Dante, probablement introduite par le maître de Bartole, le juriste et poète Cino da Pistoia.

9Depuis la soumission d’Assise (1322) et celle de Spoleto (1324), Pérouse s’est substituée à l’autorité pontificale dans toute l’Ombrie. De fait, comme Bartole l’établit dans ses Commentaires du droit romain, Pérouse est une cité libre et qui ne reconnaît pas de supérieur (civitas superiorem non recognoscens), en dépit de son soin à témoigner d’une allégeance officielle à l’égard de la papauté. Bartole précise que cette allégeance se posait pour elle en termes d’amitié, non pas de sujétion, alors que l’Église revendiquait cette sujétion tout en étant trop lointaine pour la mettre en acte. À l’époque de la paix de Sarzana, en 1353, la zone d’influence de Pérouse, sinon son empire, s’exerce depuis Pieve San Stefano et la pointe Nord du Tibre, sur la plupart des villes d’Ombrie et de leur contado (Città di Castello, Gubbio, Gualdo Tadino, Nocera, Assise, Foligno, Spoleto, Todi, jusqu’à San Gemini), mais aussi sur le versant oriental des Apennins (de Sant’Angelo in Vado à Sassoferrato). A l’ouest, en dépit de la résistance finalement victorieuse de Cortone, son influence directe tend à s’élargir autour des marais de la Chiana, depuis Civitella in Valdichiana et Castiglione Aretino au Nord, jusqu’à Chiusi et Castello della Pieve au Sud. Mais quelques mois après la paix de Sarzana, le pape Innocent IV envoie en Italie le Cardinal Albornoz, avec le titre de vicaire général dans les terres de l’Église et pour mission la réaffirmation de l’autorité de l’Église sur ce qu’elle revendique comme ses possessions. Après de brèves visites diplomatiques à Milan, Florence, Sienne et Pérouse, Albornoz lance la reconquête à partir de la forteresse de Montefiascone. La première phase de cette reconquête est entérinée lors du Parlement provincial de Montefiascone, en septembre 1354. Elle concerne non seulement la reprise en main du patrimoine de Saint-Pierre, correspondant grosso modo à l’actuel Latium, mais encore d’une partie de l’Ombrie (en particulier Gubbio qui servira de point d’appui pour la reconquête des Marches, entérinée lors du Parlement provincial tenu à Fermo en août 1355). Elle remet déjà en cause les intérêts de Pérouse, et suscite bien des interrogations concernant les méthodes du légat du Pape, qui confère notamment à des tyrans notoires le titre de vicaire de l’Église. Bartole, dans son traité De tyranno, ne tardera pas à opposer à la théorie de la juste cause qui légitime cette pratique, le fait qu’un titre légitime ne suffit pas à dispenser de la qualification de tyran celui qui agit selon des méthodes déjà signalées comme tyranniques. Il n’en reste pas moins qu’au début de 1355, Spoleto et Gualdo passant sous le contrôle de l’Église, Pérouse a perdu une grande partie du territoire conquis dans la première moitié du siècle, et il y a tout lieu de penser que cette dynamique corresponde au plan d’Albornoz. Déjà affaiblie au Sud et sur sa partie orientale, les limites de Pérouse se resserrent autour du Tibre. Elle va tenter, à partir de l’été 1355, de consolider ses positions au nord et à l’ouest du Lac Trasimène, se lançant, sur le cas de Cortone, dans une guerre contre Sienne dont elle ne se relèvera pas.

10Le procès entre la Vierge et le Diable est, à l’égard de l’Église, la seule imprudence – mais qui s’exprime sous le couvert littéraire d’une fantaisie juridique – que l’on connaisse du grand juriste de Pérouse. Selon toute vraisemblance, il devait alerter l’Empereur de telle sorte qu’il offre quelques garanties de protection à Pérouse. Mais les signes évidents de la faiblesse de son engagement en ce sens, et la nécessité de composer avec les ambitions de l’Église, poussèrent Bartole, de retour d’ambassade, à projeter une solution alternative, le livre qui devait s’appeler Tyberiadis. Tyberiadis est connu comme étant l’autre titre d’un traité portant sur les problèmes juridiques que pose, pour les droits des propriétaires, l’instabilité du cours d’une rivière comme le Tibre, le De fluminibus. Ce traité a frappé, notamment, à cause de sa préface, inhabituelle chez le juriste. Contenant des informations biographiques, elle évoque une œuvre surgie de la contemplation du cours du Tibre et d’un songe nocturne, nécessitant encore, pour être mise sur pied, une inspiration divine. Comme l’a montré Osvaldo Cavallar, elle exprime une ambition que ne justifie pas le seul contenu du De fluminibus. Cette préface, en forme de fiction littéraire, annonce en fait un ouvrage plus vaste, qui rassemble une série de traités pratiques composés à l’intention des juristes (outre le De fluminibus, le De guelphis et gebellinis, le De regimine civitatis, le De tyranno), mais dont le caractère général tient de l’utopie politique. Des sources du Tibre à Rome en passant par Pérouse et Todi, Bartole envisagerait en effet, écrit Cavallar, de transformer « le bassin fluvial du Tibre, en soit politiquement amorphe, […] en une entité géo-politique ou en une région : ‘les Tibériades forment une région le long du fleuve Tibre’ »15. Un tel projet régional unifie, en suivant le cours du Tibre, l’Ombrie avec la partie centrale des Terres de Saint-Pierre ou de l’actuel Latium. S’il a une logique géographique forte, sans doute non dénuée d’enjeux économiques, il est aussi porteur d’une logique politique et institutionnelle qui, tout en cherchant à sauver ce qui reste de l’empire de Pérouse, de Pieve S. Stefano à Todi, ne correspond apparemment à rien d’existant et contraste en tout cas avec la tentative d’expansion de Pérouse vers l’Ouest, comme avec la politique d’Albornoz.

11Les traités qui suivent le De fluminibus témoignent d’un effort continu de réponse à la menace que fait peser sur la liberté de Pérouse la politique d’Albornoz. Le De guelphis et gebellinis, fait éclater la valeur des catégories de guelfe ou de gibelin comme expression d’une prise de position en faveur de l’Église et de l’Empire, et affirme la licéité de déposer un éventuel tyran, y compris en s’appuyant sur le tumulte populaire. Le De regimine civitatis envisage la question d’une réforme constitutionnelle, partant de la théorie aristotélicienne des formes de gouvernement et renversant l’interprétation pro-monarchique développée par Gilles de Rome. Il s’agit de concilier en un système unique les trois formes de gouvernement, de beaucoup, de peu et d’un seul, hiérarchisé en fonction de l’amplitude de la population, pour permettre un rééquilibrage des compétences juridictionnelles. Bartole développe une argumentation en faveur de systèmes politiques de cités de premier ordre, comme Pérouse, suffisamment peuplées pour avoir soumis des cités de moindre importance et incapables de survivre de façon autonome, mais d’une dimension telle qu’un exercice large, relativement démocratique, du pouvoir y reste possible. En même temps, il semble chercher un compromis avec la monarchie pontificale, la forme monarchique étant reconnue idoine pour gouverner des territoires de très grande ampleur. Toutefois, dans le De tyranno, Bartole utilise une théorie de la preuve qui laisse le plus de compétences possibles aux cités de premier ordre et met en place une argumentation juridique qui leur permette d’agir contre l’autorité supérieure, en particulier lorsque celle-ci donne des titres de légitimité à des tyrans manifestes16. On peut ainsi émettre l’hypothèse que l’unification de la région du Tibre visait à la constitution d’un ensemble d’une amplitude de second degré. Dans l’impossibilité d’exclure la monarchie pontificale du paysage politique de l’Italie centrale, elle en aurait du moins éloigné l’emprise sur les cités libres.

Haut de page

Notes

1  In Bartholus de Saxoferrato, Opera omnia, cum additionibus Thomae Diplovatatii aliorumque excellentissimorum doctorum, éd. G. Polara, 9 vol., Rome 1996 (réimpression de l’édition de Venise, 1526), vol. 9, f. 123r-125v.

2  « Un episodio, quest’ultimo, che spinge di frequente studiosi di parte cattolica a spender fin troppe parole per rivendicare l’ortodossia religiosa di Bartolo », ainsi que le rapporte F. Calasso, Bartolo da Sassoferrato, in Dizionario biografico degli Italiani, vol. VI, Rome 1964, p. 640-69, p. 658.

3  Voir la synthèse de A. Terrasson, Dissertation dans laquelle on tâche de découvrir les raisons pour lesquelles les anciens Glossateurs et Commentateurs du Droit Romain ont mis dans leurs Gloses et Commentaires non seulement des plaisanteries, mais encore des choses contraires au respect du à la Religion et à la vérité de l’Histoire. On rapporte entre autres choses le prétendu Procès d’entre la Sainte Vierge et le Diable au sujet de la Rédemption du Genre humain, dans A. Terrasson, Mélanges d’histoire, de littérature, de jurisprudence littéraire, de critique, etc., Paris 1768, p. 152-172.

4  G. Rossetti, Sullo spirito antipapale che produce la Riforma, e sulla segreta influenza che esercitò nella letteratura d’Europa, e specialmente d’Italia, come risulta da molti suoi classici, massime da Dante, Petrarca, Boccaccio, Londres 1832, p. 301-311, p. 316.

5  Voir D. Segoloni, Bartolo da Sassoferrato e la civitas Perusina, in Bartolo da Sassoferrato. Studi e documenti per il VI° centenario, éd. D. Segoloni, 2 vol., Milan 1962, II, p. 515-671.

6  Voir R. Jacquin, Le « Procès de Satan » in Bartolo da Sassoferrato. Studi e documenti per il vi° centenario, cit., p. 271-280.

7  Voir D. Quaglioni, La Vergine e il Diavolo. Letteratura e diritto, letteratura come diritto, in Laboratoire Italien, 5, 2004, p. 39-55.

8  « Tunc Demon stridens dentes missa manu ad marsupium extraxit foras libellum et coepit legere in genesi ubi dixit Dominus Ade e Ève : ‘De omni ligno vos comedite excepto de isto : quia quacumque hora comederitis, morte moriemini’ » (124v).

9  « Anno domini Mcccxj indictione ij die vj aprilis » (125v). Jacquin, art. cit., p. 277, a conclu à une négligence de la part des copistes ou des premiers imprimeurs.

10  Consulter D. Maffei, La donazione di Costantino nei giuristi medievali, Milan 1964.

11  « Videte, nos sumus in terris amicis Ecclesiae : et ideo dico quod illa donatio valeat. [...] Sed volens favere Ecclesiae, dico quod illa donatio valuit. » (Bartholus, Comment. ad Dig. Vet. Prima Constitutio, §13-15). Voir M. Ryan, Bartolus of Sassoferrato and free cities, dans Transactions of the royal historical society, x, 2000, p. 65-90, p. 75. à la thèse du caractère opportuniste de l’attitude de Bartole à l’égard de l’église s’est opposé D. Segoloni, sans s’arrêter sur le « procès » qui ne faisait pas partie du dossier jusqu’ici.

12  Voir E. Dupré-Theseider, Albornoz, Egidio de, in Dizionario biografico degli Italiani, ii, 1960, p. 45-53, et G. Galasso dir., Storia d’Italia, VII-2, Comuni e signorie nell’Italia nordorientale e centale : Lazzio, Umbria e Marche, Lucca, Turin 1987 (en particulier D. Waley, Lo stato papale dal periodo feudale a Martino V, et J.-Cl. Maire-Vigueur, Comuni e signorie in Umbria, Marche e Lazio).

13  Voir J. Barthas, Le scritture dei giuristi, in Atlante della letteratura italiana, éd. S. Luzzatto et G. Pedullà, Vol. I : Dalle origini al Rinascimento, éd. A. De Vincentiis, Turin 2010, p. 102-106, p. 104 : Figura 2. Bartolo di Sassoferrato e la lotta per l’egemonia nell’Italia centrale. La carte est reproduite ici avec l’aimable autorisation de l’éditeur. Présentation de l’ouvrage sur : http://www.einaudi.it/speciali/Atlante-della-letteratura-italiana

14  O. Cavallar, Geografia della tirannide. Una proposta di lettura per alcuni degli ultimi trattati bartoliani, in Della tirannia. Machiavelli con Bartolo, éd. J. Barthas, Florence 2007, p. 3-46, et Id., River of Law. Bartolus’s Tiberiadis (De alluvione), in A Renaissance of conflicts. Visions and revisions of law and society in Italy and Spain, éd. J. A. Marino and Th. Kuehn, Toronto 2004, p. 31-129.

15  « Il bacino fluviale del Tevere, in sé politicamente amorfo, si trasformà così in un’entità geo-politica o in una regione, ‘Tiberiadis est regio iuxta flumen Tiberis constituta’, che diviene l’oggetto e/o lo sfondo dell’indagine del giurista » ; Cavallar, Geografia della tirannide, cit., p. 4. Cfr. D. Quaglioni, Politica e diritto nel Trecento italiano. Il De tyranno di Bartolo da Sassoferrato (1314-1357). Con l’edizione critica dei trattati De Guelphis et Gebellinis, De regimine civitatis e De tyranno, Florence 1983.

16  Je me permets de renvoyer à J. Barthas, Formes de gouvernement ou modalités de la preuve ? Éclaircissements sur le Traité du Tyran de Bartole de Sassoferrato, in Della Tirannia. Machiavelli con Bartolo, cit., p. 47-73.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Bartole et la lutte pour l'hégémonie dans l'Italie centrale, in Atlante della letteratura italiana, éd. S. Luzzatto et G. Pedullà, Vol. I : Dalle origini al Rinascimento, éd. A. De Vincentiis, Turin 2010, p. 104. Cette carte est reproduite ici avec l'aimable autorisation de l'éditeur
URL http://dossiersgrihl.revues.org/docannexe/image/4509/img-1.png
Fichier image/png, 148k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémie Barthas, « Bartole, le Diable et le Tibre. Un cas de libertinage juridique », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie, mis en ligne le 14 janvier 2011, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/4509

Haut de page

Auteur

Jérémie Barthas

Jérémie Barthas, docteur en Histoire et Civilisation de l’Institut Universitaire Européen de Florence (2006), a été membre du Harvard University Center for Italian Renaissance studies (Villa i Tatti), chercheur associé à l’Italian Academy for advanced studies à l’Université de Columbia (New York), boursier de la Fondazione Luigi Firpo-Centro di studi sul pensiero politico (Turin), et est actuellement en post-doctorat dans le département d’études politiques de l’Université de Johannesburg. Il a notamment publié :
Formes de gouvernement ou modalités de la preuve ? Éclaircissements sur le Traité du Tyran de Bartole de Sassoferrato, dans Della Tirannia, Machiavelli con Bartolo, éd. J. Barthas, Florence 2007, p. 47-73;
Machiavelli e i libertini fiorentini. Una pagina dimenticata nella storia del libertinismo. Col Sermone sopra l’elezione del gonfaloniere di giustizia di Pierfilippo Pandolfini (1528) in Rivista Storica Italiana, 2, 2008, p. 569-603;
Machiavelli from the Ten to the Nine. A hypothesis based on the financial history of early modern Florence, in From Florence to the Mediterranean and Beyond. Essays in Honour of Anthony Molho, éd. D. Curto et al., Florence 2009, p. 147-164;
Machiavelli in political thought from the age of revolutions to the present, in The Cambridge Companion to Machiavelli, ed. J. Najemy, Cambridge 2010, p. 256-273.
Son livre L’argent n’est pas le nerf de la guerre. Essai sur une prétendue erreur de Machiavel est à paraître dans la Collection de l’école Française de Rome.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org