Navigation – Plan du site

Pourquoi écrire des poèmes en prison ? Le cas de Paul Pellisson à la Bastille

Michèle Rosellini

Résumés

Emprisonné à la Bastille comme complice de Fouquet, Pellisson n’écrit pas une poésie de résistance à l’oppression, mais une poésie de négociation avec le pouvoir. Loin de le constituer en sujet autonome, elle consacre son assujettissement au roi, jusqu’à l’oubli de son corps propre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  C’est là le principe de l’étude que Stéphane Van Damme a menée, avec beaucoup de rigueur et de per (...)
  • 2  V. mon article : « Écrire de sa prison : l’expérience carcérale de Théophile de Viau », Ecriture e (...)

1Cette question a pour moi une histoire. Elle s’est imposée quand j’ai étudié les écrits de prison de Théophile de Viau. Tous les textes qu’il avait composés dans son cachot de la Conciergerie, en vers comme en prose, avaient un même objectif : obtenir sa libération. Ils s’offraient ainsi au chercheur comme un dispositif stratégique auquel il était possible d’appliquer une analyse socio-historique1. Mais le recours à la forme poétique excédait la fonction pragmatique du discours, produisait sur la scène de son énonciation un sujet souffrant, et restaurait la continuité d’une mémoire intime et d’une identité personnelle par-delà l’expérience catastrophique du procès, de l’exécution en effigie, de l’interdiction des livres, et, pour finir, d’une incarcération vécue comme l’antichambre de la mort. Dans le cas de Théophile, la réponse à la question pouvait donc être celle-ci : la pratique de la poésie, par le travail sur le langage qu’elle implique, est un moyen de construire l’incarcération comme expérience intime, de restaurer l’intégrité du sujet-poète en le rétablissant dans sa fonction antérieure et en adossant celle-ci à la longue tradition de la poésie de la prison et de l’exil, celle d’Ovide, de Villon, de Marot2.

2Cette question doit sans doute s’envisager tout différemment dans le cas d’un autre personnage qui a lui aussi abondamment écrit, en vers et en prose, pendant ses cinq années d’enfermement à la Bastille : Paul Pellisson. Les conditions historiques et juridiques de son incarcération sont en effet très différentes de celles qu’a subies Théophile, tout autant que les formes et les modes de circulation de ses textes poétiques. En outre, il a atteint par ce moyen l’objectif stratégique qu’il visait : non seulement sa réhabilitation, mais sa réinsertion dans le cercle mondain où sa poésie lui assurait une place avant l’embastillement, et d’où il pouvait espérer rebondir vers la sphère du pouvoir.

  • 3  V. Alain Niderst, Madeleine de Scudéry, Paul Pellisson et leur monde, Publications de l’université (...)
  • 4  V. la chronologie du procès en annexe.

3Pellisson est emprisonné à la Bastille après avoir été arrêté à Nantes, le 5 septembre 1661, avec le surintendant des finances, Nicolas Fouquet, dont il est le secrétaire particulier et le premier commis. À ce titre, il se trouve très logiquement impliqué dans l’accusation de malversations qui pèse sur Fouquet, d’autant qu’il a pris lui-même, sous le blanc-seing de son maître, des décisions importantes en matière d’impôts et de taxes, et qu’il a acquis dans sa charge une fortune considérable3. Mais c’est surtout à titre de principal témoin qu’il est détenu à la Bastille. Aussi son régime d’incarcération est-il étroitement lié au déroulement du procès de Fouquet4.

Préambule : la poésie au service de la légende de la Bastille

  • 5  François Ravaisson-Mollien, Archives de la Bastille[1866-1904],Genève, Slatkine, 1975, t. I, p. 34 (...)

4Cette affaire occupe une place importante dans les Archives de la Bastille5 et Pellisson est une figure fameuse de la galerie des victimes de l’arbitraire royal. Ainsi, dans le catalogue de l’exposition que la Bibliothèque de l’Arsenal vient de consacrer à l’histoire de l’embastillement sous le titre « La Bastille : l’enfer des vivants », l’archiviste-paléographe, spécialiste d’histoire pénitentiaire, Catherine Prade, ouvre son article sur « Les prisons de Paris » par le cas de Pellisson, qu’elle évoque en ces termes :

On n’est pas à la Bastille pour s’amuser ! », tonnait un porte-clefs en écrasant sous sa lourde chaussure l’araignée que le secrétaire de Nicolas Fouquet, Paul Pellisson-Fontanier, s’efforçait d’apprivoiser, privé de livres qu’il était pendant son incarcération, de 1661 à 1666, dans la vieille prison de la porte Saint-Antoine.
La réponse de celui-ci ne se fit pas attendre :

  • 6  La Bastille ou « l’enfer des vivants » à travers les archives de la Bastille, E. Dutray-Lecoin et (...)

Doubles grilles à gros clous,
Triples portes, forts verrous,
Aux âmes vraiment méchantes
Vous représentez l’enfer ;
Mais aux âmes innocentes
Vous n’êtes que du bois, des pierres et du fer.6

  • 7  Pierre-Joseph d’Olivet, Lettres historiques de M. Pellisson, Paris, François Didot, 1729, p. (12)- (...)

5On s’étonne de tant d’approximations historiques concentrées sur quelques lignes ! L’anecdote de l’araignée apprivoisée et de la cruauté inutile du geôlier est rapportée par le seul abbé d’Olivet, dans une édition de la correspondance de Pellisson qui date de 17297. Aucun document contemporain de l’incarcération n’en témoigne, et elle ressemble si bien à un topos de la vie carcérale, que l’on peut douter de son authenticité. Les vers cités sans référence sont présentés comme une « réponse » poétique à l’acte d’inhumanité : réponse adressée à qui, d’ailleurs ? assurément pas au porte-clefs trop zélé ! alors au gouverneur de la Bastille ? au roi ? à l’opinion publique ? Si l’on se reporte aux Œuvres diverses de Pellisson publiées dans la première moitié du xviiie siècle, on constate qu’il s’agit d’une épigramme « Sur la Bastille », non datée, et classée par l’éditeur dans la série des « Poésie galantes ». Elle ne figure pas dans les copies manuscrites du Recueil Conrart parmi la série des textes écrits par Pellisson au cours de la seconde période de son incarcération, à partir du printemps 1663, où le prisonnier se trouve au secret dans un cachot, et où est censé prendre place l’épisode de l’araignée. En outre, même sous ce régime rigoureux, il n’a jamais été privé de livres, mais seulement de la possibilité d’écrire et de communiquer.

6Pourquoi tant de liberté avec l’histoire ? Parce qu’il s’agit moins d’histoire que de légende. Il importe à l’auteur de l’article de faire entrer Pellisson dans le légendaire des prisonniers de la Bastille et pour cela de produire de sa poésie carcérale l’image convenue d’une résistance héroïque par l’écriture.

  • 8  « Parmi les personnages sélectionnés au xviiie siècle pour représenter les victimes du despotisme (...)

7Cette légende s’est construite au xviiie siècle8. On constate chez l’éditeur anonyme de ses Œuvres diverses en 1735 la même volonté de donner à lire les poèmes de prison à la fois comme une expression lyrique de la souffrance et un acte de résistance à l’oppression.

8Arrêtons-nous, à titre d’exemple, sur la présentation que propose cet éditeur anonyme du poème héroïque en cinq chants, Eurymédon, dont Pellisson a commencé la rédaction dès le début de son incarcération, dans le temps où il écrivait les discours de défense de Fouquet. Il le juge poétiquement médiocre, mais invite néanmoins les lecteurs à l’admirer pour les conditions difficiles dans lesquelles il a été composé :

  • 9  Œuvres diverses de Monsieur Pellisson de l’Académie française, Paris, Didot, 1735, t. I, Préface, (...)

Quoi qu’il y ait de belles choses dans ce poème, je suis bien éloigné de le donner pour un ouvrage où toutes les règles de l’art soient observées. Le zèle d’Editeur ne m’aveugle pas jusqu’à ce point. Mais quand on saura que l’Auteur était à la Bastille lorsqu’il en forma le plan ; qu’il y travailla dans le temps même qu’on l’interrogeait, que son objet presqu’unique, était d’écarter les ennuis inséparables d’une rigoureuse prison ; et que pour écrire il n’avait de ressource que dans le plomb de ses vitres, et le papier blanc qu’il arrachait de ses livres : on sera peut-être étonné de ce que, tout innocent qu’il était, il ait pu en de si tristes circonstances exécuter un pareil dessein.9

  • 10  V. infra, p. 11, n. 22.
  • 11  Œuvres diverses de M. Pellisson, op. cit., Préface, p. XXVII.  

9Pour excuser l’œuvre et héroïser l’auteur, l’éditeur fait toutefois quelques entorses à la vérité historique. Certes, Eurymédon a bien été composé pendant l’interrogatoire de Pellisson, mais celui-ci – dont les archives du procès n’ont d’ailleurs conservé aucune trace – a eu lieu pendant sa première année d’incarcération, alors qu’il disposait de plumes, d’encre et de papier, dont il usait pour écrire ses Défenses. En ce cas, la mention du papier arraché des pages de garde des livres et du plomb prélevé sur les joints des vitres de la cellule est-elle une pieuse invention de l’éditeur apologiste ? Non, c’est un témoignage de Pellisson lui-même, mais il vient d’une lettre qu’il écrit au roi dans les tous derniers mois de son incarcération, fin 1664, où il subit effectivement le dur régime du secret (on constate d’ailleurs qu’il n’est pas privé de livres !)10. Il y est depuis le printemps 1663, probablement à l’instigation de Colbert, en représailles de l’impression clandestine des Défenses, qui ont contribué à rendre Fouquet populaire et lui-même odieux parmi le peuple ; d’où cette autre anecdote rapportée par l’abbé d’Olivet : à la mère de Pellisson qui l’implore de faire accorder à son fils de quoi écrire, Colbert répond : « Hé, Madame ! il n’écrit que trop »11. On retrouve chez l’éditeur du passé et chez l’historienne d’aujourd’hui le même type de montage à visée apologétique.

10Cette édition posthume de textes qui n’ont jamais été rassemblés et publiés par leur auteur produit la figure de l’académicien Paul Pellisson-Fontanier en écrivain universel, tout à la fois poète, orateur et historien. Ses écrits sont classés en trois catégories : Poésie, Discours, Mémoires. Le volume de poésie est introduit par un éloge du « poème bref », mondain et léger. Bien qu’il soit alors passé de mode, l’éditeur en fait valoir une qualité essentielle à ses yeux : le naturel, la spontanéité expressive. Les poésies de prison sont enrôlées dans cette démonstration.

11Mon premier travail a donc été de rétablir la chronologie de ces textes pour les arracher à cette fonction apologétique qui les a confondus dans une idée totalisante de l’œuvre. Cela m’a permis voir se dessiner deux ensembles distincts dans les écrits de prison, qui correspondent aux deux périodes d’incarcération de leur auteur. On peut ainsi observer que l’évolution du contexte judiciaire et des conditions carcérales ont assigné des enjeux très différents à l’activité d’écriture de Pellisson et orienté son usage de la poésie vers des objectifs divergents. Pour le dire sommairement, la première période me paraît déterminée par les devoirs de l’amitié, privée et publique, la seconde par l’impératif du service du roi. Il est délicat de discerner la part qu’occupe la situation d’incarcération dans les circonstances à laquelle cette poésie, tout entière tendue vers des buts mondains et politiques, semble pouvoir entièrement se réduire ; difficile de décider dans quelle mesure elle peut se définir encore comme poésie carcérale. C’est pourtant ce que je m’attacherai à mettre au jour dans la lecture des textes.

Les usages de la poésie en prison

Fonction de l’écriture poétique pendant l’instruction du procès : maintenir les liens d’amitié

12De son arrivée à la Bastille, fin décembre 1661, jusqu’au printemps 1663, Pellisson jouit d’un régime carcéral relativement confortable. Il est logé dans une grande chambre, située à l’étage, claire et aérée, et surtout il obtient du gouverneur, M. de Besemaux, le droit de se promener sur la terrasse. Il a, selon ses propres termes dans une lettre à Colbert d’avril 1662, des « occupations et divertissements ». Muni de tous les livres nécessaires, il se remet à l’étude du grec, lit Aristote et les pères de l’Eglise, fait des extraits de ses lectures dans de volumineux recueils. En outre, il adresse quotidiennement des lettres à Madeleine de Scudéry par l’intermédiaire d’un faux prisonnier allemand qu’on a placé dans sa cellule pour l’espionner et dont il s’est fait un allié. Il aménage donc sa prison, qu’il suppose de longue durée, en loisir studieux. Son souci primordial semble être alors de maintenir une continuité avec la vie hors des murs de la prison : son activité passée, sa réputation présente, ses alliances politiques, ses liens sociaux et affectifs. La valeur qui met tout cela en cohérence, c’est la fidélité.

132.1.1. La fidélité envers Fouquet se traduit par l’impératif de solidarité et le devoir de défense ; parallèlement aux mémoires qu’il adresse au roi pour l’éclairer sur les activités de son surintendant (et qui seront imprimés sous le titre de Défenses de M. Fouquet), Pellisson emploie la poésie pour le toucher. C’est le but principal de l’Elégie sur la disgrâce de M. Fouquet. Écrit pendant la période des interrogatoires, ce long poème sort de la Bastille dans les premiers mois de 1663 pour être immédiatement imprimé et diffusé. Si on le lit en parallèle des mémoires en prose, on voit apparaître deux phénomènes propres à l’écriture poétique.  

  • 12  Le nom d’Oronte est un signe d’appartenance du clan Fouquet qui subsiste après l’arrestation de ce (...)

14Ce qui est d’emblée frappant, c’est l’allégorisation de la scène judiciaire : on n’a plus affaire à l’affrontement d’individus, mais à la confrontation de vertus et de passions. L’invocation aux Muses, qui précède la supplique au roi, installe cette fiction allégorique – où Fouquet figure sous le nom d’Oronte12 – au seuil du poème :

  • 13  « Elégie. Sur la disgrâce de M. Fouquet », Œuvres diverses, t. I, p. 194.

Muses, dont l’amitié fidèle & genereuse
N’abandonna jamais la vertu malheureuse :
Oronte dont le sort faisoit tant d’envieux,
Oronte idolatré d’une foule importune,
Oronte dont le cœur surpassa la fortune,
Oronte le premier entre les genereux,
Oronte, votre Oronte enfin est malheureux.
Parlez en sa faveur, & quand l’injuste Envie
Ternit d’un noir venin le lustre de sa vie ;
Quand le lâche intérêt qui s’accommode au tems
Appelle ses vertus des défauts éclatans ;
Quand la foible amitié douteuse et chancelante
N’en parle qu’à l’oreille et d’une voic tremblante ;
Chantez comme autrefois avec la même ardeur
Ce qu’il aura toujours de constante grandeur :
Opposez vos concerts au vain bruit de l’orage,
Et d’un Roy magnanime appaisez le courage.13

15L’abstraction moralisatrice de la scène judiciaire s’accompagne d’une transposition métaphorique de ses acteurs : Colbert est assimilé aux « fourmis » avares, accapareuses de richesses qu’elles immobilisent, et opposé à Fouquet : « canal », transparent et fluide, qui draine vers lui ces mêmes richesses, mais pour les faire circuler :

  • 14  Ibid., p. 196-197.

Le Destin l’avoit mis au milieu des richesses :
Mais jamais de son cœur il ne les fit maîtresses.
Il n’imita jamais ces avares mortels
A qui votre prudence élève des autels.
Ces âmes du commun, ou basses, ou prudentes,
Pareilles aux Fourmis grosses, noires, rampantes,
Que le peuple Indien admire sur ses bords,
Entassant & gardant les précieux thrésors,
Sans avoir d’autre objet, ô fureur sans seconde,
Que de les dérober à l’usage du monde.
D’un esprit élevé negligeant l’avenir,
Il toucha des thrésors, mais sans les retenir ;
Il en fut le canal ; c’est tout ce qu’on peut dire,
Pour les rendre à l’instant à tout ce vaste Empire.14

16Cette antithèse allégorique recouvre l’argument majeur des plaidoyers de Pellisson en faveur de Fouquet : le surintendant a, certes, prélevé des sommes considérables par des moyens divers mais elles étaient à la mesure de ce qu’exigeait alors l’État, que dirigeait Mazarin avec l’accord du roi ; si le roi le condamne, il condamne par là ses propres principes de gouvernement.

17En second lieu, la transposition poétique du procès de Fouquet mobilise une topique morale qui euphémise les enjeux politiques de l’affaire. Il s’agit de composer un portrait émouvant de l’accusé. D’abord en faisant de lui le jouet d’un revirement de fortune qui a précipité sa condition de l’élévation la plus glorieuse à la bassesse la plus humiliante : c’est là recourir à un motif tragique. Ensuite en évoquant sa conduite en prison comme un modèle de constance morale et de fidélité envers un roi qui l’accable de sa colère. Ainsi le poète met en valeur le pathétique des souffrances de la « dure prison » pour son maître et ami, ce qu’il s’abstiendra – nous le verrons – de faire pour lui-même. Quant au roi, il le convoque sur la scène dans une position surplombante, comme arbitre souverain et désintéressé, à l’image de Dieu, juge bienveillant des humains. L’appel à la clémence qu’il lui adresse alors est appuyé sur toute la tradition poétique : la clémence d’Auguste représentée par la poésie dramatique (Corneille) fait pendant à la clémence divine évoquée par la poésie spirituelle :

  • 15  Ibid., p. 199.

Ce Dieu dans sa fureur se souvient qu’il est pere.
Sa fureur disparoit ; tes pleurs l’ont désarmé.
Tes fautes l’irritoient ; mais tu l’as reclamé.
Apprens à l’avenir à craindre sa puissance.
Admire ses bontés : adore sa clemence
Qui te rend, tant son cœur est pitoyable et doux,
Pour des siécles d’offense un instant de courroux.
Imitez son exemple, ô Prince magnanime,
Ici le repentir est plus grand que le crime,
Oronte dans les fers, privé de tout appui,
Consumé de douleurs, prêt à mourir d’ennui,
Ne regretta jamais ces esperances vaines
Qui firent si longtems ses plaisirs & ses peines.
Il ne regrette point les trésors decevans ;
L’encens empoisonné des lâches courtisans ;
[…] Ni ses ingrats amis, ni sa gloire passée.
Son Roy seul irrité revient en sa pensée.
C’est tout ce qui l’afflige ; il ne pense qu’en vous,
Il voudroit bien mourir, mais sans votre courroux. 15

18La pratique poétique vise par ailleurs à soutenir l’amitié qui le lie à Madeleine de Scudéry: il s’agit pour Pellisson de maintenir un lien intime avec l’amie d’élection en continuant à remplir à distance la fonction de poète qu’elle lui a accordée au sein du groupe de ses familiers.

Le poème épique Eurymédon lui est dédié. Elle est invoquée dans les vers liminaires sous son nom galant de Sapho, comme la commanditaire des Muses inspiratrices du poème :

Sapho, qui consolez mon triste éloignement,
Et de ces tristes fleurs faites votre ornement
Ecoutez leur disgrâce, et leur gloire passée.
Souffrez que je retrace une histoire effacée.
Amour en fut auteur, Amour selon mes vœux
La rendit mémorable à ses derniers neveux.
Qu’un autre plein de force, autant que de courage
Chante d’un ton plus haut dans un plus long ouvrage ;
Je dirais cependant les combats disputés,
La fortune changée et les Dieux irrités ;
Ce que pour un Héros que le malheur accable,
Et combien aux mortels Amour est redoutable,
Par qui ce Héros même au-dessus du malheur
Succombe au désespoir, et n’est plus qu’une fleur.

Filles de Jupiter, docte et céleste bande !
C’est au nom de Sapho que je vous le demande,
Remplissez son attente, et joignez dans mes Vers
Aux myrtes amoureux les lauriers toujours verts.
(Ibid., p. 22-23)

19Les « tristes fleurs » semblent désigner les vers offerts par le prisonnier, éclos dans l’ombre de la cellule. Mais l’annonce de leur « histoire effacée » produit un effet d’attente que va exploiter le récit. Il relatera, de fait, une métamorphose à la manière d’Ovide : celle du héros en fleur.  

20Cette histoire contient un autre hommage à Madeleine de Scudéry. Celle-ci est le modèle de l’héroïne, Artélice, la nymphe de Diane qu’aime Eurymédon, roi de Thessalie. Artélice a offert à son amant, quand il partait combattre les rois de la Grèce ligués contre lui, une écharpe où elle a brodé une composition allégorique : les flèches et le carquois d’Amour surmontant un monceau d’armes brisées, sous la devise : « Au vainqueur des vainqueurs ». Endymion commence par écraser les armées d’Athènes et de Corinthe, mais succombe aux Spartiates, par la volonté de Mars qui le punit ainsi de porter cette écharpe injurieuse pour lui. Eurymédon doit subir l’humiliation d’être emprisonné « en ses propres Etats », par le vaincu de la veille, le roi de Corinthe Amphinax : sa prison est un vieux château près de Larrisse « dont huit tours font un ovale imparfait » – à l’image, bien sûr, de la forteresse de la Bastille. C’est Neptune, dieu ténébreux, qui l’a construit, selon un dessein si impressionnant qu’« Il s’admira lui-même en son travail affreux,/ Sourit en regardant l’ouvrage épouvantable, /Et douta si l’enfer était moins agréable. » Arélice, redoutant le désespoir d’Eurymédon en un tel lieu, lui fait parvenir un message ainsi formulé : « Vivez et souvenez-vous qu’on vous aime », qui est la réplique de celui que Madeleine de Scudéry a envoyé à Pellisson dès son arrivée à la Bastille par l’intermédiaire d’un Gascon ingénieux.

21Ainsi, par glissements analogiques successifs, le couple Eurymédon/Artélice en vient à représenter la relation d’Acante et de Sapho. Mais la coïncidence est imparfaite puisque Eurymédon doute de la fidélité d’Artélice, car Amour, mécontent du peu de cas que Jupiter fait de sa victoire sur Mars, a propagé le bruit de son mariage avec Amphianax. Fou de douleur, Eurymédon se jette du haut de la tour ; mais Amour le métamorphose en fleur au moment où il touche le sol. Cette métamorphose végétale peut être entendue comme la discrète évocation d’un des signifiants du nom que Sapho a donné au poète : l’acanthe. Pellisson ne craint pas d’expliciter l’allusion dans l’injonction finale à Sapho : « Aimez, aimez Acante », et de la conforter en envisageant de mettre fin à sa prison à la manière d’Eurymédon. Ainsi : « D’une nouvelle fleur il ornera le monde ». Voilà expliqué le mystère des « tristes fleurs » du début et leur histoire conclue. La fiction, outre l’hommage qu’elle offre à l’amitié de Sapho, est pour Pellisson un moyen d’écrire à distance et sous couvert de la topique de l’enfer l’expérience de l’incarcération. Il y met en abyme sa situation d’écriture : « Trompant dans ses malheurs, avec quelque plaisir,/ Sa cruelle douleur, et son triste loisir ». On peut en outre supposer qu’en prolongeant la sociabilité mondaine et littéraire du cercle de Mlle de Scudéry vécue sur le mode de la fiction  – du fait de ses rituels et de la renomination des participants – par une fiction écrite selon des codes poétiques affichés, Pellisson maintient son appartenance au cercle et le lien privilégié avec celle qui en est le centre, dans une relation sublimée par l’imagination.

  • 16  Le Discours au Roi par un de ses fidèles sujets, qu’il a réussi à faire imprimer par l’entremise d (...)

22La poésie est donc d’abord pour Pellisson le support de la relation d’amitié. Elle est tout entière tournée vers l’autre, préoccupée de consolider un lien qui n’a rien d’intense, mais de la tenue. D’Olivet lui a prêté la formule suivante : « je suis amoureux de l’amitié ». Ce n’est pas là une amitié à la Montaigne – qui a quant à elle tous les traits de l’amour : la ferveur et l’exclusivité – mais une amitié doucement épicurienne, faite de fidélité et de services réciproques. Une amitié tendre, certes, pour Madeleine de Scudéry, mais d’une tendresse très socialisée, qui se donne en spectacle dans le « petit cercle » sur lequel règne l’amie. Le lien à Fouquet, c’est aussi une amitié solide, fondée sur le dévouement et la fidélité. La mondanité de Pellisson ne le conduit pas à la servilité ni l’opportunisme envers le pouvoir. Loin de charger Fouquet dans les mémoires pour servir à l’instruction du procès qu’il rédige dans sa cellule de la Bastille, il le défend et affirme, à ses risques et périls, sa solidarité son ancien patron16.

Fonction paradoxale de la poésie au secret : préfigurer le service du roi

23àpartir d’avril 1663, des changements considérables interviennent dans la situation de Pellisson. Changement, d’abord, de sa situation judiciaire : l’instruction de Fouquet achevée, celui-ci attend sa sentence, et son secrétaire Paul Pellisson n’a plus ni plaidoyer ni placets à écrire pour sa défense. Mais, de ce fait, il n’est plus le témoin retenu par la chambre de justice extraordinaire, il devient le prisonnier du roi, condamné à expier son indocilité et le désordre provoqué dans l’opinion. Ce changement de statut se traduit par la détérioration de sa situation d’incarcération. Il subit alors le régime carcéral dans sa plus grande rigueur : transféré dans un cachot étroit, humide et peu éclairé, il est privé de visites et de tout moyen de communiquer. Un tel contexte entraîne un changement notable de la situation d’énonciation. C’est sa mère qui prend le relais de l’écrit, multipliant les placets au roi et les mémoires à Colbert pour obtenir quelque adoucissement dans la situation de son fils. Lui-même, privé de plume et de papier, recourt à une méthode de composition orale encore en vigueur chez les poètes de son temps : il compose de tête et mémorise les poèmes ainsi composés. Quand ils seront imprimés, on constatera, en outre, que la position du sujet de l’énonciation s’est radicalement modifié : Pellisson ne recourt plus à l’anonymat ni à la transposition allégorique, il se présente comme un poète face à son roi, qui assume son identité et l’autorité de la parole poétique. C’est, en outre, la finalité du discours poétique qui a changé : il intervient pour lui-même, pour obtenir sa propre libération. Il emploie pour cela deux registres distincts, dont il est important de spécifier les différences, pour saisir sa stratégie d’encerclement de la cible.

24La Requête à la postérité se déploie sur un ton solennel, proche de la grandiloquence.

A Nosseigneurs de la postérité,
Juges des rois, et tout pleins d’équité,
Paul Pellisson, dans une prison noire,
Manquant de tout, même d’une écritoire,
Comme il le peut, en son entendement,
Vous fait sa plainte, et remontre humblement
Qu’il a procès contre un roi magnanime.
[…]
O Nosseigneurs de la postérité,
Juges des rois, plaise à votre équité,
Quant aux écrits qui ternissent sa gloire,
Ne pas les lire, ou bien ne pas les croire ;
Consens pourtant que vous alliez prêchant
Qu’il fut un sot, mais non pas un méchant.

  • 17  Œuvres diverses, t. I, p. 202-203.

Quant à Louis, l’ornement de son âge,
Si dans six mois, un an, ou davantage,
Il ne lui rend, sans y manquer de rien,
Liberté, joie, honneur, repos et bien,
[…] Faire défense aux échos du Parnasse
De le nommer le plus grand de sa race ;
A tous faiseurs de chants nobles et hauts,
A tous Ronsards, Malherbes et Bertauts ;
A tous faisant galantes écritures,
A tous Marots, Brodeaux, Mellins, Voitures ;
A tous Arnauds, Sarasins, Pellissons,
D’à l’avenir dans leurs doctes chansons,
Passé mille ans, faire aucun sacrifice
A son grand nom ; – et vous ferez justice.17

  • 18  Théophile a écrit de son cachot de la Conciergerie une « Requête à Nosseigneurs du Parlement » : y (...)

25Pellisson conjugue en ces vers le pathétique de la présentation de soi – c’est le seul poème écrit dans cette tonalité – et l’emphase de la requête adressée à ce personnage collectif fictif, sorte de double allégorique des juges du parlement de Paris que l’on désigne aussi par le titre de « Nosseigneurs »18. Il s’agit de les inciter à priver le roi – s’il persiste dans sa sévérité à l’égard du poète – de sa renommée posthume. C’est là une menace adressée obliquement au roi. Or l’instrument de cette menace, ce sont les poètes, artisans de la gloire des rois et maîtres de la postérité : la litanie finale des noms d’auteurs établit une équivalence tacite entre les poètes mondains (Voiture et Sarrasin) et les poètes lyriques, auteurs d’hymnes et d’odes encomiastiques, comme Ronsard et Malherbe. Pellisson y marque, non sans humour, sa propre place. Mais sous la menace perce l’offre de service.

  • 19  Les deux poèmes peuvent être datés de la fin 1664 par leur allusion à l’offensive victorieuse du c (...)

26Cette offre de service s’explicite ailleurs dans un registre plus léger. Pellisson utilise pour l’introduire une autre médiation, sa relation littéraire avec Madeleine de Scudéry. En poursuivant son service au sein du petit cercle d’habitués, il offre comme incidemment ses services au Roi dans les deux poésies « galantes » – telle est la catégorie dans laquelle l’éditeur des Œuvres diverses les inclut – écrites dans cette période : les stances « Sur la mort d’une pigeonne qu’aimoit Sapho, et qu’elle avoit nommée Mignonne » et le « Placet de la pigeonne morte ». Pellisson prend ainsi place dans le cycle de la Pigeonne que les habitués des Samedis de Madeleine de Scudéry avaient entamé sans lui19. Il thématise cette place dans les deux textes : le premier substitue aux plaintes provoquées par la mort de la pigeonne celles que doit inspirer l’absence du poète, empêché par son emprisonnement de participer aux funérailles de l’oiseau (« pleurez, Amours,/ Pleurez l’amoureux Acante ») ; le second fait de la libération du poète, seul capable d’immortaliser la pigeonne, l’objet même de la requête que celle-ci adresse au roi :

  • 20  Ibid., p. 148.

En un mot, Prince charmant,
On lui fait un monument.
Mais on est en grande attente
D’un homme qu’on nomme Acante ;
D’un homme à plusieurs métiers :
Très connu des Financiers,
Et très connu des Poetes,
Qui fait parler les Fauvettes ;
Qui peut l’immortaliser,
Qui peut, c’est beaucoup oser,
Je ne sais s’il le faut croire.
Ajouter à votre gloire.20

27Pour mettre en scène sa situation de prisonnier, Pellisson utilise de manière oblique son appartenance au cercle de Sappho : il la détourne en adresse au roi afin d’inciter à celui-ci à lui accorder la liberté, mais il le fait avec légèreté, sans peser, sur le mode de la suggestion plaisante. Le chœur des oiseaux s’associe à la voix de la pigeonne morte pour proposer au roi les services du poète. En travaillant à la gloire du monarque français, il contribuera ainsi à désespérer ses ennemis et à lui rallier les principaux souverains d’Europe, figurés en oiseaux de proie :

  • 21  Ibid., p. 149.

Sire rendez-le, de grâce,
Aux vœux de tout le Parnasse.
Tout le règne des Oiseaux
En fera des chants nouveaux.
Cygnes, Rossignols, Fauvettes,
Dans leurs peines plus secretes,
Apres un si bon succès,
Vous donneront leurs placets,
Chantans jusques sous le Pole
Cette agreable parole:
Aimons-le d’un cœur soumis.
Malheur à ses ennemis
.
Les plus fiers oiseaux de proye,
Moitié crainte, moitié joye,
Aux placets auront recours.
Même avant fort peu de jours,
Nous y verrons venir, Sire,
Jusqu’à l’aigle de l’empire.21

28Cet enjouement, ce ton divertissant et qui fait diversion, est thématisé au seuil de la fameuse « Lettres des libertés » adressée au roi le 8 septembre 1665.

  • 22  Placet au roi, Ecrit de la Bastille le 8 sept. 1665 (Recueil Conrart, p. ??); souligné par m-m.

Après avoir assuré Votre Majesté du plus profond respect, et de la plus parfaite vénération qu’on n’aura jamais pour Elle, je prendray, si Elle me le permet un Stile plus propre à la divertir qu’à la fatiguer. Il y a icy une douzaine de libertés qui toutes ensemble ne valent pas la douzième partie d’une liberté entière. On les nomme liberté de la cour ; liberté de la terrasse ; liberté de s’y promener seul ; liberté de l’escalier ; liberté d’une fenêtre ; liberté d’écrire pour ses affaires ; liberté de voir quelqu’un avec un officier, liberté de le voir sans témoins ; liberté d’être malade ; liberté de s’ennuyer tant que l’on veut : les deux dernières ne sont refusées à personne.
De tant de libertés, Sire, je n’en ai encore demandé aucune ; mais j’ose demander très-instamment, et avec toute la soumission possible, la liberté de louer Votre Majesté, c’est-à-dire, de mettre sur le papier, et d’adresser à quelqu’un des beaux Esprits d’aujourd’huy, je ne say combien d’ouvrages divertissans qui pourraient enfin s’effacer de ma mémoire, et où j’ay tâché, dans les divers temps de ma longue prison, d’enfermer en mille manières différentes une partie des éloges infinis que Votre Majesté mérite. J’avais résolu de n’en parler jamais qu’au sortir d’icy ; mais comme je suis pressé depuis dix mois d’une fluxion sur le poulmon, et contraint enfin d’entrer aujourd’huy dans les remèdes, qui, par l’aversion que j’en ay, me pourront aussitost tuer, que le mal même, il me fâcheroit, Sire, de mourir sans avoir laissé ce bon exemple aux sujets de Votre Majesté et ce léger témoignage, qu’en conservant jusques à la mort la gayté d’une bonne conscience, j’ay su honorer et révérer Votre Majesté plus que personne ne le fera jamais. […]
J’écris ce placet avec du crayon sur une feuille arrachée d’un de mes livres, pour éviter une négociation longue et peut-être inutile, si je demandais de l’encre.22

  • 23  V. Madeleine de Scudéry, « De la raillerie », Conversations sur divers sujets, 1680, t. II ; v. De (...)

29Bien qu’elle ne soit pas écrite en vers, cette lettre mérite qu’on s’y arrête un instant. Elle se présente comme une requête modérée : Pellisson n’y réclame pas la liberté, seulement la permission d’écrire. De fait, sous la forme d’une demande, c’est une offre qu’il présente : se consacrer, dans sa prison même, à faire en vers l’éloge du roi. La lettre programme ce que les poèmes galants accomplissent déjà. Le pacte épistolaire, noué sur le mode du divertissement (« un Stile plus propre à la divertir qu’à la fatiguer »), consonne avec le ton des poèmes dédiés au cercle de Madeleine de Scudéry. L’évocation que fait Pellisson de sa condition carcérale dans ce texte, pourtant présenté comme un placet, est un modèle du ton que celle-ci a promu sous le terme de « raillerie galante23 ». Rompant avec la raillerie satirique, voisine de la médisance qui divise, le locuteur de la raillerie galante s’inclut parmi ses cibles et travaille à renforcer la cohésion avec ses interlocuteurs. Ce principe de collaboration énonciative sera reconnu au xviiie siècle comme la caractéristique de l’humour. Par l’humour on contribue au divertissement du destinataire sans s’humilier devant lui. En outre, on lui montre qu’on a de l’esprit. Ces deux traits sont présents dans la lettre de Pellisson, qu’il n’est pas anachronique de placer sous le régime de l’humour. Pellisson s’en sert pour rompre la barrière de rigueur et d’impassibilité par laquelle le roi tient son prisonnier à distance, et instaurer entre eux symboliquement assez de familiarité pour rendre acceptable son offre de service.

  • 24  Epigramme « Sur la Bastille » (Œuvres complètes, op. cit., p. 213) : Doubles grilles à gros clous, (...)

30Mais ce dispositif de rapprochement avec le destinataire a pour l’énonciateur un coût, ou une contrepartie : la mise à distance de soi. On l’observe ici à travers le statut qu’accorde l’épistolier à son corps. Celui-ci n’est plus le support d’une subjectivité, mais une circonstance de l’écriture. Sa disparition possible n’est envisagée que comme une incommodité pour le service du roi. Cette neutralisation du corps est un corollaire de la soumission volontaire à l’arbitraire royal (« sans murmure, plaintes ni lamentations »). Elle a partie liée avec le maintien volontaire – voire volontariste – de l’humeur gaie comme preuve de l’innocence (« en conservant jusques à la mort la gayté d’une bonne conscience »). On peut sur ce point rapprocher cette lettre de l’épigramme écrite à la même époque, où Pellisson s’appuie sur l’enjouement convenu de ce petit genre poétique pour dépathétiser la condition carcérale en retirant à la prison les sombres prestiges dont la pare l’imagination et prouver son innocence24.

31La dépathétisation de l’emprisonnement est la voie que choisit Pellisson pour tenter de négocier avec le pouvoir royal. Il est ainsi conduit à collaborer à sa propre oppression en feignant d’en rire, pour avoir quelque chance de l’alléger ou de la faire cesser. C’est là une stratégie où l’opprimé déploie sa maîtrise verbale afin de se faire reconnaître comme interlocuteur du pouvoir dans l’espace ténu que lui laisse son assujettissement maximal à ce même pouvoir. Mais il se construit par un tel usage de la parole une prison symbolique à l’intérieur de la prison réelle. Si la poésie enjouée et galante qu’il produit en prison peut être identifiée comme poésie carcérale, c’est qu’elle en porte la caractéristique majeure, celle d’être une écriture sous contrainte.

  • 25  V. le « Rigaudon sur Mr Pellisson, maître démagogue », qui circule anonyme après sa mort, et dont (...)

32Une fois libéré, Pellisson ne rentre pas immédiatement en grâce, mais se donne pour mission de suivre le roi dans tous ses déplacements pour chanter ses louanges quand les circonstances s’y prêtent. Il impose ainsi ses services avant qu’ils ne soient officiellement requis. Et surtout il abjure sa foi protestante pour embrasser celle de son roi. Il obtiendra pour récompense, en 1670, la charge d’historiographe du roi. Il cesse alors totalement d’écrire de la poésie, sans expliquer cet abandon. Etait-ce reconnaître implicitement que la forme poétique n’avait eu dans son activité d’écrivain qu’un caractère occasionnel, sinon fonctionnel, et que le moment était venu d’y renoncer quand il avait atteint par son usage le statut d’auteur officiel et sérieux auquel il aspirait ? C’est là une hypothèse plausible. Mais une question insiste : n’était-il pas allé trop loin d’en l’usage contraint de l’écriture poétique en prison ? Jusqu’à en faire un moyen d’anesthésie de soi quand d’autres, dans les mêmes conditions, y avaient recherché une voie d’expression de leur moi incarcéré, des souffrances de l’âme et des inconforts du corps. Certes, la poésie galante, qu’il a continué de pratiquer tout le temps de sa détention, permettait cet escamotage du corps : elle y trouve même son fondement. Mais il s’agit d’un jeu où collaborent auteur et lecteur, et qui permet à l’un et à l’autre de ressaisir, sous l’euphémisation, l’allusion ou l’équivoque, la présence effective du corps. Il semble que Pellisson ait fait plus radicalement sacrifice de son corps à la gloire du roi. Sacrifice réel et définitif ? Les détails biographiques sur la fin de sa vie semblent le confirmer. Le récit de sa mort, en particulier, montre qu’elle a été vécue dans la méconnaissance totale. Paul Pellisson a refusé jusqu’à ses dernières heures d’entendre les avertissements que ses amis lui en donnaient, au point d’avoir manqué de recevoir les sacrements. Le public a perçu cette image d’une dissociation intérieure radicale, et l’a transposée sur terrain politique en interprétant cette absence de sacrements au seuil de la mort comme le signe que la conversion avait été celle un politique dissimulateur, qui avait seulement feint, par opportunisme de carrière, d’embrasser la religion catholique25.

Conclusion

33L’œuvre poétique de Pellisson est publiée au xviiie siècle, et son mode d’édition constitue une tentative pour conformer l’image de son auteur à l’idée préromantique que l’on tend à se faire de la figure du poète en prison à une époque où s’invente la légende noire de la Bastille et de l’embastillement. De fait sa poésie, si on la lit sans préjugés, révèle des traits qui sont aux antipodes de la protestation attendue contre l’oppression : offre de service au roi, déni du corps souffrant, et collaboration avec l’oppression subie. Le Je poétique ne se constitue comme sujet que par son assujettissement consenti au pouvoir royal.

34Ce qui peut nous surprendre dans cette forme de poésie, c’est son peu d’intensité subjective, son manque de « lyrisme » au sens qu’a donné la modernité à ce terme : la plainte sur soi y est quasi absente, relayée par l’aimable raillerie et l’autodérision. Ce n’est pas non plus, comme l’on pourrait l’attendre d’un poète persécuté, une poésie de résistance au pouvoir, mais une poésie de négociation avec le pouvoir. Elle est sans doute assez représentative de la position du lettré que l’absolutisme de Louis XIV a voulu instaurer par son nouvel ordre mécénique. Elle n’est pas superposable à celle de l’intellectuel face aux pouvoirs dictatoriaux du xxe siècle.

  • 26  Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison française, Gallimard, 1975.

35Pour situer avec justesse ce rapport de collaboration avec le pouvoir royal que Pellisson établit dans ses textes poétiques alors même qu’il est victime de son arbitraire, il faut prendre en compte une composante de la souveraineté sous l’Ancien Régime que Foucault a mise en lumière dans Surveiller et punir26 : le roi est seul détenteur de la justice, qu’il tient de Dieu. Il l’accomplit par le marquage des corps de ses sujets. Consentir à pâtir de cette contrainte, c’est reconnaître cette justice, et faire en retour reconnaître la légitimité de sa prise de parole dans l’espace public qu’ouvre toute adresse au roi, fût-elle individuelle.

  • 27  V. « Au Roi sur son exil. Ode », Œuvres poétiques, Première partie, éd. Guido Saba, Classiques Gar (...)
  • 28  H. Merlin-Kajman, L’Excentricité académique. Littérature, institution, société, Paris, Les Belles (...)
  • 29  Archives de la Bastille, op. cit., t. II, p. 141.
  • 30  Cf. « L’âme est la prison du corps » (Surveiller et punir, op. cit., p. 34).

36Toutefois, même si l’attitude de Pellisson paraît historiquement explicable, la surface lisse de sa poésie laisse entrevoir une crise profonde de sa subjectivité. Le parallèle avec Théophile, par lequel nous avions débuté, permettra de l’appréhender mieux. Dès l’exil auquel il avait été condamné de 1619 à 1621, Théophile offrait au roi le spectacle de sa souffrance, physique et morale, en témoignage de sa loyauté et comme preuve de puissance de la justice royale27. Hélène Merlin-Kajman a éclairé avec sagacité la dialectique de l’abandon et du bannissement qui gouverne alors la poésie de Théophile28 : il revendique comme sa seule identité la « vie nue » que constitue sa mise au ban de la société par la volonté du roi. Quand, deux années plus tard, il se trouve en prison, il se construit par la poésie en sujet infiniment passible : sujet du discours de plainte et sujet du roi qui accepte la souffrance infligée comme preuve de son innocence. L’attitude que Pellisson adopte dans les mêmes circonstances est tout à l’opposé. Quand il s’adresse au roi de sa prison, c’est au contraire l’impassibilité qu’il donne à entendre et à voir. Certes, il n’est pas exposé aux mêmes souffrances que Théophile dans le cachot de Ravaillac, mais néanmoins son corps est gravement atteint. On en prend conscience à la lecture des lettres qu’écrit Madame Pellisson à l’époque de la « lettre sur les libertés » qui évoque la maladie avec distance et enjouement pour « divertir » le roi : « Mon pauvre fils est si malade à la Bastille qu’il est en danger d’y perdre la vie… », écrit-elle à Colbert29. Dans sa propre lettre au roi, Paul Pellisson ne dissimule pas son état, mais en minore les conséquences, en ne les envisageant que du point de vue de son destinataire, et surtout l’incidence affective sur lui-même. Quand il écrit « il me fâcherait, Sire, de mourir sans avoir laissé ce bon exemple aux sujets de V.M. », il s’exclut en tant que sujet sensible de la considération de sa propre maladie. La contrainte de l’écriture carcérale aboutit à une violente expulsion de soi. Sous ce régime, il semble que la poésie de prison ait été pour Pellisson, au même titre que l’âme du prisonnier soumis à la rééducation morale selon Foucault, « la prison du corps30 ».

Chrononogie de l’affaire Fouquet et de la détention de Pellisson

3717 août 1661 : Nicolas Fouquet, surintendant des finances, donne une fête à Louis XIV dans son château de Vaux-le-Vicomte.

38début septembre 1661 : le roi emmène sa cour à Nantes, Fouquet et Pellisson suivent.

395 septembre 1661 : Fouquet est arrêté par d’Artagnan sur ordre du roi au château de Nantes ; Pellisson est arrêté au même moment dans la maison qu’il occupe en ville.

408 septembre : Fouquet est détenu au château d’Angers ; Pellisson au château de Nantes ; les scellés sont posés sur sa maison à Paris.

4126 novembre : Pellisson est transféré à Angers.

421er décembre : les deux prisonniers sont transférés au château d’Amboise ; Fouquet y reste, tandis que Pellisson est acheminé vers Paris.

43Fin décembre 1661 : Pellisson est incarcéré à la Bastille ; Fouquet y est transféré début mars.

44début 1662 : les Défenses rédigées par Pellisson sont imprimées clandestinement et circulent dans le public.  

454 mars 1662 : début des interrogatoires de Fouquet par une cour de justice extraordinaire (commissaires nommés par le roi).

4627 juillet : début des confrontations des accusés et des témoins avec Fouquet (le PV de la confrontation de Pellisson manque dans les archives du procès).

4721 octobre : le procès est « distribué ».

48avril 1663 : Fouquet obtient communication de l’acte d’accusation ; Pellisson est transféré dans un cachot où il est mis au secret.

4914 novembre 1664 : Fouquet comparaît devant ses juges.

5019 décembre : il est condamné au bannissement.

5122 décembre : il part pour la forteresse militaire de Pignerol, sa peine ayant été commuée par le roi en détention à vie.

528 septembre 1665 : Pellisson adresse au roi sa « lettre des libertés », où il demande la permission d’écrire et de communiquer avec l’extérieur.

5315 novembre : il obtient la permission de recevoir des visites et d’écrire.

5416 décembre : il est « taxé » de 200 000 livres.

55fin janvier 1666 : Pellisson est libéré. Il sort de la Bastille ruiné.

Haut de page

Notes

1  C’est là le principe de l’étude que Stéphane Van Damme a menée, avec beaucoup de rigueur et de perspicacité, sur l’ensemble du corpus des textes imprimés pendant le procès de Théophile dans L’Épreuve libertine. Morale, soupçon et pouvoirs dans la France baroque, Paris, CNRS Éditions, 2008.

2  V. mon article : « Écrire de sa prison : l’expérience carcérale de Théophile de Viau », Ecriture et prison au début de l’âge moderne, Jean-Pierre Cavaillé (dir.), Cahier du Centre de Recherches historiques (EHESS-CNRS), n° 39, Avril 2007, p. 17-38 (désormais en ligne : http://ccrh.revues.org/index3345.html).

3  V. Alain Niderst, Madeleine de Scudéry, Paul Pellisson et leur monde, Publications de l’université de Rouen, PUF, 1976,p. 357 : « Ainsi le galant Acante, à l’ombre de son nouveau maître, devint riche et puissant au-delà de tout ce que son ambitieuse mère, ou lui-même, aurait pu souhaiter ».

4  V. la chronologie du procès en annexe.

5  François Ravaisson-Mollien, Archives de la Bastille[1866-1904],Genève, Slatkine, 1975, t. I, p. 344-416 ; t. II (en entier) ; t. III, p. 1-218.

6  La Bastille ou « l’enfer des vivants » à travers les archives de la Bastille, E. Dutray-Lecoin et D. Muzerelle (dir.), Bibliothèque nationale de France, 2010, p. 25.

7  Pierre-Joseph d’Olivet, Lettres historiques de M. Pellisson, Paris, François Didot, 1729, p. (12)-(13).

8  « Parmi les personnages sélectionnés au xviiie siècle pour représenter les victimes du despotisme louis-quatorzien, Fouquet et son ami Pellisson occupent la première place. Ils deviennent les deux premières victimes de notre Bastille mythique. Les personnalités sont laminées, oubliées, transfigurées par la souffrance. Ne compte que l’homme plongé un instant dans le néant, et condamné en dépit de tout. » (Monique Cottret, La Bastille à prendre. Histoire et mythe de la forteresse royale, Paris, PUF, 1986, p. 84-85) ; v. également, Claude Quetel, L'histoire véritable de la Bastille, Paris, Larousse, 2006.

9  Œuvres diverses de Monsieur Pellisson de l’Académie française, Paris, Didot, 1735, t. I, Préface, p. xiij-xiv.

10  V. infra, p. 11, n. 22.

11  Œuvres diverses de M. Pellisson, op. cit., Préface, p. XXVII.  

12  Le nom d’Oronte est un signe d’appartenance du clan Fouquet qui subsiste après l’arrestation de celui-ci. Le surintendant est également désigné sous ce « nom de roman » dans l’Elégie aux nymphes de Vaux, que La Fontaine écrit dès 1662 mais ne laisse imprimer qu’en 1666, après sa condamnation ; ainsi que dans une élégie que Scudéry lui adresse pendant son procès et dont quelques vers semblent destinés à Pellisson : « Vous qui plaignez Oronte, ami rare et fidèle,/ Qui par de si beaux vers expliquez votre zèle,/ Vous êtes à présent plus à plaindre que lui ;/ Puisqu’en lui la Vertu perd son puissant appui » (cité par Alain Niderst, dans Madeleine de Scudéry, Paul Pellisson et leur monde, Publications de l’université de Rouen, PUF, 1976, p. 451).

13  « Elégie. Sur la disgrâce de M. Fouquet », Œuvres diverses, t. I, p. 194.

14  Ibid., p. 196-197.

15  Ibid., p. 199.

16  Le Discours au Roi par un de ses fidèles sujets, qu’il a réussi à faire imprimer par l’entremise du faux prisonnier chargé de l’espionner, est une leçon implacable infligée à Louis XIV, où il met en lumière l’inéquité de sa conduite du procès, en regard des lois fondamentales du royaume et de la pratique de ses prédécesseurs : « Sire, par l’ordonnance de Blois, par celles qui ont été faites depuis, par une infinité d’autres plus anciennes, renouvelées de temps en temps, d’âge en âge avec un soin extrême jusques aux Capitulaires de Charles le Chauve, par toutes les ordonnances, Sire, plus claires, plus solennelles, plus souvent réitérées qu’en aucune autre matière, les Rois vos prédécesseurs ont promis solennellement à leurs sujets de n’établir nulle commission extraordinaire, et de les laisser juger par leurs juges naturels, ils ont dérogé par avance à ce qu’ils pourraient faire [de] contraire, ils ont ordonné aux compagnies souveraines de n’y avoir aucun égard. » (cité par M. Cottret, op. cit., p. 80).

17  Œuvres diverses, t. I, p. 202-203.

18  Théophile a écrit de son cachot de la Conciergerie une « Requête à Nosseigneurs du Parlement » : y aurait-il de la part de Pellisson une réminiscence (les Œuvres de Théophile sont constamment rééditées au xviie siècle), voire une allusion directe ?

19  Les deux poèmes peuvent être datés de la fin 1664 par leur allusion à l’offensive victorieuse du contingent français dépêché par Louis XIV pour soutenir l’Autriche contre la Turquie : « Le Bassa plein de valeur/ S’abandonne à sa douleur ;/ et le Visir pâle et blême/ Prêt d’attenter sur ses jours/ Prend Mahomet pour recours,/ Le réclame, & le blasphême. » (Œuvres complètes, p. 146)

20  Ibid., p. 148.

21  Ibid., p. 149.

22  Placet au roi, Ecrit de la Bastille le 8 sept. 1665 (Recueil Conrart, p. ??); souligné par m-m.

23  V. Madeleine de Scudéry, « De la raillerie », Conversations sur divers sujets, 1680, t. II ; v. De l'air galant et autres conversations (653-1684) : pour une étude de l'archive galante, éd. établie et commentée par Delphine Denis, Paris, H. Champion, 1998, p. 105, 110, 113.

24  Epigramme « Sur la Bastille » (Œuvres complètes, op. cit., p. 213) : Doubles grilles à gros clous, / Triples portes, fort verrous, / Aux ames vraiment méchantes / Vous représentez l’Enfer ! / Mais aux ames innocentes /Vous n’êtes que du bois, des pierres et du fer.

25  V. le « Rigaudon sur Mr Pellisson, maître démagogue », qui circule anonyme après sa mort, et dont le Recueil Conrart conserve la copie :
Paul Pellisson
Est mort en philosophe.
Il estoit de l’estoffe
Dont on fait les [mot illisible]
Beaucoup d’espoir,
Mais pauvre en politique,
Il chercha du crédit,
Pour en avoir
Il se fit Catholique
Sa fin le fait voir.

26  Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison française, Gallimard, 1975.

27  V. « Au Roi sur son exil. Ode », Œuvres poétiques, Première partie, éd. Guido Saba, Classiques Garnier, 1990, p. 5-9.

28  H. Merlin-Kajman, L’Excentricité académique. Littérature, institution, société, Paris, Les Belles Lettres, 2001, chap. III : « Les hommes de lettres dans la tourmente : Théophile », p. 82-90.

29  Archives de la Bastille, op. cit., t. II, p. 141.

30  Cf. « L’âme est la prison du corps » (Surveiller et punir, op. cit., p. 34).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Rosellini, « Pourquoi écrire des poèmes en prison ? Le cas de Paul Pellisson à la Bastille », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2011-01 | 2011, mis en ligne le 28 décembre 2011, consulté le 28 juin 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/4939 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.4939

Haut de page

Auteur

Michèle Rosellini

Michèle Rosellini enseigne la littérature française du xviie siècle à l’ENS de Lyon.
Ses travaux ont porté sur les auteurs dits « libertins » de ce siècle, principalement Charles Sorel, Théophile de Viau, Cyrano de Bergerac.
michele.rosellini@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org