Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1  Michel Gribinski, Les scènes indésirables, Paris, éditions de l’Olivier, 2009.

1Le 6 avril 2010, le Grihl a organisé une après midi de travail et de discussion autour du livre de Michel Gribinski Les scènes indésirables paru quelques mois plus tôt1. Ce livre rencontrait notre travail collectif à trois titres au moins. Le psychanalyste y travaillait à sa manière un dossier historique : celui du Lebensborn nazi. Il le faisait en utilisant de manière argumentée la notion de scène à laquelle ont affaire ceux qui prennent pour objet les rapports entre littérature et politique, tout particulièrement à l’époque dite « baroque ».

2C’était également l’occasion de rouvrir le dialogue, quelque peu tombé en déshérence, entre psychanalyse et histoire. Sur ce dernier plan, il nous est apparu plus judicieux de tourner cette tentative vers des dossiers de recherche existants que de se livrer à de préalables esquisses théoriques. Notre rencontre du 6 avril 2010 a ainsi fomenté une collaboration entre le Grihl et la revue Penser/Rêver, dont Michel Gribinski est le directeur, concrétisée par des articles publiés dans les numéros 19 et 20 de la revue.

3Nous donnons ici quatre textes issus de cette après-midi de travail et de discussion, lors de laquelle étaient également intervenus, outre Michel Gribinski, Pierre Bergounioux et Patrice Loraux.

Michel Gribinski
Les scènes indésirables

Quelque chose arrive dont on ne voulait pas, et s’impose. On s’était construit pour que cela n’ait pas lieu, mais l’indésirable a été le plus fort, fabriqué par le désir même, comme un destin. Le désir n’est pas raisonnable, c’est ainsi et, en quelque sorte, c’est tant mieux. Mais s’il y avait une catégorie rationnelle où la scène indésirable était absolument étrangère à tout désir ? C’est bien – semble-t-il – sur une telle catégorie que s’est constituée la fondation Lebensborn. Généralement méconnue, cette entreprise eugénique nazie s’est livrée à l’élevage de dizaines de milliers de nourrissons séparés de leur mère et a donné lieu sans haine particulière à l’enlèvement et à la désindividuation de centaines de milliers d’enfants (chrétiens) des pays occupés ainsi qu’à leur meurtre de masse quand ils étaient déclarés non « germanisables ». Quelle vie psychique trouve-t-on au-delà du principe de la haine ?

Haut de page

Notes

1  Michel Gribinski, Les scènes indésirables, Paris, éditions de l’Olivier, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Jouhaud, « Avant-propos », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2012-01 | 2012, mis en ligne le 24 mars 2012, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5038 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.5038

Haut de page

Auteur

Christian Jouhaud

http://www.ehess.fr/grihl/CV_Fiches/CV_JouhaudChristian.htm

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page