Navigation – Plan du site

La Vie de Marillac : un essai hagiographique ? Analyse comparée des sources utilisées par Nicolas Lefèvre de Lezeau dans la Vie de Marillac et la Vie de Morvillier

Dora De Lima

Résumés

Considérer Nicolas Lefèvre de Lezeau comme le biographe de son grand oncle ou comme l’hagiographe de son ami Michel de Marillac revient à glorifier la mémoire des trois héros au détriment du projet d’écriture de l’auteur. La Vie de Jean de Morvillier et la Vie de Michel de Marillac sont vivement marquées par l’omniprésence de leur auteur, quand bien même l’illusion de la richesse documentaire sur les trois héros voudrait l’estomper. Parce qu’ils convoquent une documentation riche et de nombreuses références littéraires, les trois récits de vie retrouvés témoignent d’une quête d’authenticité par leur auteur. En ce sens, la Vie de Marillac se dégage des deux autres récits de vie écrits par Lezeau. Le conseiller d’état n’y cherche effectivement pas seulement à raviver la mémoire de la Ligue dans le milieu dévot, ni même à construire une filiation entre ces deux partis. L’originalité de la Vie de Marillac tient de l’abondance des références spirituelles et de l’autorité que les mystiques incarnent pour sa validation.
Pour les mystiques, la vie chargée d’un officier d’état demeure incompatible avec le mode de vie humble et contemplatif d’un « petit ». Du côté des politiques, la « cabale des dévots » représente une menace croissante pour l’autorité du roi. Dès lors, la Vie de Marillac de Lezeau nous invite à réfléchir sur les caractéristiques de rejet d’un modèle de sainteté (E. Suire). La postérité retient Marillac pour sa témérité et sa faillite face à la raison d’état de Richelieu, comme l’attestent le peu de biographies des xixe-xxe siècles de ce garde des sceaux. Parallèlement, si Marillac est décrit comme un laïc ayant fait preuve d’une grande dévotion dans les Histoires de l’ordre des Carmélites déchaussées parues aux xixe et xxe siècles, sa part active à la fondation de l’ordre en France ne suffit pas à faire de lui un saint. Mais la (ré)conciliation entre les deux aspects de la vie de Michel de Marillac n’a pas été retenue, alors que c’est bien ce modèle que Nicolas Lefebvre de Lezeau semble avoir voulu laisser à la postérité.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cette communication a été présentée lors de la journée d’études du 23 mars 2011 : « Nicolas Lefevre de Lezeau et l’écriture »

Texte intégral

Introduction

1Comment qualifier le projet d’écriture que Lezeau a mené autour de l’élaboration de la Vie de Marillac ? à l’Histoire de la vie de Messire Michel de Marillac dans la première copie du manuscrit, Lezeau préfère ensuite intituler son récit Mémoires dans la troisième copie ; pour enfin marquer dès sa préface le caractère édifiant du texte :

  • 1  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Histoire de la vie de Messire Michel de Marillac chevalier garde des se (...)

Et partant j’espère que cet escrit apportera aultant, et plus d’édification, et instruction, qu’en aultre qui traictera des vraies personnes spirituelles, ou contemplatives, pour estre celuy cy fondé, et composé de diverses actions de la vie active, et de la praticque des affaires du monde, animées,et conduictes par l’esprit de dévotion, dont les exemples sont plus rares, et les besoings plus ordinaires.1

  • 2  Eric Suire, La Sainteté française de la Réforme catholique (xvie-xviie siècles) d’après les textes (...)

2Devons-nous considérer la Vie de Marillac comme un exemple de plus de la mode des mémoires au Grand Siècle, ou bien comme une illustration de l’ « historicisation » selon la formule d’Eric Suire de l’hagiographie post-tridentine2 ?

  • 3  Depuis la journée d’études, une autre biographie de la main de Nicolas de Lefèvre de Lezeau a été (...)

3Nicolas Lefèvre de Lezeau semble avoir manifesté un goût pour l’écriture biographique, comme en attestent les cinq manuscrits retrouvés de la Vie de Jean de Morvillier, évêque d’Orléans et garde des sceaux de France3. Relèvent-ils d’un simple travail d’enquête personnelle pour concrétiser le projet plus ample du récit de vie de Marillac ? Ou bien l’auteur a-t-il vu en la personne de Morvillier un autre exemple de dévotion dont il fallait rendre mémoire et laisser à la postérité ? Nous laissons ces interrogations ouvertes pour le moment, afin de nous concentrer sur la genèse de ces deux récits de vie. Lorsqu’on s’attache à la construction des deux récits, et plus particulièrement à la mise en scène des témoignages recueillis par l’auteur, toute tentation de considérer le travail biographique de Lezeau dans une catégorie littéraire qui se voudrait homogène peut sembler partiale, voire futile. En quoi le projet d’écriture de Lezeau, mis en œuvre dans la Vie de Marillac et la Vie de Morvillier, relève-t-il d’une ambition dévote plus vaste de réconcilier la vie chargée d’un homme public à la vie contemplative d’un mystique ? Si Lezeau semble vouloir réconcilier les deux mondes, quelles preuves apporte-t-il pour rendre compte de l’applicabilité de son projet au milieu dévot ?

  • 4  Voici les cotes de trois des cinq manuscrits retrouvés de La vie de Messire Jehan de Morvillier Ev (...)

4Nous tenterons d’apporter des éléments de réponse à cette interrogation, dans le cadre d’un premier travail de recensement des sources contenues dans les deux récits de vie écrits par Lezeau, mais qu’il n’est pas parvenus à faire publier de son vivant. La comparaison n’est pas aisée, dans la mesure où la Vie de Marillac découle d’un travail plus abouti que la Vie de Jean de Morvillier. A ce jour, nous avons inventorié cinq copies du manuscrit de la Vie de Messire Jehan de Morvillier Evesque d’Orléans, et Garde des seaux de France : deux se trouvant au Fond Français de la Bibliothèque Nationale, une aux Archives Nationales, une autre aux archives départementales de Toulouse, et le dernier aux archives départementales d’Orléans4. Les deux premières copies datent du xviiie siècle, et ne sont que des extraits du récit de vie original. L’exemplaire trouvé aux Archives Nationales semble être de la main de Nicolas Lefèvre de Lezeau, se compose de 28 folios, mais n’est pas daté. Nous n’avons pas encore eu accès aux deux dernières copies citées.

5Quoiqu’il en soit, et ce partant des deux récits de vie, Lezeau insère dans sa Vie de Marillac un épisode sur Morvillier, ce qui nous permet d’assurer la nécessité d’une analyse comparée pour mieux éclairer la nature de cette entreprise. Nous interrogerons dans un premier temps les raisons qui ont poussé Nicolas Lefèvre de Lezeau à raviver la mémoire d’un fantôme de la ligue, Jean de Morvillier, et de laisser à la postérité un modèle de dévotion de son temps, Michel de Marillac. Puis nous verrons comment Lefèvre de Lezeau construit une écriture de conciliation entre mystiques et hommes publics à travers le prisme de la compilation documentaire.

Deux vies qui se font écho

Des figures ligueuses

  • 5  Pour en savoir plus sur la mémoire de la Ligue telle qu’elle est ravivée par Lezeau, cf. article d (...)

6Jean de Morvillier (Blois, 1506- Tours, 1577) et Michel de Marillac (Paris, 1563 - Chateaudun, 1632) ont d’abord été ligueurs. Jean de Morvillier joue un rôle actif dans les conférences qui se sont tenues à Paris en 1575 avec les représentants des Malcontents et des protestants. Lezeau insiste sur le rôle joué par Morvillier dans l’élaboration de l’édit de Blois, qui se veut comme une révision du libéral édit de Beaulieu. Marillac a participé aux états généraux de la ligue à Paris en 1593, à l’abjuration de Saint Denis et est un des hommes qui vont mener à la conversion de Henri IV5.

7Outre leur rôle actif dans la ligue, les deux hommes ont communément exercé la charge de garde des sceaux. Jean de Morvillier fit partie de la délégation française, dirigée par le cardinal de Lorraine, qui participa à la dernière phase du concile de Trente. Il exerça la charge de garde des Sceaux après la mort du chancelier François Olivier (1560), puis de nouveau après la disgrâce de Michel de L'Hospital (1568). Le 27 août 1624, Michel de Marillac est nommé, conjointement avec Jean Bochart, surintendant des finances. En juin 1626, il remplace le chancelier d'Aligre, compromis par sa fidélité à Gaston d'Orléans. Ce travail de juriste privilégiant la réforme intérieure de l'État et la défense du catholicisme l'oppose à Richelieu dont la politique est centrée avant tout sur la résolution des problèmes internationaux du temps. En 1629 et 1630, les deux hommes se livrent une guerre larvée : Richelieu encourage le Parlement à ne pas enregistrer le Code Michau ; Marillac s'oppose à l'intervention française en Piémont et à la guerre contre l'Espagne.

8Replacés dans le contexte politique de leur temps, les positions des deux hommes peuvent paraître opposées : Morvillier, menant une politique modérée qui s’attache avant tout à protéger l’autorité du roi ; Marillac, fervent défenseur du catholicisme en France quitte à se poser en porte-à-faux de l’autorité royale.

…aux dévotions discutées

9En 1552, Henri II désigne Jean de Morvillier comme évêque d’Orléans. Celui-ci, trop occupé à résoudre les difficiles crises politiques, délègue son épiscopat à trois clercs : Etienne de Paris, François de Bourg et Mathurin de la Saussaye. Mais à son retour au premier concile de Trente, Jean de Morvillier donne sa démission du siège épiscopal d’Orléans et la confie, avec l’accord du pape, à son neveu Mathurin de la Saussaye. Même si l’historien Gustave de Puchesse atteste que cette démission n’a en rien entaché la réputation de Morvillier à Orléans, la manière dont celle-ci est justifiée par Lezeau conduit à nous interroger sur le caractère anodin, aux yeux des clercs, de cette préférence pour le temporel au spirituel :

  • 6  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Morvillier, Ms AN, f° 44v

Par la bienveillance des deux Papes successivement et par la recommandation de nos Roys il a esté en pouvoir de parvenir au Chapeau de Cardinal ce qu’il ne voulut pas seulement requerir mais mesme il contraignit ses amys qui luy procuroient cette dignité aux apparences de bon succez de se desister de cettes poursuittes.6

  • 7  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Marillac, Ms BSG, Chap.10, f° 270
  • 8  Stéphane-Marie Morgain, Pierre de Bérulles et les Carmélites de France : la querelle du gouverneme (...)

10Quant à Michel de Marillac, les liens qu’il entretient avec les Carmélites de Pontoise et de Paris sont bien mis en avant par Lezeau, notamment dans le chapitre intitulé « De la protection qu’il a donnée aux religieuses Carmélites contre les Pères Carmels ». Dans ce chapitre, Lezeau passe sous silence le rôle majeur d’André Duval, de Pierre de Bérulle et de Jacques Gallemant pour mieux montrer la part active de son modèle : « Car je puis dire qu’il dirigeait lui seul toutes ces affaires donnant les ordres et fournissant les mémoires et instructions nécessaires »7. Il faut replacer ce débat dans le contexte de la réformation de l’ordre des carmélites en France dès 1604. En effet, si la règle de Sainte Thérèse d’Avila préconise la direction spirituelle des carmélites à un Carmel, les conditions de la fondation du Carme français sont plus complexes : « Ce petit groupe décida de faire venir des Carmélites de la Réforme, et ainsi, puisque les Carmes déchaux n’existaient pas en France, de déroger à la volonté expresse de sainte Thérèse de confier à l’ordre masculin l’exercice du supériorat sur les sœurs. »8. Comme l’a montré Stéphane-Marie Morgain pour le cas de Pierre de Bérulle, la légitimité de ces supérieurs fut tout au long du xviie siècle sujette à des contestations des carmélites elles-mêmes. Michel de Marillac ayant également pris part à ces querelles, nous pouvons penser que son rôle dans l’histoire des Carmélites ait été controversé dans le milieu ecclésiastique.

Lezeau : ami de Marillac, petit-neveu de Morvillier

11D’une part, Nicolas Lefèvre de Lezeau tait les liens de sang qu’il a avec Jean de Morvillier. D’autre part, il ne cesse de mettre en avant l’amitié qu’il partage avec Michel de Marillac. En effet, si Jean de Morvillier est le grand-oncle de son biographe, ce dernier ne fait allusion à ce lien de parenté qu’au moment où il narre la nomination d’Olivier Lefèvre d’Ormesson par Jean de Morvillier comme conseiller d’état :

  • 9  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Morvillier, Ms AN, f° 50v

Le Sr de Morvillier dit tout haut au Conseil qu’il y falloit mettre le Sr O. d’Ormesson que c’estoit un homme de bien et qu’il en responderoit corps pour corps ce qui fut fait en la commission luy fust expediée la Reyne mere dit en sortant il faut que le Sieur de Morvillier ayme bien le Sr d’Ormesson et qu’il ayt une grande asseurance de sa prudhomie car il n’a pas accoustumé de se tant advancer.9

12Olivier Lefèvre d’Ormesson (1525-1600) appartenait à une famille connue avant le règne de François Ier mais qui a, depuis cette époque, acquis un nouvel éclat par le grand nombre de magistrats qu’elle a produits, sans interruption, dans les premières cours du royaume. Appelé par Michel de l’Hospital au Conseil de Charles IX, il partit, ayant sa femme en croupe derrière lui, pour accompagner ce monarque, qui allait, avec toute sa cour, visiter ses provinces. En 1568, Charles voulut le mettre à la tête de ses finances : d’Ormesson refusa cette place que les circonstances rendaient très difficile. Cependant, quelques années après, il fut nommé intendant et contrôleur général des finances. Il avait épousé Anne d’Alesso, nièce de Jean de Morvilliers : elle était la petite-nièce de Saint François de Paule, fondateur de l’Ordre des Minimes, dont les d’Ormesson devinrent les protecteurs, et favorisèrent l’accroissement. A la mort du garde des sceaux en 1577, Olivier quitta l’administration des finances, et voulut vivre dans la retraite : il accepta néanmoins plus tard une charge de président à la chambre des comptes, et après la mort de Henri III, il déclara devant sa compagnie assemblée qu’il reconnaissait Henri de Bourbon pour le seul héritier du trône, exprimant seulement un vif désir de lui voir embrasser la religion catholique. Henri IV combla d’Ormesson de marques d’estime et d’affection. En insistant sur l’amitié entre O. Lefèvre d’Ormesson et Jean de Morvillier, et sur la dévotion d’Anne d’Alesso, Nicolas Lefèvre de Lezeau présente ainsi son appartenance à une lignée ayant fait preuve d’une grande dévotion à travers la fondation des Minimes, et qui a été choisie par un homme de cour réputé.

13L’alliance avec Jean de Morvillier confère donc à la famille d’Ormesson un prestige certain aux yeux des dévots, prestige mis en valeur par son aspect choisi et consenti. C’est ce que Lezeau laisse entendre dans l’extrait du testament de Jean de Morvillier qu’il a retranscrit dans son récit de vie :

  • 10  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Morvillier, Ms AN, f° 52

Puis entre autres choses, il dit je donne à ma niepce de Lezeau dix mil livres en consideration de ce qu’elle ma toujours esté tres affectionnée. Et quant à ma niepce vefve de Mons. Bourdin a present mariée à Monsieur des Landes je ne donne que cent escus attendu quelle s’est remariée contre ma volonté.
Il est ascavoir en cet endroit que la cause de cette espece d’heredation n’estoit pas pour s’estre remariée contre sa volonté mais pour s’estre faite de la Religion prétendue réformée estant le Sr de Morvillier fort esloigné de cette malheureuse créance.10

14Dans la Vie de Marillac, Lezeau expose beaucoup plus explicitement, et avec davantage de redondance, sa proximité avec le garde des sceaux. Que ce soit à travers la retranscription de conversations et de correspondances partagées avec son modèle, ou en qualité de secrétaire du garde des sceaux, Lezeau n’hésite pas à s’introduire dans la liste du peu d’amis que Michel de Marillac avait :

  • 11  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Marillac, Ms BSG, chap. 16, f°95

Et finalement J'oseray me mettre de ce nombre puisque nostre amitié a esté fondée en nostre seigneur Et a commencé continué et achevé d'une mesme teneur devant pendant et apres les grandes charges qu'il a exercées.11

15Ainsi, à lire les deux récits de vie, Lefèvre de Lezeau insiste plus sur l’étroite amitié qu’il partage avec Marillac que sur les liens de sang existants avec Jean de Morvillier, si ce n’est pour glorifier la mémoire de son père. Tout semble comme si Lezeau dressait un parallèle entre Jean de Morvillier et Michel de Marillac dont le dénominateur commun serait la famille Lezeau. De la même manière que Jean de Morvillier fut le protecteur d’Olivier Lefèvre d’Ormesson, Michel de Marillac est le protecteur de Nicolas Lefèvre de Lezeau. Très peu d’éléments convergent donc vers l’idée d’un lien directement construit entre ces deux gardes des sceaux par notre biographe, et ce lien demeure encore artificiel si on ne se tient qu’aux vies des deux hommes. Il nous faut donc tenter de comprendre le projet d’écriture de l’auteur pour déceler les relations entre Michel de Marillac et Jean de Morvillier, deux gardes des sceaux certes mais dont les rapports à la monarchie ont été bien divergents.

La cour, purgatoire des Grands

  • 12  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Marillac, Ms BSG, Chapitre 18 « Du peu d’attachement qu’il avoit (...)

16Le choix opéré par Lezeau qui consiste à insérer des épisodes concernant la vie de Jean de Morvillier dans la Vie de Michel de Marillac n’est bien entendu pas anodin : il s’agit d’utiliser le témoignage d’un garde des sceaux pour mieux mettre en évidence le caractère purgatif qu’incarne cette charge. Nous pourrions même élargir la portée politique de ce projet qui viserait l’ensemble des charges de justice, que Lezeau lui-même exerçait en tant que conseiller de Michel de Marillac lorsqu’il était garde des sceaux. Les connaissances de notre biographe sur la vie de son grand-oncle sont agencées dans la colossale Vie de Marillac aux chapitres « Du peu d’attachement qu’il avait à la charge de garde des sceaux de France» et « Des mortifications »12.

L’héroïque démission de Morvillier

  • 13  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Morvillier, Ms AN, f° 47.

17Le biographe retrace avec la même rigueur une linéarité des événements des Vie de Morvillier et Vie de Marillac et respecte des normes d’écriture relativement proches dans ses deux récits. D’abord, le biographe commence ses récits en retraçant l’arbre généalogique des deux hommes puis le fait suivre par la liste des offices et des charges exercées par eux. Par ailleurs, les deux gardes des sceaux de France sont présentés comme des hommes illustres, tant par leur érudition que par leur entourage. Ainsi, Morvillier « s’adonnait volontiers à l’étude des bonnes lettres [et] il savait tout son Horace par cœur affectionnant fort cet auteur pour qu’il est fort sentencieux, prudent et judicieux »13. De même, tout un chapitre est consacré à la « capacité d’esprit » de Marillac, celle-ci étant surtout liée aux connaissances théologiques du garde des sceaux. Ces caractéristiques, communes aux Grands de la cour, ne suffisent pas à l’auteur pour faire l’éloge de ses modèles. En effet, Lezeau utilise dans ses deux récits de vie des lieux communs de la dévotion. Ainsi, le biographe insiste sur l’humilité de ses modèles, à travers notamment des considérations autour du peu d’intérêt que les hommes ont pour les richesses. Parmi ces lieux communs, la démission de Morvillier de l’office de garde des sceaux en 1560.

  • 14  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Marillac, Ms BSG, chap.18, f° 229 à f° 231

Au commencement de l’année 1630 continuant en son dessein il fict mettre en belle apparence sur son buffet le portrait de monsieur de Morvilliers garde des sceaux de France ce qu’il n’avoit point faict affin d’estre exité par son exemple à ceste généreuse action, […] et particulièrement sur ceste remise des sceaux : on faict un grand cas, et grande merveille de ce que M. de Morvilliers a quitté volontairement les sceaux, comme si c’estoit une grand affaire. 14

A ce modèle héroïque incarné par Morvillier, Marillac répond :

  • 15  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Marillac, Ms BSG, chap.18, f°229 à 231

et pour moy je ne crois pas qu’il faille avoir une si grande puissance sur soy mesme pour en faire aultant, et ne fais point de difficulté de tout dire, que j’ay déjà demandé ceste décharge, et faict estat de continuer à la demander avec affection, la considérant comme mon vray repos et contentement.15

  • 16  Cette distinction entre « héros » et « saint » inspirée par l’article René Taveneaux, « Port-Royal (...)

18Ainsi, Lezeau tourne la journée des Dupes à l’avantage de Marillac en montrant qu’elle n’a été qu’une accélération d’une retraite que le garde des sceaux comptait déjà opérer. L’échec politique du garde des sceaux est converti en triomphe spirituel, et la construction d’un mythe de fondation de cette retraite à travers la figure de Jean de Morvillier en est l’une des traductions les plus caractéristiques.16

La sainteté de Marillac

  • 17  Maurice Tourneux (dir), Merceriana : ou notes inédites de Mercier de Saint Léger (1893), Kessinger (...)

19L’hypothèse selon laquelle Nicolas Lefèvre de Lezeau aurait amorcé une procédure de canonisation pour ses manuscrits peut nous laisser penser que le conseiller d’état ait voulu faire de la Vie de Marillac un récit hagiographique. Soulevons ici également un doute, émis par le Carmel Jean-Baptiste Eriau en 1935 quant à la participation de Lezeau dans l’élaboration de La vie de Sœur Catherine de Jésus, et qui pourrait attester d’un intérêt de notre homme pour l’écriture hagiographique17. Plusieurs éléments constitutifs de ce récit convergent vers cette hypothèse. Tout d’abord, le dernier chapitre de cette Vie comporte une énumération des autorités pour la validation de son récit. Sur les dix personnages que Lezeau considère comme des autorités, le seul homme d’état apparent est Richelieu : les autres sont des théologiens (le « sieur Holden », Eustache de Saint Paul Asselin, Guillaume Gibieuf), des séculiers (Mr Cospean, Nicolas Sanguin), des représentants de la papauté (le pape Urbain VIII lui-même, le cardinal Barberin) et des Carmélites (deux qu’il ne nomme pas). Les premiers ont pour point commun leurs fréquentes réunions à l’Hôtel Acarie, rue des Juifs à Paris. Par ailleurs, nombreux sont les chapitres qui sont spécifiques aux récits hagiographiques qui circulaient en France en ce début de xviie siècle : « de la sainte conversation qu’il eut avec Marie de l’Incarnation » (chapitre 4), « De sa dépendance et confiance en Dieu » (chapitre 8), « De sa dévotion » (chapitre 9), « De ses mortifications » (chapitre 11), « Des grâces spéciales qu’il a reçues » (chapitre 23) et « De son décès » (chapitre 21).

  • 18  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Marillac, Ms BSG, chap.2, f°76 : « Je luy ay ouy dire souvent qu (...)

20Mais le caractère hagiographique de la Vie de Marillac ne se vérifie pas exclusivement dans le paratexte du récit : les cinq manuscrits retrouvés attestent d’un rigoureux travail de documentation et d’une recherche incessante de témoignages mystiques pouvant valider le discours de Lezeau sur la sainteté de Michel de Marillac. La charge de garde des sceaux est décrite comme une sorte de pénitence – de même que celle de surintendant des finances étant qualifiée par Lezeau de « purgatoire des finances » –18. Cette idée apparaît indéniablement à la lecture d’un des chapitres les plus hagiographiques du récit, celui qui traite des mortifications. Le lecteur peut être surpris par l’étroitesse du lien entre le moment où Marillac occupe la charge de garde des sceaux et le commencement d’une phase de sa vie scandée de maladies :

  • 19  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Marillac, Ms BSG, chap. 11, f° 305

Bref c'estoit tousjours à recommencer, et ainsi on peult dire, que les maladies luy ont faict bonne assistance, et bonne compagnie, pendant qu'il a exercé ses charges de surintendant, et garde des sceaux, l'espace de six ans, et plus, sans en ce comprendre les traverses, et afflictions de l'esprit, car pour ce qui estoit du travail estoit son ordinaire dans les affaires, c'estoit sa recreation, et ne faisoit que de s'en jouir.19

21Mais pour appuyer le caractère ascétique de la charge de garde des sceaux, Nicolas Lefèvre de Lezeau utilise le témoignage d’un ancien garde des sceaux, à savoir Jean de Morvillier :

  • 20  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Marillac, Ms BSG, chap.11, f° 305

22Tel estoit le sentiment de Monsieur de Morvilliers comme j’ay appris depuis lequel tenant le sceau à Montargis disoit à Monsieur de Chasteauneuf pere de Monsieur le Garde des sceaux de Chasteauneuf, « Mon Cousin voicy un penible mestier vous estes du bois de quoy on les faict qu’il ne vous en presne jamais ennuie. Ce n’est pas le mestier d’un homme de bien ».20

23Nicolas Lefèvre de Lezeau construit donc un dialogue de toutes pièces entre Michel de Marillac et Jean de Morvilliers, dialogue qui repose exclusivement sur le caractère purgatif du métier de garde des sceaux. Pour ce faire, le biographe met en abyme la Vie de Morvillier dans la Vie de Michel de Marillac à travers la formulation de deux témoignages assez différents : l’un de Marillac lui-même sur le portrait de Morvillier ; l’autre étant un aphorisme que Morvillier aurait prononcé à propos du métier que les deux hommes ont exercé. A travers ce projet, nous apercevons déjà les caractéristiques propres à l’écriture biographique de Lezeau.

La mise en écriture du modèle et la performativité des témoignages21

L’édification des lecteurs

24Ce modèle de dévotion proposé par Lezeau ne peut être compris que s’il est relié à l’intention première qu’il expose dans sa préface : l’édification du lecteur. Plus loin dans son récit, le biographe précise le public qu’il vise en commentant la recommandation de Madeleine de St. Joseph :

  • 22  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Marillac, Ms BSG, chap.4, f°134

Il serait à désirer que les historiens des vies des saints n’omissent point comme ils font leurs faiblesses, imperfections et difficultés afin de ne décourager ceux qui s’élèvent à la sainteté se voyant assaillis de pareilles misères.
Mais cette diversité est aisée à concilier en ce que l’un a égard aux personnes du monde et l’autre aux personnes de sainteté 22.

25Ainsi, Nicolas Lefèvre de Lezeau fait appel à deux publics différents : des laïcs ordinaires, et plus précisément des hommes de cour, et des contemplatifs. Par quels procédés d’écriture Lezeau essaie-t-il de relever ce défi ? Nous proposons ici d’établir un premier recensement des sources convoquées par le conseiller d’état pour tracer le parcours dévot des deux héros choisis. L’impression laissée à la lecture des deux récits de vie est celle d’un véritable travail d’enquête : en témoigne la multiplicité des documents convoqués. Deux sortes de preuves sont convoquées par le biographe : des témoignages oraux et des sources écrites.

26Dans la Vie de Marillac, Lezeau utilise les conversations qu’il a eues directement avec son modèle, mais aussi celles entretenues avec son entourage. La principale divergence entre les deux récits de vie, en termes de compilation de témoignages oraux, relève bien entendu du statut de l’auteur : celui-ci est et se revendique comme un témoin oculaire de la vie de Michel de Marillac. Il serait intéressant d’analyser la manière dont Lezeau met à l’écrit les conversations – ou plutôt le souvenir qu’il en a conservé au moment de l’écriture- qu’il a eues avec le garde des sceaux. Mais pour répondre à la démarche comparative de ce papier, nous avons décidé de mettre à l’écart cette question de l’oralité, pour ne nous concentrer que sur les sources écrites compilées par Lezeau.

27D’abord, des sources législatives sont réunies : ainsi Lezeau retranscrit-il le code Michau dans le chapitre 15 de la Vie de Marillac et attribue-t-il la harangue de Henri III à l’ouverture des états généraux de Blois en 1576 à Morvillier. Puis il met en relief les divers témoignages écrits des proches des deux gardes des sceaux. Si la réputation de Morvillier en tant qu’homme de cour reste dans la mémoire des dévots, sa vocation spirituelle l’est déjà moins. De plus, Jean de Morvillier fut connu pour sa politique modérée à l’égard des conflits civils qui sévissaient en France lorsqu’il était garde des sceaux. Ainsi, ce n’est pas sans raison que Lezeau cite l’éloge de Nicolas Neuville de Villeroy dans sa Vie de Jehan de Morvillier :

  • 23  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Morvillier, Ms AN, f° 49v

J’ay vacqué continuellement et sans intromission a lexercice de mon office de Secrétaire d’Estat dez le Regne du Roy Charles avec sa bonne grace et son contentement ce qui procedoit plus de sa bonne volonté que de mon mérite : estan certains que tout le bien que je faisois lors au service de S. M. ne procédoit de mon Industris mais de l’Instruction et bonne records que je tirois journellement de Monsieur de Morvillier, lequel avoit tres grande experience et connoissance des affaires du monde, et ne pensoit jour et nuit qu’a procurer le bien du Roy et du Royaume comme il a faict tant qu’il a vescu.23

28à travers ce témoignage de Villeroy, aussi connu pour avoir joué un rôle dans l’introduction de l’Ordre des Carmélites en France, Lezeau établit dès lors un lien entre l’inspiration suscitée par Morvillier chez Villeroy et la mise en place d’un ordre réformé qui répond à la spiritualité dévote de l’époque. Aussi, les témoignages réunis par Lezeau dans la Vie de Morvillier relèvent de la faction réunie autour de Pierre de Bérulles pour l’établissement collectif de l’ordre des Carmélites en France. Henri IV signe des lettres patentes, contresignées par Villeroy (beau-père de la sœur de la future Marie de Jésus) et scellées par Bellièvre (dont la fille avait épousé un cousin de Jean de Brétigny en 1599). Les voix retranscrites par Lezeau, celle des fondateurs de l’ordre des Carmélites en France, font office d’autorité aux yeux du milieu dévot auquel Lezeau appartient. C’est par ce procédé d’une écriture-témoignée que Lezeau parvient à raviver la mémoire de Morvillier dans le milieu dévot auquel il appartient, sans avoir à l’argumenter de manière explicite.

Des témoignages, une seule voix

29Malgré cette similarité du point de vue du nombre et de la variété des documents réunis par Lezeau dans ses récits de vie, on remarque qu’ils ne le sont pas de la même manière et que l’auteur les agence de façon inégale. Nous inventorions ici trois niveaux de discours rapportés par le biographe.

  • 24  Mireille Bossis a coordonné de nombreux ouvrages qui traitent de l’histoire de l’épistolarité, qui (...)

30Le plus précis consiste à intégrer dans le récit des extraits de sources pour lesquelles le biographe en précise l’auteur, la date et parfois même le lieu de sa production. Si Lezeau n’inclut aucun des écrits littéraires de son grand-oncle dans son récit – pensons à ses Mémoires –, le biographe n’hésite pas à intégrer de longs passages de la littérature élaborée par son ami Marillac. A ce titre, la Vie de Marillac contient des chapitres qui ne sont qu’une pure et simple compilation de cette littérature : le chapitre 19 est en fait la reproduction des Mémoires du garde des sceaux, le chapitre 14 se présente sous la forme d’un long extrait du code Michau. Soulevons ici un point central : les missives sont les documents privilégiés à ce type de construction textuelle. Mireille Bossis revendique encore en 2005 la « place nécessaire de l’épistolaire dans les écrits du for privé », ayant pourtant réuni ces dernières années bon nombre d’études autour de ce thème d’histoire littéraire24.

31Ensuite, il utilise un discours plus allusif lorsqu’il se limite à évoquer des documents qu’il a lus. Dans la Vie de Morvillier, Lezeau utilise même des rumeurs ou des anecdotes de cours sous la forme d’aphorismes :

  • 25  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Morvillier, Ms AN, f° 48

Il estoit d’une stature et composition gresle et menüe et pour ce on disoit de son temps que les petites testes avoient peut de cervelle excepté celle de Monsieur de Morvillier.25

  • 26  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Marillac, Ms BSG, chap.12, f° 279v

32Moins présentes dans le colossal récit de vie de Marillac, ces simples évocations à des documents sont à relier au cadre référentiel du lecteur (« qu’un autheur de nostre temps appelle essay à fer esmoulu »26) ou encore au manque de preuves obtenues par le biographe, ce qui surgit explicitement lorsqu’il précise qu’une lettre n’est pas datée.

  • 27  Dans le cadre de futures recherches, plus directement liées aux nombreuses lettres spirituelles co (...)

33Un troisième niveau de discours rapporté consiste à résumer ou paraphraser des documents que Lezeau aurait eus entre les mains, afin de mieux mettre en relief la voix de son modèle. Très utilisé dans la Vie de Marillac, ce procédé d’écriture donne au récit une vraisemblance capitale si Lezeau veut rendre son projet crédible auprès de ses lecteurs. Ainsi, lorsque l’exégète fait référence aux lettres envoyées par des carmélites, par André Duval, ou encore par l’auteur lui-même, Lezeau ne conserve presque exclusivement que les mots de son modèle. Et cela s’avère surtout pour les nombreuses lettres spirituelles contenues dans ce récit de vie, lui donnant ainsi un caractère hagiographique27.

  • 28  Jean-Pierre Gutton, Dévots et société au xviie siècle. Construire le Ciel sur la terre, Belin, Par (...)

34à travers l’étude de l’organisation, de la hiérarchisation et de mise en écriture des témoignages par Lezeau dans ses deux récits de vie, on observe déjà bien des disparités : dans la Vie de Jean de Morvillier, Lezeau se tait pour laisser place aux voix des hommes du garde des sceaux alors que dans la Vie de Marillac, Lezeau apparaît plus clairement comme un exégète de la vie de Michel de Marillac. D’abord parce qu’étant lui-même le témoin oculaire privilégié de la vie qu’il narre, mais aussi parce que ce second récit de vie répond à un projet d’écriture plus ambitieux : il s’agit pour Lezeau de dresser un modèle de dévotion qui puisse concilier la faste vie de cour au mode de vie contemplatif d’un mystique, de « construire le Ciel à la Cour » pour reprendre l’expression de Jean-Pierre Gutton28.

Conclusion : La Vie de Michel de Marillac, un modèle de sainteté rejeté ?

35Pris au piège par l’apparente proximité de deux récits de vie de gardes des sceaux de France, sous la plume d’un même homme d’état, ce tableau comparatif révèle plus un nouvel exemple de l’hétérogénéité du genre biographique au xviie siècle que d’une réelle cohérence d’écriture. Qualifiée de « confuse » par Gustave Baguenault de Puchesse – auteur d’une Vie de Morvillier publiée en 1870 –, l’écriture de Lezeau mériterait pourtant d’être analysée à la lumière du contexte dévot dans lequel elle naît. Plus que la variété d’un genre littéraire, toute tentative de sélectionner une unique épithète pour désigner la production littéraire d’un seul homme semble vaine. Considérer Lezeau comme le biographe de son grand oncle ou comme l’hagiographe de son ami revient à glorifier la mémoire des deux héros au détriment du projet d’écriture de l’auteur. Les deux récits de vie sont vivement marqués par l’omniprésence de leur auteur, quand bien même l’illusion de la richesse documentaire sur les deux héros voudrait l’estomper. Marillac apparaît comme un véritable modèle de dévotion, pour ne pas dire de sainteté, alors que Jean de Morvillier n’est qu’un héros dont Lezeau rend hommage au nom de la filiation des dévots à la Ligue et qu’il utilise pour étayer son projet sociopolitique. Leur fonction politique est donc une manière de mettre les préceptes catholiques en action : de même que les hôpitaux, la cour revêt un terrain d’action des dévots. Plus que d’une incompatibilité et d’un rejet des sphères de la cour et des couvents, Lezeau tente de les concilier et d’en faire des affaires complémentaires.

36Si Lezeau insiste sur le caractère édifiant de son hagiographie pour les deux types de public qu’il vise, la Vie de Marillac n’est-elle pas une illustration d’une édification personnelle du conseiller d’état ? Pour les mystiques, la vie d’un officier d’état demeure incompatible avec le mode de vie contemplatif et le modèle d’humilité d’un petit. Du côté des politiques, la « cabale des dévots » représente une menace croissante pour l’autorité du roi.

  • 29  Louis Desjonquères, Le garde des sceaux Michel de Marillac et son œuvre législative, éd Bonvalot, (...)
  • 30  Henri Brémont, Histoire littéraire du sentiment religieux en France. T.1 : L’humanisme dévot, Blou (...)

37Si Eric Suire a analysé les moyens de la reconnaissance d’un saint dans la France des xviie et xviiie siècles, l’hagiographie de Lezeau nous invite à réfléchir sur les caractéristiques de rejet d’un modèle de sainteté. La postérité retient Marillac pour sa témérité et sa faillite face à la raison d’état de Richelieu, comme l’attestent le peu de biographies des xixe-xxe siècles de ce garde des sceaux29. Parallèlement, si Marillac est décrit comme un laïc ayant fait preuve d’une grande dévotion dans les Histoires de l’ordre des Carmélites déchaussées parues aux xixe et xxe siècles, sa part active à la fondation de l’ordre en France ne suffit pas à faire de lui un sain30. Le projet de Lezeau consistant à faire de Marillac un modèle de sainteté y est pris avec légèreté et considéré comme une simple preuve de l’admiration et de l’affection que le biographe avait pour son héros. Mais la (ré)conciliation entre les deux aspects de la vie de Michel de Marillac n’a pas été retenue, alors que – et nous avons tenté de le montrer ici – c’est bien ce modèle que Nicolas Lefèvre de Lezeau semble avoir voulu laisser à la postérité.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Histoire de la vie de Messire Michel de Marillac chevalier garde des seaux de France par Messire Nicolas Lefevre sieur de Lezeau maistre des Requestes et Conseiller ordinaire du roy en son conseil d’Estat, Ms BSG, Préface, 32v°. Nous travaillons sur les trois plus anciennes versions du récit de la vie de Marillac. La première est conservée aux Archives nationales sous la cote 1 AP 592 ; la seconde se trouve dans la réserve de la Bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris sous la cote Ms 2005-2006 et la troisième est à la Bibliothèque nationale, avec la cote na 82-83. Ces trois éditions manuscrites ont été établies entre 1643 et 1664. Dans cet article, nous utilisons surtout le manuscrit de la Bibliothèque Sainte Geneviève, référencé ainsi : Vie de Marillac, Ms BSG.

2  Eric Suire, La Sainteté française de la Réforme catholique (xvie-xviie siècles) d’après les textes hagiographiques et les procès de canonisation, Presses Universitaires de Bordeaux, Pessac, 2001. Nous avons également consulté René Aigrain, L’hagiographie : ses sources, ses méthodes, son histoire, Bloud&Gay, 1953et Isabelle Poutrin, Le voile et la plume. Autobiographie et sainteté féminine dans l’Espagne moderne, Casa de Velasquez, Madrid, 1995.

3  Depuis la journée d’études, une autre biographie de la main de Nicolas de Lefèvre de Lezeau a été retrouvée aux Archives Nationales, sous la cote MM 755 : il s’agit de celle de son père, datant de 1615 et s’intitulant Vie d’Olivier Lefèvre d’Ormesson. Cette biographie suscitera de nouvelles études, et renforce pour le moment l’idée du goût de notre dévot pour l’écriture biographique.

4  Voici les cotes de trois des cinq manuscrits retrouvés de La vie de Messire Jehan de Morvillier Evesque dOrléans et Garde des seaux de France : aux Archives Nationales, en MM 755, à la Bibliothèque Nationale, deux copies du xviiie siècle sous les cotes Français 18 288 et NAF 102. Quant aux manuscrits qui se trouvent aux archives municipales d’Orléans et à la bibliothèque nationale de Toulouse, ils n’ont pas été analysés pour cet article. Cette source est référencée dans l’article sous le nom de Vie de Morvillier, Ms AN (pour Archives Nationales).

5  Pour en savoir plus sur la mémoire de la Ligue telle qu’elle est ravivée par Lezeau, cf. article de FabriceMicallef, « Comment la bonne Ligue sauva la monarchie. 1593 selon Nicolas Lefèvre de Lezeau », Les Dossiers du Grihl [En ligne] Nicolas Lefevre de Lezeau et l'écriture, mis en ligne le 29 novembre 2011, http://dossiersgrihl.revues.org/4707. Nous nous sommes également appuyés sur les études de Jean-Marie Constant, La Ligue, Fayard, Paris, 1996 ; Robert Descimon, Qui étaient les Seize ? Mythes et réalités de la Ligue parisienne, 1585-1594, Paris, Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Île-de-France, 1983 et de Thierry Amalou, Le Lys et la mitre. Loyalisme monarchique et pouvoir épiscopal pendant les guerres de Religion (1580-1610), éd CTHS, Paris, 2007.

6  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Morvillier, Ms AN, f° 44v

7  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Marillac, Ms BSG, Chap.10, f° 270

8  Stéphane-Marie Morgain, Pierre de Bérulles et les Carmélites de France : la querelle du gouvernement (1583-1625), éd. du Cerf, Paris, 1995, p.8. Voir également l’ouvrage dirigé par Bernard Hours, Carmes et Carmélites en France du xviie siècle à nos jours (Actes du colloque de Lyon, 25-26 septembre 1997), éd. Du Cerf, 2001.

9  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Morvillier, Ms AN, f° 50v

10  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Morvillier, Ms AN, f° 52

11  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Marillac, Ms BSG, chap. 16, f°95

12  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Marillac, Ms BSG, Chapitre 18 « Du peu d’attachement qu’il avoit a la Charge de Garde des Sceaux de France, et du désir qu’il avoit de la quitter » et chapitre 11 « de ses mortifications »

13  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Morvillier, Ms AN, f° 47.

14  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Marillac, Ms BSG, chap.18, f° 229 à f° 231

15  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Marillac, Ms BSG, chap.18, f°229 à 231

16  Cette distinction entre « héros » et « saint » inspirée par l’article René Taveneaux, « Port-Royal ou l’héroïsme de la sainteté », dans Noémie Hepp et Georges Livet, Héroïsme et Création littéraire sous les règnes d’Henri IV et de Louis XIII, éd. Klincksieck, Paris, 1974

17  Maurice Tourneux (dir), Merceriana : ou notes inédites de Mercier de Saint Léger (1893), Kessinger Publishing, 2010 où il note l’écriture de Lezeau dans cette vie écrite par la confidente de Sœur Catherine de Jésus, Madeleine de St Joseph.

18  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Marillac, Ms BSG, chap.2, f°76 : « Je luy ay ouy dire souvent que le plus grand soulagement quil eust d’avoir esté senty d’avoir esté faire Garde des Seaux de France ç’avoit esté d’estre deschargé deslivré de la charge de Surintendant, disant ordinairement qu’il avoit passé par le purgatoire des finances ».

19  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Marillac, Ms BSG, chap. 11, f° 305

20  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Marillac, Ms BSG, chap.11, f° 305

21  Pour cette partie, nous nous sommes inspirés de la lecture de l’essai de Christian Jouhaud, Dinah Ribard et Nicolas Schapira, Histoire, Littérature, Témoignages. écrire les malheurs du temps, Gallimard, Paris, 2009 ainsi que de Christine Delory-Momberger, Les histoires de vie. De l’invention de soi au projet de formation, Anthropos, 2000

22  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Marillac, Ms BSG, chap.4, f°134

23  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Morvillier, Ms AN, f° 49v

24  Mireille Bossis a coordonné de nombreux ouvrages qui traitent de l’histoire de l’épistolarité, qui demeure encore trop peu explorée. Cf. Mireille Bossis et Lucia Bergamasco (dir), Colloque Archive épistolaire et Histoire, Connaissances et Savoirs, Paris, 2007 ; Mireille Bossis (éd), L’épistolarité à travers les siècles. Geste de communication et/ou d’écriture, Franz Steiner Verlag Stuttgart, 1990 ou Mireille Bossis (dir), La lettre à la croisée de l’individuel et du social, éd. Kimé, Paris, 1994

25  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Morvillier, Ms AN, f° 48

26  Nicolas Lefèvre de Lezeau, Vie de Marillac, Ms BSG, chap.12, f° 279v

27  Dans le cadre de futures recherches, plus directement liées aux nombreuses lettres spirituelles compilées dans la Vie de Marillac par Lezeau, nous tenterons d’élucider la réalité des correspondances entre Marillac et les Carmélites.

28  Jean-Pierre Gutton, Dévots et société au xviie siècle. Construire le Ciel sur la terre, Belin, Paris 2004. à propos de la compagnie du Saint Sacrement, cf. l’étude d’Alain Tallon, La Compagnie du Saint-Sacrement (1629-1667). Spiritualité et société, éd. Du Cerf, Paris, 1990.

29  Louis Desjonquères, Le garde des sceaux Michel de Marillac et son œuvre législative, éd Bonvalot, 1908 ; Pierre de Vaissière, Un grand procès sous Richelieu : l’affaire du Maréchal de Marillac, Perrin et Cie, 1924 ; Exupère Caillemer, étude sur Michel de Marillac (…), éd. Goussiaume de Laporte, Caen, 1862

30  Henri Brémont, Histoire littéraire du sentiment religieux en France. T.1 : L’humanisme dévot, Bloud, 1929 ; Chroniques de l’ordre des Carmélites de la Réforme de Sainte Thérèse depuis leur introduction en France, Imprimerie D’Anner-André, Troyes, 1846 ; Mémoire sur la fondation, le gouvernement et l’observance des Carmélites déchaussées, éd. Dubois-Poplimont, Reims, 1894

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dora De Lima, « La Vie de Marillac : un essai hagiographique ? Analyse comparée des sources utilisées par Nicolas Lefèvre de Lezeau dans la Vie de Marillac et la Vie de Morvillier », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Nicolas Lefevre de Lezeau et l'écriture, mis en ligne le 17 janvier 2012, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5009

Haut de page

Auteur

Dora De Lima

Allocataire de recherche et monitrice au CRHM (Université Paris 1) depuis septembre 2009, Dora De Lima prépare actuellement une thèse sous la direction de Wolfgang KAISER (CRHM, Paris 1) intitulée « Saveurs et savoirs du monde. Circulations et appropriations de fruits nouveaux dans l’empire portugais atlantique, v.1550-v.150 ». S’appuyant essentiellement sur des sources descriptives telles que les récits de voyage ou encore les lettres d’édification des missionnaires jésuites et capucins, ses travaux portent essentiellement sur l’analyse des normes d’écriture qui se construisent tout au long de la période étudiée pour exprimer le goût de fruits nouveaux (lexicométrie, anthropologie historique). Ses recherches s’encadrent autour des axes suivants : histoire de l’empire portugais (xve-xviiie siècles), histoire de l’Atlantique, histoire de l’alimentation et du goût, anthropologie historique.
Publications :
« Raffinement du maigre et gourmandises exotiques : réception du roi des fruits et du fruit du paradis chez les Jésuites au Brésil et en Angola, 1550-1650 » dans Hypothèses, 2011/1 (à paraître)
« Le métissage, dynamique des gastronomies », avec David DO PACO (EA 127-Paris 1), dans Hypothèses, 2011/1 (à paraître)
« L’ambivalence des sources coloniales : les descriptions d’un banquet royal au Ndongo (Angola) en 1559 par le jésuite Antonio Mendes », dans Afriques, n°5 (à paraître)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org