Navigation – Plan du site
Figures et attitudes dissidentes

Littérature dissidente ou tributaire de la polémique réformée ?

George Hoffmann

Résumés

La pensée de trois dissidents notoires du xvie siècle, Jacques Gruet, Noël Journet et Geoffroy Vallée, est comparée à la polémique réformée pour suggérer qu’ils sont moins en rupture avec la pensée officielle de leur temps qu’on l’a prétendu. Ce constat permet de revenir sur Carlo Ginzburg et les débats suscités par son œuvre. La dissidence à la Renaissance : mouvement propre ou épiphénomène de la Réforme ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le Problème de l'incroyance au xvie siècle, 1942, Paris, A. Michel, 1968, voir l’apologie que fait (...)

1On connaît trop bien la fin de non-recevoir que Lucien Febvre opposa jadis à l’éventualité d’un athéisme au xvie siècle1. À défaut de « l’outillage mental » nécessaire, les hommes de la Renaissance étaient incapables de penser l’athéisme. On connaît aussi les arguments de poids avec lesquels rétorqua Henri Busson, notamment dans la deuxième édition (1957) de son Rationalisme dans la littérature française de la Renaissance, 1533-1601. Depuis, François Berriot étaya les exemples de H. Busson grâce aux recherches d’archives publiées dans Athéismes et Athéistes au xvie siècle en France (1984).

  • 2  « Le mythe de l'athéisme de la Renaissance et la tradition française de la libre pensée », Bibliot (...)

2Face au clivage entre ces deux partis-pris, certains cherchaient à esquiver le débat, comme Paul Oskar Kristeller qui a proposé d’y voir plutôt un « mythe » de l’athéisme au xvie siècle exerçant aux siècles suivants un effet de Pygmalion2. Plus pugnaces, d’autres tranchaient la question, notamment Carlo Ginzburg qui, dans son Il formaggio e i vermi (1976), rendit célèbre un pauvre meunier débitant des hétérodoxies devant l’Inquisition. Selon lui, la dissidence trouva sa voix longtemps avant l’outillage qu’évoque Febvre.

  • 3  John Edwards, “Religious Faith and Doubt in Late Medieval Spain: Soria circa 1450-1500”, Past and (...)
  • 4 The Churching of America, 1776-1990: Winners and Losers in Our Religious Economy, 1992, 2e éd., New (...)
  • 5  Jean Delumeau, Le Catholicisme entre Luther et Voltaire, Paris, P. U. F., 1971.

3À ce volumineux dossier, on ajoutera des études anglo-saxonnes plaidant elles aussi pour un plein essor de la dissidence avant l’ère moderne : les découvertes de John Edwards dans les archives espagnoles ou celles de Nicolas Davidson dans les archives italiennes, un riche recueil d’études dirigé par David Wootton, un essai fort stimulant de Roger Pooley3... Sans aller toutefois aussi loin que les sociologues Roger Finke et Rodney Stark, prenant l’incroyance pour règle avant l’époque moderne4, on constatera cependant que les thèses de Jean Delumeau reçurent un bien meilleur accueil que celles de L. Febvre. Selon J. Delumeau, il revenait à la foi de se forger un outillage convenable au cours du très lent processus de christianisation s’étendant jusqu’au xviiie siècle et qui, dans de nombreuses régions françaises au xvie siècle, n’en était qu’à ses débuts5. Le procès de l’existence d’une réelle dissidence (et non d’une hétérodoxie imaginée et fantomatique) semble aujourd’hui définitivement clos.

4Cette étude n’entend pas revenir aux thèses surannées de L. Febvre, non seulement à cause des contre-exemples historiques cités, mais aussi en raison de la confusion conceptuelle qui nuit à son argumentation. L’« outil mental » constitue-t-il un moyen pour réaliser une fin – selon le sens courant qu’a la notion d’« outil » ? – Dans ce cas, il aurait fallu l’athéisme déjà en vue pour en forger les outils, et des incroyants en puissance n’auraient conçu ces instruments que pour mieux penser une dissidence déjà établie. Ou bien, ces outils agiraient-ils comme la cause d’un effet ? Est-ce à dire que les hommes n’entrevirent la possibilité de l’incroyance qu’à partir de la découverte fortuite de ces instruments ? Si leur adhésion à la foi fut aussi absolue que le suggère cette deuxième possibilité, comment avoir créé un outillage aussi subversif ? L. Febvre n’hésite pas à dépeindre le passé comme une prison (attitude étonnante de la part d’un historien !) :

  • 6  Le Problème de l'incroyance, op. cit. (l’éd. de 1968), p. 308-9, 336, 349. Stuart Clark fait remar (...)

Une chaîne de cérémonies, de traditions, de coutumes, de pratiques se tendait, qui toutes étant chrétiennes ou christianisées, liaient l'homme malgré lui, le tenaient captif, même s'il se prétendait libre. […] La pensée latine restait une pensée morte, […] elle tenait [les hommes] asservis à des façons de penser et de sentir archaïques, périmées. […] Leur pensée, et leur sensibilité et leur volonté, se trouvaient enchaînées par le christianisme6.

  • 7  Le Rationalisme, op. cit., p. 11.

5Ainsi les raisons qui menèrent à l’athéisme sont-elles occultées… Comme le disait H. Busson : « Si dans un milieu croyant ne peut naître un incroyant, il n'en sortira donc jamais »7.

  • 8  Jean Wirth, « La naissance du concept de croyance (xiie-xviie siècles) », Bibliothèque d'Humanisme (...)
  • 9  Susan Reynolds, “Social Mentalities and the Case of Medieval Scepticism”, Transactions of the Roya (...)

6La notion de « mentalité » recèle un postulat tendancieux qui fait pencher l’analyse vers la conformité. Le terme implique l’adhésion sans interroger ses modalités et leurs limites pour déterminer ses qualifications éventuelles8. Ainsi procède-t-on à l’homogénéisation d’un peuple en estompant les différences individuelles par rapport à leur niveau d’engagement ou de recul9. Sans le dire aussi crûment, les historiens risquent de suggérer qu’une mentalité opère de manière coercitive, et ce, au grand dam du phénomène en question. L. Febvre n’était en rien le partisan du christianisme ; s’il refusait l’éventualité de l’athéisme au xvie siècle, c’était pour mieux réserver la dissidence religieuse à l’ère moderne qui en aurait la prérogative exclusive :

  • 10  Le Problème de l'incroyance, op cit. (l’éd. de 1968), p. 426.

Ni Rabelais, ni ses contemporains n'avaient encore la pierre de touche, la seule qui pût leur permettre de choisir, la bonne balance à peser les opinions : une forte méthode scientifique10.

  • 11  Pour ne citer que quelques repères, Max Weber, Wirtschaft und Gesellschaft : Grundriss der versteh (...)

7La religion s’est ici assimilée à une espèce d’ignorance, l’histoire revêt une forme téléologique et l’homme du xvie siècle se définit par ses carences. Voltaire aurait pu s’en réjouir… Ces conséquences étaient d’autant plus regrettables chez un illustre historien qu’il disposait des moyens de les éviter. Il existe une longue tradition d’étude en anthropologie qui s’attache à penser le problème de l’adhésion aux « normes » en même temps que l’étendue d’un scepticisme autochtone11.

8Et pourtant, traiter de la dissidence engage à la prudence. Transformer les hommes du xvie siècle en nos semblables est trop facile, surtout lorsqu’il s’agit d’opinions religieuses, a fortiori dans le milieu universitaire actuel, trop souvent occupé à célébrer sa propre laïcité. Cherchons la dissidence, certes, mais la vraie, celle qui s’articule selon les termes et les modes d’appréhension propres à l’époque étudiée, pas à la nôtre. Dans cette optique, la présente étude se propose de revenir sur certaines des pièces à conviction utilisées par H. Busson et F. Berriot dans leurs réquisitoires.

9Dans ces réquisitoires, Noël Journet figure au premier plan. Instituteur et ancien soldat, il fut brûlé en 1582, à Metz, pour athéisme. Après avoir adhéré à la Réforme d’obédience calviniste, il décide d’instaurer son propre culte et cherche à recruter des disciples tout en rédigeant des pamphlets qu’il veut faire imprimer aux Pays-Bas. On voit qu’il suit les traces de ses anciens coreligionnaires, du moins quant aux méthodes qu’il emploie pour diffuser sa doctrine.

10Selon Jean Chassanion, un détracteur coriace à qui nous devons la plupart de nos renseignements sur lui, Journet se moqua de l’histoire de Samson, en relevant une aberration architecturale sur un mode qui évoque le scepticisme moderne :

  • 12  Réfutation des erreurs estranges et blasphemes horribles contre Dieu et l'Escripture Sainte, Stras (...)

[...] les deux colonnes […] debvoyent estre bien près l'une de l'autre ou […] il avoit les bras bien longs12.

  • 13  Ibid., p. 20, 21, 27.
  • 14  Ibid., p. 7, 14, 18.

Ailleurs, il se plaît à dénombrer les contradictions bibliques dans le récit faisant état de la mort de Moïse alors qu’il est censé en être l’auteur ; ou, encore, dans celui où il est écrit que la femme d’Abraham est « ancienne » mais ensuite suffisamment jeune cependant pour être convoitée par d’autres hommes ; on assiste à la destruction de tout le bétail d’Égypte déjà exterminé par un fléau précédent13… À travers de tels exemples, Journet vise par-dessus tout l’autorité des Saintes Écritures, qualifiées de « fables », traitant la figure de leur premier prophète, Moïse, de « meurtrier […] enchanteur […] capitaine des Brigands14 ».

  • 15  L'Alcoran des Cordeliers […] Recueil des plus notable bourdes et blasphemes de ceux qui ont osé co (...)
  • 16 Ibid., t. 2 : p. 227.
  • 17 Ibid., t. 1 : p. 60.

11Ce ton péremptoire et railleur évoque on ne peut mieux celui des commentaires caustiques de Badius, qui, dans L’Alcoran des Cordeliers, se moque des légendes attribuées à François d’Assise. Il cite, par exemple, le soin des stigmates confié au seul frère Léon. Et Badius, hilare, d’ajouter : « Il faut dire qu'il estoit barbier » – les barbiers servaient alors de chirurgiens qui pratiquaient la saignée15. Le fantôme de François livre certains secrets à frère Jean qui refuse d’en parler : « Comment le scais-tu donc ? » demande Badius au narrateur16. Après avoir donné ses habits à frère Ruffin, François se déshabille de nouveau et s’expose au supplice d’une haie d’épines recouverte de neige ; Badius termine brusquement : « Je ne sçay où il avoit si tost recouvré des habits, veu qu'il avoit donné les siens à frere Ruffin »17.

  • 18 Ibid., p. 61, 90, 95.

12À la place du saint patron des animaux, on découvre un charlatan qui dresse les oiseaux et les fait passer pour des apparitions du Saint-Esprit. Ailleurs, un complice menace quelques oiseaux dont les gazouillis perturbent la prédication du saint et, ô miracle ! ils s’envolent. Et Badius d’expliquer : « il ne faut pas faire un miracle d'avoir effarouché des oiseaux ». Un rocher porte l’empreinte de la main de François ? Il rétorque : « Comme s'il estoit impossible de creuser un rocher tout exprès ! »18 Des poissons s’assemblent près de la rive non loin de frère Antoine et paraissent l’écouter :

Encore que ceste fable fust vraye ou vray semblable, n'est il pas facile de faire venir les poissons au bord de l'eau en leur jettant de l'appast ?

Il résume :

  • 19  Ibid., p. 129, 220.

Comme on se fait à croire que les choses disent telle chanson qu'on veut : aussi est-il aisé d'interpreter les gestes des bestes en tel sens qu'on veut : car elles n'ont garde de dire que non.19

13Bien que le scepticisme moqueur de Journet à propos de Samson puisse paraître outrancier, il semble en tout point s’accorder aux formes de discours en vigueur à l’époque, qui ne choquaient pas outre mesure Calvin et ses compagnons. Aux invraisemblances du héros biblique répondent les absurdités du saint médiéval. Certes, les écrits bibliques jouissent d’un statut tout à fait différent de celui de l’hagiographie franciscaine. Mais trop insister sur ce point reviendrait à oublier que pour la plupart, le christianisme reste encore une religion d’Église dans son acception d’ecclesia, de communauté, et non une religion du texte. Si Journet remet en cause le statut des Saintes Écritures, on peut concevoir que ce n’est pas tant une attaque contre les fondements du christianisme qu’une résistance à la religion de la sola scriptura de Genève, même si les autorités le perçurent différemment.

  • 20  F. Berriot, Athéismes et athéistes, op. cit., p. 244, 248.

14Condamné pour « athéisme », Journet semble s’en prendre non à Dieu, mais au dieu de Calvin : « Calvin a fait ung Dieu cruel […] luy dit en oultre que Dieu [est] un Dieu meurtrier ». Prisonnier du conflit opposant l’Église romaine aux confessions réformées, Journet ne choisit « ne d’une ne d’autre Religion20 ». Son attitude n’est pas sans rappeler celle du Rabelais du Quart livre qui se moque des Papimanes comme des Papefigues, des tenants du Mardi Gras comme de ceux de Quaresmeprenant.


*

  • 21  Toutes les citations renvoient à François Berriot, « Un procès d'athéisme à Genève : l'affaire Gru (...)

15Venons-en à un personnage qui occupe une place d’honneur dans la galerie d’H. Busson et F. Berriot. Exécuté pour « athéisme » en 1547 à Genève, Jacques Gruet aurait proféré d’« intolérables blasphemes », Calvin soutenant qu’il « renversait toute religion21 ». Bourgeois déchu, secrétaire à ses heures, amateur de vin, heureux possesseur de « cinq ou six livres imprimés », Gruet fut proche du parti perriniste genevois, point de ralliement des natifs de la ville qui acceptaient mal que de nouveaux venus, tel que Calvin, leur fissent la leçon. Tout en essayant de se disculper selon diverses stratégies pendant d’interminables interrogatoires, il n’hésite pas à critiquer Calvin, « homme ambitieux, fier, glorieux, pertinax ». Passant aux aveux sous la torture, il expliquera les raisons de sa révolte : les décrets vestimentaires de Calvin contre certaines « chausses » et des ministres qui refusent de « laisser passer le temps aux jeunes gens ». Voilà des motifs peu fondés sur les principes de la libre pensée.

  • 22  Pour d’autres exemples qui attestent la popularité du genre, Charles du Moulin, Commentarius analy (...)

16Aucune des pièces à conviction contre Gruet ne surprend vraiment dans le contexte réformé qui est le leur : poèmes et chansons satiriques retrouvés dans ses papiers, pamphlet de treize feuillets, placard en langue vernaculaire laissé sur la chaire de l’église Saint-Pierre et traitant le ministre Abel Poupin de « gros pansar ». De toute évidence, il emprunte le procédé aux réformés, comme on reproche souvent la gloutonnerie au clergé catholique. Gruet enrichira d’annotations railleuses son exemplaire d’un traité de Calvin. Sa démarche s’apparente à celle de nombreuses publications protestantes, comme L’Alcoran des Cordeliers de Conrad Badius, qui reprennent certains livres catholiques en appareillant les marges de commentaires pour qu’en ressorte l’ineptie22.

17La charge contre Calvin se lit surtout comme une satire anti-papale emblématique :

  • 23  F. Berriot, Athéismes et athéistes, op. cit., p. 323.

Calvin, puisque […] tu es plus que Dieu […dis] que ce n'estoit pas luy qui estoit Messias mais que c'est toy mesme […] mais, surtout, garde bien de te laysser cruciffier et brusler »23.

  • 24  Par exemple, Les Cauteles et canon de la Messe, Lyon, Cl. Ravot, 1564, p. 159, ou Théodore de Bèze(...)
  • 25  Amédée Roget, Histoire du peuple de Genève depuis la Réforme jusqu'à l'escalade, 7 vol., Genève, J (...)

18Même le « babouin ! que Gruet lance à l’occasion contre ses adversaires n’est pas sans rappeler l’insulte préférée de Pierre Viret, ami de Calvin et polémiste24. L’invective semble monnaie courante parmi les réformés, car elle réapparaît chez un autre récalcitrant qui, somnolent lors d’une prédication de Calvin, fut réveillé par son voisin, qu’il traita sur-le-champ de « Baboin25 ».

  • 26  F. Berriot, Athéismes et athéistes, op. cit., p. 325-7.

19Plus graves, les atteintes contre les Saintes Écritures dans lesquelles Gruet considère qu’« il y a moins de sens qu'aux fables d'Esope ». Ailleurs, il remet en cause la véracité de la Genèse, du fait que leur auteur, Moïse, ne put assister à la création du monde « qui s’était passé[e] deux mille ans avant son époque ». Les évangélistes sont tour à tour dénommés « maraux, coquins, apostats, lourdaux, escervelés ». Jésus même n’y échappe pas, Gruet le traite de fou : « fantasticus26 ».

20Sans démentir la hardiesse de tels propos, à supposer que les rapports et témoignages soient authentiques – ce qui est loin d’être sûr –, quelques observations s’imposent : rapprocher les croyances de l’adversaire d’Ésope ou de la mythologie antique n’est rien d’autre qu’une méthode réformée, chère à Pierre Viret qui, dès ses Disputations chrestiennes de 1544, traite à l’identique la doctrine du Purgatoire. Face aux partisans de la sola scriptura, Gruet ne cherche-t-il pas à miner les textes d’où ses détracteurs tirent leur autorité en les accaparant à l’instar de leur propre attitude vis-à-vis des écrits tenus pour « saints » par l’Église romaine : décrétales, bulles papales, doctrine du Purgatoire… ?

21De telles comparaisons peuvent nuancer notre évaluation de Gruet en tant dissident : son « athéisme » consisterait à retourner par mimétisme la polémique des réformés contre eux-mêmes. Toujours est-il que se servir des armes de l’adversaire ne signifie pas forcément se limiter à son horizon. Comment savoir si Gruet n’utilise ces techniques que par commodité ou bien s’il dépend de leurs discours ?


*

22Jusqu’ici, il s’agissait de modifier quelque peu l’image de certains dissidents et de leur prétendu radicalisme en évoquant certaines similitudes avec les procédés réformés. Or, ces ressemblances n’impliquent pas nécessairement une réelle dette intellectuelle des dissidents envers les réformés. On en prendra pour preuve le personnage de Geoffroy de Vallée, qu’on peut désigner comme le chef de file de la dissidence renaissante. À la différence de Gruet, Journet et d’autres, Vallée a laissé un écrit autographe qui à l’avantage de nous mettre en prise directe avec ses idées, plutôt que de devoir nous contenter de témoignages douteux, de confessions arrachées sous la torture ou d’inculpations établies par des autorités au préalable hostiles.

  • 27  La Béatitude des Chrestiens, ou le Fleo de la Foy, [Paris, P. Godec, 1573], fol. A6 r.
  • 28  Ibid., éd. Alain Mothu et Patrick Graille, Orléans, Demeter, 2005, p. 7.

23Dans son livre au titre provocateur, Le Fléau de la foi, Vallée élabore une taxinomie des « types » religieux contemporains : le Papiste, le Huguenot, l’Anabaptiste, le Libertin et l’Athée. Ces catégories tracent un cercle d’infamie autour d’un centre privilégié occupé par l’homme qui connaît l’existence de Dieu au lieu de devoir simplement croire à son existence (ou à son inexistence). Dans ce cercle, les Anabaptistes ont la meilleure part ; les Papistes et les Athées, conjointement, la pire. Car, tout comme son homologue catholique, l’athée n’est qu’un hypocrite : « celluy qui se dit tel », ainsi comme le qualifie Vallée, « par ce qu’il n'est possible à l'homme d'estre sans Dieu27 ». D’autre part, Vallée aurait déclaré au nez du pape qu’il « n’est science, ni sapience de croire en lui28 ».

24Que ses contemporains mettent Vallée sur le même pied que Lucrèce, comme le prétendait d'Aubigné, ou qu’ils le tiennent pour un fou, les modernes, eux, le gratifient d’une place privilégiée parmi les premiers dissidents. Busson consacre de longs développements à son cas et cite intégralement son analyse de la foi comme preuve de son hétérodoxie foncière :

  • 29  Ibid., f. a4 v.

Qui auroit à nous rendre quelque grand compte important, il nous aurait beau dire, vostre compte y est, croyez moy, responderions, je le veux scavoir et l'entendre, parce qu'il n'y a repos et félicité qu'au scavoir et intellec, non pas au croire ny en la foy, ou bien si quelque autre à qui nous aurions payé une grosse debte la nous revenoit demander une autre fois, duquel des deux est-ce en conscience que nous nous voudrions servir, ou de je croy l'avoir payé, ou je scay l'avoir payée : je m'assure qu'il n'y a si beau croyant qui ne renonçast de belle heure à je croy pour dire je scay29.

  • 30  Ibid., f. a2 v.

S’opposant ainsi à toute foi « qu'un autre homme […] engendre en autre30 », Vallée estime trop la religion pour l’endosser sur la foi d’autrui, voire pour l’accepter sur la foi tout court. Dans une curieuse anagramme, il crée à partir des lettres du nom de son père et de sa mère une devise qu’il place à la page de titre et au colophon de son livre, « la Foy bygarrée ». Tel est le résultat, suggère-t-il, de toute éducation, de tout effort pour inculquer la piété à autrui.

  • 31  Conrad Badius, La Comédie du Pape malade et tirant à la fin,Genève, C. Badius, 1561, éd. Helen A.  (...)

25Difficile de trouver un homme plus insolite, même à une époque où les accusations d’hérésie abondent en tous sens. Et pourtant… L’idée qu’il ne faut rien devoir à autrui à propos de la religion reprend une critique réformée bien connue qui accuse l’Église romaine de réduire la foi au paiement d’une dette – et au sens figuré (la rédemption) et au sens propre (les indulgences) – travestissant sa nature de pur don divin. Vallée rejetterait la croyance à cause de son association au crédit, du latin credere, tout comme les réformés condamnent ceux qui « croyent à crédit31 ».

26Comparez, par exemple, cette satire de Calvin contre la croyance prêtée trop aveuglement sur la foi d’autrui aux prétendues reliques des saints :

  • 32  Advertissement tresutile […] s'il se faisoit inventoire de tous les corps sainctz, et reliques, qu (...)

Si je monstrois une masse de plomb et que je dise : « ce billon d’or m’a esté donné par un tel prince », on m’estimeroit un fol insensé ; et pour mon dire le plomb ne changeroit pas sa couleur ni sa nature pour estre transmué en or32.

  • 33  Calvin, Institution de la religion chrestienne, 3e éd., Genève, J. Crespin, 1560, éd. Jean-Daniel (...)

27Comme Vallée après lui, Calvin ne se préoccupe pas de combattre telle croyance particulière. Ce qu’il vise, c’est toute une conception de la foi, qu’il attaque souvent sous l’aspect de la doctrine romaine de la « foi implicite » réduisant la vraie piété aux observances, c’est-à-dire à la satisfaction des obligations envers l’Église33.

28Il est possible en effet de trouver une source encore plus proche de Vallée : la Confession de la foi de Théodore de Bèze, en 1558. Dans ce traité qui se veut des plus orthodoxes, Bèze laisse parfois éclater sa verve satirique :

  • 34  Confession de foy chrestienne, 1558, éd. Michel Réveillaud, La Revue réformée, 23-4 (1955), p. 1-1 (...)

Je voudroye bien sçavoir si il y a crediteur teinst pour content, si pour tout payement son deteur luy alleguoit qu’il auroit songé l’avoir payé […] le royaume de Dieu n’est point un royaume d’ignorance mais de foi, et par conséquent de connaissance ; car nul ne peut croire ce qu’il ignore […] nous appelons foi un savoir certain34.

29Même insistance sur la vraie foi identifiée au savoir, chez l’un comme chez l’autre, même analogie à un créditeur qui refuse de solder les comptes en échange de la « croyance » d’avoir payé.

30Vallée ne fera qu’exploiter la confusion des réformateurs eux-mêmes. Dans leur hâte à désavouer les anciennes définitions de la foi, plus souples mais susceptibles d’abus, ils tombent dans l’excès inverse en prônant des normes absolues risquant de dénaturer la foi, acte du cœur, et non constat scientifique. C’est ce qui ressort de la littérature de controverse quand, par exemple, Jean de L'Espine (un « modéré » pourtant) affirme qu’il :

  • 35  Actes de la dispute et conference tenue à Paris, ès mois de juillet, et aoust 1566, entre deux Doc (...)

[...] n’est pas possible qu’un homme puisse croire, que premièrement il n’ait entendu et ouy la parole, et qu’il ne s’en assure, et ne la tienne aussi certaine et plus encores (si possible estoit) que les choses qui sont conceuës, et comprises par demonstrations mathematiques35.

  • 36  Op. cit., t. 3 : p. 32, 21, 16, 19, 23, 38, 34-5, 36.
  • 37  « Ubi scientia incipit, ibi fides desinit, ut, qui ante dixit 'Credo', idem iam dicat “Scio” », Sé (...)

31Tout compte fait, on pardonnerait presque à Vallée de s’égarer dans les palinodies de Calvin qui définit la foi tantôt comme une « congnoyssance certaine et ferme », tantôt comme « une crédulité incertaine et erreur fluctuant ». Ainsi, « la Foy ne gist point en ignorance, mais en congnoissance », mais « chacun sent tousjours en soy quelque incredulité meslée parmi la foy » ; or, « il faut exclure toute intelligence qui soit meslée avec doubte » ; pourtant, « l'incrédulité est si haut enracinée et si fort attachée aux cœurs des homes, et nous y sommes si fort enclins, qu'après que chacun a confessé que Dieu est fidèle, nul n'en peut estre bien persuadé sans grand combat et difficile », « nostre cœur de son naturel est enclin à incrédulité », « ilz sont inquietz et agitez de doubtes, (ce qui leur vient ordinairement) » et « nous n'imaginons point une certitude qui ne soit touchée de nulle doubte ». Cependant, « jamais […] nous ne parvenons à ceste felicité, que, estanz purgez de toute deffiance, nous ayons plenitude de Foy en nous », « si une telle doubte est meslée avec certitude au cœur du fidèle, ne revenons-nous point toujours à cela, que la Foy n'a pas certaine et claire congnoissance36 » ? Comment s’y retrouver ? Il est peu étonnant que Sébastien Castellion accuse Calvin de la même erreur qui fit brûler Vallée : « où la science commence, la foi atteint son terme, et celui qui disait “je crois”, dit désormais “je sais”37 ».

  • 38  Ibid., fols. A7 r., A3 r. ; « Les sectes d'Atheistes qui en ceste ville & ailleurs font sermons pu (...)
  • 39  Preface à Calvin, Plusieurs Sermons touchant sur la Nativité, la Passion, Genève, C. Badius, 1558.
  • 40  A. Roget, Histoire du peuple de Genève, op. cit., t. 7, p. 142.

32Tout le monde rangé autour du périmètre de la foi tracé par Vallée ne comprend Dieu qu’à l’instar des « perroquets » qui répètent des phrases sans en deviner le sens38. Mais l’affirmation que la foi revient à un sentiment « proferé et parollé, comme pourroit faire ung Perroquet », ressemble à l’allégation de Badius qui accusait les catholiques de ne citer guère mieux que des « geays en cage39 » les dix commandements. On pourrait multiplier les exemples qui trahissent une parenté entre la « dissidence » et la satire réformée. Le Consistoire de Genève condamna le domestique d’un meunier pour avoir comparé le braiement d’un âne à un « beau psaume » et fit fouetter une femme qui avait transposé les paroles d’une chanson populaire sur la mélodie d’un psaume40 – alors que l’un comme l’autre ne faisaient qu’imiter un procédé cher aux satires réformées qui substituaient souvent des paroles moqueuses aux chants catholiques, telles les « chansons de la Messe » si populaires vers 1550.

  • 41  Tout comme ceux qui demandent à propos des Saintes Écritures, « Comment vous rompez-vous ainsi la (...)

33Quand un habitant de Genève, Roux Monet, nomme un livre de croquis impudiques ses « Évangiles », devons-nous y voir les prémices d’une attitude nouvelle, en rupture avec les anciens dogmes ? Ou ne fait-il que reprendre à son compte une plaisanterie courante à l’instar de celle dans laquelle Badius appelle l’hagiographie de saint François L’Alcoran des Cordeliers ?41 L’écriture dissidente ressemble souvent à la satire réformée, et ce, à tel point qu’on serait tenté de l’intégrer comme une sorte de sous-catégorie dans cette rubrique.

  • 42  « Che tuto il testamento vecchio sia una superstizione », N. Davidson, op. cit., p. 75, 63.
  • 43  « Il s'est estudié à introduire une nouvelle doctrine, que les Anges, et les hommes ne sçauroient (...)

34Si l’on considère la déclaration d’Alvise Capuano, selon laquelle l’intégralité de l’Ancien Testament n’est que pure « superstition », on se demandera s’il ne fait que reprendre en l’amplifiant l’accusation la plus typique que la Réforme adresse à l’Église romaine. Quand Guiseppe Caretta prétend que, si le Christ était réellement présent dans l’Eucharistie, on entendrait craquer ses os, cela ressemble bien à une satire réformée « standard » de la transsubstantiation42. Jean Fontanier, bénédictin apostat qui préfère le mariage au célibat et dénonce la thèse d’une punition éternelle des péchés, n’est pas sans rappeler les satires de Pierre Viret contre l’enfer et le purgatoire catholiques43. Cette pensée « dissidente », si souvent considérée comme prémonitoire de la libre pensée, ressemble bien plus à la satire confessionnelle qu’à un rationalisme naissant ou à une renaissance du scepticisme classique.


*

  • 44  « nouveaux Lucianistes », Pierre Viret, Disputations chrestiennes, touchant l'estat des trépassés, (...)
  • 45  Alain Tallon, La France et le Concile de Trente (1518-1563), (...)
  • 46  François Garasse, Le Rabelais reformé par les ministres et nommément par Pierre du Moulin, ministr (...)

35En accolant l’étiquette de « Lucianistes44 » aux dissidents, les réformateurs relient implicitement la dissidence à leurs satires, héritières du modèle antique auquel elles sont souvent associées. Pour calomnier un représentant français au concile de Trente, soupçonné de sympathies protestantes, ses adversaires n’imaginèrent rien de mieux que de l’accuser de lire Lucien pendant la messe45. D’autres trouvent la confirmation d’un lien entre la Réforme et Lucien dans le nom de Calvin, « fatal et mal-heureux anagramme » de Lvcian46.

  • 47  Disputations chrestiennes, op. cit., éd. Christophe Calame, La Cosmographie infernale, Paris, La D (...)

36Pierre Viret assume cette filiation : « Lucian, et plusieurs autres, se sont moqués des fables et fictions poétiques touchant leur enfer […] comme nous aux songes des cafards »47. « S’il est question de passer le temps, de se rire, jouer et gaudir des superstitions et idolatries », poursuit-il, « il ne nous faut ja chercher autre auteur », car :

  • 48  Disputations chrestiennes, op. cit., p. 40, 41.

quelque meschant et ennemy de Dieu et de toute religion qu’il ait esté, toutesfois nous ne pouvons nyer, qu’il n’ait esté savant homme, grand orateur et philosophe, et qu’il n’ait escrit beaucop [sic] de choses bonnes.48

  • 49  Ibid., éd. Calame, La Cosmographie, op. cit, p. 48 ; éd. Courvoisier, L'Alcumie, op. cit., p. 27.

37Tout en acceptant de faire feu de tout bois, le toujours lucide Viret redoute que la dissidence ne se propage par imitation des satires « lucianistes ». Il décrie l’apparition de ces nouveaux contempteurs à l’instar des « Pythagore, Lucrèce, Lucian et plusieurs autres » qui « se sont moqués des fables et fictions poétiques touchant leur enfer49 ». Viret mesure avec une perspicacité admirable le danger encouru par l’abondante littérature satirique réformée, car il y aura toujours des lecteurs, pressent-il, pour mal interpréter ces lectures :

  • 50  Ibid., éd. Calame, La Cosmographie, op. cit, p. 87-8.

Il ne faut bien aviser que nous ne faisions comme un tas de moqueurs, et de chiens et pourceaux épicuriens qui, voyant les rêveries et les abus auxquels les hommes sont tombés touchant les matières de religion, se moquent de toute religion sans rien discerner entre la vraie et la fausse, et entre vérité et mensonge, et de la doctrine chrétienne que de la doctrine papiste et païenne. Voilà le profit que tels personnages rapportent de la connaissance des abus, de laquelle ils viennent à la théologie de Pline et de Lucian, et des autres semblables athéistes et hommes sans Dieu50.

  • 51 Ibid., p. 72-3.
  • 52  Paris, J. Morin, 1537, éd. Yves Delègue, Paris, Genève, Slatkine, 1995, p. 45 ; éd. Max Gauna, Par (...)

38S’en étonnera-t-on ? L’une des premières satires de Viret admet le scepticisme comme résultat provisoire des controverses de la Réforme, allant jusqu’à nommer l’un de ses interlocuteurs « Thomas » du prénom de l’apôtre incrédule : « encore approche-je plus de nature de mon parrain, duquel je porte le nom […] aussi de mon côté je suis en doute, et ne sais bonnement qui je dois croire, voyant la grande diversité qui est aujourd'hui entre ceux mêmes qui s'appellent chrétiens51 ». Viret ressemble sans le vouloir à Bonaventure des Périers qui présente son dialogue « lucianiste » censuré, le Cymbalum mundi, sous le patronage de « Thomas l'incrédule52 ». Avec des Périers, le « lucianisme » n’envisage aucune réforme et ne mène pas à la réaffirmation de la foi.

39Viret redoute que, chez certaines personnes au fait de la littérature réformée,

  • 53  Le Monde à l'empire et le monde demoniacle fait par dialogues, Genève, J. Berthet, 1561 ; Genève, (...)

la cognoissance qu'ils ont de l'Evangile ne leur ser[ve] sinon pour leur descouvrir les idolatries, superstitions et abus qui sont en l'Eglise Papale pour s'en moquer. Et depuis qu'ils en sont venus jusques la, ils jugent presque le semblable de la doctrine et religion Chrestienne53.

  • 54  Disputations chrestiennes, op. cit., p. 39.
  • 55 Ibid., p. 40, 42.

40Dans une préface – si longue qu’il s’en excusera dans les éditions ultérieures des Disputations chrestiennes –, Viret s’emploie à justifier la littérature satirique. Se moquer des abus de l’Église romaine peut « faire d’un supersticieux et hypocrite, un homme sans Dieu et sans religion ». Il reconnaît qu’ « il est assez facile de ce [sic] moquer du mensonge, et monstrer ce qui n’est point », mais « telle façon de faire n’apporte point de resolution à la conscience, mais la laisse tousjours en doubte et erreur54 ». Une telle méprise risque de susciter de « nouveaux Lucianistes » qui voudront « se moquer et despriser aussi bien la vraye religion chrestienne, que les superstitions et abominations de l’Antechrist55 ».

  • 56 Ibid., p. 47, 48.
  • 57 Ibid., p. 50, 51.

41Il concède qu’il entreprend de se « moque[r] des abuz, erreurs, hérésies, superstitions et idolatries de l’eglise de l’Antechrist ». Toutefois, celui qui « aura patience de lire toute la teneur de la sentence et de l’argument jusques à la fin » et « s’il n’est de pervers jugement » – importantes conditions préalables – constatera que Viret « ne condamne pas les erreurs et mensonge, sans monstrer la verité qu’il faut suyvre ». Qui laisse courir ces abus et « n’en sonne […] mot » ferait preuve d’un « jugement trop corrompu et perverty56 ». C’est être trop sage aux dépens de la sagesse, excès contre lequel Viret invoque la sage « folie » de Paul et de la croix57.

42Les prophètes et les Pères de l’Église ont tous ironisé sur les usages de leur temps... La multiplication des arguments de Viret montre son embarras face aux divagations de la satire des réformés. Pouvoir distinguer la sage folie de la folie tout court n’est de toute évidence pas donné à tous, et certainement pas aux « simples » à qui Viret, en l’occurrence, s’adresse.


*

43« Naturalisme » populaire, « rationalisme natif », originalité « étonnante », « audace » violente, voire désir viscéral de « libération », voilà quelques expressions que l’on trouve dans d’autres études sur les « dissidents » que nous venons d’étudier ici. En tant que tentative de rupture et par sa finalité de révolte, la dissidence appellerait de telles analyses. Ne rien devoir à la tradition, y a-t-il meilleure façon d’afficher son indépendance ?

44Carlo Ginzburg s’est fait le porte-parole d’une dissidence qui ne doit rien à autrui. Lorsqu’il prête au pauvre meunier Menocchio, une « génération spontanée » de l’hétérodoxie, Ginzburg cherche à prouver l’existence d’une dissidence autonome. Bricolée à partir de son expérience de paysan et de lectures éparses, insolites et interprétées de façon très personnelle, la contestation de Menocchio illustrerait la possibilité d’une auto-émancipation.

  • 58  Andrea del Col, Domenico Scandella detto Menocchio : I processi dell’Inquisizione (1583-1599), Por (...)

45Cette conclusion anti-historienne fut remise en cause par des expertises de documents suggérant que les idées de Menocchio témoignent des vestiges tenaces du catharisme dans l’arrière-pays du Frioul, à moins qu’elles ne relèvent des suggestions de l’Inquisiteur58. Quoi qu’il en soit, la démarche de Ginzburg finit par démentir l’idée d’une totale originalité. Ginzburg soutient la thèse de la génération spontanée de la dissidence, comme s’il s’inspirait de Menocchio assimilant la naissance des vers dans le fromage en putréfaction à la création des anges. Cette dissidence « spontanée », calquée sur la cosmologie singulière du meunier, rendrait hommage à la dissidence « pure » née d’une rupture absolue. Ginzburg laisserait l’autochtone s’exprimer par sa propre voix et avec ses propres images pour souligner qu’il est irréductible à la culture officielle d’alors et aux modes d’analyse actuels.

  • 59  “Some Unorthodox Popular Ideas of the Thirteenth Century”, Medievalia et Humanistica, 2e sér., 4 ( (...)
  • 60  Le Rationalisme, op. cit., p. 12.

46Malheureusement, il n’en est rien : Ginzburg découvre l’idée non chez Menocchio mais dans un article fort intéressant de Walter L. Wakefield soutenant un « native skepticism » médiéval qui naît « spontaneously »59. Qui plus est, cette notion apparaît déjà chez H. Busson évoquant « la fermentation spontanée et interne » d’un rejet du christianisme60. Tout cela pour suggérer que, quelque originale que puisse paraître une interprétation qui se veut nouvelle, elle reste tributaire d’une tradition. Les idées portent en elles une longue filiation. L’analogie, pour parler comme Ginzburg, serait à établir moins avec des vers dans un fromage qu’avec les traditions artisanales fromagères.

47On a abandonné depuis longtemps les thèses de Max Weber sur le prétendu rationalisme « désenchanté » du protestantisme. Si la Réforme conduit aux temps modernes, c’est par inadvertance. Les prémices de ce glissement involontaire, ce sont les dissidents qui, en retournant les armes de la Réforme contre elle, en amplifièrent la portée.

Bibliographie

Corpus primaire

48Discours véritable, sur la vie, et mort de Jean Fontanier, natif de Montpellier, bruslé en la place de Greve, par Arrest de la Cour de Parlement de Paris, pour avoir presché, et enseigné sa fausse Religion, Lyon, P. Marniolles, 1622. (Anonyme)

49Assonleville de Bouchault, Guillaume de, Atheomastix, sive Adversus religionis hostes universos (politicos maxime) dissertatio, Anvers, Ch. Plantin, pour J. Moretum, 1598.

50Aubigne, Agrippa d’, Traitté sur les guerres civiles dans Écrits politiques, éd. Jean-Raymond Fanlo, Paris, Champion, 2007.

51Badius, Conrad, L'Alcoran des Cordeliers […] Recueil des plus notable bourdes et blasphemes de ceux qui ont osé comparer Sainct François à Jesus Christ : tiré du grand livre des Conformitez, 2 vol., Genève, C. Badius, 1556, 1560 ; Genève, G. de Laimarie, 1578 ; Amsterdam [Paris ?], Aux dépens de la Compagnie, 1734, t. 1.

52—, La Comédie du Pape malade et tirant à la fin, Genève, C. Badius, 1561, éd. Helen A. Shaw, Conrad Badius and the Comédie du Pape Malade, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1934.

53—, Preface à Calvin, Plusieurs Sermons touchant sur la Nativité, la Passion, Genève, C. Badius, 1558.

54Beze, Théodore de, Confession de foy chrestienne, 1558, éd. Michel Réveillaud, La Revue réformée, 23-4 (1955), p. 1-180.

55—, Correspondance, éd. Hippolyte Aubert, Fernand Aubert, Henri Meylan, Alain Dufour et al., Genève, Droz, 1960, 27 vol., t. 3.

56—, Satyres chrestiennes de la cuisine papale, Genève, C. Badius, 1560, éd. Charles-Antoine Chamay, Genève, Droz, 2005.

57Calvin, Jean, Advertissement tres utile […] s'il se faisoit inventoire de tous les corps sainctz, et reliques, qui sont tant en Italie, qu'en France, Allemaigne, Hespaigne, et autres Royaumes et pays, Genève, J. Girard, 1543, éd. Olivier Millet, Œuvres choisies, Paris, Folio, 1995, p. 185-249.

58—, Institution de la religion chrestienne, 3e éd., Genève, J. Crespin, 1560, éd. Jean-Daniel Benoît, 5 vol., Paris, J. Vrin, 1957-63, t. 3.

59Castellion Sébastien, De arte dubitandi et confidendi, ignorandi et sciendi (1563), éd. Elisabeth Feist Hirsch (Leiden: Brill, 1981), trad. Charles Baudouin, De l’art de douter et de croire, d’ignorer et de savoir (Geneva: Jeheber, 1953).

60Des Periers, Bonaventure, Le Cymbalum mundi, Paris, J. Morin, 1537, éd. Yves Delègue, Paris, Genève, Slatkine, 1995 ; éd. Max Gauna, Paris, Champion, 2000.

61Du Moulin, Charles, Commentarius analyticus in Edictum Henrici II […] contra parvas datas et abusus Curiae Romanae, 1551, trad. Abus des petites dates, reservations et autres exactions de la cour de Rome, Lyon, Du Moulin, 1564.

62Du Pinet, Antoine, Taxe des parties casuelles de la boutique du pape, Lyon, s. n., 1564 ; Sac et pieces pour le Pape de Rome, [Lyon, J. Saugrain], 1561.

63Estienne, Henri, L'Introduction au traité de la conformité des merveilles anciennes avec les modernes, ou, Traité préparatif à l'Apologie pour Hérodote, Genève, H. Estienne, 1566, éd. Bénédicte Boudou, Genève, Droz, 2007, 2 vol., t. 1.

64Garasse, François, Le Rabelais reformé par les ministres et nommément par Pierre du Moulin, ministre de Charanton, pour response aux bouffonneries inserées en son liure De la vocation des pasteurs, Bruxelles, C. Girard, 1619.

65Journet, Noël, Réfutation des erreurs estranges et blasphemes horribles contre Dieu et l'Escripture Sainte, Strasbourg, N. Wyriot, 1583

66L’Espine, Jean de, Actes de la dispute et conference tenue à Paris, ès mois de juillet, et aoust 1566, entre deux Docteurs de Sorbonne et deux ministres de l'Eglise réformée, Anvers, W. Cok, 1566 ; Strasbourg [Lyon ? Paris ?], P. Estiard [J. Guintra ?], 1566.

67Marcourt, Antoine, Le Livre des marchans d’Antoine Marcourt, étudié dans Gabrielle Berthoud, Antoine Marcourt, réformateur et pamphlétaire du "Livre des marchans" aux placards de 1534, Genève, Droz, 1973.

68Postel, Claude, Traité des invectives au temps de la réforme, Paris, Belles Lettres, 2004.

69Vallée, Geoffroy de, La Béatitude des Chrestiens, ou le Fleo de la Foy, [Paris, P. Godec, 1573].

70Viret, Pierre, L'Alcumie de Purgatoire, dans Deux Dialogues, Lausanne, Bibliothèque romande, 1971.

71—, La Cosmographie infernale, Paris, La Difference, éd. Jacques Courvoisier, 1991.

72—, Les Cauteles et canon de la Messe, Lyon, Cl. Ravot, 1564.

73—, Des actes des vrais successeurs de Jésus-Christ et des ses apostres et des apostats de l'Eglise papale, Genève, J. Girard, 1554

74—, Disputations chrestiennes, touchant l'estat des trépassés, faictes par dialogues, Genève, J. Girard, 1544.

75—, Le Monde à l'empire et le monde demoniacle fait par dialogues, Genève, J. Berthet, 1561 ; Genève, G. de Laimarie, 1580.

Corpus secondaire

76Barth, Fredrik, « An Anthropology of Knowledge », Current Anthropology, 43: 1 (2002), p. 1-18.

77Berriot, François, « Hétérodoxie religieuse et utopie politique dans les “erreurs estranges” de Noël Journet », Bulletin de la Société de l'Histoire du Protestantisme français, 124 (1978), p. 236-48

78—, « Un procès d'athéisme à Genève : l'affaire Gruet (1547-1550) », Bulletin de la Société de l'Histoire du Protestantisme française, 125 (1979), p. 577-92.

79Cave, Terence, Pré-histoires II : Langues étrangères et troubles économiques au xvie siècle, Genève, Droz, 2001, p. 29-44.

80Davidson, Nicholas, « Atheism in Italy, 1500-1700 », Atheism from the Reformation to the Enlightenment, études réunies par Michael Hunter et David Wootton, Oxford, Clarendon Press, 1992, p. 55-85.

81Davis, Natalie Zemon, « Rabelais among the Censors (1940s, 1540s) », Representations, 32 (1990), p. 1-32.

82Del Col, Andrea, Domenico Scandella detto Menocchio : I processi dell’Inquisizione (1583-1599), Pordenone, Biblioteca dell’Imagine, 1990.

83Delumeau, Jean, Le Catholicisme entre Luther et Voltaire, Paris, P. U. F., 1971.

84Edwards, John, « Religious Faith and Doubt in Late Medieval Spain : Soria circa 1450-1500 », Past and Present, 120 (1988), p. 3-25.

85Evans-Pritchard, Edward Evan, Witchcraft, Oracles, and Magic among the Azande, avant-propos de C[harles] G[abriel] Seligman, Oxford, Clarendon Press, 1937.

86Finke, Roger et Stark Rodney, The Churching of America, 1776-1990: Winners and Losers in Our Religious Economy, 1992, 2e éd., New Brunswick, NJ, Rutgers University Press, 2005.

87—, Acts of Faith: Explaining the Human Side of Religion, Berkeley, CA, University of California Press, 2000.

88Gable, Eric, « The Decolonization of Consciousness: Local Skeptics and the “Will to Be Modern” in a West African Village », American Ethnologist, 22 : 2 (1995), p. 242–57

89Hanlon, Gregory, Confession and Community in Seventeenth-Century France: Catholic and Protestant Coexistence in Aquitaine, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1993.

90Hoffmann, George, « Atheism as a Devotional Category », Republics of Letters, 1: 2 (2010), http://rofl.stanford.edu/​node/​55.

91Horton, Robin, « African Traditional Thought and Western Science », Africa, 37: 2 (1967), p. 155-87

92Keeble, Niel Howard (dir.), John Bunyan: Reading Dissenting Writing, dans Religions and Discourse, vol. 12, New York, P. Lang, 2002.

93Kristeller, Paul Oskar « Le mythe de l'athéisme de la Renaissance et la tradition française de la libre pensée », Bibliothèque d'Humanisme et de Renaissance, 37 : 3 (1975), p. 337-48

94Labrousse, Elisabeth et Soman, Alfred, « Un bûcher pour un judaïsant : Jean Fontanier (1621) », xviie Siècle, 39, 1987-2, p. 113-132.

95Lauvergnat-Gagnière, Christiane, Lucien de Samosate et le lucianisme en France au xvie siècle : athéisme et polémique, Genève, Droz, 1988.

96Malinowski, Bronislaw, « Magic, Science and Religion », 1925, dans Magic, Science and Religion and Other Essays, études réunies par Robert Redfield, Garden City, NJ, Doubleday, 1955, p. 17-92

97Mothu, Alain (en collaboration avec Patrick Graille), « Quelques mots sur Geoffroy Vallée et ses proches », dans La Lettre clandestine, no 14, 2005-2006, p. 159-199, repris et augmenté dans Les Dossiers du GRIHL, Les Dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, mars 2007, http://dossiersgrihl.revues.org/​1481.

98Mothu, Alain, « Deux « jeunes éventés » : Geoffroy Vallée et Noël Journet », Les Dossiers du GRIHL, Les dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie, en ligne depuis le 23 septembre 2009. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/​2083 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.2083.

99Peter, Rodolphe, « Noël Journet, détracteur de l'Écriture sainte (1582) », Croyants et sceptiques au xvie siècle : Le dossier des « Epicuriens », actes du colloque organisé par le GRENEP, Strasbourg, 9-10 juin 1978, études réunies par Marc Lienhard, Strasbourg, Istra, 1981, p. 147-56.

100Pooley, Roger, « Religious Faith and Doubt in Late Medieval Spain: Soria circa 1450-1500 », Past and Present, 120 (1988), p. 3-25

101Reynolds, Susan, « Social Mentalities and the Case of Medieval Scepticism », Transactions of the Royal Historical Society, 6th ser., 1 (1991), p. 21-41.

102Roget, Amédée, Histoire du peuple de Genève depuis la Réforme jusqu'à l'escalade, 7 vol, Genève, J. Jullien, 1870-83, t. 5.

103Schneider, Gerhard, Der Libertin: Zur Geistes- und Sozialgeschichte des Bürgertums im 16. und 17. Jahrhundert, Stuttgart, J. B. Metzler, 1970, p. 13.

104Sommerville, Charles John, « Debate: Religious Faith, Doubt and Atheism », Past and Present, 128 (1990), p. 152-61.

105Stefano, Giuseppe de, Dictionnaire des locutions en moyen français, Montréal, CERES, 1991.

106Tallon, Alain, La France et le Concile de Trente (1518-1563), Bibliothèque des écoles françaises d’Athènes et de Rome, vol. 295, Rome, École Française de Rome, 1997.

107Wakefield, Walter L , « Some Unorthodox Popular Ideas of the Thirteenth Century », Medievalia et Humanistica, 2e sér., 4 (1974), p. 25-35

108Weber, Max, Wirtschaft und Gesellschaft: Grundriss der verstehenden Soziologie (1925), 4e éd., Tübingen, Mohr, 1956

109Wirth, Jean, « La naissance du concept de croyance (xiie-xviie siècles) », Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance, 45 : 1 (1983), p. 7-58, reprise dans Sainte Anne est une sorcière et autres essais, Genève, Droz. 2003

110Wootton, David, « Lucien Febvre and the Problem of Unbelief in the Early Modern Period », The Journal of Modern History, 60 : 4 (1988), p. 695-730.

111—, « New Histories of Atheism », ibid., p. 13-53 ; Roger Pooley, « The Life and Death of Mr. Badman and Seventeenth-Century Discourses of Atheism », John Bunyan: Reading Dissenting Writing, études réunies par N[iel] H[oward] Keeble, Religions and Discourse, vol. 12, New York, P. Lang, 2002, p. 199-210.

112Zambelli, Paola, « From Menocchio to Piero Della Francesca: The Work of Carlo Ginzburg », The Historical Journal, 28: 4 (1985), p. 983-99.

Haut de page

Notes

1  Le Problème de l'incroyance au xvie siècle, 1942, Paris, A. Michel, 1968, voir l’apologie que fait Denis Crouzet dans la réédition, Paris, A. Michel, 2003, p. 479-514, surtout p. 479, 482, 502. David Wootton avance une critique cinglante de Febvre, “Lucien Febvre and the Problem of Unbelief in the Early Modern Period”, The Journal of Modern History, 60: 4 (1988), p. 695-730, mais Natalie Zemon Davis permet de mieux situer Febvre par rapport aux préoccupations de son époque, “Rabelais among the Censors (1940s, 1540s)”, Representations, 32 (1990), p. 1-32.

2  « Le mythe de l'athéisme de la Renaissance et la tradition française de la libre pensée », Bibliothèque d'Humanisme et de Renaissance, 37 : 3 (1975), p. 337-48. Ce « mythe » proviendrait de la fantaisie des apologistes en tant que forme extériorisée d’un doute devenu désormais insoutenable face aux définitions de plus en plus absolues de la foi survenues à la suite de la « justification par la foi seule », George Hoffmann, “Atheism as a Devotional Category”, Republics of Letters, 1 : 2 (2010), http://rofl.stanford.edu/node/55.

3  John Edwards, “Religious Faith and Doubt in Late Medieval Spain: Soria circa 1450-1500”, Past and Present, 120 (1988), p. 3-25, et l’échange qui s’ensuivit avec C[harles] John Sommerville, “Debate: Religious Faith, Doubt and Atheism”, Past and Present,128 (1990), p. 152-61 ; Nicholas Davidson, “Atheism in Italy, 1500-1700”, Atheism from the Reformation to the Enlightenment, études réunies par Michael Hunter et David Wootton, Oxford, Clarendon Press, 1992, p. 55-85 ; David Wootton, “New Histories of Atheism”, ibid., p. 13-53 ; Roger Pooley, “The Life and Death of Mr. Badman and Seventeenth-Century Discourses of Atheism”, John Bunyan: Reading Dissenting Writing, études réunies par N[iel] H[oward] Keeble, Religions and Discourse, vol. 12, New York, P. Lang, 2002, p. 199-210.

4 The Churching of America, 1776-1990: Winners and Losers in Our Religious Economy, 1992, 2e éd., New Brunswick, NJ, Rutgers University Press, 2005 et, de façon plus polémique, Acts of Faith: Explaining the Human Side of Religion, Berkeley, CA, University of California Press, 2000. Selon Finke et Stark, qui appliquent à la religion la théorie du choix rationnel empruntée aux sciences économiques, c’est plutôt le pluralisme religieux actuel engendrant les conditions d’un marché libre de la religion (ce sont leurs termes) qui suscite la vraie adhésion au lieu de la simple obéissance d’antan.

5  Jean Delumeau, Le Catholicisme entre Luther et Voltaire, Paris, P. U. F., 1971.

6  Le Problème de l'incroyance, op. cit. (l’éd. de 1968), p. 308-9, 336, 349. Stuart Clark fait remarquer que « La défense que propose Febvre de Rabelais transforme ce dernier en un ‘primitif’ de Lévy-Bruhl, défini par ses carences », “Febvre's defense of Rabelais turns him into a Lévy-Bruhlian 'primitive', defined in terms of deficiencies”, dans “French Historians and Early Modern Popular Culture”, Past and Present, 100 (1983), p. 62-99, surtout p. 68. Sur les vues quelque peu étroites de Febvre par rapport aux ressources du latin, Gerhard Schneider, Der Libertin : Zur Geistes- und Sozialgeschichte des Bürgertums im 16. und 17. Jahrhundert, Stuttgart, J. B. Metzler, 1970, p. 13.

7  Le Rationalisme, op. cit., p. 11.

8  Jean Wirth, « La naissance du concept de croyance (xiie-xviie siècles) », Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance, 45 : 1 (1983), p. 7-58, reprise dans Sainte Anne est une sorcière et autres essais, Genève, Droz. 2003, surtout p. 129, 174-6 ; voir, aussi, Gregory Hanlon, Confession and Community in Seventeenth-Century France : Catholic and Protestant Coexistence in Aquitaine, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1993, p. 10.

9  Susan Reynolds, “Social Mentalities and the Case of Medieval Scepticism”, Transactions of the Royal Historical Society, 6th ser., 1 (1991), p. 21-41.

10  Le Problème de l'incroyance, op cit. (l’éd. de 1968), p. 426.

11  Pour ne citer que quelques repères, Max Weber, Wirtschaft und Gesellschaft : Grundriss der verstehenden Soziologie (1925), 4e éd., Tübingen, Mohr, 1956 ; Bronislaw Malinowski, “Magic, Science and Religion”, 1925, dans Magic, Science and Religion and Other Essays, études réunies par Robert Redfield, Garden City, NJ, Doubleday, 1955, p. 17-92 ; E[dward] E[van] Evans-Pritchard, Witchcraft, Oracles, and Magic among the Azande, avant-propos de C[harles] G[abriel] Seligman, Oxford, Clarendon Press, 1937 ; Robin Horton, “African Traditional Thought and Western Science”, Africa, 37: 2 (1967), p. 155-87 ; Eric Gable, “The Decolonization of Consciousness: Local Skeptics and the ‘Will to Be Modern’ in a West African Villagee”, American Ethnologist, 22 : 2 (1995), p. 242–57 ; Fredrik Barth, « An Anthropology of Knowledge », Current Anthropology, 43 : 1 (2002), p. 1-18.

12  Réfutation des erreurs estranges et blasphemes horribles contre Dieu et l'Escripture Sainte, Strasbourg, N. Wyriot, 1583, p. 30 ; François Berriot, « Hétérodoxie religieuse et utopie politique dans les 'erreurs estranges' de Noël Journet », Bulletin de la Société de l'Histoire du Protestantisme français, 124 (1978), p. 236-48, surtout p. 241-2 ; voir, aussi, Rodolphe Peter, « Noël Journet, détracteur de l'Écriture sainte (1582) », Croyants et sceptiques au xvie siècle : Le dossier des « Epicuriens », actesdu colloque organisé par le GRENEP, Strasbourg, 9-10 juin 1978, études réunies par Marc Lienhard, Strasbourg, Istra, 1981, p. 147-56.

13  Ibid., p. 20, 21, 27.

14  Ibid., p. 7, 14, 18.

15  L'Alcoran des Cordeliers […] Recueil des plus notable bourdes et blasphemes de ceux qui ont osé comparer Sainct François à Jesus Christ: tiré du grand livre des Conformitez, 2 vol., Genève, C. Badius, 1556, 1560 ; Genève, G. de Laimarie, 1578 ; Amsterdam [Paris ?], Aux dépens de la Compagnie, 1734, t. 1, p. 67.

16 Ibid., t. 2 : p. 227.

17 Ibid., t. 1 : p. 60.

18 Ibid., p. 61, 90, 95.

19  Ibid., p. 129, 220.

20  F. Berriot, Athéismes et athéistes, op. cit., p. 244, 248.

21  Toutes les citations renvoient à François Berriot, « Un procès d'athéisme à Genève : l'affaire Gruet (1547-1550) », Bulletin de la Société de l'Histoire du Protestantisme française, 125 (1979), p. 577-92.

22  Pour d’autres exemples qui attestent la popularité du genre, Charles du Moulin, Commentarius analyticus in Edictum Henrici II […] contra parvas datas et abusus Curiae Romanae, 1551, trad. Abus des petites dates, reservations et autres exactions de la cour de Rome, Lyon, Du Moulin, 1564 ; Pierre Viret, Des actes des vrais successeurs de Jésus-Christ et des ses apostres et des apostats de l'Eglise papale, Genève, J. Girard, 1554 ; Antoine du Pinet, Taxe des parties casuelles de la boutique du pape, Lyon, s.n., 1564 ; Sac et pieces pour le Pape de Rome, [Lyon, J. Saugrain], 1561.

23  F. Berriot, Athéismes et athéistes, op. cit., p. 323.

24  Par exemple, Les Cauteles et canon de la Messe, Lyon, Cl. Ravot, 1564, p. 159, ou Théodore de Bèze [?], Satyres chrestiennes de la cuisine papale, Genève, C. Badius, 1560, éd. Charles-Antoine Chamay, Genève, Droz, 2005, p. 36 ; Claude Postel, Traité des invectives au temps de la réforme, Paris, Belles Lettres, 2004, p. 345-6, 466 ; Giuseppe de Stefano, Dictionnaire des locutions en moyen français, Montréal, CERES, 1991, p. 51.

25  Amédée Roget, Histoire du peuple de Genève depuis la Réforme jusqu'à l'escalade, 7 vol., Genève, J. Jullien, 1870-83, t. 5 : p. 101-2.

26  F. Berriot, Athéismes et athéistes, op. cit., p. 325-7.

27  La Béatitude des Chrestiens, ou le Fleo de la Foy, [Paris, P. Godec, 1573], fol. A6 r.

28  Ibid., éd. Alain Mothu et Patrick Graille, Orléans, Demeter, 2005, p. 7.

29  Ibid., f. a4 v.

30  Ibid., f. a2 v.

31  Conrad Badius, La Comédie du Pape malade et tirant à la fin,Genève, C. Badius, 1561, éd. Helen A. Shaw, Conrad Badius and the Comédie du Pape Malade, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1934, p. 111. Voir aussi, le Livre des marchans d’Antoine Marcourt, étudié dans Gabrielle Berthoud, Antoine Marcourt, réformateur et pamphlétaire du "Livre des marchans" aux placards de 1534, Genève, Droz, 1973.

32  Advertissement tresutile […] s'il se faisoit inventoire de tous les corps sainctz, et reliques, qui sont tant en Italie, qu'en France, Allemaigne, Hespaigne, et autres Royaumes et pays, Genève, J. Girard, 1543, éd. Olivier Millet, Œuvres choisies, Paris, Folio, 1995, p. 185-249, surtout p. 215-16.

33  Calvin, Institution de la religion chrestienne, 3e éd., Genève, J. Crespin, 1560, éd. Jean-Daniel Benoît, 5 vol., Paris, J. Vrin, 1957-63, t. 3 : p. 15-17.

34  Confession de foy chrestienne, 1558, éd. Michel Réveillaud, La Revue réformée, 23-4 (1955), p. 1-180, surtout p. 19, Correspondance, éd. Hippolyte Aubert, Fernand Aubert, Henri Meylan, Alain Dufour et al., vol. 27-, Genève, Droz, 1960, t. 3, p. 260.

35  Actes de la dispute et conference tenue à Paris, ès mois de juillet, et aoust 1566, entre deux Docteurs de Sorbonne et deux ministres de l'Eglise réformée, Anvers, W. Cok, 1566 ; Strasbourg [Lyon ? Paris ?], P. Estiard [J. Guintra ?], 1566), 75.

36  Op. cit., t. 3 : p. 32, 21, 16, 19, 23, 38, 34-5, 36.

37  « Ubi scientia incipit, ibi fides desinit, ut, qui ante dixit 'Credo', idem iam dicat “Scio” », Sébastien Castellion, De arte dubitandi et confidendi, ignorandi et sciendi (1563), éd. Elisabeth Feist Hirsch (Leiden: Brill, 1981), 52, trad. Charles Baudouin, De l’art de douter et de croire, d’ignorer et de savoir (Geneva, Jeheber, 1953), 80.

38  Ibid., fols. A7 r., A3 r. ; « Les sectes d'Atheistes qui en ceste ville & ailleurs font sermons publics sur Lucrece, sur le Livre Des trois Imposteurs & sur celui du thresorier Valee », Agrippa d’Aubigné, Traitté sur les guerres civiles dans Écrits politiques, éd. Jean-Raymond Fanlo, Paris, Champion, 2007, p. 512. Pour une étude sur l’image traditionnelle du perroquet dans de telles discussions, voir Terence Cave, Pré-histoires II : Langues étrangères et troubles économiques au xvie siècle, Genève, Droz, 2001, p. 29-44.

39  Preface à Calvin, Plusieurs Sermons touchant sur la Nativité, la Passion, Genève, C. Badius, 1558.

40  A. Roget, Histoire du peuple de Genève, op. cit., t. 7, p. 142.

41  Tout comme ceux qui demandent à propos des Saintes Écritures, « Comment vous rompez-vous ainsi la tête, ce sont les hommes qui ont escript cecy », « n'est que papier et encre » et « c'estoit du papier blanc qui se laissoit escripre », A. Roget, Histoire du peuple de Genève, op. cit., t. 2, p. 287, t. 3, p. 114, 294-5.

42  « Che tuto il testamento vecchio sia una superstizione », N. Davidson, op. cit., p. 75, 63.

43  « Il s'est estudié à introduire une nouvelle doctrine, que les Anges, et les hommes ne sçauroient souffrir, s'ils ne sont ou mauvais Anges, ou hommes obsedez et possedez de l'esprit du diable », Discours véritable, sur la vie, et mort de Jean Fontanier, natif de Montpellier, bruslé en la place de Greve, par Arrest de la Cour de Parlement de Paris, pour avoir presché, et enseigné sa fausse Religion, Lyon, P. Marniolles, 1622, p. 5.

44  « nouveaux Lucianistes », Pierre Viret, Disputations chrestiennes, touchant l'estat des trépassés, faictes par dialogues, Genève, J. Girard, 1544, p. 41 ; « a faict revivre un Lucian », Henri Estienne, L'Introduction au traité de la conformité des merveilles anciennes avec les modernes, ou, Traité préparatif à l'Apologie pour Hérodote, Genève, H. Estienne, 1566, éd. Bénédicte Boudou, 2 vol., Genève, Droz, 2007, t. 1, p. 292. On pourrait multiplier les exemples ; contentons-nous de citer Christiane Lauvergnat-Gagnière, Lucien de Samosate et le lucianisme en France au xvie siècle : athéisme et polémique, Genève, Droz, 1988, p. 172-82.

45  Alain Tallon, La France et le Concile de Trente (1518-1563), Bibliothèque des écoles françaises d’Athènes et de Rome, vol. 295, Rome, École Française de Rome, 1997, p. 619.

46  François Garasse, Le Rabelais reformé par les ministres et nommément par Pierre du Moulin, ministre de Charanton, pour response aux bouffonneries inserées en son livre De la vocation des pasteurs, Bruxelles, C. Girard, 1619, p. 6, 7-8, 148, reprise de Guillaume de Assonleville de Bouchault, Atheomastix, sive Adversus religionis hostes universos (politicos maxime) dissertatio, Anvers, Ch. Plantin, Jan Moretus ou Johann Moerentorf, 1598, p. 119 : « […] Calvino […] Quem anagrammata Lucianum dicere licit », mais l’invention en remonte jusqu’à Calvin lui-même, voir Lauvergnat-Gagnière, Lucien de Samosate, op. cit., p. 189-91.

47  Disputations chrestiennes, op. cit., éd. Christophe Calame, La Cosmographie infernale, Paris, La Difference, 1991, p. 48 ; éd. Jacques Courvoisier, L'Alcumie de Purgatoire, dans Deux Dialogues, Lausanne, Bibliothèque romande, 1971, p. 27.

48  Disputations chrestiennes, op. cit., p. 40, 41.

49  Ibid., éd. Calame, La Cosmographie, op. cit, p. 48 ; éd. Courvoisier, L'Alcumie, op. cit., p. 27.

50  Ibid., éd. Calame, La Cosmographie, op. cit, p. 87-8.

51 Ibid., p. 72-3.

52  Paris, J. Morin, 1537, éd. Yves Delègue, Paris, Genève, Slatkine, 1995, p. 45 ; éd. Max Gauna, Paris, Champion, 2000, p. 57.

53  Le Monde à l'empire et le monde demoniacle fait par dialogues, Genève, J. Berthet, 1561 ; Genève, G. de Laimarie, 1580, p. 484.

54  Disputations chrestiennes, op. cit., p. 39.

55 Ibid., p. 40, 42.

56 Ibid., p. 47, 48.

57 Ibid., p. 50, 51.

58  Andrea del Col, Domenico Scandella detto Menocchio : I processi dell’Inquisizione (1583-1599), Pordenone, Biblioteca dell’Imagine, 1990 ; Paola Zambelli, “From Menocchio to Piero Della Francesca: The Work of Carlo Ginzburg”, The Historical Journal, 28: 4 (1985), p. 983-99.

59  “Some Unorthodox Popular Ideas of the Thirteenth Century”, Medievalia et Humanistica, 2e sér., 4 (1974), p. 25-35, surtout p. 33, voir la référence que C. Ginzburg fait en passant à ce travail, Il formaggio, op. cit., p. 161.

60  Le Rationalisme, op. cit., p. 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

George Hoffmann, « Littérature dissidente ou tributaire de la polémique réformée ? », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2013-01 | 2013, mis en ligne le 07 mars 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5570 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.5570

Haut de page

Auteur

George Hoffmann

George Hoffmann, auteur de Montaigne’s Career (Oxford, 1998), trad. La Carrière de Montaigne (Champion, 2009), et Alone unto Their Distance: French Reformers, Satire, and the Creation of Religious Foreignness (sous presse), enseigne à l’université du Michigan, USA. Il a publié de nombreuses études sur Montaigne ainsi que sur l’abondante littérature de controverse religieuse au xvie siècle comme, par exemple, “Atheism as a Devotional Category,” Republics of Letters 1: 2 (2010).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org