Navigation – Plan du site

Charité, action et écriture. Le parcours dévot de Nicolas Lefèvre de Lezeau (1581-1680)

François-Xavier Petit

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été présenté lors de la journée d’études du 23 mars 2011 : « Nicolas lefevre de Lezeau et l’écriture ».

Texte intégral

Introduction

1Qui est Nicolas Lefèvre de Lezeau ? Voici la question à laquelle ce papier se propose d’apporter quelques éléments de réponse. C’est sous le jour d’un proche de Marillac, ami admiratif, collègue ou collaborateur et témoin privilégié de l’action et de la vie du chancelier, que le présente la très succincte historiographie le concernant. L’auteur de L’Histoire de la Vie de Messire Michel de Marillac, chevallier garde des sceaux de France – entre autres textes – se situe également dans le champ de l’écriture ; l’écriture qui fait bien plus que porter témoignage, mais qui prend surtout en charge la mise en forme de l’existence et de l’action du garde des sceaux. Dans sa préface, Lefèvre de Lezeau place son texte sous le signe de la postérité, de la dévotion et de la politique :

  • 1  Lefevre de Lezeau, Nicolas : La Vie de Michel de Marillac (1560-1632), Garde des sceaux de France (...)

[...] j’ay creu debvoir ce service à la posterité de rediger ce que j’ai veu, cogneu, et appris de la saincteté de vie, solide devotion, et rares vertus du très illustre garde des seaux de France messire Michel de Marillac, et ne pouvoir esviter le nom de prevaricateur à ma patrie si j’en laissois escouler la memoire et tomber en l’oubly.1

La relation qui lie les deux personnages dépasse le cadre de l’amitié. Le texte de Lezeau est sous-tendu par des préoccupations religieuses et politiques manifestes, autant que par la construction d’une figure exemplaire de la vie dévote.

2L’hypothèse qu’il s’agit de développer est que, plus que le récit d’une vie, le texte de Lezeau campe le parcours dévot, tant intellectuel, que spirituel et politique. L’objet de ce travail est d’interroger les formes que prennent ces préoccupations dans la vie de Lefèvre de Lezeau, tant dans ses liens sociaux et familiaux, que dans ses engagements politiques et religieux. à ce titre, la Vie de Michel de Marillac relève de la preuve (probatio) et fonctionne comme un répertoire d’actions et sans doute une caisse de résonance, voire une matrice – sans que l’on puisse exactement en mesurer les effets.

  • 2  de Certeau, Michel : « Politique et mystique : René d’Argenson (1596-1651) » Revue d’ascétique et (...)
  • 3  Morgain, Stéphane-Marie : La théologie politique de Pierre de Bérulle (1598-1629), Paris, 2001. La (...)

3Dans la construction du parcours dévot, il s’agit d’élargir le champ au-delà du seul cas de Marillac. Dans l’étude qu’il consacre à René Voyer d’Argenson, Michel de Certeau interroge la tension entre le for intérieur, la dévotion comme conviction intime, et la vie dans le monde ou, pour le dire autrement, la séparation rigoureuse entre l’homme public et l’homme privé, le serviteur de l’état et le mystique2. Pour sa part, Stéphane-Marie Morgain a montré comment Pierre de Bérulle conjuguait perspective dévote et action politique3. La « théologie politique » de Bérulle suppose d’adosser la dévotion à une forme d’activisme politique renouvelé et évitant les écueils de la Ligue, sans pour autant en renier l’héritage. C’est entre ces options voisines et ces figures tutélaires qu’il faut chercher Nicolas Lefèvre de Lezeau, quelque part entre la conviction profonde, la portée politique de son engagement religieux, la défense d’une mémoire et l’écriture comme action.

Construire une identité familiale : la charité plutôt que la lignée

L’ascension socio-professionnelle d’une famille vers la plus haute noblesse de robe

  • 4  Solnon, Jean-François : Les Ormesson. Au plaisir de l’état, Paris, 1992, p. 21. Pierre Lefèvre ren (...)
  • 5  De la Chesnay des Bois, François-Alexandre, Badier, Jacques : Dictionnaire de la noblesse, contena (...)
  • 6  Solnon, Jean-François : op. cit, p. 24. Voir aussi Lefevre d’Ormesson, Olivier : Journal d'Olivier (...)
  • 7  Jean d’Alesso, né en 1513 à Paris et mort le 13 septembre 1572 dans la même ville. La famille d’Al (...)
  • 8  Solnon, Jean-François : op. cit, p. 29. Les ministres en question sont Claude de l’Aubespine et Ja (...)
  • 9  Ibid., p. 33.
  • 10  Ibid., p. 43.
  • 11  Seigneurie comprenant la maison seigneuriale, sa justice moyenne et basse, des terres labourables, (...)
  • 12  Située dans l’Orléanais.
  • 13  Ce n’est toutefois pas l’avis de Pierre de l’Estoile.

4Nicolas Lefèvre de Lezeau est né en novembre 1581. Il est issu d’une des plus prestigieuses et influentes familles de la noblesse de robe des xvie et xviie siècles : les Lefèvre d’Ormesson. Pourtant, leur ascension est assez récente. La trace de la famille remonte à 1439. Un certain Pierre Lefèvre est attesté comme client des Montmorency pour la terre d’Ormesson4. Les Ormesson sont possessionnés dans le nord du bassin parisien. Le fils de Pierre, Adam Lefèvre, épouse Charlotte de Soyecourt vers 14505 qui lui donne un fils, Jean. Jean Lefèvre a été procureur au parlement de Paris (1489) et intendant du connétable Anne de Montmorency. Ceci démontre que la fidélité et le service des Montmorency perdurent et sont une composante certaine de l’identité familiale. Secrétaires, hommes d’affaires, procureurs ou intendants, les Lefèvre ont su tirer parti de ce haut patronage pour gravir les échelons de la société. Jean Lefèvre épouse en 1509 Madeleine Gaudart, fille de Jacques Gaudart, procureur à la chambre des comptes. Parmi leurs six enfants, seul Olivier (1525-1600) est bien connu. En cette première moitié du xvie siècle, la position des Lefèvre d’Ormesson est donc appréciable mais pas de premier plan. Les choses changent avec Olivier I, véritable fondateur de la maison d’Ormesson, référence morale et dépositaire d’un important capital social. Il amorce l’ascension de la dynastie des Ormesson. La mémoire familiale accorde une place centrale à Olivier (père de Nicolas Lefèvre de Lezeau), mais le changement est en fait initié par Jean Lefèvre (son père) qui choisit de s’établir à Paris et quitte la commensalité d’un grand seigneur pour une carrière de robe6. à sa mort, Jean exerce la fonction de commis au greffe civil du parlement de Paris. En tant qu’héritier de cette modeste mais décisive transition, il revient désormais à Olivier de lui donner de l’ampleur. Le règne d’Henri II offre l’occasion de l’ascension. Aspiré dans le sillage du trésorier de l’épargne André Blondet de Rocquencourt, Olivier Lefèvre d’Ormesson devient l’un de ses commis (1541) puis le premier d’entre eux, en 1549. En 1552, il obtient ses lettres de provision de conseiller secrétaire du Roi, maison couronne de France, charge stable, propriété de son titulaire et bientôt bien de famille, qui s’accompagne de l’anoblissement. Argentier du Roi en 1553, il acquiert la terre d’Ormesson l’année suivante et en prend le nom, par souci de distinction et de prestige. L’ascension d’Olivier ne s’arrête pas là. Héritier de son frère en 1554, il met à profit cet apport financier pour acquérir la charge de trésorier des parties casuelles qu’il conserve jusqu’en 1568. Mais un homme seul ne pouvant rien, Olivier Lefèvre recherche un protecteur (qu’il trouve en la personne de Jean de Morvilliers, évêque d’Orléans et conseiller d’état) et une alliance (qu’il obtient par son mariage avec Anne d’Alesso7, petite nièce de Morvilliers et cousine de deux ministres en fonction)8. L’alliance avec les d’Alesso n’est pas motivée par l’argent. Il s’agit plutôt de capter les relations sociales puissantes de cette famille et de renforcer les existantes (avec Morvilliers et les Montmorency dont les d’Alesso sont proches). Après avoir vendu sa charge de trésorier des parties casuelles (1568), Olivier Lefèvre d’Ormesson achète celles de trésorier de France (1569), et de général des finances en Picardie, intendant et contrôleur des finances (1573). Sa carrière culmine en 1579 lorsqu’il acquiert l’office très convoité de président de la chambre des comptes pour la somme de 40 000 livres9. Ormesson quitte donc la finance pour s’insérer dans les plus hautes sphères de la magistrature parisienne, selon un schéma bien connu – depuis la finance jusqu’à la judicature. Au soir de sa vie, on peut conclure qu’Olivier Lefèvre d’Ormesson a connu une ascension sociale brillante et rapide en combinant avantageusement talents et opportunités. L’ascension socio-professionnelle se double d’un enrichissement certain (dans son testament, rédigé en 1591, il estime ses biens à 315 000 livres, soit un niveau comparable à celui du président Brisson)10, mais aussi de la contraction de puissantes alliances au premier rang desquelles les d’Alesso, gardiens de l’héritage de Saint-François de Paule. Enfin, il faut mentionner l’efficace gestion du patrimoine par Olivier. Outre la terre d’Ormeson (1554), il acquiert celle d’Eaubonne en 156811. La seigneurie de Lézeau12 lui vient de ses beaux-parents et qu’il tient absolument à posséder, en compensant en argent ses cohéritiers. Ainsi, il lègue à ses trois enfants survivants (parmi les quinze que le couple a eus), une fortune financière et foncière évidente, des réseaux puissants, ainsi qu’une réputation solide qui voulait qu’il se détournât systématiquement du luxe pour être le magistrat idéal, paré de probité et d’humilité13.

5Chacun des trois fils d’Olivier Lefèvre d’Ormesson est fondateur d’une branche de la descendance des Ormesson. Olivier II Lefèvre d’Eaubonne (1562-1614) est l’aîné. Conseiller au Parlement (1587), maître des requêtes (1600), président de la chambre des comptes à la mort de son père en 1600, il épouse en 1591 Marie Hennequin de Boinville, fille du président à mortier au parlement de Paris, Pierre Hennequin. André Lefèvre d’Ormesson d’Amboile (1577-1665) est le second fils, conseiller au Grand conseil (1598), parlementaire en 1600, maître des requêtes en 1604, conseiller d’Etat et intendant à Lyon puis en Champagne (1615-1617), il est doyen du Conseil de 1654 à 1665. Sa carrière dans la magistrature est donc brillante et s’inscrit dans la lignée de celle de son père. Il épouse Anne Le Prévost en 1604. Elle est la fille de Nicolas Le Prévost, maître des comptes et commissaire du roi, et la petite-fille de Jean Le Prévost, président des enquêtes du Parlement. André se marie donc dans un milieu équivalent au sien. Le dernier fils est Nicolas Lefèvre seigneur de Lezeau, puisqu’il reçoit en héritage la terre de Lezeau. Né en 1581, il meurt presque centenaire en 1680. Les derniers actes qu’il signe montrent l’écriture hésitante d’une main sans doute tremblante.

Formation, carrière et milieu : l’identité sociale et politique de Nicolas Lefèvre de Lezeau

  • 14  Lefevre d’Ormesson, André, Extraits des Mémoires d’André Lefèvre d’Ormesson dans Lefevre d’Ormesso (...)
  • 15  Jean Chastel était lui aussi élève des jésuites au collège de Clermont.

6Les mémoires d’André Lefèvre d’Ormesson, frère de Lezeau, nous apprennent que ce dernier a fait ses études au collège de Navarre14. On peut donc relever qu’en tant que pensionnaire des jésuites durant la Ligue, Nicolas Lefèvre de Lezeau eut vraisemblablement comme condisciple Jean Chastel, qui tenta d’assassiner Henri IV en décembre 159415. Sans voir dans cette concomitance une filiation évidente entre les ligueurs et les dévots, force est de constater qu’il y a des points de contacts et qu’une mémoire spécifique de la Ligue fait partie de l’identité des dévots. Si le souvenir de la Ligue résonne de manière particulière pour Nicolas Lefèvre de Lezeau, c’est parce qu’il ne contient pas seulement des éléments abstraits (conceptions, certitudes…). La mémoire de la Ligue n’est pas qu’une affaire de convictions politico-religieuses. Sous la Ligue, Marillac était aussi présent, actif et convaincu. Il en va de même pour Olivier Lefèvre d’Ormesson, le père de Nicolas Lefèvre de Lezeau. La Ligue et sa mémoire collent donc les hommes et les familles qui dominent la nébuleuse dévote. C’est encore plus vrai pour Nicolas Lefèvre de Lezeau. Son frère, André raconte, dans ses Mémoires, les privations au temps de la Ligue :

  • 16  Lefevre d’Ormesson, André, opcit. p. xv.

Le siège de Paris estant arrivé au mois de may mil cinq cens quatre ving dix, lequel fut levé au mois d'aoust ensuivant , mon père nous ayant retiré du collège du cardinal Lemoine , nostre maistre M. Le Dieu n'ayant pas le moien de nous nourrir, mon frère de Lezeau et moy, à cause de la nécessité du pain et des vivres et de la grande famine qui fit mourir une infinité de peuple de faim, je demeuré dans la maison de mon père jusques au mois d'octobre de la mesme année 1590, où j'allé demeurer avec mon frère au collège de Navarre, soubs la charge de Monsieur Raquis.16

La Ligue n’est pas qu’un horizon intellectuel, elle est une expérience concrète. André impute d’ailleurs à ces temps de douleur la mort de leur mère. Affaiblie par la privation, les troubles et la crainte, elle succombe en 1590 : « ma mère tomba malade de la fascherie et nécessité et apprehension qu’elle avoit eues ». Nicolas Lefèvre de Lezeau a alors neuf ans. Expérience concrète, la Ligue est aussi une expérience active. Olivier Lefèvre d’Ormesson, leur père, fait le choix de rester à Paris. André prétend que ce choix est contraint : « ne pouvant quitter sa maison et son lit sans mettre sa santé en danger ». Outre sa santé, la nécessité de préserver ses biens semble être un autre moteur puissant, mais qui ne saurait dissimuler entièrement sa sympathie ligueuse (il reste capitaine de la milice bourgeoise). André vante cependant sa liberté d’expression et son indépendance d’esprit : dans les assemblées il

  • 17  Ibid., p.XVI.

[...] parloit tousjours librement et conseilloit la paix ouvertement, en priant le roy de se faire catholique par une ambassade publique, proposition fort odieuse aux esprits factieux et turbulens de la Ligue et partisan du Roy d’Espagne Phlippe II.17

Cette ligne argumentative est aussi celle de Lezeau dans sa Vie de Marillac. André fait de son père une figure protectrice : « il fit de son domaine un sanctuaire pour les paysans voisins » et endosse lui-même ce rôle protecteur durant la Fronde.

  • 18  Lefevre d’Ormesson, André : op. cit. p. xix.
  • 19  Antoine, Michel, Lanhers, Yvonne, Inventaire des archives d’Ormesson, Archives Nationales, Paris, (...)
  • 20  Lefevre d’Ormesson, Olivier : op. cit. p. 72.
  • 21  L’expression est de Poncet, Olivier : Pomponne de Bellièvre (1529-1607) : un homme d'État au temps (...)

7Après ses études au collège de Navarre, Nicolas Lefèvre de Lezeau rejoint l’université d’Orléans18 pour y étudier le droit, suivant ainsi la trace de ses frères. Cette formation juridique lui ouvre les portes d’une belle carrière dans les institutions de la monarchie. Il devient conseiller au Grand Conseil en 1602, puis conseiller au Parlement de Paris en 1615 et président aux requêtes du palais. En 1618, Nicolas Lefèvre de Lezeau entre dans le corps des maîtres des requêtes de l’hôtel du roi. Il obtient un brevet de conseiller d’état semestre en 1623, puis de conseiller d’état ordinaire en 1640, avant de devenir doyen du Conseil d’état à la suite de son frère. L’analyse de la carrière de Nicolas Lefèvre de Lezeau nous le présente sous le jour d’un serviteur loyal et récompensé de la monarchie. à l’évidence, les Lefèvre de… sont une « famille en vue » qui reçut le roi Louis XIII à dîner à trois reprises entre 1612 et 1618 (chez André Lefèvre d’Ormesson)19. Olivier Lefèvre d’Ormesson (fils d’André et neveu de Lezeau) raconte une autre anecdote qui va dans le même sens : le 20 juin 1643, en se rendant aux Tuileries, il aperçoit Louis XIV enfant, qui se promène. « Mme de Senecey estoit derrière luy. Je la saluai par le moyen de oncle de Lezeau »20 qui disposait de ses entrées auprès de ladite madame de Senecey, gouvernante du jeune roi. L’analyse des réseaux et sociabilités de Nicolas Lefèvre de Lezeau met à jour trois types de liens qui s’emboîtent : ceux qui s’inscrivent dans le capital social familial (les Bellièvre comme les Ormesson font partie du « système Morvilliers »21), ceux qui contiennent une dimension idéologique et ceux qui relèvent de la haute magistrature. L’identité sociale de Lefèvre de Lezeau est dans cet entrelacs, dans la convergence de ces trois liens.

Choisir la charité plutôt que la lignée

8Mais qu’y a-t-il derrière cette belle trajectoire sociale, tant familiale que personnelle ? Quel est l’envers du décor ? En quoi relève-t-elle du parcours dévot ?

  • 22  AN. MC. ET/XXIX/121. 18 janvier 1609. Marie Hinselin (1595-1675) est alors âgée de 14 ans.
  • 23  SOLNON, Jean-François : op. cit. p.513.
  • 24  Idem. Voir surtout Descimon, Robert : Qui étaient les Seize ? Mythes et réalités de la Ligue paris (...)
  • 25  La Chesnaye des Bois, François-Alexandre, Badier, Jacques signalent un sixième enfant, Jean, mort (...)
  • 26  AN. MC. ET/LXXII/112. 22 mai 1686.
  • 27  AN. MC. ET/LI/422, acte du 6 septembre 1679.
  • 28  Durant le Moyen-Âge, une congrégation s’était formée pour soigner le feu sacré ou le mal des Arden (...)
  • 29  AN. MC. ET/LI/415, acte du 18 décembre 1677.
  • 30  AN. MC. ET/LI/416, acte du 14 janvier 1678.

9Nicolas Lefèvre de Lezeau se marie en 1609 avec Marie Hinselin22, fille de Pierre Hinselin, correcteur des comptes, qui parvient à cette charge après avoir gravi patiemment les échelons de la robe, et de Marie Denetz. Les Hinselin sont par ailleurs des gestionnaires d’établissements dévots de la Contre Réforme. Le niveau social des Hinselin (bonne famille parisienne en voie d’anoblissement) est inférieur à celui des Lefèvre d’Ormesson (famille intégrée dans les plus hautes structures de la monarchie). Cependant les Hinselin parviennent à doter leur fille 40 000 livres. Mais il est indéniable que cette alliance est inférieure à celle de ses frères (Olivier Lefèvre d’Eaubonne épouse une Le Prévost). L’explication est ailleurs. Elle peut être matérielle : Claude Hinselin, oncle de Marie, est un assez riche marchand mercier grossier de la rue Saint-Denis23. Mais la raison d’une telle union peut aussi être spirituelle : les Hinselin sont acquis à la Contre Réforme et la dévotion (Claude Hinselin fut banquier de la seconde Ligue)24. Affinités idéologiques et spirituelles tiennent donc un rôle central dans cette alliance. Nicolas Lefèvre de Lezeau et Marie Hinselin ont cinq enfants (survivants25). Pierre, le premier naît en 1614, il devient conseiller à la cour des Aides en 1656 et meurt sans alliance en 168626. Puis vient Nicolas, chanoine de l’église de Paris, abbé de Clairefontaine, mort en décembre 1677. Claude est le troisième fils. Seigneur de Germigny et Bussy Saint Georges, il meurt sans alliance en 1683. André, seigneur de Lincourt, prieur de Sixte, Montannac et Pugni, mort le 9 janvier 1678 vient ensuite. Enfin, Marie, mariée en 1654 à Jean Ango, conseiller au parlement de Rouen, à qui elle apporte le nom et la terre de Lezeau, est la dernière. Parmi les quatre fils de Nicolas Lefèvre de Lezeau, deux embrassent la carrière ecclésiastique, quant aux deux autres, ils ne se marient pas. Nicolas Lefèvre de Lezeau semble peu intéressé par la fondation une lignée à l’instar de ses frères. La branche de Lezeau est d’ailleurs la plus éphémère, puisqu’elle s’éteint au xviie siècle. Une sorte de fil conducteur se met ici en place : la dévotion prime sur l’intérêt lignager, les alliances et la transmission, et dessine de ce fait le parcours dévot. La charge de conseiller à la cour des Aides, exercée par Pierre, est d’ailleurs inférieure à celle de son père. De la même manière, les relations de Pierre semblent moins élevées que celles de son père. Il y a là une descension sociale manifeste. Un exemple parmi d’autres serait un acte de 1679 qui atteste que Pierre Lefèvre de Lezeau est en affaire avec un certain Jean Le Roux, contrôleur des rentes à l’hôtel de ville de Paris27. La promotion sociale et la consécration lignagère ne sont donc pas au centre des préoccupations des Lefèvre de Lezeau. L’essentiel est ailleurs. La poursuite de l’ascension sociale cède devant un autre ordre des valeurs, fondé sur la charité, sur l’investissement au profit des œuvres de Dieu. Ainsi, Nicolas Lefèvre de Lezeau et ses deux fils laïcs, Pierre et Claude consacrent-ils leurs efforts, leur temps et leur argent aux religieux réformés du petit Saint-Antoine de Paris, œuvre charitable par excellence (transport de rentes, messes, enterrement…)28. On s’aperçoit que la problématique de la charité est bien première, et qu’elle se hisse au rang de modèle familial. C’est sans doute cela vivre dévotement. On en trouve une autre trace dans le renoncement par Pierre29 et Claude30 à la succession de leur défunt frère Nicolas. Signe d’éloignement des biens terrestres, c’est aussi une marque de dévotion envers leur père.

  • 31  Transport d’une rente de 200 livres constituée par le défunt André en 1675. Nicolas Lefèvre de Lez (...)
  • 32  AN. MC. ET/LXXII/90, acte du 31 octobre 1679 (donation de rentes). Claude cède une rente constitué (...)
  • 33  On compte dans la famille un célèbre armateur dieppois du xvie siècle, homme fort riche et fort cé (...)
  • 34  Laine, Paul-Louis, Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France, Paris, 1834, vo (...)

10Pourtant, la problématique familiale n’est pas absente. On la voit poindre avec une acuité particulière dans les années 1677-1680. Ces années sont marquées par la mort de deux fils de Nicolas Lefèvre de Lezeau (André et Nicolas) et par sa propre mort (en novembre 1680). La succession des décès entraîne des transactions à l’intérieur de la famille qui réorganise ses affaires (multiplication des procurations et transactions31). Le tropisme religieux apparaît une nouvelle fois, dans la mesure où Claude et Pierre multiplient les dons et transports de rentes au profit de l’ordre de Saint-Antoine32. Le décès de Nicolas Lefèvre de Lezeau provoque un partage des revenus qu’il possède. Sa fille Marie de la Motte-Ango paraît avantagée. Tout d’abord, elle bénéficie du versement de la somme 18 000 livres d’arriérés qui lui revenaient et obtient la moitié de ce que possédait son père (au moins en termes de revenus) ainsi que plusieurs offices d’une valeur de 30 000 livres. Marie Lefèvre de Lezeau apporte par ailleurs à Jean II Ango, le nom, le titre et la terre de Lezeau. L’avantage donné à Marie tient vraisemblablement plus de l’application du contrat de mariage que de la perspective dynastique. L’alliance avec Jean Ango semble hypogamique. La famille Ango est en pleine ascension33. Jean Ango est le fils de Nicolas Ango34, écuyer, seigneur de la Motte (terre acquise en 1641). Parmi leurs sept enfants, Jean II naît en 1631. Emancipé en 1650, il est reçu conseiller au parlement de Rouen en 1654 et épouse Marie Lefèvre de Lezeau l’année suivante. Catherine Cochon, sa mère, lui fait donation de la terre de la Motte-Montgomery, et il jure foi et hommage au roi en 1662 pour la terre de Villabadin, située dans la vicomté d’Argentan. Jean Ango agrandit son domaine en agrégeant trois nouvelles terres à celle de la Motte (près d’Alençon), qui est érigée en marquisat de la Motte-Lezeau en juillet 1693. La terre de Lezeau, seigneurie bien plus importante que celle de la Motte, a donc été amenée par Marie Lefèvre, à qui Jean II Ango doit un pas décisif vers le marquisat. Au xviiie siècle, la descendance de Marie et Jean Ango acquiert le titre de comte de Flers. Marie est d’ailleurs la seule à avoir une descendance.

  • 35  Céder ses rentes à une communauté religieuse n’est toutefois pas caractéristique du seul milieu dé (...)
  • 36  La fortune d’Olivier Lefèvre d’Ormesson (père) est estimée à 315 000 livres en tout par Olivier II (...)

11Dans le partage des revenus de leur père, Claude et Pierre sont en retrait. Claude, en tant qu’exécuteur testamentaire joue le rôle de gardien de la mémoire et de la volonté de son père en rappelant que tous les enfants ont « solidairement renoncé » à une partie de ses revenus. La rente constituée de 820 livres à Nicolas Lefèvre de Lezeau, moyennant un capital de 8040 livres, par les religieux de l’abbaye de Saint-Germain des Prés est donnée aux religieux de l’abbaye de Saint-Denis, agrégée à la congrégation réformée de Saint-Maur35. Ainsi, hormis dans le cas de Marie, la problématique familiale ne se décline pas sous l’angle lignager36, mais sur le mode de la communion autour d’un idéal pieux commun et de l’investissement dans les établissements de la contre-réforme.

  • 37 Lefevre d’Ormesson, Olivier, op. cit. p. 21.
  • 38 Ibid., p. 204.
  • 39 Ibid., p. 241.
  • 40 Ibid., p. 541.
  • 41  Ibid., p. 447.
  • 42  Saint François de Paule (1416-1517) est un ermite italien, fondateur de l’ordre des Minimes. De so (...)
  • 43  Le 20 novembre 1664, Nicolas Lefèvre d’Ormesson (frère d’Olivier, neveu de Lezeau) porte le bonnet (...)
  • 44  Quatroux, Isaac, Traité de la pestecontenant sa définition, ses espèces etdifférences, ses causes, (...)
  • 45  Vidal, Daniel, op. cit. Daniel Vidal montre toutefois que la famille n’est le seul « support » qui (...)

12Il n’y a pourtant pas de rupture avec les Ormesson. Le Journal d’Olivier Lefèvre d’Ormesson montre qu’il fréquente son oncle Lezeau, pour lequel il a de l’affection. Le 27 mars 1643, par exemple, Olivier Lefèvre d’Ormesson rend visite à son oncle de Lezeau « que je trouvai revenant de Saint Germain, qui me dit que le roi se portoit bien mieux »37. De la même manière, à la naissance de son fils André, le 8 août 1644, Olivier se rend chez son oncle et sa tante afin de « prier Mme de Lezeau du baptesme »38 (sans doute était-elle sa marraine). Les Ormesson et les Lezeau se fréquentent donc : le 2 janvier 1645, Olivier Lefèvre d’Ormesson signale sa visite à Nicolas Lefèvre de Lezeau39, il en est de même en juillet 164840. Enfin, si l’oncle et le neveu se croisent fréquemment, les frères entretiennent aussi des relations : André Lefèvre d’Ormesson dîne avec Nicolas Lefèvre de Lezeau et son épouse en février 164841. Si les branches d’une même famille se fréquentent comme dans la plupart des cas, la composante religieuse n’est jamais très loin dans celui de Nicolas Lefèvre de Lezeau. En effet, l’un des ciments de l’unité familiale est d’ordre religieux : il s’agit de gérer l’héritage spirituel de Saint-François de Paule que les Lefèvre de… ont pour ascendant via les d’Alesso42. La famille entretient une dévotion particulière à l’égard du saint et jouit d’un prestige réel dans l’ordre des minimes43. La proximité familiale est donc structurée par une dévotion commune. Le lien entre famille et religion est très fort, dans le cas des Lefèvre de Lezeau. Le minime Isaac Quatroux en donne un bon exemple. Il dédicace aux Lefèvre de Lezeau, en la personne de Pierre, son Traité de la peste44. Quatroux se place donc sous la protection et le patronage de Lefèvre de Lezeau. Mais ce patronage est double. Quatroux en appelle tant à celui qui descend de Saint-François de Paule, d’un point de vue strictement matrimonial (il cherche protection dans la famille du fondateur de son ordre), qu’à celui qui est un héritier spirituel du saint. La filiation est bien double, matrimoniale et spirituelle, familiale et religieuse. Ici encore famille et religion se mêlent donc45, et c’est peut-être l’une des caractéristiques principales du parcours dévot suivi par les Lefèvre de Lezeau : leur capacité à réinvestir les éléments de la vie sociale pour leur donner une portée religieuse tant et si bien que séparer famille et religion devient de plus en plus improbable. De la même manière, offrir une dédicace à Pierre Lefèvre de Lezeau signale l’importance de la surface sociale de la famille et la centralité de l’écriture dans la perspective dévote. Mais là encore, cette surface sociale est canalisée dans une perspective religieuse. En effet, le texte de Quatroux sur la prise en charge des malades de la peste rappelle que celle-ci est une œuvre de charité par excellence (au-delà de la peste, le soin aux malades est une préoccupation de la contre-réforme). La dédicace lie donc surface sociale et charité et fait signe vers une des thématiques portées par les dévots : la morale sociale (l’engagement de tous, et notamment des dominants, dans des œuvres de charité). Puissance sociale et charité deviennent inséparables : on est ici au cœur du cheminement dévot qui ne peut concevoir la société ou la famille sans la religion. Lefèvre de Lezeau est ainsi un bon exemple pour montrer la promotion de la charité au rang de valeur cardinale pour les tenants du radicalisme catholique (ce qui ne veut pas dire qu’il en a le monopole). La charité s’impose sur les stratégies lignagères chez un certain nombre de dévots. L’exemple montre aussi comment la religion pénètre toutes les sphères de la vie sociale, pour les tenants de telles options.

  • 46  Sur l’attrait nouveau de la charité, voir Diefendorf, Barbara, From Penitence to Charity. Pious Wo (...)

13On voit ainsi émerger le profil de la vie de Nicolas Lefèvre de Lezeau. Il est un homme qui fait le choix de la charité46 contre celui de la lignée, qui organise sa famille et ses fréquentations en fonction des enseignements de la réforme catholique, au point que la dimension religieuse imprègne l’ensemble de sa vie sociale.

« De sa piété et dévotion »47

  • 47  Ce titre est emprunté à Lezeau lui-même (chapitre 9 de La vie de messire Michel de Marillac). Le p (...)

14Marquée par ce choix spirituel et familial, la vie de Nicolas Lefèvre de Lezeau témoigne d’une véritable dévotion que l’on peut qualifier de multiforme. C’est ce parcours spirituel qu’il faut désormais suivre à travers les œuvres et les actes. Mais plus que l’homme, c’est ici toute la famille qu’il faut considérer. Cela fait d’ailleurs sens dans la spiritualité dévote qui privilégie la famille par rapport à l’individu isolé.

Les dévots dans la ville : une action concrète et élan mystique

  • 48  Dulaure, Jacques Antoine, Histoire physique, civile et morale de Paris, Paris, 1825-1828, p. 310.
  • 49  L’instruction est un thème central pour les dévots. L’Oratoire de Bérulle s’y consacre très largem (...)
  • 50  Châtellier, Louis, L’Europe des dévots, Paris, 1987.
  • 51  AN, MC, ET/LXXII/85, acte du 15 avril 1678.
  • 52  Par exemple, on peut citer une rente de 50 livres constituée par Claude à Jean-Baptiste Daguerre e (...)
  • 53  AN, MC, ET/LI/416, acte du 30 janvier 1678 (fondation).
  • 54  Aujourd’hui rue Ferdinand Duval
  • 55  Jesus-Marie, père Bruno de, La belle Acarie. Bienheureuse Marie de l’Incarnation, s.l., 1912, n.p.
  • 56  Cité par Bailey, Donald, op. cit. p.459. Huile sur bois réalisée par Simon Vouet (1630). Donné par (...)
  • 57  Vidal, Daniel, op. cit.
  • 58  Sous-titre de Jean-Pierre Gutton : Dévots et société au xviie siècle : construire le ciel sur la T (...)
  • 59  AN, MC, ET/LI/416, acte du dernier janvier 1678.

15Entrons dans le détail des relations de Nicolas Lefèvre de Lezeau et de ses fils avec le couvent du petit Saint-Antoine auquel ils consacrent temps et argent. En 1624 (ou 1615), les commanderies sont supprimées pour introduire la réforme48. Après cette abolition, la maison est transformée en collège pour l’instruction des religieux de l’ordre49, dans une perspective qui ressemble à celle décrite par Louis Châtellier au sujet des congrégations mariales50. Différents actes notariés témoignent de cet investissement. Le 15 avril 1678, Claude Lefèvre de Lezeau de Germigny fait don au religieux du Petit-Saint-Antoine de la somme de 6000 livres et cède 2500 livres de rentes. L’acte est passé en présence Marc des Bleds, le supérieur de la communauté51. Cet acte fait référence à un autre datant janvier 1665 (rente), passé également en faveur des religieux du petit Saint-Antoine. On peut aussi citer un autre acte passé par Claude, en date du 31 octobre 1679. Il s’agit une fois encore de la donation de rentes constituées de 9500 livres qui rapportent 475 livres annuellement. Il s’agit de plusieurs rentes constituées sur deux décennies52. Elles sont la somme du travail de Claude durant une partie de sa vie. L’investissement de la famille semble total : en exécuteur testamentaire de son frère défunt André, Pierre obtient des messes pour le repos de son âme, contre une somme de 6300 livres. La fondation est passée devant notaire, en présence de quinze religieux dont le supérieur dudit ordre, ce qui montre l’importance qu’a la famille de Lezeau pour l’ordre, et réciproquement53. Par testament, André demande des messes hebdomadaires (au jour de son décès et à un autre jour), et ce à perpétuité. Une messe supplémentaire doit être célébrée le jour anniversaire de sa mort. André abandonne aussi aux religieux la rente qu’ils lui versaient et les charges de son enterrement. Le couvent du petit Saint-Antoine est donc l’objet de l’attention de tous les membres de la famille et c’est aussi dans le cimetière du couvent que Nicolas Lefèvre de Lezeau (père) se fait enterrer. D’un point de vue géographique, le Petit-Saint-Antoine est adjacent à la rue des Juifs54, dans laquelle habitent les Lefèvre de Lezeau, Nicolas, Pierre et Claude. L’action religieuse des Lezeau s’inscrit donc dans un espace proche. Peut-être doit-on voir ici l’esprit de mission propre à la réforme catholique, qui n’ignore pas les espaces connus et ne se contente pas de perspective lointaine. La reformation est une œuvre de tous les jours, un mouvement constant qui ne doit laisser aucun espace en friche. Par leur investissement, les Lefèvre de Lezeau concrétisent donc l’idéal catholique de l’action concrète à la fois religieuse et sociale. De plus, ils signalent la vitalité du Paris dévot. Habiter dans la rue des Juifs fait donc sens par rapport à l’investissement concret et quotidien des dévots, mais cette rue a aussi une valeur symbolique dans ce qui serait le « panthéon dévot » du xviie siècle. En effet, la rue des Juifs est celle où est situé l’hôtel Acarie. Lieu de mémoire et de symbole fréquenté par l’avant-garde dévote réunie par Marie de l’Incarnation, lieu où se concrétisa l’implantation en France des carmélites (avant d’aller à Pontoise) dans laquelle Marillac joue un rôle prépondérant. Lezeau occupe peut-être même l’hôtel Acarie ? Lezeau a d’ailleurs eu l’occasion de rencontrer madame Acarie vers 1610, et ce à deux ou trois reprises55. Il revit ainsi le parcours de la Bienheureuse, entouré de l’aura des figures qu’il révère (on sait par ailleurs que Lezeau possédait un tableau représentant une autre grande figure carmélite : Marguerite du Saint-Sacrement)56. Il y a là des éléments indéniables de mystique57. On peut alors se demander si Lefèvre de Lezeau ne réalise pas, d’une certaine manière, l’idéal dévot du « ciel sur la terre »58, dans cette portion de Paris, délimitée par le Petit-Saint-Antoine et l’hôtel Acarie : espace symbolique voire mystique, bastion de la contre-réforme dans lequel il peut pleinement vivre sa foi et pratiquer sa dévotion. Et si la piété des Lefèvre de Lezeau se marque dans des lieux, elle s’incarne aussi dans des objets. L’inventaire après décès de Nicolas II et André Lefèvre de Lezeau recense deux christs en bois (courants au demeurant) parmi des biens peu nombreux et de très faible valeur59.

  • 60  Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, Caen, 1875, 3e série, volume 9, p. 687.

16L’engagement dévot de Nicolas Lefèvre de Lezeau et de ses fils n’est pas exclusivement tourné vers le couvent du Petit-Saint-Antoine. Par un contrat d’emprunt daté du 29 novembre 1639, établi devant Jérôme Cousinet, notaire au Chatelet de Paris, Nicolas Lefèvre de Lezeau prête la somme de 3600 livres aux moines de l’abbaye du Mont Saint-Michel, à qui il revient de lui verser une rente de 200 livres. Cet « emprunt estoit faict pour survenir aux urgentes et pressantes nécessitez desdits Moynes, tant pour leur nourriture et entrestien que pour refaire les bastiments ». L’abbaye du Mont Saint Michel est agrégée à la Congrégation réformée de Saint-Maur, avec laquelle Lezeau entretient d’étroites relations60.

L’engagement familial dans les œuvres de la contre-réforme

  • 61  Vers 1100, Simon, comte de Montfort, fonda à Clairefontaine (dans la forêt d’Yveline) un monastère (...)

17Aux minimes et aux religieux du petit Saint-Antoine, on pourrait ajouter d’autres ordres et couvents réformés en faveur desquels agissent les Lefèvre. Il s’agit ici de se concentrer sur le choix de deux des fils de Nicolas Lefèvre de Lezeau (André et Nicolas II) qui sont entrés dans les ordres et qui, à ce titre, perpétuent voire approfondissent le modèle de dévotion familiale. Arrêtons-nous sur le parcours de Nicolas II. Chanoine de l’église de Paris, il est également archidiacre de Brie, abbé de Clairefontaine vers 1641 et de Sammathan (Gers) en 1646. à la tête de l’abbaye de Clairefontaine61, Nicolas II succède à Valentin Boutin. La transition prend place dans un contexte de controverse. En effet, depuis sa fondation jusqu’au 27 septembre 1627, l’abbaye est habitée de chanoines réguliers. Cependant,

  • 62  Factum pour messire Valentin de Boutin, abbé commendataire de l'abbaye royale de Notre-Dame de Cla (...)

[...] constatant quelque licence, & inobservation parmy les Religieux Chanoines Reguliers […], & desirant y establir la reforme,62

l’abbé Boutin décide de faire appel aux religieux Augustins déchaussés. Il est séduit par le prestige de cet ordre réformé « professant une Regle plus estroitte » et réputé pour sa piété et sa probité. Mais entre les anciens et les nouveaux pensionnaires de l’abbaye, la situation devient vite conflictuelle. Dans un factum daté de 1640 ou 1641, Valentin Boutin témoigne de sa déception face à l’attitude des augustins déchaussés :

  • 63  Ibid., n.p.

[...] mais le temps a faict cognoistre que vestant l’habit d’estroitte et austere Religion, l’on ne depoüille pas tousiours les mauvaises inclinations de la nature ; Car ces Religieux Deschaussez se sont portez à telle extremité de depravation qu’à peine elle seroit imaginable, mesmes en personnes destituees de toute Religion et crainte de Dieu.63

Mais plus que sa déception, l’abbé expose ses griefs à l’encontre des Augustins déchaussés, et détaille par le menu les multiples exactions auxquelles ils se sont livrés. Le premier exemple convoqué par Valentin Boutin est celui de lettres d’amour à des religieuses d’une abbaye voisine qu’il a interceptées. L’abbé exige le départ des Augustins, mais ceux-ci lui opposent un refus catégorique et la situation dégénère : « ils ont exercé leur rage de la retention desdites lettres par des actions pleines de sacrilege, de barbarie & d’inhumanité ». Les accusations fusent : les religieux réformés auraient fait venir des cavaliers pour s’en prendre à Boutin et à son frère, le sieur de la Guittonnière. Boutin raconte comment son frère fut poursuivi dans le cloître par quatre cavaliers mandatés et bien décidés « à l’assassiner ». Même le refuge que constitue la maison abbatiale est violé. Alors,

[...] ce que lesdits Religieux n’ont pu faire par ces quatre Bandoliers, ils ont attenté de le faire par eux mesmes (portans à cet effect des poignards et bayonnettes dans leurs manches).

à nouveau agressé, La Guittonnière est blessé à la main, « traisné dans un cachot, sa femme frappée de plusieurs coups », au terme d’une poursuite sacrilège dans la nef et le cimetière. Valentin Boutin qualifie cette action de « pleine d’impiété, tant plus horrible qu’elle a esté commise en ce jour solemnel & le sainct Sacrement estant sur l’autel ». Mais la liste des supposés forfaits commis par les Augustins déchaussés ne s’arrête pas là : ils ont eu l’outrecuidance d’excommunier le sieur de La Guittonnière ! Boutin mentionne aussi les violences perpétrées par un religieux à l’encontre d’un commis (qu’il a roué de coups de bâton), ou le calvaire d’un clerc nommé Alexis, qui fut attaché à un arbre et piqué avec des épines et bâtons, un jour de Carême, qui plus est. Par ailleurs, les Augustins déchaussés ont fait preuve d’irrévérence à l’égard de l’ordre royal : « l’un d’eux montant sur ses espaules contrefaisant l’exécuteur de haute justice ». Boutin achève son factum par un véritable catalogue de péchés :

[...] et outre lesdicts Religieux sont chargez par tesmoins irreprochables ouys, en sept volumes d’informations de divers debordemens, desbauches, yvrogneries, impudicitez, larrecins, volleries, iniures atroces, voyes de fait, batteries, fractions de portes, desgats, degradations, demolitions de murailles, assassinats, Blasphesmes, impietez & sacrileges, dont le detail est icy obmis pour sa briesveté.

  • 64  Fisquet, Honoré : La France pontificale (Gallia christianna), histoire chronologique et biographiq (...)

Grâce à cette charge, Boutin obtient le renvoi des Augustins déchaussés. Un arrêt du Parlement du 11 juillet 1640 confirme le départ des Augustins, remplacés par les réguliers de la Congrégation de France (ordre auquel appartient Boutin). Cependant, la situation se renverse en février 1641, au profit des Augustins déchaussés. Est rendu un Arrest equitable de Nosseigneurs du Conseil privé du Roy, donné le 5 iour de Fevrier 1641. Au profit des Religieux Augustins Déchaussez de France, portant maintenuë en leur Maison de Claire-Fontaine, Diocese de Chartres, contre celuy que Messire Valentin Boutin Abbé & les Religieux de Saincte Geneviefve de la Congregation appellé de France, avoient surpris, & que le procez sera fait audit Sieur Abbé pour l’injure & diffamation soufferte par les Religieux Déchaussez en la composition & distribution de certain libelle appellé Factum du procez entre les parties. Battu, Valentin Boutin doit quitter l’abbaye. Nicolas II Lefèvre de Lezeau lui succède. Les Augustins déchaussés reviennent alors. Leur présence est attestée en 165664, mais leur retour semble plus précoce.

18Quel rôle joue Nicolas II Lefèvre de Lezeau dans le conflit ? On ne le sait pas, mais il est certain qu’il est du côté des Augustins déchaussés. Ceci est prouvé par le fait que les Augustins qui reviennent après 1641 sont issus de l’abbaye de Sammathan, dans le Gers, dont Lefèvre de Lezeau est abbé, et qui est une porte d’entrée en France pour les Augustins déchaussés. Le rôle de Lefèvre de Lezeau semble donc de tout premier ordre et son engagement pour les congrégations à l’avant-garde de la réforme est manifeste. Nicolas II incarne à son tour, et à la suite de son père et de ses frères, le militantisme et l’action des dévots qui s’impliquent très concrètement pour implanter les principes de la foi catholique réformée. Que ce soit sous un angle matériel au Petit-Saint-Antoine ou autour de questions de pouvoir à Clairefontaine, les Lefèvre de Lezeau se signalent par leur activisme déterminé au profit tout entier de la réforme catholique. Leur engagement est donc protéiforme, mais tout à fait constant et dévoué à la même cause. La pratique religieuse des Lefèvre de Lezeau, des fondations pieuses à la charité gestionnaire (Petit-Saint-Antoine), de la récupération de pratiques de dévotion à quelques élans mystiques (qui restent limités), porte les marques de la réforme catholique et la certitude que Dieu est partout.

Le goût des reliques, entre émoi mystique et pratique traditionnelle

  • 65  La couronne d’épine, un morceau de la croix et des reliques de la Passion.

19L’attrait de Nicolas Lefèvre de Lezeau pour la dévotion est ancien. Enfant déjà, il s’extasie devant les reliques de la Sainte-Chapelle, expérience qui le marque profondément d’après le récit de son frère aîné André Lefèvre d’Ormesson65. La scène se déroule en 1594, après la réduction de Paris par Henri IV.

  • 66  Lefevre d’Ormesson, André, op. cit, p. xvii.

Le roy, incontinent après, fit une procession générale pour remercier Dieu d’une si heureuse réduction. Toutes les reliques de la Sainte-Chapelle y furent portées. Mon père en gardoit les clefs comme le plus ancien président des comptes qui fust à Paris, et M. de Lezeau, mon frère, les vit de fort près, lorsque mon père les fit remettre sous la clef : il vit la couronne d’espine où il y a du sang et des cheveux de Nostre Seigneur, et autres reliques précieuses et adorables.66

  • 67  D’après Denis Richet, De la Réforme à la Révolution, Paris, 1991, p. 85, l’expérience adolescente (...)

On imagine aisément le jeune Nicolas Lefèvre de Lezeau, alors âgé de 14 ans, transporté par ce qui est peut-être sa première émotion mystique67. En tous les cas le moment fut suffisamment fort pour trouver place dans les Mémoires d’André Lefèvre d’Ormesson.

  • 68  Barbier de Montault, Xavier, « Actes de Saint Francaire » dans Répertoire archéologique de l’Anjou(...)
  • 69 Ibid., p. 461.

20Cet attrait pour les reliques n’est pas isolé. à d’autres moments de sa vie, Nicolas Lefèvre de Lezeau montra son intérêt pour les restes des saints. On en trouve un exemple en 1641. Nicolas II, en tant qu’abbé de Clairefontaine, a en commende différents établissements dont le prieuré de Cléré (situé en Anjou). à l’occasion du transfert des restes d’un saint local, le père et le fils de Lezeau s’impliquent activement. Il s’agit des reliques de Saint Francaire. D’origine angevine, Francaire est un homme qui vécut au ive siècle68. Riche et noble, il est emblématique de la villa gallo-romaine. Francaire est réputé pour avoir fait largement l’aumône, et pour être le père de Saint Hilaire de Poitiers (mort en 368). En 1470, les restes du saint sont transportés dans l’église paroissiale de Cléré69 La procession est menée par le seigneur de Passavant et l’évêque Jean du Bellay. En 1641, la décision est prise de transférer les reliques dans le diocèse de Poitiers afin de les rapprocher de celles de son fils, Saint-Hilaire. Pour ce faire,

  • 70 Ibid., p. 467.

[...] une châsse neufve est donnée par Monsieur de Lezeau, conseiller du Roy en ses conseils d'Estat et privé, et par M. Nicolas le Febvre de Lezeau, son fils, prieur commendataire du prieuré de Clairé, pour y transférer et mettre les Reliques de sainct Francaire, confesseur, père de sainct Hilaire Evesque de Poictiers, estant dans une châsse ou tombeau de pierre dure, sur le hault du grand Autel de ladite Église paroissiale de Clairé.70

Le père et le fils s’associent donc dans cette entreprise pieuse. Le chanoine Barbier de Montault offre une description de ladite châsse :

  • 71 Ibid., p. 473-474.

Son style concorde parfaitement avec la date qui lui est assignée, et ses vastes dimensions sont proportionnées aux nombreux ossements qu'elle contenait. En effet, elle mesure en longueur 0,75 centimètres en hauteur 0,35 et 0,43 centimètres en profondeur. Le toit, qui la couvrait et lui donnait la forme d'une église, a disparu, sans qu'il ait été possible de le retrouver. En bois menuisé, ainsi que l'indique le procès-verbal, cette châsse, qui porte encore des traces de peinture et de dorure, se compose de deux grands côtés et de deux petits. La face principale se divise en trois parties un soubassement continu, une surface percée de trois niches que séparent des colonnettes et un entablement armorié, égayé de rinceaux jaunes sur fond bleu. Des niches, une seule est cintrée à son sommet; les deux autres ont leur linteau horizontal amorti en fronton. Les statuettes d'anges ou de saints qui les ornaient ont été enlevées. L'écusson, sommé d'un casque à lambrequins flottants, se blasonne d'azur, au chevron d'or, accompagné de trois iris de même sur une tige d'argent, que je crois de Lezeau. La face postérieure est identique à la précédente, sauf une légère différence au soubassement, peint de cartouches fleuris et, au milieu, de deux palmes croisées. Un des petits côtés a son entablement armorié et une tulipe au naturel dans une niche aveugle. La face, qui lui fait vis-à-vis, porte une branche de rose et au soubassement une guirlande feuillagée et fleurie. Des quatre écussons peints sur la châsse deux sont sommés du casque seigneurial les deux autres sont adossés à un bourdon prietiral posé en pal, pour faire souvenir de ses deux donateurs, l'un conseiller d'Etat et seigneur de Lezeau, l'autre prieur de Cléré.71

21Bénie, la châsse est la pièce maîtresse de la procession qui quitte Cléré le 28 avril 1641. Véritable ouvrage baroque, la châsse rapproche le père et le fils dans une pratique de dévotion que l’on pourrait qualifier d’ancienne, traditionnelle, mais cependant existentielle. Cette pratique tranche, à défaut de s’opposer avec l’image que l’on a de la contre-réforme prioritairement urbaine. La dévotion de Nicolas Lefèvre de Lezeau est donc multiforme, marquée par l’avant-garde dévote dans son investissement concret auprès de l’ordre réformé du Petit-Saint-Antoine, ou dans son choix – ou plutôt don de Dieu – pour la charité plutôt que de la lignée. On peut aussi la qualifier de mystique quand il place ses pas dans ceux de ses prédécesseurs Michel de Marillac et Barbe Acarie, en vivant dans les lieux de la mémoire dévote (rue des Juifs). Enfin, la dévotion de Lefèvre de Lezeau peut prendre un tour plus traditionnel mais aussi baroque, qui s’incarne dans cette châsse surchargée. Il y a donc trois facettes qui concourent à une dévotion ardente et intacte.

S’investir dans le siècle : carrière professionnelle et dévotion

Servir Dieu et servir le roi, deux options convergentes ?

  • 72  de Certeau, Michel, « Mystique et politique… », art. cit. p. 47.

22Dans l’article qu’il consacre à René Voyer d’Argenson, Michel de Certeau montre comment se déclinent, se combinent et se confrontent deux fidélités : celle due à Dieu et celle due au roi72. Comment vivre cette double obéissance ? Comment résoudre en spirituel des questions politiques ? Le parcours professionnel de Nicolas Lefèvre de Lezeau donne un bel exemple de ces tensions et y apporte quelques réponses.

  • 73  Ibid.
  • 74  La date de l’ambassade est incertaine. Camille Trani, dans « Les magistrats du grand conseil au xv (...)
  • 75  Merlin, Hélène, Public et littérature en France au xviie siècle, Paris, 1994. Voir aussi Koselleck(...)
  • 76  Morgain, Stéphane-Marie, op. cit.
  • 77  AN, série L : monuments ecclésiastiques. Titre VII : ordres monastiques – Abbaye de Saint-Denis. I (...)

23La carrière professionnelle de Nicolas Lefèvre de Lezeau semble couronnée de succès (il finit doyen du Conseil d’Etat). Elle fait penser à la trajectoire de René Voyer d’Argenson, étudiée par Michel de Certeau73. Lefèvre de Lezeau eut d’ailleurs une mission d’ambassade en Suisse74, à l’instar de Voyer d’Argenson qui fut un grand ambassadeur. L’un et l’autre sont donc des serviteurs du roi (Lezeau en est un plus modeste) et des dévots. Est-il possible de concilier cette double fidélité ? René d’Argenson y parvient d’une certaine manière, en séparant le commis de l’Etat et le membre de la compagnie du Saint-Sacrement. L’un pour le jour, l’autre pour la nuit. L’un agit sur la place publique et l’autre dans le for intérieur. On observe ici la scission explorée par Hélène Merlin, entre ce qui relève du domaine publique (la politique et le service du roi) et ce qui appartient à la sphère privée (la foi)75 ; Scission qui est une conséquence des guerres de religion. Mais on ne peut s’en tenir à cette scission. La posture dévote n’est pas seulement celle du retrait du monde, elle porte une ligne politique et un programme d’action, comme cela a été démontré ci-dessus. C’est particulièrement vrai pour Lefèvre de Lezeau qui s’inscrit dans le programme bérullien d’une fidélité sans faille à la monarchie (car celle-ci est le seul vecteur légitime et efficace de la lutte contre le protestantisme), sans renoncer à l’idéal unitaire des ligueurs. La théologie politique de Bérulle, marquée par la mémoire de la Ligue, s’adosse à la monarchie et ne la conteste pas. C’est dans l’espace de celle-ci que se réalisera le programme des zélés76. Lezeau en fait l’expérience. Son action professionnelle en est la concrétisation. Dans le cadre de sa carrière,de ses charges et missions, il parvient à réaliser une part de ses aspirations spirituelles, même s’il n’en a pas l’initiative. Prenons ici l’exemple de Saint-Denis. Lezeau est un promoteur zélé de la réforme catholique et, entre 1633 et 1635, il participe à la réforme de l’abbaye de Saint-Denis et agrégation à la Congrégation de Saint-Maur sous la direction du cardinal de La Rochefoucauld. Lezeau le seconde avec le sieur de Verthamont, aussi maître des requêtes de l’hôtel du roi. Tous les deux sont commissaires à l’introduction de la réforme mauriste77. On peut suivre l’action de Lefèvre de Lezeau.

  • 78  Felibien, Michel (Dom), Histoire de l’abbaye royale de Saint-Denis en France, Paris, 1706. (L’édit (...)
  • 79  Idem.
  • 80  Ibid., p.458.
  • 81  Ibid., p.460.
  • 82  AN, série L, carton L 833, acte 32.
  • 83  Ibid., acte 52. Paris, 4 octobre 1633.
  • 84  Ibid., acte 80 et 87. Paris, 14-19 novembre 1635.
  • 85  Ibid., acte 89, novembre 1635.
  • 86  Ibid., acte 108, 28 avril 1636.

24Dom Michel Félibien, dans l’histoire qu’il consacre à l’abbaye de Saint-Denis, retrace la chronologie non pas seulement de la réforme de ladite abbaye, mais des luttes de pouvoir qui l’entourent. Avancé à la fin des années 1620, ce projet déplait à Richelieu. Le cardinal fait une « réponse fort froide et qui marquait assez la mauvaise opinion qu’[il] avoit de l’entreprise »78 à La Rochefoucauld venu lui présenter ses intentions. Le projet semble mal engagé et le cardinal de La Rochefoucauld revoit ses ambitions à la baisse : « si je ne puis réformer les religieux, j’espère du moins réformer l’abbaye et faire en sorte que Dieu y soit servi »79. La Rochefoucauld, Lezeau et Verthamont poursuivent ainsi leurs efforts, mais se heurtent cette fois-ci non pas à l’hostilité prudente de Richelieu, mais à l’opposition résolue des bénédictins de l’abbaye de Saint-Denis dirigés par de Henri de Lorraine, lui-même sous la protection de sa mère madame de Guise. A force de persuasion, les trois réformateurs parviennent à emporter la conviction de Madame de Guise. Lezeau et Verthamont assemblent alors les religieux et les mettent face à leurs torts, que ceux-ci sont bien contraints de reconnaître. En 1633, le mouvement s’accélère. Du 16 au 18 juillet 1633, Nicolas Lefèvre de Lezeau et son collègue « occupent » l’abbaye pour préparer la visite de La Rochefoucauld80. Leur acte de pouvoir se manifeste par leur présence physique. L’épreuve de force se fait véritable bras de fer dans lequel ils exposent leur corps. On retrouve dans cette pratique missionnaire de la présence physique un élément de mystique : la mise en danger du corps (ici toutefois limitée) au profit de l’acte de foi. La dévotion de Lefèvre de Lezeau prend forme dans son action professionnelle et politique. Consécutivement à l’action de Lézeau et Verthamont, La Rochefoucauld finit par trouver un terrain d’entente avec Richelieu (touché par ses amabilités, selon Félibien). La partie semble gagnée et une ordonnance est dressée. Cependant l’arrêt du conseil, indispensable confirmation de l’agrégation de Saint-Denis à la congrégation de Saint-Maur, tarde à venir et l’on craint l’échec81. La Rochefoucauld, Lezeau et Verthamont prennent alors l’initiative et vont trouver les religieux en l’abbaye avec l’ordonnance. Ils les assemblent et leur disent que la réforme est une chance pour eux. Ils sont conduits dans l’église et les trois réformateurs font venir à ce moment les religieux réformés de Saint Maur. Un procès-verbal daté du 2 août 1633 acte l’introduction en l’abbaye de 34 religieux de la Congrégation de Saint-Maur et témoigne des cérémonies qui ont accompagné leur prise de possession des lieux82. L’installation ayant été réalisée, il reste à transférer le pouvoir et les revenus aux religieux mauristes. Lefèvre de Lezeau mandate ainsi les huissiers royaux pour s’assurer que le trésorier (Pierre de Lescaud) de l’abbé de Saint-Denis (Henri de Lorraine) paye aux religieux mauristes les revenus de la mense commune, qu'il avait coutume de verser aux religieux anciens83. Ainsi se fait la transition. Lefèvre de Lezeau et Verthamont la parachèvent en veillant à ce que les reliques, archives et trésor de l’abbaye soient bien remis au supérieur des mauristes, puis en arbitrant les querelles jusqu’en 1635. On relève en 1635 un défaut accordé par Nicolas Le Fèvre, sieur de Lézeau, aux religieux mauristes de Saint-Denis, à l'encontre de Balthazar de Bragelonne (sous-prieur) et des religieux anciens [14 novembre 1635], suivi de la signification aux religieux bénédictins [19 novembre 1635]84. La polémique ne s’éteint pas pour autant : Balthazar Bragelonne conteste la valeur de « l'assignation faite aux anciens religieux par le sieur de Lézeau »85. Cependant, le roi réaffirme son soutien à Lezeau et Verthamont en prorogeant leurs pouvoirs et ce « pour l’exécution la sentence du cardinal de La Rochefoucauld », relative à l'introduction des religieux mauristes en l'abbaye de Saint-Denis86.

  • 87  Chaussy, Yves, Les bénédictins de Saint-Maur, Paris, 1989-1992. Voir aussi Bergin, Joseph, Cardina (...)

25Réformer une abbaye est ainsi un fait religieux, autant qu’un acte politique, sujet à des tactiques, coups de force ou coups de maître, et la mission professionnelle peut être l’occasion d’œuvrer pour un idéal spirituel. On ne peut donc pas séparer politique et religion. L’imbrication des deux est trop étroite. Mais si les deux sont liées, cela signifie que des enjeux politiques affleurent sous les problématiques religieuses. En effet, derrière l’idéal spirituel apparaissent des options politiques parfois divergentes. Ce sont ces luttes de pouvoir qu’il faut mettre à jour. Entre La Rochefoucauld, Lefèvre de Lezeau et Verthamont, des stratégies et concurrences politiques existent aussi. Yves Chaussy signale ainsi que le choix de La Rochefoucauld, pour présider à cette réforme de l’abbaye de Saint-Denis, est le signe que le roi ne veut pas laisser aux seuls dévots le monopole de la réforme catholique87. La Rochefoucauld, en grand aumônier de France, incarne le lien entre le choix résolu de la contre réforme et le pouvoir royal dans le contexte de l’après Ligue où le réformisme catholique ne peut être déconnecté des structures de pouvoir, quand bien même son but ultime fut de délier les ordres religieux de la tutelle du pouvoir. La Rochefoucauld a été ainsi un dévot fort zélé, mais aussi un grand conciliateur capable de maintenir un équilibre conflictuel bien souvent inextricable. Cette affaire de la réformation de l’abbaye de Saint-Denis, le fait que les représentants du pouvoir royal occupent les lieux (alors qu’ils veulent instaurer l’autonomie des institutions religieuses vis-à-vis du pouvoir politique) montre le pragmatisme d’une action toujours à la limite d’être submergée par ce qu’elle tente de repousser, ainsi que le démontre Joseph Bergin. On peut saisir ici, chez La Rochefoucauld comme chez Lezeau et Verthamont, la volonté d’être acteur et de tenir bon dans un champ de forces qui les attire dans des sens contradictoires. La logique de l’action s’affirme ici très clairement, comme une composante de la dévotion, dans une articulation singulière avec le pouvoir. Dans sa Vie de Marillac, Lezeau affronte les mêmes enjeux tenant à la nature du pouvoir – instrument de la réforme, ou corrupteur par nature – en tentant de théoriser l’action politique et l’action religieuse dans leurs combinaisons parfois périlleuses.

26à travers cet exemple, on voit comment un dévot parvient à concilier la « double fidélité » identifiée par Certeau (mais sans une coupure aussi franche), comment il met sa position professionnelle au service d’un idéal religieux, mais aussi politique.

Un magistrat ordinaire ?

  • 88  Il est à noter que Nicolas Lefèvre de Lezeau appartient aussi à la Compagnie du Saint-Sacrement, s (...)
  • 89  Lefevre d’Ormesson, André, op. cit. p. 76.

27L’exemple de Saint-Denis montre comment Nicolas Lefèvre de Lezeau articule action professionnelle et conviction personnelle. Il faut cependant relever qu’il ne fut pas forcément volontaire pour cette entreprise, mais plutôt missionné. Ceci peut nous amener à relativiser le propos. Toutefois, si l’exemple précédent permet de trouver une conciliation entre deux sphères distinctes (profession et conviction), il semble qu’une contradiction demeure entre carrière professionnelle et dévotion. En effet, dans le portrait qu’il fait de Marillac, Lefèvre de Lezeau insiste sur le détachement du garde des sceaux par rapport à sa carrière. Distinctions et honneurs sont à l’opposé de ce que Marillac poursuit. Pourtant, il paraît difficile de pratiquer à la fois le retrait du monde et l’action. René Voyer d’Argenson tente de résoudre cette contradiction en mettant sa « philosophie surnaturelle » au service du roi (il n’en est pas moins membre de la Compagnie du Saint-Sacrement88 que Mazarin qualifie de « cabale » contre ce même roi). Marillac quant à lui propose une solution diachronique : le retrait du monde suit une vie active, qui ne manque pourtant pas d’être pieuse, selon Lefèvre de Lezeau. L’éclairage qu’Olivier III Lefèvre d’Ormesson apporte sur son oncle de Lezeau montre que celui-ci est bien un professionnel investi. Parmi d’autres mentions du même type, on peut retenir la date du 8 juillet 1643, à laquelle s’est tenu un conseil des finances où Olivier croisa son oncle de Lezeau89 ; ou celle du 19 juin 1643 : les deux hommes se rencontrent à l’assemblée des quartiers des maîtres des requêtes. Mais si Nicolas Lefèvre de Lezeau y est présent, c’est qu’il a des intérêts à défendre, comme ses collègues. Il est partie prenante dans le conflit de longue haleine qui oppose les maîtres des requêtes aux conseillers d’état. Après la mort du roi, la reine a voulu une réorganisation du corps des maîtres des requêtes. Elle souhaitait que ceux qui avaient une place puissent garder leur charge, achever leurs vingt ans et entrer ensuite au conseil,

  • 90 Lefevre d’Ormesson, Olivier, op. cit, p. 71.

[...] mais qu’ils ne pourroient faire aucune fonction de maître des requestes, ni en tirer aucun émolument ; que s’ils vouloient en faire la fonction, ils ne pourroient prendre place de conseiller d’Estat que lorsqu’ils y renonceroient.90

Lezeau a été maître des requêtes et dispose depuis peu d’un brevet d’ordinaire. Il ne se désintéresse donc pas des affaires humaines et professionnelles, il ne les balaye pas d’un revers de main, bien au contraire. On le trouve d’ailleurs impliqué dans un conflit de préséance (ce qui n’est pas conforme au mépris dévot des honneurs).

  • 91 Ibid., p. 362.

Le mercredy 5 septembre [1646], M. le duc d’Orléans vint au conseil des finances où M. de Choisy, son chancelier, fit lire des lettres qu’il avoit obtenues pour prendre son rang au jour de son brevet, lorsqu’il estoit greffier du conseil, ainsiy précéder MM. De Lezeau, d’Aligre, St-Jouin, d’Estampes, Vertamont, d’Irval et autres. Ils firent grandes plaintes, lui offrirent de quitter leurs places, en cas qu’il ne pust estre assis ; mais que, de le souffrir au-dessus d’eux, ils ne le pouvoient.91

28Ainsi, si le mouvement de la contre-réforme fut marqué par un regain de l’érémitisme, si le retrait du monde redevient un modèle de piété attrayant, la contre-réforme correspond aussi à un militantisme actif et une implication dans des œuvres charitables. Nicolas Lefèvre de Lezeau, plus actif que mystique, plus présent que retiré, se trouve dans cette catégorie de dévots. Il paraît en effet participer aux jeux politiques et controverses de son temps, selon le partage singulier déjà repéré entre politique et religion. Par exemple, en octobre 1643, durant une séance du conseil, Lezeau critique le chancelier :

  • 92 Ibid., p. 115.

[...] M. de Lezeau dit que M. le chancelier ne feroit point de règlement pour les séances, appréhendant de fascher quelqu’un ; mais seulement qu’il règleroit les affaires entre les conseillers d’Estat et les maîtres des requestes ; en quoi il montrait une foiblesse si grande, qu’il ne refusoit rien à ceux qu’il croyoit avoir quelqu’accès auprès de la reyne,92

rapporte Olivier Lefèvre d’Ormesson. Ceci semble faire suite à un autre accrochage entre Lezeau et le chancelier, qui date de juillet 1643 :

  • 93 Ibid., p. 80.

[...] l’apredisnee, je fus voir mon oncle de Lezeau, et lui dire ce qui s’estoit passé au conseil ; qu’il n’avoit point esté nommé et qu’il n’estoit point inscrit sur le billet, que j’avois lu tout entier, estant entre Monsieur et M. le chancelier, et ce qui m’estonnoit est que sur le billet que M. le chancelier avoit demandé le jour précédent à M. des Fontaines, sur lequel celuy qu’avoit Monsieur avoit esté fait, mon oncle de Lezeau avoit esté escrit, et qu’ainsi il estoit omis avec dessein.93

  • 94  En 1665, il rédige un mémoire sur la reformation de la justice (AN. Ms 18155). C’est l’occasion po (...)
  • 95  Vallier, Jean, Journal de Jean Vallier, maître d'hôtel du roi (1648-1657), publié par Henri Courte (...)
  • 96  Lefevre d’Ormesson, Olivier, op. cit, p. 317.
  • 97  Ibid., p. 526.

Loin du retrait idéal du monde, Lezeau prend toute sa place politique et professionnelle dans les controverses et le fonctionnement de la monarchie d’Ancien Régime94. C’est lui qui est désigné, en avril 1653, pour servir de négociateur, dans l’affaire de Croissy. Alors que le roi éloigne du parlement ceux qu’il trouve indignes (dont Croissy), le président Bellièvre proteste et le parlement refuse de juger l’un des siens, « MM. Le Fèvre, sieur de Lezeau, de Bezons, conseillers d’Etat, sont chargés d’interroger M. de Croissy à Vincennes ». Il refuse une nouvelle fois de répondre, arguant du fait que seul le parlement est légitime pour le juger95. En tous les cas, en fin connaisseur des institutions de la monarchie, Lezeau apprend avant beaucoup de monde l’intention du chancelier de se retirer à Fontainebleau (2 octobre 1645)96. Il est au courant de l’issue du conflit entre les maîtres des requêtes et les conseillers d’Etat avant que celle-ci ne soit officialisée : « M. de Lezeau vint voir mon père et lui dit que les maistres des requestes iroient vendredy au conseil et que les affaires s’accomoderoient aux conditions arrâtées queslques jours auparavant » (juin 1648)97.

L’écriture comme action et la mémoire du groupe

29Nicolas Lefèvre de Lezeau incarne donc la figure de l’homme investi. Toutefois, en prenant un peu de recul, on s’aperçoit que son investissement professionnel n’est pas très différent de celui de ses collègues. Pour autant, il nous faut envisager une modalité supplémentaire de l’action des dévots : le recours à l’écriture. Comme le montre Michel de Certeau, René Voyer d’Argenson, dans son Traicté de la sagesse chrestienne (rédigé en 1640 et publié en 1651), concrétise par l’écrit ses options mystiques. L’écrit est autant une modalité de l’action politique des dévots qu’un élément de mystique : il transcende la vie humaine pour lui donner une intelligibilité divine. L’écriture dévote est de la dévotion en acte.

  • 98  BNF, Ms NA 102.
  • 99  BNF, Ms FF 25174.
  • 100  BSG, Ms 2005-2006.
  • 101  Lefevre de Lezeau, Nicolas : De la religion catholique en France dans Cimber, Louis et Danjou, Fél (...)
  • 102  Voir Laurence Giavarini dans un article à paraître : Laurence Giavarini, François-Xavier Petit, «  (...)

30Dans cette dernière partie, il s’agit d’examiner de manière un peu différente le statut de l’écriture dans la pensée de la dévotion et de l’action dévote. Car, dans la vie de Lezeau, l’écriture est partout. La Vie de Marillac, dont on a cinq manuscrits et plusieurs états de corrections successives, a bien sûr valeur de monument. Agir dans une perspective dévote est, chez Lezeau, absolument inséparable de l’écriture ; et cela, en amont et en aval de cette pièce maîtresse. Lezeau est en effet l’auteur de plusieurs autres textes dont deux Vita : une Vie de Morvilliers98 et une Vie d’Henri-Marie Boudon99, archidiacre dévot d’Evreux. Il est encore l’auteur d’un petit traité demeuré sous forme manuscrite100 de son vivant et publié en 1837 dans les Archives curieuses de l’histoire de France par Cimber et Danjou101. Ce texte intitulé De la religion catholique en France aurait été rédigé après 1615 puisqu’il y est question des Etats Généraux et probablement aussi après 1627-1629 car Lezeau fait allusion à un mémoire de Marillac remis à Bérulle et écrit dans cet intervalle102. On lui connaît également un récit de l’affaire Caussin, perdu mais restitué par le père Griffet, et dont il sera ci-dessous question.

31En se concentrant sur ces deux derniers textes, il s’agit ici d’analyser des écrits spécifiques, qui ne procèdent pas de la construction de l’archétype dévot, mais relèvent tout de même d’une pensée de la dévotion, voire peut-être contribuent à élaborer cette pensée.

écrire et transmettre la mémoire de la Ligue. La matrice d’une lecture dévote du monde

  • 103  Vidal, Daniel, Critique de la raison mystique : Benoît de Canfield : possession et dépossession au (...)
  • 104  Penzi, Marco : « ‘Damnatio memoriae’. La Ligue catholique française e la storiografia tra politiqu (...)
  • 105  Lefevre de Lezeau, Nicolas : De la religion catholique en France, op. cit. p. 9.

32La défaite de la Ligue constitue une expérience blessante, dont le souvenir douloureux marque durablement le camp dévot. Michel de Certeau a montré à quel point le Grand Siècle n’est pas vécu par les dévots comme un temps glorieux, mais comme un traumatisme. La fuite mystique apparaît alors comme une forme de refuge et la tentative de prendre de la distance par rapport au nouvel ordre monarchique du début du siècle103. La mémoire de la Ligue occupe à ce titre une place à la fois centrale et problématique dans la mémoire dévote. Si Marco Penzi a montré qu’elle est, pour tous les acteurs et quels que soient leurs engagements, une damnatio memoriae104, force est de constater que différentes mémoires de la Ligue s’affrontent. En effet, loin de la négativité absolue que revêt cette mémoire dans le discours royaliste, Nicolas Lefèvre de Lezeau milite pour une réhabilitation (non sans précaution) de ceux qui ont combattu avec authenticité et franchise pour leur idéal religieux, avant tout. Dans De la religion catholique en France, Lezeau défend d’emblée l’idée que le radicalisme religieux ne confine pas à la guerre civile. La religion n’a rien de belliqueux : « l’Eglise abhorre le sang »105. L’église ne prononce jamais des sentences de mort, elle désigne l’hérésie, excommunie les hérétiques et les transmet ensuite à la monarchie qui en dispose. Les hérétiques

  • 106 Ibid., p. 15.

[...] étoient livrez au bras séculier, c’est à savoir audit parlement, lequel les declaroit avoir encouru les peines indictes de droit contre les hérétiques, et pour ce les condamnoit d’estre bruslez vifs.106

  • 107 Ibid., p. 10.

Les débordements ligueurs ne peuvent pas être indexés sur le zèle des catholiques les plus fervents. La robe du clergé reste parfaitement préservée des éclaboussures du sang. Si crime il y a, il faut le chercher du côté de l’état. Depuis son propre radicalisme, Lezeau justifie celui des ligueurs, dont il est héritier. L’intransigeance religieuse est même salutaire : en « étouff[ant] à son principe, ce mal contagieux, elle prévient la perte des âmes et empesche les troubles et les guerres civiles »107. La mémoire dévote de la Ligue catholique s’évertue à dédouaner le principe religieux en tant que tel. Le zèle de religion ne peut être considéré comme mortifère. Lefèvre de Lezeau conduit une argumentation périlleuse qui rejette la responsabilité de la guerre civile sur les passions séculières (dérèglements du temps, conduite d’Henri III…). Parallèlement à ce premier biais argumentatif justifiant le radicalisme religieux, Nicolas Lefèvre de Lezeau défend les ligueurs, « hommes de bien et de bonne instruction », aux intentions pures :

  • 108 Ibid., p. 30.

Dieu s’est aydé pour le fondement et commencement de la Ligue de feu monsieur Charles Hotman, homme très vertueux, de noble, bonne et ancienne famille, qui, considérant la misère du temps, l’ambition des grands, la corruption de la justice et l’insolence des peuples et surtout la perte de la religion catholique, apostolique et romaine.108

Lefèvre de Lezeau se livre donc à un plaidoyer ferme – mais sans l’outrance qui a pu caractériser les ligueurs selon leurs adversaires – pour le radicalisme et les radicaux eux-mêmes (Jean Boucher lui-même n’est pas condamné).

33Dans cette tentative de réhabilitation, on pourrait voir un classique texte partisan défendant les siens. Mais pour Nicolas Lefèvre de Lezeau, il y a plus. La mémoire de la Ligue est en réalité pour lui l’occasion de poser les principes d’unelecture dévote du monde, à travers le bilan que l’on peut tirer de l’épisode ligueur. Un bon exemple de cela serait la critique que Lezeau adresse aux Grands qui furent les chefs de la Ligue. Mayenne est le vrai fautif, aveuglé par son ambition ou tout simplement pas à la hauteur des enjeux. La Ligue n’est pas l’affaire des Grands, elle est celle du peuple – ce qui est la ligne politique des Seize :

  • 109 Ibid., p. 41.

Il faut comprendre que ce sont les peuples qui ont formé la Ligue, et qu’en eux résidoit la matière et substance d’icelle, et que les princes lorrains n’en estoient que les accessoires.109

Certes, on peut voir dans cet argument la tentation de faire porter la faute sur des boucs-émissaires pour excuser les autres ligueurs (dont Marillac), mais il y a sans doute aussi dans cette affirmation la trace de la morale sociale des dévots (qui vaut aussi pour critique sociopolitique des royalistes s’imposant contre le peuple catholique). En effet, les dévots confèrent au peuple une importance capitale. Le peuple est l’objet de leurs attentions. à travers la charité, ils donnent corps à un catholicisme social, soucieux d’aider les plus petits et vulnérables. Par ailleurs, la contre-réforme se veut un véritable mouvement de fond et de masse, et non pas l’affaire de quelques hauts personnages. Cette mémoire d’une Ligue populaire est toutefois entourée d’infinies précautions :

  • 110 Ibid., p. 87.

[...] ce n’est pas que je voulusse par mon discours porter les esprits à la division et guerre civile contre les hérétiques, ce ne serait pas preudance ny bonne conduicte […] de remuer les différends.110

  • 111 Ibid., p. 80.
  • 112  Ibid., p. 87.

Dans son rapport à la Ligue, Lefèvre de Lezeau exhibe les filiations, mais aussi les évolutions qui existent entre le radicalisme catholique de 1590 et celui de 1640-1660. Il ne renie rien de l’idéal ligueur : la non-extirpation de l’hérésie concoure à la « destruction de la religion catholique »111. Ceci demeure intangible, mais Nicolas Lefèvre de Lezeau et la mouvance dévote s’affirment comme capables de tirer des conclusions et d’évoluer vers d’autres formes d’action. à la fois lucides et amers – « par le renversement de la Ligue, l’estat de la religion catholique est descheu de son lustre et authorité »112 – les dévots enracinent dans le souvenir des événements ligueurs les principes qui guident leur action nouvelle. La mémoire de la Ligue est un héritage qu’il faut assumer, tout en se ménageant un droit d’inventaire. Elle est un traumatisme qu’il faut surmonter pour continuer à agir dans le domaine politique. La mémoire de la Ligue est donc tant la défense d’un passé que des préceptes pour un avenir à faire. C’est en ce sens que l’écriture se fait action.

  • 113  Ibid., p. 88.

Ce discours est ainsy faict premièrement pour faire entendre plusieurs particularités […] lesquelles ont esté obmises ou ignorées […] Puis pour restablir en certaine manière la mémoire et l’honneur des catholiques qui ont suivy le party de la Ligue, lesquels, pour avoir à contre-temps et malheuresement de la piété et religion en son entier, n’en doivent pas pourtant estre noircis de blasmes plus griefs qu’ils ne méritent ; ausquels au moins il reste cet avantage de pouvoir dire que si le party vainqueur a pleu au ciel, le party n’a pas manqué d’avoir de son costé de très illustres et vénérables Catons ; puis pour faire entendre aux catholiques affectionnés au rétablissement comment et pourquoy nous en sommes venus au point que nous nous trouvons à présent […], pour contribuer à apporter les remèdes ; car il est vraye que nous n’avons point escrit pour ceux qui ne sont pas gratifiez de ceste sincérité de religion, qui préfèrent le temporel au spirituel, que nous appellions anciennement politiques, non point moins préjudiciables à sa religion que les hérétiques, lesquels n’approuveront pas ce discours, comme n’estant pas de leur goust ; Finalement pour inciter le Roy et les ministres et principaux conseillers de son Estat, qui pourroient avoir communication de cet escript, de faire en sorte, par tous les moyens à eux possibles, et plutost paisibles qu’autrement, qu’il n’y ait plus que la seule religion catholique en France, eu esgard que Sa Majesté y est plus intéressée et obligée qu’aucun autre […] suyvant la prédiction faite au Roy Clovis […] que le règne des Roys de France dureroit tandis que les fondemens jettés de la religion catholique demeureroient en leur entier, et au contraire périrroient du tout dès lors qu’ils seroient arrachez par la perversité des hérétiques.113

34Centrale, massive, traumatisée et polémique, cette mémoire de la Ligue s’exprime également dans le chapitre 16 de la Vie de messire Michel de Marillac. Mais au fil des corrections, celui-ci est totalement raturé et rebaptisé en « De la loi salique », avant de disparaître. C’est dire le caractère toujours brûlant – toujours actif, car en l’occurrence, l’écriture est action – d’un tel objet porté en héritage et fait matrice de la lecture du monde.

35L’écriture de Lefèvre de Lezeau porte un mode d’engagement qui va au-delà du classique plaidoyer pour un parti. La conviction se fonde sur l’expérience, l’engagement politico-religieux essaye de « gérer » la mémoire du groupe, et l’écriture s’ancre dans une trajectoire familiale. Il faudrait toutefois distinguer l’écriture historienne de celle de la Vie. Dans son approche historienne et générale de la Ligue, Lezeau insiste particulièrement sur les causes et les conclusions de l’épisode ligueur, sans pour autant négliger les faits marquants, et ce afin d’asseoir une lecture historienne alternative des événements. La Vie de Marillac ne traite en revanche que l’extrême fin de l’épisode ligueur, autour de l’arrêt Lemaître (1593) qui demande au roi de se faire catholique et dont une partie de la paternité est attribuée à Marillac par Lezeau. Par le prisme personnel, notre auteur campe Marillac sous les traits de la « Ligue française » – une Ligue française qui n’existe pourtant que si l’on admet les catégories produites par les royaux (pour trier le bon grain de l’ivraie et pratiquer amnistie et réconciliation sélectives), car en tant que telles, ces divisions n’ont pas véritablement de sens. L’espace d’interprétation de la Ligue ouvert par Lezeau dans la Vie de Marillac est colonisé par le discours de ses adversaires, montrant la part d’ambiguïté et de contrainte admise qui pèse sur le discours. Le chapitre en question débute d’ailleurs par une formule concessive

Il est vray que M. de Marillac est demeuré à paris durant le temps de la ligue, s’estant porté à ce party, ainsy que plusieurs aultres, par le seul interest de la Religion Catholique.

36D’emblée, le discours sur la Ligue suppose justification et profil bas. Force est de constater qu’il y a du jeu entre deux écritures, que l’écrit est au cœur de la mise en place d’une pensée et d’une mémoire et d’une action dévotes.

L’écriture pour rendre intelligible la vie dévote

  • 114  Griffet, Henri, Histoire du règne de Louis XIII, roi de France et de Navarre, Paris, 1758, tome 3.
  • 115  Cousin, Victor, Madame de Hautefort et madame de Chevreuse. Nouvelles études sur les femmes illust (...)

37Le cas du récit de l’affaire Caussin par Nicolas Lefèvre de Lezeau en fournit un autre exemple. En la matière et comme pour la Vie de Marillac, écrire donne à l’affaire le relief, la portée et l’intelligibilité du parcours dévot, tout en étant en soi une action dévote – sulfureuse en elle-même et donc frappée de non-publication. En 1637, le jésuite Nicolas Caussin est au centre d’un conflit avec Richelieu (qui l’a pourtant lui-même recommandé au roi en raison du prestige de La Cour Sainte). Caussin était confesseur du roi et de Mademoiselle de La Fayette, fille d’honneur d’Anne d’Autriche, dont Louis XIII était épris. Il est suspecté d’avoir ourdi un complot à la solde de la reine mère, afin d’évincer Richelieu (pour le remplacer par le duc d’Angoulême) et de réorienter ainsi la politique de la France. L’échec de Caussin est patent. Il est contraint à l’exil quelques mois après sa nomination. Cependant, toute l’histoire fut consignée scrupuleusement dans un mémoire, par Nicolas Lefèvre de Lezeau, ami du père Caussin. (Caussin revit le mémoire et le certifia). Le mémoire est demeuré inédit mais le manuscrit a été perdu. Le père Griffet en a cependant transmis l’essentiel114. L’amitié qui lie Caussin et Lefèvre de Lezeau montre que ce dernier a accès aux plus hautes sphères du pouvoir. Mais il faut surtout retenir que par son écriture, Lezeau participe à la controverse. Il est dans l’action (en tant que propagandiste, il s’insère dans le contentieux) et dans l’investigation : après la mort du roi, Lezeau complète le récit des événements en questionnant les protagonistes (dont le duc d’Angoulème)115. Nicolas Lefèvre de Lezeau apparaît comme un homme de plume et d’action qui vient appuyer par son récit les menées du père Caussin. Le plaidoyer de Lezeau fait le pendant à celui de Richelieu devant le roi (pour justifier sa politique étrangère) et révèle le stratagème employé par Richelieu pour congédier Caussin avant même que celui-ci ne puisse se justifier.

38Richelieu proposa au père Caussin une confrontation en présence du roi. Très réticent au début, Caussin finit par accepter et se laisse conduire par Richelieu. L’entrevue est prévue à Ruel ; Caussin et Richelieu s’y retrouvent au préalable et s’entretiennent. Richelieu lui parle de la vanité du monde et du bonheur de ceux qui s'attachent uniquement au service de Dieu. Il lui fait ensuite entendre qu’il est informé de ses liaisons avec Mademoiselle de La Fayette et avec la Reine-mère et ajoute qu'un homme vertueux doit prendre garde aux artifices des femmes et des filles, parmi lesquelles il y a des esprits très dangereux qui débitent souvent des maximes contraires au bien de l'État. Le roi arrive alors. Selon un plan mis au point par Richelieu, les deux hommes se séparent. Le roi étant très « ombrageux », il vaut mieux qu’il ne voie pas les deux hommes ensemble. Caussin se range à cet argument du cardinal et se dissimule dans un petit escalier. Il est prévu que Richelieu converse d’abord avec le roi, puis le confesseur doit survenir une fois le signal donné. Mais le signal ne vient pas. Pendant ce temps, Richelieu fait valoir ses intérêts et se lance dans un discours éloquent,

[...] cette éloquence qui lui étoit naturelle, et qui n'étoit jamais plus vive et plus féconde en raisonnements que lorsqu'il s'agissoit de défendre ses intérêts et de conserver sa place et sa fortune,

précise le père Griffet. Richelieu prouve alors par l'autorité des théologiens et des canonistes que la guerre avait été justement entreprise, et que les alliances avec les puissances protestantes n'étaient pas contraires à la loi de Dieu, surtout après les précautions que l'on avait prises pour maintenir partout l'exercice public et tranquille de la religion catholique. Il soutient que le rappel de la Reine-mère remplirait le royaume de troubles et de factions, que si on lui envoyait l'argent qu'elle demandait, elle ne l'emploierait qu'à lever des troupes pour faire la guerre au Roi ou à suborner des assassins qui viendraient massacrer ses ministres jusque sous ses yeux. Richelieu demanda ensuite au roi s'il prétendait gouverner son royaume selon les conseils d'une jeune novice de la Visitation (Mademoiselle de La Fayette) et d'un religieux simple et crédule qui n'avait jamais eu aucune connaissance des affaires du monde. Richelieu avance alors l’argument espagnol : Caussin agit avec malice en faveur de l’Espagne, et que si on l’écoutait, les Espagnols seraient bientôt maîtres de la Savoie, et la France réduite à une paix honteuse et précipitée à subir le joug de la maison d'Autriche. Enfin, Richelieu referme son piège sur Caussin : il parle de son absence, du courage qu’il n’a pas à venir s’expliquer présentement devant le roi, ce qui est le signe qu’il sent lui-même la faiblesse et la culpabilité de sa politique.

Le cardinal parloit dans ces occasions avec une force et une véhémence à laquelle il étoit difficile de résister. Le Roi fut comme accablé par le poids et par la multitude de ses raisons. Il n'entreprit pas d'y répondre et tâcha seulement d'excuser le P. Caussin sur la droiture de ses intentions. Mais le cardinal le prit sur un ton si haut qu'il menaça le roi d'abandonner entièrement le soin de ses affaires, à moins qu'il ne changeât de confesseur,

écrit Griffet. Louis XIII, qui ne croyait pas pouvoir se passer de son ministre, prit enfin le parti de lui sacrifier le père Caussin, et il consentit qu’on le renvoyât, pourvu qu'on ne lui fit aucun mal. Le lendemain, 10 décembre 1637, le père Caussin se rend chez le Roi et se voit reprocher son absence à Ruel.

  • 116 . Cité par Cousin, Victor, op. cit, p. 337-340. Tiré du père Griffet qui tient lui-même tout ou par (...)

J'y ai été, Sire, répondit-il, mais M. le cardinal me fit retirer à votre arrivée. Il a bien vu, reprit le Roi, que j'avais du chagrin, et il voudroit bien que vous approuviez sa conduite. — Je ne le pourrois pas, Sire, répliqua le P. Caussin, sans charger votre conscience et la mienne. Dieu m'a conduit à vous pour vous dire la vérité. Je n'envisage et je ne désire que votre sainteté. La cour ne m'a jamais ébloui, je la quitterai sans peine, mais je ne cesserai jamais de prier Dieu jusqu'au dernier soupir de ma vie pour le salut de Votre Majesté. Le Roi se mit à pleurer. Le père Caussin se retira et revint à Paris »116.

Dans ce récit donné par Lefèvre de Lezeau, l’auteur prend en charge la parole que le jésuite n’a pu porter lui-même. L’écriture supplée le discours, s’en fait l’exégète et se donne comme mode de l’action politique dévote. Ici encore, l’écriture côtoie le danger et l’interdit. Les textes de Lezeau sont d’ailleurs inédits. Autour de l’écrit sulfureux se fait la mobilisation de l’histoire dévote.

Conclusion

39Sans doute Nicolas Lefèvre de Lezeau incarne-t-il un parcours dévot parmi d’autres. Celui du choix de la charité plutôt que de la lignée. Charité qui est élevée au rang de modèle familial, sans doute parce que la réforme catholique s’adresse plus à la famille qu’à l’individu. Il s’ensuit un investissement ardent de Nicolas Lefèvre de Lezeau et de ses fils dans les œuvres de la contre-réforme, et la réhabilitation de ce que Michel de Certeau appelle un langage religieux du monde. Cela signifie que la religion surdétermine chaque parcelle de la vie humaine : le mariage de Lefèvre de Lezeau est sous-tendue par des préoccupations religieuses (les Hinselin sont proches des dévots), tout comme sa pratique professionnelle (lorsqu’il joint ensemble mission et conviction, à Saint-Denis). Il en va de même pour sa descendance qu’il détourne du mariage pour le sacerdoce ou la charité. La perspective religieuse domine tout fait social qui jalonne la vie de Nicolas Lefèvre de Lezeau, jusque dans son choix de résidence (dans la rue de l’hôtel de Barbe Acarie). C’est sans doute cela le « langage religieux du monde ». Si Nicolas Lefèvre de Lezeau se signale par son choix de la charité, il se distingue également par son action, son engagement actif (politique et spirituel, les deux étant indémêlables) dans le parti dévot (affaire Caussin, Compagnie du Saint-Sacrement, procès en canonisation de Barbe Acarie…), au service de ses conceptions politiques religieuses et politiques.

40L’ensemble de cet engagement est médiatisé par l’écriture, d’un bout à l’autre. L’écriture, c’est d’abord celle de la mémoire de la Ligue, non seulement pour défendre ceux qui ont pris ce parti, mais pour développer (a priori) la matrice de la lecture dévote du monde. L’écriture, c’est aussi le moyen de construire (a posteriori) une intelligibilité dévote aux affaires du monde, que ce soit pour l’affaire Caussin ou pour la vie de Marillac. C’est dans l’écrit que sont transcendées les choses terrestres pour construire des figures de l’exemplarité dévote. L’écrit se superpose sur l’action et l’écrit fonctionne lui-même comme une action.

  • 117  Mellot, Jean-Dominique, Histoire du carmel de Pontoise (1605-1792), Paris, 1994, p. 100.

41Un dernier exemple tend à le prouver : l’action du secrétaire de Nicolas Lefèvre de Lezeau, Louis Potart. à lui revient la tâche de porter les cinq volumes in-folio contenant les pièces justificatives pour le procès en canonisation de Barbe Acarie. Il quitte le carmel de Pontoise en décembre 1633117. Bloqué à Lyon, il n’arrive à Rome qu’en 1656 et le document n’est déposé qu’en 1664. Outre les vicissitudes du parcours, la configuration dévote s’expose ici pleinement : écriture, action et sainteté.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Lefevre de Lezeau, Nicolas : La Vie de Michel de Marillac (1560-1632), Garde des sceaux de France sous Louis XIII, édition de Bailey, Donald, A., Laval, 2007, p. 5. (Toutes les références au texte de Lezeau sont tirées de cette édition).

2  de Certeau, Michel : « Politique et mystique : René d’Argenson (1596-1651) » Revue d’ascétique et de mystique, 1963, tome 39. Michel de Certeau pose la tension jamais vraiment résorbée entre action et retrait, public et privé.

3  Morgain, Stéphane-Marie : La théologie politique de Pierre de Bérulle (1598-1629), Paris, 2001. La fuite mystique n’est pas la seule solution. La théologie politique de Bérulle consiste plutôt en une action assumée, mais à l’intérieur de la monarchie et non contre elle. Denis Richet montre par ailleurs que la multiplication de compagnies secrètes tient de l’échec de la Ligue. Il n’est pas possible de porter des conceptions spirituelles sur la place publique sans bousculer l’état. Le secret, le silence et l’action en petite compagnie paraissent alors les nouvelles formes de continuation de croyances plus anciennes.

4  Solnon, Jean-François : Les Ormesson. Au plaisir de l’état, Paris, 1992, p. 21. Pierre Lefèvre rend un aveu au connétable de Montmorency, acte de foi et hommage.

5  De la Chesnay des Bois, François-Alexandre, Badier, Jacques : Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l’histoire et la chronologie des familles nobles de France, Paris, 1863-1876 [1773], 3e édition, 19 tomes, tome 6, p. 374.

6  Solnon, Jean-François : op. cit, p. 24. Voir aussi Lefevre d’Ormesson, Olivier : Journal d'Olivier Lefèvre d'Ormesson. Publié par Chéruel, Adolphe, Paris, 1860-1861, tome 1.

7  Jean d’Alesso, né en 1513 à Paris et mort le 13 septembre 1572 dans la même ville. La famille d’Alesso est originaire de Calabre. Le père de Jean, Andrea d'Alesso, est venu d'Italie avec son oncle en 1483. Naturalisé en août 1490, il devient contrôleur au grenier à sel de Lagny-sur-Marne, procureur de tous les couvents de l'ordre des Minimes en 1503, maître des requêtes en 1505, maître de la fourrerie du roi, valet du roi Louis XI. Il reçoit le fief de Lézeau en 1498. Jean est également le neveu de saint François de Paule. Il devient trésorier du connétable Anne de Montmorency et maître ordinaire en la Chambre des comptes de Nantes en 1536. Jean d’Alesso se marie en 1545 avec Marie de La Saussaye (1519-1581), nièce de Jean de Morvilliers. Jean d’Alesso était aussi l’un des principaux gentilshommes du jeune duc de Guise et surintendant de la maison de Guise.

8  Solnon, Jean-François : op. cit, p. 29. Les ministres en question sont Claude de l’Aubespine et Jacques Bourdin.

9  Ibid., p. 33.

10  Ibid., p. 43.

11  Seigneurie comprenant la maison seigneuriale, sa justice moyenne et basse, des terres labourables, prés et bois sur plus de 75 hectares. En 1568, il prête hommage à la veuve du connétable de Montmorency pour la seigneurie mouvante de son duché. On voit qu’Olivier Lefèvre d’Ormesson assure et renforce une alliance ancienne et précieuse.

12  Située dans l’Orléanais.

13  Ce n’est toutefois pas l’avis de Pierre de l’Estoile.

14  Lefevre d’Ormesson, André, Extraits des Mémoires d’André Lefèvre d’Ormesson dans Lefevre d’Ormesson, Olivier, Journal d'Olivier Lefèvre d'Ormesson. Publié par Chéruel, Adolphe, Paris, 1860-1861, tome 1, p. XIX.

15  Jean Chastel était lui aussi élève des jésuites au collège de Clermont.

16  Lefevre d’Ormesson, André, opcit. p. xv.

17  Ibid., p.XVI.

18  Lefevre d’Ormesson, André : op. cit. p. xix.

19  Antoine, Michel, Lanhers, Yvonne, Inventaire des archives d’Ormesson, Archives Nationales, Paris, 1960. Préface de Wladimir d’Ormesson, p. 7. Une note du xviiie siècle signale cet honneur que le roi fit à la maison d’Ormesson les 14 septembre 1612, 27 mars 1615 et 6 mars 1618. Le mémoire de la dépense a cependant été perdu. L’expression « famille en vue » est également de la main de W. d’Ormesson.

20  Lefevre d’Ormesson, Olivier : op. cit. p. 72.

21  L’expression est de Poncet, Olivier : Pomponne de Bellièvre (1529-1607) : un homme d'État au temps des guerres de religion, 2 volumes, Paris, 1998, tome 1, p. 155.

22  AN. MC. ET/XXIX/121. 18 janvier 1609. Marie Hinselin (1595-1675) est alors âgée de 14 ans.

23  SOLNON, Jean-François : op. cit. p.513.

24  Idem. Voir surtout Descimon, Robert : Qui étaient les Seize ? Mythes et réalités de la Ligue parisenne (1589-1594), Paris, 1983. Claude Hinselin ( ? – 1607) fut un « Seize d’argent », banquier de la Ligue, à la fois emprunteur et prêteur, selon ses papiers des années 1590.

25  La Chesnaye des Bois, François-Alexandre, Badier, Jacques signalent un sixième enfant, Jean, mort en bas âge, op. cit. Tome 3, p. 381.

26  AN. MC. ET/LXXII/112. 22 mai 1686.

27  AN. MC. ET/LI/422, acte du 6 septembre 1679.

28  Durant le Moyen-Âge, une congrégation s’était formée pour soigner le feu sacré ou le mal des Ardents. Et fonder un hôpital Charles V leur donna en 1360 un manoir situé entre les rues Saint-Antoine et du Roi-de-Sicile. Cette maison fut rebâtie en 1689 et l’on peut sans doute avancer que les sommes données par les Lefèvre de Lezeau y contribuèrent. étienne de Cholet, dans Remarques singulières de la ville, cité et université de Paris, écrit « Certains ont attribué cette église à St Louis, mais c’est en réalité à Hugues de Château-neuf que l’on doit l’église, abbé général de St. Antoine de Viennois, sous le règne de Charles V, sur le fonds appartenant aux sieurs de Saint Maur (qui en perçoivent la rente). Denys, patriarche de Constantinople la consacra en 1442. On y voit le cuir d’un crocodile apporté de Venise sous François I. De grands miracles ont été accomplis sur des personnes atteintes du feu sacré, nommé aussi feu de St Antoine, par des chirurgiens commis exprez pour coupper les membres de ceux qui sont touchés par cette maladie » (n.p.).

29  AN. MC. ET/LI/415, acte du 18 décembre 1677.

30  AN. MC. ET/LI/416, acte du 14 janvier 1678.

31  Transport d’une rente de 200 livres constituée par le défunt André en 1675. Nicolas Lefèvre de Lezeau en hérite1600 livres). Rente sur l’hôtel de ville constituée par défunt André en 1675. Autre transaction à Claude moyennant la somme de 1400 livres (payées par Claude). On trouve également 4 actes de 1681 signalant des remboursements à Gédéon de Netz, c'est-à-dire à un parent de Marie Hincelin dont là mère était une Denetz (AN. MC. ET/LXXII/96, juin 1681°.

32  AN. MC. ET/LXXII/90, acte du 31 octobre 1679 (donation de rentes). Claude cède une rente constituée de 9500 livres qui lui rapporte 475 livres annuellement (au cours légal du denier 20).

33  On compte dans la famille un célèbre armateur dieppois du xvie siècle, homme fort riche et fort célèbre même s’il n’était que bourgeois.

34  Laine, Paul-Louis, Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France, Paris, 1834, vol. 4, article « de la Motte-Ango ».

35  Céder ses rentes à une communauté religieuse n’est toutefois pas caractéristique du seul milieu dévot.

36  La fortune d’Olivier Lefèvre d’Ormesson (père) est estimée à 315 000 livres en tout par Olivier III (petit-fils). On trouve le chiffre de 79 000 pour Nicolas Lefèvre de Lezeau (les propriétés ne sont sans doute pas comptabilisées). La tendance est donc à la descension, mais celle-ci est assumée.

37 Lefevre d’Ormesson, Olivier, op. cit. p. 21.

38 Ibid., p. 204.

39 Ibid., p. 241.

40 Ibid., p. 541.

41  Ibid., p. 447.

42  Saint François de Paule (1416-1517) est un ermite italien, fondateur de l’ordre des Minimes. De son vivant, il acquiert rapidement un immense prestige. Il se distingue par son humilité et sa charité.

43  Le 20 novembre 1664, Nicolas Lefèvre d’Ormesson (frère d’Olivier, neveu de Lezeau) porte le bonnet du saint à la reine tombée malade). Cité par Lefevre d’Ormesson, Olivier, op. cit, tome 2.

44  Quatroux, Isaac, Traité de la pestecontenant sa définition, ses espèces etdifférences, ses causes, ses signes, sesaccidens, sa cure et les moyens de s'engarentir, Paris, 1671.

45  Vidal, Daniel, op. cit. Daniel Vidal montre toutefois que la famille n’est le seul « support » qui permet de mettre en pratique, agréger et structurer la dévotion. Il relève notamment une converge très forte entre les réseaux de la finance et ceux de la mystique.

46  Sur l’attrait nouveau de la charité, voir Diefendorf, Barbara, From Penitence to Charity. Pious Women in the Catholic Reformation in Paris, New York et Oxford, 2004.

47  Ce titre est emprunté à Lezeau lui-même (chapitre 9 de La vie de messire Michel de Marillac). Le parallélisme vise à montrer la proximité des deux hommes dans la dévotion et le modèle que Marillac représente.

48  Dulaure, Jacques Antoine, Histoire physique, civile et morale de Paris, Paris, 1825-1828, p. 310.

49  L’instruction est un thème central pour les dévots. L’Oratoire de Bérulle s’y consacre très largement. Lefèvre de Lezeau s’inscrit donc parfaitement dans ces préoccupations.

50  Châtellier, Louis, L’Europe des dévots, Paris, 1987.

51  AN, MC, ET/LXXII/85, acte du 15 avril 1678.

52  Par exemple, on peut citer une rente de 50 livres constituée par Claude à Jean-Baptiste Daguerre en 1666.

53  AN, MC, ET/LI/416, acte du 30 janvier 1678 (fondation).

54  Aujourd’hui rue Ferdinand Duval

55  Jesus-Marie, père Bruno de, La belle Acarie. Bienheureuse Marie de l’Incarnation, s.l., 1912, n.p.

56  Cité par Bailey, Donald, op. cit. p.459. Huile sur bois réalisée par Simon Vouet (1630). Donné par Nicolas Lefèvre de Lezeau au carmel de la rue Chapon en 1663. Le tableau porte la mention du don « de Lezeau Donavit, 1663 ». Marguerite du Saint-Sacrement (v.1619-1648) est une carmélite de Beaune qui se signale par l’intensité de ses prières et ses visions, notamment de la venue au monde de Louis XIV.

57  Vidal, Daniel, op. cit.

58  Sous-titre de Jean-Pierre Gutton : Dévots et société au xviie siècle : construire le ciel sur la Terre, Paris, 2004.

59  AN, MC, ET/LI/416, acte du dernier janvier 1678.

60  Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, Caen, 1875, 3e série, volume 9, p. 687.

61  Vers 1100, Simon, comte de Montfort, fonda à Clairefontaine (dans la forêt d’Yveline) un monastère sous l'invocation de la sainte Vierge. Il doit son nom à une fontaine, dont les eaux limpides arrosaient ses murailles, et il donna naissance à un petit village. Robert III, évêque de Chartres, confirma cette fondation le 18 septembre 1164, et le roi Philippe-Auguste, en 1207, gratifia l'abbaye d'un privilège de main-morte.

62  Factum pour messire Valentin de Boutin, abbé commendataire de l'abbaye royale de Notre-Dame de Claire-Fontaine, diocèse de Chartres, contre les supérieurs et religieux Augustins déchaussés établis au convent de ladite abbaye, s.l.n.d [1640 ou 1641].

63  Ibid., n.p.

64  Fisquet, Honoré : La France pontificale (Gallia christianna), histoire chronologique et biographique des archevêques et évêques de tous les diocèses de France depuis l’établissement du christianisme jusqu’à nos jours, divisé en 17 provinces ecclésiastiques, 1864-1873, 22 volumes. Volume 6 « Chartres », 1867, p. 522.

65  La couronne d’épine, un morceau de la croix et des reliques de la Passion.

66  Lefevre d’Ormesson, André, op. cit, p. xvii.

67  D’après Denis Richet, De la Réforme à la Révolution, Paris, 1991, p. 85, l’expérience adolescente des processions ligueuses fait le même effet sur Pierre de Bérulle.

68  Barbier de Montault, Xavier, « Actes de Saint Francaire » dans Répertoire archéologique de l’Anjou. Commission archéologique du département du Maine et Loire, Angers, 1863, p. 458. L’auteur est un chanoine, commandeur de l'Ordre du Saint-Sépulcre.

69 Ibid., p. 461.

70 Ibid., p. 467.

71 Ibid., p. 473-474.

72  de Certeau, Michel, « Mystique et politique… », art. cit. p. 47.

73  Ibid.

74  La date de l’ambassade est incertaine. Camille Trani, dans « Les magistrats du grand conseil au xvie siècle », Paris et Ile de France, Mémoires publiés par la fédération des sociétés archéologiques de Paris et Iles de France, tome 42, 1991 situe cette ambassade autour de l’année 1657, contre les années 1620 pour Donald Bailey qui s’appuie sur Cimber et Danjou.

75  Merlin, Hélène, Public et littérature en France au xviie siècle, Paris, 1994. Voir aussi Koselleck, Reinhart, Le règne de la critique, [Kritik und Krise], Paris, 1979.

76  Morgain, Stéphane-Marie, op. cit.

77  AN, série L : monuments ecclésiastiques. Titre VII : ordres monastiques – Abbaye de Saint-Denis. Inventaire analytique des cartons L 829 à L 839B, établi par Bernard Mahieu. On compte deux autres commissaires à l’introduction de la réforme mauriste : les évêques d’Auxerre et de Senlis. Sur Saint-Denis, voir aussi Le Gall, Jean-Marie, Le mythe de Saint-Denis entre réforme et révolutions, Paris, 2007.

78  Felibien, Michel (Dom), Histoire de l’abbaye royale de Saint-Denis en France, Paris, 1706. (L’édition utilisée ici est celle de 1973), p. 457.

79  Idem.

80  Ibid., p.458.

81  Ibid., p.460.

82  AN, série L, carton L 833, acte 32.

83  Ibid., acte 52. Paris, 4 octobre 1633.

84  Ibid., acte 80 et 87. Paris, 14-19 novembre 1635.

85  Ibid., acte 89, novembre 1635.

86  Ibid., acte 108, 28 avril 1636.

87  Chaussy, Yves, Les bénédictins de Saint-Maur, Paris, 1989-1992. Voir aussi Bergin, Joseph, Cardinalde La Rochefoucauld, leadership and Reform in the French Church, New-Haven et Londres, 1987.

88  Il est à noter que Nicolas Lefèvre de Lezeau appartient aussi à la Compagnie du Saint-Sacrement, signe supplémentaire de son action et militantisme dévot. En effet, la Compagnie se signale par son activisme pour traduire dans les faits des préceptes de la contre-réforme. On trouve la trace de Nicolas Lefèvre de Lezeau le 31 juillet 1638, lors d’une rencontre entre Mme de la Petrie (qui souhaite donner corps à sa vocation missionnaire en fondant un « séminaire de filles » à Québec) et des responsables de la Compagnie : « M. de Lézeau, M. Barillon de Morangis, M. Fouquet… ». Voir Oury, Guy-Marie, Les Ursulines de Québec, 1639-1953, Sillery (Québec), 1999, p. 26.

89  Lefevre d’Ormesson, André, op. cit. p. 76.

90 Lefevre d’Ormesson, Olivier, op. cit, p. 71.

91 Ibid., p. 362.

92 Ibid., p. 115.

93 Ibid., p. 80.

94  En 1665, il rédige un mémoire sur la reformation de la justice (AN. Ms 18155). C’est l’occasion pour Colbert de tester la loyauté des conseillers d’état.

95  Vallier, Jean, Journal de Jean Vallier, maître d'hôtel du roi (1648-1657), publié par Henri Courteault, et Pierre de Vaissière, Paris, 1902-1918, 4 volumes. Vol. 4, p. 215-216.

96  Lefevre d’Ormesson, Olivier, op. cit, p. 317.

97  Ibid., p. 526.

98  BNF, Ms NA 102.

99  BNF, Ms FF 25174.

100  BSG, Ms 2005-2006.

101  Lefevre de Lezeau, Nicolas : De la religion catholique en France dans Cimber, Louis et Danjou, Félix Archives curieuses de l’Histoire de France, depuis Louis XI jusqu’à Louis XVIII, première série, tome XIV, Paris, 1837.

102  Voir Laurence Giavarini dans un article à paraître : Laurence Giavarini, François-Xavier Petit, « Récit de vie et historiographie contrainte. Le cas de Jacques-Auguste de Thou et de Nicolas Lefèvre de Lezeau ».

103  Vidal, Daniel, Critique de la raison mystique : Benoît de Canfield : possession et dépossession au xviie siècle, Grenoble, 1990. Voir aussi Descimon, Robert : « Comment critiquer la raison mystique ? Dévotion et finance au xviie siècle », dansFabre Pierre-Antoine, Gruson Pascale et Leclerc-Olive, Michèle (dir.), Le sujet absolu. Une confrontation de notre présent aux débats du xviie siècle français, Grenoble, 2007. Voir enfin de Certeau, Michel : La fable mystique, xvi-xviie siècle, Paris, 1982 et L’écriture de l’histoire, Paris, 1975.

104  Penzi, Marco : « ‘Damnatio memoriae’. La Ligue catholique française e la storiografia tra politiques, rivoluzionari, mistici e liberali », Quaderni Storici, n° 118, avril 2005, p. 263-284.

105  Lefevre de Lezeau, Nicolas : De la religion catholique en France, op. cit. p. 9.

106 Ibid., p. 15.

107 Ibid., p. 10.

108 Ibid., p. 30.

109 Ibid., p. 41.

110 Ibid., p. 87.

111 Ibid., p. 80.

112  Ibid., p. 87.

113  Ibid., p. 88.

114  Griffet, Henri, Histoire du règne de Louis XIII, roi de France et de Navarre, Paris, 1758, tome 3.

115  Cousin, Victor, Madame de Hautefort et madame de Chevreuse. Nouvelles études sur les femmes illustres de la société du xviie siècle, p.335.

116 . Cité par Cousin, Victor, op. cit, p. 337-340. Tiré du père Griffet qui tient lui-même tout ou partie de ce récit de Nicolas Lefèvre de Lezeau.

117  Mellot, Jean-Dominique, Histoire du carmel de Pontoise (1605-1792), Paris, 1994, p. 100.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Xavier Petit, « Charité, action et écriture. Le parcours dévot de Nicolas Lefèvre de Lezeau (1581-1680) », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Nicolas Lefevre de Lezeau et l'écriture, mis en ligne le 05 décembre 2011, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/4852

Haut de page

Auteur

François-Xavier Petit

Allocataire-moniteur à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne (depuis 2009). Il prépare actuellement une thèse sous la direction d’Hervé Drévillon : « la mémoire des guerres civiles en France au xviie siècle ».
Bibliographie :
- « La plume et le clavier : saisir la mémoire de la guerre civile au xviie siècle dans l’entrecroisement des textes. Essai d’étude lexicométrique » (à paraître).
- en collaboration avec
Laurence Giavarini, « Récit de vie et historiographie contrainte. Le cas de Jacques-Auguste de Thou et de Nicolas Lefèvre de Lezeau » (à paraître).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org