Navigation – Plan du site

Comment la bonne Ligue sauva la monarchie. 1593 selon Nicolas Lefèvre de Lezeau

Fabrice Micallef

Résumés

Le chapitre III de la Vie de Marillac par Lefèvre de Lezeau est consacré au passé ligueur du garde des sceaux. Justifier l’appartenance au parti catholique n’est pas une chose facile dans la France du milieu du xviie qui considère majoritairement les ligueurs comme des fanatiques violents ou comme des hypocrites, vendus aux puissances étrangères, notamment l’Espagne. La réhabilitation menée par l’auteur consiste à dire que Marillac faisait partie d’une « bonne ligue », représentée notamment au parlement de Paris. C’est cette bonne ligue parlementaire qui en juin 1593, sous l’impulsion de Marillac, aurait sauvé la monarchie en promulguant le célèbre arrêt Lemaître, cassant toutes les décisions que les états généraux étaient susceptibles de prendre pour transmettre la couronne de France à un prince étranger. Nous avons choisi d’étudier cette source en posant trois questions.
1) Les événements rapportés par l’auteur sont-ils crédibles ? Ces faits semblent exacts dans l’ensemble. Mais le point central de la démonstration, à savoir le rôle essentiel de Marillac, n’est à ce jour étayé par aucune autre source.
2) Que nous apprend ce document sur les pratiques d’historien de Lefèvre de Lezeau ? Plusieurs indices nous laissent penser que ce texte pourrait être à l’origine autonome, et aurait été tardivement inséré par l’auteur dans sa Vie de Marillac.
3) Quelle est la stratégie d’écriture de l’auteur ? La réhabilitation de la bonne Ligue est rendue acceptable car elle se fait au miroir du parti royaliste : comme le royaliste, le bon ligueur est modéré, courageux, il a le sens de l’état, et c’est un « bon français », gallican et opposé aux ambitions espagnoles. Mais derrière ces éléments consensuels, l’auteur ne remet pas en cause la légitimité de la Ligue ; il en fait même le premier instrument de la Providence pour pacifier la France. Subrepticement, Lezeau bat en brèche les fondements de l’historiographie bourbonienne ; ce faisant, il offre au lectorat dévot l’occasion de considérer l’épisode ligueur non plus comme un échec, mais comme une victoire spirituelle et politique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été présenté lors de la journée d’études du 23.03.2011 : « Nicolas Lefevre de Lezau et l’écriture »

Texte intégral

  • 1  Descimon, Robert, Qui étaient les Seize ? Mythes et réalités de la Ligue parisienne, 1585-1594, Pa (...)
  • 2  Penzi, Marco, « Damnatio memoriae : La Ligue catholique française e la storiografia, tra politique (...)
  • 3  Sur le contexte de 1593, voir : Jouanna, Arlette, Boucher, Jacqueline, Biloghi, Dominique, Le Thie (...)
  • 4  Lefevre de Lezeau, Nicolas, Histoire de la vie Monsieur le garde des seaux de Marillac, Bibliothèq (...)

1Michel de Marillac, comme beaucoup de serviteurs de l’état, fut ligueur1. C’est à cette délicate partie du passé de son héros que Lefevre de Lezeau consacre le chapitre III de son œuvre. On touche ici au cœur de la problématique du lien entre écriture dévote, mémoire et engagement politique. Alors que la Ligue est toute entière vouée aux gémonies par l’historiographie royaliste2, la thèse principale de l’auteur consiste dans l’idée suivante : Marillac appartenait à une « bonne Ligue », et c’est ce parti qui a sauvé la monarchie des menaces que la « mauvaise ligue » – celle des Seize – faisait peser sur la couronne. Le moment héroïque, de cette bonne Ligue, c’est juin 1593. Aux états généraux de la Ligue réunis à Paris, on parle d’élire un roi, peut-être un étranger, ou un prince français que l’on marierait avec l’infante d’Espagne Isabel Claire Eugénie, fille de Philippe II et d’Elisabeth de Valois. C’est alors que le parlement ligueur de Paris, dont Marillac est membre, promulgue l’arrêt dit « arrêt Lemaître », qui casse tout ce que les états pourraient délibérer contre la loi salique, c'est-à-dire la loi de primogéniture mâle dans la dévolution de la couronne. Toute tentative étrangère d’accès à la couronne se trouve ainsi entravée3. Notre chapitre III relate ces événements. Avant de présenter le texte, il est nécessaire d’en faire un résumé rapide, puisque sa structure narrative est pour le moins complexe. La version sur laquelle nous travaillerons couvre les folios 80 à 103 du manuscrit de la bibliothèque Sainte-Geneviève4. Nous avons divisé le chapitre en six parties.

1) Du folio 80r au folio 82r, l’auteur résume les actions de Marillac à Paris pendant la Ligue, en tant que membre de la chambre des enquêtes du parlement. Le passage se termine sur le rôle de Marillac dans la réduction de Paris à l’obéissance d’Henri IV en 1594.

2) Du folio 82v au folio 91r, l’auteur se livre au récit de la manière dont, en juin 1593, Marillac a indirectement incité le parlement à promulguer l’arrêt, connu sous le nom « d’arrêt Lemaître ». Car c’est à la requête de Marillac, comme conseiller de la chambre des enquêtes, que les chambres du parlement se seraient assemblées pour débattre du problème, Marillac s’indignant de la prétention des états généraux à élire un roi. S’ensuit une transcription de l’arrêt Lemaître.

  • 5  Ibid., f°89v. L’arrêt mentionne : « les arretz donnés par ladite cour pour la déclaration d’un Roy (...)

3) Du folio 91v au folio 94r, à partir d’une allusion, contenue dans l’arrêt Lemaître, à des arrêts plus anciens5, l’auteur effectue un retour en arrière dans le temps, pour raconter le rôle de Marillac dans la promulgation d’un arrêt de novembre 1592 ; cet arrêt spécifiait que les états généraux se réuniraient pour « déclarer » un roi, et non pas pour « élire » un roi.

4) Du folio 94v au folio 96r, l’auteur procède encore à rebours, pour expliquer les premières décisions qui ont mené à la volonté de convoquer les états généraux : il évoque le premier conseil général de l’Union (c’est-à-dire la Ligue), le 17 février 1589. Puis il livre un panorama général des institutions ligueuses.

  • 6  Sur ces événements, voir : Jouanna, Arlette, et al., op. cit., p. 380-381, 384-389.

5) Du folio 96r au folio 101r, l’auteur repart en avant dans le temps, pour évoquer une assemblée de la ville de Paris tenue en octobre 1591 au cours de laquelle il fut décidé, notamment sous l’impulsion de Marillac, encore une fois, de sommer Henri IV de se faire catholique. Mais face à l’opposition de Mayenne, on s’est contenté d’une déclaration appelant à la réunion des catholiques. Cette déclaration, selon l’auteur, a mené à la conférence de Suresnes, puis à la conversion d’Henri IV et à la trêve générale de juillet 15936.

6) Du folio 101v au folio 103r, l’auteur justifie sa narration à rebours,

[...] reculant vers les causes de ces événements à mesure que les actes qui en font mention en ont donné subject, pour faire entendre ce qui estoit contenu en iceux.

Puis, en quelques lignes, il replace la suite des événements dans l’ordre chronologique, pour finir sur le rôle essentiel que Dieu a donné à la « bonne Ligue » dans la réconciliation des Français.

2Une première question s’impose : les faits rapportés par ce document sont-ils crédibles ? Afin d’avoir des éléments chronologiques tangibles, nous avons consulté des travaux de certains érudits du xixe siècle et du début du xxe siècle. Leur aide a été d’une utilité certaine, surtout lorsque nous avons pu nous assurer que ces ouvrages se fondaient sur des sources de première main ou bien sur des mémorialistes contemporains des événements.

  • 7  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°86v.
  • 8  L’Estoile, Pierre de, Journal du règne de Henri IV, dans Collection de mémoires pour servir à l’hi (...)
  • 9  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°91r.
  • 10  Manifeste de Monsieur de Vitry à la noblesse de France, dans Mémoires de la Ligue, Amsterdam, 1758 (...)
  • 11  Maugis, Edouard, Histoire du parlement de Paris, de l’avènement des rois Valois à la mort de Henri (...)
  • 12  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°92r.
  • 13  L’Estoile, Pierre de, op. cit., p. 295-297.
  • 14  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°100r-100v.
  • 15  Palma Cayet, Pierre Victor, Chronologie novenaire, dans Collection de mémoires pour servir à l’his (...)

3En comparant ces ouvrages à notre texte, on constate d’abord que beaucoup de détails donnés par l’auteur semblent fidèles aux événements. Notre texte souligne le rôle du discours du procureur général Molé, dans la mobilisation des parlementaires pour la défense de la loi salique7 ; or, ce rôle est confirmé par le journal de Pierre de l’Estoile8. Notre chapitre décrit l’impact très fort de l’arrêt Lemaître sur les états généraux, notamment sur la chambre de la noblesse, qui à cette occasion trouve le courage de s’opposer à l’idée d’une élection royale9 ; cet impact est confirmé par le texte de la déclaration du sieur de Vitry, mentionnée par notre texte10. Si, comme notre auteur, on remonte dans le temps, Edouard Maugis, dans son histoire du parlement de Paris, confirme le fait qu’en cassant l’arrêt de Châlons, le 18 novembre 1592, le parlement ligueur a affirmé que les Etats n’auraient pas vocation à élire le roi11, ce qui rejoint la version présentée dans notre texte12. La teneur de cet arrêt de Châlons est par ailleurs confirmée dans le journal de l’Estoile13. Au sujet de la déclaration sur la réunion des catholiques, enregistrée par le parlement le 5 janvier 1592, et de la réponse des princes catholiques royalistes14, la date et les circonstances données par notre texte sont confirmées, par exemple par Palma Cayet15.

  • 16  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°87r-88r.
  • 17 Maugis, Edouard, op. cit., t. 2, p. 117.
  • 18  Ibid.,p. 121.

4Malgré toutes ces exactitudes, des doutes importants persistent. Certains relèvent de détails. Par exemple, notre texte affirme que le 28 juin, une entrevue prévue au matin entre les parlementaires et Mayenne, a été reportée par lui à l’après-midi, et que c’est à ce moment-là qu’il a incité les magistrats à renoncer à l’arrêt Lemaître, arguant qu’ils auraient dû le consulter avant de le promulguer16. Mais Maugis, qui situe ces événements le 29 juin17, nous dit que l’audience du matin a bien eu lieu, et que Mayenne y a eu une réaction ambiguë, donnant le même argument, avant de s’y opposer beaucoup plus fermement l’après-midi18.

  • 19  Ibid.,p. 109.
  • 20  Martin, Henri, Histoire de France depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789, Furne, Paris, 1 (...)

5Mais il y a plus grave : parmi toutes les sources que nous avons pu parcourir, notre texte est la seule qui évoque ce rôle essentiel joué par Marillac. Maugis confirme les demandes des députés des chambres des enquêtes pour faire assembler le parlement – présentées ici comme une initiative décisive de Marillac – mais il explique qu’elles sont suscitées par Guillaume Du Vair et l’avocat royaliste Pierre Pithou19, et non par Marillac. L’histoire de France d’Henri Martin, évoque également une réunion tenue chez Pithou, où toute la stratégie des parlementaires « Politiques » a été réglée par avance20. Si cette réunion a eu lieu, cela ruine sinon la primauté, du moins la singularité de la volonté politique de Marillac par rapport à ses collègues. Evidemment, il faudrait se plonger, pour éclaircir tout cela, dans des sources de première main. Nous ne faisons ici que poser les jalons d’une recherche plus approfondie.

  • 21  Capefigue, Baptiste, Histoire de la Réforme, de la Ligue et du règne de Henri IV, Duféy, Paris, 18 (...)
  • 22  Barante, Prosper Brugière, baron de, Le parlement pendant la Fronde. La vie de Mathieu Molé. Notic (...)

6C’est à ce point de notre présentation qu’il est nécessaire de faire un détour indispensable pour poser des hypothèses de lecture sur ce texte. Beaucoup d’historiens du xixe siècle utilisent notre texte comme source. C’est par exemple le cas de Baptiste Capefigue dans son histoire de la Réforme et de la Ligue en 183521, ou encore d’un biographe du procureur général Molé en 185922. Ils intitulent leur source « Mémoire de Marillac » sans faire aucune mention de Lefevre de Lezeau.

  • 23  Monmerqué, Louis Jean Nicolas de (éd.), « Mémoire de Marillac », dans Collection complète des mémo (...)
  • 24  De la Ligue, et particulièrement comme pendant icelle…, Bibliothèque de l’Arsenal, Fonds français, (...)
  • 25  Schapira, Nicolas, Un professionnel des lettres au xviie siècle. Valentin Conrart : une histoire s (...)
  • 26  Lettre de M. le garde des sceaux à M. le cardinal de Bérulle, Bibliothèque de l’Arsenal, Fonds fra (...)

7Notre chapitre III a en effet été publié pour la première fois en 1826, par Louis-Jean-Nicolas de Monmerqué, dans le tome 49 de la Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France23. Dans cette édition de 1826, c’est un texte à part, édité indépendamment de la Vie de Marillac par Lezeau, Vie dont Monmerqué, d’ailleurs, ignore l’existence. Pour lui, l’auteur de ce document n’est autre que Marillac lui-même. Ce texte, Monmerqué l’a trouvé à la bibliothèque de l’Arsenal, dans le « recueil Conrart24, copié de la main de Valentin Conrart lui-même, le grand « professionnel des lettres » du xviie siècle, fidèle de Richelieu, un des fondateurs puis secrétaire perpétuel de l’Académie française25. Le document est précédé d’une lettre de Marillac au cardinal de Bérulle, sur la situation politique du royaume à la fin des années 1620, et notamment les oppositions que Marillac rencontre de la part des parlements26. Monmerqué considère cette lettre comme une pièce liminaire à notre texte, ce qui est très contestable, puisque la lettre n’y fait aucune allusion.

8Que peut-on dire sur cette découverte ?

  • 27  Schapira, Nicolas, op. cit., p. 444 et suivantes.
  • 28  Ibid., p. 98-151.

Une première hypothèse peut être avancée. Valentin Conrart aurait eu entre les mains la Vie de Marillac par Lezeau, et en aurait recopié ce chapitre, parce que sa dimension historique l’intéressait. Un tel procédé correspondrait assez aux pratiques d’historien de Conrart27. Dans une telle hypothèse, il serait intéressant de savoir que Conrart, protestant et fidèle de Richelieu, a eu accès au texte de Lezeau. C’est peut-être même une piste possible pour expliquer les difficultés de la publication, de la Vie de Marillac, lorsqu’on sait le pouvoir dont jouissait Conrart sur l’attribution des privilèges28.

9Il y a cependant une deuxième possibilité : nous sommes peut-être face à un texte à l’origine autonome, écrit pour lui-même, et inséré par Lefevre de Lezeau dans son œuvre. Certains arguments pourraient soutenir cette hypothèse.

  • 29  Ibid., p. 444 et suivantes.
  • 30  Voir la contribution d’Anne-Valérie Solignat-Müller à cette journée d’étude.

1) La liberté que Lezeau aurait prise pour insérer ce texte dans sa Vie de Marillac n’aurait rien d’exceptionnel dans les pratiques d’écritures de l’histoire au xviie siècle : il est fréquent que l’auteur taise l’ajout d’un document29. D’ailleurs d’autres passages de la Vie de Marillac peuvent être soupçonnés d’avoir fait l’objet de tels arrangements : le chapitre consacré à la généalogie des Marillac est peut-être un texte plus ancien, rédigé à l’origine pour le maréchal Louis de Marillac, le frère du garde des sceaux30.

  • 31  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°80r.
  • 32  Ibid., f°82v.

2) Dans le manuscrit de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, sur lequel nous avons travaillé, le titre du chapitre est immédiatement suivi d’un intertitre, « Chapitre un »31 ; et plus loin, on peut relever un autre intertitre : « ensuit ce qui se passa à la ligue concernant la loi salique et autres actions importantes »32. Non seulement ce type de subdivision n’est pas présent dans le reste de l’œuvre de Lezeau, mais cela pourrait laisser supposer, étant donné que la Vie de Marillac est elle-même déjà subdivisée en chapitres, que ce texte était prévu, à l’origine, pour former une unité séparée.

3) Dans le manuscrit de la Bibliothèque de l’Arsenal, Conrart a inséré la note suivante : « A la fin du pénultiesme article qui finit par ces mots La plus grande partie,il y avoit quelques lignes rayées contenant ces paroles :

  • 33  De la Ligue…, op. cit., Bibliothèque de l’Arsenal, Fonds français, 5413, p. 168.

Et cette compagnie se trouva si généreuse à la conservation des droits du royaume, qu’ils refusèrent audit sieur cardinal de Cega, Légat, l’entrée de sa croix en la chambre de l’assemblée, pour luy faire connoître qu’il n’y avoit aucune jurisdiction.33

Cette partie du texte n’étant présente dans aucun de nos manuscrits (Bibliothèque Sainte-Geneviève, Bibliothèque Nationale et Archives nationales), le texte recopié par Conrart apparaît donc comme le plus complet, le moins expurgé ce qui plaide en faveur de son antériorité chronologique.

  • 34  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°80r. Les ajouts sont en italique : « De la ligue et partic (...)
  • 35  De la Ligue…, op. cit., Bibliothèque de l’Arsenal, ibid., p. 149 : « De la Ligue et particulièreme (...)

4) Le dernier argument tient à la comparaison entre les titres du chapitre, dans les différents manuscrits. Jusqu’à notre découverte du manuscrit de la Bibliothèque de l’Arsenal, c’est celui de la Bibliothèque Sainte-Geneviève qui était le moins expurgé34. Or, dans ce manuscrit, les ajouts et les ratures se font sur la base d’un titre originel, qui correspond presque mot pour mot au titre du chapitre dans le manuscrit de l’Arsenal, lequel ne comporte ni ajouts ni ratures35. Bien sûr, ce n’est nullement une preuve, car il est possible, par exemple, qu’il y ait une version plus ancienne, et perdue, de la Vie de Marillac, recopiée à la fois par Conrart et par le copieur du manuscrit de Sainte-Geneviève. Il s’agit juste d’un indice supplémentaire qui pourrait plaider dans le sens d’une antériorité du manuscrit de l’Arsenal.

  • 36  Cf notes 33 et 34.

10Une fois ces hypothèses posées, que peut-on en dire ? Beaucoup de questions doivent être soulevées. Si le chapitre III est autonome, et que son texte original correspond à la copie faite par Conrart, quand a-t-il été écrit, dans quel but, et par qui ? Ce texte a-t-il été écrit par Lezeau avant d’entreprendre la rédaction de la Vie de Marillac ? La comparaison entre les titres peut encore nous donner un indice : le texte dont la copie est à l’Arsenal a été écrit à une époque où l’entame « De la Ligue » était acceptable ; alors que lorsque Lezeau choisit l’insérer dans son œuvre, cette référence dans le titre est gommée au profit de la seule mention du maintien de la loi salique36. L’aspect le plus sulfureux – l’engagement ligueur – a été effacé au profit de ce qui rattache l’action de Marillac au service de l’état. Dans la dynamique génétique apparaît peut-être une dynamique chronologique, entre une époque où avoir un passé ligueur était chose courante, et une époque où la damnatio memoriae a définitivement fait son œuvre…

11En l’absence provisoire de réponse, nous allons tout de même proposer une lecture hypothétique de ce chapitre. Il s’agit de répondre à la question suivante : même si ce texte est à l’origine autonome, pourquoi Lezeau a-t-il choisi de l’insérer dans son œuvre ? Quelle est sa place dans son écriture dévote ? Notre hypothèse est la suivante : au-delà d’une justification héroïque de l’action de Marillac, nous sommes en fait face à texte d’une grande ambiguïté politique et religieuse. Et cette ambiguïté, à notre avis, est le fruit d’une stratégie d’écriture de la part de l’auteur. Tout ceci ne se comprend que si on songe aux deux horizons d’attente auxquels Lezeau pourrait vouloir s’adresser de manière concomitante.

  • 37  Penzi, Marco, art. cit.
  • 38  Marin, Louis, Le récit est un piège, Ed. de Minuit, 1990 (1978), p. 13.

12Le premier lectorat est constitué par ceux dont la vision de la période de la Ligue a été façonnée par l’historiographie bourbonienne officielle : par exemple, la Satire Ménippée, l’Histoire universelle de Jacques-Auguste de Thou, ou encore les lettres d’Etienne Pasquier37. A ce lectorat, et donc également à la censure, l’auteur tend un piège littéraire. Un des deux pièges de l’écriture baroque, mis au jour par Louis Marin, est le « piège de la fantaisie ». Ce piège relève de la stratégie du courtisan rusé, qui tend au puissant une image valorisante dans laquelle il va se reconnaître. C’est un pari sur le narcissisme de l’interlocuteur38. La forme que ce piège va prendre ici, c’est une captatio benevolentiae permanente, une continuelle complaisance à l’égard de l’historiographie royaliste. L’axe majeur de cette complaisance, c’est le fait que si bonne Ligue il y a, c’est uniquement dans la mesure où ces bons ligueurs ont les mêmes vertus que les royalistes. Les bons ligueurs n’existent qu’au miroir des royalistes. Naturellement, il ne s’agit pas de dire que l’auteur est hypocrite : il est sans doute convaincu des vertus de Marillac ; mais conviction et rhétorique ne sont pas incompatibles. Ce lectorat façonné par l’historiographie royaliste, une fois piégé par cette complaisance, va accepter, sans s’en apercevoir, des éléments beaucoup subversifs disséminés tout au long du texte, sur lesquels nous reviendrons. Quant au second lectorat il, s’agit du lectorat dévot, anciens ligueurs ou admirateurs de la Ligue : dans le texte de Lezeau, les dévots vont lire une commémoration de l’engagement ligueur ; ils verront aussi que dans le combat qui s’est mené au début des années 1590, les catholiques zélés ne sont plus les éternels perdants.

13Ainsi, le premier point de notre démonstration consiste dans l’idée selon laquelle la bonne Ligue n’existe qu’au miroir du parti royaliste. Elle peut donc facilement se fondre dans le moule des représentations construites par la propagande bourbonienne. Précisons d’emblée que cette rhétorique inclut de nombreuses vérités, confirmées d’ailleurs par l’historiographie récente.

  • 39  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°80r.
  • 40 Greengrass, Mark, France in the age of Henry IV: the struggle for stability, Londres-New York, Long (...)

14Le premier élément qui caractérise le bon ligueur, c’est l’honnêteté de ses motivations. L’auteur écrit que Marillac s’est porté au parti ligueur « par le seul intérêt de la religion catholique »39. Il s’agit une manière de démarquer Marillac de ceux pour lesquels la religion n’est qu’un prétexte dissimulant des motivations politiques. Cette différenciation épouse la vision henricienne des événements : la distinction entre le ligueur hypocrite et le ligueur sincère donc pardonnable, est présente dans le discours d’Henri IV lui-même40.

  • 41  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°81r-81v.

15Le deuxième élément du miroir consiste dans le fait que, comme le royaliste, le bon ligueur, à un moment ou à un autre, a combattu la mauvaise ligue. En effet, notre texte donne à voir la participation active de Marillac à la prise de Paris par Henri IV41. Au-delà du miroir, bons ligueurs et royalistes se reconnaissent donc dans la fraternité des armes.

  • 42  Yardeni, Myriam, La conscience nationale en France pendant les guerres de Religion, 1559-1598, Lou (...)
  • 43  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°81v.
  • 44  Ibid., f°82v.
  • 45 Ibid., f°90r.
  • 46 Ibid., f°90v.

16Avec le troisième élément du miroir, nous en arrivons à un point essentiel : comme les royalistes, les bons ligueurs sont de « bons français », à mille lieues des autres ligueurs qui, sur le modèle du Manant, privilégient la religion à la nation, acceptent l’intervention du pape au temporel et seraient prêts à donner la couronne à un prince étranger pourvu qu’il soit catholique42. On voit Marillac prendre un risque physique face à la garnison espagnole43, l’auteur prend soin de spécifier que son héros n’a pas appartenu à la ligue espagnole mais à la ligue française44. Surtout, l’arrêt Lemaître, qui est présenté en partie comme l’œuvre de Marillac, est une réponse directe aux propositions faites aux états le 28 mai 1593 par le duc de Féria pour l’élection de l’infante Isabel Claire Eugénie45. Le procureur général Molé, autre bon ligueur, va même jusqu’à donner l’exemple d’une profession de foi patriotique, déclarant à Mayenne qu’il « estoit vray françois et mourrait françois »46.

  • 47  Ibid., f°92r-93r.

17Le patriotisme du bon ligueur ne se limite pas seulement à l’aversion pour l’Espagnol ou bien au refus de voir la couronne tomber en des mains étrangères. En effet, le texte donne à voir Marillac contribuant à la promulgation d’un arrêt allant à l’encontre des facultés politiques du légat pontifical, le cardinal de Plaisance47. Ce faisant, les parlementaires parisiens marquent leur opposition aux ingérences temporelles de la papauté. Dans le même sens, la note transcrite par Conrart, dans le manuscrit de la Bibliothèque de l’Arsenal, rapporte que les parlementaires parisiens

  • 48  De la Ligue…, op. cit., Bibliothèque de l’Arsenal, Fonds français, 5413, p. 168.

18[...] refusèrent audit sieur cardinal de Cega, Légat, l’entrée de sa croix en la chambre de l’assemblée, pour luy faire connoître qu’il n’y avoit aucune jurisdictio.48

  • 49  Par exemple, les procès-verbaux des Etats généraux rapportent la réaction suivante de certains dép (...)
  • 50  Tallon, Alain, Conscience nationale et sentiment religieux en France au xvie siècle. Essai sur la (...)
  • 51  Hildesheimer, Françoise, Richelieu, Paris, Flammarion, 2004, p. 222, 235-236.

Ainsi, les bons ligueurs sont non seulement anti-espagnols mais également de fervents gallicans, contrairement à une certaine partie de la Ligue radicale qui milite dans le sens d’un ultramontanisme virulent49. Avec son argumentaire de réhabilitation, l’auteur de notre texte n’invente rien : ce gallicanisme ligueur est un phénomène avéré, et récemment étudié50. Dans ces manifestations de patriotisme, il y a un élément de compréhension complémentaire : si l’auteur écrit en pleine guerre de Trente ans, de telles proclamations sont une manière de laver Marillac du soupçon d’amitié à l’égard des ennemis de la France, grief adressé au garde des sceaux par ses détracteurs51.

  • 52  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°95v-96r.
  • 53  Cet historien prépare actuellement un ouvrage de synthèse sur le sujet, mais on peut également cit (...)
  • 54  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°84r-v, f°92r.
  • 55  Jouanna, Arlette, « Monarchie mixte », dans Jouanna, Arlette, et al., op. cit., p. 1106-1111. Mell (...)

19Nous en arrivons au quatrième élément du miroir dessiné par l’auteur : comme le royaliste, le bon ligueur a le sens de l’Etat. Lezeau se livre à une description sans concession du désordre des institutions ligueuses52. Il rejoint par là un des principaux griefs adressés à la Ligue par les royalistes : son anarchie. Pour l’auteur, le but de cette critique est de montrer que tous les ligueurs ne jouaient pas le jeu de cette anarchie, n’étaient pas des partisans de la liberté des provinces et des villes ; non, certains ligueurs avaient une conception étatique gouvernement. Ici aussi, l’argumentaire de Lezeau épouse une certaine réalité historique, c’est ce qu’Olivier Poncet a montré dans le cadre de ses recherches sur l’état ligueur53. Il y a plus important : à plusieurs reprises, on voit Marillac se mobiliser contre l’idée selon laquelle les états pourraient élire le roi de France, « ces pensées d’élection » étant « impensables en ce royaume successif »54. C’est évidement une manière de se tenir à distance des aspects les plus subversifs du programme politique de la Ligue, programme réinvestissant les idées des monarchomaques protestants sur la monarchie mixte55. Ici, nous avons sans doute l’aspect le plus fort du service rendu à la monarchie française par les bons ligueurs. Selon l’auteur, ils ont empêché qu’elle ne devienne une monarchie élective.

  • 56  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°84v.

20Le dernier aspect du « miroir de la fantaisie » dressée par Lezeau est présent tout au long de ce chapitre III. Il s’agit de la mise en scène du courage et de la modération de la bonne ligue face à « ceux de la faction », c’est-à-dire les plus radicaux, et face aux pressions de Mayenne. Il est écrit qu’en assumant leur volonté de conciliation, pour les parlementaires parisiens, « le danger n’estoit pas moindre que de la vie »56 ; et plus loin :

  • 57  Ibid., f°88r.

[...] ilz avoient faict tous serment de perdre plustost la vie que de despartir de leur arrest.57

  • 58  Crouzet, Denis, « Les fondements idéologiques de la royauté d’Henri IV », dans Henri IV, le roi et (...)
  • 59  Daubresse, Sylvie, Le parlement de Paris, ou la voix de la raison (1559-1589), Genève, Droz, 2005.

21L’auteur met donc en scène une politique de courage et de raison soucieuse du bien public, contre les passions ; ce qui rejoint totalement la posture adoptée par les royalistes, et au plus haut point par Henri IV lui-même, « le roi de raison » pour reprendre une expression de Denis Crouzet58. Cette posture s’inscrit également dans la tradition des autoreprésentations parlementaire, les cours souveraines se voulant porter « la voix de la raison » à l’ensemble du royaume, comme l’a montré Sylvie Daubresse59.

  • 60  Descimon, Robert, « La Ligue à Paris (1585-1594) : une révision », dans Annales économies, Société (...)

22Au final, ces observations dessinent une réhabilitation consensuelle, qui domine largement le texte. Cette bonne ligue, c’est celle des « Politiques », ennemis des Seize, « préralliés à Henri IV, auxquels le mayennisme sert de masque »60. Mais derrière ce piège de la fantaisie, qui rend la réhabilitation acceptable, politiquement correcte, pourrait-on dire, des aspects subversifs sont disséminés dans l’ensemble du texte. Il s’agit à présent de les observer et d’en évaluer la portée.

  • 61  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°100r-v.
  • 62  Jouanna, Arlette, « Semonneux », dans Jouanna, Arlette, et al., op. cit., p. 1298.

23En donnant un rôle essentiel dans la réconciliation, à ceux qui voulaient appeler Henri IV à la conversion61, l’auteur élargit le périmètre de cette bonne ligue, qui ne se limite pas seulement aux Politiques, mais englobe donc « les semonneux », comme on les appelait alors, qui dans les faits, avaient une ligne de conduite beaucoup plus prudente et attentiste62. C’est une première aspérité dans le tableau très lisse de la bonne Ligue telle que nous avons pu l’appréhender jusqu’à présent.

  • 63  Penzi, Marco, art. cit.
  • 64  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°89v.
  • 65  Jouanna, Arlette, Le devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’Etat moderne, 1 (...)
  • 66  Cosandey, Fanny, Descimon, Robert, L’absolutisme en France. Histoire et historiographie, Paris, éd (...)
  • 67  Le Roux, Nicolas Un régicide au nom de Dieu. L’assassinat d’Henri III, 1er août 1589, Paris, Galli (...)

24Un deuxième aspect s’avère beaucoup plus grave : l’auteur a beau critiquer l’ambition de Mayenne et le désordre des institutions ligueuses, la légitimité de ces institutions, pas plus que celle de la charge de Mayenne de lieutenant-général de la couronne, ne sont jamais remises en cause. Or, dans l’historiographie bourbonienne, ces institutions ne sont que l’expression d’une rébellion, et Mayenne un usurpateur63. L’arrêt Lemaître, présenté comme celui qui a sauvé la couronne, légitime Mayenne dans sa charge de lieutenant-général64 ; charge qui symbolise au plus haut point la continuité d’un état sans roi, au cœur de la doctrine politique des ligueurs, reprenant en cela les doctrines monarchomaques65. Ces éléments accréditent implicitement l’idée, qu’entre 1589 et 1593, le royaume de France a connu un interrègne : cette possibilité va radicalement à l’encontre de l’idéologie absolutiste, qui veut que « le roi ne meure jamais », refuse de penser la séparation entre l’état et la personne royale66, et voudrait donc que la France ait eu un roi, en la personne d’Henri IV, dès la mort de son prédécesseur, dans la nuit du 1er au 2 août 158967. Ainsi, non seulement le texte suggère une conception monarchomaque de la monarchie, mais encore il réfute l’idée selon laquelle Henri IV ait été roi de France dès 1589.

  • 68  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°93r.
  • 69 Cosandey, Fanny, Descimon, Robert, op. cit., p. 77.Lors de la journée d’étude du 23 mars 2011, Mons (...)
  • 70  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°100r-101r.
  • 71  Cette idée est suggérée par Wolfe, Michael, The conversion of Henri IV. Politics, power and religi (...)
  • 72  Gauchet, Marcel, « L’état au miroir de la raison d’Etat », dans Zarka, Yves- Charles (dir.), Raiso (...)

25Dans une perspective proche, un autre détail s’avère extrêmement subversif : le texte nous dit que les états ne peuvent pas élire le roi, certes, mais qu’ils peuvent le « déclarer »68; leur légitimité à se prononcer sur la royauté d’Henri IV n’est pas contestée par l’auteur, ce qui est impensable dans la conception absolutiste de la transmission de la couronne, dévolution successive et naturelle69. Il faut ajouter à cela l’idée, présente à la fin du texte, selon laquelle c’est la déclaration de la Ligue pour la réunion des catholiques a conduit à la conversion du roi et à la paix70. Derrière cette vision des choses, l’auteur ne parle pas de rebelles qui se réduisent à l’obéissance de leur prince, mais d’un état qui donne à un prince son autorisation à régner. Comme si la légitimité d’Henri IV lui venait de sa conversion et de la grâce des ligueurs qui l’ont acceptée71. Il y a presque une inversion de la vision royaliste : ce n’est pas Henri IV qui pardonne les bons ligueurs, ce sont les bons ligueurs qui pardonnent Henri IV. Il y a un argument de plus en faveur de cette lecture : à plusieurs reprise, l’auteur parle du « roi de Navarre », comme si le Bourbon n’était devenu roi de France qu’en se convertissant et en étant reconnu par la Ligue. Ce texte suggère donc le fait que la conversion fait exister le roi pour l’état. Dans l’idéologie absolutiste, cette idée est difficilement acceptable : l’état ne devrait exister que par le roi72.

  • 73  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°102v-103r.
  • 74  Crouzet, Denis, art. cit.

26Le point culminant des aspects sulfureux de ce texte se trouve dans les derniers folios. Les bons ligueurs sont présentés comme les conquérants de la paix, étant en cela « premiers et les plus efficaces » moyens choisis par Dieu73. C’est évidemment une idée qui détruit la vision henricienne des événements, dans laquelle la paix est conquise par les armes royales soutenues par la Providence74. Ici, la Providence est avant tout du côté des bons ligueurs.

  • 75  Dobry, Michel, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, (...)

27Ainsi, derrière une réhabilitation lisse, l’auteur poursuit, bien des années après la compétition pour la définition de la réalité75 : la Ligue était légitime et non rebelle ; et la légitimité d’Henri IV lui vient de sa conversion et de sa réconciliation avec la Ligue. Le texte révèle en cela les frustrations et le ressentiment de cette mémoire des vaincus qui essaie de se muer en mémoire des vainqueurs.

  • 76  Di Donato, Francesco, « Une magistrature contrefort de la monarchie absolue », dans Le Parlement d (...)
  • 77  Renoux-Zagame, Marie-France, « Le Royaume de la loi » : équité et rigueur du droit selon la doctri (...)
  • 78  Di Donato, Francesco, « La puissance cachée de la robe. L’idéologie du jurisconsulte moderne et le (...)

28Nous terminerons sur quelques commentaires qui nous éloignent un peu de la mémoire de la Ligue, mais permettront de souligner toute la richesse de ce chapitre III. Ce texte nous amène en effet à mieux comprendre pourquoi l’arrêt Lemaître est très vite devenu un lieu de mémoire de la culture parlementaire76. D’abord, et ceci est bien connu, parce que cet arrêt symbolise au plus au point la conception qu’ils se font de leur rôle de gardiens du droit de la monarchie77. Mais aussi parce que dans ce contexte troublé, leur action se teinte d’héroïsme et prend une tournure particulièrement dramatique ; le texte met en scène l’idée selon laquelle tout se serait joué dans une temporalité décisive, au cours de laquelle ces magistrats ont sauvé la monarchie in extremis, sauvetage préparé par des actions précédentes, mais dont la réussite n’était pas assurée. Il y a plus : le texte tend à montrer qu’en ce temps de vacance de la couronne, ils ont aussi été les gardiens de l’état, cet état sans roi, assumant pleinement leur participation à la souveraineté monarchique78.

  • 79  Dobry, Michel, op. cit., p. 211-217. La stratégie mise en œuvre par les parlementaires pour sortir (...)
  • 80  Barnavi, Elie, Descimon, Robert, La Sainte-Ligue, le juge et la potence. L’assassinat du président (...)
  • 81  Cité par Maugis, Edouard, op. cit., t. 2, p. 117.
  • 82  Jouanna, Arlette, Le devoir de révolte, op. cit., p. 202. Mellet, Paul-Alexis, op. cit., p. 157-16 (...)
  • 83  Brenot, Marie-Anne : « Le corps pour royaume. Un Langage politique de la fin du xvie siècle et du (...)

29Enfin, si cet arrêt est décisif dans la mémoire parlementaire, c’est aussi parce qu’il constitue une victoire politique, par laquelle le parlement de Paris s’est relégitimé79 face aux pouvoirs qui lui faisaient concurrence, notamment la ville de Paris et les états généraux ; la cour a ainsi effacé l’humiliation subie en novembre 1591, lors de l’exécution par les Seize du président Brisson80. Or, cette relégitimation parlementaire ne se confond pas avec la relégitimation royale ; elle n’est pas au service de l’absolutisme royal. La preuve la plus criante, c’est la critique génétique qu’on peut faire de l’arrêt Lemaître en le comparant aux réquisitions de Du Vair à propos de la défense de la loi salique. Du Vair parlait de maintenir la couronne sous la « domination d’un roi catholique »81. Mais au final, dans l’arrêt promulgué, les magistrats ont préféré parler de « protection ». Or, dans la culture politique de l’époque, la protection induit un lien plus souple que la domination pure et simple : il implique réciprocité et obéissance sinon contractuelle, du moins conditionnelle. En cela, le terme de « protection » est bien plus proche du vocabulaire de la monarchie mixte82 que de l’imaginaire organiciste, patriarcal ou marital que cherche à promouvoir la propagande bourbonienne83. Les magistrats se sont donc arrogés le droit de redéfinir le rapport entre l’état et le roi en des termes monarchomaques ! C’est là une raison de plus de voir ce texte comme subversif. Et si piège rhétorique il y a, on comprend que la censure des premières années du règne de Louis XIV ne s’y soit pas laissée prendre.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Descimon, Robert, Qui étaient les Seize ? Mythes et réalités de la Ligue parisienne, 1585-1594, Paris, Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Ile-de-France, 1983, p. 187-187.

2  Penzi, Marco, « Damnatio memoriae : La Ligue catholique française e la storiografia, tra politiques, rivoluzionari, mistici e liberali », dans Quaderni storici, 118, 2005, p. 263-284.

3  Sur le contexte de 1593, voir : Jouanna, Arlette, Boucher, Jacqueline, Biloghi, Dominique, Le Thiec, Guy, Histoire et dictionnaire des guerres de Religion, Paris, R. Laffont, 1998, p. 382-383. Sur le rôle de l’Espagne dans les guerres de Religion françaises, voir : Vasquez de Prada, Valentin, Felipe II y Francia (1559-1598). Politica, Religion y Razon de Estado, Pampelune, Pamplona, Ed. Universidad de Navarra, 2004. Sur la loi salique, voir : Viennot, Eliane, La France, les femmes et le pouvoir. L’invention de la loi salique Ve-XVIe siècles, Paris, Perrin, 2006.

4  Lefevre de Lezeau, Nicolas, Histoire de la vie Monsieur le garde des seaux de Marillac, Bibliothèque Sainte-Geneviève, Manuscrit 826.

5  Ibid., f°89v. L’arrêt mentionne : « les arretz donnés par ladite cour pour la déclaration d’un Roy catholique et françois ».

6  Sur ces événements, voir : Jouanna, Arlette, et al., op. cit., p. 380-381, 384-389.

7  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°86v.

8  L’Estoile, Pierre de, Journal du règne de Henri IV, dans Collection de mémoires pour servir à l’histoire de France, 46, Paris, Foucault, 1825, p. 440.

9  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°91r.

10  Manifeste de Monsieur de Vitry à la noblesse de France, dans Mémoires de la Ligue, Amsterdam, 1758, t. 6, p. 14.

11  Maugis, Edouard, Histoire du parlement de Paris, de l’avènement des rois Valois à la mort de Henri IV, 1913-1916, t. 2, p. 96.

12  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°92r.

13  L’Estoile, Pierre de, op. cit., p. 295-297.

14  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°100r-100v.

15  Palma Cayet, Pierre Victor, Chronologie novenaire, dans Collection de mémoires pour servir à l’histoire de France, 41, Paris, Foucault, 1824, p. 209.

16  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°87r-88r.

17 Maugis, Edouard, op. cit., t. 2, p. 117.

18  Ibid.,p. 121.

19  Ibid.,p. 109.

20  Martin, Henri, Histoire de France depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789, Furne, Paris, 1855-1860, t. 10, p. 322.

21  Capefigue, Baptiste, Histoire de la Réforme, de la Ligue et du règne de Henri IV, Duféy, Paris, 1834-1835, t. 6,p. 368 et suivantes.

22  Barante, Prosper Brugière, baron de, Le parlement pendant la Fronde. La vie de Mathieu Molé. Notices sur Edouard Molé, procureur général pendant la Ligue, Didier, Paris, 1859, p. 11 et suivantes.

23  Monmerqué, Louis Jean Nicolas de (éd.), « Mémoire de Marillac », dans Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, 49, Paris, Foucault, 1826, p. 453-479.

24  De la Ligue, et particulièrement comme pendant icelle…, Bibliothèque de l’Arsenal, Fonds français, 5413, p. 149-168.

25  Schapira, Nicolas, Un professionnel des lettres au xviie siècle. Valentin Conrart : une histoire sociale, Seyssel, Champ Vallon, 2003.

26  Lettre de M. le garde des sceaux à M. le cardinal de Bérulle, Bibliothèque de l’Arsenal, Fonds français, 5413, p. 141-148.

27  Schapira, Nicolas, op. cit., p. 444 et suivantes.

28  Ibid., p. 98-151.

29  Ibid., p. 444 et suivantes.

30  Voir la contribution d’Anne-Valérie Solignat-Müller à cette journée d’étude.

31  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°80r.

32  Ibid., f°82v.

33  De la Ligue…, op. cit., Bibliothèque de l’Arsenal, Fonds français, 5413, p. 168.

34  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°80r. Les ajouts sont en italique : « De la ligue et particulièrement comment pendant icelle il a esté le premier qui a faict la proposition sur laquelle est intervenu arrest pour avoir un roy catholique la confirmation la manutention et françois et empêcher que la couronne soit transférée en main estrangère au préjudice de la loy salique, et de quelques aultres faicts concernant ceste matière ».

35  De la Ligue…, op. cit., Bibliothèque de l’Arsenal, ibid., p. 149 : « De la Ligue et particulièrement comme pendant icelle il a esté le premier qui a fait la proposition sur laquelle est intervenu un arrest pour avoir un roy catholique et françois, et empescher que la couronne fust transférée en main estrangère au préjudice de la loy salique ».

36  Cf notes 33 et 34.

37  Penzi, Marco, art. cit.

38  Marin, Louis, Le récit est un piège, Ed. de Minuit, 1990 (1978), p. 13.

39  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°80r.

40 Greengrass, Mark, France in the age of Henry IV: the struggle for stability, Londres-New York, Longmann, 1995. Voir aussi : Ribbe, Charles de, Une famille au xvie siècle, Paris, Albanel, 1867, p. 172. L’auteur cite la correspondance d’un gentilhomme royaliste évoquant le pardon accordé par Henri IV à Honoré de Laurens, avocat général au parlement de Provence et ligueur très zélé. A son sujet, le Bourbon aurait dit : « il était ligueur non pour Guise, mais pour la religion ».

41  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°81r-81v.

42  Yardeni, Myriam, La conscience nationale en France pendant les guerres de Religion, 1559-1598, Louvain, Nauwelaerts, 1971, 176-177.

43  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°81v.

44  Ibid., f°82v.

45 Ibid., f°90r.

46 Ibid., f°90v.

47  Ibid., f°92r-93r.

48  De la Ligue…, op. cit., Bibliothèque de l’Arsenal, Fonds français, 5413, p. 168.

49  Par exemple, les procès-verbaux des Etats généraux rapportent la réaction suivante de certains députés à l’annonce de l’arrêt Lemaître : « Messieurs Le Barbier et du Laurens, avocats du roy aux parlemens de Normandie et de Provence, et députéz desdits pays, se seroient impétueusement, et avec des parolles arrogantes et piquantes, eslevez outre mesure tant contre ledict sieur prévost des marchans que Monsieur le Maistre, président en la cour de parlement, et l’un des députéz dudict Paris, en leur disant que c’estoit que l’on se formalisoit pour le temporel et non pour le spirituel ; et que l’on contredisoit tousjours le sainct concile de Trente, qui concernoit tous les fidelles chrestiens ; principallement ledict sieur président, qui ne parloit que des droicts et aucthoritéz du roy et de couronne, privillèges, franchises et libertéz de l’Eglise gallicane, ce qui demeureroit un schisme en l’Eglise, ainsy que ce bel arrest de ladicte cour de parlement [rendu] ces jours passéz ». Cité par Bernard, Auguste (éd.), Procès-verbaux des Etats généraux de 1593, Paris, Imprimerie royale, 1842,p. 314.

50  Tallon, Alain, Conscience nationale et sentiment religieux en France au xvie siècle. Essai sur la vision gallicane du monde, Paris, Presses universitaires de France, 2002. Tarrête, Alexandre, « Un gallican sous la Ligue : Guillaume du Vair (1556-1621) », dans Revue de l’histoire des religions, 3, 2009, p. 497-516.

51  Hildesheimer, Françoise, Richelieu, Paris, Flammarion, 2004, p. 222, 235-236.

52  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°95v-96r.

53  Cet historien prépare actuellement un ouvrage de synthèse sur le sujet, mais on peut également citer : Poncet, Olivier, Pomponne de Bellièvre. Un homme d’état au temps des guerres de Religion (1529-1607), Paris, école des Chartes, 1998. Id., « Benoît Milon (1529-1593) et l’administration centrale des finances de la Ligue (1589-1593) » dans Barbiche, Bernard, Bercé, Yves-Marie (dir.), études sur l’ancienne France offertes en hommage à Michel Antoine, Paris, école des Chartes, 2003, p. 301-324.

54  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°84r-v, f°92r.

55  Jouanna, Arlette, « Monarchie mixte », dans Jouanna, Arlette, et al., op. cit., p. 1106-1111. Mellet, Paul-Alexis, Les traités monarchomaques : confusion des temps, résistance armée et monarchie parfaite (1560-1600), Genève, Droz, 2007, p. 376.

56  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°84v.

57  Ibid., f°88r.

58  Crouzet, Denis, « Les fondements idéologiques de la royauté d’Henri IV », dans Henri IV, le roi et la reconstruction du Royaume. Actes du colloque, Pau-Nérac, Pau, Association Henri IV, 1990, p. 165-194.

59  Daubresse, Sylvie, Le parlement de Paris, ou la voix de la raison (1559-1589), Genève, Droz, 2005.

60  Descimon, Robert, « La Ligue à Paris (1585-1594) : une révision », dans Annales économies, Sociétés, Civilisations, 1, 1982, p. 72-111, p. 82 pour la citation.

61  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°100r-v.

62  Jouanna, Arlette, « Semonneux », dans Jouanna, Arlette, et al., op. cit., p. 1298.

63  Penzi, Marco, art. cit.

64  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°89v.

65  Jouanna, Arlette, Le devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’Etat moderne, 1559-1661, Paris, Fayard, 1989, p. 198.

66  Cosandey, Fanny, Descimon, Robert, L’absolutisme en France. Histoire et historiographie, Paris, éditions du Seuil, 2002, p. 77.Giesey, Ralph, Le roi ne meurt jamais. Les obsèques royales dans la France de la Renaissance, Paris, Flammarion, 1987. Micallef, Fabrice, « Un vray interrègne. Le régicide, la lieutenance-générale du duc de Mayenne et leur héritage politique (1589-1610) », dans Les régicides en Europe, xve-xixe siècle. Actes du colloque international organisé par la société Henri IV, Pau, 18-20 juin 2010 (à paraître).

67  Le Roux, Nicolas Un régicide au nom de Dieu. L’assassinat d’Henri III, 1er août 1589, Paris, Gallimard, 2006, p. 308.

68  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°93r.

69 Cosandey, Fanny, Descimon, Robert, op. cit., p. 77.Lors de la journée d’étude du 23 mars 2011, Monsieur James Collins a suggéré que cette idée, selon laquelle les états pourraient « déclarer » le roi, n’était pas aussi subversive qu’on pourrait le penser de prime abord. Il appuyait une telle suggestion sur la harangue prononcée par Michel de l’Hospital devant les états généraux à Orléans en décembre 1560 : le chancelier y évoquait la responsabilité prise par les Etats généraux, en 1328, de déterminer « à qui devoir appartenir le royaume de France après la mort de Charles le Bel, à Phillippes de Vallois, son cousin, ou bien à Edouart d’Angleterre » (voir L’Hospital, Michel de, Discours pour la majorité de Charles IX et trois autres discours, présentation de Robert Descimon, Paris, Imprimerie nationale éditions, 1993). Je répondrai à M. Collins que cette complaisance de la part du chancelier était acceptable, et même nécessaire, en 1560, dans un contexte de grand affaiblissement de la monarchie et de minorité du roi. Une telle idée est sans aucun doute beaucoup plus subversive dans les années 1593 quand Henri IV cherche à imposer sa légitimité, et encore plus dans les années 1650-1660, à l’époque où Lezeau cherche à publier son texte…

70  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°100r-101r.

71  Cette idée est suggérée par Wolfe, Michael, The conversion of Henri IV. Politics, power and religious belief in early modern France, Cambridge, Harvard University Press, 1993.

72  Gauchet, Marcel, « L’état au miroir de la raison d’Etat », dans Zarka, Yves- Charles (dir.), Raison et déraison d’état. Théoriciens et théories de la raison d’état aux xvie et xviie siècles, Paris, Presses Universitaires de France, 1994, p. 208-209. « En ralliant le catholicisme majoritaire de ses sujets, Henri IV subordonne ses propres convictions aux impératifs de la paix publique traite la religion comme un fait que le prince doit publiquement prendre en compte avant d’y voir une matière de conscience. […] Tout se passe un instant comme si le roi existait pour l’état et non, comme dans l’ordinaire des temps, l’état par le roi ».

73  Lefevre de Lezeau, Nicolas, op. cit., f°102v-103r.

74  Crouzet, Denis, art. cit.

75  Dobry, Michel, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1986, p. 194-203.

76  Di Donato, Francesco, « Une magistrature contrefort de la monarchie absolue », dans Le Parlement de Paris (xvie-xviiie siècle), revue en ligne, novembre 2010, http://parlementdeparis.hypotheses.org/501.

77  Renoux-Zagame, Marie-France, « Le Royaume de la loi » : équité et rigueur du droit selon la doctrine des parlements de la monarchie », dans Histoire de la justice, 11, 1998, p. 35-60.

78  Di Donato, Francesco, « La puissance cachée de la robe. L’idéologie du jurisconsulte moderne et le problème du rapport entre pouvoir judiciaire et pouvoir politique », dans Cayla, Olivier, Renoux-Zagamé, Marie-France (dir.), L’office du juge : part de souveraineté ou puissance nulle ?, Paris, LGDJ, 2002, p. 89-116.

79  Dobry, Michel, op. cit., p. 211-217. La stratégie mise en œuvre par les parlementaires pour sortir de la crise peut être assimilée aux « solutions institutionnelles » étudiées par M. Dobry.

80  Barnavi, Elie, Descimon, Robert, La Sainte-Ligue, le juge et la potence. L’assassinat du président Brisson, 16 novembre 1591, Paris, Hachette, 1985.

81  Cité par Maugis, Edouard, op. cit., t. 2, p. 117.

82  Jouanna, Arlette, Le devoir de révolte, op. cit., p. 202. Mellet, Paul-Alexis, op. cit., p. 157-168. Mousnier, Roland, L’homme rouge ou la vie du cardinal de Richelieu (1585-1642), Paris, Robert Laffont, 1992, p. 537.

83  Brenot, Marie-Anne : « Le corps pour royaume. Un Langage politique de la fin du xvie siècle et du début du xviie », dans Histoire Economie et Société, 1991, 4, p. 441-466. Descimon, Robert, « Les fondements de la métaphore politique du mariage du roi et de la république. France xve-xviiie siècles », dans Annales ESC, 1992, 47, 6, p. 1127-1147.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Micallef, « Comment la bonne Ligue sauva la monarchie. 1593 selon Nicolas Lefèvre de Lezeau », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Nicolas Lefevre de Lezeau et l'écriture, mis en ligne le 29 novembre 2011, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/4708

Haut de page

Auteur

Fabrice Micallef

Agrégé d’histoire, Fabrice Micallef est, en 2011-2012, boursier de la Fondation Thiers, après avoir été. ATER à l’Université Paris-I Panthéon-Sorbonne et boursier de l’Institut d’histoire européenne de Mayence. Il termine une thèse sous la direction de Monsieur le Professeur Wolfgang Kaiser (Université Paris-I), sur le sujet : L’Europe des possibles. Crises et compétitions politique au temps des affaires de Provence (vers 1580-vers 1610). Ses travaux portent sur les aspects politiques des troubles de la Ligue, en France et sur la scène internationale. Plusieurs de ses articles sont publiés ou sont en cours de publication : « Crise politique et formalisme juridique. Le parlement de Provence face aux troubles de la Ligue (1589-1595) », dans Hypothèses, 2010, p. 179-189 ; « Sous ombre de protection. Stratégies et projets politiques au temps des affaires de Provence (Espagne, France, Italie, 1589-1596) », dans Revue historique, 656, 2010, p. 763-792 ; « Incidents, rites et stratégies. La violence dans la négociation internationale à la fin du xvie siècle (Espagne, France, Italie) », dans Lucien Faggion et Christophe Regina (éd.), Regards croisés sur une réalité plurielle : la violence, Paris, Editions du CNRS, 2010, p. 67-87 ; « La diplomatie délibérative. André Hurault de Maisse, Henri IV et l’horizon ottoman (1589-1593) », dans Frédéric Dessberg et Eric Schnackenbourg (éd.), Les horizons de la politique extérieure française, xvie-xxe iècle. Actes du colloque international, Nantes, 31 mars-1er avril 2010, Peter Lang, 2011 (sous presse).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org