Navigation – Plan du site

Liberty vindicated against slavery (1646). Un écrit de prison contre la prison attribué à John Lilburne

Jean-Pierre Cavaillé

Résumés

à travers l’étude contextuelle de l’un des pamphlets de John Lilburne, Liberty vindicated, le leader sans doute le plus charismatique de ceux que l’on a appelé les Levellers, nous nous intéressons à ce que l’on peut appeler l’invention de l’écrit de prison proprement politique. Le prisonnier n’y dénonce pas seulement l’iniquité de sa propre incarcération, mais met en accusation le système judiciaire et politique qui l’a conduit derrière les barreaux pour son activisme politique. Cette dénonciation s’appuie essentiellement sur le socle juridique qui protège les citoyens « libres », tel qu’il est possible de le dégager de la Magna Carta et de la longue jurisprudence de la Common Law. Cette base strictement légale permet à Lilburne de dénoncer toute forme de détention arbitraire ou abusive (tribunaux d’exception, prison pour dettes, etc.), mais aussi les conditions de détention auxquelles sont soumis les prisonniers. Elle lui permet enfin de pousser jusqu’à remettre en cause la prison pénale elle-même et même, au nom du droit fondamental des citoyens à la liberté, toute forme d’incarcération prolongée, c’est-à-dire, foncièrement, l’institution carcérale elle-même.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  London's liberty in chains discovered. And, published by Lieutenant Colonell John Lilburn, prisone (...)
  • 2  London's liberty in chains discovered, op. cit., p. 24. Lettre de Lilburne du 23 juin 1646 à Mr Wo (...)
  • 3  London's liberty in chains discovered, p. 35
  • 4  William Walwyn, The iust man in bonds, or, Lieut. Col. John Lilburne close prisoner in Newgate, by (...)

Freedome and Liberty being the onely Jewels in esteem with the Commonalty, as a thing most pretious unto them [the people], and meriting that men should expose themselves to all danger, for the preservation and defence thereof angainst all tyranny and oppression of what nature and condition soever1
Sir, I am a free-man of England, and therefore I am not to bee used as a slave or Vassall by the Lords
2
… my adversaries have taken from me, my liberty, (and tormented and tortured my body with cruel and close imprisonment) and spoyled me of my trade and livelihood, and disfranchised me without cause or ground, by robbing me of my right and benefit in the lawes and liberties of England (more deare to me then any earthly treasure whatsoever) and thereby as much as in them lyes, have made a slave and a beast of me, and so changed the property that God crated me in : and now thirst after my life and blood, which is all they have left me...3
Death it selfe is more tollerable to a generous spirit, then close imprisonment… 4

1Il s’agit de tenter ici une première approche d’un corpus passionnant, constitué par les écrits de prison de John Lilburne et d’autres membres du groupe, ou mouvement de ceux que l’on a appelé les Levellers (Niveleurs) – en particulier Richard Overton et William Walwyn – durant les années des troubles civils et de la période révolutionnaire anglaise (essentiellement les années 1645-1653). Des écrits qui sont tous ou presque déterminés par leur charge politique en même temps qu’ils dénoncent – et dans la manière même dont ils dénoncent – l’incarcération de leurs auteurs. Si l’on voulait établir une typologie des écrits carcéraux, il faudrait les considérer comme des écrits politiques de prison, dont la portée excède la seule dénonciation d’une incarcération personnelle injuste, avec la production, à destination d’un large public, par le biais de l’imprimé et contre l’interdiction généralement faite d’écrire en prison, de textes visant à mettre en cause et à transformer le système dont les auteurs se disent victimes.

2Il me semble d’ailleurs que, sur ces terrains comme sur bien d’autres, Lilburne et les Levellers ont largement innové : ils sont parmi les premiers à concevoir et à utiliser massivement l’écrit de prison comme une arme du combat politique. Cet usage politique de l’écriture carcérale est rendu possible par un contexte exceptionnel : la dynamique de la guerre civile qui conduit au régicide et à l’expérience républicaine. Les Levellers utilisent surtout cette potentialité d’action politique par la publication de libelles écrits en prison de la manière la plus radicale qui soi. Ils envisagent en effet leur lutte pour leur propre élargissement, par l’écriture et tout autre moyen, comme inséparable de leur combat pour l’émancipation à la fois religieuse, sociale et politique qui les a conduit en prison, la lutte pour s’affranchir de ce qu’ils nomment « tyrannie » et qui passe par la revendication de la liberté d’expression et de publication pour tous, y compris bien sûr pour les prisonniers. De sorte qu’ils présentent dans ces écrits leur situation même de détenus comme la preuve visible et tangible d’une situation d’esclavage et de servitude effective de l’ensemble de ce que l’on appellerait aujourd’hui les citoyens et qu’ils nomment « the free-born Englishmen », c’est-à-dire les hommes nés libres d’Angleterre, catégorie susceptible en fait de comprendre peu ou prou l’ensemble de la population masculine.

  • 5  Rachel Foxley, « John Lilburne and the Citizenship of ‘Free-born Englishmen’ », The Historical Jou (...)

3L’expression « free-born » n’était certes pas nouvelle, cependant, comme l’a souligné Rachel Foxley, dans un article fort intéressant, l’expression usuelle était celle de « free-born subjects », et la grande innovation de Lilburne est de ne plus parler du free-born en tant que « sujet ». Il utilise au contraire le terme contre toute forme d’assujettissement au nom de la liberté native du peuple anglais5. Il va de soi que la place des « hommes libres » n’est pas la prison, qui les traite comme des esclaves (slaves). A partir et au-delà de Lilburne et des Levellers, on ne s’est peut-être pas avisé à quel point les théorisations modernes de la notion de liberté, et les discours d’action visant à engager un processus de libération ou d’affranchissement, sont étroitement liés à la prison, et très concrètement aux luttes visant à la libération de gens réellement incarcérés du fait de leur revendication même de la liberté politique.

4La prise de la Bastille et sa valeur symbolique dans le processus révolutionnaire français n’est en fait que l’un des multiples exemples de cette identification de la prison comme le lieu où la tyrannie et le despotisme révèlent leur vrai visage. Il existe un lien essentiel entre les événements révolutionnaires et l’acte concret d’ouverture des prisons. Ce qui se passe ces jours-ci (nous sommes fin février 2011) dans les pays arabes en est une fois encore la preuve. Mais cette évidence est à la fois un point aveugle de l’immense majorité des discours révolutionnaires eux-mêmes, et il est bien rare qu’ils se donnent les moyens idéologiques, théoriques et pratiques d’une mise en cause de l’institution carcérale elle-même. C’est par contre, ce à quoi s’emploie le prisonnier Lilburne dans ce texte.

  • 6  Liberty vindicated against slavery. Shewing, that imprisonment for debt, refusing to answer interr (...)

5Quoi qu’il en soit, ces quelques éléments sur la manière dont fonctionne l’opposition liberty ou freedom et slavery, dans l’appropriation que Lilburne et ses amis font du mot et de la notion de « free-born », d’homme libre, comme n’étant justement pas né pour être subject, sujet, est une première clé pour appréhender le titre de l’écrit sur lequel je voudrais m’arrêter, Liberty vindicated against slavery6, où « slavery » (esclavage) désigne la situation dans laquelle se trouve le lieutenant colonel John Lilburne, « close prisoner, first to New-gate and next to the Tower », et avec lui une grande partie des prisonniers d’Angleterre.

6La première forme d’emprisonnement évoquée dans le titre et dans le texte est la prison pour dettes, qui représentait la majorité des incarcérations de longue durée dans Angleterre de l’époque, puis – au même endroit – la prison comme punition pour refus de répondre aux interrogatoires, qui est le cas de Lilburne lui-même.

7Cependant, « slavery » signifie aussi et d’abord la situation contre-nature et contre la loi et le droit dans laquelle se trouve le peuple des libres-hommes d’Angleterre, en tant justement que ceux-ci sont à tout moment suceptibles d’être jetés en prison pour dettes, pour des raisons de conscience ou – dirions-nous aujourd’hui – politiques (les deux dimensions n’étant pas encore clairement séparés), c’est-à-dire qu’ils ne jouissent pas de leurs « rights » (« droits ») fondamentaux, lesquels pour Lilburne et ses amis, impliquereraient une pratique généralisée et (virtuellement) non restrictive de l’élection. « Slavery » est la situation dans laquelle se trouve le peuple anglais auquel ces droits sont refusés, et à ce titre l’emprisonnement n’est pas seulement une menace, mais une réalité dans la confiscation des droits. Lilburne (s’il est bien l’auteur de cet écrit, comme il est probable), cependant, dans sa dénonciation de l’emprisonnement, va plus loin encore, en ne perdant pas de vue la réalité même de l’incarcération appliquée comme une punition et en la considérant comme une conséquence de la confiscation des droits fondamentaux, c’est-à-dire de la négation de la liberté native. En effet, en s’appuyant sur une tradition juridique anglaise dont il se revendique haut et fort l’héritier, l’auteur (ou les auteurs) de ce texte met[tent] explicitement en question toute forme de ce que nous appelons aujourd’hui la prison pénale.

  • 7  Voir entre autres Leonard W. Levy, Origins of the Fifth Amendment, New-York, Oxford University Pre (...)

8Parce que la prison pénale existe, de fait, dans l’Angleterre du xviie siècle, comme du reste partout ailleurs en Europe, contrairement à ce qu’une vulgate simplificatrice tirée de Foucault prétend. Cependant, si cette contestation des Levellers est possible, c’est que la prison pénale, en effet, dans le contexte de la Common Law anglaise, manque d’assises légales et paraît en contradiction avec certains principes du droit anglais énoncés dans la Magna Carta et en divers « statutes » (dispositions / statuts) du corpus juridique anglais, comme du reste des juristes l’avaient souligné avant Lilburne (en particulier Edward Coke, le grand magistrat qui s’était élevé contre Jacques Ier 7). Autrement dit, c’est parce que la légalité et donc la légitimité de la prison pénale ne sont pas encore établis, que Lilburne peut écrire des choses qu’il serait aujourd’hui même presque impossible de soutenir, sauf peut-être, justement, à s’en remettre aux mêmes textes que lui, contre la tradition légale désormais consolidée de la prison pénale comme remède social universel dont la légitimité jouit d’un quasi consensus.

  • 8  Voir cependant Olivier Lutaud, Cromwell, les Niveleurs et la République (1967), Paris, Aubier Mont (...)

9Avant d’évoquer un peu plus précisément le contenu de ce texte, une présentation de la figure de John Lilburne, dans une étude à destination d’un public francophone8, semble nécessaire. Son nom apparaît sur la page de titre, non comme auteur – le texte étant signé « by a lover of his Country, and sufferer for the Common Liberty » – mais comme victime d’un emprisonnement inique. Or, justement, cette expression de « sufferer for the Common liberty » (celui qui souffre pour liberté commune) est à la fois celle que Lilburne ne cesse d’utiliser pour se désigner, et par laquelle ses amis et ses nombreux supporters le désignent. Alors que Lilburne signe la plupart de ses libelles, il ne signe pas celui-ci et l’on peut émettre des hypothèses à ce sujet, qui ont directement à voir avec sa situation d’incarcération (voir infra). Il soutiendra d’ailleurs lui-même que ce texte n’est pas de lui, mais d’un « ami » non autrement désigné, forcément emprisonné lui aussi (puisque, comme on le verra, il lui arrive de parler au nom des prisonniers à la première personne du pluriel). Cependant la chose est peu probable, car le style, le vocabulaire, les arguments, les références juridiques et la construction même, quelque peu rapsodique, sont bien ceux que l’on trouve dans les textes signés de son nom, quoique l’on puisse, bien sûr, très bien imaginer que cette œuvre soit le produit d’une collaboration.

10De toute façon, l’activité d’écriture et de publication intense de Lilburne (plus d’une dizaine de textes publiés pour la seule année 1646 : libelles, lettres, pétitions) est inséparable d’un important réseau de soutiens extérieurs et de personnes capables d’en assurer l’édition, l’impression et la diffusion hors de son contrôle direct, car il est probable que le prisonnier ne pouvait suivre de près le processus d’élaboration finale et de publication de ses propres textes. C’est un point important du reste, concernant les écritures carcérales qui accèdent à la publication, alors que l’auteur reste enfermé. Il s’agit, le plus souvent, de textes achevés, mis en forme, corrigés à l’extérieur de la prison et, plus que pour les publications « normales », le processus d’édition échappe pour une part importante à l’auteur. En tout cas, nous avons affaire en l’occurrence à un écrit sur la prison, censé avoir été écrit à l’extérieur, mais selon toute vraisemblance conçu et composé en prison.

Free-born John

11Lilburne, en 1646, est un homme dont tout le monde connaît le nom à Londres, la figure sans nul doute la plus charismatique, célèbre, célébrée et redoutée de ceux que l’on allait bientôt nommer, à leur corps défendant, Levellers, les Niveleurs, qui appelaient – pour résumer les choses de manière bien massive – à une réforme radicale de la constitution anglaise visant à établir l’égalité en droit de tous (ou presque) les citoyens mâles et la reconnaissance de leur participation égale, à travers le vote, à la vie politique du pays. Lilburne avait gagné sa réputation de héros auprès d’une partie importante des couches populaires de Londres et d’Angleterre par ses actions d’éclat à l’occasion de son procès, de sa punition et de sa détention, huit ans auparavant, en 1638 et par ses écrits, imprimés par les presses clandestines sans cesse poursuivies, saisies et renaissantes, dans lesquels il relate lui-même ces actes et en explicite les raisons juridiques, politiques et religieuses.

  • 9  C’est l’âge qu’il donne lui-même dans ses premiers textes de prison. Pauline Gregg donne, dans sa (...)
  • 10  Letanie of Dr. John Bastwicke.

12Lilburne, alors censé être âgé de 22 ans à peine9, fut arrêté en 1638 pour avoir fait imprimer en Hollande le libelle contre l’épiscopat, écrit par un presbytérien fameux, John Bastwick, que le jeune apprenti drapier avait visité dans la prison de Gesthouse deux ans auparavant, où il était enfermé pour ses écrits, victime, comme William Prynne et beaucoup d’autres puritains, de la répression de l’archevêque de Canturbury, William Laud, assisté de sa juridiction, la fameuse High Commission10.

  • 11  Voir l’ouvrage magistral de Leonard W. Levy, Origins of the Fifth Amendment,op. cit., 1968, dont u (...)

13Lilburne fut conduit devant la Star Chamber, juridiction d’exception qui s’était substituée sous Charles Ier au Parlement, et qui réprimait entre autres choses la publication de livres non autorisés. Lors de son examen, le prisonnier refusa de prêter le serment dit ex officio, requis des accusés par la Star Chamber. Ce serment imposé à l’accusé est l’introduction controversée d’une disposition du droit inquisitorial dans le droit anglais, en contradiction avec le principe fondamental selon lequel nul n’est tenu de s’incriminer lui-même (nemo tenetur prodere seipsum)11.

  • 12  Voir, Pauline Gregg, op. cit., chap. 5.

14C’est au nom de ce principe que Lilburne refusa de prêter serment. Il fut alors condamné à une lourde amende, à être emprisonné jusqu’à ce qu’il accepte de prêter le serment et à être fouetté, sur tout le trajet conduisant de sa prison (The Fleet) jusqu’à la cour du palais de Westminster, attaché par les mains à un char à bœuf, puis, une fois arrivé à destination, mis au pilori. La punition par le fouet, un fouet à trois nœuds, dont il reçut plusieurs centaines de coups, est un terrible supplice. Il lui fut infligé au milieu d’une foule qui loin de lui être hostile, l’encourageait, le soutenait et l’accompagnait12.

15Une fois mis au pilori, il entreprit de haranguer longuement la foule en dénonçant de la manière la plus véhémente le sort qui lui était fait et la tyrannie des évêques. Pour l’empêcher de parler il fut muselé violemment par le bourreau, du sang coulant de sa bouche ; il trouva cependant le courage de tirer de son habit trois exemplaires des libelles de Bastwick, dont celui pour lequel il avait été arrêté, les lançant à la foule stupéfaite.

  • 13  The Christian mans triall, dont aucune copie de la première édition de 1638 n’a subsisté, mais con (...)
  • 14  A worke of the Beast or A relation of a most vnchristian censure, executed upon John Lilburne, (no (...)

16Ramené dans sa prison, il y fut traité de manière la plus cruelle, attaché aux poignets et aux chevilles, affamé, laissé sans soin alors qu’il souffrait gravement des suites de son supplice, sans droit de visite, ni évidemment de lire ou écrire. Ces traitements le conduisirent au bord de la mort. Traîné à nouveau devant la Star Chamber, il refusa toute forme d’abjuration et d’indiquer comment il s’était procuré les copies d’ouvrages interdits diffusés au pilori. Reconduit en prison et dans les fers, il parvint pourtant à se procurer de quoi écrire et publia, de sa prison, le récit de son arrestation13 et de son supplice, assumant la figure du « martyre », exaltant ses souffrances carcérales, tout en explicitant les motivations juridiques de sa lutte en faveur de la liberté de conscience et d’imprimer et contre le serment ex officio et la Star-Chamber, sans omettre d’introduire, dans l’un de ses textes le discours prononcé au pilori14.

  • 15  The poore mans cry Wherein is shevved the present miserable estate of mee Iohn Lilburne, close pri (...)
  • 16  Letter to all the brave, courageous, and valiant Apprentices of the honourable City of London, but (...)
  • 17  Voir en effet aussi London's liberty in chains discovered, p. 27.

17Il fit également publier une lettre dénonçant ses terribles conditions de détention15. Le 10 mai 1639 il adressa une lettre aux apprentis de Londres qui était un appel au secours du prisonnier mourant dans sa prison16. Il y eut en effet un « tumulte », une manifestation dirions-nous aujourd’hui, en faveur de sa libération devant Lambeth Palace, résidence de l’archevêque Laud. Plus d’une fois, Lilburne, dans ses écrits, entre appel et menace, évoque comme une éventualité l’assaut de la prison par ses partisans17.

  • 18  A coppy of a letter written by John Lilburne, close prisoner in the wards of the fleet, which he s (...)
  • 19  Voir en particulier London's liberty in chains discovered…, p. 29.
  • 20  [Come out of her my people] or an ansvver to the questions of a gentlevvoman (a professour in the (...)

18En 1640, il publia une lettre dénonçant les cruautés exercées à son égard par ses gardiens, en les citant par leurs noms et prénoms18. Ce sera là l’une des caractéristiques de ses écrits postérieurs de prison, et entre autres, comme on le verra, de Liberty vindicated : il menace ses gardiens, qui obéissent à des ordres iniques et illégaux, de représailles judiciaires dans un avenir proche, éventualité à laquelle l’instabilité politique des temps donnait d’ailleurs une certaine plausibilité19. Il composa également en 1639 un appel invitant à se séparer de l’Église d’État (Come out of her, my people), qui s’inscrit dans le cadre du mouvement de « séparatisme » déjà profondément engagé20.

  • 21  2e édition de The Christian man Triall (avec la mention « Iohn Lilburne Aetat suae 23 an[o] 1641. (...)

19à travers ses actions spectaculaires et l’exploitation écrite qu’il en fait lui-même, Lilburne va devenir une sorte de figure iconique, de figure héroïque de la lutte contre le pouvoir arbitraire de l’épiscopat sous William Laud et des cours d’exception (High Commission et Star Chamber). Son portrait par George Glover paraît sur le frontispice de l’un de ses ouvrages, dès 164121, quelques mois après sa libération survenue le 13 novembre 1640 (peu ou prou en même temps que Prynne, Bastwick et quelques autres), et c’est cette même effigie qui sera utilisée en 1646, mais à laquelle un graveur ajoutera un dense réseau de barreaux (voir infra). Il reçut, dès cette époque le surnom de Free-born John, devenant ainsi une allégorie vivante de la revendication du peuple anglais pour les droits que lui confère sa liberté native.

  • 22  Cité par P. Gregg, op. cit., p. 135.

20Quand ce que l’on appelle le Long Parliament se réunit en 1641, c’est son cas qui va être tout spécialement invoqué, notamment par Cromwell, pour justifier l’abolition du serment ex officio et des cours qui l’imposaient – Star Chamber et High Commission – ainsi que pour justifier l’arrestation puis l’exécution de Strafford, le conseiller du roi, et de son allié William Laud, qui sera lui-même exécuté en janvier 1645. Quant à la sentence de Lilburne, elle fut annulée par la Chambre des Communes qui décida en outre de lui verser des dédommagements. Même la Chambre des Lords, en février 1646 (peu de temps du reste avant sa réincarcération), déclara la sentence de la Star Chamber (désormais abolie), « illégale et très injuste, contre la liberté du sujet et la loi du pays et la Grande Charte »22.

  • 23  Edward Montagu, 2nd Earl of Manchester, (1602-1671).

21Au cours de la guerre civile, la notoriété de Lilburne ne cessa de croître : il intégra en effet la fameuse New Model Armey et se fit connaître pour plusieurs actions militaires d’éclat, et par sa capture par les royalistes, qui lui valut de passer très près d’une exécution capitale. Mais il entra aussi en conflit dans son armée avec des officiers supérieurs, en particulier le colonel Edward King et le comte de Manchester23 qu’il accusa de trahison, et finit par prendre la décision de quitter l’armée en 1645.

  • 24  « those bloudy cozen-Germans to the persecuting Bishops », écrit-il dans London's liberty in chain (...)

22Parallèlement, il poursuivait son activité pamphlétaire, pour se faire l’écho des démêlés juridico-militaires à peine évoqués et surtout en prenant fait et cause pour les « indépendants », c’est-à-dire tous ceux qui refusaient à la fois l’Église anglicane d’État et le calvinisme des Presbytériens. Il engagea ainsi une lutte frontale contre les controversistes presbytériens, ceux-là mêmes dont il publiait les ouvrages interdits, comme Bastwick et Prynne, et qui avaient désormais acquis une position de force24. Contre ses anciens amis et les presbytériens en général, Lilburne revendiquait la liberté de conscience et la liberté d’imprimer au bénéfice des « indépendants ».

  • 25  A copie of a letter, written by John Lilburne Leut. Collonell. To Mr. William Prinne Esq. (Upon th (...)
  • 26  Sur l’importance de cette nouvelle défense de Lilburne, voir L. W. Levy : « By alleging a right no (...)

23Il écrivit et fit imprimer successivements deux libelles contre Prynne qui appelait à la plus sévère persécution à l’encontre des indépendants et, à chaque fois, il dut répondre de ces publications devant le Committee of Examinations, le Comité d’Enquête de la Chambre des Communes25, puis encore, le 19 juillet 1645 pour avoir accusé le Speaker de la Chambre, William Lenthall, de trahison. À cette occasion et selon son habitude, Lilburne refusa de coopérer de quelque façon que ce soit avec le Comité, qui en effet n’était pas une cour légalement constituée, se contentant de leur lire le chapitre 29 de la Magna Carta énonçant les droits fondamentaux des libres hommes d’Angleterre et de rappeler la Petition of Right de 1628 et l’acte d’abolition de la Star Chamber, et tout en prenant soin d’avertir les parlementaires présents qu’ils pourraient bien subir le même sort que Laud et Strafford, qui avaient foulé aux pieds la Grande Charte26. Le lendemain même de cet épisode, 25 juillet, paraissait A Copy of a letter from Lieutenant John Lilburne to a friend, dans lequel il relatait son traitement illégal par le Comité.

  • 27  Englands lamentable slaverie, proceeding from the arbitrarie will, severitie, and injustnes of kin (...)
  • 28  Englands birth-right justified against all arbitrary usurpation, whether regall or parliamentary, (...)

24C’est pour cette publication qu’il fut arrêté, sans mandat, le 11 août 1645, et détenu à Newgate. Richard Walwyn écrivit en sa faveur, peut-être avec son aide, l’anonyme Englands Lamentable Slaverie27 et présenta à la Chambre des Communes une pétition de plus de 2000 noms pour sa remise en liberté, qui advint en octobre, par l’intervention directe de Cromwell. Durant sa détention, il trouva moyen de composer (seul ou en collaboration) et de faire imprimer un pamphlet anonyme au contenu fort dense, England Birth-Right Justified,dénonçant avec la plus grande véhémence la trahison par le Parlement du retour à l’esprit et à la lettre de la Magna Carta et de la Petition of Right qu’engageait l’acte de dissolution de la Star Chamber, trahison dont le lieutenant colonel Lilburne arbitrairement enfermé à Newgate était victime (et là encore les péripéties de son incarcération sont relatées dans les détails)28.

25Lilburne se fait dans cet ouvrage, comme il ne cessera désormais de le faire, l’avocat et le porte-parole à la fois des « indépendants », des petits fermiers, des petits commerçants et des artisans menacés par les monopoles, des pauvres, des prisonniers, bref de tous les déshérités, persécutés et sans-grades, en les appelant tous à l’usage de la pétition et de l’action pour réclamer leurs droits et libertés bafoués. Le texte, en même temps, contient des accusations précises contre une série de personnages de premier rang, dont ses ennemis Bastwick et Prynne, le colonel Edward King et le comte de Manchester, mais aussi William Lenthall, Speaker de la Chambre des Communes et son frère John, officier en charge de la prison de King’s Bench.

  • 29  The iust mans iustification: or A letter by way of plea in barre; Written by L. Col. John Lilburne (...)
  • 30  Voir en particulier, London's liberty in chains discovered…, London : s.n., 1646 (octobre).

26Une fois sorti de prison, il publia sous son nom un nouveau pamphlet, qui se présentait comme la copie d’une lettre envoyée à un juge, renouvelant ses accusations contre le colonel King et Manchester : The just mans justification29. La Chambre des Lords prit fait et cause pour Manchester, l’un de ses membres éminents et convoqua Lilburne, le 11 juin 1646. Tel est le cadre de la nouvelle incarcération de Lilburne durant laquelle parut Liberty vindicated et où, une fois de plus, il se distingua. À nouveau, il fit imprimer le récit détaillé de ses péripéties et de ses propres faits et gestes, toujours déterminés par la même stratégie que l’on pourrait aujourd’hui qualifier de désobéissance civile30.

  • 31  « And therefore mys Lords, yu being Peeres as yu are called, merely made by prerogative, and never (...)

27Il raconte ainsi comment il reçut chez lui l’ordre de comparaître devant la cour de la Chambre des Lords, dont il donne le texte (dans tous ces pamphlets figure la copie de tous les actes juridiques et de ses propres lettres), pour répondre du libelle signé de son nom. Le lendemain, devant la cour, il refuse toute coopération et se contente de délivrer une lettre scellée valant comme réponse à toutes leurs questions : « The Protestation, Plea, and Defence of Lieu. Colonell John Lilburne, given to the Lords at their Barre, the 11 of June 1646 », dans laquelle il dénie à la cour toute légalité et légitimité31.

28Ce texte, que Lilburne fera évidemment circuler et imprimer, est reçu comme une provocation, une offence et une diffamation de la cour (« a scandalous and contemptuous paper »), qui le fait alors écrouer sur le champ à la prison de Newgate. Le 22 juin, il reçoit dans sa prison un nouvel ordre de comparaître devant la Chambre des Lords, et écrit en retour une lettre pour expliquer qu’il ne reconnaît pas la légalité du tribunal, sur le fondement des dispositifs de la Common Law, selon lesquels les commons, citoyens non-nobles, doivent être jugés par leurs pairs.

  • 32  Voir par exemple le récit qu’en fait W. Walwyn à la fin du mois de juin, « he answered that he had (...)
  • 33  Voici le récit qui en est fait dans la sentence du 10 juillet : « The said John Lilburn in contemp (...)
  • 34  Les trois articles de cette accusation présentés par Nathanael Finch, sont reproduits dans Overton (...)

29Cette lettre est imprimée le jour même ou le lendemain, s’il est vrai que Thomason date son exemplaire du 24 juin. Il se barricade dans sa cellule, dont on doit briser la porte pour le traîner devant les Lords. Il refuse alors de s’agenouiller à la barre devant eux, comme l’impose le rituel, au motif que c’est là un acte d’idolatrie32. Même scène le 11 juillet, où il est à nouveau conduit contre son gré à la Chambre des Lords : il refuse encore de s’agenouiller, de quitter son chapeau, se met les doigts dans les oreilles pour montrer qu’il refuse d’entendre l’acte d’accusation, en présence même d’ailleurs de son accusateur, Manchester, ce qui est évidemment contraire au droit, comme Lilburne ne manque pas de le souligner dans un discours, rapporté dans ses écrits, qu’il impose aux Lords et qui est en fait un véritable réquisitoire contre le tribunal et la chambre des Lords elle-même33. Les articles de l’accusation qu’il refuse d’entendre sont fondés sur trois des textes de Lilburne, utilisés en quelque sorte comme pièce à conviction : The Just man justification ; The Free-mans Freedom vindicated et The Protestation, Plea, and and Defence of Lieu. Colonell John Lilburne, given to the Lords at their Barre, the 11 of June 164634.

30On saisit bien ainsi la dynamique du conflit. Les écrits de Lilburne, toujours destinés à la publication, visent à nourrir et à radicaliser la protestation publique. Tout à la fois, ils sont aussitôt utilisés par ses juges contre lui. C’est ainsi qu’il est condamné à une très lourde amende (2000 livres) et à sept ans de prison dans la Tour de Londres, pour avoir récusé la procédure et pour avoir publié des libelles « scandaleux » et séditieux contre les Lords et délivré à la barre « certains écrits scandaleux, au plus grand mépris et scandale de la dignité, du pouvoir et de l’Autorité de cette Chambre ». La sentence prévoit une interdiction formelle d’écrire et de publier, interdiction qu’il s’empresse de transgresser malgré des conditions d’isolement et de surveillance qu’il dénonce abondamment comme iniques et illégales dans ses pamphlets.

La Campagne de libelles en faveur de Lilburne (juin-septembre 1646)

  • 35  Voir Michael J. Mendle (ed.), The Putney debates of 1647: the army, the levellers and the English (...)

31Sa femme Elizabeth et ses amis conduisent, en même temps que lui, une véritable campagne d’écrits pour dénoncer cette nouvelle incarcération, qui achève de cristalliser ce mouvement considérable que l’on va bientôt appeler, en 1647, de manière infamante et accusatoire35, les Levellers, qui va conduire au grand texte collectif de l’Agreement of the People, projet de constitution démocratique. Aucun de ces écrits ne se contente de prendre la défense de Lilburne ; tous font de la lutte de Lilburne emprisonné leur propre combat, le combat des commoners pour leurs droits et leur liberté, contre la chambre des Lords.

  • 36  Voir, sur les écrits de Walwyn, l’appareil critique de l’excellente édition disponible The Writing (...)

32Cela est particulièrement explicite dans le pamphlet intitulé The Just man in bonds, paru anonymement à la fin du mois de juin, très probablement de la plume Walwyn36.

  • 37  « Since this worthy gentle mans case is mine, and every mans, who though we be at liberty to day, (...)

Le cas, écrit l’auteur, de ce digne gentleman est le mien et celui de tout homme, qui pense que nous sommes en liberté aujourd’hui et peut-être à Newgate demain, si cela plaît à la chambre des Lords…37

Lilburne a montré la voie pour une action qui désormais doit devenir collective :

  • 38  « This noble and resolute gentleman Mr Lilburne, then whom his contrey has not a truer and more fa (...)

Il a brisé la glace pour nous tous, en prenant conscience que le peuple est réellement asservi aux Lords (et que les Lois et les Statuts garantissant le contraire ne sert à rien) il s’est engagé seul comme Champion de ses compatriotes abusés, ne doutant pas qu’il lui fallait ouvrir les yeux et éveiller les esprits de ses compagnons du commun engourdis, ou plutôt asservis (comme le montre la présente situation) avec eux ; et animer de la sorte le corps représentatif du peuple, pour faire usage de ce pouvoir par lequel ils doivent nous libérérer et se libérérer eux-mêmes et leur postérité de l’usurpation impérieuse et outrecuidante de la Chambre des Lords.38

  • 39  « … a man that hath discovered more of the liberties of England, then any one man alive, a man tha (...)
  • 40   « … for refusing to answer to their Spanish Inquisition-like-Interogatories ». Cette comparaison (...)

33Dans les mêmes semaines paraît A pearle in a dounghil (Une perle dans un donjon), probablement de Richard Overton, qui accuse lui aussi les Lords, à travers le cas Lilburne (« un homme qui a fait plus de découvertes sur les libertés d’Angleterre que tout autre aujourd’hui, un homme qui a résisté à toutes les formes d’Oppression, en mettant sans cesse en péril sa vie, sa liberté et son état »39), d’exercer un pouvoir discrétionnaire d’arrestation, avec imposition du serment ex officio, contraignant ainsi leurs victimes, auxquelles les motifs de leur emprisonnement ne sont pas même signifiés, de s’accuser eux-mêmes. Elizabeth Lilburne, dans sa pétition, affirme que le seul crime de son mari est d’avoir « refusé de répondre à leurs interrogatoires à la mode de l’Inquisition espagnole »40.

  • 41  Thomason indique le 7 juillet 1646. Cf. N. Brailsford, The Levellers and the English Revolution, S (...)
  • 42  « the cause of our choosing you to be Parliament-men, was to deliver us from all kind of Bondage…  (...)
  • 43  « … ye also would have dealt impartially on our behalf, and made us the most absolute free People (...)
  • 44  « Yee examine men upon Interrogatories and Quaestions against themselves, and Imprison them for re (...)

34La pièce essentielle est sans doute A Remonstrance of many thousand citizens, and other free-born people of England, to their own House of Commons. Occasioned through the illegall and barbarous imprisonment of that famous and worthy sufferer for his countries freedoms, Lievtenant Col. John Lilburne (Une Remontrance de plusieurs miliers d’habitants, et autres personnes nées libres du peuple d’Angleterre, à leur propre Chambre des Communes. Occasionnée par l’emprisonnement illégal et barbare de l’homme fameux qui souffre pour les libertés de son pays, le lieutenant colonel John Lilburne), texte collectif, adressé donc à la Chambre des Communes, qui paraît dans le même mois de juin 1646, auquel semblent avoir collaboré Walwyn, Overton et Henry Marten41. Le livret arbore en frontispice le portrait de Lilburne, au-dessus duquel est écrit ironiquement : « The liberty of the freeborn englishman, conferred on him by the house of Lords » (« La liberté de l’homme anglais né libre, à lui conférée par la Chambre des Lords »). Le ton est d’emblée très menaçant : « si nous vous avons choisi pour être hommes-du-Parlement, c’était pour que vous nous délivriez de toute forme de liens »42 et afin que « vous fassiez de nous le peuple le plus absolument libre du monde »43, et certes non pour faire pire que la High Commission et la Star Chamber en imposant des interrogatoires où l’accusé doit parler contre lui-même et est condamné à des années de prison, s’il refuse de répondre44.

  • 45 .Sheppard croit nécessaire de donner son commentaire de la Remonstrance of thousand en lettres capi (...)
  • 46  A Remonstrance, op. cit., p. 19.

35Le texte réclame, de la manière la plus nette, la liberté de conscience, la liberté pour la presse « emprisonnée », l’égalité de tous devant la loi, la fin des arrestations arbitraires, des abus de détention et en particulier de la prison pour dettes, etc. Et que l’on ne s’avise pas à dire, comme ne manquera pas de le faire Samuel Sheppard dans sa contre-attaque à tous les textes à peine mentionnés, que ces matières politiques ne regardent pas le commun des mortels45, car désormais, « the work ye must note is ours, and not your owne » (« notez-bien que ce boulot, peut-on traduire, est le nôtre, et ne vous est pas réservé »).46

  • 47  An alarum to the House of Lords: against their insolent usurpation of the common liberties, and ri (...)
  • 48  Voir P. Gregg, op. cit., p. 144 sq.
  • 49  Voir en particulier (je donne les titres complets car ils offrent une forme de résumé de leur cont (...)

36 à la suite de la publication de An alarum to the House of Lords, une fois de plus dénonçant la Chambre des Lords pour le sort réservé à Lilburne, et développant une très ferme défense de la liberté de la presse47, Richard Overton est arrêté au mois d’août et adopte les mêmes stratégies de défense que Lilburne48. Emprisonné à Newgate, il en fait sortir plusieurs textes du plus grand intérêt, associant comme Lilburne la publicité de son propre cas aux revendications révolutionnaires des Levellers49. Ces textes mériteraient aussi d’être lus attentivement, comme d’autres parfaits exemples d’écrits carcéraux de combat politique, ce que je ne peux faire ici.

La liberté vengée

37C’est dans cette conjoncture que paraît Liberty vindicated, au mois d’aôut. Comme je l’ai déjà indiqué, ce texte n’est pas revendiqué par Lilburne et l’apport, plus ou moins important, des proches de celui qui était en ces années le plus célèbre prisonnier d’Angleterre est tout à fait possible. Au-delà du cas Lilburne, auquel ne sont d’ailleurs consacrées que quelques pages, le libelle est entièrement voué à la dénonciation du système carcéral et judiciaire anglais, à travers la production de multiples informations, souvent très précises, sur les mauvais traitements et surtout les multiples extorsions d’argent dont les gardiens se rendent coupables dans les prisons londoniennes :

  • 50  « I will only here in some measure (as yet) discover but only some of the cruelties, extortions, e (...)

Je veux seulement ici […] révéler quelques unes des cruautés, extorsions, exactions, déprédations et la bassesse des geôliers et gardiens de prison.50

Les écrits anglais du temps et d’ailleurs de toute l’Europe abondent en ce genre de griefs et de dénonciation de la corruption et de la cruauté des gardiens de prison, mais la spécificité et la radicalité proprement dite de la démarche réside à la fois dans la prétention de dégager les raisons profondes de cette situation et d’en proposer une réforme drastique par un retour aux fondements du droit anglais.

  • 51  Voir, sur ce point, R.Foxley, « John Lilburne and the Citizenship of ‘Free-born Englishmen’ », art (...)

38On reconnaît du reste la main de Lilburne dans l’insistance avec laquelle l’auteur appuie son argumentation sur l’héritage de la Common Law anglaise, sur le droit positif donc, et non, du moins pas directement, sur le droit naturel, comme ses amis Overton ou Walwyn51. Plus exactement, il s’agit d’exalter les dispositions du droit positif anglais demeurées fidèles au droit naturel, malgré le long processus de corruption et de dégénérescence attribué au « joug normand ». Car les libertés anglaises invoquées par Lilburne dans tous ses textes, et l’expression même de « Free born englishman » engagent chez lui un concept de liberté native et donc naturelle, que le droit positif devrait avoir pour vocation de préserver contre toute forme de « slavery ».

  • 52  « Magna Charta Libertatum Angliae ; The great Charters of the Liberties of England : […] it is cal (...)
  • 53  « … these Liberties and Franchises were not of Grace and donation, but of Rights and Inheritance » (...)
  • 54  « Our Ancestors of old lived in the hightest pitch of perfect Liberty, and wee now in dejected ser (...)

39C’est à ce titre que se trouve d’emblée invoquée la Magna Carta, la « loi fondamentale du royaume », ou, comme l’appelle encore l’auteur, « la charte des libertés d’Angleterre », appelée ainsi « Quia liberos facit » (il cite en fait le juriste Edward Coke), « parce que, traduit-il, elle fait de nous des hommes libres », et pour la même raison est appelée « communis libertas : liberté commune » et (en français dans le texte) « Le charter des franchises »52. L’auteur insiste sur le fait que « ces Libertés et Franchises ne furent pas accordées par Grâce ou don, mais par Droits et héritage »53 et il ne manque pas d’évoquer, comme base historique de son discours, l’époque bénie (évidemment mythifiée) précédant la conquête normande : « Nos ancêtres autrefois, dit-il, vivaient au plus haut sommet de la parfaite liberté »54.

  • 55  « … no man shall be discased of any of his liberties and free-hold », p. 10-11.

40Or c’est cette liberté ancestrale qui se trouve réaffirmée selon lui dans la Magna Carta, en particulier les chapitres 28 et 29, inlassablement cités, dans le sillage de Coke, par Lilburne et ses amis : « aucun homme ne sera destitué de ses libertés et de ses biens » (chap. 29), selon la version produite dans le pamphlet55 . Soit, pour citer plus fidèlement le texte même de ce chapitre qui joue un rôle séminal dans l’histoire de l’habeas corpus et, par là-même, des droits de l’homme :

  • 56  « Nullus liber homo capiatur, vel imprisonetur, aut disseisiatur, aut utlagetur, aut exuletur, aut (...)

Aucun homme libre ne sera saisi, ni emprisonné ou dépossédé de ses biens, déclaré hors-la-loi, exilé ou exécuté, de quelque manière que ce soit. Nous ne le condamnerons pas non plus à l’emprisonnement sans un jugement légal de ses pairs, conforme aux lois du pays.56

  • 57  « This Gentleman hath been since also commited to the said Prison of Newgate by the Lords, contrar (...)
  • 58  Voir à ce sujet, R. Foxeyl, art. cité.
  • 59  « The highest and most binding Laws, are the several Statutes established by Parliament, yet by au (...)

C’est au nom de cette disposition, réactualisée dans la Petition of Right de 1628, que Lilburne et ses amis récusent la légalité de la cour de la Chambre des Lords, où les commoners sont jugés non par leurs pairs mais par les lords57. Évidemment les « statutes » et lois contredisant l’énoncé de la Magna Carta ne manquent pas, cependant il faut les considérer comme les produits de la déchéance des lois ancestrales des saxons, les fruits de la décadence consécutive à l’invasion normande, dont la Magna Carta porte d’ailleurs elle-même les stigmates58 : ce sont là des « Statuts destructifs », « destructive Statutes », de la Loi fondamentale. « Tout statut contraire à la grande Charte, c’est-à-dire contraire à notre juste liberté, doit-être considéré […] comme nul »59.

41Surtout, sur cette base du texte de la Magna Carta, non seulement toute forme d’arrestation et de détention arbitraire et discrétionnaire apparaît contraire à la loi fondamentale d’Angleterre, mais la prison pénale elle-même peut être mise en cause. La prison en effet ne se justifie que pour la préparation du procès accusatoire, lequel doit être expédié rapidement : sa fonction est de s’assurer de la personne physique de l’accusé et surtout de la protéger :

  • 60  « … prisons are ordayned not for destruction, but for securing of mens persons, untill they be bro (...)

[…] les prisons sont ordonnées non pour la destruction, mais pour garder les personnes en sûreté, jusqu’à ce qu’elles soient conduites au procès comme il se doit et rapidement, et elles doivent donc être ordonnées et utilisées humainement et en toute civilité ; sinon les Geôliers ne sont pas des gardiens, mais des tortionnaires et des bourreaux d’hommes non-jugés et non-condamnés, et cela n’est pas “salvo custodie”, maintenir les hommes en sécurité, ce que la Loi impose, mais “discruere”, les détruire avant l’heure, ce que la loi abhorre.60

  • 61  « Although by Law a man ought not to go out of prison, or abroad though with a keeper, and with le (...)
  • 62  « for a prison ought not to be imployed for punishing, but for the safe keeping of men ». Coke écr (...)

Soit, dans un passage plus explicite, où l’auteur renvoie précisément aux Institutes de Coke, si l’on peut imposer à l’accusé « Salva et arcta custodia », une garde (prison) sûre et rigoureuse, custodia non [est] pena, la garde n’est pas peine. La prison n’est pas et ne doit pas être une punition61. C’est qu’il s’agit pour Lilburne, comme pour Coke, de dissocier la pratique de l’emprisonnement de toute sanction pénale. « La prison, écrit Coke cité ici par Lilburne, ne doit pas être employée pour la punition, mais seulement pour garder les hommes en sûreté »62.

  • 63  La source en effet de Coke est une disposition bien connue du droit romain : « Carcer ad continend (...)
  • 64  Voir par exemple A petition to the Kings most excellent Maiestie, the Lords spirituall and tempora (...)
  • 65  « [B]y the way here also apeareth a poore prisoner for debt, who saith, that by the Lawes of this (...)

42Cette disposition bien connue du droit romain63 associée à la déclaration de la Magna Charta, telle quelle est réitérée, grâce à Coke, dans la Rights de 1628, permet à l’auteur (ou aux auteurs) de donner à la critique de l’emprisonnement sa plus grande étendue et radicalité. Il met d’abord en cause la légalité de toute incarcération infligée comme peine. C’est tout particulièrement le cas de la prison pour dettess, mise en exergue, véritable fléau social en Angleterre, dont ce texte n’est certes pas la première – et encore moins la dernière ! – dénonciation64, et dont il exige l’abolition pure et simple65. Illégale aussi et proprement scandaleuse, la condamnation du lieutenant colonel Lilburne à la Tour de Londres pour avoir refusé de répondre aux interrogatoires des Lords, sur le principe, non seulement de l’illégitimé d’un tel tribunal pour les commoners, mais aussi et surtout, du droit reconnu au prévenu de ne pas s’accuser lui-même. Sur la même base, on peut évidemment contester les incarcérations dont les motivations ne sont pas dûment notifiées et encore celles qui ne conduisent pas dans les plus brefs délais à un procès régulier.

  • 66  Toutes mesures dont Lilburne fut victime à plusieurs reprises lors de ses diverses détentions.

43Le texte dénonce en outre, toujours sur les mêmes fondements, comme proprement illégale toute forme de punition en prison, toute privation carcérale de tout autre chose que de la liberté de mouvement : par exemple l’interdiction de lire et d’écrire, de recevoir des visiteurs, sa famille, voire de vivre maritalement en prison avec son épouse (ce qui était assez souvent possible dans les prisons anglaises), etc.66, et bien sûr toutes les formes de mauvais traitements en usage : les fers, l’isolement, l’absence de nourriture, etc.

  • 67  « Touching fees and rewards by the common Law, we find that no Sheriffe Coroner, Gaoler or other o (...)

44Enfin – ce sujet tient une très grande place, presque prépondérante dans le libelle –, les taxations et ponctions financières perpétuelles des prisonniers sont déclarées vexatoires et elles-mêmes entièrement illégales. Du reste, le texte produit une série de références aux « anciens livres de la Loi » visant à établir que les ministres du roi, « sheriffs », enquêteurs (« coroners »), officiers de prison ou gardiens ne peuvent recevoir de rémunérations que du roi lui seul67, et non donc des prisonniers, allégation proprement révolutionnaire en un temps où tout ce que l’on appellerait aujourd’hui le personnel pénitenciaire se payait largement sur les prisonniers, et où les prisons étaient aussi de véritables entreprises commerciales maintenues à la charge des détenus.

45Il faudrait entrer dans les détails de ce texte remarquable, en particulier concernant l’argumentaire contre les détentions pour dettess, qui pouvaient se prolonger pendant des décennies et provoquer la ruine de familles entières.

  • 68  « That vile and infamous Prison, the old Episcopall Slaughter house of many of the deare and preci (...)
  • 69  L’auteur, à la fin de l’ouvrage, dresse une longue liste des montants perçus pour le logement, tra (...)

46L’auteur, également, apporte des informations nombreuses et précises sur le complexe système de prélèvements financiers et de coupes réglées sur les prisonniers dans les différentes prisons de Londres : Newgate, « cette vile et infame prison, ce vieil abattoir épiscopal où ont péri de nombreux et précieux Saints et serviteurs de Dieu »68, Kings Bench, The Fleet et la Tour69

  • 70  « [H]is wife may not accompany him nor bring anything to him, but in presence of his Keeper, no co (...)
  • 71  Ibid.

47Enfin, les pages consacrées au cas Lilburne sont intéressantes à divers titres, entre autres choses pour la dimension humaine de ses incarcérations à répétition, à travers notamment ce qui est mis en avant des revendications du prisonnier concernant la présence, à Newgate puis à la Tour, de son épouse auprès de lui, « le seul soutien extérieur qu’il ait en ce monde » (expression qui revient d’ailleurs dans les textes de Lilburne), et l’on devine bien le rôle crucial joué par celle-ci dans ses stratégies de protestation active et de publication de textes : « sa femme ne peut pas lui tenir compagnie, ni rien lui apporter, si ce n’est en présence de son gardien, et ils ne peuvent accomplir l’un pour l’autre aucun devoir conjugal, si ce n’est en présence du gardien »70. Le récit ajoute que Lilburne alla jusqu’à s’engager solemnellement (mais en vain), devant le Lieutenant de la Tour, à ne rien écrire ni faire imprimer pourvu qu’on l’autorise à recevoir les visites de sa femme71.

  • 72  Iohn White's defence. In the behalfe of himself, his honoured commander, the lieutenant of the Tow (...)
  • 73  London's liberty in chains discovered, p. 61-62.

48Ces pages sont aussi remarquables par les attaques adressées contre les officiers de prison et les gardiens nommément cités pour leurs comportements et leurs propos à l’égard du prisonnier, en particulier un surveillant de la Tour nommé Henri White, violemment pris à parti et qui, chose surprenante, répondra lui-même dans l’année par un libelle imprimé, commandé sans doute par sa hiérarchie72. D’ailleurs Lilburne, niant farouchement être l’auteur de Liberty vindicated, sans doute pour éviter de pareilles représailles, s’estimera diffamé et affirmera dans London's liberty in chains discovered, publié en octobre de la même année, avoir obtenu de son gardien, au terme d’une procédure juridique d’arbitrage au sein même de la prison, des excuses pour l’imputation du libelle que lui attribue l’ensemble de la postérité73. Cet épisode est évidemment d’une importance cruciale, puisqu’il montre comment, à travers cette stratégie de publication systématique d’informations concernant sa propre détention en particulier et les prisons de Londres en général, Lilburne (ou/et ses amis), finit par obliger le personnel pénitenciaire à lui répondre publiquement et à se justifier lui-même, engageant ainsi un embryon de publicité et de débat contradictoire sur l’exercice d’un pouvoir tenu traditionnellement pour discrétionnaire et soustrait préciséméent à tout contrôle de la part de ceux qui y sont soumis (les choses d’ailleurs, de ce point de vue, n’ont guère changé depuis le xviie siècle).

  • 74  « Behold our patience and sollicitations have procured unto us (hitherto) nothing else but continu (...)

49Je citerai, en guise de conclusion, un passage de la fin du texte, où la dimension proprement révolutionnaire de la démarche, est particulièrement évidente, à travers l’assomption d’un « nous » rassemblant tous les prisonniers de basse condition, méprisés, humiliés et maltraités, du fait même de leur situation sociale : « Voici, notre patience et nos sollicitations ne nous ont amené, jusqu’ici, rien d’autre que la continuation de notre misère et l’aggravation des châtiments, et nos nombreuses plaintes contre les geôliers et leurs instruments de cruauté nous ont fait subir plus encore les lanières égyptiennes, au risque de notre vie, mais nous restons encore privés d’écoute, de pitié et d’égards, alors que notre condition est bien pire que celle de leurs chiens dans leurs chenils et de leurs faucons dans leurs cages, qui reçoivent les uns et les autres toutes leurs attentions, qui sont soigneusement pourvus de nourriture et de logements convenables et confortables. Quelle est la raison de leur si grande négligence ? C’est parce que nous sommes Pauvres, Pauvres, dis-je, et incapable de payer les Juges, les Procureurs, les Avocats et les Geôliers, car, si nous avions de l’argent pour rassasier ces sangsues, alors, mêmes si nos causes étaient les plus injustes de la terre et nos dettes les plus grandes qui soient, nous serions sûrs de recouvrer notre liberté ; il est bien connu que l’on accepte que certains coupables et condamnés à mort soient épargnés et retrouvent leur liberté, cela les geôliers peuvent le faire, et que ne peuvent-ils faire ? »74

50Ainsi les Levellers intégraient-ils les pauvres prisonniers d’Angleterre dans leur mouvement. La troisième version d’un Agreement of the People de 1649, manifeste des Levellers, dont la première mouture apparaît en 1647 quelques mois à peine après Liberty vindicated et les autres textes dont nous venons de parler, version à laquelle travailleront les leaders Walwyn, Overton, Prince et Lilburne, incarcérés tous quatre dans la Tour, prévoiera explicitement l’abolition de la prison pour dettes et la suppression de la peine capitale pour tout autre crime que le meurtre. Liberty vindicated cependant allait plus loin encore, interrogeant le fondement légal de l’incarcération des hommes nés-libres d’Angleterre.

  • 75  The just defence of John Lilburn, against such as charge him with turbulency of spirit (copie Thom (...)

51Après bien d’autres tribulations judiciaires, dont le fameux procès pour haute-trahison de 1649, qui fut un immense événement politique, et après bien d’autres combats de plume, pour une bonne part menés en prison, Lilburne reviendra dans l’un de ses derniers pamphlets lors de son dernier procès, The Just defence (La Légitime Défense)75 :

  • 76  « [T]he first fundamental right I contended for in the late Kings and Bishops times, was the freed (...)

Le premier des droits fondamentaux pour lequel j’ai lutté aux jours du dernier roi et des évêques fut la liberté des personnes, contre les emprisonnements arbitraires et illégaux ; cela étant une chose expressément contraire à la loi du pays qui requiert « qu’aucun homme ne sont pris, emprisonné, etc. » (comme le dit la Grande Charte, chap. 29) si ce n’est par le jugement légal d’un jury, une loi si juste et si protectrice, que si elle n’est intégralement observée, chacun est à tout moment susceptible d’être emprisonné selon le bon plaisir, et soit d’y être gardé des mois ou des années, soit d’y être amené à mourir de faim, au gré de ceux qui en tout temps sont au pouvoir…76

52Résumé en vérité d’une clarté remarquable de l’une des dimensions essentielles de son action dans l’histoire, et d’une certaine façon décisive en effet pour la postérité. Cependant, si l’on y regarde bien, son usage de la Grande Charte lui permis d’aller plus loin que la mise hors la loi de toute détention arbitraire. En même temps que la prison pénale, il mettait en cause toute forme d’incarcération vexatoire et excédant quelques semaines, c’est-à-dire l’institution carcérale elle-même, au nom du droit fondamental des citoyens à la liberté.

Haut de page

Notes

1  London's liberty in chains discovered. And, published by Lieutenant Colonell John Lilburn, prisoner in the Tower of London, Octob. 1646. To the chosen and betrusted knights, citizens and burgesses, assembled in the high and supream court of Parliament., London, 1646.

2  London's liberty in chains discovered, op. cit., p. 24. Lettre de Lilburne du 23 juin 1646 à Mr Woollaston, « chiefe Jaylor of Newgate », par laquelle il refuse d’être conduit devant la chambre des Lords.

3  London's liberty in chains discovered, p. 35

4  William Walwyn, The iust man in bonds, or, Lieut. Col. John Lilburne close prisoner in Newgate, by order of the House of Lords, London, s.n., 1646, p. 2.

5  Rachel Foxley, « John Lilburne and the Citizenship of ‘Free-born Englishmen’ », The Historical Journal (2004), 47, p. 849-874.

6  Liberty vindicated against slavery. Shewing, that imprisonment for debt, refusing to answer interrogatories, long imprisonment, though for just causes. Abuse of prisons, and cruell extortion of prison-keepers, are all destructive to the fundamentall laws and common freedomes of the people. Published for the use of all the free-borne of England, whom it equally concernes, by occasion of the House of Lords commitment of Lieut. Col. John Lilburn, close prisoner, first to New-gate, and next to the Tower. / By a lover of his country, and sufferer for the common liberty, [London : s.n.], Printed in the yeare 1646. Ajout sur l’exemplaire Thomason : "Aug: 21th London". Cet ouvrage d’une trentaine de pages est toujours attribué à Lilburne, bien qu’il soit paru sans nom et que l’auteur présumé ait refusé explicitement de le reconnaître pour sien (voir infra). Mais Lilburne était alors emprisonné à la Tour et avait toutes les raisons de craindre des représailles. De plus, les motifs de cette attribution sont multiples, comme nous le verrons, et il est très raisonnable de penser qu’il en est l’auteur, ou du moins qu’il a grandement contribué à sa composition. Cependant, on ne peut écarter que l’ouvrage soit le fruit d’une collaboration avec d’autres membres de ce mouvement qui prenait corps en 1646 et qu’allait bientôt désigner le nom infamant de Levellers (Niveleurs), c’est pourquoi, il me semble intéressant de maintenir un doute sur l’identité au moins unique de l’auteur.

7  Voir entre autres Leonard W. Levy, Origins of the Fifth Amendment, New-York, Oxford University Press, 1968.

8  Voir cependant Olivier Lutaud, Cromwell, les Niveleurs et la République (1967), Paris, Aubier Montaigne, 1978.

9  C’est l’âge qu’il donne lui-même dans ses premiers textes de prison. Pauline Gregg donne, dans sa biographie l’année 1615, Free-born John: A Biography of John Lilburne (London: George Harrap, 1961), Phoenix-Press, 2000, p. 19, 363-365. Cet ouvrage reste en la matière l’ouvrage de référence, meme s’il n’est pas exempt d’importants défauts (les « informations » fournies par les pamphlets y sont beaucoup trop souvent utilisées sans aucune critique).

10  Letanie of Dr. John Bastwicke.

11  Voir l’ouvrage magistral de Leonard W. Levy, Origins of the Fifth Amendment,op. cit., 1968, dont un chapitre est consacré à « Lilburne and the Abolition of the Oath ». L. W. Levy présente Lilburne comme « the most remarkable person connected with the history of the origins of the right against self-incrimination », p. 271.

12  Voir, Pauline Gregg, op. cit., chap. 5.

13  The Christian mans triall, dont aucune copie de la première édition de 1638 n’a subsisté, mais connu à travers sa réédition augmentée en 1641 : The Christian mans triall: or, A true relation of the first apprehension and severall examinations of Iohn Lilburne, with his censure in Star-chamber, and the manner of his cruell whipping through the streets: whereunto is annexed his speech in the pillory, and their gagging of him…

14  A worke of the Beast or A relation of a most vnchristian censure, executed upon John Lilburne, (now prisoner in the fleet) the 18 of Aprill 1638, 1638. Sur ces péripéties il écrira encore, The Christian Man's Trial, 1641; A Copy of a Letter written by John Lilburne to the Wardens of the Fleet, 4 Oct. 1640; A True Relation of the Material Passage of Lieutenant-Colonel John Lilburne's as they were proved before the House of Peers, 13 Feb. 1645.

15  The poore mans cry Wherein is shevved the present miserable estate of mee Iohn Lilburne, close prisoner in the fleete. Also an humble petition to his Maiesties honorable privy councill, for meantenance that I famish not. [Amsterdam : Richt Right Press] Published by a backe friend of the English popish prelates, 1639.

16  Letter to all the brave, courageous, and valiant Apprentices of the honourable City of London, but especially those that appaertain to the woshipfull Company of Cloth workers, imprimée le 4 juin 1639. La lettre fut re-publiée en appendice au pamphlet de Lilburne de 1648 The prisoners plea for a habeas corpus, or an epistle writ by L.C. Joh. Lilburne prerogative prisoner in the Tower of London the 4. of Aprill, to the Honourable Mr. W. Lenthall Speaker of the House of Commons….

17  Voir en effet aussi London's liberty in chains discovered, p. 27.

18  A coppy of a letter written by John Lilburne, close prisoner in the wards of the fleet, which he sent to Iames Ingram and Henry Hopkins, wardens of the said fleet. Wherin is fully discovered their great cruelty exercised upon his body, [London? : s.n., 1640?]. Mais aussi, en 1639 en Hollande, puis réédité en 1641 : A light for the ignorant or A treatise shevving, that in the nevv Testament, is set forth three kingly states or governments, that is, the civill state, the true ecclesiasticall state, and the false ecclesiasticall state.

19  Voir en particulier London's liberty in chains discovered…, p. 29.

20  [Come out of her my people] or an ansvver to the questions of a gentlevvoman (a professour in the Antichristian Church of England) about hearing the publicke ministers vvhere it is largely discussed and proved to be sinfull and unlavvfull. Also a iust apologie for the way of total separation (commonly but falsely called Brownisme) that it is the truth of God, though lightly esteemed in the eyes of the blinde world. With a challenge to dispute with them publickly before King & Counsell: to prove whatsoever I said at the pillery against them. Viz. that the calling of them all is jure diabolo: even from the divell himselfe. By mee John Lilburne. Close prisoner in the Fleete for the cause of Christ. [Amsterdam: Richt Right Press], Printed in the yeare of hope, of Englands purgation, & the prelates dissolution. Anno 1639.

21  2e édition de The Christian man Triall (avec la mention « Iohn Lilburne Aetat suae 23 an[o] 1641. G. Glo. Fecit ») qui inclut le texte de 1638, A worke of the beast.

22  Cité par P. Gregg, op. cit., p. 135.

23  Edward Montagu, 2nd Earl of Manchester, (1602-1671).

24  « those bloudy cozen-Germans to the persecuting Bishops », écrit-il dans London's liberty in chains discovered, p. 31.

25  A copie of a letter, written by John Lilburne Leut. Collonell. To Mr. William Prinne Esq. (Upon the coming out of his last booke, intituled Truth triumphing over falshood, antiquity over novelty) in which he laies down five propositions, which he desires to discusse with the said Mr. Prinne ; The reasons of Lieu Col: Lilbournes sending his letter to Mr. Prin, humbly presented to the Honorable Committee of Examinations. Making my appearance (upon summons) before this Honorable Committee, to answer, to the complaint of Mr. Prin, for publishing in print a letter which I had sent unto him… 13 juin 1645.

26  Sur l’importance de cette nouvelle défense de Lilburne, voir L. W. Levy : « By alleging a right not to be asked question concerning himself, he enlarged considerably the claim to a right which he did so much to establish », op. cit., p. 290.

27  Englands lamentable slaverie, proceeding from the arbitrarie will, severitie, and injustnes of kings, negligence, corruption, and unfaithfulnesse of parliaments, coveteousnesse, ambition. and variablenesse of priests, and simplicitie, carelesnesse, and cowardlinesse of people. Which slaverie, with the remedie may be easily observed. By the scope of a modest & smooth letter, written by a true lover of his countrey and a faithfull friend to that worthy instrument of Englands freedome, Lievten. Collonell Lilburn, now unjustlie imprisoned in Newgate…, Londres, octobre 1645.

28  Englands birth-right justified against all arbitrary usurpation, whether regall or parliamentary, or under what vizor soever. With divers queries, observations and grievances of the people, declaring this Parliaments present proceedings to be directly contrary to those fundamentall principles, whereby their actions at first were justifyable against the King, in their present illegall dealings with those that have been their best friends, advancers and preservers: and in other things of high concernment to the freedom of all the free-born people of England; by a well-wisher to the just cause for which Lieutenant Col. John Lilburne is unjustly imprisoned in New-gate, Londres, Octobre 1645

29  The iust mans iustification: or A letter by way of plea in barre; Written by L. Col. John Lilburne, to the Honourable Justice Reeves, one of the justices of the Common-wealths courts, commonly called Common Pleas. Wherein the sinister and indirect practices of Col. Edward King against L. Col. Lilburne, are discovered. 1. In getting him cast into prison for many weekes together, without prosecuting any charge against him. 2. In arresting him upon a groundlesse action of two thousand pounds in the Court of Common Pleas; thereby to evade and take off L. Col. Lilburns testimony to the charge of high treason given in against Col. King, and now depending before the Honourable House of Commons. In which letter is fully asserted and proved that this cause is only tryable in Parliament, and not in any subordinate court of justice whatsoever.( la copie de Thomason porte la date du 10 juin 1646).

30  Voir en particulier, London's liberty in chains discovered…, London : s.n., 1646 (octobre).

31  « And therefore mys Lords, yu being Peeres as yu are called, merely made by prerogative, and never instrusted or impowered by the Commons of England, the originall and fountaine of Power… », cit. in The Freemans freedom, p. 6.

32  Voir par exemple le récit qu’en fait W. Walwyn à la fin du mois de juin, « he answered that he had learned both better Religion and manners then to kneele to any humane or mortall power how great so ever, whom he never offended, and far lesse to them whom he had defended with the adventure both of his life and estate », The iust man in bonds, p. 3.

33  Voici le récit qui en est fait dans la sentence du 10 juillet : « The said John Lilburn in contempt and scorn of the said high Court, did not only refuse to kneel at the said Bar, ; but did also, in a contemptuous manner, then, and there, at the open Narre of the said House, openly and contemptuoulsy, refuse to heare the said Articles read, and used divers contemptuous words in high derogation of the Justice, Dignity, and Power of the said Court : And the said Charge being nevertelesse, then, and there read, the said John Lilburn was then and there by the said Lords assembled in Parliament, demanded what Answer or Defence he would make thereunto ; the said John Lilburn persisting in his obtinate and contemptuous behaviour, did peremptorily and absolutely refuse to make any Defence or answer to the said Articles, and did then, and there, in high contempt of the said Court, and of the Peers there assembled, at the open Bar of the said House of Peers, affirme, that theyr were Usurpers, and unrighteous Judges ; and that he would not answer the said Articles, and used divers other insolent and contemptuous speeches against their Lordships, and that high Court », reporté par Overton in Vox Plebis, p. 32.

34  Les trois articles de cette accusation présentés par Nathanael Finch, sont reproduits dans Overton, Vox Plebis, p. 26-29. On peut lire la Protestation du 11 juin in The Free-mans Freedom vindicated. The Just man justification et The Free-mans Freedom sont condamnés à être brûlés.

35  Voir Michael J. Mendle (ed.), The Putney debates of 1647: the army, the levellers and the English state, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

36  Voir, sur les écrits de Walwyn, l’appareil critique de l’excellente édition disponible The Writings of William Walwyn, ed. by J.R. McMichael and B. Taft, 1989.

37  « Since this worthy gentle mans case is mine, and every mans, who though we be at liberty to day, may be in Newgate to morrow, is the House of Lords so please, dot hit not equally and alike concerne all the people of England to lay it to heart, and either fit both our minds and necks to undergoe this slavery, or otherwise thinke of some speedy and effectuall meanes to free our selves and our posterity there from », The Just man in bonds, or, Lieut. Col. John Lilburne close prisoner in Newgate, by order of the House of Lords, London: s.n., 1646 (date apposée par Thomason : 29 juin), p. 1.

38  « This noble and resolute gentleman Mr Lilburne, then whom his contrey has not a truer and more faithfull servant, hath broke the Ice for us all, who being sensible that the people are in reall bondage to the Lords (and that the Lawes and Statutes providing to the contrary, serving them in no stead) hath singly adventured himselfe a Champion for his abused country men, nothing doubting but that he shall therby open the eyes, and awake the drowsie spirits of his fellow commoners, or rather Slaves (as the case now stands) with them ; and likewise animate the representative body of the people, to make use of that power wherewith they are trusted to free us, themselves, their and our posterities, from the House of Lords imperious and ambitious usurpation » (p. 1).

39  « … a man that hath discovered more of the liberties of England, then any one man alive, a man that hath resisted all kinds of Oppressions, with the perpetuall hazard of his life, liberty and estate », A pearle in a dounghill. Or Lieu. Col. John Lilburne in New-gate: committed illegally by the House of Lords, first for refusing (according to his liberty) to answer interrogatories, but protesting against them as not being competent judges, and appealing to the House of Commons. Next, committed close prisoner for his just refusing to kneel at the House of Lords barre, Londres, 1646 (date apposée sur la copie de Thomason : 30 juin 1646), p. 4.

40   « … for refusing to answer to their Spanish Inquisition-like-Interogatories ». Cette comparaison des procédés des cours d’État, qui n’informaient pas l’accusé des charges retenues contre lui, lui imposait le serment ex officio, et le maintenait en prison à leur discrétion, aux méthodes procéduriales de l’Inquisition des pays catholiques est un lieu commun des libelles des Levellers. Il n’était pas dénué de fondements, car comme l’a montré abondamment L. W. Levy, ces procédures trahissaient bien une intrusion du droit inquisitorial dans le droit accusatoire de la Commun Law d’Angleterre (op. cit.).

41  Thomason indique le 7 juillet 1646. Cf. N. Brailsford, The Levellers and the English Revolution, Stanford, The University Press, 1961, p. 97. Pour Brailsford, ce texte signe véritablement l’acte de naissance du parti des Levellers, ibid., p. 96. Il sera condamné au feu par la Chambre des Communes, le 22 mai 1647.

42  « the cause of our choosing you to be Parliament-men, was to deliver us from all kind of Bondage… », p. 3.

43  « … ye also would have dealt impartially on our behalf, and made us the most absolute free People in the world », p. 4-5.

44  « Yee examine men upon Interrogatories and Quaestions against themselves, and Imprison them for refusing to answere : And ye have Officious servile men, that write and publish Sophisticall Arguments to justifie your so doing, for which they are rewarded and countenanced, as the Starre-Chamber and High-Commission beagles lately were ». p. 11

45 .Sheppard croit nécessaire de donner son commentaire de la Remonstrance of thousand en lettres capitales : « The Course of order in clean perverted, when the subject shall censure the magistrate », et il ajoute cette admonition apocalyptique : « What hurly-burly would be amongst the multitude of Weavers and Mechanicks, sitting in counsell together, about State affaires, while they argue pro and con ; O madnesse ! shall the supreame Councelle, Decree, Order, and Ratifie, and then come and desire your advice ; Doth not your folly shame you, and your ignorance cause you to blush ? », The famers fam'd or An answer, to two seditious pamphlets, the one intituled The just man in bonds, the other A pearle in a dunghill, written in the behalfe of that notorious lyar, and libeller John Lilburne. Also a full reply, with a confutation of certaine objections devised by the trayterous author of a seditious and unparraled [sic] libell, intituled A remonstrance of many thousand citizens, London, 1646 (Thomason indique le 4 août), p. 26-27.

46  A Remonstrance, op. cit., p. 19.

47  An alarum to the House of Lords: against their insolent usurpation of the common liberties, and rights of this nation. Manifested by them, in their present tyrannicall attempts against that worthy commoner, Lieutenant Col. John Lilburne, defendour of the faith, and of his countries freedoms, both by his words, deeds and suffereings, against all tyrants in the kingdome; whether black-coats, papists, kings, lords, &c. [London : s.n.], 1646 (annotation de Thomason : 31 juillet). Il faut évidemment rappeler que l’Areopagitica de Milton avait été publié deux ans auparavant.

48  Voir P. Gregg, op. cit., p. 144 sq.

49  Voir en particulier (je donne les titres complets car ils offrent une forme de résumé de leur contenu et de leur ton), A defiance against all arbitrary usurpations or encroachments, either of the House of Lords, or any other, upon the soveraignty of the supreme House of Commons, (the high court of judicature of the land) or upon the rights, properties and freedoms of the people in generall. Whereunto is annexed, a relation of the unjust and barbarous proceedings of the House of Lords, against that worthy commoner, Mr. Overton, who standeth by them committed to the most contemptuous goal of Newgate, for refusing to answer to interrogatories, and appealing from that court to the Honourable House of Commons (as by the great Charter of England he was bound) for the triall of his cause. Howsoever the House of Lords do suggest in their commitment of him, that it was for his contemptuous words and gesture, refusing to answer unto their speaker. Which being every mans case, is published ... as it was enclosed in a letter to one of his friends, London: s.n, 1646 (copie de Thomason : 9 Septembre) ; An arrow against all tyrants and tyrany, shot from the prison of New-gate into the prerogative bowels of the arbitrary House of Lords, and all other usurpers and tyrants whatsoever. wherein the originall rise, extent, and end of magisteriall power, the naturall and nationall rights, freedomes and properties of mankind are discovered, and undeniably maintained; ... the late Presbyterian ordinance (invented and contrived by the diviners, and by the motion of Mr. Bacon and Mr. Taet read in the House of Commons) examined, refuted, and exploaded, as most inhumaine, tyranicall and barbarous. / By Richard Overton prerogative archer to the arbitrary House of Lords, their prisoner in New-gate, ... sent by way of a letter from him, to Mr Henry Martin, a Member of the House of Commons. Imprimatur rectat justitia. Printed at the backside of the Cyclopian Mountains, by Martin Claw-Clergy, printer to the reverend Assembly of Divines, and are to be sould at the signe of the Subjects Liberty, right opposite to persecuting Court., Londres, 1646 (copie Thomason : 10 octobre).

50  « I will only here in some measure (as yet) discover but only some of the cruelties, extortions, exactions, depredations and basenesse of Jaylers and keepers of prisons », p. 3.

51  Voir, sur ce point, R.Foxley, « John Lilburne and the Citizenship of ‘Free-born Englishmen’ », art. cit., p. 863, insiste sur l’effort de réconciliation du droit positif et de la raison par Lilburne et critique l’interprétation (A. Burgess) pour laquelle cette invocation constante de la Common law chez Lilburne possède essentiellement une dimension rhétorique. Elle remarque du reste que l’ambivalence de Lilburne se trouvait déjà chez Coke, qui disait que « ce qui est contre la raison est contre la loi », p. 865.

52  « Magna Charta Libertatum Angliae ; The great Charters of the Liberties of England : […] it is called Charta Libertatum Regni, The Charter of the Liberties of England from the effect, Quia liberos facit, It makes us Free-men, and for the same cause it is called (communis libertas, common liberty) and Le charter des franchises », p. 1. Le texte exploite le proème de la seconde partie des Institutes of the Laws of England d’Edward Coke, « So as of this Great Charter […] is also called Charta libertatum Regni; and upon great reason it is so called of the effect, Quia liberos facit: Sometime for the same cause, Communis libertas, and le Chartre des franchises ». Mais il peut renvoyer en même temps à un célèbre discours d’Edward Coke devant le Parlement du 22 mars 1628 (au moment donc de la préparation de la Petition of Right) : « "Franchise" is a French word, and in Latin it is liberty. In Magna Carta, nullus imprisonetur nor put out of his liberty or franchise. 9 Hen.3, cap. 29 have been confirmed by good kings 33 times. 12 Hen.3, sententias lata super cartas. The Magna Carta is called carta libertates et franchisae[…] Carta libertatis quia liberos facit, and to overthrow it makes slaves. »

53  « … these Liberties and Franchises were not of Grace and donation, but of Rights and Inheritance », p. 2.

54  « Our Ancestors of old lived in the hightest pitch of perfect Liberty, and wee now in dejected servility we are not used as free men, but as abjects, yea meere slaves. »p. 24. Sur le mythe de la liberté saxone et la dénonciation du « norman yoke » (joug normand) dans la littérature politique anglaise du xviie siècle, voir Marjorie Chibnall, The Debate on the Norman Conquest, Manchester, Manchester University Press, 1999 ; Christopher Hill, Puritanism and Revolution, London 1958.

55  « … no man shall be discased of any of his liberties and free-hold », p. 10-11.

56  « Nullus liber homo capiatur, vel imprisonetur, aut disseisiatur, aut utlagetur, aut exuletur, aut aliquo modo destruatur, nec super cum ibimus, nec super cum mittemus, nisi per legale judicium parium suorum vel per legem terre », soit dans la version reprise dans la Petition of Right de 1628 : « no freeman may be taken or imprisoned or be disseized of his freehold or liberties, or his free customs, or be outlawed or exiled, or in any manner destroyed, but by the lawful judgment of his peers, or by the law of the land ».

57  « This Gentleman hath been since also commited to the said Prison of Newgate by the Lords, contrary to Magna Charta, and the Petition of Right, where it is said, No man shall be imprisoned, but by the judgement of his Equalls being men of like condition and quality, that is to say, Commons by Commons, as Peers by Peeres, and no man put to answer before Indictment or Presentment in matters Cryminall, 5 of Edw. 3. chap. 9, the 25 Edw. Chap. 4 ». 

58  Voir à ce sujet, R. Foxeyl, art. cité.

59  « The highest and most binding Laws, are the several Statutes established by Parliament, yet by authority of that highest Court, it is inacted (only to shew their tender care of Magna charta, or rather, The English-mans Liberty) that if any Statute be made contrary to the great Charter (that is against our just liberty) the same shall be holden for null…. », p. 2.

60  « … prisons are ordayned not for destruction, but for securing of mens persons, untill they be brought forth unto due and speedy tryall ; and therefore are to be humanely and in all civility ordered and used ; otherwise Gaolers are not keepers, but tormentors and executioners of men untried, uncondemned, and this were not (Salvo custodie) to keep men in safety, which the Law implyes, but (Discruere) to destroy before the time, which the Law abhorres. », p. 7.

61  « Although by Law a man ought not to go out of prison, or abroad though with a keeper, and with leave, for he is to be kept in Salva et arcta custodia, in safe and restrained custody ; but yet imprisonment must be (custodia non pena) a keeping only for the bringing unto tryall and judgement, but not a punishment or place of execution », p. 7.

62  « for a prison ought not to be imployed for punishing, but for the safe keeping of men ». Coke écrit en effet : « imprisonment must be, custodia, et non poena ; for carcer ad homines custodiendos, non ad puniendos dari debet », Institutes, Ie partie, Of Continual Claime, L 3, C 7, section 438.

63  La source en effet de Coke est une disposition bien connue du droit romain : « Carcer ad continendos homines, non ad puniendos haberi debet », Digeste, 48. 19. 8. 9.

64  Voir par exemple A petition to the Kings most excellent Maiestie, the Lords spirituall and temporall, and Commons of the Parliament now assembeld. Wherein is declared the mischiefes and inconueniences, arising to the King and Common-wealth, by the imprisoning of mens bodies for debt, Londres, 1622 ; The Prisoners’ Remonstrance, du 30 août 1649 et A pitiful remonstrance, or just Complaint from all the poor afflicted and miserable Prisoners for debt... du 7 juillet 1648. Cf. N. Brailsford, The Levellers and the English Revolution, Stanford The University Press, 1961 cf. p. 126 sq. Comme le fait remarquer Jérôme Sgard, on trouve dans la collection digitale de textes Early English Books Online (qui est aussi la source documentaire majeure du présent travail), au moins 52 pamphlets et pétitions contre la prison pour dettes, dont la moitié paraissent dans les années 1640-1653, « Bankruptcy Law, Majority Rule, and Private Ordering in England and France (Seventeenth–Nineteenth Century) », OXPO Working papers, 2010, http://oxpo.politics.ox.ac.uk. De nombreux travaux sont consacrés à l’histoire interminable de la prison pour dettes en Angleterre, mais surtout pour les périodes postérieures. Voir par exemple, Joanna Innes,. « The King’s Bench prison in the later eighteenth century: law, authority, and order in a London debotrs’ prison », An Ungovernable People, The English and their law in the seventeenth and eighteenth centuries, edited by John Brewer and John Styles. London, Hutchinson, 1980, p. 250-298. Cf. aussi, Hugh Barty-King, The Worst Poverty: A History of Debt and Debtors, Alan Sutton Publishing, 1991.

65  « [B]y the way here also apeareth a poore prisoner for debt, who saith, that by the Lawes of this Realme, he is and ought to be a free man, but is unjustly contrary to the Law made a slave, and cast in prison to be starved or murthered, and with him accordeth Sir Edward Cocke, who saith, when a Subject at the common Law, surch for execution upon a Judgment for debt and dammage, he ought not to have the body of the defendant, but onely his goods in execution, unlesse it be in some speciall case, viz. For the Kings debt : And the reason the same is, that the body in case of debt should not be delayed in Prison, but remaine at liberty, not only to follow his owne affaires and businesses, but also to serve the King and his Country when need should require […] », p. 9 ; « […] all such as are detained and holden in prison for debt ought to be freed and Inlarged, as being illegally and falsly imprisoned contrary to the just and Fundamentall Lawes of this Kingdom… », p. 12.

66  Toutes mesures dont Lilburne fut victime à plusieurs reprises lors de ses diverses détentions.

67  « Touching fees and rewards by the common Law, we find that no Sheriffe Coroner, Gaoler or other of the Kings Ministers, ought to take any reward for doing of his office, but only of the King, and this appeareth by the antient bookes of the Law, Magna Charta, chap. 35, etc. », p. 4.

68  « That vile and infamous Prison, the old Episcopall Slaughter house of many of the deare and precious Saints and servants of Christ », p. 17. Lilburne, enfermé à Newgate avant d’être envoyé à la Tour, est alors aussitôt présenté comme le digne rejetons des martyres anglais de la Réforme.

69  L’auteur, à la fin de l’ouvrage, dresse une longue liste des montants perçus pour le logement, transferts et toutes autres choses dans les prisons de Londres. Les noms des responsables de chaque prison y sont cités et leurs pratiques d’extorsion dénoncées. Ibid., p. 25 sq.

70  « [H]is wife may not accompany him nor bring anything to him, but in presence of his Keeper, no conjugall duties may they performe the one to the other, but stille the Keeper must be here », p. 23.

71  Ibid.

72  Iohn White's defence. In the behalfe of himself, his honoured commander, the lieutenant of the Tower and the other his fellow warders. Against a lying and slanderous pamphlet written by Iohn Lilburne, and intitled Liberty vindicated against slavery. The author of which pamphlet, is here reprehended for his slandering, taxed for his libelling, and incited (the spirit of disaffection abandoned.) to submit himselfe to his rulers, as he is commanded. To live in unity with his fellow commanders, as he ought, London, Printed by E.G. for John Hardesty at the signe of the Black spread-Eagle in Duck-Lane, 1646 (Thomason : 15 septembre).

73  London's liberty in chains discovered, p. 61-62.

74  « Behold our patience and sollicitations have procured unto us (hitherto) nothing else but continuation of our misery and increase of punishments, and our severall complaints (against Gaolers and their instruments of cruelty) have caused us to undergo, more Egyptian stripes, and with hazard of life, yet we still remaine unheard, not pitied, not regarded, whereby our condition is farre worse then the condition of their hounds in their kennells, and haukes in their mewes, which are by them both regarded and carefully provided for with food and lodging, convenient and fitting, what is the reason of this their great neglect ? Because we are Poore, Poore I say, and not able to fee Lawyers, Atorneys, Solicitors and Gaolers, for if we had moneys to satiate these Horsleeches, then (thought our causes were never so unjust, and debts never so great) we should no wayes doubt the gaining of our Liberties, it is not unknowne that some guilty and condemned to dye, are suffered to go at large, and have their liberty, this Gaolers may do, and what not ? », p. 25.

75  The just defence of John Lilburn, against such as charge him with turbulency of spirit (copie Thomason : 25 août 1653).

76  « [T]he first fundamental right I contended for in the late Kings and Bishops times, was the freedom of mens persons, againts arbitrary and illegal imprisonments, it being a thing expressly contrary to the law of the land, which requireth, That no man be attached, imprisoned ; etc. (as in Magna Charta, cap. 29) but by lawful judgement of a Jury, a law so just and preservative, as without which intirely observed, every mans person is contnually liable to be imprisoned at pleasure, and either to be kept there for moneths or yeers, or to be starved there, a the wills of those that in any time are in power, as hath been seen and felt abundantly, and had been more, had not some men strove against it ; but it being my lot so to be imprisoned in those times, I conceive I did but my duty to manifest the injustice thereof, and claime and cry out for my right, and in so doing was serviceable to the liberties of my country, and no wayes desrved to be accounted turbulent in so doing », p. 4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Cavaillé, « Liberty vindicated against slavery (1646). Un écrit de prison contre la prison attribué à John Lilburne », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2011-01 | 2011, mis en ligne le 23 décembre 2011, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/4884 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.4884

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Cavaillé

cavaille@ehess.fr
http://www.ehess.fr/grihl/CV_Fiches/CV_CavailleJP.htm

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org