Navigation – Plan du site

“Je ne vous ferai point ici la description de la maison de Saint-Lazare” : pratique et politique de la frontière carcérale chez Chapelle

Judith Sribnai

Résumés

Dans ses écrits de prison, Chapelle relate son incarcération à Saint-Lazare suite à la plainte de ses tantes, « sœurs de Monsieur Lhuillier ». Sans invective ni plainte ou défense, les poèmes de Chapelle inversent certaines représentations de l'espace, proposant ainsi une autre « politique » possible, c'est-à-dire une représentation alternative du corps social. Si le poète condamne la Mission de Saint-Lazare, c'est avant tout comme lieu religieux. Car ce sont les rituels sacrés, vidés de leurs sens spirituels, qui isolent le prisonnier et rendent sa situation insupportable. La contrainte physique ne peut libérer l'âme et l'expérience carcérale ne conduit ni à l'introspection ni à la découverte métaphysique de soi. L'écriture de et sur la prison permet, au contraire, une représentation du sujet au centre d'une société amicale, ordre et espace justement contraires à l'ordre familial ou ecclésiastique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Claude-Emmanuel Lhuillier, dit Chapelle, « Lettre à Monsieur Moreau », Œuvres de Chapelle et de Ba (...)
  • 2  Chapelle n'évoque pas directement la situation géographique de la prison mais seulement, dans la « (...)

1« Je ne vous ferai point ici la description de la maison de Saint-Lazare » : c'est en ces termes que Chapelle s'adresse à Monsieur Moreau, dédicataire de la lettre précédant sa « Description de Saint-Lazare »1. Dans cette lettre, Chapelle propose en réalité un premier aperçu de sa prison : « Je me contenterai seulement de vous dire, pour vous exciter à compassion, que je suis dans un lieu où on me donne tout ce qui m'est inutile et rien de ce qui m'est nécessaire ». De façon remarquable, la prétérition enveloppe et dévoile un lieu où l'abondance cache le manque, la description révélant alors tout ce qui n'est pas là, tout ce que ne se voit ni ne se trouve à Saint-Lazare – qui devient ainsi un lieu en creux, un « non-lieu ». La figure de rhétorique, feignant de passer sous silence pour mieux attirer l'attention de l'interlocuteur, dissimule en même temps qu'elle pointe et désigne l'espace carcéral. De fait, la maison de Saint-Lazare est ce lieu que le discours aborde, contourne, puis invente. Décrire sans montrer, dire ce que l'on tait : les circonvolutions du discours témoignent d'une poétique particulière du lieu carcéral. Elles dessinent une topographie complexe, nimbée d'un secret – mystère du poème à venir, réticence de la prétérition – en même temps que dotée d'une puissance ludique pour un auteur qui peut jouer de tours de passe-passe, de tours de cache-cache. La prison, lieu incertain parce que sa description et sa situation géographique restent insaisissables2, est, par là même, un lieu d'invention où le poète-prisonnier peut constamment se dérober. C'est ce double statut que nous aimerions analyser ici.

  • 3  C'est ce qu'affirme Chapelle dans le sonnet « Contre ses parents » et ce que reprennent dans leurs (...)

2Saint-Lazare, où Chapelle est envoyé par ses tantes à l'âge de vingt ans3, est un espace du négatif : l'auteur se plaint de ce qu'on n'y trouve pas, de ce qu'on n'y possède pas, de ce qu'on n'y mange pas. C'est également un espace équivoque. Dans ce lieu d'enfermement jamais nommé « prison », s'exercent l'autorité, la contrainte des corps et la frustration des esprits. La maison de Saint-Lazare se situe à l'écart de la société, elle n'obéit pas aux règles du dehors, à celles du monde ordinaire que représente notamment Moreau. Elle est, pourtant, l'endroit où s'exerce la contrainte de l'ordinaire : corriger les défaillances, affamer pour apprendre à bien manger, priver pour combler, sont des règles extraordinaires pour enseigner la norme. La « Mission » se tient loin du monde tout en étant régie par lui, lieu de dévotion où vivent des « damnés », lieu de correction à l'abri des regards pour jeunes gens de bonne famille. En cela, elle figure un espace frontière et c'est comme telle qu'elle est manipulée par le poète. Car Chapelle opère un renversement remarquable qui consiste à faire des lieux ordinaires les vraies prisons. Il ne cesse, en effet, de désigner Saint-Lazare comme un lieu religieux et non comme une prison, manière de signifier qu'il est enfermé dans ce que l'on croit, à tort, un lieu acceptable. De même, dans le sonnet « Contre ses parents », la famille devient à son tour un instrument de répression brutale. En ce sens, l'auteur esquisse ce que l'on pourrait appeler une « politique », c'est-à-dire qu'il suggère un autre fonctionnement, une autre compréhension possible de la cité ou du « corps » social. L'invention du lieu carcéral par le poète crée une répartition politique de l'espace dans laquelle la prison se trouve cette fois du côté de l'ordre familial ou religieux. De ce point de vue, les textes de Chapelle interrogent les représentations et les catégories de la norme, de même qu'un certain régime de pouvoir ou de fonctionnement du politique.

Le pensionnaire de la maison de Saint-Lazare

3Avant d'en venir aux textes eux-mêmes, il faut évoquer la situation particulière de Saint-Lazare parmi les prisons parisiennes. Ce rappel est nécessaire non pas pour évaluer la description qu'en donne Chapelle ou en juger mais pour comprendre d'où il parle et surtout la portée ironique et critique de ses textes.

  • 4  Ces juridictions sont au nombre de 24 au xvie siècle à Paris, nombre qui diminue jusqu'en 1674, da (...)
  • 5  Selon Jacques Hillairet, la discipline y est sévère mais non brutale : si les enfants ne subissent (...)
  • 6  C'est à Saint-Lazare qu'est enfermé notamment Des Grieux tandis que Manon Lescaut est placé à l'Hô (...)

4Saint-Lazare, qui se situe alors entre la rue du Faubourg Poissonnière et la rue du Faubourg Saint-Denis à Paris, relève d'une juridiction ecclésiastique4. Elle dépend, par conséquent, d'une justice seigneuriale et non royale, ce qui la distingue des établissements de droit commun comme le Petit-Châtelet ou des prisons comme la Bastille. Ses fonctions sont multiples puisque Saint-Lazare est à la fois un couvent, un hôpital, une prison et une « renfermerie », les parents pouvant, moyennant paiement et avec autorisation du lieutenant de police, y mettre les enfants qu'ils jugent délinquants5. Dans la partie que l'on nomme « la maison de Saint-Lazare » sont enfermés les prêtres qui ont enfreint les lois de l'Église et, ce qui est visiblement la situation de Chapelle, des hommes issus de bonne famille accusés de libertinage, de mœurs dissolus, de jeu ou de mésalliance6. Seules les familles aisées peuvent solliciter une lettre de cachet : la pension est d'au moins 600 livres, auxquels s'ajoutent le paiement de l'entretien, du chauffage et une charge supplémentaire pour un meilleur traitement. Dans le cas de Chapelle, encore mineur et dont le père est absent de Paris, ce sont ses tantes qui auraient demandé l'arrestation.

  • 7  Sur ces dénonciations chez les libertins, voir notamment Sophie Gouverneur, Prudence et subversion (...)
  • 8  Ces éléments sont présents chez d'autres libertins, Viau bien sûr mais également Cyrano de Bergera (...)

5Ces quelques remarques expliquent tout d'abord que Chapelle puisse faire de sa description de Saint-Lazare une charge contre l'ordre religieux. Dans un tel contexte, le poète revient aisément sur la dénonciation récurrente chez les libertins d'une collusion des systèmes de contrôle et de sanction de la famille, de l’État et de l’Église7. Elles permettent également de comprendre que la description que propose Chapelle ne reprenne pas des motifs que l'on trouve ailleurs de façon assez constante : l'évocation des mauvais traitements physiques, les bêtes, l'humidité, l'obscurité8. Pourtant, nous le verrons, Chapelle n'en offre pas moins une variation sur le thème du passage du monde des vivants aux enfers.

  • 9  Tallemant des Réaux évoque ce « bastard » que Luillier fit éduquer par Gassendi, Les Historiettes  (...)
  • 10  Voir par exemple les témoignages recueillis par Yves Giraud dans son édition du Voyage d'Encausse, (...)

6Enfin, il est important de noter qu'être enfermé à Saint-Lazare constitue sans doute le signe manifeste d'une certaine condition sociale. Pour les tantes de Chapelle, faire enfermer le jeune neveu  libertin est un premier geste de réparation publique, une tentative pour laver le nom de la famille Lhuillier : non seulement parce que Chapelle, tenu à l'écart, sera remis dans le droit chemin, mais parce qu'en étant envoyé à Saint-Lazare, il continue d'appartenir à un monde privilégié qui exerce son autorité avec force et expose sa légitimité. L'humiliation de l'incarcération se mêle à la réaffirmation d'un honneur et d'un statut un instant menacés, ce dont Chapelle semble jouer avec plaisir. Ce dernier occupe d'ailleurs une place particulière dans le milieu lettré du xviie siècle. Il a 16 ans en 1642 lorsqu'il est reconnu par François Lhuillier, conseiller au parlement de Metz9 et, au moment de son incarcération à Saint-Lazare, il a déjà fait la connaissance de Cyrano et de Dassoucy. Il est à la fois reconnu comme libertin et célébré comme homme de lettres, parfois comme inspirateur, sans jamais faire carrière dans le milieu lettré ni ailleurs10. Dans le cadre d'une histoire des écritures de prison et d'une réflexion sur l'écriture comme exposition et recomposition de soi, la position de Chapelle est intéressante précisément pour cette position apparemment marginale : le poète est dans une prison qui n'en pas vraiment une ; ses contemporains ne lui reconnaissent pas tout à fait le titre d'auteur quoiqu'il ait écrit le Voyage avec son ami Bachaumont. De fait, sa production reste assez mince et les textes consacrés à son séjour carcéral sont peu nombreux. Mais comme telle, cette situation périphérique offre un terrain d'analyse pertinent : elle permet d'évaluer une certaine dimension topique du discours de ou sur la prison, de suivre ainsi le tracé de constructions imaginaires autour de ces lieux où le pouvoir exerce sa contrainte, de mesurer, enfin, les conditions et les particularités d'un certain régime d'écriture qui prend alors forme.

La « triste description »

7Chapelle consacre trois textes à son séjour à Saint-Lazare : la lettre à Moreau et la « Description » qui exposent les conditions de son incarcération ; le sonnet « Contre ses parents » dénonçant les « deux sœurs Luillier ». Dans les deux premiers, Chapelle, en remodelant de façon critique un espace contraignant, se dérobe à son assujettissement.

  • 11  Sur ces signaux descriptifs et l'ordre de la description, voir Philippe Hamon, Du descriptif, Pari (...)

8Contrairement à d'autres récits de prison, on ne trouve chez Chapelle ni invective, ni défense, ni dénonciation de calomnies ou de rumeurs infondées. Il se concentre plutôt sur le lieu lui-même, approche lentement ce locus terribilis, bâtisse solitaire sur la « froide plaine », où soufflent la bise et l'Aquilon, où se pressent « de pauvres gens, pâles, blêmes,/secs ». Chapelle suit plaisamment les usages du genre descriptif et commence par annoncer son propos11 :

  • 12  Œuvres de Chapelle et de Bachaumont, op. cit., p. 124.

Moreau, le pauvre solitaire
[…]
En ce peu de mots te va faire
Une triste description.12

9La description s'agence ensuite selon une progression spatiale : « la chétive maison », l'église qu'on aperçoit, les fumées qui ne s'élèvent pas, puis les « pauvres gens pâles, blêmes » qui y vivent, les portes closes qui la séparent du monde extérieur :

  • 13  Ibid., p. 125.

Ces lieux, où sans sonner sonnette
Personne n'entre ni n'en sort […].13

10Derrière ces portes survit Chapelle lui-même :

  • 14  Ibid., p. 126.

Mon dessein est de te décrire
Mes moindres incommodités.14

  • 15  Ibid., p. 125 : « Afin qu'on ne puisse dire/Que pour peu de difficultés/Mes semblables sont rebuté (...)

11Le poète égrène alors le temps d'une journée ordinaire : le réveil, le « dîner », les prières, la récréation, les conversations et l'ennui. Tout le développement descriptif s'appuie sur ce que voit et sent le détenu, la topographie des lieux se dessinant à la faveur d'un corps dont les sens sont à la fois aiguisés et frustrés. On ne « voit jamais de feu » réchauffer la maison, le vent fait « trembler soir et matin », le bruit du benedicamus réveille trop tôt, il n'y a pas de déjeuner pour calmer la faim. Chapelle, qu'on ne doit pas soupçonner de trop de délicatesse15, prend soin de préciser les conditions de sa détention :

  • 16  Ibid., p. 126.

Apprends maintenant la structure
De nos misérables grabats […].16

12Ces précisions, qui invitent le lecteur à passer de l'autre côté des murs, donnent l'impression de dévoiler enfin le secret annoncé, de lever le mystère sur la Mission. Mais à y regarder de près, ce lieu clos n'est qu'une coquille vide, un décor sans portée métaphysique. Le poète, comme un voyageur égaré et ignorant, découvre les mœurs étranges d'un univers religieux dont il est incapable de déceler la signification.

13En effet, plus le lecteur avance dans le poème, plus l'espace semble se resserrer autour du poète : au fur et à mesure des quintils, la « retraite » se referme littéralement sur Chapelle. Dans la bâtisse solitaire sa chambre n'est pas plus grande qu'une « armoire », ce qui, au premier abord, le faire rire :

  • 17  Id.

Ma chambre, ou plutôt une armoire
Qu'on a faite pour me serrer,
D'abord qu'on me la vint montrer,
Me fit rire ; et j'eus peine à croire
Que j'y pusse jamais entrer.17

14De même que la chambre n'est pas proportionnée à l'auteur, le rire qui fuse accuse un décalage troublant et angoissant avec la situation. Chapelle semble pris au piège et ne peut que brièvement prendre la parole avant d'être à nouveau happé par les lieux :

  • 18  Ibid., p. 127.

J'en dis bien moins qu'il n'y en a
Mais il faut finir, car voilà
L'heure qui m'appelle à l'église […].18

15Dans ces lieux fermés, personne n'entre ; de sa chambre où il ne semblait pas pouvoir rentrer, il ne peut plus sortir. Chapelle se trouve alors exposé à tous les vents dans une maison « qui ne peut parer la bise/Que par quelque faible cloison » et dans son « armoire » où « Un aquilon froid et mutin/Me fait trembler soir et matin ». « Pauvre solitaire », il est totalement reclus dans sa « retraite », entourés de « pauvres gens ». Il est loin de ses « semblables », loin de Moreau dont il dit, au début de la description :

  • 19  Ibid., p. 124

Toi qui nous fait voir la sagesse
Jointe avec la vivacité,
Toi qui ravis la liberté
Aux dames par ta gentillesse,
Comme aux hommes par ta bonté.19

16À Chapelle, au contraire, on a ravi la liberté, il ne connaît plus la compagnie des hommes et des femmes, il ne connaît plus les plaisirs ni du corps, ni de l'esprit puisque les conversations chrétiennes ne l'intéressent pas.

17Saisi par l'espace de la maison de Saint-Lazare, Chapelle l'est également par un temps qui se distend ou se déforme. La situation d'énonciation oppose notamment le moment très court de la description et celui, hypertrophié, de la prison. Parce que les activités sont peu nombreuses et ne le captivent pas, le temps se dilate cruellement : « nuit et jour » on ne fait que prier ; à peine endormi Chapelle est réveillé pour les prières « qui durent trois heures et plus » ; le plus petit dîner tient une demi-heure car « bénédicité dure/ un quart d'heure et Grâces autant », la récréation n'est que d'une heure. Dans sa lettre à Moreau, Chapelle se plaint :

  • 20  Ibid., p. 123.

Enfin, Monsieur, dans les conversations je n’ai que des gens qui m’importunent, et je n’en ai point qui me divertissent : car tous leurs entretiens ne sont que des invectives contre les vicieuses coutumes du siècle [...] .20

18À Saint-Lazare les heures se comptent non plus au rythme du plaisir de l'échange mondain mais s'étirent autour de la répétition infinie des mêmes discours : les prières, les conversations sur les prières. La réclusion monacale condamne Chapelle à une frustration intellectuelle, à un repli sur des menues questions religieuses sans le conduire à une découverte métaphysique qui ouvrirait à des espaces et des temps infinis :

  • 21  Ibid., p. 127.

Ces conversations chrétiennes,
Vraiment dignes de ces oisons,
Sont, par mille sottes raisons,
De me prouver que les antiennes
Valent mieux que les oraisons.21

19Pour produire cet effet de contrainte, de resserrement de l'espace et de dilatation du temps, appauvrissement qu'il oppose, à travers le personnage de Moreau, à la variété et à la vitalité du dehors, Chapelle s'emploie à décrire Saint-Lazare à peu près systématiquement par le négatif, usant d'un continuum de formes syntaxiques et lexicales de la négation. C'est ce qui permet de « vider », pour ainsi dire, le lieu carcéral, de faire du cloître non un lieu qui en serrant, en sevrant le corps, libère l'âme et l'esprit, mais un lieu du tout petit, voire du mesquin, où l'esprit se dessèche.

20Dans sa lettre à Moreau Chapelle raconte :

J’ai un bénitier, et je n’ai point de pot de chambre auprès de mon lit. J’ai un prie-Dieu, et je n’ai point de chaise ni de table dans ma chambre. J’ai un surplis, et je n’ai point de chemise. J’ai un bonnet pour le jour, et je n’en ai point de nuit. J’ai une soutane, et je n’ai point de robe de chambre. À table j’ai des serviettes, des assiettes, des couteaux, des cuillères, et je n’ai rien à manger.

  • 22  De ce point de vue, Chapelle s'oppose à l'idée, très présente au xviie siècle, que l'illusion et l (...)

21Chapelle, en se moquant avec ironie des objets du culte chrétien, les dépossède de leur valeur mystique : il ne veut pas céder sa chemise contre un surplis, il refuse de soumettre les besoins et la vie naturelle du corps (manger, se couvrir, déféquer) à la vie spirituelle de l'âme (le bénitier, le prie-dieu). Le rapprochement burlesque du pot de chambre et du bénitier de même que l'assiette vide comme représentation satirique de la contrition rappellent bien sûr une certaine optique libertine. Chapelle défend ici l'existence de la matière, doute de la séparation de l'âme et du corps et réhabilite les plaisirs de la chère et les désirs physiques dont la Mission le prive. Contre la frugalité du saint à laquelle il est invité pour se purifier, Chapelle rétablit la perspective : le monde des plaisirs, de la conversation et de l'amitié ne se caractérise pas par le vide, la vanité ou l'illusion qui règnent au contraire dans les cloîtres où la pauvreté et l'ascèse ne font que cacher un dénuement total et qui paraît absurde22. Car à quoi bon avoir des couteaux et des cuillères si l'on a rien à manger ?

22Chapelle dépouille ainsi la pauvreté claustrale de toute envergure métaphysique et théologique. Les hommes de la Mission ne sont que pauvres, et cette misère ne cache rien d'immense ou d'infini. De ce point de vue, l'emploi des tours restrictifs est significatif : ceux qui ont bâti Saint-Lazare ont désiré « n'y rien faire que prier », on « ne peut parer la brise/Que par quelque faible cloison », « on n'y voit jamais de feu/Que quand aux vêpres on allume/L'encensoir pour honorer Dieu », le dîner « n'est rien qu'un petit plat ». Les négations temporelles (« rien ne fume/Jamais en ce funeste lieu »), les rectifications (« moins chambre que cage »), les épanorthoses (« dîner ou plutôt dinette »), ou les tours comparatifs (« moins grand que la plus petite palette », « mon dîner n'est pas moins léger ») contribuent également à épuiser toute dimension spirituelle. L'espace de la dévotion à Dieu, espace dédié à redresser les mécréants, devient le lieu du minuscule, de l'inutile et du vide.

23Enfin, Chapelle accentue l'impression d'un monde et d'un rituel sans signification symbolique ou théologique en décrivant la règle monacale comme l'étranger décrit le pays qu'il visite pour la première fois, sans comprendre le principe qui anime les gestes, la foi qui donne sens et contenu aux comportements :

  • 23  Œuvres de Chapelle et de Bachaumont, op. cit., p. 125.

Là de pauvres gens, pâles, blêmes
Secs, tous meurtris et décharnés
Par les coups qu'ils se sont donnés
Disent qu'assurément eux-mêmes
Et tous les autres sont damnés.23

24De même, il relate l'humiliation et la contrition des religieux avec la distance de l'impie ignorant :

  • 24  Id.

Nuit et jour ils sont en prière,
Tant ils ont crainte de l'enfer ;
Et pour mieux surmonter la chair,
Se donnent cent coups d'étrivières,
Ce qui s'appelle en triompher.24

25Chapelle décrit la prière, la pénitence et la mortification comme des phénomènes qu'il ne comprend pas et dont le sens lui échappe. Les « pauvres gens », restent un ensemble indéterminé et le lecteur ne sait si « ils » renvoient aux religieux, aux autres détenus, aux prêtres condamnés. De même, le rapport que fait Chapelle passe ironiquement sous silence la logique de la foi et la signification symbolique du rituel si bien que les coups d'étrivières paraissent seulement insensés. Si, à aucun moment, l'auteur ne se défend, ne proteste de sa bonne foi ou de son innocence, le modèle anthropologique qu'il utilise possède au moins trois vertus : il transforme la liturgie en coutume étrange ; il donne à Chapelle le rôle de l'observateur critique ; il invalide la démarche d'enfermement. L'auteur ne fait pas mine de se défendre parce qu'il est pris temporairement dans une situation dénuée de sens. De fait, l'emprisonnement ne favorise pas l'introspection, la rêverie ou le recueillement : il n'y a pas plus de métaphysique de la Mission qu'il n'y a de métaphysique du sujet, la contrainte ne conduisant à aucune découverte intérieure, à aucun dépassement de soi.

26C'est par la reprise de la figure de Job que Chapelle parvient à une représentation et à une invention de soi dans l'enceinte de la prison. Le personnage est ici utilisé de façon subversive au profit d'une figuration personnelle de la résistance et de la survie, d'une certaine singularité également.

« Il fallait que Job eut affaire/ Aux deux sœurs de Monsieur Luillier »

27Sans l'aide de Moreau, assure Chapelle, il serait « mort dans la Mission ». C'est une voix d'outre-tombe qui s'élève :

  • 25  Id.

Ces lieux […]
Sont les lieux où, moins vif que mort,
Je t'écris que cette retraite
Commence à me déplaire fort.25

  • 26  Voir par exemple chez Cyrano qui utilise lui aussi la figure de Job, États et Empires de la Lune e (...)

28Le dernier octosyllabe est un euphémisme : Chapelle est seul, presque mort. À l'agonie, il revit, dans la Mission, le martyr de Job, le juste constant dans sa foi. Le motif du passage par la mort et de la constance dans l'adversité, présent chez d'autres auteurs, sert la représentation d'un détenu en auteur sacrifié mais survivant, notamment par sa voix et ses écrits26. Chapelle, quant à lui, termine sa description de Saint-Lazare sur un chant religieux étouffant sa propre parole :

  • 27  Œuvres de Chapelle et de Bachaumont, op. cit., p. 128.

Enfin, Moreau, quoi que j'en dise
J'en dis bien moins qu'il n'y en a ;
Mais il faut finir, car voilà
L'heure qui m'appelle à l'église,
Où les autres chantent déjà.27

29Les messes et le service éteignent la voix du martyr, ultime retournement repris dans le sonnet « Contre ses parents ».

30La comparaison avec Job y est plus explicite, plus ironique également :

  • 28  Ibid., p. 129.

Ce que j'ai souffert avec eux [messieurs mes parents]
Surpasse même la souffrance
De celui qui, pour sa constance,
Dans l'Écriture est si fameux.28

  • 29  Id.

31Job devient une figure mythologique, non pas un exemplum mais véritablement une histoire que le poète peut s'approprier, réécrire à sa manière et reprendre à son compte. Comme Job constant dans sa foi, Chapelle reste constant contre l'ordre, celui de la maison de Saint-Lazare, celui des sœurs Luillier. Il prie « Dieu qu'il [le] délivre/ Surtout de messieurs [ses] parents »29, comme le chrétien prie Dieu qu'il le délivre du mal. Chapelle s'approprie et détourne certaines caractéristiques du récit de Job, histoire non seulement connue mais fondatrice pour « messieurs ses parents ». Dans ce déplacement ironique, il trouve la possibilité d'inscrire son identité. Le lieu commun détourné doit convaincre du pathétique de sa situation en même temps qu'il sabote les repères de ses pères. « Je suis comme Job », affirme Chapelle, mais pire que lui, car plus souffrant encore et plus constant. Telle est la rhétorique de Chapelle car :

Hélas! ce sage misérable
N'eut jamais affaire qu'au diable
Qui le mit nu sur un fumier.

Tandis que :

  • 30  Id.

Pour voir sa patience entière
Il falloit que Job eût affaire
Aux deux sœurs Luillier.30

32Le sonnet se termine sur cette pointe qui assassine les deux sœurs, plus diables que le diable, ces dernières étant bien réelles quand l'autre est l'objet d'une crainte infondée. En dernier ressort, l'utilisation et le détournement parodique et critique de la figure de Job, permet de se réapproprier l'exception du mythe, cette histoire d'un personnage singulier et mémorable, hors du commun mais origine d'un lieu commun.

Dans le premier quatrain Chapelle s'adresse ainsi à Moreau :

Oui Moreau, ma façon de vivre
Est de voir peu d'honnêtes gens,
Et prier Dieu qu'il me délivre
Surtout de messieurs mes parents.

33De façon remarquable, au moment où Chapelle redessine la carte du politique (où sont les prisons ? Qui est le diable ? Qui sont les honnêtes gens ?), il pense sa propre identité. Au moment où Chapelle refuse l'espace identitaire de la famille, du religieux et du pouvoir, il esquisse une réflexion sur l'élaboration de soi, être justement non solitaire et non reclus, mais tourné vers son ami Moreau, vers l'écriture poétique. Chapelle substitue au benedicamus, l'adresse amicale, la description critique et troublante de son lieu, de sa temporalité. C'est en cela qu'il interroge la possibilité d'une autre politique, autrement dit d'une autre répartition des lieux, d'une autre relation entre les hommes, d'autres règles et d'un autre langage également, non celui de la répétition du rituel incompris, mais de la réinvention et réappropriation permanentes des mythes communs.

34Les textes de Chapelle sont sans doute marginaux dans le corpus des écritures de et sur la prison mais plusieurs aspects peuvent être pertinents dans une perspective plus générale. En premier lieu, l'utilisation et la manipulation des genres semblent jouer un rôle important pour l'évocation d'un monde carcéral qui reste celui de l'indicible ou de l'incompréhensible, où l'on n'a parfois pas le temps ni la place d'écrire. D'autre part, il est peut-être possible de repérer, justement dans ces textes périphériques, la reprise et la circulation de motifs qui permettent d'aborder l'écriture de prison à travers certaines constantes. Par ailleurs, les poèmes de Chapelle sont remarquables en ce qu'ils ne proposent pas de métaphysique. Il s'agit à la fois d'un refus de la métaphysique chrétienne mais également d'une épiphanie de l'être, réalité du sujet qui serait révélée dans l'obscurité du cachot, expérience alternative au silence et aux souffrances imposées au corps. En cela, la « Description » constitue une critique radicale de l'enfermement, expérience dans laquelle il n'est aucune conversion possible. Dans cette critique, enfin, s'esquisse une politique particulière du sujet : les lieux ordinaires, les lieux familiers se révèlent à leur tour des prisons. Au contraire, l'espace occupé par l'auteur, quel qu'il soit, ce lieu condamné par la communauté ou par les institutions, devient une alternative possible. Celui qui semble devoir être redressé, remis au pas, celui qui occupe les espaces frontaliers ou marginaux, devient un autre centre. Dans l'ordre de la famille, l'ordre ecclésiastique, les dispositifs du pouvoir se situe le règne carcéral. L'ordre du sujet, non de l'individu solitaire, mais de l'homme de plaisir qui s'adresse à ses amis, devient celui d'un autre dispositif social.

Haut de page

Notes

1  Claude-Emmanuel Lhuillier, dit Chapelle, « Lettre à Monsieur Moreau », Œuvres de Chapelle et de Bachaumont, Paris, P. Jannet, 1854, p. 122. Cette édition de Jean-Baptiste Tenant de Latour reprend celle de Lefèvre de Saint-Marc parue en 1755 chez Quillau.

2  Chapelle n'évoque pas directement la situation géographique de la prison mais seulement, dans la « Description », la « froide plaine » où est sise la « chétive maison ». Cette indétermination contribue à l'impression d'un lieu à la fois menaçant; inaccessible et susceptible d'être métamorphosé par le poète.

3  C'est ce qu'affirme Chapelle dans le sonnet « Contre ses parents » et ce que reprennent dans leurs éditions J.-B. Tenant de la Tour et Ch.-H. Saint-Marc. Nous n'avons pas retrouvé les documents concernant l'incarcération de Chapelle.

4  Ces juridictions sont au nombre de 24 au xvie siècle à Paris, nombre qui diminue jusqu'en 1674, date à laquelle elles sont abolies par Louis XIV. Elles sont alors rattachées à la juridiction du Grand Châtelet. Pour ces indications sur la prison de Saint-Lazare  voir Jacques Hillairet, Gibets, piloris et cachots du vieux Paris, Paris, Éditions de Minuit, 1956, p. 303 sqq.

5  Selon Jacques Hillairet, la discipline y est sévère mais non brutale : si les enfants ne subissent pas de sévices, ils n'ont pas de contacts entre eux, même à la chapelle où il sont placés dans des cages grillagées qui ne donnent accès qu'à l'autel.

6  C'est à Saint-Lazare qu'est enfermé notamment Des Grieux tandis que Manon Lescaut est placé à l'Hôpital.

7  Sur ces dénonciations chez les libertins, voir notamment Sophie Gouverneur, Prudence et subversion libertines : la critique de la raison d'État chez François de La Mothe Le Vayer, Gabriel Naudé et Samuel Sorbière, Paris, H. Champion (Libre pensée et littérature clandestine), 2005 et Isabelle Moreau, « Guérir du sot » : les stratégies d'écriture des libertins à l'âge classique, Paris, H. Champion (Libre pensée et littérature clandestine), 2007.

8  Ces éléments sont présents chez d'autres libertins, Viau bien sûr mais également Cyrano de Bergerac, États et Empires de la Lune et du Soleil, éd. M. Alcover, Paris, H. Champion, 2004, p. 198 ; ou Dassoucy, Les Aventures et les Prisons, éd. D. Bertrand, Paris, H. Champion, 2008, p. 248.

9  Tallemant des Réaux évoque ce « bastard » que Luillier fit éduquer par Gassendi, Les Historiettes : « Estant maistre des Comptes, il eut une amourette avec une de ses parentes qui estoit mal avec son mary : il en eut un filz, et par son credit, quoyque cet enfant fust adulterin, il le fit legitimer, et luy assura de quoy vivre par le consentement de ses soeurs. », Les Historiettes de Tallemant des Réaux : Mémoires pour servir à l’Histoire du xviie siècle, éd. A. Adam, Paris, Gallimard, 1961, t. II, p. 87-88.

10  Voir par exemple les témoignages recueillis par Yves Giraud dans son édition du Voyage d'Encausse, Paris, H. Champion, 2007, p. 177 sqq. On peut également renvoyer aux remarques de Palissot qui loue « l'homme du monde » et son « esprit de conversation » tout en soulignant qu'il n'avait pas le « talent de mettre en œuvre », Œuvres de Monsieur Palissot, Mémoires pour servir à l’histoire de notre littérature, Paris, de l'Imprimerie de Monsieur, 1788, p. 107.

11  Sur ces signaux descriptifs et l'ordre de la description, voir Philippe Hamon, Du descriptif, Paris Hachette, 1993.

12  Œuvres de Chapelle et de Bachaumont, op. cit., p. 124.

13  Ibid., p. 125.

14  Ibid., p. 126.

15  Ibid., p. 125 : « Afin qu'on ne puisse dire/Que pour peu de difficultés/Mes semblables sont rebutés […]. »

16  Ibid., p. 126.

17  Id.

18  Ibid., p. 127.

19  Ibid., p. 124

20  Ibid., p. 123.

21  Ibid., p. 127.

22  De ce point de vue, Chapelle s'oppose à l'idée, très présente au xviie siècle, que l'illusion et l'aveuglement sont dans la vie mondaine tandis que la solitude de la méditation ouvre à la vérité et à l'authenticité. La retraite et le dénuement ne conduisent pas à la découverte de soi ou d'une relation nouvelle avec le monde et Dieu. Sur la retraite et la méditation, voir Bernard Beugnot, Le Discours de la retraire. Loin du monde, loin du bruit, Paris, PUF, 1996 et Christian Belin, La Conversation intérieure : la méditation en France au xviie siècle, Paris, H. Champion, 2002.

23  Œuvres de Chapelle et de Bachaumont, op. cit., p. 125.

24  Id.

25  Id.

26  Voir par exemple chez Cyrano qui utilise lui aussi la figure de Job, États et Empires de la Lune et du Soleil, op. cit., p. 186. Sur le passage aux Enfers, voir Dassoucy, Les Aventures et les Prisons, op. cit., p. 247 et p. 249.

27  Œuvres de Chapelle et de Bachaumont, op. cit., p. 128.

28  Ibid., p. 129.

29  Id.

30  Id.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Judith Sribnai, « “Je ne vous ferai point ici la description de la maison de Saint-Lazare” : pratique et politique de la frontière carcérale chez Chapelle », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2011-01 | 2011, mis en ligne le 24 décembre 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/4912 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.4912

Haut de page

Auteur

Judith Sribnai

Judith Sribnai a soutenu une thèse en cotutelle avec l'Université de Montréal et l'université de Paris IV-Sorbonne. Son travail portait sur les figurations du sujet dans les romans à la première personne et les textes philosophiques du xviie siècle en France. Elle effectue en ce moment son stage post-doctoral à l'Université d'Ottawa où elle enseigne en tant que professeure à temps partiel. Elle s'intéresse aux pratiques des lieux frontières au xviie siècle et à la relation entre marge et identité.
Quelques publications:
« Nouveau sujet, nouvelle science : savoir, science et expérience dans Le Gascon extravagant d'Onésime de Claireville », dans S. Lemaitre-Provost et D. Roberge (dir.), Science et littérature, Québec, Presses de l'université Laval (Les Cahiers du C.I.E.R.L), 2011 (à paraître).
« Le corps perdu et la solitude du poète : faillites du plaisir dans les Avantures de Dassoucy », Seventeenth-Century French Studies, vol. 13, n° 2, 2011, p. 103-113.
« Discordance du “je” dans les récits à la première personne », dans B. Bolduc et H. Goldwyn (dir.), Concordia discors, Tübingen, Narr Verlag, 2011, p. 117-125.
« Le plaisir de déplaire : une rencontre entre philosophie et littérature dans la Première journée de Théophile de Viau », dans N. Dion, E. Ouellet et M. Plante (dir.), Le Plaisir sous l'Ancien Régime, Québec, Presses de l'Université Laval (Les Cahiers du C.I.E.R.L), 2009, p. 49-64.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page