Navigation – Plan du site

Les lecteurs de la Vie de Michel de Marillac. Censure, témoignage, écriture au xviie siècle

Nicolas Schapira

Résumé

Les manuscrits de la Vie de Michel de Marillac constituent-ils une deuxième défaite pour l’adversaire de Richelieu vaincu lors de la journée des Dupes ? Resté à l’état de manuscrit, le travail de Lefèvre de Lezeau ne témoignerait-il pas d’abord que le combat était perdu d’avance ? Que la tentative de réaliser une hagiographie de Marillac, et de refaire par là, peut-être, un étendard de son nom était vouée à l’échec au xviie siècle ? Une telle vision tient largement au soin accordé au manuscrit, ainsi qu’au fait que l’on ait tenté par deux fois – semble-t-il – de le mettre sous la presse : le manuscrit apparaît bien dès lors marqué du sceau de l’échec – entreprise vaine dont le résultat n’a jamais été mis en lumière. Cette lecture possible de la destinée de l’ouvrage est discutée à partir d’une réflexion sur les deux passages de l’Histoire de la vie de Michel de Marillac qui semblent documenter le projet de mise en imprimé de l’ouvrage, et qui comprennent un ensemble d'attestations dont une partie ressemble fort à des approbations de censeurs. Le processus de délivrance des privilèges de librairie, qui secrète ses propres objets textuels (l’approbation des censeurs et le privilège) apparaît ici mobilisé au service d’un rassemblement autour de la figure de l’ancien garde des sceaux. Cette analyse débouche sur un renversement de perspective quand à la portée du manuscrit : les approbations qui semblaient documenter l’échec d’une mise en imprimé et le confinement d’un manuscrit montrent une mobilisation collective autour de la Vie, un lectorat (une vingtaine de personnes nommément désignées comme l’ayant lue) et un processus actif de lecture (producteur d’écriture sous la forme d’attestations). En exhibant une communauté de lecteurs, et des approbations de personnages publics, le manuscrit travaille l’actualité de la figure de l’ancien garde des sceaux à partir de la question de sa publication.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Alain Tallon, La Compagnie du saint-sacrement (1629-1667). Spiritualité et société, Paris, Cerf, 1 (...)
  • 2  Michel de Certeau, « Politique et mystique : René d’Argenson (1596-1651) », dans Le Lieu de l’autr (...)

1La tentative de publier une Vie du garde des sceaux Michel de Marillac repose la question de l’héritage du parti dévot au début du règne de Louis XIV : perpétuation de liens personnels, mémoire active d’engagements, de choix – et d’événements lors desquels ces choix avaient été mis en jeu. Les études sur la compagnie du Saint-Sacrement, sur les entreprises de charité du temps de la Fronde ou encore sur le haut personnel politique dévot mettent plutôt l’accent sur la collaboration entre pouvoir royal et compagnies dévotes sur la base d’une soumission ostensible des secondes vis-à-vis du premier, alors que ce qui apparaît désormais comme de l’insoumission religieuse à un ordre politique semble l’apanage des amis de Port-Royal1. Significativement l’interdiction de la Compagnie du Saint-Sacrement en 1660 est un phénomène peu interrogé par l’historiographie, qui insiste plutôt sur la poursuite des activités dévotes de ses membres. Michel de Certeau, à partir du cas d’un intendant de province, membre actif de la compagnie du Saint-Sacrement, et auteur d’un traité mystique, a proposé un modèle de compréhension qui éclaire les rapports entre engagement dévot et service de la politique des cardinaux ministres : chez René d’Argenson la soumission aux ordres  du pouvoir est vécue comme choix théorisé de s’abandonner le plus complètement aux desseins de Dieu, sans que pour autant les deux sphères de l’église et de l’état se trouvent confondues2.

  • 3  Sauf indication contraire, nous citons la Vie de Marillac dans l’édition qu’en a procurée Donald A (...)
  • 4  Ibid., p. 5

2Dans ce paysage vivant mais apaisé, la Vie de Marillac détonne. Rien de très étonnant à cela, étant donné la position éminente et le destin de l’ancien garde des sceaux destitué à la suite de la Journée des Dupes. Reste que Nicolas Lefèvre de Lezeau ne tient pas de discours sur la soumission de Marillac à l’égard du pouvoir séculier. Il met l’accent, au contraire, sur la liberté d’une conduite réglée uniquement sur la foi, et qui s’affranchit par là des préoccupations qui dirigent ordinairement les actions des hommes dans sa position – par exemple le souci d’avancer sa famille ou de consolider sa fortune grâce aux opportunités offertes par l’exercice du pouvoir. De plus, l’auteur insiste sur l’exemplarité du parcours de Marillac : sa Vie fournit, écrit-il, un « exemplaire » pour ceux qui « dans les charges publiques ou aultres emplois du monde, voudront s’estudier à la vie spirituelle et s’avancer à la perfection chrestienne »3. Elle s’adresse notamment à ceux « qui ont ce dégagement du propre interest et qui se retirent volontiers des affaires publiques, et qui ont une grande aversion d’employer leurs talents et capacitez ès choses de la terre, encore que sur tous autres ils y deussent estre engagés ». Son entreprise a ainsi une dimension publique marquée en ce qu’elle vise explicitement la conduite d’hommes de pouvoir : la perspective de Lefèvre de Lezeau est donc également bien différente de celle des amis de Port-Royal. Même s’il affirme qu’il ne prétend parler « d’aulcune affaire qui concerne l’Estat »4, il subvertit le partage entre conduite privée et affaires publiques en suggérant que les hommes qui ont une charge dans le monde doivent adopter une conduite spécifique. Au reste, est-il vraiment possible de promouvoir cette conduite à partir de l’ « examplaire » que constitue Marillac, sans ramener le regard sur l’ensemble de sa trajectoire politique ? Dès lors cet ouvrage ravivant la mémoire du garde des sceaux témoignerait plutôt d’une ambition maintenue d’orienter la politique de la monarchie à son plus haut niveau.

3L’analyse de Michel de Certeau évoquée plus haut reposait principalement sur le rapprochement entre la correspondance politique de René d’Argenson, son traité mystique rédigé en captivité puis imprimé dix ans plus tard, et les registres de la compagnie du Saint-Sacrement qui permettent de mesurer son implication dans cette association mais ouvrent aussi la possibilité de reconstituer le réseau social au sein duquel il agissait. Le dossier de la Vie de Marillac propose une autre configuration documentaire : un seul lieu - l’ouvrage manuscrit, en ses différents états – donne à voir à la fois une pensée de l’action politique dans ses rapports avec un engagement religieux (pensée de Marillac travaillée par de Lezeau), le geste de produire et de publier cette Vie, et un réseau – celui des individus qui livrent dans le manuscrit un témoignage sur l’ouvrage. Il permet d’examiner comment un acteur tel que Lefèvre de Lezeau articule un geste d’écriture et un réseau social. En outre cette articulation projette le lecteur au-delà du livre, vers des lecteurs de l’époque, et des contextes institutionnels de réception qui se trouvent réfléchis et travaillés dans le manuscrit.

4Les manuscrits de la Vie de Michel de Marillac constituent-ils une deuxième défaite pour l’adversaire de Richelieu vaincu lors de la journée des Dupes ? Resté à l’état de manuscrit, le travail de Lefèvre de Lezeau ne témoignerait-il pas d’abord que le combat était perdu d’avance ? Que la tentative de réaliser une hagiographie de Marillac, et de refaire par là, peut-être, un étendard de son nom, était vouée à l’échec au xviie siècle ? Une telle vision tient largement au soin accordé au manuscrit, ainsi qu’au fait que l’on ait tenté par deux fois – semble-t-il – de le mettre sous la presse : le manuscrit apparaît bien dès lors marqué du sceau de l’échec – entreprise vaine dont le résultat n’a jamais été mis en lumière.

  • 5  Donald Bailey a rassemblé les attestations des années 1640, la liste des lecteurs, et les attestat (...)

5Dans les pages qui suivent, cette lecture possible de la destinée de l’ouvrage est discutée à partir d’une réflexion sur les deux passages de la Vie de Marillac qui semblent documenter le projet de mise en imprimé de l’ouvrage. L’un se trouve en tête du deuxième manuscrit (Bibliothèque Sainte Geneviève 2005) : il comporte un ensemble de « jugement et approbations » sur le livre, datant des années 1662-1664 et émanant principalement de prélats et de conseillers d’état. Cet ensemble comprend aussi un brouillon de privilège de librairie au nom de De Lezeau : le processus devant conduire à l’autorisation du livre semble donc avoir été assez avancé. L’affaire se complique si l’on prend en compte un chapitre qui se trouve à la fin du premier manuscrit (Archives Nationales, 1AP592) et intitulé « Aucthoritez et attestations de sa dévotion » : on a là un nouveau bouquet de jugements sur le livre qui datent cette fois des années 1642-43. Ce chapitre se termine par un « Roole de ceux qui ont leu en manuscrit l’histoire de la vie de Monsieur le Garde des seaux de Marillac » qui reprend la liste des attestations produites dans ce chapitre mais mentionne d’autres noms, parmi lesquels les approbateurs des années 1660. Le rajout de ces derniers contribue à unifier les deux ensembles et laisse penser que deux tentatives infructueuses de publication ont eu lieu à vingt ans de distance, la deuxième étant allée jusqu’à l’établissement d’un projet de privilège étayé par des approbations5.

  • 6  Sur cette notion, voir Grihl, De la publication. Entre Renaissance et Lumières, Paris, Fayard, 200 (...)

6Il reste que le doute plane sur la fonction réelle de ces « approbations » ; comme on le verra, elles n’étaient nullement nécessaires d’un point de vue réglementaire et, par surcroît, aucune d’elles ne peut être considéré comme une approbation en forme. Ce constat ouvre la porte à une réévaluation de cet ensemble d’attestations où se superposent trois gestes d’écriture et de publication6 : la collection de témoignages sur un individu (l’un des passages obligés des biographies), l’éloge d’un ouvrage ou de son auteur présent comme discours d’escorte dans le péritexte, l’approbation des censeurs (qui fait également partie du péritexte).

7On verra dans le cas de la Vie de Marillac comment le processus de délivrance des privilèges de librairie, qui secrète ses propres objets textuels (l’approbation des censeurs et le privilège) est mobilisé au service d’un rassemblement autour de la figure de l’ancien garde des sceaux. Cette analyse débouche sur un renversement de perspective quand à la portée du manuscrit : les approbations qui semblaient documenter l’échec d’une mise en imprimé et le confinement d’un manuscrit montrent une mobilisation collective autour de la Vie, un lectorat (une vingtaine de personnes nommément désignées comme l’ayant lue, un ensemble dont il faut analyser la composition) et un processus actif de lecture (producteur d’écriture sous la forme d’attestations).

8De là, l’étude d’un objet écrit singulier tel que la Vie de Marillac trouve son point d’application : elle est une contribution à la compréhension d’une conjoncture et d’un type d’action lié à cette conjoncture. Car le manuscrit de Lefèvre de Lezeau n’est pas le simple enregistrement de l’interdit jeté sur la mise en imprimé d’une hagiographie de Marillac. En exhibant une communauté de lecteurs, et des approbations de personnages publics, il travaille l’actualité de la figure de l’ancien garde des sceaux à partir de la question de sa publication : dans le fait que cette Vie soit ainsi montrée comme à la fois projetée vers le public de l’imprimé, finalement cantonnée au manuscrit, mais circulant largement sous cette forme. Le manuscrit apparaît bien comme le cœur battant de cette circulation : il rassemble les zélateurs de Marillac autour du témoignage sur la valeur du manuscrit, puis les disperse munis de copies qui vont disséminer, en deçà de l’imprimé, la figure du garde des sceaux dans un certain nombre de lieux où cette figure peut ainsi rester active.

Conjonctures de publication ?

  • 7  IIII. Livres de l’imitation de Jesus Christ par Iean Gersen abbé de Sainct Estienne de Verçeil, de (...)
  • 8  Eloges historiques des rois de France depuis Pharamond iusques au roy tres-chrestien louis XIV. Av (...)

9Envisager comme des conjonctures de publication les deux moments où l’on a des indices de début d’un processus d’impression peut être un moyen de mesurer si le destin de la Vie de Marillac renvoie à celui d’autres livres dont on pourrait le rapprocher. Autrement dit : observe-t-on un retour du garde des sceaux sur la scène de l’imprimé après la mort de Richelieu (moment de la première salve d’attestations) ou au début des années 1660 ? S’il y a bien eu un projet de mise en impression de la Vie de Marillac, s’intègre-t-il à un ensemble plus vaste de publications ? Le dossier est assez maigre : en 1643 la traduction de L’Imitation de Jésus-Christ par l’ancien garde des sceaux, publiée en 1623, est rééditée ; elle porte pour la première fois son nom sur la page de titre, et le bénédictin qui réalise cette édition, François de Valgrave, fait un bref éloge de Marillac dans l’épître dédicatoire à Anne d’Autriche7. Nulle louange en revanche dans la notice qui lui est consacrée quelques années plus tard, en 1651, dans un ouvrage du jésuite Philippe Labbe qui comprend une « histoire tres-exacte des chanceliers, gardes des sceaux, anciens notaires et secrétaires »8. Alors que l’auteur rend hommage aux devanciers et successeurs de Marillac, soit directement, soit en renvoyant à des éloges imprimés, il n’évoque à propos du vaincu de la journée des Dupes que sa prise de fonction puis la restitution des sceaux suivie de son arrestation.

  • 9  Les Œuvres de l’eminentissime et révérendissime pierre cardinal de Bérulle, instituteur et premier (...)
  • 10  La Vie du Cardinal de Bérulle : instituteur et premier supérieur général de la Congrégation de l’O (...)
  • 11  Ibid., p. 297, 437, 524-525.
  • 12  La Vie du R.P. Dom Eustache de S. Paul Asseline, Docteur de Sorbonne & Religieux de la Congregatio (...)
  • 13  La Vie de la servante de Dieu sœur Marie de l’Incarnation religieuse converse, & fondatrice de l'O (...)

10En revanche, la figure de Bérulle ressurgit très fortement dans les années 1640, deux ouvrages monumentaux lui étant consacrés. Les œuvres complètes du fondateur de l’Oratoire sont publiées en 1644, sous la forme d’un volumineux et relativement luxueux in-folio dédié à la reine régente par le maître d’œuvre de l’ouvrage, l’oratorien Bourgoing. La dernière partie de l’ouvrage est constituée d’un ensemble assez conséquent de lettres de Bérulle : pas une n’est adressée à Marillac, absent de l’ouvrage9. Le garde des sceaux est mentionné discrètement dans le deuxième ouvrage consacré à Bérulle : sa Vie, parue en 1646, livre de plus de 900 pages in-4°, due à la plume de Germain Habert et dédié au chancelier Séguier, dont il était un familier10. Ce livre contient trois occurrences de Marillac : il apparaît deux fois comme récipiendaire de lettres, et dans un troisième passage il relaie auprès du roi et de Richelieu la prophétie de Bérulle selon laquelle la ville de La Rochelle va être prise – Habert explique que cette prophétie a été déterminante dans la résolution de mettre le siège devant la ville en 162711. On le voit, Marillac n’est jamais en position d’acteur dans cette Vie. Cette même année 1646 est imprimée une Vie de Dom Eustache de Saint-Paul Asseline, moine feuillant proche de l’ancien garde des sceaux, décédé en décembre 1640, et qui avait rédigé une attestation pour la Vie de Marillac12. L’auteur est un autre feuillant qui dédie l’ouvrage à Lefèvre de Lezeau et souligne la proximité de ce dernier avec Eustache de Saint-Paul. Enfin en 1642, le barnabite Maurice Marin, l’un des approbateurs des années 1660, publie une Vie  de Madame Acarie13.

  • 14  La vie de la servante de Dieu soeur Marie de l'Incarnation, religieuse converse, & fondatrice de l (...)
  • 15  La vie admirable de soeur Marie de l'Incarnation, religieuse converse en l'Ordre de Nostre Dame du (...)
  • 16  Dora De Lima, « La Vie de Marillac : un essai hagiographique ? Analyse comparée des sources utilis (...)

11En 1665 paraît une deuxième édition de la Vie de madame Acarie par Maurice Marin, augmentée d’une collection de témoignages sur la célèbre introductrice du Carmel en France. Le dernier de ces témoins est François de Sales, sous la forme d’une lettre datée de 1621, écrite par l’évêque de Genève à Michel de Marillac pour le remercier de lui avoir envoyé un portrait de Madame Acarie14. Voilà un indice de ce qu’il n’était pas si évident d’évoquer Marillac en 1642, et de ce que cela était devenu plus facile 20 ans plus tard. Mais ces données, on le voit, ne permettent ni de décider qu’il était impossible de faire imprimer la Vie de Marillac vers 1644 ou 1664, ni que cette publication était attendue comme pièce maîtresse d’un ensemble plus vaste. Tous ces ouvrages – y compris la Vie de Marillac – ont en revanche un air de famille qui tient à leur composition. En premier lieu chacun d’eux accorde une place essentielle à des témoins choisis : à côté des personnages obligés (François de Sales, Barbe Acarie, Madeleine de Saint-Joseph) on est frappé par la mobilisation massive des témoignages de carmélites. Un autre « relais » essentiel, qui renvoie également au carmel, est André du Val, premier biographe de Barbe Acarie (il publie sa Vie en 1622, elle est rééditée en 1625 et 164715), très cité dans la Vie de Bérulle par Habert, et qui est un personnage à part entière de la Vie de Marillac. En deuxième lieu on observe dans ces ouvrages une forte présence des correspondances, objets manipulés par les acteurs, source et preuve des récits16. Cette présence donne en particulier un aspect choral aux récits biographiques. En dernier lieu la plupart de ces livres comportent de très nombreuses approbations, qui contribuent à leur dimension chorale. Il importe ainsi de noter dès à présent que les attestations si nombreuses de la Vie de Marillac correspondent  à une pratique partagée chez les auteurs dévots des années 1620 aux années 1640.

12On ne saura vraisemblablement jamais pourquoi la Vie de Marillac n’a pas été imprimée. Il est fort possible que la tourmente affrontée par Olivier d’Ormesson, neveu de Lefèvre de Lezeau, en raison de son attitude lors du procès Fouquet – l’un des juges du surintendant, il a joué un rôle modérateur, n’a pas demandé sa mort, et s’est attiré par là l’hostilité de Colbert et du roi – ait finalement rendu impossible tout mouvement d’un membre de sa parentèle, d’autant que le manuscrit a une dimension familiale prononcée. En effet, le père d’Olivier, André Lefèvre d’Ormesson est l’un des approbateurs de l’ouvrage, tandis que le fils aîné d’Olivier est réputé l’avoir lu à son tour. Dans cette hypothèse ce n’est pas l’ouvrage qui est en cause, ni même la figure de Marillac. Quoi qu’il en soit, on se trouve renvoyé pour comprendre le geste que constitue la rédaction et la publication de cette Vie aux éléments du manuscrit susceptibles de le documenter.

Identification des « approbations » de la Vie de Marillac

13Pris ensemble, et regardés avec le privilège du roi qui les suit, les sept « jugement et approbations » du début des années 1660 composent ce qui pourrait être un appareil d’approbations officielles pour un livre de religion, quatre d’entre elles émanant d’ecclésiastiques. En réalité, la Vie de Marillac ne fait pas partie des livres de religion et n’avait donc pas besoin d’approbation signée de docteurs en théologie : seuls les ouvrages ayant un contenu doctrinal ou qui traitaient de l’histoire de l’église devaient être munis de tels passeports. La présence des attestations dans la Vie de Marillac renvoie donc bien à un double choix de Lefèvre de Lezeau : celui d’inscrire l’ouvrage parmi les livres de religion, celui d’utiliser la pratique de l’approbation ecclésiastique.

Privilèges et approbations : législation et pratiques

  • 17  Henri-Jean Martin, Livres, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle, réédition Genève, Droz, 19 (...)

14Comment cela a-t-il été possible ? Un rappel sur les procédures censoriales du pouvoir royal n’est pas inutile ici. Au xviie siècle, tout livre nouveau doit être revêtu d’un privilège de librairie délivré par la chancellerie royale17. La lettre de privilège doit être insérée dans le livre en entier ou en extrait (sous la forme d’une paraphrase). Le privilège n’est délivré que lorsque l’ouvrage a été approuvé par un censeur nommé par la chancellerie, mais à la différence des lettres de privilège, les avis des censeurs n’apparaissent pas dans le livre publié. à cette règle, une exception notable : depuis un arrêt du parlement de 1523, les livres religieux doivent être autorisés par deux docteurs de Sorbonne, et de là est née la pratique de publier de telles approbations dans les livres. Au xviie siècle, la chancellerie et la faculté de théologie se disputent le contrôle de la censure ecclésiastique et à partir de 1650, si l’autorité censoriale reste la faculté et ses docteurs en théologie, la chancellerie royale nomme elle-même des docteurs chargés de rédiger des approbations. Au reste, ni la chancellerie, ni la faculté ne contrôlaient la totalité des approbations dont un livre pouvait bénéficier. Rien n’empêchait un docteur de rédiger une approbation à la demande de l’auteur ou du libraire. On retrouve souvent des évêques (tous les évêques étaient docteurs) parmi les rédacteurs d’approbation, et les supérieurs d’ordres monastiques ou de congrégations donnaient leur accord à la publication de livres de religieux sur lesquels ils avaient autorité, ce qui était une autre source d’attestations imprimées dans les ouvrages. Aussi certains livres de religion sont-il bardés d’approbations. Par exemple, l’ouvrage du Père Joseph paru en 1620, L’Introduction à la vie spirituelle par une Méthode facile d’Oraison ne contient pas moins de huit approbations (six émanent de docteurs, une d’un évêque, une dernière du supérieur des Minimes).

15L’obligation légale d’imprimer l’approbation a donc donné naissance à un espace péritextuel ouvert à de multiples appropriations. De fait, les approbations sont très variées dans leur forme, leur étendue, leur contenu : ce sont là des textes bien moins normés que les privilèges de librairie. Néanmoins le visa du censeur s’exprime par une formule qui se rencontre en principe dans l’une au moins des attestations pour un livre : l’auteur de l’approbation certifie que dans l’ouvrage examiné il n’a « rien remarqué de contraire à la foy catholique, apostolique et romaine ni au bonnes mœurs ». Il arrive que l’approbation se résume à cette formule, mais dans bien des cas elle n’apparaît qu’au détour d’un discours d’éloge du livre.

  • 18  La Vie et les grandeurs de la très-saincte vierge Marie, mère de Dieu. En deux parties. Par le P. (...)

16L’exemple suivant permet de voir la gamme des jeux possibles autour de la formule régulière: L’oratorien Gibieuf est l’un des témoins qui fournissent une attestation à Lefèvre de Lezeau au début des années 1640. En 1637, il avait publié chez un éditeur parisien La Vie et les grandeurs de la très-saincte vierge Marie, mère de Dieu, un ouvrage qui comprend quatre approbations18. La première est signée de l’archevêque de Sens, qui témoigne avoir trouvé dans l’ouvrage de « tres-excellentes lumières de pieté & de dévotion, appuyées sur une profonde & solide doctrine », puis vient la formule « officielle », qui se trouve aussi dans l’approbation très sobre de trois docteurs de Sorbonne qui ferme la série. En revanche les 2e et 3e approbations, dues à deux prélats, sont plus développées sans pour autant contenir la formule en question. Celle d’Antoine Godeau, évêque de Grasse, de loin la plus travaillée, vaut d’être citée en entier :

  • 19  Ibid, n.p.

L’Eglise avoit un livre des Grandeurs de Jésus, il estoit raisonnable qu’elle en eust un des Grandeurs de Marie, & que les Fideles sçachans déjà ce qu’ils doivent au Fils, sceussent ce qu’ils doivent à la Mere. Car il n’y a que les impies qui puissent trouver mauvais qu’elle assemble dans ses hommages, ceux que la Nature & la Grace unissent d’un lien si étroict & si admirable. L’autheur de ce Traité les combat heureusement sans les attacquer. Il nous découvre de nouvelles lumières dans cette Vierge qui foule la Lune sous ses pieds, & qui est revestue du Soleil comme d’un Manteau. Ses Paroles sont sainctes comme son sujet est sainct ; il les a pesées au poids du Sanctuaire, & elles ne contiennent rien qui puisse tant soit peu blesser la doctrine orthodoxe. Au contraire, i’ose asseurer les Lecteurs qu’ils y trouveront une clarté qui les échauffera en les éclairant, que les venins n’y sont point meslez parmy les fleurs. Et que s’ils sont attentifs aux louanges de la Mere, ils y recevront dans le cœur les heureuses impressions de la servitude de Jesus, qui n’a point d’esclaves qui ne soient des Roys. C’est le témoignage que je rends à la vérité. Faict à Paris ce 26e janvier 1637 / Antoine, Evesque de Grasse19

  • 20  Discours de l'estat et des grandeurs de Jésus par l'union ineffable de la divinité avec l'humanité (...)

Gibieuf est doté par Godeau d’une triple légitimité : celle du controversiste averti, qui persuade sans « attaquer », celle de l’écrivain capable de porter dans le cœur des lecteurs les « heureuses impressions de la servitude de Jésus » à l’instar du poète Godeau lui-même, celle du disciple de Pierre de Bérulle, fondateur de l’Oratoire et auteur des  « Grandeurs de Jésus »20. Le texte de Godeau montre la gamme très large de moyens discursifs déployés dans une approbation pour vanter une œuvre – on est bien loin de la simple attestation d’une conformité doctrinale ou morale. Mais si son approbation a pu s’affranchir de la formule ordinaire, c’est aussi parce que celle-ci se retrouvait dans deux autres censures : il faut donc prendre en compte l’ensemble des approbations d’un écrit dans l’analyse.

Les approbations pour la Vie de Marillac

17Examinons maintenant à la lumière de ces règles et de ces pratiques les sept approbations rédigées au début des années 1660. Quatre d’entre elles émanent d’ecclésiastiques et sont donc à confronter aux approbations pour les livres religieux. Bien que certains d’entre eux soient docteur en théologie, aucun ne se présente comme tel : il y a là un évêque, un « celebre predicateur de la compagnie de Jesus » et deux réguliers (le provincial des Barnabites et le prieur de la Chartreuse d’Auray). Cette titulature est la confirmation que ces attestations ne constituent pas le dossier officiel soumis au chancelier en vue de la délivrance du privilège.

18Il n’en reste pas moins que ces textes miment plus ou moins les approbations publiées dans les livres, comme le montre la première d’entre elles, due à André du Saussay. L’évêque de Toul commence ainsi par « certifier avoir leu, et examiné diligemment le livre » et termine son jugement par deux autres formules que l’on retrouve fréquemment dans les approbations « C’est pourquoy nous trouvons qu’il est fort aproprié de la faire imprimer, et donner au publicq. En foi de quoi, nous avons signé de nostre main ces présentes suivent la mention de la date et du lieu, puis la suscription. Dans une autre attestation, Dom Maurice Marin, Provincial des Barnabites, déclare que la Vie de Marillac est « digne d’estre imprimée et donnée au public (…) pour n’y avoir rien trouvé contre les bonnes mœurs, ny qui puisse offenser aulcuns de ceux qui ont este employez de son temps aux affaires publiques » : on est là encore très près de la formule clé des approbations de docteurs. Se présentant comme des lettres à Lefèvre de Lezeau pour le remercier de leur avoir donné à lire son ouvrage, les attestations du jésuite Maimbourg et du chartreux Dom Gabriel Ango sont dans leur forme assez différentes des approbations, mais se trouvent fortement liées aux deux autres par le titre commun « jugement et approbation », qui souligne l’ambigüité du statut de ces textes.

19L’incertitude est plus grande encore en ce qui concerne les attestations émanant de laïcs. Les trois hauts personnages qui les délivrent, tous conseillers d’état, ont certainement qualité à jouer le rôle de censeurs royaux, mais les avis de tels censeurs n’étaient pas supposés être diffusés en dehors de la chancellerie, et en outre ils font double emploi par rapport aux textes émanant d’ecclésiastiques : dans le cas de livres de religion, le chancelier commettait pour leur examen des censeurs issus de la faculté, et n’avait pas besoin des services de censeurs laïcs. Dès lors, dans quel cadre les trois conseillers d’Etat ont-ils rédigé leur attestation ? Il n’y a pas d’autre lieu où chercher la réponse que les textes eux-mêmes, rapportés au dispositif d’ensemble de la Vie de Marillac. Or les « jugement et approbation » de Jean de Chaumont et d’André Le Fèvre d’Ormesson miment eux aussi les approbations ecclésiastiques telles qu’elle étaient publiées dans les livres, tandis que la troisième due à Mesgrigny est une réponse à une lettre de Lefèvre de Lezeau qui lui a envoyé l’ouvrage : même partage donc que dans le cas des approbations de l’évêque de Toul, du jésuite, du chartreux et du barnabite entre pseudo attestation en forme et exhibition de la commande passée par de Lezeau.

20Il est bien possible que ces sept attestations aient fait partie du dossier destiné à permettre à la Vie de Marillac de passer l’épreuve de la censure royale – le projet de privilège en témoigne. Mais le contraste entre le respect apparent des formes de l’approbation et la double incohérence institutionnelle que représentent la présence de censures d’ecclésiastiques pour un livre qui n’en avait pas besoin et la publication inusuelle des censures d’ouvrages profanes laisse penser que Lefèvre de Lezeau a utilisé le cadre institutionnel censorial pour faire écrire des témoignages en forme d’approbation. Autrement dit, cet ensemble d’approbations tel qu’il existe dans le manuscrit de la bibliothèque Sainte-Geneviève est moins le produit d’une contrainte censoriale que le résultat d’une mobilisation, pour l’opération que représente la Vie de Marillac, de ce dispositif censorial complexe qui consiste pour une part en écrits livrés à l’impression. On  ne peut même pas vraiment considérer que ce dispositif est détourné, du fait que, même pour des ouvrages de religion bien repérés comme tels, l’approbation des docteurs se doublait d’autres approbations qui s’inscrivaient dans son sillage pour faire l’éloge du livre.

Les attestations des années 1640

  • 21  Dinah Ribard, Vivre, raconter, penser. Histoires de philosophes 1650-1766, Paris, Vrin-EHESS, 2003

21En tous les cas, ce constat invite à rapprocher les approbations des années 1660 de l’ensemble des témoignages recueillis une vingtaine d’années plus tôt, dans un cadre lui-même soumis à interprétation. Ils sont regroupés à la fin de la Vie de Marillac, ce qui peut renvoyer à la pratique fréquente consistant à placer un chapitre de témoignages dans une Vie21. La dimension hétérogène du matériau, conforme à une telle pratique, renforce cette hypothèse : des certificats assez officiels de proches côtoient de longs témoignages de carmélites, de brefs propos rapportés de personnages comme Richelieu ou le pape Urbain VIII, une liste de livres contenant des éloges de Marillac. Mais le titre sous lequel sont regroupés tous ces témoignages (« aucthoritez et attestations ») et l’intention déclarée de De Lezeau (« Nous rapporterons icy les escripts qui nous ont este baillez (…) pour aucthoriser et conforter, ce que nous avons dit de sa capacité, vertu, et saincteté…») donne une dimension juridique à cette démarche de rassemblement de témoignages dont une bonne part a été sollicitée par l’auteur. Dès lors il n’est pas impossible d’imaginer que ces témoignages aient été sollicités dans le cadre d’un projet d’impression du livre.

22Certes, ces écrits des années 1640 sont consacrés avant tout à l’évocation de la figure de Marillac par des personnages qui l’ont côtoyé (que ce soit son aumônier Holden, des religieuses carmélites, des évêques ou supérieurs d’Ordres proches de lui) et non pas au livre qui en est issu, mais en fait le discours des approbations des années 1660 est lui aussi principalement consacré à la figure de Marillac, car il reprend les grandes affirmations de Lezeau plutôt qu’il ne s’attarde à détailler les caractéristiques de l’ouvrage en lui-même. L’une d’elles débute au reste par un témoignage personnel : Mesgrigny raconte que c’est Marillac en personne qui avait jadis vérifié ses compétences en droit avant de sceller ses lettres de conseiller au grand conseil. Inversement, le témoignage de Nicolas Sanguin, évêque de Senlis, daté du 15 juin 1643, « en forme de missive escripte à l’autheur », commence par louer l’entreprise de Lefèvre de Lezeau, avant d’en venir au récit de ses souvenirs sur l’ancien garde des sceaux. Tout se passe donc comme si, à vingt ans de distance, Lefèvre de Lezeau avait réalisé deux collectes dans une démarche tenant à la fois de la demande et de la publication d’autorisations.

Rassembler autour de la figure de Marillac

23On mesure alors l’importance de la liste de noms propres qui apparaît dans la Vie de Marillac : elle semble bien témoigner d’un soutien actif à l’entreprise de Lefèvre de Lezeau. Si l’on n’est plus obnubilé par la question de l’autorisation effective du livre, alors on est rendu disponible pour ce que le manuscrit donne à voir : un rassemblement de personnalités autour de l’activité qui consiste à le lire – et à produire du commentaire à partir de cette activité de lecture. Le manuscrit de Marillac déplace ainsi le rapport entre livre et lecteurs, qui ne se trouvent plus dans une situation d’extériorité l’un par rapport à l’autre. Les lecteurs sont intégrés au processus de réalisation de l’ouvrage, au point de faire corps avec lui. Et peut-être cette agrégation autour de la figure de Marillac est-elle l’un des enjeux essentiels de l’opération que réalise De Lezeau avec l’écriture de ce manuscrit, qui révèle la communion d’un réseau de personnalités autour de la grandeur et du modèle de dévotion représentés par l’ancien garde des sceaux. Ce réseau naît donc dans le mouvement de fabrication du livre, qui saisit des acteurs variés – fidèles de la première heure qui évoquent la figure de Marillac ou personnages plus éloignés mais convertis par la lecture et par le fait d’être appelé à écrire à propos de l’ouvrage ou de son sujet. Les témoignages disent la réussite et la valeur du livre non seulement par les jugements qui s’y expriment mais d’abord par leur existence même, qui prouve que ce livre est lu et suscite des gestes d’écriture.

24Ce groupe qui apparaît dans le manuscrit compte vingt-deux individus, entre ceux des « témoins » des années 1640 qui répondent à la sollicitation de Lefèvre de Lezeau (ce qui n’est pas le cas de Richelieu ou d’autres dont l’auteur se contente de rapporter des propos récoltés dans des sources variées), les approbateurs des années 1660, et la liste de personnages  (voir encadré) dont il est écrit dans le manuscrit qu’ils ont aussi lu ou revu l’ouvrage.

Témoins, approbateurs, lecteurs de la Vie de Marillac
Dans l’ordre de leur apparition dans les manuscrits
Sauf mention entre crochets, les renseignements proviennent tous du manuscrit.

« Aucthoritez et attestations » (années 1640)
- le sieur Holden 1586-1662 « son Aumosnier personnage très  scavant en théologie et très exact aux poincts de la conscience »
- le RP Eustache de saint paul Asselin
1573-1640 « Docteur en théologie Assistance du RP général des Feuillans »
- une prieure carmeline
- une autre religieuse carmeline
- Cospeau Evesque et Comte de Lizieux
1571-1646 – 4 septembre 1642
- le RP Guillaume Gibieuf
1583-1650 « docteur en théologie et supérieur de la maison des prestres de l’Oratoire au faulxbourg St Jacques de Paris » – 4 janvier 1643
- Nicolas Sanguin, evesque de Senlis
1580-1643 – 15 juin 1643
- sœur Marie de Valence
belle-fille de Marillac

Autres lecteurs des années 1640
- Défunt Messire Jérome Bignon 1590-1656 avocat général et conseiller d’Etat « qui l’a corrigé entièrement de sa main » maître de la librairie royale
- le sieur de Montmort professeur du roy
Pierre de Montmaur, 1576-1650 : c’est Nicolas Sanguin qui le lui a communiqué, et Montmaur a rédigé l’attestation de Cospeau

« Jugement et approbations » (années 1660)
- André Du Saussay 1589-1675, évêque et comte de Toul – 4 janvier 1662
- le RP Maimbourg
1610-1686 « celebre prédicateur de la compagnie de Jesus » - 17 avril 1662
- Monsieur de Chaumont
1583-1667 « Conseiller ordinaire du Roy en son Conseil d’Estat et son bibliothécaire » – 16 juin 1662
- RP Dom Maurice Marin, provincial des Barnabites
1594-1670 - 4 septembre 1662
- RP Dom Gabriel Ango, prieur de la Chartreuse d’Auray en Bretagne – 2 septembre 1664
- Messire André Le Fèvre d’Ormesson
15 ?-1665 Doyen et premier conseiller du roy en son conseil d’Estat – 3 août 1663
- Monsieur de Mesgrigny conseiller ordinaire du roy en son conseil d’Estat et premier président au Parlement de Provence

Autres lecteurs des années 1660-70
- François de Vertamont conseiller d’Etat 1597-1666
- De Lafosse conseiller d’Etat
- De Priezac conseiller d’Etat
1590-1662
- Monsieur Bignon maistre des resquestes président au grand Conseil fils dudit Jerosme Bignon
1627-1697, maître de la librairie royale
- Monsieur d’Amboille d’Ormesson conseiller audit grand conseil
1644-1684, petit-fils d’André Lefèvre d’Ormesson et petit-neveu de Lefèvre de Lezeau

  • 22  Ecrite dans les années 1620, et imprimée seulement au xixe siècle, l’Histoire de la Ligue, due vra (...)

25Il peut sembler artificiel de fondre dans l’analyse le groupe des années 1640 et celui qui émerge vingt ans plus tard, le premier étant constitué avant tout de proches de Marillac (les carmélites, Holden, le confesseur, les religieux Gibieuf et Eustache de Saint-Paul), le deuxième nettement partagé entre ecclésiastiques et conseillers d’Etat. Toutefois traiter la liste donnée à voir par le manuscrit comme un tout est révélateur à plus d’un titre. En premier lieu cette liste ne comprend pas de grands noms, ni d’ecclésiastiques qui font l’actualité dans les années 1640 ou 1660 : il n’y a pas de jansénistes ni d’antijansénistes, pas de jésuite très connu – le Père Maimbourg n’est pas encore très en vue en 1660. Y dominent des hommes ou femmes d’institutions religieuses, des supérieurs d’ordres ou de couvents dont Marillac était proche ou s’était occupé : le Carmel, l’Oratoire, les Feuillants, les Chartreux, les Barnabites, la Doctrine chrétienne. Par là la Vie de Marillac suggère une incorporation de la figure de l’ancien garde des sceaux à ces différents ordres qui passe par des pratiques de conservation et de circulation de manuscrits22.

  • 23 François-Xavier Petit, « Charité, action et écriture. Le parcours dévot de Nicolas Lefèvre de Lezea (...)
  • 24  A. Floquet (éd.), Diaire ou journal du voyage du chancelier Séguier en Normandie après la sédition (...)
  • 25  Jean-Dominique Mellot, Histoire du carmel de Pontoise, Paris, Desclée de Brouwer, 1994, p. 120-125

26Ces individus sont des proches de Lefèvre de Lezeau, ce qui explique la moyenne d’âge très élevée du groupe : parents plus moins proches (André Lefèvre d’Ormesson, frère de Lezeau et son fils, ou encore le prieur Ango) ou collègues, probables complices de longue date. Ainsi l’auteur de la Vie de Marillac, François de Verthamont et l’évêque Nicolas Sanguin ont-ils par exemple mené de concert une mission de réforme du couvent de Saint-Denis entre 1633 et 163523. Pourtant ce groupe semble dépasser les clivages politiques des années 1620-1630. Il y a beaucoup de proches de Richelieu (Cospeau, Priézac) et de Séguier (François de Verthamont a rédigé à la demande de Séguier un journal de l’expédition envoyée pour mater la révolte des Nu-pieds de Normandie en 1639)24. Cette liste qui comprend donc à la fois des proches du carmel (Gibieuf, l’un des supérieurs des Carmélites à partir des années 1620, Dom Maurice Marin, qui le devient une génération plus tard) et des serviteurs dévoués de Séguier, conduit à faire l’hypothèse que l’ordre des carmélites, dans lequel le chancelier Séguier et sa femme se sont fortement impliqués, pourrait avoir joué un rôle essentiel dans la recomposition des groupes dévots après 163025.

  • 26  Jean-François Solnon, Les Ormesson au plaisir de l’état, Paris, Fayard, 1992, p. 151-152.

27Une dernière logique se dégage de cette liste : la capacité des personnages qui y figurent à attester, laquelle dépend aussi de leur intérêt pour l’objet que représente la Vie de Marillac. C’est l’hypothèse qui permet de rendre compte de la présence de trois bibliothécaires du roi dans le groupe rassemblé par De Lezeau, tout autant que celle des érudits et hommes de lettres Priézac et Pierre de Montmort : ce sont pour partie des hommes du livre, des hommes qui faisaient autorité sur les livres de leur temps qui ont joué le jeu de la relecture et / ou de l’attestation. Dans la liste entière, si l’on ne tient pas compte des religieuses, seuls trois noms, ceux du chartreux Ango, du conseiller d’Etat La Fosse et du président au Parlement de Provence Mesgrigny ne peuvent être rattachés à une activité lettrée. Parmi les conseillers d’Etat, on a déjà vu de Verthamont en rédacteur de journal pour Séguier. André Lefèvre d’Ormesson a quant à lui rédigé des Mémoires, et son petit-fils d’Amboille est le dédicataire de l’Histoire du droit français de Claude Fleury, son confesseur ordinaire26. A l’exception du chartreux, tous les ecclésiastiques ayant lu, relu ou attesté ont publié des écrits. Ainsi peut-on faire l’hypothèse que ce sont des hommes qui avaient foi dans l’écrit qui ont soutenu l’initiative de Lefèvre de Lezeau. C’est pourquoi la signification de cette liste n’est pas épuisée dans le constat qu’elle reflète vraisemblablement le groupe de connaissances de Lefèvre de Lezeau, pas plus qu’elle ne révèle un groupe préexistant à l’entreprise du vieux conseiller d’Etat : les attestateurs et relecteurs du manuscrit ne mettent pas sur la trace de quelque nouvelle compagnie du Saint-Sacrement. C’est bien, en effet, le manuscrit et les pratiques qui l’entourent (relectures, témoignages pour le compléter, écrits liés à la censure) qui produisent un groupe mobilisé autour de lui. On saisit là la virulence possible du manuscrit, en dehors du modèle de la publication imprimée, ou plutôt à côté de lui – on voit bien l’activité précisément de l’imprimé dans le manuscrit. La Vie de Marillac, objet manuscrit si intensément travaillé, et relativement diffusé, fait signe vers un type d’action dévote du xviie siècle qui consiste à impliquer un groupe autour d’un manuscrit, et à permettre de là sa circulation au delà de ce groupe – par exemple à l’Oratoire ou dans les monastères carmélites.

Certificat d’innocuité et virulence politique

28Il reste à analyser le discours qui apparaît dans les sept « approbations et jugement » des années 1660, lesquelles, sous cet angle, forment un ensemble remarquablement cohérent. Pour entrer plus précisément dans la compréhension de ses enjeux, relisons la modification de la formule ordinaire de l’approbation opérée par Dom Maurice Marin :

Nous apres avoir leu le livre intitulé Histoire de la vie de Messire Michel de Marillac (…) avons jugé qu’elle étoit digne d’estre imprimée, et donnée au public, pour n’y avoir rien trouvé contre les bonnes mœurs, ny qui puisse offenser aulcuns de ceux, qui ont este employez de son temps aux affaires publiques, ou particulières

Le passage sur les bonnes mœurs est bien là, mais manque en revanche celui relatif à la doctrine catholique. à sa place se trouve cette formule rassurante, selon laquelle le livre n’est susceptible d’ « offenser » aucun personnage public.  C’est là un fil rouge de ces attestations : le jésuite Maimbourg remercie lui aussi Lefèvre de Lezeau de faire voir « la vertu toute pure » de Marillac « sans y rien mesler, ny des affaires de son temps, ny de ceux qui les ont gouvernées ».

29Reste que la démonstration de l’innocuité politique de l’ouvrage emprunte des chemins qui suggèrent au contraire la virulence maintenue de la matière historique travaillée par De Lezeau. Dans la première attestation, due à l’évêque de Toul André du Saussay se trouvent disposés tous les arguments qui nourrissent les attestations suivantes : le prélat commence par louer l’ « esprit de sainteté » dont Marillac a fait preuve dans l’exercice de grandes charges qu’il n’avait pas recherchées, avant de vanter la « grande discrétion et modération » de Lefèvre de Lezeau, qui a réussi à écrire la Vie d’un personnage ayant connu beaucoup de « traverses, par tous les temps de sa vie », sans que pourtant nul ne puisse se dire offensé par le contenu de l’ouvrage – entre autres parce qu’aucun de ceux qui lui suscitaient ces « traverses » ne s’y trouve « nommé ni désigné ». Du Saussay conclut « qu’en cette histoire se trouve représenté un exemplaire très parfaict, et très rare, pour ceux qui voudront, dans les charges publiques ou autres employs de ce monde, se conserver en la vrayë pieté, et parfaite intégrité », raison pour laquelle il recommande l’impression de l’ouvrage. La louange de la discrétion et de l’absence d’esprit partisan de l’auteur équivaut à un rappel de l’existence de luttes politiques passées qui ne peuvent être maintenues dans un hors-champ qu’au prix de l’effort accompli par Lefèvre de Lezeau pour les séparer de la figure de Marillac. Non seulement l’existence de Marillac ramène constamment au politique, mais c’est même ce qui fonde la valeur du récit de cette vie aux dires d’André du Saussay : l’exemplarité de la figure du garde des sceaux est explicitement adressée à ceux qui, comme lui, après lui, exercent de hautes charges. Dès lors, le récit ne peut pas laisser de côté la dimension publique des actions de Marillac, d’où la difficulté – la gageure – à ne pas mettre en scène les conflits qui ont émaillé cette vie publique.

30On le voit, les attestations reproduisent en réalité strictement le discours tenu par Lefèvre de Lezeau dans la préface de l’ouvrage. Il y explique d’une part qu’il entend ne « parler d’aulcune affaire qui concerne l’Estat ny agiter les causes qui l’on fait éloigner de la cour, ny aussi taxer directement ou indirectement qui que ce soit » et d’autre part que la Vie de Marillac est remarquable parce qu’elle est celle d’un homme d’Etat, qui a su se conduire avec piété alors même que l’exercice des grandes charges qu’il a occupées l’exposait tout particulièrement au péché. Il n’entre pas dans le cadre de cet article d’analyser comment Lefèvre de Lezeau accomplit ce programme – le plan thématique, égrenant une à une les vertus du garde des sceaux, renvoie peut-être bien à la préoccupation de ne pas se laisser enfermer dans un récit événementiel inévitablement polémique. Mais la reprise sans réserve de ce discours dans des attestations destinées à valider un projet d’impression grossit en fait l’ambigüité du projet de Lefèvre de Lezeau ; la démultiplication du même discours en souligne l’artificialité, redoublée par le fait que deux attestations (celle de Jean de Chaumont et celle de Du Saussay) sont quasiment identiques, l’une copiant l’autre, ou les deux étant réalisées à partir du même modèle.

31Non seulement les attestations attirent l’attention sur la mémoire des affrontements des années 1620, mais elles suggèrent que ces affrontements constituent bien encore un enjeu vers 1660. Ainsi le président de Mesgrigny déclare-t-il dans son attestation « par forme de lettre missive escripte à l’autheur » que

[...] plusieurs personnes auroient bien souhaitté que vous eussiez voulu dire en vostre livre, le détail de ses deportemens, en ce qu’il a participé au gouvernement de l’Estat, et comme il s’est conduict dans les divisions de la Cour. Mais vous vous estes contenté de représenter comme ce grand personnage a prattiqué la pieté et dévotion durant toute sa vie, mesmes pendant l’exercice de ses charges de surintendant des finances et garde des sceaux de France. Et vous n’avez point obmis les plus petites veuës spirituelle et graces spéciales dont il a été favorisé. Je puis dire que vous avez très bien fait, le don de piété ayant este en luy la base et le fondement de toutes ses admirables actions. Et en effet, il se trouve que ces grands personnages qui se sont fondez seulement sur les vertus morales et stoïques, en délaissant ce qui est de la pieté, se sont tost ou tard laissez aller aux torrens de la faveur et aux convoitises ordinaires du siècle.

32Mesgrigny révèle une mémoire des « divisions de la cour » dans les années 1620, et un souvenir conflictuel de Marillac lui-même et de ses « deportemens ». Mais son approbation dit surtout que la manière d’écrire la Vie de Marillac renvoie bien à des choix politiques susceptibles de créer des partages dans le présent, comme c’était le cas vingt ans plus tôt, quand l’évêque de Senlis écrivait dans son attestation :

  • 27  Vie de Marillac, op. cit., p. 436.

Quant aux grands et puissans desseins qu’il a eu pour l’honneur de la religion et la gloire de l’Estat, je pense pourvoir dire qu’il y a grand subject de souspirer qu’un tel homme soit demeuré sans authorité de les faire réussir, et Dieu l’a ainsy permis pour nos pechez.27

33Nicolas Sanguin, qui a mentionné plus haut toute la part prise par l’ancien garde des sceaux et par Lefèvre de Lezeau lui-même dans son accession à l’évêché de Senlis, semble ici faire revivre un choix global dévot tissé à des liens de fidélité, et tendu désormais vers la défense de la mémoire de Marillac.

Conclusion : censure, écriture et espace public

  • 28  Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600 - vers 1730). Dynamisme prov (...)

34Grâce à l’organisation concrète d’un système de censure, faire imprimer un livre est devenu au xviie siècle un geste public impliquant nécessairement l’état. Le service de délivrance des privilèges de librairie et les censeurs qui le flanquaient n’étaient pas vraiment à même de garantir la prévention de publications déplaisantes pour le pouvoir royal, à l’heure des officines hollandaises ou allemandes et de l’essor du livre interdit rouennais28. En revanche il rendait visible l’état royal dans l’espace de l’imprimé via les lettres de privilèges et donnait au pouvoir les moyens de mener un certains nombre d’actions dans cet espace, garantissant en retour la prospérité de certains libraires parisiens proches de ce pouvoir de même qu’il contribuait à asseoir l’autorité  d’un certain nombre d’hommes de lettres, censeurs ou proches des censeurs et de la chancellerie.

35Mais les lettres de privilège et les approbations nées de l’institutionnalisation de la censure ont pu être utilisées à de multiples fins. La pratique ancienne de l’approbation des docteurs a été vraisemblablement rechargée en signification avec l’intervention du pouvoir royal dans le domaine du livre religieux, ce qui a contribué à l’usage proliférant de ces approbations au xviie siècle. Ici, il semble que Lefèvre de Lezeau ait joué de la triple tradition scripturaire des discours d’escorte élogieux, des témoignages dans les Vies et des approbations pour faire rédiger des attestations qui, par leur existence même, et indépendamment de la publication imprimée de l’ouvrage, mettaient en pleine lumière la question de la portée publique de la Vie de Marillac – c’est à dire de l’actualité des choix qu’il avait portés. L’existence de la procédure censoriale impliquant la rédaction d’approbations a vraisemblablement été un moyen pour De Lezeau de rassembler divers acteurs sociaux autour de l’entreprise de publication de son ouvrage. En outre, le statut même des approbations a engagé ceux qui devaient les rédiger dans la production d’un discours relatif à la portée publique de cette entreprise. Ils ont retrouvé là les réflexions de Lefèvre de Lezeau lui-même dans la préface de la Vie, mais ces réflexions, transportées dans des attestations en forme d’approbations, produisent la figure critique de Marillac comme question publique. Enfin, présentes dans un manuscrit, de telles approbations attestent d’un processus de publication avorté qui témoigne de la virulence de l’ouvrage, et ouvre par là à sa postérité sous cette forme manuscrite.

36Les attestations de la Vie de Marillac apparaissent bien comme un outil pour faire corps autour de la perpétuation d’un projet dévot plutôt qu’elles ne révèlent un réseau préexistant à cette entreprise. Ne pourraient-elles pas également renvoyer à une prise de distance conjoncturelle à l’égard de la politique de Louis XIV ? Cette question ramène au procès Fouquet, qui s’est déroulé au moment où la deuxième salve d’attestations était élaborée. Olivier Lefèvre d’Ormesson note ainsi dans son Journal, débuté à l’occasion du procès Fouquet et qu’il a tenu tout au long de celui-ci :

  • 29  Journal d'Olivier Lefèvre d'Ormesson et extraits des mémoires d'André Lefèvre d'Ormesson, publié p (...)

Ce mesme jour (14 nov 1663), M. Foucault m’estant venu voir sur les affaires de la chambre, me dit que l’on avoit dessein de faire tenir la chambre chez M. le chancelier, à cause de sa santé ; qu’il y avoit beaucoup d’exemples. M. de Marillac fut jugé dans Ruel chez M. le Cardinal de Richelieu. Il me demanda mon sentiment. Je luy dis que tout lieu m’estoit esgal : que cela dépendoit de M. le Chancelier seul. Je luy fis entendre que la dernière requeste de M. Fouquet estoit considérable, et qu’il me paroissoit bien difficile de la refuser.29

  • 30  Hélène Fernandez, Les Procès du cardinal de Richelieu. Droit, grâce et politique sous Louis le Jus (...)
  • 31  Ibid., p. 110-123, 173-178.

37Utiliser le souvenir – et les archives – de procès politiques anciens pour y puiser des modèles de procédure adaptées au nouvel événement qui mobilisait le pouvoir (et en justifier l’usage) était une pratique courante, comme l’a montré Hélène Fernandez30. Mais ici ce qui revient avec le problème posé par le chancelier Séguier vieillissant et malade, est le geste extraordinaire et controversé de Richelieu tenant le procès du maréchal de Marillac dans son château31. Or une telle action projette sur l’ensemble du procès Fouquet l’ombre de l’usage des procès politiques par le cardinal : Olivier Lefèvre d’Ormesson, dont le père et le fils, on s’en souvient, ont lu le manuscrit de la Vie de Marillac, lie dans cette note l’expression de son indifférence à l’égard du lieu où sera jugé Fouquet à la négociation bien plus importante engagée avec Colbert et Louis XIV par l’intermédiaire de Foucault, greffier du procès et homme lige du nouveau contrôleur des finances, au sujet d’une requête déposée par l’accusé, que le pouvoir entend bien faire rejeter par les juges. Comme si l’entreprise au long cours de la publication – manuscrite et imprimée – de la Vie de Marillac avait été rattrapée par une actualité susceptible de redonner de l’intensité à la figure de l’ancien garde des sceaux – une actualité qui aurait aussi in fine interdit de livrer la Vie à l’impression.

Haut de page

Notes

1  Alain Tallon, La Compagnie du saint-sacrement (1629-1667). Spiritualité et société, Paris, Cerf, 1990 ; Jean-Pierre Gutton, Dévots et société au xviie siècle. Construire le Ciel sur la Terre, Paris, Belin, 2004.

2  Michel de Certeau, « Politique et mystique : René d’Argenson (1596-1651) », dans Le Lieu de l’autre. Histoire religieuse et mystique, Paris, Gallimard/Le Seuil, 2005, p. 265-300. Pour des commentaires récents sur les analyses de Michel de Certeau, voir Robert Descimon et José Javier Ruiz Ibanez, Les Ligueurs de l’exil. Le refuge catholique français après 1594, Seyssel, Champ Vallon, 2005 et Christian Jouhaud, « Politique et religion au xviie siècle : note sur le passage par l’exemplaire », dans Laurence Giavarini (éd.), Construire l’exemplarité. Pratiques littéraires et discours historiens (xvie-xviie siècles), Dijon, EUD, 2008, p. 51-62.

3  Sauf indication contraire, nous citons la Vie de Marillac dans l’édition qu’en a procurée Donald A Bailey (La Vie de Michel de Marillac (1560-1632) Garde des sceaux de France sous Louis XIII, PUL, 2007), p. 6.

4  Ibid., p. 5

5  Donald Bailey a rassemblé les attestations des années 1640, la liste des lecteurs, et les attestations des années 1660, voir Vie de Marillac, p. 427-450.

6  Sur cette notion, voir Grihl, De la publication. Entre Renaissance et Lumières, Paris, Fayard, 2002.

7  IIII. Livres de l’imitation de Jesus Christ par Iean Gersen abbé de Sainct Estienne de Verçeil, de l'ordre de S. Benoist. Suivant la version de feu Monsieur de Marillac garde des sceaux. Avec deux tables, l'une des chapitres, & l'autre des prieres. Dediés à la reyne regente par Fr. F. de V. B. A., Paris, Guillaume Le Bé, 1643.

8  Eloges historiques des rois de France depuis Pharamond iusques au roy tres-chrestien louis XIV. Avec l’histoire tres-exacte des chaceliers, gardes des seaux, anciens notaires et secretaires. Et le meslange curieux de plusieurs pieces rares et anciennes pour servir à l’Histoire ecclésiastique & Civile, tirées du Thresor des Chartes & de la Bibliotheque du Roy, des Registres du Parlement, & de la Chambre des Comptes, des Archives des eglises & Monasteres, des Chroniques MSS. &c. Par le R.P. Philippe Labbe, Religieux de la Compagnie de Iesus, Paris, Gaspard Meturas, 1651.

9  Les Œuvres de l’eminentissime et révérendissime pierre cardinal de Bérulle, instituteur et premier supérieur de l’Oratoire de Iesus-Christ Nostre seigneur. Augmentées de divers opuscules de Controverse & de Piété, avec plusieurs Lettres : Et enrichies de sommaires & de Tables. Par les soins du R.P. François Bourgoing, Superieur général de la mesme Congregation, Paris, Antoine Estienne et Sebastien Huré, 1644. L’ouvrage est réédité sans changement en 1657 et 1665.

10  La Vie du Cardinal de Bérulle : instituteur et premier supérieur général de la Congrégation de l’Oratoire de Jésus-Christ notre Seigneur ; Retraitte faite par le Cardinal de Bérulle à Verdun, par Germain Habert, abbé de Cerisy, Paris, Veuve Camusat, 1646.

11  Ibid., p. 297, 437, 524-525.

12  La Vie du R.P. Dom Eustache de S. Paul Asseline, Docteur de Sorbonne & Religieux de la Congregation de Notre Dame de Fueillens. Ensemble quelques Opuscules spirituels utils aux ames pieuses & Religieuses. Le tout recueilli par un Religieux de la mesme Congregation, Paris, Georges Josse, 1646.

13  La Vie de la servante de Dieu sœur Marie de l’Incarnation religieuse converse, & fondatrice de l'Ordre de Nôtre Dame du Mont-Carmel en France. Par le R.P. D. Maurice Marin religieux de la congrégation de saint-paul dite des Barnabites, Paris, Rocolet, 1642.

14  La vie de la servante de Dieu soeur Marie de l'Incarnation, religieuse converse, & fondatrice de l'Ordre de Nôtre Dame du Mont-Carmel en France. Par le R. P. D. Maurice Marin, religieux de la Congregation de S. Paul, dite des Barnabites. Nouvelle edition, corrigée & augmentée, Paris, Georges Meturas, 1665, p. 294-296.

15  La vie admirable de soeur Marie de l'Incarnation, religieuse converse en l'Ordre de Nostre Dame du Mont-Carmel, & fondatrice d'iceluy en France, appellée au monde la damoiselle Acarie. Par M. André du Val, Paris, Adrian Taupinart, 1622.

16  Dora De Lima, « La Vie de Marillac : un essai hagiographique ? Analyse comparée des sources utilisées par Nicolas Lefèvre de Lezeau dans la Vie de Marillac et la Vie de Morvillier », Les Dossiers du Grihl [Online], Nicolas Lefevre de Lezeau et l'écriture, Online since 17 January 2012, connection on 24 June 2012. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5009 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.5009.

17  Henri-Jean Martin, Livres, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle, réédition Genève, Droz, 1999, tome 1, p. 440-466 ; Bernard Barbiche, « Le régime de l’édition » dans Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française, [1982], Paris, Fayard / Promodis, 1989, tome 1, p. 457-471 ; Nicolas Schapira, Un professionnel des lettres au xviie siècle. Valentin Conrart, une histoire sociale, Seyssel, Champ Vallon, 2003, p. 98-151.

18  La Vie et les grandeurs de la très-saincte vierge Marie, mère de Dieu. En deux parties. Par le P. Guillaume Gibieuf Docteur en Theologie, Prestre de la Congregation de l’Oratoire de Iesus-Christ nostre Seigneur, Premiere Partie, Paris, Ioseph Cottereau, 1637, avec priv du roy et approb des docteurs.

19  Ibid, n.p.

20  Discours de l'estat et des grandeurs de Jésus par l'union ineffable de la divinité avec l'humanité…, Paris, A. Estiene, 1623.

21  Dinah Ribard, Vivre, raconter, penser. Histoires de philosophes 1650-1766, Paris, Vrin-EHESS, 2003.

22  Ecrite dans les années 1620, et imprimée seulement au xixe siècle, l’Histoire de la Ligue, due vraisemblablement à l’avocat Pierre Rozée, a également été conservée dans la bibliothèque de l’Oratoire. Cf. Charles Valois (éd.), Histoire de la Ligue, œuvre inédite d’un contemporain, Paris, Librairie Renouard pour la Société de l’Histoire de France, 1914, p. VI-VII ; Robert Descimon, José Javier Ruiz Ibànez, Les Ligueurs de l’exil. Le refuge catholique français après 1594, Seyssel, Champ Vallon, p. 282.

23 François-Xavier Petit, « Charité, action et écriture. Le parcours dévot de Nicolas Lefèvre de Lezeau (1581-1680) », Les Dossiers du Grihl [Online], Nicolas Lefevre de Lezeau et l'écriture, Online since 05 December 2011, connection on 24 June 2012. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/4852 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.4852 ; Abbé Eugène Müller, Nicolas Sanguin évêque de Senlis Fondateur du Monastère de la Présentation de Notre-Dame. Extrait des chroniques dudit monastère et annotations, Beauvais, Imprimerie D. Pere, 1886.

24  A. Floquet (éd.), Diaire ou journal du voyage du chancelier Séguier en Normandie après la sédition des Nu-Pieds (1639-1640), Rouen, Edouard Frère, 1842.

25  Jean-Dominique Mellot, Histoire du carmel de Pontoise, Paris, Desclée de Brouwer, 1994, p. 120-125.

26  Jean-François Solnon, Les Ormesson au plaisir de l’état, Paris, Fayard, 1992, p. 151-152.

27  Vie de Marillac, op. cit., p. 436.

28  Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600 - vers 1730). Dynamisme provincial et centralisme parisien, Paris, école des Chartes, 1998.

29  Journal d'Olivier Lefèvre d'Ormesson et extraits des mémoires d'André Lefèvre d'Ormesson, publié par Adolphe Chéruel, Paris, Imprimerie impériale, 1860-1861, tome 2, p. 53.

30  Hélène Fernandez, Les Procès du cardinal de Richelieu. Droit, grâce et politique sous Louis le Juste, Seyssel, Champ Vallon, 2010.

31  Ibid., p. 110-123, 173-178.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Schapira, « Les lecteurs de la Vie de Michel de Marillac. Censure, témoignage, écriture au xviie siècle », Les Dossiers du Grihl [En ligne], La Vie de Michel de Marillac et les expériences politiques du garde des sceaux, mis en ligne le 20 mai 2013, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5415

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org