Navigation – Plan du site

Au récit de la maladie et de la mort de ce grand homme.
L’art de mourir, d’après une étude comparée des récits de la mort de Michel de Marillac et de celle de François Sublet de Noyers

Camille Lefauconnier-Ripoll

Résumés

L'article est consacré à l'étude du chapitre concernant la mort de Michel de Marillac, mis en parallèle avec un autre récit de mort d'une figure de la dévotion laïque du premier xviie siècle, François Sublet de Noyers, retrouvé dans un fonds d'archives privées des Archives départementales de Meurthe-et-Moselle.
Il a paru intéressant de mettre en perspective ces deux textes, non seulement l'un au regard de l'autre, mais aussi au regard des autres récits de mort de la même période. Dans les différences, les silences, se dessinent en creux une image parfois subversive du dévot, qui à cause de sa foi, grâce à sa foi, est considéré de son vivant quasiment comme un saint, ce qui lui permet de s'affranchir des normes sociales de sa condition – en particulier au travers de la disgrâce politique vécue comme une libération.
Ces figures sont-elles des exceptions ou des modèles de dévotion ? Une frange de pieux dévots, laïques mais aussi ecclésiastiques (comprenant des curés de paroisses parisiennes mais aussi de campagne, et aussi bien souvent des religieuses de couvent issus de la Contre-réforme comme les Carmélites), racontent ces morts, notamment dans leurs correspondances, et en font des objets d'admiration, voire de vénération.
Au carrefour des aspirations sociales, politiques et religieuses, le récit de la mort de Michel de Marillac comme celui de la mort de François Sublet de Noyers, est un reflet de la circulation culturelle des modèles de spiritualité dévote au temps de la Contre-Réforme.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cette communication a été présentée lors de la journée d’études « Nicolas Lefevre de Lezeau et l’écriture » du 23 mars 2011

Texte intégral

  • 1  Dans « Charité, action et écriture. Le parcours dévot de Nicolas Lefèvre de Lezeau ».
  • 2  Dans « Nicolas Lefebvre de Lezeau : hagiographe de son temps ? L’hagiographie à l’épreuve de la bi (...)
  • 3  Pour les détails concernant la vie de François Sublet de Noyers, nous nous permettons de renvoyer (...)

1François-Xavier Petit1 a évoqué le parcours dévot de Nicolas Lefèvre de Lezeau, puis Dora de Lima2 a développé la question de la biographie et de l’hagiographie telles qu’elles apparaissent sous la plume de Nicolas Lefèvre de Lezeau. Je me propose de mettre à l’épreuve leurs conclusions en les appliquant à l’étude d’un chapitre de la Vie de Michel de Marillac, celui sur son décès survenu en 1632 et narré par son secrétaire et ami Lefèvre de Lezeau, en le mettant en perspective avec un autre texte, dont le thème est proche : la mort, relatée par le curé de la paroisse locale, du secrétaire d’État François Sublet de Noyers, mort en 16453. Il s’agit là de deux personnages qui n’ont pas été canonisés ni même béatifiés mais dont les proches, les partisans, ont parlé comme de saints – et leurs ennemis, souvent, comme des dévots plus ou moins hypocrites.

2La quasi-totalité des ouvrages que l’on peut consulter sur la place des récits sur la mort dans les écrits reprend, sous des formes diverses et variées, l’axiome bien connu des habitués du formulaire testamentaire :

[...] sachant qu’il n’est rien de plus certain que la mort, et de plus incertain que l’heure d’icelle.

  • 4  Dans Le problème de l'incroyance au xvie siècle. La religion de Rabelais (1947).

S’intéresser aux récits des agonies et des morts, c’est se pencher sur la fin de quelque chose (la vie terrestre) et, pour une époque où « le christianisme, c’était l’air que l’on respirait », selon la formule de L. Febvre4, sur le passage vers la vie après la mort, et ses options possibles : enfer, paradis, purgatoire ? Les mémorialistes, les romanciers, les hommes de théâtre, décrivent en abondance des morts réelles ou imaginées, avec une vigueur nouvelle au xviie siècle, et les historiens se sont souvent penchés sur la question de la représentation iconographique et littéraire de ce thème.

3Nous nous proposons ici, derrière la question de savoir pourquoi et comment le récit sur les derniers jours et la mort constitue un élément essentiel dans la « défense et illustration » de la sainteté d’un personnage, d’étudier le rapport entre pratique et lieux du pouvoir, de l’écrit et de la dévotion, chacun de ces éléments étant le répondant des deux autres.

4Tout d’abord il convient de revenir sur l’aspect proprement dit des textes, afin de poser la question de leur genèse, qui détermine un style, la présence d’un narrateur, et son projet d’écriture. Ensuite, nous nous proposons de revenir sur le travail collégial d’analyse et d’encodage du texte réalisé lors des séances de travail, et d’en éprouver la validité à l’aune et la lumière du récit de la mort de Sublet de Noyers. Enfin, nous souhaiterions proposer quelques éléments de réflexion sur la circulation de l’écrit et de l’information telle que nous pouvons l’envisager au travers de ces deux textes, à deux échelles : la circulation du texte proprement dit, et la circulation de l’information, de l’écrit et des hommes, telle que cela nous est raconté dans les deux récits. On verra ainsi se dessiner un réseau d’affinités, fondé sur la dévotion, qui malgré les échecs (Sublet de Noyers dont la mémoire a été quasi oubliée, Marillac mort en disgrâce, et dont la Vie n’a jamais pu faire l’objet d’une publication) ne renonce pas à l’action par la plume.

Deux manuscrits en quête d’identification

5La Vie de Michel de Marillac a été rédigée, corrigée et amendée pendant deux décennies, entre les années 1640 et 1660, et n’a finalement pas été publiée du vivant de Nicolas Lefebvre de Lezeau – malgré un privilège d’impression finalement obtenu. Sur Nicolas Lefèvre de Lezeau, nous nous contentons de renvoyer à l’article de François-Xavier Petit. Le texte sur lequel nous nous penchons existe en cinq versions connues, l’une aux Archives nationales (archives privées), deux à la BnF et deux à la Bibliothèque Sainte Geneviève. Celui sur lequel nous nous arrêtons est tiré de la version des Archives nationales, conservée dans le chartrier de Thouars, coté 1 AP 592, c’est-à-dire qu’il s’agit d’archives privées. On ne dispose que du second volume.

6Le récit de la mort de Michel de Marillac n’échappe pas au jeu des corrections, des rectifications, des ajouts. Il ne s’agit pas d’un simple récit linéaire des événements qui se sont déroulés de tel jour à tel jour, mais bien d’un texte extrêmement construit et dont les enjeux dépassent de loin la simple narration d’une agonie et d’une mort d’un personnage.

7Le chapitre occupe une place importante dans l’œuvre. Outre son sujet (le point culminant des preuves de la vertu de Marillac), il fait partie des plus longs de par ses 38 feuillets écrits recto-verso. Il s’agit d’une mise au propre (écriture soignée, calligraphiée) d’un premier jet, avec des corrections écrites dans une écriture cursive, serrée. À la fin, l’on trouve une série de mentions qui précisent qui a eu le manuscrit entre les mains, et qui l’a corrigé. Le chapitre consacré à la mort de Michel de Marillac est le vingt-deuxième (le chapitre est d’abord noté 23, puis corrigé en 22), sur vingt-cinq : il est suivi d’un autre chapitre sur la sépulture de Marillac, puis du vingt-quatrième sur les « grâces spéciales » reçues de Dieu par le garde des sceaux, le dernier, enfin, rassemblant des attestations de diverses personnes concernant la véracité de ce qui a été écrit.

8La genèse du récit de la mort de François Sublet de Noyers est quelque peu différente, et du reste bien moins connue. Le manuscrit est issu, comme l’un de ceux de la Vie de Michel de Marillac, d’un fonds d’archives privées. Il a en effet été retrouvé dans la sous-série 13 J des Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, où sont conservées les archives privées de la famille de Lenoncourt à laquelle les Sublet se sont alliés par le mariage d’un descendant de cousins du secrétaire d’État à l’héritière de la famille de Lenoncourt, dans la seconde moitié du xviie siècle. En l’état actuel des choses, nous n’avons pu identifier d’autres exemplaires de ce récit et rien n’indique qu’il en existe.

  • 5  Disponibles en ligne sur le site des Archives départementales de l'Eure.
  • 6  D'après les registres de baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse de Noyers : en 1681 à sa (...)

9Ce texte-ci se présente comme un cahier de 14 pages, d’une écriture serrée et régulière, et se rapproche davantage d’une écriture typique d’une correspondance privée. Le texte comporte quelques ratures, très rares, et uniquement dues à une hésitation de construction. Il s’agit non pas de la fin d’une Vie racontée plus au long, mais d’un récit fait « sur commande », par le narrateur qui s’avère être un prêtre, plus précisément le curé de la paroisse de Noyers (seigneurie éponyme de François Sublet), proche du château de Dangu que possédait le secrétaire d’État et où il est mort. Le récit ne s’attache qu’aux derniers jours de Sublet de Noyers. Le curé de Noyers est identifiable d’après ses initiales à la fin : « J. J. ». Dans les registres de baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse de Noyers dans l’Eure5, on trouve un certain Jacques Josset, qui est curé de Noyers en 1645. Ce personnage est par ailleurs quasiment inconnu mais, grâce à la comparaison de l’écriture des susnommés registres, il est certain que le manuscrit des Archives départementales de Meurthe-et-Moselle est de sa propre main – et qu’il s’agit donc d’un original. Jacques Josset, né en 16036, semble être un proche de François Sublet de Noyers qui le connaît bien, à en croire le texte. Prêtre de campagne, il est issu d’une famille des environs de Noyers dans le bailliage de Gisors (dans les susnommés registres, on trouve des mentions de la famille Josset). Il apparaît comme un personnage relativement cultivé, vraisemblablement sorti d’un bon séminaire et doté d’un certain bagage culturel : sur les registres de sa paroisse, on le voit parfois écrire en employant des caractères grecs (par exemple pour tracer « necrologicon » en caractères grecs sur le registre des sépultures). En 1645 il quitte la cure de Noyers pour celle de Dangu, toute proche, et y finit sa vie en 1681.

10Apparemment, le récit de la mort de Sublet de Noyers a été rédigé dans les jours qui ont suivi la mort du personnage, puisque le narrateur souligne à plusieurs reprises que la douleur du deuil est encore fraîche. Son aspect général donne l’idée d’un texte narratif au caractère bien plus informel que celui qui concerne Marillac, car probablement pas destiné à la publication.

11Ces deux textes présentent ainsi des différences notables en matière d’aspect extérieur (écriture, volume) mais se rejoignent sur un point : leur thème, à savoir la mort d’un personnage qui a exercé de très hautes fonctions au niveau de l’État, et qui a connu la disgrâce. Marillac, né en 1563, a été surintendant des finances puis garde des sceaux de 1626 à 1630, jusqu’à la journée des Dupes qui vit sa chute et le triomphe de Richelieu. Marillac connut ensuite l’exil et la résidence forcée, sous la surveillance d’un exempt des gardes du corps du roi, jusqu’à sa mort à Châteaudun le 7 août 1632.

12François Sublet de Noyers, « créature de Richelieu », né en 1589, a été secrétaire d’État de la guerre de 1636 à 1643, et surintendant des Bâtiments du roi de 1638 jusqu’à sa mort en 1645. Après la mort de Richelieu, Louis XIII, qui envisage peut-être un temps d’en faire un successeur du cardinal, finit par prendre le parti de se débarrasser de lui, et le prie de se retirer de la cour. Sublet de Noyers tente de revenir en grâce auprès d’Anne d’Autriche et de Mazarin après la mort de Louis XIII, sans grand succès, et se retire définitivement du monde jusqu’à sa mort. S’il n’a point connu les rigueurs de la résidence surveillée, il meurt néanmoins dans un état de disgrâce qui le maintient loin de la Cour.

  • 7  Petit François-Xavier, art. cité.

13Les deux récits font la part belle au témoignage à la première personne, celui de Lefebvre de Lezeau dans le cas de Marillac, celui du curé de Noyers dans le cas de Sublet. Racontant les derniers jours et la mort de leur personnage, ils orientent tous deux leur récit vers une interprétation morale et religieuse des événements. Nicolas Lefebvre de Lezeau, comme l’a souligné François-Xavier Petit7, se veut en quelque sorte le porte-plume du parti dévot. Le curé de Noyers répond quant à lui à une demande d’information, et son récit rappelle une déposition pour un procès en béatification voire en canonisation.

14Témoignant de ce qu’ils ont vu ou connu, ils s’inscrivent en outre dans la lignée des arts de mourir dans le goût du premier xviie siècle. C’est donc, sous leur plume, un théâtre baroque qui s’ouvre, et qui donne à voir un drame à la fois intime et universel, celui de la mort de deux hommes qui ont pu porter les espoirs des dévots qui gravitaient autour des sphères du pouvoir sous le règne de Louis XIII.

De l’art de mourir à l’hagiographie

  • 8  Sur la définition de l'exemple et sa valeur en histoire : voir Laurence Giavarini (éd.), Construir (...)

15Les deux textes se rattachent au genre des artes moriendi. À la fois relation de la mort (à des fins de consolation des vivants et de célébration des vertus du mort) mais aussi récit à visée didactique, l’ars moriendi est une contemplation de la mort, qui permet au lecteur d’anticiper la sienne. Par son aspect théâtral, il s’inscrit dans l’esthétique baroque de la littérature de son temps. Il s’agit aussi de proposer un exemple de dévotion en accord avec le public auquel il est destiné, c’est-à-dire une frange relativement aisée de la société, composé de laïcs et de religieux aussi bien hommes que femmes, qui y reconnaissent les modèles de dévotion qu’ils ont intégré8. Ce « manifeste » dévot est aussi en accord avec les préceptes du concile de Trente et de la Réforme catholique.

Espace et scénographie. Le théâtre de la mort, construction temporelle et spatiale

  • 9  Truchet Jacques, « Note sur la mort-spectacle dans la littérature française du xviie siècle », Top (...)

16Jacques Truchet9 a depuis longtemps souligné que la mort en littérature, et en particulier la mort de maladie, est l’objet d’une orchestration soignée, de préférence en cinq actes, de même qu’au théâtre. Cette théâtralisation est une évidence pour le lecteur qui note l’usage du discours direct : dans La Vie de Michel de Marillac, le chapitre sur la mort est celui où le garde des sceaux parle le plus – du moins celui où Lefèvre de Lezeau le fait bien plus parler que dans les autres chapitres. Les dialogues au discours direct semblent être des répliques d’une pièce jouée sous nos yeux, et l’abondance de précisions temporelles, spatiales et gestuelles paraissent comme autant de didascalies.

17On peut ainsi relever les éléments de mise en scène spatiale. En premier lieu, la scène se passe dans la chambre du mourant, elle-même dans un château : dans le cas de Marillac c’est la forteresse de Châteaudun, dans celui de Sublet de Noyers, c’est le château de Dangu. Tout le reste se passe en coulisses. Le seul autre lieu qui est réellement mentionné et où se déroule aussi l’action, c’est la chapelle du château où la messe est dite tant que le mourant peut encore se lever pour y assister. On peut également noter que l’espace à tendance à se réduire : on passe du château à la chambre du mourant, de la chambre au lit, et du lit à une focalisation sur le visage du mourant.

  • 10  Cagnat Constance, La Mort classique. Écrire la mort dans la littérature française en prose de la s (...)

18Constance Cagnat10 souligne cette théâtralité de l’écriture de la mort, le caractère très visuel du récit, et les liens que l’on peut faire avec les autres arts du xviie siècle (peinture, sculpture, etc.) : ainsi les rideaux du lit, les lumières (en particulier des cierges, mentionnés au moment de la procession de l’extrême-onction, portés par les domestiques), les jeux de regards et le brouillage de la vue (lorsque le narrateur indique qu’il a de la peine à voir la scène car les larmes lui brouillent la vue, ou encore Marillac lui-même qui mentionne que sa vue baisse et qu’il « voit double escripture »), sont autant d’éléments de théâtralisation par des effets de « clair-obscur ». Le jeu de regards, dans les yeux du mourants qui se ferment de plus en plus souvent ou ceux des participants à la scène, est également un élément important par lequel le narrateur fait appel aux capacités de visualisation du lecteur-spectateur, l’intégrant ainsi à l’action qui se déroule au même titre que ceux qui ont directement assisté à la mort des personnages.

  • 11  Expression d'E. Forsyth. Dans Forsyth Elliott, La tragédie française de Jodelle à Corneille (1553- (...)

19Par son aspect théâtral, c’est ainsi un tableau de la mort en mouvement qui est proposé au lecteur : on peut reprendre à ce propos l’expression d’E. Forsyth qui parle de « réalisme dynamique » à propos de la représentation de la mort dans la littérature du xviie siècle11. Du reste les personnages de la scène sont en perpétuel mouvement et sont mentionnées leurs entrées et sorties, les processions du Saint Sacrement (avec chants et rituels consacrés).

20La construction temporelle, en outre, fait également écho aux constructions théâtrales classiques, chaque scansion du mourir constituant un acte faisant partie d’une « pièce » qui évoque l’existence d’une temporalité entre la vie et la mort.

21Les récits de mort de personnages importants (princes, grands magistrats...), selon J. Truchet, peuvent être découpés en cinq actes : le premier serait celui de l’annonce de la mort prochaine, le second celui de la mise en ordre de la conscience (par les ultimes retouches apportées au testament), le troisième celui de la réception de la famille et des domestiques, le quatrième celui où le mourant envoie un message au roi, et le cinquième celui des derniers instants et de la multiplication des gestes de piété. Si l’on excepte le dernier acte, le passage de la vie à la mort est donc plutôt rythmé par des actes liés à la position sociale du mourant.

22Ici néanmoins le schéma n’est pas pleinement opérant. Ainsi la question du testament n’apparaît pas dans le cas de Sublet de Noyers, et le message au roi est soit absent (cas de Sublet) soit une fin de non-recevoir (cas Marillac qui refuse de faire porter au roi un message alors que l’exempt le lui propose). En revanche le rôle des médecins et des crises du malade est très développé, de même que celui des entrées et des sorties des membres de l’entourage et des domestiques, de la dernière bénédiction à la famille et à la domesticité. Les « actes » semblent plutôt construits autour de l’administration des sacrements au malade : messe quotidienne avec communion, confession et extrême-onction constituent les points culminants de la pièce. Dans les textes qui nous intéressent, la mort est donc rythmée par les éléments liés aux mécanismes de l’au-delà.

23Les sacrements qui rythment l’action font l’objet de « saynètes » dont les effets dramatiques de retardement ont des traits communs : ainsi dans les deux cas on attend le curé qui doit administrer les sacrements, dans les deux cas l’on assiste au conciliabule des médecins, que le malade voit de son lit, et qui décident s’il est temps de s’en remettre non plus à eux mais à Dieu et à son ministre.

24L’eucharistie est un élément structurant, constant dans le texte. C’est elle qui détermine les mouvements des acteurs, et leur conception du temps – chaque jour étant marqué par la communion du mourant. Elle est l’objet de gestes très théâtralisés : se découvrir, lever les yeux et les mains au ciel (deux fois mentionné pour Sublet de Noyers), se prosterner et/ou s’incliner devant le Saint Sacrement. Le respect de l’eucharistie est un enjeu crucial dans le texte. Le bon catholique, en effet, selon les injonctions du concile de Trente en réponse aux critiques des protestants sur la question de la Présence réelle, est celui qui respecte par-dessus tout l’hostie : d’où la crainte par exemple pour Marillac de recracher l’hostie à cause de sa maladie. Les deux mourants sont tourmentés à l’idée de recevoir l’hostie couchés dans leur lit, et tentent de se lever, d’où force argumentations avec leurs médecins et confesseurs qui doivent leur prouver que dans leur cas, il est permis de recevoir la communion couchés.

  • 12  Bremond Henri, Histoire littéraire du sentiment religieux. Voir l'introduction par Sophie Houdard, (...)

25À cela il faut ajouter une série d’attitudes et de gestes dont la précision donne un effet de réalisme poignant dans l’attachement que portent les deux hommes aux sacrements : Marillac ôte son bonnet et se prosterne devant le Saint Sacrement, Sublet de Noyers embrasse un crucifix, etc. Henri Brémond, sur les textes de cette époque, parle de « pathétisme théâtral », partagé par les auteurs laïcs dévots, mais aussi par les prédicateurs jésuites par exemple12.

De la maladie au martyre. Marillac, Sublet de Noyers et la « bonne mort », « le théâtre d’une édification collective » (D. Roche13). Éléments de martyrologie et exemple de dévotion

  • 13  Roche Daniel, « La mémoire de la mort : recherche sur la place des arts de mourir dans la librairi (...)

26Les deux récits d’agonie et la multiplication des souffrances du mourant rappellent au lecteur les accents des récits de martyres.

27En premier lieu, pour Michel de Marillac comme pour Sublet de Noyers, la mort est acceptée, elle est même attendue avec impatience, ce qui est en fait un des lieux communs de l’hagiographie depuis l’Antiquité, et cela depuis les premiers martyrs. Le récit de la mort de saint Laurent, mort sur son gril, dans la Légende Dorée, et évoqué par Marillac lui-même (« je suis sur le gril de Saint Laurent »), montre un martyr, futur saint, impatient d’en découdre avec la souffrance et la mort, voire capable d’ironie vis-à-vis de ses bourreaux.

  • 14  Au sens cartésien du terme, c'est-à-dire vertu majeure par laquelle l'homme s'estime lui-même à sa (...)

28Des deux mourants, on évoque en outre le « courage » (et la « générosité14 » pour Sublet de Noyers). Il s’agit donc bien de deux héros, parfaitement calmes voire impatients de mourir. Marillac déclare ainsi « ah, qu’il seroit doux de se laisser mourir s’il estoit permis ». Lorsqu’on lui apprend qu’il est perdu, sa réaction est la suivante : « Dieu soit loué, j’en suis bien aise, vous me faites plaisir, je ne pouvois recevoir une meilleure nouvelle. Je m’y suis toujours bien attendu (...). Il en tesmoigna de la joye et du contentement ». Sublet de Noyers répète quant à lui « allons, allons (...) à Dieu, au ciel, à l’éternité », ou « ô que ce moment tarde longtemps », en même temps qu’il réaffirme « cupio dissolvi et esse cum Christo ».

29Il s’agit donc de s’en remettre entièrement à Dieu et à la providence qui décide du jour et de l’heure de la mort comme naissance à Dieu – et de la prolongation (ou non) des souffrances du malade. Du reste, les médicaments à lui administrés semblent moins efficace que « l’eau dans laquelle ont trampé des reliques de Saints », et « un linge trempé du sang du bienheureux evesque de Marseille (...) qu’il faut appliquer sur la partie où (l’on souffre) davantage », présentés à Sublet de Noyers, ou que les effets de la prière et de la communion pour Marillac.

  • 15  Actes des Apôtres, 12, 1-17.

30Les deux mourants sont donc tournés non pas du côté des médecins, et de la vie ici-bas, mais de la Providence dont la poétique ne manque pas de se distiller par de menus détails. L’attention portée par le narrateur aux dates, données en fonction du calendrier liturgique afin de donner d’autant plus de solennité au cadre chronologique, est à ce titre révélatrice : la dernière maladie de Michel de Marillac dure sept jours, du 1er août, jour de la Saint Pierre aux Liens, impliquant non seulement le thème de la délivrance par la mort, mais rappelant aussi que l’apôtre Pierre a été enfermé injustement par le pouvoir politique (comme Marillac) et délivré par un ange15. Marillac meurt un dimanche, « jour de la vierge à laquelle il avoit été si dévot ». Dans le récit du curé de Noyers, la dernière maladie de Sublet dure du 13 au 20 octobre, jour de sa mort – un vendredi, le même jour que le Christ, et pendant cette période tombe la Sainte Thérèse dont Sublet de Noyers dit lui-même que « c’est sa bonne patronne ».

  • 16  Voir les analyses de Constance Cagnat sur la relation de la mort au xviie siècle, dans Cagnat C., (...)
  • 17  Voir Forsyth E. op. cit.

31Cette confiance dans les desseins de la Providence montre une clef d’interprétation pour ces textes, à savoir comment l’on passe d’un récit de maladie et de mort, à celui d’un martyre. Dans la correspondance du xviie siècle, on trouve abondance de récit de mort avec luxe de détails16, à mettre en parallèle avec ce que l’on peut retrouver au théâtre17, où naît au même moment un certain goût pour la mort extrêmement dramatique. Dans les cas de Marillac et de Sublet de Noyers, on insiste sur la souffrance du malade, très détaillée, surtout dans le cas de Marillac : chaque saignée est mentionnée, ainsi que les accès de fièvre et les douleurs thoraciques liées à une possible pleurésie. On évoque aussi les « râlements » du malade (pour Marillac), les « grandes peines » et le « feu qui dévore » Sublet de Noyers. Le narrateur n’hésite pas à multiplier les précisions comme gage de sa légitimité à raconter les derniers instants. Présent, le narrateur est à la fois exégète et relai : c’est sa subjectivité qui fait d’une mort un martyre.

  • 18  Je remercie Fabrice Micallef d'avoir suggéré cette interprétation lors de nos séances de travail c (...)

32Le souci du détail en effet n’est pas destiné à assouvir un certain voyeurisme du lecteur. Il s’agit de le faire méditer. Les détails accumulés et le réalisme de la mise en scène viennent ainsi renforcer l’idée que le mourant a subi un véritable martyre. Martyre à la fois physique (dans les souffrances de l’agonie) mais aussi psychologique lorsque le mourant choisit de se soumettre aux médecins et à ses domestiques, comme les martyrs des premiers siècles à leurs bourreaux, soumission conforme à l’idéal d’humilité de tout bon chrétien. La souffrance s’articule alors avec la piété car l’aspiration au martyre est conforme à l’idéal d’imitation du Christ, le martyre étant la mort chrétienne par excellence. Du reste Sublet de Noyers le revendique explicitement lorsqu’il déclare vouloir mourir sur une roue (mort infamante par excellence) pour l’amour de Dieu, tandis que Marillac est « sur le gril de Saint Laurent ». Lorsqu’affirmant sa soumission aux dogmes de l’Église Sublet ajoute « je voudrais mourir pour cela » tandis que Michel de Marillac fustige ceux qui pleurent comme « des Infidèles », il est rappelé au lecteur que l’idée de mener une croisade pour défendre l’Église et d’y laisser la vie est encore une constante dans l’imaginaire du xviie siècle dévot18.

  • 19  Voir par exemple les analyses dans Surdel Alain, « Les représentations de la mort dans le théâtre (...)

33Vivre sa maladie chrétiennement, comme le font Sublet de Noyers et Michel de Marillac, c’est renoncer à tout pour se remettre aussi bien entre les mains de Dieu que de celles des médecins, la souffrance étant, depuis toujours, non seulement une manière d’expier ses fautes, mais aussi le moyen le plus sûr d’accéder au Ciel. Le martyre est ainsi une faveur de Dieu qui met fin par la mort aux tribulations terrestres et assure la félicité dans les cieux. L’horreur des tourments, abondamment développés par l’auteur, va de pair avec l’enthousiasme spirituel de celui qui souffre19 et sur qui les souffrances n’ont pas de prise

  • 20  Néanmoins le mourant n'est pas prêt à toutes les compromissions. En témoigne la scène où Sublet de (...)

34Mais le martyre n’est complet que si l’on boit le calice jusqu’à la lie, en l’occurrence les médications préconisées par les médecins qui ont donc un rôle important à jouer : celui de bourreau sans lequel le martyre n’est pas possible. Le narrateur apporte donc force précisions sur la nature des remèdes auxquels le mourant accepte de se soumettre par mortification : « lochs », cataplasmes et lavements pour Marillac, et pour Sublet de Noyers un remède qu’on lui fait prendre à force de persuasion voire de « chantage affectif » (« prenez-le donc pour l’amour de Dieu »)20.

35Il ne s’agit donc pas de se complaire dans le macabre, mais l’abondance de détails dans les souffrances subies transforment une maladie en martyre, parce que la scène est quasiment une chaire où l’auteur affirme que les mourants sont de vrais dévots, des saints, et que leur mort est un fragment d’histoire humaine mais aussi divine.

L’agonie comme passage entre la vie ici-bas et la vie au-delà. La bonne mort pour « construire le ciel sur la terre »21

  • 21 Je reprends l'expression tirée du titre de Jean-Pierre Gutton, Dévots et société au xviie siècle. C (...)

36La mort et le martyre résolvent la tension entre la vie ici-bas et la vie au-delà en prenant la forme d’une agonie douloureuse. C’est ainsi l’occasion de se débarrasser de la « charogne » (selon le propre mot de Sublet de Noyers), de la mortifier, pour aller de manière assurée au Ciel. L’agonie est ainsi le moment révélateur de ce qui se joue par la volonté de Dieu ici bas et au-delà, d’où la coloration morale et spirituelle donnée au récit de la mort. En effet, nous avons établi dans nos séances de travail que l’agonie est le moment d’une temporalité qui est très exactement entre la vie et la mort, ni tout à fait l’une ni tout à fait l’autre. Marillac et Sublet de Noyers, comme le Christ lui-même, ne sont « pas de ce monde » : d’où le refus des normes sociales et un détachement vis-à-vis de tout élément du « monde », puisque par leur vie et surtout par leur mort/martyre, l’auteur a prouvé qu’ils étaient déjà des saints.

  • 22  L'un des lieux communs de la description de la mort, qui se retrouve aussi dans la représentation (...)

37Le caractère extatique du visage du mourant22 qu’il conserve après sa mort montre qu’alors qu’il n’est pas mort, le mourant est déjà partie prenante des félicités célestes, et que cet état se prolonge après le dernier soupir comme preuve de la sainteté. Ainsi Marillac « passa (...) de la vie à la mort si doucement qu’on eût peine à s’en apercevoir, sans agonie, sans convulsion », il conserve « une parole douce, et un visage gay, », « un visage serein », « comme d’un ravissement ». Le curé de Noyers, à propos de Sublet, raconte que « sa face demeura teinte d’un petit vermillon, ses yeux et sa bouche fermés de fort bonne grâce, (...) tout plein de majesté (...) de sorte que vous eussiés dit qu’il n’estoit endormi que d’un sommeil ordinaire et non pas du profond sommeil de la mort, laquelle n’avoit rien laissé de hideux en sa face ». Les marques de la sainteté sont visibles, évidentes : c’est la marque de Dieu qui se révèle.

38Ce sont surtout le signe qu’au moment suprême, à l’heure du bilan, le sens de la vie est de construire le salut, et de faire la volonté de Dieu, et non pas de construire la richesse matérielle, ni la construction généalogique. Dans ces deux récits, en effet, la place de l’entourage, de la famille, est très relative, voire quasi-inexistante. Le fils, en particulier le fils aîné, qu’on croirait, dans des sociétés encore patriarcales, indispensable au moment de la « passation des pouvoirs », est quasi-absent chez Marillac, et n’apparaît que comme « un de ses fils » qui se fait réprimander parce qu’il pleure. Chez Sublet de Noyers, le narrateur donne l’impression qu’il gêne, et du reste il n’apparaît qu’au moment de la bénédiction par le mourant de la « famille » qui l’entoure, en même temps que les domestiques.

  • 23  Roland Fréart de Chambray et Paul Fréart de Chantelou, ses commis et collaborateurs dans l'adminis (...)
  • 24  Cagnat Constance, op. cit.

39Les amis et la famille proche sont à peine évoqués, alors que par exemple chez Sublet de Noyers, on sait qu’il y avait ses cousins les frères Fréart23, et peut-être même le peintre Charles Errard. Si Marillac refait son testament, Sublet ne s’en occupe même pas (d’autant qu’il n’a qu’un fils). Du reste les personnages ne sont pas nommés : Marillac et Sublet sont désignés en général par un pronom suivi d’un nom commun (« le mourant », « cette belle âme », « ces lèvres toutes mourantes »), voire un pronom tout seul : « ce n’estoit plus qu’oraisons jaculatoires et très ardentes »). Les autres ne sont pas nommés24, exception faite de quelques-uns : l’exempt du roi, quelques ecclésiastiques (jésuites dans le cas de Sublet), les domestiques (un certain La Neufville valet de chambre de Sublet). Ce ne sont donc pas seulement des particuliers en train de mourir, mais par cette dépersonnalisation, ce sont des exemples à vocation universelle.

  • 25  Je remercie Robert Descimon d'avoir formulé cette hypothèse lors de la journée d'études du 23 mars (...)

40La vocation du texte à faire méditer sur le sens de la vie comme préparation à la mort fait que le narrateur insiste sur le fait qu’il ne faut, pour un bon chrétien, que s’occuper de son salut. Il s’agit ainsi de montrer que l’on est bien au-dessus de la construction politique, source d’orgueil et de corruption (au même titre que la construction généalogique). C’est dans cette optique que Lefèvre de Lezeau souligne la manière dont Marillac réplique vigoureusement à l’exempt du roi venu lui demander s’il avait un message pour le roi. Quant à Sublet de Noyers, il s’en passe et la question ne se pose même pas. C’est là un point important de différence avec les récits de morts de grands personnages dans la seconde moitié du xviie siècle : alors que Jacques Truchet notait ce thème comme l’un des « actes » de la mort des grands personnages, il n’y a pas ici de dernier message au roi qui répondrait avec une royale bienveillance. Le roi étant considéré comme le personnage du royaume le plus proche de Dieu et donc comme un intercesseur avec la majesté divine, est-ce à dire que Marillac peut se passer d’intercesseur pour faire son salut ? Est-ce à dire que Marillac porte en lui plus de sainteté que le roi lui-même25 ?

41Marillac le dit lui-même : « je ne suis plus de ce monde, je ne pense qu’en Dieu ». Lorsqu’on lui pose la question, comme Sublet, il pardonne à ses ennemis : « très volontiers, si j’en ai » (réponse de Sublet), « (...) s’il ne pardonnoit pas de bon cœur à tous ceux qui luy avoient faict du mal, helas dict-il, personne ne m’en a faict, il lui demanda encore s’il ne pardonnoit pas à ses ennemis, tres volontiers respondit-il, si j’en ait » (Marillac). Il semble entendu que des hommes d’une telle vertu, d’une si grande perfection, ne peuvent avoir d’ennemis, et qu’ils sont donc bien les victimes de persécutions injustes.

42Le martyre est ainsi aussi bien physique que moral par le fait que le personnage meurt en disgrâce dans une situation plus qu’inconfortable vis-à-vis du pouvoir politique. Leur mort est le point d’aboutissement d’un conflit politique, et l’idée d’une violence d’état infligée au mourant est perceptible. Cela est néanmoins surtout vérifiable dans le cas de Marillac : on peut estimer que si Jacques Josset est muet sur la question, c’est avant tout car son texte est davantage borné par les schémas narratifs (et homilétiques) inculqués lors de son passage en séminaire, raison pour laquelle il passe sous silence des éléments survenus avant la mort de Sublet de Noyers que nous connaissons par ailleurs (en particulier sa probable prise de l’habit jésuite sur son lit de mort).

  • 26  Lors du séminaire du 20 février 2007, séance consacrée au chapitre sur le décès de Michel de Maril (...)

43Ainsi, le geolier de Marillac apparaît deux fois dans le texte. Si, exempt du roi, il n’en est pas moins réduit à enregistrer la fin de non-recevoir de Marillac quant à faire passer un message au roi, et à devoir par la suite laisser entrer le peuple de Châteaudun qui vient voir le pieux personnage une fois mort, il est possible que ce soit ce même exempt qui organise sciemment le retard de la venue de l’extrême-onction après laquelle Marillac envoie nombre de fois chercher en s’étonnant de ce que le curé ne vienne point. Nous pouvons ici reprendre une des hypothèses formulées par Christian Jouhaud26 : en effet, la scène paraît étrange, car, l’entourage de Marillac étant prévenu depuis plusieurs jours de sa mort imminente, le curé devrait se tenir prêt à lui apporter les derniers sacrements. Faut-il imaginer que l’exempt a cherché à retarder la cérémonie de l’extrême-onction, qui est publique, afin que Marillac ne soit plus en état, pendant celle-ci, de faire des déclarations qui pourraient être divulguées dans le monde ?

44Enfin, puisque les deux personnages meurent en ayant laissé des écrits, pourquoi n’a-t-on pas conservé ces derniers ? Faut-il imaginer qu’ils ont été saisis et détruits par un pouvoir qui voulait éviter leur diffusion ?

45Le martyre que subissent les mourants doit être ainsi prétexte à l’édification et au catéchisme de son entourage, par la constance et le détachement vis-à-vis du monde, et le dépassement quasiment hautain vis-à-vis de la conjoncture politique, mais aussi par l’enseignement direct. Marillac parle du temple de Salomon aux médecins, disserte avec eux sur les caractéristiques de cet ouvrage, ou rappelle que les larmes sont le propre des infidèles. Sublet de Noyers remontre à l’un de ses domestiques qu’il faut non pas pleurer mais se tourner vers le Christ en croix, et répète des phrases visant à l’édification de son entourage : « on fait tout pour le corps, on ne fait rien pour Dieu » qui font écho aux sentences proférées par Marillac : « quelles terreurs devons nous concevoir si nous considerons la distance qu’il y a de la creature au createur », ou « il faut prier Dieu et non pleurer pour ceux qu’on aime ».

  • 27  Mt 25, 1-13.

46L’enseignement se fait à tous les niveaux, par les paroles aussi bien que par les gestes. En témoigne l’épisode de la bénédiction des domestiques par Sublet de Noyers : ceux qui arrivent en retard au moment de la bénédiction sont bénis à leur tour mais sans que leur maître n’ôte son bonnet, chose qu’il avait faite la première fois. Cette anecdote fait écho à la parabole des Vierges Sages et des Vierges Folles27, appliquée à un usage contemporain de l’auteur.

47Enfin les deux personnages réaffirment leur foi, leur soumission à l’église catholique. Dans les deux récits, on trouve des scènes où le mourant récite parfaitement la fin des versets que commence le prêtre qui lui administre les sacrements.

  • 28  Cagnat Constance, op. cit.

48Il s’agit donc bien de textes à vocation hagiographique. Les mourants sont des exemples de sainteté de la réforme catholique, c’est-à-dire que ce sont des témoins (martyrs, en grec) de la grâce de Dieu révélée par le monde. Cette révélation culmine au moment de l’agonie. Ce sont donc des récits où s’opère un travail hagiographique, c’est-à-dire une opération inconsciente ou irréfléchie s’exerçant sur la matière historique, par l’introduction de l’élément subjectif dans la réalité28. Le récit de la mort dans son plus petit élément discursif est là pour montrer la sainteté à travers des éléments observés chez des personnages qui sont l’incarnation même de la constance face à l’adversité.

49Ainsi la mort du personnage n’a de sens que prise dans les volontés divines : il y a un sens divin à mourir en disgrâce, comme l’ont vécu Marillac et Sublet de Noyers. C’est ce que s’attachent à montrer les deux auteurs, qui tiennent un discours qui résonne comme un engagement politique et religieux.

Un récit hagiographique et sa circulation. Des réseaux, des saints et des hommes : les objectifs du réseau dévot

L’écrit, l’information et sa circulation : objets, hommes et lieux. La place centrale des religieux

  • 29  Quelques lignes sont consacrées à la mort de François Sublet de Noyers dans la Préface du Parallèl (...)
  • 30  Petit François-Xavier, art. cité.

50Écrire sur un thème chrétien est une pratique de dévotion typique de la période à laquelle se déroulent les événements dont nous parlons. Ainsi Michel de Marillac, à la fin de sa vie, travaille sur l’histoire de Job, comme une méditation chrétienne sur les vicissitudes de la vie, et passe l’essentiel des jours qui précèdent sa mort, à écrire continuellement (son testament ou autres pieux écrits). François Sublet de Noyers, on le sait par un autre récit de sa mort29 a travaillé jusqu’à ses derniers jours à des commentaires sur l’Écriture Sainte. Tous les deux sont hommes de l’écrit. Lefèvre de Lezeau fait œuvre pie en racontant la vie de Marillac, comme François-Xavier Petit nous l’a amplement démontré30. Quant au curé de Noyers, son écriture se rapproche de celle d’une homélie et fait écho à la formation au séminaire de son auteur, montrant qu’il est aussi bien en train de raconter un événement ponctuel que de faire un discours à visée plus généralement théologique. Il est ainsi intéressant de se poser la question de la genèse et de la circulation de ces écrits.

51L’écrit, comme recherche spirituelle à partir d’un savoir, comme lien tenu entre personnes, comme production d’hommes se pensant écrivains, historiens et/ou moralistes, fait l’objet d’une circulation intense. Les récits de la mort de Sublet et de Marillac font ainsi partie des écrits plus ou moins informels, probablement très abondants, qui circulent d’un château à un couvent, en passant probablement par plusieurs salons, cénacles dévots... La Vie de Michel de Marillac est passée entre les mains de plusieurs correcteurs et il est peu probable que malgré sa non-publication elle soit restée parfaitement inconnue au moins d’un certain public.

52À la fin du chapitre sur la mort de Michel de Marillac, en effet, Lefèvre de Lezeau raconte la méthode qu’il a employée pour collecter des informations sur les phénomènes qui ont accompagné la mort de Marillac, c’est-à-dire l’apparition d’un flambeau dans le Ciel. Il écrit à des religieuses, leur commande des récits circonstanciés avec lieux, dates, personnages. Il s’adresse également à un Feuillant de Paris, le père Eustache de St Paul. Nicolas Lefèvre de Lezeau écrit peut-être lui-même sur une commande familiale ou dévote.

53Il est intéressant de noter que les écrits, correspondances amicales, dévotes, récits d’événements, œuvres littéraires non encore publiées, passent de main en main – et quelles mains ! Dans le cas de la Vie de Michel de Marillac, le « Roole de ceux qui ont leu en manuscrit l’histoire de la vie de Monsieur le Garde des sceaux de Marillac » qu’on trouve à la fin du premier manuscrit (1AP 592) est révélateur. On y lit en effet que le manuscrit est passé successivement entre les mains de :

  • 31  C'est nous qui soulignons. Jérôme Ier Bignon, né en 1589 et mort en 1656. Enfant d’honneur du futu (...)

- Défunct Mre Jerôme Bignon advocat General, et depuis Conseiller d’Estat, servant au Conseil du Roy, qui l’a corrigé entierement de sa main31
- Defunct Mre Nicolas Sanguin, Evesque de Senlis, qui l’a communiqué au sieur de Montmor, professeur du Roy, puis l’a corrigé en quelques endroits,
- M. Cospeau Evesque et comte de Lizieux par la plume dudit sieur de Montmor,
- Le père Eustache de St Paul Asselin, docteur en théologie, assistant du révérend Père général des Feüillants,
- Le R. Pere Guillaume Gibieuf, docteur en théologie et Supérieur de la maison des prêtres de l’Oratoire au Faulxbourg Saint Jacques,
- Le sieur Holden son ausmonier, personne très scavant en theologie et tres exact aux pointz de la conscience.

On a donc ici un tableau assez précis de la manière dont un texte a été élaboré avec le concours de plusieurs mains.

54La question de la genèse du texte et de sa circulation se pose surtout pour le manuscrit 13 J 251, car on ne sait pas qui l’a commandé. Le commanditaire pourrait vraisemblablement être quelqu’un de la famille Sublet, de par le fait que le manuscrit a terminé sa course au sein des archives privées de la famille. La piste d’une femme comme commanditaire, peut-être l’une des filles Sublet dont plusieurs ont été supérieures ou prieures du Carmel de Gisors, semble être envisageable, à moins que la « très révérende mère » à laquelle le curé de Noyers s’adresse ne soit Jeanne Séguier, sœur du chancelier, née en 1596 et en religion mère Jeanne de Jésus, entrée au Carmel de Pontoise dont elle est devenue prieure en 1624. Première supérieure du Carmel de Gisors fondé par Sublet de Noyers en 1631, elle intercède plusieurs fois en faveur du ministre disgrâcié (sans succès toutefois) auprès d’Anne d’Autriche. On peut aussi envisager comme commanditaire la fille même de Sublet de Noyers, Madeleine, entrée à douze ans au Carmel de Pontoise sous l’influence de Jeanne Séguier, puis revenue au Carmel de Gisors pour en être prieure.

  • 32  C'est une des conclusions de l'article de Daniel Roche (op. cit.), ainsi que de Bernos Marcel, « L (...)

55De ces questions et investigations, il faut retenir une chose : l’importance des religieux et ecclésiastiques dans la circulation de l’information. Religieuses de couvent, curés de campagne, prêtres de paroisses parisiennes, sont autant de relais pour ces récits qui viennent alimenter le stock d’exemples dévots, repris et diffusés partout. Cet élément est à rapprocher de la remarque faite par les historiens qui se sont penchés sur les artes moriendi, selon laquelle cette littérature au xviie siècle est destinée en premier lieu aux ecclésiastiques, suivis par des laïcs instruits et aisés32. Il est donc logique de trouver, au centre de l’élaboration et de la diffusion de ce texte, des religieux. En témoigne l’abondance des considérations et métaphores à thème théologique et biblique. Ainsi Michel de Marillac parle à son entourage du temple de Salomon, tandis que le curé de Noyers multiplie les images et métaphores quand il s’agit de parler de la mort, en particulier sur le thème des noces spirituelles de l’âme et de Dieu, ainsi que sur l’Eucharistie (« vous eussiez vu cette belle âme se fondre aux rais de ce divin soleil »). Le système de références culturelles de Marillac est lié à la pratique de la casuistique pratiquée par les ecclésiastiques de son temps : ainsi discourt-il sur l’opportunité d’être soigné par un médecin protestant ou de communier dans son lit (question également abordée dans le récit du curé de Noyers).

56Les ecclésiastiques ont donc un rôle central dans la circulation des œuvres dévotes au sein d’un réseau. Ce sont aussi bien des grandes personnalités de la Réforme catholique, cités au cours des deux récits (Charles Borromée, Thérèse d’Avila), mais aussi des personnages plus humbles, curés de village (ceux de Noyers et de Châteaudun dans nos textes), qui confessent les grands dévots, témoignent, circulent entre leur cure et les villes, écrivent. Ces curés assurent aussi la circulation des reliques – c’est le cas du curé de Noyers qui a en sa possession une relique du père Gault –, des images gravées de la Réforme Catholique (celle de Thérèse d’Avila ou celle de Charles Borromée). Ce rôle central des curés est à mettre en perspective avec l’après-Concile de Trente, qui s’est entre autres attaché à restaurer la dignité du prêtre. Ce replacement se devine dans la grande confiance de Sublet de Noyers dans le sacerdoce comme le montre sa prière :

Mon Dieu, soyez glorifié dans vos prélats et pasteurs ». Quant à Marillac, Lezeau nous laisse deviner ses idées en indiquant les révélations qu’il a eues en rêve au début du chapitre sur saint Pierre et les apôtres, « comme ils ont planté la foi et établi l’église de Jésus-Christ.

33

On reconnaît aisément l’espérance (ancre), la charité (cœur enflammé) mais la foi est représentée de manière assez extraordinaire, par deux mains serrées dont l’une, reconnaissable à la manipule, est une main d’ecclésiastique. Ainsi la foi, selon l’optique dévote de Sublet de Noyers, est en premier lieu la soumission à l’Église. La volonté témoignée aussi bien par Marillac que par Sublet, d’être confessé et administré non pas par un aumônier privé mais par le curé de la paroisse où l’on meurt, montre cet attachement sans faille à une Église dans toutes ses dimensions, du grand prélat au simple curé.

Le réseau dévot ne perd jamais : convertir l’échec politique d’un homme en triomphe spirituel d’un saint

57La mort de Marillac, comme celle de Sublet, est celle d’un homme qui a porté les espoirs d’une frange de personnages qu’on a désignés a posteriori sous le vocable de « parti dévot ». Cette appellation regroupe, à tort ou à raison, des héritiers de la Ligue, des opposants à la politique de Richelieu pour beaucoup (mais ce n’est pas le cas de Sublet de Noyers), au partage des sphères politique et religieuse, dont François-Xavier Petit a déjà parlé. Du moins s’agit-il de gens caractérisés par leur grande piété et l’ardeur par eux mise à défendre les religieux.

58Dans le cas de la mort de Sublet de Noyers, on sait que sa disgrâce politique est une question complexe : si Louis XIII l’a éloigné de la cour en avril 1643, il a refusé de vendre sa charge de secrétaire d’État et continué d’exercer la charge de surintendant des Bâtiments du roi. Il a même, au cours de l’année 1644, fait exécuter une série de travaux pour Anne d’Autriche. Néanmoins cette dernière s’est refusée à lui redonner la place politique qu’il avait eue au temps de Richelieu et jusqu’au début de l’année 1643. Malgré cette disgrâce, on sait que Sublet de Noyers bénéficie d’appuis importants, en particulier dans la Compagnie de Jésus dont des membres publient des ouvrages qui lui sont dédié (c’est le cas du Théurgicon du père Vavasseur en 1644) ou chez les Carmélites. L’envoi à son domicile de reliques de pieux personnages en voie de canonisation semble montrer qu’il est encore partie très prenante des activités, voire de l’activisme dévot dont les efforts pour faire reconnaître des figures de la Réforme catholique comme des saints, fait partie des préoccupations premières. Sublet de Noyers meurt donc dans un état de certaine disgrâce sans qu’il soit néanmoins cloîtré.

59Le cas de Michel de Marillac est moins équivoque, c’est-à-dire qu’il est au moment de sa mort placé en résidence surveillée, sous la garde d’un exempt et d’archers, dans la citadelle de Châteaudun. Néanmoins là encore, il n’est pas absolument isolé, puisqu’il reste inséré dans un réseau familial et dévot perceptible dans la présence de sa belle-fille, de ses enfants, de son secrétaire Nicolas Lefèvre de Lezeau, de son confesseur et de son aumônier.

Malgré cet état de disgrâce, les deux narrateurs font de leurs personnages non seulement des martyrs, mais surtout des exemples de sainteté pour leur temps.

60 De quelle sainteté s’agit-il ? Si l’on s’en rapporte aux saints mentionnés par les auteurs, les grands saints du temps sont des prélats comme Charles Borromée (Marillac), le révérend père Gault, évêque de Marseille (Sublet). Il peut aussi s’agir de femmes : Thérèse d’Avila, Jeanne de Chantal, sont expressément nommées. Et dans le récit de Nicolas Lefèvre de Lezeau, il ne faut pas oublier que la figure de Barbe Avrillot épouse Acarie, en religion mère Marie de l’Incarnation, est omniprésente – dans le chapitre qui nous préoccupe, par l’évocation du Carmel de Pontoise où apparaît dans le ciel le flambeau qui évoque la naissance au ciel de Marillac. Il s’agit donc de grandes figures, déjà canonisées, mais aussi de personnages dont on envisage ou prépare déjà le procès en canonisation – rappelons que parmi les grandes affaires de Nicolas Lefèvre de Lezeau, la collation et la présentation au Saint Siège des pièces pour le procès en canonisation de Madame Acarie eurent bonne place. Faire reconnaître la sainteté, les exemples à imiter, fait partie de la volonté des dévots d’agir dans le monde.

misericordia Domini in aeternum cantabo34xviie35xviie
  • 36  Ibid.

[…] le saint cesse d’être ce personnage lointain que la tradition et le légendaire renvoient dans le passé mythique du christianisme (...) pour devenir un individu plus humain.36

Dans le récit de Lefèvre de Lezeau comme dans celui de Jacques Josset, cette caractéristique transparaît dans la personnalisation des visages par de menus mais multiples détails comme les lunettes de Marillac, ou le « petit souris » de Sublet de Noyers lorsqu’il contemple des images pieuses.

61Ce n’est donc plus le saint reconnaissable à ses attributs qui est proposé en exemple, mais le saint très humain, en méditation, ou dont la sainteté se caractérise par la force de sa vie spirituelle intérieure, et surtout le saint proche, accessible, imitable.

62Cette représentation renouvelée permet, du reste, de réconcilier échec politique et vie dévote, en faisant du premier un triomphe spirituel, tout en justifiant des attitude trop souvent considérées comme hypocrites aussi bien dans l’historiographie des xixe et xxe siècles que déjà chez certains contemporains des dévots du « siècle des saints » (c’est-à-dire des mystiques), comme celle de René de Voyer d’Argenson, qui concilie « politique et mystique », dont le cas a été développé par Michel de Certeau et dont il a déjà été parlé. Il y a ainsi l’homme au service du roi et l’homme mystique réunis en un, sans que cela soit irréconciliable ni hypocrite. Et si le service du roi ne mène pas au succès, ou s’il ne permet pas d’agir dans le sens que voudraient des convictions dévotes, le relais est pris par l’intensité de la vie spirituelle. Ainsi Michel de Marillac et François Sublet de Noyers n’ont pas de miracle à leur actif. Ils n’ont d’ailleurs pas su, pas pu, pas voulu influer sur le cours de la vie politique dans le sens qu’un dévot pourrait souhaiter. Mais la force de leur dévotion, de leur certitude du salut, à l’instant de la mort, sont la preuve que l’on peut être courtisan, homme d’État, et saint tout à la fois.

63Raconter leur mort, en faire des objets d’admiration, des exemples de dévotion, c’est montrer que leur échec politique n’a de sens que pris dans les projets de Dieu : leur vie humaine avec ses vicissitudes doit être considérée à l’aune de l’intelligibilité divine. En d’autres termes, on peut dire à la limite que ceux-là mêmes qui ont souhaité leur disgrâce sont les plus éloignés des plans de Dieu. Se dessine ainsi un discours politique véhiculé par le récit d’un parcours dévot.

64Mettre en regard les deux récits des morts de ces deux personnages, non seulement à cause de leurs similitudes intrinsèques, mais aussi parce que l’étude du récit de la mort de Sublet de Noyers permettait d’éclairer celui de la mort de Michel de Marillac, c’est aussi plus généralement éclairer l’œuvre, sa finalité et son public.

65La mort de Michel de Marillac est tout d’abord un exemple de sainteté en accord avec les aspirations sociales des élites de son temps. Destiné à un public de religieux, hommes et femmes, mais aussi de laïcs aisés, instruits, qui veulent concilier vie spirituelle et activité, le texte propose à ses lecteurs non pas de vivre en ermites, mais d’opter pour un modèle de sainteté qui conjugue action, dévotion, charité, écriture et engagement dans le monde en montrant un certain détachement pour la conjoncture de celui-ci tout en restant dans la proximité du pouvoir, ce qui permet du reste de mieux œuvrer pour la cause de Dieu.

66Marillac et Sublet de Noyers sont des exemples de sainteté parce qu’ils parviennent à conjuguer cette vie active, dans les hautes fonctions de l’état et au milieu de la vie de Cour, tout en refusant les constructions des élites sociales comme sources d’orgueil et de péché : abus de pouvoir, obsession de la richesse matérielle, de la construction familiale sur le modèle aristocratique.

67Enfin, les deux récits de mort sont les reflets d’une activité dévote aux composantes sociales, religieuses et politiques, dont l’une des principales affaires est la circulation des récits, leur publication, leur passage d’un cercle à l’autre. Ils permettent aussi de souligner le rôle central des ecclésiastiques dans ce domaine, et pas seulement des grands prélats : prêtres, curés de petites paroisses rurales, religieuses de couvents, sont autant de relais de l’écrit, qui trouvent leurs lieux d’ancrage dans les chapelles privées, les couvents, les cercles dévots urbains. Le milieu dévot n’est pas un monde fermé, au contraire, la dévotion est une attitude qui traverse la société dans son ensemble, de manière aussi bien verticale (des élites à un monde plus humble de la sociabilité campagnarde) qu’horizontale (de l’abbesse de couvent au ministre en passant par des magistrats ou même des hommes issus de la bourgeoisie marchande. La Vie de Michel de Marillac est destinée, en premier lieu et à l’instar de beaucoup d’arts de mourir, à des élites de même que le récit de la mort de Sublet de Noyers est adressé aux religieuses d’un couvent prestigieux, mais il faut encore s’interroger, comme le faisait Carlo Ginzburg dans Le Fromage et les Vers, sur les phénomènes de circulation culturelle, les chemins de traverse de l’écrit, et les convergences entre les aspirations les plus diverses.

Ms AD 54 13 J 251 - Transcription

68Récit de ce que j’ai remarqué dans la maladie et mort de Monseigneur de Noyers secretaire d’Estat qui mourut dans son chasteau de Dangu le vendredi 20 d’octobre 1645 à une heure et demie après midy.

69Quoyque ce me soit un doux entretien de parler des vertus de Monseigneur de Noyers et que mon esprit s’occupe souvent de tout ce que j’ai remarqué dans sa vie et à sa mort, si est-ce que c’est que mer que je ne passe jamais à pied sec, tant ma faiblesse est grande ; c’est une plaie si recente qu’elle seigne encore et que le moindre attouchement l’irrite. C’est donc le seul desir de vous satisfaire qui m’engage au récit de la maladie et de la mort de ce grand homme, où il y a beaucoup de choses à imiter, et beaucoup d’autres à admirer.

70La premiere chose que j’ai estimée digne de remarque a esté une patience invincible, qui est demeurée inesbranlable entre toutes les douleurs d’une ardante fyebvre, qui ne luy a jamais extorqué la moindre plainte dans le cours violent de cette maladie. À le voir et à l’entendre vous eussiez dit qu’un autre souffroit que celuy qui parloit.

71La seconde a esté une entiere soumission qu’il a rendue non seulement aux medecins mais aussi à ses valets de chambre et autres qui le servoient, n’aiant rien refusé de tout ce qui luy ont offert comme il ne leur a rien demandé.

  • 37  Ps. 84.

72La 3eme a esté un desir qu’il a faict paroistre depuis le commencement de sa maladie, jusques à la fin, de se voir delivré de cette prison du corps pour jouir de Dieu plus plainement, luy parlant selon le desir de son cœur. Je luy dis ces parolles de St Paul, Cupio dissolvi, et aussitost il poursuivit et esse cum Christo, avec un sentiment si tendre qu’il faisoit bien cognoistre combien la soif des torrens de volupté dont il souhaitoit estre abreuvé le pressoit, ce qui luy mettoit souvent ces parolles en bouche « allons, allons » et estant interrogé, « Où voulés-vous aller, Monsieur », il respondoit « à Dieu, au ciel, à l’éternité ». Il eslevoit souvent les mains et les yeux vers le ciel, quand on luy parloit d’aller à cet heureux sejour, aussi ne s’est-il remarqué aucune fraieur ou crainte de ce dernier moment. Au contraire, il y aspiroit, comme nous tesmoignent ces parolles qu’il repeta plusieurs fois, « ô que ce moment tarde longtemps ! Quam dilecta tabernacula tua, Domine virtutum ! Concupiscit, et deficit anima mea in atria Domini »37.

73Le 14 d’octobre, qui estoit le 2 ou 3 de son mal, il ... que Dieu vouloit le tirer du monde, ce qui luy fist dire ces parolles de resignation et conformité entiere aux volontés de Dieu, « allons, allons, mourons, puisque vous voulez, mon Dieu, que ce soit de telle maniere qu’il vous plaira, quand bien ce seroit sur une roue, je le voudrois, il n’importe pourveu que vostre volonté soit accomplie ».

74Le mesme jour suivant ma coustume je celebrai la messe dans la chappelle du chasteau dont, estant sorti, je demandai à le voir, Monsieur son aumosnier se presenta, avec lequel j’entrai dans la chambre, et m’estant approché du lict, il me dist « Monsieur, soiés le bienvenu, je suis bien aise de vous voir ». « Je viens luy dire, Monsieur, de prier Dieu pour vostre santé ». « Voilà, me dist-il, la meileure visite qu’on me puisse rendre. Je vous remercie ». Et je me retirai aussitost.

75Le 15, jour de Ste Thereze, à laquelle il avoit une devotion très grande, il voulut environ les 4 heures du matin se lever pour aller à la Saincte Communion, mais estant habillé, il se trouva si foible qu’il fut contrait de se remettre sur son lict. On alla advertir Mr. l’aumosnier qui se rendit aussitost dans la chambre, qui le fit deshabiller et remetre dans le lict, où il luy apporta la saincte communion.

76Le 16, l’aiant trouvé plus malade, je voulut passer la nuict près de luy avec le medecin, aiant esté obligés de le lever pour luy donner des linceuls blancs, il ne vouleut permettre qu’on ostast celui qui le couvroit, afin de ne point descouvrir aucunne partie de son corps, auquel il ne vouloit non plus souffrir qu’on touchast, soin qu’il eu jusques au dernier soupir de sa vie, repoussant de ses mains desja toutes mourantes celles de ses valets de chambre quand ils le touchoient. Ils disoit cette mesme nuict, « non, non, je ne le fairai jamais, j’aimerois mieux mourir et estre bruslé que d’offenser Dieu ».

77Le 17, je me retirai à Noyers à l’heure de vespres, où je passoi la nuict avec grande inquiétude. Le lendemain, jour de St Luc, je me disposai du matin à dire la messe pour me rentre près du malade. Je n’eus pas plutost quitté les ornementz qu’un laquais me vint presser de partir pour l’aller confesse et luy administrer le St Viatique, aiant souhaitté que ce fust moy qui eust (?) cet honneur, car le R. P. Chatre recteur du noviciat des troisiesme an des Peres Jesuites s’estant offert pour entendre sa confession, il le remercia et dist « je desire que Mr le curé de Noyers m’entende, est-il icy ? ». On luy respondit que non, « et bien, dit-il, je l’attenderai ». Aussitost que je fus arrivé au chasteau, j’allai droit à sa chambre, et m’estant presenté devant son lict, il me dist « Mr, soiés le bienvenu, je vous attendois afin de remettre ma conscience entre vos mains, il y a longtemps que vous me cognoissés, et vous avez plusieurs fois entendu mes confessions. Je vous prie de m’..., d’autant que le feu qui me devore est si grand qu’il m’oste la liberté de penser à moy ». Il commanda à ceux qui estoient dans sa chambre de se retirer.

78Tout le monde estant sorti, il osta son bonnet et esleva les yeux en haut, forma le signe de la Croix et se confessa avec des sentiments si tendres qu’ils eussent esté capables d’amolir les cœurs les plus durs. Aiant receu l’absolution il voulut accomplir sa penitence en ma presence, ce qu’il fist avec une tres grande devotion, puis se tournant vers moy, « et bien Monsieur, me dist-il, voulés (vous) que j’aille dans la chappelle pour communier ? », « Puisque Dieu vous a mis en estat de n’y pouvoir aller, il ne demande pas cela de vous », lui respondis-je. « Je pourrai me mettre à genoux sur mon lict » dist-il. « Non, Monsieur, luy dis-je, demeurés s’il vous plaist en la posture d’un malade qui est estre couché, puisque Dieu le veut ainsi ». Après ces parolles il demeura coy, attendant la venue de l’Époux.

79Avant que sortir de la chambre pour aller querir le St Sacrement, je luy dis cette demande « Monsieur, pardonnés-vous pas de bon coeur à tous vos ennemis, et oubliés-vous pas pour l’amour de Dieu toutes les injures que vous avez receu ? » « ô que je m’estimerois heureux, respondit ce st homme, si je pouvois mourir pour eux, et ce me seroit trop d’honneur d’estre l’object de la Justice divine. Je leur pardonne de tout mon coeur ». Il avoit desja dit la mesme chose à Mr son aumosnier le jour de Ste Thereze.

80Sa chambre estant parée pour le St Sacrement, je m’en allai à la chapelle où le precieux gage de Nostre Salut reposoit dans un beau tabernacle qu’il avoit fait faire à ce dessein après avoir impetré cette faveur de Monseigneur l’Archevesque d’avoir le St Sacrement dans ce lien où il estoit ordinairement à faire oraison, tous les principaux domestiques de sa maison se rendirent aussitost que moy dans la chappelle, portants tous chascun un cierge ardant es mains pour accompagner l’Espoux, et entrer avecques luy aux noces qu’il prepare à cette belle ame, sa chere epouse, qui l’atendoit avec beaucoup d’aste. Entrant dans la chambre nous le trouvasmes un peu eslevé sur le chevet, les mains jointes et la teste nue qu’il inclina autant profondement qu’il peu en la presence de ce Roy de gloire.

81Aiant posé le St ciboire sur une table, je m’approchai du lict et luy dis ce peu de parolles, « Monsieur voilà l’auteur de la Vie que je vous ai apporté, comme vous avez souhaitté, afin que vous deposiés entre ses mains vostre santé et vostre vie ». « Oui Monsieur, respondit-il aussitost, je remets tout entre les mains de Sa divine bonté ». « Croiés-vous pas, luy dis-je, qu’il est contenu soubs les especes adorables du pain et du vin ? » « Je le croi, respondit-il très assurement, comme vrai enfant de l’Eglise, et je voudrois mourir pour cela ».

  • 38  Ps 110.

82La violence de son mal estoit fort grande. Je n’osé luy faire d’autres demandes pour la crainte que j’avois de l’importuner. C’est ce qui m’obligea de finir là-dessus pour luy donner le St Viatique, qu’il receut avec beaucoup de reverence. Vous eussiés veu cette Sainte Ame, se fondre aux rais de ce divin Soleil. Ce n’estoit plus qu’oraisons jaculatoires et très ardantes. Il ne parloit plus que d’aller à Dieu. « Allons, allons, dosoit-il, faut-il estre attaché à cette malheureuse chair, à cette charogne ? Tuus sum ego salvum me fac38 ». Il dist plusieurs autres semblables choses que la douleur dont j’estois atteint me desrobba.

83Considerant quelque temps après tout le monde empressé pour le servir, « tout ce monde, dit-il, ne pense qu’au corps, pensons à Dieu. On fait tout pour le corps et on ne faict rien pour Dieu ».

84Sur le soir, il aperceut les medecins assemblés qui s’entretenoient et advisoit au mieux pour tascher de le soulager. Il demanda « Que font tous ces messieurs ? » « Ils cherchent les moiens de vous rendre vostre santé », luy dit quelqu’un. « ô qu’ils me fairoient grand tort », dit-il.

85Le medecin luy presentant à boire sur les 6 à 7 heures du soir, je m’approchai du lict, tenant une petite fiole de verre plaine d’eau dans laquelle avoient trampé quelques reliques des Saints et luy dis « Monsieur, voici de l’eau dans laquelle ont trampé des reliques de Saints, ne vous plaist-il pas en prendre ? » « Ouy monsieur », me dist-il, et aussitost il se descouvrit pour rendre veneration à cet eau et porta le verre dans lequel on avoit versé. « Il faut tout prendre, dist-il, il ne faut pas qu’il en reste ».

  • 39  Jean-Baptiste Gault né à Tours le 29 décembre 1595, décédé à Marseille le 23 mai 1643 était évêque (...)

86Peu de temps après, je luy presenté un linge trempé du sang du bienheureux evesque de Marseille39, luy disant « Monsieur, la mere prieure des carmelites vous envoie ce linge trempé dans le sang du bienheureux pere Le Gault ». Il se descouvrit aussitost et baisa ce linge fort devotement, et me demanda « Que voulez-vous faire de ce linge ? » « Je le veux mettre, dis-je, entre vostre coëffe et vostre bonnet ». « Il ne sera pas là, me dist-il, en un lieu assez respectueux ». « C’est un remede, respondis-je, que Dieu nous a envoié, qu’il faut appliquer sur la partie où vous souffrés davantage ». « Faites donc, dit-il, ce que vous jugerés à propos ». J’attachai donc ce linge comme j’avois proposé et aussitost qu’il l’eut receu, il dit ces belles parolles : « Mon Dieu, soiés glorifié à jamais dans vostre Eglise, dans tous vos prelats et pasteurs, regnés absolument dans toutes vos creatures ».

87Le medecin luy presentant quelque remede lui dist « Monsieur, prenez cela avec courage et generosité que vous avez tousjours tesmoigné avoir en toutes vos actions ». Lors en branlant la teste dit « je n’ai point eu de generosité ». « Monsieur, prenés-le donc pour l’Amour de Dieu », dit le medecin. « Oui Monsieur, dist le malade, pour l’Amour de Dieu il faut tout faire ». Il prist donc ce qui luy fut presenté, faisant un grand effort sur soy mesme pour les grandes peines qu’il souffroit, prenant quelque chose.

88Cette nuict fut beaucoup plus fascheuse que les precedentes. Son mal s’augmenta et ses forces diminuerent, ce qui fist ... aux medecins qu’il estoit temps de luy donner l’extréme-onction. Ils me donnerent cet advis. On luy porte cette nouvelle qu’il receut avec joie. Tout estant preparé pour cette triste ceremonie, chascun se met à genoux et le malade se descouvre aussitost, esevant les yeux et les mains vers le ciel où son cœur et ses pensees estoient tousjours, et il prioit avec nous avec tant de ferveur qu’on eut dit, à entendre le ton de sa voix, qu’il n’eust point esté malade. Il repeta souvent plusieurs versets des Psaumes avec tant de ferveur qu’il nous attendrit tous beaucoup. Jamais je n’ai esté si empesché. Les larmes me noioient, en sorte que je ne lisois qu’avec beaucoup de peine, et bien souvent la douleur m’ostoit la liberté de parler, me contraignant de faire des pauses l’espace d’un Ave. Nul des assistants ne me tesmogna improuver cette foiblesse, chascun estant en mesme estat qe moy. Le souvenir de cette action ne me revient jamais sans produire en moy le mesme effect, et je ne puis presentement arester mes larmes en vous escrivant ces particularités que vous avez desiré apprendre de moy. Quand nous fusmes prests de faire les onctions, il descouvrrit luy mesme son estomac et nous donna ses mains et fist tout le reste avec la mesme presence d’esprit que s’il eust esté en parfaicte santé.

89Il adora la Croix, la baisant avec des tendresse qu’il m’est impossible d’exprimer.

90Cette ceremonie estant parachevée, et le jour estant venu, qui estoit le 18 du mois, je m’en allai à la chappelle pour celebrer la messe à son intention, à laquelle plusieurs de ses domestiques assisterent, tous baignés en larmes, en sorte que nous estions les uns aux autres des objets de tristesse. Après la messe, environ sur les 7 heures, on luy parla de donner la benediction à Monsieur son fils : « je le veux bien, dist-il, qu’on le face venir ». On l’advertit donc aussitost, et il se rendut dans la chambre suivi des principaux domestiques qui se prosternerent avec luy devant le malade dans un maintien si lugubre que il laisse à vos penées à en juger, n’estant pas capable de le exprimer. Le malade se descouvrit aussitost et esleva sa main droicte pour fere la benediction, et dist « je vous donne la benediction. Je prie Dieu qu’il vous donne la sienne, et vous donne la grace divine en gens de bien et bons catoliques ».

91Les serviteurs aiant esté advertis trop tard n’entrerent dans la chambre qu’après cette benediction. On apprehendoit de l’incommoder si on luy demandoit la mesme faveur pour ses derniers, on leur dist donc qu’ils se retirassent, et que c’estoit faict. À ces parolles, ces pauvres gens commencerent à fremir, et leurs sanglos redoublés eschouerent (?) deja, ce qui obligea à luy faire la requeste pour les serviteurs de leur donner sa benediction. Aussitost il estendit sa main sur eux et leur donna sa benediction sans se descouvrir pour en faire distinction d’avec les autres.

  • 40  Ps 88. Voir la gravure de Hieronymus Wierix 1553-1619 d'après le tableau de Juan de la Miseria (d. (...)

92Ses forces alloient tousjours diminuant, et aussitost qu’on discontinuoit de luy parler, il tomboit dans l’assoupissement d’où il revenoit facilement quand on luy parloit de Dieu. Sur le soir, on luy presenta l’image de Ste Thereze, qu’il regarda avec un petit sousris, en disant « ô qu’elle est belle, mais elle est bien plus belle dans le ciel, quand on la regarde d’un esprit bien pur ». « Elle prie Dieu pour vous, Monsieur », dit le R. P. de St Jure. « Je l’espère, dit-il, mon Pere, c’est ma bonne patronne ». Il prononça fort distinctement ce verset de David, « Misericordia domini aeternum cantabo40 », qui est la devise de cette grande Saincte qui estoit escrite dans son tableau.

93Les medecins n’aiant plus aucun lieu d’esprer, se retirerent de la chambre, où je restai avec Mr l’Aumosnier et les valets de chambre. Je m’approchai au chevet de son lict où, par intervalles, je luy disois quelque verset des psaumes, que je cognoissois luy estre fort familier, dont je metterai ici quelques-uns :

Miserere mei Deus secundum magnam misericordiam tuam
Averte faciem tuam a peccatis meis
Ne projicias me a facie tua

et plusieurs autres que je commençois et il les parachevai. Souvent il me prevenoit, disant ces versets. Ces parolles sacrées sortoient de ces levres mourantes comme autant de flesches ardantes en feu d’amour desja qui excitoient la devition de ceux qui pouvoient les entendre. Quelques heures après, il nous sembla avoir perdu l’usage de tous ses sens, en sorte qu’il n’y avoit plus aucune assurence qu’il peu agit ny par habitude ni mesme par grace, ce qui nous fist cesser de luy parler.

  • 41  Dans les registres de baptêmes, mariages et sépultures, on trouve au mois d'août la mention du bap (...)

94Je me retirai donc dans la garderobbe par acquiescement à l’instante priere que me fist un valet de chambre de me mettre sur un lict à cause que j’avois passé desja la nuict precedente et le jour sans repos. Dans ce mesme temps, un de ses valets de chambre nommé La Neufville estant près de luy tout baigné de larmes, il le regarda, disant « Mon enfant, que tu es fol de pleurer, regarde ces grandes richesse »41, luy montrant un crucifix attaché au pied de son lict.

95Le jour estant venu qui estoit le 20, estant allé à la chappelle pour celebrer la messe, un laquait acourut aussitost après moy m’advertir qu’il expiroit. Je courus prontement et me revestis de mon surplis pour faire les prieres auxquelles il respondit fort intelligiblement. Il estoit environ 7 heures du matin et depuis il abaissa tousjours. Sur les 10 heures je repete plusieurs versets des Psaumes qu’il sembloit encor entendre au mouvement de ses levres. Comme j’eus dit « Deus in advito... men... intendo », il repeta, mais d’une vois toute mourante, « intendo, intendo ».

96Il eut sur les 11 heures une foiblesse plus grande que toutes les precedentes, ce qui nous obligea de recommencer les prieres, et depuis nous n’eusmes aucun signe qu’il nous entendist.

97Enfin, une heure et demie après midy, cette belle Ame se separa de son corps, sans beaucoup d’effort. Sa face demeura tainte d’un petit vermillon, ses yeux et sa bouche fermés de fort bonne grâce, et ce visage paroissoit encore tout plain de majesté, en sorte que vous eussiés dit qu’il n’estoit endormi que d’un someil ordinaire, et non pas du profond someil de la mort, laquelle n’avoit rien laissé de hideux en sa face.

98Cette mort fut suivie de cris et de larmes qui se versoient en abondance par tous les coins de cette maison et ses servitteurs luy baisoient les mains et les pieds qu’ils arrosoient d’un ocean de larmes en criant « Adieu mon cher maistre ». Je n’ai jamais veu aucun spectacle plus triste que celui-là. Je ne puis repasser cette action par ma memoire sans en pleurer, aiant autant de sujet de m’affliger de cette mort qu’aucun de ses domestiques.

99Voilà ma R. M. ce que vous avez desiré de moy que je vous donne, comme une preuve très fidelle du desir que j’ai de vous satisfaire et que je suis en verité, M. , vostre très h et a. s. J. J.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Dans « Charité, action et écriture. Le parcours dévot de Nicolas Lefèvre de Lezeau ».

2  Dans « Nicolas Lefebvre de Lezeau : hagiographe de son temps ? L’hagiographie à l’épreuve de la biographie-témoignage dans les Vies de Marillac et de Morvillier ».

3  Pour les détails concernant la vie de François Sublet de Noyers, nous nous permettons de renvoyer à C. Lefauconnier, François Sublet de Noyers (1589-1645). Ad majorem regis et Dei gloriam, thèse pour le diplôme d'archiviste-paléographe, dactyl., 2007.

4  Dans Le problème de l'incroyance au xvie siècle. La religion de Rabelais (1947).

5  Disponibles en ligne sur le site des Archives départementales de l'Eure.

6  D'après les registres de baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse de Noyers : en 1681 à sa mort, on le dit alors âgé de 78 ans. Il est curé de Noyers de 1633 à 1645, date à laquelle il devient curé de la paroisse voisine de Dangu.

7  Petit François-Xavier, art. cité.

8  Sur la définition de l'exemple et sa valeur en histoire : voir Laurence Giavarini (éd.), Construire l'exemplarité.Pratiques littéraires et discours historiens (xvie-xviiie siècles) [actes du colloque, université de Bourgogne, 3 et 4 mars 2006], Dijon, EUD, 2008.

9  Truchet Jacques, « Note sur la mort-spectacle dans la littérature française du xviie siècle », Topique, octobre 1973, n° 11-12, p. 281 à 298.

10  Cagnat Constance, La Mort classique. Écrire la mort dans la littérature française en prose de la seconde moitié du xviie siècle, Paris : Champion, 1995.

11  Expression d'E. Forsyth. Dans Forsyth Elliott, La tragédie française de Jodelle à Corneille (1553-1640). Le thème de la vengeance, Paris : Champion, 1994 (1ère éd. Nizet, 1962), p. 252 et suiv. , sur « la tragédie macabre ».

12  Bremond Henri, Histoire littéraire du sentiment religieux. Voir l'introduction par Sophie Houdard, « Humanisme dévot et histoire littéraire... ».

13  Roche Daniel, « La mémoire de la mort : recherche sur la place des arts de mourir dans la librairie et la lecture en France aux xviie et xviiie siècles », Annales, économies, sociétés, civilisations, t. 3, 1976, p. 76-119.

14  Au sens cartésien du terme, c'est-à-dire vertu majeure par laquelle l'homme s'estime lui-même à sa juste valeur, par la compréhension de ce qu'il y a de divin en lui, à savoir la liberté de la volonté : ainsi la générosité désigne-t-elle l'estime de soi fondée non sur un quelconque orgueil mais bien par l'admiration que suscite la découverte en soi la liberté de sa volonté. C'est ainsi aussi une vertu humaniste : non seulement cela permet à l'homme de s'estimer, mais de surcroît cela lui permet de respecter autrui en tant qu'il est également porteur de cette liberté, et donc de cette image divine. Dans le sens pratique, la générosité dévie souvent vers la liberté de la volonté au sens du courage : la volonté est suffisamment forte pour que l'homme fasse des choses qui lui déplaisent.

15  Actes des Apôtres, 12, 1-17.

16  Voir les analyses de Constance Cagnat sur la relation de la mort au xviie siècle, dans Cagnat C., op. cit.

17  Voir Forsyth E. op. cit.

18  Je remercie Fabrice Micallef d'avoir suggéré cette interprétation lors de nos séances de travail collectif.

19  Voir par exemple les analyses dans Surdel Alain, « Les représentations de la mort dans le théâtre religieux du xve siècle et des débuts du xvie s », dans La mort en toutes lettres, dir. Gilles Ernst, actes du colloque sur La mort dans la littérature du xvie au xxe s, 2-4 octobre 1980, Nancy : Presses universitaires de Nancy, 1983, sur les liens entre ce que l'auteur appelle le « lyrisme macabre » et la méditation sur la mort.

20  Néanmoins le mourant n'est pas prêt à toutes les compromissions. En témoigne la scène où Sublet de Noyers refuse qu'on le déshabille et qu'on change les draps de son lit, car il risque de paraître nu devant Dieu s'il vient à mourir à ce moment.

21 Je reprends l'expression tirée du titre de Jean-Pierre Gutton, Dévots et société au xviie siècle. Construire le Ciel sur la terre, Paris : Belin, 2004.

22  L'un des lieux communs de la description de la mort, qui se retrouve aussi dans la représentation artistique du visage des mourants (sur les tombeaux par exemple), souligné par Claire Mazel dans « Effigie et fiction. La narration de la mort dans le monument funéraire au xviie siècle », dans Bertrand Régis, Carol Anne, Pelen Jean-Noël, Les narrations de la mort, actes du colloque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme, 20-22 novembre 2003, Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, coll. « Le temps de l'histoire, 2005.

23  Roland Fréart de Chambray et Paul Fréart de Chantelou, ses commis et collaborateurs dans l'administration des Bâtimens du roi.

24  Cagnat Constance, op. cit.

25  Je remercie Robert Descimon d'avoir formulé cette hypothèse lors de la journée d'études du 23 mars 2011.

26  Lors du séminaire du 20 février 2007, séance consacrée au chapitre sur le décès de Michel de Marillac.

27  Mt 25, 1-13.

28  Cagnat Constance, op. cit.

29  Quelques lignes sont consacrées à la mort de François Sublet de Noyers dans la Préface du Parallèle de l'architecture antique avec la moderne de Roland Fréart de Chambray, cousin du secrétaire d'État, présent au château de Dangu à ce moment (éd. Frédérique Lemerle-Pauwels et Milovan Stanic, Paris : ENSBA, 2005).

30  Petit François-Xavier, art. cité.

31  C'est nous qui soulignons. Jérôme Ier Bignon, né en 1589 et mort en 1656. Enfant d’honneur du futur Louis XIII, il quitte la cour à la mort d’Henri IV. Rappelé par le précepteur de Louis XIII, Le Fevre (mais pas le même que Lezeau), il demeure auprès du jeune roi jusqu’en 1612. Nommé en 1620 avocat Général du Grand Conseil d’état, il devient avocat Général au Parlement en 1626. C'est en 1628 qu'il entre dans le cercle des amis de Saint-Cyran. Sa position lui permet de plaider des causes délicates. Ainsi en 1632, Vincent de Paul gagne un procès difficile grâce à Saint-Cyran et Bignon. Qualifié de « respecteux et ferme » dans ses rapports avec Richelieu, il est par exemple défavorable à la multiplication des offices. Le secrétaire d’Etat Sublet de Noyers l’engage à vendre sa charge, qu’il donne à son gendre Etienne Briquet. Il reprend sa charge à la mort de ce dernier en 1645. En 1642, Richelieu le nomme Grand Maître de la Bibliothèque du Roi, après la mort de de Thou. Moreri précise que, bien que Richelieu ait été mal intentionné à l’égard de Bignon, « c’était l’unique voye de se réconcilier avec les honnêtes gens & les savans, indignez de la mort de de Thou ».

32  C'est une des conclusions de l'article de Daniel Roche (op. cit.), ainsi que de Bernos Marcel, « Le Religieux mourant (1717), ou comment se préparer à la mort dans un livre », dans Les narrations de la mort, op. cit.

33  Archives nationales, Minutier Central des notaires parisiens, XXIV 315, 28 novembre 1625. Marché passé entre François Sublet, sieur de Noyers, et Claude Dauzet, peintre, pour la décoration de l'intérieur de l'église de Noyers.

34  Né et mort à Anvers 1553-1619.

35  Sallmann Jean-Michel, « La représentation imagée de la sainteté dans l'Italie méridionale à l'époque de la réforme catholique », Bibliothèque de l'École des chartes, 1898, t. 147, p. 419-432.

36  Ibid.

37  Ps. 84.

38  Ps 110.

39  Jean-Baptiste Gault né à Tours le 29 décembre 1595, décédé à Marseille le 23 mai 1643 était évêque de Marseille. C'est un vénérable fêté le 23 mai.
Il suivit son frère aîné Eustache Gault à peu près partout. Ils entrèrent ensemble à l’Oratoire de Tours, Eustache professa au collège-séminaire du Mans de 1630 à 1633, puis furent envoyés en Espagne. L’archevêque de Bordeaux, Henri d'Escoubleau de Sourdis, désireux d’attacher les deux frères à son église, nomma l’aîné vicaire général et le cadet curé de Sainte-Eulalie. Dès la mort de son frère survenue le 13 mars 1640, il fut nommé en avril 1640, évêque de Marseille pour le remplacer.
Après avoir reçu ses bulles près de deux ans plus tard, il prêta serment de fidélité au roi le 20 septembre 1642 et fut sacré à Paris dans l’église Saint Magloire le 5 octobre 1642 par Victor le Boutillier, archevêque de Tours assisté des évêques de Vannes et de Boulogne. Son arrivée à Marseille fut retardée par une crue exceptionnelle de la Durance qui le retint bloqué un mois dans la ville de Sorgues.
Il arriva incognito à Marseille le samedi 9 janvier 1643 et se rendit le lendemain à Aubagne. Le samedi suivant il retourna à Marseille et refusa toute entrée solennelle qui consistait en une réception sous un dais de velours. Sa présence effective à la tête du diocèse ne dura que 5 mois car il devait mourir le 23 mai 1643, mais aucun évêque n’a, en si peu de temps, autant marqué la ville de Marseille. Conformément à son engagement, il vécut et mourut pour son peuple.
Il visita les paroisses, les couvents, les hôpitaux mais surtout les plus malheureux : les forçats de l’arsenal des galères qui vivaient dans une effroyable misère. Pour eux et avec l’aide de Saint Vincent de Paul, il fit achever la construction d’un hôpital des forçats sur le quai de rive neuve. Pour terminer cet hôpital laissé inachevé par Philippe de Gondi, général des galères, il envisagea de vendre sa vaisselle d’argent, mais la duchesse d’Aiguillon, nièce de Richelieu[2] lui ayant adressé une somme suffisante, il ne fut pas obligé de recourir à cette solution extrême[3]. Avec des prêtres parlant arabe, espagnol ou italien il entreprit une mission sur les galères. Il alla à bord de ces navires pour rencontrer les forçats. « On le voyait tous les jours au milieu de ces criminels en action de consoler les uns, d’instruire les autres et les persuader tous ensemble de souffrir avec patience la peine de leur châtiment dans l’espérance que ce serait leur dernier supplice.[4] Au cours d’une de ces visites, il contracta une maladie et en mourut douze jours après le 23 mai 1643.
Un procès de canonisation eut lieu à Marseille dès 1643. Il fut repris en 1863. Jean-Baptiste Gault a été déclaré vénérable le 4 février 1893 par le pape Léon XIII.

40  Ps 88. Voir la gravure de Hieronymus Wierix 1553-1619 d'après le tableau de Juan de la Miseria (d. 1616).

41  Dans les registres de baptêmes, mariages et sépultures, on trouve au mois d'août la mention du baptême de François Mahenne fils de honnête homme Jacques Mahaine sieur de La Neufville, et de Charlotte de Creux son épouse, par Jacques Josset. François Sublet de Noyers est parrain de l'enfant, qui décède le 21 octobre de la même année, et est enterré « en la chapelle de Monsieur de Noyers sur les six heures du soir » par Thomas de La Croix, vicaire de la paroisse (même registre).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Lefauconnier-Ripoll, « Au récit de la maladie et de la mort de ce grand homme.
L’art de mourir, d’après une étude comparée des récits de la mort de Michel de Marillac et de celle de François Sublet de Noyers », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Nicolas Lefevre de Lezeau et l'écriture, mis en ligne le 24 novembre 2011, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/4710

Haut de page

Auteur

Camille Lefauconnier-Ripoll

clefauco@gmail.com
allocataire de recherche à l'EHESS
moniteur de paléographie à l'École nationale des chartes.
Thèse : François Sublet de Noyers (1589-1645) et les Sublet (XVIe-xviiie siècles). Le monde d'un ministre au xviie siècle. Sous la direction de Robert Descimon.
Archiviste paléographe, elle a consacré sa thèse d'École des chartes au secrétaire d'État François Sublet de Noyers (1589-1645). Elle y a étudié les formes et les enjeux de la transmission (du patrimoine matériel et spirituel) et de la reproduction au sein d'une famille au service du roi de France qui en a fait une famille noble, ainsi que l'œuvre politique et administrative de ce personnage dévot, protégé de Richelieu et protecteur des Jésuites et des artistes (il était également surintendant des Bâtiments du roi), mais aussi cheville ouvrière de l'engagement de la France dans la guerre de Trente Ans.
Étendant son étude aux membres de la famille du secrétaire d'État sur une période large du xvie au xviiie siècle, elle consacre ses recherches en vue de son doctorat à l'étude des liens entre parenté, noblesse et pouvoir social et politique. Elle suit plusieurs axes de recherche :
- histoire sociale des pouvoirs politiques : créatures et protecteurs, puissance et échecs sociaux et politiques.
- formes et pratiques sociales de la domination : fondements économiques de la puissance, transmission d'un patrimoine économique et d'un engagement spirituel et culturel au temps de la Contre réforme, question de la construction d'une mémoire familiale, relations entre la noblesse de cour et la noblesse provinciale, entre la noblesse d'épée et une noblesse issue de la finance et de la robe.
Publications :
- François Sublet de Noyers, ad majorem Regis et Dei gloriam, thèse pour le diplôme d'archiviste paléographe, dactyl., 2008.
- « Une contre-généalogie imaginaire : l'énigme Geneviève Lesueur et le destin social des Sublet de Noyers », en collaboration avec Elie Haddad, in Robert Descimon et Elie Haddad (éds.), épreuves de noblesse. Les expériences nobiliaires de la haute robe parisienne (xvie-xviiie siècle), textes réunis par Robert Descimon et Elie Haddad, Les Belles Lettres, 2009.
- « La disgrâce de François Sublet de Noyers : une zone d'ombre, une zone grise de la société », contribution à la journée d'études Les Mondes à Part au xviie siècle, sous la direction de Rémi Mathis, Géraldine Louis et Françoise Poulet, dans Papers in Seventeenth-Century French Literature, n° 73, juin 2010.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org