Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le GRIHL (Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire) est engagé depuis 3 ans dans deux chantiers d'édition de textes :
D’une part : La Vie de Michel de Marillac par Nicolas Lefevre de Lezeau, pour le quel il reçoit le renfort de collègues :
du LaDéHIS (Laboratoire de démographie et d’histoire sociale – groupe du CRH comme le Grihl)
et du CRHM (Centre de recherches en Histoire moderne de Paris 1)

2D’autre part : les Papiers de Guy Patin, Manuscrit de Vienne, codex 7071 (Hohendorf 133).

3Ce travail d'édition – qui entre naturellement dans la gamme d'activités ordinaires des historiens modernistes – a pris ici une coloration innovante et expérimentale puisque dans l'un et l'autre cas il a été décidé de mobiliser les développements réalisés en matière de Digital Humanities et de réaliser ces deux éditions sous forme électronique, en TEI.
Aujourd’hui, nous souhaitons présenter les premiers résultats de ce double travail et réfléchir sur la question de l'encodage comme pratique savante, qui associe des compétences techniques et un projet intellectuel.
Dans cette brève introduction, je vais rapidement présenter les textes édités et les raisons qui nous ont fait choisir la TEI.

41)Tout d’abord La Vie de Michel de Marillac par Nicolas Lefevre de Lezeau

5Michel de Marillac est un ancien ligueur (ie : catholique dévot, membre de ce parti de catholiques qui s'était donné pour but la défense de la religion catholique contre le protestantisme), qui a été garde des sceaux de Louis XIII à partir de 1626, disgracié en novembre 1630 à la suite de la Journée des Dupes et qui mourra emprisonné à Châteaudun le 7 août 1632.

6Dix à douze ans après sa mort – c’est-à-dire aux alentours de la mort de Richelieu en 1643 -, Nicolas Lefevre de Lezeau, grand officier relativement bien connu des historiens, proche de l’ancien garde des sceaux, rédige des Mémoires sur la Vie de Messire Michel de Marillac, un texte composé de 25 chapitres. Une copie retravaillée de ce premier manuscrit est conservée dans le Chartrier de Thouars aux Archives nationales (1 AP 592), mais elle ne comporte que les chapitres 12 à 25. La première moitié étant apparemment perdue.

7Un second manuscrit intitulé Histoire de la Vie de Michel de Marillac, complet celui-ci et également abondamment corrigé, est parvenu à la Bibliothèque Sainte Geneviève en 1734 (Ms 2005-2006). Il est postérieur à celui des Archives nationales puisqu’il contient des autorisations datées des années 1660 et surtout un privilège d’imprimerie daté de 1662.

8La Bibliothèque nationale conserve enfin un troisième manuscrit, Mémoire sur la vie de Messire Michel de Marillac, postérieur au second et qui intègre la quasi-totalité des corrections proposées dans le second manuscrit.

9L’existence de plusieurs manuscrits nous amène à travailler dans une conjoncture longue et la personnalité des protagonistes inscrit d’emblée ce texte dans le lieu de l’exercice du pouvoir du premier tiers du xviie siècle. Pourtant, le sujet central de Lezeau est de présenter le malheur de Marillac comme une réussite vécue comme telle et sa disgrâce comme un moyen de sauver son âme. Bien sûr, il s’agit d’une parole restituée, voire reconstituée ; mais cela devient intéressant si l’on cherche à préciser ce qu'il en est alors des rapports entre engagement spirituel et engagement politique : si Marillac affirme qu’il sauve son âme en quittant l'action politique, c'est bien que l'on était susceptible de la perdre en exerçant le pouvoir. On voit ainsi apparaître un débat absolument fondamental à l'époque dans les années 1620s-1630s, opposant ceux qui pensent qu'il peut y avoir un exercice du pouvoir chrétien et ceux qui pensent l'exercice du pouvoir lui-même, comme perdition.

10Ce texte ne sera jamais imprimé. Il apparaît même comme un complet contretemps puisque le privilège d’imprimerie intervient en pleine période de dissolution de la Compagnie du Saint Sacrement et au moment du procès Fouquet (qui s’ouvre le 3 mars 1662) qui est une catastrophe pour le parti dévot.

11Nous cherchions depuis longtemps à publier et à travailler ce texte mais le faire sur le support papier ne se prêtait pas à l’étude de cet objet sous la forme non pas de 3 manuscrits, mais d’un triple manuscrit dans une dynamique d’écriture/ré-écriture Une édition numérique en TEI nous offre cette possibilité. Elle nous permet d’envisager de générer une série de filtres qui devraient nous aider à repérer et visualiser avec précision différents aspects mobilisés - ou au contraire « floutés » - par l'auteur du texte, pour construire cette « Vie ». Ce sont, par exemple :
- les traces de l'engagement ligueur de Marillac,
- son ralliement à Henri IV en 1592,
- ses engagements dévots du côté du Carmel,
sa conception de l'exercice du pouvoir politique dans son lien au spirituel, etc.

12autant d'indices repérés systématiquement grâce à la TEI, susceptibles de nous aider à comprendre au mieux les rapports de l'écriture de ce texte comme action – à la fois action d'écriture et action politique –, avec l'histoire politique au centre de laquelle se trouve la journée des Dupes et, à partir de là, travailler à un certain nombre de contextualisations de ce texte. Il s'agit d'établir comment écrire la vie de Marillac aux moments (successifs) où Lezeau s'atèle à cette tâche, présente un enjeu politique et spirituel qui est en quelque sorte celui de « tenir l'histoire », c'est-à-dire, d'intervenir dans une l'économie des narrations.

13Travailler en TEI nous permettra donc d’offrir une lecture dynamique, enrichie et comparée de ces trois manuscrits ainsi qu’une lecture démultipliée par l’affichage des ratures, des ajouts, des déplacements de blocs de texte. Un mode de visualisation que le support papier ne permet absolument pas d’envisager.

142) Les Papiers de Guy Patin, Vienne, codex 7071 (Hohendorf 133).

  • 1 Lettres, éd. Réveillé-Parise, t. III, p. 108-109 et 162.

15Les Papiers Patin se présentent comme des cahiers de notes extrêmement abondants rédigés initialement par le médecin érudit Guy Patin (1601-1672), desquels ont été ensuite tirés, peut-être à l’initiative de Patin lui-même, des recueils manuscrits de notices. Dans une lettre à André Falconet de 1659, Patin parle de ses « cahiers historiques et politiques dans lesquelles il y a bien des particularités » ; il ajoute : « ces manuscrits prennent les gens par le nez, et les empêchent de devenir de grands sots : cela me réjouit »1.

  • 2 Paris, 1943. Nouv. éd. augmentée d'un avant-propos, de notes et de réflexions sur les problèmes d (...)

16Il s'agit de notes prises au vif de conversations savantes que Patin a eu avec des personnalités telles que Daniel Heinsius, les frères Dupuy, l'Abbé l'Advocat Grotius, Nicolas Bourbon ou encore, et pour une grande partie du manuscrit, Gabriel Naudé. C’est de cet ensemble de notes qu’ont été tirés les Naudeana et Patiniana imprimés au tout début du xviiie siècle. Le rôle historiographique de ce corpus de recueils manuscrits est très important même s’il est resté largement inédit, car il constitue, en effet l’une des sources majeures de René Pintard dans son grand ouvrage Le libertinage érudit dans la première moitié du xviie siècle2, la référence majeure pour les études sur la culture libertine mais qui date de 1943. Le manuscrit de Vienne que nous avons décidé d'éditer, est pour nous le plus important, car il est le plus complet, le plus riche d’informations et le plus précis concernant l’identité des interlocuteurs de Patin.

17Les Papiers Patin apparaissent donc comme des documents historiques authentiques extrêmement précieux pour comprendre la relation de ces lettrés que Pintard a appelé les « libertins érudits » à l’Italie en général et aux réseaux universitaires italiens en particulier.

18Le choix de la TEI pour éditer ces Papiers s’est imposé de lui-même. Il a été dicté par leur structure encyclopédique. Ce sont souvent de véritables notices biographiques un peu dans l’esprit de ce que sera le Dictionnaire historique et critique de Pierre Bayle, parfois des informations sur des livres, des commentaires savants, des anecdotes, des considérations politiques, des vers latins de pièces qui ne nous sont pas autrement parvenus, etc., le tout accompagné d’un système de renvois, d’index déjà présents dans le manuscrit du xviie siècle.

19La TEI va nous permettre d’activer et d’optimiser ce système de renvois et d’index, mais aussi de mettre en évidence ce qui concerne les réseaux savants en Europe, en donnant à voir où et comment ceux-ci se constituent, dans quel type de relation, dans quel type de lexique et dans quel type de contexte. Nous allons également être en mesure de mettre en lumière les contenus des savoirs proprement dits, produisant, sur l’ensemble du texte, une compréhension des savoirs semi-clandestins sur les hommes et les livres, difficilement accessible autrement.

20Donc, comme vous avez pu vous en rendre compte à partir de cette brève présentation : dans les 2 cas, c’est la TEI a été mobilisée pour éditer 2 objets manuscrits très différents pour lesquels nous avons des attentes différentes en termes de recherche.

Haut de page

Notes

1 Lettres, éd. Réveillé-Parise, t. III, p. 108-109 et 162.

2 Paris, 1943. Nouv. éd. augmentée d'un avant-propos, de notes et de réflexions sur les problèmes de l'histoire du libertinage, Genève, Slatkine, 1983

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Soudan, « Introduction », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Faire une édition numérique savante et critique en TEI de manuscrits du XVIIe siècle, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5411

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org