Navigation – Plan du site

Singularités d'un encodage tei dans Les Papiers de Guy Patin : la spécificité et l'apport d'un travail numérique collectif

Jean-Pierre Cavaillé et Cécile Soudan

Texte intégral

1Pour commencer, 2 remarques préliminaires :
Tout d’abord : l’intervention que je vous présente ici aurait dû se faire à 2 voix mais mon collègue Jean-Pierre Cavaillé est retenu à un colloque à l’étranger. Il vous prie d’excuser son absence. Nous avons cependant préparé cette brève communication ensemble.

22ème remarque : les quelques éléments dont je vais vous faire part ne sont pas le fruit d’une longue réflexion et ne peuvent pas l’être car notre expérience en TEI et dans le type d’organisation du travail que cela implique est en vérité trop courte ; moins de deux ans pour le projet Marillac et moins d’un an et demi pour le projet Patin. Il est donc un peu tôt pour tirer des conclusions et surtout, nous ne disposons pas vraiment de repères à l’intérieur même des Digital Humanities comme un certain nombre d’entre vous qui êtes venus aujourd’hui peuvent en disposer ou comme Nicole Dufournaud peut en avoir.

3Si nos points de repère pour parler de l’organisation du travail sur ce projet spécifique ne sont pas internes aux Digital Humanities, nous n’en sommes toutefois pas complètement dépourvus puisque l’édition savante et critique de textes du xviie siècle est l’une des activités habituelles des membres du Grihl, dans laquelle nous entretenons une tradition d’organisation collégiale et collaborative du travail.

4Toutefois, dans le cas de l’édition numérique des Papiers Patin, l’organisation collégiale du travail est de fait indispensable, dans une organisation qui allie travail « coopératif » et travail « collaboratif ».

5Travail coopératif puisqu’il y a un nécessaire partage des tâches, lié aux compétences spécifiques des différents intervenants et travail collaboratif puisque la complémentarité des compétences se fait suivant un principe d’amélioration continue de chacune des tâches et de l’ensemble du projet.

  • 1  C’est d’ailleurs un problème au vue du financement de la recherche tel qu’il se fait de plus en pl (...)

6Ce fonctionnement n’est pas forcément un gage de rapidité ou d’efficacité immédiate mais c’est, à notre sens, le fonctionnement le plus productif scientifiquement parlant (même s’il entre parfois – souvent – en contradiction avec les modes actuels du financement de la recherche)1. Il implique un va et vient et un échange permanents entre les collègues chercheurs qui connaissent le texte et son contexte, et le ou les collègues qui encodent, détenteurs des compétences en TEI. Cela implique également une mise à jour continue et collective de la réflexion sur le texte en même temps que sont prises les décisions d’encodage sur le texte.

7En d’autres termes, lorsque l’encodage se fait en relation permanente avec des questions que l’on est amené à se poser sur le texte, cela exclut d’emblée toute attitude passive de la personne qui pratique l’encodage, amenée sans cesse à répondre à des questions techniques, à proposer des solutions, voire à discuter la pertinence de certaines questions, mal adaptées à l’outil d’encodage. De sorte que ce travail est aux antipodes de la relation hiérarchique entre un donneur d’ordre supposé savoir et un exécutant auquel ne serait demander rien d’autre que des compétences techniques étrangères à la recherche.

8Dans le cas des Papiers Patin – tout comme dans le cas de La Vie de Michel de Marillac – ce que nous cherchons à produire, c’est, de fait, une édition savante, mais qui précède, prépare et nourrit une édition critique. Il s’agit donc de commencer par établir un système de références sous forme de notes et d'une série d’index ; dans un deuxième temps, il nous faut établir un système d’annotations destinées à contextualiser ces « Papiers » de différentes manières.

9Aussi, en recourant à la TEI, sommes-nous parfois amenés à réfléchir à des distinctions sur lesquelles on ne se serait pas forcément arrêté.

10Par exemple : qu’est-ce qui est à encoder en tant que « citation » en l’absence, notamment, de marque typographique du type « deux points, ouverture de guillemets » ? C’est l’objet même de l’intervention que va présenter Dora de Lima ce matin même. Très brièvement, et sans empiéter sur ce qu’elle va traiter à partir de l’édition de la Vie de Marillac, je voudrais juste dire que ce choix d’encoder ou non nécessite de se poser des questions sur les modes d’énonciation.

11Est-ce que l’on encode comme citation, et de la même manière,
ce qui est extrait d’un livre cité, c’est-à-dire la citation explicite – ou d’ailleurs implicite – d’un ouvrage ?
- ce qui relève d’un propos oral attribué à autrui rapporté par l’auteur – ou rapporté à l'auteur ?
- ce qui relève de l'auto-citation ?

12ou encore, à l'intérieur de cette déclinaison des types possibles de citations, comment faut-il gèrer un aspect spécifique du texte de Patin (absent de la Vie de Marillac) qui est l'alternance entre le français et le latin, souvent à l’intérieur d’une même phrase.

13Prenons rapidement un autre exemple, qui est d’ailleurs en relation avec le précédent. La TEI permet de distinguer ce qui relève du discours direct et ce qui relève du discours indirect. Mais la seule notion de discours direct conduit à faire une distinction entre discours direct du locuteur supposé (l’auteur ou celui dont il rapporte les propos) ou alors, à l’intérieur de ces propos, à distinguer des locuteurs prenant la parole en première personne – des locuteurs qui se trouvent être, pou la plupart, les interlocuteurs de Patin, i.e., les sources directes de ses cahiers de notes.

14Il ne s’agit là que de 2 exemples que la pratique de l’encodage amène à se poser sur le texte que l’on encode. Dans le cas Patin, il en est une autre qui est la fonction « auteur » dans un texte qui n’est pas une œuvre signée et qui n’est pas assumée comme une œuvre personnelle, mais plutôt comme la transcription de propos tenus par des amis et connaissance de scripteur, explicitement désignés, ou non.

15Nous souhaitons toutefois aller encore un peu plus loin en disant que les difficultés ou même les limites que rencontre l’encodage lui-même (par exemple : décider de ce qui est de l’ordre de la citation, ou pas) oblige, en retour, à réfléchir sur le brouillage énonciatif. Le fait, par exemple, de ne pas parvenir à trancher sur ce qui est un titre d’ouvrage ou ce qui ne l’est pas (qui est simplement évocation d’un titre) ou de décider de l’identité du sujet d’énonciation est productif en termes de réflexion sur le texte.

16Cela oblige à s’interroger sur l’organisation propre du texte, sur son auto-indexation.

17Il existe en effet un écart, une fracture, un gap insurmontable, entre la manière dont les textes du xviie siècle sont élaborés et la philologie contemporaine à partir de laquelle nous travaillons.

18Par son exigence de systématicité, la TEI oblige à réfléchir sur le fait que le texte résiste par son mode d’organisation interne. En effet, le texte sur lequel nous travaillons répond à des règles de disposition et d’organisation et à des habitudes d’écriture et de consultation qui ne sont plus les nôtres. De sorte que le traitement auquel nous le soumettons dans l’encodage est une appropriation qui ne saurait prétendre à la neutralité, dès lors qu’il procède de modes de lecture et d’indexation des textes différents de ceux dont dépend le texte que nous avons sous les yeux. Nous en demeurons conscients, tout en bénéficiant évidemment des outils extraordinaires de lecture et d’interprétation que la TEI met à notre disposition.

19C’est donc aussi une expérience de l’altérité qui est ainsi mise en évidence par le travail en TEI, toujours salutaire dans le travail de recherche historique et philologique.

Haut de page

Notes

1  C’est d’ailleurs un problème au vue du financement de la recherche tel qu’il se fait de plus en plus aujourd’hui, notamment dans les Digital Humanities, c’est-à-dire, sur des projets à court terme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Cavaillé et Cécile Soudan, « Singularités d'un encodage tei dans Les Papiers de Guy Patin : la spécificité et l'apport d'un travail numérique collectif », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Faire une édition numérique savante et critique en TEI de manuscrits du XVIIe siècle, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5413

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Cavaillé

http://www.ehess.fr/grihl/CV_Fiches/CV_CavailleJP.htm

Articles du même auteur

Cécile Soudan

http://www.ehess.fr/grihl/CV_Fiches/CV_SoudanCecile.htm

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page