Navigation – Plan du site
Le Pari-de-Pascal, chapitres détachés

 IV - L'autodafé

Alain Cantillon

Notes de l’auteur

Ce chapitre détaché est à lire comme une partie du livre Le Pari-de-Pascal étude littéraire d'une série d'énonciations, Paris,Vrin/Ehess, collection Contextes, 2014

Texte intégral

1En 1844, une nouvelle édition vient donc prendre la relève des précédentes, accomplir une tradition éditoriale, c'est-à-dire ouvrir la voie à d'autres accomplissements à venir. Il faut maintenant revenir sur l'événement initial, qui prend valeur d'origine dans les discours d'après-coup, et même d'immédiat après-coup, que l'on tient sur lui, même si ces discours tendent à se démarquer de lui (comme dans l'introduction de l'édition de 1844), sur cet acte violent de destruction d'un livre B au nom, certes, d'un autre livre, appelé à le remplacer B que nous avons nommé « autodafé ». Il importe en effet de décrire plus avant le lieu de l'énonciation Faugère pour comprendre précisément comment se développe une série d'énonciations dans une économie du texte, de quelle façon, avec quels enjeux, parmi quels débats peut être menée à bien la difficile opération qui consiste à remplacer ce que l'on considère comme un grand texte par un autre texte, encore plus grand, mais, nonobstant cette différence, le même dit-on que celui que l'on supprime.

2Un jour, un membre de la grande Académie, professeur de renom, et de surcroît ancien ministre de l'Instruction Publique, a brûlé un grand livre au nom, comme nous l'avons déjà dit, de l'amour et de la vénération qu'il lui portait. Cette révolution ne s'est pas du tout déroulée aussi calmement, tranquillement que nous pourrions le croire aujourd'hui, par illusion rétrospective, maintenant qu'elle a produit pleinement ses effets.

Une philologie nationale

3Tout commence par l'expression d'un jugement qui reçoit toutes les apparences d'une évidence de la philologie :

     Si nous possédons les Provinciales dans toute leur beauté et leur perfection primitive, sauf les altérations trop nombreuses que leur a fait subir une ponctuation vicieuse souvent transportée dans le texte, les Pensées, publiées par lambeaux et d'intervalle en intervalle, sans cesse augmentées et remaniées, attendent une édition vraiment critique qui recherche et restitue la véritable forme de ces admirables fragments.

  • 1  Victor Cousin, Rapport, Journal des Savants, avril 1842, p. 247.

    Que dirait-on si le manuscrit original de Platon était, à la connaissance de tout le monde, dans une bibliothèque publique, et que, au lieu d'y recourir et de réformer le texte convenu sur le texte vrai, les éditeurs continuassent de se copier les uns les autres, sans se demander jamais si telle phrase sur laquelle ils disputent, que ceux-ci admirent et ceux-là censurent, appartient réellement à Platon ? Voilà pourtant ce qui arrive aux Pensées de Pascal. Le manuscrit autographe subsiste ; il est à la Bibliothèque royale de Paris ; chaque éditeur en parle, nul ne le consulte, et les éditions se succèdent. Mais prenez la peine d'aller rue de Richelieu, le voyage n'est pas bien long ; […]1

  • 2  « Nous n’avions entrepris qu’un travail littéraire », déclare en 1844, l’« avant-propos de cette n (...)

4L'impulsion nouvelle, philologique ou « littéraire »2, ne semble guère violente, une simple chiquenaude pour faire traverser la Seine. Surprenant contre‑point de l'impulsion ancienne, philosophique, qui invitait chacun vers de prodigieux voyages dans les époques et les lieux :

  • 3  Victor Cousin, Cours de philosophie, introduction à l'histoire de la philosophie, cité dans Giusep (...)

    Transportez‑vous, Messieurs, en Orient [...] rappelez‑vous Babylone et Persépolis [...] ; passez, Messieurs, de l'Orient dans la Grèce, placez‑vous dans le siècle de Périclès [...] ; prenez la philosophie de Socrate [... etc]3.

  • 4  Sur l'éclectisme, en particulier sur la nécessité d'un principe et d'un système B le spiritualisme (...)

5C'est une inversion de l'éclectisme, tout aussi bien que son accomplissement. Le Cours de l'histoire de la philosophie moderne de Cousin, publié en 1846, produit la représentation du parcours philosophique éclectique du professeur Cousin non pas comme la dilution de la philosophie dans son histoire, ni comme la mutation de l'entreprise philosophique contemporaine dans une simple historiographie des systèmes philosophiques successifs4, mais tout au contraire comme un long voyage européen qui se découvre en fin de course ce qu’il a toujours été, une aventure de reprise, d’invention, ou de prolongement d’une philosophie authentiquement française :

  • 5  Victor Cousin, Cours de l'histoire de la philosophie moderne, Paris, Ladrange/Didier, 1846, premiè (...)

     Professeur de l'histoire de la philosophie moderne, en parcourant tour à tour les différents systèmes éclos en Angleterre, en Ecosse, en Allemagne, sous l'inspiration commune de Descartes, nous avons mis et nous mettrons toujours notre patriotisme à recueillir et à rechercher pour la France les vérités éparses dans toutes les grandes philosophies européennes : il appartient à la France de tout connaître et de tout juger5.

  • 6  La présence de Descartes dans ce paragraphe, qui marque la place polémique d’une philosophie franç (...)

6Le professeur de philosophie aurait donc voyagé à travers des systèmes philosophiques européens dans lesquels l’inspiration cartésienne6 serait demeurée active, pour pourvoir y ressaisir ce qui revient en propre à la France, c'est-à-dire l’universel. Assez belle déclaration patriotique nous en conviendrons.

7Dans le Rapport,Descartes, mais aussi « nos grands classiques », en général, jouent le rôle d’introducteurs d’un cas, celui de Pascal, et plus précisément de l’un de ses écrits, dont l’Académie est appelée à se saisir dans la poursuite de l’une de ses principales activités

Les classiques français ; Descartes et Pascal

  • 7  Dans Philologiques I, Contribution à l'histoire des disciplines littéraires en France et en Allema (...)

8L’article « La référence allemande dans la fondation de la philologie française »7, de Michel Espagne, met en lumière les relations tressées dans ce Rapport entre, d’une part, un grand œuvre général, la restauration philologique des « classiques français », et de l’autre la singularité des Pensées. Il considère que le travail philologique de la tradition pascalienne, en tant, cependant, que véritable objet du Rapport, trouve une justification et une légitimation dans son élargissement virtuel et à venir vers un travail identique de tous les classiques nationaux :

  • 8  Même ouvrage, p. 143.

     Le recours au brouillon, la critique des textes transmis, lui apparaissent à ce point nécessaires qu'il [Victor Cousin] se propose d'élargir ces principes méthodologiques à l'ensemble des auteurs du siècle de Louis XIV8.

9Le Rapport, dans ses toutes premières lignes, expose cependant la succession des actions dans l'ordre inverse de celui qui apparaît dans l'analyse de Michel Espagne, ce qui n'est pas sans conséquences

  • 9  Rapport, Journal des Savants, avril1842, P. 243-244.

     Plus d'une fois l'Académie m'a entendu exprimer le vœu que, pour préparer et soutenir son beau travail d'un dictionnaire historique de la langue française, elle-même se chargeât de donner au public des éditions correctes de nos grands classiques, comme on le fait en Europe depuis deux siècles pour ceux de l'antiquité. Le temps est malheureusement venu de traiter cette seconde antiquité, qu’on appelle le siècle de Louis XIV, avec la même religion que la première, de l'étudier en quelque sorte philologiquement, de rechercher, avec une curiosité éclairée, les vraies leçons, les leçons authentiques que le temps et la main d’éditeurs inhabiles ont peu à peu effacées9.

  • 10  Même ouvrage, p. 245

10Telle est, si nous en croyons le premier article paru dans le Journal des Savants, la phrase inaugurale prononcée par Victor Cousin dans la première des trois séances de lecture de son Rapport. L'entreprise de restauration pascalienne y est introduite, peu à peu, comme un cas particulier d'un projet préexistant, et de plus grande ampleur, éditorial, et linguistique ; non pas, donc, élargissement à partir de Pascal, mais réduction à Pascal. De surcroît, rien ne permet de comprendre parfaitement les raisons d'une réduction à ce cas-ci de préférence à tout autre, de découvrir une hiérarchie, voire une simple typologie des raisons alléguées pour la justifier : Pascal apparaît en effet en premier lieu comme l'un des deux auteurs B avec Descartes B que Victor Cousin, si l'Académie avait souscrit à ce projet, eût aimé se réserver, sous prétexte qu'ils auraient, à eux deux, établi cette langue qu'il s'agit de sauver. Mais pour quelles raisons choisir l'un des deux et non pas l'autre ? Or, le choix de Pascal ne résulte pas d'une préférence qui, tout au contraire va sans l'ombre d'une réserve à Descartes ; et cela, l'orée de ce Rapport, qui établit pourtant longuement la nécessité d'une nouvelle édition des Pensées-de-Pascal, s'attarde à le faire apparaître ostensiblement : Descartes, qui a « trouvé » la « prose française »10, est

  • 11  Même lieu.

     De tous les grands esprits que la France a produits celui qui me paraît avoir été doué au plus haut degré de la puissance créatrice [...]11.

  • 12  Même lieu. Notons cependant que dès la première édition du Des Pensées de Pascal, en 1843, dans un (...)
  • 13  Même ouvrage p. 246.

11En regard, la position octroyée à Pascal semble assez misérable ; il a « fixé »12 la prose trouvée par Descartes dont il ne partage pas la « fécondité inépuisable », car l’« esprit créateur ne lui [a] pas été donné »13.

  • 14  « Descartes est la clé de la mémoire nationale, car c’est par lui que le génie français accède à l (...)
  • 15  Rapport , Journal des Savants, avril 1842, p. 247.

12Ce faisant, ce Rapport certes ne se distingue en rien d'une position générale contemporaine, de la propension, alors plus encore peut-être que jamais à faire de Descartes une figure d'identification nationale, miroir dans lequel pourrait se contempler un génie que l'on désigne alors comme proprement français14 ; et par ailleurs, nous savons bien aussi dès à présent B et cela deviendra ci-dessous plus manifeste encore B que c'est dans cette étrange relation de subordination à Descartes B à propos du fameux scepticisme des Pensées B que Pascal entre efficacement, par ce Rapport sur la nécessité ..., dans un large débat politique. Cependant, que cette subordination si singulière soit effectivement impliquée dans l'impulsion philologique pascalienne, cela ne devrait pas conduire à l'exposer comme naturellement d'emblée, en préambule, là où pourrait, voire devrait, au contraire se trouver l'affirmation d'une prééminence essentielle de Pascal. À la place en effet de louanges, même mesurées, des qualités des écrits de Pascal susceptibles de donner un fondement et même une légitimation à une nouvelle édition des Pensées-de-Pascal, ne figure que l’exposé de raisons accidentelles de la « nécessité » de cette entreprise, liées aux circonstances historiques de la progressive venue au public des papiers laissés par Pascal, ensemble introduit d'un désinvolte et provocant : « Quant à Pascal, c'est encore bien pis »15.

Un temps malheureusement venu

13Les Pensées-de-Pascal deviennent le principal objet du débat philologique parce qu’elles permettent de rendre manifeste au superlatif, le temps « malheureusement venu ». Nous avons déjà ci-dessus mentionné le fait qu’il existait, à ce moment, et qu’il s’est alors produit, une conjonction, une forme de coïncidence, dans le lieu de l’Académie, entre ce Rapport et la mise au concours d’un éloge de Pascal .

  • 16  Voir ci-dessus.

14Il nous faut ici tenir compte de la place tout à fait particulière qu’occupent les Pensées-de-Pascal parmi les sujets du temps malheureusement venu. Le Rapport présente en effet les Pensées non pas seulement comme l’œuvre que Victor Cousinse réserverait par spécialisation et par goût, mais aussi comme celle pour laquelle, objectivement, à cause de son état présent, se signalerait une urgence particulière. Or, le Rapport est sur ce point troublé par une très intense contradiction interne qu’il ne thématise pas le moins du monde. Il se trouve en effet que les Pensées-de-Pascal, dans l’analyse de leur situation produite par le Rapport, ne peuvent pas du tout apparaître comme le plus éclatant exemple de la dégradation continue, de cette marche négative du temps qui aurait comme conséquence que les contemporains du Rapport se trouveraient dans un temps malheureusement venu. Leur histoire, et les raisons de leur déplorable état, en font au contraire, toujours selon ce Rapport, un cas parfaitement à part, puisque, si les éditions alors disponibles, sont aussi désastreuses, et si elles peuvent de la sorte justifier un travail de retour vers les manuscrits, ce n’est pas du tout à cause de la marche destructrice du temps, qui se caractériserait par de profonds troubles dans la transmission, qui peuvent être liés à une décadence intellectuelle et à des bouleversements politiques et sociaux. Elles se trouvent au contraire dans un grand état de délabrement à cause d’un mauvais travail initial d’édition, mais aussi, elles s’offrent maintenant (1842), à une rectification parce que, initialement, la production d’une édition altérée s’était accompagnée d’opérations de conservation de manuscrits, d’un véritable archivage, d’une mise en réserve, comme nous l’avons bien vu dans la partie consacrée aux premières énonciations, pour un éventuel avenir meilleur. De ce point de vue, Pascal, selon de Rapport, se trouverait bien, pour reprendre une formule utilisée quelques décennies auparavant, « seul sur les ruines de son siècle »16, et, pourrait-on ajouter, du suivant, et de la Révolution.

15Aussi ces temps malheureusement venus apparaissent-ils aussi comme ceux dans lesquels il sera peut-être possible de revenir vers ce moment passé pour refaire quelque chose qui s’y est à la fois mal et bien passé.

  • 17  Il y a de fortes raisons de croire, à la suite de Louis Lafuma, que ce Recueil fut confectionné en (...)

16Qu'est-ce plus globalement, que ce temps malheureusement venu, celui de la célébration officielle de Pascal, et celui aussi de l’invention du Recueil17? Celui d'une corruption progressive et accélérée, effet d'un double travail : de l'écoulement du temps qui passe, et de l'action néfaste de mains inhabiles.

  • 18  Rapport , Journal des Savants, avril 1842, p. 244

     Quand on compare la première édition de tel grand écrivain du xviie siècle avec celles qui en circulent aujourd’hui, on demeure confondu de la différence qui les sépare. Où la pensée dans son jet puissant, une logique sévère, une langue jeune et flexible encore, avaient produit une phrase riche, nombreuse, profondément synthétique, l’analyse, qui décompose sans cesse et réduit tout en poussière, a substitué plusieurs phrases assez mal liées. D’abord on avait cru changer seulement la ponctuation, et, au bout d’un siècle, il s’est trouvé que les vices de la ponctuation avaient insensiblement passé dans le texte et corrompu le style lui-même. Un mot, quelquefois même un tour, c'est-à-dire ce qui caractérise le plus vivement le génie d’un temps et d’un écrivain, ayant paru moins facile à saisir au premier coup d’œil, pour épargner un peu d’attention et d’étude, on a ôté les tours les plus vrais, les locutions les plus naturelles, pour mettre en leur place des façons de parler qu’on a crues plus simples, et qui presque toujours s’écartent de la raison ou de la passion. Défendus par le rythme, les poètes ont été un peu plus respectés, et pourtant, je n’hésite pas à le dire, il y a bien peu de fables de La Fontaine qui soient demeurées intactes dans les modernes éditions. Mais pour la prose, ne pouvant faire la même résistance, elle a été traitée sans pitié. Où sont aujourd’hui ces longues et puissantes périodes du Discours de la Méthode, semblables à celles de Cinna et de Polyeucte, qui se déroulaient comme de larges fleuves, ou comme des torrents impétueux ? On a rompu leur cours, on les a appauvries en les divisant outre mesure. Il appartient à l’Académie française de s’opposer à cette dégradation toujours croissante de nos grands écrivains, et il lui serait glorieux, ce me semble, en les restituant dans leur pureté primitive, d’arrêter la langue nationale sur son déclin, comme autrefois elle a tant concouru à la former et à la constituer.18

17L’analyse est à l’œuvre, ou plutôt, il semble, d’abord, que ce soit elle qui agisse. Dès la troisième phrase cependant, apparaît une foule indistincte d’éditeurs qui décomposent, réduisent en poussière, divisent, appauvrissent : une masse mortifère relie, dans une lente et longue dégradation dont on ne sait pas exactement quand elle a commencé, d’une part les grands écrivains du xviie siècle et leur langue jeune, flexible, profondément synthétique, puissante, impétueuse, à leurs éditions présentes et à l’état d’une langue sur le déclin.

  • 19  P. 417.

18Dès la première édition du Des Pensées de Pascal, en 1843, Cousin ajoute à son Rapport un « vocabulaire des locutions les plus remarquables qui se rencontrent dans les fragments de Pascal cités dans le présent volume »19, qu’il présente dans son Avant-propos comme une façon de « pousser le scandale » en ne s’en tenant pas à établir un recueil de variantes, mais en dressant

  • 20  P. XII

     [...] une sorte d’inventaire des locutions les plus remarquables qui se rencontrent dans les fragments cités, comme ont fait plusieurs éditeurs des classiques grecs et latins. Si cet humble exemple était suivi pour un certain nombre de nos classiques, nous aurions enfin un dépôt fidèle du bon langage et le fondement nécessaire du Dictionnaire historique de la langue française confié à l’Académie.
     En un mot, j’ai traité Pascal comme un ancien.20

19Nous voyons qu’ici l’Avant-propos revient, et d’une double façon, sur la première affirmation du Rapport : le lien quasi organique entre ce Rapport, entre le travail sur les Pensées de Pascal, et le projet plus ou moins déjà engagé d’un « dictionnaire historique de la langue française ». Il rappelle – et dans l’ordre de la lecture du livre Des Pensées de Pascal, annonce – l’inscription du Rapport dans un plus vaste travail de l’Académie, et il donne, dans une mise en forme d’ores et déjà lexicographique, les éléments pascaliens de dictionnaire historique. Il présente à cette occasion son Rapport sous un angle ouvertement polémique, parlant de « scandale », et finit en indiquant ce qui, nous l’allons voir, constitue l’objet du scandale : traiter Pascal comme un ancien. Se met donc en place dans ce Rapport et dans ce livre une représentation des temps historiques dans laquelle les écrivains du xviie siècle, voire plus restrictivement, du siècle de Louis XIV, appartiennent à un temps révolu, une « seconde antiquité », et coupé du temps présent, quant à lui « malheureusement venu ».

  • 21  Préface anonyme, mais dont, dit-on Villemain serait l’auteur. Nous citons ci-dessous le texte four (...)
  • 22  Les Préfaces du Dictionnaire de l’Académie française, 1694-1992, p. 355.
  • 23  Même ouvrage, p. 336.
  • 24  Même ouvrage, p. 326.

20La polémique académique dans laquelle vient prendre position le Rapport et le Des Pensées de Pascal, dispute sur la nature et la valeur du temps présent, a été publiquement formulée, et, provisoirement tranchée dans un autre sens, dans la très longue, précise, scrupuleuse, Préface de la sixième édition du Dictionnaire de l’Académie française (non historique celui-ci, comme tous ceux qui l’ont précédé), en 183521. Non seulement un dictionnaire historique serait, y dit-on, nuisible à l’évolution de la langue, en favorisant « le retour à l’archaïsme », qui est « une des phases et une des formes » du « déclin »22 des langues, mais il conduirait à traiter « notre langue » « en langue morte, qu’on écrit trop souvent avec un mélange de vieilles phrases qui sont copiées, et de tours nouveaux qui sont barbares. »23 Dans la perspective indiquée par cette Préface, le temps présent ne serait pas du tout malheureusement venu. Il se situerait au contraire dans la simple continuité de ce moment où la langue serait parvenue à sa maturité ; « depuis deux siècles », est-il affirmé, « la langue française est la même »24. À y regarder d’ailleurs d’un peu plus près, l’on s’aperçoit qu’elle n’a pas changé, certes, mais en s’améliorant tout de même sensiblement si bien que

  • 25  Même ouvrage, p. 325-326.

     L’inventaire actuel de notre langue la saisit à son point de dernière maturité, gardant presque tous les types de deux siècles voisins et opposés, enrichie d’une grande variété de formes, par la diversité des opinions et des mœurs qu’elle a vues passer, et rassemblant, pour ainsi dire, sous la même date, l’expression que l’usage entretient ou que le besoin fait naître, et celle que le cachet du génie nous a laissée toujours vivante et neuve.25

21L’histoire, selon cette Préface, n’est pas un simple et constant écoulement linéaire, et,

     [...] au milieu de ces alternatives, de ces flux et reflux de l’usage, le déclin, ou si l’on veut, la décomposition des idiomes, de temps en temps suspendue, reprend son cours et s’achève.

22La divergence entre le constat dressé ici et celui qui sert de tremplin au Rapport ne réside donc pas dans une différence de conception de l’histoire des langues, mais uniquement dans une opposition diamétrale touchant l’évaluation du temps présent : temps malheureusement venu selon Victor Cousin ; moment au contraire de suspension de la décomposition, et de reprise de flux selon cette Préface qui s’applique à maintenir « l’espoir du progrès de l’esprit humain », fondé sur ce constat factuel :

  • 26  Même lieu. p. 329.

     Après les grands siècles des lettres, n’a-t-on pas vu, plusieurs fois, à une époque de faux goût et d’insipidité succéder un temps meilleur ?26

23L’Académie française, institution d’État le proclame donc ; un temps meilleur est là, qui enjambe une époque de faux goût, qui indique aussi qu’il n’y a pas de rupture avec le moment de la venue de la langue à sa maturité, que la siècle de Louis XIV ne doit donc pas être considéré comme une seconde antiquité, et que, par conséquent, une philologie moderne et une historisation de la langue ne sont pas nécessaires :

  • 27  Même ouvrage, p. 361.

     Il nous suffit que la langue, instrument de la pensée française, ne soit jusqu’à ce jour ni impuissante ni faussée, et que la magnificence, la mélodie, la précision, la gravité qu’elle peut encore atteindre, soient attestées par des exemples que citera l’avenir.27

24À la lumière de la Préface de 1835, la phrase d’attaque du Rapport apparaît donc non pas comme l’évocation banalement rhétorique d’une vague préoccupation de son auteur mais comme la mention précise d’événements qui appartiennent au passé proche de la vie de l’Académie. Par là le Rapport prend d’emblée place dans un ensemble de disputes qui agitent et définissent le lieu d’énonciation institutionnel que constitue cette illustre assemblée.

  • 28  « Peut-être même cette autorité souveraine du goût et du langage de la cour eût été moins heureuse (...)

25Pascal, et les Pensées, entrent ainsidans cette querelle sur la nature du temps présent ; il faut souligner qu’ils étaient déjà fortement présents dans la Préface de 1835, qui accorde une place prééminente à Pascal et à Port-Royal28. Nous avons remarqué précédemment que ce moment pascalien impliquait largement l’institution et qu’il n’était pas nécessaire de se demander qui était à l’origine de ce mouvement. Nous pouvons à présent souligner que, d’une façon particulièrement significative, le Rapport, en faisant apparaître la « nécessité » d’une nouvelle édition se saisit en fait d’un objet qui, non seulement ne convient pas, comme nous l’avons déjà fait remarquer, à cette théorie du temps malheureusement venu (puisque sa dégradation ne résulte pas d’un progressif déclin), mais qui de surcroît va permettre de montrer d’une certaine façon que l’on se trouve dans un « temps meilleur » , un temps de nouveau flux, et temps de retour d’un ancien flux, puisque la philologie va permettre de renouer, certes jusqu’à un certain point seulement, avec ce qui est alors construit comme une origine perdue puis retrouvée.

26Le mouvement lancé par Victor Cousin n’est pas unanimement apprécié et suivi ; il importe de ne pas minimiser tous ces dissentiments qui percent dans l’Académie autour de l’utilisation linguistique de la philologie éditoriale, tous ces désaccords au sein d’une institution officielle, dissensions qui concernent la place qu’il convient d’accorder à l’époque présente dans la suite des temps.

Le projet et l’événement

  • 29  « Instruction publique en France sous le gouvernement de Juillet », dans Œuvres de M. Victor Cousi (...)

27Le mouvement d'ensemble d'impulsion philologique nationale, celui qui est proposé, voire réclamé à l’Académie dans le premier paragraphe du Rapport, et dans lequel devrait venir prendre place la restitution des Pensées, est exposé, et pour ainsi dire lancé, dans une étrange section des Œuvres de M. Victor Cousin, publiée en 1850, où le ministre de l'instruction publique du gouvernement d’Adolphe Thiers, entre mars et octobre 1840, fait figure d'auteur des circulaires rédigées sous son ministère29 :

  • 30  « Instruction publique ... », t. I, p. 239 et 242-243; nous soulignons.

     Mais un point qui mérite de votre part et de la part de la faculté un examen spécial, c'est l'introduction, dans l'épreuve d'explication, d'un certain nombre d'auteurs français, en prose et en vers, qui pourraient être analysés sous le rapport littéraire et même grammatical : car la langue nationale doit être étudiée avec autant de soin que les langues de l'antiquité. (« circulaire relative aux réformes à introduire dans les examens du baccalauréat ès-lettres », du 8 mai 1840)
     Dans la seconde épreuve, celle de l'explication des auteurs, vous trouverez, Monsieur le Recteur, les classiques français à côté des classiques de l'antiquité. Dans ma circulaire du 8 mai, j'avais proposé cette innovation ; et presque toutes les académies l'ont acceptée avec empressement. Elle est consacrée par le règlement nouveau. Puisqu'au collège on étudie les grands maîtres de la littérature française, il convient que cette étude soit présentée au baccalauréat. On y considérera les chefs-d'œuvre de notre langue sous un point de vue littéraire et même philologique, comme on le fait pour les chefs-d'œuvre de l'antiquité. Je compte sur cette mesure pour affermir et accroître dans nos écoles la connaissance et le respect de la langue nationale, de cette langue qui se prête à l'expression de toutes les pensées, quand elles sont justes et vraies, et qui ne repousse que l'exagération et le faux dans les sentiments et les idées. (circulaire du 17 juillet 1840)30

  • 31  Ainsi l’inscription des auteurs nationaux dans les programmes de l’enseignement secondaire, et leu (...)

28Hypothétique et sinueux discours performatif, que celui des circulaires ministérielles ; comment faire en sorte que la parole d’un ministre entre dans les faits ? La circulaire du 17 juillet permet de comprendre l’usage, dans celle du 8 mai, du conditionnel « qui pourraient être analysés [...] ». Progressivement, après que le ministre a demandé et recueilli l’assentiment de ses subordonnés, qui ont répondu, il semble nécessaire de le préciser, « avec empressement » aux propositions de leur supérieur, l’impulsion philologique prend la forme d’un règlement, discours d’un pouvoir administratif qui fixe les règles d’action de ses fonctionnaires. Un ministre peut-il être le véritable auteur des circulaires qui portent sa signature ? Peu importe, au demeurant, la part effective qu’il ait prise à leur rédaction ; mais le rapport entre l’expression d’une volonté personnelle (« j’avais proposé [...] », « je compte sur cette mesure pour [...] ») et, d’une part l’action d’un corps collectif, et de l’autre une vérité apodictique (« la langue nationale doit être étudiée avec autant de soin que les langues de l'antiquité »), formulation anhistorique de la nécessité des temps31, place le ministre dans l’une des positions qui rendent au plus haut point improbable l’inscription d’un sujet dans une énonciation. Et que dire d’un ministre qui ne serait l’auteur de rien d’autre que de circulaires, dont l’œuvre se limiterait à un recueil de circulaires, vouées à leur prompt remplacement par celles de son successeur ?

  • 32  Certes, comme nous le savons, l’édition de 1844, et celle, expurgée, de 1848 qui en émane, ne peuv (...)

29En 1842, Victor Cousin n’est plus ministre de l’instruction publique. Il conserve cependant un rôle prépondérant dans l’État, par la place importante qu’il occupe dans la chambre des Pairs et dans l’Académie française et, avant tout, dans l’Université. Le moment pascalien de l’Académie française lui donne donc l’occasion de mettre en œuvre lui-même ses conceptions philologiques, directement, non plus en tant qu’autorité faisant agir les membres d’un corps administratif. Telle est alors la force de la critique qu’elle peut, comme nous le verrons, produire des effets politiques considérables. Celui que Prosper Faugère qualifie d’écrivain célèbre lance dans son Rapport le mouvement d’entrée des grands auteurs français restitués dans les programmes de l’instruction publique avec un tel succès qu’est publiée six ans plus tard une édition des Pensées pour les classes des lycées et des collèges32. Le projet de philologie nationale se cristallise donc dans le cas des Pensées-de-Pascal auquel il se réduit ; dans l'occasion offerte par les travaux de l’Académie française, l'entreprise éditoriale se concentre sur un seul chantier, qui devient par là l'événement historique par lequel se déclare la force sociale, politique, de ce projet.

Pascal mutilé et défiguré

  • 33 Des Pensées, 1843, Avant-propos, p. IX : « pour le style, Pascal aura été livré à l’abbé Périer et (...)

30Dans cet ample projet, Pascal prend une place bien singulière, puisqu'il y figure comme un auteur quelconque mais aussi comme celui qui, portant la tâche à venir à son comble, en vient révéler la nécessité. Par les Provinciales, Pascal appartient encore au commun des grands écrivains, puisqu'elles ont connu l'ordinaire altération du « texte » via l’analyse de la ponctuation ; mais par les Pensées, il accomplit le scandale de la corruption : il nous est parvenu « mutilé et défiguré de toutes les manières »33. Les éditions, dès le commencement, mutilent et défigurent Pascal C « quant à Pascal » dit le Rapport, et non pas « quant aux écrits de Pascal » C ; mutiler, couper, ôter, c'est aussi défigurer, rendre méconnaissable, altérer la figure de l'œuvre, et de l'auteur. La possibilité d’un usage complémentaire des deux verbes est bien attestée en 1835 et en 1879 dans les sixième et septième éditions du dictionnaire de l'Académie :

     Défigurer
     1835 :
     Gâter la figure, le visage. La petite vérole l'a tout défiguré. Il signifie, dans une acception plus étendue, gâter la forme, la figure de quelque chose, la dénaturer. Défigurer une statue, un tableau, en voulant les retoucher. On l'emploie figurément dans ce dernier sens. Il a voulu corriger ce livre, il a voulu traduire cet ouvrage, et il l'a défiguré. Défigurer le langage par la manie du néologisme. Défigurer la vérité. Il s'emploie quelque fois avec le pronom personnel. Elle se défigura pour n'être pas exposée à la brutalité du vainqueur.
     1879 :
     Gâter la figure, le visage. La petite vérole l'a tout défiguré. FIG., Défigurer quelqu'un, lui attribuer des défauts, des torts qu'il n'a pas. Il signifie, dans une acception plus étendue, gâter la forme, la figure de quelque chose, la dénaturer. Défigurer une statue, un tableau, en voulant les retoucher. On l'emploie figurément dans ce dernier sens. Il a voulu corriger ce livre, il a voulu traduire cet ouvrage, et il l'a défiguré. Défigurer le langage par la manie du néologisme. Défigurer la vérité. Il s'emploie quelque fois avec le pronom personnel. Elle se défigura pour n'être pas exposée à la brutalité du vainqueur.
     Mutiler
     1835 et 1879 (rigoureusement identiques) :
     Retrancher, couper. Il est principalement d'usage lorsqu'on parle du retranchement d'un membre ou de quelqu'autre partie extérieure du corps humain, ou de quelque partie d'une statue. Mutiler quelqu'un d'un bras, d'un pied. Qui l'a ainsi mutilé ? Mutiler une statue. Mutiler signifie quelque fois, absolument, châtrer. La jalousie des Orientaux les porte à mutiler les esclaves auxquels ils confient la garde de leurs femmes. En ce sens il s'emploie aussi avec le pronom personnel. Origène se mutila dans un accès de pieuse frénésie. Mutiler, par extension, se dit en parlant de tableaux, d'édifices, etc., et signifie défigurer, briser. On a mutilé le chapiteau de cette colonne. Ce tableau a été mutilé à coups de couteau. Il se dit figurément en parlant des ouvrages d'esprit. La censure a cruellement mutilé cet ouvrage. En voulant abréger son poème, il l'a mutilé.

  • 34  Pour notre analyse, il est indifférent de savoir si le dictionnaire de 1879 enregistre tardivement (...)

31Entre la Restauration et la Troisième République, l'institution académique assure la continuité du sens des mots français ; pour les deux verbes n'apparaît qu'une seule nouvelle acception, que son statut d'exception signale à notre attention. Il faut, semble-t-il, quitter au plus vite la figure humaine, le visage, passer à une autre figure, à ce que l’on nomme le sens « figuré ». Déjà, en 1835, la définition se détournait du visage « gâté » pour s'étendre vers d'autres objets, dans une progression métaphorique et métonymique, du propre au figuré : statue, tableau, livre, langage, vérité. Il est impossible de décider du moment où la définition entre dans le sens figuré. L'expression « on l'emploie figurément dans ce dernier sens » désigne-t-elle ce qui la précède (le sens de « défigurer une statue, un tableau »), ou ce qui la suit (les sens de « défigurer un livre, le langage, la vérité ») ? Toujours est-il que le chemin qui mène d'un visage à la vérité est parcouru à pas de géant, comme s'il fallait au plus vite se détourner du visage pour ne plus envisager la défiguration que comme abstraction figurative. En 1879, le passage au figuratif est marqué graphiquement par l’abréviation en capitales « FIG. », et l’on quitte d'autant plus aisément le visage des yeux, que l'on semble moins fuir la défiguration de la personne, en signalant que l'on peut fort bien employer l'expression « défigurer quelqu'un » sans pour autant désigner (décrire ?) une atteinte matérielle à la forme d'un visage34. Après ce vertigineux passage à la figure de « défigurer », la définition ne peut pas, pour finir, ne pas revenir vers le visage, par le biais d'une particularité grammaticale, comme si le visage défiguré frappait d’effroi, médusait à tel point que le regard, s’étant d’abord détourné, était à la fin soumis à la nécessité de revenir en fin de compte vers cette figure, comme pour la contempler.

  • 35  Voir notamment Le grand Robert dictionnaire de la langue française et le Petit Robert qui, dès 196 (...)

32Or, il semble aujourd’hui bien établi35 que le sens donné en premier dans ces deux éditions du dictionnaire de l'Académie n'est pas plus propre qu'il n'est premier, mais qu'il dérive, par simple glissement de signifiant à signifiant (de « figure », dans le sens général de « forme » à « figure », « forme du visage », attesté depuis seulement le début du xviie siècle), de « défigurer » au sens général de « dénaturer la forme de quelque chose » à « défigurer », « gâter la forme du visage ». Partant, cette entrée, dans l’édition de 1835, et plus encore dans celle de 1878, produit-elle la force de fascination et de répulsion du mot et de la chose, dont elle est aussi le signe et l’effet.

33La définition de « mutiler » n'offre pas autant de particularités remarquables, et l'ordre donné correspond à un développement moins problématique des sens propres et figurés. Le sens propre n'y est pas assigné exclusivement au corps humain, et la mutilation corporelle, y compris dans son absoluité, c'est-à-dire dans ce retranchement superlatif par lequel Origène se relie à un autre ordre (comme la défiguration volontaire permet à celle qui se l'inflige de faire apparaître une autre beauté), est présentée avant le passage au sens étendu, qui est aussi, dans un second temps, un sens figuré. Puis le « sens » (en ce « sens ») se déroule en deux temps, premièrement par une extension que l'on doit bien supposer « propre » (vers les tableaux et les édifices) puisque la seconde (vers les « ouvrages d'esprit », les « poèmes ») est qualifiée de « figurée ». Extensions métaphoriques l'une et l'autre, vers des ensembles considérés comme des organismes. Ici apparaît cependant à nouveau, avec certes moins d'intensité, le trouble de la limite entre sens propre et restreint d'une part et sens étendu (éventuellement par figure) de l'autre. Pourquoi en effet ranger la mutilation d'une statue parmi les acceptions de sens premier, et non pas dans celles qui résulteraient d'une extension métaphorique ? Incertitudes du passage du sens premier/propre au sens second, étendu, figuré ; l’éventuelle ressemblance entre la statue et le corps humain dissimule le travail métaphorique de la signification lexicale, et, par la suite, la séquence statue-tableau B enjambant l'intervalle de la mutilation absolue B fait disparaître ce qui détourne le sens, dans le mouvement de son extension. Car ce n'est pas en raison de la présence de figures qu'un tableau peut subir une mutilation, mais parce que pour une raison mystérieuse, il est assimilable à un édifice :

     On a mutilé le chapiteau de cette colonne. Ce tableau a été mutilé à coups de couteau

34Qui a fait cela, par quelle rage secrète, dans quelle inavouable intention ? Que l'on compare avec la mutilation des ouvrages d'esprit, et du poème, entreprises bien identifiables dans leurs agents et leurs motifs. C'est dans cette extension métaphorique, non qualifiée cependant de figurale, que le sens se détourne et que « mutiler » ne signifie plus « retrancher, couper », mais « défigurer, briser ».

35Par la continuité du propre et du figuré, ces deux verbes entrent donc dans une relation de complémentarité parfaite, sans césure, lorsqu'ils désignent entre autres, les ouvrages d'esprit, les poèmes. Mutiler un poème, ce n'est pas seulement lui retrancher l'une de ses parties, ôter l'un des membres de ce corps, car cette ablation produit, de son seul fait, une brisure de tout l'organisme, qui le dénature au point de le rendre méconnaissable. Un poème, selon les catégories que nous avons rencontrées ci-dessus à propos des œuvres complètes, est tout entier ce poème, et lui ôter l’une de ses parties c’est déjà le priver d’une partie intégrante de soi et détruire sa figure.

Les écrits et leur auteur grand écrivain

36S’il apparaît possible voire nécessaire, comme le fait le Rapport Cousin, de porter une accusation redoublée (ou dédoublée) de mutilation et de défiguration de Pascal C et non pas des Pensées C, c’est que l'on instaure un mouvement, indéterminé, de circulation entre un livre et une personne que l'on regarde comme son auteur, à un point tel qu’ôter un segment du corps scripturaire conduit à rendre méconnaissable le visage de l’auteur ou B qui donc pourrait en décider ? B sa forme spirituelle générale, matérialisée dans les traits de son écriture.

37L'impulsion philologique suppose que l'on puisse de la sorte rêver d'une circulation entre des écrits et leur auteur :

  • 36  Des Pensées, 1843, Avant-propos, p. VII.

     le style qui réfléchit cette âme en a toutes les qualités, la finesse, l'amère ironie, l'ardente imagination, la raison austère, le trouble à la fois et la chaste discrétion.36

38Non seulement ce style-miroir permet de voir l’âme de son auteur dans l’image qu’il en renvoie, mais tout est fait pour atténuer la distance qui peut séparer la chose de sa représentation, puisque cette image spéculaire doit bien finir par se confondre avec ce qu’elle reflète, s’il est vrai qu’elle en a toutes les qualités. Mais qu’est-ce donc qu’un style ? Comment donc caractériser et identifier cette manière singulière d’écrire, si c’est cela que l’on nomme « style » B qu’il s’agisse de l’idiosyncrasie du vocabulaire, de la construction des phrases, de leur rythme, de la composition du discours, ... B sinon en lui attribuant des qualités (finesse, ironie, ardeur, ...) voire des facultés (imagination et raison) psychologiques.

39La pente vers l’identification du style et de l’âme est si forte que les signes linguistiques par lesquels la pensée s’exprime n’offrent pas même l’opacité d’un miroir :

  • 37  Même ouvrage, p. V.

     la forme n'est pas autre chose que le vêtement le plus transparent que prend la pensée pour paraître le plus possible telle qu'elle est37.

40Mais si l'on regarde avec attention ce vêtement transparent, on s'aperçoit qu'il est malgré tout encore bien diaphane au prix de la parure limpide évoquée comme nous le savons par l'édition de 1844 :

  • 38  Faugère , p. XIII.

     ce style naïf, qui est tellement identifié avec l'âme de l'écrivain, qu'il n'est que la pensée elle-même, parée de sa chaste nudité comme une statue antique38.

  • 39  Même lieu.
  • 40  Même lieu.

41Nous avons déjà étudié la contradiction dans laquelle Faugère s'enferme à ce sujet, et les dénégations qui lui sont liées. Elle reproche aux premiers éditeurs d'avoir tenté « d'améliorer, d'embellir même le style de l'auteur des Provinciales »39, par faiblesse, par incapacité à « comprendre ce style naïf »40 ; partant, cette récriture ne peut conduire vers autre chose qu'une mutilation-défiguration. Mais en même temps – il semble nécessaire de le souligner par une incidente que rien ne justifie hors d'elle-même –, malgré toutes les altérations, les fragments pascaliens demeurèrent « immortels », aussi bien pour la pensée que pour le style puisque rien ne sépare l'un de l'autre. Comment, malgré une altération si globale, ces fragments peuvent-ils rester immortels ? Cette question, l’édition Faugère ne prend pas même le temps de la poser puisqu’elle se donne pour justification non pas l'insuffisance des éditeurs précédents mais le zèle excessif d'un critique influent. L’Avant-propos au Rapport, de 1843, évite ces contradictions en traçant une séparation, même fine, presque imperceptible, entre le style et la pensée.

42Mais une difficulté surgit, malgré cela, lorsque l'on éprouve le besoin de décider du plus grand crime d'altération :

  • 41  Des Pensées, 1843, Avant-propos, p. III-IV.
  • 42  Rapport , Journal des Savants, juillet 1842, p. 414.

     L'altération la plus dangereuse, parce qu'elle ne peut être découverte que par une étude approfondie du manuscrit original, c'est la supposition de passages, conformes ou non conformes à la pensée de l'auteur, mais qui ne sont pas sortis de sa plume.
     L'altération la plus déplorable est cette altération continuelle qui tombe à chaque page et presque à chaque ligne sur le style de Pascal, c'est-à-dire assurément sur ce qu'il a laissé de plus grand ; car le penseur dans Pascal a des supérieurs, mais l'écrivain n'en a pas41.
     Ce que nous blâmons, ce sont les changements inutiles dont le motif unique est un caprice de goût que rien ne saurait justifier ; ce sont les corrections qui altèrent le style du grand écrivain, et sous prétexte de l'éclaircir, l'énervent, l'allongent, l'alanguissent pour ainsi dire ; ce sont surtout les corrections qui bouleversent l'ordre de ses idées, séparent ce qui était uni, unissent ce qui était séparé, développent ce qui était abrégé, abrègent ce qui était développé ; encore bien plus ces corrections meurtrières qui défigurent sa pensée, masquent son âme, et mettent le duc de Roannez ou Arnauld lui-même à la place de Pascal42.

43De tous ces crimes, quel est le plus grand ? celui que l’on blâme, ou que l’on blâme « surtout », ou que l’on blâme « encore bien plus » ? ce que l’on déplore, ou que l’on juge le plus dangereux ? Perplexité d’autant plus profonde qu’il apparaît que le crime jugé simplement blâmable dans le Rapport proprement dit (l’altération du style) devient « le plus déplorable » dans la Préface. Quant à la raison donnée pour justifier l’une des accusations (« parce qu’elles ne peut être découverte que par une étude approfondie du manuscrit original »), elle est entachée d’une double faiblesse : en premier lieu, elle ne peut justifier la mention d’un « danger », mais tout au plus expliquer l’intensité de ce prétendu danger, et elle fait bien voir par là qu’est présupposé le danger de n’importe quelle altération ; d’autre part, mesurées à cette aune, toutes les corrections sont « les plus dangereuses ».

44Toutes ces imprécisions nous renvoient aux équivoques des notions de « style » et d’« écrivain » ; ce qui est en jeu, dans ce Rapport, dit-on, c’est le « style du grand écrivain » : Pascal ou le grand écrivain.

45Le style, la pensée et l'âme ne se confondant pas, mais toutes les circulations entre eux étant possibles, la critique devient incapable d'assigner, sans équivoque, la plus grave des altérations ; comment faire le partage entre les transformations qui défigurent la pensée, masquent l'âme, et celles qui altèrent le style, c'est-à-dire qui substituent un autre style à celui de Pascal ? Il ne s'agit pas là d'une simple incapacité ponctuelle, due à une éventuelle épaisseur, lourdeur de discernement, mais d'une aporie fondamentale, si l'on présuppose, comme ici, que par son style, Pascal se distingue de tous les autres singuliers, porte la trace de sa différence absolue, ce par quoi il apparaît comme unique dans son espèce, celle des grands écrivains. Comme nous le savons, pour ce Rapport, Pascal n’a pas la même force de conception ni d’invention de Descartes ; c’est le style de l’écrivain qui importe, et non pas la pensée d’un auteur (« conformes ou non à la pensée de l’auteur »). Et pourtant, est-il vraiment question du style du grand écrivain lorsque l’on parle de « l'ordre [des] idées », ou de « ce qui était uni », de « ce qui était développé » de « ce qui était séparé », de la pensée, de l’âme, voire de la personne dans son ensemble ? Bien évidemment oui, en vertu de tous ces parcours qui permettent de passer de la plume à l’âme, de la personne aux traits d’écriture, etc.

  • 43  « séparent ce qui était uni, unissent ce qui était séparé, , développent ce qui était abrégé, abrè (...)

46S’il en est ainsi, quelle est donc cette forme que l’on a défigurée et mutilée ? Et si l’on ne peut dire ce que c’est que « style », ni ce que c’est que « grand écrivain », comment peut-on dénoncer ainsi, comme le fait ce Rapport, ces défigurations et ces mutilations, et proposer comme une vérité d’évidence un travail de rétablissement d’un « ce qui »43 si peu défini ?

  • 44 Des Pensées, 1843, Avant-propos, p. X.

47Bien que « la thèse qui fait l'objet de ce rapport » ne se manifeste pas dans une analyse parfaitement distincte de ce qu'il faudrait avant tout reprocher aux éditeurs antérieurs, et surtout à ceux des commencements, il ne fait pas de doute, pour Victor Cousin, qu'elle « est aujourd’hui démontrée, à savoir : la nécessité d'une nouvelle édition des Pensées »44. Aussi cet impératif philologique prend-il la forme d'une injonction morale à laquelle on ne saurait se dérober, et non pas comme l'auraient pu dire Faugère ou Sainte-Beuve de l'irrépressible et coupable désir d'un critique :

  • 45  Même ouvrage, septembre 1842, p. 532.

     Notre devoir est de rétablir l'intégrité des fragments mutilés et défigurés par la prudence forcée de Port-Royal et la pusillanimité gratuite de Bossut45.

48La conviction que l’opération philologique répond à une exigence à laquelle on ne doit pas se dérober fait passer au second plan le désarroi prévisible des lecteurs qui vont perdre, non seulement une part de leur bibliothèque, mais encore, ce qui revient peut-être au même, une partie de ce qu’il ont dans le cœur. Une « belle pensée », dit le Rapport, que « tout le monde sait par cœur », est ainsi l’objet d’un traitement différent dans les trois éditions successives, de 1842, de 1843, puis de 1844.

  • 46  Même ouvrage, juillet 1842, p. 415.
  • 47  Des Pensées de Pascal, 1843, p. 91.
  • 48  Des Pensées de Pascal, 1844, p. 92. Dans les Études sur Pascal, dans lesquelles le Rapport est pub (...)

     Tout le monde sait par cœur cette belle pensée sur Cromwel (sic) qui s’en allait ravager toute la chrétienté, sans un petit grain de sable qui se mit dans son urètre. « Ce petit gravier, dit le manuscrit de Pascal (ms. P. 229), ce petit gravier séparé, mis là, il est mort, sa famille abaissée et le roi rétabli. » Il faut avouer qu’on n’entend gère ce que signifie ce petit gravier séparé ; on ne peut donc désapprouver la correction de Port-Royal : « Ce petit gravier, qui n’était rien ailleurs, mis en cet endroit, le voilà mort... » (1842)46
     Tout le monde sait par cœur cette belle pensée sur Cromwell qui s’en allait ravager toute la chrétienté, sans un petit grain de sable qui se mit dans son urètre. « Ce petit gravier, dit le manuscrit de Pascal (Msc. P. 229), ce petit gravier séparé, mis là, il est mort, sa famille abaissée et le roi rétabli. » Je ne désapprouve point la correction de Port-Royal : « Ce petit gravier, qui n’était rien ailleurs, mis en cet endroit, le voilà mort... » (1843)47
     Tout le monde sait par cœur cette belle pensée sur Cromwel qui s’en allait ravager toute la chrétienté, sans un petit grain de sable qui se mit dans son urètre. « Ce petit gravier, dit le manuscrit de Pascal (ms. P. 229), ce petit gravier s’étant mis là, il est mort, sa famille abaissée et le roi rétabli. » On ne s’explique guère besoin de la correction de Port-Royal : « Ce petit gravier, qui n’était rien ailleurs, mis en cet endroit, le voilà mort... » (1844)48

49Plus encore que la conviction personnelle d’un illustre académicien, plus encore que le sens d’un devoir à accomplir, c’est le mouvement des opérations philologiques qui, une fois lancé, oblige à vider ce que l’on a sur le cœur et à le remplacer par un autre savoir ; le retournement du jugement, entre 1843 et 1844, certes déjà préparé par une atténuation, entre 1842 et 1843, de la critique de ce qui est présenté comme ce que dit le manuscrit, ne se comprend qu’à la lumière de l’édition Faugère, à laquelle répond comme nous le savons la seconde édition du Des Pensées de Pascal, qui modifie la leçon de cette belle pensée en remplaçant « séparé » par « s’étant » et en précisant dans une note en bas de page :

  • 49  Faugère, p. 185.

     Les copies disent : « … séparé, mis là ; » ce qui est un non sens. Il y a bien dans le MS. : « s’estant mis là ».49

50Nous allons voir que l’opposition à la révolution philologique, quel que soit le lieu de son énonciation, se développe toujours comme une tension politique entre d’une part l’impératif moral du rétablissement de l’intégrité des écrits de Pascal, qui est contesté, et d’autre part la force et la nécessité de l’impulsion philologique, à laquelle chacun semble obligé de se céder.

Appel à la Nation

  • 50  Pierre-Henri Leroux, De la mutilation d'un écrit posthume de Théodore Jouffroy, avec une lettre à (...)
  • 51  Comme celle de nostalgies légitimistes d'ailleurs. Voir dans l'Histoire de l'édition française, T. (...)
  • 52  Instruction publique ..., 1850, « Exposition du système de l'Université » (séance de la chambre de (...)
  • 53  Cf. cette phrase de Monseigneur Denis Affre, archevêque de Paris, dans un écrit sur lequel nous re (...)

51De la mutilation d'un écrit posthume de Théodore Jouffroy , tel est, en 1843, le titre du pamphlet jeté à la face de Victor Cousin50, par lequel Pierre Leroux fait surgir dans le débat pascalien un autre ton, qui n'est pas celui de la modération, surtout pas du juste milieu, un discours qui pourrait nous sembler d'une autre époque, ou d'un autre monde, dans ces années où, depuis la loi de 1835, l'expression de nostalgies républicaines fait figure de délit51. L'idée de nation ne s'y manifeste pas, comme chez Victor Cousin, sous les espèces de l'adjectif « national » caractérisant dans le Rapport une langue, une littérature, où, ailleurs52, d'autres termes plus directement liés au domaine de la politique. Elle n'y prend pas davantage la forme d'un substantif général, susceptible de désigner diverses manifestations empiriques53. Pour Leroux, « nation » est un nom propre, et même il n'existe qu'une Nation :

  • 54  De la mutilation d'un écrit ..., 1843, « Lettre à l'Académie des sciences morales et politiques », (...)

     Je viens donc, comme en a le droit tout membre de la Nation, puisque vous êtes un corps constitué dans la Nation et par elle, je viens vous demander de veiller à ce que ces manuscrits ne soient pas anéantis54

52Le déterminant le moins précis qui soit – non pas « notre Nation », mais « la Nation » –, sans qu'aucune caractérisation ne vienne le compléter – « la nation française » par exemple –, suffit à Pierre Leroux pour désigner l'entité à laquelle son discours est censé emprunter une légitimité. Un simple citoyen fait appel à un corps constitué, émanation d'une Nation dont tous les membres sont égaux en droits, et qui ne se nomme pas « France » mais « Révolution Française » :

  • 55  Même ouvrage, p. II.

     après le dix-septième et le dix-huitième siècle est venue la Révolution Française, c'est-à-dire la nation de nos pères manifestant par des actes sa croyance philosophique !55

53Les grands auteurs du xviiie siècle et, avant tout, la Révolution, croyance philosophique en action, sont pour Leroux les seules références du passé ; nul besoin de remonter au delà vers les sources de ce qu'il faut pourtant considérer non pas comme un fleuve qui coulerait vers un aval-avenir, mais comme un océan, vaste lieu de l'aboutissement d'une pensée dont le seul devenir est un passage à l'acte, d'ailleurs déjà advenu :

  • 56  Même ouvrage, pp. I et II.

     Le Dix-Huitième siècle est l'océan dont Pascal fut l'une des sources, mais qui a laissé ses sources bien loin derrière lui. Que m'importe la pensée de Pascal quand, après Pascal, sont venus Montesquieu, J.-J. Rousseau, Voltaire, Diderot, Buffon, Helvétius, d'Holbach, Fréret, Boulanger, et tant d'autres ! Que m'importe la pensée de Pascal quant après le dix-septième et le dix-huitième siècle est venue la Révolution Française, [etc]56

  • 57  Tel est le titre que Leroux donne (lorsqu'il les édite dans le second tome de ses Œuvres en 1851) (...)

54L'objurgation, à l'encontre de la pensée de Pascal, ne doit pas s'interpréter comme la marque d'un dédain intentionnel de cette pensée, considérée au contraire C ce n'est pas là qu'une jolie image C comme l'une des sources de la philosophie du xviiie siècle, c'est-à-dire du nouveau dogme, de la nouvelle croyance, celle de l'avenir (pour l'avenir, en l'avenir), de la « doctrine de la perfectibilité »57.

La vie de l’humanité

  • 58 Liaison décisive : « Cette conception du passé qui, au lieu de voir les rapports et les harmonies, (...)
  • 59  P. 503. Titre du chapitre de quelques pages qui lui est consacré, et qui vient, bien naturellement (...)
  • 60  Même lieu.
  • 61  Même ouvrage, p. 507: « Si Pascal les avait écrites sans réserve et sans restriction, Pascal serai (...)

55Dans le mémoire qui s'attache à relier deux siècles entre eux, le xviie et le xviiie, que les uns et les autres, adversaires en matière de politique, de religion, de conception générale de la société, saisissent et brandissent comme instruments de polémique58, Pascal apparaît comme le précurseur de l'« Idée de perfectibilité quant aux sciences exactes et d'observation59 », celui « qui, le premier formula l'idée de perfectibilité »60 ; mais sa pensée ne forme qu'une station dans la marche vers le nouveau dogme, puisque, selon ce mémoire, son « âme » serait scindée en « deux voies », l'une favorable au « progrès », pour les sciences, l'autre à la chute, pour les « vérités révélées »61. Partant, violemment désireux de se tenir au christianisme, Pascal ne peut devenir le véritable fondateur de la religion nouvelle, celle de l'humanité ; et il soumet les vivants aux morts. Voilà donc les puissants motifs opposés par ce Mémoire à ceux qui voudraient retourner vers Pascal comme vers une source : ce n'est pas seulement que, depuis lui, d'autres aient porté sa pensée à un plus haut degré de perfection, mais surtout que, pour ce qui est de l'idée du progrès continu, sa pensée souffre d'inachèvement. Aussi convient-il simplement d'explorer dans toutes ses dimensions l'océan dont il est l'une des sources, et de préférer, au culte du passé, la vocation de l'avenir, la poursuite de ce que Leroux nomme l'« idéal » :

  • 62  Même ouvrage, p. 7.

     C'était un homme [Jouffroy] d'idéal, un homme que les prophéties de l'avenir avaient ému jusqu'au fond des entrailles. Et cet homme a résisté à l'idéal, jusqu'au point de compter parmi les adversaires et les persécuteurs de la vérité ! Il a résisté à l'avenir, jusqu'au point de se faire le champion du passé contre cet avenir !62

  • 63  Leroux, Pierre, De l'Humanité, de son principe et de son avenir, où se trouvent exposée la vraie d (...)
  • 64  Et non pas simplement une perpétuité métaphorique, voire une série de transmissions génétiques: «  (...)
  • 65  « De la doctrine du progrès continu », dans Œuvres, 1851, p. 84 : « L’humanité est comme un homme (...)

56Il y a donc un avenir, ce que ne laissait pas deviner la métaphore océanique ; mais il est recelé dans un certain passé, dans l'océan du xviiie siècle et de la Révolution Française qui constituent en même temps le présent et l'avenir de la pensée humaine. La destinée de l’être humain est en effet telle, selon le De l’Humanité, que chaque individu porte, réellement, tout le passé et, virtuellement, tout l’avenir de son espèce. La présence réelle du passé renvoie à une croyance en la « perpétuité des individus au sein de l’espèce »63, c’est-à-dire en une palingénésie individuelle64. Quant à la présence virtuelle de l’avenir, elle est liée à une aspiration vers l’idéal, terme final de la « course de l’humanité », se « révélant à nous d’une façon mystérieuse par les attraits les plus sublimes », mais demeurant « voil[é] à notre intelligence »65. Le présent prend donc la forme d’une perpétuelle tension entre ce passé et cet avenir, entre tradition et idéal ; aller trop vite à l’idéal serait suicidaire puisque nous ne pouvons le connaître d’avance, le prévoir, mais nous ne saurions par ailleurs renoncer à nos aspirations (à la liberté, à l’égalité, à la solidarité, au bonheur, ...) sans renier la « Tradition de nos pères », sans interrompre la marche de l’humanité dans son progrès continu :

     Nous devons contempler le passé pour nous en nourrir, le présent pour y vivre et le transformer, l’avenir pour y marcher sans nous y précipiter.

  • 66  Même lieu: « Du Progrès continu déduire l’avenir, c’est donc avant tout s’inspirer de la tradition (...)

57Seule, en effet, la contemplation du passé, nommé « progrès continu », permettrait à notre intelligence d’interpréter nos aspirations et de malgré tout, « déduire l’avenir »66.

Jouffroy pour Pascal

58La biographie de Jouffroy fournit l'image d’un combat désastreusement anti-humain entre le passé et l'avenir, que le De la mutilation participe à construire, dans l'ouverture d'un nouveau front de polémique. Jouffroy a dû renoncer à lui-même, à l'idéal, à la prophétie de l'avenir, c'est-à-dire à l'avenir lui-même, à son avenir personnel, à la venue de sa propre personne :

  • 67  De la mutilation ..., p. 8.

     Pourquoi un homme meurt-il ainsi, sans pouvoir arriver au développement de sa nature et à sa manifestation vraie ? Pourquoi y a-t-il pour ainsi dire en nous des plans divers qui se renversent et se détruisent, de telle sorte que ce qui devait être un monument se change en ruine, et que toute unité disparaît dans un chaos de pensées et d'actes incohérents et contradictoires ?67

  • 68  Même ouvrage, p. 7.

59Ce « chaos de pensées », ce monument changé en ruine, le risque de l'incohérence, la disparition de l'unité, tout cela nous rappelle que Leroux tient, dans la ligne de mire de son Mémoire, les Pensées-de-Pascal, ruine monumentale, édifice dont Victor Cousin vient de montrer à quel point il est travaillé par l’inachèvement, dans son origine, et par la corruption, dès les tout premiers développements de sa tradition. C'est en Jouffroy lui-même que se trouve l'origine de sa ruine, et c'est par lui-même que le monument a sombré dans le chaos avant même d’avoir pu devenir ce qu'il aurait dû être. Encore faut-il donner au public ces ruines telles qu'elles sont – notamment certains Écrits tournés vers l'avenir que, si nous croyons ce Mémoire, Jouffroy n'aurait pas reniés68 –, et dès aujourd'hui, sans attendre le travail d'une hypothétique postérité. Leroux expose une curieuse conception de ce qu'il nomme « l'histoire » ; il faut certes, nous le savons, se tourner vers l'avenir, un avenir déterminé par la tradition et dont on ne sait s'il doit être proche ou lointain ; mais cette étrange tension entre ce qui fut et ce qui devra être contraint à resserrer l'action dans la durée la plus réduite possible, et à entretenir une relation extraordinairement ambiguë avec le passé, avec la tradition – tradition vague, globale, celle de l’humanité dans sa marche au progrès –, dont pourtant on se recommande. Il ne semble en effet pas nécessaire de se préoccuper de ce qui a plus d'un siècle d'âge. « Aujourd'hui », « notre époque », l'« époque présente », doit recevoir tous les soins :

  • 69  Même ouvrage, « À Messieurs les Membres de l’Académie des sciences morales et politiques », p. I.

     ce qui importe dans l'histoire, c'est moins de savoir où en était l'esprit humain au xviie siècle, que de savoir où il en est aujourd'hui.69

  • 70  De l’humanité; titre du chapitre 15 « L’innéité et les conditions nouvelles d’existence remplacent (...)
  • 71  Voir ci-dessus, « Que m'importe la pensée de Pascal quant après le dix-septième et le dix-huitième (...)

60Qu'en est-il de la postérité d'un écrivain dans une telle conception de la suite des temps ? S'il faut d'abord saisir son « aujourd'hui », alors, chaque époque étant un aujourd'hui, une « notre époque », un temps présent, au prix d'une multiplication des solutions de continuité, la théorie de la « renaissance dans l’humanité » produit l’effet paradoxal – et, cependant, prévisible – d’un morcellement du temps, et de l’humanité. Cet éparpillement s’accompagne, à la fois comme corollaire et comme antidote, d’une conception de l’« innéité » censée maintenir actives dans le présent les précédentes étapes de la marche de l’humanité, les traces des vies antérieures de chacun70. C’est en relation avec cette théorie qu’il faut comprendre la foi proclamée, dans le De la mutilation, en une forme de mémoire spontanée, transmission, époque après époque, des effets des pensées, des actions qu'elles suscitent, dans une sorte d'engendrement naturel, qui rendrait vains et même néfastes les efforts de mémorisation réflexive71. Il ne faudrait plus s'efforcer de ramener dans notre temps présent des vestiges des temps présents abolis, mais s'attacher seulement à dérouler dans le bon sens la chaîne des effets. En ces temps de restaurations, Leroux s'insurge contre l'entreprise philologique qui consiste à revenir en arrière, par dessus la Révolution ; pour lui, un tel travail de la postérité détourne du temps présent comme effectuation des temps présents antérieurs. La bonne postérité d'une pensée serait alors l'oubli naturel de cette pensée dans celles qui, lui succédant, viennent prendre la place qu'elle leur aménagea, son oubli dans la mémoire plus profonde de l’« innéité » et des « conditions nouvelles d’existence ».

Victor Cousin et la postérité

61Dans le De la mutilation ..., la défiance qui touche le travail volontaire et rétrospectif de la postérité prend la forme d'une charge personnelle contre Victor Cousin, contre ce qui apparaît, chez ce puissant professeur de l’Université, comme un étrange souci de la postérité ; c’est à propos des manuscrits de Maine de Biran :

  • 72  De la mutilation, p. 45.

     [M. Cousin] garda pendant douze années la caisse des manuscrits qui lui avaient été confiés, sans rien faire connaître au public ; car c'est après plus de deux lustres qu'il en a publié quelques-uns, [...] Douze années perdues, quand il s'agit de découvertes et d'un homme comme Maine de Biran, n'est-ce rien ? Il faut supposer que, dans sa sagesse, il avait promis les écrits de Maine de Biran, comme ceux de Jouffroy, non pas à l'époque présente, mais à la postérité. Quand M. Viguier traduisit l'excellent manuel de l'histoire de la philosophie, par Tennemann, il n'était pas temps, suivant M. Cousin, de parler des idées de Hegel. La postérité, puisque postérité il y a, n'était pas encore venue en France pour ce penseur d'Allemagne.72

  • 73  Même ouvrage, p. 68.

62La perfide allusion à Hegel, que Victor Cousin était souvent accusé d'avoir « adapté », sans l'avouer, au public français, transformant, par faiblesse métaphysique, sa philosophie de l'histoire en histoire des philosophies, étend l'ombre d'un terrible soupçon sur le travail de la postérité de Maine de Biran et de Jouffroy. Ce Mémoire porte un regard extraordinairement sarcastique sur ce qu'il dénonce comme les goûts funèbres de Cousin, homme qui « exploite les tombes »73. Le cas de Jouffroy montre de quelle manière :

  • 74  Même ouvrage, p. 16; les passages en italiques signalent, chez Leroux, des citations (exactes ou s (...)

     Quoi ! Rien ne restera de votre élève ! toute consolation manque ! cette tombe engloutit tout ! Il s'agit, dans votre langage, d'une couronne terrestre, de ce qu'on appelle la gloire. Il n'y en a pas, selon vous, pour Jouffroy !74

  • 75 Même ouvrage, p. 68. Leroux reproche à Cousin de continuer à nommer ainsi Jouffroy, malgré toutes l (...)

63Cet « élève chéri »75, qui avait en tout et pour tout trois ans de moins que celui qui se présente comme son maître, n'est ainsi transmis à la postérité qu'à titre d'ébauche, prématurément fauché – à l'âge de quarante-six ans – ; déploration ignoble, selon Leroux, car, prétend-il, cet inaccomplissement résulte avant tout d'émondages effectués par celui qui semble pourtant s'en affliger : l'article « comment les dogmes finissent », tenu pour essentiel par Leroux, est ainsi passé sous silence par Cousin, qui ferait, en outre, mutiler l'ouvrage dont il patronne la publication :

  • 76  La Revue indépendante, publiée par Pierre Leroux, George Sand, et Louis Viardot, Paris, 1841.
  • 77  De la mutilation ... pp. 7-8.

     Il a écrit le morceau intitulé : Comment les dogmes finissent. Quand, il y a un an, cette Revue76 commença à paraître, nous donnâmes pour introduction ces pages écrites par Jouffroy, et qui resteront pour l'accuser et en même temps pour le faire plaindre et absoudre. Ces pages étaient, avant l'écrit posthume dont la mutilation nous occupera tout à l'heure, la plus vraie manifestation qu'il eût donnée de lui-même. Il faut ajouter qu'il ne les a jamais reniées ces pages, comment, en effet, aurait-il renié son expression la plus sublime ?77

64Ce que déplore Pierre Leroux, c'est le retard dans les effets de la pensée de Jouffroy ; pris dans un sentiment d'urgence du temps présent, il réclame au nom du public tout le champ de ruines laissé par Jouffroy plutôt que la restitution, vaine, d'une pensée révolue :

  • 78  Même ouvrage, « À Messieurs les Membres de l’Académie des sciences morales et politiques », p. I.

     La vraie pensée de Théodore Jouffroy, qui occupe un des premiers rangs parmi les penseurs de notre époque, me paraît plus importante à constater que la pensée de Pascal. Qui ne connaît la pensée de Pascal ? Deux siècles nous séparent de lui. Restituer ses moindres expressions, comme vient de le faire M. Cousin, est un soin archéologique qui a son utilité, sans doute, mais une utilité très secondaire.78

La méprise pathétique

  • 79  Nous verrons ci-dessous que sur ce point, mais par d'autres voies, les critiques chrétiens rencont (...)

65Futilité de l'archéologie : alors que l'essentiel est connu, on s'y perd dans les détails, surannés qui plus est79. La critique de l'activité pascalienne contemporaine n'est pas seulement un prétexte à l'apologie de Jouffroy ; si le De la mutilation... établit un parallèle contrapuntique entre les deux penseurs, c'est que l'un peut valoir pour l'autre, peut, avantageusement, le remplacer aujourd'hui :

  • 80  Même ouvrage, « À Messieurs les Membres de l’Académie des sciences morales et politiques », p. II.

     Jouffroy est, à quelques égards, le Pascal de notre époque. Il est mort, comme je l'ai dit, au bout du sillon ouvert par Montaigne. Montaigne est au commencement de ce sillon du doute, Pascal au milieu, lui à la fin.80

66L'expression « quelques égards » ne se justifie pas uniquement par une homologie de pensée, par l'appartenance à une même lignée, celle de Montaigne, mais aussi, semble-t-il, parce que dans Jouffroy ferait retour, aujourd'hui, dans notre présent, quelques traits propres à la persona pascalienne, sans qu'il soit d'ailleurs vraiment possible de savoir ce qui, pour De la mutilation ..., est central :

  • 81  Même ouvrage, p. 18.
  • 82  Même ouvrage, p. 46.

     Dans un des moments de répit que lui laissait la maladie, Jouffroy avait entrepris de se résumer, de dire son mot final sur la religion et la philosophie.81
     L'ouvrage, au milieu de l'impression, a été censuré, cartonné dans la partie déjà imprimée, et sévèrement examiné pour le reste.82

  • 83  Le Rapport de Cousin ne mentionne pas le problème d’éventuels cartons dans les éditions originales (...)

67Ces deux phrases pourraient tout aussi bien toucher Pascal, dont les Pensées concernent dit-on, au moins depuis l'édition de 1779, la religion et la philosophie, qui a dit son dernier mot dans des moments de répit, et dont l'ouvrage, dans le dédoublement de l' édition originaire, a été lui aussi censuré en pleine impression, et cartonné83. Aussi, dans la postérité naturelle que constitue la succession des temps présents, Jouffroy prend-il figure d'effet de Pascal, avatar du doute qui accomplit une tradition, et qui seul mérite à ce titre les soins que par une aberration du regard scientifique Victor Cousin lui refuse pour les donner à une forme antérieure et révolue. Partant, sous la lumière portée par le De la mutilation..., le Rapport apparaît comme le produit pathétique d'une méprise, le travail des Pensées devenant l'écran qui voile et révèle comme en ombres chinoises une autre opération philologique enclenchée parallèlement au même moment, mais qu'il s'avère impossible de mener à bien, sur l'autre le plus proche, l'« élève chéri ».

68Dans la substitution préconisée de Jouffroy à Pascal, doit devenir manifeste la supériorité de l'époque présente sur les temps passés, de la fin sur les commencements et sur le milieu :

  • 84  De la mutilation ... p. 55.

     Et ce qui me touche, c'est moins ce commencement et ce milieu, d'ailleurs bien connus, que cette fin marquée par Jouffroy, puisque c'est de là, et non du commencement ou du milieu, que nous, les vivants, nous avons à porter plus loin la vie que l'Humanité antérieure nous a transmise, pour que nous la transmettions à notre tour, agrandie, à nos descendants.84

  • 85  Voir la place que Pierre Leroux fait à la querelle des Anciens et des Modernes dans son analyse de (...)

69Nous savons comment, par la succession des renaissances dans le procès général de la perfectibilité, la vie peut se transmettre de l’humanité antérieure à l’humanité postérieure, en s’accroissant. Il faut, selon ces principes, préférer les vivants aux morts et, parmi les morts, les plus récents aux plus anciens ; partant, c'est le plus frais des morts, c'est-à-dire le point d'aboutissement du « sillon », de la transmission, qui doit servir de point de départ (« c'est de là [que] nous avons à porter [...] »), sans qu'il soit nécessaire de revenir vers un des termes antérieurs, toujours présents, mais sous une forme adaptée aux nouveaux vivants, dans le terme de fin. En vertu de cette très originale conception des relations entre les morts et les vivants, entre les Anciens et les Modernes85, la vie, reçue en héritage, devant être transmise « agrandie », tout se passe entre, seulement, trois générations contiguës.

Cousin l’empoisonneur

  • 86  C'est en 1842 que le dictionnaire Robert situe l'apparition de « macabre », ailleurs que d'ans l'e (...)

70Une telle phobie de la mort, et la fraîcheur du cadavre de Jouffroy, semblent conduire Leroux à manifester un attrait paradoxal pour le genre macabre86 dans le tour qu'il donne à ses dénonciations ; on y voit Victor Cousin en chirurgien s'affairant autour d'un corps sanglant :

  • 87 De la mutilation ..., p. 55. Dans Filosofia religiosa di Leroux ed eclettismo di Cousin, (Lecce, ed (...)

     Ce n'est pas un métier commode que la censure. D'abord, on n'a jamais assez d'yeux, on laisse toujours passer quelque chose. Ensuite, ce n'est pas tout que de tailler. Il faut réajuster ce qu'on coupe, faire des ligatures, comme les chirurgiens, et employer les bandes et les compresses après le bistouri.87

71Leroux retourne contre Victor Cousin, avec qui plus est la force d'une éloquence imagée, les reproches que l'académicien adresse aux éditeurs de 1670 et à Bossut : avoir ôté quelques passages (tailler, couper), avoir ajouté quelques transitions et liaisons (faire des ligatures), avoir prêté à Jouffroy des phrases entières et assez longues qu'il n'a jamais écrites (employer les bandes et les compresses).

72Ce dernier reproche, si l'on considère que l'ajout d'altérité ne reste pas dans une relation d'extériorité avec le corps blessé, mais qu'on le lui incorpore, peut s'aggraver, et tourner en accusation d'empoisonnement :

  • 88  Même ouvrage, p. 60.

     Le bistouri est votre droit, puisque vous vous êtes fait censeur. La ligature encore vous est permise, mais une ligature simple et innocente, dans le seul but de raccommoder les plaies, et de ne pas laisser les chairs par trop saignantes. Mais ce que vous avez fait ici excède le droit du bistouri et de la ligature. Vous n'êtes plus chirurgien, vous vous faites empoisonneur, vous n'émondez plus le patient, vous lui infiltrez dans les veines des substances étrangères et vénéneuses88.

73La comparaison de ces deux paragraphes montre bien que l'empoisonnement prend la place des « bandes » et des « compresses » à partir du moment où Leroux considère que la substance étrangère n'est plus simplement appliquée à la plaie (ce qui serait le cas par exemple, d'un ajout, d'un commentaire signalés comme tels), mais infusée dans ce qu'il regarde comme un corps textuel. Nécessairement, toutes les substances étrangères sont vénéneuses, lorsqu'il s'agit d'éditer les écrits propres d'un auteur ! La gradation dans le scandale, telle que la présente le De la mutilation..., laisse percevoir un violent fétichisme de l'origine, paradoxal si l'on considère que le point de départ, le commencement que l'on se donne, est précisément conçu comme non-originaire puisqu’il prend place dans un long « sillon » déjà depuis longtemps tracé. Or chacun conviendra aisément qu’il n'est au contraire pas nécessaire d'ajouter à un écrit des énoncés étrangers pour l'altérer du tout au tout, et un émondage adroit peut à lui seul produire un tel effet. Nous avons bien vu que, contrairement à ce que la philologie postule, nul travail d'édition ne peut échapper à l'opération hétérographique.

Leroux le philologue

74Le surcroît d'horreur qui affecte le remplacement de la figure du chirurgien par celle de l'empoisonneur témoigne donc d'un accord entre Leroux et Cousin sur la légitimité de la philologie. Pour l'un comme pour l'autre, cette science est fondée par la nécessité d'annuler l'altération la plus dangereuse, celle qui met, subrepticement, un faux auteur à la place du véritable, donnant à lire Roannez au lieu de Pascal, ou Cousin au lieu de Jouffroy. Le philologue renvoie alors au manuscrit pour jeter les masques à terre, ôter le déguisement des imposteurs. Leroux agit en philologue moderne lorsqu'il demande aux académiciens, à l'instar de celui qu'il dénonce, d'aller voir les manuscrits, pour empêcher Cousin de s'annexer le nom de Jouffroy :

  • 89  De la mutilation ..., « À Messieurs les Membres de l’Académie des sciences morales et politiques » (...)

     Je viens vous demander de veiller à ce que ces manuscrits ne soient pas anéantis. Qu'une commission, nommée par vous, prenne connaissance de ces manuscrits, en révèle l'état et le contenu, et en détermine, dans un Rapport, le sujet et l'importance. L'opinion publique verrait, Messieurs, avec satisfaction, ce soin religieux qui viendrait, comme une purification, après un grand scandale.89

75Dans cet appel à un Rapport de purification philologique B daté du 30 décembre 1842, de la fin de l'année où le Rapport de Victor Cousin donna l'impulsion philologique B , le De la mutilation mène à son terme la logique philologique et, ce faisant, dévoile le caractère fondamentalement religieux de la philologie, surtout peut-être de la philologie moderne, dans la mesure où elle tend à sacraliser la nation dans la célébration de ses propres œuvres. Cette requête adressée à l'un des corps de savants de la nation, pour demander que les morts illustres – en l’occurrence l’un des leurs – reçoivent les marques de piété qui leur seraient dues, donne lieu à une critique radicale de la nouvelle philologie ; ainsi Pascal, loin de ne pas être assez ancien ne serait-il pas assez moderne, ou déjà trop ancien, pour justifier le travail philologique :

  • 90  De la mutilation ..., « À Messieurs les Membres de l’Académie des sciences morales et politiques » (...)

     Sont-ce donc les morts qui ont la certitude ? En ce cas, Pascal est un mort bien moderne, et le soin qu'on prend de retrouver jusqu'aux moindres linéaments de son style est un soin bien futile.90

  • 91  Avant 1842 même, Pierre Leroux, comme l’ensemble de ses contemporains si nous apportons foi aux di (...)

76La critique de la futilité philologique révèle l'ambiguïté de l'appel à la philologie dans un ouvrage qui pose le primat du vif sur le mort. Si on affirme que « ce sont les vivants qui ont la certitude », alors toute philologie est vaine, même si, pour tenter de la justifier on prend soin de présenter les écrits d'un auteur comme un corps sanglant, à la merci d'un empoisonnement, c’est-à-dire encore vivant. Si Jouffroy a besoin d'une attention philologique, c'est qu'il n'entre pas dans le jeu naturel de la transmission de la pensée, qu'il n'a pas, à lui seul, c'est-à-dire de son vivant, produit d'effet sur l'humanité, qu'il n'a pas de postérité spontanée, immédiate ; c’est aussi qu’il semble impossible d’espérer, sans opération philologique, la renaissance d’un autre Jouffroy C plus proche encore de l’« idéal » C. A l'opposé, pourrait-on dire, Pascal offrirait le modèle de la postérité naturelle, puisque selon Leroux, sa pensée, connue pour l'essentiel, aurait, depuis deux siècles, déjà produit voire épuisé tous ses effets ; aussi ne demanderait-il aucun souci philologique. Mais ce modèle dénonce malgré lui l'illusion de la transmission naturelle de la pensée puisque, Victor Cousin vient de l'établir, ce n'est que du côté de la mort, et au prix d'un puissant et récurrent effort de médiation éditoriale que cette pensée a reçu ses postérités91.

La puissance mortifère de la philologie

77L'apologie véhémente de Jouffroy, appel pourtant pressant à l'effort philologique contre la mutilation et la mort, met en lumière la puissance mortifère de la philologie, et les substances introduites dans les écrits de Jouffroy sont d'autant plus dangereuses qu'elles proviennent, comme par hasard, d'une source de mort. Victor Cousin, bien plus encore que Jouffroy, a renoncé à lui-même, au profit du culte du passé et de ses morts :

  • 92  De la mutilation, p. 70.

     Ainsi donc, vous abandonnez le dix-huitième et le dix-neuvième siècles ! Vous abandonnez le système dont vous avez écrit, après cinq ou six ans de délibérations : ce système est le vrai. Pauvre homme qui vous abandonnez vous-même ! Et vous croyez nous ramener à l'époque où parut la Logique de Port-Royal ! Vous êtes pitoyable92.

78Toute la carrière de Victor Cousin est ici résumée, caricaturée par esprit de polémique : abandon d'un système, de siècles, dans un mouvement régressif ; passage de la philosophie, conçue il est vrai comme histoire de la philosophie, à la philologie, qui entend ramener, telles qu'en elles-mêmes, les époques révolues.

  • 93  Voir Pierre‑Henri Leroux, Réfutation de l'éclectisme, où se trouve exposée la vraie définition de (...)

79Les débats très vifs qui opposent Victor Cousin à la hiérarchie ecclésiastique dans ces années-là attestent bien que sa position est plus complexe, et que le De la mutilation, contrairement à ce qu'il pourrait faire croire, ne dresse pas le constat d'une évidence, mais prend activement part à une dispute. Il souligne les fluctuations de l'éclectisme, au fil du temps93, sa progressive mise au point comme doctrine philosophique conservatrice, sa tension vers la définition d'une pensée utopique du juste milieu, à la fois religieuse et philosophique, se gardant de toutes les convictions extrêmes. Ce balancement peut être décrit comme l'une des figures du conservatisme : non pas l'annulation de tout mouvement, mais l'oscillation la plus régulière, et de la plus faible amplitude possible. Il est clair cependant, et c'est cela qui sous6tend le blâme, que le conservatisme du juste milieu dissimule un acte qui n'est pas simplement conservateur, la définition du milieu à conserver : rien n'indique, par exemple, que le voyage éclectique parmi les systèmes philosophiques doive nécessairement élire un spiritualisme comme terme de fin.

80L'alliance de l'éclectisme et de la monarchie parlementaire du juste milieu se traduit par un exorbitant pouvoir de Victor Cousin dans le domaine de l'enseignement et de l'écriture de la philosophie :

     Jusqu'ici la pensée des philosophes avait été arrêtée dans son essor par les censures ecclésiastiques ou royales ; jusqu'ici les bourreaux chargés de détruire les écrits des philosophes ne s'étaient point trouvés dans les rangs des philosophes. Mais un philosophe censuré et mutilé dans sa pensée par un philosophe, quelle honte !

  • 94  Voir en particulier Canivez, André, Jules Lagneau, professeur de philosophie, essai sur la conditi (...)
  • 95  De la mutilation, p. 69.

La situation dominante de Victor Cousin dans l'Université et sa présence dans un grand nombre d'instances de pouvoir ont engendré cette créature monstrueuse, le philosophe censeur. Pour la philosophie, c'est l'Université qui règle les carrières94, intervient dans les publications, et désigne ce qui est digne d'être enseigné. Ainsi, sur les avis du grand philosophe officiel, le Conseil royal recommande-t-il une liste d'ouvrages de philosophie moderne où, selon Pierre Leroux, ne se « trouve rien qui puisse blesser les sacristies »95.img-1.gif

Haut de page

Notes

1  Victor Cousin, Rapport, Journal des Savants, avril 1842, p. 247.

2  « Nous n’avions entrepris qu’un travail littéraire », déclare en 1844, l’« avant-propos de cette nouvelle édition », (Des Pensées de Pascal,… 1844, p. I).

3  Victor Cousin, Cours de philosophie, introduction à l'histoire de la philosophie, cité dans Giuseppe Ferrari, et autres, Les Philosophes salariés, Paris, Payot, coll. Critique de la politique, 1983, Préface par Stéphane Douailler et Patrice Vermeren, (première édition de l’ouvrage de Ferrari en 1849), p. 36.

4  Sur l'éclectisme, en particulier sur la nécessité d'un principe et d'un système B le spiritualisme B qui donne forme à l'histoire de la philosophie, voir Émile Bréhier, Histoire de la philosophie , T. II, Philosophie moderne, 3, Le xixe siècle, période des systèmes (1800-1850), libraire Félix Alcan, Paris, 1932 pp. 656-666, et Martial Guéroult, Histoire de l’histoire de la philosophie, 3, En France, de Condorcet à nos jours, Aubier, coll. Analyse et raisons, 1988, pp. 737-747.

5  Victor Cousin, Cours de l'histoire de la philosophie moderne, Paris, Ladrange/Didier, 1846, première série, T. I, p. XI (dernier paragraphe de l'Avertissement daté du 15 décembre 1845.)

6  La présence de Descartes dans ce paragraphe, qui marque la place polémique d’une philosophie française parmi « les grandes philosophies européennes », inscrit Victor Cousin dans un mouvement historique de constitution d’une « école française » de philosophie comme cartésianisme, retracé par François Azouvi, dans l’article intitulé « Descartes », dans Les Lieux de Mémoire, III Les Frances, 3 de l'archive à l'emblème, Identifications, sous la direction de Pierre Nora, Paris, Gallimard, Bibliothèque illustrée des histoires, 1992, pp. 748-751 et 755-758. Voir aussi, toujours de François Azouvi, Descartes et la France, chapitres VII à IX.

7  Dans Philologiques I, Contribution à l'histoire des disciplines littéraires en France et en Allemagne au xixe siècle, sous la direction de Michel Espagne et Michael Werner, Paris, Éditions de la maison des sciences de l'homme, 1990, pp. 135-154.

8  Même ouvrage, p. 143.

9  Rapport, Journal des Savants, avril1842, P. 243-244.

10  Même ouvrage, p. 245

11  Même lieu.

12  Même lieu. Notons cependant que dès la première édition du Des Pensées de Pascal, en 1843, dans un passage de l’avant-propos sur lequel nous nous arrêterons tout à l’heure, le lot de Pascal semble plus enviable : « le penseur, dans Pascal a des supérieurs, mais l’écrivain n’en a pas » (p. iv).

13  Même ouvrage p. 246.

14  « Descartes est la clé de la mémoire nationale, car c’est par lui que le génie français accède à la conscience de soi. », François Azouvi, « Descartes », Les Lieux de Mémoire ..., p. 761, à propos de l’article de Nisard, « Descartes et son influence sur la littérature française », publié en décembre 1844, dans La Revue des Deux Mondes. Ajoutons que, pour Nisard, par un jeu progressif d’identifications, on passe sans hiatus de la prose cartésienne à l’universalité de l’esprit humain: « j’ai appris à reconnaître, dans le magnifique ensemble des chefs d’œuvre de l’esprit français, l’image la plus complète et la plus pure de l’esprit humain. » et « En même temps que Descartes donnait le premier une image parfaite de l’esprit français, il portait la langue à son point de perfection [...]. » Désiré Nisard, Histoire de la littérature française, 1844, respectivement T. I, Préface, p. I, et T. II, p. 96 .

15  Rapport , Journal des Savants, avril 1842, p. 247.

16  Voir ci-dessus.

17  Il y a de fortes raisons de croire, à la suite de Louis Lafuma, que ce Recueil fut confectionné en 1710 et 1711; il fut déposé à la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, à Paris, en 1711; il fait partie des collections de la Bibliothèque Nationale de France depuis 1795. Mais il n’est inventé que par Victor Cousin, qui donne le mouvement, et par Prosper Faugère qui reçoit comme nous l’avons vu l’autorisation officielle de le faire sortir du fonds d’archives pour le porter à la connaissance du public.

18  Rapport , Journal des Savants, avril 1842, p. 244

19  P. 417.

20  P. XII

21  Préface anonyme, mais dont, dit-on Villemain serait l’auteur. Nous citons ci-dessous le texte fourni par Les Préfaces du Dictionnaire de l’Académie française, 1694-1992, sous la direction de Bernard Quemada, Paris, H. Champion, coll. « Lexica », 1997. La Préface de l’édition de 1835 est présentée et annotée aux pages 309 à 378 par Henri de Vaulchier. Cette présentation, au demeurant très riche, fort documentée (en particulier en ce qui concerne les réactions de la presse), ne fait pas état d’une opposition avec Victor Cousin sur les questions de la valeur d’un éventuel dictionnaire historique, du déclin de la langue, et de la nature du temps présent.

22  Les Préfaces du Dictionnaire de l’Académie française, 1694-1992, p. 355.

23  Même ouvrage, p. 336.

24  Même ouvrage, p. 326.

25  Même ouvrage, p. 325-326.

26  Même lieu. p. 329.

27  Même ouvrage, p. 361.

28  « Peut-être même cette autorité souveraine du goût et du langage de la cour eût été moins heureuse pour les arts, si elle n’avait été mélangée et combattue par une autre influence, qui tenait à l’esprit même du temps, celle des controverses religieuses. Ce fut là, pour l’esprit de la nation, une plus sévère école, d’où sortaient le sérieux, la simplicité, la liberté du langage. Après la cour, après les conversations et les fêtes ingénieuses de Versailles, il y avait les solides entretiens de Port-Royal, l’apostolat perpétuel de ses solitaires, leurs liaisons fréquentes avec la magistrature, et avec le peu de libres consciences qui, sans se séparer de l’ancienne foi, n’étaient pas toutes soumises au roi et au pape. Port-Royal était une secte, dans le sens le plus honorable du mot. Par là, il eut et garda, pendant le dix-septième siècle, une grande influence sur les mœurs, les écrits, la langue. L'action isolée d'un homme de génie n'a pas ce pouvoir : il fait quelques bons ou quelques mauvais imitateurs ; mais, pour modifier l'usage, pour mettre une empreinte nouvelle sur l'esprit d'un peuple, il faut l'influence d'une opinion qui a de nombreux organes, et qui tour à tour agit, parle, écrit, et intéresse par ses combats et ses souffrances. Ce fut le sort et le privilège de Port-Royal.
     En rappelant sur quelques points les esprits au libre examen, en mêlant la philosophie à la religion, et toutes deux aux lettres, Port-Royal donna le goût d’une diction sérieuse et nourrie, qui rapprochait la langue française des sources antiques d’où elle est sortie. Par une controverse assidue sur des questions de métaphysique, ces pieux solitaires firent entrer dans l’usage du monde une foule d’expressions qui tendaient à spiritualiser notre idiome, et à le rendre plus exact et plus précis. De là venait la grande part que les critiques donnaient à Port-Royal dans le perfectionnement du langage.
      Arnauld et ses amis aidaient plus sensiblement encore à ce progrès par leurs travaux sur la grammaire générale et sur l'analyse comparée des langues. Pour la première fois, depuis la renaissance, la méthode philosophique dirigeait la philologie ; et tout l'artifice de la pensée était cherché dans l'artifice du langage. Un caractère essentiel de la langue française, celui qui la rend si propre aux sciences, aux affaires et à la vie, celui qu'elle ne peut perdre sans changer tout à fait, la clarté, instinct de notre esprit, devenait de plus en plus une loi de notre littérature. Elle se marquait par l'ordre direct du langage, la lumière des expressions, et cette netteté précise, où l'on reconnaît à quelques égards l'influence de la géométrie, de cette science judicieuse qui avait formé Descartes, et dont Pascal et ses amis mêlèrent l'inflexible justesse à l'ardeur même de l'éloquence. Les admirables Discours sur la logique étaient, pour Port-Royal, le fondement de toutes les études de langue et de goût. Tout, dans l'art d'écrire, y était ramené à l'art de penser, mais avec cette vive intelligence de la passion et du beau, qui distingue les vues de Pascal sur l'éloquence des critiques de Condillac sur le style.
     Enfin, les écrits corrects et savants de Port-Royal excitaient dans le parti contraire, jusque-là tout empreint de barbarie scolastique, une émulation de délicatesse, un soin scrupuleux de la diction, qui fut, après les ouvrages de génie, le secours le plus utile à la pureté de la langue. En s'occupant, vingt années encore après les Provinciales, à chicaner subtilement le style de Pascal, les jésuites apprenaient à bien écrire. En relevant avec ironie la gravité un peu uniforme, les longues périodes et les expressions parfois inusitées des autres écrivains de Port-Royal, ils s'essayaient eux-mêmes à un style plus facile et plus libre, sans être moins correct. La langue commune s'enrichissait de toutes parts, et prenait tous les tons. C'était une monnaie courante, dont les types réguliers et nets se multipliaient à l'infini pour suffire au commerce croissant des idées, indépendamment de ces médailles à part que frappe le génie, et qu'il se réserve. De bons ouvrages de critique, un peu minutieux, de subtiles analyses de la langue et de la diction servaient à fixer le goût public, que les écrits des grands hommes avaient vivement saisi, et d'abord enlevé à ces fausses admirations que fait naître l'inexpérience de l'art ou la satiété du vrai beau.
     Il s'était donc formé, pour la langue et le style, cette sorte d'unité, qui se concilie très-bien avec la différence des génies, mais qui leur laisse à tous, dans leur libre physionomie, un air de famille et une parenté naturelle. Cette ressemblance dominait toutes les diversités d'opinion et de parti. Pour l'exactitude, la force et la gravité du langage, le jésuite Bourdaloue paraissait un élève accompli de Port-Royal. Quinault, dédaigné par Racine, avait dans la mélodie de ses paroles quelques accents de la même voix ; et il n'était pas jusqu'à Perrault, l'ennemi des anciens, qui ne fût classique pour la langue, et n'eût, en prose du moins, beaucoup de naturel et de simplicité. » Même ouvrage. p. 338-341.

29  « Instruction publique en France sous le gouvernement de Juillet », dans Œuvres de M. Victor Cousin, cinquième série, Paris, Pagnerre, 1850.

30  « Instruction publique ... », t. I, p. 239 et 242-243; nous soulignons.

31  Ainsi l’inscription des auteurs nationaux dans les programmes de l’enseignement secondaire, et leur étude philologique dans le cadre d’un apprentissage d’une langue nationale comme idiome historique, portant en lui le passé d’une nation, apparaît-elle comme un mouvement pédagogique de longue durée couvrant tout le dix-neuvième siècle. Voir Michel Charles, L’Arbre et la source, éd. du Seuil, col. Poétique, Paris, 1985, pp. 253-276, « Lanson et l’écriture », et les références bibliographiques indiquées p. 318.

32  Certes, comme nous le savons, l’édition de 1844, et celle, expurgée, de 1848 qui en émane, ne peuvent être raisonnablement considérées comme des applications des principes dégagés dans le Rapport. Elles résultent pourtant bien toutes deux du terrible travail de destruction critique de ce Rapport.

33 Des Pensées, 1843, Avant-propos, p. IX : « pour le style, Pascal aura été livré à l’abbé Périer et à M. de Roannez : aussi, nous est-il arrivé mutilé et défiguré de toutes les manières. »

34  Pour notre analyse, il est indifférent de savoir si le dictionnaire de 1879 enregistre tardivement un usage déjà ancien (antérieur à 1835) ou si cet emploi est tout à fait récent, et cette variation n'est ni plus ni moins pertinente, qu’elle signale une évolution de l'usage ou qu’elle ne corresponde qu’à une apparition dans le dictionnaire.

35  Voir notamment Le grand Robert dictionnaire de la langue française et le Petit Robert qui, dès 1969, dans l'entrée « défigurer », s'attachent à laisser percevoir le caractère secondaire et dérivé du prétendu sens propre et premier de ce verbe; quant à « figure » au sens de « visage », il n'apparaît qu'au xviie siècle et ne se généralise qu'au xviiie (voir le grand et le petit Robert, et W. V. Wartburg, Französisches Etymologisches Wörterbuch, 1949). Notons cependant comme confirmation de notre analyse de cette force de fascination et de répulsion, que le Trésor de la langue française (1979) et la dernière édition du Dictionnaire de l'Académie (1986) donnent des présentations proches de celles que nous analysons et, se conformant ainsi à une sorte de sens commun de la signification, font dériver métaphoriquement (et par « extension ») tous les sens de « défigurer » de son acception la plus récente.

36  Des Pensées, 1843, Avant-propos, p. VII.

37  Même ouvrage, p. V.

38  Faugère , p. XIII.

39  Même lieu.

40  Même lieu.

41  Des Pensées, 1843, Avant-propos, p. III-IV.

42  Rapport , Journal des Savants, juillet 1842, p. 414.

43  « séparent ce qui était uni, unissent ce qui était séparé, , développent ce qui était abrégé, abrègent ce qui était développé » (nous soulignons).

44 Des Pensées, 1843, Avant-propos, p. X.

45  Même ouvrage, septembre 1842, p. 532.

46  Même ouvrage, juillet 1842, p. 415.

47  Des Pensées de Pascal, 1843, p. 91.

48  Des Pensées de Pascal, 1844, p. 92. Dans les Études sur Pascal, dans lesquelles le Rapport est publié à nouveau en 1857, on trouve p. 169 « On n’avait guère besoin de la correction […] ».

49  Faugère, p. 185.

50  Pierre-Henri Leroux, De la mutilation d'un écrit posthume de Théodore Jouffroy, avec une lettre à l'Académie des sciences morales en appendice, pour faire suite à la réfutation de l'éclectisme, Paris, 16, rue des Saints-Pères, 1843.

51  Comme celle de nostalgies légitimistes d'ailleurs. Voir dans l'Histoire de l'édition française, T. III, le chapitre de Pierre Casselle, « Le régime législatif », pp. 47-49 sur la monarchie de Juillet: « La loi du 9 septembre 1835 introduisait une innovation importante dans la législation: toute provocation aux attentats contre le roi, toute offense au roi, toute attaque contre le gouvernement, par voie de presse, périodique ou non, constituait un attentat à la sûreté de l'État, qu'elle ait été ou non suivie d'effet. Il était désormais interdit de se qualifier de républicain ou d'appeler de ses vœux le retour sur le trône de la branche aînée des Bourbons.Cf également ci-dessus le « mot de vérité » extrêmement mesuré de Faugère.

52  Instruction publique ..., 1850, « Exposition du système de l'Université » (séance de la chambre des Pairs du 21 avril 1844), T. II, p. 40 : « Depuis des siècles, la royauté avait commencé et poursuivi ce grand travail de l'unité nationale: la révolution l'acheva. Administration, justice, finance, clergé, instruction publique, tout était divisé, tout était local, la lutte était partout, l'harmonie nulle part. Tous ces éléments opposés se fondirent dans la fournaise ardente de la révolution, et il en sortit la France nouvelle. Chose admirable! quand le travail fut terminé, il se trouva que la puissance nationale était centuplée, et qu'en même temps l'individu était émancipé. »

53  Cf. cette phrase de Monseigneur Denis Affre, archevêque de Paris, dans un écrit sur lequel nous reviendrons, son Mémoire sur l'enseignement philosophique adressé à la chambre des Pairs en 1844: « Tous les germes funestes, qui sont déposés au sein d'une nation, ne s'y développent pas sans doute avec la même facilité, avec la même énergie [...] » (Publié dans Stéphane Douailler, et autres, La Philosophie saisie par l'état, Aubier, 1988, p. 313.)

54  De la mutilation d'un écrit ..., 1843, « Lettre à l'Académie des sciences morales et politiques », p. III.

55  Même ouvrage, p. II.

56  Même ouvrage, pp. I et II.

57  Tel est le titre que Leroux donne (lorsqu'il les édite dans le second tome de ses Œuvres en 1851) à trois mémoires publiés entre 1833 et 1835 dans la Revue Encyclopédique, et intitulés: « de la loi de continuité qui unit le dix-huitième siècle au dix-septième; progrès continu », « De la doctrine du progrès continu » ; « Des rapports du christianisme avec la doctrine philosophique du progrès ».

58 Liaison décisive : « Cette conception du passé qui, au lieu de voir les rapports et les harmonies, ne voit au contraire, dans la tradition, que le désordre et le chaos, n'est propre qu'à engendrer ou à augmenter le scepticisme que le spectacle des luttes de notre temps inspire naturellement à beaucoup d'esprits. Sur ce point comme sur d'autres, le calme et la foi ne peuvent renaître que d'une contemplation savante et profonde qui nous amène à concevoir comment cette lutte des siècles qui nous ont précédés et engendrés n'est qu'apparente, [...] » Pierre Leroux, « De la loi de continuité qui unit le dix-huitième siècle au dix-septième », Revue encyclopédique, mars 1833, pp. 465‑538.

59  P. 503. Titre du chapitre de quelques pages qui lui est consacré, et qui vient, bien naturellement, après celui de Descartes.

60  Même lieu.

61  Même ouvrage, p. 507: « Si Pascal les avait écrites sans réserve et sans restriction, Pascal serait le fondateur de la philosophie religieuse de l'avenir; car nul doute que le dogme du progrès doit engendrer une religion de l'humanité, comme le dogme de la chute fut le fondement de tout le christianisme. Mais Pascal voulait être chrétien, il faisait effort pour être chrétien; son âme était divisée en deux voies ! [...] Il est pour le progrès quand il s'agit de la science, donc il sera pour la chute quand il s'agira de ce que l'on appelle les vérités révélées.

62  Même ouvrage, p. 7.

63  Leroux, Pierre, De l'Humanité, de son principe et de son avenir, où se trouvent exposée la vraie définition de la religion et où l'on explique le sens, la suite et l'enchaînement du Mosaïsme et du Christianisme, texte revu par Miguel Abensour et Patrice Vermeren, s.l., Fayard, Corpus des œuvres philosophiques en langue française, 1985, (reprise de la seconde édition, « en tous points conforme », est-il prétendu, à la première, de 1840), p. 212 (fin du titre du chapitre 14).

64  Et non pas simplement une perpétuité métaphorique, voire une série de transmissions génétiques: « Donc, puisque cet enfant n’est pas un être nouveau, un être né d’hier, et qui ait passé du néant à ce degré surprenant de vie et d’intelligence, il faut que, dans sa vie immédiatement antérieure, il ait été ou déjà homme, ou animal , ou plante. Ainsi, de toute nécessité, il faut admettre ou le système indéterminé des métempsycoses, ou le système déterminé de renaissance dans l’humanité, que je soutiens. » (Même ouvrage, pp. 213-214)

65  « De la doctrine du progrès continu », dans Œuvres, 1851, p. 84 : « L’humanité est comme un homme qui marche [...] Nous marchons sous l’œil de Dieu , vers un avenir inconnu. Le terme ultérieur de la destinée humaine nous est aussi ignoré que le point initial. Si nous connaissions l’idéal divin qui nous est réservé, qui pourrait nous empêcher de nous y précipiter, et d’achever ainsi d’un seul bond la course de l’humanité? Mais (et ç’a été là l’erreur de tant de révélations qui ont voulu terminer en quelques instants la marche de l’humanité), ce ne serait pas une transformation, une transfiguration, un progrès successif, qu’une telle absorption dans le but final, ce serait un suicide. Cet idéal donc, tout en se révélant à nous d’une façon mystérieuse par les attraits les plus sublimes, reste voilé pour notre intelligence. Notre condition est d’être à la fois attirés et retenus, attirés vers l’avenir, retenus par le passé. »

66  Même lieu: « Du Progrès continu déduire l’avenir, c’est donc avant tout s’inspirer de la tradition actuelle de la France et de l’Europe; c’est prendre les questions comme les ont posées la Philosophie et la Révolution.

67  De la mutilation ..., p. 8.

68  Même ouvrage, p. 7.

69  Même ouvrage, « À Messieurs les Membres de l’Académie des sciences morales et politiques », p. I.

70  De l’humanité; titre du chapitre 15 « L’innéité et les conditions nouvelles d’existence remplacent la mémoire »; notamment, même page: « L’innéité et les conditions diverses que les êtres réapparaissant aujourd’hui à la vie apportent en naissant remplacent évidemment la mémoire perdue de leur existence passée. Cette mémoire est entrée, pour ainsi dire, plus profondément dans leur être [...] »

71  Voir ci-dessus, « Que m'importe la pensée de Pascal quant après le dix-septième et le dix-huitième siècle est venue la Révolution Française, [etc] ».

72  De la mutilation, p. 45.

73  Même ouvrage, p. 68.

74  Même ouvrage, p. 16; les passages en italiques signalent, chez Leroux, des citations (exactes ou supposées) de l'Éloge funèbre de Jouffroy par Cousin.

75 Même ouvrage, p. 68. Leroux reproche à Cousin de continuer à nommer ainsi Jouffroy, malgré toutes les trahisons.

76  La Revue indépendante, publiée par Pierre Leroux, George Sand, et Louis Viardot, Paris, 1841.

77  De la mutilation ... pp. 7-8.

78  Même ouvrage, « À Messieurs les Membres de l’Académie des sciences morales et politiques », p. I.

79  Nous verrons ci-dessous que sur ce point, mais par d'autres voies, les critiques chrétiens rencontrent Leroux.

80  Même ouvrage, « À Messieurs les Membres de l’Académie des sciences morales et politiques », p. II.

81  Même ouvrage, p. 18.

82  Même ouvrage, p. 46.

83  Le Rapport de Cousin ne mentionne pas le problème d’éventuels cartons dans les éditions originales ; mais Faugère le fait, à deux reprises, en citant, p. XI de l’Introduction, un extrait de la relation par Desprez de son entretien avec l’archevêque de Paris, puis en publiant, en Appendice, p. 400, de larges extraits de ce récit. Le De la mutilation, toutefois, est publié en 1843, et l’épître dédicatoire datée de décembre 1842.

84  De la mutilation ... p. 55.

85  Voir la place que Pierre Leroux fait à la querelle des Anciens et des Modernes dans son analyse des antécédents de la doctrine du progrès continu: Revue encyclopédique, mars 1833, p. 513; « Doctrine de la perfectibilité relativement à la littérature et aux beaux-arts. Charles Perrault. » (titre de chapitre).

86  C'est en 1842 que le dictionnaire Robert situe l'apparition de « macabre », ailleurs que d'ans l'expression « danse macabre ». L'Histoire de la langue française de Ferdinand Brunot (T. XII) insiste sur le goût du public, dans la première moitié du xixe siècle, pour le genre macabre.

87 De la mutilation ..., p. 55. Dans Filosofia religiosa di Leroux ed eclettismo di Cousin, (Lecce, ed. Milella, 1992), Fernando Fiorentino fait remarquer que c’est l’ensemble de l’éclectisme qui, aux yeux de la philosophie de l’humanité, ressemble au bistouri de l’anatomiste : « La separazione, la scissione, l’analisi, introdotta dall’eclettismo nello studio della storia, era simile al bisturi dell’anatomista, che inizia la sua opera di selezionamento solo nel momento in cui le membra sono state abbandonate dalla vita. L’eclettismo si prestava magnificamente a spiegare la morte, ma si revelava inadeguato a spiegare la vita dell’umanità, che consiste, appunto, in quella sintesi, in quel legame, che unisce tutti gli uomini di tutti tempi, in essi circolando come circola la linfa in tutte le parti di un albero. » (p. 278-279)  « la séparation, la scission, l'analyse, introduite par l'éclectisme  dans l'étude de l'Histoire, était semblable au bistouri de l'anatomiste, qui ne commence son œuvre de sélection qu'au moment où les membres ont été abandonnés par la vie. L'éclectisme se prêtait magnifiquement à expliquer la mort, mais se révélait inadapté pour expliquer la vie de l'humanité, qui consiste, précisément, en cette synthèse, en ce lien-là, qui unit tous les hommes de tous les temps,et qui circule en eux tout comme circule la sève dans toutes les parties d'un arbre. » (trad. Alice Cantillon)

88  Même ouvrage, p. 60.

89  De la mutilation ..., « À Messieurs les Membres de l’Académie des sciences morales et politiques » , p. III.

90  De la mutilation ..., « À Messieurs les Membres de l’Académie des sciences morales et politiques », p. II

91  Avant 1842 même, Pierre Leroux, comme l’ensemble de ses contemporains si nous apportons foi aux dires de Faugère, connaissait, et minimisait, le rôle de la reprise philologique d’après-coup dans la réalisation des virtualités de la pensée de Pascal; c’est ainsi que, en 1835, dans son mémoire « De la loi de continuité qui unit le dix-huitième siècle au dix-septième », il présente Bossut, sur le ton du rappel d’une évidence (« On sait que [...] »), comme celui qui a donné « la totalité du manuscrit original de Pascal » (p. 503).

92  De la mutilation, p. 70.

93  Voir Pierre‑Henri Leroux, Réfutation de l'éclectisme, où se trouve exposée la vraie définition de la philosophie, et où l'on explique le sens, la suite, et l'enchaînement des divers philosophes depuis Descartes, Paris, C. Gosselin, 1839, pp. 71-75 : « Variations successives de M. Cousin »

94  Voir en particulier Canivez, André, Jules Lagneau, professeur de philosophie, essai sur la condition du professeur de philosophie jusqu'à la fin du xixe siècle, T. I, Les Professeurs de philosophie d'autrefois, T. II, Jules Lagneau, Strasbourg, Faculté des lettres de l'université de Strasbourg, 1965, 599 p. (les deux tomes en pagination continue) ; Stéphane Douailler et autres, La Philosophie saisie par l'état, Aubier, 1988, et Giuseppe Ferrari et autres, Les Philosophes salariés, Paris, Payot, coll. Critique de la politique, 1983, 317 p.

95  De la mutilation, p. 69.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Cantillon, «  IV - L'autodafé », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers d'Alain Cantillon, Le Pari-de-Pascal, chapitres détachés, mis en ligne le 04 novembre 2014, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5480

Haut de page

Auteur

Alain Cantillon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org