Navigation – Plan du site
Le Pari-de-Pascal, chapitres détachés

I - Ponctuer ; Le Guern : l'impossible dialogisme

Alain Cantillon

Notes de l’auteur

Ce chapitre détaché est à lire comme une partie du livre Le Pari-de-Pascal étude littéraire d'une série d'énonciations, Paris,Vrin/Ehess, collection Contextes, 2014

Texte intégral

1La ponctuation Le Guern se distingue par un usage exclusif du tiret.

  • 1  Ici, appel d'une note de bas de page donnant le segment [23].
  • 2  Autre variante: les autres éditions donnent ici le verbe "a".
  • 3  Autre variante. Dans Sellier et Brunschvicg il n'y a pas de conjonction ici.
  • 4  Ici, appel d'une note de bas de page donnant le segment [19].
  • 5  Sic. Autre variante, variation d'une lettre, à un « i » près: « agirez » ou « agiriez »? Nous touc (...)
  • 6  Même leçon que dans Brunschvicg.
  • 7  Ici, appel d'une note de bas de page donnant les segments [30 et 27].
  • 8  Extrême littéralisme puisque cette transcription publie ce qui peut être considéré avec une forte (...)

     Parlons maintenant selon les lumières naturelles.
     S'il y a un Dieu, il est infiniment incompréhensible, puisque, n'ayant ni parties ni bornes, il n'a nul rapport à nous. Nous sommes donc incapables de connaître ni ce qu'il est, ni s'il est. Cela étant, qui osera entreprendre de résoudre cette question? Ce n'est pas nous, qui n'avons aucun rapport à lui.
     Qui blâmera donc les chrétiens de ne pouvoir rendre raison de leur créance, eux qui professent une religion dont ils ne peuvent rendre raison? Ils déclarent en l'exposant au monde que c'est une sottise, stultitiam1, et puis vous vous plaignez de ce qu'ils ne la prouvent pas. S'ils la prouvaient, ils ne tiendraient pas parole. C'est en manquant de preuve qu'ils ne manquent pas de sens. – Oui, mais encore que cela excuse ceux qui l'offrent telle, et que cela les ôte du blâme de la produire sans raison, cela n'excuse pas ceux qui la reçoivent. – Examinons donc ce point, et disons : Dieu est ou il n'est pas; mais de quel côté pencherons-nous? La raison n'y peut rien déterminer. Il y a un chaos infini qui nous sépare. Il se joue un jeu à l'extrémité de cette distance infinie, où il arrivera croix ou pile. Que gagerez-vous ? Par raison, vous ne pouvez faire ni l'un ni l'autre ; par raison, vous ne pouvez défendre nul des deux.
     Ne blâmez donc pas de fausseté ceux qui ont pris un choix, car vous n'en savez rien. – Non, mais je les blâmerai d'avoir fait non ce choix, mais un choix, car encore que celui qui prend croix et l'autre soient en pareille faute, ils sont tous deux en faute; le juste est de ne point parier.
     – Oui, mais il faut parier. Cela n'est pas volontaire, vous êtes embarqué. Lequel prendrez-vous donc? Voyons, puisqu'il faut choisir, voyons ce qui vous intéresse le moins. Vous avez deux choses à perdre, le vrai et le bien, et deux choses à engager, votre raison et votre volonté, votre connaissance et votre béatitude, et votre nature2 deux choses à fuir, l'erreur et la misère. Votre raison n'est pas plus blessée, puisqu'il faut nécessairement choisir, en choisissant l'un que l'autre. Voilà un point vidé. Mais votre béatitude? Pesons le gain et la perte en prenant croix que Dieu est. Estimons ces deux cas: si vous gagnez, vous gagnez tout, et3 si vous perdez, vous ne perdez rien; gagez donc qu'il est sans hésiter4. Cela est admirable. – Oui, il faut gager, mais je gage peut-être trop. – Voyons, puisqu'il y a pareil hasard de gain et de perte, si vous n'aviez qu'à gagner deux vies pour une, vous pourriez encore gager, mais s'il y en avait trois à gagner, il faudrait jouer (puisque vous êtes dans la nécessité de jouer) et vous seriez imprudent, lorsque vous êtes forcé à jouer, de ne pas hasarder votre vie pour en gagner trois à un jeu où il y a pareil hasard de perte et de gain. Mais il y a une éternité de vie et de bonheur. Et cela étant, quand il y aurait une infinité de hasards dont un seul serait pour vous, vous auriez encore raison de gager un pour avoir deux, et vous agirez5 de mauvais sens, étant obligé à jouer, de refuser de jouer une vie contre trois à un jeu où d'une infinité de hasards il y en a un pour vous, s'il y avait une infinité de vie infiniment heureuse à gagner: mais il y a ici une infinité de vie infiniment heureuse à gagner, un hasard de gain contre un nombre fini de hasards de perte, et ce que vous jouez est fini. Cela ôte tout parti partout où est l'infini et où il n'y a pas infinité de hasards de perte contre celui de gain. Il n'y a point à balancer, il faut tout donner. Et ainsi quand on est forcé à jouer, il faut renoncer à la raison pour garder la vie plutôt que de la hasarder pour le gain infini aussi prêt à arriver que la perte du néant.
     Car il ne sert de rien de dire qu'il est incertain si on gagnera, et qu'il est certain qu'on hasarde, et que l'infinie distance qui est entre la certitude de ce qu'on expose et l'incertitude de ce qu'on gagnera égale le bien fini qu'on expose certainement à l'infini qui est incertain. Cela n'est pas ainsi. Tout joueur hasarde avec certitude pour gagner avec incertitude, et néanmoins il hasarde certainement le fini pour gagner incertainement le fini, sans pécher contre la raison. Il n'y a pas infinité de distance entre cette certitude de ce qu'on s'expose et l'incertitude du gain; cela est faux. Il y a, à la vérité, infinité entre la certitude de gagner et la certitude de perdre, mais l'incertitude de gagner est proportionnée à la certitude de ce qu'on hasarde selon la proportion des hasards de gain et de perte. Et de là vient que s'il y a autant de hasards d'un côté que de l'autre, le parti est à jouer égal contre égal. Et alors la certitude de ce qu'on s'expose est égale à l'incertitude du gain, tant s'en faut qu'elle en soit infiniment distante. Et ainsi notre proposition est dans une force infinie, quand il y a le fini à hasarder, à un jeu où il y a pareils hasards de gain que de perte, et l'infini à gagner.
     Cela est démonstratif et, si les hommes sont capables de quelque vérité, celle-là l'est.
     – Je le confesse, je l'avoue, mais encore n'y a-t-il point moyen6 de voir le dessous du jeu? – Oui, l'Écriture, et le reste, etc. – Oui, mais j'ai les mains liées et la bouche muette, on me force à parier, et je ne suis pas en liberté, on ne me relâche pas, et je suis fait d'une telle sorte que je ne puis croire. Que voulez-vous donc que je fasse? – Il est vrai, mais apprenez au moins que votre impuissance à croire vient de vos passions, puisque la raison vous y porte et que néanmoins vous ne le pouvez. Travaillez donc non pas à vous convaincre par l'augmentation des preuves de Dieu, mais par la diminution de vos passions7. Vous voulez aller à la foi et vous n'en savez pas le chemin. Vous voulez vous guérir de l'infidélité et vous en demandez les remèdes, apprenez de ceux, etc.8, qui ont été liés comme vous et qui parient maintenant tout leur bien. Ce sont gens qui savent ce chemin que vous voudriez suivre et guéris d'un mal dont vous voulez guérir; suivez la manière par où ils ont commencé. C'est en faisant tout comme s'ils croyaient, en prenant de l'eau bénite, en faisant dire des messes, etc. Naturellement même cela vous fera croire et vous abêtira. – Mais c'est ce que je crains. – Et pourquoi? Qu'avez-vous à perdre? Mais pour vous montrer que cela y mène, c'est que cela diminue les passions, qui sont vos grands obstacles, etc.

     Fin de ce discours.
     Or quel mal vous arrivera-t-il en prenant ce parti? Vous serez fidèle, honnête, humble, reconnaissant, bienfaisant, ami, sincère, véritable... À la vérité, vous ne serez point dans les plaisirs empestés, dans la gloire, dans les délices, mais n'en aurez-vous point d'autres ?
      Je vous dis que vous y gagnerez en cette vie, et que, à chaque pas que vous ferez dans ce chemin, vous verrez tant de certitude du gain, et tant de néant de ce que vous hasardez, que vous connaîtrez à la fin que vous avez parié pour une chose certaine, infinie, pour laquelle vous n'avez rien donné.
     – Ô ce discours me transporte, me ravit, etc. – Si ce discours vous plaît et vous semble fort, sachez qu'il est fait par un homme qui s'est mis à genoux auparavant et après, pour prier cet être infini et sans parties, auquel il soumet tout le sien, de se soumettre aussi le vôtre pour votre propre bien et pour sa gloire, et qu'ainsi la force s'accorde avec cette bassesse.

2Les tirets, dont l'utilisation est ici liée à l'absence de guillemets, donnent l'impression d'une répartition proprement dialogique, qui instaurerait une quasi-équivalence entre les deux composantes qu'ils introduisent. Pourtant, cette construction est troublée par la présence de paragraphes sans marque.

3La double contrainte d’une part de respect de ce qui peut être considéré comme la segmentation des traits d’écriture autographes, et de l’autre d’expression du sens de cet autographe, en l’occurrence, pour ce qui nous préoccupe en cet instant, le fait que ces traits donnent à entendre une conversation, conduit à placer en contiguïté des paragraphes qui, dans leur grande majorité, ne commencent pas par une marque d’interlocution. À chaque paragraphe non marqué rejaillit l'incertitude déjà relevée à propos des éditions que nous venons d'analyser: est-ce la poursuite, mais sans marque, de l'énonciation de la composante « directive » marquée par un tiret, ou bien l'irruption d'une autre composante directive – car la composante d’ouverture de paragraphe sans marque est bien aussi dans Le Guern toujours directive –, mais englobante quant à elle?

4Si la mise en page signalait chaque changement de composante par un alinéa et un tiret, alors un alinéa sans tiret ne pourrait être lu autrement que comme la marque du début d'un nouveau paragraphe de la composante déjà énonciatrice de la fin du paragraphe précédent ; mais comme, bien souvent, un même paragraphe fait alterner les deux composantes marquées, chaque lecture doit affronter l'alternative que nous venons de relever : une seule composante directive, ou deux, l'une d'entre elles de surcroît englobante.

  • 9  Celui qui est censé correspondre aux Feuilles « Infini rien ».
  • 10  Antérieure à « C Oui, mais [...] ».

5Un point remarquable nous ferait pencher vers le deuxième terme de cette alternative. l'absence de tiret dans l’ensemble du fragment 3979, avant « – Je le confesse […] jeu. », et la présence, à l’inverse, d’un tiret pour introduire « Oui, l’Écriture, et le reste, etc. » montrent que tout ce qui précède l'entrée en lice de la composante dirigée est une énonciation simple, et que la nécessité de constituer une énonciation composée, en dégageant une composante directive marquée d'un tiret, provient du besoin de donner la réplique à la composante dirigée, et que par conséquent, dans la suite, la composante sans marque, pourtant continûment directive elle aussi, comme nous venons de le signaler, ne se distingue de la composante directive marquée que parce qu'elle renoue avec cette énonciation simple antérieure à l'irruption de la composante dirigée10, pouvant renouer avec elle puisqu’elle en rappelle le caractère englobant.

  • 11  Antépénultième paragraphe dans notre longue citation ci-dessus.
  • 12  « Or quel mal vous arrivera‑t‑il en prenant ce parti? Vous serez fidèle, honnête, humble, reconnai (...)

6Cependant, pour être englobante, cette composante n'en conserve pas moins la capacité d'intervenir dans le dialogue à titre d'interlocutrice de la composante dirigée, comme le montre l'absence de tiret devant « Or quel mal [...] »11. Tout le paragraphe qui commence alors revient en effet indubitablement à la composante directive non-marquée, puisqu'il succède à « Fin de ce discours ». Or, cette brève expression, telle qu'elle est présentée, mise en page dans cette édition, ne peut avoir d'autre valeur que celle d'une énonciation métadiscursive: elle est en effet – ce que tente de faire voir notre transcription ci-dessus – séparée par un alinéa de ce qui la précède, disposition qui pourrait se lire comme un simple trait de fidélité à l'ordre graphique des Feuilles « Infini rien » si cette séparation graphique ne se redoublait d'une différenciation elle aussi graphique entre cette expression que rien n'introduit et les quelques lignes qui la précèdent, introduites, quant à elles, par un tiret dans le courant du paragraphe qu'elles terminent ( « C Et pourquoi? [...] vos grands obstacles, etc »). Cette double rupture, et, surtout, cette différenciation engagent, dans le cadre des usages contemporains de la ponctuation, un procès interprétatif que nous résumerons ainsi: « fin de ce discours » appartient à une composante qui peut occuper une position englobante par rapport au dialogue apologétique. Ainsi, le paragraphe qui nous préoccupe en ce moment12 révèle-t-il l'ambivalence de la composante directrice non marquée, dans la mesure où il confie à cette composante, qui vient pourtant de se signaler comme englobante, une réplique dans le dialogue apologétique. Cette composante devient donc à cet endroit englobante à un double titre, à la fois donc comme celle qui occupe dans l’échange apologétique une certaine position de surplomb, et qui, de l’intérieur de ce discours composé soutient de son autorité la composante directive, et en même temps en tant que composante métadiscursive qui vient signaler, de l’extérieur la fin du discours. Elle se situe donc très exactement aux lisières de l’énonciation, où, si nous faisons demi-tour, à celles du lieu de cette énonciation.  

7L'ambivalence de cette composante, qui n'est pas propre à l'énonciation Le Guern, et une certaine douceur de la délimitation de la composante dirigée, qui n'y est pas coupée, contrairement à ce qui se passe dans Sellier et Brunschvicg, pas isolée du reste de l'énonciation par l'usage réservé des guillemets, produisent des effets d'incertitude dans la répartition de l'énonciation en composantes, que renforcent les difficultés insurmontables liées à l'usage des notes en bas de page pour essayer de figurer typographiquement l'ordre graphique des Feuilles « Infini rien ». Dans ces notes, en effet, ne se rencontre aucune marque de séparation en composantes, hormis dans un très bref passage, lorsque la composante directive marquée réplique à la composante dirigée qui répond à une question de la composante directive non-marquée.

  • 13  [34]

Croyez-vous qu'il soit impossible que Dieu soit infini, sans parties ? – Oui. – Je vous veux donc faire voir une chose infinie [...]13

8Or, il ne faut pas oublier que cette note (formée des segments [32 + 34 + 33 + 31 + 28]) est appelée à l'intérieur d'une phrase de la composante directrice marquée; cette circularité est un nouvel effet de l'aporie de toute édition, de l'impossible conciliation du nécessaire respect de l'ordre graphique des pages manuscrites et de la nécessité éditoriale de donner au public une énonciation qui paraisse immédiatement signifiante, puisque la mise en note, correspondant, comme nous l'avons vu, à l'ambition de donner à voir la topographie du manuscrit, entre en conflit avec la répartition des composantes. Alors s’opposent deux modes de partage, deux analyses, dont chacune vient, par sa légitimité autographique (faire voir l'ordre topographique pour l'une, faire entendre une polyphonie pour l’autre), invalider le travail de l'autre.

9À nouveau, donc, les Feuilles « Infini rien » semblent faire appel à une répartition de l'énonciation en trois composantes: deux qui dirigent (l'une d'elles de surcroît englobante), la troisième qui est dirigée. Cependant, Le Guern se distingue des deux éditions étudiées précédemment en n'isolant pas (entre guillemets) la composante dirigée, et en essayant de figurer la disposition segmentée du manuscrit non seulement par des alinéas, mais en plaçant de surcroît certains segments dans des notes de bas de page. Ce sont, par là, les frontières entre les composantes qui s'estompent.

  • 14  [18]

10En termes de polyphonie, il faudrait dire que la voix de l'interlocuteur (composante dirigée) n'est pas tout à fait, pas autant tout au moins que dans Sellier et Brunschvicg, la voix de l'autre; elle l'est bien en quelque façon, puisque la voix de l'énonciateur (composante dirigeante marquée) est du côté du locuteur (composante dirigeante non-marquée), mais elle ne l'est pas vraiment puisqu'elle n'apparaît pas comme une voix du dehors rapportée par citation dans le discours du locuteur: ni tout à fait de son côté, ni tout à fait contre lui donc. Partant, il ne semble pas nécessaire, pour attirer l'interlocuteur à soi, de lui faire perdre la raison en le conduisant jusqu'à l'enthousiasme, et « cela est admirable »14 ne prend pas, dans cette édition, la valeur d'une exclamation de l'interlocuteur ébranlé par la force du discours qu'on lui oppose, mais celle d'une conclusion apportée, par le locuteur, à une étape importante de son argumentation.

Haut de page

Notes

1  Ici, appel d'une note de bas de page donnant le segment [23].

2  Autre variante: les autres éditions donnent ici le verbe "a".

3  Autre variante. Dans Sellier et Brunschvicg il n'y a pas de conjonction ici.

4  Ici, appel d'une note de bas de page donnant le segment [19].

5  Sic. Autre variante, variation d'une lettre, à un « i » près: « agirez » ou « agiriez »? Nous touchons ici, avec cette variation infime, le point où la différence de leçon peut se lire tout aussi bien comme variante que comme coquille.

6  Même leçon que dans Brunschvicg.

7  Ici, appel d'une note de bas de page donnant les segments [30 et 27].

8  Extrême littéralisme puisque cette transcription publie ce qui peut être considéré avec une forte probabilité comme rien d'autre que l'expression d'un envoi vers un autre segment. Ici, appel d'une note de bas de page donnant les segments [32 »34 »33 » 31 »28].

9  Celui qui est censé correspondre aux Feuilles « Infini rien ».

10  Antérieure à « C Oui, mais [...] ».

11  Antépénultième paragraphe dans notre longue citation ci-dessus.

12  « Or quel mal vous arrivera‑t‑il en prenant ce parti? Vous serez fidèle, honnête, humble, reconnaissant, bienfaisant, ami, sincère, véritable... A la vérité, vous ne serez point dans les plaisirs empestés, dans la gloire, dans les délices, mais n'en aurez‑vous point d'autres? » (Qui vient après « Fin de ce discours », et sans marque de changement de composante.)

13  [34]

14  [18]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Cantillon, « I - Ponctuer ; Le Guern : l'impossible dialogisme », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers d'Alain Cantillon, Le Pari-de-Pascal, chapitres détachés, mis en ligne le 04 novembre 2014, consulté le 28 mai 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5478

Haut de page

Auteur

Alain Cantillon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org