Navigation – Plan du site

Les généalogies imaginaires des Marillac
ou comment faire des siens des gentilshommes de noblesse immémoriale

Anne-Valérie Solignat

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été présenté lors de la journée d’études du 23 mars 2011 : « Nicolas Lefevre de Lezeau et l’écriture »

Texte intégral

  • 1  Michel de Montaigne, Essais, III, 5, éd. Paris, Gallimard, 1963, p. 828.

1« La noblesse est sans naissance, non plus que la rivière du Nil » affirmait Michel de Montaigne1. La recherche de l’immémorialité, construite paradoxalement par la quête de preuves de noblesse, est souvent pensée par les historiens comme la raison d’être de l’engouement pour les généalogies qui toucha les élites européennes entre la fin de la Renaissance et les Lumières. Mythe troyen, recours à l’antiquité romaine ou bien encore aux croisades, mais aussi parfois revendication d’une filiation divine, servaient à justifier et à conforter la domination contemporaine de ceux qui disposaient d’un capital matériel et immatériel suffisant pour pouvoir prétendre à une généalogie fabuleuse. La généalogie imaginaire des Marillac, telle qu’elle est présentée par Nicolas Lefèvre de Lezeau dans les Mémoires de Michel de Marillac, ne relève pas de ce genre. Il n’est pas question de partir à la poursuite d’une immortalité fantaisiste et fantasmée qui ferait des Marillac des puissants de toute éternité, mais d’établir une filiation raisonnable et vraisemblable, faisant d’eux les héritiers d’un modeste lignage chevaleresque de Haute-Auvergne.

2Il est difficile de faire la genèse de l’invention de cette généalogie, même si l’hypothèse la plus probable, est sa rédaction pour servir de preuves de noblesse à Louis de Marillac lorsqu’il fut reçu chevalier de l’Ordre du Saint-Esprit en 1629. Effectivement, l’ascendance supposée du chancelier et de son frère est présentée de sorte à pouvoir entrer dans les critères de noblesse imposés par les statuts de l’Ordre. Il s’agissait pour eux d’approfondir la généalogie familiale de quelques générations afin de lui apporter une profondeur temporelle un peu plus conséquente et non d’apparaître comme un lignage de noblesse immémoriale. En offrant un siècle et trois générations supplémentaires à leur noblesse, les Marillac parvenaient ainsi à faire d’une pierre deux coups. Ils effaçaient non seulement une intégration trop récente dans le second ordre mais ils tentaient également d’en faire oublier la nature : d’un anoblissement par charges et par lettres royales, ils prétendaient désormais tenir leur distinction sociale du fief. L’anoblissement visible de la Robe cédait le pas face à l’idéal de la vie seigneuriale, qui demeurait encore le principal précepte du vivre noblement. Ainsi, comme l’affirmait Furetière, « Les généalogistes ont fait plus de nobles que les rois » mais l’idéologie royale n’avait pas encore une emprise sans partage sur la définition de la noblesse.

  • 2  Christian Maurel, « Construction généalogique et développement de l’État moderne. La généalogie de (...)

3Comment faire en sorte que Michel et Louis de Marillac n’apparaissent pas en hommes nouveaux ? En les faisant connaître comme les héritiers de la famille de Marlac, l’auteur de la généalogie eut recours, comme bien d’autres généalogistes, au procédé classique de l’agrégation par homonymie, avec la création d’un lien de parenté fictif avec une famille reconnue. Il s’agissait de tisser un lien peu évident au premier regard entre une petite famille disparue de la noblesse désargentée et une grande famille de la robe parisienne. Ces deux univers proprement dissociés convergeaient cependant sur deux points communs : le berceau provincial auvergnat et la semblance quasi-absolue de la sonorité du nom de famille. La généalogie proposée dans les Mémoires de Michel de Marillac apparaissait comme crédible pour les contemporains car elle ne reposait que sur une réécriture partielle de leur mémoire familiale. Seules les trois premières générations, -celles qui manquaient à ces robins pour intégrer l’univers de l’épée-, furent rajoutées. La généalogie devient fausse avant le degré de Gilbert de Marillac, intendant de Charles de Bourbon, qui teste en 1511. Cette génération constitue probablement la limite de la mémoire lignagère de Michel et de Louis de Marillac. Ce masque mesuré donne à voir une définition de la noblesse proche de celle qui se généralisera quelques décennies plus tard avec les enquêtes de Colbert, sous la forme d’une inflexion patrilignagère lorsque ceux d’une même famille se reconnaissent dans le partage d’un même nom et des mêmes armes. La filiation des Marillac peut être entendue comme un exemple du renouvellement des pratiques généalogiques sous l’effet d’une intervention plus importante désormais du pouvoir royal dans les rouages sociaux de la noblesse2. La généalogie des Marillac est aussi un modèle d’adaptation d’une mentalité dynastique dans la haute-robe parisienne, sur le modèle du patrilignage.

Réaliser une fausse généalogie la plus crédible possible

La magie des lieux

4La généalogie des Marillac repose sur l’invention de ses premières générations : ils s’entent sur la famille de Marlac, une maison chevaleresque auvergnate disparue à l’aube du xve siècle et dont on ne sait pas grand-chose, à l’époque comme aujourd’hui. Ces lacunes permirent aux Marillac de faire leur le passé chevaleresque des Marlac, tout en leur imputant des alliances imaginaires pour s’insérer dans la bonne noblesse provinciale. Le choix de se rattacher aux Marlac s’explique par une volonté de rendre la filiation de la maison de Marillac la plus vraisemblable possible. Il suffisait pour cela de jouer sur deux tableaux complémentaires par jeu de semblance et d’approximation. La proximité spatiale du berceau territoriale des deux familles fonctionnait comme un premier système de preuve. En effet, dans le Paris des années 1620-1630, tout le monde connaissait les origines auvergnates des Marillac, qui étaient d’ailleurs confirmées de manière contemporaine par la fréquentation assidue du milieu des parlementaires auvergnats de la capitale. La semblance prétendue du nom et des armes entre les Marlac et les Marillac achevait de rendre la véracité de la filiation inattaquable.

  • 3  Les signes de seigneurie agissaient comme un moyen d’identification d’un individu, comme pouvaient (...)

5La filiation avec la maison de Marlac n’illustre pas seulement une volonté de se rattacher à un lignage qui permettait aux Marillac d’épaissir leur passé, mais elle révèle aussi un désir de se raccrocher à une famille qui disposait des « signes de seigneurie »3 les plus parfaits. Plusieurs échelles spatiales sont convoquées pour prouver l’insertion complète des Marillac dans un terroir. Puisqu’il fallait faire des robins Marillac un lignage d’essence chevaleresque et seigneuriale, la légitimation de leur grandeur passait par la légitimation de la terre, assimilée au fief. Divers espaces de Haute-Auvergne et plus particulièrement de la prévôté de Mauriac venaient s’emboîter pour former des lieux de mémoire diffus qui prouvaient l’autochtonie des Marillac, en même temps que leur appartenance à une noblesse modeste mais ancienne, intégrée à l’aristocratie seigneuriale provinciale. Le château de Marlac, l’église cathédrale de Saint-Flour et la seigneurie de La Vastrie étaient cités à tour de rôle par Lefèvre de Lezeau pour signifier l’ancestrale puissance des seigneurs de Marlac. Les tombeaux familiaux de la cathédrale étaient scrupuleusement rapportés comme s’il s’agissait de preuves supplémentaires qui rendraient irréfutables les origines prétendues de Michel et de Louis de Marillac.

6À défaut de se fonder sur une filiation précise et avérée, les lieux faisaient office de témoignage de l’existence passée des différentes générations et, par incidence, de la noblesse des Marillac. Lefèvre de Lezeau le confirme dans le premier chapitre des Mémoires, intitulé « de sa généalogie » :

  • 4  Donald Bailey se trompe dans l’identification du lieu de Marlac. Il considère qu’il s’agit de l’hô (...)
  • 5  Nicolas Lefevre de Lezeau, La vie de Michel de Marillac (1560-1632), garde des Sceaux de France so (...)

L’illustre famille des Marillacs est originaire de la province d’Auvergne, en laquelle il y a un château et maison noble qui porte le nom de Marillac4, et est située proche de la ville de Mauriac dans le haut païs d’Auvergne. Monsieur le garde des seaux de Marillac m’a dit qu’en l’année 1616, revenant de Bourdeaux, au voyage qu’il fit avec Sa majesté en qualité de conseiller d’Estat, il fut fort bien receu en cette maison par le gentilhomme qui en estoit lors propriétaire et detenteur, d’autant qu’elle a esté allienée de cette famille il y a dejà long temps.5

  • 6  Sur la topolignée, voir les travaux d’Anita Guerreau-Jalabert. Anita Guerreau-Jalabert, « La Paren (...)
  • 7  Il est difficile de cerner les frontières sociales entre paysans et petits gentilshommes. L’existe (...)

7Avant même de présenter la liste des ancêtres présumés du Garde des Sceaux, l’auteur les intègre dans le cadre fixe du logis seigneurial, gardien dans la pierre de la mémoire des générations anciennes. La destinée des Marillac se déploie dans l’existence du château éponyme, bien plus que dans l’individualisation des ancêtres. Leur généalogie est intégrée dans un système de définition et de reconduction du pouvoir nobiliaire qui est celui de la topolignée6. Ainsi, des membres de la haute-robe parisienne, comme les Marillac, dont le rayonnement était centré autour de la transmission des charges, cherchèrent cependant à user des mêmes modes de reproduction sociale et politique qu’une noblesse provinciale dont la sociogenèse reposait essentiellement sur le pouvoir seigneurial. Étape majeure dans la constitution des lacis aristocratiques, le fief, stabilisateur spatial d’une famille, offrait en effet à cette dernière la capacité de se définir socialement en se fixant dans un univers élitaire de valeurs et de genre de vie communs7. L’appropriation des signes de dignité propres à la nature du fief par la famille propriétaire était une étape décisive pour non seulement réussir à changer d’ordre mais aussi pour faire oublier la mémoire de la macule passée. Le château marquait à plusieurs niveaux l’appartenance au second ordre et il était un moyen d’identification à la culture nobiliaire.

  • 8  Cette date, qui s’inscrit dans le déroulement de la guerre de Cent Ans, était bien commode pour le (...)
  • 9  Les Douhet d’Auzers appartenaient alors à la bonne noblesse de Haute-Auvergne, même si sa filiatio (...)

8Dans ce contexte, comment expliquer le lien rompu, au xviie siècle, entre les Marillac et leur ancien château ? Pourquoi n’en étaient-ils plus les propriétaires légitimes alors même que Lefèvre de Lezeau continue d’en faire le cœur de leur memoria ? L’évocation d’un prétexte facile, et difficilement vérifiable, sert à masquer, par un tour de passe-passe, le fait que la famille du chancelier ne l’a jamais possédé. L’ancêtre présumé, Sébastien de Marlac, aurait été contraint de vendre tous ses biens, « mesme le chasteau et village de Marillac », pour payer la rançon de son père, prisonnier des Anglais en 13828. Lefèvre de Lezeau met en scène une visite de Michel de Marillac en Haute-Auvergne pour signifier le lien maintenu entre le passé des Marlac/Marillac en Haute-Auvergne et le présent des Marillac de la haute-robe parisienne. La preuve de l’ancienne propriété du château de Marlac par les Marillac, dont aucun témoin direct ne peut bien évidemment témoigner et qu’aucun document écrit ne vient corroborer, prend forme dans un évènement contemporain : la réception de l’ancien propriétaire par le nouveau, qui s’inscrit dans une logique du don et du contre-don. Don, suivant le mode de la transmission, de Michel de Marillac à Guillaume de Douhet d’Auzers, seigneur de Marlat, et contre-don car la réception par le nouveau propriétaire vaut de sa part reconnaissance tacite de l’ancienne propriété des Marillac. Douhet d’Auzers9 sert de témoin pour prouver la noblesse de l’ancien propriétaire, par le biais du château éponyme. On est toujours un peu propriétaire du château que l’on a perdu, que cette propriété ait été réelle ou fantasmée. La légitimation reste perpétuelle grâce à l’existence du lieu de mémoire dont on porte le nom.

9Lefèvre de Lezeau continue par l’évocation des lieux de mémoire lignagers qui démontrent la noblesse des Marillac de façon plus efficace que les généalogies. Même au sein de la robe parisienne des années 1630, le système des preuves écrites de noblesse n’a pas encore supplanté celui de la preuve testimoniale et du témoignage des pairs. On est encore dans le système de la double preuve : l’écrit n’est pas encore le meilleur moyen pour prouver sa distinction sociale ; le poids de la renommée, des témoignages oraux et matériels jouent pour la plus efficace des preuves qui soit.

10Il affirme que

dans l’eglise cathedralle de Saint-Flour, ville capitalle du haut païs d’Auvergne, il se trouve dans la chapelle Sainct-Pierre un sepulchre d’un Marillac, posé il y a plus de tros cents cinquante ans, couvert d’une grosse grille de fer fort epoisse, auquel est aussy representé un escusson de ses armes.

  • 10  Certaines familles se firent même construire de faux tombeaux. En Provence, les Valbelle, descenda (...)

Tombeaux, épitaphes et autres monuments funéraires étaient un élément important de la constitution d’un savoir généalogique. Traditionnellement, les généalogies indiquaient le lieu de sépulture des ancêtres, tout en les incarnant. La description précise de l’emplacement des tombes, jointes à leur description matérielle (blason, litres funéraires, fondations pieuses), cherchait à faire état du luxe funéraire des familles qui contribuait à définir leur distinction sociale. Les tombeaux indiquaient la solidarité entre les générations. Ils formaient aussi un repère important dans le travail des généalogistes10.

11Le lien entre la légitimation de la famille par les lieux, se faisait par le biais des marqueurs d’identification.

La magie du nom et des armes

12L’existence réelle de fiefs et de lieux de mémoire ayant appartenu à la famille de Marlac, et donc aux Marillac, est confortée par le nom et les armes de la famille. L’homonymie était confirmée par la semblance des armes des deux familles qui ne faisaient alors qu’une.

Mais encore fallait-il justifier le passage entre l’orthographe Marlac à celle, contemporaine, des Marillac. L’idée selon laquelle les noms, tout comme les hommes, sont périssables et qu’ils sont sujets au changement est évoqué à bon escient par Lefèvre de Lezeau :

La vraie et ancienne orthographe de ce nom est de « Marlhac » ; mesme l’advocat du Roy au parlement de Paris, duquel nous parlerons cy-après, en a toujours ainsy usé, mais depuis par facilité de prononciation, on a dit, usurpé et ecrit ainsy : « de Marillac ». Les predecesseurs de monsieur le garde des sceaux ont vecu en ce païs un long espace de temps et par longue succession de temps noblement, et avec grand lustre et reputation.

13Le recours à l’homonymie est un schéma classique utilisé à tous les niveaux de la noblesse, même à celui de la plus ancienne aristocratie, comme celle des vicomtes de Polignac. Pour renforcer leur domination face à la concurrence d’une administration royale désormais plus présente, les vicomtes développèrent, à partir des années 1480, un récit mythologique de leurs origines, faisant d’eux, par le lien du nom, les descendants d’Apollon et de Sidoine Apollinaire, le premier Gaulois converti au christianisme. Ce syncrétisme trouvait son unité dans la semblance des noms. Les Marillac ont recours à la même translation du nom, même s’il ne s’agissait pas de prétendre à des origines divines mais de créer une parenté fictive avec une famille éteinte mais à l’existence avérée. Lefèvre de Lezeau explique le passage de Marlac à Marillac, – soit le rajout d’une syllabe supplémentaire –, par la question bien commode de l’accent. Vers 1450, la migration des Marlac de la Haute vers la Basse-Auvergne se serait accompagnée de l’adaptation de leur nom à la prononciation du pays d’Aigueperse : ils auraient adopté le nom de Marillac pour faciliter leur intégration dans leur nouvelle province.

  • 11  La connaissance des armes de la famille de Marlac fait débat : certains érudits auvergnats du xixe(...)

14Mais les Marillac vont plus loin car ils mettent en place une semblance complète des modes de dénominations entre Marlac et Marillac : les armes de ces derniers sont sensées reprendre celle des Marlac, blason qu’aucun érudit n’a été pourtant en mesure d’identifier11.

15Pourtant Lefèvre de Lezeau, puis Donald Bailey, affirment que cette famille porte les mêmes armes « à la massonerie de sable, accompagnée de six marlettes de mesme, et un croissant montant de gueulles mis en cœur ». Ces armes correspondent d’ailleurs à celles de la branche de Julien de Marillac et de Charles de Marillac ; bref aux cadets qui ont brisé le blason familial à l’aide du croissant. Ce sont bien celles des Marillac, mais pas celles des Marlac. Elles sont d’ailleurs toujours visibles sur la pierre tombale de Guillaume de Marillac et de sa femme, Marguerite Genest, dans l’église d’Aigueperse, ce qui conforte par la même la sociogenèse des Marillac comme serviteurs des Bourbon-Montpensier, et non comme une famille chevaleresque de Haute-Auvergne. Les armoiries jouaient pour la meilleure preuve de noblesse car elles valaient ancienneté, si ce n’est immémorialité, et cette reconnaissance était inattaquable car elle était vue de tous. Elle était publicité par excellence de la distinction sociale. Les armoiries, qui participent de ce système de reconnaissance et de savoir généalogique, devaient fonctionner avec le nom et le cri de guerre, pour dénommer pleinement un lignage. Elles se joignaient à l’évocation des seigneuries de Marlac et de La Vastrie pour démontrer l’ancien exercice d’une domination seigneuriale par la famille de Marillac. S’insérant dans une temporalité trop éloignée de la génération du Garde des Sceaux, les modes de dénomination apposés sur les lieux de mémoire familiaux, servaient de garantie et de témoignage vivant. À la parole des anciens se substitue la parole de la pierre, gardienne de la mémoire et garante de la véracité de la généalogie.

Des origines modestes pour des ambitions limitées

16La démonstration de Lefèvre de Lezeau était bien rôdée et elle semble tout à fait vraisemblable au premier abord, mais en y regardant de plus près, on se rend compte qu’elle est fondée sur l’approximation, sur la méconnaissance de l’auteur de la géographie auvergnate, mais aussi sur l’ignorance présumée des lecteurs parisiens. Lefèvre de Lezeau se trompe à plusieurs reprises sans que cela ne pose le moindre problème. En fait, ces erreurs, qui sont davantage des approximations que des erreurs flagrantes, n’étaient pas graves en soi. Il fallait que l’ensemble de l’hypothèse généalogique soit plausible. L’éloignement de l’Auvergne comportait en soi des marges d’erreurs acceptables et non préjudiciables pour la crédibilité des origines des Marillac.

  • 12  Jean-Baptiste De Ribier du Châtelet, Dictionnaire statistique ou Histoire, description et statisti (...)
  • 13  Sur la seigneurie de Marlac et sur la tour, construite au xie siècle, voir : Bruno Phalip, Seigneu (...)

17Plusieurs méprises viennent contredire la véracité du récit, mais qui étaient difficilement vérifiables depuis Paris. Il n’existe pas de chapelle Saint-Pierre dans la cathédrale de Saint-Flour. L’église dont il est question est en fait l’église Saint-Pierre de La Vastrie, une petite seigneurie non loin de là qui appartenait aux Marlac, et dont les Marillac. L’erreur vient sans doute du fait que les fondations pieuses y étaient assurées par un chapitre canonial de sept chanoines, comme à Saint-Flour. On compte sur l’ignorance que les lecteurs parisiens peuvent avoir de la Haute-Auvergne12. Lefèvre de Lezeau n’arrive pas non plus à localiser parfaitement la seigneurie de Marlac13.

18Ces approximations trouvent leur pendant dans la construction tout aussi approximative des premiers degrés de la généalogie Marillac. Comme celle-ci doit être seulement plausible, l’approximation y gagne toute sa place. Les erreurs de localisation des fiefs permettent ainsi de rendre véridique des mariages imaginaires. La localisation de la seigneurie de La Vastrie, noyau du patrimoine des Marlac avec la seigneurie de Marlac, est importante dans la démonstration de Lefèvre de Lezeau car le fief permettait aux Marillac de se prévaloir d’alliances avec les familles nobles les plus importantes de Haute-Auvergne, par un système de réseau de voisinage noble. Il existait en fait deux lieux-dits de La Vastrie dans la prévôté de Saint-Flour. Le premier était un arrière-fief de la seigneurie de Lastic et son identification simplifiait la tâche du généalogiste pour inventer des alliances entre les Marlac avec des demoiselles de la maison de Lastic, la plus puissante et la plus ancienne aux alentours de Saint-Flour. Un mariage avec les suzerains du coin agissait également comme la meilleure garantie de la noblesse des Marlac. L’autre seigneurie de La Vastrie, située à quelques lieux de la première, abritait une église Saint-Pierre que Lefèvre de Lezeau confond avec la cathédrale de Saint-Flour. Mais aucun de ces deux fiefs n’a appartenu aux Marlac : le premier était la propriété des Lastic depuis le xiie siècle, tandis que le second appartenait à la famille d’Apchier. Ces erreurs, qui fonctionnent sur la ressemblance, semblent dénoter les faibles recherches de l’auteur de la généalogie et du peu de cas que l’on fait de sa réalité : il fallait que tout cela semble cohérent et juste depuis la capitale.

  • 14  Germain Butaud, Généalogie et histoire des rois mages : les origines légendaires de la famille des (...)

19Par ailleurs, l’invention d’une migration a minima de la Haute vers la Basse-Auvergne, qui se serait déroulée vers 1420, avait l’avantage de brouiller davantage encore les témoignages. Les Marillac se présentaient ainsi comme une sorte de noblesse « débarquée », technique couramment utilisée par les généalogistes pour éloigner les risques d’une enquête. Plusieurs familles provençales prétendirent ainsi être issues de la noblesse italienne, comme la maison de Vintimille, qui affirmait venir de la ville éponyme14. Le phénomène migratoire apparaît comme une sorte de période étrangère, plus ou moins floue, qui précède l’enracinement définitif dans un espace. Elle se transforme en une zone de marges, pour laquelle on tolère l’absence de preuve. La migration agit comme flexibilité du temps et de l’espace, comme un temps de refondation aussi, avant l’évocation de l’auteur véritable de la lignée.

20Les Marillac projettent leur passé dans l’histoire d’un territoire, La Haute-Auvergne qui, suffisamment éloigné de Paris pour être le cadre d’enquêtes précises, offre une crédibilité incontestable aux origines des Marillac. D’ailleurs, ce lien revendiqué avec la famille de Marlac et avec l’Auvergne s’intègre dans leurs propres origines. Les Marillac d’Aigueperse, pour être des marchands et des officiers princiers, formait l’une des familles les plus notables de la province. Origines réelles et fantasmée forment une même échelle de réalité, en l’améliorant quelque peu : on approfondit un peu le cercle des ancêtres familiaux, on décale un peu le berceau familial et on rend plus honorable les premières générations. En somme, cette généalogie ne vient pas remettre en cause l’appartenance bien connue des Marillac au milieu des juristes auvergnats de Paris. Elle sert à masquer une origine trop modeste.

21Quelles sont les raisons qui poussent des grands robins à faire rédiger leur généalogie ? Y avait-il des pressions sociales, politiques qui rendaient le phénomène nécessaire ? Elle venait apporter à cette famille issue du monde de la marchandise et de la magistrature, la reconnaissance sociale de leur ancienne noblesse à un moment où la monarchie reprend pour son compte l’idéologie de l’ancienneté.

Marillac à travers le miroir de la généalogie imaginaire

Ne pas apparaître comme des hommes nouveaux

  • 15  Il faut être nuancé sur la réalité et sur le sens que l’on peut accorder à la classification entre (...)
  • 16  En ce sens, l’imaginaire généalogique des Marillac se rapproche de celui des Bragelongne, une autr (...)

22La greffe sur la famille de Marlac est rendue possible par l’ancrage dans un terroir et dans un territoire. Le choix de cette famille correspond à des critères d’évidentes facilités pour construire le lien entre Marlac et Marillac, mais il va également de pair avec un désir de s’inscrire dans une distinction sociale précise qui est celle d’une noblesse provinciale d’épée15. Nous n’avons que peu d’informations sur la famille de Marlac. Éteinte pendant la première moitié du xve siècle, la récupération de sa mémoire par la famille du chancelier était finalement sans risque. Si dans les années 1620, on conservait suffisamment d’éléments, comme les registres du chapitre noble de Brioude, pour attester de la bonne réputation des Marlac, son souvenir était assez estompé pour que personne ne puisse venir contester ouvertement la démonstration des Marillac. Les origines, telles qu’elles se présentaient dans la généalogie des Marillac, résument à elles seules la justification de la domination sociale et politique des Marillac16.

  • 17  Gallia Christiana in provincias ecclesiasticas distributa..., rééd., Toulouse, E. Privat, 1891-189 (...)
  • 18  Jean-Baptiste De Ribier du Châtelet, Dictionnaire statistique du Cantal, op. cit., t. 1, p. 232

23Les Marlac venaient de Haute-Auvergne, où ils sont connus à partir de 1262 lorsque Bernard de Marlac, damoiseau, fils du chevalier Reynier de Marlac, rendit hommage à l’évêque de Clermont17. En 1274, Vézian de Marlac, clerc ; Pierre de Marlac, son frère et autre Pierre de Marlac, seigneur de Vède, vendent à Jean d’Oltressal, de Mauriac, des rentes assises sur le village de Bligeac et le mas de Compmanso, dans la paroisse de Sourniac. Ils possédaient les seigneuries de Marlac, de Vède et de Ternat, toutes situées dans la paroisse de Vède. En 1291, Pierre de Marlac et Clarmonde Comptour de Gioux, sa femme, étaient sous la tutelle d’Étienne de La Tour. Les informations s’espacent ensuite dès le début du xive siècle. En 1313, Hélis de Marlac était religieuse au monastère de Brageac et en 1336, Bernard de Marlac, seigneur de Marlac et de Vède, acquiert une maison avec jardin et dépendances au lieu de Ternat dans la paroisse de Trisac, en présence de Gautier de Marlac. En 1340, il est aussi dit seigneur de Ternat et de Moulit dans une reconnaissance féodale. Après que l’un des leurs devienne chanoine-comte de Brioude en 1407, ils disparurent ensuite des sources. La famille tomba en quenouille et Blanche de Marlac apporta en dot la seigneurie de Marlac à Jean Bompart, seigneur d’Auzers, épousé en 1402. L’aîné de ses fils devait relever le nom et les armes de Marlac. Leur petite-fille, Hélis, héritière des siens, épouse en 1470 Antoine de Douhet, seigneur d’Estau, auquel elle apporta en dot les terres d’Auzers et de Marlac18.

  • 19  Les travaux de Christophe Duhamelle sur la noblesse immédiate d’Empire ont montré le rôle des chap (...)

24Il n’y a donc pas de place pour les Marillac dans l’histoire de la famille et du fief de Marlac. On comprend mieux pourquoi Lefèvre de Lezeau, qui n’avait sans doute aucune idée des méandres de l’histoire des Marlac, des Bompart et des Douhet, expliqua la perte de la seigneurie patrimoniale par une vente forcée. Celle-ci permettait en effet de ne pas rompre la liste des héritiers qui se succédaient dans l’histoire du patrilignage. La mention, à deux reprises, du chapitre noble de Brioude renforçait cette logique. Le chapitre des chanoines-comtes était en effet très exigeant en termes de preuves d’entrée. Il fallait faire montre de douze quartiers de noblesse, en produisant des preuves écrites pour chaque quartier et en envoyant deux témoins nobles. Ainsi, lorsque Lefèvre de Lezeau rapportait que Sébastien de Marlac, fils de Bertrand, prisonnier des Anglais en 1375, et de Suzanne de Lastic, « avoit esté mis dez son jeune aage religieux a Brioude », cela revenait à dire que les Marlac pouvaient se targuer d’une noblesse ancienne de plus de 150 ans à la fin du xive siècle. Au début du xviie siècle, La simple évocation d’un parent chanoine-comte était le meilleur témoignage de l’appartenance à la plus ancienne des noblesses d’Auvergne19.

  • 20  Au début du xve siècle, les Visconti prétendaient descendre d’Anchise et de Vénus tandis, qu’un si (...)

25La généalogie des Marillac n’appartient ne relève pas du genre des généalogies érudites car elle ne se construit pas sous la forme d’une compilation de l’histoire familiale depuis ses lointaines origines et qui serait parfaitement inattaquable grâce à la multiplication des preuves produites, qu’elles fussent réelles ou fausses. Comme nous l’avons vu, la profondeur généalogique n’est pas l’enjeu premier et il restait même secondaire face à la mise en valeur de la mémoire courte des Marillac, qui n’éloignait leurs plus anciens ancêtres qu’à moins de trois cent ans des générations contemporaines. La généalogie ne servait pas non plus de support à revendication d’une filiation avec un grand homme, qu’il fut saint ou héros. Les Marlac devaient certes être des seigneurs et des chevaliers loyaux mais ils étaient quelconques et ordinaires. Les origines des Marillac ne trouvaient aucune filiation dans les généalogies fantaisistes, sans doute aussi parce qu’ils ne pouvaient prétendre se prévaloir d’une extraction immémoriale, miraculeuse ou mythologique. Le domaine des généalogies fabuleuses restait encore largement l’apanage des grandes maisons nobles qui, appartenant souvent au cercle de la noblesse ancestrale, pouvaient oser franchir la barrière de l’immémorialité pour atteindre celle de l’atemporalité20, comme le rappelle Roberto Bizzochi :

  • 21  Roberto Bizzocchi, op. cit., p. 211.

Quand on présuppose qu’une famille noble est d’origine très ancienne, le document le plus convainquant pour le prouver est le présupposé lui-même et la tradition qui le perpétue.21

  • 22  Les Marillac ne cherchèrent aucunement à légitimer leurs origines par l’Antiquité, comme les Ubert (...)
  • 23  Sur ce point, voir Ellery Schalk, From valor to pedigree. Ideas of nobility in France in the sixte (...)

D’ailleurs, dès les années 1630, les généalogies incroyables commencent à céder le pas, de manière tout aussi progressive que définitive face à des généalogies moins flamboyantes mais réalistes. Les origines présumées devaient être alors crédibles pour qu’elles pussent être soumises à l’examen critique des enquêtes étatiques. Les mythes se rattachant à l’antiquité gréco-latine disparurent, ne faisant plus de place aux Troyens, aux Romains ni aux Barbares christianisés parmi les figures des ancêtres fondateurs. Il apparaissait désormais fantaisiste de se projeter dans un passé aussi lointain que merveilleux. Le cas des Marillac correspond pleinement à ce changement des mentalités. On n’y trouve nulle référence aux représentations idéalisées du passé aristocratique22. La généalogie des Marillac s’inscrit dans une autre époque et dans un autre univers. Dans ce nouveau système de preuves, voué à supplanter les autres à cause de l’unification des identités nobiliaires provoquées par un interventionnisme plus important de l’État, les origines familiales devaient pouvoir correspondre aux stéréotypes nouveaux dont celui-ci se prévalait. On ne peut plus désormais se contenter de faire reposer ses origines sur la tradition. La généalogie, dès lors qu’elle n’était plus fabuleuse, ne faisait plus reposer la renommée familiale sur la seule vertu, mais aussi sur l’exaltation du sang et de la filiation, matérialisée par la succession des mâles, génération après génération23.

La robe, un pis-aller face à l’épée ?

26Que pouvait apporter aux Marillac une filiation avérée avec les Marlac ? Quelle image peut-on se construire de l’identité des Marillac en consultant les premières générations de leur généalogie ? Tout simplement celle d’un lignage chevaleresque d’une ancienneté relative, mais antérieure à la frontière de la guerre de Cent Ans, et d’une puissance qui l’était tout autant. La ruine première des Marillac dans le monde provincial de la noblesse d’épée aurait été supplantée, dans les années 1450, par une brillante refondation dans le monde de la noblesse de robe. Les Marillac forgeaient désormais leur identité et leur respectabilité non plus dans la justification de la seigneurie, mais dans celle de la charge de judicature qu’ils exercèrent tout d’abord au service du duc de Bourbon puis du roi. Ainsi, à la seigneurie et aux armes avait succédé pour le meilleur le service administratif et juridique. Le lien rompu avec les Marlac de Haute-Auvergne se justifiait par la volonté de rester une bonne maison. Pour conserver leur rang, ils durent abandonner le métier des armes pour intégrer la fidélité et le service des Grands. Après avoir été durement frappés par la crise de la rente seigneuriale au début du xve siècle, ils auraient refondé leur puissance en migrant à Paris et en s’intégrant au milieu des robins et des financiers. Pour les Marillac, l’appartenance à la robe avait donc été un choix et non un pis allez qui leur permettait également d’attribuer les mêmes vertus à la noblesse d’épée et à la noblesse de robe. Puisque d’honorables lignages chevaleresques, comme les Marillac ou les Bragelongne, avaient fait le choix de quitter le monde de la seigneurie pour intégrer celui de l’office, celui-ci produisait bien une noblesse d’égale distinction.

  • 24  Robert Descimon, « La haute noblesse parlementaire parisienne : la production d’une aristocratie d (...)

27Ces approximations et ces libertés prises dans le système de la preuve n’étaient en soi pas graves car la généalogie ne sert pas à légitimer un pouvoir seigneurial ni même à revendiquer un héritage dans le cadre d’un procès. Comme tend à le démontrer la visite du chancelier au château de Marlac, les Marillac ne cherchaient pas à faire de leurs revendications généalogiques le socle de prétentions patrimoniales. Bref, il ne fallait pas s’assurer de la transmission d’un pouvoir héréditaire sur des terres, mais bien de rendre un peu plus renommée une famille dont la distinction sociale n’influait pas sur la transmission de ses offices. Michel et Louis de Marillac n’étaient pas des hommes nouveaux et leur généalogie intègre les adaptations d’une mentalité dynastique, celle de la haute-robe parisienne, sur le modèle du patrilignage24. L’arbre généalogique montre l’organisation des Marillac en maison, avec une division assumée en lignée. Le nom de la maison sert de marqueur à l’identité collective, les branches sont désignées par le nom de leurs principales seigneuries ; ainsi la référence spatiale introduit une classification valable pour toute le groupe familial. Ainsi, l’’appartenance au milieu robin n’est pas remise en cause par la généalogie présentée par Nicolas Lefèvre de Lezeau. L’évocation de trois générations les plus anciennes servait au contraire à renforcer l’identité contemporaine des Marillac en rappelant que leur puissance résidait dans leur capacité d’adaptation perpétuelle. Modestes seigneurs de Haute-Auvergne ou riches robins parisiens, leur destin était d’appartenir invariablement à l’aristocratie.

Conclusion

  • 25  Olivier Mattéoni, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen âge, 1356- (...)
  • 26  Michel De l’Hospital, Discours pour la majorité de Charles IX et trois autres discours, Robert Des (...)

28Les Marillac crurent-ils au lien artificiel qu’ils avaient construit avec les Marlac de Haute-Auvergne ? Quelle publicité rencontra cette hypothèse au-delà du cercle familial ? Plus que la question de la croyance supposée, c’est davantage celle de la crédibilité de la supposition généalogique qui importait. Il ne faut d’ailleurs pas penser que ce récit était entièrement contrôlé par la famille : la dynamique du discours généalogique portait en elle sa propre autonomie. La généalogie des Marillac se posait comme une hypothèse raisonnable et vraisemblable pour leurs contemporains. Elle ne donnait pas lieu à la fabrication de faux. L’invention des trois premières générations ne remettait pas en cause la sociogenèse de la famille puisque celle-ci était oblitérée par le temps. En effet, les manipulations autour du souvenir des aïeux chevaliers s’effaçaient pour mettre en avant la position d’ancêtre tutélaire de Gilbert de Marillac. Seigneur de Saint-Genès-de-Retz, près d’Aigueperse, il était contrôleur général de la maison d’Anne de Beaujeu et intendant de Charles de Bourbon avant 1511. Ce degré formait très certainement la limite de la mémoire lignagère réelle de Michel et de Louis de Marillac et, à travers sa mémoire, ils conservaient le souvenir de leur appartenance ancienne au milieu de la bourgeoisie marchande et consulaire des Bonnes Villes d’Auvergne qui trouva son essor dans la fortune des comtes de Montpensier et dans les alliances qu’elle noua du temps du petit roi de Bourges avec les financiers du val de Loire. Il n’y avait d’ailleurs aucune raison de rejeter ce passé familial auquel de nombreuses familles de parlementaires parisiens pouvaient également se rattacher. Les L’Hospital, du Bourg, du Vair, Veiny d’Arbouze, Lizet et les Filleul avaient, en leur temps, fait partie de l’entourage des Montpensier à Aigueperse ou des La Tour d’Auvergne à Vic-le-Comte25. Le mariage de Charles de Montpensier avec la duchesse Suzanne avait fait leur fortune à la cour de Moulins. Après la chute de l’État Bourbonnais en 1523, ces administrateurs compétents intégrèrent sans encombre le service de l’État royal car « depuis qu’Antoine Duprat avait occupé la chancellerie, les Auvergnats colonisaient l’État »26. De serviteurs princiers à serviteurs royaux, la didactique du double service officier leur avait ouvert grandes les portes de l’ascension sociale.

29La relation avec le berceau originel du Bourbonnais et de la Basse-Auvergne continuait d’avoir une existence bien réelle pour les Marillac dans la première moitié du xviie siècle, tout comme membres de la famille parvenaient dans le même temps à faire coïncider l’idéal de la généalogie avec l’idéal de vie. Les cousins auvergnats du chancelier et du maréchal, seigneurs de Bicon près de Combronde, s’intégrèrent dans un univers qui aurait pu être celui des Marlac, si ces derniers avaient encore eu une postérité. En se mariant dans la noblesse seigneuriale des environs d’Usson, en acquérant quelques modestes fiefs et en servant parfois dans l’armée royale, Les Marillac-Bicon donnèrent une certaine réalité à cet idéal moyen du gentilhomme moyen auquel leurs cousins parisiens semblaient vouloir se réclamer. Nicolas Lefèvre de Lezeau ne dit pas un mot sur eux. Le lien avait sans doute été rompu, par la distance spatiale et sociale, entre Marillac de Paris et Marillac d’Auvergne, même s’ils furent tous ligueurs.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1  Michel de Montaigne, Essais, III, 5, éd. Paris, Gallimard, 1963, p. 828.

2  Christian Maurel, « Construction généalogique et développement de l’État moderne. La généalogie des Bailleul », dans Annales ESC, n°4, juillet-août 1991, p. 807-827.

3  Les signes de seigneurie agissaient comme un moyen d’identification d’un individu, comme pouvaient l’être le nom et les armes du lignage, mais aussi comme marqueurs de frontières intérieures de la seigneurie qu’étaient les bornes seigneuriales et les fourches patibulaires. Ils contribuaient à inscrire dans le paysage l’existence du fief et à rappeler l’existence de la famille qui la possédait, tout en les classant dans la hiérarchie des pouvoirs locaux. La fixation d’une famille sur une seigneurie permettait à cette dernière de s’approprier les marques de dignité contenue dans la terre, comme les armes, et de les développer à son profit en exprimant le vivre noblement dans la pierre du manoir et de l’église paroissiale. Michel NASSIET, « Signes de parenté, signes de seigneurie : un système idéologique (xve-xvie siècle) », dans Mémoires de la société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne », t. LXVIII, 1991, p. 175-231.

4  Donald Bailey se trompe dans l’identification du lieu de Marlac. Il considère qu’il s’agit de l’hôtel de Marillac à Aigueperse mais cela ne fait sens dans le cadre l’idéologie des origines revendiquées par les Marillac. L’hôtel d’Aigueperse, construit vers 1550, était toujours utilisé par les Marillac à l’époque du garde des Sceaux. Par ailleurs, Aigueperse n’est pas en Haute-Auvergne. Donald Bailey confond l’hôtel d’Aigueperse avec l’ancienne seigneurie de Marlac ou Marlhac, paroisse de Drugeac, dans la prévôté de Mauriac.

5  Nicolas Lefevre de Lezeau, La vie de Michel de Marillac (1560-1632), garde des Sceaux de France sous Louis XIII, éd. par Donald A. Bailey,Québec, Les Presses de l'Université Laval, 2007, p. 9-10.

6  Sur la topolignée, voir les travaux d’Anita Guerreau-Jalabert. Anita Guerreau-Jalabert, « La Parenté dans l’Europe médiévale et moderne : à propos d’une synthèse récente », dans L’Homme, n°110, 1989, p. 69-93. Et « Parenté », dans Jacques Le Goff, Jean-Claude Scmitt dir., Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, Fayard, 1999, p. 861-876.

7  Il est difficile de cerner les frontières sociales entre paysans et petits gentilshommes. L’existence de cette frontière reposait essentiellement sur une différence de composition des patrimoines fonciers. Cette ligne de démarcation était partiellement responsable de la constitution d’un genre de vie différent : là où le paysan investissait dans du bétail, le gentilhomme investissait davantage dans des éléments d’apparat comme les chevaux ou la vaisselle d’étain. Georges Augustins et Bernard Derouet constatent également que l’assise foncière et la qualité du mode de transmission familiale était un marqueur d’identification social déterminant. Voir Georges Augustins, Comment se perpétuer ? Devenir des lignées et destins des patrimoines dans les paysanneries européennes, Nanterre, Société d'ethnologie, 1989. Bernard Derouet, « Parenté et marché foncier à l'époque moderne : une réinterprétation », dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2001/2, 56e année, p. 337-368.

8  Cette date, qui s’inscrit dans le déroulement de la guerre de Cent Ans, était bien commode pour les Marillac. Elle leur permettait en effet d’insérer leur noblesse dans les normes temporelles d’appartenance qui sont progressivement définies par Richelieu. La nécessité de prouver son insertion dans le second ordre dans un passé d’au moins deux siècles sera reprise par Colbert pour les enquêtes de noblesse des années 1660.

9  Les Douhet d’Auzers appartenaient alors à la bonne noblesse de Haute-Auvergne, même si sa filiation est à peine plus ancienne que celle des Marillac. Ils étaient, comme eux, issus du monde des officiers seigneuriaux et princiers. Pierre Douhet était procureur à Tours en 1459, tandis que son fils Antoine, licensié ès lois, bachelier en décrets, était conseiller et chancelier de Jean de La Tour, comte d'Auvergne et de Boulogne. Seigneur de Marlat et d'Esteaux, il fut anobli par lettres de décembre 1483. A.D. CANTAL E 338

10  Certaines familles se firent même construire de faux tombeaux. En Provence, les Valbelle, descendants de Barthélemy, syndic du village de La Cadière, s’installèrent à Marseille pour exercer la profession d’apothicaire. La famille s’agrégea à la noblesse au xvie siècle et cumula les falsifications dans les siècles suivants pour effacer leurs modestes origines. Ainsi, ils profitèrent de la reconstruction de l’église des Grands-Carmes de Marseille au xviie siècle pour y faire construire un faux tombeau : celui de « Barthelemy de Valbelle, de La Garde, chevalier de l’antique race des vicomtes de Marseille ». Régis Bertrand, « Tombeaux, épitaphes et prétentions nobiliaires dans la Provence d’Ancien régime », dans Chantal Grell et Arnaud Ramière de Fortanier dir., Le second ordre : l’idéal nobiliaire. Hommage à Ellery Schalk, Paris, Presses universitaires de l’université Paris-Sorbonne, 1999, p. 335-345.

11  La connaissance des armes de la famille de Marlac fait débat : certains érudits auvergnats du xixe siècle, en général bien informés, affirment que l’on ne connaît pas les armes de cette famille. Jean-Baptiste Bouillet et Albert de Remacle sont d’accord sur ce point. L’Armorial de Guillaume Revel, établi en 1450, vient confirmer cette hypothèse : pour la seigneurie de Marlac, Revel ne note pas la présence de blason spécifique et il reprend celui de la famille de Douhet d’Auzers, qui venait d’acquérir le fief. Albert de Remacle, Armorial des familles d'Auvergne, ARGHA, Chamalières, 1999. Et Jean-Baptiste Bouillet, Nobiliaire d'Auvergne, t. 8, Dictionnaire héraldique de l'Auvergne, Perol, Clermont-Ferrand, 1846-1857. Guillaume Revel, L'armorial d'Auvergne, Bourbonois et Forestz de Guillaume Revel, publié par Emmanuel de Boos, Nonette, Créer, 1998.

12  Jean-Baptiste De Ribier du Châtelet, Dictionnaire statistique ou Histoire, description et statistique du département du Cantal, rééd.Paris, le Livre d'histoire, 2004, t. IV, p. 12 et t. V, p. 517.

13  Sur la seigneurie de Marlac et sur la tour, construite au xie siècle, voir : Bruno Phalip, Seigneurs et bâtisseurs en Haute-Auvergne et en Brivadois, entre le xie et le xive siècles, Presses Universitaires Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand, 2000.

14  Germain Butaud, Généalogie et histoire des rois mages : les origines légendaires de la famille des Baux (xiiie-xve siècle), Toulouse, Privat, 2008.

15  Il faut être nuancé sur la réalité et sur le sens que l’on peut accorder à la classification entre l’épée et la robe. De nombreux travaux tendent à montrer qu’elle était bien moins tranchée sur le terrain. Sur ce point, voir : Robert Descimon et Elie Haddad dir., Épreuves de noblesse. Les expériences nobiliaires de la haute robe parisienne, xvie-xviiie siècle, Paris, les Belles lettres, 2010.

16  En ce sens, l’imaginaire généalogique des Marillac se rapproche de celui des Bragelongne, une autre famille de la robe parisienne, mais il s’éloigne de celui des Sublet de Noyers, pour qui l’érudition et la nécessité de faire ses preuves, vaut plus que la question des origines en elles-mêmes. Mais ces discours généalogiques, un peu plus tardif que celui des Marillac, s’inséraient pleinement par les procédures qui furent mises en place par Colbert. Voir Martine Bennini, « « L’audace » de la généalogie des Bragelongne », dans Robert DESCIMON et Elie HADDAD dir., Épreuves de noblesse. Les expériences nobiliaires de la haute robe parisienne, op. cit., p. 161-191.

17  Gallia Christiana in provincias ecclesiasticas distributa..., rééd., Toulouse, E. Privat, 1891-1892, t. II, p. 90.

18  Jean-Baptiste De Ribier du Châtelet, Dictionnaire statistique du Cantal, op. cit., t. 1, p. 232

19  Les travaux de Christophe Duhamelle sur la noblesse immédiate d’Empire ont montré le rôle des chapitres rhénans dans sa formation et dans son autonomie en groupe élitaire. Le chapitre noble des chanoines-comtes de Brioude imposait un même système de recrutement et de preuves que celui en vigueur dans les chapitres rhénans.Christophe Duhamelle, L'héritage collectif. La noblesse d'Église rhénane (17e-18e siècles), Paris, Éditions de l'EHESS, 1998.

20  Au début du xve siècle, les Visconti prétendaient descendre d’Anchise et de Vénus tandis, qu’un siècle plus tard les Montmorency se présentaient comme les héritiers de Lisbius, considéré comme le premier Gaulois converti au christianisme, et de Saint-Denis. En Velay, les vicomtes de Polignac, qui pouvaient se targuer d’une généalogie avérée depuis la fin du ixe siècle, revendiquaient une filiation avec Apollon. Le lien était généré par la semblance des noms, comme dans le cas des Marillac. Voir Roberto Bizzocchi, Généalogies fabuleuses. Inventer et faire croire dans l'Europe moderne, trad. et éd. françaises, Paris, Éditions de la Rue d'Ulm, 2010. Jean-Marie LE GALL, « Vieux Saint et grande noblesse à l’époque moderne : Saint-Denis, les Montmorency et les Guise », dans RHMC, n° 50-3, juillet-septembre 2003, p. 7-34.

21  Roberto Bizzocchi, op. cit., p. 211.

22  Les Marillac ne cherchèrent aucunement à légitimer leurs origines par l’Antiquité, comme les Uberti de Florence qui se considéraient comme les héritiers de Catilina ou comme les Este qui avaient fait d’Attius, membre de la puissante gens Attia, leur ancêtre tutélaire. Ils ne firent également aucune référence au mythe troyen, ni même aux cycles de chevalerie, pourtant très populaire depuis le milieu du xvie siècle.

23  Sur ce point, voir Ellery Schalk, From valor to pedigree. Ideas of nobility in France in the sixteenth and seventeenth centuries, Princeton, N.J, Princeton University press, 1986.

24  Robert Descimon, « La haute noblesse parlementaire parisienne : la production d’une aristocratie d’état aux xvie et xviie siècles », dans Philippe Contamine éd., L’État et les aristocraties (France, Angleterre, écosse) xiie-xviie siècle, Paris, Presses de l’ENS, 1989, p. 335-357.

25  Olivier Mattéoni, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen âge, 1356-1523,Paris, Publications de la Sorbonne, 1998.

26  Michel De l’Hospital, Discours pour la majorité de Charles IX et trois autres discours, Robert Descimon éd., Paris, Imprimerie Nationale éditions, 1993, p. 100.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Valérie Solignat, « Les généalogies imaginaires des Marillac
ou comment faire des siens des gentilshommes de noblesse immémoriale », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Nicolas Lefevre de Lezeau et l'écriture, mis en ligne le 24 novembre 2011, consulté le 19 juillet 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/4838

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org