Navigation – Plan du site

Notre-Dame des Fleurs et Miracle de la rose, de Jean Genet. L’écriture mise au secret

Pascaline Hamon

Résumés

Notre-Dame des Fleurs et Miracle de la Rose sont les deux romans que Jean Genet a composés durant des périodes d’incarcération. La fiction se veut alors non seulement un remède à la solitude carcérale et à la marginalisation de son auteur, mais également un lieu de dévoilement des pratiques d’écriture propres à l’univers carcéral. Le roman tout entier se trouve dès lors habité d’une tension entre la liberté créatrice, qui fait la part belle aux provocations de l’auteur et à l’expression de ses fantasmes et un enfermement contraignant, qui pèse comme une menace sur la possibilité d’écrire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Jean Genet, Notre Dame des Fleurs, Paris, Marc Barbezat – L’Arbalète, 1946, p. 84.

L’odeur de la prison est une odeur d’urine, de formol et de peinture. Dans toutes les geôles d’Europe, je l’ai reconnue, et j’ai reconnu que cette odeur serait enfin l’odeur de mon destin1,

  • 2  Jean Genet, Miracle de la rose, Paris, Marc Barbezat – L’Arbalète, 1948.

constate le narrateur genetien. À travers ces affirmations, qui jouent avec le masque de la première personne, se dessine une légende personnelle, grandissant l’expérience carcérale pour en faire le socle d’une destinée tragique. Notre-Dame des Fleurs, tout comme Miracle de la rose2, ont été effectivement écrits en prison ; de là, une superposition des conditions réelles d’écriture – écrire en prison – et d’une thématique romanesque plus large – écrire sur la prison –, alimentée diversement dans les deux œuvres.

1On peut dès lors s’interroger sur la tension entre l’affirmation pleine d’un sujet, par la figure d’un narrateur à la première personne qui déborde en partie sur la légende genetienne et l’omniprésence de la prison – univers qui repense et gomme en partie la notion d’individualité dans les deux romans. En proposant un parcours à travers l’univers carcéral, le texte convie aussi le lecteur à s’introduire dans une psyché confrontée à la clôture du monde et de sa capacité de créer et de se connaitre. Il convient donc de questionner la relation entre les représentations sociales et la (re)création littéraire au sein du texte romanesque. Pour cela, les analyses de Michel Foucault, dans Surveiller et punir3 et dans Des espaces autres4, offrent une clé de lecture du roman genetien, en inscrivant l’expérience éthique et esthétique des deux romans à mi-chemin de la représentation historicisée et d’une mise en lumière de l’archétype.

2En confrontant la notion d’hétérotopie et l’analyse du sens du système carcéral et de son organisation selon les époques, à la question de l’acte créateur, la logique présidant à la provocation éthique de Genet trouve un fondement à rebours de l’organisation sociale du monde, mais aussi, peut-être, révélateur d’une véritable liberté créatrice par un bouleversement conscient des normes et des règles. En effet, le roman carcéral, chez Genet, affirme l’irréductibilité d’un « je » narrateur en créant une polémique avec les systèmes de représentation traditionnels de la prison, en revendiquant la supériorité des condamnés et en présentant la prison comme un espace sacré et positif. La réaction de François Mauriac illustre parfaitement le rejet d’une représentation positive de l’univers carcéral et de l’assomption du crime et du Mal par un personnage. La prison doit conduire à la repentance, voire, à la rédemption et ne peut être valorisée qu’en tant que vecteur d’amélioration morale de l’individu, et non comme lieu d’union des criminels dans une forme nouvelle de sainteté.

  • 5  François Mauriac, « Le cas Jean Genet », Le Figaro littéraire 26 mars 1949, repris dans Jean Genet(...)

Nous aimions Jean Valjean, bagnard pour un morceau de pain volé, tous ces bandits de vieux répertoire qui resplendissaient de vertu. [...] Ce que dénonce Jean-Jacques Gautier, [dans l’œuvre de Jean Genet] c’est cette glorification de la gouape en tant que gouape dont nous sommes aujourd’hui les témoins horrifiés, indifférents ou complices.5

décrète Mauriac, tout en soulignant que l’auteur de Notre-Dame-des-Fleurs

  • 6  Ibid., p. 964.

[...] nous introduit de force dans les cercles d’un enfer, non certes inconnu de nous, mais auquel nous choisissons de ne jamais penser.6

  • 7  Remarquons que ce souci de conformité de la représentation littéraire à une représentation idéolog (...)

Dès lors, toute représentation de la prison dans l’univers romanesque nécessiterait d’apaiser les scrupules du lecteur et devrait s’abriter sous la caution du progrès moral, retrouvant idéologiquement la fonction correctrice du lieu, loin de toute représentation esthétique ou de toute sublimation éthique7.

3D’autre part, on peut observer une tension entre l’historicité du phénomène carcéral et la dimension archétypale de la prison. La prison dépeinte par le narrateur genetien se situe au croisement d’une réalité sociale, modelée aux cours des siècles par l’organisation politique de la Cité et d’une représentation mythique, associant cet univers à une espace initiatique, artistique et sacré. Fréquentée par une généalogie de figures allant de Socrate à Marie-Antoinette en passant par Villon, la prison dépasse ses propres fonctions sociales et historiques pour s’inscrire dans un imaginaire collectif qui tient lieu de socle de la représentation positive développée par le narrateur. L’écriture d’un roman au sein de la prison, espace hostile à la liberté créatrice, devient, pour le narrateur un fil conducteur permettant de se repenser comme une entité individuelle face à la contrainte et à la fragmentation des espaces et des lieux. Mais cette lutte contre le milieu coercitif passe par une subversion du sens des structures et une réappropriation singulière du personnage du détenu au profit d’une figure tragique, d’un créateur menacé, aux marges de la société.

4Il conviendra donc de s’interroger sur l’identité du roman carcéral, puis d’observer la création du « je » en régime hétérotopique, et, enfin, de mettre en évidence la dialectique entre matérialité du texte et mise en danger de celui-ci dans l’univers carcéral, entre polémique et identité poétique.

Le roman d'une hétérotopie

5Dans Des espaces autres, M. Foucault définit ainsi les hétérotopies :

  • 8  Michel Foucault, Des espaces autres, art.cit.

[...] des lieux réels, des lieux effectifs, des lieux qui sont dessinés dans l'institution même de la société, et qui sont des sortes de contre-emplacements, sortes d'utopies effectivement réalisées dans lesquelles les emplacements réels, tous les autres emplacements réels que l'on peut trouver à l'intérieur de la culture sont à la fois représentés, contestés et inversés, des sortes de lieux qui sont hors de tous les lieux, bien que pourtant ils soient effectivement localisables.8

  • 9  François Mauriac, « Le cas Jean Genet », art. cit., p. 962.
  • 10  Michel Foucault, Des espaces autres, art. cit.
  • 11  A. Rimbaud, Œuvre complète, Paris, Pléiade Gallimard, 1972,p. 252.
  • 12  Ch. Baudelaire, Œuvres complètes, Paris, Robert Laffont, 1980, p. 8.
  • 13  Jean Genet, Miracle de la rose, op. cit., p. 132.

6En invitant à entrer dans « un espace autre », – ce que Mauriac appelait le « petit monde maudit9 » de Jean Genet –, Notre Dame des Fleurs et Miracle de la rose résultent de la volonté de l’auteur de représenter un espace aux marges de la société. Espace hétérotopique, donc. Marge spatiale, mais aussi morale, puisque la prison appartient aux hétérotopies de « crise » – « lieux privilégiés, ou sacrés, ou interdits, réservés aux individus qui se trouvent, par rapport à la société, et au milieu humain à l'intérieur duquel ils vivent, en état de crise10 » –, la prison devient ainsi un cadre romanesque tout à fait singulier car elle permet une découverte de l’inconnu et du caché, faisant écho aux phantasmes du lecteur. Le romancier renoue ainsi avec une conception du poète comme « voleur de feu11 », révélateur de la vérité d’un monde caché dont il dégage l’essence par une série de « correspondances12 » : « à notre salle de discipline correspondait à Mettray le quartier13. »

7La révélation de l’existence d’un monde entier derrière les murailles du bagne, contribue à établir une distance entre la figure du narrateur et celle du lecteur, par la mise en tension de deux univers qui s’opposent, s’ignorent, se méconnaissent :

  • 14  Ibid, p. 20.

Se peut-il que le monde ait ignoré l’existence, ne l’ait même pas soupçonnée, de trois cents enfants organisés dans un rythme d’amours et de haines à l’endroit le plus beau de la plus belle Touraine14 ?

  • 15  Ibid, p. 376.
  • 16  Jean Genet, Notre Dame des Fleurs, op. cit., p. 377.

8Cependant, la notion de « romanesque », qui nourrit l’horizon d’attente du lecteur de romans est mis en danger par l’insertion du « je » au sein d’un espace où toute déambulation est interdite, où tout mouvement est contrôlé, où l’emploi du temps méticuleux semble ne laisser aucune place pour l’évasion, la création, ou des événements singuliers. La révélation de la mise au secret passe par une mise en lumière du système carcéral dans son ensemble. Le lieu est nommé dans les épigraphes et au sein du texte lui-même – « Fontevrault », « La Santé. Prison des Tourelles, 194315 » ou encore la « Prison de Fresnes, 194216 » – et s’offre dans toute sa visibilité et dans toute sa lisibilité. La matière romanesque se trouve alors réduite à une description des lieux, des châtiments corporels des condamnés, ce qui pourrait faire penser que « roman » rime avec « document ».

  • 17  Jean Genet, Miracle de la rose, op. cit., p. 55-56.

9Après la punition de la Salle de Discipline, plus sévère qu’elle, il y a la mise aux fers, qui ne peut plus être ordonnée que par le Ministre de l’Intérieur sur la proposition du Directeur. Elle consiste en ceci : le puni a les pieds liés par une chaîne très lourde qui maintient chaque cheville prise dans un anneau qu’un gardien a rivé. Les poignets sont attachés par une chaîne plus légère, à peine plus longue. C’est la punition la plus dure. Elle précède la peine de mort. Elle en est du reste avant-courrière puisque les condamnés à mort, du jour où la sentence est prononcée jusqu’à l’exécution, ont les fers aux pieds jour et nuit, et aux poignets et aux pieds la nuit et à chaque sortie de la cellule17.

10Le rappel de l’existence des bagnes d’enfants, avec Mettray, l’omniprésence de la peine de mort, font du texte un véritable miroir des pratiques carcérales. Le lien avec la dimension autobiographique, se fait notamment avec la mention de Mettray, symbole de

  • 18  Michel Foucault, Surveiller et punir, op. cit., p. 343.

[...] la forme disciplinaire à l’état le plus intense, le modèle où se concentrent toutes les technologies coercitives du comportement.18

L’écriture du dévoilement gagne en poéticité grâce aux lecteurs à venir qui découvrent chaque fois un écart encore plus grand entre la société à laquelle ils appartiennent et des pratiques abolies, réactivant le souvenir du narrateur, qui s’insurge contre la disparition, l’engloutissement de cette Atlantide carcérale dans laquelle il puise ses racines identitaires.

11Corps fictifs et corps réel sont donc marqués par l’expérience carcérale, qui exerce sur eux une contrainte et, dans le même temps, leur confère une identité propre. Le narrateur genetien, tout comme le texte qu’il produit, est indissociable de sa cellule et de la prison. Il s’inscrit dans une relation dialectique avec la prison, qui est tout à la fois le lieu de perte de soi et lieu de repli sur soi.

  • 19  Roland Barthes, Le Bruissement de la langue - Essais critiques IV, Paris, Seuil, 1984, p. 186 : «  (...)

12L’univers carcéral conduit le narrateur (et partant, le lecteur) à une lecture à rebours du détail. « L’effet de réel19 » passe ainsi par un renversement de la valeur éthique des choses, assumant l’abjection comme seul point de contact avec l’humanité, à l’instar des latrines :

  • 20  Jean Genet, Notre Dame des Fleurs, op. cit., p. 295.

Seules dans la cellule, sur un rythme presque de sein (elles battent comme une bouche) les latrines de faïence blanche accordent leur haleine consolante. Elles sont humaines.20

  • 21  Michel Foucault, Surveiller et punir, op. cit., p. 166.

13Ce repli et cette dissolution du moi du narrateur permet de s’interroger, dans un second temps, sur l’émergence d’un « je » individuel en régime hétérotopique à travers la figure du narrateur. L’écriture depuis la prison semble en effet permettre une forme d’émancipation par rapport au discours et aux représentations sociales traditionnelles. Cette expérience est réalisée par le narrateur genetien, qui redessine l’ambivalence de la prison par la littérature et la reconstruction de cet univers. Si, par « la clôture, la spécification d’un lieu hétérogène à tous les autres et fermé sur lui-même21 », le pouvoir s’assure de la présence physique de l’individu, il ne peut cependant contrôler un travail reposant sur le phantasme littéraire.

La construction d'un « je » en régime hétérotopique

  • 22  Ibid, p. 275.

14En imposant aux reclus l’immobilité, la prison semble s’opposer à la possibilité de l’émergence d’un récit marqué par une progression physique dans l’espace. L’intérêt se déplace ainsi du côté de ce qui pourrait être appelé la « vie spirituelle » du personnage, puisque « l’isolement assure le tête-à-tête du détenu et du pouvoir qui s’exerce sur lui22. » Les actes du détenu étant placés sous le contrôle de l’autorité carcérale, la dichotomie entre le corps et l’esprit se trouve renforcé. L’horizon d’une liberté retrouvée par le topos du récit d’évasion est dès lors constamment replacé sur le terrain d’une évasion par l’imagination, qui dépasse tout à la fois l’inaction physique – ou, du moins, l’absence d’actes auto-déterminés » et une impossible contrition morale :

  • 23  Jean Genet, Miracle de la rose, op. cit., p. 248.

Mais le désespoir vous fait sortir de vous-même (je pèse mes mots). Il était si profond que, pour vivre (continuer à vivre étant la grande affaire), mon imagination d’abord, la première, m’organisa un refuge dans ma chute même, et me créa une vie très belle. L’imagination allant vite, cela se fit rapidement. Elle m’entoura d’une foule d’aventures destinées peut-être à adoucir ma rencontre avec le fond de ce précipice – car je croyais qu’il y avait un fond, mais le désespoir n’en a pas et, au fur et à mesure que je tombais, la vitesse de chute accélérait mon activité cérébrale, mon imagination inlassable tissait. […] Enfin, emportée, exaltée par la violence, il me parut à plusieurs reprises qu’elle n’était plus l’imagination, mais une autre faculté, plus haute, une faculté salvatrice. Toutes les aventures, inventées et splendides, de plus en plus prenaient une sorte de consistance dans le monde physique. Elles appartenaient au monde de la matière, pas ici toutefois, mais je pressentais qu’elles existaient quelque part.23

15Aux véritables aventures, rendues impossibles par l’enfermement, se substituent des rêveries chimériques, reproduisant et déformant la réalité. Le narrateur, dans Notre-Dame-des-Fleurs joue avec des silhouettes qui se substituent à son personnage pour vivre des aventures érotiques dans le quartier de Pigalle. A l’évasion physique, tentée par Bulkaen dans Miracle de la Rose, fait écho une évasion purement littéraire revendiquée par le narrateur qui se plonge dans les romans de Paul Féval et dans la littérature carcérale, dans une mise en abyme vertigineuse de la fuite. Les actes par lesquels le narrateur peut se réaliser sont donc marqués par la rêverie et relèvent d’une dimension secrète et interstitielle, subversive, par conséquent, puisqu’ils s’opposent à toute idée de système. La dimension érotique d’une relation passe ainsi par un ensemble de signes ténus, à l’instar de la fumée d’une cigarette :

  • 24  Ibid., p. 285.

- J’sens bon. Y m’a embrassé.
Et il fit ce geste particulier aux fumeurs en fraude : après avoir tiré sur le clop, et que la fumée sort, la main l’agite devant la bouche, l’écarte et la dissipe. (C’est un de ces nombreux gestes qui consacrent le marle, qui le font du Clan24).

16La où la claustration, censée placer l’individu face à lui-même, est, à juste titre analysée par M. Foucault comme une recherche de la mise au pas du sujet, le narrateur joue sur le contournement du système carcéral pour retrouver une identité propre, qui se crée dans une dialectique de sujétion et de libération. Le règlement, l’ordre, sont en effet censés recréer un sujet politiquement obéissant ;

  • 25  Michel Foucault, Surveiller et punir, op. cit., p. 152.

Quant aux instruments utilisés, ce ne sont plus des jeux de représentation qu’on renforce et qu’on fait circuler ; mais des formes de coercition, des schémas de contraintes appliqués et répétés. Des exercices, non des signes : horaires, emplois du temps, mouvements obligatoires, activités régulières, […]. Et finalement ce qu’on essaie de reconstituer dans cette technique de correction, ce n’est pas tellement le sujet de droit, qui se trouve pris dans les intérêts fondamentaux du pacte social ; c’est le sujet obéissant, l’individu, assujetti à des habitudes, des règles, des ordres, une autorité qui s'exerce continûment autour de lui et sur lui et qu’il doit laisser fonctionner automatiquement en lui25.

17La mise au pas est déjouée, dans les deux romans par une écriture du phantasme qui dépasse l’imagination pour prendre corps. Cette dernière remplit l’espace mental par des fictions sexualisées sans cesse interrompues par le « tempo » carcéral – comparution, verdict, intervention des gâfes – dans Notre Dame des Fleurs et réorganise l’espace carcéral dans sa matérialité et dans la succession temporelle des lieux dans Miracle de la rose. Le roman se construit donc selon un endroit et un envers, à l’image des figures des amants rêvés collés au verso du règlement intérieur, qui illustre la dialectique de construction de soi contre et dans les règles. Le monde inversé que constitue le système carcéral se trouve à son tour renversé dans le moment nocturne et dans des gestes à peine perceptibles qui signent une identité retrouvée dans la transgression.

  • 26  Michel Foucault, Notre-Dame-des-Fleurs, op. cit., p. 14.

Pourtant, j’ai pu avoir une vingtaine de photographies et je les ai collées, avec de la mie de pain mâchée au dos du règlement cartonné qui pend au mur. […]. Le soir, comme vous ouvrez votre fenêtre sur la rue, je tourne vers moi l’envers du règlement. Sourires et moues, les uns et les autres inexorables, m’entrent par tout par tous mes trous offerts, leur vigueur pénètre en moi et m’érige. […] Ils président à mes petites habitudes, qui sont, avec eux, toute ma famille et mes seuls amis.26

18Cependant, la construction d’un « je » n’est pas seulement polémique du fait de sa transgression des règles carcérales. L’identité du narrateur, paradoxalement, se construit contre le système carcéral, mais également – provocation au système même – avec la prison, avec laquelle il tend à se confondre, jusqu’à établir une identification de son corps à la cellule.

  • 27  Jean Genet, Miracle de la rose, op. cit., p. 121.

Ma bonne, ma tendre amie, ma cellule ! Réduit de moi seul, je t’aime tant ! S’il me fallait habiter en toute liberté une autre ville, j’irais d’abord en prison reconnaître les miens, ceux de ma race, pour aussi t’y retrouver27

déclare le narrateur, marquant ainsi un lien indissoluble entre son identité et ce qui la menace.

  • 28  Michel Foucault, Des espaces autres, art. cit.

19Ce paradoxe permet une série de glissements poétiques qui structurent l’éthique genetienne et permettent d’observer les fondements de la représentation glorieuse des criminels. En effet, la notion d’hétérotopie telle que la formule Foucault est suffisamment vaste pour inclure des espaces aussi différents que les maisons closes, les prisons, les monastères, les asiles, tous marqués par la clôture28. La parenté entre ces différents types d’espaces e  st renforcée par le rappel de la généalogie des lieux qui contribue à dévoiler l’essence du lieu carcéral. Une série de translations temporelles et phantasmatiques, analogues à la translation poétique par le pouvoir des mots, aboutit à la superposition d’espaces contradictoire sur le plan éthique et social. C’est le cas de Fontevrault, ancien monastère reconverti en prison et qui contient des dépouilles royales.

  • 29  Jean Genet, Miracle de la rose, op. cit., p. 9.

De toutes les Centrales de France, Fontevrault est la plus troublante. C’est elle qui m’a donné la plus forte impression de détresse et de désolation, et je sais que les détenus qui ont connu d’autres prisons ont éprouvé, à l’entendre nommer même, une émotion, une souffrance, comparables aux miennes. Je ne chercherai pas à démêler l’essence de sa puissance sur nous : qu’elle la tienne de son passé, de ses abbesses filles de France, de son aspect, de ses murs, de son lierre, du passage de ses bagnards partant pour Cayenne, […] il n’importe.29

20Cette recréation spatio-temporelle renverse les hiérarchies, tout en renouant avec l’essence commune des lieux de claustration et permet une reconstruction de l’identité du sujet par sa présence en un lieu soumis au déplacement poétique dans l’espace et le temps. Le narrateur genetien se confond dès lors avec une série de figures appartenant, pour certaines, au monde réel, pour d’autres, à un univers imaginaire. Il se confond avec l’ensemble des lieux de réclusion et avec les détenus de toutes les époques.

21Certains indices qui renvoient à des lieux précis parsèment l’œuvre et relient la représentation du narrateur détenu à une dimension biographique. Celle-ci permet de faire du roman une chronique carcérale, conservant la mémoire d’événements remarquables étouffés par les enceintes des bâtiments et dont la société ne peut avoir la connaissance. C’est le cas, notamment, des révoltes de détenus qui sont autant de petites épopées vécues par le narrateur :

  • 30  Jean Genet, Miracle de la rose, op. cit., p. 332

Comme Fontevrault eut sa révolte, nous eûmes la notre. Il ne circula aucun papier parmi la Colonie, mais tous les marles furent au courant. Nous étions soutenus par autre chose qu’un espoir de liberté qui n’eût pas suffi à nous déraciner de nos habitudes. Il fallait l’amour ; C’est Richard qui prit en main le mouvement et l’impulsion qu’il lui donna eut la fougueuse allure qui l’animait30.

22Cet aspect « documentaire » qui repose sur la référentialité des lieux et des figures est cependant miné par une dimension fictionnelle qui permet l’intrusion d’autres personnages dans l’univers carcéral et offre au narrateur (présenté comme un double de l’auteur) la possibilité de se dédoubler dans d’autres figures, fictives, qui alimentent le phantasme identitaire ; la démultiplication de soi est explicitement mise en évidence dans la présence d’un autre Jean dans la même cellule :

  • 31  Jean Genet, Notre-Dame-des-Fleurs, op. cit., p. 304.

Un surveillant ouvre la porte et pousse un nouveau dans la cellule.
Est-ce moi ou Mignon qui le recevra ? […] dès les premiers mots, je l’arrête. Il continue de parler mais je ne suis plus là.
- Comment tu t’appelles ?
- Jean.
C’est assez. Comme moi et comme cet enfant mort pour qui j’écris, il s’appelle Jean. Qu’importerait d’ailleurs, s’il était moins beau mais je joue de malheur. Jean là-bas. Jean ici. Quand je dis à l’un que je l’aime, je doute que ce ne soit à moi31.

23Ce tourbillon qui, par la fiction, rapproche le narrateur de figures sexualisées ou des rois et des criminels le place pourtant en deçà de la figure de martyr telle que l’incarne Weidmann. Le narrateur ne craint pas d’être condamné à mort et ne semble envisager que l’enfermement à perpétuité comme condamnation :

  • 32  Jean Genet, Notre-Dame-des-Fleurs, op. cit., p. 376.

Et si je suis condamné ? je revêtirai la bure et ce vêtement couleur de rouille aussitôt m’obligera au geste monastique : mes mains cachées dans mes manches, et suivra l’équivalente attitude de l’esprit : je me sentirai devenir humble et glorieux, puis, tapi sous mes couvertures – c’est dans Don Juan que les personnages du drame revivent sur la scène et s’embrassent – je referai, pour l’enchantement de ma cellule, à Mignon, Divine, Notre-Dame et Gabriel, d’adorables vies nouvelles32.

24La figure du moine, qui opère le rapprochement entre détention et vie monacale, est détournée par le narrateur pour qui la fiction l’emporte sur la méditation et la repentance. En se revendiquant poète, le narrateur donne la véritable nature de son texte : non une chronique, mais un trompe l’œil, une illusion qui emprunte à l’art théâtral – comme en atteste la mention du final de Don Juan. Cet art de l’illusion se fonde sur une capacité à trier les données biographiques de l’auteur, à allonger le temps carcéral et à réécrire l’histoire d’une vie par les lieux fréquentés : Mettray, première prison pour les jeunes enfants, Fresne, Fontevrault dessinent un itinéraire spirituel fait de correspondances entre les événements, de recoupement des intrigues et permet de retrouver la dimension mythique de la prison par l’affirmation d’un regard subjectif sur les lieux et d’une prise en charge de l’illusion. Un filtre est ainsi posé par le regard du narrateur qui poétise l’univers par les souvenirs littéraires et historiques :

  • 33  Jean Genet, Miracle de la rose, op.cit., p. 103.

Je vis dans un univers si bien clos, dont l'atmosphère est épaisse, vu par mes souvenirs des bagnes, par mes rêves de galères, et par la présence des détenus : assassins, cambrioleurs, bandits, que je n’ai pas de communications avec le monde habituel ou, quand je l’aperçois, ce que j’en vois est déformé par l’épaisseur de cette ouate où je me déplace avec peine.33

25L’illusion établit ainsi un pont entre le mythe et la réalité et devient le lieu de réalisation de soi et des phantasmes de grandeur inversé. La sublimation de l’univers carcéral prend fin dans Miracle de la rose, où le narrateur rejoint la réalité sociale de la prison en retrouvant la souffrance des détenus :

  • 34  Ibid., p. 217.

Mais ce nom de Bel-Air, que Bulkaen déjà m’avait rappelé, m’oblige à me détacher un moment de tout ce qui m’a fasciné dans mes souvenirs pour voir enfin la douleur vraie, la peine lamentable de ces gosses courbés sur les champs de betteraves. L’hiver et l’été, ils les travaillaient.34

26Par delà les temps, le narrateur retrouve le temps présent et sa dimension douloureuse ; le roi, le moine, le détenu romanesque appartiennent désormais aux souvenirs et les figures du passés sont chassés du présent qu’elles remplissaient de leur force obsédante au profit d’une solitude retrouvée – non plus celle du détenu dont l’isolement ajoute au prestige, mais celle d’un homme au seuil d’une vie, dont les souvenirs – entendons aussi, les fictions- sont balayées pour laisser place à un sentiment de vide qui trouve son explication dans les souffrances causées par la prison.

27Mais, tant que l’illusion persiste, le « je » s’inscrit dans une relation de renversement du sens de l’enfermement carcéral, qui serait comme le signe d’une grâce à rebours. A l’encontre de la doxa, le narrateur valorise l’enfermement carcéral et la dialectique du caché / montré se trouve accomplie dans l’écriture ; la projection d’une pleine lumière sur l’univers carcéral conduit à l’exhibition du criminel condamné. C’est lui seul, en effet qui occupe le centre de l’espace social et qui modèle tout à la fois l’organisation de la prison et de la société. Centre des soupirs, la cellule du condamné à mort devient un centre magnétique :

  • 35  Ibid., p. 49.

Or j’étais bien parti dans un but défini, encore que clandestinement, soit pour porter du pain à un pote, soit pour chercher un mégot vers un autre atelier que le mien, ou, pour toute autre raison d’ordre pratique, et la plupart du temps très loin de la septième division où est la cellule des condamnés à mort, mais toujours cette force dont j’ai parlé m’obligeait à me détourner de mon chemin […].35

28L’adverbe « clandestinement » souligne la nécessité d’une nouvelle transgression au sein de l’organisation carcérale et de sa compréhension, pour faire de la cellule la plus marginalisée le lieu d’une convergence des désirs et des phantasmes de la société, dont la prison concrétiserait le surmoi ; en effet, ainsi que le souligne Michel Foucault,

  • 36  Michel Foucault, Surveiller et punir, op. cit., p.73.

[...] si la foule se presse autour de l’échafaud, […] c’est aussi pour entendre celui qui n’a plus rien à perdre maudire les juges, les lois, le pouvoir, la religion.36

  • 37  Jean Genet, Notre Dame des Fleurs, op. cit, p. 9.

29L’union des hétérotopies, leur fusion au sein du texte, conduit à une valorisation de la figure du condamné, dont le texte offre les clichés, à l’insu du pouvoir en place. C’est le visage de grandes figures du crime – ainsi, « Weidmann vous apparut dans une édition de cinq heures, la tête emmaillotée de bandelettes blanches, religieuse et encore aviateur blessé, tombé dans les seigles, un jour de septembre pareil à celui où fut connu le nom de Notre-Dame-des-Fleurs37 » – qui est véhiculé par le texte romanesque, alors même qu’un décret en 1939 interdit les exécutions en public, après l’émotion suscitée par la condamnation de ce même Weidmann, figure tutélaire de Notre-Dame-des-Fleurs, et que la circulation de clichés représentants des condamnés à morts est interdite.

30La superposition d’une dimension historique et d’une dimension mythique dans la représentation de la prison est d’autant plus forte qu’elle prend place au moment d’un changement majeur de conception du pouvoir de punir. Celui-ci opère le passage d’une dimension spectaculaire de la justice à une mise au secret de l’individu, de la représentation à la prise en charge de l’individu. Le premier est défini par Michel Foucault comme :

  • 38  Michel Foucault, Surveiller et punir, op. cit., p. 153-154.

[...] un fonctionnement du pouvoir pénal, réparti dans tout l’espace social ; présent partout comme scène, spectacle, signe, discours ; lisible comme à livre ouvert ; opérant par une recodification permanente de l’esprit des citoyens ; assurant la répression du crime par ces obstacles mis à l’idée du crime […]. Un pouvoir de punir qui courrait tout au long du réseau social, agirait en chacun de ses points, et finirait par ne plus être perçu comme pouvoir de certains sur certains, mais comme réaction immédiate de tous à l’égard de chacun.38.

  • 39  Idem.

31Or, ce système spectaculaire est remplacé par « un fonctionnement compact du pouvoir de punir : une prise en charge méticuleuse du corps et du temps du coupable, un encadrement de ses gestes, de ses conduites par un système d’autorité et de savoir […]39.» Le roman genetien regarde vers le premier système en représentant à nouveau le détenu et les formes de violence exercées sur les corps, luttant contre les impératifs sociaux qui stipulent désormais que

  • 40  Idem.

[…] l’individu à corriger doit être impérativement enveloppé dans le pouvoir qui s’exerce sur lui. Impératif du secret.40

La réaffirmation du caractère visible du condamné au sein du texte permet de faire de l’objet livre un substitut des photographies des condamnés à mort, prisées par le public et dont l’état tente désormais d’empêcher la vente et la circulation. Le texte, en se tournant, sinon anachroniquement, du moins nostalgiquement vers une conception passée de la prison accroit encore sa force polémique en s’inscrivant dans une archéologie du système carcérale contre les conceptions contemporaines. Cet écart permet une fixation à distance de l’image des criminels, qui s’élèvent hors de leurs substrats historiques pour devenir de véritables icônes et retrouver ainsi une dimension mythique.

  • 41  L. Goldmann, Le Dieu caché, Paris, Tel Gallimard, 1959.
  • 42  R. Girard, Le bouc émissaire, Paris, Le Livre de Poche, 2006. Sur la parenté entre tragédie et sac (...)

32En renversant l’ordre du visible et de l’invisible, le condamné devient l’équivalent du Dieu caché41, terrifiant et majestueux. Rendue visible aux yeux de tous, sa mise à mort signifie tout à la fois sa puissance et la force destructrice et fascinante qui émane de lui et la présence d’un pouvoir supérieur qui le broie. Le condamné joue un rôle, tragique, devant la société puisque son châtiment tout en consacrant ses crimes, fait également apparaître sa destiné immuable. Victime et bourreau, le criminel ne peut se déprendre ni de l’une ni de l’autre facette. Cette double dimension accentue encore la dimension polémique de la représentation du criminel puisque la référence à la tragédie et au destin place l’individu hors du système social et d’une possible correction de l’individu par la prison. Celle-ci devient dès lors le symbole de la toute-puissance du pouvoir face aux individus et constitue le point de rencontre de deux ordres supérieurs qui déchirent tragiquement l’individu criminel : la destinée et le pouvoir qui punit. La question esthétique du visible conduit ainsi à une représentation éthique des criminels magnifiés et sublimés. Ces derniers, en effet, deviennent des rois, renouant avec la tradition du sacrifice du bouc-émissaire42, éminemment tragiques, et sont associés à des figures nobles, à l’exemple de Louis XVI (qui réunit le phantasme de la royauté française et du supplice) ou du Christ à l’exemple de la figure de Weidmann :

  • 43  Jean Genet, Notre Dame des Fleurs, op. cit., p. 9.

Sous son image, éclataient d’aurore ses crimes : meurtre 1, meurtre 2, meurtre 3 et jusqu’à six, disaient sa gloire secrète et préparaient sa gloire future.43

L’association de la plus haute fonction sociale ou de la figure Christique qui est un fondement d’ordre politique et de morale aux figures des criminels constitue le point d’orgue de cette poétique fondée sur la succession des renversements et des rapprochements.

  • 44  Le pouvoir de l’imagination, opérant des translations, peut être interprété comme une manière d’as (...)

33Notre-Dame-des Fleurs et Miracle de la rose peuvent donc être lus comme étant le produit d’une confrontation du sujet sensible – l’écrivain- avec l’enfermement carcéral qui se résout dans la nécessité de créer pour assurer la survie du sujet44 et sa transformation ; la nature du narrateur genetien entretient en effet une relation singulière avec la figure auctoriale. Ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre, la figure du narrateur par sa relecture du système carcéral devient un double de l’auteur et joue un rôle majeur dans la création d’une véritable légende genetienne qui donne corps à la fiction et lui confère une existence propre. L’émancipation face à une organisation contraignante passe ainsi par cette relecture du système carcéral qui donne à l’autofiction un caractère de légende en déplaçant le « je » réel vers un « je » fictif, d’un auteur en prison à un poète de la prison. Le mouvement de constitution du sujet en individu autonome entre ainsi en conflit avec un cadre coercitif, restreignant les possibilités de dire et d’écrire, ce qui pose la question de l’existence même du texte en régime carcéral. Les conditions d’écriture niant toute possibilité créatrice se trouvent bafouées et détournées, renversées dans une perspective de déconstruction des normes qui ne peut conduire qu’à un texte polémique autant dans la forme que dans le contenu.

La matérialité du texte en danger

  • 45  On peut ici reprendre les remarques de Jean-Pierre Cavaillé dans Cahiers du Centre de Recherches H (...)

34Lorsque le texte est produit en régime carcéral, son identité matérielle se trouve fragilisée ; c’est en effet dans une relation avec un espace qui lui est hostile que le roman peut naître45. Cette naissance paradoxale, contre et dans l’oppression d’un système devient un acte riche de sens et analogue à celui de l’évasion, jouant sur la dilatation des interstices de l’emploi du temps ;

  • 46  Miracle de la rose, op. cit. p. 300-301.

 [Botchako] avait creusé une cavité, dans la poutre maîtresse, assez grande pour y loger son buste incliné […]. Il y travailla un an. Le soir qu’il décida de partir, il s’y introduisit […]. Quand le gâfe, à six heures vint chercher les détenus, il les compta, comme chaque soir. On chercha le manquant dans toute la tôle, on ne le trouva pas. On le crut évadé. Il ne s’enfuit que la troisième nuit.46

35Renouant avec la figure de son narrateur, Jean Genet, insiste, dans une interview, sur la genèse difficile de Notre Dame des Fleurs et met en évidence le risque d’une totale dépossession de soi par la confiscation du manuscrit interprété comme un vol et un viol exercé par les représentants du pouvoir carcéral. Ceci inverse la représentation du système carcéral comme lieu de redressement, ce qui supposerait sinon une exemplarité des surveillants, du moins que le pouvoir ne reproduise pas, sur le plan métaphorique les délits qu’il souhaite punir :

  • 47  Jean Genet, interview accordée au magazine Playboy citée dans Le Magazine Littéraire, n° 174, Juin (...)

On nous donnait du papier avec lequel nous devions fabriquer des sacs. C’est donc sur ce papier brun que j’ai écrit le début du livre. Je n’imaginais pas qu’il serait jamais lu. Je pensais ne jamais être lu. J’ai donc écrit sincèrement, avec flamme et rage, et d’autant plus librement que j’étais certain que personne ne me lirait. Un jour, on nous a transféré de la prison de la Santé au palais de Justice de Paris. Lorsque j’ai retrouvé ma cellule, le manuscrit avait disparu. […] J’ai vécu ce vol perpétré par le gardien comme une humiliation.47

36La précarité matérielle des conditions d’écriture se trouve inscrite dans la trame romanesque ; le narrateur fait de l’acte d’écrire le fruit d’une ruse, d’une action à la dérobade :

  • 48  Jean Genet, Miracle de la rose, op. cit., p. 348.

Je sortais chaque matin pour aller à la salle de discipline et ma cellule restait vide, nue. Je ne gardais, en les dissimulant dans le trou de la tinette, que les sacs en papiers sur lesquels je notais ce qui va suivre.48

Le roman renoue avec la tradition spéculaire dans la mesure où il s’observe lui-même, assiste à son propre enfantement, faisant ainsi écho à l’héritage de Proust – autre reclus, dans une chambre et non dans une prison –, ce qui explique la dimension onaniste de certaines pages de Notre Dame des Fleurs.

37L’écriture étant impossible ou du moins, difficile, toute trace faisant sens trouve sa place dans le texte, lequel joue sur l’ambivalence de la prison en en faisant le lieu d’un retrait impossible et d’un retranchement en soi. Observée, elle est aussi menacée puisque le sujet fait l’objet d’une perpétuelle surveillance, comme en régime tragique. Les deux romans jouent sur la marge de subversion dans laquelle s’inscrit l’affirmation de l’irréductibilité du sujet. Cela passe par une inclusion d’un texte de la prison au sein même du roman, qui englobe les différentes modalités de communication et d’affirmation de soi ; graffitis, tatouages :

  • 49 Ibid., p. 196.

J’ai vu des gars tatoués de l’Aigle, de la Frégate, de l’Ancre de Marine, du Serpent, de la Pensée, des Étoiles, de la Lune et du Soleil. Les plus chargés de blasons en avait jusqu’au cou et plus haut. Ces figures ornaient les torses d’une chevalerie nouvelle.49

  • 50 Ibid., p. 57.

38La langue elle-même subit une torsion, avec la juxtaposition de passages au subjonctif imparfait et plus-que-parfait et de l’argot des prisons – les « gâfes », les « cloches », le « mitard » – qui, tout en ouvrant le texte vers la poésie par l’étrangeté du vocabulaire au sein de la langue, referme en même temps cet  univers sur son irréductible clôture et ses conséquences, brisant notamment le tabou de la sexualité des détenus ou de la violence physique en prison par une grande palette de registres de langue. Le lexique manifeste alors la nature hétérotopique du roman lui-même, dans le sens où les mots appartiennent au langage de la société mais véhiculent une structure et une vision du monde en marge, qui se réalise dans le seul espace romanesque ; c’est le cas pour le vocabulaire éthique, remotivé par des glissements entre les plans qui rejoignent la variation des hétérotopies – « Reparler de sainteté à propos de relégation fera crisser vos dents inhabituées aux nourritures acides. Pourtant, la vie que je mène requiert ces conditions d’abandon des choses terrestres qu’exige de ses saints l'Église et toutes les Églises50. » Le texte redevient alors ce qu’il est étymologiquement, un tissu, fait de bribes de discours d’un monde où la parole est interdite, où l’écrit est appelé à ne pas exister, recueillant le souvenir et le phantasme, un monde de morts, en somme, qui explique la posture mélancolique du narrateur.

  • 51 Ibid., p. 52.

Des fois, c’était pour faire l’amour, des fois pour rien du tout, puis des fois on en préparait des vraies, des évasions, des qui devaient durer tout le temps. C’est celles-là qu’on s’arrangeait pour que ça loupe. Au fond, on se trouvait bien.51

Cette affirmation paradoxale met en évidence le pouvoir transfigurant de la fiction et d’une vision subjective marquée par les souvenirs historiques et mythiques autour du lieu. L’illusion littéraire permet de dissimuler la douloureuse réalité mais également de la repenser et de réinterpréter le système carcéral contre le discours du pouvoir. Ceci conduit à une revalorisation de l’expérience carcérale, exacerbée par le narrateur, qui identifie chaque instant de sa vie à la prison et à une série d’expériences de l’ambivalence de l’univers carcéral, lieu de coercition et lieu de protection, lieu de répression et lieu de création. La tension entre les dimensions contradictoires permet la création d’un sujet et d’un texte fragiles, marqués par la mélancolie et le phantasme.

39Ces tensions et ces contradictions qui prennent racine dans des lectures contraires du texte peuvent être élucidées par une mise en regard de la dimension archétypale de la prison et des réalisations historiques. La réinterprétation de la lecture genetienne nécessite en effet de mesurer les écarts, au sein du texte, entre une représentation qui tient du mythe, ou d’une rêverie historique et la réalité sociale de la prison. Cette « archéologie du savoir » des lieux, éclaire la dimension profondément polémique de ces romans qui se fondent sur le renversement éthique et sur une représentation anachronique des lieux valorisant les criminels, notamment par la restitution littéraire du spectacle des criminels à une époque où le pouvoir décide la mise au secret. La compréhension des conditions historiques doit se faire en regard d’une dimension archétypale qui permet de faire sens, de créer un texte hétérotopique mais aussi, de s’inscrire toujours sur la frontière qui sépare création littéraire et création de soi. La prison, devient le lieu d’une lucidité possible qui passe non par la repentance et la prise de conscience mais par des retrouvailles avec soi-même placées sous l’égide du phantasme.

40Ce lien indissoluble et revendiqué entre l’hétérotopie carcérale et la figure genetienne, place l’auteur dans la lignée des poètes maudits, acceptant l’abjection de leur condition, à l’exemple de Verlaine, qui, paradoxalement, affirme :

Haut de page

Notes

Je préfère enfin l’hôpital / Puisque tel est mon lieu fatal / Et ma sincère raison d’être / Est le seul bonheur que j’impètre. / Oui, je préfère en toute foi / Cette faveur bien due à moi / Que tout repousse loin d’un monde / Malpropre et d’une vie immonde.52

1  Jean Genet, Notre Dame des Fleurs, Paris, Marc Barbezat – L’Arbalète, 1946, p. 84.

2  Jean Genet, Miracle de la rose, Paris, Marc Barbezat – L’Arbalète, 1948.

3  Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

4  Michel Foucault, Des espaces autres, texte disponible en ligne sur http://foucault.info/documents/heteroTopia/foucault.heteroTopia.fr.html

5  François Mauriac, « Le cas Jean Genet », Le Figaro littéraire 26 mars 1949, repris dans Jean Genet, Théâtre complet, Pléiade Gallimard, Paris, 2002, p. 962.

6  Ibid., p. 964.

7  Remarquons que ce souci de conformité de la représentation littéraire à une représentation idéologique de la prison est déjà utilisé par Eugène Sue, dans Les Mystères de Paris ; le détour par l’exposé du souci d’améliorer la morale publique passe par une adresse directe au lecteur avant la description de la prison de Saint-Lazare et d’une représentation des détenues comme des personnages dignes de susciter la pitié plus que la réprobation : « Nous croyons devoir prévenir les plus timorés de nos lecteurs que la prison de Saint-Lazare, spécialement destinée aux voleuses et aux prostituées, est journellement visitée par plusieurs femmes, dont la charité, dont le nom, dont la position sociale, commandent le respect de tous ». La mise en évidence, dans l’accumulation finale, d’une valeur chrétienne et de marqueurs sociaux permet de réduire l’écart entre les conditions sociales et les conditions morales. Eugène Sue, Les Mystères de Paris, Paris, Quarto Gallimard, 2009, p. 567.

8  Michel Foucault, Des espaces autres, art.cit.

9  François Mauriac, « Le cas Jean Genet », art. cit., p. 962.

10  Michel Foucault, Des espaces autres, art. cit.

11  A. Rimbaud, Œuvre complète, Paris, Pléiade Gallimard, 1972,p. 252.

12  Ch. Baudelaire, Œuvres complètes, Paris, Robert Laffont, 1980, p. 8.

13  Jean Genet, Miracle de la rose, op. cit., p. 132.

14  Ibid, p. 20.

15  Ibid, p. 376.

16  Jean Genet, Notre Dame des Fleurs, op. cit., p. 377.

17  Jean Genet, Miracle de la rose, op. cit., p. 55-56.

18  Michel Foucault, Surveiller et punir, op. cit., p. 343.

19  Roland Barthes, Le Bruissement de la langue - Essais critiques IV, Paris, Seuil, 1984, p. 186 : « C’est là ce que l’on pourrait appeler l’illusion référentielle. La vérité de cette illusion est celle-ci : supprimé de l’énonciation réaliste à titre de signifié de dénotation, le « réel » y revient à titre de signifié de connotation ; car, dans le moment même où ces détails sont réputés dénoter directement le réel, ils ne font rien d’autre, sans le dire, que le signifier […]. »

20  Jean Genet, Notre Dame des Fleurs, op. cit., p. 295.

21  Michel Foucault, Surveiller et punir, op. cit., p. 166.

22  Ibid, p. 275.

23  Jean Genet, Miracle de la rose, op. cit., p. 248.

24  Ibid., p. 285.

25  Michel Foucault, Surveiller et punir, op. cit., p. 152.

26  Michel Foucault, Notre-Dame-des-Fleurs, op. cit., p. 14.

27  Jean Genet, Miracle de la rose, op. cit., p. 121.

28  Michel Foucault, Des espaces autres, art. cit.

29  Jean Genet, Miracle de la rose, op. cit., p. 9.

30  Jean Genet, Miracle de la rose, op. cit., p. 332

31  Jean Genet, Notre-Dame-des-Fleurs, op. cit., p. 304.

32  Jean Genet, Notre-Dame-des-Fleurs, op. cit., p. 376.

33  Jean Genet, Miracle de la rose, op.cit., p. 103.

34  Ibid., p. 217.

35  Ibid., p. 49.

36  Michel Foucault, Surveiller et punir, op. cit., p.73.

37  Jean Genet, Notre Dame des Fleurs, op. cit, p. 9.

38  Michel Foucault, Surveiller et punir, op. cit., p. 153-154.

39  Idem.

40  Idem.

41  L. Goldmann, Le Dieu caché, Paris, Tel Gallimard, 1959.

42  R. Girard, Le bouc émissaire, Paris, Le Livre de Poche, 2006. Sur la parenté entre tragédie et sacrifice, voir aussi M. Meyer, Le comique et le tragique, Paris, PUF, 2005, p. 16 : « L’être qui sort du groupe pour en fonder l’identité, pour l’expliciter, la recréer, la réaliser, est forcément en contradiction avec l’identité du groupe puisqu’il s’en démarque. […] Cela explique en plus un phénomène assez curieux pour nous aujourd’hui, le sacrifice du roi au changement de saison dans les sociétés dites « primitives » […] ».

43  Jean Genet, Notre Dame des Fleurs, op. cit., p. 9.

44  Le pouvoir de l’imagination, opérant des translations, peut être interprété comme une manière d’assurer sa survie dans un cadre difficile, dans une perspective bachelardienne qui fait de l’imagination et de la création une force vitale.

45  On peut ici reprendre les remarques de Jean-Pierre Cavaillé dans Cahiers du Centre de Recherches Historiques : Écriture et prison au début de l’âge moderne, n° 39, p. 11 : « […] c’est justement parce que le lieu carcéral n’est pas un espace d’écriture protégé, mais que l’acte d’écrire s’y trouve exposé, menacé, contrarié, soumis à la clandestinité, passible de contrôle et d’interdit, vécu et ressaisi par les acteurs dans toute sa précarité matérielle, qu’on peut le prendre comme un lieu d’expérimentation […]. »

46  Miracle de la rose, op. cit. p. 300-301.

47  Jean Genet, interview accordée au magazine Playboy citée dans Le Magazine Littéraire, n° 174, Juin 1981, p. 20.

48  Jean Genet, Miracle de la rose, op. cit., p. 348.

49 Ibid., p. 196.

50 Ibid., p. 57.

51 Ibid., p. 52.

52  Paul Verlaine, Œuvre complète, Paris, Pléiade, 2007, p. 1032.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascaline Hamon, « Notre-Dame des Fleurs et Miracle de la rose, de Jean Genet. L’écriture mise au secret », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2011-01 | 2011, mis en ligne le 29 décembre 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5000 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.5000

Haut de page

Auteur

Pascaline Hamon

Pascaline Hamon est agrégée de Lettres Modernes. Ses travaux de recherche portent sur les liens entre éthique, société et littérature.
Elle a travaillé sur l’importance de la prison dans l’œuvre romanesque de Jean Genet dans le cadre de ses travaux de Master sous la direction de Bernard Alazet, université Paris III – Sorbonne Nouvelle.
pascaline [point] hamon [arobase] laposte [point] net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page