Navigation – Plan du site

La Vie et la vie de Louise de Marillac

Robert Descimon

Notes de la rédaction

Cette communication a été présentée lors de la journée d’études du 23 mars 2011 : « Nicolas Lefevre de Lezeau et l’écriture »

Texte intégral

  • 1  Michel de Certeau, L’Écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, p. 274-288, et La Fable mysti (...)
  • 2  Jacques Le Brun, « Mutations de la notion de martyre au xviie siècle d’après les biographies spiri (...)
  • 3  Sophie Houdard, Les Invasions mystiques. Spiritualités, hétérodoxies et censures au début de l’épo (...)
  • 4  Barbara B. Diefendorf, From Penitence to Charity. Pious Women and the Catholic Reformation in Pari (...)

1Les biographies spirituelles féminines du xviie siècle constituent un genre d’écriture dont les ressorts ont été largement explorés par Michel de Certeau1 et Jacques Le Brun2, tandis que Sophie Houdard nous a révélé à quel point la mystique était un champ d’affrontement au sein de l’Église de France3. L’écriture hagiographique a naturellement pour horizon la béatification (« c’est un tombeau tautologique », dit Certeau). Mais elle en est une marche d’approche, un travail préparatoire, qui vise en chemin une myriade d’objectifs secondaires. La canonisation tardive de Louise de Marillac (11 mars 1934, béatification en 1920, déclaration de Jean XXIII la faisant patronne des travailleurs sociaux en 1960) ne doit donc pas égarer l’historien. D’autant que Louise est une figure emblématique de la transition : de la pénitence à la charité, a résumé Barbara Diefendorf4. Le récit de la Vie de Louise sert à plusieurs usages.

  • 5  Nicolas Gobillon, prêtre, docteur de la maison de Sorbonne, curé de Saint-Laurent, La Vie de madem (...)
  • 6  Daniel Vidal, Critique de la raison mystique, Grenoble, Jérôme Million, 1990, p. 103 : « de tels c (...)

2La stratégie discursive employée par Nicolas Gobillon en 16765 met en place une scène où Louise n’occupe pas le premier rang : c’est René Almeras, le second supérieur de la Mission, qui a suscité la plume de l’auteur, c’est Vincent de Paul qui inaugure le récit, c’est l’évêque Jean-Pierre Camus qui est crédité d’être à l’origine de la vocation qu’encourage l’oncle, garde des Sceaux6. Cependant le personnage clef est François de Sales : l’édification par la lecture des œuvres et par la fréquentation (durant l’hiver 1618-1619, il lui rend visite lors d’une maladie) de la personne du nouveau saint François est un fil rouge du récit de la vie. Lors de la crise que Louise traversa en mai 1623, c’est l’intercession de saint François de Sales (récemment décédé) qui, à la Pentecôte, lui fait entendre la voix intérieure lui prédisant son avenir de Sœur ; dans sa maladie de février 1660, on eut recours à des reliques qui lui procurèrent une rémission :

  • 7  Nicolas Gobillon, op. cit., p. 173.

[...] on luy apporta une étole de saint Charles, avec une partie du cœur de S. François de Sales, pour lesquelles elle témoigna beaucoup de veneration7.

François de Sales fut ainsi la caution suréminente de toute une vie, au terme de laquelle, quand Louise reçut l’extrême onction, le 4 février, elle bénit à la fois son fils et sa famille et les filles de la Charité, réunissant en un même geste matriarcal et sacré les deux composantes conjointes de son existence de femme sainte.

3Louise est ainsi un produit, le produit féminin de démiurges masculins, qui sont autorisés et donc autorisent. Purger Louise de ses tentations mystiques pour la plonger dans les œuvres apparaît comme un récit qui s’inscrit mieux dans la temporalité du règne de Louis XIV que dans la commémoration de l’action charitable, qui, en contexte, se séparait mal de la mystique. Pourtant la féminité de Louise reste le cœur et le ressort de tout l’édifice d’édification construit par Gobillon et dédié à la reine de France.

4Le récit de Gobillon contient en effet aussi une biographie soigneuse, même si l’auteur avoue assez justement qu’il n’a

[…] pu prendre qu’une idée generale de ses vertus sur les memoires qui m’ont esté communiquez.

Il s’agit d’une reconstitution, d’une restitution, assez propice aux silences et aux réécritures. Gobillon, curé de Saint-Laurent à Paris, est un porte-plume plus qu’un porte-parole.

Deux schémas relationnels

5L’écrit de Gobillon inscrit Louise dans un réseau serré de relations contraintes qui mènent à la sainteté. La structure duale de ce réseau est une des trames qui donnent sens au récit où l’autorité s’insère dans une sorte de grammaire publique qui autorise et élève, tandis que la famille ressort d’une grammaire naturelle qui rabaisse et entrave. La sainteté est plus ou moins toujours l’histoire d’une émancipation, très souvent à l’égard des obligations nées de la reproduction familiale. Cette dualité constitue un artifice rhétorique qui masque l’unité profonde des pratiques sociales qui garantissent la légitimité conditionnelle de l’aventure religieuse.

6La chaîne mystico-charitable officielle mobilise, chez Gobillon, les grands noms du prétendu siècle des saints (prétendu, car les saints au sens romain y sont plutôt rares, ou tout au moins tardifs, « saint » dans le français du xviie siècle signifiant mystiques). En face, l’histoire propre de Louise donne à voir des hommes ordinaires, plus ou moins bien intentionnés, plus ou moins pertinents dans leur action, parce qu’ils ne savent pas comment lever la pression mystique qui s’exerce sur eux comme un appel équivoque.

Sens chronologique ascendant

Sens chronologique descendant

René 2 Almeras, successeur de Vincent

(le petit-neveu ?)

Louis de Marillac, le père

Vincent de Paul

(le petit-neveu ?)

Antoine Le Gras, l’époux

Jean Pierre Camus, évêque de Bellay, qui

combat ses tendances mystiques

(le neveu de la belle-mère)

François de Salles

Antoine Michel Le Gras, le fils

Michel de Marillac apparaît comme participant des deux réseaux de relation, le mystique et le familial.

  • 8  Cf. les réflexions critiques de Christian Jouhaud, « Politique et religion au xviie siècle : note (...)
  • 9  La Compagnie des filles de la Charité aux origines. Documents. Présentation par sœur Élisabeth Cha (...)

7La Vie écrite par Gobillon est pour ainsi dire un programme rétrospectif péchant contre la raison, empêcheuse de sainteté. La dialectique des deux familles, la religieuse, qui est d’élection, la naturelle, qui est donnée, ne répond cependant pas à un schéma simpliste d’opposition. Les obstacles salutaires, comme le père Honoré Bochart de Champigny, capucin, qui dissuada Louise adolescente de se faire capucine, ne font pas toujours partie de la famille, car la grande famille de la mystique, regroupée dans les années 1600 et 1610 autour du cercle de Barbe Acarie, se reproduit au plus près (Camus) et au plus loin (monsieur Vincent) suivant un schéma anthropologique quasiment structural. Ce dont Gobillon crédite finalement l’étroite direction de conscience (qui est le fait d’alliés ou d’étrangers) qui encadra toute l’existence de Louise, c’est un itinéraire d’éloignement de la mystique et une réorientation de l’énergie religieuse de la sainte vers les œuvres, dérivatif à l’appétence permanente pour le refus du monde, finalement un cheminement des verba aux acta, l’exemplarité sans quoi la sainteté ne se penserait pas8. Les hommes ordinaires, qui avaient fait la vie de Louise, étaient eux de sa parenté, et ils lui apportaient en regard l’expérience du monde et l’aide nécessaire pour y vivre en sécession sociale sans dommage. Finalement, une cohérence rêvée habite le récit de Gobillon qui met en accord les diverses expériences de Louise. Elle, dans son testament du 15 décembre 16459 dit simplement :

Mon fils, souvenez-vous toujours d’honorer Messieurs de Marillac, et les servir de grand cœur, si Dieu vous en donne occasion, comme aussi Monsieur et Madame la comtesse de Maure, et tous ceux auxquels j’ai l’honneur d’appartenir.

  • 10  Michel de Certeau, « Politique et mystique. René d’Argenson (1596-1651) », dans Le Lieu de l’autre (...)

L’« appartenance » sociale qui légitime les relations de dépendance, lignagères autant que clientélaires, ne saurait se penser différemment du lien à Dieu, médiatisé par l’institution ecclésiale, ses saints et ses directeurs. Le monde est ainsi unitaire, de même qu’il l’est pour les compagnons du saint Sacrement amateurs du service de la monarchie10.

L’euphémisation d’une histoire de famille

8Gobillon cache deux données essentielles selon des procédés strictement symétriques de ceux qui servaient à construire la généalogie des Marillac au temps de la faveur et de la puissance de Michel, le garde des Sceaux, et de Louis, le maréchal de France. Cette homothétie est l’expression d’une cohérence systémique dans la réécriture d’une histoire destinée à être une mémoire. On ne saura pas en lisant Nicolas Gobillon que Louise de Marillac était bâtarde. On ne saura pas non plus que son père Louis de Marillac avait été protestant et n’était peut-être même pas, à la fin de sa vie, si bien converti que ses parents le souhaitaient. Marchands, bâtards et hérétiques étaient de même chassés de la généalogie officielle qui devait apporter au ministre l’aura de ceux qui sont prédestinés au pouvoir.

  • 11  MC, XIX 255, 29 mars 1573, contrat de mariage avec Madeleine Cherruyer, fille du sieur de Malestro (...)
  • 12  MC, CVII 99, 25 juillet 1604, titre 22 (Viard et Trouvé, 2 avril 1602), donation d’Almeras à Louis (...)
  • 13  Pierre Coste, Monsieur Vincent, Paris, Desclée De Brouwer, t. 1, 1932, p. 210, s’étonne que Gobill (...)
  • 14  MC, LXVIII 64, 6 janvier 1595, contrat de mariage. Long procès dont les archives au parlement ont (...)

9La réécriture masque aussi certaines continuités qui donnent à la chaîne mystique et charitable une tonalité familiale, autre dimension masquée du récit édificateur. Jean Almeras, receveur général du Taillon à Paris, puis audiencier de la Chancellerie et secrétaire du roi11, était un dépendant de Guillaume de Marillac, le contrôleur général des finances, dont les sympathies protestantes ne s’étaient sans doute éteintes que peu avant son brusque décès en février 1573. Almeras figure souvent comme « ami » dans les contrats de mariage des Marillac. Pourquoi, à l’imitation de Louis de Marillac, le père, fait-il à Louise une donation non négligeable ?12 La réponse que je serai tenté d’apporter est que la mère inconnue de Louise était une Almeras, fille de Jean, et disparue trop tôt pour que le mariage avec Louis, alors veuf, ait pu être célébré en ces temps troublés de la Ligue que Louis de Marillac passait à Ferrières en Brie, où naquit Louise, le 12 août 159113. Louis de Marillac se remaria cependant et cette union fut plus que catastrophique, donnant lieu à un conflit d’une intensité rare entre les époux14. Or cette seconde épouse, Antoinette Camus, n’était autre que la tante de l’évêque de Bellay. Ce monde était petit.

Généalogie (pour la partie putative, italiques)

Généalogie (pour la partie putative, italiques)
  • 15  MC, LXVIII 98, 4 février 1613, contrat de mariage Louise de Marillac et d’Antoine Le Gras. Référen (...)

10La bâtardise indicible de Louise explique en un sens que la famille ne la quitta jamais. Son oncle Michel de Marillac, le garde des Sceaux, fut son mentor, et le petit-fils de Michel, devint ensuite le guide de Louise dans toutes ses affaires familiales. La lourde tutelle que les Marillac légitimes exerçait sur Louise ne se démentit pas, toujours pour son bien, cela va de soi, au moins comme l’entendaient ses cousins riches. Le mariage de Louise avec un auvergnat commensal de Marie de Médicis, Antoine Le Gras15, la mit au service des Dony d’Attichy, oncle (mort dès 1614) et tante (morte dès 1617) de la jeune femme, Valence de Marillac étant fille du second lit de Guillaume de Marillac. Dony était le puissant surintendant des affaires de Marie de Médicis, la reine mère autour de laquelle le clan Marillac construisait sa puissance politique. La solidarité se mêlait ainsi à la dépendance qui liait le mari de la bâtarde bien aimée à la famille de son épouse. La complexité des liens ainsi tissés ne fut sans doute pas pour peu dans les difficultés d’un couple dont l’existence fut vite assez malheureuse : le portrait présumé d’Antoine Le Gras conservé aux Filles de la Charité donne une impression pathétique de souffrance. Même souffrance morale sans doute chez le fils de Louise, que sa mère destinait à la prêtrise, mais qui ne savait résister à l’appel du mariage. Pour faire rentrer dans le rang ce fils tendanciellement prodigue, Louise put compter sur la solidarité indéfectible du clan familial, qui proposait d’ailleurs des solutions (en lui trouvant épouse et office), et de sa famille spirituelle, Vincent de Paul sachant mobiliser l’autorité ecclésiastique pour rompre ses mariages non arrangés par les siens et convaincre le jeune homme de la vanité de ses écarts.

11Bref, une certaine instrumentalisation de Louise peut être postulée. Elle fut programmée par les siens  et sa consécration charitable fut aussi un effet et une pièce de la stratégie des Marillac, d’une part, au temps où le garde des Sceaux édifiait son pouvoir ministériel, de l’autre, au temps où sa famille reconstruisit sa situation dans l’État monarchique (dans les décennies 1640 et 1650), en grande partie grâce à la solidarité agissante des cercles dévots.

12Pourtant le conte que fait Nicolas Gobillon demeure étrange : comment croire en l’action tutélaire qu’exerce le père sur une fille de treize ans ?

  • 16  Nicolas Gobillon, op. cit., p. 7-8. Le testament de Louis de Marillac ne se trouve ni en CV 95, ni (...)

Son pere, découvrant dans son esprit un fonds capable de toutes sortes d’instructions, le cultiva avec tous les soins imaginables. Il luy apprit la philosophie pour luy former le raisonnement, & pour luy donner entrée dans les sciences les plus élevées. Ce qui lui donna tant d’affection pour la lecture, qu’elle en faisoit la plus ordinaire de ses occupations & ce pere n’avoit point de plus grand plaisir que de s’entretenir avec elle, & de voir les reflexions & les (p. 8) remarques qu’elle faisoit par ecrit. Il eut tant de satisfaction de l’obeïssance avec laquelle elle secondoit ses desseins, qu’il déclara même par son testament, Qu’elle avoit fait sa plus grande consolation dans le monde, & qu’il croyoit qu’elle luy avoit été donnée de Dieu pour son repos d’esprit dans les afflictions de la vie.16

  • 17  Remarque faite par Pierre Coste, op. cit., t. 1, p. 211.

Comment interpréter le raccourci qui fait que la mort de Louis de Marillac en 1604 força sa fille à « prendre parti », en se mariant en 1613 ? Un père que les documents notariés montrent instable, quasiment gyrovague et dépendant de l’aide de son frère cadet, l’indispensable Michel17. Un père qui pourtant garda une durable puissance d’attraction : Antoine Le Gras, en 1625, fut enterré à Saint-Paul, dans le caveau de la chapelle Saint-Amable où reposait Louis de Marillac. À noter que ce choix ne fut pas celui de sainte Louise en 1660 : elle fut ensevelie dans la chapelle de la Visitation à Saint-Laurent, ayant préféré la proximité de « ses filles » au tombeau familial, proclamant  de la sorte la mutation de son être social consécutive à une pratique trentenaire de la charité.

Les lieux de Louise et de Vincent : la création d’une nouvelle famille

  • 18  Michel de Certeau, L’Écriture…, op. cit., p. 277.

La ‘vie de saint’ articule deux mouvements apparemment contraires. Elle assure une distance par rapport aux origines (une communauté déjà constituée se distingue de son passé grâce à l’écart que constitue la représentation de ce passé). Mais par ailleurs un retour aux origines permet de reconstituer une unité au moment où, en se développant, le groupe risque de se disperser.18

  • 19  MC, XI 105 f° 378, 30 décembre 1620, Antoine Legras, secrétaire de la reine mère du roi, demeurant (...)

13Les pérégrinations dans le Paris religieux de Louise de Marillac illustrent le dispositif conquérant que Vincent de Paul sut mettre en place pour assurer un minimum de présence catholique au sein des populations les plus défavorisées. Louise se maria à Saint-Gervais, elle habita d’abord en couple sur le territoire de Saint-Médéric. Ce sont des revers de fortune qui menèrent le ménage des beaux quartiers centraux vers les zones pauvres de la périphérie dans la paroisse Saint-Sauveur, dit Gobillon (il y a là une légère difficulté, car la rue Court-au-Vilain était sur le territoire de la paroisse Saint-Nicolas19). Rien de sacré en cette histoire banale de déménagement. Mais quand Vincent fonda sa congrégation au collège des Bons Enfants, le déménagement de Louise de Marillac à l’autre bout de Paris, rive gauche dans la paroisse Saint-Nicolas du Chardonnet (rue des Fossés Saint-Victor), inaugure un voyage mystique, alors même que Vincent de Paul, pour éprouver sa vocation, dit Gobillon, ne commença à l’employer qu’en 1629 (fondation de la Charité). Les missions entraînèrent ensuite Louise dans des terres rurales, où elle s’initia à l’organisation de la charité ; mais

  • 20  Nicolas Gobillon, op. cit., p. 36.

[...] il n’etoit pas juste que Mademoiselle le Gras, aprês avoir procuré de si grands biens aux pauvres de la campagne, n’en fist point de part à ceux de Paris, qui étoient reduits à des extrémitez aussi grandes.20

  • 21  Élisabeth Champy, éd., Sainte Louise de Marillac. Ecrits spirituels, s l n d, [Compagnie des fille (...)
  • 22  Jacques Depauw, Spiritualité et pauvreté à Paris au xviie siècle, Paris, la Boutique de l’histoire (...)
  • 23  Arch. nat., Z1b 556, 14 juillet 1650.

Elle fonde alors les congrégations des paroisses Saint-Benoît et Saint-Sulpice. Puis elle passe à Saint-Sauveur. Finalement, elle décéda en la maison de Saint-Lazare, paroisse Saint-Laurent, chef-lieu de l’entreprise de Vincent. L’enquête de vie et de mœurs qui ouvrit à Michel Antoine Le Gras les portes de la cour des Monnaies, ce qui n’était pas un sort si malheureux, même s’il devait cet office à l’aide de sa parentèle et non à la fortune de sa mère21, illustre les étapes principales du parcours parisien de Louise : Saint-Nicolas du Chardonnet y tient la première place, comme le souligne le correcteur des Comptes Gilles Guérin, époux d’une des dames de la Charité de l’Hôtel-Dieu22, voisin du sieur Le Gras durant vingt ans, et qui l’a vu faire une partie de ses études chez les jésuites ; la seconde revient à la paroisse Saint-Sauveur, dont le curé atteste avoir administré le saint sacrement au récipiendaire, qui est « de bonne famille », ajoute-t-il23. Le mariage de Michel Antoine le ramène dans le cercle étroit des dévots de Saint-Nicolas du Chardonnet.

  • 24  P. Schœner, Histoire du séminaire de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, Paris, Desclée De Brouwer, t. 1, (...)
  • 25  Emmanuel Pénicaut, Faveur et pouvoir au tournant du Grand siècle. Michel Chamillart. Ministre et s (...)

14L’espace est aussi une métaphore de la famille, en l’occurrence le cercle dévot de Saint-Nicolas où Michel Antoine trouva femme, sans doute une cousine relativement pauvre du cercle Compaing et Gourreau. Guillaume Compaing, en 1620, avait fait don de sa maison au séminaire de Saint-Nicolas qu’organisait Bourdoise. Fils du sieur de l’Estang, un homme de finance assez puissant, il était né en 1593, avait été ordonné en 1619 et devint vicaire de Saint-Nicolas dès 162124. Supérieur du séminaire, Guillaume Compaing est remplacé par Michel Chamillart, frère cadet de Guy, le futur maître des Requêtes et intendant, qui avait épousé Catherine Compaing, la nièce de Guillaume25. Guy témoigne lors de l’enquête précédant la réception de Michel Antoine Le Gras. Ce dernier était ainsi introduit dans son office par sa nouvelle famille, à la fois sa belle-famille et la famille sacrée de l’action catholique si résolue dont Saint-Nicolas et Saint-Lazare étaient deux des pôles les plus rayonnants. Louise de Marillac, au travers de ses migrations parisiennes, avait su mobiliser pour son fils la famille de la Charité, de laquelle les Marillac puissants étaient devenus des adjuvants.

  • 26  Denis Richet, « La Contre-Réforme catholique en France dans la première moitié du xviie siècle », (...)

15Gobillon décrit une soumission forcée, mais assumée. L’existence de sainte Louise ne fut-elle pas plutôt une histoire d’émancipation, de réalisation de soi au prix du sacrifice apparent de sa personne d’ici-bas ? « Libre à nous de rêver, de rêver à ces femmes qui ont choisi le voile, peut-être parce que la société de leur temps ne leur autorisait aucune autre forme d’épanouissement. »26

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Michel de Certeau, L’Écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, p. 274-288, et La Fable mystique, xvie-xviie siècle, Paris, Gallimard, 1982, p. 216-245.

2  Jacques Le Brun, « Mutations de la notion de martyre au xviie siècle d’après les biographies spirituelles féminines », dans J. Marx, éd., Problèmes d’histoire du christianisme, sainteté et martyre dans les religions du livre, Bruxelles, 1989, p. 77-90. Id., « Conversion et continuités intérieures dans les biographies spirituelles françaises du xviie siècle », dans La Conversion au xviie siècle, colloque du Centre méridional de rencontres sur le xviie siècle, Marseille, 1983, p. 317-333.

3  Sophie Houdard, Les Invasions mystiques. Spiritualités, hétérodoxies et censures au début de l’époque moderne, Paris, les Belles Lettres, 2008.

4  Barbara B. Diefendorf, From Penitence to Charity. Pious Women and the Catholic Reformation in Paris, Oxford, Oxford U. P., 2004, p. 211-216 sur Louise de Marillac. Susan E. Dinan, Women and Poor Relief in Seventeenth-Century France. The Early History of the Daughters of Charity. Women and Gender in the Early Modern World, Ashgate, 2006.

5  Nicolas Gobillon, prêtre, docteur de la maison de Sorbonne, curé de Saint-Laurent, La Vie de mademoiselle Le Gras, fondatrice et premiere superieure de la compagnie des Filles de la charité servantes des pauvres malades, Paris, André Pralard, 1676.

6  Daniel Vidal, Critique de la raison mystique, Grenoble, Jérôme Million, 1990, p. 103 : « de tels confesseurs ou conseillers ne se sollicitent que si la vocation mystique paraît éminente ».

7  Nicolas Gobillon, op. cit., p. 173.

8  Cf. les réflexions critiques de Christian Jouhaud, « Politique et religion au xviie siècle : note sur le passage par l’exemplaire », dans Laurence Giavarini, dir., Construire l’exemplarité. Pratiques littéraires et discours historiens (xvie-xviiie siècles), Dijon, EUD, 2008, p. 51-62. Cf. aussi les analyses de Michel de Certeau dans les ouvrages cités note 1.

9  La Compagnie des filles de la Charité aux origines. Documents. Présentation par sœur Élisabeth Champy, testament de Louise de Marillac, document 847, citation p. 993.

10  Michel de Certeau, « Politique et mystique. René d’Argenson (1596-1651) », dans Le Lieu de l’autre, histoire religieuse et mystique, Paris, Hautes Études Gallimard Le Seuil, 2005 (1963), p. 265-299.

11  MC, XIX 255, 29 mars 1573, contrat de mariage avec Madeleine Cherruyer, fille du sieur de Malestroit, le trésorier général des finances en Bretagne que Jean Bodin prit pour adversaire dans une célèbre controverse.

12  MC, CVII 99, 25 juillet 1604, titre 22 (Viard et Trouvé, 2 avril 1602), donation d’Almeras à Louise de Marillac, « pour la bonne amitié », de seize écus deux tiers de rente que lui devait Louis de Marillac, donation qui précède celle de Louis à sa fille (titre 140, Arragon et Mahieu, 23 novembre 1602), montant à 1200 livres.

13  Pierre Coste, Monsieur Vincent, Paris, Desclée De Brouwer, t. 1, 1932, p. 210, s’étonne que Gobillon ait donné Antoinette Camus pour mère à Louise et ajoute en note : « si l’on désire étudier à fond cette question, il ne faut pas négliger les éléments de solution qu’apportent les Arch. nat. sous les cotes » (suit l’énumération des documents qui décrivent les solidarités familiales dont Louise était l’objet, en particulier les donations insinuées dans la série Y). Sain positivisme allié à une exquise discrétion. On mettra en regard la confusion intentionnelle du texte de Louis Baunard (msgr), La vénérable Louise de Marillac mademoiselle Le Gras, fondatrice des filles de la charité de saint Vincent de Paul, Paris, L. Poussielgue, 1898, p. 2-5, qui donne à Louis de Marillac une seconde épouse imaginaire qu’il nomme Marguerite Camus et dont il fait la mère de Louise.

14  MC, LXVIII 64, 6 janvier 1595, contrat de mariage. Long procès dont les archives au parlement ont été transcrites dans le fonds Parrang conservé aux Filles de la Mission. La légitimité d’Innocente de Marillac, la fille qu’avait eue Antoinette Camus en 1601, était en particulier en cause, ce qui reposait la question lancinante de la bâtardise. LXVIII 64, 15 mai 1595, partage entre Marie Bouguier, sa veuve, et leurs enfants, de la succession de Jean Lecamus, seigneur de Saint-Bonnet et de Gaudreville en Beauce, conseiller du roi en son Conseil privé.

15  MC, LXVIII 98, 4 février 1613, contrat de mariage Louise de Marillac et d’Antoine Le Gras. Référence que je dois à Matthieu Bréjon de La Vergnée que je remercie avec gratitude.

16  Nicolas Gobillon, op. cit., p. 7-8. Le testament de Louis de Marillac ne se trouve ni en CV 95, ni  CV 96, à la date du 23 juillet 1604.

17  Remarque faite par Pierre Coste, op. cit., t. 1, p. 211.

18  Michel de Certeau, L’Écriture…, op. cit., p. 277.

19  MC, XI 105 f° 378, 30 décembre 1620, Antoine Legras, secrétaire de la reine mère du roi, demeurant rue Court au Vilain, paroisse Saint-Nicolas des Champs.

20  Nicolas Gobillon, op. cit., p. 36.

21  Élisabeth Champy, éd., Sainte Louise de Marillac. Ecrits spirituels, s l n d, [Compagnie des filles de la Charité de saint Vincent de Paul, 1983], p. 296, lettre 255 à Monsieur Vincent 30 août 1649, p. 306, lettre 272 bis, à Monsieur Vincent, décembre 1649, p. 309, lettre 272 à Monsieur Vincent, 20 décembre 1649, sur les tractations jointes du mariage et de l’office.

22  Jacques Depauw, Spiritualité et pauvreté à Paris au xviie siècle, Paris, la Boutique de l’histoire éditions, 1999, p. 181.

23  Arch. nat., Z1b 556, 14 juillet 1650.

24  P. Schœner, Histoire du séminaire de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, Paris, Desclée De Brouwer, t. 1, 1909, p. 62-78.

25  Emmanuel Pénicaut, Faveur et pouvoir au tournant du Grand siècle. Michel Chamillart. Ministre et secrétaire d’État de la guerre de Louis XIV, Paris, École des chartes, 2004, p. 34-35, 51-52 et 447 (tableau généalogique).

26  Denis Richet, « La Contre-Réforme catholique en France dans la première moitié du xviie siècle », dans De la Réforme à la Révolution. Études sur la France moderne, Paris, Aubier, 1991, p. 94.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Généalogie (pour la partie putative, italiques)
URL http://dossiersgrihl.revues.org/docannexe/image/4712/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Descimon, « La Vie et la vie de Louise de Marillac », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Nicolas Lefevre de Lezeau et l'écriture, mis en ligne le 24 novembre 2011, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/4712

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org