Navigation – Plan du site

Marillac et ses hommes : reconstruire l’activisme catholique après la Ligue

Robert Descimon

Texte intégral

1Ma contribution s’articulera autour de trois dossiers, relativement indépendants, qui, tous, appellent encore de longues recherches.

- Sortie de Ligue. Un temps de difficultés pour Marillac.

- Marillac, Lefèvre de Lezeau, Hinselin et les autres… le fantôme des finances ligueuses.

- Le retour des ligueurs : les auxiliaires du garde des Sceaux, secrétaires et alliés.

  • 1  Anciennement, Édouard Éverat, Michel de Marillac, sa vie ses œuvres, Riom, Jouvet, 1894. Voir les (...)
  • 2  Au milieu d’une bibliographie immense, citons Denis Richet, « La Contre-Réforme catholique en Fran (...)
  • 3  Sur les cercles mystiques liés à la reine Marie de Médicis, Daniel Vidal, Critique de la raison my (...)

2Le présent travail vise à décrire l’histoire politique de Marillac1 à travers des documents déconnectés du travail d’écriture réalisé par et autour de Nicolas Lefèvre de Lezeau : l’éclairage réciproque que procurent les Mémoires sur la vie de Michel de Marillac, dans leurs diverses versions, et les actes notariés qui renseignent sur l’entourage du magistrat, permet en effet de saisir de façon contextuelle un projet politique qui était partie intégrante du travail de reconquête catholique que les cercles dévots avaient entrepris dès avant l’édit de Nantes (1598)2, mais surtout sous la régence de Marie de Médicis, dont la maison était peuplée d’anciens catholiques zélés3. Marillac, au fur et à mesure que son autorité s’affirma, devint une ressource pour les anciens ligueurs, gens qui n’en avaient pas forcément beaucoup ; peu avaient quelque expérience de l’exil, de la répression, de la ruine, mais tous à désiraient œuvrer à la réformation de l’Église et du royaume. On était là sous le signe d’une continuité.

Sortie de Ligue : un temps de difficultés pour Michel de Marillac

  • 4  Michel De Waele, Les Relations entre le parlement de Paris et Henri IV, Paris, Publisud, 2000, p. (...)
  • 5  Pierre de L’Estoile, Journal pour le règne de Henri IV, t. 1, 1589-1600, Paris, Gallimard, 1948, p (...)
  • 6  Arch. nat., Z1h 92, 14 février 1595.
  • 7  Minutier central des notaires parisiens (désormais M. C.), III 536, 17 février 1595, inventaire ap (...)
  • 8  Olivier Poncet, Pomponne de Bellièvre (1529-1607), Paris, École des Chartes, 1998, p. 228-229. Mar (...)

3Michel de Marillac, comme beaucoup de magistrats qui avaient épousé avec ferveur le parti de la Ligue, connut des lendemains difficiles après 1594 et l’entrée à Paris du premier roi Bourbon. Lefèvre de Lezeau dans la Vie accrédite l’idée que son héros aurait inspiré le fameux « arrêt Lemaitre » (28 juin 1593) (qui rappelait les principes essentiels de la dévolution statutaire de la Couronne de France). Cet exploit de papier, qui fut d’ailleurs sans doute l’acte politique le plus important réalisé au sein du parlement de Paris tout au long de son histoire, voit se bousculer les candidats qui en revendiquent la conception4. Marillac a dû en effet joindre sa voix aux partisans de la « loi salique ». Son sens des réalités lui donnait conscience de l’impasse où s’était enfermé le radicalisme ligueur et le poussait à explorer d’autres voies. Devenu « politique », il ne fut nullement inquiété après l’entrée d’Henri IV à Paris, le 22 mars 1594, auquel il aurait d’ailleurs prêté main forte5. Il reprit bien vite du service civique, puisqu’on le voit élu capitaine de la milice bourgeoise dans le quartier du Temple où il habitait (il prêta serment le 14 février 1595)6. En outre, tôt après la Ligue, Marillac avait connu une chance inopinée, quoiqu’elle se fût sans doute accompagnée d’un sentiment douloureux : son beau-frère très aîné, vieux compagnon du combat ligueur, le maître des Requêtes René Hennequin, seigneur de Sermoises, mourut dans la force de l’âge7. Michel reprit l’office de maître des Requêtes de l’époux de sa sœur. Les conditions de l’acquisition de cette charge restent obscures, mais sa nouvelle position permit à Marillac d’entrer au Conseil du roi. Brillant sujet, il se fit vite remarquer et gagna la confiance du chancelier Pomponne de Bellièvre8.

4Les difficultés que rencontrait Marillac n’étaient donc pas d’ordre politique. C’est sa fortune qui avait subi de sérieux revers. Son père avait été opulent, comme il convenait à un contrôleur général des Finances, et l’enrichissement des branches parisiennes des Marillac durant les décennies 1540-1560, grâce à Charles, l’archevêque ambassadeur, mais aussi grâce aux grands avocats plaidants (Gabriel, qui devint avocat général, et François, le calviniste) est impressionnant.

  • 9  M. C., VIII 204, 25 décembre 1549, l’avocat général Gabriel de Marillac avait acquis Ferrières moy (...)

5Le partage de la succession de Guillaume de Marillac et de sa première épouse9 trahit encore cette opulence.

6Les propres de Renée Alligret, la mère, comprenaient

- Farinvillier, estimé 25 000 livres

- Villiers Adam, estimé 18 000 livres

  • 10  M. C., XIX 255, 19 janvier 1573, Guillaume de Marillac, quelques jours avant sa mort, avait acheté (...)

- Bucy Saint-Georges (en Brie), estimé 13 500 livres10

- Le fief Bourret, évalué 1200 livres, y compris de ce qui avait été aliéné par feu Charles de Marillac, frère aîné tôt disparu.

- 987 livres de rentes sur l’Hôtel de Ville, représentant un capital très théorique de 11 845 livres 12 sous.

- 1225 livres 8 sous en principaux de rente sur particuliers.

- 7200 livres rapportées au partage par René Hennequin, pour ses enfants.

  • 11  Ferrières fut cédé à un financier connu, Étienne Regnault, qui fit bientôt faillite. CVII 84, 15 n (...)

7Mais il y avait aussi les biens propres de Guillaume de Marillac, dont la terre de Ferrières en Brie, qui venait par des détours compliqués de son frère Gabriel, l’avocat général, et était estimée 45 000 livres, par une sous évaluation manifeste11.

  • 12  M. C., CVII 99, 13 septembre 1601, inventaire après décès de Marguerite Barbes, titre 3, 24 novemb (...)
  • 13  M. C., CVII 86, 1er juillet 1605, elle résidait sur sa terre de « Tournebuz » ou Tournebus, près d (...)
  • 14  M. C., XIX 245, 18 juin 1570, contrat de mariage de Marie de Marillac et de René Hennequin.
  • 15  M. C., LXVIII rép. 1, 1er mars 1614, mention de l’inventaire après décès de Dony d’Attichy ; ibid. (...)

8La collection des seigneuries dont s’étaient dotées les Marillac dut être liquidée après 1594, en particulier Ferrières en Brie qui était la plus belle. Seule restait Farinvillier (en Picardie, près de Breteuil et mouvant de Clermont en Beauvaisis, c’est apparemment aujourd’hui Farivillers) que Michel dut partager avec son frère aîné Louis (le père de sainte Louise)12. Il faut noter que la belle-mère de Michel, Geneviève de Boislevesque, vivait toujours ; peut-être protestante, elle résidait en Normandie13 et jouissait de la part qui lui revenait de la communauté avec son ancien mari, y compris les acquêts immeubles et les héritiers devaient toujours lui payer le douaire de 555 livres de rente (soit un fonds de 6 666 livres 2/3)14. Elle était la mère du futur maréchal de France, mais surtout de l’épouse d’Octavien Dony, seigneur d’Attichy, intendant des Finances, et intendant de la reine, qui connaissait les mêmes succès ploutocratiques que son beau-père. C’était Dony d’Attichy l’homme fort de la famille à la fin du xvie siècle15.

9Les difficultés des Marillac peuvent être liées aux dettes de leur père Guillaume, car un contrôleur général des finances n’aurait su exercer sa charge sans laisser une succession embrouillée. Mais on ne peut exclure l’hypothèse que l’appauvrissement de Michel de Marillac ait résulté d’un engagement financier inconsidéré dans la cause ligueuse. Il aurait alors partagé le sort de Pierre Acarie, le mari de Barbe, la sainte. On ne sait pas, en tout cas, ce que firent les Marillac des dizaines de milliers de livres que leur procura la vente de leurs seigneuries.

  • 16  M. C., LXXXVII 47, 2 mars 1579, partage et inventaire Amelot, titre 39, analyse du contrat de mari (...)
  • 17  Jacques, l’aîné, seigneur de Carnetin, fut président des requêtes du Palais, le puîné Jean, seigne (...)

10En ces temps pénibles, qui voyaient régner un hérétique relaps, Michel perdit sa première épouse, Marguerite Barbes, qui mourut le 6 février 1600 ; Marillac se remaria avec la veuve du président Amelot, Marie de Saint Germain. Ce remariage, remarquable par la différence d’âge entre les époux (elle avait conclu sa première union en 156816, alors que son second mari (né en octobre 1560, d’autres disent 1563) n’avait que huit (ou cinq) ans), autorisa sans doute le rétablissement financier de Marillac ; il permettait en outre au futur garde des Sceaux et, on l’oublie peut-être trop, futur surintendant des finances, de devenir chef d’une belle-famille vite puissante, car les trois fils Amelot rentrèrent sans tarder dans la haute magistrature17.

  • 18  Stéphane-Marie Morgain, La Théologie politique de Pierre de Bérulle (1598-1629), Paris, Publisud, (...)
  • 19  Sur la solidité de la paix henricienne, Michel Cassan, La Grande Peur de 1610. Les Français et l’a (...)

11Une nouvelle aire s’ouvrait ainsi devant Marillac, car, comme son ami Pierre de Bérulle, il avait compris que la seule voie pour éradiquer l’hérésie protestante, était de convaincre le souverain de rechercher cette vieille « solution » par des moyens pacifiques18, puisque les moyens violents avaient échoué. Ceux qu’on appelle les dévots ne furent pas pour rien dans la reprise sanglante de la guerre anti-protestante dans les années 1620. Après l’édit de Nantes, l’extirpation de l’hérésie par la violence n’était plus néanmoins un programme avouable19. Au demeurant, la machine à convertir s’était mise en route et elle permettait d’accueillir ceux qui s’étaient réconciliés à la façon d’Henri IV et qui se comportaient souvent comme des fers de lance de la réforme catholique. Mais Marillac et les hommes du renouveau catholique avaient de la suite dans les idées ; ils avaient aussi la volonté et la capacité d’agir au long terme en profitant de circonstances qu’ils travaillaient à rendre plus favorables. Le mariage du roi avec la nièce du pape, puis la mort du monarque en 1610, ouvrirent des perspectives nouvelles. Dony d’Attichy devient l’intendant des finances de la reine régnante et Michel de Marillac compta quasi naturellement parmi les serviteurs de la nouvelle reine florentine, dont son demi-frère, le futur maréchal de France, était un fidèle. Ce nouveau cours s’inscrivait dans un héritage qui était fait d’hommes et d’expériences communes.

Marillac, Lefèvre de Lezeau, Hinselin et les autres… le fantôme des finances ligueuses

  • 20  Robert Descimon et José Javier Ruiz Ibáñez, Les Ligueurs de l’exil. Le refuge catholique français (...)

12Les « vrais » catholiques souffraient de leur séparation avec leurs frères ligueurs qui étaient partis en Flandres ou en Brabant, contraints et forcés ou bien par conviction20. Pour les dévots de l’intérieur, le combat devait être livré en France et il requérait de mobiliser toutes les forces catholiques. Il convenait donc de favoriser le retour des brebis égarées du côté de l’Escaut.

  • 21  On peut consulter Jean-François Solnon, Les Ormesson au plaisir de l’État, Paris, Fayard, 1992. La (...)
  • 22  M. C., XXIX 121 f° 57, 18 janvier 1609, contrat de mariage.
  • 23  Arch. nat., P 2632, p. 299, 7e office de correcteur, il succède à Pierre Mérault le 2 septembre 16 (...)
  • 24  Voir les travaux en cours de Nicolas Schapira, par exemple sa communication « Microhistoire et mic (...)
  • 25  Par exemple, Stuart Carroll, Noble Power during the French Wars of Religion. The Guise Affinity an (...)
  • 26  Olivier Poncet, « Une utilisation nouvelle de la rente constituée au xvie siècle : les membres du (...)
  • 27  Les hommes du temps en avaient conscience : M. C., LXXIII 91 f° 345, 17 mai 1585, un conflit s’élè (...)

13Cette politique était fille d’une histoire, elle retravaillait en permanence d’anciennes relations de fidélité et d’amitié et produisait des configurations nouvelles. C’est ainsi que semble s’être produite la rencontre de Michel de Marillac et de Nicolas Lefèvre de Lezeau, maître des Requêtes depuis 1618, et bien plus jeune (il était né en 1581)21. Le personnage clef semble avoir été le beau-père de Lezeau22, le correcteur des Comptes Pierre Hinselin (1559-1631)23, qui avait compté parmi les serviteurs dévoués du duc d’Aumale, le plus radical des princes lorrains. Le service de plume24, peu séparable du service d’argent, a aidé dès 1585 à la constitution d’un groupe de contact entre la bourgeoisie « zélée » et les chefs de guerre du parti. L’abondante historiographie qui traite des Guise du point de vue de leurs « clientèles »25, paraît n’avoir jamais envisagé la politique ligueuse sous cet angle. Les secrétaires ou intendants des affaires des princes lorrains assuraient le crédit de la Ligue. Leur fonction était moins de gérer les domaines de leur maître que de lever de l’argent pour la cause sur le marché financier parisien où la concurrence des « partis contraires » était rude26. Ce faisant, ces hommes de conviction prenaient des risques considérables27, car la solvabilité des Grands et leur capacité de rétribuer gracieusement leurs serviteurs étaient incertaines, surtout s’ils étaient vaincus. Le choix catholique (comme le choix protestant) était un parti plus risqué que le choix royaliste. Cet héritage négatif dut être géré jusque dans les années 1610, au moins.

14Une petite généalogie simplifiée n’est pas inutile pour illustrer la configuration en question au sein du parti ligueur, et sa transformation ultérieure.

  • 28  M. C., VIII 409 f° 218, 18 juin 1594, noble homme Pierre Hinselin, sieur de Lincourt, surintendant (...)

15Le service du duc d’Aumale, Grand Veneur de France, qui choisit l’exil à Bruxelles pour ne pas faire sa soumission à Henri IV, poussait vers les positions radicales. Pierre Hinselin, le futur correcteur des Comptes, n’était pas plus modéré que son maître. Il l’accompagna à Amiens en 1594 après la chute de la capitale28. Il est vrai qu’il revint à Paris, alors que son frère aîné choisit un exil définitif, non pas aux Pays-Bas, mais en Franche Comté, où il maria ses enfants (le choix de l’exil provenait peut-être de son incapacité à payer ses dettes et à percevoir ses créances).

  • 29  M. C., XXIX 82 f° 290, 292 et 381, 30 septembre 1587, Jean Hinselin aurait prêté trois fois 4000 é (...)
  • 30  M. C., XXIX 104 f° 243, 6 septembre 1600, Jean Hinselin réclame le contenu de deux cédules signées (...)
  • 31  M. C., LXXXVIII 93, 11 août 1631, Louis Potart, 30 ans, serviteur domestique de monsieur Hinselin, (...)

16Les finances ligueuses et leur faillite suscitèrent, en effet, bien des conflits, quand il fallut payer de ses deniers les emprunts contractés pour la cause catholique29. Jean Hinselin, sieur de La Boulaye, lors d’un séjour à Paris, se plaignait d’avoir été séquestré (par son beau-frère, qualité qu’il passait sous silence)30, mais il maintenait de bonnes relations avec son frère devenu correcteur des Comptes qui accueillait les membres exilés de sa famille lors de leurs séjours parisiens. Les Hinselin offrent un exemple d’autant plus intéressant que Louis Potard, le secrétaire de Lefèvre de Lezeau, lui avait été donné par son beau-père, chez lequel il avait commencé sa carrière de serviteur, Potard qui n’est peut-être pas pour rien dans l’écriture de la Vie du garde des Sceaux31.

Le retour des ligueurs : les auxiliaires du garde des Sceaux, secrétaires et alliés

  • 32  Denis Richet, « La Contre-Réforme catholique en France… », art. cité, p. 86, reconnaissait la sing (...)

17Les conditions du retour des ligueurs de l’exil étaient complexes ; elles supposaient un pari sur un avenir conçu au sein de la réforme catholique. Le rappel des ligueurs était dans un rapport d’homothétie avec la conversion des protestants : les deux promouvaient une sorte d’irénisme par une indulgence croisée : aux uns, on pardonnait leur trahison, aux autres, leur hérésie. Une prime paradoxale était consentie aux réconciliés, car un protestant devenait bon quand il cessait de l’être et l’espoir des conversions, entretenu par la rapidité de leur rythme, poussait les catholiques à l’indulgence. Les capucins se chargeaient des petites gens hérétiques, les oratoriens des plus riches et des plus ou moins puissants. Cependant Marillac semble avoir manifesté plus de réticences que l’évêque Camus ou le cardinal de Bérulle à l’égard des anciens protestants. Parvenu au pouvoir, il tendit à s’entourer de serviteurs dont le passé ligueur était sans reproche, qu’ils aient ou non quitté le royaume32. Et les hommes d’argent tinrent ici encore une place déterminante.

  • 33  M. C., LXXXVI 106, 4 mars 1575, association entre Henri Gamin (une famille qui venait de Cambrai) (...)

18Les financiers des princes lorrains auraient été réduits à l’impuissance sans les banquiers de la Ligue et leurs relations internationales. Ce milieu se trouva étroitement lié à Marillac après son second mariage, sans qu’on puisse être sûr que ce rapprochement fût délibéré. L’exploration des parentés est ici encore suggestive. Le couronnement de l’action de Michel de Marillac fut sans doute d’avoir imposé Jérôme de Hacqueville comme premier président du parlement de Paris en 1627 (il était le double cousin germain de la bru et confidente du garde des Sceaux). Or ce fils d’un grand magistrat ligueur et d’une Hennequin était lié à Marillac par son alliance avec les Gamin et les de Creil, ces grands marchands de la rue Saint-Denis qui, pendant la Ligue, avaient mis leur crédit au service de la cause catholique, sans rejeter l’option espagnole33. S’était tissé autour de ces hommes un réseau dense et solide.

19La sociologie du projet dévot reste largement à explorer. En voici une illustration qui, par rapport à l’exemple précédent des Hinselin, dont les affaires étaient largement secrètes, étale l’insolence de la réussite.

  • 34  M. C., XIV 22 f° 33, 11 février 1618, transaction, et XIV 24 f° 78, 4 mars 1619, partage de la suc (...)

20Marillac puisa largement dans les ressources que lui offraient de telles parentés : sur le plan humain, il y trouva des soutiens efficaces pour mener à bien sa politique ; sur le plan pécuniaire, il profita des grandes ressources de ces anciens banquiers pour sa famille et pour d’autres qui s’alliaient ainsi à lui : René de Marillac avait reçu lors de son mariage en 1611 66 000 livres de son épouse, alors que le couple de Jean de Creil et Adrienne Gamin entendait pratiquer une stricte égalité successorale entre leurs enfants, droit d’aînesse réservé au benjamin, Pierre de Creil qui resta célibataire et compta parmi les bons auxiliaires de Marillac comme greffier du Conseil privé, une charge lucrative et stratégique34. Mais Marillac mobilisa beaucoup plus loin, et même dans le tréfonds de la Ligue radicale exilée.

  • 35  M. C., LXXIII 171 f° 2, 2 janvier 1613, Jacob, qualifié de « faisant les affaires de mlle de Creil (...)
  • 36  M. C., XC 85, 18 mai 1650, décharge réciproque entre Michel 2 de Marillac (le petit-fils du garde (...)
  • 37  Barbe Poncet était fille de Simon Poncet, trésorier et secrétaire du chevalier d’Aumale (le frère (...)
  • 38  M. C., LI 86, 6 janvier 1627, constitution de rente au principal de 9000 livres, que Senault rembo (...)

21Car cette constante remarquable de l’action de Marillac et de ses amis passa aussi par les voies de l’alliance familiale, la belle-famille de Marillac était bien pourvue en cousins pauvres, éprouvés par leur engagement ligueur. Marillac fit très tôt entrer à son service Pierre Senault le jeune, le fils du greffier du conseil d’État de la Ligue, puis de Mayenne, Pierre Senault père, une des figures les plus fidèles, mais aussi les plus intelligentes de l’extrémisme catholique. Pierre I Senault mourut dans les Pays-Bas espagnols et il y eut même un fils, né à Anvers, qui, une fois lui aussi revenu en France, devint le fameux supérieur de l’Oratoire, prédicateur d’Anne d’Autriche et théologien célèbre. Son frère aîné revint en France à une date qu’il n’est pas encore possible de préciser. Dès 1612-1613, il apparaît comme secrétaire de Marillac et il est en affaires35 avec un autre serviteur du clan, Jacques Jacob, qui deviendra l’intendant des Marillac36. Pierre Senault épousa Barbe Poncet, une alliée des Saint Germain (Barbe était cousine de la femme du garde des Sceaux37) et il acheta une charge de secrétaire du roi grâce au prêt que lui consentit la bru de Marillac38. L’aide au retour était donc une politique bien huilée. Ici encore un schéma généalogique n’est pas inutile.

  • 39  M. C., LXXXVI 107 f° 322, 31 juillet 1575, contrat de mariage de Charles Hotman et de Marguerite D (...)
  • 40  M. C., XLVI 48, 10 janvier 1650, inventaire après décès à la requête de Geneviève Chippart, sa veu (...)
  • 41  M. C., XXIII 135, 6 mai 1594, inventaire après décès de Marie Moisy, femme d’Hugues Lemasson, prêt (...)

22Ce schéma généalogique, un peu vertigineux, découvre une sociologie très bourgeoise, mais il dit surtout combien la parenté fonctionnait comme une ressource pour se faire de sûrs dépendants que la proximité de l’alliance contribuait à maintenir dans la fidélité et l’infériorité39. Par Senault fils, on retrouve un autre homme de Marillac : Gabriel Chassebras, général des Monnaies et secrétaire de monseigneur de Marillac, garde des Sceaux de France selon la présentation que donne de lui son contrat de mariage40. On ne peut dire grand-chose du rôle politique que cet érudit tint auprès de Marillac, mais on voit qu’il était le petit gendre d’un Seize, l’avocat Nicolas Chippart, et le fils d’un commissaire au Châtelet aux fortes tendances zélées durant la Ligue. La reconstitution des parentés permet de constater que le commissaire Claude Chassebras avait épousé Marguerite Lemasson, sœur de Marie Lemasson, femme de Pierre 1 Senault et mère de Pierre 2 Senault41 : ces deux secrétaires de Marillac étaient donc cousins germains, puisque leurs mères étaient sœurs.

  • 42  M. C., CV 565, 23 février 1631, contrat de mariage d’Adrien Guitonneau et de Marguerite Doussin qu (...)
  • 43  M. C., CXVII 495 f° 339, 18 juin 1632, il vend l’office de contrôleur des décimes à Soissons, dont (...)
  • 44  M. C., CXVII 612, 13 mars 1687, très pauvre inventaire d’Adrien Guitonneau à la requête de sa fill (...)

23Un autre secrétaire de Marillac a été repéré ; il s’agit d’Alexandre Guitonneau, secrétaire du roi, un personnage plus obscur, dont la famille ne semble pas avoir de rapport avec le passé ligueur. Il était fils d’un bourgeois de Paris, Denis Guitonneau, et se maria avec la fille de l’huissier audiencier au Châtelet, Jean Doussin42. Ce milieu semble celui des petites mains de la compagnie du saint Sacrement. Alexandre Guitonneau se dit « secrétaire de monsieur de Marillac, ci devant garde des Sceaux de France » ou secrétaire de la Chambre du roi en 163243. Devenu secrétaire du roi lui aussi, il mourut très âgé et ruiné en 168744. On n’en sait pas plus de ce personnage à l’étape actuelle de la recherche.

24Sans doute la documentation est-elle trop fragmentaire pour avancer des hypothèses bien fondées. Il serait utile de se demander ce que représentait le service du conseiller d’État, puis contrôleur général des finances et garde des Sceaux, pour ces enfants plus ou moins perdus de la Ligue : la continuation du combat catholique, un établissement, l’intérêt et l’importance des fonctions, l’espoir d’une ascension sociale, … ? Mais il est à noter qu’aucun des hommes de Marillac ne connut la réussite. Peut-être la communauté d’opinion religieuse et de l’héritage politique formait-elle le ciment d’un groupe soudé par le dévouement à l’homme providentiel.

Conclusion

  • 45  Michel de Certeau, La Fable mystique xvie-xviie siècles, Paris, Gallimard, 1982, p. 35.

25Constat en marge de cette étude : la théorie des clientèles ne dit pas grand-chose des pratiques politiques et sociales dont la description vient d’être esquissée. La parenté paraît une clef beaucoup plus utile. Les maillages parentélaires tâchaient de donner de la robustesse à la mouvance dévote, alors que les protestants et même les catholiques royaux paraissaient sur la défensive. Les héritiers du parti catholique jouissaient en apparence d’une capacité d’action largement supérieure. Cependant leur action semblait miner par l’ambiguïté qu’ils avaient instaurée en investissant à leurs fins le « modèle étatique ». La contradiction est énoncée en ces termes par Michel de Certeau : « la place qu’avait jadis l’hérésie face à une orthodoxie religieuse est désormais occupée par une orthodoxie religieuse qui se distingue d’une orthodoxie politique »45.

  • 46  Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature, Paris, Gallimard, 2000. Id., La Main de Richeli (...)
  • 47  On oppose ici, non sans un schématisme qui a ses angles morts, Olivier Christin, La Paix de religi (...)

26Car cette configuration politique éphémère fut congédiée à la fin des années 162046, la Journée des dupes (qui vit la chute des Marillac les 10 et 11 novembre 1630) marquant l’épilogue du combat des anciens ligueurs. Leur défaite fut aussi brusque que sans remède. Mais ce changement d’époque ne doit pas être anticipé. Une étude comme celle qui vient d’être menée, extraordinairement difficile dans sa réalisation archivistique et extrêmement fragile dans les conclusions que l’on peut en tirer, a au moins le mérite, à mon sens, de rendre très peu vraisemblables certains discours historiographiques, celui des « paix de religion » et celui de l’autonomisation de la pensée politique, au premier chef, car ces discours ne prennent pas en compte la nature théologico-politique de la monarchie absolue de cette époque, qui fut le temps théologico-politique par excellence47. La paix pour les catholiques absolus est un moyen de mener la guerre jusqu’à la victoire finale, c’est-à-dire l’éradication de l’hérésie du royaume de France. Cette déraison politique, non seulement se nourrissait d’un aliment théologique, sans laquelle elle eut été à proprement parler impensable, mais elle investissait les structures ecclésiales dans son projet de réformation du royaume : si « l’Église était dans l’État », c’était pour que l’État fasse la politique réformatrice de l’Église. « ‘Réformer’, c’est refaire les formes », notait Certeau. C’est pourquoi le choix que proposait à la France la mouvance dite dévote, dont Marillac était le bras politique, était très autoritaire et, pour lâcher le mot, ultra absolutiste. Cette nouvelle politique prenait acte de la défaite des modes d’action (au moins parisiens) de la sainte Ligue, depuis le catholicisme corporatif jusqu’à l’extension des pratiques civiques électives contre la vénalité des charges publiques. Le combat catholique avait changé de forme, mais non pas d’objectif, même si la tentative d’instrumentation anti-protestante de la monarchie apparaît comme un projet qui dépassait les capacités de ses acteurs et partisans aveuglés par leur « dévotion ». L’ambiguïté qui entourait le cours monarchique dans la première moitié du xviie siècle a ainsi créé une arène de combats politiques, pour choisir un mot qui expose au risque de l’anachronisme, mais elle a aussi créé cette conjoncture malheureuse, « tragique », qui servit de terreau aussi bien à la mystique du siècle dit des « saints » qu’aux premières formes du refus janséniste et à la contestation libertine. Double fragilisation de l’Église et de l’État. Tel fut, sans doute, l’héritage vrai de la politique dévote.

Haut de page

Notes

1  Anciennement, Édouard Éverat, Michel de Marillac, sa vie ses œuvres, Riom, Jouvet, 1894. Voir les travaux de Donald A. Bailey, éd., La Vie de Michel de Marillac (1560-1632), garde des Sceaux de France sous Louis XIII, Québec, Les Presses de l’Université de Laval, 2007, introduction p. XXV-LXX, et « Sainte Louise de Marillac’s Uncle. Louis XIII’s Garde des Sceaux, Michel de Marillac (1560-1632) », Vicentian Heritage, 30/2, 2011, p. 91-104.

2  Au milieu d’une bibliographie immense, citons Denis Richet, « La Contre-Réforme catholique en France dans la première moitié du xviie siècle », dans De la Réforme à la Révolution. Études sur la France moderne, Paris, Aubier, 1991, p. 83-95.

3  Sur les cercles mystiques liés à la reine Marie de Médicis, Daniel Vidal, Critique de la raison mystique. Benoît de Canfield. Possession et dépossession au xviie siècle, Grenoble, Jérôme Million, 1990, p. 102 (« la cohorte des Marillac »), 107-108 et passim.

4  Michel De Waele, Les Relations entre le parlement de Paris et Henri IV, Paris, Publisud, 2000, p. 192-213. Le rôle de Marillac dans l’arrêt Lemaitre n’est guère documenté en dehors de son témoignage personnel.

5  Pierre de L’Estoile, Journal pour le règne de Henri IV, t. 1, 1589-1600, Paris, Gallimard, 1948, p. 391.

6  Arch. nat., Z1h 92, 14 février 1595.

7  Minutier central des notaires parisiens (désormais M. C.), III 536, 17 février 1595, inventaire après décès de René Hennequin ; inventaire après décès de Marie de Marillac, ibid., 21 avril 1594.

8  Olivier Poncet, Pomponne de Bellièvre (1529-1607), Paris, École des Chartes, 1998, p. 228-229. Marillac accompagna, entre autres, Bellièvre au voyage de Marseille en 1600 pour aller accueillir Marie de Médicis.

9  M. C., VIII 204, 25 décembre 1549, l’avocat général Gabriel de Marillac avait acquis Ferrières moyennant le paiement des dettes des vendeurs montant à 17 409,5 livres, une somme assez considérable à l’époque. Arch. nat., 1 AP 602, partage du 20 décembre 1593, reconnu devant Aleaume et Trouvé (non consultable), 22 avril 1595. Partage provisionnel devant Herbin et Bruslé le 20 juin 1580.

10  M. C., XIX 255, 19 janvier 1573, Guillaume de Marillac, quelques jours avant sa mort, avait acheté cette terre pour 625 livres sur l’Hôtel de Ville, soit un capital de 7500 livres.

11  Ferrières fut cédé à un financier connu, Étienne Regnault, qui fit bientôt faillite. CVII 84, 15 novembre 1604, la terre est adjugée sur lui à André Dulaurens, médecin du roi, pour 82 500 livres. La seigneurie de Ferrières avait été échangée contre des rentes (XC 38, 17 septembre 1632, titre 185, les 28 avril 1594 (Rossignol et Trouvé) et 4 octobre 1595 (Alleaume et Trouvé)). Les minutes de Claude Trouvé sont trop détériorées pour être consultées.

12  M. C., CVII 99, 13 septembre 1601, inventaire après décès de Marguerite Barbes, titre 3, 24 novembre 1597 (Lejars et Trouvé), bail de Farinvillier par Louis et Michel de Marillac pour neuf ans, moyennant un fermage de 300 écus, les six premières années, et 306 écus 40 sols, les trois suivantes (acte aussi analysé dans l’inventaire après décès de Louis de Marillac, CVII 99, 25 juillet 1604, titre 194). M. C., LI 86, 29 juin 1627, Farinvillier fut finalement vendu par Michel de Marillac et par le mari de sa nièce (Innocente de Marillac) pour 42 500 livres. On notera l’appréciation de la valeur de cette terre depuis 1593-1595.

13  M. C., CVII 86, 1er juillet 1605, elle résidait sur sa terre de « Tournebuz » ou Tournebus, près de Gaillon, dont son fils Louis, le futur maréchal prit tôt le titre de seigneur.

14  M. C., XIX 245, 18 juin 1570, contrat de mariage de Marie de Marillac et de René Hennequin.

15  M. C., LXVIII rép. 1, 1er mars 1614, mention de l’inventaire après décès de Dony d’Attichy ; ibid., 8 avril 1616, mention de l’inventaire après décès de Valence de Marillac (documents non conservés).

16  M. C., LXXXVII 47, 2 mars 1579, partage et inventaire Amelot, titre 39, analyse du contrat de mariage.

17  Jacques, l’aîné, seigneur de Carnetin, fut président des requêtes du Palais, le puîné Jean, seigneur de Gournay, fut maître des requêtes de l’Hôtel, président au Grand Conseil, conseiller d’État et direction des Finances, le cadet Denis, seigneur de Chaillou, aussi maître des requêtes, qui mourut doyen. M. C., XC 114, 21 juillet 1636, l’inventaire après décès de Charlotte Girard, la femme de Jacques Amelot, donne les références de l’inventaire après décès du président Jean Amelot (le premier mari de Marie de Saint Germain), le 13 mars 1600, devant Simon et Jean Repérant, notaires dont les minutes ne sont pas conservées, et des partages de sa succession (les 8 et 17 janvier 1602) qui ne sont pas non plus conservés (seuls ces documents auraient permis de mesurer l’intérêt économique qu’avait éventuellement pour Marillac ce mariage qui avait toute chance d’être stérile). Il est à noter que le second fils (Jean) de Marie de Saint Germain, épousa en 1606 Catherine de Creil dont la sœur Anne épousa en 1611 René de Marillac, le fils aîné de Michel et de Marguerite Barbes.

18  Stéphane-Marie Morgain, La Théologie politique de Pierre de Bérulle (1598-1629), Paris, Publisud, 2001, avec la préface de Robert Descimon, p. 11-24.

19  Sur la solidité de la paix henricienne, Michel Cassan, La Grande Peur de 1610. Les Français et l’assassinat d’Henri IV, Seyssel, Champ Vallon, 2010. Sur ce processus de catharsis, Denis Crouzet, (« Les fondements idéologiques de la royauté d'Henri IV », Henri IV, le roi et la reconstruction du royaume, Pau, Association Henri IV 89, 1989, p. 165-194, et Les Guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion vers 1525-vers 1610, Seyssel, Champ Vallon, 1990, t. II, p. 541-619.

20  Robert Descimon et José Javier Ruiz Ibáñez, Les Ligueurs de l’exil. Le refuge catholique français après 1594, Seyssel, Champ Vallon, 2005.

21  On peut consulter Jean-François Solnon, Les Ormesson au plaisir de l’État, Paris, Fayard, 1992. La liaison entre les deux hommes s’était aussi consolidée par la construction d’intérêts communs : M. C., LI 86, 13 mars 1627, Marie de Creil, veuve de René de Marillac (le fils de Michel), et Lefèvre de Lezeau baillent à ferme le greffe de l’Élection de Pont au Demer dont ils sont engagistes.

22  M. C., XXIX 121 f° 57, 18 janvier 1609, contrat de mariage.

23  Arch. nat., P 2632, p. 299, 7e office de correcteur, il succède à Pierre Mérault le 2 septembre 1600 et sera remplacé par son fils, Pierre 2, le 11 décembre 1631. Pierre Mérault doit être identifié avec le trésorier du duc d’Aumale durant la Ligue (M. C., XXIX 104 f° 369, 24 octobre 1600, où il est qualifié de naguères correcteur des Comptes) : époux de Catherine Charpentier (M. C., XXXVI 163, 31 mai 1639, inventaire après décès de sa femme), il devint le richissime receveur des consignations des Requêtes du Palais. L’office circulait donc entre anciens serviteurs de la maison d’Aumale. Émile Raunié, éd., Épitaphier du Vieux Paris, t. II, Paris, Imprimerie nationale, 1893, p. 186, n° 690, épitaphe de Pierre Hinselin et de Marie Denetz aux carmélites de la rue Chapon, qui évoque leurs œuvres pieuses, en particulier la direction de la Compagnie de la Miséricorde qui assistait les prisonniers et les pauvres communautés.

24  Voir les travaux en cours de Nicolas Schapira, par exemple sa communication « Microhistoire et microphysique du pouvoir. Les secrétaires particuliers d’Ancien Régime, un objet pour une histoire relationnelle de l’action politique », colloque Microhistoire et pratiques historiennes. Échelles, acteurs, formes narratives, Antoine Franzini et Didier Lett, coordinateurs, Université de Paris-Est Marne la Vallée, mai 2012.

25  Par exemple, Stuart Carroll, Noble Power during the French Wars of Religion. The Guise Affinity and the Catholic Cause in Normandy, Cambridge U. P., 1998. L’horizon explicatif de ces travaux reste la manipulation par les princes de populations urbaines dépourvues d’autonomie politique.

26  Olivier Poncet, « Une utilisation nouvelle de la rente constituée au xvie siècle : les membres du Conseil de finance au secours d’Henri III », Bibliothèque de l’École des chartes, 151/2, 1993, p. 305-357, montre que le souverain lui-même était désormais contraint de procéder de la même façon que ses ennemis (les princes huguenots ou ligueurs), c’est-à-dire d’emprunter en constituant des rentes grâce à la garantie de ses financiers qui hypothéquaient pour leur maître leurs biens personnels. C’est ce qui donna son acuité à la question de la garantie des rentes après 1594 (Katia Béguin, Financer la guerre que xviie siècle. La dette publique et les rentiers de l’absolutisme, Seyssel, Champ Vallon, 2012, p. 27-51).

27  Les hommes du temps en avaient conscience : M. C., LXXIII 91 f° 345, 17 mai 1585, un conflit s’élève entre l’avocat René Choppin, qui sera un grand partisan de la Ligue, et son gendre Jean Besnard, aussi avocat : Besnard avait reçu 1000 écus de son père afin d’être employés en rentes pour la sûreté des conventions matrimoniales (autrement dit du douaire de la fille de Choppin). Choppin veut placer l’argent sur le duc d’Aumale, Besnard répond qu’il a trouvé « marchands du pays de Berry solvables et cautionnez pour mectre lesd. 1000 escuz a rente »… Arbitrage entre deux risques ! Placer son argent est toujours un acte politique. Cependant les créanciers du duc ne se recrutaient pas chez ses fidèles (M. C., LI 1, 27 août 1607, délibération des créanciers du duc et de la duchesse d’Aumale, où on repère Besnard).

28  M. C., VIII 409 f° 218, 18 juin 1594, noble homme Pierre Hinselin, sieur de Lincourt, surintendant des affaires de monseigneur le duc d’Aumale, demeurant à Amiens…

29  M. C., XXIX 82 f° 290, 292 et 381, 30 septembre 1587, Jean Hinselin aurait prêté trois fois 4000 écus (soit 12 000 écus, 36 000 livres tournois) au duc d’Aumale, agissant par son secrétaire, Claude Foucher, sous les noms de Philibert Gobelin, Jean Leclerc (Bussy-leclerc) et Martin Rolland. Ces créances et les procès à fronts renversés qu’elles provoquèrent empoisonnèrent les relations familiales après 1594.

30  M. C., XXIX 104 f° 243, 6 septembre 1600, Jean Hinselin réclame le contenu de deux cédules signées le 4 novembre 1585 aux héritiers (donc ses neveux, fils de sa sœur) de Denis Rubentel qu’il qualifie de « trésorier général de la Ligue sous le feu sieur de Guise », puis simplement de « trésorier de la Ligue ». Josias de Taverny, le troisième époux de sa sœur, lui a arraché un compte par force en le faisant séquestrer chez le commissaire Jacquet, encore un ligueur activiste. XIX 385 n° 183, 1er août 1618, le cessionnaire de Hinselin, Antoine de Thiboutot, chevalier, un officier militaire de l’entourage des Guise, époux de Catherine de Florette, semble-t-il spécialisé dans la reprise de telles créances douteuses sur les princes lorrains, renonce à faire valoir ses droits à l’égard d’Étienne Rubentel, religieux à Saint-Denis, fils de Denis.

31  M. C., LXXXVIII 93, 11 août 1631, Louis Potart, 30 ans, serviteur domestique de monsieur Hinselin, correcteur des Comptes, raconte qu’en octobre 1624, le gendre franc-comtois de Jean Hinselin, sieur de la Boulaye, mourut de la peste chez Pierre Hinselin et que sa veuve se réfugia chez Lefèvre de Lezeau.

32  Denis Richet, « La Contre-Réforme catholique en France… », art. cité, p. 86, reconnaissait la singularité de Marillac « par la cohérence de son engagement politique, en dépit des apparences ».

33  M. C., LXXXVI 106, 4 mars 1575, association entre Henri Gamin (une famille qui venait de Cambrai) et Jean de Creil, et contrats de mariage entre Jean de Creil et Adrienne Gamin et de Henri Gamin et de Denise de Creil. BNF, f. fr. 3997 (mémoires du temps de la Ligue) f° 89, été 1593, qualifie Henri Gamin de banquier ordinaire des ministres du roi d’Espagne. Pierre de L’Estoile, Journal pour le règne de Henri IV, Paris, Gallimard, 1948, t. 1 (1589-1600), p. 197, 17 novembre 1592, ironise sur le mariage entre le fils du président de Hacqueville et  Élisabeth Gamin (il se fait l’écho d’une rumeur incroyable qui estimait la dot à 30 000 ou 40 000 écus, soit 120 000 livres tournois). M. C., LI 261, 8 juin 1644, inventaire après décès de la veuve du premier président, titre 1, analyse du contrat de mariage devant Filesac et Repérant, le 13 novembre 1592, notaire dont, on l’a vu à propos du second mariage de Michel de Marillac,  les minutes ne sont pas conservées.

34  M. C., XIV 22 f° 33, 11 février 1618, transaction, et XIV 24 f° 78, 4 mars 1619, partage de la succession d’Adrienne Gamin. Les contrats de mariage des quatre filles aînées (passés chez Repérant) ne sont pas conservés, mais analysés dans les partages. XIV 24 f° 33, 24 janvier 1619, contrat de mariage de Gilles 2 Maupeou, fils du contrôleur général des finances qui s’était converti au calvinisme en 1600 (Jacques Pannier, L’Église réformée de Paris Sous Henri IV, Paris, Champion, 1911, p. 193-194), avec Anne de Creil, la dernière des filles : elle mettait 25 000 livres dans la communauté pour un douaire de 1500 livres de rente, si un enfant survivait, 2000, si non, et un préciput de 4000 livres. La méfiance à l’égard de ce gendre s’exprime sous la plume du notaire dans le partage du 4 mars 1619, cité à la note précédente : « un sieur maître Gilles de Maupeou, sieur d’Ableiges »…

35  M. C., LXXIII 171 f° 2, 2 janvier 1613, Jacob, qualifié de « faisant les affaires de mlle de Creil », reconnaît avoir transporté à Pierre Senault, qualifié de secrétaire de monsieur de Marillac, conseiller du roi en ses Conseils d’État et privé, une rente moyennant 600 livres. Mademoiselle de Creil n’est autre qu’Adrienne Gamin.

36  M. C., XC 85, 18 mai 1650, décharge réciproque entre Michel 2 de Marillac (le petit-fils du garde des Sceaux), maître des Requêtes, et les deux enfants (héritiers par bénéfice d’inventaire) de Jacques Jacob qui était devenu avocat au Conseil. Jacob avait géré les affaires du garde des Sceaux, du maréchal Louis de Marillac et de Marie de Saint Germain, épouse, puis veuve, de Michel, le garde des Sceaux. Mais sa gestion avait été mise en cause et l’accord de mai 1650 déchargeait ses héritiers moyennant le paiement de 500 livres (promesse du 12 septembre 1639), de 859 livres (promesse du 24 décembre 1635) et encore de 1194 livres 1 sol pour plusieurs quartiers d’arrérages de rente que Jacob avait perçus au nom des Marillac.

37  Barbe Poncet était fille de Simon Poncet, trésorier et secrétaire du chevalier d’Aumale (le frère cadet du duc, ce prince était très proche des seize), puis trésorier du duc de Mayenne, et de Marie de Saint Germain, fille du maître des Comptes Denis de Saint Germain. Cette Marie de Saint Germain était la cousine germaine de son homonyme, l’épouse en secondes noces de Michel de Marillac, fille de Jean de Saint Germain, vendeur de bétail à pied fourché, frère aîné de Denis, le maître des Comptes. Voir la notice Poncet (n° 188, p. 206) de Qui étaient les Seize ?, op. cit., que la présente note rectifie. M. C., XVI 10, 15 février 1591, contrat de mariage de Simon Poncet et de Marie de Saint Germain. LXVIII 98, 13 février 1613, un Pierre de Saint Germain est secrétaire de dame Anne d’Acquaviva, comtesse douairière de Châteauvillain, la bru de Valence de Marillac et d’Octavien Dony.

38  M. C., LI 86, 6 janvier 1627, constitution de rente au principal de 9000 livres, que Senault remboursa d’ailleurs dès le 23 juin de la même année.

39  M. C., LXXXVI 107 f° 322, 31 juillet 1575, contrat de mariage de Charles Hotman et de Marguerite Delacroix. CXXII 1286, 19 septembre 1559, testament de Barbe Pellerin, veuve de Geoffroy Delacroix et femme de Jean 1 de Saint Germain. CXXII 166, 30 mai 1555, contrat de mariage de Denis de Saint Germain et de Jacqueline Bouette… En fait, le réseau de parenté était plus resserré  encore : M. C., XVI 7, 5 janvier 1588, contrat de mariage d’Opportune Delacroix, fille de Nicolas, commissaire au Châtelet, frère de Jacques Delacroix, le père de l’épouse de Charles Hotman, avec un procureur au parlement nommé André Petit, dont Pierre 1 Senault, procureur au parlement et commis au Greffe civil, est dit beau-frère (sa femme était Marie Lemaçon), sans doute à cause d’une première épouse qui appartenait à la fratrie Lemaçon.

40  M. C., XLVI 48, 10 janvier 1650, inventaire après décès à la requête de Geneviève Chippart, sa veuve. Très belle bibliothèque avec livres scientifiques, collections de cartes et instruments de musique. Chassebras avait été pourvu général des Monnaies le 4 août 1627 et reçu le 23 mars 1628, quelques jours avant son mariage du 3 avril. Bibliothèque de la Sorbonne, ms 1005, recueil de pièces diverses (« ce présent livre est escrit de la main de M. Gabriel Chassebras, vivant sieur de la Grand’Maison, conseiller général en la cour des Monnaies, décédé à Paris le 20 octobre 1649 »). À noter que la veuve renonce à la communauté, signe d’affaires embarrassées. II 174, 17 juin 1614, inventaire après décès de Marguerite Lemaçon, veuve de Claude Chassebras, commissaire au Châtelet, mort en 1614. Il avait été exilé de Paris par Henri IV en mars 1594.

41  M. C., XXIII 135, 6 mai 1594, inventaire après décès de Marie Moisy, femme d’Hugues Lemasson, prêtre, chanoine de Chartres (ancien principal commis au greffe du parlement et secrétaire du roi, il était apparemment entré dans les ordres dès son veuvage), à la requête de ses fils et filles, dont Jeanne et Marguerite. Pierre de L’Estoile, Journal pour le règne de Henri IV, Paris, Gallimard, 1948, t. I (1589-1600), p. 82, novembre 1590, signale qu’on l’appelait « le père des Seize » et qu’il avait fait construire une tombe aux Saints-Innocents pour sa femme et lui-même.

42  M. C., CV 565, 23 février 1631, contrat de mariage d’Adrien Guitonneau et de Marguerite Doussin qui apporte une dot de 13 500 livres, dont 12 000 en deniers comptant.

43  M. C., CXVII 495 f° 339, 18 juin 1632, il vend l’office de contrôleur des décimes à Soissons, dont il portait le titre à son contrat de mariage, moyennant 7000 livres. Ibid., f° 371, 18 juillet, il vend pour 6800 livres un office de contrôleur héréditaire des bariliers des salines de la ville de Paris.

44  M. C., CXVII 612, 13 mars 1687, très pauvre inventaire d’Adrien Guitonneau à la requête de sa fille, fille majeure et procuratrice de son frère, aumônier du roi et chanoine d’Arras. CXVII 604, 4 février 1681, inventaire après décès de son fils aîné, Adrien II Guitonneau, écuyer, premier valet de chambre du roi, tout petit inventaire d’un homme dont la vie semble s’être passée à voyager.

45  Michel de Certeau, La Fable mystique xvie-xviie siècles, Paris, Gallimard, 1982, p. 35.

46  Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature, Paris, Gallimard, 2000. Id., La Main de Richelieu ou le pouvoir cardinal, Paris, Gallimard, 1991. Sylvio Hermann de Franceschi, « La genèse française du catholicisme d’état et son aboutissement au début du ministériat de Richelieu. Les catholiques zélés à l’épreuve de l’affaire Santarelli et la clôture de la controverse autour du pouvoir pontifical au temporel (1626-1627) », Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France, 2001, Paris, 2003, p. 19-63. Id., La Crise théologico-politique du premier âge baroque. Antiromanisme doctrinal, pouvoir pastoral et raison du prince : le Saint-Siège face au prisme français (1607-1627), Rome, École française, 2009.

47  On oppose ici, non sans un schématisme qui a ses angles morts, Olivier Christin, La Paix de religion. L’autonomisation de la raison politique au xvie siècle, Paris, Seuil, 1997, à Marcel Gauchet, « L’État au miroir de la raison d’État : la France et la chrétienté », dans Yves-Charles Zarka, éd., Raison et déraison d’État, Paris, PUF, 1994, p. 193-244 (cf. les études contenues dans Miroirs de la raison d’État, Cahiers du Centre de recherches historiques, 20, 1998), à Marie-France Renoux-Zagamé, « Du juge-prêtre au roi-idole. Droit divin et constitution de l’État dans la pensée juridique française à l’aube des Temps modernes », dans Le Droit entre laïcisation et néo-sacralisation, Jean-Louis Thireau, dir., Paris, PUF, 1997, p. 143-186 ; à Sylvio Hermann De Franceschi, « Ambiguïtés historiographiques du théologico-politique », Revue historique, n° 643, 2007/3, p. 653-685, qui, note 18, avance que la locution « théologico-politique » apparaîtrait pour la première fois dans Laurentius a Dript, Antidecalogus theologico-politicus reformatus, Cologne, 1612 (ce qui est un argument fort pour voir dans les premières années du xviie siècle le temps où la nécessité de ce concept s’imposa).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Descimon, « Marillac et ses hommes : reconstruire l’activisme catholique après la Ligue », Les Dossiers du Grihl [En ligne], La Vie de Michel de Marillac et les expériences politiques du garde des sceaux, mis en ligne le 11 juillet 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5431

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org